3èmes Etats Généraux de la Personne Agée. L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3èmes Etats Généraux de la Personne Agée. L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI"

Transcription

1 3èmes Etats Généraux de la Personne Agée L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI

2 L évaluation gérontologique L HOPITAL DE JOUR D EVALUATION DES FRAGILITES ET DE PREVENTION DE LA DEPENDANCE Description des 466 patients évalués en 2012

3 1- Contexte épidémiologique Une population à risque d entrée dans la dépendance Augmentation constante de l espérance de vie Depuis la seconde moitié du XIX s. : + 1 an d espérance de vie tous les 4 ans Chaque année personnes supplémentaires dépassent les 80 ans Une durée de vie sans incapacités n augmentant pas de façon parallèle 2011: PA bénéficient de l'a.p.a (+2,6 % an). Après 65 ans: Probabilité > 40 % de devenir dépendant Durée moyenne de dépendance d environ 4 ans 75 %des bénéficiaires de l APA ont 75 ans et +

4 2- Conséquences de la dépendance Un impact financier majeur Coût de la dépendance = près de 25 milliards d euros (Rapport d information parlementaire) Prévention de la dépendance = possible économie de 10 milliards d'euros (Assemblée des départements de France (ADF), Mai 2011) «Implications démographiques qui imposent des choix sociaux, politiques, économiques et éthiques»

5

6 Elaboration d un programme régional de promotion de l autonomie Trois partenaires Trois étapes

7 Comment prévenir la dépendance? (3) Définition de la fragilité : Réduction physiologique multi-systémique limitant les capacités d adaptation au stress. Phénotype clinique (Fried) Population > 65 Ans: Pré-fragile (1 ou 2 symptômes) Fragile (3 et plus) 1. Perte de poids involontaire 2. Sensation subjective d épuisement 3. Faiblesse musculaire 4. Vitesse de marche lente 5. Activité physique réduite Ces signes précèdent la perte d autonomie qui, une fois installée, est rarement réversible. Nécessité d une identification et d une intervention précoce et spécifique

8 Concept de vieillissement fécondation vieillissement développement maturité sénescence

9 Vieillissement : processus physiologique Facteurs génétiques Environnement vieillissement physique psychique sociale vieillissement État de santé d une personne âgé : Maladies

10 Trajectoires de Vieillissement En fonction des capacités de réserve Vieillissement réussi Vieillissement avec fragilité Vieillissement avec maladies Maintien des capacités Fonctionnelles de réserves Diminution légère à modérée des réserves Pathologies chroniques

11 Notion de réserve fonctionnelle Renvoie au fonctionnement d un organe d une fonction Capacité de réserve de fonctionnement d un organe Réserve fonctionnelle rénale, cardiaque mesurables Réserve fonctionnelle cérébrale? Perte de réserve fonctionnelle Vieillissement Accélérée par Maladies (HTA) Autres facteurs : nutrition, exercice physique

12 Qui est fragile? Sujets âgées fragiles Personnes avec un risque accru De morbidité De dépendance fonctionnelle D hospitalisation D entrée en institution De mortalité Hogan et al. Aging Clin Exp Res. 2003

13 Concept de fragilité... Syndrome résultant d une réduction multi systémique des réserves fonctionnelles limitant les capacités de l organisme à répondre à un stress même mineur. Perte des capacités adaptatives due au vieillissement et aux maladies chroniques.

14 Change in weight(kg) Vieillissement - Réponse à la sous alimentation * * Sujets jeunes, n = 23, âge 25 ans Sujets âgés, n = 18, âge 68 ans Sous alimentation kcal/j Time (wk) Observation Moriguti, J Gerontol 2000

15 Conséquences Poids kg 70 Cassure régulière de la courbe de poids 1- intervention chirurgicale 2- maladie infectieuse 3- chute 4- troubles de la déglutition Âge (ans)

16 Concept de fragilité Diminution des réserves fonctionnelles Réactions inadaptées lors d évènements même mineurs Augmentation de la vulnérabilité aux agressions

17 Deux patientes Patient A Patient B Situation de base Femme de 78 ans Femme de 78 ans hypertension hypertension Autonome Autonome vivant au domicile vivant au domicile Hospitalisation Fracture Bassin Fracture Bassin Évolution Hospitalisation courte Récupération rapide de l état de base Autonome sans aides Vivant au domicile Confusion Chute pendant rehab Infection pulmonaire Perte d autonomie Institutionnalisation

18 Définition de Fragilité Patient A Patient B Situation de base Femme de 78 ans Femme de 78 ans hypertension hypertension Autonome Autonome vivant au domicile vivant au domicile Hospitalisation Fracture Bassin Fracture Bassin Évolution Hospitalisation courte Récupération rapide de l état de base Autonome sans aides Vivant au domicile Confusion Chute pendant rehab Infection pulmonaire Perte d autonomie Institutionnalisation

19 Prévalence de la Fragilité dans une population âgée (Santos-Eggimann B, J Gerontol A Biol Sci Med Sci, 2009)

20 Cliniques de la fragilité Syndromes cliniques de fragilité Symptômes: - Perte de poids - Faiblesse, Fatigue, Inactivité - Plainte mnésique - Anorexie, baisse des prises alimentaires - dépression Signes: - Sarcopénie - Ostéopénie? - Troubles de l'équilibre et de la marche - Déconditionnement - Sous-nutrition - Marche lente Risques: Baisse de la capacité à répondre à un stress Conséquences - Chutes - Hospitalisations - Incapacité - Dépendance - Institutionnalisation - Décès

21 Critères de Fried

22 Critères de Fried

23 Comment prévenir la dépendance? (4) Accord sur la définition du concept Désaccord sur les critères de définition opérationnels FRAGILITE Un syndrome de fragilité physique Une vision plus globale prenant en compte Cognition (Buchman 2008, Samper-Ternent 2008, Boyle 2010) Contexte social (Lang 2008, Andrew 2008)

24 Comment prévenir la dépendance? (5) Stress Intervention multidomaine Dépendant Fragile Irréversible Réversible Pas d évaluation en Médecine Générale Population ne consultant pas encore les gériatres D après Buchner et al. Age Ageing 25:386-91, 1996

25 Comment prévenir la dépendance? (7) C- Elaboration d un test de dépistage pour la médecine générale Objectif: Test clinique simple, rapide, reproductible et fiable, réalisable en médecine générale +++

26 Parcours de soin patient du repérage à l évaluation, jusqu au Plan Personnalisé de Soin (PPS). Repérage Institutionnel organisé de la fragilité CARSAT Conseil Général 31 Toulouse métropole CCAS Mairie de Toulouse Mairie de Blagnac CEDIP Médecin généraliste Évaluation des domaines De la fragilité Plan de prévention Hôpital de jour d évaluation des fragilités et de prévention de la dépendance Suivi Application et suivi du PPS Évaluations PPS Médecin généraliste Ressources de proximité Ateliers CARSAT CCAS Mairie CEDIP EFFORMIP

27 Évaluation des différents domaines de la fragilité En partenariat avec le Médecin traitant: Identification de facteurs de fragilité Proposition d interventions spécifiques Proposition d un suivi des recommandations (Par IDE) Réévaluation à 1 an

28 Hôpital de jour d évaluation des fragilités D- Identification des facteurs modifiables de la fragilité Création d un hôpital de jour spécialisé: Population cible: patient > 65 ans «fragiles», PA fragiles souffrant de cancer Objectifs: Evaluation et intervention multidisciplinaire, Elaboration d un plan personnalisé de prévention de la dépendance, Elaboration de protocoles de recherche axés sur la prévention de la dépendance Continuum soins-recherche d excellence

29 Évaluation standardisée de la fragilité Partie I ANAMNESE Caractéristiques sociodémographiques Antécédents médicaux et chirurgicaux Traitements +++ Partie II EXAMEN CLINIQUE Examen clinique ECG Partie III IMAGERIE DEXA TEP, IRM Partie IV EVALUATION STANDARDISEE Évaluation cognitive : MMSE, CDR, MIS, AD-8 Évaluation fonctionnelle et performances physiques : ADL, IADL, SPPB, critères de Fried Évaluation des capacités visuelles : échelles de Monoyer et Parinaud, Grille d Amsler Retinographe, Tonomètre à air Évaluation des capacités auditives : HHIES Évaluation de l incontinence urinaire Évaluation des troubles de l humeur : GDS Évaluation du statut nutritionnel : MNA Évaluation du statut bucco-dentaire : OHAT Évaluation sociale Partie V BIOLOGIE Partie VI SYNTHESE Élaboration du Plan de prévention

30 Established Populations for the Epidemiologic Study of the Elderly (EPESE) Short Physical Performance Battery (SPPB) Vitesse de marche sur 4 mètres Temps pour se lever 5 fois d une chaise Test d équilibre Pieds joints Semi-tandem En Tandem Guralnik, et al. J Gerontol Med Sci 1994;49:M85

31 Chronométrage Temps en seconde (vitesse ms -1 ) score Non réalisable 0 0,43 ms -1 1 Vitesse de marche (test sur 4 m) Temps (secondes) " ,44-0,60 ms ,61-0,77 ms ,78 ms -1 4 Non réalisable 0 Se Lever 5 fois d une chaise Temps (secondes) " "7 1 13"7-16"6 2 11"2-13"6 3 11"1 4 Equilibre pieds joints non maintenu 10 secondes 0 Equilibre pieds joints maintenus 10 secondes Mais l équilibre en semi tandem ne peut être maintenu 10 secondes 1 Tests d équilibre Equilibre semi tandem maintenu 10 secondes Mais incapacité à conserver l équilibre en position tandem plus de 2 secondes 2 Equilibre en position tandem maintenu de 3 à 9 secondes 3 L équilibre en position tandem est maintenu 10 secondes 4 SCORE TOTAL / 12

32 Geriatric Depression Scale

33 Échelle d incontinence

34 OHAT

35 Plan personnalisé de prévention de la dépendance En partenariat avec le Médecin traitant: Identification de facteurs de fragilité Proposition d interventions spécifiques Proposition d un suivi des recommandations (Par IDE) Réévaluation à 1 an

36 Plan de prévention : quelles interventions sont proposées? Activité Physique Campbell 1999 Bonnefoy 2003 Nutrition Bartali 2006 Sofi 2008 Vieillissement réussi FRAGILITE Vieillissement pathologique Prise en charge Sociale? Cognition? Activité culturelle à visée Thérapeutique? Médicaments?

37 Patients poids stable Patients dénutris (critères HAS) 1 Pas de facteur de risque -Dénutrition -métabolique Facteurs de risque modérés sévères Prévention -Alimentation équilibrée -Surveillance du poids Dénutrition MNA : Métaboliques Diabète équilibré 4 Sucharge pondérale Consultation diététique 3 Consultation Nutrition et diététique 3 Protocole 2 2 Éducation à la santé IDE Brochure PNNS Protocole 1 2 Protocole 2 2 Éducation à la santé Service diététique (élaboration des protocoles) IDE - Prescription personnalisée - suivi Patients obèses : prise en charge spécifique -Consultation nutrition - Dexa - Consultation diététique

38

39

40

41 Patient robuste SPPB 11 Patients fragiles SPPB 7-10 Patients dépendants SPPB 6 Actif sédentaire sédentaires Motivation nulle Motivation possible Motivation nulle Motivation possible Kiné Indication médicale Éducation à la santé Social Social Marche avec aide Éducation à la santé social Intervention Charlotte -Endurance -Équilibre -Résistance Protocole B -Endurance -Équilibre -résistance Pas d intervention poursuite Protocole A (charlotte) Suivi et encadrement structuré Interventions prioritaires

42

43 Parcours de soin patient du repérage à l évaluation, jusqu au Plan Personnalisé de Soin (PPS). Repérage Institutionnel organisé de la fragilité CARSAT Conseil Général 31 Toulouse métropole CCAS Mairie de Toulouse Mairie de Blagnac CEDIP Médecin généraliste Évaluation des domaines De la fragilité Plan de prévention Hôpital de jour d évaluation des fragilités et de prévention de la dépendance Suivi Application et suivi du PPS Évaluations PPS Médecin généraliste Ressources de proximité Ateliers CARSAT CCAS Mairie CEDIP EFFORMIP

44 Plan personnalisé de prévention de la dépendance En partenariat avec le Médecin traitant: Identification de facteurs de fragilité Proposition d interventions spécifiques Proposition d un suivi des recommandations (Par IDE) Réévaluation à 1 an Suivi téléphonique 1mois 3 mois

45 Année 2012: Résultats préliminaires 2011 : Hôpital Garonne 2013: Hôpital La Grave En centre ville A proximité du Centre de Recherch e 2012 = 466 PATIENTS

46 Critères de FRIED Le test de dépistage : recrute 95 % de patients réellement fragiles Population générales sans cancer n= 392 (84.1%) Critères de FRIED Robustes 21 (5.4 %) Pré-fragiles (1-2) 126 (32.6 %) Fragiles (3-5) 240 (62.0 %) Patients atteints de cancer n= 74 (15.9%) Critères de FRIED Robustes 1 (1.4 %) Pré-fragiles (1-2) 17 (23.3 %) Fragiles (3-5) 55 (75.3 %)

47 Caractéristiques sociodémographiques Population générale sans cancer n= 392 (84.1%) Population avec cancer n= 74 (15.9%) P Caractéristiques sociodémographiques Age 82,8 (+/- 6,2) 83,9 (+/- 5,3) NS Sexe (femme) 257 (65,6 %) 34 (46 %) 0,001 Statut marital (en couple) Niveau éducatif (collège et +) 174 (44,4 %) 32 (43,2 %) NS 222 (56,6 %) 29 (39,2 %) 0,01 Domicile 371 (94.6%) 67 (90.5 %) NS Mode de vie Domicile avec aide (fam. ou prof) 226 (60.9 %) 45 (60.8 %) NS EHPAD ou FL 18 (4.6%) 6 (8.1 %) NS

48 Profil clinique de la population Population générale sans cancer n= 392 (84.1%) Population avec cancer n= 74 (15.9%) P Principaux résultats de l évaluation clinique Nombre moyen de pathologies associées 4.2 (+/- 2.4) 5.2 (+/- 2.7) < Score de Charlson 1.4 (+/- 1.5) 3.9 (+/- 2.7) < Nombre de médicaments Identification d un nouveau problème médical Troubles sensoriels (audition/vision) En cours d analyse En cours d analyse 189 (48,2 %) 43 (58,1 %) NS 330 (84%) 67 (90%) NS

49 Principaux résultats de l évaluation Population générale sans cancer n= 392 (84.1%) Population avec cancer n= 74 (15.9%) P Evaluation cognitive MMS (moyen) 24.9 (+/- 4.6) 24.8 (+/- 3.8) NS Raskin: Dépistage dépression (-) MIS-D (pathologique <6/8) CDR 280 (71.4 %) 52 (70.3%) NS 130 (33.2 %) 12 (16.2 %) 0.01 Normal 120 (30.6 %) 29 (39.2 %) MCI 202 (51.5 %) 33 (44.6 %) Démence 50 (12.8 %) 6 (8.1 %) NS

50 Principaux résultats de l évaluation Population générale sans cancer n= 392 (84.1%) Population avec cancer n= 74 (15.9%) P Evaluation cognitive MMS (moyen) 24.9 (+/- 4.6) 24.8 (+/- 3.8) NS Raskin: Dépistage dépression (-) MIS-D (pathologique <6/8) CDR 280 (71.4 %) 52 (70.3%) NS 130 (33.2 %) 12 (16.2 %) 0.01 Normal 120 (30.6 %) 29 (39.2 %) MCI 202 (51.5 %) 33 (44.6 %) Démence 50 (12.8 %) 6 (8.1 %) NS

51 Principaux résultats de l évaluation Population générale sans cancer n= 392 (84.1%) Population avec cancer n= 74 (15.9%) P Fried SPP B ADL = 6 ADL < (65.7%) 40 (10.2%) Evaluation fonctionnelle 43 (58.11%) 13(17.6%) IADL (médian) 6 (4-8) 5 (3-7) Vitesse de marche (moy) 0.79 (+/- 0.3) 0.78 (+/- 0.2) NS Perte de poids 120 (36.5 %) 29 (49.2 %) NS Epuisement subjectif Force de prehension 189 (57.5 %) 31 (52.5 %) NS 127 (38.6 %) 21 (35.6 %) NS (24.3 %) 14 (23.7 %) NS (35.6 %) 26 (44.1 %) NS (39.9 %) 18 (30.5 %) NS SPPB (Médian) 7 (5-9) 7(4-9) NS NS

52 Principaux résultats de l évaluation Population générale sans cancer n= 392 (84.1%) Population avec cancer n= 74 (15.9%) Evaluation nutritionnelle, biologique P MNA Bon état nutritionnel 224 (57.9 %) 30 (42.3 %) A risque 134 (34.6 %) 34 (47.9 %) Vit D Dénutrition 29 (7.5 %) 7 (9.86 %) NS <10 ng/ml 89 (27.1 %) 22 (37.3 %) ng/ml 112 (34 %) 16 (27.1 %) Taux sérique moy de Vit D (ng/ml) >20 ng/ml 122 (37.1 %) 18 (30.5 %) 15 (9-25) 12 (8-21.5) NS NS

53 Principales interventions Population générale sans cancer n= 392 (84.1%) Intervention nutritionnelle Population avec cancer n= 74 (15.9%) P Recommandations 281 (71.9%) 41 (55.4%) 0.02 Cs diététicienne 121 (30.9%) 34 (45.9%) 0.04 Cs nutritionniste 26 (6.6%) 10 (13.5%) NS Recommandations Activité physique 387 (98.7%) 74 (100%) NS Professeur d activité physique 94 (24%) 7(10%) kinésithérapie 123 (32%) 25 (34%) NS Intervention sociale 112 (28.6) 15 (20.3) NS

54 Plan personnalisé de prévention de la dépendance En partenariat avec le Médecin traitant: Identification de facteurs de fragilité Proposition d interventions spécifiques Proposition d un suivi des recommandations (Par IDE) Réévaluation à 1 an 10/2012 : premières réévaluations

Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication»

Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication» Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication» Expérience du Gérontopôle G de Toulouse Neda Tavassoli Equipe Régionale Vieillissement et Prévention de la Dépendance (ERVPD) Personnes

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication»

Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication» Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication» Expérience du Gérontopôle de Toulouse Neda Tavassoli Equipe Régionale Vieillissement et Prévention de la Dépendance (ERVPD) Personnes

Plus en détail

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14 Table des matières CHAPITRE 1 VIEILLISSEMENT NORMAL : ASPECTS BIOLOGIQUES, FONCTIONNELS ET RELATIONNELS. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES. PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE 13 Module 5.

Plus en détail

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Evolution de la maladie Léger Modéré Sévère Terminal Temps - Perte de poids -Troubles

Plus en détail

La Fragilité du Sujet Agé

La Fragilité du Sujet Agé Pr Jacques Othoniel Page 1 15/12/2013 F Confidentiel La Fragilité du Sujet Agé Le Centre de Référence en Gérontologie L Unité d Evaluation Gérontologique (UEG) L EGS Comprehensive Assessment Prévention

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL

PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL PRISE EN CHARGE SOCIALE EN ONCOGERIATRIE Sylvie CORDIER RAYNAL Olivier RIGAL 2 ème rencontres d Oncogériatrie Normandes 11 octobre 2014 Anamnèse Monsieur B.. 80 ans Bilan hématurie macroscopique Découverte

Plus en détail

Solutions technologiques de prise en charge institutionnelle du syndrome de fragilité

Solutions technologiques de prise en charge institutionnelle du syndrome de fragilité Solutions technologiques de prise en charge institutionnelle du syndrome de fragilité Antoine Piau 1,2,3 Eric Campo 2,3 Fati Nourhashémi 1,4 1 CHU de Toulouse, Gérontopole, F-31000; Université Paul Sabatier,

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

ARPEGE : des technologies pour le suivi à domicile des personnes fragiles

ARPEGE : des technologies pour le suivi à domicile des personnes fragiles ARPEGE : des technologies pour le suivi à domicile des personnes fragiles Jacques Duchêne Université de technologie de Troyes Le vieillissement : quelques repères Le vieillissement de la population impacte

Plus en détail

Fragilité et conduite automobile. Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014

Fragilité et conduite automobile. Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014 Fragilité et conduite automobile Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014 Fragilité : Critères de Fried Perte de poids 5% par an Fatigue subjective

Plus en détail

Définition, dépistage et traitement

Définition, dépistage et traitement Définition, dépistage et traitement Définition de la sarcopénie Et incidence chez les personnes âgées Sarcopénie = Masse musculaire Force musculaire Fonction musculaire Sédentarité Chutes Dépendance 25

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Cet outil est destiné à l évaluation rapide du profil de fragilité des personnes âgées. L évaluation est faite par tout acteur du champ gérontologique

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Plan de Présentation

Plan de Présentation Prévention du délirium chez des personnes âgées à domicile: Une étude pilote en Valais Henk VERLOO, Inf. Ph.D(c) Professeur HES HEdS-SO La Source, Lausanne Plan de Présentation Pertinence Délirium un problème

Plus en détail

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Dr Robert Abadie, Dr André Stillmunkés Dr Catherine Doze, Dr Jean Favarel, Dr Jean-François Jammes, Dr Adrian Klapouszczak, Dr Georges Mozziconacci,

Plus en détail

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE

RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE RENCONTRES FRANCILIENNES EN ONCOGERIATRIE Mme S. 86 ans. Antécédents : HTA, FA paroxystique, AVC avec cécité monoculaire droite séquellaire, Asthme, Hypercholestérolémie, Chirurgie de la cataracte de OG

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

Hôpital Joseph Ducuing 03/02/14. Martin Michaud CCA Médecine Interne, Secteur B Casselardit

Hôpital Joseph Ducuing 03/02/14. Martin Michaud CCA Médecine Interne, Secteur B Casselardit Hôpital Joseph Ducuing 03/02/14 Martin Michaud CCA Médecine Interne, Secteur B Casselardit La fragilité : - Une problématique : la dépendance - Pourquoi? Quelques mots de physiopathologie - Comment? Critères

Plus en détail

CHUV (Lausanne) 1 er FORUM PAGE 2004. Bienvenue

CHUV (Lausanne) 1 er FORUM PAGE 2004. Bienvenue CHUV (Lausanne) 1 er FORUM PAGE 2004 Bienvenue PAGE Groupe d'experts de l'alimentation et de la nutrition de la personne âgée Création en novembre 1999 par l Unité de Nutrition Clinique du CHUV Mission

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Colloque interprofessionnel des jeudis de la PMU Ensemble Evitons l Evitable. Mieux identifier ensemble les risques à domicile

Colloque interprofessionnel des jeudis de la PMU Ensemble Evitons l Evitable. Mieux identifier ensemble les risques à domicile Colloque interprofessionnel s jeudis la PMU Ensemble Evitons l Evitable Mieux intifier ensemble les risques à domicile M. Cambra, directrice service du développement s pratiques professionnelles, AVASAD

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris)

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) ETP sujets âgés INTERVENTION OMAGE Pr C. PERRET-GUILLAUME Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) 1 Méthode de l essai OMAGE Essai randomisé contrôlé avec 800 malades Multi-centrique (6 UGA en Ile de

Plus en détail

Les besoins alimentaires de la personne âgée: La position de l Afssa

Les besoins alimentaires de la personne âgée: La position de l Afssa Les besoins alimentaires de la personne âgée: La position de l Afssa Mariette GERBER Expert Afssa (nutrition humaine) Présidente de la Sté Française de Nutrition Cadre de l avis de l Afssa: DDAP et personnes

Plus en détail

Causes de l incontinence urinaire

Causes de l incontinence urinaire Causes de l incontinence urinaire Transitoire - fonctionnelles (alitement pour cause médicale, non repérage des toilettes) - infection urinaire - fécalome ; - confusion ; - iatrogènies (diurétiques, sédatifs,.).

Plus en détail

QUESTIONS? Colloque de Gériatrie 2014 «Le Parcours» De la MRS à l Hôpital LES URGENCES

QUESTIONS? Colloque de Gériatrie 2014 «Le Parcours» De la MRS à l Hôpital LES URGENCES Colloque de Gériatrie 2014 «Le Parcours» De la MRS à l Hôpital LES URGENCES QUESTIONS? Dr Frédéric FEYE Chef de Service Urgences/SMUR CHU DINANT-GODINNE, site Dinant CAS CLINIQUES Cas n 1 Patiente de 84

Plus en détail

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy Art-sur-Meurthe Dommartemont Essey-lès-Nancy Fléville-devant-Nancy Heillecourt Houdemont Jarville-la-Malgrange Laneuveville-devant-Nancy Laxou Ludres Malzéville Maxéville Nancy Pulnoy Saint-Max Saulxures-lès-Nancy

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Une intervention éducative à l échelle de l état, pour améliorer la nutrition et l activité. physique des Américains âgés.

Une intervention éducative à l échelle de l état, pour améliorer la nutrition et l activité. physique des Américains âgés. Une intervention éducative à l échelle de l état, pour améliorer la nutrition et l activité Fiche No 54 physique des Américains âgés. McCamey MA, Hawthorne NA, Reddy S, Lombardo M, Cress ME, Johnson MA.

Plus en détail

MISSIONS DE RECAP (2008)

MISSIONS DE RECAP (2008) FUSION DES RÉSEAUX 1 MISSIONS DE RECAP (2008) Développer la coordination dans la PEC des malades recevant des soins palliatifs (en ES, EMS, dom) Renforcer les liens entre les acteurs impliqués dans soins

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

Que ferait le médecin sans son infirmière? Journée de Gérontologie 15 mai 2009

Que ferait le médecin sans son infirmière? Journée de Gérontologie 15 mai 2009 Que ferait le médecin sans son infirmière? Journée de Gérontologie 15 mai 2009 médecin infirmière secrétaire psychologue assistante sociale Consultation Mémoire une équipe pluridisciplinaire Consultation

Plus en détail

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation)

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE LE DISPOSITIF Le PRADO s inscrit

Plus en détail

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique

Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Accidents de la vie quotidienne : surveillance et prévention Les chutes des personnes âgées : un enjeu majeur de santé publique Gaëlle PÉDRONO Chargée d études scientifiques Julie BODARD, Laure CARCAILLON,

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques Conduite à tenir devant des troubles mnésiques 1ère partie : Dépister et diagnostiquer 2ième partie : Troubles du comportement Traitement Docteur Sylvie LEGRAND 12.06.2008 Troubles psycho comportementaux

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD CHU le 24 novembre 2009 Le risque infectieux en gériatrie Les particularités en gériatrie

Plus en détail

Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des perceptions par les participants

Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des perceptions par les participants Avancer en âge : articulations des interventions de promotion de la santé en lien avec les territoires Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des

Plus en détail

Les problèmes du vieillissement individuel

Les problèmes du vieillissement individuel UE7 - Santé Société Humanité - Médecine et société - Vieillissement Chapitre 4 : Les problèmes du vieillissement individuel Professeur Gaëtan GAVAZZI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale

Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale Du concept de fragilité à l évaluation gériatrique médico-psycho-sociale EQUIPE MOBILE GERIATRIQUE ETRE-INDRE @FMC 36 Jeudi 12 juin 2014 «La Gourmandine» Villedieu-sur-Indre Mme Christine MOREAUX, infirmière

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES!

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! Par: Patrick Ménard B. Sc. Kinésiologie M. Sc. Kinanthropologie (Biomécanique ergonomique) PLAN 1) ISO-SANTÉ, c est quoi? 2) Quelques

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation?

EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? EGS : quels outils? Quels supports? Quelle utilisation? 2 ème rencontres nationales des réseaux de santé gérontologiques Dr Eliane ABRAHAM Nancy - Lorraine Groupe «réseaux» Les origines, l idée Collège

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec. cmrrneurologie@chu-nantes.fr

Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec. cmrrneurologie@chu-nantes.fr Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec cmrrneurologie@chu-nantes.fr 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 60-6 4 65-6 9 70-7 4 75-7 9 80-8 4 >85 Prévalence MA (Données PAQUID) Incidence: plus de

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Dr D. Mengue Semaine bleue 2013 «CODERPA 89» États des lieux plan Quelques chiffres intéressants Les engagements publics pour prévenir la chute chez

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles (E.P.P.) Evaluation initiale systématique de l état nutritionnel de la personne âgée institutionnalisée

Evaluation des Pratiques Professionnelles (E.P.P.) Evaluation initiale systématique de l état nutritionnel de la personne âgée institutionnalisée Evaluation des Pratiques Professionnelles (E.P.P.) Evaluation initiale systématique de l état nutritionnel de la personne âgée institutionnalisée K. Kadri, N. Cavelier, F. Lecoeur 1 Introduction Unité

Plus en détail

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact

Plus en détail

La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL La pratique du médecin du travail en entreprise UNITE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Introduction Thèmes Contexte de mon activité de médecin du travail Mission du médecin du travail Travail et santé Les

Plus en détail

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Docteur Christophe TRIVALLE Pôle GériatrieG christophe.trivalle@aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et activités physiques

Maladie d Alzheimer et activités physiques Maladie d Alzheimer et activités physiques Dr Karim GALLOUJ Service de médecine gériatrique, CH Dron TOURCOING kgallouj@ch-tourcoing.fr La maladie d Alzheimer Pathologie neurodégénérative Touche plus de

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

SOMMAIRE BASE DOCUMENTAIRE

SOMMAIRE BASE DOCUMENTAIRE 1 Accueil, admission & projets individualisés Fiche de renseignements. Pièces administratives nécessaires lors de l entrée d un résident. Élaboration et mise en place du projet individualisé. L accueil

Plus en détail

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

MODÈLE DE PLAN PERSONNALISÉ DE SANTÉ

MODÈLE DE PLAN PERSONNALISÉ DE SANTÉ Modèle de plan personnalisé de santé (PPS) MODÈLE DE PLAN PERSONNALISÉ DE SANTÉ Chaque PPS est composé d un recto-verso, et d une check-list de problèmes en annexe: * Recto : un formulaire de recueil d

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES SANTÉ BUCCO-DENTAIRE DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Dr Benoît PERRIER Chirurgien dentiste (Saint Jean de Boiseau) Secrétaire Général de l UFSBD 1 L UFSBD en quelques mots Une Association loi 1901 Née

Plus en détail

DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce

DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce EPMS EBREUIL - VAL de SIOULE EHPAD - UPHV - FOYER de VIE 14, rue des

Plus en détail

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Comment se pose le problème Intérêt croissant pour les troubles

Plus en détail

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement Pr Muriel Rainfray, Pôle de Gérontologie Clinique, CHU Bordeaux Cas clinique 1 Le contexte Mr A. 82 ans vit à son domicile avec son épouse.

Plus en détail

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray + Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs Muriel Rainfray + Rôle du vieillissement dans l apparition des troubles cognitifs + Whitehall II Etude prospective - Suivi 10 ans 5 Tests

Plus en détail

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Plan Risques Problématiques du pré hospitalier Repérage aux

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) Définition et objectifs - Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes ayant

Plus en détail

Les enjeux du vieillissement en Suisse 3 décembre 2015

Les enjeux du vieillissement en Suisse 3 décembre 2015 Les enjeux du vieillissement en Suisse 3 décembre 2015 Mise en réseau de la prise en charge des personnes âgées Sylvie Le Bail et Yves Grosclaude Service de la santé publique 1 Repères Planification médico-sociale

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et de soins Le couple inégalités par omission, inégalités par construction

Inégalités sociales de santé et de soins Le couple inégalités par omission, inégalités par construction Inégalités sociales de santé et de soins Le couple inégalités par omission, inégalités par construction Thierry Lang INSERM U 558 IFERISS (Institut Fédératif d Etudes et de Recherche Interdisciplinaires

Plus en détail

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels.

Démarches dia2llostigues des syndromes. Démentiels. \ Démarches dia2llostigues des syndromes Démentiels. Introduction: Les démences constituent un problème de santé publique préoccupant du fait du retentissement majeur des maladies sur la santé des individus

Plus en détail

Cognitif et sensoriel. Psycho-Social Environnement/projet de vie

Cognitif et sensoriel. Psycho-Social Environnement/projet de vie Cognitif et sensoriel Nutrition Bien Vieillir Fragilité Vulnérable Dépendant Etat physique - Maladies Chroniques - Motricité. Neuromusculaire. Ostéo-articulaire Psycho-Social Environnement/projet de vie

Plus en détail

DOCTORAT EN MÉDECINE

DOCTORAT EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 F A C U L T É D E M É D E C I N E Année 2010 n THÈSE POUR LE DOCTORAT EN MÉDECINE (Diplôme d Etat) PAR NOM : KOGEL Prénom : Dan Date et Lieu de naissance : 16 juillet

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES Dr JM BRISSEAU Service de Médecine Aigue Gériatrique Pôle de Gérontologie Clinique Médecin Consultant en Médecine Interne CHU de NANTES

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

Fragilité de la personne âgée en soins primaires ambulatoires

Fragilité de la personne âgée en soins primaires ambulatoires Fragilité de la personne âgée en soins primaires ambulatoires Pertinence de l évaluation subjective de la fragilité par le médecin généraliste chez la personne âgée de 70 ans ou plus Thèse de Benoît CANNARD

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

L exercice infirmier en puériculture Une expertise globale de santé publique en vue de l'intérêt supérieur de l'enfant

L exercice infirmier en puériculture Une expertise globale de santé publique en vue de l'intérêt supérieur de l'enfant Position adoptée par le Conseil national de l Ordre des infirmiers le 7 décembre 2010 L exercice infirmier en puériculture Une expertise globale de santé publique en vue de l'intérêt supérieur de l'enfant

Plus en détail

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Qu attendre d une consultation de gérontopsychiatrie? FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Gérontopsychiatrie: définition Discipline médicale qui s intéresse:

Plus en détail