Activité AFDN - Région : Normandie Maine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Activité AFDN - Région : Normandie Maine"

Transcription

1 Activité AFDN - Région : Normandie Maine Thème - Recommandations HAS «Surpoids et Obésité de l adulte» - Place de la consommation des boissons rafraichissantes chez les Français et focus sur les édulcorants intenses Date Le 4 Octobre 2012 au CH de Laval (53) Nombre de participants 27 Résumé Recommandations HAS «Surpoids et Obésité de l adulte» - Présentation des recommandations de HAS (diaporama ci-joint) - CR de l intervention de Corinne Peirano Diététicienne Libérale spécialisée en nutrition sportif et TCA retour d expérience de son travail auprès de l'has sur la rédaction des recommandations - Evaluation réalisée avec distribution des questionnaires à chaque participant : 65 % ont appréciés la présentation des recommandations 30 % ne trouvent pas le contenu des recommandations adapté à leur pratique professionnelle 21 % rencontrent des difficultés de reconnaissance de leurs compétences 1/3 sont sollicités par les médecins généralistes après le dépistage de 1 er recours et 1/3 pas du tout 57 % souhaiteraient une formation spécifique à la prise en charge du surpoids et l obésité - Echange sur les outils éducatifs utilisés et partenaires sportifs : La Maison de Réadaptation et d'education à la Santé, anciennement la Maison du Diabète (58 avenue du Général de Gaulle Le Mans) tél : Jeu des portions sur le sucre et les graisses Au sein de la structure un éducateur médico-sportif Emilien Leroy en collaboration avec un médecin rééducateur Le Centre Gallouedec (Route de Changé Parigné L Evêque) tél : Aliments factices (Replica Food) Carte de restaurants Lipido Food EPGV 72 (Fédération Education Physique Ggymnastique Volontaire) CODERS ( Fédération Retraite Sportive pour > 50 ans ) coders72.fr salle de sport - aquagym aquabike à développer Verneuil sur Arve Connaissance des aliments (Préviades) Le Centre Hospitalier de Laval Aliments factices Photos des aliments, le Suvimax Etiquetage alimentaire CDOS 53 Association partenaire du PAPS Parcours Activité Physique et Santé 53 sur Laval, Mayenne et Château Gontier Possibilité de pratiquer sur une période de 3 mois une activité physique adaptée à sa pathologie (gym, marche nordique, aquagym, randonnée )

2 Place de la consommation des boissons rafraichissantes chez les Français et focus sur les édulcorants intenses Remerciement au Partenaire COCA et intervention de Mme Audrey AVEAUX Diététicienne Nutritionniste à Paris (Agence Nutritionnellement) Au nombre de 10, les édulcorants intenses sont des additifs alimentaires utilisés de différentes manières (de table, dans les boissons lights, dans les produits laitiers allégés, les confiseries, l enrobage de certains médicaments ) - Aspartame (E 951) - Acesulfame K (E 950) - Sel d Aspartam Acesulfam (E 962) - Cyclamate (E 952) - Saccharine (E 954) - Sucralose (E 955) - Thaumatine (E 957) - Neohespéridim DC (E 959) - Néotame - Steviol (E 960) DJA = DSE / 100 (Dose dans effet chez animal le plus sensible) DJA de l aspartame : 40 mg/kg/jour pour une femme de 60 kg soit 295 sucrettes ou 30 canettes de 33cl /jour DJA de l acésulfame K : 9 mg/kg/jour DJA de la stévia : 4 mg/kg/jour On utilise le glycoside de stéviol (molécule sucrante) de la plante stévia, à l état brut obtention d une poudre verte, une fois purifiée la poudre devient blanche Edulcorant à 95%, difficile d obtenir un pouvoir sucrant plus important car le goût réglisse prend le dessus. Lancement de la stévia en 2009 en France et depuis 2011 en Europe. Cf rapport sur le site de l ANSES sur les Edulcorants intenses Informations AFDN - Journées d Etudes à St Malo les 7, 8, 9 juin 2012 : diaporama des interventions en ligne sur le site AFDN - Journée Nationale de l Alimentation : 20 juin Nouvelle table de composition du CIQUAL Réunion de Commissions des régions le 6 octobre 2012 à Paris + Réalisation de l évaluation de la Plaquette grand Public «Le diététicien un professionnel de santé» Retour des remarques auprès de l AFDN lors de la commission des régions du 6 octobre à Paris. Prochaines réunions Proposition de dates (lieux à définir) - Mardi 19 mars Jeudi 10 octobre 2013 Thèmes proposés : - Agriculture biologique et filière courte - Démence et alimentation manger main - Partenariat avec CIV ou autres prestataires (selon place disponible)

3 Recommandations HAS septembre 2011 Surpoids et obésité de l adulte Prise en charge médicale de premier recours 35, Allée Vivaldi Paris Tél. : Fax :

4 Plan La population concernée Les conséquences de l excès de poids Les conséquences sociétales de l obésité PEC de l obésité: Bénéfices attendus sur les comorbidités Les fluctuations pondérales et risque de morbidité Quand diagnostiquer? Les facteurs favorisant la prise de poids Comment diagnostiquer? Que proposer? Le bilan initial Qui prend en charge? Les objectifs thérapeutiques Les conseils thérapeutiques et diététiques Les actions visant à augmenter l activité physique L approche psycho-cognitivo-comportementale Le traitement médicamenteux Le suivi à long terme Les recommandations spécifiques

5 Objectif : L objectif de cette recommandation est l amélioration de la prise en charge par le médecin de premier recours des adultes ayant un surpoids ou une obésité. Professionnels concernés: Ces recommandations sont destinées aux médecins généralistes et aux autres professionnels de santé impliqués dans la prise en charge de l obésité de l adulte.

6 Les enjeux En terme de santé publique: Accroissement très rapide du nb. de personnes ayant une obésité (de + en + tôt) et du nb.de personnes en surpoids A l échelle individuelle: Améliorer la qualité de vie et l espérance de vie du patient En terme économique: L estimation minimale du coût économique du surpoids et de l obésité serait de 2 % à 7 % des dépenses de santé

7 Graduation des recommandations A:Preuve scientifique établie B:Présomption scientifique C: Faible niveau de preuve AE: Accord d experts

8 Population concernée Recommandation Grade AE Il est recommandé de repérer systématiquement à la première consultation puis régulièrement le surpoids et l obésité chez les patients consultant en médecine générale. Il est recommandé d être particulièrement attentif à la tranche d âge ans et aux personnes issues de milieux défavorisés (surtout pour les femmes).

9 Les conséquences de l excès de poids Les maladies associées: diabète de type 2, maladies cardio-vasculaires, cancer (oesophage [adénocarcinome], pancréas, côlon-rectum, cancer du sein [après la ménopause], endomètre, rein) et aussi arthrose, lithiase vésiculaire, reflux gastro-oesophagien, asthme et troubles respiratoires du sommeil, dépression, hépatopathie non alcoolique, maladie rénale, incontinence urinaire, troubles de la reproduction (niveau de preuve 2). Avis du groupe de travail Il n y a aucun argument pour proposer un amaigrissement à un patient en surpoids sans comorbidité. Mais il est important que le poids ne progresse pas. La présence de comorbidité doit inciter à la réduction pondérale.

10 Les conséquences sociétales de l obésité Stigmatisation: l inconscient collectif présuppose que la personne en surpoids ou ayant une obésité est moins intelligente, manque de volonté, est incapable de se contrôler Désocialisation et isolement: Les personnes ayant une obésité sont susceptibles de passer moins de temps à l école, sont moins acceptées dans les écoles prestigieuses et occupent moins de postes enviés. On retrouve ces discriminations en France, en particulier sur le marché du travail Les recommandations grade AE: Il est recommandé que le médecin mesure l impact des nombreuses discriminations, qu il prenne en compte aussi les préoccupations liées à l image corporelle, l estime de soi et la représentation de la maladie.

11 PEC de l obésité: Bénéfices attendus d une perte de poids intentionnelle sur les comorbidités Constat: une perte de poids de 5 % à 10 %, maintenue : améliore le profil glucidique et lipidique diminue le risque d apparition du diabète de type 2 réduit le handicap lié à l arthrose réduit la mortalité toutes causes confondues, la mortalité par cancer et la mortalité par diabète dans certains groupes de patients diminue la pression sanguine améliore les capacités respiratoires des patients avec ou sans asthme

12 Fluctuations pondérales (effet Yo-Yo) associées à une augmentation du risque de morbidité PEC de l obésité: Constat: risque accru de maladies cardio-vasculaires chez les sujets ayant une obésité augmentation du risque de syndrome métabolique facteur de risque cardio-vasculaire Recommandation grade AE: Il est recommandé que le médecin mette en garde les patients contre des régimes successifs à l origine de fluctuations de poids qui peuvent être dangereuses pour la santé

13 Quand diagnostiquer le surpoids et l obésité? Recommandation grade AE: L IMC doit être calculé pour tous les patients quel que soit le motif de consultation. Le médecin généraliste doit peser régulièrement et au mieux à chaque consultation tous les patients. La taille doit être mesurée à la première consultation. Le poids et la taille doivent être inscrits dans le dossier du patient pour calculer l IMC et en surveiller l évolution.

14 Facteurs favorisant la prise de poids Recommandation grade AE: Il est recommandé de rechercher les facteurs suivants: apports énergétiques excessifs (alimentation trop riche, trop dense en calories, boissons sucrées, grande taille des portions) (niveau 2) ; sédentarité (niveau 3) ; arrêt ou réduction de l activité physique et sportive (niveau 2) ; arrêt du tabac non accompagné de mesures adaptées (niveau 2) ; consommation d alcool (niveau 3) ; prise de certains médicaments (parmi lesquels des neuroleptiques, des antidépresseurs, des antiépileptiques, l insuline, les sulfamides hypoglycémiants, les corticoïdes) (niveau 2) ; facteurs génétiques et antécédents familiaux d obésité (niveau 2) ; antécédents d obésité dans l enfance (niveau 2) ; grossesse (niveau 2) ; ménopause (niveau 2) ; troubles du comportement alimentaire (impulsivité alimentaire, compulsions alimentaires, hyperphagie boulimique) (niveau 4) ; troubles anxio-dépressifs (niveau 2) et périodes de vulnérabilité psychologique ou sociale (niveau 4) ; facteurs professionnels (parmi lesquels stress au travail, travail posté) (niveau 4) ; diminution du temps de sommeil (niveau 4).

15 Comment diagnostiquer le surpoids et l obésité? Le diagnostic repose sur le calcul de l IMC Recommandation grade C: Pour un IMC égal ou supérieur à 25 kg/m2 et inférieur à 35 kg/m2, l examen clinique devra être complété par la mesure du tour de taille à mi-distance entre la dernière côte et le sommet de la crête iliaque L excès de graisse abdominale est associé, indépendamment de l IMC, au développement des complications métaboliques et vasculaires de l obésité. L impédancemétrie et le pli cutané Recommandation grade AE: La mesure de la composition corporelle par impédancemétrie, la mesure du pli cutané et le rapport tour de taille/tour de hanches ne sont pas recommandés en médecine de premier recours. (réservé à la recherche clinique mais avec des problèmes de précision et d exactitude)

16 Recommandation grade AE: Que proposer? Un patient en excès de poids doit faire l objet d une prise en charge spécifique par le médecin de premier recours dans le cadre de consultations dédiées avec un suivi programmé. La prise en charge de l obésité est fondée sur les principes de l éducation thérapeutique du patient.

17 Le bilan initial: origines et conséquences du surpoids et de l obésité Interrogatoire et examen clinique: Mesurer le tour de taille Rechercher des facteurs favorisant la prise de poids Identifier un trouble du comportement alimentaire Impulsivité alimentaire, compulsions alimentaires, moins fréquemment hyperphagie boulimique (cf. annexe 6) Retracer l histoire pondérale (cf. fiche annexe 9) Évaluer l activité physique (cf. fiche annexe 9) Évaluer l activité sédentaire (cf. fiche annexe 9) Étudier les habitudes et les apports alimentaires (cf. fiche annexe 9) Rechercher les médicaments pris par le patient et leur lien avec la prise de poids Évaluer sa perception de l excès de poids, son vécu et sa motivation au changement

18 Le bilan initial (2) Rechercher les conséquences de l excès de poids: Somatiques: Hypertension artérielle,dyspnée d effort, angor, apnées du sommeil, endormissement diurne, ronflement, asthénie matinale, douleurs articulaires (genoux, hanches, chevilles, lombaires), macération des plis, mycoses, insuffisance veineuse, lymphoedème, incontinence urinaire, anomalies du cycle menstruel, signes orientation de présence d un cancer (métrorragies, examen des seins, etc.) Psychologiques :Troubles anxio-dépressifs, perte de la libido, TCA secondaires à l obésité, compulsions alimentaires secondaires aux régimes répétés Sociales: Difficultés à l embauche, discrimination, stigmatisation, arrêts de travail, perte du travail, isolement Altération de la qualité de vie

19 Le bilan initial (3) Ordonnance: Exploration d anomalie lipidique (EAL) Chez des sujets âgés de plus de 45 ans ayant un IMC 28 kg/m2 : glycémie à jeun Recommandation grade AE: Il est recommandé au médecin d éviter tout discours culpabilisant qui ferait de la personne en excès pondéral la seule responsable de son poids.

20 Qui prend en charge? Recommandation grade AE: Le médecin généraliste prend en charge le patient. Il envisagera l aide d un professionnel de santé en deuxième recours en cas : de récidive après plusieurs régimes ou d échec de la prise en charge de premier recours. L échec peut être envisagé au bout de 6 mois à 1 an en général. Le médecin généraliste pourra faire appel à un médecin spécialisé en nutrition ou un diététicien, à un psychiatre ou un psychologue clinicien, à un masseur-kinésithérapeute ou un enseignant en activités physiques adaptées d IMC > 35 kg/m2 avec comorbidité et d IMC 40 kg/m2 si demande du patient ou avis pour une éventuelle indication de chirurgie bariatrique. Dans les troubles du comportement alimentaire caractérisés le recours au psychiatre ou au psychologue formé pour ces pathologies peut être rapidement nécessaire.

21 Commentaire A propos du deuxième recours Il n est pas possible actuellement de proposer un schéma plus précis pour faire appel au deuxième recours. Le deuxième recours n est pas suffisamment organisé et visible, en particulier en fonction de la disponibilité locale des différents professionnels et des coûts restant à la charge du patient

22 Les objectifs thérapeutiques Patients en surpoids Recommandations grade AE Il n y a aucun argument pour inciter à perdre du poids un patient en simple surpoids stable et sans comorbidité associée, mais il est important de prévenir une prise de poids supplémentaire. Quand son tour de taille est élevé ( 80 cm chez la femme, 94 cm chez l homme), l objectif est de prévenir une prise de poids supplémentaire et de réduire le tour de taille car un tour de taille élevé est un facteur de risque de diabète et de maladie cardiovasculaire (indépendamment de l IMC). En cas de comorbidité associée, l objectif est de perdre du poids et/ou de réduire le tour de taille.

23 Les objectifs thérapeutiques Patients avec une obésité Recommandations grade AE Il est recommandé d avoir pour objectif une perte pondérale de 5 % à 15 % par rapport au poids initial. Cet objectif est réaliste pour l amélioration des comorbidités et de la qualité de vie. Il est recommandé de prendre en charge les comorbidités associées. Le maintien de la perte de poids est essentiel. Stabiliser le poids est déjà un objectif intéressant pour les personnes ayant une obésité qui sont en situation d échec thérapeutique. Il faut être attentif à l amélioration du bien être, de l estime de soi et de l intégration sociale du patient.

24 Les conseils thérapeutiques Patients en surpoids Recommandations grade AE Il est recommandé de lui donner des conseils pour éviter une prise de poids. Recommandations grade B Il est nécessaire d informer le patient des bénéfices pour sa santé à ne pas prendre de poids. En cas de désir de perdre du poids, alerter la personne sur les risques des régimes trop restrictifs et déséquilibrés.

25 Recommandations grade B Les conseils thérapeutiques Patients avec une obésité Établir avec le patient des objectifs de réduction pondérale réalistes (avec en moyenne une perte de poids de 1 à 2 kg/mois), en définissant des moyens adaptés dans le cadre d un contrat thérapeutique. Dans les 2 situations: le médecin du travail peut être une aide et un relais Nécessité de considérer et sensibiliser l entourage proche +/- l impliquer dans l ETP Nécessité de donner des informations dans un style et un langage qui conviennent à la personne et à son entourage

26 Les conseils diététiques(1) Recommandations grade B Lorsqu un amaigrissement est envisagé (surpoids avec comorbidité ou obésité), le conseil nutritionnel vise à diminuer la ration énergétique en orientant le patient vers une alimentation de densité énergétique moindre et/ou un contrôle de la taille des portions. Il est recommandé d informer le patient que la recherche de perte de poids sans indication médicale formelle comporte des risques en particulier lorsqu il est fait appel à des pratiques alimentaires déséquilibrées et peu diversifiées.

27 Recommandations grade AE Les conseils diététiques(2) Il est nécessaire d évaluer les habitudes alimentaires pour estimer les apports énergétiques et d évaluer l activité physique pour estimer la dépense énergétique (cf. fiche annexe 9). Le médecin doit chercher à corriger un excès d apports énergétiques et aider le patient à trouver un équilibre alimentaire à travers des modifications durables de ses habitudes alimentaires. Dans le cadre de l éducation thérapeutique, le médecin peut proposer des mesures simples et personnalisées adaptées au contexte et permettant au patient de retrouver une alimentation équilibrée et diversifiée (ne pas sauter de repas, contrôler les portions, ne pas se resservir, prendre le temps de manger, éviter le grignotage, diversifier les repas etc.) (annexe 10).

28 Recommandations grade AE Les conseils diététiques(3) Il est important de reconnaître et de lever les tabous alimentaires, les fausses croyances, les sources de frustration et de désinhibition. Il peut être nécessaire de proposer au patient de modifier ses comportements d achat des aliments, le mode de préparation des repas (annexe 10). Les changements de comportement doivent être prolongés sur le long terme. L arrêt de ces mesures expose à une rechute. Les régimes très basses calories (moins de Kcal par jour) ne sont pas indiqués sauf cas exceptionnels. Ils doivent être supervisés par un médecin spécialisé en nutrition.

29 Les actions visant à augmenter l activité physique(1) Recommandations grade AE Une analyse des activités quotidiennes et des capacités physiques du patient doit être systématiquement réalisée avant d apporter des conseils (cf. fiche annexe 9). L éducation thérapeutique vise à encourager les patients à augmenter leur activité physique même s ils ne perdent pas de poids et à réduire le temps consacré à des activités sédentaires. L activité physique quotidienne doit être présentée comme indispensable au même titre que le sommeil ou l hygiène corporelle. L évaluation du risque cardio-vasculaire global doit être réalisée avant la reprise d une activité physique. En fonction de son intensité et des comorbidités, elle peut justifier un avis cardiologique.

30 Les actions visant à augmenter l activité physique(2) Recommandations grade AE Le type d activité physique doit être expliqué et négocié avec le patient en fonction de ses possibilités et de sa motivation. Tout nouvel effort par rapport à la situation antérieure doit être valorisé et encouragé. Le médecin peut avoir recours à un professionnel en activités physiques adaptées en cas d objectif thérapeutique initial non atteint ou en cas de demande du patient.

31 Les actions visant à augmenter l activité physique(3) Recommandations grade B Les patients doivent être encouragés à effectuer au moins 150 minutes (2 h 30) par semaine d activité physique d intensité modérée (annexe 11). Cette activité physique peut être fractionnée en une ou plusieurs sessions d au moins 10 minutes. Pour en retirer un bénéfice supplémentaire pour la santé les adultes devraient augmenter la durée de leur activité physique d intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes (5 h) par semaine ou pratiquer 150 minutes par semaine d activité physique d intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d activité d intensité modérée et soutenue.

32 Approche psycho-cognitivo-comportementale Recommandations grade AE Il est recommandé d avoir une approche psychologique pour les patients en excès de poids. Elle peut être réalisée par le médecin généraliste et complétée si nécessaire par une prise en charge spécialisée (en particulier en cas de trouble du comportement alimentaire, de trouble dépressif). Toutes les approches favorisant la relation médecin-patient et l aptitude au changement peuvent être prises en compte ; mais les techniques comportementales ou cognitivocomportementales ont fait la preuve de leur efficacité.

33 Traitement médicamenteux Constat L orlistat est actuellement le seul médicament ayant une indication dans l obésité autorisé en France, non remboursé Recommandations grade AE Au regard de son efficacité modeste, des effets indésirables, notamment digestifs, et des interactions médicamenteuses (entre autres avec les anticoagulants et les contraceptifs oraux), la prescription d orlistat n est pas recommandée.

34 Un suivi à long terme Recommandations grade AE La fréquence des consultations doit être adaptée afin de parvenir à la perte pondérale visée et de la maintenir. La prise en charge par le médecin de premier recours doit être poursuivie au long cours. Les modifications de comportement obtenues pour l activité physique et l alimentation doivent être maintenues sur le long terme.

35 Recommandations spécifiques Chez les sujets ayant un âge physiologique avancé En amont et pendant la grossesse Accompagnement après la naissance d un enfant Obésité associée à un diabète Obésité associée à une arthrose Obésité et prescription médicamenteuse (pharmacocinétique)

36 Les annexes o Table d IMC omédicaments pouvant provoquer une prise de poids o Critères diagnostiques de l hyperphagie boulimique o Valeurs du tour de taille définissant l adiposité abdominale en fonction des ethnies o Indications de la chirurgie bariatrique o Fiche de support à l entretien lors du bilan initial o Fiche de conseils pour l alimentation o Exemples d activités physiques en fonction de leur intensité o Fiche de prise en charge du surpoids o Fiche de prise en charge de l obésité

37 La place du diététicien dans ces recommandations o Intervention en second recours en cas de: orécidive après plusieurs régimes oechec de prise en charge au bout de 6 mois à 1an oimc > 35 kg/m2 avec comorbidité et IMC 40 kg/m2 si demande du patient ou avis pour une éventuelle indication de chirurgie bariatrique. Argumentaire: odeuxième recours pas suffisamment organisé et visible odisponibilité locale? ocoûts restant à la charge du patient

38 Les recommandations et la synthèse des recommandations sont téléchargeables sur

39 Vos avis Discussion Vos commentaires sont également attendus par le biais du questionnaire à votre disposition que votre délégué(e) fera suivre à l association. Merci à tous!

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Méthode «Recommandations pour la pratique clinique» RECOMMANDATIONS Septembre 2011 Les recommandations

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

YOPI: 11.06.2013, La Roche sur Yon. TCA et parentalité. Repérage des TCA pendant la grossesse.

YOPI: 11.06.2013, La Roche sur Yon. TCA et parentalité. Repérage des TCA pendant la grossesse. YOPI: 11.06.2013, La Roche sur Yon TCA et parentalité Repérage des TCA pendant la grossesse. Anne CHASSEVENT Psychiatre, ELSA service d Addictologie CHU Nantes Epidémiologie. Epidémiologie. TCA 5 à 7%

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM :

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM : UE NUTRITION L2 Maïeutique Session Janvier 2014 - Durée de l épreuve : 30 minutes Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 15 QCM : Pensez à vous identifier (numéro de table, numéro étudiant,

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS PHARMA. Informations Programmes et inscriptions : SOMMAIRE. Nathalie Barth 06 23 08 59 94 contact@pharmaperspectives.

CATALOGUE FORMATIONS PHARMA. Informations Programmes et inscriptions : SOMMAIRE. Nathalie Barth 06 23 08 59 94 contact@pharmaperspectives. Informations Programmes et inscriptions : Nathalie Barth 06 23 08 59 94 CATALOGUE FORMATIONS SOMMAIRE Accompagnement du patient asthmatique dans le cadre de l entretien pharmaceutique 2 Agir pour une meilleure

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre

Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre Les troubles du comportement alimentaire Mieux les connaître pour mieux les combattre L anorexie, la boulimie, l hyperphagie ou le grignotage sont en constante évolution dans notre société, et peuvent

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES.

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'alimentation dans l'histoire. A l 'époque de la Préhistoire, l'homme nomade se nourrissait de produits rapportés de la chasse et de la pêche afin d'assurer sa survie

Plus en détail

SOMMAIRE. VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE

SOMMAIRE. VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE SOMMAIRE VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE EN PLACE DU BALLON PAGE 10 ACTIVITE PHYSIQUE PAGE 11 REGLES

Plus en détail

Comment la prévenir? Dr Walé KANGAMBEGA CHATEAU-DEGAT

Comment la prévenir? Dr Walé KANGAMBEGA CHATEAU-DEGAT Obésité, Comment la prévenir? Dr Walé KANGAMBEGA CHATEAU-DEGAT MARS 2013 C est quoi l Obésité? Identité? Adaptation? maladie? DÉFINITIONS DEFINITIONS «Le surpoids et l obésité se définissent comme une

Plus en détail

Troubles des conduites alimentaires

Troubles des conduites alimentaires Troubles des conduites alimentaires Dr S Guillaume Service de Psychologie Médicale s-guillaume@chu-montpellier.fr Introduction Un problème fréquent en pratique clinique i Trois types de trouble identifiés:

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

La réunion démarre par un tour de table avec accueil des nouveaux diététiciens diplômés.

La réunion démarre par un tour de table avec accueil des nouveaux diététiciens diplômés. Activité AFDN Région : Aquitaine Thème Recommandations HAS obésité de l adulte Date Mardi 11 décembre 2012 Nombre de participants 36 Résumé La réunion démarre par un tour de table avec accueil des nouveaux

Plus en détail

Aménagement des cycles et recherche de la performance

Aménagement des cycles et recherche de la performance Aménagement des cycles et recherche de la performance Docteur Carole MAITRE INSEP Cette thématique nous amène à nous poser plusieurs questions : Les cycles peuvent-ils être un frein à la performance? Le

Plus en détail

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca

Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le diabète et vous : Gérez votre mode de vie. Réduisez vos risques. fmcoeur.ca Le saviez-vous? Le diabète est un facteur de risque associé aux maladies du cœur et aux AVC. Environ 1,8 million de Canadiens

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Sophie Foucault et Céline Tillay Parfums Christian Dior Mars 2014

Sophie Foucault et Céline Tillay Parfums Christian Dior Mars 2014 Sophie Foucault et Céline Tillay Parfums Christian Dior Mars 2014 Sommaire Activités sur le site de St Jean de Braye Présentation du service médical Objectifs ESTI Chronologie de la mise en place Protocole

Plus en détail

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.»

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.» ECC CARDIOLOGIE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE : Savoir faire l anamnèse d un patient avec une affection cardio-vasculaire : o Caractériser une douleur rétrosternale o Rechercher les symptômes d une insuffisance

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Un Plan national Nutrition et Santé pour la Belgique

Un Plan national Nutrition et Santé pour la Belgique Mots clefs : alimentation, santé publique. MANGER Un Plan national Nutrition et Santé pour la Belgique Le rôle de l alimentation sur la santé et la maladie est de mieux en mieux connu et constitue un enjeu

Plus en détail

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE Pr. Annelise LOBSTEIN, Pharmacognosie UMR-CNRS 7200 - Partie 1 - PLAN 1. Définitions législation 2. Le

Plus en détail

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme

faisons le point En médecine, il arrive que le vent tourne. La Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Mesurer le poids en centimètres Un nouveau paradigme Denis Drouin, MD Le cas de Jean-Yves Jean-Yves a 45 ans et il joue dans des ligues de hockey de la région. Il mesure 1 m 80, pèse 120 kg et son indice

Plus en détail

mon Carnet de Liaison et d autosurveillance

mon Carnet de Liaison et d autosurveillance mon Carnet de Liaison et d autosurveillance DIABèTE GESTATIONNEL mon Carnet de Liaison et d autosurveillance diabète gestationnel Mes rendez-vous Gynécologue-obstétricien Nom :... Dates Horaires Lieu Prénom

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Journées Santé au Travail dans le BTP -Limoges 27, 28 et 29 mai 2015 Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Dr Audrey

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

L ALIMENTATION DANS LES PREMIERS

L ALIMENTATION DANS LES PREMIERS L ALIMENTATION DANS LES PREMIERS TEMPS DE LA MALADIE RÉNALE CHRONIQUE C. Bonneville Diététicienne CHU Félix Guyon LES ENJEUX Ralentir la progression de insuffisance rénale: Agir sur les causes modifiables

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire restrictifs ou évitants (TCARÉ)

Troubles du comportement alimentaire restrictifs ou évitants (TCARÉ) Troubles du comportement alimentaire restrictifs ou évitants (TCARÉ) PROGRAMME CANADIEN DE SURVEILLANCE PÉDIATRIQUE 2305, boul. St. Laurent, bureau 100 Ottawa (Ontario) K1G 4J8 Tél. : 613-526-9397, poste

Plus en détail

OBÉSITÉ. Obésité. Activité physique et obésité. Obésité et activité physique CESA 1. Activité physique et Obésité

OBÉSITÉ. Obésité. Activité physique et obésité. Obésité et activité physique CESA 1. Activité physique et Obésité 1 OBÉSITÉ CESA Jeannot AKAKPO. Obésité 2 Définition de l'obésité Différentes formes d'obésité Les différents indicateurs Les conséquences de l obésité Complications cardiovasculaires Complications respiratoires

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 42 SOMMAIRE L alimentation des sportifs Les chiffres clés Les besoins nutritionnels Comment adapter son alimentation? Les produits Herbalife A retenir Les

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Les diabétiques et les édulcorants

Les diabétiques et les édulcorants CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Les diabétiques et les édulcorants Etude n 1201364 Octobre 2012 Sommaire CLIQUEZ POUR MODIFIER LE STYLE DU TITRE Objectifs et méthodologie de l étude 3 Principaux

Plus en détail

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation

Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation E Coudeyre 1,2 Cours national DES/DIU de MPR, Rouen 2009 1 Service de Médecine Physique et Réadaptation, CHU Clermont-Ferrand, Université d

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée

Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée TD n 1 : Les besoins nutritionnels Activité 1 : Les besoins d une alimentation équilibrée Voici les résultats d une analyse nutritionnelle partielle d aliments (de A à F) donnant leur valeur nutritionnelle

Plus en détail

Accompagnement psychologique

Accompagnement psychologique GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-PYrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Accompagnement psychologique Janvier 2016 Sommaire Sommaire...

Plus en détail

Alimentation et idées reçues

Alimentation et idées reçues Fiche pédagogique Thème : Alimentation Niveau : Lycée Durée : 1 h Alimentation et idées reçues Personnes ressources : Professeur SVT, ESF, EPS, personnel de restauration, Infirmier scolaire, CESC Pour

Plus en détail

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat

Diplôme professionnel d aide-soignant. Guide d évaluation par candidat Diplôme professionnel d aide-soignant Guide d évaluation par candidat Prénom et nom du candidat (ou identification du candidat) : Date : Dossier n Page 1 / 23 Evaluation de l unité de compétence 1 du DPAS

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) FÉVRIER 2012 Définition et objectifs Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire

Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement alimentaire Les troubles des conduites alimentaires Il n est pas rare que les vicissitudes de la vie, les inquiétudes et le stress induisent chez l adolescent des perturbations

Plus en détail

Catalogue des prestations 2015 / 2016

Catalogue des prestations 2015 / 2016 Catalogue des prestations 2015 / 2016 Sommaire I. FORMATIONS 5 Se préserver contre les Troubles Musculo-Squelettiques 6 Prévenir les Risques Psycho-Sociaux 7 Avoir une bonne hygiène de vie 8 Transposer

Plus en détail

Directives relatives aux honoraires forfaitaires pour les prestations dispensées aux patients diabétiques

Directives relatives aux honoraires forfaitaires pour les prestations dispensées aux patients diabétiques Directives relatives aux honoraires forfaitaires pour les prestations dispensées aux patients diabétiques 1. Directives relatives au contenu du dossier infirmier spécifique au patient diabétique Ce dossier

Plus en détail

La collation en maternelle / Encas dans les écoles

La collation en maternelle / Encas dans les écoles La collation en maternelle / Encas dans les écoles Historique, avis des experts et conséquences négatives de la collation Dr Hélène Thibault Groupe de travail «La collation en maternelle/encas dans les

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Dr Robert Abadie, Dr André Stillmunkés Dr Catherine Doze, Dr Jean Favarel, Dr Jean-François Jammes, Dr Adrian Klapouszczak, Dr Georges Mozziconacci,

Plus en détail

- 1 - Définition des désordres alimentaires PLAN 10/03/09. Attitudes inadaptées et des comportements de contrôle du poids. Des restrictions sérieuses

- 1 - Définition des désordres alimentaires PLAN 10/03/09. Attitudes inadaptées et des comportements de contrôle du poids. Des restrictions sérieuses PLAN PARTIE COURS Définition des DA Les DA dans le sport Principaux facteurs psychosociologiques des DA Démarche de prévention Stéphanie SCOFFIER Doctorante 2 e année sur les facteurs psychosociologiques

Plus en détail

Les différents TCA. Anorexie Mentale. Boulimie. Hyperphagie Boulimique. Comportement (A): perte de poids marquée (> 15%)

Les différents TCA. Anorexie Mentale. Boulimie. Hyperphagie Boulimique. Comportement (A): perte de poids marquée (> 15%) Les différents TCA Anorexie Mentale Comportement (A): perte de poids marquée (> 15%) Psychopathologie (BC): peur morbide de grossir importance capitale du poids et de la forme qui gouverne sa perception

Plus en détail

RECRUTE. UN(E) PSYCHOLOGUE Unité Clinique de Nutrition. Pôle Médico-Chirurgical. (Poste à 40%)

RECRUTE. UN(E) PSYCHOLOGUE Unité Clinique de Nutrition. Pôle Médico-Chirurgical. (Poste à 40%) RECRUTE UN(E) PSYCHOLOGUE Unité Clinique de Nutrition (Poste à 40%) (Ci-joint la fiche de poste) Renseignements à : Madame Elisabeth PLANCHE Cadre Supérieur de Santé : 04.70.97.34.37 Mail : elisabeth.planche@ch-vichy.fr

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme?

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Saïd Acef, Directeur du réseau de santé AURA 77 Chargé de mission, MNASM Journée régionale CRAIF / AURA 77 Autisme et Soins somatiques [Paris

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire TCA

Les troubles du comportement alimentaire TCA Les troubles du comportement alimentaire TCA Quelques définitions : Boulimie, anorexie, hyperphagie, obésité, orthorexie Le Binge eating disorder ou l hyperphagie boulimique A. Épisodes répétés de binge-eating

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Ma vie avec le diabète de type 2. Fransk

Ma vie avec le diabète de type 2. Fransk Ma vie avec le diabète de type 2 Fransk 1 Qu est ce que c est, le diabète de type 2? Le diabète est une maladie où vous avez un contenu élevé de sucre dans le sang (hyperglycémie chronique). Avez-vous

Plus en détail

est fière de collaborer à l amélioration de la santé des Membres de l ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA

est fière de collaborer à l amélioration de la santé des Membres de l ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA PARTENARIAT est fière de collaborer à l amélioration de la santé des Membres de l ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA En présentant votre carte de membre de l AFPC ÉCONOMISEZ 134 $* ABONNEMENT ANNUEL

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Thèses : Productions 2000/2005

Thèses : Productions 2000/2005 Thèses : Productions 2000/2005 Syndrome d apnées du sommeil : de la clinique au diagnostic polysomnographique Approche de la déontologie médicale par l étude de la liberté thérapeutique Appropriation de

Plus en détail

100 habitudes pour maigrir

100 habitudes pour maigrir Perdre du gras à long terme et ne jamais le reprendre Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 6 Introduction... 7 A propos de l auteur... 9 Les habitudes et la motivation... 10 1. Prendre (et avoir) de

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

L APPROCHE «DES VERTS PATURAGES» SUR LES TCA Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires www.lesvertspaturages.com

L APPROCHE «DES VERTS PATURAGES» SUR LES TCA Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires www.lesvertspaturages.com L APPROCHE «DES VERTS PATURAGES» SUR LES TCA Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires www.lesvertspaturages.com Il existe beaucoup d écrits, beaucoup de théorisation, d angles d approche sur les troubles

Plus en détail

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 108 : Troubles du sommeil de l'enfant et de l'adulte Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Epidémiologie... 3 2. Aspects cliniques...

Plus en détail

DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Trouble psychosomatique Question 289

DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES. Trouble psychosomatique Question 289 DEUXIEME PARTIE : MALADIES ET GRANDS SYNDROMES Trouble psychosomatique Question 289 Rédaction : M. Ferreri Fl. Ferreri C. Agbokou M. Lejoyeux Le trouble psychomatique se définit comme un trouble somatique

Plus en détail

L hyperphagie boulimique

L hyperphagie boulimique L hyperphagie boulimique Chacun de nous mange en excès de temps en temps, en prenant une troisième assiette au souper de Noël, par exemple ou en avalant un paquet entier de cookies pendant une session

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013 Programme facteur de risques cardiovasculaires Déroulement de l atelier Atelier alimentation présenté par, diététicienne et ingénieur en nutrition Comment se nourrir quand on a des facteurs de risque cardiovasculaire?

Plus en détail