Introduction : Problématique de l évaluation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction : Problématique de l évaluation"

Transcription

1 Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale de l évaluation. 1. Les utilisateurs de l évaluation Les utilisateurs des évaluations sont nombreux et ont des objectifs divers L évaluation des sociétés n est pas un problème unique qui offre des réponses simples. C est un problème essentiel de l analyse financière qui surgit dès qu on doit effectuer une transaction. Quand on effectue une transaction, on sait souvent (mais pas toujours) avec qui on va passer le contrat, à condition que l on soit d accord sur le prix, qui dépend de la valeur mesurée et du pouvoir de négociation des co-contractants. Pendant longtemps, on s est contenté d évaluer les actifs et les sociétés à partir des seules données comptables. Ceci était satisfaisant dans un univers stable. Dans notre monde actuel, où les start-up deviennent rapidement des épaves à mettre à la poubelle ou au contraire des entreprises puissantes et bien structurées, les techniques financières ont largement supplanté les techniques comptables, mais la comptabilité, des comptes annuels aux comptes consolidés, reste la base de la connaissance quantifiée des sociétés et il est difficile de se passer totalement d elle. Souvent, les circonstances imposent un choix évident de la méthode d évaluation, mais les contraintes techniques imposent des limites à ce choix. Pierre Kienast a rappelé que «À l image du dieu Janus, l entreprise présente deux visages distincts que le code civil de 1804 a bien transcrits» 1. L article 1832 du Code civil dispose, en effet, que «la société est instituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par contrat d affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l économie qui pourra en résulter...». L exégèse de cette définition montre bien les deux optiques incontournables des méthodes d évaluation des sociétés : l optique des biens qui décrit le patrimoine industriel, commercial et financier de la société ; l optique du bénéfice qui décrit les fruits du patrimoine de la société. 1 Pierre Kienast, L Évaluation des entreprises, Encyclopédie du management, Vuibert, Tome 1, 1992, p

2 À partir de cette définition, il est difficile de trouver une méthode rationnelle d évaluation qui s écarte des deux piliers : de l évaluation par le patrimoine ; de l évaluation par les résultats ; utilisée directement ou combinées l une à l autre dans le cas des méthodes mixtes fondées sur goodwill elles laissent peu de place à d autres, exception faite des méthodes boursières. Le choix de la méthode d évaluation dépend des OBJECTIFS Le choix de la méthode d évaluation dépend aussi de la position des cocontractants. L acquéreur peut avoir un objectif de placement et espérer encaisser des dividendes et des plus-values à terme, un objectif de liquidation en jouant sur les différences de cours, ou un objectif de prise de contrôle. Dans la poursuite de ces objectifs, l investisseur a une perception de la société qui peut être très différente et qui induit par conséquent des paramètres d évaluation différents. La société peut d abord être perçue comme une capacité de production ; elle suppose alors l évaluation technique et financière du matériel, l évaluation de la compétitivité de l organisation et de la flexibilité des facteurs techniques et humains. Elle peut être aussi perçue comme un pourcentage de marché. Ceci suppose l évaluation du niveau commercial et technique des produits, de la typologie des clients, des possibilités d évolution des marges, des investissements complémentaires à réaliser ; cette approche peut être complétée par l image de l entreprise réseau de distribution amont ou aval. Elle peut être également perçue comme un portefeuille d actifs corporels ou la nécessité d évaluer les actifs de haut de bilan, en particulier immobiliers, et de bas de bilan, en particulier s il existe des stocks stratégiques ou comme un portefeuille d actifs financiers positifs (trésorerie) ou négatifs (déficits reportables) pouvant s intégrer dans un ensemble plus large. L image de l entreprise pour l acquéreur induit alors, par l intermédiaire d une négociation, un certain niveau de prix. Le prix exprime le taux d échange d un bien contre un autre et le plus souvent d un bien contre de l argent. Le prix suppose la transaction, avec ses attributs irréductibles que sont le pouvoir de négociation et le temps de négociation, alors que la valeur existe indépendamment de tout échange. Parfois, il existe une ambiguïté, pas toujours facile à résoudre : la valeur vénale, dont nous reparlerons, est une valeur d échange et il est très difficile de la distinguer du prix, puisque c est le prix qui en constitue la totalité. Notons cependant que Les deux notions sont d une nature différente : la valeur est intrinsèquement liée à la chose et le prix constate cette valeur. 8

3 2. Les limites de la méthode d évaluation L évaluation est limitée par : - l incertitude - la difficulté - la comptabilité Ces limites ont une portée générale ou particulière, selon le cas. Elles tiennent à l incertitude et à la difficulté des prévisions, au biais des documents comptables, que ce soit les comptes annuels ou les comptes consolidés et à la relativité du diagnostic comptable et financier de l entreprise. La valeur de l entreprise dépend de son aptitude à générer de manière directe ou indirecte du profit. La valeur patrimoniale de l entreprise peut être considérée, en utilisant des références mathématiques, comme l intégrale de flux bénéficiaires. Inversement le montant du bénéfice peut être considéré comme la différentielle d un capital investi. Dans cette analyse, la plupart des éléments sont à la fois incertains et subjectifs. Le montant des résultats par période est, malgré toute la volonté des normalisateurs et des normes comptables internationales, par essence flou et peut varier subjectivement d un estimateur à l autre selon le type de données qu il prend en considération ou qu il évite d analyser ; la situation de l entreprise isolée, replacée dans son secteur, replacée dans son pays, replacée dans la conjoncture internationale est très différente et il existe plusieurs niveaux de stratification. Le nombre de périodes à prendre en considération est aussi très arbitraire. De même qu en matière météorologique il est imprudent de faire des prévisions à plus de cinq jours, il n est pas réaliste de faire des prévisions pour une entreprise donnée à plus de cinq ans. Il est cependant plus important de faire des prévisions à long terme qu à court terme, car les grands projets des civilisations sont des projets à long terme, ceux des sociétés de premier plan aussi. En pratique les estimateurs se réfèrent souvent à un délai de 3 ans ou de 5 ans, en évitant le délai de 4 ans centré statistiquement au milieu de la période 2-3 ans. Le taux d actualisation ou de capitalisation, constamment utilisé dans les calculs d évaluation pour les périodes supérieures à un an, est encore plus subjectif. Le taux comporte deux éléments : une partie de taux non risquée égale au taux de placement des actifs institutionnels offerts sur les marchés spécialisés (taux moyen de rendement des obligations d État à long terme, taux de base bancaire) et une partie risquée propre à l entreprise à acquérir. Le risque intrinsèque se décompose lui-même en risque d exploitation, risque stratégique, risque conjoncturel. Dans ce dernier risque, il est possible 9

4 de tenir compte de l inflation. «Construire» le bon taux n est pas non plus une chose facile. La conclusion de ces remarques est évidente : le résultat obtenu par l application à un montant incertain d un taux approximatif pendant un nombre de périodes peu pertinent doit conduire l analyste à beaucoup d incertitude et donc à beaucoup de modestie, même s il est très expérimenté. L analyste devra aussi se méfier des biais relatifs aux résultats passés. Les documents comptables reflètent une réalité conforme à une réglementation et à des normes comptables qui tendent à cerner la réalité économique mais n y parviennent pas toujours. Il y a une grande inertie de la comptabilité qui ne peut enregistrer, en raison de sa nature, qu avec un retard de 6 mois à 2 ans, les dégradations et les améliorations rapides. Et encore, la partie comptable et financière du diagnostic global d une société est celle qui est la plus fiable. Les ressources humaines génératrices de la plus grande valeur de l entreprise sont aussi les plus difficiles à évaluer. Il n est pas aisé de transcrire en termes financiers l organigramme et la pyramide des âges du personnel, l aptitude des dirigeants et des cadres et l ensemble des données sociales qualitatives (climat social, absentéisme, rayonnement de l entreprise, culture). La valeur juridique, sociale et fiscale de l entreprise pose aussi de sérieux problèmes que l on s attache aux contrats d exploitation, au fonds commercial, au patrimoine immobilier, à la gestion des licenciements ou aux risques fiscaux acceptés ou encourus. Toutes ces limitations conduisent à effectuer une évaluation de l entreprise subjective et on ne pourra pas exiger la précision d une métrique à plusieurs décimales. Malgré tous ces défauts on peut tout de même se rattacher à des méthodes éprouvées qui permettent de limiter les risques d erreur. 3. Approche générale des méthodes d évaluation Il vaut mieux donner une fourchette d évaluation qu une seule valeur Les réflexions ci-dessus relatives aux limites conduisent à préférer une évaluation par intervalle (fourchette de prix) à une évaluation ponctuelle. Il n est pas possible de définir une méthode universelle destinée à évaluer une société car chaque entité représente un cas particulier auquel on ne saurait appliquer des directives générales et la situation particulière de chaque entreprise conduit à une procédure particulière d évaluation. Après avoir apprécié les forces et les faiblesses de l entreprise, dans les domaines : 10

5 - commercial - industriel - des ressources humaines - juridique et fiscal - comptable - financier ; il faut quantifier ce choix, de préférence en employant plusieurs méthodes ayant des bases différentes mais débouchant sur une panoplie de valeurs cohérentes et convergentes. Quatre critères d estimation se retrouvent assez souvent dans les évaluations : - la valeur des éléments incorporels ; - l existence d un goodwill (survaleur) ; - le taux de capitalisation ou d actualisation choisi ; - le niveau de risque d exploitation. Ces critères s articulent de manière différente selon qu on est en présence d une entreprise saine ou en difficulté. Pour une entreprise saine, il est recommandé de prendre en considération : - le niveau de profit qui mesure très approximativement la plupart des critères financiers ; - le niveau de chiffre d affaires qui mesure les aspects plus commerciaux de l entreprise, de son marché et de ses concurrents ; - le patrimoine qui contient dans une certaine mesure l historique des décisions prises dans le passé en matière d investissement, de financement et de consensus social, mais il ne faut pas hésiter à analyser ces éléments à la lumière des données financières et boursières. Les évaluations peuvent combiner 4 approches : - l actif net corrigé ; - la rentabilité et la croissance ; - les données boursières ; - la valeur d entreprises comparables. L actif net comptable corrigé implique qu une entreprise a une valeur parce qu elle possède des éléments de patrimoine immobilier, mobilier ou financier qui en ont une. L actif net comptable corrigé est un moyen commode d estimer la valeur de l entreprise cédée majoritairement ou dont le résultat faible, déficitaire ou aléatoire ne permet pas l application raisonnable d autres méthodes. 11

6 La rentabilité et la croissance ont une importance déterminante lorsque les principaux actifs sont immatériels : bureau d études, société de service, centre de recherche travaillant sur un marché nécessitant des connaissances particulières telles que les biotechnologies, l intelligence artificielle, l industrie spatiale et l enseignement qu elle donne est complété par celui qu on tire du chiffre d affaires, surtout si l acquéreur potentiel veut accroître sa part de marché par addition. C est surtout dans le domaine des services ou de la distribution que l on s y attache. Les données boursières ont l avantage de refléter l état de l offre et de la demande et d intégrer toute la connaissance que le marché a de la société. Elles sont malheureusement réservées aux entreprises cotées. La valeur d entreprises comparables est plus délicate : elle suppose le choix d un échantillon d entreprises comparables auquel on applique des critères de comparaison. Les critères les plus courants sont le taux de résultat net des capitaux investis, le coefficient de capitalisation boursière PER), la capitalisation boursière par rapport au chiffre d affaires ou le délai de recouvrement. Dans les entreprises en difficulté, le degré de difficulté varie des entreprises ayant fait des erreurs de gestion aux entreprises condamnées. La valeur d une entreprise en difficulté ne peut s apprécier que : - si son exploitation peut être relancée ; - si le résultat d une liquidation éventuelle est positif. Les entreprises condamnées ayant un actif net résiduel positif peuvent être évaluées à l actif net comptable corrigé auquel on applique une décote du quart à la moitié de la valeur de l A.N.C.C. pour tenir compte de l indisponibilité des fonds, de la réticence des co-contractants, des risques inhérents à la liquidation. Les entreprises qui peuvent être redressées peuvent être évaluées à partir de l actif net corrigé actuel et des perspectives bénéficiaires futures. L obligation d injecter des capitaux importants pour assurer le nouveau départ oblige à une décote au moins égale à l actualisation de ces capitaux (coût d opportunité) et au risque inhérent à la nouvelle coordination de la structure de l entreprise. Il existe donc plusieurs familles de méthodes d évaluation, parfois compatibles et parfois exclusives les unes des autres : 12

7 - les méthodes fondées sur le patrimoine : une société a de la valeur parce que les éléments qui la constituent ont eux-mêmes de la valeur ; - les méthodes fondées sur les flux : une société a de la valeur parce que, quel que soit le niveau de ses actifs, elle est capable de générer un résultat, qui, capitalisé à un certain taux mesure la valeur de l entité ; - les méthodes mixtes fondées sur le goodwill : étant donné sa composition en capital, la société devrait générer un résultat d un certain niveau. Si le résultat est plus élevé que prévu, c est que la société a une grande aptitude à mobiliser ses éléments immatériels et sa valeur en est d autant plus grande ; - les méthodes boursières, seulement applicables aux sociétés cotées : une entreprise a de la valeur parce que le marché considère que son rapport rentabilité risque est intéressant et que les investisseurs, possédant toutes les informations utilises, considèrent qu elle a de la valeur. Nous complèterons notre tour d horizon des méthodes d évaluation en exposant quelques méthodes graphiques, qui peuvent avoir une utilité, surtout au niveau de la prise de conscience des problèmes. 13

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

L EVALUATION DE L ENTREPRISE

L EVALUATION DE L ENTREPRISE L EVALUATION DE L ENTREPRISE PRINCIPES GENERAUX DE L'EVALUATION L'évaluation constitue une étape obligée mais néanmoins complexe dans un processus de transmission d'entreprise, compte tenu de l'ensemble

Plus en détail

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur

Le fonctionnement : Le déroulement : Ici, on va décrire les opérations qui peuvent se dérouler au sein d une SICAV, et sur quelle base : La valeur Introduction Contexte Le financement des besoins d investissement de l économie nationale passe par une réelle mobilisation de l épargne. Autant la thésaurisation massive annihile toute velléité de développement

Plus en détail

Favoriser les transmissions des PME

Favoriser les transmissions des PME Favoriser les transmissions des PME Les méthodes d évaluation dans les PME 1 ère journée après midi Appréciation des méthodes d évaluation 2 catégories d entreprises : Les entreprises qui sont étroitement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Vieux de vingt siècles, inscrit dans le Code

Vieux de vingt siècles, inscrit dans le Code 62 La renaissance du viager par la gestion collective Pas de viager sans aléa! Mais celui-ci peut largement être maîtrisé... De quoi piquer la curiosité des institutionnels dans le contexte difficile de

Plus en détail

Introduction Cours d analyse financière

Introduction Cours d analyse financière Introduction Cours d analyse financière MAE Janvier 2006 E.S. 2005-2006 1 Plan de l introduction Définitions & objectifs Les utilisateurs Méthodologie E.S. 2005-2006 2 Définition & Objectifs E.S. 2005-2006

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Inform Informations générales pour les caisses de pension 1 er trimestre 2005 Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Dans le cadre de la gestion de placements

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les procédures qu une entité applique pour s assurer que ses actifs sont comptabilisés

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

PALATINE IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE

PALATINE IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE PALATINE IMMOBILIER OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN : FR0000437550 Dénomination : PALATINE IMMOBILIER Forme juridique

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE L AMF appelle l attention des souscripteurs sur le niveau élevé des frais directs et indirects maximum auxquels est exposé ce Fonds. La rentabilité de l investissement

Plus en détail

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle

Plain talk sur le fonctionnement des FNB. Formation de la clientèle Plain talk sur le fonctionnement des FNB Formation de la clientèle Table des matières 2 Qu est-ce qu un FNB? 4 Comment fonctionnent les FNB 8 Quels FNB vous conviennent le mieux? Les fonds négociés en

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR?

EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR? EVALUATION D ENTREPRISE COMMENT LE PRIX DE L ACHETEUR PEUT-IL REJOINDRE CELUI DU VENDEUR? La valeur globale de l entreprise n est pas la somme algébrique des valeurs des éléments, pris individuellement,

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Evaluation des marques

Evaluation des marques Evaluation des marques GUY JACQUOT / CNEJFD SEBASTIEN SANCHO / CNCC THIERRY VILLOTTE / GUY DEGRENNE (Président) Date Titre de la présentation 1 Sommaire La notion de marque Contextes d évaluation des marques

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Les méthodes d évaluation fondées sur la valeur patrimoniale

Les méthodes d évaluation fondées sur la valeur patrimoniale 3 Les méthodes d évaluation fondées sur la valeur patrimoniale L approche patrimoniale est historiquement une des méthodes qui a été privilégiée en France. Il est fréquent que le vendeur invoque dans le

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Finance d entreprise avancée [FN2] 2011-2012 Les examens Finance d entreprise avancée [FN2] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen, que l on nomme

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4

FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 n NexResearch FONCIERE INEA FR0010341032- INEA FAIR VALUE: 48,4 25 Mars 2010 Données boursières K 2008 2009 2010e 2011e 2012e Dern. Cours, 38,53 Chiffre d'affaires 15 115 19 495 27 500 30 200 33 000 Cap.

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise PIERRE PLUS Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable Immobilier d entreprise CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI PIERRE PLUS présente les

Plus en détail

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER

Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe. En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital fixe En ouverture de capital du 17 février 2015 au 30 septembre 2015 CILOGER ! Du 17 février 2015 au 30 septembre 2015, ATOUT PIERRE

Plus en détail

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité?

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? AXA Selectiv Immo AVERTISSEMENT L OPCI détient directement et/ou indirectement des immeubles dont la vente exige des

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Licence Professionnelle

Licence Professionnelle Licence Professionnelle Management des organisations Spécialité Assistant de Gestion et Contrôle Financier Page Unités d enseignement Page 2 UE1 Langages fondamentaux et compétences personnelles Anglais

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

I. Les opérations relatives aux titres (cas général)

I. Les opérations relatives aux titres (cas général) P6C06 La comptabilisation des placements I. Les opérations relatives aux titres (cas général) Acquisitions (A) Revenus des titres (B) Inventaire (C) Cessions (D) A. L acquisition des titres Application

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013

RAPPORT D'ÉVALUATION E.U.R.L BATI-MAISON. E.U.R.L BATI-MAISON Année 2013 Pose de revêtements de sols ANNÉE 2013 RAPPORT D'ÉVALUATION ANNÉE 2013 E.U.R.L BATI-MAISON BLERIOT Louis 56, Boulevard Marcel Paul BP 14658 44100 NANTES Tél : 02 40 78 98 56 Fax : 02 40 78 98 80 E-mail : Cabinet Expert Atlantique 1 rue de l'océan

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Cet ouvrage couvre totalement le programme de l UE 6 Finance

Cet ouvrage couvre totalement le programme de l UE 6 Finance Cet ouvrage couvre totalement le programme de l UE 6 Finance d entreprise du Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) des études de l expertise comptable. Il s inscrit également dans le cadre des programmes

Plus en détail

Société Civile de Placement Immobilier à capital variable. Murs de commerces France et zone euro CILOGER

Société Civile de Placement Immobilier à capital variable. Murs de commerces France et zone euro CILOGER Société Civile de Placement Immobilier à capital variable Murs de commerces France et zone euro CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI ACTIPIERRE EUROPE présente les risques suivants

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi

DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi DOSSIER DE SUBVENTION 2016 Mode d emploi 1- L instruction de vos demandes de subventions pour 2016 Pour 2016, le dossier complet, accompagné des pièces justificatives, doit être retourné avant le 15 octobre

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

DOSSIER. Fund Research. Pour une sélection de fonds de qualité

DOSSIER. Fund Research. Pour une sélection de fonds de qualité DOSSIER Fund Research Pour une sélection de fonds de qualité Même si «le meilleur» fonds * de placement n existe pas, il est possible d identifier les fonds générant un bon rendement grâce à une analyse

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

REVUE DES RÉSULTATS TROISIÈME TRIMESTRE F2014 9 JANVIER 2014

REVUE DES RÉSULTATS TROISIÈME TRIMESTRE F2014 9 JANVIER 2014 REVUE DES RÉSULTATS FINANCIERS TROISIÈME TRIMESTRE F2014 9 JANVIER 2014 Mise en garde quant aux déclarations prospectives Cette présentation contient des déclarations prospectives qui comportent des risques

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Norme comptable relative aux contrats de location

Norme comptable relative aux contrats de location NC 41 Norme comptable relative aux contrats de location OBJECTIF 1. L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

Gestion des avoirs patrimoniaux. Est-il préférable d acheter ou de louer un bien immobilier? Comment augmenter la rentabilité de mes investissements?

Gestion des avoirs patrimoniaux. Est-il préférable d acheter ou de louer un bien immobilier? Comment augmenter la rentabilité de mes investissements? Vos Besoins Gestion des avoirs patrimoniaux Quel rendement attendre de mes placements au vu de ma situation personnelle? Comment placer mon épargne tout en satisfaisant mes besoins de liquidités? Immobilier

Plus en détail

Les fonds, comment ça marche?

Les fonds, comment ça marche? Les fonds, comment ça marche? SOMMAIRE 1l Qu est-ce qu un fonds? P. 3 2l Quels sont les avantages? P. 3 3l Quel rendement espérer? P. 3 4l 5 conseils avant de commencer P. 4 5l Comment investir dans un

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

La transmission des petites entreprises : un guide de la CCEF

La transmission des petites entreprises : un guide de la CCEF La transmission des petites entreprises : un guide de la CCEF PAR LA COMPAGNIE DES CONSEILS ET EXPERTS FINANCIERS Face au constat que les 20 000 entreprises d une valeur inférieure à 1 M se transmettent

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

PROSPECTUS COMPLET OCTYS

PROSPECTUS COMPLET OCTYS PROSPECTUS COMPLET OCTYS Trésorerie FONDS COMMUN DE PLACEMENT CONFORME AUX NORMES EUROPEENNES Conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN :

Plus en détail

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT C onfiez votre epargne a un professionnel www.fortuneo.be POURQUOI CHOISIR LA GESTION SOUS MANDAT? Vous souhaitez INVESTIR mais vous

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

SWISS LIFE FUNDS (F) EQUITY GLOBAL

SWISS LIFE FUNDS (F) EQUITY GLOBAL SWISS LIFE FUNDS (F) EQUITY GLOBAL Fonds commun de placement Conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE Société de gestion SWISS LIFE ASSET MANAGEMENT (France) 86, boulevard Haussmann 75008 PARIS

Plus en détail

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014

POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 POINT SUR LES OPPORTUNITES DE PLACEMENTS POUR LES CARPA NOVEMBRE 2014 1. PLACEMENTS COURT TERME 1.1 Fonds monétaire Ces placements permettent d optimiser la gestion de trésorerie sur un horizon 1 à 15

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Établissement des hypothèses de meilleure estimation aux fins du rendement des placements (RPAPC)

Établissement des hypothèses de meilleure estimation aux fins du rendement des placements (RPAPC) Note éducative Établissement des hypothèses de meilleure estimation aux fins du rendement des placements (RPAPC) Commission d indemnisation des accidents du travail Décembre 2012 Document 212106 This document

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail