A - Quatre stratégies de sous-traitance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A - Quatre stratégies de sous-traitance"

Transcription

1 Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des services industriels du travail des métaux Les groupes dans le secteur Les relations interentreprises focalisées sur la production Aspects internationaux de l activité des services industriels du travail des métaux Quelques réponses aux défis à relever

2 Les nouveaux enjeux de la sous-traitance Depuis plus d une décennie, les entreprises doivent s adapter à de nouveaux modes managériaux, à l intensification de la concurrence et à l émergence de nouvelles techniques de coordination interentreprises. Selon la théorie des coûts de transaction de Williamson, une entreprise décidera de «faire» elle-même (internalisation) ou de «faire faire» par un tiers (externalisation) selon la solution qui minimise le mieux ses coûts. Le salon annuel de la sous-traitance européenne, Alliance, a commandité une étude inédite et originale sur le profil des entreprises de sous-traitance en Cette enquête, disponible sur Internet, a été réalisée auprès d un échantillon représentatif de donneurs d ordres. Les chiffres ont été traités par Ipsos Opérations 26. A - Quatre stratégies de sous-traitance Selon cette étude, il n existerait plus une sous-traitance mais quatre types de soustraitance. En effet, un sous-traitant ne vivrait plus la même réalité selon qu il fait des petites ou grandes séries, des produits très spécifiques ou très concurrentiels. Ces quatre types de sous-traitance répondraient aux quatre préoccupations majeures des donneurs d ordres, correspondant elles-mêmes aux volumes des commandes et à l état du marché : Les quatre stratégies de la sous-traitance Grandes séries Compétitivité Prix Haut niveau de technicité Petites et moyennes séries Flexibilité Proximité Offre concurrentielle Faible valeur ajoutée Technicité Offre spécifique Forte valeur ajoutée 26 consulté le 25/01/2005.

3 1 - La recherche de coûts d approvisionnement plus bas Les sous-traitants, pour être plus compétitifs, disposeraient de deux solutions : soit le recours à une productivité accrue et une automatisation des processus, soit le recours à la main-d œuvre des pays économiquement avantageux (cf. la Logan, initialement destinée aux pays émergents). Face à la mondialisation, les sous-traitants doivent repenser leur organisation pour réaliser des gains de compétitivité déterminants. Selon les cas, ils peuvent accompagner les donneurs d ordres sur leurs marchés (nationaux ou internationaux), ou mettre en place des actions pour vendre moins cher, ou acheter moins cher ou encore produire moins cher. Pour cela, différentes mesures sont possibles : - modifier leur organisation afin de diminuer les coûts directs et indirects ; - optimiser leur recherche de fournisseurs (nationaux et internationaux) ; - prendre un risque pour investir ; - initier un développement sur d autres marchés, dans d autres pays. La délocalisation vers les pays économiquement avantageux est présentée par les uns comme le phénomène qui détruira à terme la sous-traitance et par d autres comme l issue de secours en dehors de laquelle il n y aura pas de salut pour la sous-traitance. La délocalisation serait une stratégie incontournable pour les produits de grande série, matures ou en fin de vie, sur lesquels il existe une visibilité. Mais certains produits sont délocalisés alors que leur contenu logistique ou technique fait qu ils ne devraient pas l être. La sous-traitance de compétitivité entraînerait des délocalisations de grandes et moyennes séries très concurrentielles. A moins de disposer d une automatisation et d une robotisation poussées pour réduire les coûts salariaux, ces entreprises ne garderaient la plupart du temps en France que les produits à forte valeur ajoutée. Il convient cependant de relever deux observations : - les coûts de délocalisation sont élevés et la démarche est complexe et risquée. Cette solution serait donc plutôt adoptée par des entreprises de plus de 100 ou 200 salariés, en faible proportion parmi les entreprises de sous-traitance ; - la délocalisation serait recommandée pour les grandes et moyennes séries très concurrencées, sur lesquelles la part de main-d œuvre est importante. Or, la majorité des sous-traitants se positionnent sur les petites séries de flexibilité et de proximité. 2 - La recherche de flexibilité et d adaptabilité Pour une entreprise plongée dans un environnement qui bouge, la flexibilité devient une condition de son développement et de sa survie. Suivre de manière plus souple

4 Les nouveaux enjeux de la sous-traitance un marché sans visibilité imposerait le recours à une sous-traitance de flexibilité et de proximité, avec plus de réactivité et des coûts de production et de logistique allégés. Les industriels limiteraient ainsi, dans des proportions significatives, les besoins en capitaux nécessaires au fonctionnement de l entreprise. Le travail en flux tendu deviendrait un axe stratégique. La flexibilité peut être interne ou externe à l entreprise. La flexibilité interne comprend : - l aménagement du temps de travail (modulation des horaires) ; - la flexibilité des compétences (polyvalence, poly-compétence, mobilité interne). La flexibilité externe retient : - le recours à la sous-traitance : pris dans la même logique, les sous-traitants les plus importants seraient amenés à gérer eux-mêmes un réseau de sous-traitants pour le compte des donneurs d ordres ; - l appel à une main-d œuvre extérieure à l entreprise : emploi temporaire (intérim, contrats à durée déterminée (CDD), emplois aidés) ou emploi partagé (groupements d employeurs, temps partagé). La sous-traitance de proximité serait soumise à trois problèmes majeurs : - un portefeuille-client étroit : le sous-traitant de flexibilité est souvent une entreprise de petite taille, avec peu de salariés, peu de clients dont deux ou trois font l essentiel du chiffre d affaires ; d où sa fragilité dès lors que l un des gros clients réduit ses volumes. Quand l activité est soutenue, le sous-traitant ne recherche pas de nouveaux clients car il a des difficultés à trouver du personnel qualifié, et quand l activité décline, il est en difficulté ; - un niveau de rentabilité faible qui empêche tout changement de position et augmente le risque de défaillance ; - une difficulté à transmettre l entreprise, qui serait souvent une entreprise familiale. Le principal enjeu commercial serait d augmenter le nombre de clients dans une zone de chalandise limitée et d accroître le caractère attractif ainsi que la valeur de transmission de l entreprise. La perte de flexibilité des sous-traitants qui délocalisent ouvrirait des opportunités de marchés à récupérer par la sous-traitance de proximité.

5 3 - La recherche de technicité et d innovation La nécessité d innover est souvent présentée comme une clé de développement et une solution pour échapper au laminage des marges. L innovation apparaît donc indispensable pour se différencier sur des marchés concurrentiels. Au triptyque classique «qualité-coûts-délais» imposé au sous-traitant, s ajouterait une exigence supplémentaire concernant la capacité de conception innovante. Source de compétitivité, l innovation s imposerait dans un contexte de concurrence croissante des pays à bas coût de main-d œuvre, de conjoncture économique molle et de hausse du prix des matières premières. Le recours à l innovation et à la technicité serait ainsi l occasion d échapper un temps à la pression sur les prix. Le besoin d innovation des donneurs d ordres conduirait ainsi les sous-traitants à relever quatre défis majeurs 27 : - trouver une marge de manœuvre stratégique et commerciale pour atténuer le critère «coûts» ; - proposer des solutions innovantes et communiquer sur cette capacité de l entreprise. L innovation peut être technique, méthodologique ou encore juridique ; - être opérationnel et efficace dans la gestion des projets de conception innovante, grâce au développement de partenariats avec le client et son bureau d études mais également avec d autres entreprises de métiers complémentaires ; - concevoir «au plus juste» pour respecter les contraintes de performance, de coûts et de délais. Mais cette stratégie connaîtrait quatre limites. Premièrement, la majeure partie des entreprises de sous-traitance ne peut pas assumer les coûts exigés par l innovation. Deuxièmement, la technicité ou l innovation de l entreprise est souvent due à un équipement spécifique, dont elle perdra l avantage dès qu un concurrent fera le même investissement. Troisièmement, l investissement spécifique est souvent réalisé à la demande d un gros client, d où une fragilité dès que celui-ci réduit le volume de ses commandes. Enfin, quatrièmement, le sous-traitant éprouve de grandes difficultés à valoriser et imposer la répercussion de cet investissement supplémentaire sur ses prix. 27 «Sous-traitance industrielle : les enjeux de l innovation», consulté le 16/05/2005.

6 Les nouveaux enjeux de la sous-traitance 4 - La recherche de sous-traitants de haut niveau ou la recherche d une offre globale Pour réduire les coûts d acquisition et garantir la qualité, les entreprises de soustraitance devraient désormais se rapprocher pour fournir une offre globale, agrégeant plusieurs produits ou savoir-faire. Sous l incitation des grands donneurs d ordres qui souhaitent n avoir qu un seul interlocuteur maîtrisant toute la chaîne de fabrication, le nombre de fournisseurs diminue régulièrement au cours des années quatre-vingtdix. En effet, les donneurs d ordres veulent des partenaires capables de leur fournir des sous-ensembles complets et non plus seulement des pièces élémentaires. Cette nouvelle organisation leur assurerait des gains en termes de coûts : réduction du coût de gestion des fournisseurs et apport de valeur ajoutée grâce à une meilleure vision du produit, de sa conception à sa mise en série. Proposer une offre groupée serait ainsi un moyen pour les sous-traitants d être compétitifs face à la concurrence internationale. L optimisation de la relation clientfournisseur passerait inévitablement par une action collective sur les coûts, les délais, la qualité et l innovation. Pour cela, différentes mesures sont possibles : - investir dans des moyens innovants de conception ou de production ; - recruter des spécialistes ; - mettre en place des alliances. Cependant, la sous-traitance de haut niveau ou recherche d une offre globale est confrontée à deux difficultés : - la taille critique en dessous de laquelle le risque de sortir du panel de fournisseurs est élevé ; - la rentabilité amoindrie par l exigence de services non rémunérés : management des sous-traitants de rang inférieur et des partenaires, accompagnement à l international, innovation, etc. Par conséquent, les sous-traitants seraient soumis à la double contrainte de rester identifiés dans le peloton de tête de la sous-traitance de haut niveau et d augmenter le nombre de clients pour pallier la perte éventuelle de grosses affaires. B - Des exigences spécifi ques selon les clients L étude menée par le salon Alliance a analysé les comportements des différents marchés afin de savoir comment raisonnaient les donneurs d ordres.

7 Quatre comportements, non exclusifs les uns des autres, émergeraient dans la stratégie privilégiée par les industriels : - dans 65 % des cas, les donneurs d ordres privilégient la flexibilité et la proximité. Ils recherchent un travail en flux tendu. Ainsi limitent-ils dans des proportions significatives les besoins en capitaux nécessaires pour l entreprise ; - vient ensuite la recherche de technicité, d innovation et de spécificité (30 %) ; - la réduction du nombre de fournisseurs avec la recherche de sous-traitants capables d une offre globale arrive en troisième position (21 %) ; - enfin, le recours à la délocalisation n est privilégié que dans 15 % des cas. La délocalisation est une stratégie essentiellement porteuse sur des marchés présentant une bonne visibilité. D après les résultats de l étude, le marché automobile, principal débouché du secteur, serait plus exigeant et demandeur de : - technicité, savoir-faire spécifique et innovation (40 % des cas) ; - prix compétitifs sur les grandes et moyennes séries avec recours à la délocalisation (29 %) ; - capacité à offrir une offre globale (31 %). De ce fait, ce marché serait réservé : - aux «petits sous-traitants», à condition qu ils aient une spécificité forte, un savoirfaire et un équipement peu répandus, une technicité élevée ; - aux «sous-traitants de fort niveau», capables d offre globale, d innovation et de manager les sous-traitants de rang inférieur ; - aux sous-traitants également aptes à délocaliser les moyennes ou grandes séries très concurrencées, avec une implantation ou un partenariat dans des pays économiquement avantageux. Le marché aéronautique, autre débouché important pour les services industriels du travail des métaux, recherche principalement quant à lui, d une part, la technicité, un savoir-faire spécifique et l innovation et, d autre part, la capacité à proposer une offre globale. Au total, le marché des services industriels du travail des métaux serait avant tout ouvert : - aux «petits sous-traitants», à condition qu ils aient une spécificité forte, un savoirfaire peu répandu et une technicité élevée ; - aux «sous-traitants de haut niveau», capables d offre globale, d innovation et de bonne gestion des sous-traitants de rang inférieur.

8 Les nouveaux enjeux de la sous-traitance C - Trois critères de positionnement des activités des services industriels du travail des métaux Quelles sont les stratégies adoptées par les sous-traitants, face aux donneurs d ordres, dans le secteur des services industriels du travail des métaux? La stratégie de délocalisation, en tant que réponse à une contrainte de compétitivité sur les prix, les concerne peu. En effet, les coûts de délocalisation, très élevés, ne sont supportables que par les entreprises de grande taille, qui sont rares dans le secteur considéré. De plus, cette stratégie est plutôt adaptée pour des produits sur lesquels il existe une visibilité. Or, les professionnels du secteur soulignent le manque de visibilité de leurs marchés. En revanche, le secteur se positionne selon trois autres critères. En travaillant en flux tendu, les entreprises des services industriels du travail des métaux mettent l accent sur la flexibilité et l adaptabilité. Pour suivre de manière plus souple le marché, elles optent massivement pour l appel à la sous-traitance puisque la part des activités déléguées a augmenté considérablement au cours des dernières années. La technicité est également très importante. Les sous-traitants du secteur ont compris l importance de l innovation et réalisent régulièrement des investissements pour assurer la modernisation de leur outil de production. Le secteur tire profit du caractère pointu et difficilement imitable des techniques. Par exemple, on peut citer le découpage laser ou le décolletage. Dans cette dernière activité par exemple, seules deux entreprises en France possèdent un équipement permettant de passer du diamètre 81 en barre et de réaliser ainsi de gros gains de productivité. Enfin, pouvoir proposer une offre globale est essentiel. Beaucoup de sous-traitants des services industriels du travail des métaux l ont admis puisque plus de 80 % des entreprises assurent des productions en partenariat afin de fournir des sous-ensembles complets et non plus seulement des pièces élémentaires. Par exemple, telle entreprise de découpage - emboutissage sur presse et assemblage mise sur la sous-traitance de haut niveau et réalise des sous-ensembles intégrés dans des transformateurs et disjoncteurs électriques qui peuvent comprendre plus de vingt composants et allier une multitude de processus de fabrication.

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Les basiques du Supply Chain Management

Les basiques du Supply Chain Management V3 - Mai 2011 Les basiques du Supply Chain Management Héritage et évolutions Le concept de Supply Chain est un héritage et une évolution des pratiques logistiques, industrielles et managériales. On y retrouvera

Plus en détail

Audit combiné qualité/supply chain

Audit combiné qualité/supply chain CHRISTIAN HOHMANN Audit combiné qualité/supply chain Sécuriser ses relations client-fournisseurs, 2004 ISBN : 2-7081-3219-9 Avant-propos Les entreprises du 19 e siècle partagent un fonds culturel commun,

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ VADE-MECUM DE L UTILITÉ DE L INVESTISSEMENT EN INFRASTRUCTURES 02 LE CERCLE VERTUEUX DES INFRASTRUCTURES FINANCEMENT MOBILITÉ EAU ÉNERGIE EMPLOI CROISSANCE RÉSEAUX DU FUTUR PROTECTION CONTRE LES ALÉAS

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Mesure n 3 Détaxation des heures supplémentaires (proposition de Nicolas Sarkozy) 1. Rappel de la législation actuelle relative à la durée du travail

Mesure n 3 Détaxation des heures supplémentaires (proposition de Nicolas Sarkozy) 1. Rappel de la législation actuelle relative à la durée du travail 15 mars 2007 Mesure n 3 Détaxation des heures supplémentaires (proposition de Nicolas Sarkozy) 1. Rappel de la législation actuelle relative à la durée du travail Les heures supplémentaires sont les heures

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique?

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? La chaîne d approvisionnement ne saurait plus fonctionner sans EDI. L enjeu est à présent d accélérer

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

Les principales spécificités des «résidences de tourisme»

Les principales spécificités des «résidences de tourisme» Les principales spécificités des «résidences de tourisme» «La résidence de tourisme est un établissement commercial d hébergement classé, faisant l objet d une exploitation permanente ou saisonnière. Elle

Plus en détail

Cahier des charges & Règlement

Cahier des charges & Règlement Concours Affiche Evènement «Le mois des Monts» Cahier des charges & Règlement A lire attentivement & à retourner signé Toute affiche ne respectant pas l un des points de ce règlement ne pourra être retenue.

Plus en détail

LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES

LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES I. Qu est-ce que la GPEC? LA GPEC, SUPPORT DE L ACTION STRATÉGIQUE La GPEC a pour mission d adapter l effectif du personnel à l Ent. Sur le plan

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo 1 Etat des lieux : les énergies renouvelables, une mine d activités en devenir Dans un contexte de lutte contre le changement climatique,

Plus en détail

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Juillet 2009 Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Sommaire 1 Introduction 3 1.1

Plus en détail

1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés?

1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés? LES PRINCIPALES PROPOSITIONS DE LA PROFESSION COMPTABLE FRANCILIENNE 1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés? Proposition n 1 : La formation initiale doit davantage être mise

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Coût de fabrication ou d achat. Calcul des besoins Management Industriel et Logistique (4) (2) (1) (2)

Coût de fabrication ou d achat. Calcul des besoins Management Industriel et Logistique (4) (2) (1) (2) Etude de cas 1 : La société Lebreton fabrique un produit A dont la nomenclature est la suivante (les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de composants dans un composé de niveau immédiatement

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire

étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire étude et réflexions en vue du projet déploiement des conseillers dédiés pays de la loire mémo eld / novembre 2014 2 introduction Une expérimentation basée sur la spécialisation des conseillers de Pôle

Plus en détail

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde (GEO) LEVEQUE Florian (RICM) SECURIX Simulation de gestion d entreprise Univers A Entreprise 4 Année 2010-2011 Sommaire Introduction - Stratégie

Plus en détail

Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires

Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires par Hans Verhulst 1, consultant, Centre de promotion des importations provenant des pays en développement

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire?

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? Actions et Communication pour promouvoir les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? MARS 2008 Sommaire Introduction Proposition de campagne de communication

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Business Plan. Belfort 21 décembre 2012. Frédéric de Thezy / Laetitia B.

Business Plan. Belfort 21 décembre 2012. Frédéric de Thezy / Laetitia B. Business Plan Belfort 21 décembre 2012 Frédéric de Thezy / Laetitia B. 0 Sommaire Résumé... 2 Portrait de l entreprise... 3 Les prestations... 4 SWOT... 5 Le marché... 6 Les acteurs... 9 Business modèle...

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir Apparue en Lorraine en tant qu'industrie de reconversion, à la suite du déclin des industries minières et sidérurgiques, l'industrie automobile est aujourd'hui fortement ancrée en région et représente

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

LA LOGISTIQUE UNE FILIERE RESPONSABLE AU CŒUR DES ENJEUX ECONOMIQUES

LA LOGISTIQUE UNE FILIERE RESPONSABLE AU CŒUR DES ENJEUX ECONOMIQUES LA LOGISTIQUE UNE FILIERE RESPONSABLE AU CŒUR DES ENJEUX ECONOMIQUES Intervenants : Jean-Claude BOSSEZ, Président d AFILOG Jean MARGERIE, Directeur Général de MGF Logistique Pascal BOUFFARD, Directeur

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT

L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT L APPAREIL EXPORTATEUR AUVERGNAT Des gisements de progrès Avril 2011 LES CONSTATS Les PME auvergnates n exportent pas assez : 2% des entreprises contre 3% au niveau national à l origine que d un tiers

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

I) Les stratégies de croissance au niveau économique

I) Les stratégies de croissance au niveau économique Toute entreprise ambitionne de se développer et donc de s agrandir en recherchant la croissance. Elle peut l obtenir à partir de 3 choix essentiels. Choix de croissance du point de vue économique (1 ou

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Les secteurs innovants dans les TPE-PME lorraines

Les secteurs innovants dans les TPE-PME lorraines Les secteurs innovants dans les lorraines On compte en 00 en Lorraine 1 80 établissements appartenant au domaine des secteurs innovants (voir définition), dépendant de 1 470 entreprises, soit environ 19

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste. Atteindre le facteur 4 en 2050 est un objectif ambitieux

Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste. Atteindre le facteur 4 en 2050 est un objectif ambitieux Certu M o b i l i t é s e t t r a n s p o r t s Le point sur 17 Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste La prise en compte des émissions de gaz à effet de serre dans les politiques

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES

ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES Alain Alleaume ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES Mettre en œuvre des stratégies d achats efficaces Maîtriser les budgets Développer son capital fournisseur Mesurer et piloter la

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

LA GESTION STRATEGIQUE DES ACHATS INTERNATIONAUX

LA GESTION STRATEGIQUE DES ACHATS INTERNATIONAUX LA GESTION STRATEGIQUE DES ACHATS INTERNATIONAUX 1 LA GESTION STRATEGIQUES DES ACHATS INTERNATIONAUX Sommaire 1 - STRATEGIE DE L ACHAT A L INTERNATIONAL Enjeux Raisons Freins Préparer l entreprise aux

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh VUE EXPERT les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh Introduction A l ère du web et de l e-commerce, le rôle du vendeur en magasin devient plus que jamais stratégique. Paradoxe?

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

Appui-conseil à l innovation sociale

Appui-conseil à l innovation sociale Appui-conseil à l innovation sociale Mode d emploi Vous souhaitez déposer un projet, ce dossier vous propose : Une présentation du dispositif et de son fonctionnement (Fiche-action 1) Des critères et des

Plus en détail

Ce document est la propriété de Barthel & Schunck Consulting

Ce document est la propriété de Barthel & Schunck Consulting Intervenants Thierry Lembert Associé Barthel & Schunck Consulting Amin Rafinejad Spécialiste du numérique Qui sommes-nous? Barthel & Schunck Consulting est un cabinet de conseil en stratégie, management,

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

VISIBILITE GLOBALE EXECUTIVE BRIEFING. La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement

VISIBILITE GLOBALE EXECUTIVE BRIEFING. La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement 2 «Les responsables de chaine d approvisionnement ont besoin de voir et d agir sur la base d informations fiables» «70% des responsables

Plus en détail

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité?

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? Existe-t-il une relation entre la fragilité économique des TPE et PME françaises et le peu de temps qu elles consacrent à la construction

Plus en détail

Approche produit/processus comme dynamique de développement

Approche produit/processus comme dynamique de développement Donnez un avenir industriel à vos projets Approche produit/processus comme dynamique de développement Stéphane MICHEL Date : 24 / 06 / 2010 3, Avenue de l industrie, Adamantis bât. A - 31150 Bruguières

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM ENICarthage 2015 / 2016 Chapitre I : GRC-F : Concepts fondamentaux 2 CRM / SRM?? Logistic Core Operations with SAP Procurement, Production and Distribution

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGER. Intervenant : Christophe FERRIGNO. Directeur / Fondateur du Portail www.supply-chain.fr

SUPPLY CHAIN MANAGER. Intervenant : Christophe FERRIGNO. Directeur / Fondateur du Portail www.supply-chain.fr SUPPLY CHAIN MANAGER Intervenant : Christophe FERRIGNO Directeur / Fondateur du Portail www.supply-chain.fr Comment sont ils recrutés? Que recherchent les entreprises? Compétence / Personnalité -Comportemental

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI Congrès Mondial de l AMSEP Annie GAUVIN- Istanbul- le 6 mai 2015 Faits et tendances actuels 200 millions

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances

Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances Présentation aux journées professionnelles de formation de l ANDML Le 9 juin 2010

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion ARGOS Analyse régionale pour les grandes orientations du schéma des formations Pistes de réflexion GFE 05 Structures métalliques Juillet 2005 Travail des métaux Fonderie Réalisation CarifOref Midi-Pyrénées

Plus en détail

INGENIERIE DE COMPETENCES ET PORTAGE SALARIAL

INGENIERIE DE COMPETENCES ET PORTAGE SALARIAL INGENIERIE DE COMPETENCES ET PORTAGE SALARIAL 28, rue de la Croix Rouge - 87000 - LIMOGES Tél. : 05-55-05-95-06 Fax : 05-55-77-60-24 contact@portage-ascom.fr www.portage-ascom.fr Le portage salarial est

Plus en détail

CSSS DOMAINE-DU-ROY PLAN TRIENNAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2010-2013

CSSS DOMAINE-DU-ROY PLAN TRIENNAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2010-2013 CSSS DOMAINE-DU-ROY PLAN TRIENNAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2010-2013 Présenté au comité de direction, le 21 décembre 2010 1. LA DÉMARCHE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Au printemps 2006, le gouvernement du Québec

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE

Direction Générale du Travail. COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail COE Intervention du 19 novembre 2013 Jean-Denis COMBREXELLE Direction Générale du Travail Les nouvelles formes d emploi Introduction Une évolution forte du travail de ces

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences UN OUTIL PROMOTIONNEL IDÉAL EMEA Améliorer ses connaissances et son savoir-faire participent aux nombreuses possibilités d évolution

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

Le plan de sauvegarde de l emploi (PSE) doit être

Le plan de sauvegarde de l emploi (PSE) doit être Droit en du pratique CE Avant d en arriver au PSE, de nombreuses mesures peuvent être utilisées pour faire face à la baisse de commandes ou du chiffre d affaire. Si le CE peut proposer leur mise en œuvre

Plus en détail

Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012

Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012 Vert, l avenir! L économie passe au vert Synthèse des actes de la semaine des métiers de l économie verte en Nord Pas de Calais du 16 au 19 octobre 2012 Ce projet est cofinancé par l Union européenne.

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) LES ORGANISATIONS BOUGENT PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) Livret rédigé par Jean-Pascal Bricout, Daniel Chabaud et Martine Crumière SCÉRÉN-CNDP, 2007 Fondée en 1875, l entreprise familiale Babolat

Plus en détail

Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT. IUT Avignon

Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT. IUT Avignon Offre de formation DUT et modalités d admission en DUT IUT Avignon SOMMAIRE Présentation du DUT et admission en DUT p. 3 DUT Génie Biologique Option Agronomie p 5 DUT Génie Biologique Option Industrie

Plus en détail

MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION

MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION MODE DE GESTION DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DIFFICULTÉS DE RECRUTEMENT DANS LES MÉTIERS DE L HÔTELLERIE-RESTAURATION De tous les domaines professionnels du tertiaire, celui de l hôtellerie-restauration est le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail