DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso life.eu Chargée de communication + 32 (0)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE Organisateur CARI asbl Place Croix du Sud, Louvain la Neuve +32 (0) Contact Carolina Cardoso life.eu Chargée de communication + 32 (0)

2 1 SMS pour les abeilles, 1 sourire à la vie Une campagne de récolte de fonds citoyenne La Campagne Le Centre apicole de recherche et d information (CARI asbl) organise du 17 juillet au 15 octobre 2014, une récolte de fonds citoyenne pour poursuivre les actions «abeilles» réalisées au niveau européen. Les menaces environnementales pour les abeilles se multiplient. Aujourd hui, il faut consolider les résultats déjà obtenus et aller de l avant. Il est essentiel de poursuivre le travail de l équipe de Bee Life Coordination apicole européenne (Bee Life asbl) qui consiste à : surveiller que des pesticides nocifs pour les abeilles ne soient plus utilisés, assurer une évaluation adéquate des nouveaux risques environnementaux, veiller à la mise en place d une synergie entre nature et agriculture. A travers la campagne «1 SMS pour les abeilles, 1 sourire à la vie», le CARI souhaite associer un maximum de citoyens en Belgique au travail de Bee Life. La campagne a pour but de donner à Bee life les moyens de remporter de nouvelles batailles pour les abeilles mais aussi pour les citoyens, car les abeilles nous concernent tous. Chacun peut agir en envoyant un SMS avec le code Miel au Chaque SMS apporte 1 euro à la campagne. Des virements plus importants sont naturellement possibles sur le compte du CARI. C est tous ensemble que nous pourrons récolter les fonds nécessaires pour poursuivre et développer nos actions. Cette campagne sera diffusée le plus largement possible au travers de mailings et d internet avec le concours d une série d associations qui nous aident à promouvoir le message. Maintenant, c est à chacun d entre vous de jouer! Pour plus d informations, retrouvez l équipe du CARI à notre stand à la Foire agricole de Libramont, les 25, 26, 27 et 28 juillet

3 3

4 Qui sommes-nous? Le CARI est une asbl créé en juin 1983 par une équipe de chercheurs du laboratoire d'écologie de l'université catholique de Louvain. Elle fait partie d Agro Louvain Service. Son objectif est la promotion et le développement de l'apiculture. Dès le début, le CARI a cherché à répondre aux problèmes de terrain par la réalisation de recherches appliquées (pollinisation, varroase, intoxications, identification et valorisation des miels) et par une information et des programmes de formation spécialement orientés vers les apiculteurs. Le CARI est membre de Bee Life Coordination apicole européenne asbl, une association d apiculteurs de plusieurs pays européens dont le but est de résoudre les problèmes environnementaux des abeilles. Bee Life emploie deux salariés et regroupe 13 membres dont : 2 en Belgique : le CARI et la FAB (Fédération Apicole Belge) 5 en France : le SNA (Syndicat National d Apiculture), l UNAF (Union Nationale d Apiculture Française), la FNOSAD (Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Départementales), la FFAP (Fédération Française des Apiculteurs Professionnels), la Confédération paysanne 1 au Luxembourg : la FUAL (Fédération des Unions des Apiculteurs du Grand- Duché de Luxembourg) 2 en Espagne : la COAG (Coordinadora de Organizaciones de Agricultores y Ganedaros) et AGA (Association Galega de Apicultura) 2 en Italie : l Unaapi (Unione Nazionale Associazioni Apicoltori Italiani) et la CONAPI (Consorzio Apicoltori et Agricoltori) 1 en Autriche : Osterraichischen Erwerbsimkerbundes. 4

5 Attention, danger! Les problèmes rencontrés par les abeilles sont en grande partie liés à notre environnement qui se dégrade. Elles sont exposées à un grand nombre de polluants qui même en quantités infimes, peuvent avoir des effets sur leur santé. Les menaces qui planent sur les abeilles ont un impact sur notre alimentation puisqu elle est intimement liée à la pollinisation des fruits et la production de semences, aujourd hui affectée. - Les abeilles meurent et s'affaiblissent Depuis une vingtaine d années, les apiculteurs constatent un affaiblissement des colonies d abeilles. En Belgique, les pertes de colonies ont atteint ruches mortes en Belgique, en 2012, soit plus de 30% de pertes. C était 5 % par le passé. Les mortalités atteignent jusqu à 100% localement. En Italie, après une rémission ponctuelle, le pays connaît à nouveau d importants problèmes de mortalité de colonies en 2014 suite à l introduction de nouveaux pesticides. - Les pesticides systémiques Partout dans le monde, les pesticides systémiques comme les néonicotinoïdes et le fipronil contaminent les habitats (eau, sol, air) et affectent la santé des abeilles, mais aussi celle des vers de terre, des oiseaux, et d autres animaux. - Les médicaments vétérinaires En 2013 et 2014, des abeilles meurent dans des zones de haute montagne comme dans les Pyrénées, des zones que l on croyait jusqu alors indemnes de toute contamination. Des produits de traitement utilisés sur le bétail sont remis en question. - Les cultures issues de l ingénierie génétique Les risques des ces cultures sont mis en évidence. Les apiculteurs italiens dénoncent par exemple la mortalité d'abeilles sur le tournesol sélectionné avec ces nouvelles techniques et résistant aux herbicides. - La monoculture Les zones de monoculture où la diversité en nectar et en pollen est pauvre et l utilisation de pesticides importantes posent des problèmes pour les abeilles. 5

6 Les actions de Bee Life asbl Aujourd hui, protéger la santé de l abeille passe par la recherche de solutions améliorant la qualité de l'environnement. Les objectifs à long terme et la vision de Bee Life consiste à : - Poursuivre l objectif «zéro pesticides» - Proposer une modification profonde des pratiques agricoles et de la gestion des espaces verts. - Renforcer les canaux de communication entre les apiculteurs sur le terrain, les scientifiques, les décideurs politiques européens et le public pour générer des connaissances, renforcer les capacités et créer des réseaux appropriés. Pour ce faire, Bee Life organise son travail et ses activités pour : - Recueillir un maximum d informations de terrain provenant d apiculteurs en Belgique et en Europe ; - Constituer des dossiers techniques basés sur les dernières publications scientifiques pour mettre en évidence l impact de paramètres environnementaux sur les abeilles ; - Définir des priorités d actions et rencontrer nos décideurs pour les informer de la situation réelle et des actions qu ils peuvent mettre en place pour aider les pollinisateurs ; - Mettre en place des outils destinés au public (site web, dossiers didactiques, etc.) pour qu ils puissent mieux comprendre la situation réelle des pollinisateurs, l impact de certains produits ou de politiques mises en place. 6

7 Premier résultats Dès 2007, la Coordination apicole européenne par des courriers, des réunions, des actions, informe et recommande au Parlement européen et à la Commission européenne : D interdire les traitements de semences avec des pesticides toxiques pour les abeilles pour éviter les risques de contamination des abeilles par les poussières de semis D inclure dans la législation européenne la prise en compte des risques d exposition chronique que les pesticides entrainent sur les abeilles et aussi sur le couvain De réviser l évaluation des risques des insecticides néonicotinoïdes et du fipronil Vu les risques avérés des néonicotinoïdes et du fipronil, de bannir définitivement toutes les applications de ces substances. Suite à la persévérance de Bee Life, des décisions politiques sont prises: Evolution de la législation européenne o Renforcement des exigences d évaluation des risques des pesticides sur les abeilles o Instauration de pratiques agricoles pour atténuer les risques liés aux poussières de semis de 3 néonicotinoïdes. Suspension partielle des 3 insecticides néonicotinoïdes les plus toxiques et du fipronil. Publication de nouvelles méthodologies d évaluation des risques des pesticides pour les abeilles, qui doivent être approuvées et appliquées lors de la mise sur le marché de nouvelles molécules. 7

8 Concrètement, pourquoi participer? Nous devons plus que jamais ouvrir les yeux, rester vigilants et informer les décideurs politiques européens qui sont en charge de la santé de l abeille et du consommateur. Nous espérons récolter au niveau belge euros. Ce budget nous permettra de poursuivre nos actions en matière de pesticides en 2014 et d envisager dès l année 2015 de nouveaux projets en matière d OGM et d alternatives agricoles respectueuses des pollinisateurs. Grâce à vos dons, nous pourrons : - Continuer à travailler sur l axe prioritaire de Bee Life: le projet pesticides Eviter la mise sur le marché et l utilisation de molécules toxiques et néfastes pour la santé abeilles en Europe. Aboutir à une suspension totale des néonicotinoïdes et du fipronil et recueillir les informations de terrain concernant l implémentation de la suspension. Informer les décideurs sur l impact d autres produits phytosanitaires sur les abeilles, comme les produits vétérinaires et les fongicides. Assurer l application d un schéma adéquat d évaluation des risques des pesticides pour les abeilles. Informer les acteurs adéquats lorsque des problèmes de conflits d intérêt et de transparence se posent, en matière de pesticides. - Développer : le projet génie génétique Informer les décideurs des faiblesses des méthodologies d évaluation des risques, entre autres pour les abeilles. - Développer : Le projet Abeille & Agriculture: Rédiger et promouvoir une charte visant une agriculture respectueuse des pollinisateurs auprès des parlementaires européens. Favoriser l utilisation de l abeille comme indicateur de la pertinence des mesures prises en faveur de l environnement dans le cadre de la Politique Agricole Commune. 8

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

Pourquoi un guide de bonnes pratiques? L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL BELGIQUE-BELGIË P.P. 7 1245 1348 LOUVAIN-LA-N

Pourquoi un guide de bonnes pratiques? L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL BELGIQUE-BELGIË P.P. 7 1245 1348 LOUVAIN-LA-N BELGIQUE-BELGIË 1348 LOUVAIN-LA-N P.P. 7 1245 L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL Ed. resp. : E. Bruneau / CARI / Place Croix du Sud 4 / 1348 Louvain-la-Neuve Pourquoi un guide de bonnes pratiques?

Plus en détail

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Présentation en vidéo-conférence Mois de l abeille urbaine à Montréal Marc Wollast marc.wollast@apisbruocsella.be www.apisbruocsella.be Apis Bruoc Sella Bruxelles

Plus en détail

Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique

Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique (Vespa velutina nigrithorax) Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de Loire-Atlantique

Plus en détail

L ABEILLE DOMESTIQUE

L ABEILLE DOMESTIQUE L ABEILLE DOMESTIQUE Que savez-vous de moi? On m appelle l abeille européenne (Apis mellifera), ou l abeille domestique. J appartiens à l ordre des insectes hyménoptères, c est-à-dire ceux pourvus d ailes

Plus en détail

Rucher Ecole Domaine de Blonay

Rucher Ecole Domaine de Blonay Rucher Ecole Domaine de Blonay Jean-Luc Rodriguez MEMENTO DES REGLEMENTATIONS EN APICULTURE Les réglementations quant aux droits et devoirs des apiculteurs amateurs ou professionnels ne sont pas toujours

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

Présentation du réseau COLOSS

Présentation du réseau COLOSS Résultats de l enquête COLOSS 2012 Céline Holzmann 1, Julien Vallon 1, Pascal Jourdan 1 ( 1 ITSAP-Institut de l abeille) Depuis maintenant cinq ans, l ITSAP-Institut de l abeille quantifie les pertes hivernales

Plus en détail

Le cri d alarme de France Nature Environnement

Le cri d alarme de France Nature Environnement Le cri d alarme de France Nature Environnement 1 Contexte En novembre 2010, FNE lance une compétition auprès de plusieurs agences pour «élaborer et mener en direction des citoyens, une campagne de communication

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Compte-rendu d activité

Compte-rendu d activité Compte-rendu d activité 2010/2011 ITSAP Institut de l'abeille Institut technique et scientifique de l apiculture et de la pollinisation Avant-propos L ITSAP-Institut de l abeille s installe progressivement

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

L application d acide formique par la méthode flash

L application d acide formique par la méthode flash TITRE DE LA PRÉSENTATION : L application d acide formique par la méthode flash AUTEUR : Jean-Pierre Chapleau, Ba.L. Apiculteur et éleveur de reines Les Reines Chapleau inc., Saint-Adrien On appelle «flash»

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA VARROASE AVEC L ACIDE METHODE FLASH

LUTTE CONTRE LA VARROASE AVEC L ACIDE METHODE FLASH LUTTE CONTRE LA VARROASE AVEC L ACIDE FORMIQUE METHODE FLASH Méthode expérimentale utilisée sur l exploitation apicole GAEC Famille Jérôme REGNAULT 21500 SAVOISY Tél: 03 80 93 19 37 HISTORIQUE Suite d

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19 Lors de chaque visite, notre attention se porte sur l âme de la ruche, le couvain. Avec l expérience, on peut y trouver une série d informations qui nous aident dans la conduite des ruches. Pour un nouvel

Plus en détail

Dossier de presse REMISE DE PRIX «ZERO PHYTO 100% BIO» Auditorium de l'hôtel de ville de Paris 30 Mars 2015

Dossier de presse REMISE DE PRIX «ZERO PHYTO 100% BIO» Auditorium de l'hôtel de ville de Paris 30 Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE 7/0/0 Dossier de presse REMISE DE PRIX «ZERO PHYTO 00% BIO» Auditorium de l'hôtel de ville de Paris 0 Mars 0 www.0phyto-00pour00bio.fr CONTACTS PRESSE : Agir Pour l'environnement Stephen

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable LE TRAITEMENT DE SEMENCES Un outil pour l agriculture durable Préparé par La Commission pour le traitement des semences et l environnement de la Fédération internationale du commerce des semences (FIS)

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

CLÉS POUR COMPRENDRE L AGRO-ÉCOLOGIE

CLÉS POUR COMPRENDRE L AGRO-ÉCOLOGIE 10 CLÉS POUR COMPRENDRE L AGRO-ÉCOLOGIE L agro-écologie «Je souhaite engager notre agriculture sur la voie de la double performance économique et écologique, pour faire de l environnement un atout de notre

Plus en détail

Article BTA Région Languedoc Roussillon

Article BTA Région Languedoc Roussillon Article BTA Région Languedoc Roussillon 1. Situation géographique et systèmes agro-pédo-climatiques Le Languedoc-Roussillon compte environ 2,295 millions d'habitants, pour une superficie de 27376km². Il

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Programme de formation Matra Sud La sûreté alimentaire

Programme de formation Matra Sud La sûreté alimentaire Programme de formation Matra Sud La sûreté alimentaire Session 1: du 31 mai au 10 juin 2015 1 Informations principales Les objectifs principaux du programme de formation Matra Sud (MSTP) sur la sûreté

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité Section 13,2 - Admissibilité Page 1 Les normes générales à toutes les protections d assurance concernant l application des normes d admissibilité se retrouvent à la procédure générale. Cependant, les normes

Plus en détail

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05 2012/05 La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? par Noemie Nyst Analyses & Études Monde et Droits de l Homme 1 Siréas asbl Nos analyses et études,

Plus en détail

Programme de sélection et de la performance des abeilles mellifères

Programme de sélection et de la performance des abeilles mellifères Programme de sélection et de la performance des abeilles mellifères Pierre Giovenazzo PhD and Georges Martin MSc Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, Québec Canada Objectives Travail

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Le traitement flash avec APINOVAR pour contrôler la varroase

Le traitement flash avec APINOVAR pour contrôler la varroase Le traitement flash avec APINOVAR pour contrôler la varroase Par Jean-Pierre Chapleau Les Reines Chapleau inc mars 006 Qu est-ce que le flash? Qu est-ce que APINOVAR? Nous appelons «flash» un traitement

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE ATELIER CEREMA 21 MAI 2015 LYON DÉPARTEMENT MARKETING ET SERVICE / TER RA DIFFUSION LIMITÉE JEUDI 21 MAI 2015 SOMMAIRE 01. DÉFINITION

Plus en détail

ASSURANCE DES ELEVAGES APICOLES GROUPEMENTS et INDIVIDUELS POUR ELEVER VOS ANIMAUX EN TOUTE SERENITE

ASSURANCE DES ELEVAGES APICOLES GROUPEMENTS et INDIVIDUELS POUR ELEVER VOS ANIMAUX EN TOUTE SERENITE POUR ELEVER VOS ANIMAUX EN TOUTE SERENITE ASSURANCE DES ELEVAGES APICOLES GROUPEMENTS et INDIVIDUELS 1 Convention spéciale, référencée API-00, annexée aux Conditions Générales des contrats «ASSURANCE DES

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015 Département de l économie, de l'énergie et du territoire Service de l agriculture Office des paiements directs Information aux exploitants agricoles du canton du Valais Dès cette année, les documents relatifs

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

Et après mes travaux?

Et après mes travaux? 10 Et après mes travaux? Voilà, les travaux sont terminés! Vous vous (ré)installez confortablement dans votre logement. Comment profiter le plus longtemps possible des améliorations que vous venez d apporter

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

Du jeudi 8 Mai au lundi 12 Mai 2014 CARAVANES

Du jeudi 8 Mai au lundi 12 Mai 2014 CARAVANES Du jeudi 8 Mai au lundi 12 Mai 2014 CARAVANES Pour la défense d une agro-écologie paysanne. " Stop aux lobbies des semences, des pesticides et des produits pharmaceutiques."... et bien d'autres organisations!

Plus en détail

Public visé : Public prioritaire : - jardiniers des jardins collectifs du territoire intercommunal - jardiniers amateurs habitants du Pays de Grasse

Public visé : Public prioritaire : - jardiniers des jardins collectifs du territoire intercommunal - jardiniers amateurs habitants du Pays de Grasse Dans le cadre de la Charte «Jardinons ensemble» et du soutien aux jardiniers des jardins collectifs du territoire intercommunal, la Communauté d Agglomération du Pays de Grasse propose, en partenariat

Plus en détail

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22 Projet de politique nationale sur la gestion de la présence de faibles quantités de cultures génétiquement modifiées dans les importations et son cadre de mise en œuvre connexe Septembre 2012 Table des

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

ASBL LeS RucheRS RéuniS d ittre et environs ASBL 474 125 112

ASBL LeS RucheRS RéuniS d ittre et environs ASBL 474 125 112 RRI NEWS n 3(RRI) ASBL LeS RucheRS RéuniS d ittre et environs ASBL 474 125 112 Gestionnaires du Rucher-ecoLe d ittre R-E Agréé SPW Formation Professionnelle sous le n 2014-5-079 Compte en Banque BNP Paribas

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

TABLEAU B PLAN DE FORMATION AU..N

TABLEAU B PLAN DE FORMATION AU..N TABLEAU B PLAN DE FORMATION AU N M, Commissaire aux Comptes : Date de remise en main propre : Signature du destinataire : INTITULES Liste des Séminaires : Actuel CNCC Prioritaire CNCC IFRS CNCC Autres

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires

Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Fiche d évaluation des actions conduites par les partenaires Chaque partenaire relais d une agence de l eau est invité à compléter cette fiche d évaluation à l issue des manifestations (réunions, expositions,

Plus en détail

Foire aux Questions Identification chevaux

Foire aux Questions Identification chevaux Foire aux Questions Identification chevaux 1/ Dans quelle mesure les exigences d identification de l arrêté royal du 16 juin 2005 s appliquent-elles aux chevaux en provenance de l étranger? Qu entend-on

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer

Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer se noyer dans la masse sortir du lot Votre partenaire marketing et communication Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer Le monde de la communication a subi d importantes mutations ces dernières

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation La coopération réglementaire, une menace pour la capacité démocratique des pouvoirs publics à régule Il y a de bonnes raisons

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

Le bulletin du GDSA29

Le bulletin du GDSA29 Le bulletin du GDSA29 Bulletin du GDSA29 n 7-2 ème trimestre.-2002 Dans ce bulletin: PAGE 1, 2 & 3 Pratiques d un apiculteur Luxembourgeois (3) PAGE 3 Le soutien du Conseil Général Billet d humeur d un

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation)

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation) Syndicat des Producteurs de Miel de France SPMF Siège social et administration : SPMF - Chambre d'agriculture du Gers Route de Mirande, BP 70161, 32003 AUCH CEDEX STATUTS MODIFIES ( édition de janvier

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

AUDIT ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE APICOLE FRANÇAISE

AUDIT ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE APICOLE FRANÇAISE > Les synthèses de FranceAgriMer septembre 2012 numéro1 APICULTURE AUDIT ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE APICOLE FRANÇAISE 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil-sous-Bois cedex Tél. : +33 1 73

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9.

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. Dénomination du Module HIGIENE, TECHNOLOGIE ET SECURITE ALIMENTAIRE Unité temporelle SEMESTRE 9 Cr. ECTS 22 Caractère OBLIGATOIRE Matières M1 TECHNOLOGIE, HYGIENE ET CONTRÔLE

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE

LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE Ombeline DEGREZE-PECHADE 2012 1 INTRODUCTION 1. L objet de la présente note est de présenter les conditions et la procédure permettant la diffusion

Plus en détail

Aide à la planification des actions locales

Aide à la planification des actions locales Aide à la planification des actions locales FAVORISEZ LA NATURE www.cocci-logique.ch Des relations publiques ciblées La Fondation suisse pour la pratique environnementale Pusch mène en 2012 et 2013, en

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

Édito. Septembre 2011 OGM. Le miel contenant des pollens issus d'ogm doit avoir une autorisation de mise en marché

Édito. Septembre 2011 OGM. Le miel contenant des pollens issus d'ogm doit avoir une autorisation de mise en marché SOMMAIRE 26 Septembre 2011 OGM Édito Cet ADAMinfos a pour focus technique différents articles concernant les pesticides : Etude des poussières de blé Gaucho, réseau d'observation des troubles de cheptel,

Plus en détail

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes) Toxicologie Mycologie & Aérobiologie Toxicologie Sciences biomédicales Sciences de l'environnement Toxicologie génétique, réalisation de tests in vitro en vue de détecter les propriétés mutagènes (et antimutagènes)

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LES OFFRES DE RECRUTEMENT CAHIER DES CHARGES DE L INRA EN 2014. Contexte et présentation des attentes. Prix

COMMUNICATION SUR LES OFFRES DE RECRUTEMENT CAHIER DES CHARGES DE L INRA EN 2014. Contexte et présentation des attentes. Prix COMMUNICATION SUR LES OFFRES DE RECRUTEMENT DE L INRA EN 2014 CAHIER DES CHARGES Contexte et présentation des attentes L Institut national de la recherche agronomique (Inra) recrute sur concours et organise

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Projet Initiative Pauvreté-Environnement au Burkina Faso (IPE / Burkina)

Projet Initiative Pauvreté-Environnement au Burkina Faso (IPE / Burkina) BURKINA FASO Projet Initiative Pauvreté-Environnement au Burkina Faso (IPE / Burkina) NOTE POLITIQUE Situation actuelle des produits et les normes existantes ainsi que le gap existant en matière de législation

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

La production de Semences potagères

La production de Semences potagères La production de Semences potagères Intérêts de l autoproduction de semences Les producteurs qui se lancent dans leur propre production de semences le font pour diverses raisons. Maintien d une biodiversité

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire 2007-2012 L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire Cinq ans : petit coup d œil dans le rétro Cher lecteur, chère lectrice, 2012 est une année particulière

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail