Commissionnement continu avec garantie de performance, un modèle très performant. Pierre Lapointe

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commissionnement continu avec garantie de performance, un modèle très performant. Pierre Lapointe"

Transcription

1 Commissionnement continu avec garantie de performance, un modèle très performant Pierre Lapointe

2

3 1. Mise en contexte

4 1.1. Positionnement de COFELY : AMÉRIQUE DU NORD 800 employés 100 millions de CA ISO 9001 : 2008 Activités Contrats d exploitation avec garantie de performance énergétique depuis 1995 Métiers Gestion et entretien d infrastructures techniques Bâtiments, réseaux urbains d énergie, systèmes aéroportuaires Gestion énergétique et environnementale Gestion de projets de rénovation Suivi de factures énergétiques Certifications environnementales Projets de performance énergétique

5 Quelques exemples

6 1.2. Définitions Commissioning: S applique dans le cas d une nouvelle construction. Processus assurant un fonctionnement selon les critères de conception. Re-commissioning: S applique dans le cas des édifices existants. À refaire tous les 3 à 5 ans pour s assurer que les systèmes fonctionnent selon les critères de conception originaux.

7 1.2. Définitions Commissionnement continu: «procédé s appliquant aux édifices existants pour identifier et mettre en place des améliorations au niveau de l opération et de l entretien visant à assurer une performance continue pendant la durée de vie.» Implique un suivi permanent et sur plusieurs années. «Bien que commissionnement continue puisse inclure des recommandations d investissement, le premier objectif vise à améliorer les modes d opération des systèmes.» «L optimisation continue met l accent sur la recherche d améliorations peu coûteuses du fonctionnement et de l entretien.»

8 1.3. Objectifs du commissionnement continu Objectifs visés Réduire les consommations et les coûts énergétiques; Améliorer les performances environnementales; Portrait précis du profil énergétique; Outil de mesure et accumulation de statistiques; Suivi très serré des résultats; Démonstration et documentation claire des résultats; Identification des mesures avec investissement; Responsabilisation de l exploitant. Programme de gestion énergétique Des éléments indissociables Volet 1 Optimisation sans investissement Volet 2 Projet d investissement

9 2. Modèle contractuel

10 2.1. Description d un contrat de performance avec garantie de résultat Intégrer au mandat de l exploitant technique un engagement contractuel visant l optimisation des consommations et coûts énergétiques. OBJECTIFS CLAIRS ET MESURE DES RÉSULTATS; L EXPLOITANT Formule de motivation N EST des 2 parties; PLUS SIMPLEMENT RESPONSABLE D OPÉRER Formule d évaluation ET D ENTRETENIR des résultats prédéterminée; LES INSTALLATIONS, IL DOIT EN PLUS Formule LE de partage FAIRE des DE risques LA et MANIÈRE des bénéfices; LA PLUS PERFORMANTE POSSIBLE ET GARANTIR DES RÉSULTATS Un écart négatif devra être assumé par l exploitant tandis qu un écart positif sera partagé entre les deux parties selon les modalités de l entente. Une opportunité pour le client de faire de grosses économies sans prendre de risque... Et ce sur plusieurs COMMISSIONNEMENT années. CONTINU Démonstration d efforts et de résultats permettant une amélioration de l image corporative facilitant l obtention de certifications environnementales.

11 2.1. Description d un contrat de performance avec garantie de résultat Méthode de contrôle Suivi quotidien des performances Rapports mensuels de suivi et d anticipation Calcul des résultats: Ajustement de l année de référence en fonction des paramètres de l année en cours d évaluation. Cet ajustement comprend : ajustement de tarif, degré jours, taux d occupation, zones exclues et modifications aux installations. Il faut comparer le coût de l année de référence corrigé avec le coût de l année en cours. Rapport annuel présentant les résultats

12 2.2. Programme et étapes ÉTAPES Les premières étapes consiste à déterminer la base de référence et les objectifs à atteindre. Étape 1 : Le bilan énergétique permettra d'établir le portrait global des différentes sources d'énergie utilisées. Étape 2 : Déterminer une année de référence pour la base de comparaison. Les objectifs seront par la suite ajustés afin de permettre de toujours avoir une vision claire des performances obtenues. Étape 3 : Déterminer la cible de réduction. Étape 4 : Mise en place d un programme de commissionnement continu. Ventilation Chauffage Climatisation Éq. Bureau Moteurs Éclairage int. Divers Eau chaude san. Chambres froides Écl. extérieur 0.5% 3.0% 2.1% ENTENTE CONTRACTUELLE 5.2% 8.2% 7.3% 12.4% 16.5% 18.0% Formaliser l entente en fonction des étapes 1 à 3; Déterminer la formule Des de éléments partage des économies excédentaires; indissociables Déterminer les facteurs d ajustement et les indices applicables; Déterminer les dates de début et de fin; 26.9%

13 2.3. Principaux axes d intervention DANS TOUS LES BÂTIMENTS il y a des fuites énergétiques et l équipe d exploitation et d entretien est la mieux placée pour les repérer et les colmater. Le potentiel peut être énorme : 20 % dans certains cas. Les coûts d énergie Gestion des conditions tarifaires; Utilisation des bonnes sources énergétiques au bon moment; Optimisation des modes d opération; Considération des périodes de facturation (H.Q.) de la part des opérateurs; Identification des équipements de production en mauvaise condition ou mal exploités; Horaires de fonctionnement; Deux ou trois clics de souris peuvent engendrer des dépenses énergétiques inutiles de plusieurs milliers de $$$ L opération de l immeuble Des éléments indissociables Des éléments indissociables L entretien

14 2.3. Principaux axes d intervention L équipe d opération et d entretien Formation et coaching; Échange d information et d idées Assigner des objectifs et des tâches spécifiques; Retour d information; Télésurveillance et visite périodique du spécialiste; L équipe de gestion immobilière et/ou les occupants Objectif commun Sensibilisation à l impact des méthodes d exploitation; Comités et travail d équipe; Diffusion de résultats; Plan de communication; Rapport périodique.

15 2.3. Principaux axes d intervention Outils mis à disposition Les relevés des opérateurs (MMF); Compteurs et sous-compteurs; Les factures d énergie; Mesurage temporaire; Le service Visilec d Hydro-Québec; Bilan énergétique; Enregistrement des tendances avec système d automatisation; Thermographie; Système de suivi quotidien des performances.

16 3. Exemples de projets 1

17 3.1. Exemple de projet 1 : RIVIERA CHSLD Description et contexte Contrat de 5 ans incluant : Conduite des installations et appels de service Entretien préventif et correctif Télégestion Programme de traitement des eaux Gestion des contrats de service Gestion énergétique avec garantie de performance GMAO et centre d appel Audits de qualité entretien et qualité de l air Rapports mensuel et annuels Systèmes couverts : Systèmes de climatisation, ventilation & chauffage Sondes de détection CO, NO2 Système d alarme incendie Gicleurs et extincteurs portatifs Système de contrôles et d automatisation Système de pompage Distribution électrique et groupe électrogène Travaux d entretien général d immeuble

18 3.2. Exemple de projet 1 : RIVIERA CHSLD Mesures et actions Exemples d actions prises Ajustement, du départ et arrêt des 2 stages de refroidissement, en évitant le départ trop hâtif du deuxième compresseur; Éclairage des corridors la nuit; Zonage de la section bureaux au rez-de-chaussée et aire commune sur les étage; Balancement des débits d air frais distribués et de l évacuation; Amélioration 10% de la performance de la récupération de chaleur; Le resserrement des programmes horaire de la ventilation et des évacuateurs; Ajustement des cédules de températures dans les différents systèmes de ventilation et de chauffage au périmètre; Correction de l opération de l une des chaudières à condensation; Le suivi quotidien qui nous informe du maintien des opérations optimum ou d écart, permettant de corriger rapidement la ou les cause(s).

19 3.3. Exemple de projet 1 : RIVIERA CHSLD Résultats Réduction de 16% de la consommation d électricité Réduction de 28% de la consommation de gaz Diminution de 23% du coût réel sur une période de 5 ans

20 4. Exemples de projets 2

21 4.1. Exemple de projet 2 : LAURIER QUÉBEC Description et contexte Laurier Québec est un centre commercial majeur à Québec. Géré par Ivanhoé Cambridge avec l opération technique par COFELY Services depuis millions de visiteurs par an Construit sur 3 étages, et agrandissement successif pour une superficie m². Intègre 2 édifices à bureaux ainsi que des stationnements multi-étages. 51% de l électricité est consommée par les magasins majeurs, les restaurants et l éclairage des 350 boutiques. Malgré cela, il restait un grand potentiel...

22 4.1. Exemple de projet 2 : LAURIER QUÉBEC Description et contexte Un projet de performance énergétique a été réalisé; Une mandat de 5 ans de commissionnement continu a été accordé en parallèle; Une garantie de performance intégrant les 2 aspects faisait partie de l entente; La même entreprise était donc à la fois responsable de l opération, l entretien et la performance énergétique du complexe; Les résultats ont largement dépassés les attentes. Les résultats ont largement dépassés les attentes grâce au commissionnement continu...

23 4.2. Exemple de projet 2 : LAURIER QUÉBEC Mesures et actions Mesures de commissionnement : Mesures reliées au projet : Conversion T8 et utilisation de fluorescents compacts. Modulation de la ventilation et ajout de 25 entraînements à fréquence variable. Automatisation des systèmes de ventilation. Contrôle de l air neuf en fonction du CO2. Conversion des boucles d'eau glacée à 2 voies. Gestion de l appel de puissance. Mise en fonction de l'option «Unloader» sur certaines unités de toit. Enlèvement des plaques de transport oubliées sur des volets extérieurs; Abaissement de nuit de la température intérieure; Favoriser le refroidissement gratuit; Contrôle par enthalpie des volets extérieurs; Inversion des priorités des stages de compresseurs des unités de toit; Balancement d air entre afin d optimiser la temp. d alim. des unités; Ajustement des vitesses d air dans les serpentins à expansion directe; Séquence de démarrage automatisé des refroidisseurs en fonction de l ouverture des valves d eau glacée; Ajout d une plage morte entre le mode climatisation et chauffage; Gestion des ventilateurs des condenseurs. Un contrôle de pression de réfrigérant stabilise maintenant la température d alimentation; Création d un point de contournement pour l éclairage extérieur pour le déneigement seulement; Coordination avec le personnel de sécurité pour fermer l éclairage de sections de stationnement plus rapidement; Coordination avec le personnel de l entretien ménager pour les zones d éclairage de nuit.

24 Résultats avant (en 2005) 24h d un journée type d été

25 Résultats après (en 2010) 30% de consommation de moins Consommation réduite la nuit Gestion de la pointe maîtrisée Fermeture rapide au départ des occupants Démarrage contrôlé

26 4.3. Exemple de projet 2 : LAURIER QUÉBEC Résultats Amélioration continue Économies avec commissionnement continu kwh Économies par le projet Année Perte graduelle sans suivi

27 4.3. Exemple de projet 2 : LAURIER QUÉBEC Résultats En chiffres : Économies en $ doublées Économies en kwh également doublées

28 5. Autres exemples de projets

29 5. Autres exemples (Parc de 8 immeubles) Évolution des coûts d énergie depuis 2005 Cons. Totale réelle (ekwh/an) Cons. réelle Coût réel Coût projeté Coût total ($STPS/an) Une économie cumulative de près de 9M$ (15%) depuis Coût réel de 2012 équivalent à celui de 2005 malgré une augmentation du TOCC de 10 % et des augmentations tarifaires représentant 2,5 M$ par année pour l ensemble des immeubles Des résultats qui découlent du commissionnement continu dans le cadre des garanties de performance en vigueur et de l implantation de quelques projets L amélioration continue de la performance énergétique : un incontournable pour l atteinte (ou le maintien) des certifications LEED et BOMABESt

30 6. Avantages et retombées

31 6.1. Avantages Portrait précis de la situation énergétique et identification des priorités; Outil d encadrement et de motivation pour les employés techniques; Amélioration des procédures d exploitation, d entretien ET de l état des installations; Une forme de contrôle de qualité de l entretien; Ce modèle contractuel donne des résultats à plusieurs niveaux : Économie d énergie sans investissement et transfert de risques Équipements en bon état et fonctionnant dans la bonne plage d opération = confort accrue Séquences de fonctionnement optimisées Opérateurs vigilants et impliqués à fond dans la démarche du C.C. Vision claire des performances obtenues Levier important pour les certifications environnementales et l image corporative.

32 6.2. Retour d expérience Miser sur l expertise du personnel d exploitation et du gestionnaire Ils vivent tous les jours avec les installations Ne jamais se fier qu aux instruments ou à un écran L expérience démontre que plusieurs anomalies sont de nature mécanique Impacts environnementaux très importants Les questions soulevés amènent une réflexion qui se traduit par une plus grande sensibilité à l égard des ressources (énergie, eau, travaux, qualité de l air, etc.) Adapter le service au besoin réel et selon les saisons (flexibilité) Se méfier du gaspillage en dehors des heures Utiliser la bonne source d énergie au bon moment Réduire le combat chaud et froid Miser sur le long terme L implantation d une philosophie de commissionnement continu prend du temps. Il ne faut pas précipiter les choses afin d éviter les problèmes d inconfort pour les occupants.

33 6.3. À considérer dans l entente Section technique (Contrat de résultats et non de moyens) L étendue du mandat doit donner à l exploitant assez de responsabilités et de latitude pour lui permettre de déterminer les moyens qu il prendra pour agir : Inclure une responsabilité sur les réparations (1000 $ par événement); Inclure la responsabilité des sous-traitants; GMAO, Contrôle de qualité, rapports mensuels, etc. Durée de l entente de 5 ans ou plus si possible Au niveau énergie, le devis devrait demander aux soumissionnaires de fournir un plan d optimisation énergétique sans investissement à même leur soumission. Chaque cas est différents et il faut adapter l entente aux particularités du site: Secteurs exclues Indice d utilisation ou d intensité Facteurs d ajustement

34 6.3. À considérer dans l entente Section qualitative Compétences techniques internes de l entreprise pour la réalisation de mandat de performance énergétique; Équipe interne avec CV Nombre d années d expérience dans ce domaine Outils de travail et exemples de rapports Démonstration de projets récents intégrant l utilisation du commissionnement continu, une description du modèle contractuel utilisé et des résultats obtenus; Démonstration des capacités financières de l entreprise et de sa capacité à assumer des risques de performances contractuelles; Outils de gestion et de présentation des résultats;

35

36 Questions

Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles

Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Mardi 11 février 2014 Soizic BERNARD : Chef de service Performance HSE Simon LANDREAU : Ingénieur thermicien Principe

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS «REFERENT ENERGIE» Tour de table METHODOLOGIE ET OBJECTIFS Méthodologie OBSERVER COMPRENDRE REDUIRE Objectifs Acquérir une culture des économies d énergie et savoir la partager. Disposer de toutes les

Plus en détail

Coup d œil sur les sujets abordés

Coup d œil sur les sujets abordés Recommissioning : une démarche structurée, t des gains importants! Présenté par : Judith Michaud, ing., LEED AP O+M, Bouthillette Parizeau Mathieu Rondeau ing., CEM, Gaz Métro Date: 28 avril 2014 Coup

Plus en détail

Présentation des démarches d économies d énergies

Présentation des démarches d économies d énergies Présentation des démarches d économies s Behr France Intervenant : Pascal RENOTTE Responsable Services Techniques Généraux et de l entreprise BEHR France 2 LE GROUPE BEHR Groupe d origine allemande, fondé

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes

Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes Titre du projet : Bibliothèque multifonctionnelle éconergétique «Net Zéro» de Varennes Nom de la municipalité : Ville de Varennes Description du projet : La Ville de Varennes s'est engagée à construire,

Plus en détail

Optimisation en exploitation du bâtiment à énergie positive Woopa

Optimisation en exploitation du bâtiment à énergie positive Woopa Livraison : Octobre 2011 Immeuble tertiaire comprenant : - 9 000 m² de plateaux de bureaux Maître d Ouvrage : SCI CARRE DE SOIE divisibles - sur 1500 m² en RDC commerces, Surface SHON : 10 500 m² amphithéâtre

Plus en détail

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet 1 Ordre du jour La comptabilité énergétique en entreprise - Définition - Objectif / Enjeux

Plus en détail

L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire

L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire Notre organisation (au 31 octobre 2012) 1 ère institution bancaire au Québec 19 920 employés 451 succursales au Canada 2,4 millions de clients particuliers

Plus en détail

Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal

Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal Patrice Leroux, ing. PA LEED, CEM Chef de section Énergie et Environnement Yannik Sauvé, MGP Conseiller planification énergie Julien Harvey-Vaillancourt,

Plus en détail

Manuel Management Intégré

Manuel Management Intégré Manuel Management Intégré PREAMBULE Version 11 du 11 avril 2013 Ce manuel de management intégré présente les dispositions retenues par Enertherm pour satisfaire les exigences des normes : ISO 9001-2008

Plus en détail

DES INSTITUTIONS EFFICACES. Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem

DES INSTITUTIONS EFFICACES. Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem DES INSTITUTIONS EFFICACES Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem SOMMAIRE Vidéo sur le projet réalisé aux Muséums Nature de Montréal Survol des mesures

Plus en détail

1 er Contrat de Performance Energétique en logement social. Présentation des résultats 14 novembre 2013

1 er Contrat de Performance Energétique en logement social. Présentation des résultats 14 novembre 2013 1 er Contrat de Performance Energétique en logement social Présentation des résultats 14 novembre 2013 Introduction Daniel BIARD Président du Comité Exécutif Pourquoi un CPE? François GUIDOT, Directeur

Plus en détail

CENTRALISÉS AUJOURD HUI ET DEMAIN

CENTRALISÉS AUJOURD HUI ET DEMAIN LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE CENTRALISÉS AUJOURD HUI ET DEMAIN John B. Samulack Jean-Philippe Hardy Colloque AGPI - 22 septembre 2008 PLAN MISSION TENDANCES SÉQUENCES GRAPHIQUES RÉFLEXIONS 2 MISSION MISSION

Plus en détail

1/ Présentation de la solution WIT. 2/ Périmètre d actions de WIT au niveau «Smart Grid» 3/ L optimisation en 4 étapes

1/ Présentation de la solution WIT. 2/ Périmètre d actions de WIT au niveau «Smart Grid» 3/ L optimisation en 4 étapes 1/ Présentation de la solution WIT 2/ Périmètre d actions de WIT au niveau «Smart Grid» 3/ L optimisation en 4 étapes 25 ans de Solutions pour la maîtrise énergétique et le pilotage à distance d installations

Plus en détail

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser?

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Green morning 11 septembre 2014 Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Panorama des gisements d'économies d'énergies possibles en IAA Olivier GUILLEMOT POLENN www.polenn.com Eléments de contexte

Plus en détail

INSTALLATION, ENTRETIEN ET DÉPANNAGE DE SYSTÈMES DE CLIMATISATION MODULE 9

INSTALLATION, ENTRETIEN ET DÉPANNAGE DE SYSTÈMES DE CLIMATISATION MODULE 9 INSTALLATION, ENTRETIEN ET DÉPANNAGE DE SYSTÈMES DE CLIMATISATION MODULE 9 Précisions A - Distinguer les caractéristiques de construction et de fonctionnement des climatiseurs. B - Décrire le climatiseur

Plus en détail

ANNEXE DE LA FICHE PARAMÈTRES TECHNIQUES DE L IMPLANTATION D UN SYSTÈME DE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE

ANNEXE DE LA FICHE PARAMÈTRES TECHNIQUES DE L IMPLANTATION D UN SYSTÈME DE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE ANNEE DE LA FICHE PARAMÈTRES TECHNIQUES DE L IMPLANTATION D UN SYSTÈME DE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE Avis L information contenue dans ce document est fournie à titre indicatif seulement. Son utilisation exige

Plus en détail

Les économies d énergie dans la Plasturgie

Les économies d énergie dans la Plasturgie Les économies d énergie dans la Plasturgie Bonnes pratiques et retour d expériences 29 Novembre 2011 PLASTURGIE SERVICES Le pôle de services et d expertise de la plasturgie Veille réglementaire formation,

Plus en détail

ADEME/Energie-Cités Outils de planification énergétique territoriale janvier 2003

ADEME/Energie-Cités Outils de planification énergétique territoriale janvier 2003 Outils de planification énergétique La signature énergétique (CH) Les consommations de chauffage et d'eau chaude sanitaire d'un bâtiment sont mises en équation pour faire apparaître la "signature énergétique".

Plus en détail

Pour des bâtiments plus performants, sûrs, confortables et économes

Pour des bâtiments plus performants, sûrs, confortables et économes Building Technologies Pour des bâtiments plus performants, sûrs, confortables et économes Siemens, votre partenaire pour la conception et la rénovation de bâtiments intelligents et innovants Retrouvez

Plus en détail

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement :

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement : OBJECTIF DU DIAGNOSTIC Le diagnostic énergétique doit permettre, à partir d une analyse détaillée des données du site, de dresser des propositions chiffrées et argumentées de programmes de sobriété énergétique

Plus en détail

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Rénovation en copropriété Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Conseils gratuits et indépendants Info Energie Maitrise de l énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables ADIL 31 Juridiques

Plus en détail

Plan de conservation de l énergie et de gestion de la demande

Plan de conservation de l énergie et de gestion de la demande Plan de conservation de l énergie et de gestion de la demande Contexte du secteur de l éducation Planification du financement et de la gestion d énergie Tous les conseils scolaires sont financés à 100

Plus en détail

Améliorer l électricité spécifique

Améliorer l électricité spécifique Roger Cadiergues Améliorer l électricité spécifique L24. SOMMAIRE 1. Avant-propos p. 3 1.01. L organisation du sujet 1.02. Les principes de base 1.03A. Exemple : les couvertures de nuit 1.03B. Exemple

Plus en détail

Ville de Montréal Processus budgétaire 2011

Ville de Montréal Processus budgétaire 2011 Ville de Montréal Processus budgétaire 2011 Présentation à l intention des membres de la Commission municipale des finances Informations complémentaires au cahier budgétaire Directions des immeubles et

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One (Prix Energia 2013) (Méritas Technologique ASHRAE 2015) ASHRAE Stan Katz, LEED PA Directeur Général - Énergie, Tuyauterie

Plus en détail

- DIVISION 25 Lignes directrices pour la conception de centrale de refroidissement - 25 40 00

- DIVISION 25 Lignes directrices pour la conception de centrale de refroidissement - 25 40 00 Partie 1 Général 1.1 Sommaire 1. De façon générale, suivre les standards ci-dessous pour la division nommée. Ces standards ne sont pas destinés à restreindre ou remplacer le jugement d un professionnel.

Plus en détail

Apport des certificats d économie d énergie dans le financement des projets

Apport des certificats d économie d énergie dans le financement des projets La récupération de chaleur fatale, une source d énergie compétitive pour l industrie et les collectivités Apport des certificats d économie d énergie dans le financement des projets Daniel CAPPE - Vice-président

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

Efficacité énergétique. Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé. Intégrateur de solutions énergétiques

Efficacité énergétique. Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé. Intégrateur de solutions énergétiques Efficacité énergétique Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé Intégrateur de solutions énergétiques - 01 - - 02 - Introduction Table des matières Les économies d énergie Pour une

Plus en détail

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing.

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing. Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel Stéphan Gagnon, ing., CEM, LEED GA Plan de la présentation Genèse du projet Mode de réalisation Description

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

Instrumentation d'une PAC air-eau dynamique sur plancher chauffant

Instrumentation d'une PAC air-eau dynamique sur plancher chauffant Formation du 4 juin 29 Ef4 Instrumentation d'une PAC air-eau dynamique sur plancher chauffant Etienne de Montigny 1 plan de l'exposé Introduction Etude de cas particularités de l'installation instrumentation

Plus en détail

Le XC21 vous assure un confort optimal.

Le XC21 vous assure un confort optimal. incomparable Le XC21 vous assure un confort optimal. Lorsque les journées d été sont longues et chaudes, un climatiseur de base peut vous aider à rester frais et dispos à l intérieur de votre maison. Avec

Plus en détail

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques AGPI (avril 2007) Alain Moreau, ing., M.Sc.A. Chercheur, chargé de projet Institut de recherche d Hydro-Québec Jean Lemay, ing. Gestionnaire de

Plus en détail

Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire

Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire La présente méthodologie s'inspire des normes NF EN 16247-1 et NF EN 16247-3. Transparence et indépendance de la SARL SENS 4

Plus en détail

Comment évaluer si l entretien de votre bâtiment est fait de façon raisonnable?

Comment évaluer si l entretien de votre bâtiment est fait de façon raisonnable? Comment évaluer si l entretien de votre bâtiment est fait de façon raisonnable? Sebastiano DePani, ing. M.Sc.A GES Technologies inc. 6705, Jean Talon Est, bureau 100 Montréal (Québec) H1S 1N2 Tél.: (514)

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 L élaboration de la RT 2012 Une concertation large et structurée 2 ans de travaux depuis septembre 2008 13 groupes de travail thématiques

Plus en détail

Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie

Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie Intervenant - Fédération de la Plasturgie et des composites Intervenant - EDF Entreprises Intervenant - ACDI 1 Document : compléter

Plus en détail

Efficacité Energétique Décret, arrêté, CSPE évitée

Efficacité Energétique Décret, arrêté, CSPE évitée Efficacité Energétique Décret, arrêté, CSPE évitée Direction des Systèmes Énergétiques Insulaires 5 juin 2013 1 2 - Efficacité Energétique SEI PROBLEMATIQUE PROBLEMATIQUE Du fait de la péréquation tarifaire,

Plus en détail

Respectez l environnement en préservant votre confort et vos investissements

Respectez l environnement en préservant votre confort et vos investissements *Des réponses pour les infrastructures. www.siemens.fr/partenaires-bt Respectez l environnement en préservant votre confort et vos investissements Answers for infrastructure.* 2 Respecter l environnement

Plus en détail

La Gestion Technique et Energétique du Bâtiment :

La Gestion Technique et Energétique du Bâtiment : Performance Energétique La Gestion Technique et Energétique du Bâtiment : Des résultats prouvés d aujourd hui, aux résultats attendus de demain! GTEB : Des résultats prouvés Elle permet d agir sur l Efficacité

Plus en détail

CPE Le Contrat de Performance Energétique

CPE Le Contrat de Performance Energétique LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 5 mars 2010 CPE Le Contrat de Performance Energétique La recherche d une gestion énergétique efficace des installations de chauffage et de climatisation est à la

Plus en détail

Séminaire du 23 mars 2011

Séminaire du 23 mars 2011 3 e appel à projet de recherche de la FBE Séminaire du 23 mars 2011 Projet IPPI Intégration et Planification pour la réduction des GES d un Patrimoine Immobilier DETRY & LEVY SARL D ARCHITECTURE 1 Outil

Plus en détail

Séries Formula 5,5 à 30 kw 7,5 à 40 CV. L air comprimé à votre service

Séries Formula 5,5 à 30 kw 7,5 à 40 CV. L air comprimé à votre service Séries Formula 5,5 à 30 kw 7,5 à 40 CV L air comprimé à votre service Bénéficiez des avantages ABAC Depuis 1980, ABAC propose aux marchés de l industrie, de l automobile et de l artisanat son savoir faire,

Plus en détail

ISO 50001. Système de management de l énergie. La situation de départ. Les attentes sur l énergie

ISO 50001. Système de management de l énergie. La situation de départ. Les attentes sur l énergie ISO 50001 Système de management de l énergie La situation de départ Les attentes sur l énergie Retrouver de la flexibilité budgétaire au plus vite Répondre à la réduction des coûts internes, pour améliorer

Plus en détail

L'intégration des procédés dans l'industrie de la transformation du lait

L'intégration des procédés dans l'industrie de la transformation du lait 1 L'intégration des procédés dans l'industrie de la transformation du lait Serge Bédard, gestionnaire principal de projet CanmetÉNERGIE-Varennes Ressources naturelles Canada Aperçu de la présentation 2

Plus en détail

AGENCE DE L'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE (AEÉ) Extraits des plans de développement et du site web

AGENCE DE L'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE (AEÉ) Extraits des plans de développement et du site web PAGE 1 AGENCE DE L'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE (AEÉ) Extraits des plans de développement et du site web EXTRAIT NO. 1: EXTRAIT DU SITE WEB DE L'AEE SUR LES IMMEUBLES DU GOUVERNEMENT: Principales mesures d'efficacité

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

TELUS SIDC le centre de données le plus performant au Canada!

TELUS SIDC le centre de données le plus performant au Canada! TELUS SIDC le centre de données le plus performant au Canada! Séminaire ASHRAE QC 2014 Présenté par : Carl Gauthier, ing. ATD BPR Agenda de la présentation Présentation générale du projet; Certification

Plus en détail

LA DARNAISE VENISSIEUX REHABILITATION ENERGETIQUE RETOUR D EXPERIENCE

LA DARNAISE VENISSIEUX REHABILITATION ENERGETIQUE RETOUR D EXPERIENCE LA DARNAISE VENISSIEUX REHABILITATION ENERGETIQUE RETOUR D EXPERIENCE Quartier inscrit dans la ZUP des Minguettes (1965-1973) : un des plus vastes programmes français d habitat social 9 200 logements -

Plus en détail

Systèmes biblocs sans conduit de LG

Systèmes biblocs sans conduit de LG Brochure du consommateur Systèmes biblocs sans conduit de LG LE CONFORT EN TOUTE FACILITÉ. LE CONFORT DANS TOUTE SA BEAUTÉ. LES SYSTÈMES BIBLOCS SANS CONDUIT DE LG : L INNOVATION RÉCONFORTANTE Les systèmes

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre AGENCE de DIJON Parc Technologique 1, rue Louis de Broglie 21000 - DIJON Tél : 03.80.78.70.50 Fax : 03.80.74.26.63 Nature de l ERP : Services administratifs Année de construction : 1963 Adresse : 1.02

Plus en détail

Réhabilitation et développement durable. Un enjeu d avenir. Une évolution du métier.

Réhabilitation et développement durable. Un enjeu d avenir. Une évolution du métier. Réhabilitation et développement durable Un enjeu d avenir. Une évolution du métier. Les grandes lignes Grenelle 1 Le Grenelle Environnement a été annoncé le 18 mai 2007 à la suite du Pacte écologique proposé

Plus en détail

I. Du Système de Management de l Energie à la norme ISO 50001

I. Du Système de Management de l Energie à la norme ISO 50001 I. Du Système de Management de l Energie à la norme ISO 50001 Un Système de Management de l Energie (SME) a pour objectif de développer une gestion méthodique de l énergie. Il s agit de l approche privilégiée

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Pierre Megret, Directeur, Green & Global Consulting

Pierre Megret, Directeur, Green & Global Consulting Renovation et transition énergétiquepour le bâtiment DRAFT DRAFT Pierre Megret, Directeur, Green & Global Consulting Certification Energétique Etudes Energétiques Simulation Certification: Green Mark,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic

Plus en détail

Solutions Industries. Un partenaire pour accroître votre performance industrielle. www.cofelyservices-gdfsuez.net

Solutions Industries. Un partenaire pour accroître votre performance industrielle. www.cofelyservices-gdfsuez.net Solutions Industries Un partenaire pour accroître votre performance industrielle www.cofelyservices-gdfsuez.net Répondre aux défis des marchés industriels La mondialisation, la volatilité des tarifs énergétiques,

Plus en détail

Le régime des primes. Energie 2010-2011

Le régime des primes. Energie 2010-2011 Primes à l énergie Le régime des primes Dispositions pour 2010 et 2011 Energie 2010-2011 Bernard Monnier Chef de Cabinet adjoint Cabinet de Jean-Marc NOLLET Vice-Président et Ministre wallon du Développement

Plus en détail

Utilisation de l énergie en entreprise

Utilisation de l énergie en entreprise Réduction des consommations et récupération d'énergie dans l'industrie Retours d expériences dans plusieurs entreprises françaises Utilisation de l énergie en entreprise Christophe DEBARD Directeur Commercial

Plus en détail

401-951 MAV & MAV V. Compresseurs. Le compresseur fi able, robuste et intelligent

401-951 MAV & MAV V. Compresseurs. Le compresseur fi able, robuste et intelligent Compresseurs MAV & MAV V 401-951 Compresseurs à vis à injection d huile Compresseurs à vitesse fi xe et à vitesse variable Entraînement par courroies PARTENARIAT DISPONIBILITÉ FACILITÉ D ENTRETIEN LE SOUFFLE

Plus en détail

30 %* >> Un investissement gagnant >> Jusqu à 70 % d économies d énergie. >> La planète préservée. << easylife.dedietrich-thermique.

30 %* >> Un investissement gagnant >> Jusqu à 70 % d économies d énergie. >> La planète préservée. << easylife.dedietrich-thermique. SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ 1 er septembre 2014 * sous conditions. Modification du Crédit d Impôt 30 %* En savoir plus sur dedietrich-thermique.fr Alezio Evolution P O M P E À

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

CONSTRUCTION DE LA MAISON

CONSTRUCTION DE LA MAISON CONSTRUCTION DE LA MAISON Mode de construction Le bois est un puissant isolant thermique et phonique, il stocke aussi et en grande quantité le CO2. De plus, le bois est le seul matériau de construction

Plus en détail

PLAGE Hôpitaux 2007-2009

PLAGE Hôpitaux 2007-2009 Économies d'énergie dans les institutions de soins de santé PLAGE Hôpitaux 2007-2009 objectifs, résultats retours d expériences Quentin d Hoop Bruxelles-Environnement Séminaire Go Énergie - Jambes, 01/12/2010

Plus en détail

Vers une saine gestion de l eau AGPI 12 et 14 mars 2013

Vers une saine gestion de l eau AGPI 12 et 14 mars 2013 Stratégie québécoise d économie d eau potable Vers une saine gestion de l eau AGPI 12 et 14 mars 2013 Résumé et prochainesétapes PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. RÉSUMÉ DE LA STRATÉGIE 2. RÉSULTATS 2011 3. OUTILS

Plus en détail

ALFÉA EVOLUTION 2 POMPE À CHALEUR AIR/EAU SPLIT INVERTER ÉCONOMIES ET CONFORT CHAUFFAGE BASSE TEMPÉRATURE

ALFÉA EVOLUTION 2 POMPE À CHALEUR AIR/EAU SPLIT INVERTER ÉCONOMIES ET CONFORT CHAUFFAGE BASSE TEMPÉRATURE EVOLUTION 2 POMPE À CHALEUR AIR/EAU SPLIT INVERTER ÉCONOMIES ET CONFORT CHAUFFAGE BASSE TEMPÉRATURE FAITES CONNAISSANCE AVEC... LA GAMME EVOLUTION 2 Qu est-ce qu une pompe à chaleur «Alféa Evolution 2

Plus en détail

FICHE OX «CLIMATISATION A ABSORPTION»

FICHE OX «CLIMATISATION A ABSORPTION» 1 FICHE OX «CLIMATISATION A ABSORPTION» 1. Contexte Enjeux La climatisation (on pense avant tout «froid»), principalement dans le tertiaire mais aussi de plus en plus dans le résidentiel, apporte plus

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION. Projet d acquisition des terrains et édifices des bureaux d affaires de la Montérégie, de l Est de Montréal et des Laurentides

DEMANDE D AUTORISATION. Projet d acquisition des terrains et édifices des bureaux d affaires de la Montérégie, de l Est de Montréal et des Laurentides DEMANDE D AUTORISATION Projet d acquisition des terrains et édifices des bureaux d affaires de la Montérégie, de l Est de Montréal et des Laurentides Février 00 Page de TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION.

Plus en détail

Smart Impulse. Mieux comprendre pour mieux consommer. Découvrez la mesure non intrusive pour des économies réelles

Smart Impulse. Mieux comprendre pour mieux consommer. Découvrez la mesure non intrusive pour des économies réelles Smart Impulse Mieux comprendre pour mieux consommer Découvrez la mesure non intrusive pour des économies réelles Votre contexte Les économies d énergie commencent par la connaissance de sa consommation

Plus en détail

CAD La Chaux-de. Optimalisation, gestion et valorisation d énergie «renouvelable» Forum Greentech, Fribourg. 22 octobre 2009

CAD La Chaux-de. Optimalisation, gestion et valorisation d énergie «renouvelable» Forum Greentech, Fribourg. 22 octobre 2009 CAD La Chaux-de de-fonds Optimalisation, gestion et valorisation d énergie «renouvelable» 22 octobre 2009 Forum Greentech, Fribourg Présentation CAD Bref historique Liste des travaux réalisr alisés Résultats

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES Intégration des bonnes pratiques environnementale dans le plan de prévention ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Conduite du changement

ACTIONS GLOBALES Intégration des bonnes pratiques environnementale dans le plan de prévention ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Conduite du changement FICHE ACTIONS Clinique de l Anjou ACTIONS GLOBALES Intégration des bonnes pratiques environnementale dans le plan de prévention ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Conduite du changement ACTIONS ENVIRONNEMENTALES

Plus en détail

Utiliser l efficacité énergétique dans la gestion de la croissance chez Vergers Paul Jodoin

Utiliser l efficacité énergétique dans la gestion de la croissance chez Vergers Paul Jodoin Utiliser l efficacité énergétique dans la gestion de la croissance chez Vergers Paul Jodoin HISTOIRE DE L ENTREPRISE 1901 à 1967 Établissement de Jean-Baptiste Jodoin à Rougemont comme pomiculteur Ernest

Plus en détail

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE Dernière révision du document : août 215 Via les tableaux suivants, consacrés aux différents postes énergivores (excepté le transport), vous trouverez

Plus en détail

Je veux l alliance de la performance et de la puissance

Je veux l alliance de la performance et de la puissance Les solutions pour l industrie et le tertiaire Gamme SAMURAI Refroidisseurs de liquides à vis froid seul et réversibles Je veux l alliance de la performance et de la puissance Chauffage & Climatisation

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTICS TECHNIQUES SYNTHESE DES CONCLUSIONS

DOSSIER DE DIAGNOSTICS TECHNIQUES SYNTHESE DES CONCLUSIONS DOSSIER DE DIAGNOSTICS TECHNIQUES PHOTO DU BIEN BIEN IMMOBILIER EXPERTISE : Lot(s) : Références Cadastrales : Appartenant à : 13 15 RUE DU PONT DES HALLES Sté MARIE 94150 RUNGIS Étage : 1 er Bât A Demandé

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE D I R E C T I O N D E L A C O M M U N I C A T I O N E T D U M E C E N A T Stéphan MARET, Directeur Jeudi 28 avril 2016 Chargées de communication Vanessa GUERIN Aurore YMONNET COMMUNIQUÉ DE PRESSE Économies

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE Mars 2016 PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE 2015-2020 vant-propos Mot du président-directeur général Institution publique à vocation commerciale, la Société du Palais

Plus en détail

L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020

L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020 L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020 F. PIETRE-CAMBACEDES 11/11/2013 Centre de Recherche et Innovation Gaz et Energies Nouvelles DIRECTION

Plus en détail

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Christian GERINTE BARBANEL 26, villa Baudran 94742 Arcueil Cedex cgerinte@barbanel.fr Les nappes d eaux souterraines sont fréquemment

Plus en détail

Du : 2015-11-25 Au : 2015-11-26 Tarif : 1250 CAD Lieu de formation : Holiday Inn, 900 Rue St-Charles Est, Longueuil, Montréal, QC, J4H 3Y2

Du : 2015-11-25 Au : 2015-11-26 Tarif : 1250 CAD Lieu de formation : Holiday Inn, 900 Rue St-Charles Est, Longueuil, Montréal, QC, J4H 3Y2 Du : 2015-11-25 Au : 2015-11-26 Tarif : 1250 CAD Lieu de formation : Holiday Inn, 900 Rue St-Charles Est, Longueuil, Montréal, QC, J4H 3Y2 Il existe de nombreux systèmes de ventilation, ils sont adaptés

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

André Matte, ingénieur Direction de l expertise technique

André Matte, ingénieur Direction de l expertise technique La mise des bâtiments André Matte, ingénieur Direction de l expertise technique 7 mai 2009 1 Rénovation et agrandissement d un CH Importantes mesures en efficacité énergétique : > Consommation avant réalisation

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ SPÉCIFIQUE

L ÉLECTRICITÉ SPÉCIFIQUE Roger Cadiergues MémoCad mc40.a CONCEVOIR / AMÉLIORER L ÉLECTRICITÉ SPÉCIFIQUE SOMMAIRE mc40.1. Les principes de base mc40.2. Les étiquettes énergie mc40.3. Les dispositions de bon sens mc40.4. Les consommations

Plus en détail

Packecco. Crédit. Pompe à chaleur pour l existant. d'impôt résidence principale. Éligible au. Pas de confort sans maîtrise. NEXA société du groupe

Packecco. Crédit. Pompe à chaleur pour l existant. d'impôt résidence principale. Éligible au. Pas de confort sans maîtrise. NEXA société du groupe NEXA société du groupe Éligible au Crédit d'impôt résidence principale existant Pompe à chaleur pour l existant Po m pe r à chaleu 30/35 C ; 40/45 C */55 C Pas de confort sans maîtrise Sommaire Pompe à

Plus en détail

équipement agricole échangeurs à plaques Une technologie efficace

équipement agricole échangeurs à plaques Une technologie efficace équipement agricole échangeurs à plaques Une technologie efficace Le refroidissement du lait, une exigence de qualité Le refroidissement du lait est une étape déterminante pour la qualité du produit. Si

Plus en détail

Gestion et prévention environnementales

Gestion et prévention environnementales Gestion et prévention environnementales ERA.0E Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 42 unités 2/3. But

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 3.4 Systèmes - Notions théoriques Refroidissement Piotr Wierusz-Kowalski AUTOMNE 2014 p.kowalski@mkengineering.be www.mkengineering.be

Plus en détail

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans en prendre le temps. L outil CECV a été le déclencheur

Plus en détail

Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement

Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement Direction Recherche & Innovation Centre Recherche et Innovation Gaz & Énergies Nouvelles Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement Quels équipements techniques

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

POLITIQUE DE RÉPARTITION DES RESSOURCES

POLITIQUE DE RÉPARTITION DES RESSOURCES POLITIQUE POLITIQUE DE RÉPARTITION DES RESSOURCES # 73-10 Adoption le 11 février 2014 Amendement le Mise en vigueur le 12 février 2014 Résolution # C.C.-3698-02-14 Autorisation Michelle Fournier Directrice

Plus en détail

GAZIFÈRE INC. FERMETURE DES LIVRES 2007. Rapport annuel PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE 2007

GAZIFÈRE INC. FERMETURE DES LIVRES 2007. Rapport annuel PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE 2007 GAZIFÈRE INC. FERMETURE DES LIVRES 2007 Rapport annuel PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE 2007 Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 1.0 MARCHÉ RÉSIDENTIEL... 3 1.1 Générateurs d air chaud

Plus en détail

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES Parcours A Vous vous lancez dans un projet de construction neuve 1. Faire le point avec les conseillers habitats 2. Choisir son terrain Cette deuxième étape présente les critères

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail