Foire aux questions et réponses. Obligations fiduciaires et conseillers financiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foire aux questions et réponses. Obligations fiduciaires et conseillers financiers"

Transcription

1 Foire aux questions et réponses Obligations fiduciaires et conseillers financiers

2 2 Cette série de questions et réponses a pour but de fournir des informations d ordre général sur le rapport juridique entre un conseiller financier et son ou sa client(e) et souligne pourquoi il n est pas nécessaired y ajouter une règle d obligation fiduciaire. 1 En quoi consiste une «obligation fiduciaire»? Généralement, une «obligation fiduciaire» est un concept employé par les tribunaux canadiens pour imposer une obligation de loyauté à une personne à qui l on a confié la tâche d agir dans le meilleur intérêt d une autre personne. Cette obligation survient généralement dans des situations où une personne est vulnérable par rapport à une autre personne en raison de la nature personnelle de la relation ou en raison de la vaste portée de l autorité accordée à l autre personne. Certains types de relations incluent toujours une obligation fiduciaire. L avocat a une obligation fiduciaire envers ses clients en raison de la nature personnelle de la relation. Le directeur a une obligation fiduciaire envers la société au sein de laquelle il occupe un poste, en raison de la portée de son autorité sur la société. Dans le cadre d autres relations, il peut ne pas y avoir automatiquement une obligation fiduciaire, mais celle-ci peut être exigée dans certaines situations. Par exemple, une obligation fiduciaire peut être exigée si une personne accorde toute sa confiance et une pleine autorité à une autre personne de manière à devenir vulnérable envers cette autre personne. Cette dernière agit en étant consciente de la confiance qui lui est accordée. Une obligation fiduciaire peut être exigée si une personne accorde toute sa confiance et une pleine autorité à une autre personne de manière à devenir vulnérable envers cette autre personne. Cette dernière agit en étant consciente de la confiance qui lui est accordée. 2 Les conseillers financiers canadiens sont-ils déjà soumis à une obligation fiduciaire? Généralement non, mais dans certains cas, oui. Conformément à la common law canadienne, un conseiller financier devra observer ou non une obligation fiduciaire envers son client selon certains faits particuliers. La présence d une obligation fiduciaire dans une situation donnée dépendrait des attentes raisonnables des parties, qui se fonderaient sur les facteurs suivants : vulnérabilité, confiance, créance, discrétion, complexité d une question et normes de la communauté ou de l industrie.

3 3 Le type de relation conseiller-conseillé qui ne serait probablement pas de nature fiduciaire serait le client qui passe des commandes auprès d un courtier exécutant qui finalise ensuite la transaction demandée. D un autre côté, une relation conseillerconseillé qui serait susceptible d être de nature fiduciaire serait un client âgé amateur qui remet son épargne-retraite entre les mains du conseiller en placements pour que ce dernier investisse de manière à atteindre les objectifs de placement de son client (notamment assurer un revenu au moyen des placements). Les conseillers financiers font déjà l objet d une vaste réglementation établie par les organismes canadiens de réglementation des valeurs mobilières. Cette réglementation impose bon nombre des exigences fixées dans les situations où une obligation fiduciaire est en place. 3 Qu est-ce qu une personne est tenue de faire en vertu d une obligation fiduciaire? Cela varie selon les situations. Une personne qui remplit une obligation fiduciaire envers une autre personne et qui détient une autorité lui permettant de prendre des décisions au nom de l autre personne, doit agir dans le meilleur intérêt de celle-ci et non dans son intérêt au moment d exercer cette autorité. C est le cas des directeurs de sociétés. Dans certaines situations, cela signifie que la personne qui observe une obligation fiduciaire ne peut personnellement tirer profit de la relation, sauf dans la mesure où l autre personne a donné son consentement éclairé. Il existe d autres variations de l obligation selon les risques que les tribunaux souhaitent prévoir. Les tribunaux canadiens ont conclu que l obligation fiduciaire dière à d importants égards du simple devoir de diligence. En eet, l obligation fiduciaire comporte une obligation d habileté et de compétence, et les qualités particulières de confiance, de loyauté et de confidentialité qui sous-tendent une relation fiduciaire, donnent lieu à une obligation correspondante de loyauté. 4 Qu est-ce qu un conseiller financier est tenu de faire en vertu d une obligation fiduciaire? Ce n est pas clair. Les obligations d une obligation fiduciaire varient selon les situations et la définition de l obligation fiduciaire par les tribunaux canadiens. L obligation fiduciaire exige que le conseiller financier divulgue à son client le montant de rémunération qu il recevra à la suite des placements de son client et qu il obtienne le consentement de son client avant d aller de l avant. La réglementation actuelle qui s applique aux conseillers financiers exige déjà que cette information soit divulguée au moment où le client ouvre un compte. On retrouve d autres occasions, dans le cadre de la relation, où le conseiller financier divulgue sa rémunération au client avant que ce dernier ne décide d eectuer un placement.

4 4 5 Pourquoi certaines personnes proposent-elles d imposer une obligation fiduciaire aux conseillers financiers? Les personnes qui proposent une obligation fiduciaire pour les conseillers financiers, expriment principalement deux préoccupations. La première étant que certains conseillers financiers peuvent accomplir un travail de qualité inférieure pour leurs clients en raison de connaissances ou de compétences insusantes. La deuxième étant une impression que les conseillers financiers vont recommander à leurs clients d acheter le produit qui va le mieux rémunérer le conseiller financier plutôt que celui qui convient le mieux au client. 6 Est-ce que la mise en place d une obligation fiduciaire permettra de répondre aux préoccupations en matière de connaissances ou de compétences? Non. Les conseillers financiers font déjà l objet d une réglementation et d exigences prévues par la loi d exercer le soin, les compétences et les diligences au moment de prodiguer des conseillers à leurs clients. Mettre en place une obligation fiduciaire prévue par la loi ajouterait une exigence relativement à la loyauté et non aux compétences ou aux connaissances. La façon de traiter avec une personne ayant des connaissances ou des compétences insusantes est de mieux la former. Réfléchissez au problème des conducteurs de voiture inexpérimentés. Nous avons déjà des règles de la route qui interdisent une mauvaise conduite. Ajouter une nouvelle règle où «chacun doit conduire selon le meilleur intérêt des autres conducteurs plutôt que du sien» n améliorera pas les conducteurs inexpérimentés. 7 Est-ce que la mise en place d une obligation fiduciaire prévue par la loi permettra de répondre aux préoccupations concernant les conflits d intérêts possibles? Pas vraiment. En présence d un conflit d intérêt découlant d une rémunération, le conflit durera malgré une obligation fiduciaire prévue par la loi. Un conseiller financier pourrait continuer d émettre les mêmes recommandations à ses clients tant qu il divulgue entièrement sa rémunération aux clients et que ceux-ci acceptent d aller de l avant. À bien des égards, la réglementation actuelle des valeurs mobilières est plus stricte, car elle comprend de nombreuses interdictions totales concernant la rémunération

5 5 afin d éliminer les diverses occasions pouvant susciter des conflits d intérêts. La réglementation actuelle des valeurs mobilières comprend aussi des exigences quant à la divulgation de conflits d intérêts et à la bonne façon de les régler. Pour les investisseurs qui aimeraient mieux ne pas verser de commissions pour chaque transaction, par souci de conflit d intérêt chez le conseiller, peuvent choisir plutôt un conseiller qui fournit un compte à services tarifés. Un compte à services tarifés est un compte où le courtier facture des frais annuels à son client plutôt que d exiger le versement de commissions pour chaque transaction demandée par le client. Les frais sont calculés en pourcentage de la valeur du compte. 8 Est-ce que le Canada devrait restreindre ou interdire les frais incorporés comme cela se fait apparemment au Royaume-Uni et en Australie. Que songe faire les États-Unis? Soyons clairs : Les «frais incorporés» renvoient généralement aux commissions initiales et aux frais administratifs continus que le gestionnaire de fonds commun de placement verse au conseiller financier et qu il récupère avec le temps dans les frais de gestion payés par le fonds mutuel. Au Canada, les frais incorporés ne sont pas cachés : En eet, ils sont divulgués dans le prospectus du fonds mutuel et par le conseiller financier à son client. Les frais incorporés constituent des outils pratiques pour les investisseurs. Lorsque le gestionnaire, plutôt que l investisseur, verse la commission initiale au conseiller financier, cela permet à l investisseur de placer 100 % de son argent dans un fonds mutuel plutôt que de devoir déduire une commission de cet argent. Lorsque le gestionnaire paie les frais administratifs annuels au conseiller financier, cela permet de verser annuellement une rémunération au conseiller de l investisseur pour un service continu dans des situations où l investisseur pourrait ne pas pouvoir agir de la sorte avec un compte à services tarifés où l investisseur doit payer directement son conseiller financier. 9 Quelle est la situation actuelle au Canada quant aux obligations fiduciaires pour les conseillers financiers? La common law canadienne traite déjà les situations où l on pourrait constater la mise en place appropriée d une obligation fiduciaire entre un conseiller financier et son client. En outre, les conseillers financiers font déjà l objet d une vaste réglementation établie par nos commissions des valeurs mobilières et par les OAR, dont l objectif fondamentale est de protéger les investisseurs. De plus, chaque conseiller financier doit travailler au sein d une maison de courtage également soumise à une

6 6 réglementation plus approfondie. À cela s ajoute d autres réglementations qui régissent la vente et l exploitation des produits. Chaque conseiller financier et son courtier sont supervisés par au moins deux organismes de réglementation, à savoir la commission des valeurs mobilières de leur territoire et un organisme de réglementation particulier à un secteur d activités : soit l Association canadienne des courtiers de fonds mutuels ou la Investment Industry Regulatory Organization of Canada. Dans la plupart des cas, les citoyens et les médias ne sont pas conscients de la portée et de l ampleur de ces réglementations. Les répercussions de ces réglementations se font sentir bien avant qu un investisseur ne devienne le client d un conseiller financier et elles se poursuivent à plusieurs niveaux tout au long de la relation qui est établie entre le client et son conseiller financier. Les réglementations comprennent les points suivants : L exigence de négocier avec justesse, honnêteté et de bonne foi avec les clients. L exigence d observer les normes élevées d éthique et de conduite dans la marche des affaires avec les clients. La divulgation acceptable de conflits d intérêts et la résolution de ceux-ci. Les pratiques de vente interdites. La supervision des activités dans les comptes-clients. La vérification des antécédents (notamment la police, le crédit, les emplois, les études et la réalisation du cours sur les compétences professionnelles). Les exigences de formation particulière à un secteur d activités. La divulgation de la rémunération. Assurance et versement de cautions Chaque courtier a la responsabilité d assurer le maintien des systèmes pour surveiller la conformité de toutes les exigences prévues par la loi. 10 Si la mise en place d une obligation fiduciaire prévue par la loi n ajouterait pas beaucoup de protection pour les clients, alors pourquoi ne pas l instituer? La raison principale est que cela équivaudrait à perpétuer le mythe que l obligation fiduciaire améliorerait radicalement la réglementation à l intention des conseillers financiers. Les conseillers financiers font déjà l objet de règles et de règlements qui abordent clairement les principaux problèmes qui surviennent dans une relation entre un conseiller financier et son client. Parmi ces règles et règlements, on retrouve les exigences actuelles de négocier avec justesse, honnêteté et de bonne foi avec les clients et d observer des normes élevées d éthique et de conduite dans la marche des aaires avec les clients (2.11 des règles MFDA; 29.1 des règles IIROC). L ajout d une obligation fiduciaire prévue par la loi ne permettrait pas de clarifier la portée des obligations d un conseiller, d une situation à l autre.

7 7 Une autre raison est le fait qu une obligation fiduciaire ne constitue pas une solution aussi complète que bon nombre de personnes le pensent. Même en ayant une obligation fiduciaire prévue par la loi, les conseillers financiers continueraient d avoir le droit d être payés pour ce qu ils vendent en autant que la rémunération soit divulguée au client et que ce dernier accepte d aller de l avant. Une obligation fiduciaire prévue par la loi ne signifie pas que les clients vont toujours acheter le produit pour lequel le conseiller est payé le plus faible montant. Enfin, les investisseurs doivent demeurer concentrés sur ce qu est le meilleur placement pour eux plutôt que de rejeter de bonnes recommandations de placement simplement en raison du montant qui sera versé à leur conseiller. Nous aimerions aussi insister sur le fait que les organismes de réglementation des valeurs mobilières et le commerce des fonds mutuels sont sur le point de dévoiler le nouveau programme de points de vente qui vise à fournir aux investisseurs la divulgation simplifiée des types de renseignements que les investisseurs trouvent utiles, notamment le rendement passé et la rémunération du courtier. Plus que jamais, les investisseurs auront un accès immédiat à de l information qui leur permettra d acheter le placement qui correspond à leur situation et de compenser le montant, connu du client, qui est versé à leur courtier pour réaliser la vente en leur nom. Nous encourageons aussi tant les investisseurs que les médias à se familiariser avec la portée et l ampleur de la réglementation en place au Canada, qui protège les investisseurs tout au long de leur cycle de placement.

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

OBJET : Le Groupe consultatif des investisseurs sollicite vos commentaires

OBJET : Le Groupe consultatif des investisseurs sollicite vos commentaires Le 14 janvier 2011 Allan Krystie Administrateur principal, Groupe consultatif des investisseurs Commission des valeurs mobilières de l Ontario 20, rue Queen Ouest 19 e étage, C.P. 55 Toronto (Ontario)

Plus en détail

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 6. LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER Les erreurs de gouvernance commises par les administrateurs de fondation sont rares au Canada. Celles

Plus en détail

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES TABLE DES MATIÈRES ARTICLE N DE PAGE 1 RÈGLE N O 1 STRUCTURE DE L ENTREPRISE ET QUALITÉS

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES DES WEBINAIRES DU MOIS DE MAI CONCERNANT LES SICSA

QUESTIONS ET RÉPONSES DES WEBINAIRES DU MOIS DE MAI CONCERNANT LES SICSA QUESTIONS ET RÉPONSES DES WEBINAIRES DU MOIS DE MAI CONCERNANT LES SICSA Services d inspection de cultures de semences autorisés (SICSA) et inspecteurs de cultures de semences agréés (ICSA) Q1. Quels genres

Plus en détail

Objet : Sollicitation de commentaires du public Modèle de relation client-conseiller

Objet : Sollicitation de commentaires du public Modèle de relation client-conseiller Le 23 juillet 2009 Mark Stechishin Avocat aux politiques Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) Suite 1600, 121 King Street West Toronto, ON M5H 3T9 Directeur

Plus en détail

Planification financière Déclaration sur notre relation d affaires avec vous

Planification financière Déclaration sur notre relation d affaires avec vous Planification financière Déclaration sur notre relation d affaires avec vous Nous vous remercions d avoir choisi Planification financière Gestion de patrimoine TD à titre de fournisseur de service en matière

Plus en détail

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais Passer à un modèle services de conseils tarifés Parlons vrai avec les clients : les frais De plus en plus d investisseurs dans le monde exigent une meilleure transparence des frais de placement. Le Royaume-Uni

Plus en détail

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS V L es conflits d intérêts Il y a «conflit d intérêts» lorsque vos intérêts personnels nuisent de quelque façon que soit aux intérêts de la Société. Une situation peut être conflictuelle lorsque vous prenez

Plus en détail

Procuration Perpétuelle Mon rôle en tant que «fondé de pouvoir»

Procuration Perpétuelle Mon rôle en tant que «fondé de pouvoir» Procuration Perpétuelle Mon rôle en tant que «fondé de pouvoir» Association yukonnaise d éducation et d information juridiques Qu est-ce qu un «fondé de pouvoir»? Quand une personne donne une procuration

Plus en détail

Ouvrir un compte personnel

Ouvrir un compte personnel www.iiroc.ca 1 877 442-4322 Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières Ouvrir un compte personnel Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi Investment

Plus en détail

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien Les investissements étrangers dans l immobilier canadien La compréhension des principaux enjeux sous-jacents à l acquisition, à la location, au financement ou à l aménagement d un immeuble au Canada permettra

Plus en détail

Formulaire d inscription Compte FRR fonds communs de placement

Formulaire d inscription Compte FRR fonds communs de placement Important : 1. Remplir tous les champs du Formulaire d inscription au. 2. Signer, dater et retourner le formulaire dûment rempli à : Fonds d investissement Tangerine Limitée, 3389, av Steeles E, Toronto,

Plus en détail

SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Mémoire sur : Les relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D ÉMETTRE DES ACTIONS À TITRE DE PLACEMENTS ADMISSIBLES

DEMANDE D AUTORISATION D ÉMETTRE DES ACTIONS À TITRE DE PLACEMENTS ADMISSIBLES Révision sept 2015 Loi de l impôt sur le revenu Page 1 de 8 DEMANDE D AUTORISATION D ÉMETTRE DES ACTIONS À TITRE DE PLACEMENTS ADMISSIBLES REMARQUE : SI LA PRÉSENTE DEMANDE EST APPROUVÉE, L AUTORISATION

Plus en détail

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM.

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM. STATUT, RÈGLES ET PRINCIPES DIRECTEURS DE L ACFM Version administrative 1 er octobre 2010 PRÉAMBULE Le présent document constitue une version administrative des Statut, Règles et Principes directeurs de

Plus en détail

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. SENSIBILISATION AUX CONFLITS... 1 3. CONFLITS ENTRE MERCER ET SES CLIENTS...

Plus en détail

Dispenses accordées par l OCRCVM pendant l année civile 2013

Dispenses accordées par l OCRCVM pendant l année civile 2013 Avis administratif Généralités Règles des courtiers membres RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Comptabilité réglementaire Haute direction Institutions Pupitre de négociation

Plus en détail

AFIN DE FACILITER LE TRAITEMENT, VEUILLEZ REMPLIR LE FORMULAIRE EN MAJUSCULES, TOUT EN RESPECTANT LES ZONES DE TEXTE. No assurance sociale.

AFIN DE FACILITER LE TRAITEMENT, VEUILLEZ REMPLIR LE FORMULAIRE EN MAJUSCULES, TOUT EN RESPECTANT LES ZONES DE TEXTE. No assurance sociale. OUVERTURE DE COMPTE (1 par plan) 950-1450 CITY COUNCILLORS, MONTREAL, QC, H3A 2E6 Nouveau Client(e) Client(e) Existant(e) Mise à jour AFIN DE FACILITER LE TRAITEMENT, VEUILLEZ REMPLIR LE FORMULAIRE EN

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte

Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte Modifications Importantes des Renseignements Destinés aux Titulaires de compte En vigueur le 1 er janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES Avis de modification des Conventions de comptes et de services et Convention

Plus en détail

Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus

Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus Le 30 mai 2013, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié la version définitive des

Plus en détail

LES DISPENSES DE PROSPECTUS

LES DISPENSES DE PROSPECTUS LES DISPENSES DE PROSPECTUS 1 2 Qu est-ce qu une dispense de prospectus? 4 Pourquoi se prévaloir d une dispense? 4 7 Les conditions qu un émetteur doit remplir pour se prévaloir d une dispense de prospectus

Plus en détail

de principes Déclaration destinée à tous les clients en vertu des lois sur les valeurs mobilières 1. Objectif du présent document 2.

de principes Déclaration destinée à tous les clients en vertu des lois sur les valeurs mobilières 1. Objectif du présent document 2. destinée à tous les clients en vertu des lois sur les valeurs mobilières La réglementation en valeurs mobilières de certaines juridictions au Canada exige du conseiller en valeurs, dans la mesure où ses

Plus en détail

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier

InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier InfoMaison No. 88 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

CONVENTION DE DISTRIBUTION FONDS FÉRIQUE

CONVENTION DE DISTRIBUTION FONDS FÉRIQUE CONVENTION DE DISTRIBUTION FONDS FÉRIQUE La présente Convention entre en vigueur en date du 12 juin 2006. ENTRE : PLACEMENTS BANQUE NATIONALE INC., agissant et représentée aux présentes par l intermédiaire

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Ce livret vise à vous aider à comprendre les contrats à fonds distincts et à faire de vous un investisseur plus averti.

Ce livret vise à vous aider à comprendre les contrats à fonds distincts et à faire de vous un investisseur plus averti. Ce livret vise à vous aider à comprendre les contrats à fonds distincts et à faire de vous un investisseur plus averti. À savoir : les contrats à fonds distincts ne sont disponibles qu auprès des sociétés

Plus en détail

««agence de notation désignée» : une agence de notation désignée au sens de la Norme canadienne 81-102 sur les fonds d investissement;

««agence de notation désignée» : une agence de notation désignée au sens de la Norme canadienne 81-102 sur les fonds d investissement; PROJET DE MODIFICATIONS À LA NORME CANADIENNE 31-103 SUR LES OBLIGATIONS ET DISPENSES D INSCRIPTION ET LES OBLIGATIONS CONTINUES DES PERSONNES INSCRITES 1. L article 1.1 de la Norme canadienne 31-103 sur

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012 CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL Le 30 octobre 2012 GROUPE TMX LIMITÉE (auparavant, Corporation d Acquisition Groupe Maple) ET SES FILIALES DÉSIGNÉES CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL APPLICATION Ce code de

Plus en détail

Règlement de l ARMC 81-501 Fonds d investissement

Règlement de l ARMC 81-501 Fonds d investissement Règlement de l ARMC 81-501 Fonds d investissement PARTIE 1 OPÉRATIONS INTÉRESSÉES 1. Définitions 2. Personne apparentée, intérêt appréciable, porteur de titres important 3. Propriété effective 4. Exclusion

Plus en détail

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... I APERÇU... 1 DÉFINITIONS... 1 ADMISSIBILITÉ... 2 ADHÉSION... 2 RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES... 3 ACTIONS... 4 FRAIS...

Plus en détail

Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014

Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014 Approuvé par le conseil d administration de la SADC le 14 septembre 2004; modifié par le conseil le 6 juin 2007 et le 5 mars 2014 1. ATTENDUS Code de conduite professionnelle et de comportement éthique

Plus en détail

La FARFO visera à ce que ses activités concernant les commandites et le financement correspondent à sa mission, à ses valeurs et à ses objectifs.

La FARFO visera à ce que ses activités concernant les commandites et le financement correspondent à sa mission, à ses valeurs et à ses objectifs. Politique : Dons et commandites (Administrative) Code numérique : PA-030 Article du procès-verbal : 15-CA-17 Entrée en vigueur le : 19 août 2015 Dernière révision le : s/o Prochaine révision prévue en

Plus en détail

Le 2 mars 2015. «Paul Duffy» Paul Duffy Président du comité d examen indépendant

Le 2 mars 2015. «Paul Duffy» Paul Duffy Président du comité d examen indépendant Le 2 mars 2015 Madame, Monsieur, Au nom des membres du comité d examen indépendant (le «CEI») du Groupe de Fonds Barometer (les «Fonds»), j ai le plaisir de vous présenter le rapport annuel du CEI à l

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Aon Hewitt Solutions de retraite Bulletin d information Le 31 mars 2015 Dans cette édition La réforme des régimes de retraite canadiens se poursuit 2 Placements 2 Dispositions concernant les régimes à

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme PARTIE 1 OBJET ET CONTEXTE 1.1 Objet 1.2 Champ d application de la norme 1.3 Contexte d élaboration de la norme 1.4 Principes de réglementation des

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Généralités. Concepts importants à retenir à la lecture de la présente déclaration. Divulgation requise

Généralités. Concepts importants à retenir à la lecture de la présente déclaration. Divulgation requise Déclaration de principes Industrielle Alliance Valeurs mobilières inc. Déclaration de principes concernant les conflits d intérêts avec les émetteurs reliés et les émetteurs associés au 1 er avril 2014

Plus en détail

Révisé en janvier 2011. Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques

Révisé en janvier 2011. Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques Révisé en janvier 2011 Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement

Plus en détail

Fonds communs de placement de la HSBC

Fonds communs de placement de la HSBC Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité des parts décrites dans le prospectus simplifié et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Les parts

Plus en détail

Brochure MiFID. ERGO Insurance SA

Brochure MiFID. ERGO Insurance SA Brochure MiFID ERGO Insurance SA 1 mai 2014 Votre protection en cas de conclusion d un contrat d assurance conformément aux règles de conduite MiFID 1. Introduction En Belgique, la protection des clients

Plus en détail

Notes pour une allocution prononcée par

Notes pour une allocution prononcée par Notes pour une allocution prononcée par M e Louis Morisset Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers Conférencier et invité d honneur Choisir la prospérité Congrès 2013 de l assurance

Plus en détail

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Cette initiative fait partie du plan quinquennal du Manitoba pour une meilleure protection du consommateur.

Plus en détail

SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime»)

SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime») SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime») Type de régime : Régime de bourses d études individuel Gestionnaire d investissement du fonds : Les actifs de croissance Global

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

Guide d indication de clients

Guide d indication de clients Guide d indication de clients Table des matières Présentation du programme d indication de clients... 3 Quelques mots sur Intelligence Hypothécaire... 4 Avantages du programme d indication de clients pour

Plus en détail

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Aon Risk Solutions/Conseillers en gestion des risques Groupe de services financiers Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Janvier 2015 Introduction Les statistiques

Plus en détail

Foire aux questions sur la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat

Foire aux questions sur la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat Foire aux questions sur la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat Questions 1) Je suis étudiant au doctorat et la bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat m intéresse. Pourriez-vous

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION À propos de l enquête La SCHL est heureuse de publier les constatations de son Enquête auprès

Plus en détail

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 30 novembre 2006 AVIS

Plus en détail

AGIFRA SA FSMA 020664A

AGIFRA SA FSMA 020664A POLITIQUE EN MATIERE DE CONFLITS D INTERÊTS 1. CADRE GENERAL 1.1. L arrêté royal du 21 février 2014 relatif aux règles de conduite et aux règles relatives à la gestion des conflits d'intérêts, fixées en

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH)

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS 1. Dans le présent code, à moins que le contexte n indique un sens différent, les

Plus en détail

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Le 25 octobre 2004 Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Madame, Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

Le processus d achat résidentiel

Le processus d achat résidentiel Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus d achat résidentiel Cette brochure vous aidera à comprendre le processus d achat immobilier résidentiel.

Plus en détail

APERÇU DU FONDS Fonds Iman de Global, série A au 13 avril 2015

APERÇU DU FONDS Fonds Iman de Global, série A au 13 avril 2015 APERÇU DU FONDS Fonds Iman de Global, série A au 13 avril 2015 Ce document contient des renseignements essentiels sur le Fonds Iman de Global que vous devriez connaître. Vous trouverez plus de détails

Plus en détail

Charte de bonne conduite dans les affaires

Charte de bonne conduite dans les affaires Charte de bonne conduite dans les affaires Table des matières A. Principes de comportement...1 A.1 Légalité...1 A.2 Responsabilité de l image Siemens...1 A.3 Respect mutuel, honnêteté et intégrité...1

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier

Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Plaintes et procédures d enquête dans le secteur immobilier Condominiums Immobilier rural Immobilier commercial Ventes de maisons neuves Gestion immobilière Immobilier résidentiel Division de l immobilier

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

La Démarche d investissement responsable de RBC Gestion mondiale d actifs. Juillet 2015

La Démarche d investissement responsable de RBC Gestion mondiale d actifs. Juillet 2015 La Démarche d investissement responsable de RBC Gestion mondiale d actifs Juillet 2015 NOTRE DÉMARCHE EN MATIÈRE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE Notre démarche d investissement responsable à RBC Gestion mondiale

Plus en détail

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010.

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010. Montréal, le 29 janvier 2010 Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association Objet : Assurance responsabilité civile 2010 Bonjour, Vélo Québec Association offre la possibilité aux clubs cyclistes de profiter

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Rapport du Conseil de l Ontario sur la résolution N R3 de l assemblée membres de l Ontario Avril 2003 Fédération de l habitation coopérative

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES Conseil d administration Approbation initiale : 26 mai 2011 CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE I- MANDAT Conformément à la Loi constituant

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Politique relative aux transactions d initiés

Politique relative aux transactions d initiés Politique relative aux transactions d initiés FÉVRIER 2014 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Restrictions visant les transactions d initiés... 2 a) Restrictions visant les transactions d initiés...

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

En vrac : le point sur certaines propositions réglementaires récentes. Par Jean-Pierre Chamberland et Marie-Josée Neveu Le 6 février 2014

En vrac : le point sur certaines propositions réglementaires récentes. Par Jean-Pierre Chamberland et Marie-Josée Neveu Le 6 février 2014 En vrac : le point sur certaines propositions réglementaires récentes Par Jean-Pierre Chamberland et Marie-Josée Neveu Le 6 février 2014 Les sujets 1. Modifications au système d alerte 2. Cadre de gouvernance

Plus en détail

InfoMaison No.40 NEGOCIATION DE COMMISSION

InfoMaison No.40 NEGOCIATION DE COMMISSION InfoMaison No.40 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

1. FAIR Canada est favorable aux obligations d information sur les coûts et le rendement

1. FAIR Canada est favorable aux obligations d information sur les coûts et le rendement 10 avril 2014 Richard J. Corner Vice-président à la politique de réglementation des membres Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 121, rue King Ouest, bureau 2000 Toronto

Plus en détail

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES 16.1) DÉFINITIONS Les définitions suivantes s appliquent aux lignes directrices : «Compagnie» Désigne la Compagnie SouthEastern Mutual Insurance.

Plus en détail

Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés

Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés Les dispositions sur les sûretés de la Convention d UNIDROIT sur les titres intermédiés Michel Deschamps * La Convention d UNIDROIT sur les règles matérielles relatives aux titres intermédiés (la Convention)

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL

POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL POLITIQUE DE PLACEMENT DU FONDS D INVESTISSEMENT DE LA FONDATION DU GRAND MONTRÉAL Dernières modifications adoptées par le conseil d administration à sa réunion du 26 novembre 2014 SOMMAIRE Chapitre 1

Plus en détail

Énoncé des politiques et des méthodes de placement

Énoncé des politiques et des méthodes de placement Société canadienne du cancer Énoncé des politiques et des méthodes de placement Contexte La Société souhaite investir ses fonds avec prudence, en accordant toute l attention nécessaire à la gestion des

Plus en détail

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de la surveillance

Plus en détail

Négociez dès aujourd hui. Votre guide pour commencer à négocier par l entremise de Placements directs TD

Négociez dès aujourd hui. Votre guide pour commencer à négocier par l entremise de Placements directs TD Négociez dès aujourd hui Votre guide pour commencer à négocier par l entremise de Placements directs TD Bienvenue à Placements directs TD Merci d avoir choisi Placements directs TD. Nous accordons une

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS. Analyse du rendement par la direction RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS Fonds diversifiés Fonds de répartition d'actifs Banque Nationale Pour la période terminée le 30 juin 2015 Le présent rapport intermédiaire

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

25/11/2010. 1 re partie Comprendre l assurance

25/11/2010. 1 re partie Comprendre l assurance dans le secteur bénévole sans but lucratif 1 re partie Comprendre l assurance La nécessité d être assuré Les acteurs du secteur de l assurance Contracter de l assurance Compagnies d assurances Facteurs

Plus en détail

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION

ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION 19 décembre 2012 ECONOMICAL EN ROUTE VERS UNE NOUVELLE ÈRE : RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE LA DÉMUTUALISATION Lorsque nous avons entamé le processus de démutualisation il y a deux ans, la position d Economical

Plus en détail

Apprendre les rouages financiers Dispenses relatives à la collecte de capitaux

Apprendre les rouages financiers Dispenses relatives à la collecte de capitaux Apprendre les rouages financiers Dispenses relatives à la collecte de capitaux Apprendre les rouages financiers Comment faire croître les entreprises sans accroître les dettes Deux exigences fondamentales

Plus en détail