Arthrites réactionnelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Arthrites réactionnelles"

Transcription

1 Arthrites réactionnelles Généralités Définition des arthrites réactionnelles (ARé) Arthrites stériles, survenant dans le mois qui suit une infection déclenchante, siégeant à distance de l articulation L infection déclenchante, bactérienne touche la muqueuse intestinale ou uréthrale Délai entre épisode infectieux et manifestations inflammatoires : maximum un mois. ARé et spondylarthropathie (SPA) Les ARé font partie des SPA: même présentation clinique même terrain génétique prédisposant : HLA-B27 Par conséquent sont exclus du cadre des ARé Les rhumatismes inflammatoires aseptiques, survenant aussi dans un contexte infectieux mais de présentation clinique et de mécanisme distincts des SPA Ce sont : rhumatisme poststreptococcique, rhumatisme post ménongococcique, arthrites dans le cadre des endocardites, RAA

2 Les agents infectieux responsables des ARé Porte d entrée uréthrale: uréthrites non gonococciques Chlamydia trachomatis, 50% de ces uréthrites Prédominance masculine Surestimée probablement présence dans les voies génitales souvent asymptomatique Coinfection avec gonocoque (30%) Uréaplasma uréalyticum Responsable également d uréthrites, son rôle dans la survenue de ARé n est pas établi.

3 Les agents infectieux responsables des ARé Porte d entrée intestinale: bactéries entéroinvasives Yersinia pseudotuberculosis et enterocolitica. Contage alimentaire, surtout porc cru Troubles digestifs aigus variés: douleurs abdominales, diarrhée, fièvre infection à Yersinia aussi responsable : d arthrites aiguës septiques par dissémination hématogène d érythème noueux avec arthrites stériles La présentation et les mécanismes sont différents de ceux des ARé Shigella, responsables de syndromes dysentériques Shigella dysenteriae et surtout flexneri Shigella sonnei exceptionnellement Salmonella enteritidis et typhimurium Campylobacter jejuni

4 Les agents infectieux responsables des ARé Cas particuliers: D autres germes ont été incriminés, de façon isolée Parasites intestinaux (giardiases, taenias, amibes, ) Vaccination (salmonelles, BCGthérapie intravésicale anticancéreuse D autres bactéries (Clostridium difficile, )

5 Données épidémiologiques Prévalence Faible, en régression dans les pays occidentaux depuis 20 ans Fréquence des ARé recensées lors d infections digestives Salmonella ou Shigella : 2 à 3% Yersiniose : > 30% Sex ratio: Proche de 1 pour les ARé post-entéritiques 10 hommes/1femme pour les ARé post-uréthrites Âge moyen 20 à 30 ans, mais décrites à tout âge Pays d Afrique Noire: ARé exceptionnelles jusqu à l épidémie par le VIH Fréquence des SPA chez les Noirs infectés par le VIH : x10, Majorité de tableaux d ARé HLA B27 négatif

6 Présentation clinique Le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter La forme la plus complète des ARé Associe des signes cutanéomuqueux des manifestations rhumatismales : triade oculo-uréthro-synoviale et des signes généraux (fièvre, altération de l état général) Atteinte inflammatoire rhumatismale, souvent bruyante : Arthrites périphériques Ténosynovites et enthésiopathies périphériques, la dactylite surtout des orteils Atteinte axiale pelvirachirienne (30 à 50% des cas)

7 Syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter Les manifestations extrarhumatismales du FLR Diarrhée, parfois après porte d entrée uréthrale. Uréthrite, fréquente après infection digestive (jusqu à 70%). Atteinte oculaire: conjonctivite (50%), uvéite antérieure (10%). Atteinte cutanée: kératodermie blennorragique de Vidal et Jacquet, paumes des main et plantes des pieds «clous de tapissier».

8 Syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter Atteinte hyperkératosique jaunâtre des ongles. Lésions indolores des muqueuses (caractéristiques histologiques du psorisis) Gland : balanite circinée Muqueuse buccale: ulcérations, plaques érythémateuses sur le palais, gencives, langue ou le voile Manifestations plus rares: troubles de la conduction cardiaque, insuffisance aortique

9 Présentation clinique Formes incomplètes ou atypiques Arthrites survenant à l occasion d un épisode infectieux Mono-, oligo- voir polyarthrite fébrile nue Arthrites aigues associées à certains symptômes du FLR Présence d une diarrhée (doit orienter vers une origine postentéritique) Atteinte cardiaque (comme dans toute SPA)» Troubles de la conduction (BAV 1er surtout), myoc ardite, IA, péricardite Tableau typique d ARé, mais Sans infection déclenchante retrouvée: manifestations aiguës d une SPA, sans lien de causalité avec un germe?

10 Diagnostic positif 3 conditions théoriquement nécessaires : Tableau clinique évocateur infection muqueuse déclenchante (uréthrite ou entérite) mise en évidence obligatoire d un germe compatible En fait, ces conditions sont rarement réunies D où élaboration de classifications et/ou critères diagnostiques En réalité pas vraiment satisfaisants Les critères de Wilkens sont les plus simples et les plus utilisés Syndrome de Reiter = tout épisode d arthrite périphérique d une durée supérieure à un mois associé à une uréthrite ou à une cervicite, mais: critères très larges car permettent un diagnostic d ARé sans infection déclenchante retrouvée En fait les ARé font partie des SPA: elles remplissent les critères de classification des SPA

11 Diagnostic positif en pratique: Anamnèse: à rechercher +++ Contage sexuel, symptomatologie uro-génitale Une diarrhée, parfois fruste,1 à 3 semaines avant le début des signes articulaires Des fessalgies, des entésopathies : valeur d orientation Biologie: Syndrome inflammatoire biologique inconstant Parfois très intense à la phase aiguë initiale, mais pas de spécificité Eléments négatifs +++: absence de signes dysimmunitaires (FR, ACAN, Anti CCP, ANCA.) ECBU: pyurie aseptique Liquide articulaire: anomalies non spécifiques, Réaction cellulaire, parfois très intense jusqu à élts/mm3 À prédominance PNN

12 Diagnostic positif Intérêt ponction articulaire : Recherche de germes et microcristaux surtout en cas de mono-ou oligoarthrite aiguë Biopsie synoviale (en cas de monoarthrite): inflammation aspécifique Recherche du HLA B27 : Fréquence en cas d ARé 60 % en cas d ARé post-chlamydienne 70 à 80 % en cas d ARé succédant à une infection digestive (contre 7,5% dans la population générale caucasienne) Sa recherche isolée se justifie dans les formes incomplètes d ARé En particulier lorsque les critères de SPA ne sont pas remplis (cf classification)

13 Bilan radiologique Standard: Au début: normales ou ostéopénie en juxtaarticulaire Une sacro-iliite radiologique (5 à 10 % des cas) dès les premiers symptômes. Au cours de l évolution: Possibles zones d érosion en regard de zones d arthrites Ossification au niveau calcanéum, rotule, tubérosités tibiales ou ischiatiques Une sacro-iliite radiologique survient dans 70% des cas

14 Bilan radiologique IRM: Mise en évidence de foyers inflammatoires enthésites et oedèmes autour des enthèses sur les enthèses périphériques que axiales Echo-doppler puissance: Analyse anatomique des enthèses visualisation de lésions de petite taille de ces structures repérage d une hypervascularisation locale reflétant l inflammation Intérêt de ces deux examens: Diagnostic d enthésite périphérique Bilan lésionnel

15 Recherche bactériologique Objectif: rattacher l ARé à un agent infectieux compatible avec ce diagnostic La preuve bactériologique permet de porter avec certitude le diagnostic d ARé acquise d autant plus facilement que le patient est vu tôt après l épisode d uréthrite ou gastro-intestinal. Souvent absente lors de l installation des manifestations réactionnelles,

16 Bactériologie Porte d entrée génitale En cas d arthrite d étiologie indéterminée, ->réalisation systématique de test diagnostics appropriés à la recherche de chlamydiae car: Portage asymptomatique uréthral ou vaginal très fréquent Conséquences thérapeutiques Ecouvillonnage : Très bonne sensibilité et spécificité Mais germe fragile techniques délicates Détection de l ADN bactérien par amplification génique (PCR) Technique bactériologique de référence Sensibilité > 95 % (supérieure à la culture) Spécificité proche de 100 % FACILE à réaliser: culot cellulaire des 1ères urines du matin Tests sérologiques: Mise en évidence (IF ou IE) d IgM ou IgA Sensibilité 63%, spécificité 81% Faux négatifs ++ Actuellement intérêt secondaire pour le diagnostic d infection urogénitale à chlamydiae

17 Bactériologie Porte d entrée digestive Diagnostic bactériologique Coprocultures, positives en début de diarrhée, Habituellement négatives lors de l installation de signes réactionnels Diagnostic sérologique des entérobactéries Délicat, car nombreuses réactions croisées entre espèces voisines sensibilité et spécificité insuffisantes interprétation prudente, quelles soient positives ou négatives Mais seule façon pratique de rattacher un tableau clinique d ARé à une infection récente par une entérobactérie En cas de suspicion d une ARé secondaire à une gastroentérite sporadique, la sérologie à titre systématique n est pas indiquée;

18 Bactériologie Sérologie VIH Association non fortuite entre ARé et infection par le VIH, ARé est souvent révélatrice de l infection par le VIH

19 Evolution Evolution immédiate Rémission spontanée Décroissance lente sur 4 à 5 mois Parfois supérieure jusqu à 12 mois D autant plus lente que manifestations inflammatoires initiales ont été intenses La présence de HLA-B27 prédispose non seulement à la survenue des symptômes, mais également à la sévérité et à la persistance prolongée des symptômes Evolution secondaire chez 20 à 50 % Manifestations chroniques ou récidivantes Arthrites ou uréthrites Spondylarhrite ankylosante typique (10 à 20%)

20 Lien entre ARé et spondylarthrite ankylosante Les deux entités ont été réunies dans les groupe des SPA Manifestation cliniques communes Formes mixtes: ARé compliquant une Spa ankylosante Spa ankylosante ayant précédé un premier épisode d ARé Terrain génétique prédisposant commun: HLA B27 Classiquement : les ARé et la Spa ankylosante sont deux affections distinctes, survenant sur un terrain génétique similaire Mais : ressemblance étonnante études de formes familiales de SPA, montrant la coségrégation des différentes manifestations articulaires et extra-articulaires de SPA au sein des familles Pour certains auteurs: Il paraît plus probable qu ARé et Spa ankylosante correspondent à différents modes de présentation et/ou stades évolutifs d une même maladie.

21 PHYSIOPATHOLOGIE Uniquement des hypothèses multiples Persistance anormale d Ag bactérien dans l articulation Mise en évidence d Ag bactérien dans le liquide articulaire et la membrane synoviale Ex: ag lipopolysaccharidiques de salmonella, Yersinia, Shigella Causes? Altération du processus d élimination bactérienne? Réponse humorale Réponse anticorps spécifique (IgA surtout) exagérée Persistance prolongée de la bactérie au sein des muqueuses? Ou réponse inflammatoire dominée par la production de TGF-β? Réponse lymphocytaire T Prolifération intense des LT CD4+ spécifiques dans l articulation Présence de clones T CD8+ spécifiques (et restreints par le HLA B27) Dans l articulation Dans le sang Présentation anormale des Ag bactériens aux LT par les cellules dendritiques et macrophages dans l articulation

22 PHYSIOPATHOLOGIE : Rôle du HLA-B27 Variant normal du gène HLA-B Dans le cas d une ARé, rôle perturbateur de la réponse immunitaire vis-à-vis des bactéries? Données cliniques HLA-27: multiplie X12 le risque de faire une ARé à chlamydiae multiplie X 50 le risque de faire une ARé à entérobactéries n augmente pas le risque de salmonellose, et n entrave pas l élimination de la bactérie prédispose à la survenue, la sévérité et la durée prolongée des symptômes articulaires Semble donc exagérer la réponse inflammatoire

23 PHYSIOPATHOLOGIE : Rôle du HLA-B27 Modèles animaux Rats transgéniques pour HLA-B27 Elevage en conditions standards Reproduction spontanée de toutes les manifestation des SPA Elevage en isolateur stérile Absence d inflammation intestinale et d arthrites Rôle déclenchant de la flore bactérienne

24 PHYSIOPATHOLOGIE : Rôle du HLA-B27 Hypothèses Peptide arthritogène Les peptides susceptibles d être présentés par le HLA-B27 ont des caractéristiques particulières: Ex: présence d une arginine au site d ancrage du peptide à la molécule HLA-B27 : motif très répandu dans le monde bactérien Réaction croisée des LT CD8+ vis-à-vis de peptides bactériens présentés par le HLA B27 et d autoantigènes des tissus cibles

25 PHYSIOPATHOLOGIE : Rôle du HLA-B27 Mimétisme moléculaire Séquence communes entre HLA-B27 et entérobactéries réponse immunitaire contre l Ag bactérien et contre le HLA-B27 Perturbation des défenses anti-bactériennes Diminution de la réponse des LT spécifiques par le HLA-B27 : L existence de séquences communes entre Ag bactérien et HLA-B27 entraînerait plutôt une délétion de cette réponse en raison de sa nature auto-réactive. Perturbation du fonctionnement cellulaire? par anomalie du trafic intracellulaire propres à la molécule HLA-B27

26 Physiopathologie Hypothèses Persistance anormalement prolongée de l ag bactérien déclenchant Transport anormal d ag bactériens vers le site de la réponse inflammatoire Anomalies de la présentation des ag bactériens par les cellules dendritiques dans les tissus cibles Activation anormale des LT pathogènes (CD4+, CD8+) Migration anormale des LT pathogènes vers l organe cible Anomalie de la durée de la réponse immunitaire dans l organe cible

27 Diagnostic différentiel Limites nosologiques Autres rhumatismes inflammatoires stériles dont le mécanisme et le terrain génétique sont distincts Poussées aiguës de SPA, dont la présentation est comparable aux ARé, mais dont la preuve bactériologique n est pas apportée. Arthrites septiques Germes banals Surtout en cas de monoarthrite aiguë Mycobactéries Isolement (culture,pcr) liquide articulaire et synoviale Polyarthrite rhumatoïde, lupus Une atteinte oligoarticulaire asymétrique inflammatoire peut constituer le début de ces affections

28 Diagnostic différentiel Maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi) Arthrite de la phase 2 de la maladie: Mono- ou oligoarthrite touchant toujours le genou À évoquer systématiquement devant un tableau d ARé Anamnèse: Habitat ou activités en milieu rural Séjour en zone d endémie notion de morsure de tique Erythème migrans chronique Sérologie (ELISA puis Western Blot) Si doute: PCR sur liquide articulaire ou biopsie synoviale

29 Diagnostic différentiel Maladie de Whipple (Tropheryma whipplei) Affection rare, plutôt l homme entre ans HLA-B27 semble favoriser cette maladie Maladie polyviscérale, sans atteinte digestive dans 15 % des cas Fièvre Arthralgies, ou oligoarthrites migratrices, proches d une ARé, souvent inaugurales Atteinte inflammatoire possible du rachis et des sacroiliaques Atteinte digestive plus tardive: Diarrhée chronique, douleurs abdominales Perte de poids par malabsorption Adénopathie mésentériques ou périphériques, Cette phase digestive peut être précédée par d autres atteintes: lésions cérébrales (troubles psychiatriques, cognitifs, troubles de l oculomotricité, myoclonies ) cardiaques pulmonaire

30 Diagnostic différentiel Diagnostic: Bactérie non cultivable biopsies duodénales, liquides de ponctions, adénopathie Immunohistochimie (anticorps monoclonaux de lapin anti T.w) Identification de la bactérie par PCR: Amélioration clinique en quelques semaines sous antibiotiques appropriés

31 Diagnostic différentiel Maladie de Behçet Atteinte rhumatismale caractérisée par Arthralgies et/ou oligoarthrites inflammatoires Généralement fixes Prédominant aux membres inférieurs (genoux, chevilles Sacro-iliite (5 à 34%) Atteinte des petites articulations et des mains : rare Evolution récidivante et asymétrique Radiogaphies normales ou discrètes érosions ostéocartilagineuses Liquide articulaire Inflammatoire riche en polynucléaires

32 Diagnostic différentiel Caractéristiques spécifiques Aphtose douloureuse et typiquement bipolaire Pseudofolliculite Hyperréactivité cutanée (pathergy test) Uvéite, prédominant au pôle postérieure souvent accompagnée d une vascularite rétinienne occlusive ou nécrosante Atteinte vasculaire très diverse, artérielle et surtout veineuse,» dont thromboses veineuses récidivantes, profondes et superficielles, fugaces et migratrices (des membres supérieurs). Forte association avec HLA-B51

33 Diagnostic différentiel Arthrites des entérocolopathies inflammatoires Présentation clinique très proche des ARé Évoque ARé à porte d entrée digestive Diagnostic: Chronicité de l atteinte digestive Iléocolonoscopie biopsies iléo-coliques caractéristiques Absence de l un des germes déclenchant habituels

34 Diagnostic différentiel Sarcoïdose Manifestations articulaires fréquentes 10 à 35% des cas Oligo- ou Polyarthrites aigües Inaugurales Chevilles ++, coudes, poignets volontiers symétriques Sacro-iliite, Volontiers unilatérale Érosion et ostéosclérose de la partie moyenne de la berge iliaque Ténosynovite Dactylite Uvéite antérieure Granulomateuse Diagnostic Radio du thorax Histologie de la synoviale

35 Traitement des arthrites réactionnelles Antibiotiques: inefficaces tant sur la sévérité des symtômes articulaires et extraarticulaires que sur la prévention des poussées ultérieures SAUF : ARé à Chlamydiae Indication pour le traitement de l uréthrite voir la cercivite chez la femme

36 Traitement Traitement des manifestations inflammatoires (superposable à celui des SPA) AINS Traitement de choix de première intention Si efficacité rapide devant arthrite aiguë, argument en faveur diagnostic de SPA (cf critères) Si symptomatologie très intense: AINS puissants forte dose Couvrir le nycthémère (ex: Diclofénac, Ibuprofène, Kétoprofène, Naproxène, Etodolac, Flurbiprofène, Méloxicam, Piroxicam,..)

37 Traitement Corticothérapie Par voie générale: Efficacité décevante Traitement de seconde ligne Même en cas d efficacité: Posologie très modérée, rapidement < 10 mg/j Pour une courte durée En traitement local Efficacité remarquable et durable Formes retard (hexacétonide de triamcinolone (Hexatrione ) Infiltration au site de l inflammation: cavité articulaire, bourses séreuses, enthèses) Indication: complément thérapeutique pour les sites imparfaitement controlés par un traitement général, par ailleurs efficace La corticothérapie locale est indiquée également dans les manifestations oculaires (collyres, injection périorbitaires)

38 Traitement Traitement de fond Indication: évolution prolongée au-delà de 3 mois, sans tendance à l amélioration Sulfasalazine ( Salazopyrine ) Efficace surtout sur les arthrites périphériques Poso progressive: 2 à 3 g/j (moindre en cas d insuffisance rénale ou hépatique) Délai d efficacité 2 à 4 mois Durée?, habituellement environ 2 ans après disparition de la symptomatologie Effets secondaires, Le plus souvent mineurs Parfois sévères: hépatite, pneumopathie grave à éosinophiles, alvéolite fibrosante ACAN, Anti-ADN et exceptionnels lupus induit Contre-indication: déficit en G6 PD, hypersensibilité aux sulfamides et salicylés)

39 Traitement Methotrexate 7,5 à 20 mg/semaine (per os, IM, sous-cutané) Tératogène, grossesse normale possible 3 mois après arrêt du traitement Sels d Or (Allochrysine, Ridauran ) Même posologie et shéma thérapeutique que dans la PR Le MTX et les Sels d or Efficacité médiocre Peu d études

40 Traitement Biothérapies Agents biologiques bloquant le TNF-α: Infliximab: anticorps chimérique anti-tnf-α Adalimumab: anticorps monoclonal humanisé anti-tnf-α Etanercept: récepteur soluble du TNF-α, Indication: formes prolongées et sévères, sans tendance à l amélioration: Après 2 AINS au moins Après échec ou intolérance ou contre-indication à la Sulfasalazine Efficacité Excellente Sur les manifestations Axiales périphériques Rémissions complètes dans les formes sévères, très inflammatoires Délais: quelques jours à quelques semaines

41 Conclusion Les arthrites réactionnelles Caractérisées par Leur mécanisme de survenue au décours d une infection déclenchante Leur terrain génétique, HLA-B27 Elles font partie des spondylarthropathies Le diagnostic nécessite la mise en évidence de l infection déclenchante Traitement AINS: première intention Sulfasalazine: traitement de fond Anti-TNF-α : en cas d échec

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES Introduction Regroupement de certaines maladies justifié par : - des ATCD familiaux communs - une association à l Ag HLAB27 - des similitudes cliniques et évolutives

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante 39 Item 282 Spondylarthrite ankylosante Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Item 282 : Spondylarthrite ankylosante

Item 282 : Spondylarthrite ankylosante Item 282 : Spondylarthrite ankylosante COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Concept de spondylarthropathie...5

Plus en détail

www.pediatric-rheumathology.printo.it

www.pediatric-rheumathology.printo.it www.pediatric-rheumathology.printo.it RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU ET ARTHRITE REACTIVE POST SREPTOCOCCIQUE : LE RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU (RAA) De quoi s agit-il? Tout d abord, il faut insister sur le

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR)

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Cours du mardi 24 novembre 2009 IFSI 2 ième année Module Rhumato - Orthopédie V. SERVANT Interne en pharmacie Généralités - 1 PR = rhumatisme

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Biothérapie. Damien LOEUILLE

Biothérapie. Damien LOEUILLE Biothérapie Damien LOEUILLE PU-PH Rhumatologie Service de Rhumatologie du CHU Brabois Metz 2 février 2008 Quel est la place des biothérapies dans la prise en charge thérapeutique PR? Faut il réaliser un

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

LA CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE. DR Hosni BEN FREDJ

LA CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE. DR Hosni BEN FREDJ LA CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE DR Hosni BEN FREDJ Introduction - Définition arthropathie métabolique :microcristalline dépôt de microcristaux : pyrophosphate de calcium dihydraté (PPCD): cartilage,fibrocartilage,

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Les examens sérologiques microbiologiques dans le diagnostic des arthropathies inflammatoires : quelles sérologies? Comment les interpréter?

Les examens sérologiques microbiologiques dans le diagnostic des arthropathies inflammatoires : quelles sérologies? Comment les interpréter? Les examens sérologiques microbiologiques dans le diagnostic des arthropathies inflammatoires : quelles sérologies? Comment les interpréter? J. Sibilia* * Service de rhumatologie, CHU de Strasbourg. 14

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Maladie de Lyme. Pr Alain Gervaix

Maladie de Lyme. Pr Alain Gervaix Pr Alain Gervaix Historique: 1883 A Buchwald décrit une maladie de la peau suggestive de l acrodermatite chronique atrophiante 1919 A Afzelius décrit une lésion dermatologique en forme d anneau suivant

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000 Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Maladie de Lyme Ce qu il faut faire et ne pas faire Pierre Abgueguen Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Janvier

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Les douleurs articulaires dans la pratique

Les douleurs articulaires dans la pratique ARTICLE DE REVUE 618 Orientations pour réaliser un bilan judicieux Les douleurs articulaires dans la pratique Diego Kyburz Rheumatologie, Universitätsspital Basel Les douleurs articulaires font partie

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Emmanuelle Vignot Hôpital Edouard Herriot, Lyon Unité Inserm UMR1033 Lyon emmanuelle.vignot@chu-lyon.fr Arthrite septique (1) 1/ Monoarthrite :

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2004 - Item 101 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 101 : MALADIES D'INOCULATION OBJECTIFS TERMINAUX I. Identifier les situations à risques de pathologie d inoculation II. Diagnostiquer

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Arthrite juvénile idiopathique Protocole national de diagnostic et de soins Juillet 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Épidémiologie du rhumatisme psoriasique...2 3 Signes cliniques...3 3. 1 Présentation clinique habituelle

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

Titre Epidémiologie clinique Polyarthrite rhumatoïde Spondylarthropathie Maladies systémiques Pathologies microcristallines Pathologies infectieuses

Titre Epidémiologie clinique Polyarthrite rhumatoïde Spondylarthropathie Maladies systémiques Pathologies microcristallines Pathologies infectieuses UV Titre Pages 1 Epidémiologie clinique... 2 Polyarthrite rhumatoïde... 3 Spondylarthropathie... 4 Maladies systémiques... 5 Pathologies microcristallines... 6 Pathologies infectieuses... 7 Ostéoporose...

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005)

Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Diarrhée aiguë du nourrisson (194a) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Objectifs : Objectifs pédagogiques terminaux : diagnostiquer une diarrhée aiguë devant une diarrhée

Plus en détail

JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα

JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα Voilà maintenant deux ans que l Observatoire RATIO recense les cas d infections

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Section D : Système musculosquelettique

Section D : Système musculosquelettique D D01. Ostéomyélite RX Indiqué [C] d La radiographie est indiquée pour l examen initial. 0 L est une excellente modalité d imagerie pour évaluer l ostéomyélite et les anomalies connexes des tissus mous,

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

La prise en charge de votre spondylarthrite

La prise en charge de votre spondylarthrite G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre spondylarthrite Vivre avec une spondylarthrite Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis ! " #$%&

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis !  #$%& Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! " #$%& "' Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Biothérapies en rhumatologie. Elisabeth Solau-Gervais PH en rhumatologie à Lille

Biothérapies en rhumatologie. Elisabeth Solau-Gervais PH en rhumatologie à Lille Biothérapies en rhumatologie Elisabeth Solau-Gervais PH en rhumatologie à Lille Dans quelles pathologies utilisent -on les biothérapies? Polyarthrite rhumatoïde Spondylarthrite ankylosante Rhumatisme psoriasique

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

INFECTIONS DERMATOLOGIQUES CAS CLINIQUE

INFECTIONS DERMATOLOGIQUES CAS CLINIQUE INFECTIONS DERMATOLOGIQUES CAS CLINIQUE HISTOIRE Un homme de 52 ans vient vous consulter car il s est aperçu le matin même de la présence d une tique au niveau de la cuisse. Il s agit d un grand ramasseur

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Nathalie Quiles Tsimaratos Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Les formes cliniques cutanées En plaques : dermatose érythématosquameuse

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans

rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Polyarthrite rhumatoïde DES de Biologie médicale Cours d immunologie 2012-2013 Vincent Elsermans Plan Notions cliniques Démarche diagnostique Les facteurs rhumatoïdes : techniques, performances Les anticorps

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris

Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage. Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris Conduite à tenir devant des troubles digestifs au retour du voyage Laurent Beaugerie Hôpital Saint-Antoine, Paris Troubles digestifs au retour de voyage Diarrhée (> 2 selles/j de consistance anormale)

Plus en détail

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites

Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Diagnostic, prise en charge thérapeutique et suivi des spondylarthrites RECOMMANDATIONS Décembre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE

RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L ADULTE : diagnostic et prise en charge initiale par le généraliste. DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica,

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

ANDRIANJAFISON Francia

ANDRIANJAFISON Francia ANDRIANJAFISON Francia PLACE DE LA CORTICOTHERAPIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES : REALITES ET PERSPECTIVES A ANTANANARIVO Thèse de Doctorat en Médecine 2 UNIVERSITE

Plus en détail

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner Définition Le Psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse chronique Formes cliniques et traitement épidémiologie Physio-Pathologie 1.5 a 6.5% Ratio homme : femme = 1:1 Association statistique Psoriasis

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française.

Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Revue du rhumatisme 80 (2013) 459 466 Conseils d utilisation des traitements anti-tnf et recommandations nationales de bonne pratique labellisées par la Haute Autorité de santé française. Vincent Goëba,,

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail