Civil society inputs and contributions to the selected themes to be discussed at the hearing

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Civil society inputs and contributions to the selected themes to be discussed at the hearing"

Transcription

1 Trade and Development Board Fifty-fifth Session Geneva, 15-6 September 2008 Hearing with civil society and the private sector 17 September 2008, 3 p.m.-6p.m. Room XXVI, Palais des Nations Civil society inputs and contributions to the selected themes to be discussed at the hearing as received by 5 September 2008 Submitted for the attention of member States Disclaimer: The statements are made available by the UNCTAD secretariat in the language and form in

2 Civil society inputs and contributions to themes Theme 1: Theme 2: The global food crisis: addressing a systemic failure in development strategy & The global financial crisis and its impact on sustainable development African Cocoa/Coffee farmers Marketing Organization (ACCFMO) Coordination des ONG Africaines des Droits de l Homme (CONGAF) Collectif des femmes pour la Protection de l Enfant et de l Environnement (COFEPRE) Organisation Camerounaise de promotion de la Coopération Economique Internationale (OCAPROCE) Village Suisse ONG (VSONG) Rwanda Women's Network Cercle d'initiative Commune pour la recherche, L'environnement et la Qualité (CICREQ) United Youth Front International (UYFI) Synergie Développement et Partenariat International (SY.DE.P.I /SY.F.O.D.I.P) Consumer Unity and Trust Society (CUTS International) Centre for Trade and Development (CENTAD)

3 Organization: African Cocoa/Coffee farmers Marketing Organization (ACCFMO) Contact: Sylvanus Nekenja Chairman 6 de Wet Goodwood, 7460 Cape Town, South Africa Tel: or Fax: Themes Addressed: The global food crisis: addressing a systemic failure in development strategy & The global financial crisis and its impact on sustainable development Input: Developing nations and mostly countries of the Central African sub region is being menaced by various social and economic factors and which are visibly impeding economic growth in the area. The zone is made up of mostly French colonies with the exception of Cameroon which is bilingual and most of its citizens receive formal education in either English or French languages. The cultural differences of these two groups of colonies, is clearly portrayed in their manner of perceiving internal socioeconomic and political issues thus, the approach of formulating strategies vary considerably. However, there is consensus in the call of harmonizing economic lead development strategies sighting neighboring country, Nigeria as a potential emerging market for the farm products finished and unfinished from the region. We strongly agree with the quotation that Poverty anywhere is a danger to prosperity everywhere (Declaration of Philadelphia, Constitution of the International Labor Office 1944) However, we can further elaborate those poor economic policies by one member state to provoke and influence a down-turn of economic prospects in the rest of the economic and monetary union. The poor performance of the banking sector lending ability to economic operators in the region according to both the Bank of Central African States (BEAC) and the African Development Bank (ADB) is linked to bad policies. These institutions which held workshop meetings in the months of June and July 2008 respectively associated the slow pace of economic growth in the sub region to poor fiscal and monetary policies aggravated by rampant capital flight and excessive financial malpractices with top civil servants and to some extent, lack of political will by public officials. The ADB indicated that it will be reducing its spending in developmental funded project in Cameroon; this is due to the fact that the government has consistently been slow in awarding public contracts in the execution of existing funded project with the Bank. This regretful circumstance urgently requires an effective civil society that will not only criticized the public service mechanism and functionality but, formulate practical mechanisms and propose ample, workable socio-economic developmental policy measures that would assist the administrations of the various countries in the sub region in drafting and implementing appropriate integrated policy framework. Corruption is not the problem but government management with the support of international community. Theme 1: The global food crisis: addressing a systemic failure in development strategy Food crop production in developing countries and particularly in Sub Saharan Africa is the affair of smallholder farmers who are often considered mean and dejected

4 segment of the economy. To address food security and food sufficiency in developing countries, we have to reverse this stigma by introducing Pro Poor-growth programmes. While we struggle to overcome global food crisis, we should have in mind that in most developing countries there are stable food types like Cassava, Plantain, Cocoyams, Yams, Potatoes and different species of fruits and vegetables, spices, seeds and nuts produced locally for which prices can not be affected by subsidized exports and or speculators from the developed economies. Therefore, agricultural policy and strategy should be streamlined to include this area and enhance food production and trade for development perspective. Trading of food commodities in most developing counties has always been dominated by the informal sector. The fact that most local authorities have permanently attached little or no importance in the production, supply/distribution of food commodities, there has been lack of proper measures to ensure structural integration that would harness the economic development potential of the activities. It is time we implement an innovative structure of the smallholder farmers through Producers Cooperative Schemes per village or area in every developing country and link them to a central Cooperative Union. Most Micro Finance Institutions are often reluctant in funding the agricultural sector in the developing countries especially in the Central African sub region because of the risks involve in agricultural activities and the lack of an effective insurance cover. Nonetheless, the sector needs a Creditor Bank operating under an integrated, innovative structured finance mechanism, establishing a linkage between main players and stakeholders: Financiers, Producers, Warehousing, Transporters, Input Suppliers, Insurers, Traders/Processors, Exporters, Quality Inspectors and Credit Service Institutions. See Enhancing Commodity Finance through Producers Cooperative Societies a document from the National Cocoa/Coffee Empowerment Project In structuring Producers associations, there will the need for an immediate action to equip and render the organisations performing and competitive. Office equipments, transport facilities, information & communication technology and technical assistance can be supplied under a loan agreement between the creditor banks. Post-harvest crops in developing countries face enormous storage problems ranging from stock control and stock financing through Warehouse Receipt System. Upcountry intermediate graded warehouse is necessary to store the regular and irregular supplies parchments of crops such as maize, rice and other grains and beans etc. Trade between regional countries would require the construction of standard cross-border warehouse equipped with modern technology capable of storing highly perishable food crops. Same warehouses can also serve in the storage and distribution of input supply to farmers through farmers associations. Another strategy that can enhance food crop productivity and distribution capacity is the development of farm to market roads, information communication technology and a viable distribution chain. Transportation and distribution posses a serious danger in providing food to all at an affordable price, Lack of information and the ability to transport food commodities from one location or country to another within the required time can lead to artificial scarcity hence high prices, starvation and malnutrition in the affect area or country. Input Supplies serve an important role to achieve food productivity and fight food price crisis depending on how best the system s strategies are formulated and implemented. An elaborate structure should clearly separate the functions of the input procurement and supply scheme to agricultural field technicians and other regulatory bodies so as avoid corrupt practises and encourage transparency. The Food and

5 Agricultural Organisation should ensure that farmers are not victimised by some state funded organisations that put personal interest ahead of farmers. Farmers in developing countries are becoming increasingly aware of the fact that nothing goes for anything and the notion of free input supply should be replaced by a subsidised input supply scheme. The transfer of science and technology to developing countries is important if we hope to transform these economies and ensure its participation in a globalized world economy. Science can play a great deal in the transformation of farming practices and agricultural activities in a society where seventy percent of the active population depend on for their livelihood. While science seeks to pave the way, technology will harness economic development through capital investment, communication network, transport and transportation, move the value chain upward to manufacturing level and expand farm enterprise service delivery. Most African stable food crops are of perishable nature and would require an advance technology to store and maintain the quality of substantial quantity of varied supplies to the warehouse destined either for export or for the processing industries. Creating a viable value chain will enable the region to improve on its trade and productive capacity, enhance sustainable development and food security while facilitating price risk management in the process. It has been notice with great disappointment that where personal interest overrides community interest, the value chain players are unnecessarily extended and this makes the scheme become lest cost effective and cost recovery rate are discouraging. INTEGRATING FOOD COMMODITY VALUE CHAIN IN THE CENTRAL AFRICAN SUB REGION FARMES FARMERS COOPERA -TIVE SOCIETIE S TRADER S / PROCESS -ORS WHOLES- ALERS RETAILE- RS CONSUM -ERS Well structured Farmers Cooperative Societies, equipped and strengthened to perform and operate within the context of the evolution of the international trading system and international development perspective. This will enable individual farmers participation and integrate the farming community effectively into the value chain. This structural approach will be carried out within the concept of regionalization whereby, the act will be introduced simultaneously within the different countries in the economic sub region. Farmers Cooperative Societies are private initiative formed by smallholder farmers themselves within a given area producing various types of different commodities food and cash crops for trading purposes. The shareholders are farmers whose contribution comes in the form of physical crops which is evaluated in monetary terms. Their liabilities are limited to the evaluated crop share contributed to the organisation. As a trading instrument to the group of smallholder farmers, the cooperative is able to hold and manage substantial stock of crops in the cooperative warehouse. This opportunity provides the cooperative a bargaining strength that allows it to trade at favourable terms with off-takers, Traders and or Processors. Traders of unprocessed or processed commodity and processing firms should have an Information Communication Network Technology that links them and help share

6 information within the regional economic blocks. This will enhance e-commerce and facilitate the mobilisation of resources; good and services, check commodity prices and regularised productive capacity both in quantity and quality within the region and between other regions. The transfer of science and technology to the agribusiness will help move the value chain up-ward to a food processing level in the region and pave the way to achieving the Millennium Development Goals. Processing companies will create a new wave of capital mobilisation and encourage the use of specialised labour in the supply and distribution of commodity. Improve the production capacity of smallholder farmers by adding value to crop production and increasing their incomes. Regional integration base on an international trade development perspective requires harmonising policy options between countries within a sub region. A common policy framework reoriented to meet regional integrated development goals. Introduce models in the agribusiness geared at achieving greater equity, sustainability and a better balance between export-led growth in the production and distribution for domestic and regional market, as well as measures to ensure food security and self-sufficiency in the region. Wholesale trade may hold large stocks of both grains, beans, and other perishables; stock the regular and irregular supplies of food commodities either directly from farmers cooperative societies and traders or establish a backward economic integration with processing firms. With a well established regional operational framework within the wholesalers, stock control and stock distribution will be better managed and the forces of demand and supply will have little effect on commodity prices. A Forwarded integration between wholesale traders and the retail out-lets is eminent at this stage. There is an urgent need to up grade trade in developing countries so as to bring together stakeholders in the supply chain and integrate their activities. Modern international trade gives more emphasis to retailing in the form of supper markets, multiple stores etc. which are open to the consumer at afforded and regulated prices. Such an establish trade models will not only guaranty sustainable production and supply/distribution capacity but will enhance development and poverty reduction while ensuring food security and food sufficiency within regions and in the global context. Climate change is gradually impacting negatively in the cultivation of food crops for the local and cross-border markets. The amount of rain fall experience in Central African sub region during the seventies and eighties has gradually reduced. Planting periods of different food crops has change in order for cultivated crops to receive water during raining season which periods in months has been reduced due to climate change. The international community need to assist local authorities identify causes and introduce measures to control climate change effecting food crop cultivation and its production capacity. Theme 2: The global financial crisis and its impact on sustainable development Liquidity crisis became an issue in most developing nations in the 1980s when cash crops prices (Cocoa, Coffee, Rubber, Palm Oil etc.) felt to an unexpected level, the devaluation of the Franc of the Communauté Financière Africaine or F, CFA which is a common currency shared between French language speaking nations in West and Central. The introduction of the Structural Adjustment Programme was not a very familiar plan by the Britton Wood Institution to most developing nations who are estimated to be dependent on commodity for more than 50 per cent of their export income. These countries depend on commodities as a source of livelihood, employment, foreign

7 exchange and public revenue, and the commodity sector provides the principal stimulus for economic growth. Furthermore, the significant land area and human and natural resource base required by commodity production significantly influence natural resource management, biodiversity conservation and social development. Developing countries are also facing the challenge of industrializing and meeting the growing demands of their populations at a time when the constraints on the natural resource base and the environment are more severe than ever. Policies on the effects on economic growth and long-term development of migrants remittances, which supplement household incomes, should be mobilised so that it can produce direct positive impact on poverty alleviation to the millions of farming communities in the developing and least developed nations in Africa. As migrants remittances, which are private income, are expected to grow further for many years to come, consideration might be given to providing incentives for using such inflows for capital formation. This could strengthen their impact on long-term development and at the same time help solve the problems that have been causing emigration in the first place. After strong and sustained expansion during the 1990s, FDI flows to developing countries and Sub Saharan Africa have become less stable since the turn of the millennium. Policymakers should adopt measures that will foster stable flow of foreign direct investment in the organisation of agricultural commodity production, diversification, transformation and marketing and trade. There has recently been a resurgence of FDI flows to developing countries in Africa driven by prospects for greater earnings in the extractive industries but, flows have not been compactable enough to enhance long-term economic development in commodity dependent countries. The growth of FDI relative to domestic capital formation or GDP suggests that inward FDI has come to play a more significant role in developing economies than it did 20 years ago. But the amount of FDI alone is not an indicator of its contribution to development. Empirical evidence points to considerable variation in the benefits that host countries actually reap from FDI inflows, depending on how FDI policies are formulated and integrated into a broader development strategy and on the extent to which private business interests of foreign investors and national development objectives can be reconciled. Weak bargaining and regulatory capabilities on the part of host-country governments has result in an unequal distribution of benefits or an abuse of market power by trans-national corporations TNC by crowding out domestic investment. FDI is increasingly required to serve global and regional markets, often in the context of international production networks, and the spread of such networks should offer, in principle, new possibilities for developing countries and economies in transition to benefit from FDI in the manufacturing and distribution sector. In Central Africa and other developing and least developed countries, FDI is still heavily concentrated in the extraction and exploitation of natural resources, with weak linkages to the domestic economy creating fewer and unstable job opportunities to the labour market. Host-country regulations can influence the creation of linkages between domestic producers and foreign affiliates, and also induce FDI to contribute to technology transfer. This should be a concern of global policymaking. This in turn implies that developing countries should be more closely involved, and have more of a say, in international economic decision-making. Global financial crisis

8 is a reflection to the fact that profits of most FDI in developing countries are repatriated to countries of origin. FDI or TNC should be urged to re-invest part of their profit back into the host countries that will facilitate the formation of local small and medium size enterprises vital for economic development. Capacity building at national level of macroeconomic management of higher fiscal and foreign-exchange earnings from commodity exports must aim to ensure that the current boom in commodity prices should help to spur diversification, industrialization and structural change. Most African countries that are highly dependent on foreign earnings from favourable agricultural commodity prices, should be assisted with capacity to be able to manage the transitional period of a state owned to a liberalised and private sector orientated economy. The global financial system should enact policies that through coherence in the global financial system that will ensure resource-rich developing countries should also use rising resource rents to ensure long-term sustainability, by moving away from the depletion of natural resources and towards investment in material and human capital, and by confronting pressing employment and social needs. In developing countries, the imperatives of enterprise development and structural change imply the provision by institutions of mechanisms to implement policies designed to achieve high rates of investment and the adoption of new technologies necessary to move up the value chain. The guiding principle behind institutional reform should be to address the information and coordination failures that undermine entrepreneurial decision-making and to improve transparency and checks and balances in private and public enterprises. Funding of development projects to least developed and developing countries should well be planned and stratify to include both equipment for construction and liquidity depending on the type of funded programme. For instance, if the programme is road construction, construction firms should be contacted directly through a tripartite agreement and maybe liquidity movement could be for salaries and wages which of cause should have been predetermined. Furthermore, disbursement of funds to realise a particular project should be done systematically project face by face finance base on progress report and project supervisory agency report. This will reduce the project funding deviation and embezzlements hence underdevelopment and indebtedness by the recipient countries. The CSO forum should came up with declarations which will recognised NGOs and give them the opportunities in assisting development financing programmes in developing and least developed countries. Finally, global financial crisis is being experience because of exorbitantly high fuel prices and speculations. A lot of factors, including trade policies, energy costs, bio-fuels, and market speculation, have contributed to the booming prices. World food prices have roughly doubled over the past three years, but between April 2007 and April 2008 alone they increased by 85%. This price rise has been broad-based, led by wheat (whose price almost doubled), then maize (up 67% since July 2007), followed by rice (which has tripled since September 2007 and soared by 160% between January and April 2008 alone). Prices for vegetable oilseeds and oils also shot up, multiplying by about 2.5 since early Global development assistance for agriculture fell from a high of $8 billion in 1984 to $3.4 billion in 2004, of which Africa received $1.2 billion. American aid to African farmers fell from $500 million in 1988 to less than $100 million in 2006, according to the U.S. Government Accountability Office. The World Food Programme planned to feed 73

9 million of the estimated 860 million hungry people worldwide on a $2.9 billion budget. With rising food and fuel costs, nearly 1 billion people now face hunger, and the WFP has been forced to increase its budget to $4.4 billion to reach 79 million people. Over the years, many aids and assistance have been channelled to different countries to help fight and reduce poverty, finance socio-economic crisis from the structural adjustment programme and privatisation of formally state owned enterprises. But where these funds have finally landed is only the Western friendly nations that can respond effectively to this question. In Africa and in most developing countries, a substantial portion of money income at public and household levels is repatriated annually by one way or the other back to Western countries. Astonishingly, poverty level is even high than it were before the mid 80s. Due to lack of proper global supportive policies, structural adjustment programme was never implemented in its fullest, liberalisation of the commodity sector is still a struggle between private and public sector; so are many other project funded from funds from donors agencies and bilateral and multilateral sources that their objectives were never realised and the physical fund can not be traced. Therefore, the architects of globalisation have the responsibility to review coherent policies and prescribed them to developing countries, policies that will enhance greater transparency, pro-development conditions linked to funding disbursement and stability in the global financial system. Regional efforts to strengthen financial cooperation should not, however, preempt multilateral efforts to strengthen the international financial system and its coherence with the international trading system. Successful regional financial cooperation among developing countries could be one of the building blocks of an improved international monetary system. International financial stability and crisis prevention is a precondition for development and sustainable growth. Governments had to undertake fiscal reforms in order to adjust to lower income from import taxes resulting from trade liberalization and in some cases to reduced social security contributions resulting from reforms of the social security system. Privatization led to a reduction of fiscal revenue in a number of countries due to incoherent policies formulation from global institutions. Governments from developing countries affected by these poor and repressive policies had to resort to high valueadded tax and other indirect taxes on goods and services, taxes on income and profits as alternative sources of revenue that increased their share in total income. The effects of these structural changes on fiscal balances and on the ability to pursue active fiscal policies have been mixed. While fiscal administration improved in several countries, increased interest payments and the loss of fiscal income in many cases created serious problems for attaining the objective of fiscal equilibrium and compromised public investment. As a result, several governments are revising some of their previous choices, in particular those regarding taxation of firms exploiting natural resources like oil, timber etc. They are also re-thinking the question of the direct participation of the State in these activities in an attempt ease the enormous tax burden.

10 Organization: Coordination des ONG Africaines des Droits de l Homme (CONGAF) Contact: Mr. Djély Karifa SAMOURA CP 127 ;1211 Geneva 20, Switzerland Tel: Fax: Mr. Claude CITON CP 127 ;1211 Geneva 20, Switzerland Tel: Fax: or Mr. Jacques Rivkine Expert agroalimentaire CP 127 ;1211 Geneva 20, Switzerland Tel: Fax: Mobile: or Theme Addressed: The global food crisis: addressing a systemic failure in development Input: 1. La CONGAF a noté que la Conférence d'accra CNUCED XII - a envisagé la crise alimentaire qui en Avril 2008 ébranla les consciences et les fondations sociales et fatale à des vies humaines dans un certain nombre de pays. 2. Elle note également que la CNUCED a commencé à étudier des mesures pour y remédier. Elle a aussi pris connaissance du Policy Brief que la CNUCED a publié en juin Ce document propose notamment de concevoir un mélange approprié d'actions en faveur à la fois des cultures d'exportation et des cultures vivrières. 3. Cependant cela ne modifie pas la perception très répandue que l'accent mis depuis deux décennies ou plus sur les exportations pour réaliser les objectifs du développement avait trop amené à négliger les cultures vivrières, avec les effets négatifs et désastreux que l'on constate à présent sur l'alimentation des populations des pays en développement. Il est notoire que cet accent sur les exportations reflétait surtout une priorité accordée par les institutions financières internationales, à commencer par le FMI et la Banque mondiale, sur l'obtention de devises pour rembourser les dettes des pays en développement. Cette politique est souvent aujourd'hui jugée hâtive et néfaste notamment pour l'alimentation des pays les plus pauvres, et en définitive pour le développement. 4. D'ailleurs les conférences tenues sur la dette ont dégagé des vues plus nuancées et plus partagées sur la question. Dette ou Julu, ne signifie rien

11 d autre, chez les peuples madingues de l Afrique de l ouest, que «la corde», c est-à-dire la corde au cou dans leurs réalités quotidiennes. De sorte que de fortes critiques ont fusé même dans les milieux dirigeants des pays développés. Ainsi l'ancien premier ministre français Michel Rocard a été jusqu'à qualifier la politique de développement qui privilégie les exportations de ces pays depuis quelques décennies de "folie furieuse". 5. Par ailleurs il est admis dans les milieux internationaux que la crise alimentaire qui a pris de l'ampleur en 2008 compromettrait la réalisation des objectifs de développement du millénaire, notamment en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté. 6. Certes des efforts ont commencé à être faits et vont continuer pour accroître l'approvisionnement alimentaire des pays qui connaissent une crise. Des mesures sont actuellement étudiées en ce sens au Sommet du G8 qui se tient actuellement au Japon. Mais d autres Sommets (les P7 ou les 7 pays les plus pauvres de la planète, ou le Sommet des Pauvres à Bamako) sont organisés pour mettre en lumière le déficit de solidarité et le besoin toujours plus accru de conquêtes de matières premières des pays en voie de développement, etc. En outre des changements dans les politiques générales sont préconisés, en faveur des cultures vivrières - par exemple dans le Policy Brief de la CNUCED déjà mentionné. 7. A cela la CONGAF souhaite cependant ajouter quelques considérations inspirées par son expérience du terrain. En tant que coordination d'organisations africaines de la société civile elle déplore que l'on ne tienne pas davantage compte de ce que font déjà les peuples africains pour assurer leur nutrition, y compris grâce à des modèles et à des savoirs anciens de culture et de commerce qui font en somme partie de leur patrimoine ; modèles et savoirs qui sont perpétués à ce jour et qui sont le principal facteur en ce qui concerne l'alimentation des peuples. Ceci malgré les importations de denrées du type «riz blanc ou cassé». 8. Certes il est utile et louable d'apporter des livraisons d'aliments de base à des populations aujourd'hui en crise, comme le fait notamment le Programme Alimentaire Mondial (PAM) avec beaucoup de responsabilité et d humanité. Mais il faut aussi tenir compte des ressources qui existent déjà dans les pays, et qui appellent des efforts pour les renforcer. 9. La CONGAF souhaite en particulier que la CNUCED entre dans ce genre d'action qui est en réalité une voie salvatrice, qui n'a pas été prioritaire pour elle ces dernières années, et qu'elle a même pu juger extérieure de son mandat. Elle propose donc les lignes d'action suivante, qu'elle développera lors des prochaines réunions depuis celles de la société civile accréditée jusqu'à celles du Conseil du commerce et du développement. La CONGAF souhaite collaborer avec les services de la CNUCED qui oeuvrent déjà en ce sens.

12 A. L'insertion accrue dans les activités de la CNUCED du soutien aux productions vivrières en tant que facteur essentiel du développement, ainsi qu'au commerce traditionnel qui permet la distribution de ces productions; qui est parfois international, mais surtout national et sous régional. Ce sont ces productions et ce commerce qui au fil du temps et à ce jour permettent à des populations pauvres de se nourrir. Un soutien éclairé permettrait de les développer à un moment où cela est stratégique, et contribuerait beaucoup à éviter des désastres qui sont déjà redoutés. B. Une meilleure compréhension des savoirs traditionnels et locaux, des mécanismes locaux d'entraide, ainsi que l'accès à des financements solidaires qui ont déjà une place importante dans les sociétés. Il faudrait aussi étudier comment ajouter à ces méthodes traditionnelles, dans les meilleures conditions, des intrants et des outils nouveaux qui apporteraient un élément de modernisme judicieux. C. La lutte contre les déperditions de nourriture qui sont notoires et aisément observables sur le terrain, dues à des moyens de conservation insuffisants et au manque de transports sur les marchés des productions vivrières, dans certains cas avec des moyens simples ou grâce à une meilleure prévision, et dans d'autres cas avec des moyens technologiques nouveaux. Cela peut sembler relever plutôt du mandat de la FAO, mais la CNUCED a aussi un rôle à jouer au titre du développement et surtout du commerce. D'ailleurs certains de ses services ont déjà des activités qui vont en ce sens. La société civile, et notamment la société civile africaine souhaite pouvoir apporter une collaboration à la fois réaliste et précieuse. Nous allons donc présenter des exposés plus détaillés sur ces questions, ou pouvoir les résumer lors des réunions de la CNUCED à son intention et à celle de ses Etats membres. Nous souhaitons qu'ils retiennent l'attention.

13 Organization: Collectif des femmes pour la Protection de l Enfant et de l Environnement (COFEPRE) Contact: Ms. Dora (NGO NDJENG) SENDE 159, Impasse des Avocats, Face à l ancienne Poste de Bonanjo, BP 462 Douala, Cameroon Tel : Fax : Theme Addressed: The global food crisis: addressing a systemic failure in development Input: STRATEGIES GLOBALES d ERADICATION DE LA CRISE ALIMENTAIRE POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE CONTEXTE ET JUSTIFICATIF Le système économique actuel qui a remplacé les valeurs universelles par les lois du marché a tendance à rendre vulnérable tout processus pouvant être mis en place pour affronter la crise alimentaire qui frappe le monde en général et l Afrique en particulier. Nous sommes face à une situation qui interpelle les consciences parce que de dizaines de milliers d êtres humains meurent de faim tous les jours et jusqu alors il n a pas été possible d adopter des mesures nécessaires pour éradiquer le phénomène de crise alimentaire qui est un génocide silencieux. Pendant que des centaines de milliers d êtres humains souffrent et meurent de la faim et des pays industrialisés dépensent pour des armements et pour la sécurité internationale. Face à cette «pandémie» alimentaire, il devient urgent et impératif que les Etats membres s attellent à identifier des mesures d urgence pour lutter contre cette catastrophe humanitaire qui menace le monde au même titre que le VIH/SIDA. Il est donc nécessaire que les prix baissent et la sécurité alimentaire soit renforcée car 60% de produits agricoles constituent l élément essentiel de base de survie des populations vulnérables. La communauté internationale doit plus s investir dans la production agricole. Au Cameroun, par exemple, à peine 3,8% du budget national est destiné à l agriculture et au développement rural malgré son engagement à MAPUTO aux côtés des autres pays africains à consacrer 10% de son budget à l agriculture d où une différence de 6,2% ce qui est énorme ; il est à noter que les produits vivriers n attirent point l attention malgré des fonds nécessaires mis à disposition pour plusieurs projets agricoles. Partant de ce fait, si nous voulons atteindre les objectifs du millénaire d ici à 2015, il est impératif qu une stratégie globale soit apportée pour une réponse efficace à la crise alimentaire mondiale. L une des stratégies serait d abord de satisfaire les besoins humanitaires à l immédiat, et pour un avenir sans crise, il faut offrir une garantir suffisante aux produits alimentaires pour une alimentation durable, La mise en place des règles justes et équitables en matière de commerce agricole international. Une autre stratégie qui n est non négligeable, c est la coopération multilatérale pour une meilleure éradication de la crise alimentaire.

14 ROLE DE LA SOCIETE CIVILE L a Société Civile, consciente que la crise est réelle et frappe toutes les parties du monde, pense que les Etats et les Gouvernements doivent assumer leur rôle de régulateur dans la création des conditions favorables à l accès à la nourriture et au renforcement des capacités de développement des populations, car l accès à la nourriture est un droit pour les êtres humains. Les Etats membres et les Gouvernements devraient mettre une priorité absolue dans la création des infrastructures permettant l évacuation des produits agricoles vers les métropoles. La Société Civile devrait veiller à la mise en œuvre, à l exécution et engagements pris par des Etats membres et des Gouvernements des décisions et conventions signées. La Société Civile doit jouer un rôle de personnage de plaidoyer entre les organisations de producteurs et les Etats et Gouvernement par un échange d information. Elle devrait accentuer les débats de rencontre d échanges d information sur la sécurité alimentaire en son sein, mener de campagne de mobilisation sociale en faveur de la lutte contre la faim et la pauvreté.

15 Organization: Organisation Camerounaise de promotion de la Coopération Economique Internationale (OCAPROCE) Contact: Ms. Micheline MAKOU DJOUMA Coordinatrice Internationale Case postale 40 CH.1211 Genève 20 CICG Tel : Fax : Theme Addressed: The global food crisis: addressing a systemic failure in development Input: Monsieur le Président, Le récent échec des négociations de l OMC qui ont eu lieu à Genève dans le cadre du cycle de Doha constitue un des aspects de la complexité des difficultés auxquelles sont confrontés les décideurs du monde, dans le cadre des politiques à mettre en œuvre en vue de l éradication de la pauvreté ainsi que la recherche de solution idoine pour endiguer les crises rédhibitoires mais aussi et surtout celles liées à l insécurité alimentaire. La recherche effrénée du profil n est pas une solution à tous les problèmes économiques que nous rencontrons aujourd hui, par conséquent le commerce à lui tout seul ne peut être la panacée du développement durable. Nous devons articuler les politiques globales du commerce avec celles des besoins d épanouissement des populations qui, doit on le rappeler, sont des acteurs incontournables dans le marché des biens et des services commerciaux. Arrivera t-on à offrir cette opportunité d échanges commerciaux aux agriculteurs mais également aux petits producteurs des pays pauvres? La persistance des pays riches à subventionner encore leur agriculture met en exergue le double discours entre la situation de crise globale actuelle et les circonstances qui ont concourues à sa stridente acuité en terme de satisfaction en besoin humain : manger à sa faim. Y aurait-il une volonté manifeste de parrainer l étranglement économique et social des pays africains? Une politique de la mondialisation bien concertée ne pourrait qu être bénéfique pour les pays en conséquence du fait qu elle mettrait à l abri de quelconques influences perverses à la libre circulation des biens et des services. En effet, pour OCAPROCE International, il me semble que les mentalités n ont pas vraiment évolué pour laisser un véritable libre cours au jeu de l offre et de la demande. J entends bien par libre cours une absence totale d influençable qui viserait à éviter des distorsions à desseins de priver de la profitabilité du commerce dans certaines localités du monde (l Afrique SS). La crise alimentaire est le résultat de l échec des politiques de développement qui ont été mises en œuvre pour favoriser l essor économique et social des pays dits pauvres. Par rapport à cette crise, force est de souligner quelques points qui ont suscité l inquiétude de l OCAPROCE international : Baisse des stocks de produits de base (riz, blé, maïs ) Hausse vertigineuse des coûts du pétrole Surexploitation des ressources naturelles Impact des changements climatiques

16 Utilisation des céréales comme biocarburants Spéculation sur les marchés des matières première Volatilités des Prix. Les politiques du commerce et du développement durable ne devraient pas être un à- propos qui augmenterait la dépendance des pays en développement, particulièrement les pays de l Afrique S.S. Au contraire elles devraient ouvrir la voie vers la résolution de la crise alimentaire que nous subissons de plein fouet. Si deux tiers des pays en développement sont importateurs alimentaires nets, il semble urgent de revoir les politiques de libéralisation par rapport à la sécurité et l autosuffisance alimentaire. Une trop forte libéralisation des marchés agricoles dans les pays en développement sans aucune mesure d accompagnement au niveau des propriétaires locaux de plantations en denrées alimentaires de ces pays. Les politiques du commerce et du développement pourront-ils limiter la volatilité au niveau des prix des denrées alimentaires? Il semble tout à fait nécessaire de mener des accords d investissements et de commerce qui promeuvent la mise en place de mesures réglementaires afin d anticiper et de corriger d éventuels effets de la volatilité des prix. Les gouvernements doivent développer des stratégies afin de s assurer que les politiques commerciales intègrent les dimensions de la sécurité alimentaire et son corollaire. La gouvernance globale du commerce et du développement durable devrait s atteler à limiter certaines règlementations en faveur de grandes multinationales dont les objectifs ne riment pas vraiment avec la protection de l environnement encore moins le respect des Droits humains les plus élémentaires. Aujourd hui force est de constater que certaines grandes industries agroalimentaires détiennent une position dominante en termes de pouvoir d influence sur les marchés. Cette augmentation de leur pouvoir d influencer sur les marchés des matières premières continue de se faire au détriment des petits producteurs locaux des pays en développement, particulièrement les pays de l Afrique Sub-saharienne. C est la raison pour laquelle il nous semble tout à fait important de mettre en place des mesures hardies de surveillance des propensions spéculatives d investissements de certaines entreprises sur les marchés alimentaires. Les gouvernements doivent prendre toutefois des mesures urgentes en vue de la protection de l environnement au regard du changement climatique et météorologiques qui, du reste contribuent encore à la désorganisation des cycles de production agricole. Parallèlement, il y a lieu de ne ménager aucun effort afin de freiner la pollution et réduire l exploitation abusive de ressources naturelles au regard de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques. La hausse des prix du baril du pétrole vient saborder cet équilibre instable. Les prix du pétrole ont augmenté de 74% et ils sont au moins cinq fois supérieurs au prix moyen des 100 dernières années. Ces hausses du prix du baril contribuent à augmenter les coûts de production des produits agricoles par le biais de l utilisation de produit dérivés pétroliers dans l industrie agricole : engrais, pesticides, pompes d irrigation, machine agricole et transport Ce qui entraîne de toute évidence une répercussion directe des hausses sur les denrées alimentaires. Pour réglementer ces question OCAPROCE propose que les gouvernements, les ONG, la Société civile, le secteur privé et les oligopoles du pétrole fessent amorcer de véritables concertations dans le but de corriger les distorsions sur le marché de l or noir. Parallèlement des réglementations doivent être prises en compte dans le cadre de l utilisation de biocarburants au détriment des besoins alimentaires des populations qui par ailleurs engendrent des conflits meurtriers (SOUDAN, Inde..) pour l exploitation de l eau et des surfaces à emblaver.

17 Les politiques du commerce et du développement agricole doivent se fixer comme première priorité de garantir un approvisionnement stable et diversifiés des besoins alimentaires humain. En somme les politiques qui ont été élaborées ne mettent pas assez les priorités sur les solutions à la question alimentaire mondiale. Cette situation est d autant plus éprouvante dans les pays appauvris par le système global du commerce ; où les populations croupissent dans la misère. Par rapport à toutes ces questions brûlantes nous entendons exhorter les pouvoir publics locaux à savoir les gouvernements ; au renforcement de la sécurité alimentaire globale et locale. Les gouvernements ont besoin d outils qui permettraient de protéger le système local d importations alimentaires subventionnés. Les règles de commerce multilatéral devraient mettre l accent sur les moyens à mettre en œuvre afin de ne pas nuire à la sécurité alimentaire et les moyens d existence d autres pays. Les gouvernements devraient être en mesure d utiliser le commerce comme un outil et non pas comme un ersatz pour investir sur les marchés locaux. La production locale et l emploi sont indispensables pour le développement et la valorisation des ressources humaines locales. Dans les pays en voie de développement les gouvernements doivent s atteler à la reformulation de politiques agricoles locales et régionales conséquentes afin de procéder au décollage économique, car sans une autosuffisance alimentaire, aucun développement durable n est possible. Pour apporter des solutions à la volatilité des prix de produits alimentaires et agricoles, les gouvernements doivent rétablir les réserves de semences et de stocks de céréales aux niveaux national et régional. Ces réserves peuvent quelques part oblitérer la volatilité des prix et l insécurité alimentaire. Aborder la question de volatilité suppose la planification internationale des actions pour gérer l offre. Une meilleure implication des marchés mondiaux des matières premières garantirait sans commune mesure des partenariats justes et équitables à l échelle des producteurs, des offres plus fiables et de meilleures qualités des biens agricoles au bénéfice des consommateurs. Les constitutions de stock de manière transparente désappointeront les velléités à la rétention et à la spéculation sur les marchés des matières premières. La question reste entièrement ouverte sur les voies et moyens à mettre en œuvre en vue de la stabilisation des prix des matières premières. Nous devons certainement créer de nouvelles règles du jeu de la concurrence mondiale afin de réduire l immense pouvoir détenu par un petit nombre d entreprises transnationales dans le marché des matières premières et des denrées alimentaires. Il nous semble incontournable de réglementer la capacité d influence voire de nuisances de ces entreprises multinationales de l agroalimentaires sur les marchés des denrées alimentaires et des matières premières. Des règles du jeu doivent être éditées, à l instar d un code de conduite mais également de normes ardues et adaptées à leurs rôles et à leurs responsabilités sociales en tant qu entreprises. Afin de pallier à l inefficience concurrentielle sur les plans locaux régionaux et internationaux, de telles mesures pourraient certainement atténuer voire empêcher les multinationales d abuser de leurs pouvoirs sur le marché.

18 Organization: Village Suisse ONG (VSONG) Contact: Mr. Adalbert Nouga Administrateur Fondateur 1 bis chemin des palettes, Case Postale Genève-Lancy 1 Tel : Fax : or Web: Theme Addressed: The global food crisis: addressing a systemic failure in development Input: LA CRISE ALIMENTAIRE MONDIALE SOUS LE SIGNE DE L INEFFICACITE DES STRATEGIES DU DEVELOPPMENT DANS UN MONDE DE GLOBALISATION. Au nom de Village Suisse ONG, Organisation non gouvernementale ayant un statut consultatif général à la CNUCED, permettez-moi de vous adresser du fond du cœur tous nos sincères remerciements pour nous avoir permis de prendre part à cette importante audience de la Société Civile avec le Conseil du Commerce et du Développement réunis à ce jour en sa 55ème Session au Palais des Nations Unies à Genève. Permettez moi aussi de féliciter l excellent choix des thèmes qui nous ont été proposés pour en faire un débat de haut niveau avec vous. En ma qualité d acteur de la société civile, il va sans dire que Village Suisse ONG dont j ai la charge, a l immense plaisir de traiter le thème No1 du présent Hearing with civil society. Ce thème concerne «la Crise alimentaire mondiale vue sous le signe de l inefficacité des stratégies du développement dans un monde de globalisation..» En effet, l actuelle crise alimentaire mondiale nous permet de discuter des problèmes du Commerce et des capacités productives pour la réalisation des objectifs internationaux du développement y compris les objectifs du Millénaire pour le développement. Elle nous permet aussi d analyser les interdépendances qui y sont attachées notamment la mobilisation des ressources pour le développement-les prix des produits de base, les capacités productives, offre et distribution au niveau national, régional et international. Monsieur Le Président, la crise alimentaire mondiale que nous vivons maintenant nous permet enfin de nous pencher sur le développement économique en Afrique avec des problèmes liés à la libéralisation du commerce et aux résultats à l exportation dans les pays africains. Ceci dit, et à notre humble avis, la problématique de l actuelle crise alimentaire internationale soulève à nos yeux, le problème de l inefficacité des stratégies du développement dans le domaine de l Agriculture à l échelon national, régional et international. Les traditionnelles politiques agricoles qui je les reconnais volontiers ont fait leur preuve en son temps, ne suffisent plus aujourd hui à créer des mécanismes de commerce, de financement et de production agricole acceptable par tous à l échelon mondial. Dès lors, il nous faut opérer des changements dans la mise en route des nouvelles stratégies de

19 développement en utilisant les nouvelles connaissances qui sont mises à notre disposition grâce à l utilisation des nouvelles technologies de l information et de la communication.(tic). L Accès aux connaissances pour tous, facilite la réalisation des objectifs du Millénaire à tous les niveaux et notamment dans le domaine de l agriculture, du commerce des produits alimentaire, de l utilisation de l eau, de la prévision des changement climatique, de la fixation des produits de denrées alimentaires, de l analyse des besoins réels des populations concernées, tant au niveau national, régional, et international. On le voit bien, l utilisation des technologies nouvelles combinées avec les anciennes méthodes traditionnelles permettent de jeter ainsi les fondements d une croissance économique rigoureuse et du développement durable dans tous les domaines liés à la réalisation nd es objectifs du Millénaire. 2) Monsieur le Président, la crise alimentaire que nous vivons actuellement dans les pays en développement est une réelle menace de la prospérité dans les pays en développement.c est une véritable menace de la prospérité dans le monde entier et cela pour la simple raison que notre monde est devenu un Village planétaire. Grâce à l utilisation des technologies de l information et de communication (TIC), tout ce qui se passe de bien ou de mal dans notre monde actuel est vu par des millions et des millions d êtres humains. Ceci dit, aucun pays ne peut prétendre résoudre à lui tout seul une crise internationale du genre de l actuelle crise alimentaire mondiale. D où il nous faut envisager de mettre sur place des nouvelles stratégies du développement nous permettant de mieux atteindre les objectifs du Millénaire(ODM) définis au SMSI Genève2003-Tunis Pour mémoire, je rappelle que ces ODM sont au nombre de huit et je peux énumérer entre autres : 1/ Réduction de l extrême pauvreté et de la faim 2/Assurer l éducation primaire pour Tous 3/Promouvoir l égalité des sexe et l autonomisation des femmes 4/Réduire la mortalité infantile 5/ Améliorer la santé maternelle 6/Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et les autres maladies 7/Assurer un environnement durable 8/ Mettre en place un partenariat mondial pour le développement Si on ne la résout pas, elle va empêcher la réalisation des objectifs du millénaires pour le développement non seulement pour les pays de la faim, mais aussi dans les pays où les gens ne meurent pas encore de faim, mais où la misère commence à s installer petit -à- petit si on en croit les symptômes que l on voit aujourd hui et qui résume pour l essentiel à l existence du chômage, à la malnutrition, au manque de logement décent, des maladies, de l extrême pauvreté,de la mortalité infantile,de la mal-gouvernance de la criminalité rampante, dans les zones urbaines et les banlieues. etc. A Village Suisse ONG, nous pensons que l accès aux connaissances et surtout au partage des connaissances dans le domaine de l Agriculture grâce à l utilisation des TIC au niveau national, régional et international, permettra de résoudre plus facilement la

20 crise alimentaire actuelle. des études montrent avec l usage des nouvelles technologies, une autre agriculture est possible. Selon le professeur Jean Ziegler rapport des nations Unies à la FAO, la production agricole actuelle peut nourrir le double de la population mondiale soit 12 milliards de personnes. En Afrique par exemple, l utilisation des nouvelles technologies permet de mieux produire et mieux gérer de l eau.( Etude de la DDC, berne 2008) Dès lors, pour atteindre les objectifs du Millénaires que l on s est fixé au SMSI Genève Tunis 2005, les nouvelles stratégies du commerce et du développement doivent être conçue non pas seulement au niveau international, mais elles doivent prendre en compte les besoins réels des pays, et des régions des utilisateurs concernés. A quoi çà sert de cultiver uniquement du café dans un pays qui n en a besoin que pour la consommation de ses partenaires étrangers, et non pour sa consommation intérieure.? Au lieu de cultiver les cultures vivrières qui sont sensées nourrir la population et répondre à un besoin vital d alimentation nationale, à quoi ça sert d importer les denrées alimentaires trop coûteuses pour la consommation locale?a notre avis la crise alimentaire mondiale actuelle montre vraiment l inefficacité des politiques agricoles qui ne tiennent pas compte des besoins réels des populations concernées notamment au niveau de la production, de la distribution de la commercialisation que des échanges des connaissances et des expériences entres les différents acteurs concernés dans les filières agricoles et industrie agro-alimentaires. 3) L état actuel des connaissances traditionnelles qui ont fait leur preuve et l utilisation des nouvelles connaissances issues des nouvelles technologies de l information et de la communication permet de lutter plus rapidement contre la pauvreté dans le monde et de faire face à la crise alimentaire dans le court terme, le moyen terme et voire à long terme. Dans le court terme: - Il faut faire face aux besoins alimentaires d urgence résultant de la hausse mondiale des cours des denrées alimentaires et prévenir ainsi la malnutrition qui peut provoquer de graves agitations politiques - En Afrique il faut encourager les gouvernements à doubler les rendements agricoles afin de dynamiser la croissance économique et combattre la faim dans la réalisation des Programme de développement de la agriculture intégré en Afrique (PIDAA) - Encourager les gouvernements à mettre sur pied des programmes d alimentation scolaire au plan national d abord grâce à la production des denrées alimentaires issu du terroir national., objectif réduire la malnutrition à l échelon national. - Encourager la formation des experts nationaux et des cerveaux dans le domaine agricole (ingénieurs agronomes) qui pourront échanger leurs connaissances du terrain avec d autres ingénieurs agronomes des autres pays. - Encourager l accès aux connaissances aux femmes dans le milieu rural et former les femmes à la prise des pouvoirs à l intérieur de la Nation. - Encourager la formation des populations locales aux techniques de l approvisionnement en eaux dans les campagnes et dans les quartiers pauvres. - Mieux prendre en compte les besoins réels des pays en développement afin de renforcer la cohérence de l action des Nations Unies dans la réponse à la crise alimentaire.

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud

L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Information aux medias Saint-Denis, France, 17 janvier 2013 L année du Cloud : De plus en plus d entreprises choisissent le Cloud Des revenus liés au Cloud estimés à près d un milliard d euros d ici 2015

Plus en détail

Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project

Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project Le projet WIKIWATER The WIKIWATER project Eau et assainissement pour tous Water and sanitation for all Faire connaitre facilement les moyens techniques, financiers, éducatifs ou de gouvernance pour faciliter

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA Renewable Energy For a Better World Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities COMPANY PROFILE Haiti's only designer and MANUFACTURER of solar panels and solar appliances

Plus en détail

WEST AFRICA INTERNET GOVERNACE FIFTH GLOBAL INTERNET GOVERNACE FORUM. 14th to 17th Septembre 2010 VILNIUS, LITHUANIA. Participants REPORT

WEST AFRICA INTERNET GOVERNACE FIFTH GLOBAL INTERNET GOVERNACE FORUM. 14th to 17th Septembre 2010 VILNIUS, LITHUANIA. Participants REPORT WEST AFRICA INTERNET GOVERNACE FIFTH GLOBAL INTERNET GOVERNACE FORUM 14th to 17th Septembre 2010 VILNIUS, LITHUANIA Participants REPORT Introduction : The fifth Global forum on internet governance was

Plus en détail

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit

Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Les contraintes de financement des PME en Afrique : le rôle des registres de crédit Ondel ansek Kay Sommaire Il ressort du débat sur le développement économique de l Afrique subsaharienne (ASS) que les

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Sub-Saharan African G-WADI

Sub-Saharan African G-WADI Sub-Saharan African G-WADI Regional chapter of the Global network on Water and Development Information for Arid Lands Prof. Cheikh B. Gaye G-WADI Workshop 20-21 April 2010 Dakar, Senegal 35 participants

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies

Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Ecodevelopment and Resilient Energy Policies Laura E. Williamson - Project Director UNFCCC COP 17 Side Event December 2, 2011 Renewable Energy Policies for Climate Resilience, Sustainable Development and

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail

La Poste choisit l'erp Open Source Compiere

La Poste choisit l'erp Open Source Compiere La Poste choisit l'erp Open Source Compiere Redwood Shores, Calif. Compiere, Inc, leader mondial dans les progiciels de gestion Open Source annonce que La Poste, l'opérateur postal français, a choisi l'erp

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag STORE IN BEETON, RFP# 2014-110 BEETON retailers in Beeton. The Liquor Control Board of Ontario () is seeking a responsible, customer-focused retailer to operate an Agency store in Beeton. To qualify, the

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center

IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center 2008-1-TR1-LEO04-02465 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: IT-Call

Plus en détail

COMPONENT: CAPACITY BUILDING

COMPONENT: CAPACITY BUILDING COMPONENT: CAPACITY BUILDING TITLE OF THE ACTIVITY 1 Context Target goups / Beneficiaries/actors Implementation strategy Capitalization of Experiences In spite of the efforts made by projects and FIDAfrique

Plus en détail

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN!

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! AUDITORIUM RAINIER III 16 OCTOBRE 2013 MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! UNE VITRINE, DES OPPORTUNITÉS D AFFAIRES... ET UNE FENÊTRE SUR LE MONDE START MONACO BUSINESS est un événement unique pour maximiser

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Propriété Intellectuelle et accord de consortium

Propriété Intellectuelle et accord de consortium INFODAYS Incontact 8-10 october 2012, Dakar, Sénégal Propriété Intellectuelle et accord de consortium Anne-Marie Schelstraete CIRAD, France Direction de la Recherche scientifique et de la Stratégie Chargée

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK THE AFRICAN CONTINENT: SOME LANDMARKS AFRICAN NETWORKS: STATE OF PLAY STRATEGY: DESTINATION 2040 Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK

Plus en détail

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing?

Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Tier 1 / Tier 2 relations: Are the roles changing? Alexandre Loire A.L.F.A Project Manager July, 5th 2007 1. Changes to roles in customer/supplier relations a - Distribution Channels Activities End customer

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2001-406 DORS/2001-406 Current

Plus en détail

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France

Projet de réorganisation des activités de T-Systems France Informations aux medias Saint-Denis, France, 13 Février 2013 Projet de réorganisation des activités de T-Systems France T-Systems France a présenté à ses instances représentatives du personnel un projet

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2

iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner la Gestion de Qualité au niveau BAC+2 134712-LLP-2007-HU-LEONARDO-LMP 1 Information sur le projet iqtool - Outil e-learning innovateur pour enseigner

Plus en détail

Canada-Italy Innovation Award 2015 Call for Proposals

Canada-Italy Innovation Award 2015 Call for Proposals Embassy of Canada to Italy Canada-Italy Innovation Award 2015 Public Affairs and Advocacy www.canada.it Canada-Italy Innovation Award 2015 Call for Proposals Overview The Embassy of Canada to Italy is

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION International Legal Framework for Development of Anti-Corruption Programs 1 AUGMENTATION DES ACCORDS CONTRE LA CORRUPTION

Plus en détail

Partnership for African Fisheries. A NEPAD Programme

Partnership for African Fisheries. A NEPAD Programme Partnership for African Fisheries A NEPAD Programme What is the PAF trying to achieve? GOAL: African fisheries resources contribute sustainably to inclusive growth. Develop a Comprehensive African Fisheries

Plus en détail

Working Group on Implementation of UNGCP Meeting

Working Group on Implementation of UNGCP Meeting United Nations Guidelines on Consumer Protection Working Group on Implementation of UNGCP Meeting 24 March 2014 10 a.m. and 3.00 p.m. (Geneva time) SUMMARY OF THE MEETING Participants: - Chair: Permanent

Plus en détail

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur)

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES BONS D'OPTION SUR ACTION EN DATE DU 18 NOVEMBRE 2011 Bons d'option émis par SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) Les modalités applicables aux Bons d'option figurent

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT

LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT PUBLIC SERVICE GROUP INSURANCE BENEFIT PLAN ACT LOI SUR LE RÉGIME D ASSURANCE COLLECTIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE Application of this Act 1(1) This Act applies to the following (a) persons employed by the

Plus en détail

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS

EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS EXPERTISE & SOLUTIONS POUR OPERATEURS & PROPRIETAIRES D AVIONS PRIVES EXPERTISE & SOLUTIONS FOR PRIVATE AIRCRAFT OPERATORS & OWNERS JET SERVICES GROUP vous propose la solution MANAJETS destinée aux opérateurs

Plus en détail

Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order. Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec

Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order. Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Quebec Gross Revenue Insurance Program Conditional Remission Order Décret de remise conditionnelle visant le Régime d assurancerevenu brut du Québec SI/2004-55 TR/2004-55

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite www.dcs-eg.com DCS TELECOM SAE is an Egyptian based Information Technology System Integrator company specializes in tailored solutions and integrated advanced systems, while also excelling at consulting

Plus en détail

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010

CODIFICATION CONSOLIDATION. Current to September 27, 2015. À jour au 27 septembre 2015. Last amended on July 1, 2010 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Mortgage Insurance Business (Banks, Authorized Foreign Banks, Trust and Loan Companies, Retail Associations, Canadian Insurance Companies and Canadian Societies) Regulations

Plus en détail

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Sonatrach Headquarters 7 November 2006 Adam Shepherd, Associate, Baker & McKenzie Baker & McKenzie International is

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris

dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris dualine An INRA-CIRAD prospective study on Food System and Sustainability Aims and First Issues L.G. Soler INRA-Paris 1 General Context The issue of sustainable food systems raises several challenges:

Plus en détail

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE Union pour la Méditerranée Union for the Mediterranean Lors de la conférence ministérielle des 9 et 10 novembre 2011 à Strasbourg sur le développement urbain durable,

Plus en détail

Consultants en coûts - Cost Consultants

Consultants en coûts - Cost Consultants Respecter l échéancier et le budget est-ce possible? On time, on budget is it possible? May, 2010 Consultants en coûts - Cost Consultants Boulletin/Newsletter Volume 8 Mai ( May),2010 1 866 694 6494 info@emangepro.com

Plus en détail

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation

Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel. Call Centres Telemarketing Sales Regulation THE CONSUMER PROTECTION ACT (C.C.S.M. c. C200) Call Centres Telemarketing Sales Regulation LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (c. C200 de la C.P.L.M.) Règlement sur le télémarketing et les centres d'appel

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

BNP Paribas Personal Finance

BNP Paribas Personal Finance BNP Paribas Personal Finance Financially fragile loan holder prevention program CUSTOMERS IN DIFFICULTY: QUICKER IDENTIFICATION MEANS BETTER SUPPORT Brussels, December 12th 2014 Why BNPP PF has developed

Plus en détail

Lean approach on production lines Oct 9, 2014

Lean approach on production lines Oct 9, 2014 Oct 9, 2014 Dassault Mérignac 1 Emmanuel Théret Since sept. 2013 : Falcon 5X FAL production engineer 2011-2013 : chief project of 1st lean integration in Merignac plant 2010 : Falcon 7X FAL production

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence

Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Empowering small farmers and their organizations through economic intelligence Soutenir les petits agriculteurs et leurs organisations grâce à l intelligence économique XOF / kg RONGEAD has been supporting

Plus en détail

ECOWAS Efficient Lighting Strategy Workshop Supporting Policies and Mechanisms Working Group. Charlie Miller, SolarAid 1-3 October 2013 Cotonou, Benin

ECOWAS Efficient Lighting Strategy Workshop Supporting Policies and Mechanisms Working Group. Charlie Miller, SolarAid 1-3 October 2013 Cotonou, Benin ECOWAS Efficient Lighting Strategy Workshop Supporting Policies and Mechanisms Working Group Charlie Miller, SolarAid 1-3 October 2013 Cotonou, Benin Who is GOGLA? A new industry association, which aims

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations

Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Credit Note and Debit Note Information (GST/ HST) Regulations Règlement sur les renseignements à inclure dans les notes de crédit et les notes de débit (TPS/ TVH) SOR/91-44

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

MANAGEMENT SOFTWARE FOR STEEL CONSTRUCTION

MANAGEMENT SOFTWARE FOR STEEL CONSTRUCTION Ficep Group Company MANAGEMENT SOFTWARE FOR STEEL CONSTRUCTION KEEP ADVANCING " Reach your expectations " ABOUT US For 25 years, Steel Projects has developed software for the steel fabrication industry.

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Gestion des prestations Volontaire

Gestion des prestations Volontaire Gestion des prestations Volontaire Qu estce que l Income Management (Gestion des prestations)? La gestion des prestations est un moyen de vous aider à gérer votre argent pour couvrir vos nécessités et

Plus en détail

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Session 3 Big Data and IT in Transport: Applications, Implications, Limitations Jacques Ehrlich/IFSTTAR h/ifsttar

Plus en détail

Des modules d'apprentissage dans différents langages pour les non -voyants et mal voyants

Des modules d'apprentissage dans différents langages pour les non -voyants et mal voyants Des modules d'apprentissage dans différents langages pour les non -voyants et mal voyants 2009-1-TR1-LEO05-08643 1 Information sur le projet Des modules d'apprentissage dans différents langages pour les

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Etude comparative des pratiques de l intelligence économique entre le Maroc, l Afrique du Sud et le Brésil Par: Mourad Oubrich 3 Plan de la présentation Contexte Cadre conceptuel de l IE Etude empirique

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by.

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by. AUDIT REPORT ON THE CORTE QUALITY SYSTEM: CONFIRMATION OF THE CERTIFICATION (OCTOBER 2011) Name of document Prepared by Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT SPECIAL WARRANT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL Pursuant to subsections 19(2) and (3) of the Financial Administration Act, the Commissioner in Executive Council hereby issues this

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail