641/644 Rémunérations du personnel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "641/644 Rémunérations du personnel"

Transcription

1 comptes, des rémunérations versées aux 5 ou 10 personnes les mieux rémunérées. Toutefois, le montant global des rémunérations versées à ces personnes les mieux rémunérées n a pas à être communiqué lorsque l effectif n est pas supérieur à 5 (rép. Lorenzini, JO 27 octobre 1986, AN quest. p. 3942) ; de vérifier la rémunération allouée aux dirigeants en conformité des délibérations du conseil d administration ou du conseil de surveillance pour les sociétés anonymes et de l assemblée générale des associés pour les SARL ; de s assurer que tous les avantages en nature ont bien été portés sur les bulletins de paie ; de veiller à la bonne tenue du registre d entrée et de sortie du personnel ; de s assurer de l exactitude du montant des charges sociales ; pour les personnes morales soumises à l annexe développée, de donner dans la mesure où l information est significative : la ventilation par catégorie de l effectif moyen salarié, d une part, et mis à la disposition de l entreprise pendant l exercice, d autre part ; le montant des rémunérations allouées au titre de l exercice aux membres des organes d administration, de direction et de surveillance à raison de leurs fonctions ; ces informations sont données de façon globale pour chaque catégorie. Toutefois, elles peuvent ne pas être fournies lorsqu elles permettent d identifier la situation d un membre déterminé de ces organes. Comptes 641/644 Rémunérations du personnel Rémunération du travail de l exploitant 641 Rémunérations du personnel Salaires, appointements Congés payés Primes et gratifications Indemnités et avantages divers Supplément familial. 644 Rémunération du travail de l exploitant. Comptable Salaires, appointements, commissions de base (compte 6411) Montant brut avant déduction des cotisations salariales. Le compte 6411 regroupe le montant brut des rémunérations avant déduction des cotisations sociales à la charge des salariés. Ces rémunérations brutes sont enregistrées au débit du compte 6411 en contrepartie du compte 421 «Rémunérations dues au personnel». Maintien de salaire. En cas de maintien de salaire suite à une maladie, un accident ou lors d un congé maternité, l employeur est fréquemment subrogé dans les droits du salarié vis-à-vis des organismes sociaux ou est amené à faire l avance au salarié des indemnités journalières de sécurité sociale. Dès le mois où le salarié est absent, les indemnités avancées au salarié peuvent, à notre avis, être enregistrées au débit du compte 4387 «Organismes sociaux Produits à recevoir» en contrepartie du compte 641 (crédité). Lorsque les indemnités sont remboursées à l employeur, le compte de trésorerie concerné est débité en contrepartie du compte 4387 (crédité). Rémunérations versées au conjoint salarié de l exploitant individuel. Les rémunérations versées au conjoint de l exploitant individuel, lorsqu il a le statut de salarié, sont à porter au compte 641 et non au compte

2 D un point de vue fiscal, ces rémunérations sont déductibles sous certaines conditions (voir ci-après, partie fiscale). Congés payés (compte 6412) La détermination de l exercice de rattachement de la charge liée aux congés payés fait l objet de développements au compte 42 «Personnel et comptes rattachés». Prime «dividendes» La prime «dividendes» instaurée par la loi du 28 juillet 2011 a la nature d une charge de personnel à comptabiliser au compte 641, dans la subdivision 6413 «Primes et gratifications». Compte tenu de son régime social de faveur, cette prime pourra être isolée dans une subdivision spécifique de ce compte (voir RF Comptable 386, septembre 2011, pp. 17 à 21). Toutefois, si la prime est remplacée par un avantage pécuniaire non obligatoire (supplément d intéressement, prévoyance ), cet avantage est comptabilisé selon sa nature propre. Indemnités et avantages divers (compte 6414) Sont notamment portées à ce compte : les indemnités allouées au personnel et correspondant à des remboursements globaux ou forfaitaires de frais, quels qu en soient l objet et la durée, telles qu indemnité pour frais de transport, de déplacement, de représentation ou indemnité dite «de panier» ; quant aux remboursements de frais réels, ils doivent être classés selon la nature propre des frais avancés dans les divers comptes de charges ; la contrepartie d avantages en nature non fournis ; les indemnités de préavis ou de licenciement ; les sommes versées au titre de l intéressement des salariés. Exercice de rattachement Principe. Les rémunérations dues à la clôture de l exercice sont à inclure dans les charges de l exercice par le crédit du compte 421 «Personnel Rémunérations dues» ou par le crédit du compte 428 «Charges à payer et produits à recevoir». Les cotisations sociales de toute nature à la charge de l entreprise constituent des charges de l exercice au cours duquel l activité a été génératrice des faits ou situations entraînant leur exigibilité immédiate ou différée (CNC, bull. 49, 4 e trim. 1981, p. 14). Accords de modulation horaire. Est à porter en «Charges constatées d avance» le crédit d heures non travaillées provenant des accords de modulation horaire (c. trav. art. L ) lorsque la clôture de l exercice social intervient avant la fin de la durée contractuelle de modulation (Économie et comptabilité 197, décembre 1996, p. 35 ; CNCC, bull. 122, juin 2001, pp. 345 à 347). Toutefois, l évaluation des charges à reporter sur l exercice suivant doit être faite dans le respect de la règle de prudence en fonction des informations disponibles à la date de l arrêté des comptes (CNCC, bull. 122 précité). Prime «dividendes». À la clôture de l exercice, un passif est comptabilisé si une obligation existe à cette date (PCG art ). L obligation peut être d ordre légal, réglementaire ou contractuel. Elle peut également résulter des pratiques passées de l entité, de sa politique affichée ou d engagements suffisamment explicites qui ont créé une attente légitime des tiers concernés sur le fait qu elle assumera certaines responsabilités (PCG art ). Du point de vue comptable, selon l ANC, l obligation de l entreprise envers ses salariés naît à la date de décision de l assemblée générale ayant voté la distribution de dividendes en augmentation par rapport à la moyenne des deux exercices précédents (ANC, règlt du 10 novembre 2011, arrêté du 27 décembre 2011). La prime est comptabilisée en charge selon les modalités prises dans l accord ou, à défaut d accord, selon le procès-verbal de désaccord précisant le montant de la prime que l employeur s engage à verser unilatéralement. En conséquence, à la clôture de l exercice 2011, il y aura lieu de comprendre, dans les charges de l exercice, la prime attribuée en 2011 au titre de l exercice En revanche, il n y a pas lieu de constater un passif pour la prime qui serait à attribuer en 2012 au titre de l exercice REMARQUE L ANC ne traite pas du cas de la distribution d un acompte sur dividendes. À notre avis, une provision serait à constituer à la clôture de l exercice 2011 en cas de décision prise avant la date de clôture de versement d un acompte sur dividendes dont le montant est en hausse par rapport aux dividendes versés au titre des deux exercices précédents. Avantages en nature Principes. Malgré la tolérance de l administration fiscale, lorsque les avantages en nature COMPTES 641/

3 représentent une part importante de la rémunération des salariés, il est intéressant de pouvoir les faire apparaître en charges de personnel, mais cette imputation ne doit pas faire double emploi avec la charge enregistrée au moment de la dépense. Le montant de l avantage est débité à un souscompte du compte 641 «Charges de personnel» comme, par exemple, l utilisation du compte 6414 ou la création du compte 6417 «Avantages en nature». La contrepartie du compte 641 varie selon les trois cas de figure suivants. Avantages en nature indépendants de l activité de l entreprise. Lorsque les avantages en nature accordés aux salariés sont indépendants de l activité de l entreprise, en contrepartie du débit du sous-compte 641, on crédite les comptes de charges qui ont été normalement débités au moment de la dépense correspondant à l avantage en nature, ou une subdivision (à créer) du compte 791 «Transferts de charges d exploitation», par exemple le souscompte «Avantages en nature accordés au personnel». Avantages en nature n ayant pas ou ayant partiellement donné lieu à l enregistrement de charges. Lorsque les avantages en nature n ont pas, ou ont seulement partiellement, donné lieu à l enregistrement de charges, en contrepartie du débit du sous-compte 641, on crédite le compte 708 «Produits des activités annexes» et, notamment, lorsque ce versement est soumis à TVA (logement meublé) (solution préconisée par le secrétariat du Conseil national de la comptabilité CNC, bull. 36, octobre 1978). Avantages en nature prélevés sur les produits de l activité de l entreprise. Lorsque les avantages en nature sont prélevés sur les produits de l activité de l entreprise, en contrepartie du débit du sous-compte 641, on crédite une subdivision du compte 72 «Production immobilisée» : 726 «Production consommée» (solution préconisée par les plans comptables professionnels de l hôtellerie, exploitants d abattoirs publics, coopératives agricoles, agriculture, avec le souscompte 7264 «Avantages en nature»). Avantages en nature de l exploitant individuel. Les avantages en nature de l exploitant individuel sont comptabilisés selon le même principe que pour le personnel salarié, en débitant le compte 108 «Compte de l exploitant» au lieu du compte 641 «Rémunérations du personnel». Chômage partiel L allocation conventionnelle est comptabilisée en charge au compte 641 «Rémunérations du personnel». En cas de prise en charge par l État, les sommes remboursées sont créditées dans le compte 791 «Transferts de charges d exploitation» ou, éventuellement, dans le compte 641. L allocation complémentaire ayant la même nature que l allocation conventionnelle, elle suit le même traitement comptable. Pourboires Lorsque l entreprise désire faire apparaître en comptabilité la rémunération perçue par son personnel sous forme de pourboires, le montant de ceux-ci est débité dans un sous-compte du compte 64 «Charges de personnel». Le plan comptable professionnel de l industrie hôtelière propose, à cet effet, le compte 643 «Service au pourcentage réparti» et le guide professionnel des entreprises de spectacles le compte «Service au pourcentage réparti». Intéressement des salariés L intéressement des salariés peut s analyser comme une charge d exploitation, à porter dans une subdivision du compte 64 (6414 ou 648) ou comme une charge exceptionnelle, à porter dans une subdivision du compte 69. Compte épargne-temps L alimentation du compte épargne-temps (CET) par le salarié ou par l entreprise, selon les modalités prévues par l accord, fait naître pour l entreprise : une charge rattachable à l exercice au cours duquel est alimenté le compte. À notre avis, cette charge peut être enregistrée dans un sous-compte spécifique à créer du compte 641 «Rémunération du personnel» subdivisé par salarié concerné ; une dette certaine dans son principe, à porter en «Charges à payer» dans un souscompte à créer 4286(.) «Dettes provisionnées pour comptes épargne-temps». À la clôture de l exercice, l entreprise doit réévaluer la quote-part du CET de chaque salarié provenant d exercices antérieurs en fonction de l évolution de la rémunération du salarié. Ce compte de charges à payer ayant vocation à être soldé lors de la prise du congé par le salarié, il apparaîtra au bilan durant les exercices s écoulant entre l alimentation du CET et la prise du congé par le salarié. 434

4 Contribution sociale généralisée (CSG) et contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) La CSG et la CRDS ne représentent pas une charge pour l entreprise. En conséquence, le montant précompté au salarié est à enregistrer au compte de tiers 431 «Sécurité sociale». Pour les revenus d activités non salariées, la CSG et la CRDS sont portées au débit du compte de l exploitant par le crédit du compte 431 «Sécurité sociale». Rémunération du travail de l exploitant (compte 644) Les entreprises individuelles peuvent enregistrer au débit du compte 644 les rémunérations de l exploitant et de sa famille lorsque aucune autre rémunération ne constitue la contrepartie du travail fourni. La 2 e section du Conseil national de la comptabilité propose que la contrepartie de cet enregistrement soit inscrite au compte 108, éventuellement dans un sous-compte créé à cet effet (CNC, doc. 89, mars 1991). Ces entreprises doivent indiquer le mode de calcul retenu pour la fixation de cette rémunération et le montant du bénéfice comptable avant déduction de la rémunération de l exploitant (PCG art. 446). Les rémunérations versées au conjoint de l exploitant individuel, lorsqu il a le statut de salarié, sont à porter au compte 641. COMPTES ANNUELS Compte de résultat. Les comptes 641 et 644 sont reportés, dans le tableau fiscal 2052 de la liasse fiscale, sur la ligne FY «Salaires et traitements». Annexe. Les sociétés qui ne peuvent pas présenter une annexe simplifiée sont tenues de donner, lorsqu elles sont significatives, les informations suivantes concernant leur personnel. a) Le montant des rémunérations allouées au titre de l exercice aux membres des organes d administration, de direction et de surveillance à raison de leurs fonctions : ces informations sont données de façon globale pour chaque catégorie. Elles peuvent ne pas être fournies lorsqu elles permettent d identifier la situation d un membre déterminé de ces organes (c. com. art. R ). b) Le montant des engagements contractés pour pensions de retraite à l égard des membres des organes de direction, d administration ou de surveillance. Ces informations sont données de façon globale pour chaque catégorie (PCG art ). c) La ventilation par catégorie de l effectif moyen, salarié, d une part, et mis à disposition de l entreprise pendant l exercice, d autre part ; l effectif employé à temps partiel ou pour une durée inférieure à l exercice est pris en compte en proportion du temps de travail effectif, par référence à la durée conventionnelle ou légale du travail (PCG art ). Fiscal Rémunération d un travail effectif, non excessive par rapport au service rendu Par rémunération, il faut entendre l ensemble des sommes versées au personnel, c est-à-dire toutes les rémunérations, directes ou indirectes, y compris les indemnités, allocations, avantages en nature et remboursements de frais (CGI art ; doc. adm. 4 C et 4421). Quelle que soit la forme de l entreprise, la rémunération globale n est déductible que dans la mesure où elle correspond à un travail effectif et n est pas excessive eu égard à l importance du service rendu (CGI art ; doc. adm. 4 C 441-5). Cette double limitation est susceptible de s appliquer à tous les bénéficiaires de rémunérations. En pratique, elle est mise en œuvre principalement à l égard des dirigeants de sociétés. La fraction de la rémunération non déductible présente, pour le bénéficiaire, le caractère de revenus mobiliers (CGI art. 111-d) ou de bénéfices non commerciaux selon qu elle est versée par une entreprise passible de l impôt sur les sociétés ou non. Exercice de rattachement Seules les rémunérations dont l entreprise est devenue débitrice au cours de l exercice sont déductibles du résultat fiscal de l exercice. Les dépenses de personnel non réglées à la clôture de l exercice ne peuvent être déduites des charges dudit exercice que si l entreprise a pris, à l égard des salariés, des engagements fermes rendant certaine l obligation de versement des sommes en cause. Ces engagements peuvent résulter des statuts (CE 20 décembre 1967, n os et 66563), d une convention ou d une décision des organes de gestion (CE 6 février 1961, n 49799), d un accord entre la direction et les délégués du personnel (CE 1 er mars 1978, n os 4400 et 4898), d un COMPTES 641/

5 engagement irrévocable porté à la connaissance de l intéressé avant la clôture de l exercice (CE 27 juillet 1979, n 11716), d une inscription sur le livre de paie ou d un usage constant (CE 28 avril 1982, n 20330), ou encore de l approbation régulière des comptes de l exercice mentionnant la perception du salaire (CE 8 juillet 2011, n ). Allocations forfaitaires pour frais d emploi (règle du non-cumul) Les allocations forfaitaires que les sociétés passibles ou non de l IS attribuent à leurs dirigeants et cadres pour frais de représentation et de déplacement sont exclues de leurs charges déductibles lorsque, parmi celles-ci, figurent déjà les frais habituels de cette nature remboursés aux intéressés (CGI art ; doc. adm. 4 C , 16, 17 et 19). C est la règle dite du non-cumul. En cas de cumul, les allocations forfaitaires sont réintégrées et taxées, en principe, comme des revenus mobiliers entre les mains des bénéficiaires si la société est passible de l IS. Sont concernés les dirigeants non salariés de sociétés dont la rémunération relève des BIC, des revenus des gérants et associés (CGI art. 62) ou des BNC, ainsi que les cadres. Cette règle du non-cumul ne s applique pas aux dirigeants salariés. Les allocations, indemnités et remboursements forfaitaires pour frais, qui sont alloués à ces personnes, sont imposés à l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires (CGI art. 80 ter). Ces sommes demeurent donc déductibles des résultats de la société sauf si, bien entendu, la rémunération d ensemble des intéressés excède la rétribution normale de leurs fonctions. Avantages en nature Formant un élément de la rémunération de leurs bénéficiaires, les avantages en nature sont déductibles des résultats à condition qu ils trouvent leur origine dans les fonctions exercées et qu ils n aient pas pour effet, compte tenu des autres éléments de la rémunération versée au salarié, de rendre celle-ci excessive eu égard à l importance des services rendus. Les avantages en nature doivent normalement être pris en compte pour leur valeur réelle, fixée en fonction de l avantage retiré par le salarié et du prix de revient pour l employeur. Cette valeur peut être remise en cause par l administration, qui doit alors apporter la preuve de cette insuffisance (CE 12 février 1990, n 89340). Les entreprises doivent inscrire en comptabilité, sous une forme explicite, la nature et la valeur des avantages en nature accordés à leur personnel (CGI art. 54 bis, 2 e al.). L administration admet cependant que les entreprises s abstiennent de procéder à cette inscription à condition de tenir à la disposition du service des impôts, comme document annexe à la compta bilité, un état comportant soit pour chaque bénéficiaire, s il s agit d avantages particuliers, soit globalement, s il s agit d avantages collectifs, l indication du montant par catégorie (logement, utilisation d un véhicule, etc.) des avantages en nature alloués au cours de l exercice. Cet état n a pas à être joint à la déclaration des résultats (doc. adm. 4 C à 8). Les avantages en nature doivent être portés dans une colonne appropriée de la déclaration annuelle des données sociales (DADS). Relevé des frais généraux Lorsqu ils dépassent certains seuils, les rémunérations de toute nature, directes ou indirectes, admises en déduction des bénéfices imposables ainsi que les avantages en nature alloués aux personnes les mieux rémunérées doivent être mentionnés sur le relevé détaillé des frais généraux (CGI art et 54 quater ; CGI, ann. IV, art. 4 J à 4 L) (voir classe 6, «Principes généraux»). Compte épargne-temps À notre avis, contrairement aux indemnités de fin de carrière qui ne représentent pas une dette certaine, les sommes qui alimentent le compte épargne-temps sont des dettes certaines. Aussi, en cas de rupture du contrat de travail ou de renonciation du salarié à ses droits à congé, celui-ci perçoit une indemnité compensatrice du montant des droits acquis dans le cadre du compte épargne-temps. En conséquence, le traitement fiscal devrait, selon nous, suivre celui des congés payés. Rémunérations de l exploitant individuel, des associés, des dirigeants ou des membres de leur famille Rémunérations de l exploitant individuel. Les émoluments versés à l exploitant en contrepartie de son travail ne constituent pas une charge de l entreprise dès lors que le bénéfice réalisé rémunère à la fois ce travail et le capital engagé. RETRAITEMENT Les rémunérations de l exploitant individuel et celles des associés de sociétés non soumises à l IS sont réin- 436

6 tégrées au résultat fiscal, ligne WB «Rémunérations du travail de l exploitant ou des associés de sociétés soumises à l IR» du tableau 2058-A, si elles ont été comptabilisées en charges. Rémunérations du conjoint de l exploitant individuel. Leur déductibilité est fonction de l adhésion ou non de l exploitant à un CGA : en cas d adhésion de l exploitant à un CGA, la rémunération du conjoint est déductible sans limitation, quel que soit le régime matrimonial des époux, lorsque le salaire correspond à la rémunération normale du travail fourni et a donné lieu au paiement des cotisations de sécurité sociale (doc. adm. 4 C ) ; en l absence d adhésion de l exploitant à un CGA, la rémunération du conjoint est déductible dans la limite de , si les époux sont mariés sous un régime communautaire ou en totalité, si les époux sont mariés sous un régime de séparation de biens. RETRAITEMENT La rémunération du conjoint de l exploitant ou du conjoint de l associé d une société de personnes qui excède est réintégrée au résultat fiscal, ligne WC «Rémunération du travail du conjoint» du tableau 2058-A. Quant aux autres membres de la famille de l exploitant, rien ne s oppose à ce que leur rémunération puisse être considérée comme un salaire, sous réserve du respect des conditions générales de déduction et qu ils ne puissent pas être considérés comme associés de fait. Rémunérations des associés de sociétés de personnes ou de leur conjoint Les règles prévues pour les exploitants individuels, et selon lesquelles les émoluments attribués à ces personnes ne constituent pas une charge déductible, sont également applicables aux rémunérations des associés de sociétés de personnes. Si les rémunérations versées ont été comptabilisées en charges, il convient de les réintégrer pour la détermination du résultat fiscal. Chaque associé doit comprendre dans la déclaration de ses revenus le total formé par sa quote-part du résultat fiscal et le montant de ses appointements. Les EURL relèvent du régime des sociétés de personnes et les rémunérations allouées à l associé unique ne constituent pas une charge déductible. Les règles prévues pour les exploitants individuels sont également applicables à l associé unique. Dans le cas où la société à associé unique a opté pour le régime fiscal des sociétés de capitaux soumises à l IS, les rémunérations allouées à cet associé sont imposables selon les règles applicables en matière de traitements et salaires (CGI art. 62). RETRAITEMENT Les rémunérations des associés de sociétés non soumises à l IS sont réintégrées au résultat fiscal, ligne WB «Rémunérations du travail de l exploitant ou des associés de sociétés soumises à l IR» du tableau 2058-A, si elles ont été comptabilisées en charges. La limite de déduction du salaire du conjoint s applique également au conjoint des associés de sociétés de personnes. Rémunérations d associés et d actionnaires de sociétés de capitaux ou de membres de leur famille D une manière générale, les sommes versées aux associés ou actionnaires, ou aux membres de leur famille, en rémunération d un emploi salarié exercé dans l entreprise ont le caractère de salaires et sont donc déductibles sans limitation, à condition, bien entendu, qu elles correspondent à un travail effectif et que leur montant ne soit pas exagéré. Sont notamment visés : dans les SA, les salaires alloués au président du conseil d administration, au directeur général et aux directeurs généraux délégués, ou encore aux membres du directoire ; dans les SARL, les rémunérations allouées aux gérants ou associés minoritaires (salaires) et aux gérants majoritaires (ces derniers sont imposables dans la catégorie des revenus des gérants et associés (CGI art. 62) et relèvent, du point de vue social, du régime des non-salariés) ; dans les sociétés de personnes ayant opté pour l IS, les rémunérations allouées aux associés dirigeants (ces derniers sont imposables dans la catégorie des revenus des gérants et associés et relèvent, du point de vue social, du régime des non-salariés) ; dans les SAS, les rémunérations allouées au président et aux dirigeants (du point de vue social, ces personnes sont affiliées au régime général). Pour les exercices clos depuis le 31 décembre 2008, les rémunérations différées (para- COMPTES 641/

7 chutes dorés) versées aux dirigeants de sociétés cotées sont admises en déduction du résultat fiscal dans la limite de six fois le plafond annuel de la sécurité sociale par bénéficiaire ( en 2011) (CGI art bis). Pour ce qui est de la déduction des jetons de présence, on se reportera aux indications données au compte 65. Intéressement Intéressement versé aux salariés. Les entreprises peuvent déduire de leur résultat imposable les versements aux salariés en application d un accord d intéressement. Dès lors, si le versement des sommes dues au titre de l intéressement n est pas intervenu pendant l exercice au titre duquel les sommes sont attribuées, celles-ci sont néanmoins déductibles des résultats de cet exercice comme charges à payer (doc. adm. 4 N et 2). L aide complémentaire accordée par les entreprises aux salariés dans le cadre d un plan d épargne d entreprise (PEE) est déductible du résultat imposable dans les limites suivantes : 2828 pour 2011 (8 % du plafond annuel de la sécurité sociale) et par salarié, sans pouvoir excéder le triple des versements personnels du bénéficiaire (le plafond est majoré de 80 %, soit un plafond de 5090 pour 2011 en cas d acquisition d actions ou de certificats d investissement émis par l entreprise ou par une entreprise liée). Le plafond de l abondement à un PERCO est fixé à 16 % du plafond annuel de la sécurité sociale (soit 5656 en 2011) (voir également le compte 1424). Intéressement versé au chef d entreprise. Dans les entreprises comprenant habituellement au moins 1 salarié (même à temps partiel) en sus du dirigeant lui-même et au plus 250 salariés, les chefs d entreprise et le conjoint collaborateur, ou associé, du chef d entreprise peuvent bénéficier de l intéressement (c. trav. art. L ). Les sommes ainsi attribuées n ont pas le caractère de rémunération et sont exonérées de cotisations sociales. Les entreprises relevant de l IR dans la catégorie des BIC peuvent déduire les sommes versées dans le cadre de cet accord d intéressement à l exploitant individuel, aux associés de sociétés de personnes non soumises à l IS et aux conjoints collaborateurs et associés (CGI art. 39). Cette déduction est subordonnée aux conditions et limites suivantes (c. trav. art. L ; BO 4 N-2-08) : le bénéficiaire a adhéré au plan d épargne d entreprise (PEE) ; tout ou partie des sommes qui lui sont attribuées sont affectées à la réalisation de ce plan ; la déduction ne peut excéder une limite égale à la moitié du plafond annuel de la sécurité sociale ( en 2011). Prime de partage des profits La prime de partage des profits est imposable à l impôt sur le revenu dans la catégorie des traitements et salaires chez le bénéficiaire (loi du 28 juillet 2011). Dès lors, elle s analyse comme un complément de rémunération au profit du salarié. Par conséquent, la somme correspondant au versement de cette prime est admise en déduction des résultats de l entreprise versante, dans les conditions de droit commun, sous réserve, toutefois, que cette prime corresponde à un travail effectif et qu elle ne soit pas excessive eu égard à l importance du service rendu (rescrit 2011/28 (FE) du 18 octobre 2011). 438

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

CHAPITRE III - LA PAYE

CHAPITRE III - LA PAYE CHAPITRE III - LA PAYE Dans la plupart des entreprises, les charges de personnel représentent le poste le plus important de la valeur ajoutée. C'est dire leur importance en masse globale. Les charges de

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

LES COTISATIONS SOCIALES

LES COTISATIONS SOCIALES LES COTISATIONS SOCIALES Les Autres Contributions : CSG ET CRDS La Mutualité Sociale Agricole est chargée du recouvrement de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT

LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT Objectif(s) : o Evaluation et traitements comptables de la participation, o Affectation des fonds, o Provision pour investissement. Pré-requis

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Autres impôts, taxes et versements assimilés

Autres impôts, taxes et versements assimilés Comptes 635/637 Autres impôts, taxes et versements assimilés 635 Autres impôts, taxes et versements assimilés (administrations des impôts). 6351 Impôts directs (sauf impôts sur les bénéfices). 63511 Contribution

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL DU DIRIGEANT 5 février 2014 1 Les structures potentielles L entreprise individuelle Deux statuts particuliers peuvent être adoptés La société L auto-entrepreneur L entreprise

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE?

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? SOMMAIRE Montant des rémunérations versées n excédant pas 2,5 SMIC 2 Règles applicables 2 Appréciation du seuil de 2,5 SMIC 4 Calcul du plafond en cas de réalisation d

Plus en détail

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013 Point de vue d experts LETTRE FISCALE AVRIL 2013 Parmi les rares mesures favorables issues des dernières lois de finances, l instauration du CICE constitue une bouffée d oxygène appréciable pour les entreprises.

Plus en détail

Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL

Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL Près de 50 %* des entreprises du secteur des Hôtels, Cafés, Restaurants sont exploitées sous forme de SARL 33 %* sont exploitées en nom propre (entreprise individuelle ou personnelle) Structures juridiques

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X Quel que soit son régime d imposition, chaque exploitant a le choix entre 2 assiettes pour le calcul de ses cotisations sociales : soit la moyenne triennale des revenus professionnels des années N-3 /

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3332 Convention collective nationale IDCC : 2564. VÉTÉRINAIRES (Praticiens salariés) AVENANT N 30 DU 19 OCTOBRE 2011

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

de retraite et de prévoyance 2006

de retraite et de prévoyance 2006 2 Excédents de cotisations de retraite et de prévoyance 2006 Les contributions de retraite et de prévoyance ne sont exonérées de cotisations et d impôt sur le revenu que dans certaines limites. Le moment

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Synthèse Le principe du compte épargne temps (CET) : permettre au salarié d accumuler des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d une rémunération, immédiate ou différée,

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu

Analyse de l annexe fiscale 2003. Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003. Première partie Impôts sur le revenu Analyse de l annexe fiscale 2003 Loi n 2003-206 du 7 juillet 2003 portant loi de finances de l année 2003 Première partie Impôts sur le revenu INSTITUTION DE RETENUES AU TITRE DE L IMPOT SUR LES BENEFICES

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015

4ème trimestre 2014 APPRENTIS CRÉDIT D IMPÔT POUR LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI (CICE) Paiement des cotisations au plus tard le 16 février 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 4ème trimestre 2014 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Bulletin de paie commenté

Bulletin de paie commenté EXTRAIT GRATUIT DU GUIDE PRATIQUE RESPONSABLE & GESTIONNAIRE PAIE Bulletin de paie commenté Cas général Les cotisations et contributions URSSAF sur le bulletin de paie Référence Internet Saisissez la «Référence

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2011

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2011 N 2041 GH N 50149 # 16 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2011 REVENUS EXCEPTIONNELS OU DIFFÉRÉS DÉFINITION ET MODALITÉS D'IMPOSITION CAS PARTICULIERS : INDEMNITÉ DE DÉPART À LA RETRAITE

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI CREDIT D IMPOT POUR LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI Dans le cadre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi, l article 66 de la loi n 2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Il existe trois mécanismes d épargne salariale : La Participation : La participation des salariés aux résultats de

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT

LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT LE STATUT JURIDIQUE ET SOCIAL DU CONSULTANT 1. Préambule Préalablement à toute intervention pour l une des sociétés SIGMA Conseil, SIGMA Opérations ou CONCEPT RISK, le consultant doit disposer d un cadre

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE La loi n 85-697 du 11 juillet 1985 permet à une personne physique ou morale de créer une société à responsabilité limitée,

Plus en détail

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires»

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» 11 juin 2013 Les matinales de l entrepreneur : «Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» Intervenants : - Mrs Jean François GANNE, Maxime RICHARD et Jean Luc BLACHON (cabinet d expertise Comptable

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003)

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Frédéric Brouillet Les dirigeants salariés ne constituent pas un ensemble homogène en termes de revenus : le domaine d

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

Le statut du conjoint dans l entreprise

Le statut du conjoint dans l entreprise 12 Les fiches pratiques de législation Le statut du conjoint dans l entreprise Pour plus d informations 02 32 100 500 Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3005-I Accords nationaux TRAVAUX PUBLICS (Tome I : Accords nationaux) Brochure

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute

GUIDE PRATIQUE TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 SERVITAXE. Réforme de la Taxe d Apprentissage. servitaxe@compagnons-du-devoir.com. Des experts à votre écoute TAXE D'APPRENTISSAGE 2015 2015 Réforme de la Taxe d Apprentissage SERVITAXE Des experts à votre écoute SERVITAXE TAXE 0800 94 66 99 contact@servitaxe,org servitaxe@compagnons-du-devoir.com GUIDE PRATIQUE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 112. INDUSTRIE LAITIÈRE

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 112. INDUSTRIE LAITIÈRE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3124 Convention collective nationale IDCC : 112. INDUSTRIE LAITIÈRE AVENANT N O 6 DU 29 JUIN 2006 À L ANNEXE

Plus en détail

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance Association Française pour les Professions Libérales 34, rue de Laborde 75008 PARIS 01.53.42.62.10 01.55.30.07.87 info@afpl.fr Identification Fiscale 2 07 756 SIRET 331 089 748 00031 DOSSIER INDIVIDUEL

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com N 51 MARS 2013 ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ 39 art om - Fotolia.com Étape 7 > J opte pour le régime social des salariés > J opte pour le régime social de travailleur indépendant > Mon droit aux allocations chômage

Plus en détail

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5

Sommaire L ACCORD D INTERESSEMENT... 1 LE SUPPLEMENT D INTERESSEMENT... 4 LE CREDIT D IMPOT EN FAVEUR DE L INTERESSEMENT... 5 Eres a créé cette fiche pour vous aider à mettre en place dans les meilleures conditions un accord d intéressement au sein d une entreprise. En effet, l accord d intéressement nécessite un certain formalisme,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques

Plus en détail

Deuxième loi de finances rectificative pour 2012 N 2012-958 du 16/08/2012 (JO 17/08/2012)

Deuxième loi de finances rectificative pour 2012 N 2012-958 du 16/08/2012 (JO 17/08/2012) Deuxième loi de finances rectificative pour 2012 N 2012-958 du 16/08/2012 (JO 17/08/2012) Déclarée Déclarée conforme conforme àla la Constitution Constitution (décision (décision n 2012-654 n 2012-654

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE en ENTREPRISE

EPARGNE RETRAITE en ENTREPRISE EPARGNE RETRAITE en ENTREPRISE Réunion cabinet 1 Plan de la réunion Introduction AG2R LA MONDIALE en quelques chiffres Les constats Objectifs Quiz -Ateliers Cas pratique Conclusion 2 Présentation du Groupe

Plus en détail

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération Epargne salariale : système d épargne associant un cadre collectif défini au niveau de l entreprise et une initiative individuelle du salarié ; Système de l épargne salariale constitué de plusieurs dispositifs

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

AVENANT N 47 DU 15 DÉCEMBRE 2010 À L ACCORD DU 31 JUILLET 1968 RELATIF À LA PRÉVOYANCE

AVENANT N 47 DU 15 DÉCEMBRE 2010 À L ACCORD DU 31 JUILLET 1968 RELATIF À LA PRÉVOYANCE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 47 DU 15 DÉCEMBRE 2010 À L ACCORD DU 31 JUILLET

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 Version v19.00 NOUVELLES NORMES SOCIALES JUIN 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/06/2010... 4 SUPPRESSION DU RACHAT DES

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE FISCALITE

Formation Repreneurs MODULE FISCALITE Formation Repreneurs MODULE FISCALITE Fiscalité I. Les différents régimes fiscaux II. La TVA III. Imposition des bénéfices IV.Taxes diverses et exonérations fiscales V. Les Centres de Gestion Agréés I.

Plus en détail

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 Cahier du patrimoine Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 LE CONTRAT TNS COMPRENDRE LA LOI «MADELIN» 3 Introduction Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations Clients professionnels et petites entreprises Mémento 2015 ARTISANS Travailleurs non salariés Cotisation IJSS 6,50 % 0,70 % Invalidité Décès 1,30 % Sur l intégralité du revenu professionnel imposable Dans

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

DECLARATION SOCIALE NOMINATIVE Modalités et règles de valorisation des éléments financiers en DSN

DECLARATION SOCIALE NOMINATIVE Modalités et règles de valorisation des éléments financiers en DSN DECLARATION SOCIALE NOMINATIVE Modalités et règles de valorisation des éléments financiers en DSN Page 1 Sommaire Préambule... 3 1 Cas de paie... 3 2 Eléments financiers à déclarer dans la DSN mensuelle

Plus en détail

tifawt.com Impôt sur le revenu

tifawt.com Impôt sur le revenu IR L impôt sur le revenu s applique aux revenus et profits des personnes physiques et des personnes morales et n ayant pas opté pour l impôt sur les sociétés. Impôt sur le revenu Elaboré par Abderrahmane

Plus en détail

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE

TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE PAIE COTISATIONS TAXES COMPTABILITE DECLARATION ET MODELES Mensuel - 17 e année - Abonnement 144 - Ed. Francis Lefebvre - ISSN 1252-9095 TOUTE L ACTUALITE DE LA PAIE Supplément au N 3 Février 2012 Ce supplément

Plus en détail

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble»

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» IMPôTS LE REGIME PARTICULIER DES ASSISTANTS FAMILIAUX Siège Social sans permanence: 20

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015 Rémunération N 02 10 juillet 2015 ALLOCATIONS CHOMAGE Références A retenir Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation du chômage et les textes qui

Plus en détail