HISTORICAL ARCHIVES of the EUROPEAN UNION. Emile Noël fonds FONDS CODE EN-2376 DATE 10/1983 TITLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HISTORICAL ARCHIVES of the EUROPEAN UNION. Emile Noël fonds FONDS CODE EN-2376 DATE 10/1983 TITLE"

Transcription

1 HISTORICAL ARCHIVES of the EUROPEAN UNION Emile Noël fonds FONDS CODE EN-2376 DATE 10/1983 TITLE [P/840/83] à [P/915/83] THESE DOCUMENTS ARE FURNISHED FOR STUDY PURPOSES ONLY. WRITTEN AUTHORIZATION MUST BE OBTAINED FOR ALL OTHER USES

2 u u Oblet NOTE POUR ~JONSIEUR NOEL Interve~tion de 1a Commission sur 1e rapport et la ::'esolution du Perlement "La promotion du cinema des pe.ys de la Corr'"'~u.naute"; ~,-.. J..v._ lq.c-3 Je vous serais tres oblige de me retourner le projet joint si vous desirez que j'~ apporte des modifications au de ~:..c:r: \rc;.:loi::' le tre.ns.ttiettre a Philip LOW si vous 1 'e.pprouvez..:::. 12'. Le te=ns de parole de le CoL~ission a ete fixe T J,.. -. 't. -.,, ~e ~reslaen~ e an~ empec~e, c'est probablement R=c~~~D q~i le rerr.placere. 1L-er l ~~\- ~ t. (" r;, "-1\r '::'l ~,..~ Gs 1--~~~ c t-., Robert GREGOI::ill

3 COMMISSION DES ;QMMUNAUTES EUROPEENNES - so aruxe.lle.s.. 1e oct.obr.e SGC83)D/12058 Objet Note a l 1 attention de Madame NONON Chef du Bureau de Presse et d'informaticn Demandes du Conseil regional Languedoc/Roussillon 1 - J'ai etudie tres attentivement votre lettre du 21 septembre et j'ai egalement consulte les Cabinets du President Ortoli et de Monsieur Pisani. Mon avis sur les demandes du Conseil regional Languedoc/Roussillon est Le suivant 2- En ce qui concerne La visite d'une delegation du Conseil regional, je partage votre sentiment sur son tres grand interet politique. Cela devrait se traduire dans la participation effective de plusieurs Commissair~et dans le choix des conferenciers. Je deconseillerais toutefois de prevoir un entretien avec le President Thorn. Outre des difficultes objectives pour La periode envisagee, il n'a pas ete d'usage, jusqu'ici, de faire appel au President pour des visites analogues (Conseils regionaux fran~ais ou Autorites regionales italiennes). Creer un precedent ne manquerait pas de poser de nombreux problemes. Des a present, Monsieur Pisani est pret a consacrer tout le temps necessaire a La delegation. Les contacts appropries pourrent etre pris avec les Cabinets de Messieurs Natali, Giolitti et Oalsager, des que les dates seront precisees (a noter que Messieurs Dalsager et Giolitti seront mobilises pour Le Conseil special d'athenes a partir du 8 hovembre (depart de Bruxelles en fin de matinee) et jusqu'a La fih de La semaine). Un programme etabli sur cette base aurait Le niveau politique et l'eclat que vous souhaitez. 1.~s. - Televnone Aelresse lelegrapn.quo= '"COME JA Br,uehcs- '* l.omeu '

4 - 2 - e Messieurs FROSCHMAIER di CARPEGNA de BOISSIEU BLANC Les entretiens avec les autres fonctionnaires de La maison seront organises avec le meme souci d'un niveau eleve. 3 - En ce qui concerne La conference des regions mediterraneennes, mon sent'1 ment" personnel (part age par les Cabinets fran~ai s) est de deconseiller fortement au President Capdeville de tenir une semblable reunion a une date aussi rapprochee (avant le Sammet d'athenes). Une telle manifestation necessite une preparation tant politique que technique extremement precise pour etre un succes. En outre, l'incertitude qui subsiste sur les perspectives et les resultats du Conseil europeen d'athenes et qui subsistera sans doute jusqu'a son ouverture pesera sur La preparation et Le deroulement de La conference, et risque d'en fausser les resultats. Une reunion en 1984 serait plus raisonnable. La preparation pourrait etre complete sur une matiere ou tout faux pas peut avoir Les consequences les plus graves. L'interlocuteur de La ~egion ne peut etre que le President Natali et son Cabinet. Je comprends que Le Conseil regional a une conception differente des PMI que celle de La Commission, mais s'il s'adresse ala Commission il ne peut le faire que dans le cadre defini par celle-ci. Il appartient au President Natali de e prononcer sur sa participation eventuelle et sur La nature et ampleur de l'aide qui pourrait etre apportee a La conference. Sa dou e qualite de Commissaire charge des programmes mediterraneens de Commissaire charge de l'information fait qu'il a tous Les mo ens d'appreciation a ce titre. E. NOEL:

5 eruxelles 5 octobre 1983 SG(83)D/12134 Ngte a l'attention d!_!qosieur BRACKENIE!! Objet : Re he d'un souvenir a la co.. ission par un ancien fonctionnaire. Nada.e Clara Neijers, ancien fooctionnaire de La co.. ission <1958/1973>, aujourd'hui a la retraite, a voulu aanifester son attache nt a la C~isston en offrant un cadeau celle-ci. Il s'agit d'une pendule 6leetrique que ~ Neijers ' re ise a t'occas~on d'un dtner d'adieu organise le 21 septe.bre. Elle a.arque le souhait que cette pendule soit placte dans le hall d'entr~e du blti.ent 8erlay.ont ou elle pourrait ltre utile au fonctionna;res et aux visiteurs. J'esp re que vous serez d'accord avec.oi pour reconnattre qu'il n'y a pas d'inconvenient a accepter ce don.adeste offert si spontane.ent aux se~es de la Caa.ission. Je precise que cette pendule est actuelle.ent deposee au secretariat de Monsieur Santarelli, Porte-Parole de la Coeaission. opie : "" LOWE, Cabinet de M. le President SANTARELLI, Porte-Parole de la co-iss ion E. NOEL

6 COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEENNES Secreto\fldl general Bruxelles... te c?~~qbr~.. ~9S P/840/83 Objet NOTE DE DOSSIER Groupe Unique de Preparation. Dejeuners de travail du 3 et du 4 octobre La Presidence a organise des dejeuners de travail les 3 et 4 octobre, avec la seule participation des Chefs de delegation au GUP et du Secretaire General du Conseil. Ces reunions, bien moins articulees que les dejeuners de travail du COREPER, n'ont toutefois pas apporte beaucoup d'elements nouveaux. 2..Lors du dejeuner du 3 octobre, la discussion a porte sur la meilleure ~resentation du dossier agricole lors du Conseil d'athenes. Il ne s'en est pas degage d'indications tres util~s pour la Presidence. H. CHA!IDERNAGOR a explicitement refuse que la Presidence privil~gie dans son rapport les propositions qui ont l'appui du plus grand nombre de delegations, motif pris que tel ne sera pas le cas poar d'autres dossiers (par exemple, montants compensatoires monetaires, ressources propres) ou d'autres de~egations (respectivement Allemagne, Royaume-Uni) entendent que leur propre positivn soit presentee sur pied d'egalite. Il a egalement refuse de donner une place privilegiee a la proposition de la Commission du 1ait que les conclusions de Stuttgart font etat tant des contributions des Etats membres que des propositions de la Commission comme base des travaux. La possibilite de reunir des groupes d 1 experts a ~the~es en marge des travaux du Conseil pour approfondir certains dossiers a ete evoquee sans conclusion precise.... /... AdresS<: pro so~re Rue de 1oil Lc ruxel!es - Tele;Jhune 23511! 1 - Adresse telegraphtque ""COMEUR 9r'"'~~:,es Telex: comeu B 21877""

7 - 2 - }. Lors du dejeun~r du 4 octobre, la discussion a porte, d'une part sur les politiques nouvelles, d'autre part sur le financement de la Communaute. Sur les politiques nouvelles, plusieurs Chefs de delegation (Sir Michael BUTLER, M. LAUTENSCHLAG:SR, M. R~TTEN) ont mis en evidence la surabondance des sujets evoques au cours de la discussion du matin et la necessite d'un ce~tain tri (nota~ment repa~tition des t~ches entre les Conseils specialises et le Conseil special). On a demar.de que la Presidenca remette rapidement uue note decrivant cette repartition des t~ches pour que le Conseil d'athines se prononce sur elles~ L'Ambassadeur RUTTEN a suggere que pour les "politiques nouvelles" on vise une "enveloppe" de mesures plut5t qu'un "paquetn, cette enveloppe devant ~tre suffisarnment garnie, sans que tous les elements de son contenu scient des a present precises._f. CHAN.JERNAGOR a repris les questions de poli tique commerciale exterieure qu'il souhaite voir traitees par le Conseil special et ensuit-e le Conseil europeen (definition du "produit europeen", investissement des pays tiers, bu~e~-- ~uropeen des norrnes). Il a evoque les probli~es poses par les accords entre firmes ja~onaises et britanniquesehutomobiles. 4. En ce qui concerne le financement communautaire, la discussion a repete les positions classiques sur les demandes britanniques et allt~andes. Il y a eu des echanges de propos P?rfois extreme:nent vifs, notamment au sujet du"safety Ne~' et de l'actioa personnelle du Premier Ministre britannique dans le Conseil europee~. M. LAUTENSCHLAGER a indique avec beaucoup de moderation qu'il y avait un probleme politique a resoudre et qu'il fallait lui trouve= une solution politique flexible et raisonnable. Les suggest ~ns fa~:~ la veille par le representant de la Commission (travailler conjoi~:ement sur la correction des recettes et 1~ correction des epenses) lui semblaient la bonne voie. Il fallait en me~e temps 'viter que dans l'avenir des politiqu~s nouvelles ou des actions ouvell~s so~ent entrep~ises uniquement pour donner une satisf tion financiere a tel ou tel Etat, indepenjamment de leurs me ites propres (meme remarque que H. TIETHEYER la veille). La mo ration de M. LAUTENSCHLAGER contrastait (comme dans les se1 ces plenieres du G?) avec l'extreme raideur de l'ambassadeur br" annique ainsi qu~ de 1 'Ambassadeur danois. ' AHUE HAEU AHUE binet du bin~; de binet de binet de "::inet de President M. ORTOLI!-f. DAVIGNON M. ':" ~GSNDHAT M. DALSAGER HAEU

8 Bruxelles 5 ootobre 198.} P/841/8} '-~onsieur PERSONNEL Cher Jean-Claude, Merci de ta lettre du 28 septembre et de l'effort que tu as entrepris pour tenir compte de mea preoccupations dans le rapport que tu prepares sur la politique en matiere de discipline. La nouvell.e redaction des J 4.6 et 4.7 que PAULIU et VAL.S,nA ont bien voulu etablir evite en effet lea risques de ~auvaise interpretation que le texte precedent me eemblait coaporter. Je te renvoie oette redaction avec un petit nombre d'amendementa que je souhaiterais y voir introduire. lls visent~ comma tu pourras le a respecter l'independance du rapporteur dans sa demarche (done pas de consignes imperatives), tout en donnant un conseil ou une incitation. J'eapere que tu pourras retenir cee modifications. Herci aussi de la suite que tu veux bien donner a mee re!l!arques sur lee '* 8 et 4.1. p.j. J.c. :~OREL ;-,;irecteur G{~neral du Personnel et de l'adrninistration Avec tous mes remerciements, Tres amicalement a toi, ~. tmel

9 COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEENNES..Bruxelle.s... le octobre Secrcta11al general CONFID~NTIEL P/853/83 NOTE POUR MONSIEUR LE P~ESIDENT Objet Conseil special des 10/12 octobre La preparation du Conseil d'athemes par le Groupe Unique de Preparation a ete extremement limitee, eu egard a la dure~ de l; reunion, au nombre eleve de Ministres qui seront presents, sans parler de l'a~pleur des matieres a discuter. Le GUP ne s'est pas interesse au dossier des fonds structurels. Il n'etait pas dispose a discuter serieusement de la rationalisation de la PAC. C'est seulement sur les questions financieres et institutionnelles (ressource propres et ''Financial Guidelines" de la PAC) que ses travaux ont e~ une certaine utilite et une certaine portee. I- ~onne tenue des discussions sur les actions nouvelles ne doit pas c~eer troo d'illusions. Je crains fort qu'au moment ou il faudra pass~~ aes bonn~~ intentions a la preparation de decisions de substance, 1 1 on ne se heurte aux memes difficultes que sur les deux autres dossiers techniques (PAC et fonds). 2. La structure du GUP ne lui ~armet pas d'executer le travail modeste mais util~ de decantation des proble~es,de fa~on a isoler les problemes politiques justiciables duniveau ninisterie:. travail o~ e celle le Comite des Representants Pe~~anents. Comme les choix ou les arbitrages ne sont pas inter7enus jusqu'ici dans plusieurs capitales, il n'y a pas vraie possibili~e de dialogue politique en supposant que le cadre du GUP s'y soit pr~te. 3n Italie, les Ministres competents du Gouve~nement C~AXI sont bien pl 1s reserves sur tout l'exercice que l'etait H. CO:i:.OMBO. Alors... /...,. I Adte5se proviso11e Rue c:c Ia LO 200. B-10~9 Bruxelles- Telephone Adresse t.?legrapho~ue Telex. ""COMEU B 21877"-

10 - 2 - que celui-ci avait une autorite quasi exclusive su~ les dossiers europeens, son successeur tend a s'en distancer et a laisse~ le champ libre a ses collegues (H. GJRIA, M. PAN:JOL?I, ~1. FO~'!'E) En France, il ne se~ble pas qu'il y ait eu jusqu'ici une directive precise du President de la Republique et les positions s'alignent sur le niveau le plus eleve de resistance. L'in!luence positive d~ Chancelier se fait sentir dans la position allem3nde, mrtis l'on se rend compte egalement de la marge de manoeuvre etroite qui est laissee au Secretaire d'etat LAUrENSCHLAGER. Seule la position britannique est claire et nette, mais elle conjuit a une oppositio= frontale avec la quasi totalite des autres delegations sur les affaires les plus sensibles. Rien ne pe~met d'indiquer qu'il y ait eu un effort de revision significatif de ces positions diverses en vue de la prochaine reunion d'athenes. 3. En ce qui concerne la politique agricole commune, la discussion dans le GUP le 3 octob~e dernier a cor~espondu a un recul dans le rapprochement des positions par rapport aux travaux du groupe ad hoc agriculture les deux serr.aines p~ecedentes. Le Ministre CHANDER~ASOR a rejet& cat~goriquement pou~ les produits laitiers le r~gi~e propose par la Commission, alors que M. ROCARD avait laisse esp~rer une ouverture le 20 se~tembre. Cela correspo~i i un durcissement interne fran~ais, probableme~~!i& aux pressions des organisation3 agricoles. Les a~tres delegations oct ca~pe su~ lp-ur position anterieure. Quant aux autres prod~its~ lr J~scussion est res~ee tres superficielle. Cela vaut aussi pour l'eli~ination des montants compensatoires monetaires au les reactions a la prise de position alle~ande ont ete sommaires et limitees. 4. Sur les fonds structurels, la discussion a ete breve et sommai~e. Les fiches explicatives fournies par la Co~mission ant eu un accueil plut5t favorable, mais les delegations etaient ~anifestement peu il"teressees par les co~mentaires techniques supplementaires de rios representants. Le depat rapide d'une p~oposition complete sur le "nouveau?ed3r 11 devrait permettre une ~elance des travaux (large::'lent dans le groupe ad hoc), qui bene ficierai t de la pression poli tiq:.1e liee a 1 ''effet Stuttgart'!... /...

11 ' En ce qui concerne les politiques ou actions nouvelles, la derni~re proposition de la Commission a &t~ ~:ile en permettant d'articuler les discussions, meme si elle n'a pas suffi pour contenir l'afflux des suggestions nouvelles. Le dossier de l'~nergie reste le mal airne de l'operation : d'unp- part, 1~ delegation fran ~aise s'oppose categoriquement a sa prise en coxpte, d'autre part, les autres delegations ne trouvent pas un tres grand appui dans l~s suggestions (relativement generales) que leur so~et la Com~issio~. Nous avons pu constater une prise de conscience croissante de l'utilite, voir~ de la n&cessite de fai~e appel aux Conseils specialises pour obtenir des resultats co~crets avant Athenes sur certains dossiers. ~n progres par ra~~ort aux reactio~3 dans le Conseil special du 20 septembre ~tait ma~ifeste. Il est regrettable que la Presidence n'ait pas profit~ ie cette ouverture pour proposer im~ediatement que des mandats precis scient donn~s, par exemple aux pro chains Conseils 11 Harche in t eri eu~' et ''Recherche". L'affaire peut etre cependant rattrapee a Athenes. 6. Sur le financement, l'element le plus interessant est l~ lente evolution de la d~l~gation allemande ~ui p~enj progressiveme~: ses distances par rapport au "Safety Net!t bri tan~i oue ( le texte c.-:..1 rappo~t etabli par le Secretariat du Conseil ig~ore toutes ces nuances). La formule qui s'esquisse du cote all~~a~d est,~ c~~binaison ~ un reequilibrage des recettes (modulatioa de la TVA dont l'allemagne pourrait quelque peu benefici;r) et d'un correctif sur les depense~ essentiellement oriente vers la Grande-Bretagne. Les Allemands esq"issent en outre l'idee d'une sorte de clause gene-ral:: 1 S8UVega_rde II pe~me t tan t de fa ire face a Une det erio::-a tion excessi V8 de leur situation (ou de la situation ::itannique) si le fonctionnement des nouveaux mecanismes se revelait insuffisant. Cette ide~ suscite quelque interet dans les conversations privees avec les Ambassadeurs 3enelux, mais ses contours restent extreme~ent flous. Je reste tres sceptique sur les chances du dernier "papier" fran9ais qui se presente comrne un effort de synthese base sur la formule danoise. Il ne reste de l'idee dan~ise que le ti+re, car le mecanisme propose de financernent par la recette est fonrlamentalement contraire au schema danois.... /...

12 Il n'est pas certain que sur ces bases une discussion ministerielle puisse ~tre extr~mement fructueuse et surtout qu'ell~ puisse se prolonger utilement pendant trois jours pleins. Pour la plupart des dossiers, nous en semmes toujours a la periode des explications et des pressions et nous sommes fort eloignes de la recherche des compromis. 8. Tel est certainement le cas pour la politique agricole commune (sous reserve d'une meilleure appreciation de mon collegue Claude VILLAIN). Sur les produits laitiers, dossier cle, la proposition de la Commission (quota et super taxe) a l'appui de princi~~ d'une majorite des delegatio~s. Celles des delegations qui ont present& des centre-propositions n'ont pas pu faire la preuve de leur efficacite ou de leur credibilite. Toutefois elles n'ont pas en~o~~ admis qu'il faudra finale~e:1t que le Conseil fonde ses travau:< sur la seule proposition de la Co~rnission et ce serait opti~iste d'esperer que ce pas sera franchi le 11 octobre. Il serait don~ tout a fait pre~ature d'evoquer a Athenes des possibilites d'amenage8e~t ou d'inflexion qui seront probablernent necessaires.pour obtenir la decision finale rnais qui, esquissees ~aintenant, n'aboutiraient ~u i affaiblir la force d'attractio~ vers le texte de la Co~~ission. Les possibilites d'entente sont plus grandes sur les cereales (toujours a partir de la position de la Co~missio~) et u~~ conclusion raisonnable pourrait tre une demande ~ la Comoission d3 fo~rnir des propositions precises sur lrt base juridique et le contenu d'un ~ventuel mandat de negociation sur la limitation des importations de substituts de cereales. Il sera probablernent necessaire d'avoir une discussion politique sur la taxe sur les matieres grasses, mais sans espoir de conclusion. C'est le dossier des rnontants compensatoires ~onetaires qui justifierait d'un effort particulier. La proposition de la Commission dernande probablement trop de sacrifices a l'allena~~. La recente proposition allemande tend au contraire a dispenser ~ l'allemagne de tout effort et est particulierement decevante nour les MCM existants. Un debut de dialogue a quelques-uns, a l'ecart des vastes audiences du Conseil, pourrait permettre de comcencer a cerner ce qui est indispensable et ce qui est possible. La Cornnission serait ensuite en mesure d'apprecier le contenu d'un co~oromis possible et de determiner a quel moment de nouvelles idees se~aier.: a avancer.... /...

13 ' La q~estion des "Financial Guidelines" est traitee cidessous avec les problemes du financement de la Communaute ( 12). La Presidence n'a pas clairement indique jusqu'ici dans quel contexte elle comptait traiter ce dossier au Conseil (PAC ou financement). Dans le GUP, il a fait l'objet de discussions ad hoc. 9. Sur les fonds structurels, nos theses sur une coordination plus etroite des instruments financiers, sur une liaison plus intime entre fonds et politiques communes, progressent lentement. L'effort d'explication, tres utilement commence le 20 septembre, doit se poursuivre (contrats de prosrammes, programmes integres et les assouplissements corollaires dans la gestion des fonds). Il est important que la Commission fasse clairement apparattre la cohere~ce et la cohesion de son action dans sa double qualite, d'une part, de concepteur et de rnoteur de politiques communes (y compris le developpement structurel), d'autre part, de gestionnaire de fonds et autres instruments financiers. 10. Sur les actions nouvelles, la proposition adoptee par la Commission le 28 septembre est la meilleure chance pour un progres du Conseil : mettre au travail les Conseils specialises sur quelques dossiers avec obligation de faire rappo~t a la session de nove~bre du Conseil special, faire preparer par le Conseil spe~ial et le GU? un certain nornbre d'engagements precis a prendre par le Conseil europeen. Si la Presidence n'a pas fourni d'ici l'ouverture du Conseil les elements necessaires a ces d&cicions, la Commission devra s'y substituer. U~e premiere reflexion a deja ete faite sur ce que pourrait etre un sch&ma de decision. 11. Le renforcement des moyens financiers de la Communaute n'est plus, quant a son principe, au centre de la controverse. Mis a part la reserve eenerale britannique, il y a un large cons_~sus sur la necessite de ce renforce~ent a plus ou mains breve echeance, sur le fait qu'il resultera d'une extension des moyens TVA et sur la necessite de fixer un nouveau plafond (et non pas de deplafonner purement et simplement). Plusieurs delegations cherchent a combiner... /...

14 - 5 - l'idie de tranches (pr~sent~e par la Co~mission dans la perspectiv~ du deplafonnement) et celle de plafond. Si le debat porte la-dess~s. il faudra s'opposer vigoureusement a cette deformation des idees initiales du College. 12. Restent les deux dossiers sensibles plus ou mains connexes pour certaines delegations, celui des "Financial Guidelin~s et celui des desequilibres budgetaires. Le "document de travail" que nous avons renlis au GUP a vise a preciser les orientations proposees en juillet et a en fai~= mieux apprecier la portee en le rapprochant d'autres prises de position de la Co~mission et en rappelant les disciplines que la Co~mission suit deja (par exemple, n'introduire un budget supplementaire qu'en dernier recours). Les premieres r~actions donnent a penser q~e ce document aidera la delegation allerrande a se rapprocher de nos idees et probable~ent aussi la delegation n&erlandaise, quand elle aura constate l'echec de sa rece~te proposition. Les delegations c~: avaient accepte notre idee de "code de bonne conduite" n'ont pas ~:-:: decouragees par ces compl~ments. L'action a entreprendre cans le Conseil visera, d'ur.e part a renforcer l'argumentation centre un systeme contraignar.t (fcrmule britannique et, dans une moindre mesure, neerlandaise) qui peut paralyser la gestion de la PAC, d'autre part, a convaincre les delegations reticentes (surtout France et Danemark) que tot ou tard elles devront accepter un "co=.e de bonne conduite" dans un "paquet" final. 13. Quant au desequilibre budgetaire, la del~gation frar.;a ise continue a poursuivre la chimere qu'il lui sera possible de "faire bonne chere avec peu d'argent 11, malgre les deconvenues que _ette tactique lui a values pendant les deux dernieres annees. Cette attitude contribue a donner un caractere irreel a la discussion. Il =e semble raisonnable de ooursuivre l'effort d'exoloration sur les grandes lignes de la future decision (sans entrer dans les details techniques), une combinaison d'un reequilibrage du systeme :~ recettes (modulation de la TVA) et d'un correctif sur les depenses fonde sur un indicateur objectif et un mecanisme de calcul (cf. rapport mandat de juin 1981 ) paraissant aujour~'hui la meilleu~e piste possible, sous reserve d'un complement politique a rechercher ~ -... /...

15 - 7 - (clause de revision periodique, mandat de surveillance don~e a la Commission ) qui donnerait une ass~rance raisonnabl~ ala Granje-Bretagne et a l'allemagne qu'elles ne risquent pas une "et~rioration massive de leur situation. La delegation britanniq e r~s:~ categoriquement opposee a ces idees et un long effort sera saire ava:tt de la convaincre que le "Safety Net" n'est pn. panacee universelle. Le seul espoir (timide) des autres elegations est de pouvoir evi ter que l~ Conseil e'lropeen d 1 thene.::; ne soit l'occasion d'un"blaci-::mail" au "Safety Net" de 1 part du Pre~ier Ministre britannique. CoEie a. H. D:JRI. ::UX H. de 30ISSIEU H PAEX3N..! a LEVZR M. PERISSICH M. J RG~NSEN E. NOEL

16 Bruxellea? octobre 1983 t~erci P/854/8} NO':'E A L'A'I'TENTIOH DE gonsizur BRACKi:;~ll?.:RS de vos notes du 29 septembre et du 6 octobre. En ce qui cjncerne lee nominations A/} susceptibles d'etre faites a l'exterieur d'ici a la tin 198l, je orains que les chiffres ne soient pas exacts. ~~ur la poriode de deux ans, 44 nominations A/} JevrRient ouvrir un "credit de 9 nominations externea, dont 4 sont dij~ intervenues. Il resterait done 5 nominations externes possibles, dont 2 sont deja "Yraisemblables (Xi Vet JG.A'VIII). Le "solde" s~rait de 3 nominations. 0n ce qui concerne la DG VIII, si!'intention de M. PI-A~I est bien de nom~er un fonctionnaire actuellement affecte au Comite Econornique et 0oc1Al, il ne s'agira pas, a mon avis, d'une nomin~tion exterieure. 3 nominations exterieures pour 1984 me paraiseent donner des possibilites su~fisantes a la Commission. Vous voua souviendrez que, ~ la fin de la Commission JENKINS, il n'y a eu que 2 nominations en A/3 d'anciens membres de cabinet. Sn ce qui concerne la nomination A/3 a la 1~ XX~ j'espere qu'il sera possible de convaincre M. FACINI de changer son point de vue. Une nomination a la DG VI ne ~e paratt pas une solution de re111pl.acement. D'une part, M. N,i.TALI a conditionne son accord a 1' operation!i./\.rcu:-::;bn/!-':lli\no a ce que M. HI:...r,NO soi t rer.~plac[~ par un fonctionnaire ;\/3 dans la DG VI, d' autre part,... ; ~

17 ,,., r-~. VILLAIN a deja, a m~t connaissance, des YUes tree precises sur oette nomination A/3 dana eon service et ne sera probablament pas prlt i lee modifier. :-ur lee questions qui ont ete traiteee au petit dejeuner des Directeurs g~neraux, je me reserve de voue talephoner pour avoir quelques informations suppl~mentaires dee que je serai eorti du Conseil special d'athenes. b. NOEL

18 Bruxellas 7 octobre 198} P/855/8:;) NOTE f, L ATTENTION ije HON.:~I 0U :i DU iueux Chef de Cabinet du President Objet : Preparation du Gonseil europeen Je me r6fire i la note de K. JENKINS datia du 5 octobre sur le df.jeuner du CORSP~R, et notm.'1ment sur la suggestion faite par le President qu'une partie de la reunion officieuse des Ministres Jes -~ffaires Etrangerea, le 2;? octobre, aoit consa~ree a la preparation du Consail europ~en d'athenes. ~. 'larfh> avait ete informf de cette suggestion par l'ftmbassadeur DIMADIS et il en etait preoccupi. En effet, le t-'inistre HARALMnOPOULQ:;, qui presidera. la reunion du 22 o;-;tobre, ne participe pas au Conseil special ni a la preparation de sea travaux sur le plan interne grec. Il ne sera dono pab facile pour lui ie diriger une discussion sur la preparation du Conseil european ct ;th~nes (tout au moin~ sur les dossiers communautaires). ~>ns doute des arrangements prrtiques eeraient-ils imaginablea pour resoudre cette difficulte, mais je crois comprendre qu'ils se heurteront a un certain nombre de problemes internes a l'equipe ministerielle grecque. Pourriez-vous signaler cet element au President THORN afin qu'il l'ait a l'esprit s'il s'entretient de cette question avec lee ranistres grecs pendant son eejour a r,thenes. ~o;. NOEL '--~ ~ ~----~ ~

19 Bruxellee? octobre 198} NOTE A L'ATTENTION JE : - HONSIEUR DUHISUX - ~~ONSIF..U~ de B' :ISSIEU Objet : Conseil special d'athenes M. VARFIS m a indiqui que le Premier Ministre P~PANDREOU inviterait lea membres du Conaeil special (Miniatres et Commission) a UD diner SOUB sa presidence le lundi 11 octobre (Janes un restaurant prla de Vougliameni). Ce diner commencer& vraisemblablement vers 21 h.}o ou 22 h. Peut-~tre cette information anticipe~ aera-t-elle utile au President THORN et au President ORTOLI...:... NOEL

20 7 octobre 198} Cher Monsieur, P/859/8} Par votre lettre du 9 Keptembre, vous avez bien voulu ~ppeler mon nttention sur le choix d'une societe d'audit que notre Jirection ~&nhrale du Cr4dit et dee InveetiAsements a eftectue pour la revision et ln certification de sea comptes. Je ~uis vous assurer que ce ohoix s eta fait de maniere objective et au terme d'une analyse detaillee des otfres presentees ~t particuliirement de cellae de votre sociite. Noa services n'ont pas le sentiment que l'otrre faite par la firme americaine retenue avait un caractere de''dumping". r. l'atenir, comme cela a d'ailleurs /?tp. le cas jusqu'a present, ce8 offres continueront d'stre btudiees avec une attention particuliere. nei~leurs : onaieur Jean FLZURY >rt.si.ient de Concorde ~uropeenne :,udi t-france.:::1 his, rue.i:.ord Byron 75008?A!U3 Veuillea agr&er, cher Monsieur, l'expreeaion de mes sentiments. t~. HO:::L

21 -- Bruxelles 7 octobre 198} P/865/8} NOTE DE DOSSIER Objet : Conseil special d'athenes. Financement communautaire 1. Le President VARFIS suggere dans sa lettre aux Membres du Conseil special que celui~ renyoie a novemgre la discussion sur lea modalites et le calendrier des ressources nouvelles et se concentre sur la question des desequilibres budgetaires. Cette approche me semble raisonnable. Ce sont en effet lea desequilibres budgetaires qui torment le coeur du probleme. 2. La necessite d'une correction budgetaire n'est evidemment pas contes\ee depuis Stuttgart. Par contre, l'ampleur de cette correction a ete discretement laissee dans l'o bre depuis le debut des discussions du Conseil special. Celui-ci n'est d'ailleurs pas un cadre approprie pour aborder le probleme. Par contre, il pourrait 3tre utile que dans les entretiens prives avec lea Minietres le President ou M. ORTOLI essaie d 1 ayoir quelques reactions. Jusqu'ici seule la delegation britannique a laisse entendre ce qu etaient ses ambitions, mais d'une maniere indirecte. La simulation qu'elle a demandee a la Commission sur son systeme de "Safety Net" fait en effet apparattre que la correction pour 1982 aurait ete de l'ordre de 8o% c est aussi l'ordre de grandeur que l'aabassadeur BUTLER juge approprie dans des conversations privees. Personna n'a jusqu'ici reagi sur de telles demandes et sans doute est-ce heureux pour la bonne harmonia interne du Conseil special et de son Groupe de preparation.... ;...

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978)

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Légende: Conformément au mandat qui lui a été confié le 17 octobre

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

QUESTION 88. Enregistrement international des marques

QUESTION 88. Enregistrement international des marques QUESTION 88 Annuaire 1985/III, page 289 Comité Exécutif de Rio de Janeiro, 13-18 mai 1985 Q88 QUESTION Q88 Résolution L'AIPPI: 1. Prend note du travail fait par le Comité des Experts de l'ompi concernant

Plus en détail

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988

COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS. Projet. Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 "STRICTED '*9 988 Déciale COMITE DU COMMERCE DES AERONEFS CIVILS Projet Compte rendu de la réunion du Comité tenue le 14 mars 1988 Les délégations sont invitées à faire parvenir au secrétariat, d'ici au

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT

DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT CONVENTION MODELE OCDE DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT...1 COMMENTAIRES SUR L'ARTICLE 4...2 CONCERNANT LA DÉFINITION DU RÉSIDENT...2 1. Remarques préliminaires...2 2 Commentaires des dispositions de l'article

Plus en détail

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 - En 2003, l Eurobaromètre a eu 30 ans, d où vous est venue l idée d étudier l opinion publique européenne? Le

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales 4 Rue Jacques

Plus en détail

Lettre ouverte aux membres du Parlement européen (III)

Lettre ouverte aux membres du Parlement européen (III) Uef.fr, le 20 novembre 2010 Objet : campagne pour les Etats-Unis d'europe Lettre ouverte aux membres du Parlement européen (III) Madame la Députée, Monsieur le Député, Dans le cadre de sa "Campagne pour

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 28 mai 2010 (OR. en) 9633/10 Dossier interinstitutionnel: 2010/0096 (NLE)

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 28 mai 2010 (OR. en) 9633/10 Dossier interinstitutionnel: 2010/0096 (NLE) CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 28 mai 2010 (OR. en) 9633/10 Dossier interinstitutionnel: 2010/0096 (NLE) ACP 140 COAFR 181 PESC 619 RELEX 415 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet:

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux, R É P U B L IQ U E FR A N Ç A IS E LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ SERVICE DES AFFAIRES EUROPÉENNES Le Directeur Paris, le 24 janvier 2014 Discours de M. Jean-Pierre BLOCH, Directeur du Service des Affaires

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041 CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2011 ORTHOPHONIE AMBULATOIRE 11.041 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 1.595.000

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise)

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) 3.1 Charte du conseil d'administration AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes

Plus en détail

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen

La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen La délicate conciliation des dispositifs nationaux avec la notion d'option dans les marchés de seuil européen Par deux jurisprudences estivales significatives, le Conseil d'etat est venu d'une part, annuler

Plus en détail

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes aux Messieurs les Ministres:

Dans ce contexte, nous aimerions poser les questions suivantes aux Messieurs les Ministres: groupe d el '. parlementaire greng 1 Monsieur Laurent Mosar Président de la Chambre des Député-e-s Luxembourg fehai\jis're: P~$ or;putes Entrée le: fi E 2 11 /lbltl Luxembourg, le 1 septembre 2011 Monsieur

Plus en détail

DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue

DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE. Autre Point de vue Fondation Concorde DEBAT PUBLIC SUR L'ENERGIE Autre Point de vue Eléments de Réflexion sur une Eventuelle Fusion EDF/GDF Juillet 2003 Préambule L'avenir de nos grandes entreprises est un sujet de préoccupations

Plus en détail

Objet: Programme multinational de formation à la stratégie d influence du processus décisionnel communautaire. programme

Objet: Programme multinational de formation à la stratégie d influence du processus décisionnel communautaire. programme Maastricht, avril 2007 Objet: Programme multinational de formation à la stratégie d influence du processus décisionnel communautaire. Madame, Monsieur, Influencer le processus décisionnel de l Union européenne

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE Conseil de l'union européenne 10879/15 (OR. en) PRESSE 50 PR CO 42 RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL 3403 e session du Conseil Affaires économiques et financières Bruxelles, le 14 juillet 2015 Président

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

Rapport du Comité d audit sur sa cent unième réunion

Rapport du Comité d audit sur sa cent unième réunion Cote du document: EB 2008/94/R.35 Point de l ordre du jour: 16 b) ii) Date: 11 septembre 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit sur sa cent unième réunion Conseil d administration

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

A-2728/15-45 A V I S. sur. la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état

A-2728/15-45 A V I S. sur. la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état A-2728/15-45 A V I S sur la proposition de loi portant modification de la loi modifiée du 12 juillet 1996 portant réforme du Conseil d'état Par dépêche du 25 juin 2015, Monsieur le Premier Ministre, Ministre

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Mesdames et messieurs, Chers collegues,

Mesdames et messieurs, Chers collegues, ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, PRONONCkE LORS DE L'OUVERTURE DU COLLOQUE ((LE GESTIONNAIRE, UN ACTEUR PRIMORDIAL EN GESTION DES RESSOURCES HUMAINES,, LES 21-22

Plus en détail

DROIT DE L'INTEGRATION EUROPEENNE ET TRANSFORMATION DU DROIT PENAL FISCAL ET DOUANIER ITALIEN

DROIT DE L'INTEGRATION EUROPEENNE ET TRANSFORMATION DU DROIT PENAL FISCAL ET DOUANIER ITALIEN DROIT DE L'INTEGRATION EUROPEENNE ET TRANSFORMATION DU DROIT PENAL FISCAL ET DOUANIER ITALIEN Mario GARAVOGLIA Avocat à Turin Conseiller du Centre de Droit Pénal Fiscal de Turin L'appartenance de l'italie

Plus en détail

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I

Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Adoption des IFRS par les entités ayant des activités à tarifs réglementés Modification de l Introduction à la Partie I Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie I Historique et fondement des conclusions Avant-propos

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

Remplir et envoyer au Secretariat de I'OMM les formulaires de designation des participants avant le 30 septembre 2014

Remplir et envoyer au Secretariat de I'OMM les formulaires de designation des participants avant le 30 septembre 2014 World Meteorological Organization Organisation meteorologique mondiale Secretariat 7 bis, avenue de Ia Paix - Case postale 2300 - CH 1211 Geneve 2- Suisse Tel.:+41 (0)22730 81 11- Fax: +41 (0)227308181

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE : CONDITIONS D'OUVERTURE, DÉROULEMENT ET EFFETS

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE : CONDITIONS D'OUVERTURE, DÉROULEMENT ET EFFETS LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE : CONDITIONS D'OUVERTURE, DÉROULEMENT ET EFFETS Qu'est-ce que la procédure de sauvegarde d'une société? Quels sont ses effets et conséquences sur une entreprise? Comment entamer

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI Loi n 15/AN/98/4 ème L portant organisation du Ministère de l'économie, des Finances et de la Planification, Chargé de la Privatisation. L'ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

Traité établissant une Constitution pour l'europe

Traité établissant une Constitution pour l'europe CONFÉRENCE DES REPRÉSENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ÉTATS MEMBRES Bruxelles, le 29 octobre 2004 CIG 87/2/04 REV 2 Objet: Traité établissant une Constitution pour l'europe CIG 87/2/04 REV 2 FR TABLE DES

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30 mars 2009 (OR. en) 7522/09 Dossier interinstitutionnel: 2009/0020 (CNS) VISA 96 AMLAT 28 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: Décision du Conseil

Plus en détail

9352/15 ADD 1 eux/sc 1 DPG

9352/15 ADD 1 eux/sc 1 DPG Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 22 juin 2015 (OR. en) 9352/15 ADD 1 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: PV/CONS 29 COMPET 287 RECH 182 ESPACE 11 3392 e session du Conseil de l'union européenne (COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION PUMA NOTE DE SYNTHÈSE GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION L'intérêt accordé aux résultats est un élément central des réformes récemment engagées dans le secteur public des pays de

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS A L'EGARD DE LA SURVEILLANCE PAR CAMERAS SUR LE LIEU DE TRAVAIL -----------------------

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2 TABLEAU COMPARATIF ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct Acte de 1976 Article premier Article premier Les représentants, au Parlement européen, des peuples

Plus en détail

PRÓLOGO. La preuve du droit à l'exonération TVA des livraisons intracommunautaires de biens

PRÓLOGO. La preuve du droit à l'exonération TVA des livraisons intracommunautaires de biens PRÓLOGO L'étude sur les opérations intracommunautaires a le grand mérite de conduire un examen approfondi de quelques problèmes spécif iques liés au régime transitoire, et tout particulièrement la preuve

Plus en détail

Consultation sur le projet de Réforme de la prévoyance vieillesse 2020

Consultation sur le projet de Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Département fédéral de l'intérieur Office fédéral des assurances sociales Effingerstrasse 20 3003 Berne Réf. : PM/15015668 Lausanne, le 31 mars 2014 Consultation

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle Institut national de la propriété Brevet unitaire et Juridiction unifiée Besançon, le 8 octobre 2015 industrielle Brevet unitaire et Juridiction unifiée I - Le contexte II - Le brevet européen à effet

Plus en détail

3.3.2. La concurrence monopolistique 1

3.3.2. La concurrence monopolistique 1 3.3.2. La concurrence monopolistique 1 La concurrence monopolistique offre l'avantage d'expliquer simultanément les trois faits majeurs des échanges contemporains. Elle explique l'apparition d'un commerce

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE EN MATIERE DE DROIT COMMERCIAL INTERNATIONAL. Note du Secrétaire général

FORMATION ET ASSISTANCE EN MATIERE DE DROIT COMMERCIAL INTERNATIONAL. Note du Secrétaire général NATIONS UNIES ASSEMBLEE GENERALE Distr. GENERALE A/CN.9/92 25 avril 197^ FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMMISSION DES NATIONS UNIES POUR LE DROIT COMMERCIAL INTERNATIONAL Septième session New York, 13 mai

Plus en détail

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ

LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ LE CONTRAT D AGENT COMMERCIAL INTERNATIONAL ET LE DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 1. Résumé 1.1 Pour la première fois depuis la promulgation en 1986 de la Directive du Conseil européen sur la coordination des

Plus en détail

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français a FIDA FONDS INTERNATIONAL DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Conseil d'administration Quatre-vingt-deuxième

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'AGRICULTURE ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'AGRICULTURE ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'AGRICULTURE ET DU DÉVELOPPEMENT RURAL Direction D. Soutien direct D.4. Gestion financière du FEAGA Bruxelles, le 12.1.2015. Ares(2015)48302-104208 RECTIFICATIF

Plus en détail

Le présent projet a été conduit avec des experts, désignés par les États membres, les pays candidats et les autorités norvégiennes conformément à la procédure Best de la direction générale Entreprises

Plus en détail

«Les alternatives politiques pour les élections européennes»

«Les alternatives politiques pour les élections européennes» Participez à l'année européenne des citoyens Pour réfléchir ensemble aux perspectives de l'union Européenne, aux alternatives possibles lors des prochaines élections de Mai 2014. Quelle place pour le/la

Plus en détail

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 23 février 2005 Taxud E1 MH/

Plus en détail

CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967

CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967 CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA RECHERCHE NUCLEAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH COMITE DU CONSEIL Cinquantemeuviéme réunion Genéve - 17 mars 1967

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

BUREAUX DU CENTRE WILLIAM RAPPARD ET NOUVELLE SALLE DE CONFERENCE

BUREAUX DU CENTRE WILLIAM RAPPARD ET NOUVELLE SALLE DE CONFERENCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED Spec(89)12 18 avril 1989 BUREAUX DU CENTRE WILLIAM RAPPARD ET NOUVELLE SALLE DE CONFERENCE Note du Directeur général au Comité des questions

Plus en détail

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé SENS ET LIMITES DE LA COMPARAISON DES TAUX... Synthèse Mars 2008 Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire

Plus en détail

Armelle Renaut-Couteau. L'essentiel. de la. (j ouvernance. economique. et monetaire. de la zone euro. lextenso editions]

Armelle Renaut-Couteau. L'essentiel. de la. (j ouvernance. economique. et monetaire. de la zone euro. lextenso editions] Armelle Renaut-Couteau L'essentiel de la (j ouvernance economique et monetaire de la zone euro (foua! uanno i lextenso editions] Presentation Le desequilibre entre I'Union monetaire et I'Union economique

Plus en détail

I. Introduction (texte rédigé par l'apféé)

I. Introduction (texte rédigé par l'apféé) MISSION D'ÉVALUATION IGAS-IGAEN IGAENR-IGEN IGEN Rapport de juillet 2006 I. Introduction (texte rédigé par l'apféé) Pour mémoire, le Coup de Pouce Clé s'attaque à la source première d'inégalité des chances

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT RÉSOLUTION N 92/1 SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONTINGENT D'AUTORISATIONS MULTILATÉRALES DE LA CEMT POUR LE

Plus en détail

(14-5884) Page: 1/6 RAPPORT DE LA RÉUNION TENUE LE 17 SEPTEMBRE 2014

(14-5884) Page: 1/6 RAPPORT DE LA RÉUNION TENUE LE 17 SEPTEMBRE 2014 RESTRICTED WT/BFA/144 15 octobre 2014 (14-5884) Page: 1/6 Comité du budget, des finances et de l'administration RAPPORT DE LA RÉUNION TENUE LE 17 SEPTEMBRE 2014 Le Comité du budget, des finances et de

Plus en détail

Evaluation dans le domaine des hautes écoles spécialisées Guide d'évaluation externe

Evaluation dans le domaine des hautes écoles spécialisées Guide d'évaluation externe Recommandations à l'intention des experts Table des matières Annexes... 2 Introduction... 3 1 Principaux buts de l'évaluation externe... 3 2 Déroulement chronologique d'une procédure d'évaluation... 4

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED isf I965 PROJET DE RAPPORT DU.DEUXIEME COMITE SUR LA CONSULTATION AVEC LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE Note du secrétariat,a la demande

Plus en détail

Résumé comparatif des différents plans élaborés en vue de la création d une Union économique et monétaire (Luxembourg, 5 juin 1970)

Résumé comparatif des différents plans élaborés en vue de la création d une Union économique et monétaire (Luxembourg, 5 juin 1970) Résumé comparatif des différents plans élaborés en vue de la création d une Union économique et monétaire (Luxembourg, 5 juin 1970) Légende: Le 5 juin 1970, la direction générale des commissions et des

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée RESTRICTED ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS Plumet 1955 DOUANIERS ET LE COMMERCE Distribution limitée Original: anglais UNION DOUANIERE ENTRE L'UNION SUD-AFRICAINS ET LA RHODESIE DU SUD. Nouveau tarif douanier

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.12.2013 COM(2013) 877 final 2013/0427 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion de l arrangement avec le Royaume de Norvège sur les modalités

Plus en détail

1 CHAMP D APPLICATION

1 CHAMP D APPLICATION INVESTISSEMENTS D AVENIR REGLEMENT RELATIF AUX MODALITES D ATTRIBUTION DES AIDES AU TITRE DES APPELS «Valorisation Instituts Carnot» 1 CHAMP D APPLICATION Le présent règlement concerne les aides accordées

Plus en détail

LES STATISTIQUES DE L'ETAT-CIVIL ET DES RECENSEMENTS EN FRANCE ET LEUR CONTRIBUTION A L'ANALYSE DES COMPORTEMENTS FAMILIAUX

LES STATISTIQUES DE L'ETAT-CIVIL ET DES RECENSEMENTS EN FRANCE ET LEUR CONTRIBUTION A L'ANALYSE DES COMPORTEMENTS FAMILIAUX LES STATISTIQUES DE L'ETAT-CIVIL ET DES RECENSEMENTS EN FRANCE ET LEUR CONTRIBUTION A L'ANALYSE DES COMPORTEMENTS FAMILIAUX Jean-Claude LABAT et Michel de SABOULIN (Institut National de la Statistique

Plus en détail

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE L 82/56 2.6.204 RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE

Plus en détail

1. Il était une fois la crise :

1. Il était une fois la crise : I- La crise de la zone euro, de A à Z : 1. Il était une fois la crise : A l automne 2008, une crise financière mondiale affecte l économie mondiale et touche tous les États membres de l Union Européenne,

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES EUROPÉENNES Secteur : Présence et influence françaises dans les institutions européennes Affaire suivie par : Pierre HOUPIKIAN Rédacteur : Sébastien LAVOIL REPRESENTATION

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

les Réponses à vos Questions

les Réponses à vos Questions _Allemagne _Belgique _France _Italie _Luxembourg _Pays-Bas _Danemark _Irlande _Royaume-Uni _Grèce _Espagne _Portugal _Autriche _Finlande La Constitution Européenne : les Réponses à vos Questions _Suède

Plus en détail

LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS

LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS I - PREAMBULE Jusqu à présent, la majorité des achats d équipements effectués par les services échappaient à la réglementation relative aux marchés

Plus en détail

DISCOURS DE M. DAVIGNON A L'OCCASION DE LA SIGNATURE DU MEMOIRE D 1 ENTENTE SUR L 1 ENERGY BUS CANADA-CEE. Bruxelles, le 17 decembre 1979

DISCOURS DE M. DAVIGNON A L'OCCASION DE LA SIGNATURE DU MEMOIRE D 1 ENTENTE SUR L 1 ENERGY BUS CANADA-CEE. Bruxelles, le 17 decembre 1979 SCHEMA DU DISCOURS DE M. DAVIGNON A L'OCCASION DE LA SIGNATURE DU MEMOIRE D 1 ENTENTE SUR L 1 ENERGY BUS CANADA-CEE Bruxelles, le 17 decembre 1979 Je ne reviendrai pas longuement sur les consequences du

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES DOSSIER DE PRESSE PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES 12 MAI 2004 SOMMAIRE Allocution de Dominique Perben Exposé des motifs Présentation du projet de loi 1. Maintien du mandat ad hoc 2. Traiter

Plus en détail

Cent soixante et unième session

Cent soixante et unième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante et unième session Point 9.6 de l'ordre du jour provisoire 161 EX/52 PARIS, le 17 avril 2001 Original

Plus en détail

L'Agence européenne de l'armement : le temps suspendu

L'Agence européenne de l'armement : le temps suspendu L'Agence européenne de l'armement : le temps suspendu Le projet de création d'une Agence européenne de l'armement est ancien. Dès 1991, il y est fait explicitement référence en annexe du Traité de Maastricht.

Plus en détail

Questions / réponses - Urssaf

Questions / réponses - Urssaf Questions / réponses - Urssaf La généralisation de la complémentaire santé à toutes les entreprises entre bientôt en vigueur... et pourtant des questions demeurent. Au 1 er janvier 2016, les entreprises

Plus en détail

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer New York, 14 juin 2006-06-29 L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer Discours prononcé par Jean-Cyril Spinetta, Président-Directeur Général d AIR FRANCE

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES

MINISTERE DES FINANCES MINISTERE DES FINANCES 11 JUILLET 1997. Arrangement administratif du 11 juillet 1997 entre les Ministres des Finances belge et italien en vue d'effectuer des contrôles fiscaux simultanés, conformément

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet:

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72. PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27 février 2014 (OR. en) 5777/14 ADD 1 PV/CONS 2 ECOFIN 72 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: 3290 e session du Conseil de l'union européenne (AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 31-201 RELATIVE AU RÉGIME D'INSCRIPTION CANADIEN

INSTRUCTION GÉNÉRALE 31-201 RELATIVE AU RÉGIME D'INSCRIPTION CANADIEN RÉVOQUÉE LE 28 SEPTEMBRE 2009 VERSION ADMINISTRATIVE CONSOLIDEE : EN VIGUEUR DU 23 AOÛT 2006 AU 27 SEPTEMBRE 2009 - Ce texte est une consolidation de l'instruction générale 31-201. Cette dernière est entrée

Plus en détail

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS JUMELAGE DE VILLES DG Éducation et culture Programme d action communautaire pour la promotion de la citoyenneté européenne active RENCONTRES DE CITOYENS Appel de propositions DG EAC n 25/05 Jumelage de

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

La présentation de ce texte n est délibérément pas doctrinale. Elle répond de manière illustrée aux premières questions qu il faut se poser.

La présentation de ce texte n est délibérément pas doctrinale. Elle répond de manière illustrée aux premières questions qu il faut se poser. DROIT INTERNATIONAL PRIVE 64/2012 ROME III : LE NOUVEAU DIVORCE EUROPÉEN Le Règlement (UE) n 1259/2010 du Conseil du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi

Plus en détail