L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE"

Transcription

1 LUTTE CONTRE L INFECTION EN PERIODE PERI-OPERATOIRE mars 2010 L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE F. DUBOURDIEU Unité d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Civils de Colmar

2 Sommaire Introduction : le bloc opératoire, un lieu à haut risque Le bionettoyage : objectifs et principes Pratique du bionettoyage Cas particuliers Contrôles, évaluation, traçabilité Conclusion Entretien BO - F. Dubourdieu 2

3 Le bloc opératoire, un lieu à haut risque

4 Zones à risque infectieux et type d entretien Zone 4 à risque maximum : néonatologie, biberonneries, blocs opératoires, services de brûlés, d immunodéprimés, de greffés, oncologie, radiologie interventionnelle, etc.. Bionettoyage pluri quotidien, alterner détergent (d) et détergent-désinfectant (dd) Entretien BO - F. Dubourdieu 4

5 L asepsie progressive ou marche en avant ZONE TRANSFERT : ENTRER DANS LE BLOC OPÉRATOIRE ZONE PROTÉGÉE OU PROPRE : ENTRER DANS LA SALLE D INTERVENTION ZONE OPÉRATOIRE Circuit Patient Zone de transfert Changement de véhicule support Zone de préparation patient Préparation du patient (ex : pose de sonde, KT, électrodes ) Zone d instrumentation et zone d incision Anesthésie du patient, désinfection du site opératoire, champage Circuit Personnel Zone vestiaire Changement de tenue : tenue navette tenue de bloc (pyjama, masque, charlotte, sabots) Lavage des mains Zone préparation chirurgiens Lavage des mains Zone d instrumentation IBODE + Chirurgiens (blouse, gants stériles) Hors zone d instrumentation IADE et Anesthésistes IDE circulante Circuit Matériel Zone déconditionnement Décontamination des emballages, Décartonnage (1er emballage) Zone Arsenal stérile Déconditionnement (2ème emballage) Stockage Zone d instrumentation Déconditionnement progressif en fonction des phases de l intervention Entretien BO - F. Dubourdieu 5

6 La notion d asepsie progressive En zone opératoire (salle d intervention) on distingue 3 zones : Zone 0 : zone d incision chirurgicale Zone 1 : zone d instrumentation Zone 2 : Reste de la salle d intervention Entretien BO - F. Dubourdieu 6

7 Blocs opératoires : quels risques?(1) Le risque d infection du site opératoire est multifactoriel : acte chirurgical (type, conditions de réalisation, durée) patient (âge, facteurs de risques) environnement (organisation, préparation cutanée du patient, traitement de l air, entretien des locaux) Entretien BO - F. Dubourdieu 7

8 Blocs opératoires : quels risques?(2) Il est difficile d estimer la part de la contamination de l environnement dans la survenue des ISO. Il est toutefois indispensable de prendre en compte ce risque et de traiter l environnement par : La filtration de l air Le bionettoyage des surfaces Entretien BO - F. Dubourdieu 8

9 Sources de contamination microbiologique des surfaces (1) Travail de l équipe chirurgicale et anesthésique Dispositifs médicaux critiques ou non critiques souillés par des liquides biologiques et/ou des BMR Entretien BO - F. Dubourdieu 9

10 Sources de contamination microbiologique des surfaces (2) Transmission manuportée dissémination des microorganismes recontamination des DM désinfectés Remise en suspension de particules potentiellement contaminantes au cours de l intervention Nettoyage de mauvaise qualité ou insuffisant Entretien BO - F. Dubourdieu 10

11 Autres risques Sol rendu glissant par «l égouttage» de solution hydroalcoolique au sol, d où chutes Traitement d air rendu inefficace par le maintien de l ouverture des portes lors de l entretien des salles Contamination aérienne par le non respect du port du masque lors de l entretien des salles Entretien BO - F. Dubourdieu 11

12 Les règles de base de l hygiène au bloc opératoire Eviter de souiller l environnement par le respect des bonnes pratiques Respect des précautions standard Port de gants adapté au geste et gants retirés immédiatement après le geste Hygiène des mains adaptée Entretien BO - F. Dubourdieu 12

13 Le bionettoyage : objectifs et principes

14 Le bionettoyage : définition C est un procédé destiné à réduire la contamination des surfaces selon la norme NF X Il comprend : un nettoyage, action mécanique qui décroche les souillures une désinfection, action chimique ou thermique qui élimine les microorganismes Entretien BO - F. Dubourdieu 14

15 Le bionettoyage : 2 méthodes possibles En un temps avec un détergentdésinfectant (dd) ou un nettoyeur vapeur En 3 temps : détersion, rinçage, désinfection avec un dd ou de l eau chlorée. Entretien BO - F. Dubourdieu 15

16 Les objectifs du bionettoyage Propreté visuelle : élimination des souillures Propreté bactériologique : diminution du nombre de micro-organismes sur les surfaces, d où Baisse de l aérobiocontamination (pas de remise en suspension de particules) Baisse du risque de transmission manuportée. Entretien BO - F. Dubourdieu 16

17 Le cercle de Sinner Action mécanique Action chimique Température Temps Entretien BO - F. Dubourdieu 17

18 L action mécanique Elle permet de décrocher et d éliminer les salissures. Elle peut être réalisée manuellement ou avec une machine (auto-laveuse, monobrosse ou nettoyeur vapeur). Entretien BO - F. Dubourdieu 18

19 L action chimique Elle caractérise le produit utilisé : détergent (d) détergent-désinfectant (dd) désinfectant (D) Il est capital de respecter les concentrations des produits pour obtenir une activité optimale. Entretien BO - F. Dubourdieu 19

20 Le temps C est le temps d action des produits. Il permet au produit d exercer son activité spécifique (effet bactériostatique, bactéricide...). Les temps de contact doivent être strictement respectés. Entretien BO - F. Dubourdieu 20

21 La température (1) C est la température de l eau utilisée pour diluer les produits. L eau chaude nettoie, dégraisse et s évapore rapidement. Elle est couramment employée avec les détergents. Mais elle provoque des émanations des produits, d où risque d irritation respiratoire. Entretien BO - F. Dubourdieu 21

22 La température (2) L eau froide est recommandée avec les détergents-désinfectants (dd) et les désinfectants (D). Elle s évapore lentement, permettant un contact prolongé des produits avec les surfaces et une efficacité maximale sur les microorganismes. Entretien BO - F. Dubourdieu 22

23 Alternative aux produits biocides : la vapeur (1) Méthode récente, d une grande efficacité, alternative au nettoyage traditionnel Actions conjuguées de la température (120 à 150 C) et de la pression (4 à 6 bars) Vapeur d eau : gaz qui réunit activité détersive majeure et activité biocide (bactéricidie et lévuricidie) Agit comme un tensio actif qui dissout les graisses et nettoie en profondeur Entretien BO - F. Dubourdieu 23

24 Alternative aux produits biocides : la vapeur (2) Élimine le biofilm Absence d utilisation de d, dd Pas de toxicité pour l utilisateur et l environnement Pas d encrassement des sols donc entretien périodique réduit Permet l entretien des zones difficilement accessibles manuellement Gain de temps (séchage très rapide, technique) Avis + du Conseil Scientifique de la SFHH Entretien BO - F. Dubourdieu 24

25 Alternative aux produits biocides : la vapeur (3) Nécessite l essuyage des surfaces avec du matériel en microfibre ou l aspiration des salissures Pas d augmentation significative de la contamination bactérienne aérienne Respecter un temps de contact avec la vapeur : 1 m² maximum en 30 secondes Efficacité utilisateur-dépendante Entretien BO - F. Dubourdieu 25

26 Entretien BO - F. Dubourdieu 26

27 Pratique du bionettoyage

28 La tenue de travail pour l entretien des salles d intervention C est la tenue du bloc opératoire, masque compris Hygiène des mains indispensable avant et après l entretien Les gants de ménage sont personnalisés et entretenus (intérieur et extérieur) quotidiennement. Ils sont à préférer aux gants à usage unique (meilleure protection) Entretien BO - F. Dubourdieu 28

29 Matériel nécessaire au bionettoyage classique Le matériel d entretien doit être impérativement réservé au bloc opératoire. Entretien BO - F. Dubourdieu 29

30 1- Les textiles : carrés et bandeaux Ils ne doivent pas pelucher ni générer des particules (coton). Polyester-coton admis, non tissé ou microfibre recommandés. La microfibre possède de par sa conception un pouvoir détergent car abrasif. Elle est commercialisée sous forme jetable ou réutilisable. Entretien BO - F. Dubourdieu 30

31 Utilisation des carrés Changer de carré de nettoyage entre chaque intervention et dès qu il est souillé Ne jamais retremper un carré de nettoyage utilisé dans la solution dd prête à l emploi Utiliser la méthode du flaconnage pour imprégner les carrés (vaporisateurs fortement déconseillés) Utiliser les différentes faces du carré Entretien BO - F. Dubourdieu 31

32 2- Le matériel pour le sol Balai trapèze (manche aluminium) si possible à rotule blocable Gaze à usage unique si sol sec Bandeau de lavage à usage unique ou lavable en blanchisserie, polyester-coton ou microfibre (1 par 20 m² environ) Changer de gaze et de bandeau entre chaque intervention et chaque local. Entretien BO - F. Dubourdieu 32

33 3- Systèmes mécanisés de nettoyage du sol (hors vapeur) Auto-laveuse Utilisée de façon périodique Utilisée avec un détergent Une procédure d entretien et de maintenance de la machine doit exister et être connue des utilisateurs La désinfection au dd suit le nettoyage mécanique. Entretien BO - F. Dubourdieu 33

34 4- Le chariot d entretien Il permet la mise à disposition d un minimum d accessoires Il doit rester à l extérieur des salles d opérations Il se démonte afin de faciliter son bio nettoyage quotidien et «à fond» Son entretien est protocolisé Il en existe une traçabilité Entretien BO - F. Dubourdieu 34

35 Un peu de vocabulaire Essuyage humide : passage d un carré («chiffonnette») humidifié au détergentdésinfectant Balayage humide : passage au sol d une gaze à usage unique préimprégnée pour enlever les salissures non adhérentes Entretien BO - F. Dubourdieu 35

36 Technique du bio nettoyage (1) Du haut vers le bas Du moins contaminé au plus contaminé Portes fermées Respecter indications, concentrations et temps de contact des produits utilisés Exercer une action mécanique Entretien BO - F. Dubourdieu 36

37 Technique du bio nettoyage (2) Au besoin, faire un 1er passage pour nettoyer, changer de matériel puis faire un 2e passage pour désinfecter En présence de souillures biologiques, effectuer d abord un essuyage avec un matériel à usage unique type cellulose, imprégné de dd puis réaliser le bionettoyage Ne jamais retremper carré ou bandeau de lavage utilisés dans la solution de dd propre Entretien BO - F. Dubourdieu 37

38 Entretien d une salle d opération (1) Réalisé par l AS et / ou l ASH en collaboration avec l IBODE, IADE, IDE (Code de Santé Publique : en particulier article R ) : L IBODE exerce les activités suivantes : 1 : gestion des risques liés à l activité et à l environnement opératoire Entre dans la gestion des risques Ne peut être bien effectué que si l encombrement de la salle est minimum. Entretien BO - F. Dubourdieu 38

39 Entretien d une salle d opération (2) Il existe plusieurs types d entretien : à l ouverture de la salle entre deux interventions en fin de programme opératoire hebdomadaire après une intervention septique après travaux Ces protocoles doivent être rédigés par les personnels soignants et les cadres des blocs, puis être validés par le CLIN. Entretien BO - F. Dubourdieu 39

40 A l ouverture de la salle Objectifs : éliminer des surfaces horizontales, les particules sédimentées lors de la mise en repos de la salle. Technique : Bio nettoyer les surfaces : essuyage humide scialytiques, bras techniques, table d opération, repose-bras, tables d instrumentation, tables d anesthésie, respirateur, clavier d ordinateur, tabourets, poignées de portes, etc Bio nettoyer le sol : balayage humide (ou vapeur) Tracer le bionettoyage Entretien BO - F. Dubourdieu 40

41 Entre deux interventions Objectifs : éliminer souillures et micro organismes accumulés sur les surfaces horizontales au cours d une intervention Technique : Évacuer linge, déchets et matériel chirurgical. Bio nettoyer les surfaces et tout le matériel ou mobilier pouvant avoir été souillé pendant l intervention précédente. Bio nettoyer le sol : balayage humide si intervention non souillante, + lavage autour de la table d opération (périmètre d au moins 2 m). Attendre que le sol soit sec avant d entrer. Tracer le bionettoyage. Entretien BO - F. Dubourdieu 41

42 En fin de programme (1) Objectifs: éliminer de toutes les surfaces, horizontales et verticales, les particules générées par l activité de la journée opératoire Technique : essuyage humide (ou vapeur) Évacuer matériel chirurgical, linge et déchets selon la procédure en vigueur dans l établissement. Bio nettoyer selon l une des 2 possibilités décrites ci-après Le bionettoyage du sol sera fait par balayage humide puis lavage manuel ou mécanisé, ou vapeur Tracer l entretien Entretien BO - F. Dubourdieu 42

43 En fin de programme (2) 1 ère possibilité : Rassembler le mobilier mobile au centre de la salle Bio nettoyer les murs et vitres à partir de hauteur d homme vers le sol, les portes en entier Bio nettoyer le mobilier fixe. Inclure interrupteurs, interphones, téléphones, claviers, écrans.. Bio nettoyer le sol (pourtour extérieur de la salle ou une moitié de salle) Bio nettoyer le mobilier mobile et les roulettes. Le pousser dans la zone où le sol a été entretenu Bionettoyer le reste du sol : partie centrale ou deuxième moitié Entretien BO - F. Dubourdieu 43

44 En fin de programme (3) 2 e possibilité : Bio nettoyer le mobilier mobile et les roulettes. Le sortir de salle. Bio nettoyer le mobilier fixe. Inclure interrupteurs, interphones, téléphones, claviers, écrans.. Bio nettoyer les murs et vitres à partir de hauteur d homme vers le sol, les portes en entier Bio nettoyer le sol. Attendre le séchage. Rentrer le mobilier mobile en ayant soin de frotter les roulettes sur un bandeau de lavage imprégné de dd. Entretien BO - F. Dubourdieu 44

45 En fin de programme (4) Le protocole «en fin de programme» s applique également : après une intervention septique après le passage d un patient en Précautions Complémentaires de type «contact» Les dd habituellement utilisés pour le bionettoyage sont efficaces sur les microorganismes, bactéries multi-résistantes (BMR) incluses, sauf : Rotavirus Clostridium difficile : nécessité d un bio nettoyage en 3 temps. Entretien BO - F. Dubourdieu 45

46 Entretien hebdomadaire Objectif : compléter l entretien «en fin de programme» par un nettoyage approfondi pour éliminer le biofilm Bio nettoyer (essuyage humide ou vapeur) Le plafond à l aide d un balai télescopique Bio nettoyer les murs : du plafond au sol Bio nettoyer les portes et les bouches d aération Effectuer régulièrement (fréquence selon protocole) une détersion approfondie suivie d un rinçage et d une désinfection. Entretien BO - F. Dubourdieu 46

47 Autres locaux du BO (1) : Salle de Surveillance Post Interventionnelle Elle peut être située dans la zone protégée en dehors de la zone protégée, auquel cas des protocoles de passage entre les deux zones doivent être élaborés et respectés : changement de tenue, hygiène des mains Entretien BO - F. Dubourdieu 47

48 Autres locaux du BO (2) : salle de Surveillance Post Interventionnelle Postes de surveillance : entre chaque patient évacuation du linge et des déchets bionettoyage des appareils, Salle : évacuation pluriquotidienne du linge et des déchets bionettoyage pluri-quotidien des surfaces horizontales et accessoires balayage humide et lavage du sol quotidiens Entretien BO - F. Dubourdieu 48

49 Autres locaux (3) Zone de préparation des chirurgiens : Auge chirurgicale, sol devant l auge : bionettoyage entre chaque patient Salle d induction : Idem SSPI Entretien BO - F. Dubourdieu 49

50 Autres locaux (4) : Sas de transfert, de décartonnage Evacuation pluriquotidienne du linge et des déchets Essuyage humide pluriquotidien des surfaces hautes et des poignées de porte si ouverture manuelle Balayage humide et lavage du sol quotidien Entretien BO - F. Dubourdieu 50

51 Autres locaux (5) Arsenal stérile, zones de stockage Surfaces extérieures du mobilier de stockage : essuyage humide quotidien Surfaces intérieures : essuyage humide quotidien si ouvert, sinon hebdomadaire Sols : balayage humide et lavage quotidiens Entretien BO - F. Dubourdieu 51

52 Autres locaux (6) salle de détente, bureau du cadre, couloirs de circulation, vestiaires Evacuation quotidienne des déchets Bionettoyage quotidien des surfaces horizontales, des poignées de portes, des points d eau, du sol Bionettoyage pluriquotidien des toilettes Entretien BO - F. Dubourdieu 52

53 Cas particuliers

54 Bionettoyage en cas de Précautions Particulières Contact Patient pris de préférence en fin de programme opératoire (facilite l organisation de l entretien) Gants à UU ou de ménage, sarrau Évacuation du linge (opératoire et d entretien) et des déchets en simple (BMR) ou double emballage (Cd ou ERG) Entretien de fin de programme Hygiène des mains (PHA ) après retrait des gants Entretien BO - F. Dubourdieu 54

55 En cas de Clostridium difficile Clostridium difficile : bactérie dont les spores sont très résistantes dans l environnement Les spores de Clostridium difficile ne sont pas détruites par les dd habituellement utilisés, ni par la vapeur, ni par les Produits Hydro Alcooliques, d où procédures particulières Entretien BO - F. Dubourdieu 55

56 Bionettoyage en cas de Clostridium difficile Nécessite un entretien de l environnement en 3 temps : Détergence Rinçage Désinfection à l eau chlorée 3 cp/l d eau ou à l eau de Javel : 200 ml d eau de Javel à 2,6% de chlore actif complété à 1 l d eau (0,5% de c.a.). Temps de contact : 10 minutes minimum. Lavage simple des mains + friction avec PHA Entretien BO - F. Dubourdieu 56

57 Le risque aspergillaire (1) L aspergillus se trouve dans les poussières : cartons, travaux Le risque d aspergillose nosocomiale est important au bloc opératoire Entretien BO - F. Dubourdieu 57

58 Le risque aspergillaire (2) Groupe pluridisciplinaire avant les travaux : - estime le risque patient - informe et forme les ouvriers et les soignants - gère les mesures de protection - surveille le chantier et le respect des procédures par les différentes équipes Objectifs : prévenir l aspergillose invasive nosocomiale Le risque dépend du type de travaux (gros œuvre, aménagement, maintenance ) Le risque dépend du lieu des travaux (BO = zone à haut risque infectieux) Entretien BO - F. Dubourdieu 58

59 En cas de travaux (1) - Informer les personnels concernés avant le démarrage des travaux - Réduire l activité : fermeture partielle ou totale du bloc - Signaliser la zone et le plan de circulation des patients, des ouvriers, des matériaux, afficher les documents validés - Contrôler l accès, maintenir les portes fermées - Isoler la zone (polyane, cloisons étanches) - Obturer les bouches de ventilation, la zone de travaux doit être en pression négative. Surveiller les systèmes de ventilation des zones adjacentes - Renforcer les procédures de bio nettoyage pendant et en fin de travaux Entretien BO - F. Dubourdieu 59

60 En cas de travaux (2) REOUVERTURE de bloc après travaux : - remettre en état les locaux et le mobilier, bio nettoyer avec des produits à activité fongicide (3 temps) - remettre le traitement d air en marche - vérifier le système de traitement d air : nettoyer les gaines d extraction, vérifier la filtration, effectuer un comptage particulaire - effectuer des prélèvements microbiologiques d air et de surfaces - Attendre le résultat avant d ouvrir Entretien BO - F. Dubourdieu 60

61 La Désinfection par Voie Aérienne Modification du Code de Santé Publique : la loi du 9 août 2004 supprime le lien qui existait entre DVA et maladies à DO Les CLIN décident des indications propres à chaque établissement Cette désinfection est réalisée selon des procédés ou avec des appareils agréés par l AFSSAPS (couple appareil-produit) Entretien BO - F. Dubourdieu 61

62 La Désinfection par Voie Aérienne Le peroxyde d hydrogène utilisé sous forme de brouillard sec semble être efficace lors de contaminations de locaux ou de services de soins (Acinetobacter, SARM) Il est bactéricide, virucide, fongicide Il est sporicide à plus forte concentration (ou durée d exposition plus longue : 28 min pour Cd versus 4 min). Entretien BO - F. Dubourdieu 62

63 Contrôles, évaluation, traçabilité

64 Contrôles (1) Une évaluation visuelle doit être systématique à l ouverture de la salle d opération et entre chaque intervention. Elle est consignée sur la check-list qui mentionne également l entretien à l ouverture de la salle et les entretiens entre 2 interventions Entretien BO - F. Dubourdieu 64

65 Contrôles (2) Des prélèvements d air et de surfaces à visée microbiologique permettent de vérifier l efficacité du traitement d air et du bionettoyage. Ils sont effectués au moins 1 fois par an pour la classification ISO des salles et après les travaux (risque aspergillaire). Prélèvements de surfaces : recherche de bactéries et de moisissures, après bionettoyage. Entretien BO - F. Dubourdieu 65

66 Contrôles (3) La méthodologie des prélèvements de surfaces doit être standardisée pour pouvoir assurer un suivi. Même s ils ne sont pas représentatifs de la contamination réelle, ils font partie intégrante de la démarche qualité. Un minimum de 10 points de prélèvements sont choisis parmi les points critiques. Ils comprennent la table d opération, le scialytique, la table d instrumentation. Entretien BO - F. Dubourdieu 66

67 Prélèvements de surfaces au Bloc (ASPEC) Niveau d action Bactéries Moisissures UFC / boîte UFC / boîte 10 1 Niveau d alerte 1 1 Niveau cible < 1 < 1 Entretien BO - F. Dubourdieu 67

68 Evaluation des pratiques En cas de non-conformité des résultats des prélèvements de surface, une évaluation des pratiques est indispensable Des évaluations régulières permettent de sensibiliser le personnel au respect des protocoles et des bonnes pratiques Les dysfonctionnements observés doivent être suivis de mesures correctives immédiates. Entretien BO - F. Dubourdieu 68

69 Traçabilité Elle doit permettre de vérifier la réalisation des différentes étapes de l entretien Elle permet de responsabiliser le personnel chargé de l entretien Chaque local possède sa feuille de traçabilité, visée par le cadre à la fin de chaque mois Entretien BO - F. Dubourdieu 69

70 Conclusion

71 Conclusion (1) Le manque de temps et de moyens est souvent argué pour expliquer le non respect des protocoles de bionettoyage. Une organisation efficace avec une répartition des tâches permet d optimiser le temps, surtout entre deux interventions. Le passage à l usage unique libère des contraintes liées à l entretien en blanchisserie. Entretien BO - F. Dubourdieu 71

72 Conclusion (2) L information et la formation des aidessoignantes est primordiale pour assurer un bionettoyage efficace en bloc opératoire. Leur implication dans la rédaction des protocoles et le choix du matériel est gage de motivation. Les IBODE et les cadres sont les moteurs de cette dynamique d amélioration de la qualité des soins au bloc opératoire. Entretien BO - F. Dubourdieu 72

73 Bibliographie (1) Guide pratique : Prise en charge d une épidémie à ERG, C-CLIN Est décembre 2008 Efficacité et limites des nettoyeurs vapeur en milieu hospitalier, O. Meunier et col, Pathologie Biologie 57 (2009) Logistique hospitalière et hygiène, numéro thématique Revue Hygiène S, vol XV, n 4, 2007 Recommandations pour l entretien des blocs opératoires, C CLIN Sud Ouest, août 2006 Hygiène au bloc opératoire : de la pratique à l évaluation UNAIBODE 3ème édition Masson 2006 Entretien BO - F. Dubourdieu 73

74 Bibliographie (2) Avis sur un procédé de nettoyage et désinfection à la vapeur, SFHH, 2004 Guide Technique d Hygiène Hospitalière, C CLIN Sud-Est, 2004 Désinfection des DM en anesthésie et en réanimation, DGS/DHOS, CTIN, septembre 2003 Surveillance microbiologique de l environnement dans les établissements de santé : air, eaux, surfaces, DGS/DHOS, CTIN, 2002 Le biofilm, F.SALES ; revue HMH sept Entretien BO - F. Dubourdieu 74

75 Bibliographie (3) Guide pratique du bloc opératoire, tome 1 ; V. PAULY et col, éditions Seli Arslan 2000 Guide pratique: Décontamination, bionettoyage, désinfection, stérilisation, S. Cariou et col. Masson 4ème édition 2000 Conférence de consensus : Prévention du risque aspergillaire. ANAES mars 2000 Nettoyage du bloc opératoire ; M. POINSSOT revue INTERBLOC n 3/97 tome XVI Code de la Santé Publique, article R Entretien BO - F. Dubourdieu 75

76 Merci pour votre attention. Sus aux miasmes!

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 23 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 2.1 Classification des locaux par zone 2.2 Fréquence du nettoyage par local

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER 4 Le Pas du Château 85670 SAINT PAUL MONT PENIT TEL : 02-51-98-55-64 FAX : 02-51-98-59-07 EMAIL : info@medicatlantic.fr Site Internet : http//: www.winncare.fr MANUEL D UTILISATION Des Systèmes d Aide

Plus en détail

Techniques d entretien des locaux (nettoyage et procédés de désinfection, désinfection par voie aérienne par le

Techniques d entretien des locaux (nettoyage et procédés de désinfection, désinfection par voie aérienne par le Relais Régional des Etablissements de Santé de l Ouest Brest - 24 mai 2007 Techniques d entretien des locaux (nettoyage et procédés de désinfection, désinfection par voie aérienne par le peroxyde d hydrogène)

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Entretien des différents locaux

Entretien des différents locaux Fiche Pratique Entretien des différents locau Il n'eiste pas " la technique", mais plusieurs techniques qui seront élaborées sous forme de mode opératoire en tenant compte des contraintes du contete. Cependant,

Plus en détail

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX Bionettoyage REGARD A., LYON Juillet 2010 Il n'eiste pas " la technique", mais plusieurs techniques qui seront élaborées sous forme de mode opératoire en tenant compte des

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009

BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009 PS ENS-ENT 010 V1 BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009 n page 1/14 OBJET Améliorer la qualité de l'environnement du patient, contribuant ainsi à diminuer le risque d'infection. En cohérence avec le manuel

Plus en détail

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD MISSIONS de l ARLIN Bretagne Conseils et assistance aux ES et aux EHPAD FAM MAS Animation

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Hygiène des véhicules de transport sanitaire

Hygiène des véhicules de transport sanitaire 2 0 0 4 Hygiène des véhicules 2 0 0 4 de transport sanitaire Sommaire Les fiches d enregistrement sont insérées dans le rabat en 3 ème de couverture. Préambule... 3 Étude préliminaire, objectifs... 3 Recommandations

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX 3.08

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX 3.08 ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX 3.08 Il n'eiste pas " la technique", mais plusieurs techniques qui seront élaborées sous forme de mode opératoire en tenant compte des contraintes du contete. Cependant,

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 SOMMAIRE La norme RABC, qu est-ce que c est? Les grandes lignes La blanchisserie et la Fonction linge - incidences sur l application de la méthode Les

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION

NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION Plafond filtrant Lumispace Il est important de lire attentivement cette notice avant la maintenance du plafond Lumispace Ce document doit être remis au client

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

Agent d entretien des locaux

Agent d entretien des locaux Agent d entretien des locaux L entretien des locaux (bureaux, écoles, salles polyvalentes, structures sanitaires, gymnases ) nécessite l emploi de techniques, de produits et de matériels spécifiques qui

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Chapitre II : Gestion de l environnement et des circuits

Chapitre II : Gestion de l environnement et des circuits Chapitre II : Gestion de l environnement et des circuits Fiche n II.1 : Entretien des locaux Fiche n II.2 : Hygiène en restauration Fiche n II.3 : Gestion du linge Fiche n II.4 : Gestion des déchets Fiche

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX DE L ETABLISSEMENT DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER DE SAINT- GAUDENS

ENTRETIEN DES LOCAUX DE L ETABLISSEMENT DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER DE SAINT- GAUDENS ENTRETIEN DES LOCAUX DE L ETABLISSEMENT DE SOINS DU CENTRE DE SAINT- GAUDENS CLIN-100 2/3 ENTRETIEN DES LOCAUX DE L ETABLISSEMENT DE SOINS DU CENTRE DE SAINT- GAUDENS CLIN-100 3/3 TABLE DES MATIERES CLIN-101

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Milieu, matières, matériels, méthodes : audits menés en industrie

Milieu, matières, matériels, méthodes : audits menés en industrie 38 dossier Retours d expérience Milieu, matières, matériels, méthodes : audits menés en industrie Par Sylvie Vandriessche, Aspec Les différents «M» du diagramme d Ishikawa correspondent à des domaines

Plus en détail

1 Introduction 2. 1.1 Description 2. 1.2 Accessoires et numéros de pièces 2. 1.3 Caractéristiques 3. 1.4 Aspects réglementaires 3. 2 Mise en service 4

1 Introduction 2. 1.1 Description 2. 1.2 Accessoires et numéros de pièces 2. 1.3 Caractéristiques 3. 1.4 Aspects réglementaires 3. 2 Mise en service 4 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Description 2 1.2 Accessoires et numéros de pièces 2 1.3 Caractéristiques 3 1.4 Aspects réglementaires 3 2 Mise en service 4 2.1 Déballage et inspection 4 2.2 Batterie

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur Institut d'etudes Politiques de Rennes Représentant du pouvoir adjudicateur Monsieur le

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Programme Intérêt de fabriquer ses produits Les principaux ingrédients

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Le personnel devra recevoir une formation pour l'utilisation et la maintenance du gros matériel.

Le personnel devra recevoir une formation pour l'utilisation et la maintenance du gros matériel. FFi icchhee Prraat tiqquuee Bionettoyage Matériel d''entretien Objectif Connaître les différents types de matériel d entretien : - leur action, - leur utilisation, - leur entretien, - leur maintenance.

Plus en détail

Guide pour le choix des produits et des techniques d hygiène des locaux dans le respect du développement durable

Guide pour le choix des produits et des techniques d hygiène des locaux dans le respect du développement durable Guide pour le choix des produits et des techniques d hygiène des locaux dans le respect du développement durable GROUPE DE TRAVAIL INTER ETABLISSEMENTS DU RESEAU CoCLINNOR 2011 2012 1 Table des matières

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage Arnaud REBÊCHE Un constat s impose : le secteur de la propreté et du multi services, dans la restauration,

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

Offre de formation. itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux. https://inscription.cnfpt.

Offre de formation. itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux. https://inscription.cnfpt. 2015 Offre de formation itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux Inscription en ligne aux stages https://inscription.cnfpt.fr/ Délégation régionale Basse-Normandie

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Équipe: Dr Elise Seringe elise.seringe@sap.aphp.fr Ivana Novakova ivana.novakova@sap.aphp.fr 01 40 27 42 53 arlin.idf@sap.aphp.fr C CLINs de FRANCE

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION Commune de Rochemaure Page 1 sur 11 Commune de Rochemaure 2 Place de la Mairie BP19 07400 ROCHEMAURE Maître d ouvrage COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Plus en détail

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Le Conseil Général ménage votre santé! Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Sommaire 1. Pourquoi créer ce cahier pratique du nettoyage écologique?

Plus en détail

«Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité»

«Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité» «Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité» SSO-Fribourg, jeudi 12 février 2015 Dr Christine Cunier Adjointe du médecin-dentiste

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS

LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS LE FILTRE A PARTICULES : SES PROBLEMATIQUES ET NOS SOLUTIONS 1. NOTIONS DE BASE 2. CAUSES POSSIBLES DE DYSFONCTIONNEMENT 3. POURQUOI NETTOYER PLUTÔT QUE CHANGER? 4. METHODOLOGIE D APPLICATION FAP-NET (réf.

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick)

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Le danger : propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, de causer

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect Virus Ebola Transmission : de personne à personne lors de contact avec liquides biologiques du malade (sang, excréments, vomissures, urine, salive, sperme). Incubation : de quatre à dix jours, au max 21

Plus en détail

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l

Plus en détail

ENTRETIEN DES SOLS VITRIFIÉS

ENTRETIEN DES SOLS VITRIFIÉS ENTRETIEN DES SOLS VITRIFIÉS Le mortier de finition Ad Lucem est un revêtement poreux à base de ciment. Le vitrificateur professionnel Ad Lucem forme un film très résistant qui le protège des tâches, des

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

Préambule. Précisions supplémentaires

Préambule. Précisions supplémentaires Préambule Les prescriptions de sécurité préconisées dans ces fiches ne concernent que les risques liés à la présence d amiante non friable. Elles visent uniquement les matériaux non dégradés dans lesquels

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE Client : JEAN CUISTOT TRAITEUR 31 RUE DE L 'OCEAN 17510 CHIVES jeancuistot.traiteur@club-internet.fr Tél. 05 46 33 64 21 Date de l'examen : 28-oct-2013 Technicien :

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3 Référentiels des pratiques Juillet 2009 EHPAD 1 = Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes MAS 2 = Maison d accueil spécialisé

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION. <---- Cliquez. Table des matières

CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION. <---- Cliquez. Table des matières CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION Table des matières

Plus en détail

Produits pour hygiène en cuisine nettoyage de bâtiments détergents pour textiles

Produits pour hygiène en cuisine nettoyage de bâtiments détergents pour textiles Produits vaisselle HalaGastro F11 Détergent pour lave-vaisselle avec chlore actif. Concentration d'utilisation: 0.3 0.5%, ph à 1.0%: 11.7 10600410-0002 10600410-0004 10600410-0007 Bidon 12 kg Bidon 25

Plus en détail

Le choix des produits d entretien

Le choix des produits d entretien écol'air Un établissement qui respire, c'est bon pour l'avenir! Le choix des produits d entretien pour une meilleure qualité de l air intérieur 1 4 Stratégies Le choix des produits d entretien pour une

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire.

Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire. Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire. Laver les surfaces à l aide d une solution d eau tiède et de savon,

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS C. DECADE -Dr L. MARTY -D. DEMONTROND Dr C.MANUEL - Dr R.CABRIT - Dr G.MANN Centre Médical de Forcilles 77150 FEROLLES-ATTILLY

Plus en détail

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY

BILLON, C. BURNAT, S.DELLION C. FORTAT, M. PALOMINO O. PATEY Gestion d une épidémie de Klebsiella pneumoniae (Kpn) productrice de carbapénèmase OXA 48 dans un service de Maladies nfectieuses et Tropicales francilien. C. BLLON, C. BURNAT, S.DELLON C. FORTAT, M. PALOMNO

Plus en détail

Références et partenaires :

Références et partenaires : Eric RIPERT, 49 ans, Formateur - Consultant depuis 1995 dans les domaines HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT. (H.S.E) Formateur et coordinateur de pôle en 2010 dans un centre de formation de premier plan sur

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Le choix des produits d entretien

Le choix des produits d entretien Le choix des produits d entretien pour une meilleure qualité de l air intérieur 1 4 Stratégies Le choix des produits d entretien pour une meilleure qualité de l air intérieur Sommaire Page 2 / QUELS LIENS

Plus en détail

Le premier dispositif 4 en 1.

Le premier dispositif 4 en 1. TETHYS H10 Le premier dispositif 4 en 1. Décontamination, nettoyage, désinfection et séchage en un seul passage pour un flux de travail plus simple, plus rapide et plus efficace. Tethys H10 est le premier

Plus en détail

BACTÉRIE PARTICULE D ARGENT

BACTÉRIE PARTICULE D ARGENT Tissu High-tech BACTÉRIE FIBRE MEDICAL STYLE FIBRE NORMALE PARTICULE D ARGENT FIBRE MEDICAL STYLE FIBRE NORMALE La partie interne des tissus Medical Style contient des particules d argent à l action biocide

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

FICHE METIER et PASSERELLES AGENT POLYVALENT DE RESTAURATION

FICHE METIER et PASSERELLES AGENT POLYVALENT DE RESTAURATION FICHE METIER et PASSERELLES AGENT POLYVALENT DE RESTAURATION Domaines : Services à la population Sous domaine : Restauration collective Code fiche du répertoire des métiers territoriaux : 11/D/24 AGENT

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED U N I M E D S.A. CM/07.12.04 NETSTERIL.SPN Approuvé par/le: Claude Borgeaud / 08.10.13 PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES

Plus en détail

ANNEXE au CCP NETTOYAGE DES LOCAUX LISTE DES PRESTATIONS DE NETTOYAGE A REALISER DANS LE CADRE DU CONTRAT

ANNEXE au CCP NETTOYAGE DES LOCAUX LISTE DES PRESTATIONS DE NETTOYAGE A REALISER DANS LE CADRE DU CONTRAT ANNEXE au CCP NETTOYAGE DES LOCAUX LISTE DES PRESTATIONS DE NETTOYAGE A REALISER DANS LE CADRE DU CONTRAT CCP - Consultation Nettoyage des Locaux SEM Numerica Août 2011 Page 1 sur 12 Article 1. Prestations

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

«Le nettoyage doit s intégrer au cycle de production sans le perturber, ce qui exige, rigueur, maîtrise et qualité»

«Le nettoyage doit s intégrer au cycle de production sans le perturber, ce qui exige, rigueur, maîtrise et qualité» «Le nettoyage doit s intégrer au cycle de production sans le perturber, ce qui exige, rigueur, maîtrise et qualité» nos secteurs d activités SECTEUR GMS Nettoyage des surfaces de vente et galeries commerciales,

Plus en détail

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES Destinés essentiellement à protéger contre les salissures, les vêtements de travail permettent également de valoriser l image des entreprises (personnalisation

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical Recommandations Juin 2007 Avec le partenariat méthodologique et le concours financier de la

Plus en détail

Grattage et évacuation des peintures écaillées contenant du plomb dans les cages d escalier n 4 et 16.

Grattage et évacuation des peintures écaillées contenant du plomb dans les cages d escalier n 4 et 16. Maîtrise d Œuvre : C3C 21 rue Normande 28230 EPERNON Tél : 06.32.89.12.95 Fax : 09.58.83.45.69 E-mail : c3c.capelle@gmail.com Maître d Ouvrage LYCEE LAKANAL 3, avenue du Président Roosevelt 92330 SCEAUX

Plus en détail

SOCIETE SAMSIC ECO CONCEPTION D UN SERVICE DE NETTOYAGE INDUSTRIEL BILAN APPEL A PROJET RECHERCHE EN ECO CONCEPTION 2008.

SOCIETE SAMSIC ECO CONCEPTION D UN SERVICE DE NETTOYAGE INDUSTRIEL BILAN APPEL A PROJET RECHERCHE EN ECO CONCEPTION 2008. BILAN APPEL A PROJET RECHERCHE EN ECO CONCEPTION 2008 SOCIETE SAMSIC ECO CONCEPTION D UN SERVICE DE NETTOYAGE INDUSTRIEL Pourquoi agir Pour les acheteurs publics et privés, les attentes en matière d hygiène

Plus en détail

ORGANISATION D UN SECTEUR DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

ORGANISATION D UN SECTEUR DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ORGANISATION D UN SECTEUR DE RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE F. JOFFRE La radiologie interventionnelle est une activité spécifique qui implique des moyens humains et matériels ainsi que des structures spécifiques.

Plus en détail