LES STRATEGIES ET LA CONCURRENCE DANS LA FINANCE, LA BANQUE, LES ASSURANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES STRATEGIES ET LA CONCURRENCE DANS LA FINANCE, LA BANQUE, LES ASSURANCES"

Transcription

1 N 1 27 septembre 2007 LES STRATEGIES ET LA CONCURRENCE DANS LA FINANCE, LA BANQUE, LES ASSURANCES SOMMAIRE L humeur du mois 1 1. DOSSIER SPECIAL IMMOBILIER 2 Marché de l ancien 2 Marché du neuf 3 Crédit à l habitat 4 Les banques et l immobilier 5 2. DECRYPTAGES 7 Le cas Northern Rock 7 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% Revenus de 5 groupes bancaires de réseau %, taux de croissance sur données annuelles S L humeur du mois La banque de détail 8 3. STRATEGIES SECTORIELLES 9 Les cartes privatives 9 Stratégies de marques dans l assurance 11 Les banques et Internet 14 La lettre PRECEPTA Finance Mensuel gratuit sur abonnement (voir bulletin en fin de numéro) Comité de rédaction Laurent Faibis, Président de Xerfi, directeur de la rédaction Sabine Gräfe, directrice d études PRECEPTA, responsable de la lettre PRECEPTA Finance Nathalie Morteau, directrice d études PRECEPTA Jean-Baptiste Bellon, directeur de TRAPEZA, conseiller scientifique auprès de PRECEPTA. Ont également collaboré à ce numéro : Alexandre Mirlicourtois, directeur des études économiques, groupe XERFI Emmanuel Sève, directeur d études PRECEPTA Cécile Robert, directrice d études PRECEPTA Thomas Roux, chef de projet PRECEPTA PRECEPTA, rue de Calais Paris. Tél Société éditrice : PRECEPTA sarl, groupe Xerfi Subprimes : panique sur la qualité des pommes Le credo des marchés financiers voudrait que toute l information soit concentrée dans le prix. Encore faut-il avoir une idée claire du produit que l on achète. La crise des subprimes est un bon révélateur du manque de transparence. Avec pour conséquence la panique sur les marchés, et une méfiance générale sur les produits structurés. Les pertes directes dues aux crédits habitat de qualité médiocre (subprime) sont en effet estimées de 100 à 200 Mds d euros. C est beaucoup, mais c est nettement moins que toutes les autres bulles des 10 dernières années. Le montant haut de la fourchette de pertes signifie qu environ 3 millions de crédits habitat et donc 3 millions de logements - ont été attribués en dépit du bon sens à des emprunteurs qui ne pouvaient pas faire face aux charges de remboursement. On aurait dû le savoir! Mais ces crédits qui leur ont été accordés avaient été «noyés» dans des paniers attractifs cédés rapidement à une clientèle avertie d investisseurs. Le problème, c est que le dessus des jolis paniers était recouvert de belles pommes aux couleurs vives ; et que les fruits abimés étaient en dessous. Vous imaginez l embarras des circuits financiers, et surtout des intermédiaires qui fabriquaient les jolis paniers. Sans compter les certificateurs chargés de mettre des étiquettes et labels rouges dessus! Les acheteurs, croqueurs avisés de pommes, ont-ils été trompés ou tout simplement naïfs? Un produit garanti sans risques à terme qui rapporte sensiblement plus que les titres d Etat sans risques cela devrait paraitre suspect à un investisseur professionnel, non? Certes, les pros du marché sont aidés dans leur choix par les agences de notation dont le modèle économique repose sur le paiement par les émetteurs! Une tradition de prestation gratuite qui est de tradition sur les marchés financiers. Mais pour être sûr de la qualité du service, ne vaut-il pas mieux payer soi-même? Jean-Baptiste Bellon

2 1. DOSSIER SPECIAL IMMOBILIER Marché de l ancien Prévisions Les prix craquent Dossier spécial Immobilier Avec la collaboration d Alexandre Mirlicourtois, directeur des études économiques, groupe Xerfi, Thomas Roux, chef de projet Precepta, Sabine Gräfe, directrice d études Precepta De 1996 à 2006, les prix réels (c'est-à-dire sans l inflation) de l immobilier se sont envolés de 100%. Fait nouveau, ce doublement est généralisé à tout le territoire alors que seule la région parisienne avait connu une flambée à la fin des années quatre-vingts. La question de fond n est pas de savoir si les prix de l immobilier vont baisser (ils baissent déjà) mais de combien et pendant combien de temps. Car une fois la marche arrière enclenchée, difficile de pronostiquer où le marché s arrêtera. A ce sujet, les informations en provenance des Etats-Unis ont de quoi effrayer même si le marché français est différent notamment en matière de financement : les emprunts à taux fixe sont majoritaires et les crédits à taux variables sont généralement capés. Néanmoins, l immobilier français devra bien recoller, un jour ou l autre, à la réalité économique. Or depuis 10 ans le PIB a augmenté de 26%, le pouvoir d achat des ménages de 29% et les prix réels des logements de 100%. Pour boucler le système, l ajustement s est effectué par l allongement de la durée des prêts (le Crédit Foncier a même osé le prêt sur 40 ans) et des taux réduits. Mais il faut désormais une vie de salarié pour acheter son logement. Les acheteurs n en peuvent plus et le système est à bout de souffle. Le point de rupture semble d ailleurs atteint et le schéma classique baisse des transactions (-3,3% en Ile-de-France au 1 er trimestre 2007 selon les notaires) baisse des prix, est enclenché. S ajoute à cela l impact psychologique de la crise du subprime mortgage et ses conséquences sur la distribution de crédit : durcissement des critères de sélection et hausse de la prime de risque. Un schéma qui nous conduit à anticiper une baisse des prix immobilier de 18% entre 2007 et Prix réels dans l ancien (France) Indices hors inflation base 100 = Données annuelles p 10p prévisions Plus de quatre années totales de revenu sont désormais nécessaires pour acquérir un logement, contre une moyenne de 2,7 années sur longue période. Cette envolée pose le problème de la solvabilité des ménages et de leur capacité à devenir propriétaires. (1) en pointillés moyenne +/- 1 écart type Dernière actualisation : 26 septembre 2007 Sources : prévisions Precepta, données historiques CGPC et Notaires Pouvoir d achat logement des ménages (1) Nbre d années de revenu disponible brut nécessaires pour acquérir un logement 5,0 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 moyenne = 2,7 ans T1 Sources : calculs Precepta, d après données CGPC et DAEI France entière Variation annuelle (variation) Paris Province 2007e -2010p : -18% T1 07 / T ,7% + 7,8% 2007 e : 1,7% ,7% +96,0% 2

3 1. DOSSIER SPECIAL IMMOBILIER Marché du neuf Tendance 2008 L activité se lézarde Instruits par l expérience, les promoteurs parviennent à mieux réguler leur offre. L effondrement des ventes au début des années quatre-vingt-dix avait conduit à un alourdissement considérable des stocks qui avaient atteint environ 18 mois de commercialisation. Depuis, malgré les soubresauts de l activité, les stocks demeurent dans une bande étroite comprise entre 4 et 8,5 mois. Ils grimpent les stocks. Les dernières informations en provenance des promoteurs ne sont pas bonnes avec en toile de fond la hausse des invendus et la baisse des prix des maisons neuves. La situation n est pourtant pas totalement comparable à celle de la fin des années quatrevingt-dix. Euphoriques, les promoteurs n avaient pas vu venir le retournement du marché, bien au contraire. Anticipant la poursuite du mouvement haussier, ils avaient continué de lancer de nouveaux programmes et s étaient retrouvés avec des stocks représentant un an et demi de commercialisation. Rien de tel aujourd hui. Les promoteurs sont devenus plus prudents et n engagent plus de programmes à blanc ce qui peut d ailleurs expliquer le décalage actuel entre la demande de permis de construire, qui demeure à haut niveau, et les mises en chantier qui reculent : tant que les futurs acquéreurs n ont pas couvert l essentiel du programme les travaux ne commencent pas. Compte tenu des contraintes de solvabilité qui pèsent sur les ménages, ces derniers vont néanmoins devenir plus hésitants et plus sélectifs. En outre, avec la montée des prix, le rendement de l investissement locatif devient moins attractif. Malgré les efforts des promoteurs, les délais de commercialisation devraient donc continuer à s allonger (pour s approcher de 10 mois en moyenne) entraînant un gonflement des stocks en Stocks des promoteurs En mois d activité données trimestrielles Maisons Appartements Sources : calculs Precepta (données DAEI via EcoWin Reuters) Prix des maisons et des appartements neufs Tendance annuelle (4 derniers trimestres / 4 trimestres précédents) 20% 15% Maisons Appartements Les prix des maisons devraient stagner en moyenne cette année (donc baisser en termes réels) et ceux des appartements progresser de moins de 3%. 10% 5% 0% -5% Dernière actualisation : 26 septembre 2007 (1) par lots (2) par m² Sources : calculs Precepta (données DAEI via EcoWin Reuters) France (prix en ) Stocks en mois d activité Maisons (1) Appart. (2) T ,6 T T ,5 T

4 1. DOSSIER SPECIAL IMMOBILIER Crédit à l habitat Tendance 2008 La machine est grippée Cela fait plusieurs mois désormais que la production de nouveaux crédits à l habitat stagne, voire baisse. Mécaniquement la croissance des encours, certes toujours soutenue, fléchit progressivement. La déconnexion complète entre l évolution des prix de l immobilier et celle de la capacité financière des ménages à devenir propriétaires a fini par rattraper le marché. Un coût du crédit exceptionnellement bas et l allongement de la durée des emprunts avaient un temps permis de la masquer. L exercice a toutefois montré ses limites et la solvabilité des ménages s est détériorée. Sans compter que les taux longs sont repartis à la hausse, entraînant dans leur sillage le coût du crédit (même si les banques s évertuent, concurrence oblige, à ne répercuter qu une partie de cette augmentation). A changement de décors - des conditions financières moins intéressantes, des niveaux de prix prohibitifs - changement de comportements. Les ménages sont de plus en plus nombreux, notamment parmi les primo accédants à réfléchir par deux fois avant de sauter le pas (certains ont-ils d ailleurs vraiment encore le choix?). Quant à la logique de l investissement immobilier elle souffre de rendements devenus moins intéressants. Enfin, même du côté des banques la question d une plus grande sélectivité commence à se poser. Reste une interrogation : quel sera l impact de la nouvelle mesure de déductibilité des intérêts d emprunts immobiliers? D aucuns assurent qu il sera positif. L incertitude demeure sur son ampleur. Mais à l évidence il ne jouera qu un temps et ne fera que reculer l échéance. Encours de crédits à l habitat Variation en glissement annuel (%) Données mensuelles 16% Le glissement annuel des encours s est établi à 13,3% à fin juillet Depuis le sommet atteint en octobre 2006 (+15,8%), il n a pas cessé de décélérer. Le rythme de progression des encours n en demeure pas moins encore soutenu. Depuis décembre 2006, la mise en force de nouveaux crédits montre des signes visibles d essoufflement. A fin juin 2007, la production (cumulée sur 12 mois), à 149,4 milliards d euros s affichait ainsi en recul de 4,1% par rapport au plus haut atteint en octobre Dernière actualisation : 26 septembre % 12% 10% 8% 6% 4% janv.-99 janv.-00 janv.-01 janv.-02 janv.-03 janv.-04 janv.-05 janv.-06 janv.-07 janv.-0 Source : Banque de France via EcoWin Reuters, dernière donnée disponible juillet 2007 Crédits nouveaux à l habitat Milliards d euros, Données mensuelles (hors découvert), cumul sur 12 mois avr.-05 août-05 déc.-05 avr.-06 août-06 déc.-06 avr-07 août-07 Source : Banque de France, dernière donnée disponible juin 2007 Encours Glissement annuel Crédits nouveaux Milliards d euros, cumul sur 12 mois Juillet ,3% Juin ,4 Octobre ,8% Octobre ,8 4

5 1. DOSSIER SPECIAL IMMOBILIER Les banques et l immobilier La grande offensive Après le non résidentiel, le marché du logement : à l évidence les banques s intéressent de plus en plus aux métiers de l immobilier. Point de départ : le financement. Produit d appel par excellence, le crédit à l habitat sert clairement leur stratégie de conquête de nouveaux clients. Aujourd hui, elles vont plus loin encore, se diversifiant en amont et en aval. L approche se veut globale : la logique est celle de la mise en place d une réponse à l ensemble des besoins de leur clientèle, celle du guichet unique. Cette intégration de la filière met en lumière une stratégie de captation de la clientèle, et de la rentabilisation de ce fonds de commerce, via notamment la systématisation des ventes croisées. Sur un marché de la banque de détail qui ne progresse plus qu au ralenti, la recherche de nouveaux relais de croissance «contraint» en effet d une certaine façon les stratégies des banques. est réalisé en collaboration avec TRAPEZA, dirigée par Jean- Baptiste Bellon, réalise des études et des missions de conseil sur l'industrie bancaire. TRAPEZA participe ainsi à une meilleure compréhension des activités de ces sociétés. L activité de conseil est basée sur l élaboration et la mise à jour d une base de données sur 50 banques Les données sont "propriétaires", ce qui signifie que leur qualité est connue et que les choix liés aux retraitements sont cohérents. Leur incursion dans les métiers de l immobilier s est profondément accélérée au cours des trois dernières années boostée il est vrai par l excellente tenue des marchés résidentiels et non résidentiels. Dernier exemple en date fin avril 2007 avec le rapprochement du promoteur Nexity et des Caisses d Epargne donnant naissance au 1 er pôle immobilier de France. Trois mois auparavant, le leader français de l administration de biens, Foncia, passait aux mains des Banques Populaires. Les exemples ne manquent pas en fait, même si tous n ont pas autant marqué les esprits que les deux premières opérations citées. Surtout, ils touchent tous les maillons de la filière immobilière : rachat de 70% du capital du promoteur Monné-Decroix par Crédit Agricole Immobilier en 2007, mais aussi rachat de RSB (après Litho, en 2006), reprise du réseau d agences immobilières Arthur l Optimist (via le rachat d Arthur Communication) par le groupe Caisse d Epargne en 2006, acquisition de Lamy, autre acteur majeur de l administration de biens par les Caisses d Epargne en 2005 ; Atisreal, spécialisé dans la transaction et le conseil en immobilier d entreprise est racheté par BNP Paribas, etc. Les pôles immobiliers bancaires s étoffent donc au fil des opérations, se positionnent sur les différents métiers de la chaîne immobilière et cherchent à trouver un certain équilibre (les services sont à l évidence des activités moins exposées à un risque de dégradation de la conjoncture immobilière). A de rares exceptions près, les banques sont unanimes sur le mode opératoire : la croissance externe. Ce choix leur permet, il est vrai, de renforcer rapidement leur expertise, voire de se doter de compétences nouvelles. Leur reste un chantier et de taille : transformer l essai et dégager les fameuses synergies systématiquement mises en avant sur le papier. Des grandes banques de la place, la plus agressive sur le front des services immobiliers est sans conteste BNP Paribas. Depuis le rachat d Atisreal, le groupe s affirme en tant que leader sur ce marché, en France mais aussi en Europe Continentale (il est vrai que ses ambitions dépassent largement le cadre de l Hexagone). Un positionnement qu il a d ailleurs conforté en reprenant certaines activités du Britannique Chesterton. A ses côtés, le groupe Caisse d Epargne a très nettement renforcé ses positions. Le modèle du Crédit Agricole Immobilier a récemment évolué avec le rachat de Monné-Decroix... 5

6 1. DOSSIER SPECIAL IMMOBILIER Les banques et l immobilier Présence et stratégies des groupes bancaires dans l'immobilier (hors financement) Source : Precepta 6

7 2. DECRYPTAGE Le cas Northern Rock Le «low cost» à l amende par Jean-Baptiste Bellon, Directeur de Trapeza, conseiller scientifique auprès de PRECEPTA Le 14 septembre dernier la Banque d Angleterre a dû soutenir publiquement Northern Rock (NR), un établissement bancaire de taille apparemment modeste (72 agences et salariés) et par la suite le Ministre des Finances a dû s engager à garantir les dépôts de cette banque si cela s avérait nécessaire. Les photos de clients plutôt âgés faisant la queue devant les agences ont fait le tour de la planète financière et ravivé des souvenirs de crises bancaires passées dans des pays moins bien organisés que le Royaume-Uni. Le titre a perdu 60% en bourse en 4 jours et les observateurs estiment aujourd hui que la banque sera vendue soit en bloc, soit à la découpe. NR était une société tranquille jusqu au milieu des année 1990, une «building society», forme britannique des caisses d épargne, détenue par les clients et proposant essentiellement 2 produits : des dépôts d épargne et des prêts habitat. Les dirigeants et sociétaires de NR ont suivi la vague de démutualisation qui a touché la quasi-totalité de ces organisations à l exception notable de Nationwide (aujourd hui n 6 du secteur). Chaque sociétaire recevait lors de la cotation une partie de la richesse «cachée» de la mutuelle, soit plus de par client de NR fin La cotation en bourse a donné la souplesse nécessaire pour faire évoluer le modèle bancaire. La croissance de Northern Rock s est faite en suivant un modèle du type low cost. Northern Rock était un utilisateur important de la titrisation et des obligations foncières. La part de marché de Northern Rock est passée de 3% des encours à plus de 8% en 2007, le dynamisme de l établissement se voit encore plus nettement sur les flux avec une part de marché qui avait frôlé 20% au S Seulement voilà, modèle «low cost», recours aux techniques sophistiquées de transfert des actifs sur les marchés et pression sur les marges auront eu raison de la banque. La société a réduit son nombre d agences et cherché à se développer en utilisant les intermédiaires et courtiers qui sont traditionnellement très présents en Grande-Bretagne puisqu ils occupent plus de 50% du marché des crédits habitat. NR a ainsi obtenu une croissance très significative de son activité dans un marché qui était lui-même en croissance. Sans coûts fixes de réseau, les crédits sont apportés par des courtiers reliés à NR en utilisant Internet à plus de 90%. Le ratio de coûts sur chiffre d affaires avait atteint le «record» de 28%...avec des marges qui s étaient nettement réduites. La marge d intérêt (qui mesure l écart entre le taux des crédits et le coût des ressources) est ainsi passée de 1,2% à 0,6% sur la période NR a maintenu un rendement des fonds propres satisfaisant pour ses actionnaires (au dessus de 20%) avec la croissance des volumes et une gestion précise des fonds propres (le ratio de fonds propres s est un peu réduit). Mais la croissance très forte des crédits (+20% par an) était très supérieure à celle de l épargne des clients. Le financement de NR ne reposait que pour 20% sur des dépôts de détail (tout de même 25Mds ), l essentiel des ressources venait des marchés financiers. La crise de l été des marchés de crédits a totalement fermé ces ressources et conduit aux difficultés actuelles. 20% 16% 12% 8% 4% 0% Parts de marché de Northern Rock % Données annuelles Production brute Production nette Encours Source : opérateur 7

8 2. DECRYPTAGE La banque de détail Concurrence, quand tu les tiens! Les dernières publications de résultats trimestriels des banques françaises ont souligné la poursuite de la croissance modeste des revenus de la banque de détail en France. La progression est un peu inférieure à +3% au S et l analyse plus précise réalisée sur un groupe de 5 banques (Banques Populaires, BNPP, Crédit agricole, LCL et Société Générale) montre l effet de la quasi stabilité de la marge d intérêt. Les commissions progressent de près de 7% avec des commissions de services qui sont plutôt sur une tendance de +5% aidés depuis 2004 par la croissance plus forte des commissions financières. Dans cet environnement les banques font beaucoup d efforts pour accroître leur base de clientèle et communiquent plus volontiers des chiffres de conquête nette de clients. Le cumul de ces chiffres sur les 10 principaux groupes bancaires français fait apparaître une croissance sensiblement plus forte que celle des ménages, ce qui n est pas anormal, mais aussi plus importante que le chiffre d accroissement des comptes courants publié par la FBF (Fédération Bancaire Française), ce qui est moins normal. L écart entre les deux chiffres va croissant ce qui indique que les clients devraient avoir plus de banques. Cette multi bancarisation croissante devrait aussi contribuer à renforcer la concurrence entre les banques dans un marché plutôt marqué jusqu alors par une très grande stabilité des clients et des parts de marché. Revenus de 5 groupes bancaires de réseau % (1), taux de croissance sur données annuelles Encore supérieure à 4%, voire 5% au cours des dernières années, la croissance des revenus des 5 banques semble avoir baissé d un cran depuis 2006 : +3,1% cette année-là, +2,9% sur le premier semestre % 8% 6% 4% 2% 0% PNB Marge d'intérêt Commissions dont services -2% S (1) taux de croissance à périmètre comparable et hors effet des provisions PEL, CEL Source primaire : données des sociétés, traitement Trapeza Conseil Développement des acquisitions clients Milliers de personnes, milliers de comptes, part en % 10 groupes bancaires S Croissance des ménages nd Croissance des comptes courants (1) (e) Gain net de clients déclarés en % des clients recensés 1,4% 1,6% 1,9% 2,1% 2,6% en % des comptes courants 113% 115% 127% 133% 153% (e) donnée estimée (1) données marché, source FBF Source : Trapeza Conseil 8

9 3. STRATEGIES SECTORIELLES Les cartes privatives L innovation au cœur de la concurrence D après l étude Precepta : «Les cartes privatives : enjeux stratégiques face au big bang de l offre» réalisée par Cécile Robert, Directrice d études, PRECEPTA L avancée technologique et les prochains changements de la réglementation européenne vont provoquer une véritable rupture sur le marché des cartes. Car une nouvelle génération de cartes co-brandées apparaît en 2007, et induit une remise en question du jeu concurrentiel. Se prépare ainsi un véritable «big bang», avec une concurrence qui va se structurer autour de cinq grands types de cartes : Les cartes de fidélité : leur diffusion s élargit avec la baisse des coûts, ce qui les rend accessibles à de nombreuses enseignes. Les cartes de crédit : proposées par les banques et établissements spécialisés, elles tentent de remettre en cause le quasi-monopole des cartes privatives sur les cartes de crédit en France. En effet, ces cartes privatives sont la principale matérialisation du crédit revolving, de loin le plus rentable pour les établissements financiers. Les cartes bancaires co-brandées : elles vont ouvrir l accès aux partenariats avec de nouveaux opérateurs, alors que les réseaux privatifs en avaient jusqu à présent l exclusivité. Avec la levée de l interdiction du co-branding en France, les cartes bancaires pourront cumuler les fonctions d outils de paiement avec celles d outils commerciaux. Les cartes prépayées : du format de carte-cadeau privative, elles s étendent désormais à la carte bancaire. Avec la carte cadeau, c est tout le marché des cartes prépayées qui est en ligne de mire des opérateurs, permettant de nouvelles applications (transports, micropaiements, etc.) et ciblant de nouveaux segments de clientèles. Les cartes privatives : pourtant pionnières dans les fonctions fidélité, crédit, co-branding et prépaiement, elles affrontent cette compétition amplifiée. Face à ce «big bang» de l offre de cartes, portée principalement par les établissements de crédit pour le compte d enseignes de distribution, les banques doivent réagir. Le secteur bancaire s affranchit d une certaine austérité et entre dans le monde de la consommation et du marketing. Les banques doivent rivaliser avec des acteurs fortement liés à la distribution et à la consommation, et disposant d un savoir-faire marketing important. En matière de cartes, les banques françaises ont certes beaucoup innové en 2006, mais restent très timorées par rapport aux produits disponibles aux USA et surtout en Asie. En France, les émetteurs de cartes privatives disposent d une sérieuse avance sur les banques. Cartes co-brandées, cash-back, collectes de points et programmes de fidélité, cartes cadeaux Toutes les innovations ont été lancées par les enseignes avec l intermédiaire des établissements de crédit et non par les banques de détail, qui, dans le meilleur des cas, les ont suivies. A contrario, la segmentation de la gamme de cartes des banques est plutôt basique. Celle-ci recouvre généralement une matrice qui croise la fonctionnalité (du simple retrait à la carte de débit associé au crédit) et les revenus des clients (de la carte à autorisation systématique à la carte avec services de conciergerie). La carte bancaire séduit par son universalité, mais dans ce contexte, combien de temps pourra-t-on continuer à offrir le même type de carte à des dizaines de millions de porteurs? Les cartes bancaires traditionnelles risquent de sembler bien peu attractives en comparaison des cartes bancaires co-brandées multi-fonctions qui apportent des avantages (réductions, points de fidélité) aux porteurs. L arrivée du co-branding va pousser les banques à revoir leur gamme de cartes dans le sens d une plus fine segmentation et de plus de valeur ajoutée au consommateur. 9

10 3. STRATEGIES SECTORIELLES Les cartes privatives Precepta estime entre 45 et 50 millions le nombre de cartes privatives en circulation en France (cartes avec fonction de paiement, y compris les cartes multi-enseignes). La croissance des cartes privatives (en volume) est soutenue : autour de 6% depuis 1999, elle va progresser à un rythme élevé (3% à 5% par an entre 2006 et 2010). La décélération de la croissance s explique par la multiplication des supports de crédit et de programmes de fidélisation, qui font une concurrence de plus en plus vive aux cartes privatives. Un marché concentré : les 5 premiers émetteurs représentent plus des deux tiers du marché. Cetelem, Finaref, Cofinoga, Cofidis et Banque Accord (groupe Auchan) sont les établissements de crédit leaders de ce marché. Ce marché, qui s est déjà fortement concentré, va continuer à observer un mouvement de concentration, en raison des économies d échelle importantes dans le secteur du crédit à la consommation. LES MARCHES PORTEURS POUR LES CARTES PRIVATIVES Clientèle des circuits : nombre de porteurs potentiels +++ GSA ++ + Les circuits matures : développement du nombre de porteurs via l amélioration des programmes VAD GRANDS MAGASINS AUTOMOBILE HOTELLERIE PETROLIERS E-COMMERCE SERVICES A LA PERSONNE (INSTITUTS BEAUTE, ETC.) Développement via le lancement de nouveaux partenariats OPERATEURS TELECOMMUNICATION RESTAURATION VOYAGES GSS (PARA)PHARMACIE, OPTIQUE ET AUDITION, SPORT, ETC. Stable + ++ Potentiel de lancement de programmes de cartes privatives Source : Precepta 10

11 3. STRATEGIES SECTORIELLES Stratégies de marques dans l assurance D après l étude Precepta Les stratégies de marque dans l assurance : de la surenchère à la sélection Trop de marques tue la marque Avec plus de 20 marques majeures, une multiplicité de marques régionales ou sectorielles, l univers de l assurance en France offre à l utilisateur un panorama trop riche pour être spontanément déchiffrable. Aussi, toutes les entreprises travaillent leur stratégie d image, s appliquant à bâtir des codes et à différencier leur positionnement. Elles souhaitent réagir à la situation d enseignes pléthoriques et à sa conséquence immédiate : trop de marques tue la marque. Les indices sont multiples : refonte des identités visuelles, inflexion des discours, surenchère d investissements publicitaires, pratiques nouvelles de promotion... En l espace de trois ans, une véritable révolution s est opérée quant à la place réservée par les assureurs à leur stratégie d image. En initialisant, dans certains cas, une politique de marque forte et distinctive et en faisant évoluer l identité de l entreprise pour la mettre en concordance avec cette nouvelle image : réalisée par Emmanuel Sève, Directeur d études, PRECEPTA et Claude Meillet, expert en identité et stratégie d image C est le cas de MAAF et MMA qui ont bousculé la parole jusque-là restée à dominante technique en l orientant vers un univers de grande consommation, empathique, de proximité, de service et de dialogue. AXA traduit, quant à lui, son tournant stratégique de mise du client au centre de son organisation par une recherche de position qualitative d assureur préféré des Français. Generali utilise depuis 2006 la notoriété et l image de Z. Zidane pour forger un contour identitaire à une marque floue en France. En partant, dans d autres cas, de l identité de l entreprise et en développant une communication qui lui est intimement liée : C est le cas des sociétés mutualistes qui revendiquent leur mutualisme et lui rattachent leur politique de produits et services comme leur politique de communication : MAIF et MACIF en sont les hérauts. AGF, sur un autre créneau, celui de l assureur expert, adopte une ligne de conduite équivalente. La marque a profité du repositionnement d AXA, qui privilégie désormais le développement de son capital sympathie, pour endosser le costume de leader avec la posture traditionnelle du «pur assureur». Une stratégie d image qui reflète également la convergence croissante entre AGF et sa maison mère Allianz, qui lui apporte un statut de leader en Europe. En position intermédiaire, Groupama et GMF sont à la recherche de la bonne combinaison du discours mutualiste et du discours commercial, au risque de vider de son contenu l expression de leur personnalité sans bénéficier d un succès comparable à celui des pionniers MMA-MAAF. 11

12 3. STRATEGIES SECTORIELLES Stratégies de marque dans l assurance L inflation publicitaire généralisée La guerre des budgets publicitaires a été lancée à partir de 2005, dans la foulée du succès rencontré par la MAAF avec sa saga Palace. En 2006, le mouvement s est amplifié. Les budgets des assureurs «purs» ont globalement progressé de l ordre de 40% en un an, dépassant les 400 millions d euros. En y ajoutant les budgets assurance des banques (en hausse de plus de 130% sur un an), on dépasse allègrement les 500 millions d euros de dépenses publicitaires. 50% Dépenses plurimédias dans l assurance unité : % de variation annuelle en valeur 40% 40,0% 30% 20% 19,0% 16,0% 10% 0% -10% 9,5% 1,7% -1,9% e 2006e Source primaire : TNS media intelligence ; estimations Precepta MMA et la MAAF ont été les premiers à lancer une politique massive d investissements dans la communication. Tous les grands acteurs du marché ont depuis suivi le mouvement, avec en tête de pont, la GMF, Macif, Matmut, AXA et les AGF. unités : montant des investissements publicitaires sur la période janvier 2004 à octobre 2006 ; % de croissance annuelle moyenne entre la période janvier 2004-octobre 2004 et janvier 2006-octobre 2006 CROISSANCE ANNUELLE MOYENNE DES DEPENSES PUBLICITAIRES > 100% MATMUT MACIF GMF Les suiveurs 50%-100% AXA 20-50% MAIF AGF (*) GAN GROUPAMA MMA 0-20% Les précurseurs -20%-0 MAAF ME ME ME ME > 100 ME DEPENSES PUBLICITAIRES (*) Le décompte des dépenses précède le lancement d un vaste plan d investissements publicitaires lancé par AGF sur la fin de l année 2006 Source : Precepta 12

13 3. STRATEGIES SECTORIELLES Stratégies de marque dans l assurance D un univers technique aux codes de la grande consommation La pression concurrentielle porte le client au centre des affrontements et donc des discours institutionnels aussi bien que produits. Dans ce déploiement de messages concrets, associant la marque à des avantages clients, un langage non-anxiogène est apparu (souvent humoristique), permettant de positiver la proposition des assureurs autant en performance de produit qu en déclinaison de la solidarité. la dimension anxiogène est éliminée au profit du discours positif : le bonheur assuré de MMA ; les discours institutionnels se ressourcent dans l argumentation conviviale sur les produits et services ; les sagas publicitaires tentent de personnaliser les marques : Cerise pour Groupama, la famille Delachance pour AXA, scènes burlesques pour AGF ; Matmut s arrime à la popularité du duo Chevallier-Laspalès, Generali à celle de Z. Zidane. Mapping de positionnement des stratégies d image des grandes enseignes Confort, confiance, protection AGF Generali Swiss Life Gan L assureur expert AXA Le mutualisme régénéré La tentation apatride MACIF MAIF Performance Aviva GMF Engagement, humanisme Groupama Matmut MAAF MMA L assurance réinventée Source : Precepta Optimisme 13

14 3. STRATEGIES SECTORIELLES Les banques et Internet De la transaction à la souscription D après l étude Precepta : «La banque et les jeunes» réalisée par Nathalie Morteau, Directrice d études, PRECEPTA Internet est au cœur d une profonde révolution des modes de distribution à laquelle les banques n échappent pas. D ores et déjà outil incontournable en matière de services (consultations des comptes, virements ), c est de plus en plus en tant que canal de distribution qu il est promis à un bel avenir. Si les agences génèrent encore plus de 85% des ventes, l essor des ventes en ligne de crédit à la consommation illustre l évolution incontestable des modes de distribution des banques et le succès des canaux à distance. Complexes, engageants et «sérieux», les produits bancaires sont certes moins faciles à vendre sur le web. Mais les comportements et les attentes des consommateurs évoluent rapidement. Il y a quelques années encore, les ménages ne payaient pas sur Internet faute de systèmes de sécurité perfectionnés. Aujourd hui cette barrière est levée et les avantages du web (horaires, proactivité ) l emportent y compris dans le secteur bancaire. Les fonctionnalités enrichies des sites y contribuent. Initialement vitrine des banques avec des informations sur les produits, le média ne cesse de s enrichir et les opérations susceptibles d y être réalisées sont désormais nombreuses. Le client peut notamment réaliser intégralement un achat grâce à la signature électronique et dispose d outils d aide à la décision (simulateurs ). L utilisation d Internet dans la banque : vers la souscription Taux d utilisation (*) Elevé > 50% Consultation de compte Virement interne Impression de documents bancaires (RIB ) Moyen 15-50% Faible < 15% Crédit Immobilier Produits d épargne (CEL, PEL, Codevi ) Crédit à la consommation Assurance vie Compte courant Téléchargement d extraits de compte Commande de chéquiers Ordre de bourse (**) Prêts personnels Ensemble des produits (***) Information Transaction Souscription Valeur ajoutée des opérations (*) «Au cours des 6 derniers mois, avez-vous réalisé des opérations bancaires / boursières sur le site de votre banque principale : X» (**) Clients détenant un portefeuille boursier - (***) hors crédit à la consommation Source : Precepta 14

15

16

17 LES STRATEGIES ET LA CONCURRENCE DANS LA FINANCE, LA BANQUE, LES ASSURANCES Madame, Monsieur, Parce que les activités de la banque et de l assurance sont devenues de véritables «industries financières», la Lettre PRECEPTA FINANCE vous apporte chaque mois des analyses sur les stratégies et la concurrence des opérateurs pour stimuler votre réflexion stratégique. J ai le plaisir de vous offrir un abonnement d un an, gratuit et sans aucun engagement à la lettre PRECEPTA FINANCE Pour la recevoir, il vous suffit de nous retourner, par courrier ou par fax, le bulletin ci-dessous. Vous recevrez alors régulièrement la lettre PRECEPTA FINANCE par Internet en fichier Pdf. (n oubliez pas d indiquer votre ). Je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, l expression de mes salutations distingues. Laurent Faibis Président Groupe Xerfi Cet abonnement est valable un an sans aucun engagement de votre part ; la lettre est mensuelle. Nous garantissons la parfaite confidentialité de vos coordonnées ; vous ne serez en aucun cas sollicité par des tiers à cette adresse, Si de plus vous souhaitez pouvoir faire circuler la lettre sur Internet, Intranet, Extranet et recevoir de PRECEPTA une autorisation de rediffusion gratuite, veuillez cocher la demande de formulaire en bas de page. BULLETIN D ABONNEMENT GRATUIT Nom, Prénom : Fonction : à retourner ou à télécopier à PRECEPTA 13-15, rue de Calais Paris Télécopie: Société : Adresse : Ville Code postal : Téléphone : Télécopie : Votre (merci d écrire très lisiblement ) :

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE CARREFOUR BANQUE PLUS DE 30 ANS D EXPÉRIENCE AU SERVICE DES CLIENTS Carrefour Banque commercialise des solutions de paiement, de financement, d épargne et d assurance. Depuis le lancement de la première

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone

La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone DOSSIER DE PRESSE La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone CONFÉRENCE DE PRESSE - 13 MARS 2007 Communiqué de Presse - L évènement Fiche Produit SOGETEL - Présentation du service

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Les assurances de personnes Données clés 28 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour

Plus en détail

17/10/06 à la main dans le Masque. Groupe Banque Populaire. Résultats 2007. Conférence de presse 6 mars 2008

17/10/06 à la main dans le Masque. Groupe Banque Populaire. Résultats 2007. Conférence de presse 6 mars 2008 17/10/06 à la main dans le Masque Groupe Banque Populaire Résultats 2007 Conférence de presse 6 mars 2008 Avertissement L évolution des périmètres résultant de la création de Natixis conduit à une présentation

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne 4 4ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers Soutenir les volumes ou renforcer les marges?

La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers Soutenir les volumes ou renforcer les marges? L étude de référence sur : La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers La contraction de la demande de crédits impose des choix stratégiques drastiques pour les distributeurs

Plus en détail

Paris, le 31 juillet 2014

Paris, le 31 juillet 2014 Paris, le 31 juillet 2014 Groupe BPCE : 1 er semestre 2014 solide avec un résultat net part du groupe de 1,7 milliard d euros 1 en hausse de 10,4 % par rapport au 1 er semestre 2013 Bonne performance commerciale

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Les Français jugent leurs assureurs

Les Français jugent leurs assureurs Les Français jugent leurs assureurs Présentation du 15 Mars 2002 Marie-Laurence GUÉNA Directeur Département Banques / Assurances TAYLOR NELSON SOFRES S.A 16, rue Barbès - 92129 Montrouge cedex - FRANCE

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER PRÊTS PRÊT CLÉ DE SOL Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque,

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10%

Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Points clés Résultats 2009 : Succès de l offre de banque en ligne - Ouvertures de comptes : +20% - Nombre d ordres : +10% Des résultats solides Produit net bancaire : 200 MEur (+1% à périmètre et change

Plus en détail

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE

2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2. LES CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ FRANÇAIS DU CRÉDIT RENOUVELABLE 2.1. Le marché du crédit renouvelable en France 2.1.1. Le crédit à la consommation en France En ce qui concerne la composition de l encours

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013

GROUPAMA Résultats annuels 2012. Présentation presse & analystes 21 février 2013 GROUPAMA Résultats annuels 2012 Présentation presse & analystes 21 février 2013 Introduction 2 «Je serai attentif à faire vivre un mutualisme moderne : qui s appuie sur un modèle d engagement et de responsabilité

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS

AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS AUGMENTATION DE CAPITAL NATIXIS QUESTIONS / REPONSES 1. Pourquoi faire cette augmentation de capital maintenant alors que les marchés financiers sont en crise et le cours de Natixis au plus bas? A quoi

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008 Conférence de presse 26 février 2009 Groupe Banque Populaire Résultats 2008 Avertissement Cette présentation peut inclure des prévisions basées sur des opinions et des hypothèses actuelles relatives à

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet RCI Banque vise un montant de dépôts représentant 20 à 25% des encours en 2016 10 juillet 2013 ID: 49744 Au 30 juin 2013, près de 33 700 livrets ZESTO ont été ouverts représentant un montant d épargne

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Bruxelles le 31 août 2010 -

Bruxelles le 31 août 2010 - RENTABILIWEB Progression record du chiffre d affaires et des résultats au 1 er semestre 2010 Croissance organique très dynamique : CA +39% Excellente progression des performances opérationnelles : EBITDA

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

CARTES INNOVANTES 2013

CARTES INNOVANTES 2013 ÉTUDE PUBLI-NEWS CARTES INNOVANTES 2013 8 e édition identifie pour vous les tendances majeures en matière de cartes bancaires innovantes n Une couverture mondiale : 500 cartes bancaires «pures», co-brandées

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Établissement public national 164, rue de Rivoli - 75001 PARIS Tél. 01 53 44 41 41 Rapport

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Fiches thématiques. Patrimoine

Fiches thématiques. Patrimoine Fiches thématiques Patrimoine 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus

Plus en détail

10 février 2015. Présentation des résultats annuels 2014

10 février 2015. Présentation des résultats annuels 2014 10 février 2015 Présentation des résultats annuels 2014 Activité 2014 Bertrand CHEVALLIER Directeur Général Adjoint Présentation des résultats annuels 2014 du Crédit Agricole d Ile-de-France - 10 février

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

Présentation de la société

Présentation de la société Présentation de la société Paris Septembre 2014 Prêt d Union - Société Anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital social de 521 555 Euros - Siège Social : 2 bis rue Louis Armand 75015 Paris

Plus en détail

Baromètre Image des Assureurs

Baromètre Image des Assureurs Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT Shanghai Paris Toronto Buenos Aires 2005-5 édition www.ifop.com Baromètre Image des Assureurs Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 5ème édition

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

L image des Assureurs auprès des Français

L image des Assureurs auprès des Français Contact : Frédéric ALBERT 8 2008 édition L image des Assureurs auprès des Français Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Les objectifs : Cette 8ème édition du baromètre vise à apporter aux professionnels

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Faut-il acheter ou louer son logement?

Faut-il acheter ou louer son logement? Janvier 2013 Faut-il acheter ou louer son logement? Etude réalisée par Asterès pour Meilleurtaux.com «Les petits-déjeuners des experts» Mardi 29 janvier 2013 Contacts : Meilleurtaux.com Sandrine Allonier

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Attijariwafa bank - Wafasalaf

Attijariwafa bank - Wafasalaf L événement Wafasalaf : 20 ans au service du consommateur 3 Historique L accompagnement du développement 5 de la société de consommation Attijariwafa bank - Wafasalaf L appartenance au premier groupe bancaire

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail