Phillips Oduoza: Le Ratio Coût/Revenu des Banques Nigérianes reste le plus élevé des Marchés Emergents et des Marchés Frontières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Phillips Oduoza: Le Ratio Coût/Revenu des Banques Nigérianes reste le plus élevé des Marchés Emergents et des Marchés Frontières"

Transcription

1 Phillips Oduoza: Le Ratio Coût/Revenu des Banques Nigérianes reste le plus élevé des Marchés Emergents et des Marchés Frontières 12 janvier 2014 M. Phillips Oduoza Dans le cadre des plaintes des membres du secteur privé formel à l égard des taux d intérêts élevés en vigueur et les pressions qui pèsent sur le secteur réel, Le Directeur Général du Groupe UBA, M. Phillips Oduoza, a, dans une interview accordée à certains rédacteurs de journaux d affaires la semaine dernière, expliqué que la réduction du taux d intérêt ne serait possible que lorsque le coût d exploitation des banques, qu il a décrit comme étant le plus élevé de la catégorie des pays émergents, serait baissé. Festus Akanbi était sur place. Comment la récente mise en place d une série de strictes mesures réglementaires par la Banque Centrale du Nigéria a-t-elle affecté les opérations de UBA, surtout au cours de l année dernière? 2013 a été une année très difficile pour les institutions financières au Nigéria avec les effets de la réduction des lignes de revenus et l augmentation des coûts de financements provoquées par la réglementation. Les commissions de mouvement dont le taux maximum était fixé à 5 pour mille ont été réduites à un taux maximum de 3 pour mille. Comme vous le savez, les commissions de mouvement constituent un élément essentiel des lignes des revenus des banques. Il y a eu aussi la suppression des frais de 100 nairas perçus par les banques pour l utilisation des Guichets Automatiques de Billets (GAB). Par ailleurs, on a assisté à une augmentation des taux d intérêts sur l épargne entraînant des coûts supplémentaires pour les banques parce qu une part significative de leurs dépôts provient des épargnes surtout pour les banques comme la nôtre qui sont en activités depuis fort longtemps.

2 Au moment où se produisaient ces évènements au cours du deuxième trimestre de l année dernière, un autre fait majeur a eu lieu au cours du troisième trimestre. Le taux des réserves obligatoires pour les dépôts du secteur public a augmenté de 12 pour cent à 50 pour cent, signifiant que pour tous les dépôts de 100 nairas générés dans le secteur public, 50 pour cent doivent être immobilisés ou gardés à un taux zéro. Comment cette situation est-elle gérée? C est à ce niveau que les filiales africaines entrent en jeu. Essentiellement, toutes ces initiatives ont eu un impact sur le marché nigérian mais n en ont eu aucun sur les différents pays africains où nous opérons. UBA est présente dans 18 pays africains en dehors du Nigéria, donc nous avons intensifié nos activités dans ces pays. Les pertes de revenus que nous avons subies au Nigéria, nous essayons de les récupérer dans les 18 pays africains où sont implantées les filiales de la Banque. Alors, la première stratégie était d augmenter le revenu des différents pays africains. Heureusement pour nous, nous avions terminé notre première phase d expansion africaine l année dernière et nous sommes maintenant dans la phase de consolidation. Par conséquent, nous avons déployé davantage de ressources; quelques réorganisations ont été opérées au niveau des cadres supérieurs dans les différents pays africains. Nous avons intensifié les activités dans le domaine des transferts de fonds et le commerce interafricain et les revenus non issus des intérêts générés à partir de ces activités sont très importants bien que pas assez pour complètement amortir tout l impact de tous ces changements. La deuxième initiative a été d améliorer nos services électroniques. Les paiements électroniques nous rapportent des revenus à partir des cartes (l utilisation des TPE) et d autres revenus associés aux opérations des services bancaires électroniques. L utilisation des cartes a également réduit nos coûts car les clients ont plutôt transféré leurs opérations des locaux de la banque vers les canaux des services électroniques. Les coûts des services à la clientèle à partir des services électroniques ne constituent qu une fraction des coûts réels des mêmes services dans les locaux de la banque. Alors, le renforcement des services électroniques nous a apporté deux choses: une réduction significative des coûts d exploitation et une augmentation des revenus. Notre troisième stratégie représente le changement que nous avons opéré dans les investissements dans les titres du gouvernement, dans les bons du Trésor et dans d autres instruments de même nature en faveur de la création d actifs de qualité. Le portefeuille des risques de la Banque a, l an dernier, augmenté de manière significative comme vous le trouverez lorsque nos résultats complets de l an 2013 seront publiés. Nous nous concentrons essentiellement sur les secteurs émergents, tels que les télécommunications, le pétrole et le gaz en amont, l agriculture et l électricité pour optimiser le bilan du Groupe. UBA est probablement le plus grand pourvoyeur de financement au secteur de l électricité dans le cadre de la nouvelle réforme du secteur électrique et nous en ferons davantage cette année. L Agriculture demeure un très grand secteur pour UBA. Aujourd hui, elle contribue effectivement environ 7 pour cent de notre portefeuille par rapport à la moyenne sectorielle de 4 pour cent. Ce sont quelques-unes de nos stratégies adoptées pour atténuer l impact de la crise que nous avons connue l année dernière. Pourrions-nous conclure de votre réponse à la première question, que les opérations bancaires sont plus rentables à l extérieur qu à l intérieur Nigéria?

3 Les réalités sont différentes et on ne saurait tirer une telle conclusion. Elles sont tout à fait rentables mais je ne dirais pas qu elles le sont plus qu au Nigéria. Le Nigéria demeure toujours un marché très dominant en Afrique sub-saharienne. Le marché nigérian est très grand par rapport à d autres marchés en Afrique sub-saharienne, après l Afrique du Sud, le Nigéria est le deuxième plus grand. Je crois qu après la réévaluation du PIB qui interviendra incessamment, nous verrons le Nigéria surclasser même l Afrique du Sud. Les opérations de la banque au Nigeria représentent environ 75% du chiffre d affaires du Groupe avec une contribution de 25% venant des autres pays africains. Mais à l avenir, d autres pays africains vont continuer à améliorer la part de leurs contributions et l objectif final à moyen terme est de parvenir à une parité de entre le Nigéria et les différents pays africains. L appui de UBA au secteur de l électricité traduit-il la confiance de la Banque dans les réformes intervenues dans ce secteur? Pour nous, les reformes intervenues dans le secteur de l électricité entraînera une révolution comparable à celle du secteur des télécommunications. L impact global sur l économie sera très important avec un effet multiplicateur sur l économie. Cela aura un impact énorme sur les opérations des PMEs. Tous les secteurs de l économie nationale tireront pleinement profit de la privatisation du secteur de l électricité. Pour notre part, en tant que banque, notre appui au secteur de tous les secteurs de l économie prend la forme d un financement à long terme qui générera un flux de trésorerie et de revenus stables tout au long de la période de financement. Certains de ces financements sont pour une durée de 7 ans, d autres pour une durée de 5 ans ou environ. Alors, au cours de cette période, la banque continuera à profiter de cette source de revenus. En résumé, nous croyons que les réformes du secteur de l électricité tout comme celles du secteur des télécommunications auront un impact significatif et très positif sur l économie et la vie des Nigérians. D autre part, nous avons confiance aux reformes du secteur de l électricité en raison de la valeur dérivée qui proviendra de la chaîne de valeur du secteur de l électricité pour la banque. Le Bilan de la banque est très solide. UBA reste l une des banques qui dispose encore de marge suffisante pour élargir son portefeuille de risques. Par conséquent, en 2014, nous nous attendons à élargir qualitativement notre portefeuille de risques. Le portefeuille des créances en souffrance de UBA demeure l un des plus faibles au Nigéria. L année dernière, pour le Nigéria, il s établissait à moins de 1%, et, à 3%, pour tout le Groupe, ce qui était dans la limite de 5% fixée par la Banque Centrale. Rappelez-vous que dans le courant de 2011, nous avons procéder à l apurement des comptes du bilan, réaligné notre position, ce qui a donné lieu à l un des bilans bancaires les plus propres. Compte tenu des menaces croissantes posées aux services bancaires électroniques par les activités des fraudeurs sur internet, quelles mesures mettez-vous en place pour rendre la plateforme sécurisée pour vos clients? De nos jours, les services bancaires électroniques sont en fait la nouvelle direction dans l offre de services bancaires. Aujourd hui, environ 40% des opérations bancaires s effectuent en ligne contre 60% hors ligne. Il y a quelques années, seules 17% des opérations étaient effectuées en ligne contre 83% hors ligne. La fraude sur internet est une très grande source d inquiétude pour le secteur dans son ensemble. Contrairement aux chèques qui impliquent la confirmation du client titulaire du compte, stade auquel la fraude peut être facilement arrêtée. Pour la fraude sur

4 internet, une fois que le fraudeur appuie sur une touche et que l opération est effectuée, l argent quitte immédiatement le compte. Le secteur s attaque au problème conjointement. En tant que secteur, nous avons décidé que tous les guichets automatiques de billets (GAB) au Nigéria aient des dispositifs de sécurité à compter de ce trimestre, en vue de rendre difficile aux fraudeurs le vol des données personnelles des clients au niveau des GABs. C était l une des décisions que nous avons prises à la Séance du Comité Bancaire qui vient d avoir lieu à Calabar en décembre l année dernière. Toutes les banques doivent se procurer des dispositifs de sécurité pour tous les GABs avant la fin de ce trimestre. Que fait UBA? Nous avons inauguré tout récemment, un Centre des Opérations de Sécurité, le premier de son genre au Nigéria, pour surveiller toutes opérations en vue de détecter des fraudes éventuelles. Nous collaborons avec l une des meilleures sociétés de sécurité au monde. C est une bataille que nous devons gagner coûte que coûte car ces fraudeurs se créent de nouvelles techniques tous les jours. La solide infrastructure informatique et le système de sécurité de pointe de la banque est constamment mis à jour afin de s assurer que nous continuions à lutter efficacement contre la fraude sur internet. En dépit des efforts louables que vous avez faits pour apurer vos comptes et renouer avec la rentabilité, ces mesures ne se reflètent toujours pas dans les prix de vos actions comme c est le cas des autres banques internationales dans le marché des capitaux. Quels efforts supplémentaires pourriez-vous fournir pour convaincre le marché que vous avez le même statut que les autres plus grandes banques du pays pour refléter le paiement de primes pour vos actions? Pour UBA, vous avez raison que la valeur comptable est faible par rapport à d autres banques et je crois que cette situation va changer. En 2011 quand nous avions apuré les comptes du bilan, nous avions déclaré une perte sans précédent dans le secteur. Nous avions eu à rencontrer toutes les parties prenantes du marché Boursier, les courtiers, les journalistes financiers et d autres acteurs du marché et nous leur avions expliqué pourquoi nous avions décidé d apurer les comptes du bilan. Ce que nous avons fait était nouveau dans notre environnement mais très courant parmi les principales institutions financières mondiales. Etant donné que nous opérons sur les grands centres financiers avec des régulateurs de 21 pays différents, il était opportun pour nous de bien faire les choses et de les faire conformément aux bonnes pratiques internationales. Comme vous le savez, nous opérons à Londres où nous sommes contrôlés par les autorités de régulation des services financiers (FSA) et à New York où nous sommes contrôlés par le Bureau du Contrôleur des Devises (OCC). En plus de cela, nous sommes présents dans 19 pays africains, ce qui fait de nous une banque nigériane typique. Alors, nous avons passé en pertes toutes les créances irrécouvrables et nous en avons vendu d autres à la Société de Gestion des Actifs du Nigéria (AMCON) tout en procédant à la coupe correspondante. Permettez-moi de souligner que lorsque nous avions présenté ce plan, nous avons été interrogés sur les raisons. On nous avait suggéré de les passer en pertes progressivement, mais nous avons refusé. Nous avons insisté à le faire. Nous étions de l avis qu après l apurement des comptes du bilan, nous pourrions amorcer un renouveau. Les parties prenantes de la Bourse Nigériane ont d abord

5 paniqué et se sont mis à vendre leurs actions, ce qui a entraîné la chute de la valeur des actions de UBA à un minimum de 1,65 naira. Mais certains analystes ont perçu le bien-fondé de notre décision et ils ont commencé à en acheter et progressivement le cours des actions de UBA a commencé à reprendre de la valeur. Au premier trimestre suivant de 2012, UBA a réalisé des bénéfices ; au deuxième trimestre, nous avons également réalisé des bénéfices et tout le monde a commencé à reprendre les actions de UBA. En 2012, UBA a enregistré la meilleure appréciation du cours de ses actions sur le marché boursier parmi les institutions financières et nous avons clôturé 2012 en renouant avec la rentabilité. En 2013, le cours des actions a conservé sa tendance à la hausse et en décembre de l année dernière, UBA a également connu une augmentation significative de ses actions sur le marché boursier. Je crois que la même chose va se répéter en Je crois aussi que les Analystes auront un nouveau regard sur UBA en Les Analystes reconnaîtront que la banque a connu une croissance soutenue. Quoi qu il en soit, le bilan est très solide et robuste. Donc, je crois qu une révision à la hausse de la notation de la banque aura lieu. Le cours actuel de nos actions est basé sur la mémoire des gens et non sur notre performance et nos perspectives réels. Les Investisseurs ont également perdu beaucoup d argent pendant la crise financière de sorte que beaucoup d entre eux ne sont pas retournés sur le marché et pourraient bien ne pas y retourner pendant un certain temps. Il y aura certainement un mouvement à la hausse des cours de nos actions parce que notre performance actuelle indique que nous sommes la banque dans laquelle on doit investir. Y-a-t-il du travail à faire sur le ratio coût/revenu? Il est toujours élevé et cela pourrait provoquer une chute significative du Bénéfice Après Impôts de la banque? Il est vrai que le ratio coût/revenu est élevé et je vais vous expliquer pourquoi il en est ainsi. Le capital que nous avons investi en Afrique, si nous le rapatriions aujourd hui et le placions dans les bons du trésor, notre performance actuelle serait totalement différente. C est un investissement dans l avenir qui n est pas encore pris en compte dans l évaluation du cours de nos actions parce que les investisseurs ne s inscrivent pas dans le long terme. Quatorze de nos 18 filiales africaines font des bénéfices en dehors du Nigéria. Quand elles vont toutes atteindre le seuil de rentabilité à partir de cette année, leur contribution sera totalement différente. En même temps, nous provisionnons ou amortissons les frais de pré-installation de nos filiales en Afrique et par conséquent, nous sommes obligés de connaître l actuel ratio coût/revenu relativement élevé. Nous avons reconnu les dépenses, mais les bénéfices vont suivre. Déjà, le ratio coût/revenu diminue. N oubliez pas qu en 2012, nous avons clôturé avec un ratio coût/revenu de 78%. Le Premier trimestre 2013, cela a baissé à 65% et au cours du deuxième trimestre, cela a été réduit à 62%. Notre objectif ultime est de nous retrouver autour de 50% et cela se produira très bientôt vu que les revenus se trouvent en décalage par rapport aux investissements en capital pour les filiales africaines. Quelles sont vos réalisations en tant que DG du Groupe pendant les trois dernières années?

6 Nous avons fait passer la banque d une position de perte post-crise financière et avons étendu la rentabilité à nos filiales africaines nouvellement créées. Les filiales africaines qui viennent d être implantées ont commencé à se remettre progressivement de leurs positions de pertes pour, aujourd hui, dégager une marge bénéficiaire, et c est le cas de 14 des 18 filiales africaines de UBA. Le portefeuille des dépôts et le portefeuille des prêts ont connu une croissance importante au cours des trois dernières années. UBA a pris la première position et s est vu décerner le Prix de la Banque la plus tournée vers le secteur agricole par la Banque Centrale du Nigéria et UBA continue de remporter de nombreux prix prestigieux des magazines financiers tels que Euromonney, The Banker etc., au Nigeria et au niveau des filiales africaines. Les actions de la Banque se sont énormément appréciées ces deux dernières années, donnant lieu à la création d une valeur importante aux actionnaires. L avenir de la banque est très prometteur. Nous avons établi une très bonne base. En fait, il n y a pas aujourd hui de grosses transactions à laquelle UBA ne participe pas. UBA est impliquée dans toutes les grosses transactions. Donc, la marque demeure très forte. Nous avons également assisté à des transitions harmonieuses au niveau du Conseil d Administration, ce qui témoigne de la solidité de la structure de gouvernance. Vous avez récemment annoncé l augmentation du financement de UBA au secteur de l agriculture. Quel est votre objectif cette année? Nous finançons le secteur de l agriculture depuis des années et nous continuerons à le faire. Nous avons également ajouté d autres domaines et c est pourquoi UBA est devenu le plus grand prêteur du secteur de l électricité. Nous investissons énormément dans le secteur de l énergie ainsi que dans les infrastructures, le pétrole en amont et le gaz. Ce sont les nouveaux secteurs qui font tourner l économie. L agriculture demeure très importante pour nous et la plupart des principaux acteurs, que ce soit dans la production et la transformation, sont dans les livres de UBA. J ai aussi mentionné que 7% de notre portefeuille est rattaché à l agriculture contre une moyenne sectorielle inférieure à 4%. Nous détenons le pourcentage le plus élevé des financements de l agriculture parmi toutes les banques au Nigéria. Nous sommes fortement engagés dans toute la chaîne de valeurs. De la transformation de l amidon, du coton ou du cacao à l exportation et au stockage dans la chaîne de valeurs, UBA est toujours présent. Que fait UBA en ce qui concerne la banque de détail vu le défi posé par la réglementation sur les fonds du secteur public? Nous sommes fortement engagés dans la banque de détail. UBA dispose de plus de sept millions de clients. Nous disposons du réseau et de la capacité nécessaires en matière d agences. Nous sommes capables d atteindre beaucoup de clients et nous nous disposons aussi des canaux appropriés. UBA dispose d un très grand nombre de Guichets Automatiques de Billets (GAB) sur le marché et au moment où la déclaration sur le taux des réserves obligatoires a été faite par la Banque Centrale du Nigéria (CBN), nous avions diversifié notre base de dépôts et aujourd hui, nous disposons d une combinaison très diversifiée. En fait, le secteur public ne constitue qu un pourcentage dérisoire de 10% du total de nos dépôts et l une des choses que nous avons faites dans le cadre du Projet Alpha était de nous concentrer sur les dépôts du secteur non public et fondamentalement, c est ce sur quoi nous nous concentrons depuis. Un exam de la composition

7 de notre portefeuille de dépôts fait apparaître qu une partie importante provient des dépôts des particuliers et des entreprises et juste une très petite partie provient du secteur public. Nous aimerions offrir davantage de prêts à la consommation, mais il existe actuellement des défis au Nigéria. L un des défis est la vérification d identité. Il s agit d un gros problème. La question d identité est en train d être gérée avec l introduction du système biométrique dans le secteur bancaire dans son ensemble. Les centrales des risques apporteront leur appui dans le cadre du financement de la consommation au Nigéria. Leur base de données est en cours de constitution et nous pensons que la situation s améliorera des sa mise en place. UBA a également certains produits qui serviront de moteur à l inclusion financière. Certains produits avec des exigences maximales en matière de Connaissance du Client comme, par exemple, le compte Epargne Liberté (freedom savings) modifié dont l ouverture requiert la fourniture de peu ou pas de pièces d identification. Nous avons aussi les cartes de débit prépayées dont la détention et l utilisation ne requièrent pas l ouverture d un compte. Il y a aussi U-Mobile qui sert de plateforme pour les services bancaires mobiles. Voilà quelques-uns des nouveaux produits que nous avons lancés sur le marché et ils sont de plus en plus appréciés. Est-ce que UBA envisage d acquérir l une des banques en redressement mises en vente par AMCON? UBA ne s intéresse pas à l acquisition d aucune banque mise en vente. Nous ne voyons aucune convergence stratégique ni aucune synergie entre nos activités existantes et les banques mises en vente. Nous avons les clients aussi bien que les réseaux et les canaux. Donc, nous ne voyons pas les avantages supplémentaires que nous pourrons tirer d une telle combinaison d activités. En attendant la nomination d un nouveau Gouverneur de la Banque Centrale du Nigéria, quelles sont vos attentes? Je ne connais pas celui qui va émerger comme le nouveau Gouverneur de la Banque Centrale du Nigéria, mais qui que ce soit, je ne pense pas qu il y aura un revirement des politiques clés. Ces politiques fonctionnent très bien. Par exemple, le Nigéria est le seul pays parmi les marchés émergents à ne pas subir de dépréciation importante de sa monnaie pendant une longue période. Le taux d inflation a été ramené à un seul chiffre. Je ne m attends à aucun assouplissement de la politique monétaire. La politique de réduction de la circulation des espèces (cashless) a été très bonne et je crois que c est quelque chose qui doit être adopté par tout le monde. Cette année, la politique de réduction de la circulation des espèces entrera en vigueur dans tous les états à travers le pays. Il y aura également une certaine stabilité des taux d intérêts. L une des raisons pour lesquelles je crois qu il n y aura pas d assouplissement de la politique monétaire est que nous entrons dans une année pré-électorale. Les dépenses pré-électorales sont, par nature, inflationnistes et la politique monétaire ne saurait, par conséquent, être assouplie quand il y a tant de liquidités dans le système. Au pire des cas, je crois que nous pourrions assister à un nouveau durcissement de la politique monétaire. Il est fort possible que le taux des réserves obligatoires connaisse une augmentation non seulement pour les dépôts du secteur public mais aussi pour les dépôts du secteur privé et je crois que la Banque Centrale du Nigéria continuera à se servir de ses réserves pour preserver la monnaie locale.

8 Quelle est votre opinion sur le régime actuel du taux d intérêt au regard des plaintes des opérateurs du secteur privé formel? C est tout à fait vrai que nous subissons tous les effets des taux d intérêts élevés. Je veux aussi des taux moins élevés mais, si vous examinez bien la situation, vous constaterez que les banques font partie intégrante de l économie. L une des raisons pour lesquelles le taux d intérêt est élevé au Nigéria, c est les défis infrastructurels. Le taux des dépôts peut ne pas être aussi élevé que vous le pensez mais plutôt les frais additionnels liés à la constitution de ces dépôts sont très élevés. Actuellement, UBA a quatre groupes électrogènes qui fonctionnent simultanément, chacun disposant d une puissance de KVA. On assiste donc à la production de six mégawatts rien que pour cet immeuble. C est une mini-centrale électrique. Le coût de consommation de Diesel est extrêmement élevé, chacune des agences dispose de deux groupes électrogènes. Un sert de générateur principal et l autre sert de réserve. Nos cartes sont utilisées à travers le monde entier et par conséquent, nous ne pouvons pas nous permettre de nous retrouver une seule seconde sans courant et causer ainsi des désagréments aux détenteurs. Les cartes UBA sont utilisées en Afrique du Sud, en Amérique et au Japon. Par conséquent, cette infrastructure doit être sur place. Ce sont des coûts inévitables pour assurer la continuité des activités. C est l une des raisons pour lesquelles le taux d intérêt est très élevé. Le coût de la gestion des espèces est également très élevé. Si vous allez dans les locaux de la banque, vous verrez comment les machines tombent en panne tous les jours. Soit vous les remplacez soit vous les faites réparer. Il y a aussi les caissiers qui sont là. Voilà pourquoi nous réclamons des services bancaires sans espèces (cashless). Avec la mise en œuvre complète de la politique cashless, vous verrez que le coût de gestion de l argent va baisser de manière significative avec un impact positif sur les taux d intérêts. Si vous comparez les états financiers des banques nigérianes avec ceux des autres marchés émergents de premier plan, le ratio coût/ revenu des banques nigérianes se situe autour de 60. Certains cas extrêmes avoisinent les 70. Dans tous les autres marchés émergents tels que la Turquie, la Malaisie, l Inde etc., le ratio coût/ revenu tournent autour de 40. Si nous pouvons gérer tous ces éléments de coûts, je vous assure que le taux d intérêt pourra baisser à un seul chiffre. Comment pourriez-vous réagir aux spéculations selon lesquelles l ancien Directeur Général du Groupe, M. Tony Elumelu, demeure la main invisible derrière la gestion de la banque? M. Tony Elumelu est engagé dans des affaires dans le secteur de l électricité, de la santé, de l hospitalité, de l agriculture, du pétrole et du gaz. Il est pleinement occupé et n a pas de temps pour les affaires de UBA comme le laisse croire les spéculations. Rappelez-vous qu il a été Directeur Général du Groupe pendant 13 ans et moi je ne le suis que depuis trois ans. J aime bien puiser dans ses expériences et connaissances du secteur bancaire, mais à peine dispose-t-il de ce temps. Alors pour répondre à votre question, Tony n est pas une main invisible derrière la gestion de UBA. Il est occupé par ses diverses affaires qu il est en train de développer non seulement au Nigéria mais à travers toute l Afrique. UBA est une banque qui se glorifie de la continuité, de la stabilité et de la bonne gouvernance. Ce que les grandes banques comme UBA ont d intéressant, c est qu il ne s agit pas d une entreprise soumise au diktat d un seul homme. Nous avons tous ensemble élaboré un plan dans lequel nous avons décidé ce que nous voulons faire. Dans une très large mesure, nous suivons le plan sur lequel nous nous sommes tous miss d accord. Si Tony Elumelu veut revenir à UBA, il n ya rien qui l empêche de le faire. Tout

9 d abord, il a déjà épuisé les trois ans obligatoires en déhors de UBA comme stipulé par la Banque Centrale du Nigéria. Vous étés également au courant que nous venons d avoir une transition réussie d un Président du Conseil d Administration à un autre. Notre ancien Président, Chief Ogbue, vient de prendre sa retraite après avoir effectué avec succès son mandat conformément aux exigences réglementaires et a passé la main à l Ambassadeur Joe Keshi, l ancien Vice Président du Conseil d Administration à partir du mois de décembre Cet événement a eu lieu vers la fin du mois, donc M. Elumelu aurait pu devenir le Président du Conseil d Administration de la banque s il l avait voulu. Concernant la gestion de la banque, j ai deux Directeurs Généraux Adjoints avec qui je collabore. Nous disposons d une des plus grands nombres d administrateurs exécutifs dans le secteur. Notre effectif, direct et indirect, s élève à environ membres à travers le monde.

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Norvège. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Norvège Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

NIGERIA: FONDS DE PENSION, COMPAGNIES D ASSURANCE ET MARCHÉS DE CAPITAUX CHANGEANTS

NIGERIA: FONDS DE PENSION, COMPAGNIES D ASSURANCE ET MARCHÉS DE CAPITAUX CHANGEANTS NIGERIA: FONDS DE PENSION, COMPAGNIES D ASSURANCE ET MARCHÉS DE CAPITAUX CHANGEANTS Obi Ugochuku Directeur Général, GCA Capital Partners Co-Fondateur, BroadStreetLagos.Com Agenda 2 Introduction Les compagnies

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

RÉALIGNEMENT DES SECTEURS

RÉALIGNEMENT DES SECTEURS LE GROUPE BANQUE TD PUBLIE LE DOCUMENT INFORMATION FINANCIÈRE SUPPLÉMENTAIRE QUI TIENT COMPTE DU RÉALIGNEMENT DES SECTEURS, DE LA MISE EN ŒUVRE DE NOUVELLES NORMES IFRS ET DES MODIFICATIONS APPORTÉES À

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Standard Life plc Résultats intermédiaires 2007 4 septembre 2007

Standard Life plc Résultats intermédiaires 2007 4 septembre 2007 Standard Life plc Résultats intermédiaires 2007 4 septembre 2007 Bénéfice d exploitation selon la valeur intrinsèque européenne (VIE) en hausse de 71 %, à 353 M (2006 : 206 M ) Contribution des affaires

Plus en détail

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle Plain talk sur le fonctionnement des FNB Formation de la clientèle Table des matières 2 Qu est-ce qu un FNB? 4 Comment fonctionnent les FNB 8 Quels FNB vous conviennent le mieux? Les fonds négociés en

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2014

Rapport intermédiaire du premier trimestre de 2014 Banque HSBC Canada Rapport intermédiaire du premier trimestre de Rapport intermédiaire du premier trimestre de Profil La Banque HSBC Canada, filiale de la société HSBC Holdings plc, est le chef de file

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 3 décembre 204 Fonds d obligations canadiennes Universel BlackRock Sun Life Le

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur L investissement fiscalement avantageux à son meilleur Payer des impôts, ça vous plaît? Si vous investissez à l extérieur d un régime enregistré, les distributions et les transactions pourraient créer

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2002 RAPPORT AUX ACTIONNAIRES Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires s est établi à 74 millions de dollars CAN pour le trimestre terminé

Plus en détail

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant 1 Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices RBC Votre employeur a

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Comptabilité réglementaire Crédit Détail Haute direction Institutionnel

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie RAPPORT ANNUEL

La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie RAPPORT ANNUEL La Compagnie d Assurance du Canada sur la Vie 2007 RAPPORT ANNUEL MISE EN GARDE À L ÉGARD DES DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Le présent rapport renferme des déclarations prospectives visant la Compagnie, ses

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Bonjour, Vous trouverez ensuite une lettre que j ai envoyée à certains politiciens fédéraux en 2008, pour leur demander d examiner cette idée.

Bonjour, Vous trouverez ensuite une lettre que j ai envoyée à certains politiciens fédéraux en 2008, pour leur demander d examiner cette idée. De : Bill Strautman Date : Le 12 août 2011 5:28 PM Pour : ~Finance/Finances Cc : Sujet : LA POPULATION CANADIENNE EST INVITÉE À FAIRE CONNAÎTRE SES PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL 2012 Bonjour, On a porté

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1126778L/Bleue-1 -----

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1126778L/Bleue-1 ----- RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS

DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DISCOURS D OUVERTURE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DES GOUVERNEURS AM101f-Y 1 M. Harris Georgiades Président du Conseil des gouverneurs de la BERD Assemblée annuelle, Tbilissi 15-16 mai 2015 Discours d ouverture

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique»

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» PREMIER FORUM DES AFFAIRES DE LA CEDEAO ACCRA, 21-29 octobre 2007 =========================================== «La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» Communication du Président

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Banque aurait dû travailler seule et prendre des mesures beaucoup plus drastiques pour contrer cette poussée inflationniste.

Banque aurait dû travailler seule et prendre des mesures beaucoup plus drastiques pour contrer cette poussée inflationniste. Propos tenus par M. Rundheersing Bheenick, Gouverneur de la Banque de Maurice, lors de la conférence de presse, au lendemain de la réunion du Comité de Politique Monétaire du 28 mars 2011 Le but de cette

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances Chambre des communes

Présentation au Comité permanent des finances Chambre des communes Presentation Standing Committee on Finance Study: Measures to Enhance Credit Availability and the Stability of the Canadian Financial System March 31, 2009 Présentation Comité permanent des finances ÉTUDE

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES N 1991/25

CIRCULAIRE AUX BANQUES N 1991/25 Tunis, le 17 décembre 1991 CIRCULAIRE AUX BANQUES N 1991/25 OBJET : Communication d un arrêté trimestriel du compte de pertes et profits. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Vu la loi n 58/90

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 03. Comptabilité Générale COURS 470 Série 03 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Avantage collectif RBC. REER collectif Guide du participant

Avantage collectif RBC. REER collectif Guide du participant Avantage collectif RBC REER collectif Guide du participant 1 Avantage collectif RBC Le REER collectif Choix Royal Votre employeur a mis en place un régime enregistré d épargne-retraite (REER) pour vous

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

exigences de Bâle II Pilier 3

exigences de Bâle II Pilier 3 Renseignements ents sur la rémunération de 23 et 24 conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3 La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Attijari Bank - Fiche valeur. Croissance des principaux agrégats de la banque. Une moyenne de 9 ouvertures 14% 11% TCAM* 2006-20009 TCAM* 2010-2013

Attijari Bank - Fiche valeur. Croissance des principaux agrégats de la banque. Une moyenne de 9 ouvertures 14% 11% TCAM* 2006-20009 TCAM* 2010-2013 20 + Acheter Prix : 18.600Dt Evolution du cours depuis 2013 Une banque qui a tout d une grande Recommandation boursière Cédée en 2005 par l Etat au consortium Attijariwafa Bank et Grupo Santander, l ancienne

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif :

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : YMCA Canada ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT I. FONDS DE PLACEMENT CONSOLIDÉ Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : Actif en dotation comprenant : a. des contributions

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Services financiers collectifs RBC. REER collectif Guide du participant

Services financiers collectifs RBC. REER collectif Guide du participant Services financiers collectifs RBC REER collectif Guide du participant 1 Services financiers collectifs RBC Le REER collectif Choix Royal Votre employeur a mis en place un régime enregistré d épargne-retraite

Plus en détail

Garantie contre les risques à l exportation

Garantie contre les risques à l exportation Garantie contre les risques à l exportation Révision totale de la loi de 1958 28 janvier 2004 Numéro 4 La révision de la garantie contre les risques à l exportation (GRE) en consultation Le Conseil fédéral

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE SESSION 2015 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de flux de trésorerie de l OEC de l annexe A (à rendre avec la copie), en présentant

Plus en détail

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mis à jour le 13 janvier 2012 COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mandat Le Comité des placements est un comité permanent du conseil d administration de l Association Royale de Golf du Canada (active

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail