Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur :

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html"

Transcription

1 Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final 2001/0098 (COD)] 1 - Présentation Energie-Cités a pris connaissance avec un grand intérêt de la proposition de directive relative à la performance énergétique des bâtiments publiée par la Commission. Prenant en compte que l'énergie consommée dans les bâtiments (habitat, tertiaire, etc.) est de plus de 40% de la consommation énergétique de l'union européenne, la Commission a pris l'initiative de proposer le une Directive visant à améliorer la performance énergétique des bâtiments neufs et existants [COM(2001) 226 final 2001/0098 (COD)]. La proposition repose sur les cinq principaux éléments suivants: > mise en place d'une méthodologie commune de calcul de la performance énergétique intégrée des bâtiments, > l'application de normes minimales relatives à la performance énergétique aux bâtiments neufs et à certains bâtiments existants lors de leur rénovation, > la mise en place de systèmes de certification pour les bâtiments neufs et existants sur la base des normes évoquées ci-dessus, > l'affichage dans les bâtiments publics et fréquentés par le public des certificats de performance énergétique, des températures intérieures recommandées et d'autres données pertinentes relatives au confort d'ambiance, > le contrôle et l'évaluation spécifiques des chaudières et des installations de chauffage/refroidissement. Cette proposition est disponible sur : Appréciation générale Energie-Cités : > accueille très favorablement cette initiative qui constitue une traduction dans les faits des priorités affichées dans le Livre Vert sur la Sécurité d'approvisionnement énergétique : efficacité énergétique et énergies renouvelables, > approuve le fait que le projet de Directive est une réponse concrète, globalement dimensionnée aux enjeux du secteur du bâtiment, > partage l'analyse de la Commission dans ses intentions, ses objectifs, et dans le champ d'application du projet de Directive, > considère que toute réticence des Etats-Membres quant au bien fondé d'une telle initiative au niveau communautaire donnerait un signal négatif à l'opinion publique et doit être de ce fait évitée absolument. Performance énergétique des bâtiments page 1

2 3 - Commentaires et suggestions Méthodologie commune pour les normes de performance énergétique intégrées Energie-Cités partage l'approche de la Commission : > visant à établir une méthodologie commune des normes de performance énergétiques intégrées, > laissant aux concepteurs la souplesse nécessaire quant à leur mise en œuvre et à la créativité, > permettant les comparaisons de performance, > servant de base à l'élaboration de normes minimales de performance énergétique intégrées pour différentes catégories de bâtiments, adaptées aux circonstances locales. Toutefois, compte tenu de l'importance des équipements intérieurs des bâtiments dont tertiaires - (bureautique, audio-visuel, réfrigérateurs, etc.) producteurs d'énergie thermique pour leur fonctionnement, la question pourrait être posée de l'intégration de cet apport dans les calculs de besoins énergétiques (et non être traités uniquement de façon séparée) Application de ces normes aux bâtiments neufs et à certains bâtiments existants lors de leur rénovation Energie-Cités partage avec la Commission la nécessité de prendre en considération non seulement les bâtiments neufs, mais aussi les bâtiments existants. Il faut chercher à rapprocher autant que cela est possible les performances des bâtiments neufs. Dans la réhabilitation lourde, la cogénération et les énergies renouvelables devraient aussi être examinés Systèmes de certification pour les bâtiments neufs et existants sur la base de la méthodologie décrite ci-dessus Energie-Cités partage l'approche de la Commission quant à : > la transparence et à l'information relatives aux performances énergétiques, et demande qu'une obligation soit faite de présenter le certificat lors d'une vente ou d'une location, > la formule de certification proposée, mais suggère que figure en complément du niveau de performance énergétique (en kwh par exemple), le coût annuel des consommations ainsi que des suggestions d'amélioration énergétique, > la nécessité pour les responsables de constructions publiques de montrer l'exemple par un affichage de leurs performances. Toutefois, afin de rendre efficace cette dernière mesure, il nous semble indispensable de la compléter par des dispositifs favorisant un contrôle par la société civile, par exemple : > un indicateur synthétique de performance énergétique (par analogie avec la classification des produits électroménagers) et d'émission de CO 2 permettant au public de situer aisément la performance (dont la part de la demande couverte par les renouvelables et la cogénération), > une obligation de publication sur Internet des performances énergétiques des bâtiments publics appartenant tant aux administrations publiques : Institutions Communautaires, Etats-Membres, autorités locales et régionales et aux autres propriétaires/utilisateurs de bâtiments accueillant le public. Energie-Cités suggère que : > sans attendre la Directive, les municipalités commencent à afficher dès à présent les performances énergétiques de leurs bâtiments qui accueillent du public, > l'expérience de notre réseau soit utilisée par la Commission pour travailler à des indicateurs synthétiques ayant une signification pour la population. Energie-Cités insiste également sur le fait que : Performance énergétique des bâtiments page 2

3 > des effets socio-économiques sont attendus par l'introduction du certificat énergétique, notamment en termes de création d'emplois (conseillers énergétiques, etc.) Contrôle et évaluation spécifiques des installations de chauffage/refroidissement Energie-Cités partage l'approche de la Commission Exploitation des potentiels Concernant les économies d'énerg e, i Energie-Cités considère que : > l'approche intégrée, y compris la prise en considération de l'énergie primaire, est une bonne approche, > si la réglementation énergétique est indispensable, l'expérience a montré les difficultés quant au contrôle de sa mise en application, en conséquence de quoi elle n'est pas suffisante, > une réglementation doit notamment être complétée par la mise en place de gestionnaires de l'énergie (ou de flux) dans tout patrimoine au-delà de 1 000(?) m², ce qui permet d'appliquer une suggestion précédente concernant la publication des résultats énergétiques (sans implication de nouveaux acteurs décentralisés, il n'y a pas de politique énergétique basée sur le maîtrise de la demande possible), > toute subvention publique à une construction ou à une réhabilitation lourde doit être conditionnée à un niveau de performance énergétique fixé. Concernant les installations de production d'énergie écologiques, Energie-Cités considère que : > l'importance des réseaux de chaleur - et de froid - doit être mieux soulignée, car c'est la solution de loin la mieux adaptée à l'utilisation de la biomasse, dont en cogénération (ce sont les pays les mieux équipés en réseau de chaleur qui utilisent le plus le bois énergie), > toute subvention commerciale concernant les énergies autres que renouvelables doit être proscrite, afin d'éviter l'aggravation des distorsion de concurrence entre énergies, au détriment des ressources renouvelables, > le rôle des autorités locales dans la planification énergétique locale et le contrôle des compagnies énergétiques locales doit être explicitement affirmé, faute de quoi, les objectifs en termes de ressources locales renouvelables risquent de ne pas être atteints. Concernant la conception et l'orientation du bâtiment, Energie-Cités considère que : > le rôle des autorités locales qui sont responsables des plans d'occupation des sols, des permis de construire, plans d'urbanisme, etc. - est fondamental et la mise en application de nouvelles exigences de performance énergétique passe par leur implication sur le terrain et l'échange de bonnes pratiques entre elles, > toute nouvelle construction ou réhabilitation lourde conduite pas un maître d'ouvrage public doit intégrer dans son cahier des charges des exigences de performance énergétique, permettant de prendre en compte le coût de fonctionnement et non seulement celui de la construction, Suivi, évaluation, transition et bonnes pratiques Considérant que le processus qui va se mettre en place risque de prendre du temps, Energie- Cités recommande : > de proposer dès à présent, sur la base du volontariat, la réplication de bonnes pratiques déjà en cours (voir liste indicative ci-après). Performance énergétique des bâtiments page 3

4 4 - Mesures s'inspirant de décisions déjà prises dans certains Etats-Membres 1. Inciter les municipalités à s engager dans un processus de benchmarking aux niveaux européen / national / régional afin de leur permettre de mesurer et comparer leurs performances énergétiques (système E5, 3 Länder en Autriche, éclairage public, Finlande) 2. Publier obligatoirement les performances énergétiques des bâtiments municipaux 3. Inclure dans tout appel d'offres relatif à un nouveau bâtiment un engagement de résultat énergétique / procurement (Montpellier en France, Wien en Autriche, Heidelberg en Allemagne) 4. Obligation d'engager un programme d'action en vue de réduire la consommation d'énergie de l'habitat sur le territoire de la commune (Royaume-Uni / Home Energy Conservation Act) 5. Désigner un élu municipal en charge de l'efficacité énergétique / politique énergétique locale durable 6. Constituer une personne/équipe locale de maîtrise de l'énergie dans les municipalités, transversale aux départements municipaux 7. Obligation de réaliser une Planification intégrée des ressources énergétiques (Danemark) ou un Plan municipal de l'energie (Suède, Pologne) sur le territoire municipal 8. Obligation de Réaliser un Agenda 21 local (Royaume-Uni) 9. Proposer un programme de mesures municipales pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre 10. Obligation de produire en cogénération dans toutes les centrales de production alimentant des réseaux de chaleur (Danemark) 11. Obligation de réaliser une étude des potentiels de cogénération sur le territoire municipal 12. Obligation de réaliser une étude des potentiels d'énergies renouvelables sur le territoire municipal 13. Etablir des contrats de résultats sur les performances énergétiques et les réductions d'émissions de GES entre l'etat et les autorités locales (en cours de préparation, The Netherlands) 14. Création d'un Forum énergétique ouvert aux citoyens et aux associations locales 15. Création d'une agence locale de maîtrise de l'énergie ou d un centre de Conseil en énergie, 16. Obligation faite aux distributeurs locaux de gaz et d'électricité de verser un montant (à définir) par abonné permettant de financer - sous le contrôle de la collectivité - des actions de conseils en efficacité énergétique ou des agences locales de l énergie (Danemark) 17. Obligation pour chaque agence nationale de maîtrise de l'énergie / ministère compétent de présenter un programme de soutien aux actions des municipalités dans le domaine de l'efficacité énergétique des bâtiments et du changement climatique Performance énergétique des bâtiments page 4

5 Performance énergétique des bâtiments page 5

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

Politique relative à la gestion des risques

Politique relative à la gestion des risques SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique relative à la gestion des risques Adoption Instance/Autorité Date Résolution Conseil d administration 8 décembre 2014 380-CA-5766

Plus en détail

Réunion sur l audit réglementaire énergétique 9 septembre 2014

Réunion sur l audit réglementaire énergétique 9 septembre 2014 Réunion sur l audit réglementaire énergétique 9 septembre 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique La directive 2012/27/UE relative

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES

POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES CADRE DE RÉFÉRENCE PAGE 3 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE PAGE 4 Objectif général Objectifs spécifiques NIVEAUX EXIGÉS PAR LA VILLE DE MAGOG

Plus en détail

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés Objectif du diagnostic énergétique Revue de quelques méthodes d analyse énergétique des bâtiments

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

AVIS CWEDD/13/AV.652 11/06/2013

AVIS CWEDD/13/AV.652 11/06/2013 AVIS Réf. : CWEDD/13/AV.652 Avant-projet de décret transposant la Directive 2010/31/UE du Parlement européen et du Conseil sur la performance énergétique des bâtiments 1. DONNEES INTRODUCTIVES Demandeur

Plus en détail

Exercices et corrections

Exercices et corrections Exercices et corrections Apprenez avec vos élèves à réaliser un Diagnostic de Performance Energétique. A utiliser avec les exemples d'ecoville ou avec un cas réel. Exercices L'énergie primaire est une

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF L Intégration de la Performance Energétique dans les Logements Sociaux Numéro de Rapport: Contrat CE : EIE/05/027/SI2.41860 www.epi-soho.eu

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) Adoptée par le Conseil d'administration le 14 février 1985

Plus en détail

Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC)

Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC) C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC) V é r i f i c a t i o n i n t e

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.»

«Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» «Cinq fiches d information sur les changements appliqués à mon foyer ou ma nouvelle maison.» 1 Production d électricité 20 % des besoins en électricité ménage des nouvelles constructions doivent être couverts

Plus en détail

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE»

GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» GAZIFÈRE UNE «ENTREPRISE CITOYENNE» MÉMOIRE SUR LE PROJET DE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA VILLE DE GATINEAU PRÉSENTÉ À LA COMMISSION CONSULTATIVE PAR GAZIFÈRE LE 20 MAI 2008 INTRODUCTION Au Québec,

Plus en détail

Séminaire - Tarification des réseaux haute tension Tunis 4-5 nov. 2008 Cadres Réglementaires

Séminaire - Tarification des réseaux haute tension Tunis 4-5 nov. 2008 Cadres Réglementaires Intégration Progressive des Marchés de l'electricité de l'algérie, du Maroc et de la Tunisie dans le Marché intérieur de l'electricité de l'union Européenne Séminaire - Tarification des réseaux haute tension

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du demandeur : s il est un gouvernement municipal

Plus en détail

GAZIFÈRE INC. FERMETURE DES LIVRES 2007. Rapport annuel PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE 2007

GAZIFÈRE INC. FERMETURE DES LIVRES 2007. Rapport annuel PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE 2007 GAZIFÈRE INC. FERMETURE DES LIVRES 2007 Rapport annuel PLAN GLOBAL EN EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE 2007 Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 1.0 MARCHÉ RÉSIDENTIEL... 3 1.1 Générateurs d air chaud

Plus en détail

Les politiques d efficacité énergétique en Chine, notamment dans le secteur du bâtiment

Les politiques d efficacité énergétique en Chine, notamment dans le secteur du bâtiment Développement durable et villes chinoises: l efficacité énergétique dans le bâtiment Les politiques d efficacité énergétique en Chine, notamment dans le secteur du bâtiment 5 e Symposium de Recherche Urbaine

Plus en détail

Plan de conservation de l énergie et de gestion de la demande 2013 2017 du CSPGNO selon la Loi sur l énergie verte de l Ontario

Plan de conservation de l énergie et de gestion de la demande 2013 2017 du CSPGNO selon la Loi sur l énergie verte de l Ontario Plan de conservation de l énergie et de gestion de la demande 2013 2017 du CSPGNO selon la Loi sur l énergie verte de l Ontario Contexte du secteur de l éducation Planification du financement et de la

Plus en détail

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations Directives du Programme 20-1 Volume 1 Affaires indiennes et inuit Chapitre 6 Installations fixes et services communautaires DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

Plus en détail

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES Actualisée Décembre 2006 Rédigé par RAEE STRATEGIE DE MARKETING POUR

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG)

CHARTE D ENGAGEMENT. Conclue le: Entre: SIG. et: date. Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) CHARTE D ENGAGEMENT Conclue le: date Entre: SIG Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1219 Le Lignon (ci-après, SIG) et: Logo de votre entreprise Nom du client Entreprise Rue NPA/Localité

Plus en détail

PROJET DE TEXTE DECRET. relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire

PROJET DE TEXTE DECRET. relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement, de l égalité des territoires et de la ruralité PROJET DE TEXTE DECRET relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les

Plus en détail

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Autorité : L (ORMR) est établi en tant que personne morale sans capital-actions en vertu de la Loi de 2010 sur les maisons de retraite. Le mandat de l ORMR

Plus en détail

PRAXIBAT. L'apprentissage par le geste. l outil de formation des professionnels

PRAXIBAT. L'apprentissage par le geste. l outil de formation des professionnels PRAXIBAT l outil de formation des professionnels à la maîtrise du geste pour des bâtiments sobres, efficaces énergétiquement,et durables L'apprentissage par le geste PRAXIBAT l outil de formation des

Plus en détail

UN ÉTABLISSEMENT ÉCO-RESPONSABLE

UN ÉTABLISSEMENT ÉCO-RESPONSABLE 1025 2 51 5 UN ÉTABLISSEMENT ÉCO-RESPONSABLE Météo-France ne se contente pas d apporter son expertise à la définition, à l évaluation et à la mise en œuvre des politiques durables, il contribue aussi par

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG CONTEXTE Par rapport à la formation d éco conseiller La mise en situation professionnelle dans le cadre de

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie?

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Durée Matériel Objectifs Compétenc es Lexique 1 heure Pour chaque groupe : - un ordinateur connecté à Internet (si cela n est pas possible, distribuer

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES Eléments de définition Les actions de sobriété et d efficacité énergétiques permettent de réduire les consommations d énergie. La sobriété énergétique «consiste à interroger nos besoins puis agir à travers

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Ministère du Développement économique et des Transports POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D INITIATIVES DE TRANSPORT DANS LES COLLECTIVITÉS

Ministère du Développement économique et des Transports POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D INITIATIVES DE TRANSPORT DANS LES COLLECTIVITÉS POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D INITIATIVES DE TRANSPORT DANS LES COLLECTIVITÉS BUT ET ÉNONCÉ DE POLITIQUE Le ministère du Développement économique et des Transports est déterminé à soutenir les collectivités

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONTRE LA MARCHE AU RALENTI

FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONTRE LA MARCHE AU RALENTI FICHE DE RENSEIGNEMENTS CONTRE LA MARCHE AU RALENTI POURQUOI DEVRAIT ON RÉDUIRE LA MARCHE AU RALENTI DES VÉHICULES? Au Manitoba, plus du tiers des émissions de gaz à effet de serre (GES) provient du secteur

Plus en détail

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier

Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Exemplarité de l État en Essonne sur son patrimoine immobilier Le contexte et les enjeux du secteur du bâtiment En France Le Bâtiment est en France le plus gros consommateur d énergie parmi tous les secteurs

Plus en détail

Cleantec dans une commune suisse de taille moyenne: Le projet SOLUTION à Cernier (NE)

Cleantec dans une commune suisse de taille moyenne: Le projet SOLUTION à Cernier (NE) Cleantec dans une commune suisse de taille moyenne: Le projet SOLUTION à Cernier (NE) Cleantec City, Journée villes et municipalités, 14 mars 2012 Berne Jérôme Attinger, Planair SA SOLUTION is a project

Plus en détail

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Le projet POLIS (identification et mobilisation du potentiel solaire

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 105.867.371 Valable jusqu au : 20/05/2021 Type de bâtiment : Bâtiment Type d activités: Autres Année de construction : 1989-2000 Surface utile

Plus en détail

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ;

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ; DEFINIR LES OBJECTIFS STRATEGIQUES ET OPERATIONNELS La stratégie retenue par la collectivité doit être présentée de manière synthétique en structurant autour de quelques orientations les objectifs qui

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/30 EX/25 23/7/13 Question 17 : Protection de l environnement ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMITÉ EXÉCUTIF PLANS D ACTION DES ÉTATS CONCERNANT

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) et Les Organismes de réglementation des services d assurance au Canada (CISRO) Projet d examen de la mise en œuvre du Comité

Plus en détail

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous :

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous : POLITIQUE NUMÉRO 32 de soutien à l intégration scolaire et d éducation à la citoyenneté Responsable : Direction des études Dernière mise à jour : CA/2004-361.08.4, le 26 mai 2004 Prochaine date de révision

Plus en détail

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage IGNES (les Industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire) rassemble 60 entreprises industrielles

Plus en détail

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M.

Plus en détail

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE DE LA PREMIÈRE A LA DEUXIÈME PÉRIODE CEE : LE DISPOSITIF Le bilan de la première période LE BILAN DE LA PREMIÈRE PÉRIODE UNE RÉUSSITE Les vendeurs d énergie deviennent

Plus en détail

1. But et objectifs généraux

1. But et objectifs généraux IAMGOLD CORPORATION COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE CHARTE 1. But et objectifs généraux Le comité de nomination et de gouvernance d'entreprise (le Comité) du conseil d'administration

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique des bâtiments

Diagnostic de performance énergétique des bâtiments Diagnostic de performance énergétique des bâtiments Direction générale de l urbanisme, de l habitat et de la construction Pierre Viola Sous-direction de la qualité et du développement durable dans la construction

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du

Plus en détail

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU REVUE DE DIRECTION 1. REFERENCES NORMATIVES Il existe de nombreuses normes et référentiels qui abordent différentes thématiques ayant des finalités spécifiques. Néanmoins, chaque norme et référentiel que

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E.

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Syndicat Départemental d Électricité et d Énergies de Lot-et-Garonne 26 rue Diderot 47031 AGEN Cedex Tél : 05 53 77 65 00 Fax : 05 53 77 72 78 www.sdee47.fr

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Le Comité de gouvernance du conseil d administration («le comité») a les obligations et responsabilités décrites

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Rénovation de l Hôtel de Ville. Ville de Cran-Gevrier. Rénovation de l hôtel de ville : il est temps!

DOSSIER DE PRESSE. Rénovation de l Hôtel de Ville. Ville de Cran-Gevrier. Rénovation de l hôtel de ville : il est temps! Le 03 Juillet 2014 Ville de Cran-Gevrier Service Communication Tél.04 50 88 67 04 DOSSIER DE PRESSE Rénovation de l Hôtel de Ville Rénovation de l hôtel de ville : il est temps! Construit en 1969, le bâtiment

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

P R O TA T IL I L e -CIT I O T Y O E Y N www.elmouwatin.dz

P R O TA T IL I L e -CIT I O T Y O E Y N www.elmouwatin.dz PORTAIL e-citoyen www.elmouwatin.dz AGENDA A- LESL ELÉMENTSE DE LA RÉUSSITE D UNE ADMINISTRATION ÉLECTRONIQUE. UNE ORIENTATION «CITOYEN» B- LE PROJET : PORTAIL e-citoyen WWW.ELMOUWATIN.DZ 1. OBJECTIFS

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Page 1 Table des matières CONTEXTE... 3 NOTE METHODOLOGIQUE... 4 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 5 A. DESCRIPTION

Plus en détail

Organisé conjointement par

Organisé conjointement par Intégration de la mise en œuvre de coopération mutuelle du Traité international et du Protocole de Nagoya dans le cadre des objectifs généraux de la politique nationale Un atelier pour les équipes nationales

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

Gestion de la relation client, Gestion du digital, Réputation de marque. des Normes en cours

Gestion de la relation client, Gestion du digital, Réputation de marque. des Normes en cours Gestion de la relation client, Gestion du digital, Réputation de marque des Normes en cours 1 Un changement de tournant lié aux enjeux du numérique La politique des organisations en matière de gestion

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

Rénovation énergétique : Lancement de la plate-forme expérimentale en Pays des 6 Vallées

Rénovation énergétique : Lancement de la plate-forme expérimentale en Pays des 6 Vallées Rénovation énergétique : Lancement de la plate-forme expérimentale en Pays des 6 Vallées En présence de des Membres du Bureau du Comité Syndical du Pays des 6 Vallées, Jean-François Macaire, Président

Plus en détail

ENERGIE Cahier des Charges 4 Synthèse

ENERGIE Cahier des Charges 4 Synthèse ENERGIE Cahier des Charges 4 Synthèse Des logos de l Eco Guide aux dendrites des Flocons Verts : L Eco Guide des stations de montagne se compose de 7 thématiques - Transport, Energie, Aménagement, Eau,

Plus en détail

Le certificat d économie d énergie

Le certificat d économie d énergie Le certificat d économie d énergie L un des outils proposés par la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique pour arriver à une maîtrise de la demande, est le certificat d économie

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Énoncé des principes régissant la gouvernance de la Société

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Énoncé des principes régissant la gouvernance de la Société Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Énoncé des principes régissant la gouvernance de la Société I. Introduction Le Fonds des médias du Canada (la «Société») favorise, développe, finance et promeut

Plus en détail

Présentation par. Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie

Présentation par. Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie Présentation par Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie 7 N O V E M B R E 2 0 0 3 73 QUATRIEME PARTIE : Fiches explicatives des mesures proposées 74 Maîtrise de l énergie I. La situation en France

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Contenu de la norme ISO 50001-2011

Contenu de la norme ISO 50001-2011 Contenu de la norme ISO 50001-2011 22 novembre 2011 Virginie BUCHHEIT Luxcontrol 1, av. des Terres Rouges BP 349 L-4004 Esch/Alzette Tel : +352 54 77 11 281 Fax : +352 54 77 11 266 www.luxcontrol.com Email:

Plus en détail

Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan. Communications et reddition de comptes à la communauté. Octobre 2015

Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan. Communications et reddition de comptes à la communauté. Octobre 2015 Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan Communications et reddition de comptes à la communauté Octobre 2015 1. Contexte 2. Objectifs 3. Champ d application 4. Définition 5. Communications et reddition

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Règlement précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA. 17 décembre 2012. Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre

Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA. 17 décembre 2012. Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre Discours du Chef de projet pour ouverture PASCRENA 17 décembre 2012 Salutations protocolaires Chers amis de la société civile, Je vous remercie d avoir bien voulu répondre par votre présence à cette invitation

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100]

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Certification EN9100 [CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Demande d accompagnement sur une action collective «Certification qualité EN9100 porté par la filière Normandie AéroEspace. Contexte de la mission...

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014 :

APPEL A PROJETS 2014 : APPEL A PROJETS 2014 : ASSAINISSEMENT ET ENERGIE REDUIRE L IMPACT ENERGETIQUE DES SYSTEMES D ASSAINISSEMENT DOMESTIQUES RÈGLEMENT Date d ouverture de l appel à projet : 20 janvier 2014 Date limite d envoi

Plus en détail

SOMMAIRE EDITO. Agenda 21. Objectifs et moyens. Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation. Outils

SOMMAIRE EDITO. Agenda 21. Objectifs et moyens. Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation. Outils PLAN CLIMAT-ENERGIE TERRITORIAL DE Poitiers Février 2013 SOMMAIRE Agenda 21 Objectifs et moyens Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation Outils EDITO Une collectivité pionnière

Plus en détail

Top départ pour la RT 2012!

Top départ pour la RT 2012! Top départ pour la RT 2012! La poursuite du Grenelle de L'Environnement dans sa volonté de pérenniser la dynamique impulsée par les "bâtiments basse consommation" : De tous les secteurs économiques, celui

Plus en détail