Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation."

Transcription

1 Par Franck NEYERS, enseignant technologie laitière et fromagère, ENILIA-ENSMIC de Surgères Bilan hydrique sur une tour de séchage Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation. Rappel sur le séchage des produits laitiers en tour : Les poudres de lait sont obtenues sur tour de séchage par un procédé de séchage dit par entraînement. Les poudres fabriquées sont des poudres Spray, le concentré est dispersé sous forme de fines gouttelettes pour être déshydraté. La déshydratation du concentré est obtenue dans un flux d air chaud et sec. Cet air se charge en humidité (l air cherche toujours à se saturer en humidité). Dans les cas étudiés, l air se charge en humidité pour ressortir à une valeur théorique proche de l Aw de la poudre. La tour MSD, une installation particulière : Les résultats présentés sont issus d observation faite sur une tour MSD Niro. Cette tour a pour caractéristique une reprise de l air humide en sommet de tour, ce qui permet de granuler les produits finis à différents niveaux de la chambre, suivant la localisation du retour des fines. Plus les fines (reprises en haut de tour) sont renvoyées en début de process, plus la poudre est granulée, aérée, plus sa densité est faible (0,350 à 0,450 soit 350 à 450 g / litre). Les différentes arrivées d air sont iden- tifiées sur le schéma (avec les débits massiques d air). Le concentré est mis au contact avec différentes entrées d air pour que le séchage soit progressif et moins énergivore : En haut de tour, par le ventilateur amont ; Un flux d air appelé «plafond buses» permet de refroidir les buses / il n a pas pour objectif de déshydrater le concentré, mais il contribue au flux d air total dans la tour ; En pied de tour, un lit statique permet un deuxième effet de séchage ; De l air est ensuite utilisé pour continuer le séchage en vibro fluidiseur (VF : 5 arrivées d air sont positionnées). De l air chaud ou froid peut être utilisé en fonction des poudres fabriquées ; Un surpresseur envoi de l air dans le circuit des fines : il contribue comme la plafond buse à la capacité globale d évaporation de l installation. Buses de dispersion du concentré. Evaporer l eau du concentré par de l air : Le concentré envoyé en sommet de tour contient près de 50 % d eau. Cette quantité d eau est transférée vers les Poudres de lait de différentes granulométries 14

2 airs après pulvérisation du concentré sous forme de fines gouttelettes par des buses (4 sur l installation étudiée). D un point de vue efficacité de l installation, les quantités d eau à extraire et les capacités d évaporation des airs devraient être proches ; on garde cependant une marge pour limiter le collage, et assurer la rhéologie des poudres (maîtrise de la granulométrie, de la densité, des propriétés de réhydratation). En théorie, afin de continuer le séchage sur toute l installation sans avoir de risque de collage, il faut que la poudre ne croise jamais un air plus humide qu elle. L expression de cette humidité n est pas celle de l H 2 O en % mais de l Aw : Si une poudre fait 0,2 d Aw (environ 4 % d H 2 O), elle se réhydratera si elle croise un air à plus de 20 % d Aw, c'est-à-dire d Humidité Relative (HR en %). Le différentiel existant entre les quantités d eau à évaporer et les capacités de chargement de l air peut représenter une marge de sécurité pour éviter les collages, mais il constitue également un coût économique important. La déshydratation d un concentré par l air peut être suivi et raisonné sur un diagramme de Mollier (ce raisonnement s applique particulièrement aux tours «simple effet», avec 1 seul point de séchage en sommet de tour). D après le diagramme ci après, l air extérieur (point «0») est chauffé jusqu à une température de 180 C (point «1»). Cet air contenait de l eau initialement (HA = humidité absolue à kg d eau /kg d air sec) qui représente un pourcentage du maximum d eau que cet air peut contenir à cette température (humidité relative, HR de 60 %). L air ainsi réchauffé, voit son HR % baisser à moins de 1 %, alors que son HA ne change pas. Pendant la phase de séchage, il se refroidit pendant son chargement en humidité (il suit les droites appelées enthalpies). Il arrive ainsi à une température que l on choisira légèrement supérieure à l Aw de la poudre souhaitée (point «2»). HR de 12 %, on a une HA finale de 42 g / kg. Chaque kg d air a donc pu se charger de 37 g. Dans le cas présenté, la température de sortie pour avoir cette HR de 15 % devrait être proche de 82 C. Si on avait chauffé initialement l air à plus de 180 C, on aurait augmenté ses capacités de chargement (d environ + 5 g pour 20 C en plus). Ce raisonnement et l utilisation de ce genre de graphique vont nous permettre d estimer les capacités de chargement et d évaporation de chacun des airs identifiés sur l installation MSD. Identification et caractérisation des airs présents : Les différents airs suivis sur la tour et son environnement ont fait apparaitre des capacités d évaporations propres. Nous avons considéré que le mélange des ces airs donnait la capacité globale d évaporation de l installation. Pour plus de compréhension, il est précisé qu est nommé : Capacité de chargement : la quantité d eau (en g / kg d air sec) que l air peut prendre avant d arriver à son HR de fin de séchage (nous avons choisi 15 %). Compte tenu de sa température d entrée en tour, le suivi des enthalpies sur le diagramme de Mollier donne une température de sortie pour cet air «humidifié» ; Capacité d évaporation : la quantité d eau que l air peut extraire au total (= capacité de chargement x quantités d air). La mise en place d un tableur de calcul permet d effectuer les calculs plus rapidement : Les relevés sont répétés toutes les heures, lors de la surveillance des installations. Il ressort de cette série de relevés que la capacité totale d évaporation (somme des capacités d évaporation de chaque air) est égale à 2404 kg / heure. L air initial avait une HA de 4,5 g d eau / kg d air sec. L utilisation du diagramme de Mollier donne des capacités de chargement allant de 41 à 1 g d eau / kg d air sec (en fonction des températures d entrée). En regardant les pourcentages d évaporation de chaque air (capacité d évaporation de l air / capacité totale d éva- Si on regarde l HA de l air entrant (5 g / kg) et l HA de fin de séchage pour une Diagramme de Mollier présentant les phases de séchage d un contré par un air extérieur réchauffé à 18 C 15

3 poration), c est l air amont qui extrait le plus d eau (48,19 %), puis le lit statique (LS = 28,63 % en pied de tour), et enfin le VF (plus de 18 %). Les airs des plafonds buses et surpresseurs amènent peu de capacité d évaporation (2,73 % chacun). La tour MSD permet de jouer sur les températures de chacun des airs, elle modifie ainsi les lieux de déshydratation spécifique. Cela permet de passer différents produits : si l installation est donc polyvalente, elle reste très adaptée aux poudres grasses, formulées, où la recherche d une densité précise est maîtrisée par ses différents flux d air (amont, LS et VF). Les limites de ce tableur sont : les débits d air utilisés sont les débits théoriques ; les valeurs d HR de sortie retenues sont de 15 % ; elles servent à estimer les HA de sortie ; elles sont à mettre en relation systématique avec les Aw des poudres. Les relevés de terrain sur les airs de sortie donnent des HR % de 15 à 20 %, et des températures proches des températures de sortie pour un séchage proche à ce qui se passe sur le diagramme de Mollier (79 pour 83 C théorique). Bilan hydrique sur l installation : Le tableur n effectue que le bilan hydrique de l installation, avec des variables difficiles à mesurer, souvent estimées : il y a donc une forte incertitude sur le résultat final, et les interprétations à en tirer. Cet outil peut tout de même être utilisé en routine pour vérifier, lorsque l installation de séchage est en route depuis 1 à 2 heures, les valeurs estimées d eau à extraire (du concentré) et d eau captée (par l air). 16

4 Lors de nos relevés, le débit de concentré était de 3180 kg / h, pour un EST de 52 % et une humidité résiduelle dans la poudre de 2,8 %. La quantité d eau à extraire est donc de 1479 kg / heure. Dans le cas de cette série de relevés, la quantité d eau à évaporer était de 1479 kg / heure. L air avait une capacité d évaporation de 2404 kg / heure. Cela fait donc une marge de sécurité (pour un objectif d HR de 15 % en sortie) de : = 925 kg / h. Il y a donc une marge substantielle, mais la conduite de l installation ne dépend pas que du bilan hydrique, elle dépend aussi et surtout de la rhéologie de la poudre, notamment sa densité. Globalement, il ressort de cette série de mesures les données suivantes : Il existe une proximité entre les données d un séchage isentalpe théorique et les valeurs réelles relevés sur le terrain ; Quelques soient les valeurs calculées, il existerait une marge entre les quantités d eau évaporées, et le potentiel d évaporation de l air (la capacité d évaporation de la tour). Dans la plupart des cas, il semblerait qu une marge de sécurité existe, qui oscillerait entre 900 et 1500 kg d eau à l heure (bilan effectué sur 3 séries de mesure) ; Il n est pas pris en compte dans ces calculs un biais lié à l aptitude au séchage du produit et à son comportement dans la tour : plasticité, dispersibilité, création de la gouttelette séchage serait de 30 à 40 A / heure. Ramené au kg de poudre (2,5 T / h), cela représente 1,2 à 1,6 cts / kg de poudre. Ces données «brutes» informent sur une éventuelle marge de progrès en termes de quantité de concentré à sécher ou de capacité d évaporation. Il ne faut cependant pas oublier les pertes thermiques diverses estimées à 5 % sur ce genre d installation. Comment modifier les paramètres de conduite pour optimiser le bilan hydrique? Pour éventuellement optimiser le bilan hydrique, plusieurs solutions sont envisageables : augmenter la quantité de concentré envoyé dans la tour avec les mêmes débits d air ; diminuer le débit d air entrant si on souhaite garder le même débit de concentré ; garder les mêmes débits d air, mais avec des températures d entrée plus basses. L aptitude au séchage du concentré est à prendre en compte : les marges calculées par le tableur ne tiennent pas compte de cette variable. Les concen- trés se comportent différemment en fonction de leur composition et de leur viscosité. Les opérations unitaires subies par le concentré sont également génératrices de modification de l aptitude au séchage : Suites à donner : Le travail effectué pour ce bilan a mis en avant des écarts théoriques entre les quantités d eau à évaporer (par l air) et les quantités d eau présentes (dans le concentré). Ces écarts théoriques semblent corrélés à des relevés terrain. Le tableur de suivi présenté peut aider à mieux suivre le bilan hydrique de l installation, à condition d affiner les données réelles (débit d air, HA, HR, sur les entrées et sorties). La recherche des écarts minimums doit s accompagnée d une maîtrise de la rhéologie des produits finis, notamment de la granulométrie et de la densité des poudres. Un suivi des Aw des poudres fabriquées est également à mettre en place : les Aw des poudres en fin de séchage et leur Aw étant liées mathématiquement, des abaques permettent de calculer facilement les Aw lors des relevés de conduite horaire. Si on estime qu il faut 1,4 kg de vapeur pour évaporer 1 kg d eau, à raison de 0,0285 A / kg de vapeur, le surcoût de Poudre de lait dans le lit fluidisé, dernière étape du séchage. 17

5 Le tableur complet au stade actuel. 18

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1 Introduction 2 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Des Systèmes Complets Innovants Pourquoi l air comprimé sec et propre est-il important? Dans la majorité des industries, l air comprimé est un fluide

Plus en détail

Comment choisir le bon instrument pour la mesure de l humidité et du point de rosée

Comment choisir le bon instrument pour la mesure de l humidité et du point de rosée Comment choisir le bon instrument pour la mesure de et du point de rosée Qu est-ce que? Introduction aux paramètres de Apprenez les bases et tirez le meilleur profit de vos mesures d humidité. La mesure

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Le premier dispositif 4 en 1.

Le premier dispositif 4 en 1. TETHYS H10 Le premier dispositif 4 en 1. Décontamination, nettoyage, désinfection et séchage en un seul passage pour un flux de travail plus simple, plus rapide et plus efficace. Tethys H10 est le premier

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

E LDS: refroidir intelligemment

E LDS: refroidir intelligemment E LDS: refroidir intelligemment REGLer surveiller OPTIMIser ECKELMANN GROUPE ECKELMANN AG, Wiesbaden. Ferrocontrol GmbH & Co. KG, Herford, ferrocontrol.de eckelmann.de E LDS: MANAGEMENT DU FROID, DE L

Plus en détail

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Version 2: 13.11.2014 Livret de formules Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Economie d entreprise Boulangère-Pâtissière-Confiseuse CFC Boulanger-Pâtissier-Confiseur

Plus en détail

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité 1 Les circuits d eau d une centrale thermique Circuit secondaire Appoint Circuit primaire Circuit tertiaire Purge

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 SOMMAIRE La norme RABC, qu est-ce que c est? Les grandes lignes La blanchisserie et la Fonction linge - incidences sur l application de la méthode Les

Plus en détail

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité La climatisation des salles informatiques: compréhension et état des lieux Charles Vion, Responsable Service Projet Sylvain Ferrier,

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir

Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir L IFIP a réalisé un bilan des consommations d eau et d énergie (gaz, électricité, fioul) sur la période 27 à 28 dans 3 outils d abattage-découpe

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie kst ag Module thermoactif system klima technologie klima system technologie 2 Confort climatique et bien-être Le module thermoactif de KST AG intègre la masse du bâtiment dans la gestion énergétique du

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium

Propriétés thermodynamiques du mélange. Eau-Ammoniac-Hélium International Renewable Energy Congress November 5-7, 2010 Sousse, Tunisia Propriétés thermodynamiques du mélange Eau-Ammoniac-Hélium Chatti Monia 1, Bellagi Ahmed 2 1,2 U.R. Thermique et Thermodynamique

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS 2009 CONDUITE DES PRESSES A GRANULER OUVERT A TOUS 2 sessions : 13 Janvier et 09 Juin 2009 Adhérent : 592 TTC/personne (495 H.T.) Non Adhérent : 828,82 TTC/personne (693 H.T.)

Plus en détail

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur Eau chaude et confort à votre portée! La meilleure façon de

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Système de Pulvérisation à Chaud AccuCoat : La Solution pour les Applications d Enrobage

Système de Pulvérisation à Chaud AccuCoat : La Solution pour les Applications d Enrobage Nozzles Control Analysis Fabrication Système de Pulvérisation à Chaud AccuCoat : La Solution pour les Applications d Enrobage Une Technologie de Pulvérisation Avancée Garantit un Contrôle Précis de la

Plus en détail

FRnOG, 25/01/2013. Marilyn, un datacenter vertical

FRnOG, 25/01/2013. Marilyn, un datacenter vertical FRnOG, 25/01/2013 Marilyn, un datacenter vertical www.celeste.fr Marilyn, un datacenter vertical Pourquoi un datacenter? Pourquoi l air? Pourquoi vertical? Qui est CELESTE? CELESTE est fournisseur d accès

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT

MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT Perrenoud, Pléiades et Design Builder Francesco Formica Grontmij BEFS SOMMAIRE I. Périmètre II. Entrées : acquisition et temps de mise en œuvre III. Sorties : résultats

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

VI Basse consommation inverter

VI Basse consommation inverter [ VERSION SURBAISSÉE ] CV CH CH 7 W pour 1 kw diffusé Applications Chauffage et/ou climatisation en résidentiel ou tertiaire NC Avantages Une offre compétitive en ventilo-convecteurs pour systèmes à eau

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LE CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LES PERFORMANCES DE TANÉO C EST L ASSURANCE : > DE 75 % D ÉNERGIE GRATUITE > D UN FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012

Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Analyse des visites énergie réalisées par les CCI de Rhône-Alpes en 2011 et 2012 Depuis 2006, les CCI de Rhône-Alpes, en partenariat avec l ADEME et le Conseil Régional, s attachent à promouvoir la maîtrise

Plus en détail

Leader belge en énergies renouvelables. Etudes de financement, conception, installation, exploitation et maintenance

Leader belge en énergies renouvelables. Etudes de financement, conception, installation, exploitation et maintenance Leader belge en énergies renouvelables Etudes de financement, conception, installation, exploitation et maintenance Structure de GDF SUEZ Energie Services BU Power & Gas Companies BU Tractebel Engineering

Plus en détail

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES PISCINES CHAUFFAGE DESHUMIDIFICATION TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES Une piscine couverte doit être considérée comme un ouvrage spécifique dont les critères diffèrent de ceux d'un ouvrage classique

Plus en détail

COMPRESSEURS DENTAIRES

COMPRESSEURS DENTAIRES FRANCE COMPRESSEURS DENTAIRES TECHNOLOGIE SILENCIEUSE MGF NOS SERVICES, NOS ENGAGEMENTS - Les pièces détachées sont disponibles sur stock dans notre site localisé en Saône-et-Loire. Envoi express en h

Plus en détail

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 Eau Easitemp définit un nouveau standard pour les thermorégulateurs. Un concept innovant,

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel Bienvenue Tribond - La danse de la pluie L oeil dans la météo A yous que la météo fit dans mon programme Météo everywhere

Plus en détail

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique LES RELAIS STATIQUES (SOLID STATE RELAY : SSR) Princ ipe électronique Les relais statiques sont des contacteurs qui se ferment électroniquement, par une simple commande en appliquant une tension continue

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail

Nouvelle réglementation

Nouvelle réglementation Nouvelle réglementation [ ecodesign ] Directive 2009/125/EC à compter du 01/01/2013, les importations de produits à faible efficacité énergétique SEER et SCOP seront interdites en Europe La nouvelle réglementation

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

1. Définition 2. 2. Quantité de données stockées 2. 3. La miniaturisation 3. 4. Les enjeux 4 LA MINIATURISATION ET SES CONSÉQUENCES 5

1. Définition 2. 2. Quantité de données stockées 2. 3. La miniaturisation 3. 4. Les enjeux 4 LA MINIATURISATION ET SES CONSÉQUENCES 5 TABLE DES MATIÈRES 1. Définition 2 2. Quantité de données stockées 2 3. La miniaturisation 3 4. Les enjeux 4 LA MINIATURISATION ET SES CONSÉQUENCES 5 1. Contrainte de climatisation 5 2. Contrainte de filtration

Plus en détail

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre

Bilan GES Entreprise. Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Bilan GES Entreprise Bilan d émissions de Gaz à effet de serre Conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 Juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (ENE) Restitution pour

Plus en détail

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale

à la fonction remplie par la pièce. AMP 1200 est un système de ventilation décentralisée d'applications. AMP 1200 est une centrale 68 NOMBREUSES POSSIBILITÉS OFFERTES PAR AMP 1 69 INFORMATION PRODUIT AMP 1 Avec un Airmaster vous ne choisissez pas seulement une solution d'avenir durable - mais PLEINS FEUX SUR LA FONCTIONNALITÉ ET LE

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 LES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES I/ PRINCIPE GENERAL Un chauffe-eau thermodynamique (CET) est un générateur thermodynamique

Plus en détail

Incidence sur la siccité de différents types d emballages dans un conteneur

Incidence sur la siccité de différents types d emballages dans un conteneur Incidence sur la siccité de différents types d emballages d dans un conteneur Frédy Cavin Responsable stérilisation - Hospices/CHUV Lausanne 1ères Journées Nationales Suisses sur la stérilisation Définition

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SA... 3 2.1. Informations relatives à la personne morale... 3 2.2. Personne

Plus en détail

Audit type de datacenter réalisé par la société EduWatt

Audit type de datacenter réalisé par la société EduWatt Audit type de datacenter réalisé par la société EduWatt 1. Instrumentation mise en œuvre : Analyseur de réseau : Chauvin Arnoux 8334, 8230 Pinces ampèremétriques : C.A. M 93, Ampflex Oscilloscope : Fluke

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS?

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? Par Philippe et Marie-Noëlle LENOIR Un couple du Volontaires du Progrès qui travaille à GALIM Département des Bamboutos, Province de l Ouest, nous adresse cette fiche

Plus en détail

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts Analyse des coûts Les techniques de calcul et d analyse des coûts portent le nom de comptabilité analytique ou comptabilité de gestion. Ces deux termes seront utilisés indifféremment dans ce cours. Contrairement

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

ANNEXE 1 1/7 LE BATIMENT

ANNEXE 1 1/7 LE BATIMENT ANNEXE 1 1/7 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES APPLICABLES AUX LOCAUX DE STOCKAGE DE POMMES DE TERRE (PLANT, CONSOMMATION ( 1 ) ET FECULE) CONSTRUITS OU AMENAGES DANS LE CADRE DES PROCEDURE D AIDE DE FRANCEAGRIMER

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle

Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

La plaque composite nora Lunatec combi

La plaque composite nora Lunatec combi Une association remarquable : La plaque composite nora Lunatec combi pour la fabrication efficace de semelles plantaires et de semelles orthopédiques Présentation du produit Lunatec combi 1 4 nora Lunatec

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

PETIT GUIDE D ÉCO-CONDUITE

PETIT GUIDE D ÉCO-CONDUITE PETIT GUIDE D ÉCO-CONDUITE L éco-conduite : notre collectivité s engage Rouler dans «le bon sens» aujourd hui, c est utiliser sa voiture de manière écologique, économique et sûre. Ce guide vous permettra

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire

VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire Notice de Montage VMT Mod : Ventilation modulée pour le tertiaire VC 100876 - D920_a - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France VMT Mod est un système de ventilation intelligent à destination

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

PARTIE 7: ICEMATIC PARTIE 7: ICEMATIC ICEMATIC. Types de glace. Machines à glaçons. Machines à glace en grains. Silos. Crushers. Titel. Titel.

PARTIE 7: ICEMATIC PARTIE 7: ICEMATIC ICEMATIC. Types de glace. Machines à glaçons. Machines à glace en grains. Silos. Crushers. Titel. Titel. PARTIE 7: PARTIE 7: Types de glace 148 Machines à glaçons 150 Machines à glace en grains 153 Silos Crushers 154 TYPES DE GLACE 148 La glace doit satisfaire quelles exigences La glace doit satisfaire quelles

Plus en détail

I ntroduction. Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie. Caractéristiques et avantages

I ntroduction. Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie. Caractéristiques et avantages Catalogue Réfrigération Section Notice technique JC-TH230-1xM Edition 060212 Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie I ntroduction Conçu pour faciliter le travail de l installateur,

Plus en détail

Tutoriel sur l enregistrement en classe Janvier 2011- Jean-Claude Boudet (académie de Bordeaux) 1. Le matériel

Tutoriel sur l enregistrement en classe Janvier 2011- Jean-Claude Boudet (académie de Bordeaux) 1. Le matériel Tutoriel sur l enregistrement en classe Janvier 2011- Jean-Claude Boudet (académie de Bordeaux) 1. Le matériel Le choix du matériel et des configurations logicielles dépendent en grande partie de la situation

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Contrôleur de communications réseau. Guide de configuration rapide DN1657-0606

Contrôleur de communications réseau. Guide de configuration rapide DN1657-0606 K T - N C C Contrôleur de communications réseau Guide de configuration rapide DN1657-0606 Objectif de ce document Ce Guide de configuration rapide s adresse aux installateurs qui sont déjà familiers avec

Plus en détail

ATTENTION! Après quelques mois d utilisation, un ordinateur s encrasse et surtout son ennemi mortel est la poussière.

ATTENTION! Après quelques mois d utilisation, un ordinateur s encrasse et surtout son ennemi mortel est la poussière. Après quelques mois d utilisation, un ordinateur s encrasse et surtout son ennemi mortel est la poussière. En effet, l ordinateur est un appareil qui consomme de l électricité dont une partie importante

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates.

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates. SOINS GENERAUX Lisez attentivement les étiquettes des vêtements Respectez toujours les recommandations des fabricants des machines à laver. Dissolvez bien les détergents pour que ceux-ci ne forment pas

Plus en détail

COMPOSANTS DE LA MACHINE

COMPOSANTS DE LA MACHINE FR COMPOSANTS DE LA MACHINE Voyant vapeur prête Interrupteur vapeur Interrupteur de distribution de café Voyant café prêt Couvercle du réservoir à eau Figure A Bouton de distribution vapeur et eau chaude

Plus en détail

Fonctions linéaires et affines. 1 Fonctions linéaires. 1.1 Vocabulaire. 1.2 Représentation graphique. 3eme

Fonctions linéaires et affines. 1 Fonctions linéaires. 1.1 Vocabulaire. 1.2 Représentation graphique. 3eme Fonctions linéaires et affines 3eme 1 Fonctions linéaires 1.1 Vocabulaire Définition 1 Soit a un nombre quelconque «fixe». Une fonction linéaire associe à un nombre x quelconque le nombre a x. a s appelle

Plus en détail

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température Whitepaper Mettre en température économiquement La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur La mise en température de réacteur dans les laboratoires et les unités pilotes de l industrie

Plus en détail

SLIM-Line. efficaces & durables. Solutions pour étiquettes efficaces & durables. Papier Thermo Top SLIM. Papier non couché SLIM. Papier couché SLIM

SLIM-Line. efficaces & durables. Solutions pour étiquettes efficaces & durables. Papier Thermo Top SLIM. Papier non couché SLIM. Papier couché SLIM SLIM-Line efficaces & durables Solutions pour étiquettes efficaces & durables Papier Thermo Top SLIM Papier non couché SLIM Papier couché SLIM Etiquettes effic Solutions pour étiquettes SLIM-Line le nouveau

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Eau chaude Eau glacée

Eau chaude Eau glacée Chauffage de Grands Volumes Aérothermes Eau chaude Eau glacée AZN AZN-X Carrosserie Inox AZN Aérotherme EAU CHAUDE AZN AZN-X inox Avantages Caractéristiques Carrosserie laquée ou inox Installation en hauteur

Plus en détail

Classement selon la Directive EU 1999/45/EC Pour plus d information, voir nos fiches de données de sécurité (MSDS)

Classement selon la Directive EU 1999/45/EC Pour plus d information, voir nos fiches de données de sécurité (MSDS) UDDEHOLM VANADIS 30 Ces informations sont basées sur l état actuel de nos connaissances et sont destinées à donner des indications générales sur nos produits et leurs utilisations. Elles ne peuvent en

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail