Manifestations cliniques des hypersensibilités aux biomédicaments. Dr Claire Bernier Dermato-allergologue CHU Nantes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manifestations cliniques des hypersensibilités aux biomédicaments. Dr Claire Bernier Dermato-allergologue CHU Nantes"

Transcription

1 Manifestations cliniques des hypersensibilités aux biomédicaments Dr Claire Bernier Dermato-allergologue CHU Nantes

2 Biomédicaments Réactions immédiates Réactions retardées Réactions Allergiques IgE médiées Réactions non allergiques Syndrome de relargage cytokinique Réactions Allergiques β Réactions Pharmacologiques α γ?

3 Réactions immédiates Réactions anaphylactoïdes fréquentes avec les AC monoclonaux chimériques administrés par voie intra veineuse : Infliximab (Remicade ) anti TNFα Rituximab (Mabthera ) anti CD20 Cetuximab (Erbitux ) anti EGFR Dès la première cure ou après plusieurs cures Manifestations rapides Manifestations cliniques variées : urticaire, rash, bronchospasme, douleurs abdominales, anaphylaxie et souvent fièvre Allergique/pas allergique Grave/Pas grave

4 Déterminer le grade de sévérité Grade 1 Grade 2 Grade 3 Grade 4 Grade 5 léger modéré sévère Flush ou rash transitoires Rash, ur>caire ur>caire, angioedème Anaphylaxie Décès Fièvre modérée Fièvre élevée et/ou Hypotension Bronchospasme asymptoma>que Bronchospasme symptoma>que Pas de ;t T; nécessaire T; parentéral

5 Conduite à tenir Grade 1 léger Flush ou rash transitoires Fièvre modérée Grade 2 modéré Rash, ur>caire Fièvre élevée et/ou Réduire la vitesse de perfusion +/- anti H1 +/- corticoïdes Bronchospasme asymptoma>que Traitement poursuivi sous surveillance A Barbaud Revue française d allergologie 53 (2013)

6 Conduite à tenir Grade 3 Bronchospasme symptoma>que ur>caire, angioedème Nécessité de traitement parentéral Grade 4 Anaphylaxie Arrêter la perfusion Traitement adéquat : Antihistaminique β2 mimétiques Corticoides +/- Adrénaline Prise en charge spécialisée A Barbaud Revue française d allergologie 53 (2013)

7 Réactions immédiates à l Infliximab Réactions fréquentes : 4 à 5% des patients (Crohn) 25% dès la deuxième perfusion 50% lors des 3 premières IgG anti infliximab plus fréquents? IgE retrouvés chez 26% des patients avec réaction vs 10% sans réaction Tests cutanés (IDR : IFX 1 mg/ml) semblent spécifiques (96.6%) mais peu sensibles (30,4%) Bonne corrélation entre tests cutanés et IgE A. Matucci, and A. Vultaggio, Clinical & Experimental Allergy, 2013 (43) Réactions allergiques IgE médiées

8 Réactions immédiates à l Infliximab Réactions grade 1 ou 2 : Traitement symptomatique Poursuivre le traitement en réduisant le débit de perfusion Réactions sévères : IDR, (dosage des IgE anti Infliximab) Substitution par un anti TNF humanisé (Adalimumab), Pas de réactions croisées entre anti TNF Stallmach A, Eur J Gastroenterol Hepato 2004 ; 16 : Protocoles d induction de tolérance Puchner TC,. Inflamm Bowel Dis 2001 ; 7 : cas, 11 étapes (4h) Cheifetz A,. Am. J. Gastroenterol. 98(6), (2003). 11 cas, 2 réactions Duburque C,. Aliment Pharmacol Ther 2006 Sep 1;24(5): cas, 11 étapes, 5 réactions Brennan PJ, J. Allergy Clin. Immunol. 124, Cas, 12 étapes

9 Réactions immédiates au Rituximab Fréquence des réactions variables selon l indication thérapeutique : 12% wegener, polyangéite microscopique 27% polyarthrite rhumatoïde 77% lymphomes non hogkiniens Corrélation avec la masse lymphomateuse Fréquentes dès la première perfusion

10 Urticaire localisée sur les sites atteints D Errante Ann Oncol (2006) 17 (11): Relargage cytokinique

11 Réactions immédiates au Rituximab Allergies? Sensibilité et spécificité des tests cutanés non connues IgE retrouvé uniquement dans un cas clinique Vultaggio A, Matucci A, Int Arch Allergy Immunol 2012;159(3): Si réactions sévères, tests positifs, ou patients à risque : protocoles de désensibilisations en 12 étapes (5H30) Castells MC, J. Allergy Clin. Immunol. 122(3), (2008). 3 cas Brennan PJ.J. Allergy Clin. Immunol. 124, (2009). 14 cas Madrigal-Burgaleta R Allergy 2013; 68: cas

12 Réactions immédiates au Cetuximab Cetuximab : 2 à 3% (Panitumumab <1%) Décès : 0.1% 90% des réactions dès la première perfusion Relargage cytokinique? 68% des patients réagissant au Cetuximab ont des IgE spécifiques d un oligosaccharide : résidu galactose-α 1,3 galactose (alpha-gal) présent sur des protéines de viande de mammifère et sur la partie murine du cetuximab Chung N Engl J Med 2008 Allergie IgE médiée

13 Commins J Allergy Clin Immunol 2011

14 Réactions immédiates au Cetuximab Avant la première injection : Prémédication antihistaminiques + corticoïdes Surveillance ++ Si réaction sévère : Arrêt de la perfusion Traitement adéquat Doser IgE anti α GAL, tryptase, histamine

15 Réactions immédiates au Cetuximab Substituer par AC monoclonal anti EGF humanisé Panitumumab (Vectibix) Saif MW, Cancer Chemother Pharmacol 2009 ; 63 : cas Protocoles d induction de tolérance Jerath MR. J Allergy Clin Immunol 2009 ; 123 : cas, 5 étapes Réadministration du cetuximab sous corticoïdes dès la stabilisation clinique Cerman J, Acta Oncol 2008 ; 47 : cas

16 Réactions immédiates : que retenir? Analyser la gravité +++ Grade 1 et 2 : poursuivre Grade 3 et 4 : Tests si possible Cetuximab : IgE anti αgal Infliximab : IDR,( IgE) Rituximab : IDR? Substitution par une forme humanisée si existe : Anti TNF : Adalimumab, Anti EGFR : Panitumumab Protocole d induction de tolérance si ttt nécessaire Hong DI Expert Rev Clin Immunol (1) Barbaud A Eur J Dermatol 2011;21:

17 Réactions retardées

18 Réactions retardées Plusieurs mécanismes possibles selon Pichler : Type α : Effets cytokiniques Type β : Hypersensibilité Type γ : déséquilibre immunitaire cytokinique Prévenir et traiter les effets secondaires attendus α Repérer les effets β et γ mais en ne stoppant le traitement que si besoin

19 Anti EGFR (Epidermal Growth Factor Receptor) Anticorps monoclonaux : Cetuximab (Erbitux ) K colorectal, K ORL Panitumumab (Vectibix ) K colorestal Inhibiteurs de tyrosine kinase : Erlotinib (Tarceva ) K bronchique, K pancréas Gefitinib (Iressa ) K bronchique Lapatinib (Tyverb ) Canertinib Vandetanib (Zactima )

20 Réactions retardées aux anti-egfr Effets indésirables cutanés fréquents > 80% : réactions tous grades < 15% : réactions sévères (grade 3-4) Réactions α Trouble de maturation des kératinocytes

21 Folliculite 21

22 Grade 2

23 Grade 3

24 Grade 3

25 Folliculite >75 % des patients Evolution stéréotypée : Apparition précoce : 3-15 jours Intensité maximale : 1 ère - 4 ème semaine Tendance à l amélioration spontanée Guérison à l arrêt du traitement en qq semaines Corrélation positive entre la survenue et l intensité de l éruption et la réponse tumorale et la survie globale 1 Robert C, et al. Lancet Oncol 2005; 6(7): Segaert S, Van Cutsem E. Ann Oncol 2005; 16(9): Agero AL, et al. Journal of the American Academy of Dermatology 2006; 55(4): Galimont- Collen AF, et al. Eur J Cancer 2007; 43(5):

26 Erythème facial Erythème fluctuant du visage Flush Sensation d inconfort Télangiectasies fréquentes

27 Xérose cutanée 1/3 des patients Après 1 à 3 mois de traitement Complications : Prurit 1/3 des patients Fissures des extrémités 20% A 6 mois: 100% xérose 50% fissures

28

29 Paronychies 10 à 25% des patients Après 1 mois de traitement Gros orteils ++ Inflammation des replis péringuéaux Aspect de pseudo ongle incarné

30 Évolution vers granulome pyogénique ou botriomycome

31 Modification des phanères Trichomégalie ciliaire Hypertrichose

32 Modification des phanères Cheveux fins, secs, cassants, «paille» Alopécie en bandeau

33 Réactions retardées aux anti EGFR Réaction de type alpha Trouble de maturation des kératinocytes PRIDE Papulopustules, Paronychies Anomalie de Régulation des poils Itching Dryness Eczéma craquelé

34 Réactions retardées aux Anti TNF Infliximab : Remicade Adalimumab : Humira Etanercept : Enbrel Peu d effet α Effet β mais le plus souvent non grave Effets γ

35 Réactions retardées aux Anti TNF Réactions aux points d injection Etanercept 14 à 37 % Adalimumab 3,2% Apparition en 24h, disparition en 3 à 5j Histologie : infiltrat T CD8+ Moins fréquentes après un mois de traitement (accoutumance?) Pas de CI à la poursuite du traitement

36 Hypersensibilité retardée aux anti TNF Hypersensibilité retardée <1% IDR 5mg/ml Ada et Eta seraient spécifiques

37 Hypersensibilité retardée aux anti TNF Réactions graves exceptionnelles : 2 cas de syndrome de Stevens Johnson Mounach A Rheumatol Int May;33(5): Salama M, Lawrance IC World J Gastroenterol Sep 21;15(35):

38 Réactions retardées aux Anti TNF Effet γ (sécrétion accrue d interferon alpha) Eczéma : 6 à 30% des patients Psoriasis «paradoxal» 1 à 5 % des patients Apparition en quelques semaines à plusieurs mois ou années Effet classe

39 Psoriasis pustuleux palmo plantaire

40 Psoriasis pustuleux dans zones inhabituelles : pubis, creux axillaires

41 Psoriasis du cuir chevelu

42 Antiangiogéniques Anti VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor) Anticorps monoclonal : Bévacizumab (Avastin) : cancer colorectal, bronchique, rénal et du sein Inhibiteurs de tyrosine kinase : Sorafenib (Nevaxar) : cancer du rein et hépatocarcinome Sunitinib (Sutent) : cancer du rein et tumeurs stromales Manifestations dermatologiques fréquentes

43 Rash érythémateux Erythème face et cuir chevelu Très fréquent Apparition en 1 à 3 semaines Disparition spontanée en 2 mois Effet γ

44 Rash érythémateux Eruptions maculopapuleuses ou eczématiformes 13% avec sunitinib 10 à 21% avec sorafenib Premières semaines de traitement Mécanisme inconnu Photo V Descamps

45 1 cas de syndrome de Stevens-Johnson avec le Sorafenib Ikeda M Urol Int. 2013;91(4):482-3 Photo V Descamps

46 Sunitinib ++ Oedème du visage

47 Syndrome mains-pieds Après 2 à 4 semaines 10 à 63% avec sorafenib 10 à 28% avec sunitinib Hyperkératose aux points d appui Halo inflammatoire périlésionnel Evolution bulleuse possible

48 Modification des phanères Alopécie fréquente Modification de la structure des cheveux, qui deviennent plus secs et plus frisés Dépigmentation des phanères

49 Imatinib (Glivec) Effets cutanés fréquents : Œdème palpébral ++ (65%) ou généralisé (37%) Exanthèmes maculopapuleux (13%) Prurit (7%) Eruptions lichénoides ou psoriasiformes décrites Effets secondaires corrélés à la posologie Effet pharmacologique Sodergren SC, et al. Crit Rev Oncol/Hematol (2014)

50 Imatinib (Glivec) Toxidermies sévères décrites : PEAG : 4 cas DRESS : 2 cas NET : 2 cas Pretel-Irazabal M, et al. Actas Dermosifiliogr. 2013

51 Conclusion Réactions immédiates lors des perfusions fréquentes Pour les réactions sévères tester (Cetuximab, Infliximab) Si molécule nécessaire au patient switcher avec molécule humanisée ou proposer induction de tolérance sous surveillance Effets secondaires cutanés retardés très fréquents avec les biologiques Le plus souvent effets pharmacologiques α ou effet γ Réactions d hypersensibilité vraies β existent le plus souvent peu graves, mais toxidermies sévères décrites notamment avec l Imatinib

52 Biomédicaments Réactions immédiates Réactions retardées Réactions Allergiques IgE médiées Réactions non allergiques Syndrome de relargage cytokinique Réactions Allergiques β Réactions Pharmacologiques α γ Infliximab cetuximab Rituximab Anti TNF Imatinib Anti TNF Anti VEGF Anti EGFR

Les anticorps monoclonaux Des médicaments commes les autres?

Les anticorps monoclonaux Des médicaments commes les autres? Les anticorps monoclonaux Des médicaments commes les autres? Pr. Gilles Paintaud Université et CHRU de Tours EA 3853 IPGA Immuno-Pharmaco- Génétique des Anticorps thérapeutiques Equipe 7 UMR CNRS Pharmacologie

Plus en détail

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes

DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes Dr Hélène SENELLART Centre R. Gauducheau, Nantes 4 février 2009 DU Oncogériatrie Session 2008/2009 UPCOG - Université de Nantes partie professionnelle

Plus en détail

10/04/2015 MUCITE : Effets secondaires cutanés des traitements utilisés en oncologie ERUPTIONS CUTANEES CYTOTOXIQUES

10/04/2015 MUCITE : Effets secondaires cutanés des traitements utilisés en oncologie ERUPTIONS CUTANEES CYTOTOXIQUES Effets secondaires cutanés des traitements utilisés en oncologie Effets cytotoxiques dose-dépendants : Eruptions disséminées Erythème acral Mucite Anomalies unguéales Syndrome main-pied Réactions d hypersensibilité

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015

Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015 Dr GALAIS Marie-Pierre CLCC François Baclesse Dr BIGNON-BRETAGNE Anne-Laure CHU de CAEN Vendredi 3 Avril 2015 Les thérapies ciblées Cancer colorectal métastatique Anti VEGF Bévacizumab Aflibercept Anti

Plus en détail

Prescription des anticancéreux chez l insuffisant rénal Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Paris

Prescription des anticancéreux chez l insuffisant rénal Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Paris Prescription des anticancéreux chez l insuffisant rénal Dr. Vincent Launay-Vacher, PharmD Paris 1 IR et Cancer : C est fréquent France : études IRMA-1 and IRMA-2 1,2 : 4684 et 4945 patients (tous types

Plus en détail

THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES

THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES THERAPEUTIQUES CIBLEES GESTION DES EFFETS SECONDAIRES Dr Anne-Claire Hardy-Bessard Clinique Armoricaine CHIMIOTHERAPIE Médicament Cellule normale Cellule cancéreuse CHIMIOTHERAPIE : Action dans la totalité

Plus en détail

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support

Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Thérapies ciblées: Prise en charge en soins de support Dr Stéphanie Träger - CH SENLIS Coordination Soins de Support en Oncologie Principaux effets secondaires Digestifs: Nausées / Vomissements, diarrhées,

Plus en détail

Effets dysimmunitaires des biothérapies. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris

Effets dysimmunitaires des biothérapies. Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Effets dysimmunitaires des biothérapies Pr Hervé Bachelez, Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Louis, Paris Déclaration de conflits d intérêts Activités de consultant : Abbott Centocor Janssen-Cilag

Plus en détail

Thérapies ciblées et sujets âgés

Thérapies ciblées et sujets âgés Thérapies ciblées et sujets âgés Dr Marie-Paule Sablin Service inter-hospitalier Beaujon-Bichat de cancérologie Le plan Que sont les thérapies ciblées? Leurs indications En pratique chez les sujets agés

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins

Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins Les cancers cervico-faciaux Au carrefour des soins CHU de Charleroi Dr Dany Brohée Oncologie médicale Chef de service d'oncologie et hématologie Ailier chimiothérapeute de l'équipe Tête&Cou Le traitement

Plus en détail

Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques

Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques 28 février 2013 Denis Comte Chef de clinique Service d immunologie et allergie CHUV Introduction 75 millions d examens radiologiques avec injections

Plus en détail

Thérapies ciblées : toxicités digestives. Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil

Thérapies ciblées : toxicités digestives. Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil Thérapies ciblées : toxicités digestives Christophe TOURNIGAND Service d oncologie médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil Introduction Toxicités fréquentes Dose-limitantes Altération de la QOL Toxicité

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

Les anti-egfr. Toxicité cutanée des anti-egfr. La folliculite. La folliculite 23/03/2011

Les anti-egfr. Toxicité cutanée des anti-egfr. La folliculite. La folliculite 23/03/2011 E.P.U. TECHNIQUES DÉDIÉES EN RADIOTHERAPIE Toxicité cutanée des anti-egfr Dr M. BEZIER Service de Dermatologie 24/03/2011 Les anti-egfr Utilisés dans le traitement des carcinomes digestifs et ORL métastatiques,

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille Psoriasis Nouvelles thérapeutiques Dr Franck Delesalle Clinique i Dermatologique CHRU Lille Traitements locaux Thérapeutiques usuelles Émollients, Eucérin, Psoriane, Kératolytiques urée 10 % Eucérin, Ac

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière

Stéphane Vignot. 11 septembre 2008. Service d'oncologie Médicale Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot 11 septembre 2008 Service d'oncologie Médicale Traitements en Oncologie Chirurgie Radiothérapie Chimiothérapie cytotoxique Hormonothérapie Thérapies Moléculaires

Plus en détail

Quelle est d'après vous la ou les différences entre chimiothérapie anticancéreuse et thérapies ciblées?

Quelle est d'après vous la ou les différences entre chimiothérapie anticancéreuse et thérapies ciblées? Item 141 de l ENC: Chimiothérapies Thérapies ciblées Traitements des cancers: chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, i i hormonothérapie. La décision i thérapeutique ti multidisciplinaire et l information

Plus en détail

Anaphylaxie & angiœdèmes

Anaphylaxie & angiœdèmes Anaphylaxie & angiœdèmes DESC médecine d urgence Février 2016 Dr MEYNIEU P-E Pôle des Urgences Hôpital Pellegrin, Bordeaux 1/ Identifier le type d angiœdème 2/ Evaluer la gravité de la crise 3/ Mettre

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT CHMP 22/01/15 1

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT CHMP 22/01/15 1 ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT CHMP 22/01/15 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT MabThera 500 mg solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml contient

Plus en détail

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008

Angiogénèse. Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Angiogénèse Myriam DECAUSSIN 13 Mai 2008 Définition Vasculogénèse : différenciation du mésoderme en cellules endothéliales (embryogénèse) Angiogénèse : formation de nouveaux vaisseaux à partir du lit vasculaire

Plus en détail

DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE?

DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE? DANS L AMBIANCE DU PSORIASIS, QUAND PENSER A UNE MALADIE AUTOINFLAMMATOIRE? Dr Maryam PIRAM Dermatologie pédiatrique Service de Rhumatologie pédiatrique, Centre de Référence des maladies auto-inflammatoires

Plus en détail

La désensibilisation. Pierre-Olivier Girodet. Pharmacologie

La désensibilisation. Pierre-Olivier Girodet. Pharmacologie La désensibilisation Pierre-Olivier Girodet Pharmacologie Désensibilisation I. Mécanismes II. Indications, modes d administration III. Contre-indications, précautions d emploi IV. Effets indésirables V.

Plus en détail

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Anti TNF α et Tuberculose DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Rôle TNF alpha Cytokine pro inflammatoire produite par les macrophages, monocytes, exprimé par LT, LB Recrutement et activation des macrophages

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les biotéhrapies

Ce qu il faut savoir sur les biotéhrapies Ce qu il faut savoir sur les biotéhrapies Samy Slimani 1,2 1 CHU Benflis Touhami, Batna 2 Université Hadj Lakhdar, Batna 20 ème Congrès de la SAMI 17 mai 2014 Plan C est quoi une biothérapie? Biothérapies

Plus en détail

Eruptions acnéiformes

Eruptions acnéiformes Eruptions acnéiformes À RETENIR M Très fréquentes, les folliculites acnéiformes sont considérées comme un effet attendu du traitement. M Il ne s agit pas d une vraie acné (pas de comédons ni de microkystes).

Plus en détail

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr

Les thérapies ciblées antiangiogéniques. Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Les thérapies ciblées antiangiogéniques en cancérologie Dr Mathieu Laramas Pôle de cancérologie CHU Grenoble mlaramas@chu-grenoble.fr Objectifs pédagogiques Donner une définition des thérapies ciblées

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900

Programme SHIVA. Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Programme SHIVA Dr Christophe Le Tourneau Institut Curie Département d Oncologie Médicale Unité d Investigation Clinique INSERM U900 Institut Curie Jeudi 29 novembre 2012 Introduction Chirurgie 20 ème

Plus en détail

Allergie aux ß- lactamines Mythes et Réalités

Allergie aux ß- lactamines Mythes et Réalités 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Allergie aux ß- lactamines Mythes et Réalités Véronique Hentgen Robert Cohen 1 Vous recevez dans votre cabinet le petit Leo Vous devez lui

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante

METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante METASTASES CEREBRALES «CHMIOTHERAPIE» Prise en charge multimodale, -Traitements locaux -Traitements par «chimiothérapie» : vers une part croissante «Chimiotherapie» = chimiothérapies (cytotoxiques) et

Plus en détail

ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques

ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques ANGIOEDEMES NON-HISTAMINIQUES Aspects cliniques et biologiques David LAUNAY Service de Médecine Interne Centre National de Référence de la Sclérodermie Hôpital Claude-Huriez CHRU Lille Sylvain DUBUCQUOI

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Produits de contraste et Allergie : Hypersensibilité de type immédiat

Produits de contraste et Allergie : Hypersensibilité de type immédiat Fiche de recommandation pour la pratique clinique Produits de contraste et Allergie : Hypersensibilité de type immédiat Définitions Ces recommandations concernent les produits de contraste iodés et gadolinés.

Plus en détail

Chimiothérapie aux soins intensifs

Chimiothérapie aux soins intensifs Chimiothérapie aux soins intensifs Dr Thierry Berghmans Service des soins Intensifs et urgences oncologiques & Clinique d oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Aucun conflit d intérêt à déclarer Littérature

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de suspicion d allergie en consultation et au bloc opératoire. Martine Drouet

Conduite à tenir en cas de suspicion d allergie en consultation et au bloc opératoire. Martine Drouet 17 ème ICAR 26 et 27 novembre 2010 Lyon 1 Conduite à tenir en cas de suspicion d allergie en consultation et au bloc opératoire Martine Drouet Unité Allergologie 2 allée des cèdres - CHU 49933 Angers cx

Plus en détail

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 1 Introduction LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 2 La polyarthrite rhumatoïde est une maladie caractérisée par une inflammation chronique du tissus synovial. Dr Myriam RAZGALLAH KHROUF A-H-U-pharmacologie,

Plus en détail

Réactions cutanées indésirables des. monoclonaux

Réactions cutanées indésirables des. monoclonaux Réactions cutanées indésirables des traitements par Anticorps monoclonaux C. Piérard-Franchimont (1, 2), G.E. Piérard (3) RÉSUMÉ : Nombreux sont les effets cutanés indésirables qui peuvent se manifester

Plus en détail

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Isabelle Morard Service d hépato-gastroentérologie Service de transplantation Juin 2013 J hepatol 2012 Hepatology 2011 CHC: épidémiologie Cibler les populations

Plus en détail

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie

Pr. Pascal HAMMEL. La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas. Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Pr. Pascal HAMMEL La chimiothérapie de l adénocarcinome du pancréas Connaître les indications Savoir quand ne pas faire de chimiothérapie Conflits d intérêts Dr Pascal HAMMEL Laboratoires AMGEN Chimiothérapie

Plus en détail

Conférence FLASH DERMATO

Conférence FLASH DERMATO Conférence FLASH DERMATO Item 109: Acné Séborrhée + kératinisation infundibulaire + propionibacterium acnes => inflammation chronique follicule pilosébacée Diagnostic clinique: Séborrhée Lésions rétentionnelles:

Plus en détail

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN

LA PROLIFÉRATION CELLULAIRE. Pr J-L. MERLIN ASECTS MOLÉCULAIRES DE LA ROLIFÉRATION CELLULAIRE r J-L. MERLIN ASECTS MOLECULAIRES DE LA ROLIFERATION «Vers de nouvelles cibles thérapeutiques» r. Jean-Louis Merlin Faculté de harmacie, Université Henri

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 6 août 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1021239A

Plus en détail

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical

Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux. Dr William Jacot, Oncologue Médical Les Thérapies Ciblées les plus utilisées dans les Traitements Anti-Cancéreux Dr William Jacot, Oncologue Médical Thérapies Ciblées Définition Anomalies moléculaires spécifiques des cellules tumorales Molécules

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

Item 141 TRAITEMENTS MÉDICAUX EN CANCÉROLOGIE

Item 141 TRAITEMENTS MÉDICAUX EN CANCÉROLOGIE Item 141 TRAITEMENTS MÉDICAUX EN CANCÉROLOGIE Item N 141 - Traitement des cancers : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie. La décision thérapeutique multidisciplinaire et l'information

Plus en détail

Grossesse et biothérapies Quoi de neuf? Thao PHAM Marseille

Grossesse et biothérapies Quoi de neuf? Thao PHAM Marseille Grossesse et biothérapies Quoi de neuf? Thao PHAM Marseille Grossesse et Biothérapies Biothérapies : Révolution de la prise en charge des RI, MICI et psoriasis Efficacité Tolérance Mise en place de registres

Plus en détail

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne?

Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pourquoi la stéréotaxie fonctionne? Pr Georges NOEL Département universitaire de radiothérapie Centre Paul Strauss Pr Georges noel 8ème printemps de l AFCOR 28-30 mars 2014 Métastases cérébrales Adénocarcinome

Plus en détail

Évaluation en pratique clinique du dosage combiné: d'infliximab, d'anticorps antimédicament

Évaluation en pratique clinique du dosage combiné: d'infliximab, d'anticorps antimédicament Évaluation en pratique clinique du dosage combiné: d'infliximab, d'anticorps antimédicament et de TNF-. Service d immunologie et allergie Matthieu Perreau TNF- : molécule de l inflammation TNF- est associé

Plus en détail

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS survie 100 90 80 70 «L ECHEC» DES ANTI TNF Adalimumab Infliximab Etanercept A priori NS 1 mais sur une autre étude 2 à un an infliximimab 0.81 +

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 23 mars 2012

Communiqué de presse. Bâle, le 23 mars 2012 Communiqué de presse Bâle, le 23 mars 2012 Herceptin de Roche injecté par voie sous-cutanée offre un plus grand confort au patient et réduit les coûts de la prise en charge globale par rapport à une perfusion

Plus en détail

Quinine Quinidine Méfloquine

Quinine Quinidine Méfloquine En effet, les monographies de la quinine (monographie de l APhC) et de la quinidine (Biquin Durules MD ) mentionnent un risque d allergie croisée entre ces deux isomères, mais il n est pas fait mention

Plus en détail

Les traitements ciblés développés

Les traitements ciblés développés indésirables cutanés des traitements ciblés en cancérologie Résumé : Les résultats prometteurs obtenus par de nouvelles molécules anticancéreuses au mode d action plus ciblé que les chimiothérapies anticancéreuses

Plus en détail

Expression cutanée des reactions médicamenteuses

Expression cutanée des reactions médicamenteuses Expression cutanée des reactions médicamenteuses Dr. med. Thomas Harr, MA Unité d allergologie Service d immunologie et d allergologie Département de médecine interne Hôpitaux Universitaires de Gèneve

Plus en détail

Les effets secondaires de la chimiothérapie FMC Mardi 4 Juin 2013

Les effets secondaires de la chimiothérapie FMC Mardi 4 Juin 2013 Docteur Nathalie Leriche C H Dron Tel : 03 20 69 44 88 Fax : 03 20 69 45 99 Mail : nleriche@ch-tourcoing.fr Les effets secondaires de la chimiothérapie FMC Mardi 4 Juin 2013 w Effets secondaires Cardiovasculaires

Plus en détail

Alpha-gal. ou Galactose α1,3-galactose. D.Giamarchi Hôpital de Montauban

Alpha-gal. ou Galactose α1,3-galactose. D.Giamarchi Hôpital de Montauban Alpha-gal ou Galactose α1,3-galactose D.Giamarchi Hôpital de Montauban Acte I: allergie immédiateau cetuximab Chung. C. Platts-Mills. NEJM 2008 Mar 13;358(11): 1109-17 Cetuximab-induced anaphylaxis and

Plus en détail

Biothérapies en rhumatologie. Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen

Biothérapies en rhumatologie. Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen Biothérapies en rhumatologie Dr Isabelle Barbier clinique Saint Hilaire Rouen Les cytokines Messagers solubles de nature protéique synthétisées par les cellules du système immunitaire, ou par d autres

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Vectibix 20 mg/ml solution à diluer pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque ml de solution à diluer

Plus en détail

Conditions de l AMM 1

Conditions de l AMM 1 Page 1 de 9 RECOMMANDATIONS CONCERNANT L UTILISATION DES IMMUNOMODULATEURS BIOLOGIQUES OU «BIOTHÉRAPIES» DANS LES MALADIES INFLAMMATOIRES À MÉDIATION IMMUNITAIRE (IMID) VERSION COURTE 1. INTRODUCTION Les

Plus en détail

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes?

Cancer bronchique non à petites cellules. Première ligne, et après? Combien de lignes? Cancer bronchique non à petites cellules Première ligne, et après? Combien de lignes? Christos Chouaid ( Créteil) Liens d intérets Au cours de ces 5 dernières années, j ai perçu des honoraires ou des financements

Plus en détail

THERAPIES CIBLEES. Mécanismes en jeu et classes thérapeutiques. Sophie Perrin Christine Fagnoni-Legat UPCO Pôle pharmaceutique

THERAPIES CIBLEES. Mécanismes en jeu et classes thérapeutiques. Sophie Perrin Christine Fagnoni-Legat UPCO Pôle pharmaceutique THERAPIES CIBLEES Mécanismes en jeu et classes thérapeutiques Sophie Perrin Christine Fagnoni-Legat UPCO Pôle pharmaceutique 50 ans de traitement des cancers Traitements «conventionnels» Chirurgie, RT,

Plus en détail

COPACAMU 2009 Pr François BERTRAND

COPACAMU 2009 Pr François BERTRAND LE SUIVI D UN ALLERGIQUE APRES SON PASSAGE AU SAU COPACAMU 2009 Pr François BERTRAND Le rôle de prévention secondaire fait partie de la tâche du parfait petit urgentiste..mais ce dernier est souvent pris

Plus en détail

MONOGRAPHIE. Pr RITUXAN. rituximab. Solution à 10 mg/ml pour perfusion intraveineuse. Norme reconnue. Antinéoplasique

MONOGRAPHIE. Pr RITUXAN. rituximab. Solution à 10 mg/ml pour perfusion intraveineuse. Norme reconnue. Antinéoplasique MONOGRAPHIE Pr RITUXAN rituximab Solution à 10 mg/ml pour perfusion intraveineuse Norme reconnue Antinéoplasique Hoffmann-La Roche Ltée 7070 Mississauga Road Mississauga (Ontario) L5N 5M8 Date d approbation

Plus en détail

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Stratégies de maintenance dans le CBNPC en 2013 Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse 6 décembre 2013 Traitement du CBNPC Evolution du traitement des CBNPC métastatiques

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

Prévention de l allergie in utero et en période néonatale

Prévention de l allergie in utero et en période néonatale Prévention de l allergie in utero et en période néonatale P. Tounian Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institut de Cardiométabolisme

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 148 - Février 2015 SOMMAIRE 1) Physiopathologie des réactions allergiques 2) Allergie aux béta-lactamines 3) En pratique 4) Quizz Le mot de la rédaction Les symptômes d une allergie

Plus en détail

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet

Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs et Urgences & Clinique d Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet Thérapies ciblées dans les cancers bronchiques non à petites cellules. Les cibles utilisées actuellement : Description et valeurs prédictives et pronostiques Dr Thierry Berghmans Service des Soins Intensifs

Plus en détail

Les chimiothérapies du cancer colorectal :

Les chimiothérapies du cancer colorectal : Les chimiothérapies du cancer colorectal : Facteurs prédictifs d efficacité des thérapies ciblées Pr Thierry CONROY Centre Alexis Vautrin et CHU de Nancy La voie d EGFR EGF TGFα ligands EGF-r surexprimé

Plus en détail

Poumon Cible : EGFR. Efficace si. Cancer bronchique métastatique. Gefitinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr Erlotinib ( )

Poumon Cible : EGFR. Efficace si. Cancer bronchique métastatique. Gefitinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr Erlotinib ( ) Poumon Cible : EGFR Cancer bronchique métastatique Gefitinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr Erlotinib ( ) 1 ère ligne avec mutations activatrices de l'egfr En 2 ème ligne après une

Plus en détail

MALADIES AUTO- INFLAMMATOIRES PRATIQUES POUR LES FRANCOPHONES

MALADIES AUTO- INFLAMMATOIRES PRATIQUES POUR LES FRANCOPHONES MALADIES AUTO- INFLAMMATOIRES PRATIQUES POUR LES FRANCOPHONES Atelier pratique du Samedi 17 octobre: La bonne utilisation des biothérapies Perrine Dusser-Benesty Chef de Clinique Service de Rhumatologie

Plus en détail

Deux cas de réactions aux biologiques. Dr Samuel Chappuis Chef de clinique, IAL

Deux cas de réactions aux biologiques. Dr Samuel Chappuis Chef de clinique, IAL Deux cas de réactions aux biologiques Dr Samuel Chappuis Chef de clinique, IAL Plan 2 présentations de cas Mécanismes physiopathologiques Types de réaction Bilan allergologique Facteurs de risque Mesures

Plus en détail

1. Immunothérapie sublinguale au Pollen de Graminées : (ITSL au PG)) Données récentes :

1. Immunothérapie sublinguale au Pollen de Graminées : (ITSL au PG)) Données récentes : ACTUALITES BIBLIOGRAPHIQUES EN ALLERGOLOGIE - Octobre2011 Claude MOLINA* et Jacques GAYRAUD** 1. Immunothérapie sublinguale au Pollen de Graminées 2. Urticaire chronique traitée par une seule dose d Omalizumab

Plus en détail

Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris

Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris Julien TAIEB, Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Hôpital Européen Georges Pompidou Paris Le Cancer colorectal Tumeur développée sur le gros intestin Séquence polype cancer Diagnostic

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

Traitements de l allergie

Traitements de l allergie Définition Traitements de l allergie Dr Bruno RICHARD Service d Hématologie-Oncologie C.H.U. Nîmes Allergie : Réponse immunitaire d hypersensibilité qui fait suite à l introduction de substances antigéniques

Plus en détail

L allergologie moléculaire en pratique : l alpha-gal Habib Chabane (Paris) 4 et 10 septembre 2015

L allergologie moléculaire en pratique : l alpha-gal Habib Chabane (Paris) 4 et 10 septembre 2015 L allergologie moléculaire en pratique : l alpha-gal Habib Chabane (Paris) 4 et 10 septembre 2015 Liens d intérêt Contrat orateur avec la société Thermo Scientific Informations Les cas cliniques présentés

Plus en détail

Effets secondaires cutanéo-muqueux des thérapies ciblées. Dr Damien Giacchero Dermatologue Centre Antoine Lacassagne, Nice

Effets secondaires cutanéo-muqueux des thérapies ciblées. Dr Damien Giacchero Dermatologue Centre Antoine Lacassagne, Nice Effets secondaires cutanéo-muqueux des thérapies ciblées Dr Damien Giacchero Dermatologue Centre Antoine Lacassagne, Nice «Histoire» de la cancérologie Les cytotoxiques - Les Anthracyclines - Les Taxanes

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels

Plus en détail

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale

Chimiothérapie : quel bénéfice? Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale 100 90 80 Chimiothérapie : quel bénéfice? Survie globale Différence : 4 % (p < 0.0001) MACH-NC Meta-Analysis of Chemotherapy in Head & Neck Cancer % Control CT 70 60 50 40 30 20 10 0 54 % 50 % 36 % 32

Plus en détail

ALLERGIES MEDICAMENTEUSES

ALLERGIES MEDICAMENTEUSES ALLERGIES MEDICAMENTEUSES Conduite pratique du diagnostic Professeur Pascal DEMOLY Exploration des Allergies Maladies Respiratoires - INSERM U454 Hôpital Arnaud de Villeneuve CHU de Montpellier ALLERGIES

Plus en détail

Quizz de Dermatologie Pédiatrique

Quizz de Dermatologie Pédiatrique Quizz de Dermatologie Pédiatrique Juliette Mazereeuw-Hautier Services de Dermatologie Toulouse IXème Journée toulousaine de Pneumo-Allergologie Pédiatrique 16 Novembre 2006 -Age: 2 mois -Int libre / naissance

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

Étude des mutations PIK3CA

Étude des mutations PIK3CA Étude des mutations PIK3CA Application dans les cancers du sein et les cancers colorectaux métastatiques Alexandre Harlé a.harle@nancy.unicancer.fr Centre Alexis Vautrin Unité de Biologie des tumeurs Département

Plus en détail

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique?

Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Anti EGFR ou anti VEGF en 1ère ligne dans le cancer colorectal métastatique? Mardi 7 octobre 2014 Centre des Congrès d Aix-Les-Bains Dr Emmanuel Maillard, Dr Fabien Stenard Cancer colorectal métastatique:

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Remicade 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque flacon contient

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT (MAJ 06/05) 1/5 RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT DENOMINATION MINOXIDIL COOPER 2 pour cent, solution pour application cutanée en flacon COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Minoxidil... 1,2 g

Plus en détail

Quelle prise en charge pour les éruptions paradoxales induites par les inhibiteurs du TNF? Pr François AUBIN, Besançon

Quelle prise en charge pour les éruptions paradoxales induites par les inhibiteurs du TNF? Pr François AUBIN, Besançon Vendredi 7 Octobre 2011 Institut Pasteur, Paris Quelle prise en charge pour les éruptions paradoxales induites par les inhibiteurs du TNF? Pr François AUBIN, Besançon Eruptions paradoxales induites par

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail