Etats dépressifs et conduite suicidaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etats dépressifs et conduite suicidaire"

Transcription

1 Etats dépressifs et conduite suicidaire

2

3 Table des matières Table des matières 3 I - Données épidémiologiques 9-11 A. Humeur dépressive...11 B. Inhibition psychomotrice moteur Psychique Fatigue et fatigabilité...12 C. Symptômes associés Baisse des fonctions instinctuelles anxiété Trouble du caractère et du comportement Troubles somatiques A. F. symptomatiques F. anxieuses (agitées) F. stuporeuses (inhibées) F. délirantes (psychotiques) F. confuses (pseudo-démentielles) Dépression masquée Etats mixtes...13 B. F. selon l'âge Chez l'enfant Chez le sujet âgé Chez la femme enceinte ou en post puerpéral...14 C. F. selon la durée D. récurrente brève Dysthymie (ou névrose dépressive) Dépression saisonnière D. F. étiologiques D. primaire D. secondaire

4 A. Personnels...17 B. Sociaux...17 C. Cliniques...17 D. Iatrogènes A. Deuil normal...19 B. Névrose d'angoisse...19 C. Schizophrénie (hébéphrénique, catatonique, dysthymique)...19 D. Démence...19 E. Affection médicale...19 F. Effets d'une substance A. Hospitalisation...22 B. Pharmacothérapie Antidépresseurs...22 C. Sismothérapie...22 D. Psychothérapie...22 E. Photothérapie A. Indications...25 B. C.I. (des sels de lithium )...25 C. Conduite du traitement (par les sels de lithium ):

5 Objectifs 1. Connaître l'épidémiologie de la dépression 2. Reconnaître un état dépressif typique 3. Reconnaître les différentes formes cliniques de la dépression, en fonction de la sémiologie, de l'âge, de la durée et de l'étiologie 4. Pouvoir différencier une dépression endogène d'une dépression exogène 5. Reconnaître les signes de gravité de la dépression 6. Connaître les principes de traitement de la dépression par les antidépresseurs 7. Poser l'indication d'un traitement par les thymorégulateurs 5

6

7 Introduction Les états dépressifs sont fréquemment rencontrés, tant en psychiatrie qu'en médecine générale ou dans les autres spécialités médico-chirurgicales. Ils sont souvent méconnus ou incorrectement traités. Pourtant, ils retentissent négativement sur le fonctionnement sociofamilial et professionnel, augmentent le risque de morbidité somatique et comportent un risque vital, représenté par les conduites suicidaires. Leur coût économique (direct : médicaments, consultations médicales, hospitalisation, etc. ; et indirect : diminution du rendement, arrêt de travail, etc.) pour le système de santé et la société est considérable, sans parler de l'inconfort et de la souffrance, qu'ils procurent, aussi bien au malade qu'à son entourage. Ils représentent le trouble de l'humeur le plus fréquent, et surviennent soit isolés soit accompagnant divers troubles somatiques et psychiatriques, en particulier les plus graves parmi eux. 7

8

9 I - Données épidémiologiques I La dépression est deux fois plus fréquente chez la femme (pas le trouble bipolaire) Elle est plus fréquente chez les couches sociales pauvres, matériellement et éducativement. Le risque dépressif augmente avec l'âge, mais les enfants et même les nourrissons ne sont pas épargnés. Elle concerne près de 1 % de la population générale, mais moins de la moitié des déprimés sont correctement traités, dans les pays occidentaux. 9

10

11 Sémiologie de la II - dépression (forme type) II A. Humeur dépressive tristesse constante : se manifeste fréquemment par des pleurs, qui dépassent les capacités de contrôle du sujet. vécu pessimiste, avec représentation péjorative du passé, du présent et du futur, (+) désir ou idées de mort. sentiments d'incapacité, de dévalorisation de soi et d'infériorité, voire de culpabilité, d'indignité et d'incurabilité. inertie (ou anesthésie) affective : conscience pénible de ne plus pouvoir ressentir des sentiments adéquats, envers ses proches, ni du plaisir lors des situations, qui étaient auparavant agréables. Se traduit aussi par un dégoût de la plupart des activités, même celles qui étaient les plus appréciées auparavant. Cette humeur dépressive est inconstante et peut être remplacée par : une dysphorie : tension intérieure, colère, etc. un émoussement affectif : désintérêt, indifférence. une hyper thymie douloureuse. B. Inhibition psychomotrice Ralentissement global, qui touche les côtés : 1. moteur des gestes : qui sont lents, rares, retardés, de faible amplitude de la mimique : qui est figée, avec parfois un oméga mélancolique au front des paroles : qui sont rares, à débit lent (bradyphémie), à basse tonalité, à voix monotone 2. Psychique de la pensée : appauvrissement de la disponibilité et de la mobilité idéique, incapacité à penser de façon claire et efficace, indécision, doutes et 11

12 Sémiologie de la dépression (forme type) hésitation devant les situations les plus banales. de la mémoire, de l'attention et de la concentration, avec diminution du rendement intellectuel. 3. Fatigue et fatigabilité les gestes simples de la vie quotidienne deviennent pénibles, demandant un effort considérable. C. Symptômes associés 1. Baisse des fonctions instinctuelles insomnie : typiquement de la fin de la nuit, avec appréhension du commencement d'une nouvelle journée, pleine de souffrance et de malheur. anorexie, (+) amaigrissement. baisse de la libido, avec impuissance sexuelle chez l'homme et frigidité chez la femme. 2. anxiété Incapacité à se détendre, avec état de tension intérieure. C'est un signe très fréquent et qui constitue un facteur de risque suicidaire. 3. Trouble du caractère et du comportement irritabilité, impulsivité, intolérance, 4. Troubles somatiques hypo TA, bradycardie, constipation, algies d'allure hypocondriaque, etc. 12

13 Formes cliniques III - III A. F. symptomatiques 1. F. anxieuses (agitées) Le risque suicidaire est majeur, du fait de l'absence de l'inhibition psychomotrice, qui protège habituellement le déprimé de ses velléités suicidaires. 2. F. stuporeuses (inhibées) L'inhibition psychomotrice est à son comble. 3. F. délirantes (psychotiques) Peuvent s'accompagner d'hallucination. Le délire peut être congruent à l'humeur (culpabilité, ruine, dépréciation, etc.) ou non congruent à l'humeur (persécution, ensorcellement, négation d'organe ou «syndrome de COTARD», etc.) 4. F. confuses (pseudo-démentielles) Fréquentes chez le sujet âgé et doivent faire penser à une cause organique. 5. Dépression masquée la symptomatologie dépressive est reléguée au second plan, par des plaintes somatiques ou psychiques. Le caractère saisonnier de ces troubles, leur prédominance matinale, leur résistance aux thérapies habituellement efficaces et leur réponse aux antidépresseurs, confirment le diagnostic. 6. Etats mixtes Dans lesquels coexistent des symptômes maniaques et dépressifs. Ils sont souvent méconnus, pris pour des schizophrénies. 13

14 Formes cliniques B. F. selon l'âge 1. Chez l'enfant La dépression se manifeste le plus souvent par des troubles du caractère et du comportement, par des symptômes névrotiques ou par un fléchissement scolaire 2. Chez le sujet âgé La dépression prend souvent une allure hypocondriaque ou démentielle. Elle peut annoncer le début d'une démence 3. Chez la femme enceinte ou en post puerpéral La dépression est particulièrement fréquente, surtout en post partum, réalisant le classique «post partum blue», contemporain de la montée laiteuse. C. F. selon la durée 1. D. récurrente brève Réalise des états dépressifs récurrents, sévères, d'installation brutale et de courte durée (< à 15 jours) 2. Dysthymie (ou névrose dépressive) Etat dépressif mineur, subaigu, de durée > à 2 ans. C'est une personnalité névrotique, qui se caractérise par la tendance à être la plupart du temps déprimé de manière peu intense, mais chronique 3. Dépression saisonnière Fréquente dans les pays peu ensoleillés et survient généralement à l'automne ou l'hiver. Elle est plus fréquente chez la femme et est sensible à la photothérapie. D. F. étiologiques 1. D. primaire Pas d'atcd psychiatriques, à part des troubles de l'humeur. 14

15 Formes cliniques a) D. endogène (= mélancolique, psychotique) évolue dans le cadre d'une MMD (maladie maniaco-dépressive, appelée aussi PMD : psychose maniaco-dépressive), qui peut être : unipolaire : il n'y a eu que des accès dépressifs. bipolaire : il y a eu au mois un accès maniaque (même sans aucun accès dépressif). Ces formes débutent plus précocement, font plus de rechutes et répondent mieux aux thymorégulateurs. Caractéristiques de la dépression endogène : survient sans facteur déclenchant symptomatologie dépressive intense, prédominant le matin au réveil. mauvaise conscience du trouble. absence de réactivité aux sollicitations de l'environnement. pas de freination au test à la dexaméthasone. b) D. exogène (psychogène) Survient en réaction à une agression extérieure. Peut être : Névrotique : en rapport avec une personnalité fragile, supportant mal les frustrations et trouvant du mal à s'adapter avec son environnement. Réactionnelle : survenant suite à des évènements pénibles et traumatisants D'épuisement : survenant après un effort mental ou physique, qui dure trop longtemps. NB : Les caractéristiques de la dépression exogène s'opposent point par point celles de la D. endogène. 2. D. secondaire Survenant chez un sujet ayant des ATCD autres que dysthymiques, pouvant être : Pathologie organique (hormonale, infectieuse, neurologique,...). D'où la nécessité de rechercher systématiquement une étiologie organique devant toute dépression. Pathologie psychiatrique (névrose, psychose, alcoolisme, toxicomanie,...). Pathologie iatrogène (prise ou sevrage de certains médicaments). 15

16

17 Signes de gravité IV - IV Liés au risque suicidaire, qui est apprécié sur des critères : A. Personnels ATCD personnels ou familiaux de conduite suicidaire âge > à 40 ans. sexe masculin. maladie organique ou psychiatrique graves, connue par le malade. B. Sociaux Mauvaises conditions sociales (chômage, célibat prolongé, transplantation, etc.) C. Cliniques La forme de la dépression. Les formes : mélancolique, délirante, stuporeuse, et agitée, comportent le maximum de risque suicidaire. L'existence d'idées suicidaires obsédantes ou de désir de mort verbalisé. D. Iatrogènes Les cinq premiers jours du traitement antidépresseur (qui correspondent à la levée de l'inhibition) Queue de mélancolie (lorsque la surveillance s'allège) Les premières heures matinales (maximum de la dépression) 17

18

19 V - Diagnostics différentiels V A. Deuil normal Survient suite à une perte d'objet important, et dure moins de deux mois. B. Névrose d'angoisse Peut s'accompagner d'une prostration mais l'humeur n'est pas triste. C. Schizophrénie (hébéphrénique, catatonique, dysthymique) Le syndrome dissociatif domine le tableau clinique. D. Démence Affaiblissement intellectuel progressif, sans variation nycthémérale, survenant chez un sujet âgé. E. Affection médicale Hypothyroïdie,... F. Effets d'une substance La prise ou le sevrage, de certaines substances, en particulier les psychotropes, peut donner un tableau d'allure dépressive. 19

20

21 Moyens et VI - modalités du traitement VI A. Hospitalisation Impérative en cas de dépression mélancolique ou de risque suicidaire important. Peut se faire sous contrainte, lorsqu'elle est refusée par le malade. B. Pharmacothérapie 1. Antidépresseurs ont démontré leur efficacité, dans toutes les formes de dépressions, aussi bien endogène qu'exogène, à tel point que certains ont affirmé que «la dépression est ce qui guérit sous antidépresseurs». Les plus utilisé sont les tricycliques (TC) [ANAFRANIL25 ; ELAVIL25. Les doses sont généralement de : 1cp à J1, 2cp à J2, 3cp à J3 et on peut arriver jusqu'à 6cp/j, pour les formes sévères. Le traitement est à poursuivre pendant au moins 6 mois, après guérison] Récemment, une nouvelle classe thérapeutique est venue supplanter les TC, par ses moindres effets secondaires et sa simplicité d'emploi. Il s'agit des inhibiteurs spécifiques de recapture de la sérotonine (ISRS). [PROZAC, DEROXAT, ZOLOFT, FLOXYFRAL, IXEL]. Ces molécules sont prescrites à la dose de 1 à 2 cp/j. anxiolytiques (LYSANXIA ) : indiqués en cas d'anxiété. neuroleptiques sédatifs (NOZINAN ) dans les formes délirantes. thymorégulateurs : sels de lithium (THERALITE, NEUROLITHIUM ), carbamazepine (TEGRETOL ) ou valpromide (DEPAMIDE ) C. Sismothérapie Elle peut être indiquée : d'emblée : - f. stuporeuse, délirante, agitée. risque suicidaire imminent. différée : en cas de pharmaco-résistance. 21

22 Moyens et modalités du traitement D. Psychothérapie psychothérapie de soutien, thérapie cognitive, thérapie analytique, etc. ) E. Photothérapie Pour les dépressions saisonnières 22

23 VII - Traitement préventif (par les thymorégulateurs) VII A. Indications dépression endogène récurrente (après le deuxième accès dysthymique bien individualisé). Trois types de produit ont un effet thymorégulateur : Sels de Lithium : THERALITE, NEUROLITHIUM Carbamazépine (TEGRETOL ) : les doses thymorégulatrices sont les mêmes que celles antiépileptiques Valpromide (DEPAMIDE ) B. C.I. (des sels de lithium ) Grossesse, allaitement. Affection cardiaque ou rénale (I.C., I.R., RSS, association aux diurétiques) Hypothyroïdie. C. Conduite du traitement (par les sels de lithium ): Bilan préalable : rénal, hydroéléctrolytique, cardiaque, thyroïdien, test de grossesse. Doses progressives sous contrôle de la lithémie. Traitement au long cours, qui doit être scru 23

Les troubles de l humeur

Les troubles de l humeur Les troubles de l humeur I) La dépression : 1) Epidémiologie : La plus fréquente des affections psychiatriques, touche 15% de la population ( 2 femmes pour un homme). Elle représente 30% des causes de

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte SFMG RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte Décembre 2004 I. PROMOTEURS Société

Plus en détail

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19 Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM... 1 Introduction

Plus en détail

GERIATRIE UE ECN. en fiches. Collection dirigée par L. LE. Charles LOMBARD. Editions Vernazobres-Grego. classé 216 e à l ECN 2013

GERIATRIE UE ECN. en fiches. Collection dirigée par L. LE. Charles LOMBARD. Editions Vernazobres-Grego. classé 216 e à l ECN 2013 UE ECN en fiches Les Unités d Enseignement de l ECN en fiches Collection dirigée par L. LE GERIATRIE Charles LOMBARD classé 216 e à l ECN 2013 Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital 75013 PARIS

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9

1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9 1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9 Tel: 819-478-1216 Fax: 819-478-5799 Courriel : apamedr@cgocable.ca Site web: www.apamedrummondville.org Les services Interventions psychosociales : Interventions

Plus en détail

La fatigue dans la sclérose en plaques

La fatigue dans la sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage A. Catteau du CHU de Dijon T. Moreau président du CIRMA et vice-président du comité scientifique de la Fondation ARSEP et

Plus en détail

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc FORME comprimé quadrisécable COMPOSITION par 1 comprimé bromazépam 6 mg Excipients : lactose monohydrate, cellulose microcristalline, talc, magnésium stéarate. INDICATIONS

Plus en détail

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN

Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences. Dr Eric KILEDJIAN 1 Troubles psychologiques et comportementaux au cours des démences Dr Eric KILEDJIAN 2 Particularités Non spécifiques de la maladie d Alzheimer, > autres démences, > pathologie psychiatrique, > syndrome

Plus en détail

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE

DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE DEUXIÈME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Objectif 283 TROUBLES DE L HUMEUR ET TROUBLES BIPOLAIRES A L ADOLESCENCE Rédaction : Jean-Philippe RAYNAUD Objectifs : Connaître les différentes formes de

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Troubles des conduites alimentaires

Troubles des conduites alimentaires Troubles des conduites alimentaires Dr S Guillaume Service de Psychologie Médicale s-guillaume@chu-montpellier.fr Introduction Un problème fréquent en pratique clinique i Trois types de trouble identifiés:

Plus en détail

La dépression et le déprimé

La dépression et le déprimé La dépression et le déprimé Introduction La dépression est l une des maladies psychiques les plus fréquentes dans le monde. On estime ainsi que 5 à 10% des français de 15 à 75 en font une chaque année,

Plus en détail

INVENTAIRE DE SYMPTOMATOLOGIE DÉPRESSIVE EVALUATION PAR LE CLINICIEN (IDS-C)

INVENTAIRE DE SYMPTOMATOLOGIE DÉPRESSIVE EVALUATION PAR LE CLINICIEN (IDS-C) INVENTAIRE DE SYMPTOMATOLOGIE DÉPRESSIVE EVALUATION PAR LE CLINICIEN (IDS-C) NOM: DATE: Pour chaque item, entourez la réponse qui décrit le mieux le patient au cours des sept derniers jours. 1. Insomnie

Plus en détail

Les troubles du lien précoce une urgence pédiatrique?

Les troubles du lien précoce une urgence pédiatrique? Les troubles du lien précoce une urgence pédiatrique? Sophie Denard Réseau de Psychiatrie périnatale Pôle Universitaire de Psychiatrie Adulte CH Charles Perrens Introduction Le post-partum précoce une

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE DEUIL NORMAL I DEFINITION (Petit Robert) Douleur, affliction que l'on éprouve de la mort de quelqu'un. Voir : affliction, tristesse, perte. DR DUWIG EMSP CHU de NIMES Référence bibliographique "Les

Plus en détail

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Pré-Requis : Nosologie des troubles névrotiques et des psychoses. Résumé : Comprendre la notion de personnalité pathologique. Savoir reconnaître

Plus en détail

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER

CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER RECOMMANDATIONS PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE NEUROLEPTIQUES - BENZODIAZEPINES CHEZ LES RÉSIDENTS ATTEINTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr P. LEBAIN Centre Mémoire CMRR Mémorial de Caen - Septembre 2012

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Détail à connaître pour une meilleure vie : Plus d un Canadien sur 10 connaîtra une dépression à un moment de sa vie

Détail à connaître pour une meilleure vie : Plus d un Canadien sur 10 connaîtra une dépression à un moment de sa vie Dépression De nombreuses personnes se déclareront déprimées lorsqu elles ont eu une dure journée ou une dure semaine au travail et qu elles se sentent malheureuses. Tout le monde se sent triste ou découragé

Plus en détail

Les troubles du sommeil en périnatalité : un symptôme?

Les troubles du sommeil en périnatalité : un symptôme? 1 Les troubles du sommeil en périnatalité : un symptôme? par Benoît Bayle Collège National des Sages-Femmes (CNSF), Paris, les 2 et 3 février 2009 Je ne suis guère un spécialiste des troubles du sommeil

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Traitements médicamenteux de la dépressiond

Traitements médicamenteux de la dépressiond Traitements médicamenteux de la dépressiond Les antidépresseurs Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline Inhibiteurs

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

Initiation à la sémiologie psychiatrique

Initiation à la sémiologie psychiatrique 19/11/2013 ROUGERIE Loïc L2 Sémiologie générale (SG) Pr Jean Naudin Relecteur 5 12 Pages SEMIOLOGIE GENERALE Initiation à la sémiologie psychiatrique Plan: A. L'examen psychiatrique B. Les grandes classifications

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Qu attendre d une consultation de gérontopsychiatrie? FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Gérontopsychiatrie: définition Discipline médicale qui s intéresse:

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

Dépression et maladie chronique

Dépression et maladie chronique Pr. Grégory NINOT Laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance et Santé www.performance-sante.fr Nosologie État de tristesse et diminution de l intérêt pour toutes ou presque toutes les activités

Plus en détail

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets Caroline Le Lan - dépendance Mésusage - nocif - à risque Usage (socialement réglé) (sans

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum 1 ère partie (Modules transdisciplinaires) - Module 2 : De la conception à la naissance - Objectif 19 : Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Rédaction : A Danion-Grillat, D Sibertin-Blanc,

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

ETAT DE STRESS AIGU ETAT DE STRESS POST TRAUMATIQUE: IFSI Nice Emmanuel Mulin, emulin@orange.fr

ETAT DE STRESS AIGU ETAT DE STRESS POST TRAUMATIQUE: IFSI Nice Emmanuel Mulin, emulin@orange.fr ETAT DE STRESS AIGU ETAT DE STRESS POST TRAUMATIQUE: IFSI Nice Emmanuel Mulin, emulin@orange.fr Plan: Définition Etat de stress aigu Etat de stress post traumatique Evolution Complications Traitement Trouble

Plus en détail

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Dr Catherine Agbokou Faculté de Médecine Paris VI, Paris Généralités Historique - Cullen (1777) : neurasthénie, hystérie, hypocondrie - Freud - névrose

Plus en détail

Troubles psychosomatiques & troubles somatoformes. Pr. Nicolas Franck Université Lyon 1

Troubles psychosomatiques & troubles somatoformes. Pr. Nicolas Franck Université Lyon 1 Troubles psychosomatiques & troubles somatoformes Pr. Nicolas Franck Université Lyon 1 Définitions Trouble fonctionnel: altération du fonctionnement (et non de la structure) d'un organe causée par des

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

La dépression post-partum :

La dépression post-partum : La dépression post-partum : Plus qu un «bébé blues» La rubrique Les soins est coordonnée par le D r Pierre Fugère. Il est professeur titulaire, Université de Montréal, et obstétricien-gynécologue, Centre

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANTS

TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANTS TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANTS N. DELTORT Novembre 2015 Introduction Anxiété de séparation Phobie spécifique Phobie sociale TOC Anxiété généralisée SOMMAIRE Anxiété : affect pénible associé à une attitude

Plus en détail

Question mise à jour le 11 février 2005. www.laconferencehippocrate.com. La Collection Hippocrate. Épreuves Classantes Nationales PSYCHIATRIE

Question mise à jour le 11 février 2005. www.laconferencehippocrate.com. La Collection Hippocrate. Épreuves Classantes Nationales PSYCHIATRIE Question mise à jour le 11 février 2005 INSTITUT LA CONFÉRENCE HIPPOCRATE La Collection Hippocrate Épreuves Classantes Nationales PSYCHIATRIE Trouble de l humeur. Psychose maniaco-dépressive Dr Angéla

Plus en détail

THYROIDE ET TROUBLES DE L HUMEUR

THYROIDE ET TROUBLES DE L HUMEUR Conférence Argos 2001 du 22/04/2010 au FIAP (30 rue Cabanis - 75014 Paris) THYROIDE ET TROUBLES DE L HUMEUR Dr Danièle LE GUILLOUZIC Hôpital Paul Guiraud (Villejuif) et hôpital de la Pitié Salpétrière

Plus en détail

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) 1- dépistage individuel

Plus en détail

Fabrice Lorin 2013. Montpellier 21 septembre 2012. Dr Fabrice Lorin CHU Montpellier. Fabrice Lorin 2012

Fabrice Lorin 2013. Montpellier 21 septembre 2012. Dr Fabrice Lorin CHU Montpellier. Fabrice Lorin 2012 Fabrice Lorin 2013 Montpellier 21 septembre 2012 Dr Fabrice Lorin CHU Montpellier קהלת Ecclésiaste 1.18 Facteurs organiques à l origine de troubles psychiques Impact de facteurs psycho-environnementaux

Plus en détail

Phobies: IFSI Nice 2008. Emmanuel Mulin

Phobies: IFSI Nice 2008. Emmanuel Mulin Phobies: IFSI Nice 2008 Emmanuel Mulin PLAN: I. Définition II. Formes cliniques II.a agoraphobie II.b phobies sociales II.c phobies spécifiques VI. Evolution VII. Complications VIII. Traitement Définition:

Plus en détail

TROUBLES PSYCHIQUES. Troubles dépressifs. www.psycom.org

TROUBLES PSYCHIQUES. Troubles dépressifs. www.psycom.org TROUBLES PSYCHIQUES Troubles dépressifs www.psycom.org Troubles dépressifs SOMMAIRE Introduction p. 02 Troubles dépressifs p. 03 Traiter les troubles dépressifs p. 07 Où s adresser? p. 10 Pour en savoir

Plus en détail

Traitements des états psychotiques - délirants. - du sujet âgé. M. Le Gal. Colmar 29/11/2007 10/01/2008 1

Traitements des états psychotiques - délirants. - du sujet âgé. M. Le Gal. Colmar 29/11/2007 10/01/2008 1 Traitements des états psychotiques - délirants - du sujet âgé ( hors les états démentiels) d M. Le Gal Colmar 29/11/2007 10/01/2008 1 Introduction Neuroleptiques, antipsychotiques Études peu nombreuses

Plus en détail

Sujet de Pédopsychiatrie n 1

Sujet de Pédopsychiatrie n 1 Sujet de Pédopsychiatrie n 1 Louis, 14 ans, nous a été adressé en urgence par son médecin traitant suite à une crise clastique avec hétéro-agressivité, survenue au domicile un matin du mois de janvier.

Plus en détail

DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Trouble psychosomatique Question 289

DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Trouble psychosomatique Question 289 DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Trouble psychosomatique Question 289 Rédaction : M. Ferreri Fl. Ferreri C. Agbokou M. Lejoyeux Le trouble psychomatique se définit comme un trouble somatique

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

p cp Zolpidem tartrate Lactose +

p cp Zolpidem tartrate Lactose + Publié par Le pharmacien (http://www.lepharmacien.fr) Hypnotique ZOLPIDEM ARROW Substances actives : tartrate de zolpidem Laboratoire : ARROW GÉNÉRIQUES Générique Référent: STILNOX COMPOSIT ION p cp Zolpidem

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Troubles anxieux de l enfant et adolescent

Troubles anxieux de l enfant et adolescent Les troubles anxieux de l enfant et adolescent Troubles anxieux de l enfant et adolescent Dr Hélène DENIS MPEA Peyre Plantade Item 32 41 289 anxiété de séparation le plus fréquent 3 à 4% des enfants d

Plus en détail

Comment. dépister. et aider. une étudiante, un étudiant souffrant d une maladie mentale. Service de psychologie

Comment. dépister. et aider. une étudiante, un étudiant souffrant d une maladie mentale. Service de psychologie Comment dépister et aider une étudiante, un étudiant souffrant d une maladie mentale Service de psychologie PRÉAMBULE Selon l Agence de santé publiue du Canada, une personne adulte sur cin (20 % de la

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

LES PHOBIES SCOLAIRES

LES PHOBIES SCOLAIRES LES PHOBIES SCOLAIRES I/ Historique Avant 1900 : mutisme scolaire absentéisme et retards liés à une peur de l'institution scolaire Milieu du 20ème siècle : un enfant refuse d'aller à l'école pour des raisons

Plus en détail

LES TROUBLES DE L HUMEUR

LES TROUBLES DE L HUMEUR LES TROUBLES DE L HUMEUR I. INTRODUCTION L humeur ou thymie est dåfinie comme la råsultante de l ensemble des contenus affectifs d un individu Ç un moment donnå. Il s agit d une disposition affective de

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

Troubles mentaux et du comportement (F00 F99)

Troubles mentaux et du comportement (F00 F99) CHAPITRE V Troubles mentaux et du comportement (F00 F99) Comprend : troubles du développement psychologique À l exclusion de : symptômes, signes et résultats anormaux d examens cliniques et de laboratoire,

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 Comprendre la maladie d Alzheimer Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 1 Définition : qu est ce que la démence? C est un handicap Altération progressive de la

Plus en détail

Approche psychologique de l immolation A. BELAID, S.JOUCDAR, F.KACHA

Approche psychologique de l immolation A. BELAID, S.JOUCDAR, F.KACHA Approche psychologique de l immolation A. BELAID, S.JOUCDAR, F.KACHA Introduction Nécessité d un abord psychologique, sociologique et politique Rare, la tentative de suicide par le feu représente environ

Plus en détail

Médicaments, libido et aspects interpersonnels

Médicaments, libido et aspects interpersonnels Médicaments, libido et aspects interpersonnels 11 octobre 2011 Jean Leblanc, m.d. psychiatre Clinique des troubles de l humeur Hôpital du Sacré-Coeur, Montréal Quelle est la différence entre l ignorance

Plus en détail

DEPRESSION => Diagnostic (clinique, expression somatoforme) => Métrologique => Traitement Alain Souche Psychiatre Psychothérapeute FMH alain.souche@sunrise.ch DIAGNOSTIC CLINIQUE Alain Souche, ASPCo,

Plus en détail

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE

TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE TEST D EVALUATION DU STRESS CHRONIQUE Les questions portent sur l état psychologique tel qu il était dernièrement, c'est à dire en pensant aux 4 ou 5 derniers jours. Répondez aux questions instinctivement

Plus en détail

Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques. Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010

Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques. Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010 Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010 1. Nécessité de faire le lien entre la violence conjugale et tout signe physique

Plus en détail

Les troubles anxieux

Les troubles anxieux Plan Les troubles anxieux I. Généralités II. Attaque de panique III. Trouble panique : 2. Facteurs de risque : 3. Selon la classification DSM4 : IV. TAG = trouble d anxiété généralisé V. Agoraphobie 2.

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : MODULES TRANSDISCIPLINAIRES

PREMIERE PARTIE : MODULES TRANSDISCIPLINAIRES PREMIERE PARTIE : MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 6 Douleurs, Soins palliatifs, Accompagnement Question 70 - DEUIL NORMAL ET PATHOLOGIQUE Rédaction : Patrick HARDY Objectifs généraux : Distinguer un

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme SANTE PUBLIQUE Alcoolisme Cours du 5 décembre 2005 Marine Giard Plan L image de la consommation Epidémiologie Consommation d alcool Conséquences socio-économiques Définition Classifications typologiques

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

PSYCHIATRIE DE L ENFANT, DE L ADOLESCENT & DE L ADULTE

PSYCHIATRIE DE L ENFANT, DE L ADOLESCENT & DE L ADULTE Collection - PSYCHIATRIE DE L ENFANT, DE L ADOLESCENT & DE L ADULTE Inclus les nouveaux textes de Loi de 2011-2013 et les nouveaux Items du programme 2016 Dr. Ivan GASMAN Chef de Pôle (Clichy-la-Garenne

Plus en détail

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune

Mésusage sans dépendance. Particularités chez le jeune Mésusage sans dépendance Particularités chez le jeune Consommations psychotropes chez les moins de 25 ans Le plus souvent Usage à risque ou nocif Beaucoup plus rarement Alcoolisme de type 2 de Cloninger

Plus en détail

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours

REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE. Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours REPERAGE DE L USAGE NOCIF DE CANNABIS EN MEDECINE GENERALE Georges Bonnemaison, CSST «Port Bretagne», Tours 44 ème Journées de Formation Médicale Continue, Tours, septembre 2006 I - DEFINITIONS DES DIFFERENTS

Plus en détail

NEVROSES. -Troubles obsessionnels compulsifs - Névroses phobiques. Dr C. Agbokou Hôpital Pitié-Salpêtrière IFSI 2009

NEVROSES. -Troubles obsessionnels compulsifs - Névroses phobiques. Dr C. Agbokou Hôpital Pitié-Salpêtrière IFSI 2009 NEVROSES -Troubles obsessionnels compulsifs - Névroses phobiques Dr C. Agbokou Hôpital Pitié-Salpêtrière IFSI 2009 Troubles obsessionnels compulsifs Généralités Trouble peu fréquent Sex ratio = 1 Début

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions SEMESTRE 5 UE 2.6.S5 Processus psychopathologiques 9/ Les addictions I. Généralités sur les addictions Définitions Addictions = Processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSARENCE REUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 ZYREXA 10 mg, poudre pour solution injectable (Boîte de 1 et 10 flacons ) ZYREXA 10 mg, poudre et solvant pour solution

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

De la psychiatrie. 3 courants de pensée: Neurologie: sciences médicales biologie Psychiatrie biologique Psychopharmacologie

De la psychiatrie. 3 courants de pensée: Neurologie: sciences médicales biologie Psychiatrie biologique Psychopharmacologie De la psychiatrie 3 courants de pensée: Neurologie: sciences médicales biologie Psychiatrie biologique Psychopharmacologie Psychologie: Sciences humaines Philosophie Psychopathologie Sociologie: dynamique

Plus en détail

Docteur, mon bébé pleure la nuit. Plainte très courante Au carrefour du somatique, du psychique et du social

Docteur, mon bébé pleure la nuit. Plainte très courante Au carrefour du somatique, du psychique et du social Docteur, mon bébé pleure la nuit Plainte très courante Au carrefour du somatique, du psychique et du social Le sommeil Occupe ¾ du temps des nourrissons, ½ temps dans l enfance, 1/3 temps adultes Difficultés

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

Aventis Internat 60. Orientation diagnostique devant un ÉTAT D AGITATION. Dr D. MISDRAHI Centre H. Rouselle Hôpital Saint-Anne, Paris

Aventis Internat 60. Orientation diagnostique devant un ÉTAT D AGITATION. Dr D. MISDRAHI Centre H. Rouselle Hôpital Saint-Anne, Paris Internat 60 Orientation diagnostique devant un ÉTAT D AGITATION et conduite à tenir en situation d urgence, avec la posologie médicamenteuse État d agitation = trouble du comportement avec excitation psychomotrice

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29/03/2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29/03/2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29/03/2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 04/01/2001 (JO daté du 05/04/2001). TERALITHE 250 mg, comprimé sécable Boîte

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES. Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin. Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu

PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES. Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin. Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu Les principes de base Hypophyse Glande Périphérique sécrétion Stimulation

Plus en détail

Objectifs 1. Particularités du déroulement de l examen psychiatrique endroit calme Empathie Neutralité Premiers temps de l'entretien

Objectifs 1. Particularités du déroulement de l examen psychiatrique endroit calme Empathie Neutralité Premiers temps de l'entretien Objectifs Comprendre en quoi l'examen psychiatrique se distingue de la sémiologie des différents appareils. Savoir distinguer troubles mentaux et troubles de la personnalité. Savoir distinguer névroses

Plus en détail

Les questions que je me pose sur la clinique des troubles bipolaires

Les questions que je me pose sur la clinique des troubles bipolaires Les dossiers de l humeur 2 Les questions que je me pose sur la clinique des troubles bipolaires Brochure à l usage des patients et de leur entourage Dr Chantal Henry Association d aide aux personnes atteintes

Plus en détail

PSYCHOPATHOLOGIE DES DOULOUREUX CHRONIQUES

PSYCHOPATHOLOGIE DES DOULOUREUX CHRONIQUES Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Module : Douleur Oncologie Sida Soins Palliatifs PSYCHOPATHOLOGIE DES DOULOUREUX CHRONIQUES Dr Françoise RADAT UTDC,

Plus en détail

Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil La nuit La nuit réveille les angoisses, et les besoins de chacun diffèrent : silence ou bruit rassurant ; lumière ou obscurité La nuit, le personnel est peu nombreux et non soumis à la vigilance collective

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE 1 UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 F A C U L T É D E M É D E C I N E Année 2012 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR ASDAGHI Parissa Née le 22 août 1981 à Montmorency Présentée et

Plus en détail

Faire face aux inquiétudes excessives

Faire face aux inquiétudes excessives TOUT D UN COUP QUE Faire face aux inquiétudes excessives Pascale Harvey, psychologue, Clinique des troubles anxieux et de l humeur, IUSMM Vedrana Ikic, doctorante en psychologie à l UQAM, projets de recherche

Plus en détail