Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient."

Transcription

1 (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes et maladies multiples ou si leur étiologie n est pas expliquée. Il y a peu de situations dans lesquelles un code de symptôme du chapitre 18 est utilisé comme diagnostic principal. Inversement, pour les soins ambulatoires, le code de symptôme est souvent utilisé comme raison du contact. Les codes du chapitre 18 sont assignés comme diagnostic secondaire uniquement quand le signe ou symptôme ne fait pas partie intégrante de la pathologie. L utilisation des codes concernant les résultats anormaux non spécifiques est rarement appropriée pour les séjours hospitaliers. Ce qu il faut connaître Après l étude de ce chapitre, vous devez être capable de : Expliquer la différence entre un signe et un symptôme Déterminer quand il est adéquat d utiliser comme diagnostic principal des codes du chapitre 18 d ICD-10-CM Déterminer quand il est adéquat d utiliser comme diagnostic secondaire des codes du chapitre 18 d ICD-10-CM. Les termes à connaître Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. Rappelez-vous Pour les patients hospitalisés, il y a souvent des options plus appropriées que les codes trouvés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM. Pour les patients hospitalisés, un diagnostic décrit comme possible, probable, etc est considéré comme établi. 1

2 (Traduction de la p 140) Introduction Un signe est défini comme une preuve objective d une maladie qui peut être observée par le médecin qui examine le patient. D autre part, un symptôme est une observation subjective rapportée par le patient mais non confirmée objectivement par le médecin. Les signes et symptômes sont classés de 2 manières dans ICD-10-CM. Ceux qui renvoient à un diagnostic spécifique ont été classés dans une catégorie d un autre chapitre d ICD-10-CM. Ceux qui renvoient à plus d une maladie ou plus d un système ou qui ont une étiologie inexpliquée sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM. Signes et symptômes comme diagnostic principal Les codes de signes, symptômes et pathologies mal définies du chapitre 18 d ICD-10-CM ne peuvent pas être utilisés comme diagnostic principal ni comme raison d un contact ambulatoire quand un diagnostic correspondant a été établi. Voici quelques exemples : T40.1x4A et R40.20 Coma sur empoisonnement à l héroïne, premier contact I R55 Syncope sur bloc auriculo-ventriculaire du 3 degré Si le patient est hospitalisé, un diagnostic décrit comme possible, probable, etc. au moment de la sortie est considéré comme un diagnostic établi. Par exemple, un patient est admis avec une douleur abdominale généralisée et sévère. Le médecin établit que la douleur abdominale est probablement due à une gastrite aiguë (K29.00). Seul le code de gastrite est assigné car la douleur abdominale fait partie de la gastrite probable. Des termes tels que «possible» et «probable» ne sont pas considérés comme établis pour les consultations et contacts ambulatoires. S il n y a pas de diagnostic établi, seuls les symptômes et signes disponibles avec la plus grande certitude sont codés. Il y a seulement quelques situations dans lesquelles il est approprié d utiliser un code de symptôme du chapitre 18 comme diagnostic principal. Les voici: 1. Quand la liste des diagnostics mentionne le symptôme en premier lieu, suivi de 2 ou plusieurs diagnostics différentiels, le symptôme peut être mentionné comme diagnostic principal. Cependant, si le code du symptôme fait partie intégrante de chacune des pathologies listées, aucun code additionnel n est rapporté pour le symptôme. Plus de détails sont présentés dans le chapitre 4 de ce manuel. 2. Quand aucune pathologie n est identifiée et que le symptôme est la raison du contact, un code du chapitre 18 d ICD-10-CM est assigné comme diagnostic principal même si d autres pathologies non liées se trouvent dans la liste. Par exemple, un patient est admis avec une tachycardie. L électrocardiogramme ne fournit pas d évidence concluante à propos du type de tachycardie ni à propos de toute pathologie cardiaque sous-jacente. Le patient est également diabétique insulino-dépendant ; les glycémies sont suivies quotidiennement pendant le séjour hospitalier. La raison de l admission est la tachycardie ; c est pourquoi le code R00.0 Tachycardie non spécifiée est le 2

3 diagnostic principal. Comme le diabète a été traité durant le séjour hospitalier, un code supplémentaire est assigné pour le diabète sucré. 3. Ces règles ne s appliquent pas si le symptôme est dû à deux pathologies plutôt qu à deux diagnostics différentiels. Dans ce cas, les deux pathologies sont codées et le symptôme est codé comme diagnostic secondaire uniquement s il répond aux critères d enregistrement des diagnostics secondaires. Par exemple, le diagnostic posé est douleur thoracique due à une chondrite costale et peut-être à une hernie hiatale, les deux diagnostics, chondrite costale et hernie hiatale probable, sont codés suivant cette règle. Aucun code n est ajouté pour les douleurs thoraciques car elles font partie des deux diagnostics. (Traduction de la p141) 4. Les autres situations dans lesquelles il est approprié d utiliser les codes du chapitre 18 d ICD-10-CM comme diagnostic principal pour le séjour d un patient hospitalisé sont les suivantes : Présence transitoire d un signe ou d un symptôme mais aucun diagnostic définitif n a été établi. Le patient est transféré ailleurs pour complément de mise au point ou traitement avant qu un diagnostic ait été établi. Un diagnostic plus précis ne peut être fait pour n importe quelle autre raison. Le symptôme est traité en ambulatoire sans qu une mise au point complémentaire permettant d arriver à un diagnostic plus définitif ne soit réalisée. Un diagnostic provisoire de signe ou de symptôme est posé pour un patient qui ne revient pas pour une investigation ou un traitement complémentaire. L effet résiduel d une séquelle est la raison de l admission et l index renvoie le codeur vers une autre séquence. De manière générale, les symptômes classés dans les autres chapitres d ICD-10-CM ne sont pas mentionnés comme diagnostic principal si une pathologie correspondante a été identifiée. Cependant, le symptôme peut être mentionné comme diagnostic principal quand le patient est admis dans le seul but du traitement du symptôme et qu il n y a pas de mise au point complémentaire ni traitement de la maladie sous-jacente. Par exemple, des patients avec une déshydratation secondaire à une gastro-entérite sont parfois hospitalisés dans le seul but d être réhydratés quand la gastro-entérite elle-même pourrait être traitée en ambulatoire. Dans ce cas, le code de la déshydratation peut être désigné comme diagnostic principal même si la cause de la déshydratation est établie. Notez que ces règles ne sont pas d application pour le codage et l enregistrement des soins ambulatoires et des consultations médicales. Les contacts ambulatoires ne permettent habituellement pas le type d étude résultant en l établissement d un diagnostic et le traitement consiste souvent à soulager le symptôme plutôt qu à traiter la maladie sous-jacente. Le niveau le plus élevé de certitude est rapporté comme la raison du contact ambulatoire, ce qui souvent signifie que le code du symptôme est assigné comme raison du contact. Signes et symptômes comme diagnostic secondaire 3

4 Les codes du chapitre 18 sont assignés comme diagnostic secondaire uniquement si le signe ou le symptôme ne fait pas partie intégrante de la pathologie sous-jacente à moins que la classification ne propose d autres instructions ou que la présence du symptôme n apporte une différence dans la sévérité de la pathologie du patient ou dans les soins donnés. Par exemple, beaucoup de patients atteints de cirrhose hépatique ont de l ascite, mais pas tous. En présence d ascite, il y a une différence dans les soins donnés, donc le code du chapitre 18 pour l ascite (R18.8) doit être assigné comme diagnostic secondaire. Les codes du chapitre 18 ne sont pas assignés quand ils sont implicites au diagnostic ou quand le symptôme est inclus dans le code de la pathologie. Un codage redondant est inapproprié. Par exemple : Douleur abdominale due à un ulcère gastrique aucun code de symptôme n est ajouté car la douleur abdominale fait partie intégrante de l ulcère. Coma dû à un diabète sucré le code de symptôme pour le coma n est pas assigné car il existe un code combiné proposé pour l association du coma et du diabète. Un patient est admis avec douleur thoracique, considérée initialement comme angoreuse; la mise au point ne confirme pas ce diagnostic et le médecin pose le diagnostic de douleur thoracique sur chondrite costale probable (M94.0). La douleur thoracique n est pas codée car elle est implicite dans le diagnostic de chondrite costale. Traduction de la p142) Résultats anormaux Les codes des catégories R70 à R97 dans le chapitre 18 sont proposés pour le codage de résultats anormaux non spécifiques mais il est rarement approprié d attribuer un de ces codes pour des patients hospitalisés en soins aigus. Ils sont assignés uniquement (1) quand le médecin ne peut arriver à un diagnostic définitif et mentionne le résultat anormal dans la liste des diagnostics et (2) quand ce résultat anormal répond aux critères de l UHDDS pour l enregistrement des diagnostics secondaires. Par exemple, si le médecin mentionne un diagnostic de résultat électrocardiographique anormal sans mention de pathologie associée, assigner le code R94.31 Electrocardiogramme anormal [ECG] [EKG] est approprié si la mise au point complémentaire ne met pas en évidence de pathologie cardiaque probable. D autre part, le codeur pourrait relever une pression artérielle élevée dans le dossier médical, mais le médecin ne la mentionne pas dans la liste des diagnostics et il n y a pas trace de mise au point ou de traitement. Dans ce cas, attribuer le code de ce résultat anormal serait inapproprié. Si le codeur relève des résultats cliniques en dehors des valeurs normales mais qu aucun diagnostic n est posé, le codeur doit revoir le dossier médical pour déterminer si des tests ou consultations complémentaires ont été réalisés en lien avec ce résultat ou si un traitement spécifique a été donné. Si une telle documentation est présente, il est approprié de demander au médecin si un code doit être assigné. Par exemple, un patient ayant un taux de potassium bas et traité par potassium intraveineux ou oral a une pathologie clinique significative qui devrait probablement être rapportée ; il faudrait demander au médecin s il faut ajouter un diagnostic. D autre part, un résultat 4

5 d arthrite dégénérative chez une personne âgée, découvert lors d une radiographie de thorax de routine en postopératoire, pour laquelle aucune mise au point ni aucun traitement n ont été donné, ne justifie pas qu un code soit assigné. Echelle de Glasgow pour les comas L échelle de Glasgow est utilisée pour l évaluation du degré de conscience, en particulier après un traumatisme crânien. L évaluation est déterminée par 3 facteurs : l ouverture des yeux, la réponse verbale et la réponse motrice. Ce test peut fonctionner comme indicateur pour certains tests diagnostiques ou traitements et pour prédire la durée et le résultat final du coma. Les codes de la sous-catégorie R40.2 Coma peuvent être utilisés en combinaison avec des codes de traumatisme crânien, d accident vasculaire cérébral aigu ou de séquelle d accident vasculaire cérébral. A l origine, ces codes sont utilisés pour les registres de traumatismes mais ils peuvent également être utilisés dans tout type d institutions de soins où l information est collectée. Le code précisant l échelle de coma doit être séquencé après le code du diagnostic. Un code de chaque sous-catégorie est nécessaire pour donner une évaluation complète (mouvement des yeux, réponse verbale et réponse motrice). Le 7 caractère précise quand l évaluation est faite (par exemple sur le terrain, à l arrivée aux urgences, à l admission à l hôpital). Le 7 caractère doit être cohérent pour chacun des 3 codes. Au minimum, le score initial documenté à l arrivée dans l institution devrait être documenté. Ceci peut être un score évalué par le technicien de médecine d urgence ou documenté dans le département des urgences. Une institution peut choisir de mesurer plusieurs fois le score de Glasgow si elle le souhaite. Attribuez le code R Echelle Glasgow de coma, score total, quand seul le score total est documenté dans le dossier médical. Quand les scores individuels sont documentés, les codes R à R sont attribués. Le code R est utilisé pour enregistrer les autres comas, sans échelle de coma (score de Glasgow) documenté ou quand seul un score partiel est rapporté. Maladies mal définies Le code R99 Mortalité de cause inconnue ou mal définie est utilisé uniquement dans des circonstances très limitées quand un patient déjà mort est amené au service d urgences ou dans tout autre service de santé et que ce patient est déclaré mort à l arrivée. Ce code ne doit pas être utilisé pour mentionner un décès en fin d hospitalisation. (Traduction de la p141) Exercice 13.1 Coder les diagnostics et interventions qui suivent tels qu ils sont mentionnés à la sortie du patient. N attribuez pas de code pour les causes externes de maladie. 1. Dysurie R30.0 Biopsie transurétrale de la vessie 0TBB7ZX 5

6 2. Douleur thoracique aiguë sur pleurésie grippale J Hématurie macroscopique, non douloureuse et de cause inconnue R31.0 Cystoscopie pour contrôle de l hémorragie par cautérisation 0T5B8ZZ 4. Pyurie intermittente de cause indéterminée N Hyperplasie de ganglion lymphatique axillaire gauche R59.9 Biopsie ouverte de ganglion lymphatique axillaire 07B60ZX 6. Test de tolérance glucidique élevé R Vertige sévère, céphalée temporale gauche et nausée R42, R51, R Syncope de cause inconnue R55 9. Douleur thoracique, angor probable I Dysurie psychogène F Gangrène du pied gauche sur athérosclérose I Epistaxis chronique, sévère, récurrent R04.0 Tamponnement nasal antérieur et postérieur 2Y41X5Z 13. Epistaxis sévère sur hypertension I10, R04.0 Tamponnement nasal 2Y41X5Z 14. Epistaxis héréditaire I Douleur abdominale généralisée soit sur pancréatite, soit sur cholécystite R10.84, K85.9, K Syndrome de fatigue chronique R Fièvre et malaise dus à un syndrome viral B Fièvre d étiologie inconnue, céphalée R50.9, R51 6

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions. Chapitre 31: Brûlures (Traduction de la p503) Aperçu du chapitre Les catégories T20 à T32 sont attribuées pour toutes les brûlures et corrosions excepté les brûlures dues au soleil ou à des frictions.

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE POUR

INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE POUR INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE POUR L ENREGISTREMENT DES HOSPITALISATIONS DE JOUR Contenu Contenu... 1 1 Domaine DONNEES MEDICALES et DONNEES de FACTURATION... 3 1.1 Hospitalisation de jour dans les unités

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

En outre, les forfaits de douleur chronique doivent être enregistrés comme hospitalisation de jour à partir du 1 er juillet 2007 (article 4, 8).

En outre, les forfaits de douleur chronique doivent être enregistrés comme hospitalisation de jour à partir du 1 er juillet 2007 (article 4, 8). .DG1 Organisation des Etablissements de Soins Service Datamanagement VOTRE LETTRE DU VOS RÉF. NOS RÉF. DM/RCM-MKG/n.48_07 DATE 09/11/2007 A l'attention du Directeur général, du Directeur Médical ANNEXE(S)

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant Avant-propos à la troisième édition................................................ Avant-propos à la deuxième édition................................................ Les auteurs...................................................................

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste Poste occupé par : Depuis le : DOMAINE : médical Médecine d urgence INTITULE DU METIER Correspondance statutaire Qualification Corps des médecins Hospitaliers Exigences sur le poste Travail en 6 H UHCD,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident

Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident Traumatisme crânien léger et stress post traumatique : Evaluation des patients de la cohorte ESPARR, 6 mois après l accident M. Hours (1), P. Charnay (1), E. Fort (1), M. Bernard (1), V. Bonnavion (1),

Plus en détail

Intérêt d'un défibrillateur semi-automatique sur les terrains de Rugby

Intérêt d'un défibrillateur semi-automatique sur les terrains de Rugby Intérêt d'un défibrillateur semi-automatique sur les terrains de Rugby Dr Jean-Yves HOUZE,Comité territorial Périgord Agenais Introduction Le 5 mai 2007, lors d un match de rugby dans la catégorie «junior»,

Plus en détail

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris)

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) ETP sujets âgés INTERVENTION OMAGE Pr C. PERRET-GUILLAUME Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) 1 Méthode de l essai OMAGE Essai randomisé contrôlé avec 800 malades Multi-centrique (6 UGA en Ile de

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse

Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Psychopathologie des névroses Névroses d angoisse Dr Catherine Agbokou Faculté de Médecine Paris VI, Paris Généralités Historique - Cullen (1777) : neurasthénie, hystérie, hypocondrie - Freud - névrose

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juin 2012 CINRYZE 500 unités, 2100 UI, poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 2 flacons (code CIP : 218 563-0) Laboratoires VIROPHARMA SAS Inhibiteur

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006)

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) Annexe 12 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) A91 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents

Plus en détail

Cas clinique 1. Que faites-vous?

Cas clinique 1. Que faites-vous? Cas clinique 1 Madame G., âgé de 32 ans, institutrice, et 3e pare. Actuellement au terme de 20 semaines d'aménorrhée, elle consulte pour une fièvre isolée dépassant 38 avec frissons depuis trois jours.

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Contexte et méthode d évaluation 2 Une évaluation par la HAS : Pourquoi? Mars 2005: lancement effectif

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

INTRODUCTION BUT DE L ÉTUDE LA PLATEFORME FÉDÉRALE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE: UN PARTENAIRE DU PROJET

INTRODUCTION BUT DE L ÉTUDE LA PLATEFORME FÉDÉRALE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE: UN PARTENAIRE DU PROJET Federaal Kenniscentrum Voor de Gezondheidszorg Centre Fédéral d Expertise Des Soins de Santé ÉTUDE NATIONALE SUR LA PRÉVALENCE DES INFECTIONS LIÉES AUX SOINS DANS LES HÔPITAUX AIGUS ET LEUR IMPACT SUR

Plus en détail

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 Choix organisationnel de l ICL Présentation du service Ouverture du service en novembre 2013 avec 5 lits Depuis novembre 2014,

Plus en détail

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES

TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES TRONC COMMUN SOINS CRITIQUES : Cardiologie - Document du participant Module 5 DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS ET DES REGROUPEMENTS CLIENTÈLES Tous droits réservés, CHUM, mars 2015 Situation infirmière clinique

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

SERVICE D ORTHOPEDIE HOPITAL DU JURA. Concept de formation post graduée pour les médecins assistants et chefs de clinique

SERVICE D ORTHOPEDIE HOPITAL DU JURA. Concept de formation post graduée pour les médecins assistants et chefs de clinique SERVICE D ORTHOPEDIE HOPITAL DU JURA Dr Alexandre Köstli Médecin chef de service Dr Stephan Styger Médecin chef Dr Luc Baillod Médecin chef Concept de formation post graduée pour les médecins assistants

Plus en détail

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE TABLE DES MATIÈRES APTITUDES... 2 COMPÉTENCES CLINIQUES... 2 DOULEUR AIGUË DE LA FOSSE ILIAQUE DROITE... 2 DOULEUR AIGÜE DE LA FOSSE ILIAQUE GAUCHE... 4 DOULEUR AIGÜE DE

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique Cause rare d accd accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique C. Hafsa, B. Hmida, R. Salem, MA. Jellali, M. Maatouk, M. Golli Service d imagerie d médicale m CHU Fattouma Bourguiba

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS

SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS Page 1 of 9 SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

2. Durée, structure et dispositions complémentaires

2. Durée, structure et dispositions complémentaires 1. Généralités Le candidat doit acquérir les connaissances et les aptitudes qui le rendront apte à exercer, sous sa propre responsabilité, une activité en ophtalmochirurgie. 2. Durée, structure et dispositions

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2

2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2 Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en neurochirurgie 2010 MISE À JOUR RÉDACTIONNELLE JANVIER 2014 VERSION 1.2 INTRODUCTION Le présent document a pour but de fournir à ceux et

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

URGENCES. L inventaire des biens et valeurs des patients admis en service d urgences. Chapitre 86. Points essentiels E. LAPORTE

URGENCES. L inventaire des biens et valeurs des patients admis en service d urgences. Chapitre 86. Points essentiels E. LAPORTE Chapitre 86 L inventaire des biens et valeurs des patients admis en service d urgences E. LAPORTE Points essentiels L inventaire des objets détenus par un patient admis dans un service d urgences peut

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

Les maladies du système digestif sont classées dans le chapitre 11 d ICD-10-CM.

Les maladies du système digestif sont classées dans le chapitre 11 d ICD-10-CM. Chapitre 20 : Maladies du système digestif (Traduction de la p243) Aperçu du chapitre Les maladies du système digestif sont classées dans le chapitre 11 d ICD-10-CM. Il est possible de classer plusieurs

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses CANCER DU FOIE CANCER DU FOIE Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme le foie filtre le sang de toutes les parties du corps, les

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Anesthésie-réanimation Urgences

Anesthésie-réanimation Urgences Anesthésie-réanimation Urgences Notre sélection d ouvrages de référence dans votre spécialité Médecine Sciences Publications ISBN : 978-2-257-20523-0 Le livre de l interne Anesthésiologie - 3 e édition

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE Nombre de questions : 40 Durée de l épreuve : 1 Heure Nombre de feuilles : 15 Vous avez

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016

10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Section 10.5.2 Inf intranasal 10.5.2 Inf intranasal : vaccin intranasal contre l influenza 2015-2016 Composition Un vaccin quadrivalent vivant atténué contre la grippe est distribué au Canada : Flumist

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Directives du Médecin cantonal à l intention des médecins vaudois concernant les placements à des fins d assistance (PLAFA)

Directives du Médecin cantonal à l intention des médecins vaudois concernant les placements à des fins d assistance (PLAFA) Directives du Médecin cantonal à l intention des médecins vaudois concernant les placements à des fins d assistance (PLAFA) y inclus 1) la procédure pour maintenir une personne entrée de son plein gré

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. Dr S. NAFA

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. Dr S. NAFA Prise en charge de la fièvre chez l enfant Dr S. NAFA Définitions Température centrale > 38 C en l absence d activité intense chez un enfant normalement couvert dans une température ambiante tempérée Au

Plus en détail

1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL :

1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL : De : Société Projets & Formations 293 rue de jonquilles 84100 Orange yveslozano@projets-formations.com +33 (0)6 18 72 39 98 1. FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL : Projets et Formations est en mesure

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - -

Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson - - Intérêt des aspirations naso-pharyngées dans le désencombrement du nouveau-né et du nourrisson Claude VINCON Christian FAUSSER - - Ce geste fréquent est extrêmement banalisé et habituel, tout du moins

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Fiche d information Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Berne, 20.05.2014. La croissance des prestations des hôpitaux et des cliniques dans le secteur ambulatoire est due aux raisons

Plus en détail

Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes.

Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes. Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes. MODULE 1: ECG (3 heures) N 235. Palpitations (CARDIO : Dr LEGALLOIS) - Chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Objectifs des stages obligatoires à l externat

Objectifs des stages obligatoires à l externat Faculté de médecine Vice-décanat aux études médicales de premier cycle Objectifs des stages obligatoires à l externat Utiliser la navigation par signets de votre lecteur Adobe pour repérer le stage désiré.

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE

INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE INFORMATION SUR LA HERNIE HIATALE Objectifs de ce document : Vous expliquer l intervention Vous informer sur les risques de cette chirurgie Répondre aux principales questions que vous pouvez vous poser.

Plus en détail

L identitovigilance. Bernard STEYER Responsable Système qualité-gestion des risques Centre George-François LECLERC

L identitovigilance. Bernard STEYER Responsable Système qualité-gestion des risques Centre George-François LECLERC L identitovigilance Bernard STEYER Responsable Système qualité-gestion des risques Centre George-François LECLERC Journée régionale des vigilances et de la gestion des risques du 15 novembre 2010 1 Introduction

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Bienvenue à l atelier «Cas délicats dans le TARMED possibilités d action pour les délégués tarifaires»

Bienvenue à l atelier «Cas délicats dans le TARMED possibilités d action pour les délégués tarifaires» Bienvenue à l atelier «Cas délicats dans le TARMED possibilités d action pour les délégués tarifaires» 1 1 FMH Journée des délégués tarifaires du 20 mars 2013 Médecine étatique versus autonomie tarifaire

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

faisons le point Les vertiges sont, Les vertiges Un défi intéressant Les vertiges sont, avec les céphalées, les maux avec les céphalées,

faisons le point Les vertiges sont, Les vertiges Un défi intéressant Les vertiges sont, avec les céphalées, les maux avec les céphalées, Les vertiges Un défi intéressant Pierre Laplante MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les 15 e Journées annuelles du Département de médecine, Université de Montréal, novembre 2006 Les vertiges

Plus en détail

«Ils ne préviennent pas mais se préviennent»

«Ils ne préviennent pas mais se préviennent» MALAISES SUR LES LIEUX DE TRAVAIL «Ils ne préviennent pas mais se préviennent» Dr Gérard ARASZKIEWIRZ SMIBTP BEAUVAIS Conférence CRAM Clermont 18 janvier 2005 1 Plan de la présentation Les malaises au

Plus en détail

Programme de formation post-graduée et continue dans le Service de Néphrologie et Hypertension du CHUV

Programme de formation post-graduée et continue dans le Service de Néphrologie et Hypertension du CHUV Programme de formation post-graduée et continue dans le Service de Néphrologie et Hypertension du CHUV Prof. Michel Burnier, chef de service 1. Missions d enseignement du Service : Les missions d enseignement

Plus en détail