ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006"

Transcription

1 ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES ORDINAIRES. Semestre d accueil, le 30 mars 2006

2 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS N désigne l effectif d une population isolée. dn(t) dt MODÈLE DE MALTHUS ( ) dn(t) dt = naissances morts + migrations. = an(t) bn(t) N(t) = N(0)e (a b)t. MODÈLE LOGISTIQUE OU DE VERLHUST ( ) dn(t) dt ( = rn(t) 1 N(t) ) N(t) = K N(0)Ke rt K + N(0)(e rt 1).

3 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS N désigne l effectif d une population isolée. dn(t) dt MODÈLE DE MALTHUS ( ) dn(t) dt = naissances morts + migrations. = an(t) bn(t) N(t) = N(0)e (a b)t. MODÈLE LOGISTIQUE OU DE VERLHUST ( ) dn(t) dt ( = rn(t) 1 N(t) ) N(t) = K N(0)Ke rt K + N(0)(e rt 1).

4 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS N désigne l effectif d une population isolée. dn(t) dt MODÈLE DE MALTHUS ( ) dn(t) dt = naissances morts + migrations. = an(t) bn(t) N(t) = N(0)e (a b)t. MODÈLE LOGISTIQUE OU DE VERLHUST ( ) dn(t) dt ( = rn(t) 1 N(t) ) N(t) = K N(0)Ke rt K + N(0)(e rt 1).

5 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS MODÈLE DE LOTKA-VOLTERRA : deux populations en interaction proie-prédateur : sans prédateurs, taux de croissance des proies proportionnel à la taille de la population ; sans proies, taux de morts des prédateurs proportionnel à la taille de la population ; taux de disparition des proies proportionnel au nombre de rencontres entre une proie et un prédateur, supposé lui-même proportionnel au produit des deux populations ; taux de croissance des prédateurs proportionnel au nombre de rencontres entre proie et prédateur. Si N est l effectif des proies et P celui des prédateurs : dn(t) dt dp(t) dt = N(a bp), = P(cN d).

6 MODÈLES DE DYNAMIQUE DES POPULATIONS MODÈLE DE LOTKA-VOLTERRA : deux populations en interaction proie-prédateur : sans prédateurs, taux de croissance des proies proportionnel à la taille de la population ; sans proies, taux de morts des prédateurs proportionnel à la taille de la population ; taux de disparition des proies proportionnel au nombre de rencontres entre une proie et un prédateur, supposé lui-même proportionnel au produit des deux populations ; taux de croissance des prédateurs proportionnel au nombre de rencontres entre proie et prédateur. Si N est l effectif des proies et P celui des prédateurs : dn(t) dt dp(t) dt = N(a bp), = P(cN d).

7 PREMIÈRES DÉFINITIONS. Dans toute la suite : U : ouvert de R R m, f : U R m : application continue. Équation différentielle y = f (t, y), (t, y) U, t R, y R m. (E) DÉFINITION Une solution de (E) sur un intervalle I R est une fonction dérivable y : I R m telle que 1. t I, (t, y(t)) U, 2. t I, y (t) = f (t, y(t)). PROBLÈME DE CAUCHY : étant donné un point (t 0, y 0 ) U, trouver une solution y : I R m de (E) sur un intervalle I contenant t 0 dans son intérieur, telle que y(t 0 ) = y 0.

8 PREMIÈRES DÉFINITIONS. Dans toute la suite : U : ouvert de R R m, f : U R m : application continue. Équation différentielle y = f (t, y), (t, y) U, t R, y R m. (E) DÉFINITION Une solution de (E) sur un intervalle I R est une fonction dérivable y : I R m telle que 1. t I, (t, y(t)) U, 2. t I, y (t) = f (t, y(t)). PROBLÈME DE CAUCHY : étant donné un point (t 0, y 0 ) U, trouver une solution y : I R m de (E) sur un intervalle I contenant t 0 dans son intérieur, telle que y(t 0 ) = y 0.

9 SOLUTIONS MAXIMALES. DÉFINITION Soient y : I R m, ỹ : Ĩ R m des solutions de (E). On dit que ỹ est un prolongement de y si I Ĩ et ỹ I = y. DÉFINITION On dit qu une solution y : I R m est maximale si y n admet pas de prolongement ỹ : Ĩ R m, avec I Ĩ. THÉORÈME Toute solution y se prolonge en une solution maximale ỹ (pas nécessairement unique).

10 SOLUTIONS GLOBALES. U = J U, avec J intervalle de R et U ouvert de R m. DÉFINITION Une solution globale est une solution définie sur l intervalle J tout entier. EXEMPLE : y = y 2 sur U = R R. Une solution globale y(t) = 0. Si y ne s annule pas : y y 2 = = t + C, y(t) = y(t) t + C. d où deux solutions maximales, définies respectivement sur ], C[ et ] C, + [.

11 ÉQUATION INTÉGRALE. LEMME Une fonction y : I R m est une solution du problème de Cauchy de données initiales (t 0, y 0 ) si et seulement si 1. y est continue et pour tout t I, (t, y(t)) U ; 2. et pour tout t I, y(t) = y 0 + t t 0 f (r, y(r))dr. (1)

12 CYLINDRE DE SÉCURITÉ. une norme (quelconque) sur R m B(x, r) la boule fermée de centre x et de rayon r. Comme U est ouvert, il existe un cylindre C 0 = [t 0 T 0, t 0 + T 0 ] B(y 0, r 0 ) U. M = sup f (t, y) < +. (t,y) C 0 C = [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ) C 0. DÉFINITION C est un cylindre de sécurité pour l équation (E) si toute solution y : I R m du problème de Cauchy y(t 0 ) = y 0 avec I [t 0 T, t 0 + T], reste contenue dans B(y 0, r 0 ).

13 CYLINDRE DE SÉCURITÉ. une norme (quelconque) sur R m B(x, r) la boule fermée de centre x et de rayon r. Comme U est ouvert, il existe un cylindre M = C 0 = [t 0 T 0, t 0 + T 0 ] B(y 0, r 0 ) U. sup f (t, y) < +. (t,y) C 0 C = [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ) C 0. LEMME Pour que C soit un cylindre de sécurité, il suffit de prendre ( T min T 0, r ) 0. M

14 MÉTHODE D EULER. subdivision t 0 < t 1 <... < t N 1 < t N = t 0 + T. pas successifs h n = t n+1 t n, 0 n N 1, h max = max(h 0,..., h N 1 ). MÉTHODE D EULER : partant de la donnée initiale y 0, et par récurrence : 0 n N 1, { yn+1 = y n + h n f (t n, y n ) t n+1 = t n + h n La solution approchée y s obtient graphiquement en traçant les segments joignant les points (t n, y n ) et (t n+1, y n+1 ) : y(t) = y n + (t t n )f (t n, y n ), t [t n, t n+1 ). On construit de même une solution approchée sur [t 0 T, t 0 ] en prenant des pas h n < 0.

15 MÉTHODE D EULER. subdivision t 0 < t 1 <... < t N 1 < t N = t 0 + T. pas successifs h n = t n+1 t n, 0 n N 1, h max = max(h 0,..., h N 1 ). MÉTHODE D EULER : partant de la donnée initiale y 0, et par récurrence : 0 n N 1, { yn+1 = y n + h n f (t n, y n ) t n+1 = t n + h n PROPOSITION Si C = [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ) est un cylindre de sécurité tel que T min(t 0, r 0 /M), toute solution approchée y donnée par la méthode d Euler est contenue dans B(y 0, r 0 ).

16 SOLUTIONS APPROCHÉES. DÉFINITION Soit y : [a, b] R m une fonction C 1 par morceaux (ceci signifie qu il existe une subdivision a = a 0 < a 1 <... < a N = b de [a, b] telle que pour tout n, la restriction y [an,a n+1 ] soit de classe C 1 ). On dit que y est une ε-solution approchée de (E) si 1. t [a, b], (t, y(t)) U, 2. n, t ]a n, a n+1 [, y (t) f (t, y(t)) ε.

17 SOLUTIONS APPROCHÉES. Soit ω f le module de continuité de f sur C, défini par ω f (u) = max { f (t 1, y 1 ) f (t 2, y 2 ) ; t 1 t 2 + y 1 y 2 u}. Comme C est compact, f est uniformément continue sur C, ainsi lim ω f (u) = 0. u 0 PROPOSITION Soit y : [t 0 T, t 0 + T] R m une solution approchée construite par la méthode d Euler avec pas maximum h max. Alors l erreur ε vérifie ε ω f ((M + 1)h max ).

18 SOLUTIONS APPROCHÉES. PROPOSITION Soit y (p) : [t 0 T, t 0 + T] R m une suite de solutions ε p -approchées contenues dans le cylindre de sécurité C, telles que y (p) (t 0 ) = y 0 et lim p + ε p = 0. On suppose que la suite y (p) converge uniformément sur [t 0 T, t 0 + T] vers une fonction y. Alors y est solution exacte du problème de Cauchy pour l équation (E).

19 THÉORÈME DE CAUCHY-PEANO-ARZELA. On suppose que f : U R m est continue. PROPOSITION (ASCOLI) On suppose que E et F sont deux espaces métriques compacts. Soit φ p : E F une suite d applications k-lipschitziennes, où k 0 est une constante donnée. Alors on peut extraire de φ p une sous-suite φ pn uniformément convergente, et la limite est une application k-lipschitzienne. CAUCHY-PEANO-ARZELA Soit C = [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ), avec T min(t 0, r 0 /M), un cylindre de sécurité pour (E) y = f (t, y). Alors il existe une solution y : [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ) de (E) avec condition initiale y(t 0 ) = y 0.

20 THÉORÈME DE CAUCHY-PEANO-ARZELA. COROLLAIRE Par tout point (t 0, y 0 ) U, il passe au moins une solution maximale y : I R m de (E). De plus, l intervalle de définition I de toute solution maximale est ouvert (mais en général il n y a pas unicité de ces solutions maximales). EXEMPLE : soit l équation y = 3 y 2/3. Le problème de Cauchy de condition initiale y(0) = 0 admet alors au moins deux solutions maximales : y (1) (t) = 0, y (2) (t) = t 3, t R.

21 THÉORÈME DE CAUCHY-LIPSCHITZ. Soit f LOCALEMENT LIPSCHITZIENNE en y : pour tout point (t 0, y 0 ) U, il existe un cylindre C = [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ) U et une constante k = k(t 0, y 0 ) 0 tels que f soit k-lipschitzienne en y sur C : (t, y 1 ), (t, y 2 ) C, f (t, y 1 ) f (t, y 2 ) k y 1 y 2. Soit C 0 = [t 0 T 0, t 0 + T 0 ] B(y 0, r 0 ) U un cylindre sur lequel f est k-lipschitzienne en y et soit M = sup f. C 0 On se donne ε > 0 et on considère des solutions y (1) et y (2) respectivement ε 1 et ε 2 approchées du problème de Cauchy de donnée initiale (t 0, y 0 ), avec ε 1, ε 2 ε. On a alors y (i) M + ε, et les graphes de y (1) et y (2) restent contenus dans( le cylindre ) C = [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ) C 0, dès r 0 que T min T 0,. M + ε

22 THÉORÈME DE CAUCHY-LIPSCHITZ. Soit f LOCALEMENT LIPSCHITZIENNE en y. LEMME (GRONWALL) Sous les hypothèses précédentes, on a y (2) (t) y (1) (t) (ε 1 + ε 2 ) ek t t0 1, t [t 0 T, t 0 + T]. k CAUCHY-LIPSCHITZ Pour tout( cylindre de ) sécurité C = [t 0 T, t 0 + T] B(y 0, r 0 ) tel que r 0 T min T 0,, le problème de Cauchy avec donnée initiale M + ε (t 0, y 0 ) admet une unique solution exacte y : [t 0 T, t 0 + T] R m. De plus, toute suite y (p) de solutions ε p -approchées avec ε p tendant vers 0, converge uniformément vers la solution exacte y sur [t 0 T, t 0 + T].

23 UNICITÉ GLOBALE. THÉORÈME Soient y (1), y (2) : I R m deux solutions de (E), avec f localement lipschitzienne en y. Si y (1) et y (2) coïncident en un point de I, alors y (1) = y (2) sur I. COROLLAIRE Si f est localement lipschitzienne en y sur U, pour tout point (t 0, y 0 ) U, il passe une unique solution maximale y : I R m et une seule.

24 EXISTENCE DE SOLUTIONS GLOBALES. THÉORÈME Soit f : U R m une application continue sur un ouvert produit U = J R m, où J R est un intervalle ouvert. On suppose qu il existe une fonction continue k : J R + telle que pour tout t J fixé, l application y f (t, y) soit lipschitzienne de rapport k(t) sur R m. Alors toute solution maximale de l équation y = f (t, y) est globale. EXEMPLES Montrer que toute solution maximale de l équation différentielle y = t t 2 + y 2, (t, y) R R, est globale. On définit f : R R par f (y) = e si y e et f (y) = y ln y si y e. Montrer que f n est pas lipschitzienne. Déterminer explicitement les solutions maximales de l équation y = f (t, y).

25 EXISTENCE DE SOLUTIONS GLOBALES. THÉORÈME Soit f : U R m une application continue sur un ouvert produit U = J R m, où J R est un intervalle ouvert. On suppose qu il existe une fonction continue k : J R + telle que pour tout t J fixé, l application y f (t, y) soit lipschitzienne de rapport k(t) sur R m. Alors toute solution maximale de l équation y = f (t, y) est globale. EXEMPLES Montrer que toute solution maximale de l équation différentielle y = t t 2 + y 2, (t, y) R R, est globale. On définit f : R R par f (y) = e si y e et f (y) = y ln y si y e. Montrer que f n est pas lipschitzienne. Déterminer explicitement les solutions maximales de l équation y = f (t, y).

26 EXISTENCE DE SOLUTIONS GLOBALES. THÉORÈME Soit f : U R m une application continue sur un ouvert produit U = J R m, où J R est un intervalle ouvert. On suppose qu il existe une fonction continue k : J R + telle que pour tout t J fixé, l application y f (t, y) soit lipschitzienne de rapport k(t) sur R m. Alors toute solution maximale de l équation y = f (t, y) est globale. EXEMPLES Montrer que toute solution maximale de l équation différentielle y = t t 2 + y 2, (t, y) R R, est globale. On définit f : R R par f (y) = e si y e et f (y) = y ln y si y e. Montrer que f n est pas lipschitzienne. Déterminer explicitement les solutions maximales de l équation y = f (t, y).

27 ÉQUATIONS D ORDRE SUPÉRIEUR À UN. Un système différentiel d ordre p dans R m est une équation de la forme y (p) = f (t, y, y,..., y (p 1) ), (2) où f : U R m est une application continue définie sur un ouvert U R (R m ) p. DÉFINITION Une solution de (2) sur un intervalle I R est une application y : I R m p-fois dérivable, telle que 1. t I, y(t), y (t),..., y (p 1) (t) U ; 2. t I, y (p) (t) = f (t, y(t), y (t),..., y (p 1) (t)). Si f est de classe C k, les solutions y sont de classe C k+p.

28 ÉQUATIONS D ORDRE SUPÉRIEUR À UN. Ce système est équivalent au système différentielle d ordre 1 Y 0 = Y 1 Y 1 = Y 2. Y p 2 = Y p 1 Y p 1 = f (t, Y 0, Y 1,..., Y p 1 ) où Y 0 = y, Y 1 = y,... ; soit Y = F(t, Y) avec Y = (Y 0, Y 1,..., Y p 1 ) (R m ) p F = (F 0, F 1,..., F p 1 ) : U (R m ) p F 0 (t, Y) = Y 1,..., F p 2 (t, Y) = Y p 1, F p 1 (t, Y) = f (t, Y).

29 ÉQUATIONS LINÉAIRES. Systèmes différentiels linéaires du premier ordre dans R m : où dy(t) dt = A(t)Y + B(t), A(t) = (a ij (t)) 1 i,j m R m m, B(t) = b 1 (t). b m (t) R m. Les fonctions A et B sont continues, donc la fonction f (t, Y) = A(t)Y + B(t) est lipschitzienne en Y de constante k(t) = A(t). THÉORÈME Pour tout point (t 0, y 0 ) I R m, il passe une solution globale unique.

30 ÉQUATIONS LINÉAIRES. Si le système est dit sans second membre, i.e. B = 0, d où dy(t) = A(t)Y, dt alors l ensemble des solutions maximales est un R-espace vectoriel de dimension m : l application qui à Y solution maximale associe Y(t 0 ), est un isomorphisme linéaire. Le système sans second membre est résoluble explicitement au moins dans les cas suivants : si A est constante, alors Y(t) = exp((t t 0 )A)Y(t 0 ), avec : exp(b) = + n=0 B n n!. si A(t)A(u) = A(u)A(t) pour tous t, u dans I, alors ( t ) Y(t) = exp A(s)ds Y(t 0 ) = R(t, t 0 )Y(t 0 ). t 0

31 ÉQUATIONS LINÉAIRES. Dans le cas général, si Y (1) est une solution globale du système Y = AY + B, alors l ensemble des solutions est de la forme Y (1) + Z avec Z solution maximale du système sans second membre. Une solution particulière s obtient par la méthode dite de VARIATION DES CONSTANTES. On la cherche sous la forme On obtient alors Y (1) (t) = R(t, t 0 )V(t) R(t, t 0 )V (t) = B(t). Y (1) (t) = R(t, t 0 ) t t 0 R(t 0, u)b(u)du = t t 0 R(t, u)b(u)du.

32 ÉQUATIONS NON LINÉAIRES. RAISONNEMENT TYPE dans le cas du modèle logistique : ( dn(t) = rn(t) 1 N(t) ) = rn(t) r dt K K N(t)2 = f (N(t)). Étude de f : f localement lipschitzienne, donc, en tout point N 0, il passe une unique solution maximale N : I R telle que N(0) = N 0. Recherche d éventuel point fixe : f (0) = f (K) = 0. Donc deux solutions globales constantes Y (0) (t) = 0 et Y (K) (t) = K. De plus, si N 0 {0, K} alors pour tout t, N(t) {0, K}. Recherche de solutions globales : si N 0 ]0, K[, nécessairement pour tout t, N(t) ]0, K[, et dans ce cas, toute solution maximale est globale. En revanche si N 0 [0, K], il n y a aucune raison qu une solution maximale soit globale.

33 ÉQUATIONS NON LINÉAIRES. RAISONNEMENT TYPE dans le cas du modèle logistique : ( dn(t) = rn(t) 1 N(t) ) = rn(t) r dt K K N(t)2 = f (N(t)). Étude de f : f localement lipschitzienne, donc, en tout point N 0, il passe une unique solution maximale N : I R telle que N(0) = N 0. Recherche d éventuel point fixe : f (0) = f (K) = 0. Donc deux solutions globales constantes Y (0) (t) = 0 et Y (K) (t) = K. De plus, si N 0 {0, K} alors pour tout t, N(t) {0, K}. Recherche de solutions globales : si N 0 ]0, K[, nécessairement pour tout t, N(t) ]0, K[, et dans ce cas, toute solution maximale est globale. En revanche si N 0 [0, K], il n y a aucune raison qu une solution maximale soit globale.

34 ÉQUATIONS NON LINÉAIRES. RAISONNEMENT TYPE dans le cas du modèle logistique : ( dn(t) = rn(t) 1 N(t) ) = rn(t) r dt K K N(t)2 = f (N(t)). Étude de f : f localement lipschitzienne, donc, en tout point N 0, il passe une unique solution maximale N : I R telle que N(0) = N 0. Recherche d éventuel point fixe : f (0) = f (K) = 0. Donc deux solutions globales constantes Y (0) (t) = 0 et Y (K) (t) = K. De plus, si N 0 {0, K} alors pour tout t, N(t) {0, K}. Recherche de solutions globales : si N 0 ]0, K[, nécessairement pour tout t, N(t) ]0, K[, et dans ce cas, toute solution maximale est globale. En revanche si N 0 [0, K], il n y a aucune raison qu une solution maximale soit globale.

35 ÉQUATIONS NON LINÉAIRES. RAISONNEMENT TYPE dans le cas du modèle logistique : ( dn(t) = rn(t) 1 N(t) ) = rn(t) r dt K K N(t)2 = f (N(t)). Étude de f : f localement lipschitzienne, donc, en tout point N 0, il passe une unique solution maximale N : I R telle que N(0) = N 0. Recherche d éventuel point fixe : f (0) = f (K) = 0. Donc deux solutions globales constantes Y (0) (t) = 0 et Y (K) (t) = K. De plus, si N 0 {0, K} alors pour tout t, N(t) {0, K}. Recherche de solutions globales : si N 0 ]0, K[, nécessairement pour tout t, N(t) ]0, K[, et dans ce cas, toute solution maximale est globale. En revanche si N 0 [0, K], il n y a aucune raison qu une solution maximale soit globale.

36 MODÈLE LOGISTIQUE : RÉSOLUTION EXPLICITE. SUPPRESSION DE LA PARTIE LINÉAIRE : si f est de la forme f (t, y) = a(t)y + g(t, y), si y : I R m est une solution maximale, alors z : I R m définie par z(t) = exp ( t 0 ) a(s)ds y(t) est solution de l équation ( t ) z (t) = a(t)z(t) + a(t)z(t) + exp a(s)ds g(t, y(t)) 0 ( t ) ( ( t ) ) = exp a(s)ds g t, exp a(s)ds z(t). 0 0

37 MODÈLE LOGISTIQUE : RÉSOLUTION EXPLICITE. Pour le modèle de Verlhust, dn(t) dt = rn(t) ( 1 N(t) ) K Y(t) = e rt N(t), Y(0) = N(0) satisfait = rn(t) r K N(t)2 = f (N(t)), Y (t) = r K e rt N(t) 2 = r K ert Y 2 (t) dy (t) Y 2 (t) = r K ert

38 MODÈLE LOGISTIQUE : RÉSOLUTION EXPLICITE. Pour le modèle de Verlhust, dn(t) dt = rn(t) ( 1 N(t) ) K Y(t) = e rt N(t), Y(0) = N(0) satisfait = rn(t) r K N(t)2 = f (N(t)), Y (t) = r K e rt N(t) 2 = r K ert Y 2 (t) dy (t) Y 2 (t) = r K ert Donc Y(t) = 1 Y(0) 1 t Y(t) = dy (s) 0 Y 2 (s) ds = 1 K (ert 1). 1 1 Y(0) + 1 K (ert 1) N(t) = KN(0)ert K + N(0)(e rt 1).

39 MODÈLE LOGISTIQUE : RÉSOLUTION EXPLICITE. Si N(0) < 0, alors N(t) = KN(0)ert K+N(0)(e rt 1) est définie sur l intervalle ], τ 0 [, avec τ 0 = 1 ) (1 KN0 > 0. r De plus lim t τ0 N(t) =. Donc solution maximale, non globale.

40 MODÈLE LOGISTIQUE : RÉSOLUTION EXPLICITE. Si N(0) < 0, alors N(t) = KN(0)ert K+N(0)(e rt 1) est définie sur l intervalle ], τ 0 [, avec τ 0 = 1 ) (1 KN0 > 0. r De plus lim t τ0 N(t) =. Donc solution maximale, non globale. Si N(0) > K, alors N(t) = KN(0)ert K+N(0)(e rt 1) est définie sur l intervalle ]τ 1, + [, avec τ 1 = 1 ) (1 KN0 < 0. r De plus lim t τ1 N(t) = +. Donc solution maximale, non globale.

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions Systèmes différentiels Cours de YV, L3 Maths, Dauphine, 2012-2013 Plan du cours. Le cours a pour but de répondre aux questions suivantes : - quand une équation différentielle a-t-elle une unique solution

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Equations Différentielles

Equations Différentielles Cours optionnel S4 - Maths Renforcées 1 Equations Différentielles I- Définitions élémentaires. On appelle Equation Différentielle Ordinaire (EDO) toute équation (E) du type (E) : y (n) (t) = F (t; y(t);

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Licence à distance Chapitre V : Equations différentielles. Méthodes numériques à un pas.

Licence à distance Chapitre V : Equations différentielles. Méthodes numériques à un pas. Licence à distance Chapitre V : Equations différentielles. Méthodes numériques à un pas. M. Granger Table des matières 1 Rappels sur le cours d équations différentielles 2 1.1 Généralités..........................................

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Maths PCSI Cours Table des matières Equations différentielles 1 Généralités 2 1.1 Solution d une équation différentielle................................ 2 1.2 Problème de Cauchy.........................................

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Equations différentielles ordinaires et applications.

Equations différentielles ordinaires et applications. UNIVERSITÉ DE TLEMCEN FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES Equations différentielles ordinaires et applications. Mémoire de licence (L.M.D) Option : Équations différentielle ordinaires. Session

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

M42. Compléments d analyse (résumé).

M42. Compléments d analyse (résumé). Université d Evry-Val-d Essonne. Année 2008-09 D. Feyel M42. Compléments d analyse (résumé). Table. I. Rappels sur les suites. Limites supérieure et inférieure. II. Topologie élémentaire. III. Fonctions

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Université de Nice-Sophia Antipolis Mémoire de Master 1 de Mathématiques Année 2006-2007 Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Auteurs : Clémence MINAZZO - Kelsey RIDER Responsable

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique?

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique? Objectifs Calcul scientifique Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr (CERMICS, Ecole des Ponts ParisTech) Le Calcul scientifique permet par la simulation numérique de prédire, optimiser, contrôler... le comportement

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 1. a. On considère un modèle de marché (B, S) à une étape. On suppose que S = 5 C et qu à la date t = 1 on a (S u 1 = 51, S d 1 = 48).

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Cours de Topologie L3-math

Cours de Topologie L3-math Cours de Topologie L3-math Renaud Leplaideur Année 2014-2015 UBO 2 Table des matières 1 Rappels, préliminaires 5 1.1 Rappels sur les ensembles........................... 5 1.1.1 Formalisme ensembliste.........................

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Bachir Bekka Février 2007 Le théorème de Perron-Frobenius a d importantes applications en probabilités (chaines

Plus en détail

Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes

Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes Examen 2 Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes L usage de la calculatrice programmable est autorisé. La bonne présentation de la copie est de rigueur. Cet examen comporte 7 pages et 5 exercices.

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3 Université de la Méditerranée Faculté des Sciences de Luminy Licence de Mathématiques, Semestre 5, année 2008-2009 Calcul Différentiel Support du cours de Glenn Merlet 1, version du 6 octobre 2008. Remarques

Plus en détail

Théorie analytique des équations différentielles ordinaires (MM0049)

Théorie analytique des équations différentielles ordinaires (MM0049) Théorie analytique des équations différentielles ordinaires (MM0049) Liste des exercices pouvant être donnés en question de cours pour le partiel : 1, 2, 7, 10, 11, 12, 15, 17, 20, 23, 25, 29, 30, 34.

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Introduction. aux équations différentielles. et aux dérivées partielles

Introduction. aux équations différentielles. et aux dérivées partielles Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Mouvement brownien et calcul stochastique

Mouvement brownien et calcul stochastique Université Pierre et Marie Curie 27-28 Master de Mathématiques Spécialité: Probabilités et Applications Mouvement brownien et calcul stochastique Jean Jacod Chapitre 1 Le mouvement brownien 1.1 Processus

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

Exercices de simulation 1

Exercices de simulation 1 Licence MIA 2ème année Année universitaire 2009-2010 Simulation stochastique C. Léonard Exercices de simulation 1 Les simulations qui suivent sont à effectuer avec Scilab. Le générateur aléatoire de Scilab.

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous StatEnAction 2009/0/30 :26 page #27 CHAPITRE 0 Machines à sous Résumé. On étudie un problème lié aux jeux de hasard. Il concerne les machines à sous et est appelé problème de prédiction de bandits à deux

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Du Calcul d Aire... ...Au Calcul Intégral

Du Calcul d Aire... ...Au Calcul Intégral Du Calcul d Aire......Au Calcul Intégral Objectifs Définir proprement l aire d une surface plane, au moins pour les domaines usuels (limités par des courbes simples) et fournir un moyen de la calculer.

Plus en détail

Cours de mathématiques.

Cours de mathématiques. Orsay 008-009 IFIPS S Mathématiques (M160). Cours de mathématiques. 1. Equations différentielles linéaires du second ordre. La fonction C : x cos x est indéfiniment dérivable sur R, et C (x) = S(x), avec

Plus en détail

Cours d Automatique Master de Mathématiques, Université d Orléans, premier trimestre. Emmanuel Trélat et Thomas Haberkorn

Cours d Automatique Master de Mathématiques, Université d Orléans, premier trimestre. Emmanuel Trélat et Thomas Haberkorn Cours d Automatique Master de Mathématiques, Université d Orléans, premier trimestre Emmanuel Trélat et Thomas Haberkorn 2 Table des matières 1 Rappels 5 1.1 Rappels d algèbre linéaire......................

Plus en détail

Théorie analytique des équations di érentielles ordinaires (MM0049)

Théorie analytique des équations di érentielles ordinaires (MM0049) Théorie analytique des équations di érentielles ordinaires (MM0049) 1 Bibliographie La théorie des EDO repose beaucoup sur le calcul di érentiel (en particulier la notion de di érentielle ; mais on utilisera

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Intégrale stochastique

Intégrale stochastique Intégrale stochastique Plan L intégrale stochastique générale Intégrale de Wiener Exemples Processus d Itô Formule d Itô Formule de Black & Scholes Le processus B est un mouvement Brownien et { Ft B,t

Plus en détail

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon

: 3 si x 2 [0; ] 0 sinon Oral HEC 2007 Question de cours : Dé nition d un estimateur ; dé nitions du biais et du risque quadratique d un estimateur. On considère n (n > 2) variables aléatoires réelles indépendantes X 1,..., X

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Fonctions holomorphes

Fonctions holomorphes Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions holomorphes Christine Laurent-Thiébaut Ceci est le second volet de l étude des fonctions d une variable complexe, faisant suite au chapitre

Plus en détail

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève 30-1- 2013 J.F.C. p. 1 F 1 F 2 F 3 Assez simple ou proche du cours. Demande du travail. Délicat. EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005 Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 X est une variable aléatoire de

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université

Plus en détail

UNIFORMITÉ DE LA DISTORTION DE ŚWIA TEK POUR LES FAMILLES COMPACTES DE PRODUITS DE BLASCHKE M.R. HERMAN

UNIFORMITÉ DE LA DISTORTION DE ŚWIA TEK POUR LES FAMILLES COMPACTES DE PRODUITS DE BLASCHKE M.R. HERMAN UNIFORMITÉ DE LA DISTORTION DE ŚWIA TEK POUR LES FAMILLES COMPACTES DE PRODUITS DE BLASCHKE M.R. HERMAN Note du transcripteur : ce document fait suite à Conugaison quasi symétrique des homéomorphismes

Plus en détail

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7.

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. BACCALAURÉAT GENÉRAL Session 2011 MATHÉMATIQUES Série ES Enseignement de Spécialité Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 7 Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. L utilisation d une calculatrice

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Chapitre 2 : Méthode de Monte-Carlo avec tirages indépendants, pour le calcul approché d une intégrale.

Chapitre 2 : Méthode de Monte-Carlo avec tirages indépendants, pour le calcul approché d une intégrale. Aix Marseille Université. Algorithmes Stochastiques. M MIS. Fabienne Castell... Chapitre : Méthode de Monte-Carlo avec tirages indépendants, pour le calcul approché d une intégrale. Le but de ce chapitre

Plus en détail

Aide mémoire pour les équations différentielles paragraphe 3-IV du programme complémentaire du CAPES externe de mathématiques et Terminale S

Aide mémoire pour les équations différentielles paragraphe 3-IV du programme complémentaire du CAPES externe de mathématiques et Terminale S Aide mémoire pour les équations différentielles paragraphe 3-IV du programme complémentaire du CAPES externe de mathématiques et Terminale S Réalisé dans le cadre du Campus numérique EscaleS: www.u-escales.org

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Initiation à la Statistique IS-Math314

Initiation à la Statistique IS-Math314 Université des Sciences et Technologies de Lille U.F.R. de Mathématiques Pures et Appliquées Bât. M2, F-59655 Villeneuve d Ascq Cedex Initiation à la Statistique IS-Math314 Chapitres 1 4 Charles SUQUET

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations. janvier 2010

Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations. janvier 2010 Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations Frédéric Chapoton janvier 2010 Plan 1 Les arbres binaires 2 Les arbres non-croisés 3 La relation entre les deux 4 Dualité et rotation 5 Les intervalles

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Analyse - Résumés et exercices

Analyse - Résumés et exercices Analyse - Résumés et exercices Georges Skandalis Université Paris Diderot (Paris 7) - IREM Préparation à l Agrégation Interne 6 mars 205 Table des matières Suites de nombres réels. Développement décimal

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats f est une fonction définie sur ] 2 ; + [ par : 4 points f (x)=3+ 1 x+ 2. On note f sa fonction dérivée et (C ) la représentation

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Tony FEVRIER Aujourd hui! Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail