Autoévaluation du Master of Arts en Études muséales, commun aux universités de. Neuchâtel, Fribourg, Genève et Lausanne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Autoévaluation du Master of Arts en Études muséales, commun aux universités de. Neuchâtel, Fribourg, Genève et Lausanne"

Transcription

1 RAPPORT DE SYNTHÈSE Autoévaluation du Master of Arts en Études muséales, commun aux universités de Neuchâtel, Fribourg, Genève et Lausanne Version définitive 24 janvier 2011 Rédaction : Pierre Alain Mariaux Membres du groupe d évaluation : Pierre Alain Mariaux : Président du Comité scientifique du Master of Arts en Études muséales et Président du groupe d évaluation Laurent Tissot (Doyen de la FLSH) Pascal Griener (Professeur à l université de Neuchâtel) Véronique Dasen (Professeure à l université de Fribourg) Marie Claude Morand (Directrice des musées cantonaux du Valais) Thomas Schmutz (Chargé d enseignement) Dora Precup (Assistante à l institut d Histoire de l art et de Muséologie) Ketty Villemin (Secrétaire de l institut d Histoire de l art et de Muséologie) Jean François Perret (Conseiller auprès du Secteur Qualité)

2 PLAN DU RAPPORT BUT ET CADRE DE L ÉVALUATION MISE SUR PIED DU MASTER : BREF HISTORIQUE Projet initial : une formation académique à deux étages Conception du Master of Arts en Études muséales Objectifs de formation PRINCIPAUX RÉSULTATS DE L ÉVALUATION Documents de présentation du cursus Étudiants Quelle est l évolution des effectifs? Quelles sont les raisons de cette attractivité? De quelles universités viennent les étudiants? Dans quelles universités sont ils immatriculés? Conditions d admission au Master Choix d une discipline intégrable Encadrement et ressources disponibles Gestion d un cursus commun Organisation de l enseignement : points forts et points faibles Apport des stages Compétences acquises au cours du Master SYNTHÈSE PROPOSITIONS Page 2

3 BUT ET CADRE DE L ÉVALUATION Au cours de l automne 2010, le Master of Arts en Études muséales a fait l objet d une évaluation dans le but de mettre en évidence les points forts de cette formation, de repérer aussi les améliorations susceptibles de consolider ce Master mis en place depuis peu d années, voire d en repenser si nécessaire l organisation générale. Cette évaluation s inscrit d une part dans la démarche d évaluation des cursus adoptée par le rectorat de l université de Neuchâtel (cf. les documents «Développer et mettre en valeur la qualité : une exigence partagée mai 2010» et «Evaluation des cursus d études ; planification de la démarche avril 2010»). Elle répond d autre part à une demande spécifique liée au statut interuniversitaire de ce Master commun. Les modifications apportées au plan d études et au règlement d études, les problèmes de gouvernance liés à la multiplication des niveaux décisionnels ainsi que le nombre croissant d étudiants motivent, après trois exercices, une évaluation approfondie du cursus. Un groupe d évaluation a été mis sur pied avec pour première tâche de recenser les principales questions sur lesquelles il convenait de centrer l évaluation. Ces questions prioritaires sont énumérées dans le document «Plan d action pour l évaluation du MA en études muséales». Nous en reprenons ici l essentiel en relevant les buts suivants : comprendre les motivations des étudiants nombreux à s inscrire au Master of Arts en Études muséales et vérifier en particulier si le programme proposé répond à leurs attentes ; apprécier l adéquation de l organisation administrative et scientifique du cursus, notamment mesurer les avantages et les inconvénients de la collaboration interuniversitaire ; estimer la pertinence de la procédure de sélection des candidats ; apprécier avec quel effectif d étudiants il est possible d atteindre les objectifs de cette formation à la fois universitaire et professionnalisante ; vérifier si le rapport entre les disciplines intégrables et la formation générale en muséologie est adéquat, de même que l équilibre général entre enseignements de muséologie, enseignements disciplinaires et stage ; vérifier si, avec la configuration actuelle du Plan d études (Document 7), les étudiants développent les compétences qui leur ouvrent les perspectives professionnelles souhaitées, et si ces acquis correspondent aux attentes des professionnels. L intention générale est d analyser la situation afin de vérifier si dans le cadre institutionnel actuel le Master est commun aux universités de Neuchâtel, Fribourg, Genève et Lausanne et compte tenu de l effectif élevé d étudiants inscrits, la formation offerte peut rester crédible. Les responsables de ce cursus Page 3

4 souhaitent que cette évaluation conduise à formuler des propositions d adaptation susceptibles de garantir au mieux la viabilité d un cursus reconnu d importance majeure dans l offre actuelle de formation professionnalisante et universitaire. Pour documenter chacune de ces questions, une série de consultations et d enquêtes par questionnaire ont été réalisées par le Secteur Qualité avec l appui du groupe d évaluation ; ceci auprès : du Président du Comité scientifique ; du Comité scientifique ; des enseignants ; des étudiants (en complément des enquêtes déjà effectuées ces deux dernières années) ; des étudiants diplômés ; de quelques conservateurs de musée (qui ont des étudiants en stage ou en emploi) ; du Service Immatriculation et Mobilité (SIM). La consultation des étudiants (cf. dénombrement des réponses) a permis de recueillir les témoignages de 53 d entre eux, soit un peu moins de la moitié de l effectif ; trois diplômés (sur 4) ont également répondu (réponses). Douze intervenants (enseignants réguliers et intervenants ponctuels) ont participé au sondage (réponses). Quatre responsables de discipline intégrable nous ont transmis par e mail leurs réponses (messages). Seuls les membres du Comité scientifique qui enseignent dans le Master, soit 4 membres sur 10, ont donné leur avis sur le fonctionnement du Master. Trois conservateurs de musée qui accueillent des stagiaires ont encore donné leur point de vue sur la préparation et l engagement des étudiants durant leur stage (Annexes 3, 4 et 5 ). Avant de présenter l essentiel des constats effectués et des avis recueillis, il convient de commencer par un bref historique du Master, afin de bien en saisir le projet, les enjeux, ainsi que certaines difficultés rencontrées. MISE SUR PIED DU MASTER : BREF HISTORIQUE Le Master of Arts en Études muséales couronne, depuis l automne 2008, de nombreuses tentatives, initiées par les milieux professionnels et par plusieurs universités, pour mettre sur pied une structure d enseignement académique et pratique propre à former le personnel des musées en Suisse. Ce type de formation existe en France depuis la fin du XIX e siècle. Il connaît un fort développement en Europe, et les formations proposées sont en général très demandées, surtout si elles sont de bonne qualité, notamment Vienne, Leicester et l École du Louvre de Paris, la plus ancienne de toutes, puisque fondée en Nous retraçons ci dessous le contexte et les étapes qui ont conduits à la mise sur pied du Master of Arts en Études muséales. 1 Pour un panorama mondial récent des formations, voir Michel Allard et Bernard Lefebvre (dir.), La formation en muséologie et en éducation muséale à travers le monde, [Sainte Foy] : Multimondes, Page 4

5 Projet initial : une formation académique à deux étages Par décision du 18 juillet 2005 (Document 1), le Conseil des rectorats du Triangle Azur place sous sa surveillance, afin d en éprouver la validité, les deux formations de muséologie offertes alors par les universités romandes à savoir d une part un Certificat de formation continue en muséologie et médiation culturelle, dirigé conjointement par Neuchâtel (P. Griener, Lettres) et Lausanne (F. Panese, Sciences sociales et politiques), et d autre part un DESS en muséologie des Beaux arts et conservation du patrimoine, proposé par Lausanne (S. Romano, Lettres) et Genève (M. Natale, Lettres). Dans la perspective de l adoption de la réforme de Bologne, les responsables de ces deux formations souhaitent en effet transformer le Certificat de formation continue en Master of Arts (MA) et le DESS en Master of advanced studies (MAS) 2. Les promoteurs des deux formations concurrentes décident cependant d organiser ensemble une formation à deux étages : un Master universitaire en muséologie générale, dont l organisation et la gestion sont confiées à l université de Neuchâtel, et un Master d études avancées en muséologie des Beaux arts et conservation du patrimoine bâti, dont l organisation et la gestion incombent aux universités de Lausanne et Genève. Dès lors, afin de ne pas prétériter les formations et tout mettre en œuvre pour que chacune d elles reçoive le label de qualité du Comité national suisse du Conseil international des musées (ICOM Suisse) 3, une séance réunissant les professeurs d histoire de l art des universités romandes est convoquée à Neuchâtel le 22 décembre À cette occasion, il est décidé, dans un réel souci de collaboration et pour répondre au mieux aux exigences et aux conditions des milieux professionnels intéressés, de mettre sur pied une formation complète et concertée en muséologie, qui présente deux cursus consécutifs et partiellement imbriqués. Ainsi, en collaboration avec ICOM Suisse et l Association des Musées Suisses (AMS), les instituts d histoire de l art des universités de Neuchâtel, Fribourg, Genève et Lausanne proposent d offrir une formation complète en muséologie, sous la forme d un Master of Arts en Études muséales, validé à 120 crédits ECTS, suivi d un Master of advanced studies en Muséologie des Beaux arts et conservation du patrimoine, validé à 90 crédits ECTS, en imbriquant partiellement les deux formations consécutives. Pour éviter la redondance dans l offre de cours et répartir au mieux les compétences, comme les forces et les ressources entre les sites il est décidé que le Master devient l apanage de Neuchâtel, le MAS celui de Lausanne et Genève, les promoteurs placent leur démarche sous la supervision du Conseil des rectorats 2 Le rapport de gestion de l université de Lausanne présente par deux fois, en 2007 et 2008, la transformation du DESS en Master of Arts, ce qui est erroné ; cf. UNIL Université de Lausanne Rapport de gestion 2007, pp : «Le DESS en conservation du patrimoine et muséologie ( ). Ce programme sera transformé en un Master en études muséales (dès la rentrée 2008). Un MAS spécialement consacré à la muséologie des Beaux Arts est aussi en projet.» Cfr. UNIL Université de Lausanne Rapport de gestion 2008, p. 37 : «le DESS en conservation du patrimoine et muséologie (dernière volée en ). Ce programme a été transformé en un Master en études muséales à la rentrée Un MAS spécialement consacré à la muséologie des Beaux Arts démarrera en 2009.» 3 À propos des différentes formations de muséologie offertes en Suisse, Marie Claude Morand, ancienne présidente d ICOM Suisse, insiste sur la nécessité de leur harmonisation tout en souhaitant dans le même temps faire reconnaître les professions de musée auprès de l OFT. ICOM Suisse développe un label de qualité afin de garantir la qualité de la formation initiale et continue en lien avec le travail muséal et de valoriser les meilleures offres. Offert depuis 2009, ce label a été accordé à six formations à ce jour, dont le Master of Arts en Études muséales (Annexe 1). Les critères d accession sont développés dans le formulaire de demande en ligne : Page 5

6 du Triangle Azur. À la demande de ce dernier, qui exige que les deux formations soient interuniversitaires et qu elles impliquent «fortement au moins les trois universités Azur» (Document 2), les professeurs d histoire de l art rédigent les premiers projets de règlements et de plans d études dès l hiver 2006, pour une entrée en vigueur de la formation ainsi conçue à l automne Après plusieurs allers retours, un Exposé des motifs circonstancié est soumis au Conseil des rectorats du Triangle Azur au 30 mai Le 1 er octobre 2007 (Document 3), ce Conseil réagit aux documents soumis par les promoteurs, en signifiant qu il refuse sans appel un modèle de formation académique à deux étages consécutifs, et préconise une structure qui distingue (tout en les mettant en concurrence) deux formations différentes (Document 4) 4. Leur développement respectif se poursuit désormais de manière indépendante. Conception du Master of Arts en Études muséales Pour le Master of Arts en Études muséales à 120 crédits ECTS, la nouvelle structure demandée à la fin de l année 2007 par le Conseil des rectorats du Triangle Azur se compose de quatre blocs d égale valeur, présentant 90 crédits ECTS de muséologie (sous la forme d un enseignement de muséologie générale, d un stage en institution muséale et d un mémoire de fin d études) et 30 crédits ECTS de discipline dite «muséographiable» (plus tard nommée «intégrable»), dont la liste actualisée figure au Règlement d études (RE, art. 3, al. 2 ; Document 5). À partir de janvier 2008, les promoteurs neuchâtelois du Master of Arts en Études muséales s attachent à la rédaction d un plan d études équilibré, toujours avec l aide des instances professionnelles, représentées par M. C. Morand (Présidente d ICOM Suisse) et G. Eberhard Cotton (Directrice du Cours de base en muséologie de l ICOM). La Doyenne de la FLSH, la prof. E. Hertz, collabore également à cet effort. Les documents juridiques (Règlement d études, Convention cadre avec les associations professionnelles, Contrat type de stage) sont rédigés parallèlement avec l aide des services juridiques des universités partenaires et du Conseil des rectorats du Triangle Azur. Tous les documents sont approuvés par les instances académiques entre mai et septembre 2008 pour permettre l accueil, à l automne 2008, des premiers étudiants du Master of Arts en Études muséales, tandis que le Comité scientifique se réunit pour la première fois à Lausanne le 13 octobre 2008 (Annexe 2). Le Plan d'études original a fait l objet de deux modifications ponctuelles en 2009 et 2010, à la suite d évaluations semestrielles conduites en 2008 et 2009 à la demande du Président du Comité scientifique de la formation (Document 6). Soumises par le Comité scientifique, ces adaptations sont validées par les instances académiques. L extension du Master of Arts en Études muséales à l université de Fribourg a par ailleurs motivé des corrections mineures du Règlement d études en Objectifs de formation Le Master of Arts en Études muséales initie les étudiants à la rigueur disciplinaire, tout en les préparant également au monde professionnel ; la dimension à la fois théorique et pratique du cursus revêt ici une 4 Avec la conséquence suivante : le programme de Master of Arts en Études muséales débute à l automne 2008, comme prévu, le Master of advanced studies, avec un plan d études réduit à 60 crédits ECTS, une année plus tard. (Note : Il ne sera plus question du MAS dans la suite de ce rapport de synthèse.) Page 6

7 importance capitale ; ce cursus propose une stimulation intellectuelle, une initiation aux connaissances spécialisées et aux débats qui organisent actuellement le champ des études muséales. Il assure également aux étudiants une maîtrise des problèmes pratiques liés à l exercice d une profession dans le monde des musées et dans le domaine du patrimoine en général. Un accent tout particulier est donné aux exercices, aux simulations de situations professionnelles réelles, aux contributions personnelles des étudiants. En collaboration avec les associations professionnelles concernées (ICOM Suisse et AMS) et avec les conservateurs de musée qui interviennent dans l enseignement dispensé, le Master offre une formation standardisée au bénéfice des futurs acteurs du monde muséal. Pour correspondre étroitement aux requis de la profession, il forme les futurs conservateurs de musée, polyvalents et généralistes. Le partenariat avec l École du Louvre, qui se développe selon trois axes (enseignement, avec le Séminaire annuel de l École du Louvre ; échange d étudiants, dans le cadre du Programme Erasmus ; cotutelles de thèses) est par ailleurs un gage du sérieux académique de la formation. PRINCIPAUX RÉSULTATS DE L ÉVALUATION Documents de présentation du cursus Les documents qui présentent le cursus décrivent ils de manière adéquate les objectifs de formation et l organisation du Master of Arts en Études muséales? Les informations sur le Master of Arts en Études muséales émanent de plusieurs sources, la plupart sur Internet. Il existe cependant une brochure qui regroupe tous les documents légaux (Règlement d études, Plan d études, Conventions) et les textes de présentation du programme d études, accompagnés d une liste de toutes les personnes de contact et d une bibliographie. Cette brochure est distribuée aux étudiants et aux enseignants du Master, de même qu aux professionnels qui accueillent les étudiants dans leur musée dans le cadre du stage obligatoire (Document 8). Les web sites des quatre universités partenaires permettent, via leur moteur de recherche interne, de retrouver tout ou partie des informations les plus utiles à partir de leur page d accueil, qui renvoie soit à la partie générale du site consacrée aux enseignements, soit à la page des facultés, soit encore à celle des instituts concernés. Dans le détail : avec renvoi au plan d études et au feuillet de présentation (Document 9) ; avec renvoi au Plan d études ; page du site de l Institut d Histoire de l art et de Muséologie, qui renvoie à tous les documents utiles Page 7

8 Université de Fribourg avec renvoi à la brochure de présentation des masters qui introduit brièvement (mais correctement) la formation, signale par un lien le site de l université de Neuchâtel où retrouver l information la plus complète et nomme l un des membres fribourgeois du Comité scientifique comme personne ressource 5. Université de Genève avec renvoi au Plan d études et au Règlement d études ; la brochure du service de presse (Document 10) présente deux erreurs, en nommant directeur du programme un membre du corps enseignant de Genève qui ne figure pas au Comité scientifique de la formation, et en donnant une liste des disciplines intégrables qui n est pas à jour 6. Université de Lausanne avec renvoi à une fiche de renseignement à jour (Document 11) ; qui renvoie au Règlement d études, mais donne là encore deux informations erronées, quant à la personne de contact et quant à la liste des disciplines dites intégrables 8. Dans deux des universités partenaires, Lausanne 9 et Fribourg 10, un document explicite balise par ailleurs les parcours disciplinaires offerts aux étudiants. Ces informations sont facilement accessibles à Fribourg par les web sites des deux instituts ; à Lausanne par contre, la possibilité de suivre le programme d études muséales n est mentionnée sur aucun des web sites des instituts concernés. À Neuchâtel, les étudiants suivent un pilier secondaire validé à 30 crédits ECTS dans l une des disciplines intégrables (Histoire, Histoire de l art, Archéologie, Anthropologie/Ethnologie et Sociologie, ces deux dernières par les Sciences humaines et sociales), dont les plans d études sont accessibles par les pages mentionnées plus haut 11. À Genève, hormis la brochure mentionnée ci dessus (Document 10), aucun texte n explicite les enseignements du 5 (page consultée le 13 janvier 2011). 6 Voir (page consultée le 13 janvier 2011). 7 Cette page comprend un renvoi avec lien au (page consultée le 12 janvier 2011). 8 Page consultée le 12 janvier Pour les disciplines intégrables suivantes : Histoire, Archéologie, Histoire de l art, Cinéma (voir https://applicationspub.unil.ch/interpub/noauth/php/ud/structurecourspdf.php?v_ueid=174&v_etapeid1=14177&v_ semposselected= 1&v_langue=fr&v_isinterne=, avec renvoi sans lien à la faculté des lettres et sciences humaines de l université de Neuchâtel pour la partie «muséologie générale» et une indication fausse quant à la responsabilité des stages [page consultée le 12 janvier 2011]). 10 Pour l Histoire de l art : pour l Archéologie : (pages consultées le 12 janvier 2011). 11 Voir les plans d études sur la page (page consultée le 12 janvier 2011) Page 8

9 bloc disciplinaire, bien que la gestion de ce dernier soit plus délicate en vertu de l adoption de modules validés à 12 crédits ECTS. Triangle Azur Le web site du Triangle Azur présente le Master of Arts en Études muséales, avec renvoi aux sites des trois universités 12 : o Lausanne : o Genève : o Neuchâtel : Commentaire Un étudiant intéressé par le Master of Arts en Études muséales sera sans doute dérouté s il doit compter sur les seules informations qu il pourra trouver sur les web sites des universités partenaires : certains documents présentent des erreurs, d autres n ont pas été mis à jour. Le relai de l information ne se fait pas de manière optimale ; la plupart des documents est difficile d accès, sans la médiation d une personne ressource. De plus, il semble que certains responsables de disciplines intégrables des universités partenaires ne communiquent pas les informations pourtant nécessaires aux étudiants intéressés et ne les renvoient pas systématiquement aux responsables neuchâtelois du Master : un étudiant sondé souligne, dans un commentaire, «j ai découvert avec surprise la mauvaise réputation du Master en études muséales à l UniL (trop de succès, pas assez de place à la sortie, Master pas assez spécialisé, Master crée [sic] pour sauver UNINE du peu de fréquentation )». Cet état de fait menace fortement le caractère commun du programme d études. Étudiants Quelle est l évolution des effectifs? La fréquentation du Master est importante : 27 étudiants en , 46 en , 48 en (Document 12) 13. Evolution des effectifs Inscriptions Total Total azur.ch/offre des masters/comparaison entre masters/?tx_displaycontroller[group]=34 (page consultée le 13 janvier 2011). 13 Pour clarifier les schémas, les étudiants immatriculés au semestre de printemps sont comptabilisés dans l année académique en cours ; un étudiant immatriculé au printemps 2009 est ainsi comptabilisé dans l année académique Page 9

10 Quelles sont les raisons de cette attractivité du Master of Arts en Études muséales? Il ressort clairement de l évaluation que la raison principale qui motive les étudiants à s enrôler dans le programme d études est l intérêt qu ils portent à la discipline, jugé important par plus de 96% des sondés. L attractivité première de la formation touche à son ouverture sur le monde professionnel. En effet, les étudiants interrogés jugent : le caractère professionnalisant du cursus assez à très important à 100%, tandis que 71% des sondés l estiment très important ; la possibilité d effectuer un stage en cours d étude assez à très important à plus de 92% ; 61% des sondés l estiment très important ; les perspectives professionnelles assez à très important à plus de 92% ; près de 58% des sondés l estiment très important ; l originalité du programme d études (jugé assez à très important à près de 91% ; près de 50% des sondés l estiment très important ). À l inverse, le caractère interuniversitaire du Master of Arts en Études muséales n est pas perçu comme un élément décisif : un peu plus de la moitié des étudiants interrogés (52%) le juge peu voire non important. Il faut remarquer à ce propos le caractère très tranché des avis : certains y voient une source d incompréhension générale, perçoivent une administration compliquée par le fait que certaines universités ne jouent pas leur rôle de véritables partenaires (entre autres : aucune communication, impossibilité d obtenir des informations sur les web sites ou par l intermédiaire d une personne ressource, etc.). Mais d autres y voient un atout et disent apprécier le fait de croiser les parcours et les expériences. Les étudiants sont donc très partagés quant au bénéfice du caractère interdisciplinaire de la formation : 42% des sondés estiment que c est une source de difficultés administratives (contre 36%), et 38% jugent que cela n est pas un caractère important (contre 31%). De quelles universités proviennent les étudiants? L origine institutionnelle de l ensemble des étudiants prouve leur mobilité, tant à l intérieur de la Suisse qu en provenance de l étranger, et c est là sans doute l un des effets bénéfiques de la réforme de Bologne Totaux (24%) Université de Lausanne (23%) Etranger (21%) Université de Genève (17%) Université de Fribourg (7%) HES (Suisse) (6%) Autres universités suisses (2%) Page 10

11 Origine institutionnelle (24%) Université de Lausanne (23%) Etranger (21%) Université de Genève (17%) Université de Fribourg (7%) HES (Suisse) (6%) Autres universités suisses (2%) Nombre d'étudiants inscrits (total: 121) Dans quelles universités sont ils immatriculés? Totaux Neuchâtel (71%) Genève (14%) Lausanne (12%) Fribourg (2%) 2 2 Ecole du Louvre (2%) 2 2 total Tous les étudiants de la première génération, du fait d une impossibilité de rapatrier à temps le plan d études du Master dans les systèmes informatiques des universités de Lausanne et Genève, sont immatriculés à Neuchâtel. Seule une étudiante reste immatriculée à l université de Genève, afin de pouvoir conserver le bénéfice d une bourse d étude. Le choix de la discipline intégrable détermine le lieu d immatriculation des étudiants dès la rentrée d automne 2009 (Document 13) Page 11

12 Commentaire La réforme de Bologne favorise la mobilité des étudiants entre les études de bachelor et celles de master ; il est encourageant de constater que les étudiants du Master of Arts en Études muséales sont parmi les étudiants les plus mobiles. Cela tient sans doute aussi à la réputation de Neuchâtel comme centre d excellence en matière de muséologie 15, notamment avec les conservateurs duu Musée d ethnographiee (J. Gabus, puis J. Hainard et M. O. Gonseth) et du Muséum (C. Dufour) ; la création, avecc le soutien de l université de Neuchâtel, de la Fondation Maison Borel, une maison pour la muséologie, et l existence d une convention généreuse avec l École du Louvre, renforceront à l avenir l attractivité de Neuchâtel. Mais la mobilité des étudiants s explique aussi par l impossibilité d obtenir des informations auprès de la plupart des responsables de disciplines intégrables des universités partenaires. Conditions d admission au Master of Arts enn Études muséales Pour intégrer le programme d études sans condition, les candidats doivent d être titulaires d un bachelor ou d un titre jugé équivalent, dans l une des disciplines dites intégrables (RE, art. 3,, al. 1 et 2). Le L RE (art. 3, al. 3) envisage par ailleurs des compléments (conditions supplémentaires, qui nee doivent pas dépasser 30 crédits ECTS), voire des rattrapages (conditions préalables, qui ne doivent pas dépasser 60 crédits ECTS), pour les titulaires d un bachelor ou d un titree jugé équivalent dans une autre discipline. Danss tous les cas, le Comité scientifique préavise l admissibilité, avec ou sanss condition, de d tous les candidats. Des équivalences 15 Une réputation dont les muséologues se font aussi l écho : «À Neuchâtel (Suisse), petite ville de 35'000 habitants, quatre musées importants cohabitent et collaborent. Une saine émulation les fait rivaliser de talent et de dynamisme pour proposer aux visiteurs des expositions intéressantes et des activités qui drainentt un public parfois lointain. Et ceux qui viennent de Genève, de Bâle, de Besançon, de Lyon ou de Liège profitent de la présence de quatre musées pour rentabiliser leur voyage.» (André Gob, Le musée, une institution dépassée? Eléments de réponse, Paris : Armand Colin, 2010, p. 16) Page 12

13 sont possibles pour les titulaires d un master ou d un titre jugé équivalent, mais le RE mériterait une clarification à ce sujet 16. Commentaire Etant donné que le Comité scientifique préavise toutes les admissions dans le programme d études, les candidats comprennent qu il s agit d une sélection sur dossier. Par conséquent, ils s attendent à intégrer un programme à effectif réduit, sinon limité. Les étudiants interrogés rejoignent les enseignants sur le constat suivant : le nombre trop important de candidats admis nuit à la qualité de l enseignement, à l ambiance de travail comme à la bonne organisation du cursus, de même qu il crée une situation de concurrence inutile pour l obtention d une place de stage alors que la formation encourage les collaborations transversales entre eux. Quelques uns suggèrent une sélection des meilleurs candidats selon des critères plus sévères, voire de limiter le nombre des inscrits par l introduction d un numerus clausus. De plus, les effectifs importants sont perçus comme un danger menaçant la crédibilité de la formation, en multipliant de jeunes diplômés sur un marché nécessairement limité. Une sélection plus stricte permettrait d homogénéiser les publics, et donc d offrir une véritable formation en études muséales, tout en favorisant le travail de groupe. Il ressort ainsi que les conditions d admission actuelles ne sont pas adéquates, d autant que le nombre de candidats admis risque d assécher rapidement les débouchés professionnels en Suisse 17. Choix d une discipline intégrable Le rapport entre les disciplines intégrables et la formation générale en muséologie est il adéquat? L introduction de la discipline dite intégrable conditionne l entrée dans le programme d études du Master of Arts en Études muséales, au sens des Directives Bologne de la CUS (art. 3, al. 2) 18. Cette condition s explique par la préoccupation du Conseil des rectorats du Triangle Azur, qui souhaitait que les étudiants puissent conserver une discipline enseignable, au cas où ils ne trouveraient pas de place de travail à l issue de leur formation. 16 L interprétation des articles 5 et 6 du RE prête en effet à confusion. 17 Dans le domaine de l histoire de l art, discipline intégrable la plus sollicitée par les étudiants, nous disposons du soutien d une association l Association Suisse des Historiennes et Historiens de l Art (ASHHA) qui recense et transmet chaque année à ses membres les offres de travail en Suisse et à l étranger, principalement en Allemagne. En 2009, elle recensait 357 offres, dont 171 en Suisse alémanique, 18 en Suisse romande et 6 en Suisse italienne. 18 Voir les Directives pour le renouvellement coordonné de l enseignement des hautes écoles universitaires suisses dans le cadre du processus de Bologne (Directives de Bologne) du 4 décembre 2003, dont la 3 e édition est disponible à l adresse RL 2008 Fr V2.pdf (page consultée le 13 janvier 2011) Page 13

14 Histoire de l art Anthropologie/Ethnologie Sociologie Histoire Archéologie Architecture Etudes théâtrales, danse, cinéma Histoire de l'art Anthropologie/Ethnolo gie Sociologie Histoire Archéologie Architecture Histoire de l art Histoire Anthropologie/Ethnologie Archéologie Etudes théâtrales, danse, Sociologie Architecture Page 14

15 Deux tiers des étudiants élisent l histoire de l art comme discipline intégrable, ce qui s explique aisément : le musée en est probablement le débouché professionnel le plus naturel, et cela ne doit pas étonner dans la mesure où 62% des étudiants sondés souhaitent travailler dans un musée après leur formation (Document 14). Commentaire La présence d une discipline intégrable dans le cursus permet d ouvrir la formation aux spécialités offertes par les universités d immatriculation ; cependant, cette ouverture engendre une diversité disciplinaire, sans doute excessive, qui rencontre l incompréhension des sondés : il semble utopique, pour beaucoup, de rechercher à la fois une spécialisation dans une discipline donnée et un apprentissage propre au monde muséal. Cette diversité serait mieux encadrée si chaque bloc disciplinaire reconnu comportait également un choix d enseignements de muséologie disciplinaire ; une proportion 30 / 20 / 10 ou 20 / 20 / 20 est à envisager, avec des séminaires de projet selon le modèle que propose l institut d Histoire de l art et de Muséologie de l université de Neuchâtel. Encadrement et ressources disponibles Les enseignants impliqués dans le Master of Arts en Études muséales sont rattachés à l une des universités partenaires, ou issus du monde muséal. Il convient de distinguer les enseignants qui interviennent dans le bloc de la discipline intégrable, où l on retrouve des membres du corps enseignant des universités de Neuchâtel, Fribourg, Genève et Lausanne, de ceux qui interviennent régulièrement dans le bloc de muséologie générale. Ces derniers sont au nombre de sept, tous engagés par l université de Neuchâtel au titre de chargé d enseignement, professeur assistant ou professeur ordinaire. Pour les questions administratives, le Comité scientifique du Master of Arts en Études muséales peut compter sur l aide de la secrétaire de l institut d Histoire de l art et de Muséologie de l université de Neuchâtel (engagée au taux d activité de 60%) ; une assistante diplômée participe également à la gestion des stages. Une contribution annuelle de l université de Neuchâtel de CHF 80'000. permet de financer une partie des charges d enseignement et les frais des intervenants extérieurs. Les partenaires de Lausanne et Genève ont versé une contribution unique de CHF 20'000. à l automne 2009 ; Fribourg ne participe pas financièrement au programme d études. Le Master of Arts en Études muséales bénéficie des seules infrastructures de l université de Neuchâtel pour fonctionner. Commentaire Si l on excepte un versement unique de CHF 20'000. par Lausanne et Genève en 2009, le fonctionnement de la formation repose sur les seules infrastructures de l université de Neuchâtel. La viabilité du Master of Arts en Études muséales ne semble donc pas menacée par l absence de financement, soit des universités partenaires, soit de la coordination Azur Page 15

16 Cependant, si la viabilité du Master n est pas compromise sur le plan financier, l engagement d un collaborateur scientifique semble plus que légitime. En effet, ce poste, incontournable pour la bonne gestion dans le futur, apporterait un appui non négligeable à l enseignement, aux tâches administratives inhérentes aux nombreuses demandes d immatriculation ainsi qu à la gestion des stages (ce dernier point demande un suivi rigoureux des dossiers, qui n est actuellement pas à son niveau optimal par manque d effectifs). Gestion d un cursus commun Quels sont les bénéfices et les contraintes liés à la direction de ce cursus commun aux quatre universités romandes? Si l on excepte quatre membres du Comité scientifique qui interviennent également dans le bloc de muséologie générale en tant qu enseignants, aucun membre du Comité scientifique n a répondu à la consultation proposée. Les étudiants sondés sont peu convaincus des bénéfices à retirer d un programme d études à quatre partenaires ; actuellement, la gestion est perçue comme chaotique du fait des nombreuses interférences à tous les niveaux. Une plus grande autonomie de gestion serait sans aucun doute plus adéquate ; plusieurs sondés réclament qu elle soit, à l avenir, ramenée à un ou deux partenaires tout au plus. La dynamique nécessaire à l amélioration continue du Master of Arts en Études muséales repose sur une équipe capable de travailler collectivement, qui fonctionne comme une équipe de projet ; localiser cette équipe en un seul lieu est perçu comme un gage de réussite. Le corps enseignant quant à lui est unanime pour dire que la gestion actuelle, à plusieurs paliers de responsabilité, dans une situation de fait de concurrence interuniversitaire, est source de grandes frustrations. Commentaire Comme les niveaux décisionnels s additionnent : Conseil des rectorats du Triangle Azur, collège des doyens des facultés concernées, Comité scientifique, toutes ces instances interfèrent les unes avec les autres et rendent peu claire la structure à gérer ; d autre part, cette addition cause une multiplication d informations contradictoires, voire incorrectes d une université à l autre. Organisation de l enseignement : points forts et points faibles Les étudiants, les diplômés et les enseignants interrogés s accordent pour reconnaître au Master of Arts en Études muséales les points forts suivants : - l acquisition de connaissances solides, mais aussi des instruments méthodologiques nécessaires à développer une réflexion critique sur les problématiques muséales actuelles ; Page 16

17 - l équilibre entre enseignements théoriques, séances délocalisées dans les musées et confrontations aux situations réelles (exercices en contexte, immersion professionnelle) ; - l offre de séminaires de projet tournés vers la pratique ; - la proximité et la collaboration étroite avec les milieux professionnels qui interviennent dans la formation. Parallèlement, tous souhaitent voir se développer plus d enseignements axés sur la pratique muséale et sa critique (muséographie et scénographie), tout en renforçant les enseignements de muséologie notamment dans le domaine scientifique. Il faudrait également augmenter l offre dans les domaines du marketing, du droit, de l administration et des finances, comme dans celui de la conservation / restauration. Dans l ensemble, le corps enseignant juge que le rapport entre théorie et pratique est équilibré, les parts académique, d une part, et professionnalisante d autre part, étant clairement identifiées. Il note cependant que la part de l enseignement de la muséologie pourrait être augmentée. L articulation d une discipline «intégrable» à la muséologie est perçue positivement par 79% des étudiants sondés (48% la jugent positive, 31% plutôt positive), mais son organicité n est pas assez évidente pour beaucoup d entre eux. La présence de la discipline intégrable devrait diminuer, au profit d un rapport structuré et équilibré entre trois blocs : muséologie générale ; stage ; mémoire. Commentaire Le rapport entre la discipline intégrable et la muséologie doit être repensé : il importe de renforcer son organicité avec le bloc de muséologie générale. Deux scénarios sont possibles : le premier verrait la réduction du nombre de disciplines dites intégrables aux disciplines dite de l objet (Histoire de l art, Histoire, Archéologie, Anthropologie/Ethnologie) ; le second proposerait d appuyer la muséologie par des enseignements pris dans plusieurs disciplines, et par conséquent de séparer définitivement le Master of Arts en Études muséales de la logique «enseignement», en en faisant un véritable Master professionnalisant à 120 crédits ECTS. Apport du stage Le stage en institution muséale initie directement à l expérience pratique. Validé à 30 crédits ECTS, il correspond à environ 750 à 900 heures de travail effectif, soit un engagement de six mois à plein temps. Il intervient en deuxième année d étude. La répartition géographique des stages accomplis ou en cours est explicitée par deux cartes géographiques (Documents 15 et 16), qu accompagne une liste alphabétique des musées fréquentés et sollicités (Document 17). Si les étudiants diplômés reconnaissent le rôle formateur du stage, ils estiment qu il ne joue pas un rôle décisif dans leur engagement professionnel post études. Ils s accordent pour dire que la formation, adéquate pour travailler dans un musée, prépare efficacement leur entrée dans le monde du travail. Une Page 17

18 multiplication des expériences reste cependant souhaitable, de même qu une augmentation des exercices en situation réelle. Les étudiants en cours d études estiment à 83% que le stage est bénéfique et formateur. Quant au corps enseignant, il estime (70%) que le stage est formateur, mais souligne que sa réussite dépend de l institution hôte et de la nature des tâches confiées aux étudiants. Après trois exercices, il ressort que la formation est très bien reçue par les professionnels de musée au plus haut niveau international, comme en témoignent les rapports de C. Chevillot, Conservatrice en chef au Musée d Orsay, et d O. Nouvel, Conservatrice en chef au Musée des arts décoratifs, Paris, ainsi que le message de W. Tschopp, Conservateur au Musée d art et d histoire de Neuchâtel, à propos des stagiaires que ces personnes ont accueillis dans leurs institutions (Annexes 3, 4 et 5 ). Commentaire Le stage est un élément capital de la formation. Il prolonge de manière remarquable l enseignement théorique, et confronte les étudiants au monde du musée. Il n est pas seulement un aboutissement de la formation, mais surtout marque les premiers pas de beaucoup d étudiants dans la profession à laquelle le Master of Arts en Études muséales aspire à les préparer. Compétences acquises au cours du Master of Arts en Études muséales Les acquis correspondent ils aux attentes des étudiants? des enseignants? des milieux professionnels? Les étudiants sont conscients d acquérir des connaissances dans le domaine de la muséologie, des compétences académiques et une expérience de terrain. Ils apprécient particulièrement l ouverture à de nouveaux domaines du savoir, le travail en équipe, qui exige une collaboration étroite et développe les compétences relationnelles, les exercices de gestion priorisée, la poursuite de l apprentissage des méthodes et des outils propres au développement de projets scientifiques, l accès balisé aux ressources et informations spécifiques, l acquisition de compétences techniques, notamment dans la manipulation des objets, l autonomie. Pour le corps enseignant, les étudiants acquièrent de solides connaissances théoriques qui sollicitent leur réflexion sur les fondements de la mise en pratique muséologique. L enseignement, conçu de manière progressive, favorise l acquisition de bonnes capacités d analyse. Il leur permet d aborder les tâches liées au travail muséal en toute indépendance. Au terme de la 1 ère année d étude, les acquis des étudiants correspondent aux attentes du corps enseignant à 83%. Mais cette bonne opinion ne doit pas masquer les lacunes linguistiques (notamment en allemand) et les carences en compétences spécifiques (capacités de rédiger une lettre de motivation, de développer un réseau social, etc.). Les professionnels de musée qui interviennent dans la formation constatent que les étudiants connaissent peu le milieu muséal suisse, du point de vue de ses fonctions, de ses projets scientifiques et de conservation, des collaborations externes, Page 18

19 etc. Les enjeux idéologiques et sociétaux des musées sont également négligés, et pourraient motiver la mise sur pied d un cours spécifique. En conséquence, 58% des enseignants consultés pensent que les étudiants acquièrent partiellement les connaissances et les compétences attendues par le milieu professionnel ; un effort est sans doute à fournir de ce côté là, même si ces résultats sont sans doute le reflet du caractère hétérogène du corps enseignant, en partie académique et en partie muséal. Deux tiers des diplômés partagent d ailleurs la même impression. Cela tient assurément au fait que le travail au sein du musée exige une pratique plus extensive que celle offerte par le stage, le développement des aptitudes et des compétences reposant sur une participation active à la vie de l institution. Commentaire Dans l ensemble, les acteurs sont unanimes pour reconnaître le caractère formateur du Master of Arts en Études muséales, qui répond parfaitement à leurs attentes. Mais l origine institutionnelle diverse des intervenants, selon qu ils sont des professionnels de musée ou des membres du corps académique, pourrait créer un déséquilibre dans l enseignement et prétériter les compétences attendues par le milieu professionnel. Un poste de collaborateur scientifique, qui assurerait entre autres la coordination des études, s'avère nécessaire pour garantir une meilleure homogénéisation du cursus. SYNTHÈSE Le Master of Arts en Études muséales répond clairement à un besoin, mais son existence est fragile. À moyen terme, les effectifs nuisent à la qualité et à la crédibilité du programme d études. Limiter annuellement l accès au Master à étudiants permettrait d homogénéiser le groupe des étudiants, et par conséquent de développer des projets véritablement ouverts sur la muséologie. Mais surtout, il permettrait aux enseignants d assurer l encadrement comme le suivi intelligent des étudiants. L autonomie des gestionnaires du cursus doit être garantie, pour éviter les interférences qui compromettent la poursuite de la formation de muséologie dans le cadre actuel. Le cadre offert par Triangle Azur reste inadéquat ; la formation a de fait été prise dans une logique de concurrence qui règne entre les universités partenaires, incapables de choisir entre la volonté de construire une formation sur la collaboration, et le désir de favoriser la nette séparation entre deux formations mises en concurrence directe Page 19

20 L apport de la discipline intégrable doit être repensé. Une sélection plus stricte sur dossier permettrait vraisemblablement de faire l économie du critère disciplinaire, et de conférer à la muséologie la valeur d un champ autonome du savoir qui ne soit plus soumis à une discipline ; cette évolution caractérise les cursus analogues en Europe comme aux USA et au Canada. Cela ne signifie pas qu il faille supprimer la discipline intégrable des enseignements : les étudiants sondés parlent d un renforcement des liens entre les deux blocs, par exemple sous la forme d enseignements de muséologie disciplinaire ou de séminaires de projet. L enseignement en situation devrait être développé, de sorte à ce que les étudiants puissent acquérir une expérience pratique approfondie, notamment par leur contribution active à la réalisation de projets. À défaut de pouvoir compter pour le moment sur un musée académique ou un musée école, aménager un atelier/laboratoire pour la réalisation d expériences concrètes marquerait une amélioration significative du programme d études. Il faudrait envisager la refonte du Plan d études dans le sens d un renforcement de la cohérence des enseignements actuels et ceux à développer. L exercice de la recherche, pourtant inscrit au cahier des charges des enseignants universitaires, est actuellement compromis, ce qui fragilise un cursus innovant et d excellente réputation, qui ne pourra pas survivre s il ne reçoit pas des moyens adéquats. Il serait souhaitable de développer des axes de recherche en muséologie générale, ou en histoire des collections, c est à dire dans un domaine plus académique : les mémorants pourraient ainsi développer des thématiques de recherche dans le domaine spécifique des études muséales. Il est d ailleurs remarquable de constater que 17% des étudiants consultés envisagent de poursuivre leurs études par un doctorat, si bien que la création d une école doctorale est envisageable à moyen terme (le partenariat avec l École du Louvre, prête à formaliser l existence d une telle école, y invite) Page 20

UNIL I Université de Lausanne de NelTcliItll ^ ^ f^ 1^7 H F^'R^UIGENSIS. Maîtrise universitaire en études muséales

UNIL I Université de Lausanne de NelTcliItll ^ ^ f^ 1^7 H F^'R^UIGENSIS. Maîtrise universitaire en études muséales UNIVERSITÉ DE GENEVE ratàtàtài û ratà^atal TATàl UAAJL.^ iniie UNIL I Université de Lausanne de NelTcliItll ^ ^ f^ 1^7 H F^'R^UIGENSIS Maîtrise universitaire en études muséales Master of Arts (MA) in Museum

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES

CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES L Université de Fribourg ; L Université de Genève ; L Université de Lausanne ; L Université de Neuchâtel ; L Institut de hautes

Plus en détail

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément majeur du système

Plus en détail

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Art. E1 Objet 1. La Faculté des sciences de l Université de Genève décerne le diplôme de Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation

Évaluation en vue de l accréditation Évaluation en vue de l accréditation Programme Executive MBA in Tourism Management (EMTM) de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description

Plus en détail

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES

REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES REGLEMENT D ETUDES GENERAL DE LA FACULTE DES SCIENCES Dans les articles 1 à 24 du présent règlement général, il faut entendre «section ou département directement rattaché à la Faculté» partout où il est

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement d'études

Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement d'études UNIVERSITÉ JÀMÂJL^^ miie n P n P K I P X / P. Université L^c \j c m c V t UNIL I Université d e Lausanne d e Neuchâtei Maîtrise universitaire es Sciences en finance Master of Science (MSc) in Finance Règlement

Plus en détail

Maîtrise universitaire ès Sciences en finance Mas ter of Science (MSc) in Finance Règlement d'études

Maîtrise universitaire ès Sciences en finance Mas ter of Science (MSc) in Finance Règlement d'études Maîtrise universitaire ès Sciences en finance Mas ter of Science (MSc) in Finance Règlement d'études CHAPITRE Dispositions générales Article : Objet L'Université de Lausanne, par la Faculté des hautes

Plus en détail

2012-2015 FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES. MAS DSIS HES-SO en trois ans d études

2012-2015 FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES. MAS DSIS HES-SO en trois ans d études FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES MAS DSIS HES-SO en trois ans d études Master of Advanced Studies HES-SO en Direction et Stratégie d institutions éducatives,

Plus en détail

Quels masters envisageables après un BA en Psycho/Éd à Neuchâtel?

Quels masters envisageables après un BA en Psycho/Éd à Neuchâtel? Quels masters envisageables après un BA en Psycho/Éd à Neuchâtel? Présentation des masters de Genève, Lausanne, Fribourg et Neuchâtel Association des étudiants en psychologie/ éducation, en psychologie

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis Avis n 2010/05-10 relatif à l habilitation de l École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) à délivrer des titres d ingénieur diplômé admis par l état Objet : G : accréditation et admission par l'état

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, du 26 mai 2011, vu le règlement relatif à la formation

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Recommandations de la CSHEP et de la CRUS pour la mise en œuvre coordonnée de la déclaration de Bologne

Plus en détail

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. Master of Science HES-SO in Engineering (ci-après HES-SO//MSE).

Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. Master of Science HES-SO in Engineering (ci-après HES-SO//MSE). Directives du Master of Science HES-SO in Engineering Version du février 01 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu le protocole d accord entre la CUSO et la HES-SO relatif

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Catholique de Louvain (UCL) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

MAS Master of Advanced Studies HES-SO MARKETING MANAGEMENT

MAS Master of Advanced Studies HES-SO MARKETING MANAGEMENT MAS Master of Advanced Studies HES-SO MARKETING MANAGEMENT UNIQUE EN SUISSE ROMANDE En partenariat avec : En collaboration avec : LE MOT DES DIRECTEURS LES VOIES DE L EXCELLENCE L envol : vers un titre

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Règlement de filière du Bachelor of Science HES-SO en International Business Management Version du 14 juillet 2015 Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la convention intercantonale

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

MASTER RECHERCHE ETUDES LITTERAIRES

MASTER RECHERCHE ETUDES LITTERAIRES MASTER RECHERCHE ETUDES LITTERAIRES Mention : Lettres et ingénierie culturelle Spécialité : Études littéraires Contacts Composante : UFR Humanités Contact(s) administratif(s) : Vous êtes titulaire : -

Plus en détail

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.

Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo. Centre Régional Africain d Administration du Travail (CRADAT) BP 1055 Yaoundé Tél. 22.23.32.04 Fax. 22.22.21.80 E-mail. : cradat@ilo.org I- PRESENTATION DU CRADAT A- Création - Siège Le Centre Régional

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration et gestion des entreprises de l Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine

Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine Formations et diplômes Rapport d évaluation Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Ordonnance du Conseil des EPF sur les taxes perçues dans le domaine des Ecoles polytechniques fédérales

Ordonnance du Conseil des EPF sur les taxes perçues dans le domaine des Ecoles polytechniques fédérales Ordonnance du Conseil des EPF sur les taxes perçues dans le domaine des Ecoles polytechniques fédérales (Ordonnance sur les taxes du domaine des EPF) Modification du 3 mars 2011 Le Conseil des Ecoles polytechniques

Plus en détail

Règlement d études 2013 LL.M Banking & Finance 2 de 6

Règlement d études 2013 LL.M Banking & Finance 2 de 6 LL.M. Banque et Finance Maîtrise universitaire d études avancées en droit bancaire et financier LL.M. Banking and Finance Master of Advanced Studies in Banking and Financial Law Règlement d études 2013

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Haute Ecole Galilée Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS, MM. Mihai COMAN, Bruno

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Ordonnance sur la formation continue à l EPF de Zurich) 414.134.1 du 26 mars 2013 (Etat le 1 er octobre

Plus en détail

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 CAS / Certificate of Advanced Studies Protection de l enfance et de l adolescence

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation L évaluation d unités académiques à l Université de Genève Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation Programmes de formation de base, approfondie et continue Bureau qualité Guide pour la rédaction

Plus en détail

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques

Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques 9 mai 01 Règlement d'études et d'examens du Bachelor of Science en sciences économiques Le Conseil de faculté de la faculté des sciences économiques, vu les articles 6, al., lettre c et 70, al., de la

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des activités hôtelières de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du mai 011, arrête : I. Dispositions générales

Plus en détail

FORMATION CONTINUE CASÉNERGIE ÉLECTRIQUE GESTION DU RÉSEAU. Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Energie Electrique Gestion du réseau»

FORMATION CONTINUE CASÉNERGIE ÉLECTRIQUE GESTION DU RÉSEAU. Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Energie Electrique Gestion du réseau» FORMATION CONTINUE CASÉNERGIE ÉLECTRIQUE GESTION DU RÉSEAU Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Energie Electrique Gestion du réseau» 2 Formation continue en relation avec l exploitation des réseaux

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL

MASTER PROFESSIONNEL Année 2010/2011 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER PROFESSIONNEL (cohabilitation des Universités BORDEAUX 1, BORDEAUX 2, BORDEAUX 3 et Sciences-Po Bordeaux) Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS

Plus en détail

HEAD Genève V Département Cinéma Cycle MA Guide l'étudiant 2011-2012. Cycle master

HEAD Genève V Département Cinéma Cycle MA Guide l'étudiant 2011-2012. Cycle master Cycle master Cinéma Master en réalisation cinématographique 4 semestres (120 ECTS) Depuis 2006, l école participe au master en réalisation cinématographique mis en place au travers du Réseau Cinéma CH.

Plus en détail

Formation continue CAS. en expertise technique dans l immobilier. en «Expertise technique dans l immobilier»

Formation continue CAS. en expertise technique dans l immobilier. en «Expertise technique dans l immobilier» Formation continue CAS en expertise technique dans l immobilier Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Expertise technique dans l immobilier» 2 3 Situation et contexte Chaque bâtiment subit des dégâts

Plus en détail

REGLEMENT D ETUDES CADRE DU MASTER OF BUSINESS ADMINISTRATION (MBA) FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT

REGLEMENT D ETUDES CADRE DU MASTER OF BUSINESS ADMINISTRATION (MBA) FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT REGLEMENT D ETUDES CADRE DU MASTER OF BUSINESS ADMINISTRATION (MBA) FACULTE D ECONOMIE ET DE MANAGEMENT Le masculin est utilisé au sens générique ; il désigne autant les femmes que les hommes. Article

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. un diplôme d une haute école (titre de bachelor ou équivalent).

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. un diplôme d une haute école (titre de bachelor ou équivalent). Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du mai 011, arrête : Champ d application Article

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015

PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015 PROGRAMME EIFFEL VADE-MECUM 2015 Le programme de bourses Eiffel comporte deux volets : - un volet master qui permet de financer une formation diplômante de niveau master de 12 à 36 mois ; - un volet doctorat

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des flux internationaux des PME/PMI - Achats, vente, négociation internationale de l Université du Littoral

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie, psychanalyse de l Université Paul-Valéry Montpellier 3 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Formation continue en intelligence économique et veille stratégique

Formation continue en intelligence économique et veille stratégique Haute école de gestion de Genève Geneva School of Business Administration Formation continue en intelligence économique et veille stratégique Master of Advanced Studies Diploma of Advanced Studies Certificate

Plus en détail

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI)

CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) AIX-EN-PROVENCE LILLE LYON ORSAY POITIERS RENNES SÉLESTAT TOULOUSE TOURS CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CENTRES DE FORMATION DE MUSICIENS INTERVENANTS (CFMI) la reconnaissance du musicien intervenant par

Plus en détail

Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO. Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Directives-cadres relatives à la formation continue en HES-SO Version du 9 mai 008 Le Comité directeur de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENÈVE. Aides financières aux étudiant-es. Bureau universitaire d information sociale (BUIS)

UNIVERSITÉ DE GENÈVE. Aides financières aux étudiant-es. Bureau universitaire d information sociale (BUIS) UNIVERSITÉ DE GENÈVE Aides financières aux étudiant-es Bureau universitaire d information sociale (BUIS) 2005 2006 Les prestations sociales de la Division administrative et sociale des étudiants sont regroupées

Plus en détail

Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration

Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration Formation destinée aux cadres des secteurs public et parapublic - L ESSENTIEL EN BREF

Plus en détail

Master of Advanced Studies en lutte contre la criminalité économique [MAS LCE] Master of Advanced Studies in Economic Crime Investigation [MAS ECI]

Master of Advanced Studies en lutte contre la criminalité économique [MAS LCE] Master of Advanced Studies in Economic Crime Investigation [MAS ECI] Master of Advanced Studies en lutte contre la criminalité économique [MAS LCE] Master of Advanced Studies in Economic Crime Investigation [MAS ECI] Les Hautes écoles spécialisées Les Hautes écoles spécialisées

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

Licence professionnelle Bibliothécaire

Licence professionnelle Bibliothécaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Bibliothécaire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Master of science Hes-so en ingénierie du territoire

Master of science Hes-so en ingénierie du territoire Domaine Ingénierie et Architecture Master of science Hes-so en ingénierie du territoire construction et structures porteuses mensuration officielle et gestion foncière gestion et aménagement des eaux conservation

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

Sous la responsabilité de Katia Horber-Papazian, professeure avec la collaboration de Caroline Jacot Descombes, Dr en administration publique

Sous la responsabilité de Katia Horber-Papazian, professeure avec la collaboration de Caroline Jacot Descombes, Dr en administration publique Sous la responsabilité de Katia Horber-Papazian, professeure avec la collaboration de Caroline Jacot Descombes, Dr en administration publique 11 jeudis et un vendredi, du 18 septembre au 17 décembre 2015

Plus en détail

SPECIALISTE EN COMMUNICATION

SPECIALISTE EN COMMUNICATION Spécial: «Meilleures pratiques digitales» SPECIALISTE EN COMMUNICATION Formation professionnelle de Spécialiste en communication, préparant au Brevet fédéral de Planificateur/trice en communication. 1

Plus en détail

ECONOMICS AND MANAGEMENT

ECONOMICS AND MANAGEMENT L université chez soi! Bachelor of Science (B Sc) in ECONOMICS AND MANAGEMENT BRANCHES D ÉTUDES : ECONOMIE POLITIQUE ET GESTION D ENTREPRISE Formation universitaire compatible avec un emploi, une famille,

Plus en détail

REGLEMENT DE SCOLARITE DE l INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE PARIS. TITRE I : Principes généraux concernant la scolarité de l ensemble des élèves

REGLEMENT DE SCOLARITE DE l INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE PARIS. TITRE I : Principes généraux concernant la scolarité de l ensemble des élèves REGLEMENT DE SCOLARITE DE l INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE PARIS TITRE I : Principes généraux concernant la scolarité de l ensemble des élèves Article 1: Les obligations de scolarité Les élèves de l Institut

Plus en détail

- Version adoptée par la CNaCES -

- Version adoptée par la CNaCES - CAHIER DES NORMES PEDAGOGIQUES NATIONALES DU MASTER EN SCIENCES ET TECHNIQUES -MST- - Version adoptée par la CNaCES - 1. NORMES RELATIVES AUX FILIERES (FL) Définition de la filière FL 1 Une filière du

Plus en détail

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI),

Et les conférences : Conférence des Présidents d Université (CPU), Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d Ingénieurs (CDEFI), Accord de reconnaissance mutuelle d études et diplômes en vue de la poursuite d études supérieures dans les établissements d enseignement supérieur français et taiwanais Les associations : Association

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Le profil HES Dossier destiné aux HES. Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches

Le profil HES Dossier destiné aux HES. Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches Le profil HES Dossier destiné aux HES Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches Plus de lecture - www.fhprofil.ch - INLINE, Page 8,

Plus en détail

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Devenir ingénieur Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Notre offre de formations Devenir ingénieur Fascination pour

Plus en détail

DROIT-ECONOMIE-GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT ADMINISTRATION DES ENTREPRISES

DROIT-ECONOMIE-GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT-ECONOMIE-GESTION SCIENCES DU MANAGEMENT M Spécialité: ADMINISTRATION DES ENTREPRISES 120 ECTS Volume horaire étudiant : 362 h 90 h h h h h cours magistraux

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

EconomicS and management (B Sc)

EconomicS and management (B Sc) L université chez soi! Bachelor of Science in EconomicS and management (B Sc) Branches d études : Economie politique et Gestion d entreprise Formation universitaire compatible avec un emploi, une famille,

Plus en détail

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015 Appel à candidature Admission au programme doctoral SACRe 2015 pour l École nationale supérieure des Arts Décoratifs Le programme doctoral Sciences, Arts, Création, Recherche (SACRe) est ouvert à tous

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Distribution et marketing de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015

LICENCE MODALITES DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2014 2015 LICENCE Domaine : ARTS, LETTRES, LANGUES Mention : ARTS DU SPECTACLE Tronc commun : L1-L2-L3 Parcours : Spectacle et musique Numéro d accréditation : [20140588] Régime : formation initiale et formation

Plus en détail

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle?

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012 Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? Martine Azuelos, responsable du Master Langues et Affaires Economiques

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Master Développement commercial et international

Master Développement commercial et international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Développement commercial et international Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées Haute école pédagogique Comité de Direction Avenue de Cour CH 04 Lausanne www.hepl.ch Directives du Comité de direction Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_04 Prise en compte des études déjà

Plus en détail

La rentrée de 2013 est marquée par la préparation du plan quinquennal (2014-

La rentrée de 2013 est marquée par la préparation du plan quinquennal (2014- N 2 / octobre 2012 ÉDITO L ambition d Érasme : des études doctorales conformes aux normes internationales Dominique Plihon, directeur d Érasme La rentrée de 2013 est marquée par la préparation du plan

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Informatique de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-201 Section des Formations

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes Evaluation

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail