UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3"

Transcription

1 DC2 UE11.3 HEM 10 nov UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015

2 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes depuis quelques mois. La patiente n a par ailleurs pas d antécédents notables. A la suite de cet examen, un scanner abdominal a été réalisé, à la demande du radiologue. Elle vous est adressée pour prise en charge

3 Scanner abdominal injecté

4 Q1 que révèle cette coupe de scanner? A. La présence d adénopathies rétropéritonéales B. La présence d adénopathies mésentériques C. La présence d une masse rénale D. La présence d une masse d origine digestive E. L existence d une splénomégalie

5 Q2 Que recherchez vous plus particulièrement en voyant la patiente? Les conclusions du radiologue sont les suivantes : présence d adénopathies rétropéritonéales et mésentériques. A. La présence d adénopathies dans les territoires superficiels B. Les symptômes d une infection digestive récente C. La notion d un amaigrissement récent > 10% du poids de base D. L existence de symptômes rattachables à une insuffisance médullaire E. Une fièvre >38 0 C et l existence de sueurs nocturnes à l interrogatoire

6 Q3 Devant une adénopathie superficielle, lesquelles des propositions suivantes sont en faveur d un lymphome? A. Sa taille est supérieure à 2 cm B. Elle est indolore C. Elle est adhérente au plan profond D. Elle est présente depuis un mois au minimum E. Elle s accompagne d une splénomégalie

7 Q4 Quel type de lymphome suspectez vous en priorité? Vous palpez une adénopathie axillaire isolée de 2 cm. Son interrogatoire est normal. Elle ne décrit ni amaigrissement, fièvre, sueurs nocturnes ou asthénie particulières. La numération et la formule sanguines sont normales. A. Un lymphome de Hodgkin B. Un lymphome indolent, folliculaire par exemple C. Un lymphome diffus à grandes cellules D. Un lymphome lymphoblastique ou type Burkitt E. Un lymphome des zones marginales spléniques

8 Q5 Quel(s) examens effectuez à visée diagnostique? A. Une biopsie-exérèse chirurgicale ou sous guidage radiologique de l adénopathie axillaire B. Une biopsie des adénopathies profondes sous guidage radiologique C. Une ponction du ganglion axillaire pour étude cytologique D. Un PET scanner E. Une biopsie médullaire

9 Q6 Annotez ce schéma simplifié d un ganglion lymphatique A. 1= lymphatique efférent B. 2= sinus marginal 4 C. 3= follicule lymphoide primaire D. 4= follicule lymphoide secondaire 5 E. 5= lymphatique afférent

10 Voici l image de la biopsie ganglionnaire au faible grossissement

11 Voici l image de la biopsie ganglionnaire au fort grossissement

12 Voici le résultat de l immuno marquage anti CD20

13 Q7 A propos de cette biopsie A. L infiltration tumorale est diffuse B. L infiltration tumorale est nodulaire C. Il s agit d un lymphome de Hodgkin scléronodulaire, avec granulomes et cellule de Sternberg au fort grossissement D. Les cellules anormales sont de phénotype B car elles expriment le CD20 E. L architecture normale d un ganglion est conservée

14 Q8 Quels examens sont indispensables à l évaluation du pronostic? La biopsie confirme qu il s agit d un lymphome B de faible grade, indolent (folliculaire de grade 1-2 ). A. Une biopsie médullaire B. Un scanner cérébral C. Un dosage sérique des LDH D. Une immunoélectrophorèse sérique E. Une analyse cytogénétique du ganglion

15 Q9 Avec les informations disponibles, quelle est l extension Ann Arbor connue du lymphome? A. Stade II B. Stade III C. Stade III ou IV D. Stade IV E. Stade II ou III

16 Q10 A propos des anti-cd20 A. Le CD20 est exprimé par les lymphocytes B matures normaux ou anormaux B. Le rituximab est un anticorps murin anti-cd20 (non humanisé) C. Les principales réactions secondaires sont immédiates D. Une prémédication par antihistaminiques ou corticoides est inutile néanmoins avant son administration E. Son administration répétée peut entrainer une réactivation virale VHB, chez les sujets à risque

17 Q11 Parmi les pathologies ou situations suivantes, lesquelles entrainent un déficit immunitaire secondaire prédominant sur les lymphocytes B? A. Diabète B. Utilisation du rituximab C. Leucémie lymphoide chronique D. Myélome multiple E. Transplantion d organes solides

18 Q12 Laquelle ou lesquelles des propositions suivantes est ou sont exactes(s) concernant les lymphomes de faible grade indolents? A. Ils peuvent s accompagner plus fréquemment que les lymphomes agressifs de complications immunes, telle une anémie hémolytique auto-immunes B. Ils peuvent s accompagner fréquemment ou ne comporter que des atteintes extra-nodales C. Les lymphomes de ce type s accompagnent toujours de signes cliniques d évolutivité D. Ils comportent fréquemment une population lymphoide anormale circulante E. En fonction de leur masse tumorale et du retentissement du lymphome, ils peuvent justifier d une simple surveillance, sans traitement actif

19 Q13 Laquelle ou lesquelles des propositions suivantes est ou sont exactes(s) concernant les lymphomes en général? A. La majorité des lymphomes se développent à partir de différents stades de différentiation des lymphocytes B B. La mise en évidence de l expression de l antigène CD20 par les cellules tumorales a un impact fondamental sur la prise en charge des patients C. Les proliferation lymphoides de phénotype T sont rares et de présentation souvent extra-ganglionnaires D. Les formes agressives sont aussi celles qui les plus curables à long terme avec les traitements actuels E. Les lymphomes B indolents se transforment au cours du temps, avec une fréquence anormalement élevée, en leucémie aiguë lymphoblastique

20 DC 2 révision Après une phase de traitement puis de surveillance prolongée, la patiente est revue plus tot que prévu, en raison de sueurs nocturnes et d un amaigrissement apparus depuis un mois. A l examen, vous palpez une adénopathie inguinale de 2 cm et des adénopathies axillaires bilatérales supérieures au cm, dont une plus volumineuse à droite avec une taille estimée de 5 cm

21 Q14 Quel type de lymphome suspectez vous? A. Un lymphome de Hodgkin B. La rechute du lymphome indolent, folliculaire C. Une transformation du lymphome folliculaire en un lymphome agressif B D. Un lymphome lymphoblastique E. Une lymphoprolifération liée à l immunosuppression

22 Q15 Laquelle ou lesquelles des propositions suivantes est ou sont exactes(s) Une biopsie ganglionnaire est à nouveau décidée. A. Il faut privilégier l adénopathie inguinale B. Il faut privilégier l adénopathie axillaire droite C. Il faut privilégier une adénopathie axillaire gauche D. il s agit d éliminer ou de prouver l hypothèse d une transformation en un lymphome agressif E. Le syndrome de Richter est la transformation d une hémopathie lymphoide indolente en lymphome diffus à grandes cellules B

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Les Lymphomes: les bases

Les Lymphomes: les bases Les Lymphomes: les bases Harold J. Olney, MD CM, FRCP(C) Montréal, novembre 2012 Les lymphomes non- Hodgkiniens Les lymphomes Groupe de cancers qui origine du système lymphatique (la moelle osseuse, les

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES LYMPHOMES MALINS T / NK Lymphomes malins T précurseurs LM lymphoblastique T / Leucémie aiguë lymphoblastique T Lymphomes malins T matures ( périphériques

Plus en détail

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine

Adénopathies de l enfant. Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Adénopathies de l enfant Professeur Jean Loup DEMORY Consultations d Hématologie pédiatrique Clinique médicale Saint Antoine Structure du ganglion lymphatique vaisseaux lymphatiques afférents 1-3 mm capsule

Plus en détail

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Pré-requis : Maturation des cellules lymphoïdes Adénopathies Marqueurs de différenciation Imagerie

Plus en détail

Lymphomes non hodgkiniens

Lymphomes non hodgkiniens Lymphomes non hodgkiniens Coordination : Dr Hervé Maisonneuve (La Roche-sur-Yon) Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition En collaboration avec Lymphomes non hodgkiniens Sommaire ÒLes lymphomes non

Plus en détail

LYMPHOME NON HODGKINIEN

LYMPHOME NON HODGKINIEN 09/06 - POINTVIRGULE - 03 44 23 48 48 - Crédit photographique : BSIP - Phanie Caisse Centrale de Réassurance Société anonyme au capital de 60 000 000 D R.C.S Paris B 388 202 533 31, rue de Courcelles -

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique

Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Lymphomes non hodgkiniens de l adulte Ce document a été validé par le Collège de la Haute Autorité

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

LYMPHOMES MALINS. Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC

LYMPHOMES MALINS. Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC LYMPHOMES MALINS Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC A - Manifestations Cliniques Révélatrices B - Diagnostic Histologique C - Bilan d'extension D - Formes Particulières

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Rituximab A tout seigneur, tout honneur Que de chemin depuis 10 ans Ac anti-cd 20 développé initialement en monothérapie

Plus en détail

Comprendre le lymphome hodgkinien

Comprendre le lymphome hodgkinien Comprendre le lymphome hodgkinien Un guide d information pour les patients et leurs proches Sommaire p Comprendre le cancer page 4 p Comprendre le lymphome hodgkinien page 8 p Le diagnostic du lymphome

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Docteur Brigitte Duclos Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Définition La leucémie lymphoïde chronique est une néoplasie du système lymphoïde caractérisée par la prolifération

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Comprendre les lymphomes non hodgkiniens

Comprendre les lymphomes non hodgkiniens France Lymphome Espoir Comprendre les lymphomes non hodgkiniens Un guide d information pour les patients et leurs proches En partenariat avec Edition septembre 2011 Préambule La première édition datant

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite)

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) UE Revêtement Cutané (2010-2011) Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) Pr. Béatrice Vergier (service de pathologie, CHU Bordeaux) Lésions

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

Ganglions et splénomégalie. Arnaud Jaccard Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU Limoges EPU Argenton le 16/11/2011

Ganglions et splénomégalie. Arnaud Jaccard Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU Limoges EPU Argenton le 16/11/2011 Ganglions et splénomégalie Arnaud Jaccard Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU Limoges EPU Argenton le 16/11/2011 Homme de 45 ans Consulte pour un œdème unilatéral du membre inf

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

DIPLOME POSTGRADE EN ECONOMIE ET ADMINISTRATION DE LA SANTE

DIPLOME POSTGRADE EN ECONOMIE ET ADMINISTRATION DE LA SANTE DIPLOME POSTGRADE EN ECONOMIE ET ADMINISTRATION DE LA SANTE HEC Faculté de Médecine Université de Lausanne Hospices Cantonaux EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DU TRAITEMENT DU LYMPHOME NON-HODGKIN AVEC CHOP-RITUXIMAB

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger

A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger Apport de la cytoponction ganglionnaire dans le diagnostic des lymphomes A Belarbi, ZC Amir, MG Mokhtech, F Asselah Service d Anatomie et de Cytologie Pathologique CHU Mustapha Alger Introduction Large

Plus en détail

Un guide d information pour les patients et leurs proches

Un guide d information pour les patients et leurs proches Un guide d information pour les patients et leurs proches Comprendre les lymphomes du manteau Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition Sous l égide de Document réalisé en partenariat avec Comprendre

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

maladie des griffes du chat (cat scratch disease)

maladie des griffes du chat (cat scratch disease) hépatomégalie avec multiples nodules infra centimétriques dispersés dans les 2 lobes,perturbations microcirculatoires, splénomégalie avec les mêmes nodules, adénopathies cœliaques et du hile hépatique

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins Formation Continue 2011 31 mars 2011 Maladies infectieuses - Immunologie & Allergie VIH & Immunité Traitements immunosuppresseurs: bilan initial, suivi et risques infectieux Pierre-Alexandre Bart Objectifs

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Données cliniques Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Diagnostic retenu PNET Synovialosarcome RMS Chondrosarcome mésenchymateux LNH Cas 1 : PNET - Argumentaire Clinique

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005

Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005 1. Introduction Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005 La leucémie lymphoïde chronique (LLC) est une hémopathie chronique, caractérisée par la prolifération clonale

Plus en détail

LYMPHOMES MALINS. Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC

LYMPHOMES MALINS. Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC LYMPHOMES MALINS Définition I - EPIDEMIOLOGIE / FACTEURS ETIOLOGIQUES II - DIAGNOSTIC A - Manifestations Cliniques Revelatrices B - Diagnostic Histologique C - Bilan d'extension D - Formes Particulières

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des lymphomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des lymphomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des lymphomes cutanés - novembre 2009 - Prise en charge des patients atteints de lymphome cutané Introduction et définitions La classification WHO 2008 reconnaît

Plus en détail

.une distension liquide segmentaire du grêle d'amont

.une distension liquide segmentaire du grêle d'amont Femme de 36 ans ; neurofibromatose de type I (maladie de von Recklinghausen) Iléite aigue diagnostiquée en juillet 2007 malgré une absence de lésion épithéliales à l'endoscopie le scanner abdominal pratiqué

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN 9 gr/l Hb, VGM 71 Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Nature des lésions cutanées,

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

LA MALADIE DE HODGKIN

LA MALADIE DE HODGKIN livret hodgkin 4/04/06 9:56 Page 1 03/06 - POINTVIRGULE - 03 44 23 48 48 - Crédit photographique : BSIP - APHP Caisse Centrale de Réassurance Société anonyme au capital de 60 000 000 D R.C.S Paris B 388

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B

CANCERS DU SEIN. Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B CANCERS DU SEIN Dr PERNAUT, Dr DUQUESNOY 21 Janvier 2015 EPU-B Dépistage 1 Patiente de 43 ans Pas d ATCD familiaux ni personnels 3 enfants, allaitement maternel Contraception par stérilet au Levonorgestrel

Plus en détail

CLASSIFICATION OMS 2001 DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES

CLASSIFICATION OMS 2001 DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES CLASSIFICATION OMS 2001 DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES J. Audouin, A. Le Tourneau, J. Diebold Hôtel-Dieu de Paris, France Principes Définir des entités distinctes, avec leurs variantes et leurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique?..........................

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Électrophorèse des

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Électrophorèse des protides sérique... 1 1. 1 Définition...1 1. 2 Quand faut-il faire une EPS?... 1 1.

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Les lymphomes malins

Les lymphomes malins Les lymphomes malins P.-Y. Lovey Dr S. Anchisi, Médecin-adjoint,, Département D Valaisan d Oncologie, d Hôpital de Sion Dr M. Stalder,, MédecinM decin-chef, chef, Unité d Hématologie, Consilia,, Sion Dr

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail