PRÉVALENCE DE L USAGE PROBLÉMATIQUE DE DROGUES EN FRANCE - ESTIMATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉVALENCE DE L USAGE PROBLÉMATIQUE DE DROGUES EN FRANCE - ESTIMATIONS 2006 -"

Transcription

1 F O C U S Consommations et conséquences PRÉVALENCE DE L USAGE PROBLÉMATIQUE DE DROGUES EN FRANCE - ESTIMATIONS Jean-Michel Costes Laure Vaissade Emanuella Colasante * Christophe Palle Stéphane Legleye Eric Janssen Abdalla Toufik Agnès Cadet-Taïrou * Consiglio Nazionale delle Ricerche, Instituto di Fisiologia Clinica, Rome, Italie Juin 2009

2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 MATÉRIELS ET MÉTHODES 4 RÉSULTATS 9 DISCUSSION 17 CONCLUSION 25 BIBLIOGRAPHIE 27 2

3 INTRODUCTION Depuis plus de 10 ans, l Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) s efforce de fournir des estimations nationales comparables de la prévalence des usages de drogues les plus problématiques qui ne peuvent être mesurés par des enquêtes classiques. Cette information est en effet utile pour évaluer les besoins en matière de traitement et offre une base réaliste pour estimer les coûts sociaux des problèmes de drogues [1]. Depuis 2005, tous les pays sont en mesure de produire une estimation de la prévalence nationale de l usage problématique de drogues (PDU) selon la définition et les lignes directrices méthodologiques établies par l OEDT («la consommation de drogues injectables ou de longue durée / utilisation régulière d opioïdes, de cocaïne et / ou d amphétamines») [2]. Beaucoup de ces estimations sont fondées sur les résultats de plusieurs méthodes d estimation, ce qui ajoute à leur comparabilité et leur fiabilité. Les données les plus récentes sont disponibles dans le rapport annuel de l OEDT [3]. Concernant la France il s agit ici de fournir une nouvelle estimation faisant suite à celles précédemment établies en 1995 et 1999 [4-6]. Ce travail proposera également une estimation du nombre d usagers réguliers d héroïne et d usagers de drogues par voie intraveineuse. L ensemble de ces résultats sont présentés après un examen détaillé des différentes sources d informations et des méthodes utilisées. 3

4 MATÉRIELS ET MÉTHODES Le protocole européen [2] précise la population ciblée par l estimation (groupe cible) et détaille les sources d informations potentiellement utilisables pour l estimation et les différentes méthodes utilisables. Il recommande d appliquer le maximum de méthodes afin de pouvoir confronter leurs résultats. L OBJET DE L ESTIMATION (GROUPE CIBLE) La définition opérationnelle retenue par l OEDT pour «usager problématique de drogues» est la suivante : usager de drogues par voie intraveineuse ou usager régulier d opiacés, cocaïne ou amphétamines durant l année passée pour le groupe d âge de ans. LES SOURCES DE DONNÉES UTILISÉES Six sources de données distinctes sont mises en œuvre ; elles sont successivement présentées. ILIAD Indicateurs locaux pour l information sur les addictions La base ILIAD regroupe les principaux indicateurs disponibles aux niveaux départemental et régional, dans le domaine des addictions et dépendances aux substances licites (alcool, tabac) et illicites (cannabis, héroïne, cocaïne), depuis 1997, pour la France métropolitaine, et depuis 2006 pour les départements d outre mer (DOM). Cette base conçue et administrée par l OFDT est en accès libre sur son site internet [7]. 4

5 Rapport d activité des CSST Depuis 1998, les centres spécialisés de soins aux toxicomanes (CSST) remplissent chaque année un rapport d activité type envoyé à la Direction départementale de l action sanitaire et sociale (DDASS). Ces rapports sont ensuite adressés à la Direction Générale de la Santé (DGS) qui en assure l exploitation avec l aide de l OFDT. L objectif de ce recueil est de suivre l activité des structures ainsi que le nombre et les caractéristiques des consultants accueillis. Les données épidémiologiques exploitées par l OFDT sont des données agrégées par structure. Un nouveau rapport d activité, commun aux CSST et aux centres de cure ambulatoire en alcoologie (CCAA) a été introduit pour les données de l année En 2005, 191 rapports de CSST ambulatoires ont pu être intégrés dans la base de données, ce qui correspond à un taux de couverture de 92 %. Les deux tiers des structures relèvent du secteur associatif et le tiers restant du secteur public, essentiellement hospitalier. Les CSST ont accueilli 540 personnes (y compris famille et entourage) en moyenne par structure en 2005, dont 450 patients consommateurs actuels ou passés de substances psychoactives. La file active totale de l ensemble des CSST peut être évaluée à environ patients. Ce chiffre est une estimation en cumulant les réponses des structures ayant répondu et en attribuant à celles ne l ayant pas fait la dernière file active connue. Ce chiffre comprend un certain nombre de doubles comptes. La proportion de double comptes est évaluée à moins de 5 %. Parmi les patients accueillis en 2005, environ la moitié (49 %) était reçue pour la première fois dans la structure [8]. FNAILS : Fichier national des auteurs d infractions à la législation sur les stupéfiants Toutes les procédures d infraction à la législation sur les stupéfiants établies par les services de police et de gendarmerie de France (DOM compris) sont enregistrées dans le Fichier national des auteurs d infractions à la législation sur les stupéfiants (FNAILS), sauf les infractions constatées par les services des douanes n ayant pas fait l objet d un procès-verbal. Le FNAILS contient des informations relatives aux interpellations (détaillées en usage simple, usage-revente, trafic local, trafic international) et aux saisies. Le produit mentionné est «la drogue dominante», c est-à-dire celle principalement consommée par l usager ou détenue en plus grande quantité par le trafiquant. Lorsque cette règle ne peut pas s appliquer, c est la substance la plus «dure» qui est retenue. Cette source de données est gérée par l Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) [9, 10]. Elle change de dénomination en 2007 et devient Outil et système d informations relatives aux infractions sur les stupéfiants (OSIRIS). 5

6 SIAMOIS : Système d information sur l accessibilité au matériel officinal d injection et à la substitution Le Système d information sur l accessibilité au matériel officinal d injection et à la substitution, initié par la Direction générale de la santé (DGS) et développé par l Institut de veille sanitaire (InVS), a été conçu en 1996 pour suivre les tendances en matière d accès au matériel d injection stérile disponible dans les pharmacies et aux médicaments de substitution. Ces données sont transmises par le Groupement pour la réalisation et l élaboration d études statistiques (GERS) pour l industrie pharmaceutique. En rapportant ces données à la population des ans, dans laquelle se retrouvent l essentiel des usagers de drogues, on obtient des indicateurs permettant des comparaisons au niveau régional et départemental en terme de prévalence d usage de traitement de substitution et d utilisation de matériel d injection. Par ailleurs, SIAMOIS permet de confronter sur une base annuelle ces données au nombre des nouveaux cas de sida liés à l injection de drogues (données InVS), aux interpellations pour usage d héroïne et de cocaïne (données OCRTIS) et au nombre de décès par surdose (données OCRTIS) [11]. Ena-CAARUD Enquête nationale-centres d accueil et d accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues Il s agit d une enquête biennale mise en place en C est une enquête clientèle auprès de l ensemble des structures labellisées CAARUD (centres d accueil et d accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues) décrivant, par un questionnaire en face-à-face les personnes vues au cours d une semaine donnée. Le questionnaire comporte 24 questions portant sur les caractéristiques sociodémographiques, la couverture sociale, la situation actuelle par rapport au logement, l entourage, le traitement de substitution aux opiacés en cours, les tests de dépistage VIH, VHB et VHC, les produits psychoactifs consommés au cours du mois (mode de consommation, fréquence, âge de début de la consommation), l utilisation de la voie intraveineuse, le partage du matériel, la consommation quotidienne de tabac, d alcool et de cannabis et les incarcérations. En 2006, l enquête a comptabilisé questionnaires ; le taux de réponse est de l ordre de 80 % [12]. NEMO : Nouvelle étude multicentrique de l OFDT sur les estimations locales de la prévalence de l usage problématique de drogues (Voir ci-dessous : mise en œuvre de la méthode capture/recapture) 6

7 LES MÉTHODES Méthode capture-recapture estimations locales Cette méthode [13] combine des données provenant de plusieurs sources, par exemple, celles issues du système de santé ou de l application de la loi. Dans le cas de l utilisation de deux sources, chaque usager problématique de drogues peut se retrouver dans une des deux sources, dans les deux ou dans aucune. Le nombre d usagers peut être réparti dans les 4 cases du tableau ci-dessous en fonction de leur identification dans chacune des sources. Le nombre de ceux qui sont absents dans les deux sources (case d), population non observée, peut être extrapolé à partir des autres cases du tableau (a,b,c) sous réserve du respect d une condition : l indépendance des deux sources, à savoir que la probabilité qu un individu soit identifié par une source n affecte en rien la probabilité de l être par l autre source. Alors, la taille de la population «cachée», identifiée par aucune source, peut être calculée de la manière suivante : d = b * c / a Source 2 Présent Absent Source 1 Présent a b Absent c d Le nombre total d'usagers problématiques de drogues peut être estimé par la formule suivante : N = a + b + c + (b*c/a) L hypothèse d indépendance entre les sources étant rarement vérifiée, il est recommandé, quand cela est possible, d utiliser au moins trois sources de données et d appliquer l analyse log-linéaire pour prendre en compte les interactions possibles entre sources. L estimation de la taille de la population «cachée» tient ainsi compte des dépendances d ordre n-1 (n étant le nombre de sources utilisées pour l analyse log-linéaire). Une fois que le modèle log-linéaire le mieux adapté aux données est choisi, l estimation de la cellule vide (population «cachée» absente de toutes les sources observées) est obtenue en utilisant les formules de Bishop [14]. 7

8 Méthode multiplicative à partir de données de traitement Le problème clé dans l estimation du nombre d usagers problématiques de drogues est qu une partie de cette population est cachée. Le principe des méthodes multiplicatives est le suivant. Si on connaît un échantillon (base de référence) de cette population d une taille B et la probabilité pour un individu d appartenir à cet échantillon, la taille totale de la population peut être estimée par la formule : N = B / c. Dans ce cas particulier, nous considérons comme base de référence (B) la population des usagers de drogues ayant recours aux centres spécialisés, (c) étant une estimation du taux de couverture du système de soins. B : nombre d usagers de drogues en traitement une année donnée c : probabilité pour un usager de drogues d être pris en charge durant l année Méthode multiplicative à partir de données de police Par analogie avec la méthode précédente, le nombre d usagers problématiques de drogues peut être extrapolé à partir des statistiques policières. Ici, la base de référence est le nombre d usagers de drogues arrêtés par la police une année donnée. Il est nécessaire aussi d estimer la probabilité pour un usager de drogues d être arrêté par la police une année donnée. B : Nombre d usagers de drogues arrêtés par la police une année donnée c : probabilité pour un usager de drogues d être arrêté par la police une année donnée. Méthode multivariée à partir d indicateurs indirects d usages problématiques de drogues La prévalence de l usage problématique de drogues dans un pays peut être estimé à partir d un ensemble d indicateurs indirects (arrestations, mortalité, recours aux soins, traitements) disponible à un niveau géographique plus fin (régions) pour lequel il existe des estimations locales de prévalence (points d ancrage). La méthode analyse la liaison entre les indicateurs indirects et les estimations locales de prévalence disponibles puis applique les coefficients de régression aux régions pour lesquelles les estimations de prévalence ne sont pas disponibles. L estimation nationale est obtenue par cumul des estimations locales. 8

9 RÉSULTATS MÉTHODE CAPTURE-RECAPTURE ESTIMATIONS LOCALES Mise en œuvre Des études «capture/recapture à trois échantillons» (étude NEMO), visant à estimer le nombre d usagers problématiques de drogues, ont été réalisées en dans six agglomérations françaises : Lille, Lyon, Marseille, Metz, Rennes et Toulouse [15]. Dans chaque ville, la zone géographique d étude a été définie en tenant compte de l existence et la couverture des sources de données existantes et de la pertinence administrative de ce découpage géographique. Les domaines d études étaient les suivants : la communauté urbaine de Lille, avec près de 1,1 million d habitants, le «Grand Lyon» composé de 57 communes avec près de 1,2 million d habitants, Marseille intra-muros avec près de habitants, la zone urbaine de Metz, couvrant 61 communes avec habitants, la zone urbaine de Rennes comprenant 10 communes, avec près de habitants et la zone urbaine de Toulouse avec 72 communes et habitants. Les sources de données sur les consommateurs problématiques de drogue ont été identifiées puis les données ont été recueillies à partir de ces sources au cours d une période de six mois entre 2005 et Ces sources ont été notamment les structures de traitement de la toxicomanie, les médecins généralistes, les hôpitaux (services des maladies infectieuses, traumatologie, urgence), les structures d accueil à bas seuil (CAARUD), les services sociaux et les sources des services répressifs tels que les brigades des stupéfiants, les services de justice, les unités de traitement dans les prisons, et l Office central pour la répression des infractions liées à la drogue dans l abus des drogues (OCRTIS). La collecte des données en prison a été retardée de deux mois, par rapport aux autres sources de données afin de permettre aux usagers problématiques de drogues entrant en prison au cours 9

10 des deux derniers mois d enquête d avoir pu être «capturés» par d autres sources de données. Pour chaque étude (chaque ville), les différentes sources de données ont été regroupées en trois échantillons selon un critère statistique (un odds ratio entre deux sources de données supérieur à un, suggérant une possible dépendance entre les deux sources, a conduit à une combinaison des deux sources de données) et selon un critère pragmatique lié à la connaissance du terrain (quand il était localement connu que deux sources de données étaient «liées»). Les sujets inclus dans l étude étaient résidents depuis plus de trois mois dans l une des six villes, avaient consommé au moins une drogue illicite au cours des 30 derniers jours (opiacés, cocaïne ou crack, autres stimulants et/ou hallucinogènes ; cannabis exclu) et étaient âgés de ans. Les nombres de fiches recueillies et de cas correspondants sont les suivants : À Lille, fiches correspondant à usagers problématiques de drogues; 7,5 % d entre eux ont été observés dans plusieurs échantillons. À Lyon, fiches correspondant à sujets, 7,3 % d entre eux ont été dans plus d un échantillon. À Marseille, 929 fiches correspondant à 799 individus identifiés dont 4,2 % dans plusieurs échantillons. À Metz, 502 fiches correspondant à 467 sujets, 6,8 % étaient présents dans plusieurs échantillons. À Rennes, 409 fiches correspondant à 351 personnes, 15,4 % d entre eux ont été observés dans plusieurs échantillons. À Toulouse, fiches correspondant à 1090 personnes, 5,5 % d entre eux ont été observés dans plusieurs échantillons. Résultats NEMO Les résultats obtenus pour les six villes sont les suivants : Estimations du nombre d usagers problématiques de drogues (UPD) dans six villes françaises et taux de prévalence pour habitants âgés de 15 à 64 ans, Estimation Intervalle Population Taux Intervalle UPD de confiance* ans prévalence de confiance Lille ,8 8,6 14,0 Lyon ,7 8,0 15,0 Marseille ,2 7,7 14,2 Metz ,8 8,0 15,0 Rennes ,6 5,6 11,7 Toulouse ,1 8,0 12,9 Estimations arrondies à la centaine ; population : INSEE, recensement 1999 * méthode de Cormack (réf : Cormack R.M., Interval Estimation for Mark-Recapture Studies of Closed Population, Biometrics, 1992, 48: p ) Source : NEMO OFDT 10

11 Extrapolation aux six départements couverts par l étude NEMO La mise en œuvre de l étude NEMO a eu comme premier objectif d obtenir des prévalences de l usage problématique de drogues sur les six agglomérations étudiées. Le second, était de contribuer à l application de certaines méthodes d estimation, au niveau national, du nombre d usagers problématiques de drogues. Les résultats devant permettre d estimer le «c» de la formule «N=B/c» dans les deux méthodes multiplicatives et d estimer les «points d ancrage» nécessaires à l utilisation de la méthode multivariée (voir explication des méthodes ci-dessus). Compte tenu du fait que toutes les autres données nécessaires à la mise en œuvre des trois méthodes envisagées ne sont disponibles qu à un niveau départemental, les données NEMO doivent être extrapolées au même niveau. Pour cela quatre hypothèses ont été explorées : hypothèse 1 : extrapolation des prévalences NEMO des agglomérations à l ensemble du département en proportion de la population couverte par NEMO. hypothèse 2 : les agglomérations concentrent la totalité des usagers problématiques de drogues du département. hypothèse 3 : extrapolation des prévalences NEMO des agglomérations à l ensemble du département avec une prévalence hors de la ville métropole divisée par 2. hypothèse 4 : extrapolation des prévalences NEMO des agglomérations à l ensemble du département en appliquant la proportion du nombre de boites de buprénorphine haut dosage (BHD) vendues en 2006 dans les zones couvertes par NEMO par rapport à l ensemble des boîtes vendues dans tout le département. Le tableau ci-dessous présente les résultats obtenus en fonction de ces 4 hypothèses. Site Département Population UPD Extrapolation au département NEMO ans NEMO du nombre d usagers problématiques de drogues Site Dépar- Hyp1 Hyp 2 Hyp 3 Hyp 4 NEMO tement Lille Nord Lyon Rhône Marseille B. du Rhône Metz Moselle Rennes Ile & Vilaine Toulouse Hte Garonne Population : INSEE, recensement

12 Les extrapolations obtenues en fonction de l hypothèse retenue diffèrent fortement. Les données issues de la quatrième hypothèse sont celles retenues, car les plus probables a priori, pour l application des trois méthodes. En effet, la France se caractérise par une très forte couverture des traitements de substitution (en particulier par la buprénorphine haut- dosage), parmi les usagers problématiques de drogues, sur l ensemble du territoire national avec un «maillage géographique» fin pour la délivrance des médicaments qui se fait très majoritairement par les pharmacies d officine. Les ventes de BHD sont donc sans doute le meilleur indicateur indirect de l usage problématique de drogues. Il se trouve, en outre, que l on peut disposer de statistiques de ventes de la BHD à un niveau infra-départemental. Néanmoins, il convient de garder en mémoire la dispersion des extrapolations possibles car ces dernières seront au cœur des résultats finaux attendus. MÉTHODE MULTIPLICATIVE À PARTIR DE DONNÉES DE TRAITEMENT Mise en œuvre La méthode (N = B / c) repose sur la capacité à estimer deux données : B : nombre d usagers de drogues en traitement une année donnée c : probabilité pour un usager de drogues d être pris en charge durant l année Ces données ne sont pas directement disponibles en France mais elles peuvent cependant être approchées par les données relatives aux traitements de substitution qui sont largement accessibles pour les usagers de drogues. En 2006, en se basant sur les données de vente de BHD et de la méthadone et sous les hypothèses actuellement retenues en ce qui concerne les posologies quotidiennes moyennes prescrites pour ces deux médicaments (8 mg pour la BHD et 60 mg pour la méthadone), on estime à le nombre d usagers de drogues bénéficiant des traitement de substitution en France métropolitaine. Ces données sont également disponibles au niveau du département. On peut donc les rapprocher des estimations du nombre d usagers problématiques de drogues produites à partir des études NEMO pour estimer la probabilité qu un usager problématique de drogues soit couvert par ce type de traitement. Résultats L application de cette méthode conduit aux résultats suivants. B = usagers de drogues en traitement de substitution. Le tableau suivant, utilisant les estimations centrales des études NEMO, permet d estimer c = 0.32 et donc N= , arrondi à

13 Département Nb usagers Nb usagers TSO Usagers TSO/nb usagers Nord ,27 Rhône ,25 Bouches du Rhône ,44 Moselle ,44 Ile et Vilaine ,30 Haute-Garonne ,23 Ensemble 6 dpts ,32 France métropolitaine ,32 Sources : OFDT, NEMO ; OFDT/DGS rapports d activité CSST Un tel calcul peut être reproduit pour les valeurs extrêmes des intervalles de confiance des estimations NEMO. La valeur centrale peut donc être replacée dans l intervalle de confiance suivant : Méthode Estimation moyenne IC- IC+ Multiplicative-traitements MÉTHODE MULTIPLICATIVE À PARTIR DE DONNÉES DE POLICE Mise en œuvre La méthode (N = B / c) repose sur la capacité à estimer deux données. : B : Nombre d usagers de drogues arrêtés par la police une année donnée c : probabilité pour un usager de drogues d être arrêté par la police une année donnée. En , on dénombre interpellations pour infraction à la législation sur les stupéfiants au titre d usage d héroïne ou de cocaïne. Ces interpellations sont une approximation du nombre B recherché. En effet, les personnes concernées ne sont pas toutes des «Usagers problématiques de drogues» tels que cette notion est définie dans le protocole européen (voir ci-dessus). Un usager occasionnel peut être interpellé par la police. Il est néanmoins fortement probable que les personnes interpellées par la police rencontrent bien les critères qui permettraient de les inclure dans le groupe cible. Par ailleurs, les statistiques enregistrent des interpellations et non pas des individus interpellés. Une étude publiée par l OFDT en 1998 avait exploré cette diffé- 1. Le cumul des statistiques des deux années a été utilisé afin de minimiser les aléas dans les variations annuelles de cet indicateur au niveau départemental. De plus la période de recueil d'information des études NEMO couvre ces deux années. 13

14 rence. Il en ressortait, entre autres résultats, que pour l héroïne, le nombre moyen d interpellations par individu était de 1,38 [16]. Plus récemment, l OCRTIS a rapproché ses statistiques d interpellations avec le nombre de personnes concernées. En 2005, on observe interpellations pour usage d héroïne pour personnes interpellées pour un usage d héroïne, soit un ratio de 1,07. Ce même ratio est de 1,02 dans le cas de la cocaïne [9]. On peut donc estimer que le nombre d interpellations est une bonne approximation du nombre d individus interpellés pour un usage d héroïne ou de cocaïne. Au final, pour estimer «c», on peut rapprocher les statistiques d interpellations des départements concernés aux estimations du nombre d usagers problématiques de drogues produites à partir des études NEMO. On obtient le nombre moyen d interpellations pour un usager problématique de drogues. Avec les données disponibles les variables intermédiaires de la formule deviennent les suivantes : B : nombre d interpellations pour usage d héroïne ou de cocaïne une année donnée c : nombre moyen, une année donnée, d interpellations pour usage d héroïne ou de cocaïne pour un usager problématique de drogues. Résultats L application de cette méthode avec les estimations centrales des études NEMO est la suivante : Département Nb usagers ILS ILS/Nb usagers Nord ,09 Rhône ,08 Bouches du Rhône ,05 Moselle ,14 Ile et Vilaine ,04 Haute-Garonne ,04 Ensemble 6 dpts ,08 France métropolitaine ,09 Sources : OFDT, NEMO ; OCRTIS, FNAILS Un tel calcul peut être reproduit pour les valeurs extrêmes des intervalles de confiance des estimations NEMO. La valeur centrale peut donc être replacée dans l intervalle de confiance suivant : Méthode Estimation moyenne IC- IC+ Multiplicative-interpellations

15 MÉTHODE MULTIVARIÉE À PARTIR D INDICATEURS INDIRECTS D USAGES PROBLÉMATIQUES DE DROGUES Mise en œuvre Dans un premier temps, six variables ont été considérées pour chaque département de métropole, exprimées sous forme de taux pour habitants de 15 à 64 ans : le nombre de personnes en traitement ; le nombre d usagers des structures bas-seuil ; le volume des ventes de Stéribox ; les ventes de méthadone ; les ventes de buprénorphine haut dosage (BHD) ; les infractions à la législation des stupéfiants (ILS). Cinq autres indicateurs socio-démographiques ont par la suite été considérés : le taux de chômage ; le revenu monétaire médian ; le taux de scolarisation des ans dans un établissement supérieur ; la population percevant une aide sociale ou allocation spécifique ; la population bénéficiant de la couverture médicale universelle (CMU). La première étape a consisté à établir une matrice de corrélation des variables retenues, afin de repérer les liens statistiquement significatifs. Lors de la seconde étape, les variables retenues ont fait l objet d une analyse en composante principale (ACP). Celle-ci a pour but l attribution d une pondération à chaque individu statistique (ici les 96 départements de métropole) afin d en estimer la population usagère. Résultats L étude des corrélations a abouti à l exclusion de la variable «structures de basseuil», les liens avec les autres variables étant trop ténus. L introduction simultanée des variables retenues lors d une première ACP a abouti à une estimation médiocre, la première composante principale expliquant seulement 38 % de la variance totale. Une deuxième analyse a été réalisée, en excluant les cinq variables socio-démographiques : cette fois-ci la première composante a permis d expliquer 67 % de la variance. L analyse préalable des corrélations a mis à jour un lien très fort entre vente de méthadone et de BHD : ces deux variables ont été fusionnées en une seule intitulée «vente de traitements de substitution aux opiacés (TSO)». Une troisième ACP a été réalisée, la première composante expliquant alors un peu plus de 70 % : Composante Valeur propre Proportion Cumul 1 2,8114 0,7029 0, ,5806 0,1452 0, ,4857 0,1214 0, ,1223 0,0306 1,

16 Par la suite, un indice a été calculé pour chaque département, par simple combinaison linéaire des coefficients suivants (soit la valeur, obtenue via l ACP, attribuée à chaque variable et résumant son impact sur la première composante) : Variable Coefficients R_traitements 0,44845 R_Steribox 0,54041 R_substitution 0,55282 R_ILS 0,44861 Cette méthode aboutit à l estimation suivante : Méthode Estimation moyenne IC- IC+ Multivariée SYNTHÈSE DES RÉSULTATS Les trois méthodes appliquées fournissent les résultats suivants : Méthode Estimation moyenne IC- IC+ Multiplicative-traitements Multiplicative-interpellations Multivariée taux/1 000 hab ans Multiplicative-traitements 7,0 5,4 9,5 Multiplicative-interpellations 4,8 3,7 6,5 Multivariée 6,8 4,9 8,7 Source : OFDT Les résultats obtenus selon les méthodes «multiplicative-traitements» et «multivariée» sont convergents. La troisième méthode fait apparaître des prévalences nettement inférieures. Si on prend en compte les trois intervalles de confiance, on peut constater que la fourchette des estimations est très large de 3,7 à 9,5 pour habitants âgés de 15 à 64 ans. 16

17 DISCUSSION MISE EN REGARD AVEC LES DONNÉES DE CADRAGE SUR LES CONSOMMATIONS DE DROGUES ILLICITES L usage problématique de drogues a été défini par l OEDT comme un usage de drogues par voie intraveineuse ou usage régulier d opiacés, cocaïne ou amphétamines durant l année passée pour le groupe d âges de ans. La faiblesse du niveau de prévalence des usages d opiacés, cocaïne ou amphétamines limite très fortement l apport potentiel des enquêtes en population générale à l estimation de ce phénomène. En effet ces dernières nous donnent des estimations du nombre de personnes ayant consommé de ces produits au moins une fois dans leur vie (expérimentateurs) ou au moins une fois au cours de l année passée. On ne dispose pas d estimations du nombre d usagers réguliers (au moins dix fois au cours du dernier mois) de ces produits car ce comportement est trop marginal pour être mesuré dans ce type d enquête. Les estimations produites à partir des dernières enquêtes en population générale réalisées en 2005 [17] sont les suivantes : Expérimentateurs Usagers dans l'année Cocaïne Héroïne Sources : ESCAPAD 2003, OFDT ; ESPAD 2003, INSERM/OFDT/MJENR ; Baromètre santé 2005, INPES, exploitation OFDT Au vu de ces données, on aurait pu s attendre à des estimations du nombre d usagers problématiques de drogues inférieures à celles fournies par les trois méthodes appliquées. La désinsertion sociale fréquemment constatée parmi les 17

18 usagers problématiques de drogues explique en partie ce décalage car cette population particulière est peu couverte par les enquêtes en population générale. LIMITES LIÉES À CHACUNE DES MÉTHODES La première méthode «Méthode multiplicative à partir de données de traitement» repose sur les données de vente des deux médicaments utilisés pour les traitements de substitution qui permettent d établir des estimations du nombre d usagers de drogues concernés par ces traitements. Compte-tenu de la très grande accessibilité à ce type de traitement en France, ces données sont une excellente base pour l application de cette méthode. Il est vrai que les traitements de substitution ne couvrent, en théorie, qu une partie du groupe cible, les usagers d opiacés. Mais on sait, en pratique, que l intrication des usages des différents produits est forte. Néanmoins, ces estimations peuvent être sensibles à certains biais, notamment l existence d un mésusage de ces traitements voire d un détournement de ces médicaments vers le marché noir. Ces biais vont dans le sens d une surestimation de l estimation de la population en traitement car les médicaments détournés ne sont pas consommés par des «usagers en traitement». Il n en demeure pas moins que ces produits sont consommés par des usagers de drogues. Dès lors la méthode reste robuste si ce phénomène, relativement bien documenté [18-20], est homogène sur tous les départements français. Or ce n est pas tout à fait le cas car on sait que ces mésusages ou détournements sont concentrés sur quelques régions [21](Région parisienne, Alsace, Languedoc) qui ne comptent pas de sites de l étude NEMO. Il y a donc un risque de surestimation du numérateur de la formule applicable dans cette méthode et par conséquence de surestimation du résultat final. La deuxième méthode «Méthode multiplicative à partir de données de police» repose sur un indicateur «interpellations par la police pour usage d héroïne ou de cocaïne» dont il faut souligner le caractère ambivalent : indicateur indirect de l usage de drogues mais aussi indicateur d intensité de l activité policière en la matière. Sur ce dernier point, il n est pas sûr que celle-ci soit homogène d un département à l autre. Un autre biais possible dans l utilisation de cet indicateur est que l objet qu il mesure s éloigne quelque peu de la définition du groupe cible (usage de drogues par voie intraveineuse ou usage régulier d opiacés, cocaïne ou amphétamines durant l année passée pour le groupe d âges de ans) dans la mesure où l infraction à la loi ne distingue pas l intensité de l usage. Un usager occasionnel peut être interpellé et les statistiques policières ne distinguent pas le type d usage. La troisième méthode «Méthode multivariée à partir d indicateurs indirects d usages problématiques de drogues», a l avantage de croiser différentes sources de données à partir desquelles les estimations des données de prévalence connues 18

19 pour 6 départements sont extrapolées aux 90 autres départements. Néanmoins, chacun des quatre indicateurs indirects retenus a ses propres limites. Celles relatives au nombre de personnes en traitement de substitution et au nombre d interpellations ont déjà été exposées précédemment. Les «données de traitement» proviennent d une source de type administratif (rapport d activité transmis à la tutelle). La fiabilité des données déclaratives sur les files actives est discutable. De plus, les doubles comptes intra et inter centres ne peuvent pas être éliminés. Les ventes de Stéribox constituent une donnée indiquant à la fois l ampleur de l utilisation de drogues par voie intra-veineuse, qui ne correspond qu à une partie de la définition de l usage problématique de drogues, mais aussi la diffusion des pratiques de réduction des risques qui peut être variable sur le territoire français. Enfin, il ne faut pas oublier que ces trois méthodes s appuient toutes sur les estimations locales issues de l étude NEMO : les deux premières méthodes utilisent les estimations locales pour estimer la proportion de la population cachée au regard de la source d information utilisée (le facteur«c» de la formule), la dernière méthode utilise les estimations départementales comme points d ancrage de l extrapolation. Or, il se trouve que l application de la méthode «capture/recapture» au domaine de la toxicomanie est difficile en soi et fait appel à des hypothèses théoriques pas totalement vérifiées dans la pratique. Ainsi, la technique capture-recapture repose sur l hypothèse que chaque individu appartenant au groupe cible (objet de l estimation) doit avoir la même probabilité d être capturé par les différentes sources d information (hypothèse d homogénéité de la population) et sur l hypothèse d indépendance des sources à savoir que la probabilité pour un individu d être identifié par une source n affecte pas la probabilité d être vu par toutes les autres sources. Dans la réalité, les usagers réguliers de drogues illicites ne sont pas homogènes : certains arrivent à «gérer» leur consommation et ont une très faible probabilité d être «repéré» tant par le système sanitaire et social que par le système répressif, notamment dans le cas des usages de cocaïne. Il existe également des liens possibles entre la «capture» par plusieurs sources. Un usager interpellé peut être incriminé voire incarcéré ce qui l amènerait à une impossibilité d être repéré, au cours de cette même période par un CSAPA ou un CAARUD. Toutefois, l utilisation de l analyse log-linéaire avec trois sources de données permet de s affranchir de l hypothèse d indépendance des sources deux à deux (voir page 7) et la présence d une interaction entre les trois sources est, d après les modèles log-linéaires utilisés, peu probable. Enfin, au-delà de ces limitations relatives au fondement des hypothèses sous-tendant la méthode, il faut à nouveau souligner l étendue des intervalles de confiance encadrant les estimations obtenues par NEMO, celle-ci étant due à des effectifs faibles de triplons. 19

20 ESTIMATION DU NOMBRE D USAGERS RÉGULIERS D HÉROÏNE Il serait intéressant d essayer d appliquer le protocole européen pour obtenir une estimation du nombre d usagers d héroïne en France. On sait en effet que l ampleur de ce comportement dans la population française ne peut pas être obtenue par les données recueillies dans les enquêtes en population générale, d une part, car la prévalence du phénomène est en deçà de la limite de ce que ces enquêtes peuvent repérer et d autre part, en raison des caractéristiques de fréquente désinsertion des publics concernés. Malheureusement, il n est également pas possible de décliner les différentes méthodes du protocole européen, exposé précédemment, au champ restrictif des usagers d héroïne. En effet, la déclinaison par produits, qui existe pour certaines sources d information, n est pas présente pour toutes les sources utilisées par ces méthodes. Aussi, si on souhaite estimer le nombre «d usagers problématiques d héroïne» au sens de la définition de l OEDT que l on peut assimiler aux «usagers réguliers d héroïne», la seule solution est de rechercher dans les différentes enquêtes auprès d usagers de drogues, la proportion de consommateurs d héroïne et d appliquer cette proportion à l estimation du nombre «d usagers problématiques de drogues». Les enquêtes retenues sont les suivantes : Échantillon Sources Année Nb Méthode Taux Champ Type Organisme obser- de cou- d enquête vations verture NEMO CRC - tout multicentrique OFDT sanitaire 6 villes RECAP exhaustif 60 % CSAPA recueil OFDT permanent Ena-CAARUD exhaustif 80 % CAARUD biannuel OFDT PRELUD volontariat - CAARUD multicenrique OFDT 6 villes OPPIDUM volontariat - CSAPA et annuelle CEIP CAARUD multicentrique Coquelicot stratifié 61 % tout multicentrique InVS sanitaire 5 villes On trouvera une description détaillée de ces enquêtes dans le «répertoire des sources statistiques» sur le site de l OFDT : Bd_stats/ 58_Doc.xhtml 20

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Dépenses publiques 6

Dépenses publiques 6 Dépenses publiques 6 6.1 Estimation des dépenses publiques en matière de lutte contre les drogues Cristina Díaz Gómez 148 Estimer les dépenses publiques relatives aux drogues consiste à déterminer quels

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Mise en concurrence : mise sous plis, diffusion, routage et stockage des publications OFDT 2011-2013

Mise en concurrence : mise sous plis, diffusion, routage et stockage des publications OFDT 2011-2013 Mise en concurrence : mise sous plis, diffusion, routage et stockage des publications 2011-2013 Diffusion et routage des publications périodiques ou non de l Observatoire français des drogues et des toxicomanies

Plus en détail

CONSOMMATION DE TABAC CHEZ LES ADOLESCENTS : ÉTAT DES LIEUX

CONSOMMATION DE TABAC CHEZ LES ADOLESCENTS : ÉTAT DES LIEUX CONSOMMATION DE TABAC CHEZ LES ADOLESCENTS : ÉTAT DES LIEUX DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ISSUES DES ENQUÊTES : - HEALTH BEHAVIOUR IN SCHOOL-AGED CHILDREN -EUROPEAN SCHOOL SURVEY PROJECT ON ALCOHOL AND OTHER

Plus en détail

Journée nationale de prévention

Journée nationale de prévention L institut BVA a fait le choix de ne procéder à aucun redressement pour redonner aux quotas croisés leur poids réel (Paris/ Province, taille des entreprises). Ces différentes options méthodologiques posent

Plus en détail

Épidémiologie en lien avec les addictions : Quelles sources, quels indicateurs?

Épidémiologie en lien avec les addictions : Quelles sources, quels indicateurs? Épidémiologie en lien avec les addictions : Quelles sources, quels indicateurs? Centre d Information Régional sur les Drogues et les Dépendances 1, place du Maréchal Juin - 35000 Rennes Tél : 02.23.20.14.60

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

F O C U S LES CENTRES DE SOINS, D ACCOMPAGNEMENT ET DE PRÉVENTION EN ADDICTOLOGIE EN 2010 SITUATION EN 2010 ET ÉVOLUTIONS SUR LA PÉRIODE 2005-2010

F O C U S LES CENTRES DE SOINS, D ACCOMPAGNEMENT ET DE PRÉVENTION EN ADDICTOLOGIE EN 2010 SITUATION EN 2010 ET ÉVOLUTIONS SUR LA PÉRIODE 2005-2010 F O C U S Consommations et conséquences LES CENTRES DE SOINS, D ACCOMPAGNEMENT ET DE PRÉVENTION EN ADDICTOLOGIE EN 2010 SITUATION EN 2010 ET ÉVOLUTIONS SUR LA PÉRIODE 2005-2010 Christophe Palle (OFDT)

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Appel d offre : Traductions pour. l Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Appel d offre : Traductions pour. l Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) Appel d offre : Traductions pour l Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) 1- Présentation générale et objet de la mise en concurrence L Observatoire français des drogues et des toxicomanies

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Appel d offre : traductions pour. l Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) (2012-2015)

Appel d offre : traductions pour. l Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) (2012-2015) Appel d offre : traductions pour l Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) (2012-2015) 1- Présentation générale et objet de la mise en concurrence L Observatoire français des drogues

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Michel Gandilhon Agnès Cadet-Taïrou Stéphane Saïd

Michel Gandilhon Agnès Cadet-Taïrou Stéphane Saïd Baromètre Prix Les prix de détail et la disponibilité des principales substances psychoactives circulant en France en 2012 OFDT/TREND Septembre 2013 Note n 2013-03 à l attention de la MILDT (Mission interministérielle

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Tableau de bord sur les addictions en Bretagne

Tableau de bord sur les addictions en Bretagne DU Addictologie 6 novembre 2014 Tableau de bord sur les addictions en Bretagne Les principaux chiffres clés Tableau de bord sur les addictions en Bretagne http://www.cirdd-bretagne.fr/ http://orsbretagne.typepad.fr/ors_bretagne/

Plus en détail

Quel bilan des dispositifs de réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues en France?

Quel bilan des dispositifs de réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues en France? Quel bilan des dispositifs de réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues en France? OFDT 3 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine cedex Tel : 01 41 62 77 16 Fax : 01 41

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2006: PRIX DES DROGUES À LA BAISSE, SAISIES EN HAUSSE Les drogues n ont jamais été si bon marché en Europe

RAPPORT ANNUEL 2006: PRIX DES DROGUES À LA BAISSE, SAISIES EN HAUSSE Les drogues n ont jamais été si bon marché en Europe RAPPORT ANNUEL 2006: PRIX DES DROGUES À LA BAISSE, SAISIES EN HAUSSE Les drogues n ont jamais été si bon marché en Europe (23.11.2006, LISBONNE) Le prix des drogues illicites en vente dans les rues d Europe

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA

Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA Les recommandations de recherche de l expertise INSERM sur la RdR Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA Plan de la présentation Recommandations de recherche de l expertise INSERM Etat d avancement des

Plus en détail

Tableau de bord TSO 2015

Tableau de bord TSO 2015 Tableau de bord TSO 215 L objectif du tableau de bord annuel «Traitements de substitution aux opiacés» réalisé par l OFDT est de rassembler sur ce sujet les chiffres les plus récents émanant de différentes

Plus en détail

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008 Évolution différenciée des gradients sociaux homme/femme de consommation de tabac et homogamie sociale : quelle influence sur la concordance des comportements t au sein des ménages? quelle conséquence

Plus en détail

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques La Qualité des données de Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques Sommaire La qualité des données de I Les données INSEE a) Les différentes sources utilisables b) La mise au point d une

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006

Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Les salariés des particuliers-employeurs en 2006 Claire Marbot, Valérie Dejonghe et Véronique Bruniaux* Sur l ensemble de l année 2006, plus de 1,6 million de salariés ont été employés directement par

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Les comportements d achats de tabac des fumeurs précaires fréquentant les

Les comportements d achats de tabac des fumeurs précaires fréquentant les Les comportements d achats de tabac des fumeurs précaires fréquentant les CAARUD/CSAPA parisiens OFDT : Aurélie Lermenier Note n 2011-18, à l attention de Pierre Poloméni et des centres ayant participé

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Synthèse Les résultats de l enquête ESCAPAD de 8 1 montrent que le cannabis arrive troisième parmi les substances psychoactives

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires Problèmes judiciaires 61 62 63 Contrôles et délits routiers À partir de 0,5 g/l d alcool dans le sang, la conduite est interdite en France [Voir : Cadre légal en matière d alcool]. Par ailleurs, depuis

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

L observation des loyers dans les observatoires locaux

L observation des loyers dans les observatoires locaux L observation des loyers dans les observatoires locaux Présentation de Geneviève PRANDI Directrice de l Olap 7 mai 2015 Plan de la présentation I. La méthodologie de l observation des loyers I. Principes

Plus en détail

un cumul d inégalités

un cumul d inégalités Absence de suivi gynécologique régulier en région parisienne : un cumul d inégalités individuelles et territoriales? F. GRILLO 1,2, E. CADOT 1,3, I. PARIZOT 1,4, P. CHAUVIN 1,2,5 1 INSERM, UMR-S 707, Équipe

Plus en détail

La diffusion des résultats statistiques du recensement de la population

La diffusion des résultats statistiques du recensement de la population La diffusion des résultats statistiques du recensement de la population Le cadre juridique La diffusion des résultats statistiques est encadrée par l arrêté du 19 juillet 2007 mis au point en liaison avec

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne octobre 2008 Aujourd hui, la CCI Seine-et-Marne, fortement impliquée dans l observation des entreprises et du développement économique de

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Les aspects législatifs

Les aspects législatifs Les aspects législatifs 9 pl. du Général Koenig, 35000 Rennes, 02.23.20.14.60 cirdd@cirdd-bretagne.fr Jeudi 12 mai 2011 DU Addictologie - Rennes DEFINITION DES DROGUES un historique international (1) Les

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Tabagisme et arrêt du tabac en 2010

Tabagisme et arrêt du tabac en 2010 Tabagisme et arrêt du tabac en 2010 Les bilans annuels du tableau de bord tabac (www.ofdt.fr) 1 donnent une vue synthétique de l évolution récente des principaux indicateurs liés au tabagisme, à la prise

Plus en détail

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE

ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE ENQUETE sur la gestion du médicament, le bon usage des antibiotiques et la gestion du risque infectieux au sein des EHPAD des PAYS DE LA LOIRE Introduction Les données concernant cette étude ont été recueillies

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

3 ème symposium international multidisciplinaire «Jeu excessif»

3 ème symposium international multidisciplinaire «Jeu excessif» 3 ème symposium international multidisciplinaire «Jeu excessif» SOPHIE MASSIN MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN ÉCONOMIE UNIVERSITÉ D ARTOIS, LEM UMR 8179 NEUCHÂTEL, SUISSE 15-17 JANVIER 2014 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Comment enquêter les personnes sans-abri. Maryse Marpsat Chercheur associé à l INED et à l ERIS/CMH

Comment enquêter les personnes sans-abri. Maryse Marpsat Chercheur associé à l INED et à l ERIS/CMH Comment enquêter les personnes sans-abri Maryse Marpsat Chercheur associé à l INED et à l ERIS/CMH Trois types de recueils de données Les dénombrements de rue Les enquêtes auprès des utilisateurs de services

Plus en détail

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé 3 e conférence sur les traitements de la dépendance aux opioïdes Genève, 19 octobre 2012 Nicolas Bonnet, directeur du Respadd Anne

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

Mesurer l impact économique d un évènement touristique. Le guide méthodologique DGCIS

Mesurer l impact économique d un évènement touristique. Le guide méthodologique DGCIS Mesurer l impact économique d un évènement touristique Le guide méthodologique DGCIS Les évènements touristiques : quel rôle dans l économie locale? Les évènements touristiques facteurs du développement

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES

REPERTOIRE D ENTREPRISES Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne REPERTOIRE D ENTREPRISES CREATION, GESTION ET MECANISME DE SUIVI DE LA DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES ATELIER SUR LE TRAITEMENT DES STATISTIQUES

Plus en détail

EXTRAIT DU RAPPORT «ATLAS RÉGIONAL DES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHOACTIFS DES JEUNES FRANÇAIS» EXPLOITATION RÉGIONALE

EXTRAIT DU RAPPORT «ATLAS RÉGIONAL DES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHOACTIFS DES JEUNES FRANÇAIS» EXPLOITATION RÉGIONALE EXTRAIT DU RAPPORT Provence-Alpes-Côte d'azur Guadeloupe Martinique Guyane Réunion Nouvelle-Calédonie Polynésie Française «ATLAS RÉGIONAL DES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHOACTIFS DES JEUNES FRANÇAIS»

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi)

Sources et méthodes. Taux de chômage localisés. (régions, départements et zones d emploi) Sources et méthodes (régions, départements et zones d emploi) L Insee produit des estimations de taux de chômage localisés, en moyennes trimestrielles et annuelles pour la France métropolitaine, et une

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Le transport régional voyageurs Synthèse

Le transport régional voyageurs Synthèse Le transport régional voyageurs Synthèse SNCF Région de Marseille Direction du Transport Public Note de synthèse TER.doc Le transport régional voyageurs Note de synthèse 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS L'objectif

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

4 ème Journée rouennaise ADDICTIONS 18 mai 2006

4 ème Journée rouennaise ADDICTIONS 18 mai 2006 Fédération Inter-Etablissements d'addictologie 4 ème Journée rouennaise ADDICTIONS 18 mai 2006 EPIDEMIOLOGIE DES CONDUITES ADDICTIVES CHEZ LES JEUNES Mme le Professeur Facy INSERM Unité 302, Paris CH du

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Lecture critique d un article médical scientifique

Lecture critique d un article médical scientifique Lecture critique d un article médical scientifique Objectifs pédagogiques ENC Logique de Recherche Rédaction du résumé Dr Pascale FABBRO-PERAY MB6 2007-2008 Ecrire le résumé structuré d un article Lecture

Plus en détail

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage*

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage* REPÈRES 15 Juillet 2011 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Violences physiques ou sexuelles

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES, Centre d Economie de la Sorbonne Discussion : Roméo Fontaine, LEG (Université

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail