leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division Avis Technique CSTC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division Avis Technique CSTC"

Transcription

1 ssurer l étanchéité à l eau des parois au droit de leurs raccords : une nécessité! Laurent Lassoie Jörg Wijnants Division vis Technique CSTC

2 Introduction Infiltrations Infiltrations % % Moisissures Condensation interne Condensation inversée Condensation superficielle Hygroscopicité Infiltrations Fuites (canalisation) Humidité de construction capillarité Moyenne sur 5 ans octobre 2012 Les noeuds constructifs : étanchéité à l eau 2

3 Introduction Du fait des nombreuses exigences complémentaires demandées aux bâtiments, l obtention et le maintien de l étanchéité à l eau peut être influencée L obtention b de cette étanchéité éen partiecourante des parois posent habituellement peu de problème. Les difficultés se présentent davantageau droit des noeuds où différentes parois se rencontrent mais également au droit desquelles différents corps de métier doivent se succéder. L entreprise générale doit coordonner les travaux de façon à garantir l étanchéité à l eau des détails october 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 3

4 Introduction 1. Caves 2 Façades 2. Façades 3. Toitures octobre 2012 Noeuds constructifs : l étanchéité à l eau 4

5 Paramètres à contrôler Pente du terrain nalyse du sol Perméabilité du sol autour du bâtiment Bonne (sable sur une s écarte du hauteur suffisante de bâtiment sorte que le risque d accumulation d eau contre le mur est faible Horizontal ou vers le cette situation n est bâtiment Le niveau de la nappe phréatique se situe constamment sous le niveau des fondations qu exceptionnellement rencontrée) Faible (sol argileux ou limoneux au voisinage des fondations) s écarte du bâtiment Horizontal ou vers le bâtiment Le niveau de la nappe phréatique est (temporairement) au- dessus du niveau des caves Oui (voir e) Caves Sensibilité à l eau des Système de protection finitions (¹) Non (voir a) (a) Cimentage du côté Oui (voir b+d) extérieur + émulsion Non (voir b) bitumineuse ou structure en béton coulé surplace (classe 0) Oui (voir b+d) (b) Drainage horizontal et vertical + cimentage et émulsion bitumineuse (dans le cas Non (voir c) d une maçonnerie) (c) Cuvelage étanche rigide (²) Oui (voir e) du côté intérieur ou structure Non (voir c) en béton coulé surplace (classe 1)( 3 ) (d) Structure en béton coulé surplace (classe 2), complétée éventuellement par des injections (e) Cuvelage souple ( 4 ) ou octobre 2012 Noeuds constructifs : l étanchéité à l eau structure en béton coulé 5 surplace (classe 3)

6 (¹) Les lettres entre parenthèses renvoient à la protection minimale qu il y a lieu de prévoir. Il est évident que toute classe de protection plus performante est autorisée pour une sollicitation donnée. Les performances du système sont croissantes de la lettre a à la lettre e. (²) Il s agit d un dun enduit en deux couches minimum qui reste continuellement visible afin de permettre des réparations (rendues nécessaires en raison d un retrait, de tassements, inévitables). Le liant peut être à base de ciment ou de résines. Le support doit être sain et posséder une résistance mécanique suffisante. (³) Dans les structures en béton de la classe d étanchéité 1 le nombre de fuites est limité. Certaines taches d'humidité sur la paroi sont autorisées. ( 4 ) Il convient dans ce cas d utiliser des membranes étanches à l eau et à la vapeur (p. ex. à joints soudés). Celles-ci peuvent être appliquées du côté extérieur contre la structure à rendre étanche à l eau, puis être protégées de toute dégradation due à l apport de terres. Elles peuvent également être mises en œuvre du côté intérieur, la structure t à rendre étanche à l eau étant t réalisée é ultérieurement. t ( 5 ) Dans les structures en béton de la classe d étanchéité 2, les fuites sont minimes. La surface de la paroi ne doit pas présenter de taches d'humidité octobre 2012 Noeuds constructifs : l étanchéité à l eau 6

7 Structure en béton coulé sur place october 2012 Noeuds constructifs: étanchéité à l eau 7

8 Structure en béton coulé sur place Une plaque métallique ou synthétique est incorporéeau droit de la jonction voiles/radier ainsi qu au droit des joints de reprises Elle est mise en oeuvre de façon continue en collant ou en soudant tles jonctions Si les jonctions ne sont pas continues, il est possible de prévoir un recouvrement de 200 ou 300 mm en maintenant un espace suffisant entre les plaques (50 mm ou 3 x D max ) En complément, il peut être prévu des tubes d injection ou des joints hydrogonflant octobre 2012 Noeuds constructifs: étanchéité à l eau 8

9 Structure en béton coulé sur place octobre 2012 Noeuds constructifs : l étanchéité à l eau 9

10 Structure en béton coulé sur place octobre 2012 Noeuds constructifs: étanchéité à l eau 10

11 Structure en béton coulé sur place octobre 2012 Noeuds constructifs: étanchéité à l eau 11

12 lternative : Prémurs octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 12

13 lternative: prémurs octobre 2012 Noeuds constructifs: étanchéité à l eau 13

14 Parois en pieux sécants octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 14

15 Parois en pieux sécants Octobre 2012 Noeuds constructifs: étanchéité à l eau 15

16 Parois en pieux sécants octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 16

17 Paroi en pieux sécants octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 17

18 Cuvelagesouple Lorsque les parties enterrées de la construction sont finies par des finitions sensibles à l humidité ou lorsque des matériaux sensibles à l humidité sont entreposés dans les caves, il y a lieu de prévoir un cuvelage souple Lorsque les parties enterrées de la construction sont finies par des finitions sensibles à l humidité et sont intégrées au volume protégé, il y a lieu de prévoir une isolation thermique B + octobre 2012 Noeuds constructifs: étanchéité à l eau 18

19 Cuvelagesouple Lorsque les parties enterrées de la construction sont finies par des finitions sensibles à l humidité ou lorsque des matériaux sensibles à l humidité sont entreposés dans les caves, il y a lieu de prévoir un cuvelage souple Lorsque les parties enterrées de la construction sont finies par des finitions sensibles à l humidité et sont intégrées au volume, il y a lieu de prévoir une isolation thermique octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 19

20 Cuvelagesouple Gros oeuvre : Réalisation i des excavations, mise en oeuvre d un béton de propreté Etancheur : Réalisation de l étanchéité du sol et mise en oeuvre d une protection mécanique Gros oeuvre : Mise en oeuvre des armatures et du béton et réalisation des paroisverticales Etancheur : Réalisation de l étanchéité des parois verticales et mise en oeuvre d une protection mécanique (panneaux isolants résistant aux chocs et à l humidité) Gros oeuvre : Remblayage octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 20

21 Drainage Un système de drainage peut être envisagé pour éviter les infiltrations liées aux accumulations lti temporaires d eau contre les constructions. Ces accumulations temporaires sont liées aux infiltrations des eaux de surface Un système de drainage est constitué d un collecteur horizontal, d un drain vertical et d unfiltre octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 21

22 Introduction 1. Caves 2 Façades 2. Façades 3. Toitures octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité 22

23 Etanchéité à l eau en partie courante L étanchéité à l eau des façades est assurée en partie courante par un murs creux ou une protection étanche (bardage, enduits, ) Sans lame d air Sans lame d air Zonder luchtspouw vec une lame d air Sans lame d air : importance de l étanchéité des éléments constituant le revêtement Principe de la double barrière d étanchéité octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 23

24 Murs creux Les principes p du murs creux sont connus, mais : Drainage au droit de toutes les interruptions (noeuds) Recouvrements étanches des membranes (collage) Joints verticaux ouverts pour le drainage de l eau Niveau des revêtements extérieurs par rapport aux membranes octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 24

25 ssurer la continuité des membranes au droit des seuils: B C octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 25

26 méliorer les performances énergétique C octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 26

27 mélioration des prestations thermiques C octobre 2012 Bouwknopen: waterdichtheid 27

28 méliorer l accessibilité : mesures préventives D C octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 28

29 méliorer l accessibilité et garantir l étanchéité à l eau octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 29

30 méliorer l accessibilité et garantir l étanchéité à l eau Performance porte fenêtre: Performance porte : B octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 30 B

31 Coordination des travaux : points d attention Maçon : Mise en oeuvre des maçonneries isolantes et mise en oeuvre des membranes. Si prestations thermique et/oud accessibilité plus élevée, la mise en oeuvre de ces membranes est singulièrement compliquée. Poisitionnement du seuil en accord avec le type de menuiserie Entreprise générale : Sensibilisation des différents intervenants notamment sur le rôle des différentes membranes d étanchéité à l eau leauet et à l air lair Le niveau du revêtement extérieur doit se situer en dessous des orifices de drainage octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 31

32 Introduction 1. Caves 2 Façades 2. Façades 3. Toitures octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 32

33 Toitures inclinées raccords contre un pignon en butée/cheminées é octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 33

34 Toitures inclinées raccords en butée[9] [ ] Performances : octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 34

35 Toitures inclinées raccords en butée Performances : octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 35

36 Coordination des travaux : points d attention Maçons : Ils doivent placer au bon niveau et de manière correcte les membranes de drainage du mur creux. Ils doivent positionner correctement les blocs isolants par rapport à la position future du complexe toiture Ils doivent poser correctement les couches d isolation thermique dans les murs creux Couvreurs : Ils doivent positionner correctement les noquets et les contre solin par rapport aux membranes de drainage du murs creux Ils doivent veiller à l épaisseur des lattes et contre latte de façon à se situer en dessous des ouvertures de drainage. Ces épaisseurs doivent donc être connues dès le départ. octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 36

37 Toitures inclinées raccord en butée Nouvelle construction ti contre un mur existant it t Performances : octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 37

38 Coordination des travaux : points d attention Couvreurs : Isolation de la tête de mur La sous toiture doit être remontée contre le mureistantet existant et maintenuee par une latte (parallèle à la pente) Les noquets doivent être fixés sur la latte Menuisiers : Il doit posistionner le pare pluie sur un contre lattage et le maintenir avec un second contre lattage. L épaisseur du premier contrelattage doit correspondre à l épaisseur de la latte mise en oeuvre par lecouvreur. La sous toiture doit recouvrir les noquets. Pose du bardage october 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 38

39 Rénovation mur plein Performances sans bardage : B B/ B/ octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 39

40 Performances avec bardage : B/ B/ Rénovation méliorer l étanchéité à l eau et les performances thermiques et acoustiques Coordination des travaux : voir slide 43 octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 40

41 Rénovation méliorer les performances thermiques et acoustiques Performances avec bardage isolant: B Performances avec bardage isolant et doublage intérieur : octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 41

42 Coordination des travaux : points d attention Couvreurs : La sous toiture doit être remontée contre le mur existant et maintenue par un chevron (parallèle à la pente) dont l épaisseur correspond à celle de l isolant Les noquets doivent être fixés sur le chevron Menuisiers : Il doit posistionner l isolant et ce y compris entrele chevron et la structure de toiture Il doit positionner le pare pluie sur l isolant et le maintenir avec un contre lattage. La sous toiture doit recouvrir les noquets. Pose du bardage octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 42

43 Toiture platte généralités L étanchéité en partie courante est assurée par la membrane et ne pose généralement pas de problème Les relevés d étanchéité : ils doivent être de minimum 150 mm par rapport au plan de toiture En cas de dalles sur plots, l étanchéité doit être relevée 50 mm au dessus du revêtement. Un joint ouvert 20 mm doit être réalisé entre les premières dalles et le relevé Si on s écartede sécartede ces recommandations, même localement (pour l accessibilité, par exemple), des problèmes d étanchéité ne sont pas exclus. octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 43

44 Raccords au droit d un mur creux Performance : octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 44

45 Raccords audroit d un dunmur creux Performance : octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 45

46 Rénovation Performances : B Performances : B + octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 46

47 Raccord au droit d un seuil C octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 47

48 Raccord au droit d un seuil B Les performances d étanchéité à l eau diminuent car la mise en oeuvre de l étanchéité é au droit des extrémités du seuil s en trouve compliquée octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 48

49 Raccord au droit d un seuil améliorer l accessibilité Performances : B B octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 49

50 Raccord au seuil améliorer l accessibilité octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 50

51 méliorer l accessibilité Performances : B + octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 51

52 Ne pas oublier l essentiel! octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 52

53 Documents de référence 1. CSTC Contact n 14: Etanchéité des constructions enterrées en béton armé 2. NIT 24x Conception et exécution des constructions étanches en béton 3. CSTC Infofiche n 7 Infiltrations au bas des murs creux 4. CSTC Infofiche n 20 Drainage des murs creux au droit des seuils 5. CSTC Dossiers n 1/2007 Cahiern 12 ccessibilité des menuiseries extérieures 6. NIT 243 Les revêtements de façade en bois et en panneaux à base de bois 7. NIT209 Enduits extérieurs 8. NIT 202 Toitures en tuiles de béton 9. NIT 244 Ouvrages de détails des toitures plates: principes généraux 10. CSTC Contact n 23 Isolation thermique des murs existants 11. NIT 246 Postisolation thermique des murs creux par remplissage de la coulisse octobre 2012 Noeuds constructifs : étanchéité à l eau 53

Eléments de structure et détails de construction

Eléments de structure et détails de construction Eléments de structure et détails de construction Partie 2: Toitures plates et toitures inclinées O. Vandooren CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu Isolation thermique 1. Evolution réglementaire

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux Post-isolation des murs creux Luc FIRKET, chef-adjoint de la Division Avis Techniques du CSTC Centre Scientifique et Technique de la Construction Historique du mur creux -Apparition progressive en Belgique

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS Maryse SARRE CSTB Expérience française dans le domaine de l isolation par l intérieur en construction neuve ou en rénovation Journée 16 septembre 2010 PAGE 1 Techniques

Plus en détail

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Étanchéité à l air Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Lassoie Laurent CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 2012 Introduction Mesure de l étanchéité

Plus en détail

STEICO solutions constructives

STEICO solutions constructives STEICO solutions constructives Charpente support des éléments de couverture par l intermédiaire de contrelattes avec une fixation adaptée Grand choix de couvertures possibles Isolation pour charpente apparente

Plus en détail

Mise en œuvre des bardages bois. 6 juillet 2012

Mise en œuvre des bardages bois. 6 juillet 2012 Maelenn JOSSET bois 6 juillet 2012 DTU 41.2 : Aide à la conception des bardages bois (attention, actuellement en cours de révision) prescriptions applicables aux matériaux conditions de mise en œuvre règles

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

NOUVELLE CONSTRUCTION

NOUVELLE CONSTRUCTION Raccord entre le mur extérieur et la toiture inclinée constructions ossature en bois avec des poutres composites en I (grenier exclu du volume passif) 1 plaque de plâtre GYPROC 0,280 0,013 0,045 2 0,135

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines.

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. Introduction L étanchéité à l air d une paroi à ossature bois ou d une toiture isolée en pente est une notion primordiale

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie PARTIE 1 D.Langendries Division Energie et Bâtiment CSTC Isolation thermique des toitures inclinées Les Isnes 18 mars

Plus en détail

La sécurité pour toits et murs

La sécurité pour toits et murs La sécurité pour toits et murs pro clima SOLITEX perméable à la diffusion de vapeur, résistant à la déchirure, étanche à la pluie pro clima SOLITEX bande de sous-toiture sur chevrons / bande de sous-toiture

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Bâtiment isolé thermiquement Bâtiment étanche à l air La chaleur est conservée Bâtiment avec ventilation efficace Objectif

Plus en détail

Toiture et Façade. Ardoise ALTERNA NT. DIRECTIVES D APPLICATION 1 - Partie 1 de 3

Toiture et Façade. Ardoise ALTERNA NT. DIRECTIVES D APPLICATION 1 - Partie 1 de 3 Toiture et Façade Ardoise ALTERNA NT DIRECTIVES D APPLICATION 1 - Partie 1 de 3 Pose à recouvrement double 1 GÉNÉRALITÉS Ces directives d'application sont spécifiquement destinées à la pose d ardoises

Plus en détail

Notice de pose de DELTA -ALPINA pour toiture en tuiles de béton ou terre cuite en BENELUX.

Notice de pose de DELTA -ALPINA pour toiture en tuiles de béton ou terre cuite en BENELUX. Notice de pose de DELTA -ALPINA pour toiture en tuiles de béton ou terre cuite en BENELUX. La pose de DELTA-ALPINA : DELTA -ALPINA est une feuille universelle revêtue des deux côtés, muni d une lèvre d

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 DTU 25.41 et 25.42 DTU 25.41 Définition de la constitution des cloisons et contre-cloisons selon le type de local Ce paragraphe précise la constitution des

Plus en détail

1.2 Réglementation acoustique relative aux bâtiments d habitation... 19

1.2 Réglementation acoustique relative aux bâtiments d habitation... 19 GRP : broches veritas JOB : isolation DIV : 9b tdm p. 1 folio : 275 --- 10/12/014 --- 15H48 Sommaire... 5 Sigles et abréviations... 7 Avant-propos... 9 CHAPITRE 1 Réglementation acoustique... 11 1.1 Critères

Plus en détail

SOMMAIRE. C. C. T. P. - Lot n 2 - Etanchéité

SOMMAIRE. C. C. T. P. - Lot n 2 - Etanchéité SOMMAIRE C. C. T. P. - Lot n 2 - Etanchéité 2.0 - GENERALITES :...3 2.0.1 - OBLIGATIONS GENERALES :...3 2.0.2 - OBJET DES TRAVAUX :...3 2.0.3 - NORMES ET REGLEMENTS :...3 2.0.4 - ORIGINE ET CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Conseils de pose : isolation des murs

Conseils de pose : isolation des murs MISE EN ŒUVRE - FACILE A POSER Conseils de pose : isolation des murs Le produit se pose conformément aux règles de l art et aux DTU tels que : DTU 20-1 : Parois et murs en maçonnerie de petits éléments,

Plus en détail

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES PLANCHERS LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES L ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS DANS LE CONTEXTE DU BÂTIMENT EXISTANT

Plus en détail

Façades Fiches d Application

Façades Fiches d Application Fiches d Application Ventilées - Système de Ventilées - Viroclin Ventilées - Virocnail Ventilées - Système Mixte Consulter le Dossier Technique Viroc disponible dans www.viroc.pt, dans la langue FR, sur

Plus en détail

ONDUTISS. Imperméables souples et légers. Ecrans souples de sous-toiture. www.onduline.com. CE Norme NF EN 13859-1

ONDUTISS. Imperméables souples et légers. Ecrans souples de sous-toiture. www.onduline.com. CE Norme NF EN 13859-1 ONDUTISS Ecrans souples de sous-toiture CE Norme NF EN 13859-1 Imperméables souples et légers www.onduline.com ONDUTISS Ondutiss : les écrans souples de sous-toiture pour une meilleure protection de l

Plus en détail

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc),

DTU de la série 40 : couvertures (ardoises et matériaux divers ; tuiles etc), MISE EN ŒUVRE (ISONAT FACILE A POSER ) ISOLATION DES TOITURES Le produit Isonat se pose conformément aux règles de l art et aux DTU tels que : DTU 25-41 : ouvrages en plaques de parement en plâtre, DTU

Plus en détail

5.- Fiche «chapistes» Les sols flottants maçon, carreleur, parqueteur

5.- Fiche «chapistes» Les sols flottants maçon, carreleur, parqueteur 1.- Fiche «chapistes» Les sols flottants maçon, carreleur, parqueteur.1.- Grands principes communs aux sols flottants Les sols flottants sont constitués d éléments rigides (chape en béton, parquet, carrelage)

Plus en détail

1 DONNEES TECHNIQUES SPECIFIQUES POUR LA METHODE DE POSE A LOSANGE A RECOUVREMENT SIMPLE

1 DONNEES TECHNIQUES SPECIFIQUES POUR LA METHODE DE POSE A LOSANGE A RECOUVREMENT SIMPLE 1 DONNEES TECHNIQUES SPECIFIQUES POUR LA METHODE DE POSE A LOSANGE A RECOUVREMENT SIMPLE Cette méthode de pose est possible avec des ardoises des types et formats suivants : - ALTERNA: 40/40/5 et 40/40/10

Plus en détail

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive

Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive Raccord entre le mur extérieur et la fondation - construction massive 1 0,810 0,020 0,025 2 chappe 0,840 0,080 0,095 3 0,026 0,260 10,000 4 béton armé 1,700 0,200 0,118 Somme des résistances thermiques

Plus en détail

BF-08-22 - ISOLATION THERMIQUE INTERIEURE

BF-08-22 - ISOLATION THERMIQUE INTERIEURE www.voscctp.fr 1/12 1. ISOLATION THERMIQUE INTERIEURE... 1 1.1 ISOLATION THERMIQUES EN PLAFOND DE LOCAUX NON CHAUFFES SS LOCAUX CHAUFFES...2 1.1.1 Installations électriques et/ou autres existantes en plafond...2

Plus en détail

LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques

LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques Le présent document a été établi à l initiative de l ANEPE Association des Nappes à Excroissances pour Parois Enterrées

Plus en détail

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Standard Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Notre gamme de produit à base de HDPE est de très haute qualité.

Plus en détail

Guide pratique d applications NATURELLEMENT EN BOIS

Guide pratique d applications NATURELLEMENT EN BOIS Guide pratique d applications NATRELLEMENT EN BOIS NATRELLEMENT EN BOIS Sommaire 1. Toiture 1.1-1.5 Toiture à pente p. 4-5 1.6 Rénovation p. 6-7 1.7 Toiture terrasse p. 8 2. Mur 2.1 Rénovation sur maçonnerie

Plus en détail

BATIBOUW 2011 25 février 2011

BATIBOUW 2011 25 février 2011 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be BATIBOUW 2011 25 février 2011 Antoine Tilmans, ir Division Climat, Equipement et Performance Energétique CSTC - Centre Scientifique et Technique

Plus en détail

B4 Détails techniques

B4 Détails techniques B Détails techniques B B. Détails techniques B.. B.. B.. B.. B..8 Blocs collés B...a Bloc Ytong à poignées ergonomiques. Principe de mise en œuvre. B...b Bloc Ytong à poignées ergonomiques. Principe de

Plus en détail

Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre

Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre Isolation en ouate de cellulose Descriptif sommaire et mise en oeuvre Le présent descriptif concerne la mise en œuvre d une isolation thermique cellulosique par soufflage ouvert sur un plancher, ainsi

Plus en détail

p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e!

p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! THERMO FLOC Matériau isolant en fibre de cellulose p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! p o u r u n e i n t e l l i g e n t e! I s o l a t i o n I s o l a t i o n I s o l a t i o n 1 Sommaire_ Matériau

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

FERMACELL. Détails de construction Façades ventilées crépies (façades rideaux)

FERMACELL. Détails de construction Façades ventilées crépies (façades rideaux) FERMACELL Détails de construction Façades ventilées crépies (façades rideaux) Table des matières. Généralités.................... Conditions, système de crépi... Composition du système...... Fixation sur

Plus en détail

Plaque FERMACELL Powerpanel H 2 O

Plaque FERMACELL Powerpanel H 2 O Conseil de pro : Plaque FERMACELL Powerpanel H 2 Pour les façades extérieures La plaque Powerpanel H 2 est une plaque-sandwich comportant des agrégats légers liés avec du ciment et armée sur les deux faces

Plus en détail

Blanc. Unité d emballage : voir liste des prix Longueur de rouleau : 25,00 m Largeur de rouleau : 5,00 m Poids de rouleau : 18,125 kg

Blanc. Unité d emballage : voir liste des prix Longueur de rouleau : 25,00 m Largeur de rouleau : 5,00 m Poids de rouleau : 18,125 kg Toitures Fiche technique Édition 03.2011 Identificatie no. 02 09 45 05 100 0 000006 Version no. 4 Sarnavap 500E Pare-vapeur Description de produit Sarnavap 500E est un pare-vapeur sans trame à base de

Plus en détail

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation SOMMAIRE Avant-propos......................................... 5 Domaine d application du guide.............................. 6 Les produits isolants................................... 9 Les laines minérales....................................

Plus en détail

SOUS-TOITURES ETERROOF PARTIE 1 DONNEES TECHNIQUES GENERALES

SOUS-TOITURES ETERROOF PARTIE 1 DONNEES TECHNIQUES GENERALES 1 DONNEES GENERALES CONCERNANT LE PRODUIT GENERALITES Les fonctions de la sous-toiture sont : - Assurer temporairement l étanchéité de la toiture à la pluie - Evacuer l eau issue d infiltrations accidentelles

Plus en détail

FOAMGLAS L isolant thermique pour vos parois enterrées

FOAMGLAS L isolant thermique pour vos parois enterrées Application Info FOAMGLAS L isolant thermique pour vos parois enterrées www.foamglas.fr FOAMGLAS La sécurité et la performance thermique pour vos ouvrages enterrés La problématique de l isolation en parois

Plus en détail

Etanchéité à l air des bâtiments Un cas d étude

Etanchéité à l air des bâtiments Un cas d étude De juin 005 à mars 006, le CSTC a suivi pas à pas la construction d une nouvelle habitation dans laquelle les aspects de performance énergétique, tels l isolation thermique, l étanchéité à l air, la ventilation

Plus en détail

TERRASSES ACCESSIBLES Dallage sur lit de sable

TERRASSES ACCESSIBLES Dallage sur lit de sable TERRASSES ACCESSIBLES Dallage sur lit de sable 1. Support en béton 3. Première couche en DERBICOAT soudé ou collé à la DERBIBOND S 4. Deuxième couche en DERBIGUM SP3 soudé ou collé à la DERBIBOND S 5.

Plus en détail

Extraits de CCPT ISOPRE 2.0 Solution ISOPRE 2.0

Extraits de CCPT ISOPRE 2.0 Solution ISOPRE 2.0 Page 2 Pour faciliter la rédaction de vos CCTP, Spurgin met à votre disposition des extraits de CCTP liés spécifiquement aux solutions de l ISOPRE 2.0. Au-delà du gain de temps, ces éléments facilitent

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

POSER UN ISOLANT MINCE SUR TOITURE

POSER UN ISOLANT MINCE SUR TOITURE POSE TOITURE SUR CHEVRONS : Prévoir un vide d air d au moins 20 mm entre les voliges et l isolant. Prévoir aussi une bonne ventilation de la lame d air avec chatière, closoir et ouverture en bas de pente.

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION AVANTAGES. Possède une résistance thermique élevée Pare vapeur réfléchissant intégré Réduction des risques de moisissures

GUIDE D INSTALLATION AVANTAGES. Possède une résistance thermique élevée Pare vapeur réfléchissant intégré Réduction des risques de moisissures GUIDE D INSTALLATION AVANTAGES Possède une résistance thermique élevée Pare vapeur réfléchissant intégré Réduction des risques de moisissures Guide d installation ISOFOIL p. 2 de 5 DEVIS TECHNIQUE : Avis

Plus en détail

Pa c k e a u r é t e n t i o n d e s e a u x d e p l u i e

Pa c k e a u r é t e n t i o n d e s e a u x d e p l u i e Pa c k e a u r é t e n t i o n d e s e a u x d e p l u i e gamme polyester NOTICE DE POSE ET D ENTRETIEN http://www.sebico.com 1 Pa c k e a u r é t e n t i o n Entrée La Pack eau Rétention est étudiée

Plus en détail

Construction d un immeuble de bureaux le MARBOTTE à Dijon

Construction d un immeuble de bureaux le MARBOTTE à Dijon Construction d un immeuble de bureaux le MARBOTTE à Dijon Présentation L équipe Quelques chiffres Le scan des façades La préfabrication et qualité atelier Les solutions techniques Arbonis Les prototypes

Plus en détail

Soumission N 1 MACONNERIE FACADES ET MURS EN YTONG

Soumission N 1 MACONNERIE FACADES ET MURS EN YTONG Xella Béton Cellulaire Suisse SA Avenue des Sports 26 1401 Yverdon-les-Bains tél : 024 / 420 16 60 - fax : 024 / 420 16 61 www.ytong.ch e-mail : tec@xella.com Soumission N 1 Projet: 15-00 MACONNERIE FACADES

Plus en détail

Maçonnerie. Réalisation d ouvrages de maçonnerie. Préparer une intervention en maçonnerie

Maçonnerie. Réalisation d ouvrages de maçonnerie. Préparer une intervention en maçonnerie A Maçonnerie Réalisation d ouvrages de maçonnerie Préparer une intervention en maçonnerie Protéger les ouvrages existants et identifier les points singuliers (isolants, ) Préparer le site pour l'intervention

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Carnet de détails. Isolation Thermique par l Extérieur Système KEIM XPor

Carnet de détails. Isolation Thermique par l Extérieur Système KEIM XPor Carnet de détails Isolation Thermique par l Extérieur Système KEIM XPor Septembre 2013 Carnet de détails Sommaire F1 Généralités F1.1.1... 3 F1.2.1 Principe de fixation... 4 F1.3.1 Panneautage en rive

Plus en détail

Une construction pérenne Etanchéité au vent et sous-toiture pour une isolation thermique efficace

Une construction pérenne Etanchéité au vent et sous-toiture pour une isolation thermique efficace Une construction pérenne Etanchéité au vent et sous-toiture pour une isolation thermique efficace Sous-toiture Façade pro clima Konstruktionszeichnungen dessins techniques pro clima dessins techniques

Plus en détail

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Standard Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Notre gamme de produit à base de HDPE est de très haute qualité.

Plus en détail

des transferts de vapeur d eau :

des transferts de vapeur d eau : Des cas particuliers pour la gestion des transferts de vapeur d eau : - Toitures terrasses en bois - Opérations de réhabilitation avec le bois Julien Lamoulie Angers, le 25 Septembre 2013 Toitures terrasses

Plus en détail

4 systèmes en double couche de laine de roche à poser entre chevrons en combles aménagés.

4 systèmes en double couche de laine de roche à poser entre chevrons en combles aménagés. combles aménagés double couche NOUVEAU 4 systèmes en double couche de laine de roche à poser entre chevrons en combles aménagés. Système EXPERT DELTAROCK + ROCKPLUS Pour isoler tous les écarts entre chevrons

Plus en détail

Devis N 4 MACONNERIE EN YTONG PRIX INDICATIFS 2016

Devis N 4 MACONNERIE EN YTONG PRIX INDICATIFS 2016 Xella Béton Cellulaire Suisse SA Avenue des Sports 26 1401 Yverdon-les-Bains tél : 024 / 420 16 60 - fax : 024 / 420 16 61 www.xella.ch e-mail : tec@xella.com Devis N 4 Projet : 00-00 Conseiller Technique

Plus en détail

SOCOTEC. Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation. Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances

SOCOTEC. Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation. Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances SOCOTEC Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances David RETIERE / david.retiere@socotec.fr 31/05/2012 Sommaire

Plus en détail

CONFIGURATION TYPIQUE D UN SYSTÈME (EIFS)

CONFIGURATION TYPIQUE D UN SYSTÈME (EIFS) CONFIGURATION TYPIQUE D UN SYSTÈME (EIFS) Structure d acier ou de bois 1-a Structure d acier ou de bois Le système peut être fixé avec des attaches mécaniques (tel qu illustré) ou avec un adhésif (tel

Plus en détail

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni A suivre pour assurer une pose esthétique et de qualité Ce document définit les interfaces nécessaires

Plus en détail

Construire en CLT B S T R U C T U R E D E S C O U C H E S 4/2012

Construire en CLT B S T R U C T U R E D E S C O U C H E S 4/2012 B S T R U C T U R E D E S C O U C H E S 4/2012 Sommaire 1 MUR EXTÉRIEUR 1.1 Isolation en laine minérale 1.2 Isolation en fibres de bois douces 1.3 Isolation en cellulose 1.4 Isolation en polystyrène expansé

Plus en détail

TRIDEX EPDM CAHIERS DES CHARGES

TRIDEX EPDM CAHIERS DES CHARGES TRIDEX EPDM CAHIERS DES CHARGES 1. Tridex EPDM pour l encollage en colle à froid monocouche Le Tridex EPDM est une couche vulcanisée d éthylène, propylène, diène et monomère avec une impression tissée.

Plus en détail

LES SOUBASSEMENTS 03/2013. Knauf Périboard ULTRA 30 SE. Le complément idéal pour l isolation par l extérieur des façades et des murs enterrés

LES SOUBASSEMENTS 03/2013. Knauf Périboard ULTRA 30 SE. Le complément idéal pour l isolation par l extérieur des façades et des murs enterrés LES SOUBASSEMENTS 03/03 Knauf Périboard ULTRA 30 SE Le complément idéal pour l isolation par l extérieur des façades et des murs enterrés Knauf Périboard : pour quoi faire? Ce panneau s applique aux murs

Plus en détail

DELTA -THENE Étanchéité à froid de parois enterrées.

DELTA -THENE Étanchéité à froid de parois enterrées. DELTA protège les valeurs. Economise l énergie. Procure le confort. DELTA -THENE Étanchéité à froid de parois enterrées. Membrane autoadhésive en rouleau, pour une mise en œuvre rapide et efficace de l

Plus en détail

Centre Scientifique et Technique de la Construction. Les toitures vertes. O. Vandooren CSTC

Centre Scientifique et Technique de la Construction. Les toitures vertes. O. Vandooren CSTC Les toitures O. Vandooren CSTC Les toitures un concept pas vraiment nouveau Babylone VII e avant JC 2007 2 3 4 5 Une toiture verte est une toiture recouverte de végétation et des couches nécessaires au

Plus en détail

Principes de mise en œuvre

Principes de mise en œuvre Principes de mise en œuvre Chape hydraulique ou mortier de pose avec revêtement scellé Les isolants Knauf sont mis en œuvre conformément à la norme NF P 61-20. Ils sont posés de préférence en une seule

Plus en détail

Fiche du projet Menuiserie Bechoux

Fiche du projet Menuiserie Bechoux Fiche du projet Menuiserie Bechoux Portée métallique de 14 m sur 28 La menuiserie Bechoux était à la recherche d'un atelier de qualité. Elle nous a commandé un hall Sigma de 14 m de large, 28 m de long

Plus en détail

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7 S.P.A.N.C. Schémas de principe et de fonctionnement des différents dispositifs SOMMAIRE Schémas de principe et de fonctionnement A / Définition des filières d assainissement p 3 B / Fosse toutes eaux p

Plus en détail

stabilite uv 10 ANS COPROCEL Bardage pour le neuf et la rénovation Edition 01-10/12

stabilite uv 10 ANS COPROCEL Bardage pour le neuf et la rénovation Edition 01-10/12 GARANTIE stabilite uv 10 ANS COPROCEL Edition 01-10/12 Bardage pour le neuf et la rénovation - Clin structuré dans la masse, - Livrable en 3 coloris (ivoire, gris, beige), - Facile à mettre en oeuvre,

Plus en détail

Construction d'une maison en paille

Construction d'une maison en paille 09/03/2010 - Par Michel Berkowicz, Construction d'une maison en paille Construire une maison en maille c'est le projet d'une maison bioclimatique, solide et sûre, répondant aujourd'hui parfaitement aux

Plus en détail

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Session: Rénovation Clarisse Mees, Ir. Arch. CSTC - Division Energie et Bâtiment Clarisse.mees@bbri.be 1 er février 2012 1 Préambule: Qu est-ce que l étanchéité

Plus en détail

M. Gregory BOULEN responsable formation M. Arnaud MOUNIER artisan et formateur M. Antonin CHASTONAY enseignant au CPMB Plateforme EC-CO Réalisation d une maquettetest à destination des apprenants en maçonnerie

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Choix du site et du type de barrage

Choix du site et du type de barrage Avant Propos C HAPITRE I Choix du site et du type de barrage Rédigé par Jean-Pierre BECUE (SAFEGE) avec la participation de Gérard DEGOUTTE (ENGREF) et Danièle LAUTRIN (Cemagref) Les types de barrages

Plus en détail

générale à la mise en œuvre Introduction générale à la mise en œuvre

générale à la mise en œuvre Introduction générale à la mise en œuvre Béton cellulaire Ytong Béton cellulaire Ytong Introduction générale à la mise en œuvre Remarque : Ces données ont été publiées par. Nous donnons des conseils et informations au mieux de nos connaissances

Plus en détail

Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes

Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes Toitures vertes Solutions constructives, pathologie, interventions intégrées (isolation thermique et étanchéité) Jorge Lopes 23-25 janvier de 2013 Couches principaux d une toiture-terrasse traditionnelle

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE POSE &

INSTRUCTIONS DE POSE & 1/8 Généralités Durasid est un système complet de clins de bardage parfaitement adaptés pour l habillage de murs extérieurs de nouveaux ou d anciens bâtiments : ils sont idéals pour l installation sur

Plus en détail

Plafonds en plaques Gyplat à enduire

Plafonds en plaques Gyplat à enduire A04 Plafonds à enduire au plâtre Plafonds en plaques Gyplat à enduire Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions dont l état d avancement

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE POSE DURASID CLINS DE BARDAGE

INSTRUCTIONS DE POSE DURASID CLINS DE BARDAGE 01/2013 v1 1/6 Généralités Durasid est un système complet de clins de bardage parfaitement adaptés pour l habillage de murs extérieurs de nouveaux ou d anciens bâtiments : ils sont idéals pour l installation

Plus en détail

Guide d installation BLdext

Guide d installation BLdext Stockage et manutention - Les lames BLdext doivent être toujours stockées à plat, dans un endroit sec, sous un toit et hors du sol. Le portage des lames doit se faire par les extrémités. La température

Plus en détail

Les secrets d une bonne étanchéité à l air

Les secrets d une bonne étanchéité à l air Les secrets d une bonne étanchéité à l air 18/03/2014 Cycle énergie CCW-CSTC 18/03/2014 - Page 1 Partie 1: Généralités - Qu est-ce que l étanchéité à l air? - Intérêts à rendre un bâtiment étanche à l

Plus en détail

NOVIWOOD. Données techniques. plaques en fibres de bois

NOVIWOOD. Données techniques. plaques en fibres de bois Données techniques NOVIWOOD plaques en fibres de bois SVK nv - Aerschotstraat 114 - B-9100 Sint-Niklaas T +32 (0)3 760 49 00 - F +32 (0)3 777 47 84 info@svk.be - www.svk.be PLAQUES EN FIBRES DE BOIS NOVIWOOD

Plus en détail

Toiture terrasses. Par contre il faut entretenir les évcuation et faire un démoussage de temps en temps.

Toiture terrasses. Par contre il faut entretenir les évcuation et faire un démoussage de temps en temps. Toiture terrasses Toitures à pentes nul (0 et 1%) Toitures plates de 1 à 5%, visuellement plat! Représente 60% des immeubles Problème : risque de condensation --> très grande isolation de 20 cm - 25 cm

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

deltarock mb rock CONSEIL ROCKWOOL Isoler les planchers bois en sous-face

deltarock mb rock CONSEIL ROCKWOOL Isoler les planchers bois en sous-face deltarock ou MB ROCK DELTAROCK et MB ROCK sont des panneaux de laine de roche mono densité rigide utilisés pour l isolation thermique entre éléments de structure (solives, poutrelles ) avant la pose du

Plus en détail

Villa Aubry à Grimisuat Les condémines 1971 Grimisuat MAÎTRE DE L'OUVRAGE: Violaine et Alexandre Aubry. BF Architecture & technique du Bâtiment Sàrl

Villa Aubry à Grimisuat Les condémines 1971 Grimisuat MAÎTRE DE L'OUVRAGE: Violaine et Alexandre Aubry. BF Architecture & technique du Bâtiment Sàrl OBJET: Villa Aubry à Grimisuat Les condémines 1971 Grimisuat MAÎTRE DE L'OUVRAGE: Violaine et Alexandre Aubry MANDATAIRE: Route de Botyre 17 1966 Botyre (Ayent) BF Architecture & technique du Bâtiment

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques ROCKMUR KRAFT Panneau semi-rigide, revêtu d un pare-vapeur kraft polyéthylène. Le + produit : Large gamme d'épaisseurs, disponibles de 45 à 225 mm. Caractéristiques techniques DIPLÔMES acermi KEYMARK 02/015/025

Plus en détail

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande.

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande. Avril 0 Introduction La mise sur le marché d une plaque de Fermacell avec Liège répond à une demande croissante d isolation des murs extérieurs par l intérieur avec des produits durables et écologiques.

Plus en détail

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande.

La combinaison de ces deux produits répond parfaitement à cette demande. Avril 0 Introduction La mise sur le marché d une plaque de Fermacell avec Liège répond à une demande croissante d isolation des murs extérieurs par l intérieur avec des produits durables et écologiques.

Plus en détail

Cloison Plastbau, une solution aux multiples avantages

Cloison Plastbau, une solution aux multiples avantages Le système Plastbau comprend trois types d éléments : Plastbau-3 (mur), Plastbau hourdis (plancher) et les cloisons Plastbau. Celles-ci viennent ainsi compléter la gamme des produits composant le système

Plus en détail

Lanrivoaré (29) salle multifonctions et réhabilitation du complexe attenant Octobre 2011 Phase DCE LOT 08 PEINTURE page 1/5 IMPORTANT

Lanrivoaré (29) salle multifonctions et réhabilitation du complexe attenant Octobre 2011 Phase DCE LOT 08 PEINTURE page 1/5 IMPORTANT LOT 08 PEINTURE page 1/5 LOT 08 PEINTURE IMPORTANT LOT 00 : Les entrepreneurs doivent impérativement prendre connaissance des prescriptions communes (lot 00) ainsi que des autres lots. ETAT DES LIEUX :

Plus en détail

MANUFACTURIER DE BLOC DE BÉTON

MANUFACTURIER DE BLOC DE BÉTON FACTEURS DE SÉLECTION GRANULAT TRUE LITE Le granulat True Lite est, comme son nom l indique, un matériau réellement léger, une véritable innovation pour l industrie de la construction. True Lite est un

Plus en détail

Éléments préfabriqués de béton

Éléments préfabriqués de béton Éléments préfabriqués de béton DEVIS NORMALISÉ VILLE DE GATINEAU TABLEAU DES MODIFICATIONS / RÉVISIONS CAHIER : A Généralités 1. Les modifications ou révisions effectués dans le présent cahier, par rapport

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2012 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2012 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE SESSION 2012 Certificat d ptitude Professionnelle PLTRIER PLQUISTE Épreuve EP1 - Unité UP1 nalyse d une situation professionnelle DOSSIER TECHNIQUE Contenu du dossier Page de garde... DT 1 Plan de masse...

Plus en détail

Charpentes & Couvertures

Charpentes & Couvertures Charpentes & Couvertures Henri Renaud Deuxième édition 2010 Groupe Eyrolles, 2002, 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12756-0 Sommaire Charpentes traditionnelles en bois... 1 1. Rôles principaux...

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux 15/01/20 13 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be Post-isolation des murs creux Introduction et diagnostique préalable CCB-C 15/01/2013 Avec le support de la guidance technologique

Plus en détail

Prescriptions de Mise en Oeuvre

Prescriptions de Mise en Oeuvre PMEO module de stockage d'eau pluviale ble ôla ntr Co le ab pil Em M Bassins de rétention le lab u od / d'infiltration - Puits perdus - Réserves incendie Prescriptions de Mise en Oeuvre Fabriqué en France

Plus en détail

Isoler toits, murs et sols existants

Isoler toits, murs et sols existants Isoler toits, murs et sols existants Bien isoler, c est d abord bien choisir le matériau qui servira d isolant. Et surtout qu il soit de préférence écologique. Face aux exigences ministérielles qui se

Plus en détail

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE CONTENU 1. APPLICATIONS 03 2. TECHNIQUE DE POSE 04 2.1. GENERALITES 2.1.1. IMPERMÉABILITÉ À L EAU ET À L AIR 04 2.1.2. RESPECT DE LAME D AIR 04 2.1.3. L ÉCRASEMENT

Plus en détail