la Voix de Montreuil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la Voix de Montreuil"

Transcription

1 la Voix de Montreuil avril n 16 conseil MUnIcIpal du 25 Mars 2010 Cette fois, tout le monde était là ou représenté. Et du monde, il y en avait aussi dans la salle. C est presque devenu une habitude : les Montreuillois mécontents, ne parvenant pas à faire connaître leur opinion par les voies habituelles, viennent au Conseil. Là, au moins, ils seront vus et entendus. Il y a comme de la protestation dans l air avec l annonce de l augmentation des impôts locaux. Gardons le cap Deux ans déjà, deux ans seulement. Les jours se suivent montrant à quel point la nouvelle majorité s est fait élire en trompant son monde, promesses mirifiques et petits calculs avec la Droite à l appui. Nouvelle étape dans l oubli programmé des engagements pris, l augmentation des impôts locaux. Bien évidemment, une mesure de ce genre peut se révéler nécessaire mais dire, la main sur le cœur, que jamais, il n y serait recouru relève au mieux de l amateurisme, au pire d une cynique captation de confiance. Pour valider ou non ce type de décision, il faut examiner la nature des projets avancés et s ils correspondent à un haut niveau d utilité pour la population. Or, quels sont ces projets censés justifier cette augmentation d impôts?.../... les impôts locaux prennent l ascenseur. L échange d arguments n a guère évolué depuis le dernier Conseil. Il est à nouveau fait appel au poids de la dette pour justifier la décision d augmenter les impôts locaux : 8 % pour la taxe d habitation, 12 % pour la taxe foncière. Nous revenons sur la question dans nos pages pour rejeter cet argument. La majorité va-t-elle encore longtemps fuir ses responsabilités et incriminer toujours l équipe précédente, au risque de dédouaner le pouvoir UMP en place au niveau national? A se demander décidément de quel côté bat le cœur et penchent les options de cette municipalité Un scoop en début de soirée grâce à un sous-entendu de la Maire : la majorité précédente n aurait fait des dettes que dans le seul but de plomber les finances de la ville pour les successeurs. Diabolique! Du coup, tout devient intelligible. Elémentaire, mon cher Watson! Une augmentation injustifiée Gaylord Lechequer (gauche unie et citoyenne) insiste sur la quadruple peine à laquelle sont condamnés les Montreuillois : augmentation des impôts, augmentation des tarifs divers et variés et, en même temps, baisse sévère des subventions aux associations et moins de services rendus. Mais rien ne justifie ces décisions, rappellet-il, puisque les ressources liées à la taxe professionnelle n ont pas changé cette année et que même les subventions de solidarité urbaine vont augmenter. Il revient notamment sur : L augmentation des impôts serait rendue nécessaire par la dette. Une fois encore, il faut dire que l emprunt a servi à la réalisation d équipements nécessaires. La vétusté du patrimoine de la ville expliquerait aussi cette augmentation : «Ne faites pas de l exception une généralité. Un préau d école vétuste, une cantine à mettre aux normes.../... Sommaire page 12

2 .../... Le développement de l aide sociale? Le maintien et le développement d une véritable politique de la santé? Le développement de la vie associative et culturelle? Vous n y êtes pas. Il s agit aujourd hui de se donner les moyens de réaliser un parc aquatique, le plus grand éco-quartier d Europe qualifié par certains de «pharaonique». Inutile de dire que nous n approuvons pas ces dépenses-là et, avec nous, nombre d habitants. Les résultats des élections régionales ont confirmé l ample recul du parti du président. Dans ce contexte, la maire de cette ville appelle à se rassembler. La belle parole! C est oublier un peu vite qu au niveau local ce rassemblement existait avant son intervention et qu aujourd hui l essentiel de son action consiste en une remise en cause déterminée et systématique des orientations précédentes : une politique sociale répondant aux besoins des Montreuillois et une politique économique au service de ces choix. Nous voyons bien qu au-delà de querelles de personnes, nous sommes sur des désaccords politiques. Il n y a donc, pour nous, aucune raison de changer de cap. La Voix de Montreuil continuera à pointer les mauvaises orientations et décisions. Nous relaierons les propositions alternatives qui émergeront. au conseil MUnIcIpal (suite).../... avec les dernières directives européennes ou la nécessité de changer les toilettes d une école construite il y a vingt ans ne font pas pour autant de Montreuil un quartier abandonné du fin fond de Brooklyn.» Jean-Pierre Brard, quant à lui, met l accent sur la nécessité du développement des ressources, en particulier celles que l implantation d activités économiques draine. Par ailleurs, il rappelle que si, grâce à son initiative à l Assemblée, les impôts locaux sont plafonnés en fonction des ressources du foyer fiscal, il n en est pas de même pour la partie relevant de l augmentation des taux. La note devrait donc être plus salée que le rapporteur voudrait nous le faire croire. L attitude des élus dissidents socialistes : une majorité qui se délite. Qu allaient donc faire les dissidents socialistes, eux qui n avaient pas siégé lors du dernier Conseil et qui, de ce fait, s étaient vus suspendre leurs délégations d adjoint à la maire? La déclaration de Mme Viprey, au nom des 10 conseillers municipaux (ex PS), est étonnante : voici la première adjointe sonnant la charge contre la décision prise par sa propre majorité de faire voter l augmentation des taxes locales. Les accusations sont sévères : non respect des engagements pris, déni de démocratie, décision irresponsable, injustifiée, injuste même!!! Fermez le ban! Mais gageons que, derrière cette vertueuse indignation, des marchandages se poursuivent en coulisses. A suivre L augmentation des taux proposée est bel et bien de 8 % pour la taxe d habitation et de 12 % pour l impôt foncier. On passe au vote : 22 voix contre, 31 pour. Pour apprécier la situation, il faut se souvenir que la majorité est à 27. A la vitesse «grand Vert», le tissu majoritaire rétrécit au lavage. La maire accuse le coup. Elle se trouve dans une situation délicate qui la déstabilise quelque peu. Elle s énerve, s égare dans ses papiers, s en prend aux «vociférations» de l assistance. Plus tard, elle perdra son sang froid à l évocation de la politique municipale en direction du cinéma Méliès, taclée par Jean-Pierre Brard. Elle se lâche et la voici renvoyant au député, avec férocité «les turpitudes et les coups tordus qui constituent votre ordinaire», puis dénonçant son caractère «odieux, insultant» ainsi que son attitude «visqueuse et sournoise» lors des combats du Méliès contre UGC et MK2. Propos de quelqu un qui sent le sol se dérober sous ses pieds et qui, du coup, en oublie de critiquer l attitude des gros circuits de la distribution cinématographique. Le spectacle est mauvais. Nous reviendrons dans le numéro de mai sur les autres délibérations dont certaines méritent un traitement conséquent. Aucun conseil municipal n étant prévu en avril, nous bénéficions de quelque latitude. FInances : la dette vous dis-je, la dette! Fidèle à son habitude, la municipalité présente la dette de la ville comme une réalité horrifique qui plombe son développement. A défaut de convaincre, ce rabâchage pourrait donner l impression qu il y a de l argumentation et du fond. En fait, ce rabâchage n est pas innocent. Il a une triple fonction idéologique : accuser l équipe précédente, justifier la hausse des impôts et culpabiliser la population. L endettement est certes important, de l ordre de par habitant, mais il est normal parce qu il correspond à des investissements réalisés pour le service des Montreuillois. Rien que sur la dernière période, l école Louise-Michel, la rénovation de la piscine et le théâtre national. Pour simplement tenter de comparer honnêtement les choses, citons la dette de quelques villes. Ainsi, Le Cap d Agde a une dette de par habitant, Avignon 2 400, Villiers-sur-Marne ou encore La Ciotat 2 400, etc. Ces chiffres, pour être élevés, ne sont pas exceptionnels. Il faut par ailleurs les qualifier. Répétons qu endetter une ville pour y réaliser des équipements nécessaires ce n est pas l'endetter pour cause de placements hasardeux. Il n y a pas eu de placements hasardeux à Montreuil ce qui prouve la compétence de ceux qui avaient la ville en responsabilité jusqu en On voudrait pouvoir en dire autant de ceux qui sont en place aujourd hui. Un avis d'expert Concernant cette dette par habitant, lors de la présentation de son analyse annuelle du budget municipal, le représentant du cabinet Klopfer* avait souligné que cette notion était souvent utilisée alors qu'elle ne veut rien dire en tant que telle, si elle n'est pas mise en rapport avec les recettes de la ville. Il avait alors étayé son propos d'un exemple simple et limpide : Monsieur Dupont et Monsieur Martin empruntent chacun auprès de leur banque. Monsieur Dupont, cadre supérieur, gagne par an. Monsieur Martin, employé, gagne par an. La dette personnelle de chacun (leur dette par habitant) est la même : Pour Dupont, elle représente 10 % de son salaire annuel et 50 % pour Martin. On peut supposer que l'un des deux aura plus de difficultés à rembourser... Comme toujours, il faut comparer ce qui est comparable. *Le cabinet Klopfer est un cabinet d'analyses financières indépendant et renommé. L'ancienne municipalité lui demandait de faire une étude annuelle sur son budget et sur sa gestion. Cette analyse était rendue publique. Autres temps, autres moeurs... 2

3 actualite les roms : ou en sommes-nous? Des élus de l opposition municipale interpellent le préfet sur la mise en œuvre de la démarche engagée par la ville concernant les populations roms. la grande hypocrisie Dans le dossier «le système Voynet» paru dans l Express, la maire avoue comme étant sa principale erreur (sic) : «De manière trop abrupte, j ai dit aux anciens combattants de Montreuil que les commémorations n étaient pas la propriété du Parti communiste». C'est la vérité! D ailleurs, trop souvent, l élue vise à gommer ou à falsifier leur place dans la Résistance et pendant les guerres coloniales. On pourrait imaginer que cette déclaration exprimait un regret pour avoir blessé les anciens (communistes ou non) qui perpétuent le souvenir et le respect d hommes et de femmes qui ont donné leur vie pour la liberté et permis à notre pays de rester une démocratie comme le voulait Jean Moulin dans la déclaration du Conseil National de la Résistance. On aurait pu penser que ce rectificatif l'aurait conduite à une volonté d'oeuvrer avec eux afin de respecter les commémorations. Pas du tout puisque la sénatrice-maire a décidé la mort du foyer des Anciens Combattants en leur reprenant les locaux qui étaient mis a leur disposition, mais surtout en réduisant leur subvention, les mettant ainsi en cessation de paiement. Hypothèse : gageons qu elle pourra déclarer, dans un mois, dans un an, que sa décision a été trop irréfléchie et brutale, ayant oublié l Express du mois de février. L anesthésie lui va si bien. Le temps passe. Plus de 18 mois après les premières démarches, quel est l impact réel des actions retenues par l'équipe en place depuis deux ans en direction des populations roms? La question se pose. C est ce qui a conduit des élus de l opposition à s adresser au préfet. Voici quelques extraits de cette adresse. Après un rapide rappel des circonstances ayant conduit à la proposition d une démarche d insertion pour les familles roms installées à Montreuil depuis longtemps, ces élus se demandent «si la conduite et la gestion de la situation depuis juillet 2008 est à la hauteur des enjeux et si elles ont été efficaces ou non.» Ils poursuivent : «C est bien parce que nous avons de sérieuses réserves sur ce point que nous avons pris la décision, comme annoncée lors de la séance du Conseil municipal du 18 février, de saisir le préfet pour demander, conformément à l article 11 de la MOUS, une évaluation permettant d apprécier le degré de réussite des actions d accompagnement engagées par la municipalité. / /Nous sommes particulièrement inquiets des déclarations de Dominique Voynet reconnaissant avoir engagé plus d un million d euros pour des solutions qui restent, à ce jour, du domaine du précaire et du provisoire pour les familles concernées.» on est pragmatique, on FaIT pas d politique! Nous savions déjà que l argent n a pas d odeur. Ainsi «on» fait appel à AREVA pour financer un meeting d athlétisme quand au même moment "on" fait feu de tout bois contre le nucléaire. Ici, aucun problème pour une maire «Verte». A partir de là, pourquoi s en faire? Et de constater : «En moins d un an, l équipe de madame Voynet a explosé le budget. Elle a provoqué l afflux d un millier de personnes supplémentaires légitimement attirées par un projet d insertion auquel il manque l indispensable solidarité qui devrait prévaloir notamment à l échelle régionale. La ville se trouve ainsi incapable de maîtriser la situation et n est plus en mesure d offrir les conditions de vie attendues par les bénéficiaires de la MOUS.» Précaution indispensable : «Enfin, nous condamnons sans ambiguïté et avec la plus grande fermeté tous propos stigmatisant et flirtant avec les thèses populistes susceptibles d exacerber les tensions, les préjugés et la haine de l autre. Mais nous alertons une nouvelle fois la municipalité sur le fait que la solidarité ne se décrète pas, qu elle ne s impose pas mais qu elle doit se construire dans la durée en favorisant l écoute, le dialogue et la concertation avec les habitants.» NDLR : En ce domaine comme dans les autres, les élus de la majorité municipale de notre ville oublient que l organisation de la vie de la cité ne peut pas se construire sans le concours de ses habitants. A défaut, la démocratie serait une nouvelle fois bafouée. C est d autant plus vrai quand la question posée relève du «vivre ensemble». Aujourd'hui "on" fait de la pub pour un collège privé de Vincennes*. Les enseignants de nos collèges auxquels a été refusé le soutien logistique qu ils espéraient apprécieront! *Tous Montreuil 3

4 Un démenti de Jean-Charles Nègre Conseiller Général. La tribune du groupe de la majorité municipale publiée dans le n 29 de Tous Montreuil commence fort! : «Trois conseillers généraux (2 PS et 1 PC) de Montreuil s'apprêtent - comme l'an dernier - à voter une nouvelle hausse des impôts du département, tout en réexaminant les subventions de dizaines d'organismes, dont le Salon du Livre de jeunesse. Il est donc étrange de voir leurs partis et le petit groupe de l'ancien maire crier au scandale quand la nouvelle municipalité affronte avec courage la situation de Montreuil». Jean-Charles Nègre, conseiller général PC du canton Montreuil Est, a dû démentir énergiquement ces propos par le biais d une lettre ouverte dont voici quelques extraits. Jean-Charles Nègre y voit là deux explications possibles : «Ou bien vous mentez. Et cela en dit long sur les procédés politiciens dont votre groupe use et abuse/ / Ou alors vous êtes mal informés. Et cela en dit tout aussi long sur une pratique de plus en plus avérée d incompétence chronique dont vous semblez souffrir.» Vient alors la mise au point : «Contrairement à ce que vous affirmez dans votre écrit : je n ai pas voté la hausse des impôts du département l an dernier. Moi-même et mon groupe, nous nous sommes abstenus./ / Ce que j ai refusé de faire l année dernière NDLR : voter le budget - si les conditions ne changent pas je ne le ferais pas cette année». Autre mensonge, second démenti : «Quant à votre allégation selon laquelle j aurais ainsi que mon groupe accepté la diminution de subventions aux organismes comme le Salon du Livre, je vous invite à lire les nombreuses interventions de mon groupe qui se bat depuis deux ans contre la suppression des subventions aux associations notamment en direction de la culture comme le Salon du Livre. Vous constaterez vousmêmes à quel point vos propos sont insultants». Mais, au fait, pourquoi cette mise en cause? Tout simplement pour allumer un contre-feu. En entravant le fonctionnement et le rayonnement du tissu associatif, la municipalité s attaque à ce qui constitue l identité de la ville. Voilà une politique impopulaire que la majorité municipale tente de dissimuler par tous les moyens, fût-ce au mépris de la vérité et de l honnêteté. Un projet pour les centres de sante a MonTreUIl (suite) L association de défense et de promotion des centres de santé à Montreuil, constituée après l annonce de la fermeture du centre Voltaire, propose aujourd hui un projet dont voici les grandes lignes. Ce document, succinct, ne remplace en aucun cas la lecture du travail riche et documenté réalisé. Le groupe de travail s'est réuni à 6 reprises entre juin et octobre Le projet a été validé par l'assemblée plénière des professionnels de santé des CMS* le 8 décembre En janvier, nous avons présenté la partie diagnostic. Ce mois-ci, nous poursuivons avec les propositions de ce groupe. Réflexions sur le territoire La municipalité joue sur le déséquilibre territorial opposant Haut et Bas-Montreuil. Il faut savoir que la concentration de professionnels de santé en centre ville est constatée partout en France et ne constitue pas le problème majeur dans l'accès aux soins dans la mesure où les habitants bénéficient de transports en commun efficaces. Pour étayer ses propos le groupe de travail s'appuie sur deux faits : L'analyse des zones d'attractivité de deux CMS de Montreuil en médecine générale montre que la population du territoire Bel Air-Grands Pêchers consulte au CMS Daniel-Renoult (quartier Bel Air) et au CMS Savattero (Bas-Montreuil). La situation excentrée de l'hôpital intercommunal n'empêche pas la population montreuilloise de se déplacer de façon inappropriée et répétée aux urgences alors que des solutions de proximité seraient beaucoup plus adaptées. En conclusion, il faut repenser l organisation territoriale pour permettre aux CMS de pouvoir proposer une offre de soins cohérente aux habitants de Montreuil. Quelle organisation proposer? Comment ces centres peuvent ils être présents dans les territoires et îlots de précarité qui en ont le plus besoin, et avec quels moyens? Le groupe de travail propose l'organisation suivante : Concentration des spécialités qui sont les plus coûteuses, nécessitant une forte technicité dans des lieux à déterminer. Mise en œuvre de soins primaires et d'actions de prévention de proximité (médecin généraliste, kinésithérapie, soins infirmiers et de prévention, diététicienne) dans les principaux territoires de la ville (organisation à définir). Développement de missions spécifiques s'attaquant aux inégalités de santé et favorisant l'accès aux soins des patients en difficulté. Ce que propose la municipalité ne répond pas aux besoins de la population. La création d'un centre municipal de santé rue Robert-Legros est inadaptée et incohérente : situé à 800 mètres du CMS Daniel-Renoult, il serait dans la même zone d'attractivité et constituerait un doublon coûteux peu efficace pour s'attaquer aux inégalités de santé. à suivre... *CMS : Centre Municipal de Santé Contact : Site : 4

5 Tiens, ça fait deux ans! Oui, deux années se sont écoulées depuis le changement de majorité municipale. Elle paraît bien discrète, cette année, la date d'anniversaire! Il est vrai qu il aurait manqué quelques «invités» pour festoyer autour du gâteau! Quant à la maigre assistance présente en mairie pour le résultat des élections régionales, elle témoigne du peu de popularité et du rayonnement de madame la Maire. Semaine du développement durable Il faut laborieusement fouiller sur Internet pour trouver une seule référence à ce moment de sensibilisation inauguré à Montreuil en 1994 et mis en œuvre chaque année, sans défaillir. Les plus anciens se souviennent de la place de la mairie transformée en parc ou en ferme, des visites du centre de traitement des eaux de Neuilly-sur-Marne, des visites au Parc des Beaumonts. avec la Ligue de Protection des Oiseaux etc Vous n aurez pas de semaine du développement durable cette année. Il faut dire que celle de l année dernière était tellement médiocre que nous en avions fait nos choux gras. On nous parle d Agenda 21 comme s il s agissait d une révélation! Mme l ancienne ministre, auriez-vous oublié vos visites à Montreuil pour les Journées sans ma voiture qualifiées, à l époque, de «mise en œuvre intelligente» par un de vos collaborateurs? Auriez-vous oublié la suite de Prix de l Environnement reçus, à l époque, par la ville de Montreuil? Nous, nous savons que nous ne vous avons pas attendue pour prendre la question de la préservation de la planète en considération! OUI, nous l avouons : nous étions bons et reconnus comme tels. ZooM : les InsTITUTIons reforme des collectivites TerrITorIales : attention danger! Les réformes par lesquelles le président de la République et le gouvernement veulent bouleverser l organisation et le financement des collectivités territoriales suscitent inquiétudes et oppositions. Sous couvert de rationalisation des coûts, il s agit de réduire leur autonomie de gestion. Ainsi la puissance publique serait privée des moyens d agir pour faire prévaloir l intérêt général au plus près des habitants. Ces deux pouvoirs s attaquent directement à la décentralisation en portant atteinte à la démocratie locale, au financement des services publics et au statut de la fonction publique territoriale. Regrouper pour mieux régner L'objectif consiste tout d'abord à réduire le nombre des collectivités existantes, en les obligeant à se regrouper entre elles. C est le cas pour les départements et pour les régions, mais également pour les communes qui se verraient fusionnées dans des «communes nouvelles». Le remplacement des Conseillers généraux et régionaux par des Conseillers territoriaux élus à un seul tour, la création d immenses métropoles, le pouvoir donné aux préfets d imposer le regroupement des villes menacent les identités locales et ne permettront plus aux communes, privées de tout pouvoir de décision, de s administrer librement. C est un recul sans précédent de la démocratie locale, née de la construction institutionnelle de la Révolution française. Des départements appauvris En supprimant la taxe professionnelle, le risque de transférer la fiscalité des entreprises vers les ménages va se généraliser comme unique solution pour maintenir des services de proximité. La suppression de la clause de «compétence générale» des départements - grâce à laquelle ils pouvaient jusqu alors intervenir dans les domaines de la vie quotidienne - leur interdira de participer à des projets d intérêt communal : concrètement, ils ne pourront plus aider les communes ni soutenir les associations, le mouvement sportif, les activités culturelles, etc. La concentration des moyens et des pouvoirs dans les régions, les métropoles et les intercommunalités, comme la suppression de milliers d élus locaux bénévoles, tournent le dos aux aspirations des populations, au développement des services publics et à la réduction des inégalités sociales et territoriales. Privatiser les services publics Si ces mesures sont appliquées, elles éloigneront les citoyens des lieux de décision. Mais le regroupement des communes et la diminution de leurs activités, c est aussi le recul de l emploi. Comme il le fait aujourd hui avec la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) pour les services de l État, le gouvernement veut contraindre les collectivités à réduire les dépenses de personnel. En taillant dans leurs recettes, il veut pousser au développement de l emploi contractuel et à la liquidation du statut de la fonction publique territoriale pour faire des agents publics de simples exécutants appliquant docilement les politiques libérales de l État. Alors que les collectivités locales assurent les trois quarts des investissements publics de notre pays, ces orientations traduisent la volonté d ouvrir des pans entiers de notre économie au secteur marchand et de privatiser les services publics et les activités associatives, conformément au traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1 er décembre 2009 pour contourner le rejet par la France lors du référendum de 2005 du traité établissant une Constitution pour l Europe. Pour garantir l égalité d accès au service public, il y a d autres choix que l acceptation résignée de cette «mort annoncée». Il est plus que temps de se mobiliser pour obtenir le retrait de ces projets catastrophiques et proposer au contraire d autres solutions ancrées dans les valeurs républicaines de solidarité, de justice, et d égalité. Philippe Hivert 5

6 actualite Elections régionales à Montreuil Les résultats bruts d élections, au 1 er tour, reflètent l importance relative des différentes sensibilités politiques locales proposées au vote, à un moment donné. A Montreuil, les données chiffrées, ci-dessous, des résultats du 1 er tour des Régionales de 2004 et de 2010 suggèrent d utiles réflexions. Participation Nombre % Inscrits Inscrits Abstentions % 60,30% Votants % 39,70% Exprimés % 37,47% La participation. La première chose qui saute aux yeux, d après les chiffres montreuillois de la participation 2010, c est l augmentation énorme du taux d abstention, d une Régionale à l autre, en passant de 44 % à 60 %! Malgré l augmentation du nombre d électeurs inscrits, + 15, 5 %, moins de Montreuillois ont jugé utile de se déplacer le 14 mars : seulement , cette année, contre en Montreuil reste ancrée à gauche. En 2010, 52, 46 % des suffrages appartiennent à un ensemble de gauche (PS, Front de Gauche, Ext. Gauche). Sans compter les Verts absents, en tant que tels, de la consultation, puisque fondus dans le courant «Europe écologie» et dont l apport ne peut être quantifié. En 2004, ces formations, mieux identifiées, rassemblaient 63 % des suffrages. La Droite, en 2010, est en repli par rapport à 2004 (27 % contre 37 %) avec un recul sensible du Front National (8. 20 % contre 12, 7 %). Europe Ecologie - qui ne se réclame pas expressément de la gauche recueille 20, 5 % des suffrages. C est loin du résultat des Européennes où cette liste, à Montreuil, l année dernière, atteignait 29 % des voix. Ce qui reste de la majorité municipale a du mouron à se faire. Résultats au 1 er tour 2004 Gauche Gauche Popu : M-G Buffet voix 17.47% PS-Verts : J-P Huchon voix 38.84% 56,31 Ext-gauche LO-LCR : A Laguillier voix 6.58% 6,58 Droite UDF : A Santini voix 9.71% UMP : J-F Copé voix 12.11% 21,82 Ext-droite FN : M Le Pen voix 11.59% MNR : N Bay 262 voix 1.10% 12,69 Généra écolo : C Pelegrin 615 voix 2.59% 2,59 Résultats au 1 er tour 2010 Gauche Front de Gauche : P Laurent voix 18,41% PS : J-P Huchon voix 26,69% 45,1 Europe-Ecologie : C Duflot voix 20,48% 20,48 Ext-gauche NPA : O Besancenot voix 6,30% LO : J-P Mercier 224 voix 1,06% 7,36 Droite MODEM : A Dolium 603 voix 3,08% UMP : V Pécresse voix 11,47% Gaulliste : N D. Aignan 401 voix 2,05% 16,60 Ext-droite FN : M Carnautu voix 8,20% Ext Dte Chrétien A De Boer 86 voix 0,44% 8,64 AEI : J-M Governatori 192 voix 0,98% Emergence : A Kanoute 145 voix 0,74% 1,72 Modifications à suivre. Pour mieux apprécier l évolution politique de la situation à Montreuil, il n est pas inutile de comparer quelques résultats, à un an d intervalle, obtenus par certaines formations politiques à deux élections, sans doute d un enjeu différent : les Européennes de 2009 et les Régionales de Si la droite et l extrême droite stagnent à %, la gauche passe de 66 à 73 % ; au sein de ce courant, le PS double la mise (de 13 à 27 %), Europe Ecologie baissent (de 29 à 20, 5 %) et la nouvelle formation Front de Gauche, tout juste créée en 2009, progresse de 16, 5 à 18, 4 %. 6

7 Résultats aux élections européennes 2008 à Montreuil M. COHN BENDIT Daniel Verts 29.08% M. LE HYARIC Patrick PCF-PG 16.52% M. BARNIER Michel Maj Présid % M. DESIR Harlem PS 13.07% M. SLAOUTI Omar Ext. Gauche 7.10% Mme DE SARNEZ Marielle Modem 6.12% M. DUBOIS Jean-Michel FN 3.95% M. GOVERNATORI Jean-Marc 2.04% Après le second tour, Jenneba Keita, suppléante du député, communiste représentante du Front de Gauche est élue conseillère régionale. 3 e ToUr de scrutin C était le 23 mars, ils partaient pour la manif, pour les salaires, l emploi et les retraites. Le cortège s organisait devant la mairie avant de parcourir le boulevard Rouget de Lisle puis prendre le métro. C était une belle journée. Deux mille grévistes avaient décidé de se faire entendre dans 27 établissements VIe associative renc art au MélIès. Une ag perplexe MaIs résolue Plusieurs de nos lecteurs sont adhérents de cette association, tout de même 362 à son compteur. Sans doute sont-ils liés par le même esprit d ouverture au monde que ce cinéma programme et de vigilance pour son avenir que cette association ne cesse de soutenir contre vents et marées. Et cette année, la mer est basse. A l inverse de l exposition au palais d Orsay (recommandable), intitulée «Crimes et châtiments», où l histoire est figée, la guillotine, à Montreuil, tranche encore, en coupant, non pas en deux, mais en quatre, la subvention de l association. Déjà, l an passé, la maire avait choisi son second couteau pour une amputation de moitié des subsides de Renc Art ; cette année, dopée par la réussite de l opération précédente, avec acharnement, elle charcute deux fois plus. Explication, justification? Vous n êtes pas Montreuillois! La démocratie participative, ici et maintenant, a ses raisons que la raison publique ne connaît pas. En deux ans, la subvention est tombée de euros à 500 euros. C est l anesthésie qui se moque de l aumône. C était, bien sûr, le premier grand sujet de discussion. Que faire? Négocier? Augmenter le tarif des adhésions? Réduire les coûts postaux et les offres cinéma? Pétitionner? Faire des galas, des festivals? Une commission a été créée. Deuxième prise de tête : l abandon des recours en justice de UGC et mk2 contre Montreuil. Au centre de leurs menaces : refuser le projet d extension du cinéma municipal de 3 à 6 salles, en cœur de ville. L édito commun, (à notre avis, du jamais vu à Montreuil) signé par ces deux instances dirigeantes de l industrie cinématographique et une maire dite de gauche, a fait jaser. Que veut dire cet engagement pris par l édile de «ne pas favoriser un dumping des prix par une politique de subvention»? Quel sens donner à l affirmation suivante : «favoriser/ /la diffusion des œuvres conformes à l intérêt général». Le communiqué de Renc Art soulignant la victoire, avant tout du Méliès et des spectateurs, a été davantage apprécié. Il reste des questions sans réponses sur les contreparties obtenues par ces circuits en regard de leurs abandons. Leurs dirigeants ne sont ni naïfs, ni désintéressés. Pour M. Verrechia (UGC), fils de maraîchers, un chou est un chou, quant à M. Karmitz, la marguerite n a pas place dans l un de ses portefeuilles. On a noté aussi l absence de régularité de réunion du Conseil du cinéma, due à l élu, le manque d honnêteté de «Tous Montreuil» qui censure l association en omettant systématiquement de la citer. Bref, rien que du banal, sous la nouvelle mandature. Il faudra agir sans son appui. 7

8 VIe associative TenTaTIVe de MaIn Basse sur l office du ToUrIsMe Mardi 23 mars se tenait l assemblée générale de l Office de tourisme, en mairie, au Pôle d Information et de Citoyenneté. Etait-ce le lieu inhabituel pour cette association? On aurait pu croire siéger à une réunion municipale, vu la densité d élus présents. Qu on en juge. Sur la liste des adhérents, nous remarquons, comme par hasard, fraîchement entrés entre janvier et mars la présence d élus : Mmes et M. Frery, Reznik, Reekers, Cuffini, Compain, Mosmant, Casalaspro, Bourdais. Certains ont entraîné leur conjoint(e) ou compagnons dans l affaire. Il faut ajouter les membres du cabinet de la maire (M. Maire et Miramont) et quelques compagnons de route (Mmes et MM Latrèche, Delhommeau, Descamp, Akkouche, Zriou). Vingt-six adhérents tout nouveaux tout neufs. Nous ne sommes pas allés chercher plus loin tant la situation nous a paru ridicule. Quel danger, quel enjeu représente donc l Office de tourisme pour justifier un tel noyautage? A-t-on à mettre hors d état de nuire quelque terroriste? L atmosphère confirmait cette impression. Pourtant, les bilans moral, d activité et financier présentés par la présidente, Madame Menu, et l équipe d animation, sont adoptés à l unanimité. Professionnalisme, dynamisme, efficacité, qualité d accueil sont reconnus par tous. Renouvellement du Conseil d administration La présidente rappela l article 12 des statuts de l association qui stipulent que tout candidat doit être adhérent depuis plus d un an et un mois. En conséquence, certains postulants ne pouvaient être retenus dont les nouveaux adhérents cités ci-dessus. L opération «main basse sur l Office» a échoué. Attribution de l honorariat à Monsieur Lucchini Enfin la question de l honorariat de François Lucchini était étudiée. La présidente rappela que l article 4 des statuts de l association prévoit la nomination de membres honoraires, en reconnaissance des services rendus à la structure. François Lucchini a été maire adjoint, en charge de l Office du tourisme durant de longues années. Montreuillois depuis plus de quarante ans il a usé ses semelles et consacré son temps à l épanouissement de notre ville. Cette proposition est soutenue chaleureusement par d anciens élus dont Denise Ridart qui a souligné le caractère purement honorifique de ce titre proposé par le conseil d administration et non par l intéressé. Monsieur Robel, adjoint à la maire, administrateur représentant le conseil municipal, a clairement exprimé son refus : «Il faut arrêter de regarder dans le rétroviseur ; cette notion d honorariat est complètement désuète.» On eut recours au vote à bulletins secrets qui rejeta la candidature de François Lucchini. Il ne sera donc pas membre honoraire de l Office de tourisme, dans les textes. Mais pour tous ceux qui ont construit et soutenu l Office, il en restera un des piliers! Merci François On retiendra de cette pitoyable mascarade, un terrible aveu d impuissance puisqu il a fallu faire monter au créneau époux, épouses, copains, copines pour une opération d entrisme minable! Cette méthode très connue des gauchistes, pourrait-elle inspirer de nouvelles actions de la majorité municipale? expulsions, deux Façons de FaIre Cinq maires communistes de Seine-Saint-Denis viennent de prendre un arrêté anti-expulsions et anti coupure d eau et d électricité dans leurs communes. Nous saluons cette initiative, même si elle est symbolique, qui dénonce la précarité et les difficultés grandissantes des familles victime de la crise. Nous aurions souhaité que la maire de Montreuil dans de cadre de l intercommunalité prenne la même décision que sa collègue de Bobigny. 8

9 prix de l humour Qualifiée par la maire de «Feuille de chou», lors d un conseil municipal, La Voix de Montreuil ne cesse d en faire ses choux gras. Sans lui verser la moindre indemnité, la sénatrice maire disposant de celles, confortables, du Sénat, notre mensuel n en remercie pas moins vivement l édile de sa contribution involontaire à la réputation d esprit d insolence et de critique qui anime cette rédaction. D autant que l humour, comme le chou, c est bon pour la santé! D où cette rubrique répartie en trois récompenses : le chou d excellence (info très drôle ou super ridicule), le chou d honneur (pas mal, mais peut mieux faire) et le chou de Bruxelles (navrant), sans offense aux Bruxellois. Pour ce mois d avril, nous n avons pas eu à chercher bien loin. Toutes ces récompenses sont extraites du dernier conseil municipal, retransmis par la télévision locale. chou d excellence : Décerné à S. Haziza A propos de la délibération sur la politique municipale du cinéma, ce conseiller municipal, délégué aux évènements artistiques, s est empressé d exprimer sa joie. Selon lui, en effet, il faut se flatter que l édito du programme du cinéma valide la position de madame la maire sur le Méliès Il réalisera peut-être un jour que cet édito est signé par la maire si chaleureusement approuvée, UGC et mk2. Hilarant! Son voisin de conseil en pouffe encore de rire. Nous aussi. choux d honneur : Attribué à P. Petitjean Attention, ce chercheur de formation cache son jeu : c est un comique refoulé! Adjoint au maire à trois reprises (depuis 1995), aujourd hui chargé de la politique de la ville et du développement durable, cet élu désopilant s est surpassé ce 25 mars en affirmant qu il avait découvert la situation de la ville, maintenant qu il la connaissait de l intérieur! Cet historien amnésique, justifie par cette découverte inouïe le renoncement à ses engagements de campagne. Ah! de grâce, applaudissez ce farceur de Tournesol qui a retrouvé son pendule dans la mairie. chou de BrUxelles : Il revient à H. Zeidenberg. Mauvaise pioche dans le champ de choux pour la conseillère municipale, déléguée au quartier La Noue/Clos Français. Pour justifier qu il fallait voter, sans attendre, l'augmentation des taux de fiscalité locale (de 8 à 12 % tout de même), elle a eu recours à l exemple de Franco! Selon elle, le Caudillo disposait ses dossiers sur son bureau en deux tas : les dossiers pour lesquels il fallait agir et ceux qui se réglaient d eux-mêmes. Le dossier des impôts nouveaux aurait fait partie, selon elle, selon lui, du premier tas Voilà qui explique la conception de la démocratie et du dialogue de la municipalité. On a les références qu'on mérite! Des propos que les Montreuillois descendants des réfugiés espagnols et des volontaires des brigades internationales apprécieront à leur juste mesure. FOCUS 1 THEATRE : La Locandiera au Théâtre Berthelot. Revenant d'assister dans une salle du Faubourg Montmartre à une représentation du Pélican d'august Strindberg dont j'étais sorti fortement marqué par le jeu de cette «ménagerie familiale» au coeur froid et, débouchant dans ma bonne ville de Montreuil, mon regard fut attiré par une affiche proposant La Locandiera, une pièce de Carlo Goldoni écrite en 1753, quelques années avant son installation à Paris où il mourut en Goldoni, rappelons-le, fut un des créateurs de la comédie italienne moderne. Je me suis alors souvenu avoir assisté quelques années plus tôt, au théâtre Antoine, à une représentation de cette pièce interprétée par quelques grandes vedettes de l'époque dans une mise en scène et des décors des plus classiques. Drôle mais pas plus et j'en étais sorti quelque peu déçu. Alors pourquoi pas? Beaucoup de monde, la salle était pleine, toutes générations confondues. Chacun attendait les trois coups. Les portes, placées en milieu de scène, claquent laissant apparaître puis disparaître les personnages dans un joyeux tintamarre, la salle rit aux éclats. Rappelons-le, la Locandiera est une belle aubergiste, surnommée Mirandolina, qui fait tourner bien des têtes, celles de ses prétendants, un marquis grippe-sous, un comte nouveau riche tous deux affublés de vêtements ridicules, et le chevalier de Riprafratta, amoureux fou, qui s'avèrera d'une extrême bassesse quand il dira, hypocrite, ne pas aimer les femmes. Dépité de ne pas pouvoir séduire la belle coquette qui se joue de lui comme des autres hommes, il claquera la porte de l'auberge accompagné de son laquais. Ajoutez- y les deux pétillantes comédiennes qui se font passer pour des femmes de la noblesse et le valet de l'auberge pour qui le coeur de Mirandolina pourrait battre. J'avais connu le travail de mise en scène de Jean-Louis Crinon et de sa troupe, Les Déménageurs associés lors de diverses prestations au Festival d' Avignon, et une fois de plus j'en suis sorti enchanté. Ce spectacle, dix représentations à Montreuil, part en tournée en France, avec aussi Les Rustres du même Goldoni, et reviendra dans la région parisienne le 25 mai à Neuilly-sur-Seine. N.B : La Locandiera, sera visible au prochain Festival d'avignon du 8 au 31 Juillet. Michel Calmant. 9

10 FOCUS 2 CINEMA : LES ECRANS PHILOSOPHIQUES A LA MAISON POPULAIRE Le Mécano de la Général de Clyde Bruckman et Buster Keaton. (E-U 1927, 1 h16) présenté par Frédéric Vengeon, directeur de programme au CIPh*. Mercredi 7 avril - 20 h 30 au Méliès. Ce film burlesque, romanesque, dramatique et monumental fait de Buster Keaton, avec Griffith, Gance et De Mille 1, le pionnier du cinéma épique de grand spectacle. Le mécano Johnnie Gray a deux amours : sa locomotive La Général et Annabelle. Quand commence la Guerre de Sécession, la Confédération le juge plus utile en mécano qu en soldat mais sa dulcinée l en tient pour lâche. Des espions volent un train tracté par La Général où elle se trouve. D un autre train, Johnnie les poursuit, surprend le plan militaire nordiste, sauve ses deux amours et revient poursuivi par l ennemi qu il met hors d'état de nuire. Il devient un héros. Véritable symphonie ferroviaire où la machine est au cœur de l action, ce récit de course-poursuite est construit en deux grands mouvements symétriques qui se succèdent figurant un double trajet inversé. Inspiré par un fait réel de la Guerre Civile -le vol du train-, Keaton choisit le réalisme et montre le mouvement des troupes, le rôle de l artillerie dans la bataille, l enjeu du contrôle des voies ferrées, l usage de la locomotive. Il s inspire des daguerréotypes du photographe de guerre Matthew Brady, emploie plus de figurants et d authentiques costumes nordistes et sudistes, fait édifier et détruire un pont de chemin de fer et copier la Général sur des trains modifiés roulant sur des voies ferrées reconstituées ou encore en service en Oregon. Guidé par une éthique de vérité, Keaton tend à l'usage du plan-séquence lequel saisit l'action en temps et espace réels, une obsession réaliste qui le conduit à exécuter, souvent sans trucage, ses cascades. HOMMAGE A JEAN FERRAT : LA FIN D UN GEANT Le burlesque de Keaton touche à la perfection par son art génial du gag qui maîtrise architecture, minutage, composition plastique, mouvement, rythme, prouesse physique. Par son aspect et sa gestuelle, le personnage de «l homme qui ne sourit jamais» reflète une individualité singulière et un archétype universel dont les caractéristiques physiques sont : un corps inflexible ou souple capable de se muer en projectile ou en flèche, identifiable à sa vitesse de déplacement, sa chute et son rebond, un visage au regard concentré et un jeu des orbites et des cernes exprimant toutes les émotions sous le masque figé. L'amour déclenche l action pour ce personnage d'abord incapable de réagir devant l'événement. Qu advienne le retournement de situation, il fait face et triomphe des épreuves. S affirmant dans le monde par le dépassement de lui-même, le héros keatonien est défini en une superbe formule par le critique Henri Agel comme «Sisyphe triomphant». Dans le Mécano où l homme se confronte à la technique «la liberté véritable n'est pas dans une indépendance rêvée à l'égard des lois de la nature, mais dans la connaissance de ces lois et dans la possibilité qui s offre à lui de les mettre en mouvement méthodiquement pour des fins déterminées» 2. Loin du déterminisme passif, Johnnie Gray agit, découvre les lois historiques du possible. Le héros de la geste keatonienne expérimente le monde, nous révélant ainsi les liens entre hasard, nécessité et liberté. * CIPh : Collège International de Philosophie Laura Laufer 1 Cecil Blount demille 2 Friedrich Engels Anti-Dühring. Ed. Sociales A lire de Jean-Pierre Coursodon, un remarquable Buster Keaton. Ed. Atlas Lherminier Nous avons mal à nos souvenirs. Ils étaient quatre comme les mousquetaires. Il y avait Brel, Brassens, Ferré, et puis Ferrat qui aura été le dernier à nous quitter pour les rejoindre au Panthéon de ceux qui, par leurs textes et leurs musiques, ont tracé la voie non seulement de leurs utopies, mais aussi de leur vision d'un monde qu'ils auraient voulu partager avec chacun d'entre nous. Salut Jean Ferrat, salut à tes chansons longtemps censurées "Nuit et brouillard" et "Potemkine", salut à "Ma France" toi qui l'aimais tant, toi Jean Tenenbaum dont le père fut massacré à Auschwitz parce qu'il était juif, toi l'enfant de onze ans caché dans une famille de militants communistes. Ce parti auquel tu n'adhéras pas mais dont tu fus un compagnon de route, libre de tes paroles et dont un jour tu dénonceras, dans «Le Bilan», les couleuvres avalées «De Prague à Budapest de Sofia à Moscou». Salut Jean, mais sache qu'à Antraigues et partout ailleurs nous entendrons toujours monter ta voix qui nous donne espoir. 10

11 histoire MonTreUIl et la commune de paris (1) A l image des révolutions de 1830 et de 1848, cela commence comme une simple émeute, mais à cette différence près qu elle se déroule en période de guerre. L Assemblée nationale, installée à Versailles, décide la suppression de la solde des gardes nationaux ainsi que la fin de la suspension du paiement des dettes, loyers et effets de commerce. La plupart des ouvriers et des artisans sont soudainement jetés dans la misère. Le 18 mars, Thiers donne l ordre à l armée de s emparer des canons de la Garde nationale parisienne qui étaient entreposés sur la Butte Montmartre. Exténué par un siège de 4 mois, humilié par la défaite et l armistice, le peuple parisien se révolte. Le gouvernement se retire précipitamment à Versailles, laissant le pouvoir vacant. Les bataillons de la Garde nationale qui s étaient fédérés pendant le siège élisent un conseil municipal le 26 mars. La Commune de Paris s installe et va tenter de faire vivre une république indépendante. Des choix révolutionnaires Le programme qu elle veut mettre en application puise aux plus profondes traditions républicaines de 1793 et de Elle ébauche une œuvre sociale d une extraordinaire générosité. Elle décide d'un moratoire des échéances pour les commerçants, l annulation des dettes de loyer, la réquisition des logements vacants, l abolition de la conscription et des armées permanentes remplacées par des milices populaires ; elle met en œuvre une réforme radicale de l enseignement qui prévoit, outre la multiplication des écoles de filles et des écoles professionnelles, l instruction gratuite, obligatoire et laïque. Dans le domaine social, elle interdit les amendes et les retenues sur les salaires ; elle abolit le travail de nuit des boulangers, des femmes et des enfants ; elle exproprie les ateliers abandonnés par leurs patrons qu elle confie à des coopératives ouvrières autogérées ; elle remplace les bureaux de placement par des bourses du travail. Montreuil et la Commune de Paris Si le Conseil municipal d'alors participa à la défense du gouvernement, jamais il n approuva la Commune de Paris, ni même ne reconnut la légitimité de son pouvoir. Les conseillers montreuillois s adressent à leurs collègues parisiens pour se plaindre du comportement des gardes nationaux, en utilisant un argument qui connaîtra un grand succès : les Communards sont des individus dangereux. Ils les accusent de différents délits (vol d armes, confiscation de la recette des contributions indirectes, occupation de locaux publics, etc.) et dénient à la ville de Paris toute prétention à incarner un pouvoir gouvernemental. Tout au plus, lui reconnaissent-ils «le droit de s administrer comme elle l entend». L argument est d une mauvaise foi évidente : il feint d ignorer la guerre, le siège de la capitale, la désertion du gouvernement, la vacance du pouvoir et les élections du 28 mars. La punition Un fait divers assez banal illustre d ailleurs cette hostilité nourrie à l encontre de ce que Vallès appelait «une révolution en habit d ouvriers». Les 13 et 14 mai 1871, un détachement composé de 18 hommes du 210 e bataillon assure le service de garde à la mairie, sous la responsabilité du lieutenant Givaudan, un ouvrier plombier. Comme à Saint-Mandé, Vincennes ou Bagnolet, ils veulent hisser le drapeau rouge sur le fronton et demandent les clés au gardien. Ce dernier refuse d obtempérer et note les noms de ses interlocuteurs, qu il transmet quelques jours après la Semaine sanglante au commissaire de police de Vincennes. L affaire connaît un dénouement tragique. Le 4e Conseil de guerre de Versailles les condamne le 20 avril 1872 pour séquestration avec menaces de mort, participation à un attentat, excitation à la guerre civile, participation à un mouvement insurrectionnel et incitation au «rassemblement des insurgés en arborant par force ouverte le drapeau rouge sur la mairie de Montreuil». Les peines sont particulièrement lourdes : travaux forcés à perpétuité (pour Givaudan), prison ou déportation en Nouvelle-Calédonie pour les autres. Du sang pour toute réponse Au fond, ce que redoutent par-dessus tout les membres du Conseil municipal, ce sont l insécurité et les débordements. Quand les fédérés montreuillois les invitent à participer à une réunion pour discuter de la gestion de la ville, ils refusent estimant que leurs interlocuteurs n ont aucune autorité politique pour formuler une telle demande. À supposer qu ils l aient voulu, ils n auront pas eu le temps de faire part de leurs réactions : le lendemain commence l un des carnages les plus meurtriers de l histoire parisienne du XIX e siècle. Philippe Hivert (à suivre : «La semaine sanglante) 11

12 courrier des lecteurs On n'y pense pas, Mais... J'ai conservé la pub «Carrefour» trouvée dans ma boîte à lettres pendant le second semestre Comme ça, pour voir. J'en ai récolté 3 kg. Ah, oui. Quand même! Sur le secteur «La Noue-Clos français», il y a grosso modo logements, donc en principe boîtes à lettres. Faisons un petit calcul : boîtes à lettres x 3 kg. = kg. = 6 tonnes. Donc 12 tonnes pour une année, en ne visant pas très haut. 12 tonnes de papier pour 1 année, pour 1 quartier, et pour 1 enseigne uniquement. Oui, pour «Carrefour» uniquement! Imaginons le poids total de papier utilisé dans la publicité, et le secteur est très vaste. En effet, il n'y a pas que les boîtes à lettres qui, finalement, n en reçoivent qu'une infime partie. Impressionnant, non! Que pouvons-nous faire? Ah! Mais c'est peut-être du papier recyclé? Peut-être, en effet, pour une partie. Mais on pourrait imprimer autre chose? Par exemple, des livres scolaires, d'histoire, de géographie, sur la nature en général, et Oui, mais il s agit de la culture, mot qui aujourd hui n est pas dans l air du temps gouvernemental. On pourrait faire une action citoyenne, comme conserver la pub d'une enseigne commerciale pendant un an et au bout de ce laps de temps, restituer cette pub à cette enseigne. C'est aussi du recyclage! R.s la Voix de Montreuil 54 Boulevard Rouget de Lisle MONTREUIL Editeur : Les amis de Viva-Cités Directrice de publication : Eliane Robin Ce numéro a été réalisé grâce à la participation de : Michel Calman, Danièle Creachcadec, Philippe Hivert, Roseanne Lhermet, François Lobyied, Eliane Robin, Jean-Jacques Serey. Il a bénéficié des remarques bienveillantes de conseillers techniques et journalistiques et néanmoins amis. Points de vente : Bel Air : Ketty s Fleurs 270 Bd T.Sueur - Montreau : Khellil : Chez Abdel Achik - kiosque de la Croix de Chavaux - 3 avenue de la Résistance. Dépôt légal : septembre Homologation : 121/08 sommaire adhésions et abonnements Garder le cap! Conseil municipal : Les impôts prennent l ascenseur La dette vous dis-je, la dette!... 2 Les Roms : L opposition interpelle le préfet... 3 Dossier : Un projet pour les centres de santé (suite)... 4 Un démenti de Jean-Charles Nègre, Conseiller Général... 4 Réforme des collectivités territoriales : Attention danger... 5 Les élections régionales à Montreuil Vie associative : A.G du Renc art ; Main basse sur l office du tourisme Prix de l humour... 9 Focus : Théâtre «La Locandiera» ; cinéma «Le mécano de la Général» 9-10 Hommage à Jean Ferrat Histoire : La Commune à Montreuil Courrier des lecteurs Nom et Prénom :... Adresse :...! o Adhésion + abonnement papier : 25 euros o Adhésion + abonnement internet : 20 euros o Abonnement papier seul : 30 euros o Abonnement internet seul : 20 euros Courriel (pour les abonnements internet) :... Les chèques sont à libeller au nom de «La Voix de Montreuil» ou «Les amis de Viva-Cités» et à retourner à «La Voix de Montreuil» 54 Bd Rouget de Lisle MONTREUIL Date : / / Signature de l adhérent : 12

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901

STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 STATUTS ASSOCIATION LOI 1901 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE Article 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts

FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA. Statuts AGE du 23 janvier 2014 FEDERATION FORET-BOIS RHÔNE-ALPES FIBRA Statuts Titre 1 : dénomination, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution Il est fondé entre les organisations professionnelles

Plus en détail

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 Art. 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association d Éducation Populaire dénommée :

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Version du 23 février 2015, soumise à consultation publique jusqu au 15 avril 2015. N

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY Article 1 : Constitution et siège social Il est fondé, le 12 mai 1998, entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE

PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE PROCES-VERBAL DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du lundi 12 janvier 2009 ELECTION L AN DEUX MILLE NEUF, LE 12 JANVIER, À 19 HEURES 30, LE CONSEIL COMMUNAUTAIRE, dûment convoqué le 06 AVRIL 2009, s est assemblé

Plus en détail

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 (Assemblée Générale Extraordinaire du 19 Juin 2014) Objet et composition de l association Article 1 : L association dite «Union Sportive Grégorienne

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens

Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens Notre but : répondre à vos attentes en fonction de nos moyens Vous le savez, le président Sarkozy et le gouvernement font tout pour faire des économies à l État. On pourrait s en féliciter, sauf que les

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE L UNAF et LA DEMI-PART FISCALE Union nationale des associations familiales 28 place Saint-Georges 75009 PARIS Tél : 01 49 95 36 00 Fax : 01 40 16 12 76 www.unaf.fr 1/11 L'UNAF et la suppression de la demi-part

Plus en détail

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF)

INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) INGENIEURS SANS FRONTIERES (ISF) STATUTS I - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 L'association de solidarité internationale, INGENIEURS SANS FRONTIERES ("ISF" en sigle), fondée en janvier 1982,

Plus en détail

INTERVIEW D ALAIN AREZKI

INTERVIEW D ALAIN AREZKI INTERVIEW D ALAIN AREZKI - Chargé de mission (liaison avec le mouvement associatif) au cabinet de JJ ANGLADE, maire de Vitrolles lorsque François Frenay est directeur de cabinet de??? à - Administrateur

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration.

Le siège social est fixé à LA ROCHELLE 11 bis, rue des Augustin. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d'administration. ARTICLE 1 : DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une Association régie par la Loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : JAZZ ENTRE LES DEUX

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

Propension moyenne et marginale

Propension moyenne et marginale Propension moyenne et marginale Les ménages utilisent leur revenu soit pour consommer (tout de suite), soit pour épargner (et consommer plus tard). On appelle propension moyenne à consommer (PMC) la part

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

COUDEKERQUE-BRANCHE STATUTS

COUDEKERQUE-BRANCHE STATUTS COUDEKERQUE-BRANCHE Siége administratif : 33 rue Arago, 59210 Coudekerque branche Association loi 1901 n 6356 Affiliation Fédération Française de Triathlon n 02021 Agrée Jeunesse et Sports n 59S1875 N

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 93 Loi modifiant la Loi électorale concernant les règles de financement des partis politiques et modifiant d autres dispositions législatives

Plus en détail

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT COMMUNE DE NIVILLAC REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE ANNEE 2014-2015 ECOLE PRIMAIRE PUBLIQUE «LES PETITS MURINS» La cantine scolaire a pour objectif d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER

ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER AUTOMOBILE CLUB D AIX-EN-PROVENCE ET DU PAYS D AIX MODIFICATION DES STATUTS ADOPTEE A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 24 FEVRIER 2015 ART. 1 : Il est fondé entre les personnes qui ont adhéré ou

Plus en détail

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation I - BUT ET COMPOSITION Art. 1 : DENOMINATION Il est fondé un syndicat régi par les présents statuts, sous la dénomination de : Collectif des Plateformes d Affiliation (CPA). Art. 2 : OBJET Ce syndicat

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION

STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION STATUTS DE L AROEVEN DE PARIS TITRE I BUT ET COMPOSITION ARTICLE 1 : Création et dénomination L Association laïque dite «Association Régionale des Œuvres Educatives et de Vacances de l Education Nationale

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Séance du mardi 17 juin 2014

Séance du mardi 17 juin 2014 Séance du mardi 17 juin 2014 Interventions de Jean-Claude Blanchard, conseiller communautaire à la CARENE Seul le prononcé fait foi. Délibération 15 Finances - Fonds national de péréquation des ressources

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

«TE AHA O TE REO» Association pour la défense, la promotion, l enseignement et la diffusion de la culture et des langues polynésiennes

«TE AHA O TE REO» Association pour la défense, la promotion, l enseignement et la diffusion de la culture et des langues polynésiennes «TE AHA O TE REO» Association pour la défense, la promotion, l enseignement et la diffusion de la culture et des langues polynésiennes (Tā'atira'a nō te pārura'a, te ha'afaufa'ara'a, te ha'api'ira'a 'e

Plus en détail

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901

STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er. Article 2. Article 3. Association loi 1901 Association loi 1901 STATUTS I- L ASSOCIATION : Article 1 er Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901 sous la dénomination

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Comment être un bon conseil syndical?

Comment être un bon conseil syndical? Comment être un bon conseil syndical? Association des Responsables de Copropriétés www.unarc.asso.fr Comment être un bon conseil syndical? 3 Introduction Nous n oublierons jamais que le député qui a introduit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG Titre I - Dénomination Objet Siège Durée Article 1 - Constitution, dénomination et inscription. L association «Société des Amis des Arts

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE En préalable, Mr Mély donne lecture des actes et contrats signés lors des derniers mois A remarquer un nombre de transactions toujours

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE TEXTE ADOPTE n o 181 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2002-2003 24 juillet 2003 PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif au référendum

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION "LES PLANTAGENETS Compagnons de Marc Leclerc"

STATUTS DE L'ASSOCIATION LES PLANTAGENETS Compagnons de Marc Leclerc STATUTS DE L'ASSOCIATION "LES PLANTAGENETS Compagnons de Marc Leclerc" Réunis en Assemblée Générale Extraordinaire Statutaire le 1 er octobre 2004, les Membres du groupe folklorique "Les Plantagenêts,

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association

ISF-INVEST. - article 1 : Constitution et Dénomination. - article 2 : Objet. - article 3 : Siège social. - article 4 : Durée de l association ISF-INVEST Club STATUTS DE L'ASSOCIATION - article 1 : Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Seul le prononcé fait foi Mes cher(e)s collègues, Dimanche, les Parisiens m ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris. Ce choix m'honore et m'oblige.

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014 Guide fiscal Nombre de nos concitoyens se plaignent aujourd hui d une pression fiscale excessive, et ils ont raison! La cour des comptes en France, nos partenaires Européens le dénoncent régulièrement.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD

DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD Conférence de presse Samedi 14 mars 2015 Contact presse : Alexia Dana / 01 47 71 54 96 / 06 18 04 02

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Sondage : les résultats!

Sondage : les résultats! Sondage : les résultats! Avec 104 réponses, le sondage réalisé par le Parti libéral radical de Troistorrents-Morgins s est révélé un franc succès. Sans pouvoir être représentatif, il constitue néanmoins

Plus en détail