CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,"

Transcription

1 CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns contre la Commission, l'objet de la procédure orale du 24 octobre a été limité à des questions de recevabilité de ce recours, conformément à la demande présentée par la Commission en application de l'article 91 du règlement de procédure. Dans nos conclusions, également, il ne nous faut donc aujourd'hui présenter des observations que sur ces problèmes de procédure. Qu'il nous soit permis de faire au préalable quelques remarques concernant les faits. M. Bruns est entré au service de la Commission en novembre Il a tout d'abord été chef de la division «Statut» à la direction générale du personnel et de l'administration. Depuis novembre 1962, il a assumé les fonctions de directeur, de grade A 2, à la direction générale «Marché intérieur». Le 25 août 1968, M. Bruns a demandé la cessation de ses fonctions à compter du 1er octobre La Commission a fait droit à cette demande. Sur ces entrefaites, il est devenu, depuis le 1er octobre 1969, président du Conseil d'administration d'une compagnie d'assurance en république fédérale d'allemagne. En ce qui concerne la liquidation des relations de service, il ne pouvait être question, selon le statut des fonctionnaires alors en vigueur ainsi qu'il résulte de son article 77 en liaison avec l'article 12 de l'annexe VIII, de verser une allocation de départ au lieu des droits futurs à pension, en raison de la longueur du temps de service accompli par M. Bruns. Mais, dans le cadre des négociations relatives à la révision du statut des fonctionnaires, le Conseil a décidé, le 26 juin 1969, d'admettre des dérogations au statut. Cette décision prévoyait, entre autres, qu'un fonctionnaire qui quitterait définitivement le service au plus tard un mois après l'entrée en vigueur du règlement relatif à la modification du statut et qui remplirait, avant le 1er juillet 1969, les conditions indiquées à l'article 12 a de l'annexe VIII (qui aurait donc accompli moins de 11 ans de service), pourrait exercer le droit d'option prévu dans cet article. Rendu attentif à ce texte par une communication intérieure de la Commission et parce qu'il remplissait manifestement les conditions que nous venons de citer, M. Bruns a demandé le paiement de l'allocation de départ par une lettre du 26 août 1969, adressée à la direction générale du personnel et de l'administration. L'administration a acquiescé. Un décompte définitif a été établi par lettre du 16 février Au cours de la procédure orale, il a été déclaré sans contredit que, dès l'année 1967, M. Bruns avait adressé des demandes à l'administration de la Commission concernant les droits à pension que le statut lui permettait de faire valoir, et cela en invoquant l'article 107 du statut des fonctionnaires ainsi que l'article 11 de l'annexe VIII à ce statut. A cet égard, il faut savoir que l'article 107 prévoit une bonification d'annuités pour le cas où le fonctionnaire a dû renoncer, du fait de son entrée au service des Communautés, à tout ou partie des droits à pension qu'il aurait acquis dans son pays d'origine. L'article 11, paragraphe 1, de l'annexe VIII au statut des fonctionnaires concerne le cas du transfert de l'équivalent actuariel des droits à pension d'ancienneté acquis dans la Communauté à la caisse de pension de l'administration 1 Traduit de l'allemand. 630

2 BRUNS / COMMISSION au service de laquelle un fonctionnaire est entré après avoir cessé ses fonctions, et l'article 11, paragraphe 2, réglemente le cas inverse du transfert aux Communautés de l'équivalent actuariel des droits à pension acquis avant la cessation des fonctions auprès d'une administration nationale. Au sujet de ces dispositions, la Commission a adopté, le 2 juillet 1969, des mesures d'application qui ont été publiées dans le Courrier du personnel du 29 juillet 1969, et sur lesquelles l'attention a été attirée de nouveau dans le Courrier du personnel du 16 octobre 1969, parce que la première publication avait eu lieu pendant la période de congé. Dans ce texte, nous lisons également que : «les demandes d'application concernant en particulier l'article 11, paragraphes 1 et 2, de l'annexe VIII ne préjugent en rien la décision finale que les intéressés auront à prendre au moment où le résultat d'ensemble de leur dossier sera établi.» M. Bruns prétend n'en avoir eu connaissance qu'après avoir cessé ses fonctions. En tout cas, il s'est adressé à la Commission par une lettre du 14 août 1971, dans laquelle il déclarait qu'il maintenait ses demandes anciennes au titre de l'article 107 du statut des fonctionnaires et de l'article 11 de l'annexe VIII. Il demandait, en outre, la communication du résultat de l'examen de son dossier et tenait l'indemnité de départ qu'il avait reçue à la disposition de la Commission. La direction générale du personnel et de l'administration a répondu par une lettre du 14 septembre Elle confirmait qu'elle possédait les demandes de M. Bruns et elle lui envoyait en même temps de nouveaux formulaires à remplir, afin de renouveler ces demandes. Après les avoir remises, M. Bruns a reçu, dans une lettre du directeur général du personnel et de l'administration, du 21 février 1972, des observations détaillées concernant les dispositions du statut déjà mentionnées et ses demandes. En outre, l'administration lui faisait savoir de quelle manière le taux de retraite qu'il avait acquis à la Communauté et au sujet duquel des explications lui avaient déjà été données, devrait être corrigé. En se fondant sur cette communication et après avoir reçu, par lettre du 5 avril 1972, en réponse à sa demande du 20 mars 1972, des renseignements complémentaires au sujet du taux de pension, du traitement de base qui servirait de fondement pour le calcul de la retraite et d'éventuelles indemnités, M. Bruns a déclaré dans une lettre du 9 avril 1972 qu'il se décidait pour la pension de retraite au lieu de l'allocation de départ et il demandait la communication du montant de cette allocation qu'il rembourserait. N'ayant plus reçu de nouvelles de la Commission, après un certain temps, il a rappelé ses demandes dans une lettre du 1er septembre Cette lettre étant également demeurée sans réponse, M. Bruns a adressé à la Commission, le 16 octobre 1972, en application de l'article 90 du statut des fonctionnaires, une demande formelle, visant à ce qu'elle décide qu'il aurait un droit à pension en fonction du temps de service, à l'âge de 60 ans accomplis, et que le montant perçu indûment, à titre d'indemnité de départ, devrait être restitué. A la fin de l'année 1972, M. Bruns remboursa de lui-même l'allocation de départ à la Commission ; de ce fait, comme il l'a déclaré dans une lettre du 20 janvier 1973, le dernier alinéa de sa demande du 16 octobre 1972 était devenu sans objet. Par des lettres de la direction générale du personnel et de l'administration des 5 et 13 février 1973, il apprit ensuite qu'il n'existait pas d'obligation de rembourser l'allocation de départ. En outre, à propos de la lettre de la direction générale du personnel et de l'administration, du 21 février 1972, l'administration a déclaré qu'elle avait simplement fourni des informations au sujet des formulaires remplis, mais qu'elle n'avait donné aucune option. M. Bruns n'ayant reçu aucune décision formelle, à la suite de sa demande du 16 octobre 1972 ce qui, selon l'article 90 du statut des fonctionnaires, équivaut à un rejet de la demande, il a adressé à 631

3 CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE la Commission, le 19 février 1973, une réclamation, en application de l'article 90, paragraphe 2, du statut des fonctionnaires, dans laquelle il lui demandait de confirmer, qu'en raison de ses services auprès de cette institution, il aurait droit, à l'âge de 60 ans accomplis, à une retraite calculée en fonction de son temps de service. Finalement, il reçut une lettre datée du 19 mars 1973 et signée par un membre de la Commission, dans laquelle il lui était dit que celle-ci avait, à bon droit, versé l'allocation de départ et qu'en conséquence, il ne pouvait plus faire valoir aucun droit à retraite. Il n'était plus possible non plus de révoquer la demande du 26 août 1969 pour erreur. A propos de la lettre du 16 octobre 1972, l'administration remarquait encore que cette lettre n'avait pas pu conserver le délai de recours, mais que M. Bruns aurait dû au contraire se défendre au plus tard trois mois après le versement de l'allocation de départ ou après la notification du décompte définitif relatif à cette allocation. Cela a incité M. Bruns à saisir la Cour de justice le 16 mai Dans sa requête, il demandait qu'il plaise à la Cour : annuler la décision du 19 mars 1973 ; dire qu'il a droit, à l'âge de 60 ans accomplis, à une pension d'ancienneté calculée selon la durée de ses fonctions auprès de la Commission et qu'il est tenu de rembourser les indemnités qu'il a perçues au lieu de la pension ; dire que la Commission est tenue de communiquer le montant exact des sommes à rembourser. En revanche, la Commission persiste dans sa thèse selon laquelle M. Bruns ne pourrait plus poursuivre cette demande par voie d'action devant la Cour. Elle a donc introduit la demande déjà mentionnée au début, visant à obtenir que la Cour statue préalablement sur la recevabilité du recours et constate son irrecevabilité. En motivant sa demande, au cours de la procédure écrite, la Commission a surtout développé la thèse selon laquelle le fait qu'il a été donné suite à la demande de versement d'une allocation de départ introduite par le requérant en 1969, plus exactement qu'une indemnité a été versée, ou du moins que le décompte définitif a eu lieu en février 1970, constituait également une décision définitive en ce sens que le requérant n'avait aucun droit à pension, et cela aurait constitué une mesure faisant grief au sens du statut des fonctionnaires. Un recours aurait donc pu être introduit à l'époque. Comme tel n'a pas été le cas, le requérant n'aurait plus la possibilité d'introduire, encore en 1972, un recours visant à faire constater des droits à pension. Au cours de la procédure orale, une thèse subsidiaire a encore été développée à ce sujet. En partant de l'hypothèse affirme la Commission selon laquelle la communication faite au printemps de 1972, du résultat de l'examen des demandes présentées par le requérant en vertu de l'article 107 du statut des fonctionnaires et de l'article 11 de l'annexe VIII à ce statut était juridiquement importante (en réalité, la Commission estime par principe que cette communication n'a aucune importance), la lettre du requérant du 9 avril 1972 devrait être considérée comme une demande au sens du statut des fonctionnaires. C'est, à tout le moins, à partir de cette demande que les délais déterminants devraient être calculés. Mais, étant donné qu'à cette époque-là, les délais de l'ancien statut du personnel étaient encore en vigueur et que le requérant n'avait pas reçu de réponse à sa demande, cela aboutirait à ce qu'une décision implicite de rejet serait intervenue le 9 juin Ou bien cette décision aurait dû être attaquée immédiatement dans un délai de deux mois, ou bien une réclamation administrative aurait dû, à tout le moins, être introduite avant l'expiration de ce délai. Le requérant n'a fait ni l'un ni l'autre. Au contraire, une réclamation administrative n'est intervenue que le 16 octobre 632

4 BRUNS / COMMISSION 1972, ou si l'on considère la lettre de rappel déjà mentionnée du requérant le 1er septembre 1972, donc après l'expiration du délai déterminant. Même dans cette hypothèse, il serait donc clair que le recours a été introduit avec retard. Un premier problème important consiste à savoir si la demande d'allocation de départ introduite par le requérant et la décision adoptée à ce sujet ont en réalité un caractère définitif, même au sens d'un refus de droits à pension. A notre avis, cependant, des doutes justifiés apparaissent à cet égard. Ils reposent sur le fait qu'à cette époque, des demandes du requérant concernant le règlement de sa pension et fondées sur l'article 107 du statut des fonctionnaires et sur l'article 11 de l'annexe VIII à ce statut existaient également et qu'en outre, à propos de ces demandes, la Commission a déclaré, dans une communication générale, que les intéressés ne devraient prendre une décision définitive que lorsque le résultat de l'examen des demandes aurait été établi. Il est également difficile d'approuver la thèse selon laquelle ces demandes auraient été pratiquement sans importance pour le requérant. A tout le moins le transfert de l'équivalent actuariel de ses droits à pension d'ancienneté à l'égard des Communautés à l'administration au service de laquelle le requérant est entré après avoir quitté la Communauté, c'est-à-dire l'application de l'article 11 de l'annexe VIII, pouvait-elle entrer en ligne de compte. En réalité, il n'est toutefois pas nécessaire d'élucider définitivement ce point dans le cadre de l'examen de la recevabilité. Le fait déterminant est plutôt que le chef de la direction générale du personnel et de l'administration partageait ce point de vue. Cela résulte de la lettre déjà mentionnée du directeur général du personnel et de l'administration, du 14 septembre 1971, dans laquelle nous lisons : «Au reste, j'estime comme vous que la question du choix entre le droit à une pension d'ancienneté, l'indemnité de départ et le transfert de l'équivalent actuariel de ces droits à pension à une caisse de prévoyance extérieure ne pourrait être définitivement tranchée que lorsque la clarté aura été faite sur les différentes possibilités et sur le résultat final. Après réception des formulaires ci-joints, l'administration énoncera les constatations qui s'y rapportent et vous les communiquera». Une clarification en ce sens a été donnée une fois de plus lors de la communication du résultat de l'examen, dans la lettre du directeur général du personnel et de l'administration du 21 février Nous y lisons, à propos de l'article 11, paragraphe 1, de l'annexe VIII, que «le déclenchement de cette procédure exigerait avant toute chose le remboursement aux Communautés de l'allocation de départ qui a déjà été ordonnancée en son temps». La lettre déclare en outre : «Cependant, la réalisation de votre droit à une pension en fonction de votre temps de service supposerait aussi le remboursement aux Communautés de l'allocation de départ ordonnancée en son temps... Vous devriez en outre déclarer expressément que vous retirez votre demande de transfert de vos droits à votre nouvel organisme de prévoyance en application de l'article 11, paragraphe 1, de l'annexe VIII au statut». Enfin, la dernière phrase de cette lettre est, elle aussi, intéressante ; elle déclare : «j'espère vous avoir bien exposé les diverses possibilités pour vous permettre d'opter entre le remboursement de l'indemnité de départ et la pension en fonction de la durée de vos services, le remboursement de l'indemnité de départ et la transfert de vos droits à votre caisse de prévoyance actuelle ou, enfin, le maintien de l'indemnité de départ qui vous a été versée à l'époque.» En réalité, il faut en conclure que l'administration de la Commission soutenait, elle-même, la thèse selon laquelle une option restait ouverte au requérant. Puisque, en outre, cette thèse ne parait pas manifestement erronée et puisque, à la rigueur, une correction (si on la considère comme permise) à été effectuée dans la lettre du 13 février 1973, c'est-à-dire ainsi que nous allons le montrer 633

5 CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE trop tard pour les faits qui sont actuellement déterminants, nous ne pouvons donc que faire la constatation suivante, à titre de premier résultat : il ne saurait être question d'admettre qu'une décision définitive, attaquable, relative aux droits à pension du requérant existait en 1969 ou en Selon les déclarations de l'autorité administrative elle-même, auxquelles un fonctionnaire peut faire confiance selon le principe de la bonne foi, une option définitive n'a, au contraire, été exigible pour le requérant qu'au printemps Telle est donc la date dont il faut partir, lorsque l'on examine la recevabilité du recours. Si l'on procède ainsi, la question qui se pose ensuite et nous en venons ainsi à la thèse subsidiaire de la Commission est de savoir s'il est juste de voir dans la lettre du requérant du 9 avril 1972 une demande ayant déclenché des délais, au sens du statut des fonctionnaires, Sur ce point, également, nous avons cependant des scrupules considérables à suivre l'argumentation de la Commission. A cet égard, le fait que le requérant devait déclarer une option au printemps 1972 est, pour nous, essentiel. Selon une opinion exacte, cela constitue une décision unilatérale. Sur la base de la communication précédente à l'administration, le rapport juridique entre le requérant et la Commission était établi, dès que le requérant avait pris sa décision, ou si l'on veut il s'était concrétisé. En faveur de l'exactitude de cette thèse, on peut comme le requérant l'a fait faire état de la communication de la Commission publiée dans le courrier du personnel d'octobre 1969, c'est-à-dire du fait qu'il y est question d'une «décision définitive» de «l'intéressé». Le fait que, dans la lettre du 9 avril 1972, le requérant ait demandé de lui «communiquer en francs belges le montant de l'indemnité de départ à rembourser» ne va pas à l'encontre de cette thèse. Le requérant aurait pu tout aussi bien ne pas faire cette demande, car tout ce qui devait se produire après sa déclaration unilatérale du 9 avril 1972 était de pure exécution administrative. Mais si, comme nous l'avons montré, la lettre du 9 avril 1972 ne doit pas être considérée comme une demande au sens de l'article 90 du statut des fonctionnaires, aucun délai n'a commencé à courir à partir de cette date sur la base de la disposition citée. Au contraire, après s'être aperçu que l'administration ne respectait pas sa décision et n'en tirait pas les conséquences nécessaires, le requérant pouvait ultérieurement et, en tout temps, insister pour obtenir une clarification de la situation juridique, au moyen d'une simple demande de constatation. Il l'a fait, comme nous le savons, par une demande introduite le 16 octobre 1972, conformément à l'article 90 du statut des fonctionnaires. C'est donc à cette date que les discussions formelles avec l'administration en vue d'élucider le problème litigieux ont commencé. Le recours est par conséquent recevable s'il a été introduit en temps utile à partir de ce moment. Selon le nouveau statut des fonctionnaires, déjà en vigueur à ce moment-là (voir article 87 du règlement du Conseil du 30 juin 1972), un délai de quatre mois, à la fin duquel il est admis en cas d'inactivité de l'administration que celleci a statué négativement, courait à compter de la présentation de la demande. Une décision implicite de rejet existait donc le 16 février Une réclamation formelle pouvait être introduite contre cette décision dans un délai de trois mois, ce qui a été fait par une demande du requérant du 19 février La Commission a alors expressément réagi par la décision du 19 mars 1973 et, contre cette dernière, M. Bruns s'est de nouveau défendu en temps opportun, c'està-dire avant l'expiration de trois mois, par le recours introduit le 16 mai Il ne saurait donc être question d'une introduction tardive de la procédure judiciaire. Puisque, au reste, nous ne voyons aucune objection en ce qui concerne la formulation des conclusions que nous avons citées au début, nous devons constater que le recours est recevable. 634

6 BRUNS / COMMISSION En conclusion, nous vous proposons donc de rejeter l'exception de la Commission et de déclarer expressément que le recours est recevable. Étant donné que cette décision ne met pas fin à la procédure, mais que le président doit fixer de nouveaux délais pour sa poursuite, aucune décision sur les dépens n'est nécessaire actuellement. Cette décision doit être réservée pour l'arrêt final, à supposer que l'on en arrive là et que l'affaire ne soit pas réglée par l'accord des parties, après la clarification des questions de recevabilité. 635

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T Numéro du rôle : 367 Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 7 de la loi du 20 juillet 1991 portant des dispositions budgétaires, introduit par Bertrand

Plus en détail

de l'organisation des Nations Unies

de l'organisation des Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 477 Affaire No 507 : ISHIKAWA Contre : Le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit: M. Roger

Plus en détail

JUGEMENT DU PRÉSIDENT DE LA COUR ADMINISTRATIVE DU 26 AVRIL 2011 EN LA CAUSE

JUGEMENT DU PRÉSIDENT DE LA COUR ADMINISTRATIVE DU 26 AVRIL 2011 EN LA CAUSE JUGEMENT DU PRÉSIDENT DE LA COUR ADMINISTRATIVE DU 26 AVRIL 2011 EN LA CAUSE ENTREPRISE X. CONTRE SERVICE DES ARTS ET MÉTIERS ET DU TRAVAIL (ADM 128 / 2010). Amende administrative prononcée à l'encontre

Plus en détail

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro

Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro 1 Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et le Monténégro (Entré en vigueur le 01-06-2014, publié dans le MB du 23-06-2014)

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Circulaire modifiant la circulaire du 15 septembre 1998 relative au séjour de l'étranger qui désire faire des études en Belgique

Circulaire modifiant la circulaire du 15 septembre 1998 relative au séjour de l'étranger qui désire faire des études en Belgique Date: 01/09/2005 M.B.: 06/10/2005 Circulaire modifiant la circulaire du 15 septembre 1998 relative au séjour de l'étranger qui désire faire des études en Belgique I. Introduction : En vertu de l'article

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. Juge Anne L. MACTAVISH Juge Benjamin Joses ODOKI REQUÊTE N 2011/01

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. Juge Anne L. MACTAVISH Juge Benjamin Joses ODOKI REQUÊTE N 2011/01 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT QUORUM : Professeur Yadh BEN ACHOUR Président Juge Salihu Modibbo Alfa BELGORE Vice-président Juge Anne L. MACTAVISH Membre Juge Benjamin

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783. Mme Dejana R M. Dzibrail R RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0904782-0904783 Mme Dejana R M. Dzibrail R Mme Frackowiak Rapporteur public M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Audience du 8 mars

Plus en détail

CIRCULAIRE DGFAR/SDPS/C2006-5046 Date: 10 octobre 2006

CIRCULAIRE DGFAR/SDPS/C2006-5046 Date: 10 octobre 2006 1 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de la forêt et des affaires rurales Sous-Direction de la protection sociale Bureau de l'assujettissement et des cotisations 78, rue de Varenne

Plus en détail

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014 Règlement n 99-14 du 23 septembre 1999 relatif à la garantie des titres détenus, pour le compte d'investisseurs, par les établissements de crédit, les entreprises d'investissement et les autres intermédiaires

Plus en détail

Lettre ministérielle du 17 janvier 2007

Lettre ministérielle du 17 janvier 2007 Lettre ministérielle du 17 janvier 2007 Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Direction de la

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909

Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909 PETITES NOTES DE JURISPRUDENCE DECEMBRE 2013 Statuts des personnels Aftab ZAFAR Stagiaire Centre de droit JuriSanté Centre de droit JuriSanté - CNEH Conseil d Etat, 23 septembre 2013, n 350909 Service

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

Dahir n 1-91-225 du 22 rebia I 1414 (10 septembre 1993) portant promulgation de la loi n 41-90 instituant des tribunaux administratifs.

Dahir n 1-91-225 du 22 rebia I 1414 (10 septembre 1993) portant promulgation de la loi n 41-90 instituant des tribunaux administratifs. Dahir n 1-91-225 du 22 rebia I 1414 (10 septembre 1993) portant promulgation de la loi n 41-90 instituant des tribunaux administratifs. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II) Que l'on

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

REGIME INVALIDITE-DECES DES SAGES-FEMMES 1

REGIME INVALIDITE-DECES DES SAGES-FEMMES 1 REGIME INVALIDITE-DECES DES SAGES-FEMMES 1 Article 1 Le régime dit "d'assurance invalidité-décès" des sages-femmes, institué conformément aux dispositions de l'article L. 644-2 du code de la Sécurité sociale,

Plus en détail

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A.

CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. COUR D'APPEL PROVINCE DE QUÉBEC GREFFE DE MONTRÉAL No: (500 05 000061 927) Le 13 décembre 1993 CORAM: LES HONORABLES BEAUREGARD MAILHOT PROULX, JJ.C.A. RAYMOND, CHABOT, FAFARD, GAGNON INC. en sa qualité

Plus en détail

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction L'exécution forcée en matière civile en Italie Textes de référence (extraits en annexe) :! Code civil! Code de procédure civile! Loi du 1er décembre 1970, n 898 Table des matières A. Exécution des obligations

Plus en détail

Politique de résolution des litiges relatifs aux noms de domaine Point ML

Politique de résolution des litiges relatifs aux noms de domaine Point ML Politique de résolution des litiges relatifs aux noms de domaine Point ML 1. Objet Les principes directeurs pour ce règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine (les «principes directeurs»)

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations PROJET DE LOI adopté le 12 décembre 1984 N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations familiales pour le recouvrement

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 696. de l'organisation des des Nations Unies

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 696. de l'organisation des des Nations Unies Nations Unies AT T/DEC/696 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 21 juillet 1995 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 696 Affaire No 741 : DE BRANDT-DIOSO Contre : Le Secrétaire

Plus en détail

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (... Cour d'appel de Paris 15ème chambre, section A Parties en cause : 1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...), Nice,

Plus en détail

Arrêt de la Cour de justice, Commission/Italie, affaire 101-84 (11 juillet 1985)

Arrêt de la Cour de justice, Commission/Italie, affaire 101-84 (11 juillet 1985) Arrêt de la Cour de justice, Commission/Italie, affaire 101-84 (11 juillet 1985) Légende: Dans son arrêt du 11juillet 1985, dans l affaire 101/84, Commission contre Italie, la Cour de justice déclare que

Plus en détail

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER ENTRE : LA MINISTRE DES RESSOURCES NATURELLES, pour et au nom du gouvernement

Plus en détail

Avenant Numéro 6 de la convention des Médecins Généralistes

Avenant Numéro 6 de la convention des Médecins Généralistes Avenant Numéro 6 de la convention des Médecins Généralistes "suivi et contrôle des engagements du médecin référent" Imprimer cette page L'organisation syndicale représentative des médecins généralistes

Plus en détail

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES Art. 1 Généralités 1.1 Ces Conditions Générales ont été élaborées afin d'être appliquées avec les Conditions Particulières

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions

TITRE I DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 Définitions Arrangement administratif relatif à l application de la Convention sur la sécurité sociale entre le Royaume de Belgique et la République Fédérative du Brésil (Entrée en vigueur le 01-12-2014, publié au

Plus en détail

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LE NIGER

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LE NIGER ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LE NIGER 11, rue de la Tour des Dames - 75436 Paris cedex 09 - Tél. 01 45 26 33 41 - Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr 2 Textes franco-nigériens TEXTES FRANCO-NIGÉRIENS

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Article premier Dispositions générales 1. Le Tribunal international du droit de la mer est créé et fonctionne conformément aux dispositions de la Convention

Plus en détail

C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie

C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie (Entrée en vigueur: 1 septembre 2009 Moniteur belge: 21 août 2009) Le Royaume de Belgique Et L Australie,

Plus en détail

CONVENTION ADDITIONNELLE

CONVENTION ADDITIONNELLE CONVENTION ADDITIONNELLE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRATIVE DU BRÉSIL EN VUE D ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE RÉGLER CERTAINES AUTRES QUESTIONS EN MATIÈRE

Plus en détail

Notre engagement de service

Notre engagement de service Heures d ouverture Lundi 8.30-12h 13-16h Mardi 8.30-12h 13-16h Mercredi 8.30-12h Jeudi 8.30-12h 13-16h Vendredi 8.30-12h Ou sur rendez-vous en dehors des heures d ouverture Notre engagement de service

Plus en détail

Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1

Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1 Application de l'entente sur l'entraide judiciaire entre la France et le Québec, Loi assurant l', L.R.Q. c - A-20.1 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre A-20.1 Loi assurant l'application de

Plus en détail

Circulaire n 2008/41 du 25 juillet 2008 Caisse nationale d'assurance vieillesse

Circulaire n 2008/41 du 25 juillet 2008 Caisse nationale d'assurance vieillesse 1 sur 5 Direction de la retraite et du contentieux Département réglementation et études juridiques Circulaire n 2008/41 du 25 juillet 2008 Caisse nationale d'assurance vieillesse Destinataires Mesdames

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

Groupe de travail «article 29» sur la protection des données

Groupe de travail «article 29» sur la protection des données Groupe de travail «article 29» sur la protection des données 1676/13/FR WP 208 Document de travail n 02/2013 énonçant des lignes directrices sur le recueil du consentement pour le dépôt de cookies Adopté

Plus en détail

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 ---------------------------------------

A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- A V I S N 1.613 ----------------------- Séance du jeudi 31 mai 2007 --------------------------------------- Projet d'arrêté royal en exécution des articles 5 à 14 de la loi du portant des dispositions

Plus en détail

L'ALLOCATION TEMPORAIRE D'INVALIDITE

L'ALLOCATION TEMPORAIRE D'INVALIDITE L'ALLOCATION TEMPORAIRE D'INVALIDITE L'allocation temporaire d'invalidité (ATI) est une prestation destinée aux fonctionnaires affiliés à la CNRACL, victimes d'un accident de service ou d'une maladie professionnelle,

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

20 mars 2014. Mademoiselle Anne Carole E. c/ SAS Robert Half International France

20 mars 2014. Mademoiselle Anne Carole E. c/ SAS Robert Half International France Cour d'appel Paris - Pôle 06 chambre 7 20 mars 2014 Mademoiselle Anne Carole E. c/ SAS Robert Half International France Décision attaquée : Conseil de Prud hommes Paris 15 02 2012 Sources : Références

Plus en détail

COORDINATION ENTRE LES RÉGIMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DES

COORDINATION ENTRE LES RÉGIMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DES COORDINATION ENTRE LES RÉGIMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DES DÉPARTEMENTS MÉTROPOLITAINS OU D OUTRE MER ET LES RÉGIMES DE SÉCURITÉ SOCIALE EN VIGUEUR À MAYOTTE Mis à jour : septembre 2005 COORDINATION ENTRE

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre civile 2, 27 mars 2014, 13-16.126, Inédit Legifra...

Cour de cassation, civile, Chambre civile 2, 27 mars 2014, 13-16.126, Inédit Legifra... Page 1 sur 5 Références Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du jeudi 27 mars 2014 N de pourvoi: 13-16126 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Baraduc, Duhamel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 9 novembre 2010 N de pourvoi: 08-40535 Publié au bulletin Rejet Mme Collomp (président), président SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER

GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER GARANTIE D'APPROVISIONNEMENT CONSENTIE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 338 DE LA LOI SUR L'AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE FORESTIER ENTRE : LA MINISTRE DES RESSOURCES NATURELLES, pour et au nom du gouvernement

Plus en détail

Composition Présidente: Anne-Sophie Peyraud Josef Hayoz, Marianne Jungo Greffier-stagiaire: Simone Schürch

Composition Présidente: Anne-Sophie Peyraud Josef Hayoz, Marianne Jungo Greffier-stagiaire: Simone Schürch Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 605 2013 233 Arrêt du 21 avril 2015 I e Cour des assurances sociales Composition

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

LES NOUVELLES DISPOSITIONS INTRODUITES PAR LA LOI SUR LA REFORME DES

LES NOUVELLES DISPOSITIONS INTRODUITES PAR LA LOI SUR LA REFORME DES Réf. : CDG-INFO2004-6/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Martine DELECOURT PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-10 / 1-50-15 / 1-50-20 : 03.20.15.80.50 ou 03.20.15.80.64 Date : le 5 février 2004 LES NOUVELLES

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne COMMISSION. (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee et pour l'accord UE/Suisse) (2004/562/CE)

Journal officiel de l'union européenne COMMISSION. (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee et pour l'accord UE/Suisse) (2004/562/CE) 5.8.2004 L 259/1 II (Actes dont la publication n'est pas une condition de leur applicabilité) COMMISSION COMMISSION ADMINISTRATIVE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE DES TRAVAILLEURS

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 Vu I ) la requête, enregistrée le 22 mai 2012 sous le n 12PA02246, présentée pour la société ebay France, dont le siège

Plus en détail

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels (La Haye, 1er juillet 1964) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 MAI 2013 S.11.0060.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0060.F A. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Doc. parl. 3671 Loi du 3 juin 1994 portant organisation des relations entre les agents commerciaux indépendants et leurs commettants et portant transposition de la directive du Conseil 86/653/CEE du 18

Plus en détail

Monsieur le Président, Mmes et MM. les Conseillers Tribunal Administratif de... (Le TA compétent est celui de la résidence administrative de l'agent)

Monsieur le Président, Mmes et MM. les Conseillers Tribunal Administratif de... (Le TA compétent est celui de la résidence administrative de l'agent) Mme, M. X. Adresse Code postal - Ville Ville, le 2009 Monsieur le Président, Mmes et MM. les Conseillers Tribunal Administratif de... (Le TA compétent est celui de la résidence administrative de l'agent)

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 29.9.2014. COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0564/2012, présentée par Marianne van Eck, de nationalité néerlandaise, sur les problèmes administratifs

Plus en détail

de l Organisation de l aviation civile internationale

de l Organisation de l aviation civile internationale TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 859 Affaire No 956 : CARROLL Contre : Le Secrétaire général de l Organisation de l aviation civile internationale LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé

Plus en détail

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI)

Statut du Tribunal Etudiant de. Règlement des différends internationaux (TERDI) !!! Statut du Tribunal Etudiant de Règlement des différends internationaux (TERDI) TERDI Bruxelles, le 2 février 2015 Les membres du Centre de droit international de l Université Libre de Bruxelles, Constatant

Plus en détail

LE RECTEUR DE L'ACADEMIE DE LILLE

LE RECTEUR DE L'ACADEMIE DE LILLE LE RECTEUR DE L'ACADEMIE DE LILLE à Mesdames et Messieurs les Inspecteurs Mesdames et Messieurs les Chefs d'etablissement Mesdames et Messieurs les Directeurs de C.I.O. Lille, le 29 Septembre 2005 DIVISION

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Président. Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE DIJON N 1102334 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. Président M. 5 T ' Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Tribunal administratif de Dijon Le président du Tribunal, Audience du

Plus en détail

Arrangement administratif pour l application de la Convention sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie

Arrangement administratif pour l application de la Convention sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie Arrangement administratif pour l application de la Convention sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie (Entrée en vigueur: 1 septembre 2009 Moniteur belge : 31 août 2009)

Plus en détail

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LA PRINCIPAUTÉ D'ANDORRE

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LA PRINCIPAUTÉ D'ANDORRE ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LA PRINCIPAUTÉ D'ANDORRE Mis à jour : Juin 2003 11, rue de la Tour des Dames 75436 Paris cedex 09 Tél. 01 45 26 33 41 Fax 01 49 95 06 50 www.cleiss.fr 2 Textes

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 DECEMBRE 2007 F.05.0098.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.05.0098.F ETAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, poursuites

Plus en détail

Ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel 1

Ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel 1 Ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel 1 modifiée par l'ordonnance n 59-223 du 4 février 1959 2 et par les lois organiques n 74-1101 du 26 décembre

Plus en détail

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 Convention concernant la liberté syndicale et la protection du droit syndical (Note: Date d'entrée en vigueur: VIGUEUR=04:07:1950.)

Plus en détail

CONVENTION DE LOUAGE DE SERVICES. Article 1:objet. Article 2:description de la mission. Article 3:durée. Entre:

CONVENTION DE LOUAGE DE SERVICES. Article 1:objet. Article 2:description de la mission. Article 3:durée. Entre: CONVENTION DE LOUAGE DE SERVICES Entre: La société anonyme... ayant son siège à..., R.C. de... n..., représentée par Monsieur... et Monsieur..., administrateurs, Ci-après "le mandant" Et: Monsieur...,

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES R.G.N 46.578 le feuillet. Rep.N. dnl~(~d. COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 5 DECEMBRE 2006. 4 ème chambr Contrat d'emploi Contradictoire Définitif En cause de: Maurice, Appelant,

Plus en détail

POSITION DU CCBE CONCERNANT LE LIBRE CHOIX D'UN AVOCAT EN MATIÈRE D'ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

POSITION DU CCBE CONCERNANT LE LIBRE CHOIX D'UN AVOCAT EN MATIÈRE D'ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE POSITION DU CCBE CONCERNANT LE LIBRE CHOIX D'UN AVOCAT EN MATIÈRE D'ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Position du CCBE concernant le libre choix d'un avocat en matière d'assurance protection juridique Le

Plus en détail

Règles d application des principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine

Règles d application des principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Règles d application des principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs adoptés le 26 août 1999 Documents d application approuvés le

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 9 juin 2011 N de pourvoi: 09-69923 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault, président M. Jessel, conseiller rapporteur Mme Petit

Plus en détail

Loi du 13 avril 1995 relative au contrat d'agence commerciale

Loi du 13 avril 1995 relative au contrat d'agence commerciale Loi du 13 avril 1995 relative au contrat d'agence commerciale Article 1. Le contrat d'agence commerciale est le contrat par lequel l'une des parties, l'agent commercial, est chargée de façon permanente,

Plus en détail

Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace

Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace Actualité juridique publié le 25/01/2015, vu 622 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s'intéresser à un arrêt

Plus en détail

Objet : Accord franco-japonais.

Objet : Accord franco-japonais. Circulaire Objet :. Référence : 2014-59 Date : 26 novembre 2014 Direction des relations internationales et de la coordination Diffusion : Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/5 Avis n 35/2011 du 21 décembre 2011 Objet : mention de l'identité d'un donneur d'alerte dans une communication interne via e-mail ainsi que dans le procès-verbal de la réunion du conseil d'administration

Plus en détail

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE PREMIER TRAVAIL (6 points) 1.1- Prise en charge des dommages matériels du véhicule de Nicolas MARTIN Au titre

Plus en détail

MODE OPERATOIRE. Modifié le24/01/2007-1 -

MODE OPERATOIRE. Modifié le24/01/2007-1 - MODE OPERATOIRE Remplissage du formulaire de liaison 30894 spécifique aux échanges de carrière entre les régimes de la Fonction publique et le Régime général Modifié le24/01/2007-1 - SOMMAIRE Sommaire

Plus en détail

Annexe IX. au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011 relative à l'indemnisation du chômage. 1.1. Salariés en situation de détachement

Annexe IX. au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011 relative à l'indemnisation du chômage. 1.1. Salariés en situation de détachement Annexe IX au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011 relative à l'indemnisation du chômage Salariés occupés hors de France 1 ou par des organismes internationaux, ambassades et consulats

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 4 DECEMBRE 2009 C.09.0007.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0007.F G. C., demanderesse en cassation, représentée par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

REFERENCE: BULLETIN OFFICIEL N 3771-15 joumada I 1405 (6-2-85).,

REFERENCE: BULLETIN OFFICIEL N 3771-15 joumada I 1405 (6-2-85)., REFERENCE: BULLETIN OFFICIEL N 3771-15 joumada I 1405 (6-2-85)., Décret n 2-82-668 du 17 rebia II 1405 (9 janvier 1985) portant statut particulier du corps Interministériel des Ingénieurs et des architectes

Plus en détail

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET MADAGASCAR

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET MADAGASCAR ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET MADAGASCAR 11, rue de la Tour des Dames 75436 Paris cedex 09 Tél. 01 45 26 33 41 Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr Convention entre la France et Madagascar

Plus en détail

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des poursuites Direction générale 01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

INSTRUCTION. N 08-015-B3 du 20 mars 2008 NOR : BUD R 08 00015 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 08-015-B3 du 20 mars 2008 NOR : BUD R 08 00015 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 08-015-B3 du 20 mars 2008 NOR : BUD R 08 00015 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RETRAITE ANTICIPÉE DES FONCTIONNAIRES HANDICAPÉS. MAJORATION DE PENSION ANALYSE

Plus en détail

Tribunal fédéral 5A_764/2011 II ème Cour de droit civil Arrêt du 30 mars 2012 (f) Divorce

Tribunal fédéral 5A_764/2011 II ème Cour de droit civil Arrêt du 30 mars 2012 (f) Divorce Tribunal fédéral 5A_764/2011 II ème Cour de droit civil Arrêt du 30 mars 2012 (f) Divorce Recevabilité d un recours au Tribunal fédéral ; décision finale Art. 93 LTF Décision finale. La décision de l autorité

Plus en détail

EXE AppealReview SOP 28 fr. Appel et Révision. Procédure opératoire standard. Valide à partir du : 11/03/2015 Distribution : Externe publique

EXE AppealReview SOP 28 fr. Appel et Révision. Procédure opératoire standard. Valide à partir du : 11/03/2015 Distribution : Externe publique 28 fr Appel et Révision Procédure opératoire standard Valide à partir du : 11/03/2015 Distribution : Externe publique Table de Matières 1 Objet... 3 2 Champs d`application... 3 3 Définitions... 3 4 Processus...

Plus en détail

COUR D'APPEL DE PARIS

COUR D'APPEL DE PARIS COUR D'APPEL DE PARIS 1ère Chambre Section A ARRÊT DU 20 OCTOBRE 2004 Numéro d'inscription au répertoire général : 03/04049 Décision déférée à la Cour : Jugement du 09 Décembre 2002 - Tribunal de Grande

Plus en détail

N 2010 / 033 29/09/2010

N 2010 / 033 29/09/2010 N 2010 / 033 29/09/2010 Origine : Direction des Retraites, du Recouvrement, des Clients et de l Animation du Réseau (DIRRCA) : Direction du Recouvrement Contact : Nicole SELLIER nicole.sellier@le-rsi.fr

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif. aux modalités d application de la Convention de sécurité sociale. entre. le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif. aux modalités d application de la Convention de sécurité sociale. entre. le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la Convention de sécurité sociale entre le Grand-Duché de Luxembourg et la République Tunisienne En application de l article 43 de la Convention

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail