La Problématique de l'usage des Marques en France et au Niveau Communautaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Problématique de l'usage des Marques en France et au Niveau Communautaire"

Transcription

1 La Problématique de l'usage des Marques en France et au Niveau Communautaire Laurence Julien-Raes, Avocat à la cour, Associé, Responsable Marques France et Gestion de portefeuilles EMEA Karine Disdier-Mikus, Avocat à la Cour

2 La problématique de l'usage des Marques en France et au Niveau Communautaire I- Les textes français et communautaires II- L'action en déchéance Les actions en déchéance devant les tribunaux français Les actions contre les marques communautaires III- Comment éviter la déchéance de la marque? IV- Les différentes problématiques d'exploitation L'exploitation par un tiers L'exploitation partielle L'utilisation de la marque sous une forme modifiée La problématique des marques multiples L'usage en cas d'exportation Les préparatifs V- Les justes motifs de non exploitation VI- La preuve de l'usage

3 Les textes français et communautaires

4 I- Les textes français et communautaires (1/4) L'Article L du Code de la Propriété Intellectuelle (CPI): "Encourt la déchéance de ses droits le propriétaire de la marque qui, sans justes motifs, n'en a pas fait un usage sérieux, pour les produits et services visés dans l'enregistrement, pendant une période ininterrompue de cinq ans. Est assimilé à un tel usage : a) L'usage fait avec le consentement du propriétaire de la marque ou, pour les marques collectives, dans les conditions du règlement ; b) L'usage de la marque sous une forme modifiée n'en altérant pas le caractère distinctif ; c) L'apposition de la marque sur des produits ou leur conditionnement exclusivement en vue de l'exportation. La déchéance peut être demandée en justice par toute personne intéressée. Si la demande ne porte que sur une partie des produits ou des services visés dans l'enregistrement, la déchéance ne s'étend qu'aux produits ou aux services concernés. L'usage sérieux de la marque commencé ou repris postérieurement à la période de cinq ans visée au premier alinéa du présent article n'y fait pas obstacle s'il a été entrepris dans les trois mois précédant la demande de déchéance et après que le propriétaire a eu connaissance de l'éventualité de cette demande. La preuve de l'exploitation incombe au propriétaire de la marque dont la déchéance est demandée. Elle peut être apportée par tous moyens. La déchéance prend effet à la date d'expiration du délai de cinq ans prévu au premier alinéa du présent article. Elle a un effet absolu."

5 I- Les textes français et communautaires (2/4) L'Article 15 du Règlement (CE) N 207/2009 du Conseil du 26 février 2009 sur la marque communautaire: "1. Si, dans un délai de cinq ans à compter de l'enregistrement, la marque communautaire n'a pas fait l'objet par le titulaire d'un usage sérieux dans la Communauté pour les produits ou les services pour lesquels elle est enregistrée, ou si un tel usage a été suspendu pendant un délai ininterrompu de cinq ans, la marque communautaire est soumise aux sanctions prévues au présent règlement, sauf juste motif pour le non-usage. Sont également considérés comme usage au sens du premier alinéa: a) l'usage de la marque communautaire sous une forme qui diffère par des éléments n'altérant pas le caractère distinctif de la marque dans la forme sous laquelle celle-ci a été enregistrée; b) l'apposition de la marque communautaire sur les produits ou sur leur conditionnement dans la Communauté dans le seul but de l'exportation. 2. L'usage de la marque communautaire avec le consentement du titulaire est considéré comme fait par le titulaire."

6 I- Les textes français et communautaires (3/4) L'Article 51 du Règlement (CE) N 207/2009 du Conseil du 26 février 2009 sur la marque communautaire: "1. Le titulaire de la marque communautaire est déclaré déchu de ses droits, sur demande présentée auprès de l'office ou sur demande reconventionnelle dans une action en contrefaçon: a) si, pendant une période ininterrompue de cinq ans, la marque n'a pas fait l'objet d'un usage sérieux dans la Communauté pour les produits ou les services pour lesquels elle est enregistrée, et qu'il n'existe pas de justes motifs pour le non-usage; toutefois, nul ne peut faire valoir que le titulaire est déchu de ses droits, si, entre l'expiration de cette période et la présentation de la demande ou de la demande reconventionnelle, la marque a fait l'objet d'un commencement ou d'une reprise d'usage sérieux; cependant, le commencement ou la reprise d'usage fait dans un délai de trois mois avant la présentation de la demande ou de la demande reconventionnelle, ce délai commençant à courir au plus tôt à l'expiration de la période ininterrompue de cinq ans de non-usage, n'est pas pris en considération lorsque des préparatifs pour le commencement ou la reprise de l'usage interviennent seulement après que le titulaire a appris que la demande ou la demande reconventionnelle pourrait être présentée; ( )"

7 I- Les textes français et communautaires (4/4) L'Article 55 du Règlement (CE) N 207/2009 du Conseil du 26 février 2009 sur la marque communautaire: "1. La marque communautaire est réputée n'avoir pas eu, à compter de la date de la demande en déchéance ou de la demande reconventionnelle, les effets prévus au présent règlement, selon que le titulaire est déclaré déchu de ses droits en tout ou en partie. Une date antérieure, à laquelle est survenue l'une des causes de la déchéance, peut être fixée dans la décision, sur demande d'une partie.( )"

8 Les conséquences du nonusage

9 II- L'action en déchéance(1/3) Le défaut d'usage de la marque a pour conséquence finale la perte (totale ou partielle) des droits sur la marque

10 II- L'action en déchéance (2/3) A l'encontre de marques françaises: Action en déchéance devant les tribunaux: Action au principal Action reconventionnelle dans le cadre d'une action en contrefaçon La nécessité d'un intérêt à agir Une nécessité créée par la jurisprudence : pouvoir souverain des juges du fond La nécessité d'un intérêt "légitime" à agir (exemple: moyen de défense à une action en contrefaçon) La nécessité d'une concurrence entre les parties, ou concurrence future Une similitude d'activités entre les parties peut être suffisante (exemple: CA Paris 2 juin 2006, une société ne produisant pas des fromages mais d'autres produits laitiers, est recevable à agir en déchéance à l'encontre d'une marque désignant des fromages, dans la mesure où ladite marque compte tenu de la similitude entre les produits concernés, risquerait de lui être opposée si elle diversifiait ses activités pour y inclure les fromages)

11 II- L'action en déchéance (3/3) A l'encontre de marques communautaires: Demande en déchéance: une action essentiellement administrative devant l'ohmi Pas nécessaire de justifier d'un intérêt à agir. Action reconventionnelle dans le cadre d'une action en contrefaçon devant les Tribunaux des marques communautaires

12 Comment éviter la déchéance de la marque?

13 III- Comment éviter la déchéance de la marque (1/3) 1) Exploiter la marque telle qu'enregistrée 2) Faire un usage sérieux de la marque, c'est à dire l'utiliser conformément à sa fonction essentielle qui est de garantir au consommateur l'identité d'origine des produits ou services pour lesquels elle a été enregistrée en lui permettant de les distinguer sans confusion possible de ceux qui ont une autre provenance Exemple: une exploitation à titre d'enseigne, de nom commercial ou de dénomination sociale ne constitue pas un usage de marque 3) Faire un usage public, non symbolique, sérieux et effectif Les tribunaux vont ainsi tenir compte de l'ensemble des faits et circonstances propres à établir la réalité de l'exploitation commerciale de la marque, en particulier les usages dans le secteur économique concerné, la nature des produits ou services, les caractéristiques du marché, l'étendue et la fréquence (et durée) de l'usage. Les instances communautaires vont plus particulièrement tenir compte du lieu, de la durée, de l'importance et la nature de l'usage effectuée. 4) Exploiter la marque pour tous les produits et services désignés dans l'enregistrement 5) Exploiter la marque en France pour les marques françaises, et dans un pays de l'ue pour les marques communautaires 6) Exploiter la marque dans les 5 ans de son enregistrement

14 III- Comment éviter la déchéance de la marque (2/3) La computation des délais La déchéance est encourue quand la marque n'a pas fait l'objet d'un usage sérieux dans un délai de 5 ans. Point de départ du délai pour une marque déjà exploitée Le délai commence à courir à la date du dernier acte d'exploitation sérieux de la marque. Point de départ du délai pour une marque jamais exploitée Pour les marques françaises: le délai commence à courir à partir de la date de la publication de l'enregistrement au Bulletin officiel de la propriété industrielle Pour les marques communautaires: le délai commence à courir à partir de la date de l'enregistrement de la marque communautaire.

15 III- Comment éviter la déchéance de la marque (3/3) Reprise d'usage possible à tout moment Sauf Si la reprise intervient dans les trois mois précédant la demande de déchéance et après que le propriétaire a eu connaissance de l'éventualité de cette demande.

16 Les différentes problématiques d'exploitation

17 IV- Les différentes problématiques d'exploitation (1/7) L'exploitation par un tiers L'exploitation partielle L'utilisation de la marque sous une forme modifiée La problématique des marques multiples L'usage en cas d'exportation Les préparatifs

18 IV- Les différentes problématiques d'exploitation (2/7) L'exploitation de la marque par un tiers L'Article L du CPI assimile à un usage sérieux l'usage fait avec le consentement du propriétaire de la marque: Nécessité d'un accord du déposant (même implicite) Autres exemples notamment: Les licences La location-gérance de fonds de commerce L'exploitation par une société appartenant au même groupe que la société titulaire Le contrat de distribution à l'intérieur d'un même groupe de sociétés

19 IV- Les différentes problématiques d'exploitation (3/7) Les cas d'exploitation partielle En France La solution ancienne (avant 1991): L'usage de la marque pour certains produits ou services exonérait le titulaire de la marque de prouver une exploitation pour les autres produits ou services revendiqués s'ils étaient considérés comme similaires La solution actuelle (depuis 1991): L'exploitation de la marque pour des produits ou services similaires à ceux revendiqués dans l'enregistrement n'est plus assimilé à un usage sérieux Au niveau Communautaire Réintroduction d'une déchéance partielle de la marque: La Cour de Justice européenne a écarté la déchéance d'une marque alors que le produit marqué n'était plus commercialisé, parce qu'il y avait encore fourniture de pièces détachées, accessoires ou services après vente directement rattachés à ce produit anciennement commercialisé (CJCE Ansul BV11 mars 2003)

20 IV- Les différentes problématiques d'exploitation (4/7) L'utilisation de la marque sous une forme modifiée En application de l'article 5C2 de la Convention d'union de Paris pour la Protection de la Propriété Industrielle, les textes législatifs français et communautaires prévoient que l'usage d'une marque sous une forme modifiée qui n'en altère pas le caractère distinctif est assimilé à un usage sérieux de la marque

21 Exemples de qualification ou de refus de qualification d'usage sérieux sous forme modifiée Marque déposée Usage prouvé SEVEN Décision Commentaires Référence la distinctivité résulte de la répétition du chiffre "7" CA Paris 1er juin 2005 DARIA FRES GENIUS W Pronto CINEFIL le caractère distinctif n'est pas altéré le point n'altère pas le caractère distinctif la modification de police n'altère pas le caractère distinctif La suppression du tiret n'altère pas le caractère distinctif les modifications substantielles altèrent le caractère distinctif CA Paris 21 septembre 2001 OHMI 28 février 2006 OHMI 27 mars 2007 CA Paris 7 février 2001 CA Paris 24 novembre 2010 THE BRIDGE la marque déposée et l'usage prouvé ne diffèrent que par une variation négligeable TPICE 23 février 2006 Insert filename here Date of presentation 21

22 IV- Les différents types de problèmes d'exploitation (5/7) La problématique des marques multiples: Harmonisation de la jurisprudence française et communautaire En cas de dépôt de plusieurs marques par une société, la preuve de l'exploitation d'une des marques ne permet pas de faire échec à la déchéance des autres marques, non exploitées dans la forme telle qu'enregistrées, et ce quand bien même, il s'agirait de différences de détail n'en altérant pas le caractère distinctif. Les tribunaux et l'ohmi considèrent, en effet, qu'en déposant plusieurs marques, le titulaire a lui-même considéré que le caractère distinctif des marques déposées était différent. Exemples: La société A & F est titulaire de plusieurs marques françaises et communautaires, incluant les marques "Abercrombie" et "Abercrombie & Fitch". La cour considère que l'exploitation d'une des marques de la société ne prouve pas l'exploitation de ses autres marques (Cass. Com. 16 février et 9 nov. 2010)

23 IV- Les différentes problématiques d'exploitation (6/7) L'usage en cas d'exportation, importation ou transit L'article L , alinéa 2, c) et l'article 10, 2 b) de la directive n 2008/95/CE assimile à un usage sérieux l'apposition de la marque sur des produits ou leur conditionnement, exclusivement en vue de l'exportation (CA Paris 10 mars 2006). Cependant: La jurisprudence a récemment estimé que "l'usage dans la vie des affaires qui renvoie à l'univers économique suppose l'existence d'un lien avec un client et ne peut s'entendre de la circulation de marchandises entre filiales appartenant au même groupe dans un but de gestion et d'organisation interne". Ainsi, ni l'apposition de la marque sur des produis en usine, ni la détention des produits dans un entrepôt, ni l'exportation n'implique une commercialisation ou une relation avec le client (Cass. Com. 10 juillet 2007 N ).

24 IV- Les différentes problématiques d'exploitation (7/7) Les préparatifs d'exploitation Exemples en France: des démarches administratives visant la commercialisation de tabac constituent un préparatif sérieux d'usage (CA Paris 28 mai 2003) la seule fabrication d'étuis en vue d'une future commercialisation de parfum relève de simples actes préparatoires ne caractérisant pas un usage sérieux (CA Versailles 9 mars 2000) Exemples au niveau Communautaire: "l'usage de la marque doit ainsi porter sur des produits et des services qui sont déjà commercialisés ou dont la commercialisation, préparée par l'entreprise en vue de la conquête d'une clientèle, notamment dans le cadre de campagnes publicitaires, est imminente" (CJCE 11 mars 2003 et CJCE 27 janvier 2004) la tenue d'une réunion, une étude de marché, une enquête consommateurs, une demande de licence, des copies de documents publicitaires et informatifs pour le lancement du produit marqué, un site Internet, des copies d'enquête consommateurs ne constituent pas des actes préparatoires démontrant un usage sérieux (OHMI 23 juillet 2007) Une appréciation de plus en plus sévère

25 Les justes motifs de non exploitation

26 V- Les justes motifs de non exploitation (1/2) Les justes motifs de non exploitation en France Autorisations administratives: Exemple: le titulaire d'une marque dans l'attente de la réponse de l'agence du médicament à sa demande d'autorisation de mise sur le marché (TGI Paris 1 er juin 1999) Litiges potentiels ou en cours Exemple: une société assignée en contrefaçon et qui cesse l'exploitation de sa marque par précaution (TGI de Strasbourg 13 janvier 2004) Difficultés financières Exemple: le titulaire d'une marque qui fait un usage sérieux et ininterrompue de sa marque jusqu'à la liquidation de son entreprise puis qui cesse cette exploitation durant la liquidation (CA Paris 25 janvier 2006)

27 V- Les justes motifs de non exploitation (2/2) Deux conditions cumulatives au niveau Communautaire (CJCE 14 juin 2007) L'appréciation des conditions doit être faite au cas par cas par les juridictions de renvoi. Un motif indépendant de la volonté du titulaire exemple: la prise en compte de juste motifs est refusée quand les procédures judiciaires invoquées par le titulaire ont été initiées par lui-même (OHMI 25 juillet 2007) Un lien direct avec la marque rendant l'usage impossible ou déraisonnable exemple: "des justes motifs peuvent résulter d'une exploitation [ ] excessivement onéreuse" (TPICE 23 février 2006)

28 La preuve de l'usage

29 VI- La preuve de l'usage (1/2) En France, la preuve peut être apportée par tout moyen mais les éléments de preuve doivent être appréciés de manière globale: Exemples de preuves admises Exemplaires d'étiquettes, de bordereaux de livraison d'étiquettes, de factures d'imprimeur, de bons de commande d'étiquettes en nombre Emballages, barèmes de prix, catalogues de factures, photographies, annonces dans des journaux, déclarations écrites faites sous serment ou solennellement Site Internet (vente en ligne de produits) à condition que le site cible spécifiquement les consommateurs français et que d'autres documents soient fournis pour établir l'importance de l'usage Exemples de preuves non admises Dépliant représentant une photographie d'un produit de la marque Des procédures judiciaires intentées pour faire protéger la marque Déclarations provenant de fabricants de produits marqués, déclaration d'un dirigeant de la société titulaire, copies de factures, photographies Des documents utilisés pour prouver l'usage d'une autre marque similaire de la société

30 VI- La preuve de l'usage (2/2) Au niveau Communautaire, les éléments de preuve doivent également être appréciés de manière globale: Exemples de preuves admises Exemples de preuves non admises Catalogues, factures contenant des chiffres de ventes, déclarations sous serment Photos de produits et d'emballages de produits dans différents magasins et factures fournissant suffisamment d'informations Factures contenant les ventes de produits, des captures d'écran du site de la société contenant des informations sur les produits, des échantillons Des catalogues incluant des produits marqués mais ne démontrant pas une distribution des produits ou le nombre de produits vendus Des catalogues, cadeaux, articles de journaux, photos ne démontrant pas la l'intensité de l'usage Des factures, photos d'emballages, emballages et captures d'écrans de sites internet

INTRODUCTION AU DROIT DE L'ENTREPRISE. Durée : 3 heures Coefficient : 1,5. Le sujet comporte : - un cas pratique (15 points)

INTRODUCTION AU DROIT DE L'ENTREPRISE. Durée : 3 heures Coefficient : 1,5. Le sujet comporte : - un cas pratique (15 points) Sujet : INTRODUCTION AU DROIT DE L'ENTREPRISE Durée : 3 heures Coefficient : 1,5 Le sujet comporte : - un cas pratique (15 points) - une question (5 points) COMPTALIA.COM 2002 Toute reproduction interdite

Plus en détail

Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2. Arrêt du 28 mars 2014. Sofrigam / Carl G., Softbox Systems

Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2. Arrêt du 28 mars 2014. Sofrigam / Carl G., Softbox Systems Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2 Arrêt du 28 mars 2014 Sofrigam / Carl G., Softbox Systems Décision déférée : TGI Paris, 1er février 2013, 3e chambre 2e section Références de publication : http://www.legalis.net/

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Pétrus vs Lenovo : la fourniture de logiciels non demandés est une pratique commerciale déloyale

Pétrus vs Lenovo : la fourniture de logiciels non demandés est une pratique commerciale déloyale Pétrus vs Lenovo : la fourniture de logiciels non demandés est une pratique commerciale déloyale Sommaire 1. Rappel des prétentions. 2. Motifs de la décision. 2.1. Le matériel et les logiciels sont des

Plus en détail

ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE

ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE ACTION EN CONCURRENCE DELOYALE 05/09/2014 L action en concurrence déloyale se distingue de l action en contrefaçon. En effet, la première exige la réalisation d une faute (agissements fautifs) à l encontre

Plus en détail

Lo* Elle Aime (loelem.fr) Conditions Générales de Vente

Lo* Elle Aime (loelem.fr) Conditions Générales de Vente Lo* Elle Aime (loelem.fr) Conditions Générales de Vente Version 1.0 du 01.02.2014 Le présent site est exploité par la société LOELEM, ayant son siège social au 20, Chemin de la Mouturière, 01600 Sainte-Euphémie

Plus en détail

ARTICLES DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, INSERES ET/OU MODIFIES

ARTICLES DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, INSERES ET/OU MODIFIES ARTICLES DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, INSERES ET/OU MODIFIES PAR LES LOIS 2004-800 DU 06 AOUT 2004 ET 2004-1338 DU 08 DECEMBRE 2004 Article L. 611-10 (modifié par la loi n 2004-1338 du 08 décembre

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE APPLICABLE AUX FONCTIONNAIRES TITULAIRES A TEMPS COMPLET OU INCOMPLET. - Tous les fonctionnaires qu'ils exercent

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 QU'EST CE QUE LA PUBLICITÉ TROMPEUSE, QUELLES SANCTIONS POUR LE FAUTIF?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 QU'EST CE QUE LA PUBLICITÉ TROMPEUSE, QUELLES SANCTIONS POUR LE FAUTIF? QU'EST CE QUE LA PUBLICITÉ TROMPEUSE, QUELLES SANCTIONS POUR LE FAUTIF? La publicité trompeuse et la publicité comparative Introduction La législation européenne réglemente la publicité comparative et

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N 1105835 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Société STRATEGIES NETWORKS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Lamarre Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES N 1105835 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Société STRATEGIES NETWORKS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Lamarre Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE VERSAILLES dp N 1105835 Société STRATEGIES NETWORKS M. Lamarre Rapporteur M. Lombard Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 13/05/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 9 mars 2010 N de pourvoi: 08-16752 Publié au bulletin Rejet Mme Favre, président M. Sémériva, conseiller apporteur M. Lacan, avocat

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Date : 01/06/2013 Le présent ensemble des Conditions Générales de Vente de GLUAL HIDRÁULICA est applicable à toutes les livraisons et à toutes les prestations. ARTICLE 1. GÉNÉRALITÉS ARTICLE 2.- OFFRES

Plus en détail

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981)

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) JO n 16 du 15 août 1976 TITRE I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------------------------------------------- TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 1003008 N 1003238 PREFET DU NORD Mme Frackowiak Rapporteur M. Lavail Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Lille

Plus en détail

N 0900973 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Couzinet Président

N 0900973 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. M. Couzinet Président A TRIBUNAL ADMINISTRATIF D'AMIENS gw N 0900973 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU +PEUPLE FRANÇAIS M. Couzinet Président M. Truy Rapporteur public Le Tribunal administratif d'amiens Le président du tribunal,

Plus en détail

O LEMON - MENTIONS LÉGALES

O LEMON - MENTIONS LÉGALES O LEMON - MENTIONS LÉGALES Préambule O lemon est une société par actions simplifiées au capital de 1 200 Euros, dont le siège social est situé 4 rue Paul Baudry 75008 PARIS, immatriculée au registre du

Plus en détail

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS REMARQUES GÉNÉRALES «Les droit attachés à une demande de brevet ou à un brevet sont transmissibles en totalité ou en partie. Ils peuvent faire l'objet, en totalité

Plus en détail

QUESTION 118. Marques et indications géographiques

QUESTION 118. Marques et indications géographiques QUESTION 118 Marques et indications géographiques Annuaire 1994/II, pages 381-385 Comité Exécutif de Copenhague, 12-18 juin 1994 Q118 QUESTION Q118 Marques et indications géographiques Résolution 1. L'AIPPI

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Droit des personnes dossier de jurisprudence

Droit des personnes dossier de jurisprudence Droit des personnes dossier de jurisprudence Licence 1, Rennes I, 2012-2013 http://droit.wester.ouisse.free.fr Dossier - Utilisation du nom Leclerc pour des activités de pompes funèbres Cour de cassation

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES. Sommaire

DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES. Sommaire DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES Sommaire I. Régime des congés payés dans les professions du bâtiment et des travaux publics a. Règles d'affiliation b. Organisation et fonctionnement des caisses

Plus en détail

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE

TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE TITRE 1 : LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DE LA CONCURRENCE Le droit de la concurrence a notamment pour objet de maintenir le libre jeu de la concurrence. La concurrence se joue entre des entreprises

Plus en détail

Texte d'accord entre le CPE et le SNE

Texte d'accord entre le CPE et le SNE Texte d'accord entre le CPE et le SNE 1/ La création d'un Code des usages - Dans le Code de la Propriété Intellectuelle «I. - Les organisations professionnelles représentatives des auteurs et des éditeurs

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOUVELLE-CALÉDONIE H-C 1 --- SG 1 HAUT - COMMISSARIAT Douanes 3 --- Archives 1 DIRECTION RÉGIONALE DES DOUANES ARRETE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOUVELLE-CALÉDONIE H-C 1 --- SG 1 HAUT - COMMISSARIAT Douanes 3 --- Archives 1 DIRECTION RÉGIONALE DES DOUANES ARRETE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TERRITOIRE DE LA Ampliations NOUVELLE-CALÉDONIE H-C 1 --- SG 1 HAUT - COMMISSARIAT Douanes 3 --- Archives 1 DIRECTION RÉGIONALE DES DOUANES JONC 1 --- N 2165 T du 28 avril 1998 Modifié

Plus en détail

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014 A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS Juillet 2014 Pour toute précision concernant le contenu de ce document, vous pouvez contacter le service juridique à l adresse suivante : cma.juridique@cm-alsace.fr

Plus en détail

-17- TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Article Premier

-17- TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Article Premier -17- TABLEAU COMPARATIF Code de la propriété intellectuelle Article Premier Article Premier Art. L. 112-3 Les auteurs de traductions, d'adaptations, transformations ou arrangements des oeuvres de l'esprit

Plus en détail

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique CONFEDERATION FRANÇAISE DU COMMERCE DE GROS ET DU COMMERCE I NTERNATION AL Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique Licenciement économique p.1 Harcèlement

Plus en détail

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Actualité juridique publié le 06/04/2014, vu 642 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat L affaire SUN WATER France et le jugement du Tribunal

Plus en détail

EXPERIMENTATION, ESSAIS CLINIQUES ET DROIT DES BREVETS EN DROIT FRANÇAIS

EXPERIMENTATION, ESSAIS CLINIQUES ET DROIT DES BREVETS EN DROIT FRANÇAIS EXPERIMENTATION, ESSAIS CLINIQUES ET DROIT DES BREVETS EN DROIT FRANÇAIS Jacques Azema* RESUME: I. LA PROHIBITION DE PRINCIPE DES ESSAIS NECES- SAIRES A L OBTENTION DE L AMM; II. LA POSSIBILITE DU «DEPOT

Plus en détail

Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile»

Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile» Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile» I] Objet. Le présent règlement a pour objet de définir les conditions et modalités d exploitation de la marque collective dénommée «Tarif social mobile».

Plus en détail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail DIVERS La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail INTRODUCTION De multiples créations sont réalisées dans le cadre des entreprises par leurs salariés. Il

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

JURI VTC Société par actions simplifiée au capital de 1 000 euros 33, rue des Rossignols 33000 BORDEAUX

JURI VTC Société par actions simplifiée au capital de 1 000 euros 33, rue des Rossignols 33000 BORDEAUX JURI VTC Société par actions simplifiée au capital de 1 000 euros 33, rue des Rossignols 33000 BORDEAUX STATUTS CONSTITUTIFS JURI VTC Page 1 sur 14 Le soussigné : Julien DUPUIS, demeurant 33, rue des Rossignols

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE source http://www.upp-auteurs.fr Droit d'auteur Le droit d'auteur constitue une branche de la propriété littéraire et artistique. Il a pour vocation de fixer un cadre juridique

Plus en détail

C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE

C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE ENTRE : Le Département du GERS représenté par Monsieur Jean-Pierre PUJOL, Président du Conseil Général,

Plus en détail

Conditions Générales de Commercialisation

Conditions Générales de Commercialisation Conditions Générales de Commercialisation L'accès à l offre «Vente Flash Volkswagen», sur le site www.vente-du-diable.com implique sans réserve l'acceptation des dispositions suivantes : 1. Définition

Plus en détail

T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1

T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1 T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1 3ème chambre 4ème section N RG : 13/16361 N MINUTE : JUGEMENT rendu le 12 février 2015 DEMANDERESSE S.A. AEROPORTS DE PARIS 291 boulevard Raspail

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente régissent l'ensemble des relations entre la société MAISON LE GUEN ZA du Plat D Or 35330 LA CHAPELLE BOUEXIC Numéro

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE ENSEIGNE. Marque «Sud de France»

CONTRAT DE LICENCE ENSEIGNE. Marque «Sud de France» CONTRAT DE LICENCE ENSEIGNE Marque «Sud de France» Entre les soussignés : La Région LANGUEDOC ROUSSILLON, Collectivité locale, domiciliée à l Hôtel de Région à MONTPELLIER (Hérault), représentée par son

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

La présentation et la sélection des candidatures et des offres.

La présentation et la sélection des candidatures et des offres. La présentation et la sélection des candidatures et des offres. Les points essentiels à retenir : - Le principe est l ouverture de la consultation à tout candidat, dans la mesure où il présente les garanties

Plus en détail

ARCHIVES COMMERCIALES

ARCHIVES COMMERCIALES ARCHIVES COMMERCIALES 26/04/2013 L'exercice d une activité commerciale génère un nombre important de documents (registres, correspondances, factures, bordereaux, quittances, talons de chèques, relevés

Plus en détail

Règlement sur la procédure de conciliation et d'arbitrage des comptes des membres de l'ordre des comptables agréés du Québec

Règlement sur la procédure de conciliation et d'arbitrage des comptes des membres de l'ordre des comptables agréés du Québec http://www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicsearch/telechar ge.php?type=3&file=/c_48/c48r10_2.htm Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. c. C-48, r.10.2 Dernière version

Plus en détail

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité),

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité), Entre les soussignés, Personne morale :...(dénomination sociale),...(forme),...(capital),...(rcs),...(numéro SIREN) dont le siège social est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom),

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D 1 sur 6 25/11/2009 23:33 DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D Version consolidée au 31 décembre 2008 Le Premier ministre,

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 VENTE AMIABLE ET APPORT D'UN FONDS DE COMMERCE [DB 12C2232]

SOUS-SECTION 2 VENTE AMIABLE ET APPORT D'UN FONDS DE COMMERCE [DB 12C2232] SOUS-SECTION 2 VENTE AMIABLE ET APPORT D'UN FONDS DE Références du document 12C2232 Date du document 30/10/99 SOUS-SECTION 2 Vente amiable et apport d'un fonds de commerce GENERALITES 1.La législation

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP

Commentaire. Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011. Syndicat SUD AFP Commentaire Décision n 2011-128 QPC du 6 mai 2011 Syndicat SUD AFP Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité relative

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE EN DIFFICULTÉ [DB 4H1394]

SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE EN DIFFICULTÉ [DB 4H1394] SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE Références du document 4H1394 Date du document 01/03/95 Annotations SOUS-SECTION 4 Lié au BOI

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015

Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015 Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015 Nouveautés issues de la Loi 2014-856 du 31/07/2014 dite «loi Hamon» et Décret 2014-1254 du 28/10/2014) L obligation d information périodique triennale

Plus en détail

MARQUE ET USAGE : RIEN NE SERT DE DEPOSER,

MARQUE ET USAGE : RIEN NE SERT DE DEPOSER, MARQUE ET USAGE : RIEN NE SERT DE DEPOSER, ENCORE FAUT-IL EXPLOITER VOTRE MARQUE! LES PREUVES DE L USAGE ADMISES EN DROIT FRANÇAIS, COMMUNAUTAIRE ET AMERICAIN Paris, le 13 août 2015 Par Julie BRUN, Esther

Plus en détail

Un DESIGN, mode d'emploi

Un DESIGN, mode d'emploi "Dessin & Modèle" ou "Design"? Un DESIGN, mode d'emploi Selon la loi qui s'applique, on parlera soit de dessins & modèles, soit de designs. Le choix des termes "Dessins & modèles" permet de distinguer

Plus en détail

Le contrat à durée déterminée (CDD)

Le contrat à durée déterminée (CDD) Le contrat à durée déterminée (CDD) Définition. Le CDD est un contrat de travail pour lequel un employeur (société, entreprise) peut recruter directement un salarié pour une durée déterminée, car la cause

Plus en détail

Avis d'appel public à la concurrence

Avis d'appel public à la concurrence Avis d'appel public à la concurrence Département de publication : 66 Annonce No 13-48935 Services - Nom et adresse officiels de l'organisme acheteur : EPCC THEATRE DE L'ARCHIPEL. Correspondant : M. le

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente I. DEFINITIONS On entend par "TOUZEAU Informatique" où «NOUS», L'entreprise TOUZEAU Informatique La Maison de Célina, Le Bourg 43150 Les Estables - France. «TOUZEAU Informatique»

Plus en détail

Ville de Montélimar AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

Ville de Montélimar AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Ville de Montélimar AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM, ADRESSE ET POINT DE CONTACT Nom officiel : Ville de Montélimar Adresse postale : Hôtel de Ville, Place

Plus en détail

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T Numéro du rôle : 618 Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 335, 3, alinéa 3, du Code civil posée par le tribunal de première instance de Nivelles.

Plus en détail

ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil

ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil Plusieurs observations liminaires doivent être produites avant qu un guide de correction vous soit proposé. Le sujet est particulièrement long, voire

Plus en détail

02 08 28 DIANE MAYNARD, demanderesse,

02 08 28 DIANE MAYNARD, demanderesse, 02 08 28 DIANE MAYNARD, demanderesse, c. TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC, organisme public. L'OBJET DU LITIGE M me Diane Maynard réclame du Tribunal administratif du Québec (le «TAQ») une copie de «la

Plus en détail

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation

Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les principaux changements après le vote de la loi du 01 juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation Les articles L 311-1 et suivants protègent le consommateur pour tout crédit, location vente

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 04.04.2002 SEC(2002) 335 final 2000/0213 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe 2, deuxième

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation du site editions-amorosa.com pour les membres de la Communauté AMOROSA (Comité de Lecture Citoyen + Auteurs)

Conditions Générales d'utilisation du site editions-amorosa.com pour les membres de la Communauté AMOROSA (Comité de Lecture Citoyen + Auteurs) Conditions Générales d'utilisation du site editions-amorosa.com pour les membres de la Communauté AMOROSA (Comité de Lecture Citoyen + Auteurs) Le présent site appartient à la Société Editions Les Nouveaux

Plus en détail

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9

CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 Table des matières (avec renvoi aux pages) Liste des abréviations... 5 Sommaire... 7 CHAPITRE 1. DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA FRANCHISE... 9 Section 1. Notion et évolution... 9 1. Notion générale... 9 2.

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2) ;

Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2) ; Décret exécutif n 2000-48 du 25 Dhou El Kaada 1420 correspondant au 1er mars 2000 fixant les conditions et les modalités de création et d'exploitation des agences de tourisme et de voyages, p.8 Le Chef

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

LOGICIELS LIBRES ET OUVERTS. Convention de licence libre de l administration québécoise

LOGICIELS LIBRES ET OUVERTS. Convention de licence libre de l administration québécoise LOGICIELS LIBRES ET OUVERTS Convention de licence libre de l administration québécoise Application Présentation Justification [1] La Convention de licence libre de l Administration québécoise (CLLAQ) est

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu :

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu : BODI - Texte DGI n 2003/54 - Note commune n 35/2003 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 22 et 23 de la loi n 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003 relatives

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. Panorama de jurisprudence sur le statut des agents commerciaux - année 2015 QUALIFICATION DU CONTRAT D AGENT COMMERCIAL

DROIT ECONOMIQUE. Panorama de jurisprudence sur le statut des agents commerciaux - année 2015 QUALIFICATION DU CONTRAT D AGENT COMMERCIAL DROIT ECONOMIQUE Panorama de jurisprudence sur le statut des agents commerciaux - année 2015 QUALIFICATION DU CONTRAT D AGENT COMMERCIAL Appréciation du pouvoir de négociation de l agent commercial Cass.com.,

Plus en détail

Conditions générales de ventes

Conditions générales de ventes Conditions générales de ventes Article 1. Présentation - Terminologie 1.1. La société à responsabilité limitée AVRIL WEB a une activité de prestations informatiques. 1.2. Dans la totalité des présentes

Plus en détail

G / Vte fds comm insc INPI

G / Vte fds comm insc INPI G / Vte fds comm insc INPI CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE (Partie Législative) Livre VII : Marques de fabrique, de commerce ou de service et autres signes distinctifs Titre Ier : Marques de fabrique,

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE ARTICLE 1 : CHAMP D'APPLICATION - DÉFINITION Les présentes Conditions Générales de Vente s'appliquent à toutes les prestations de services conclues

Plus en détail

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE L An Deux Mille DIX et le A la demande de : Monsieur Christian NOGUES, né le né le 3 mai 1956 à Chambéry (73), de nationalité française, demeurant

Plus en détail

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL Article juridique publié le 28/01/2015, vu 15581 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La loi dite «Pinel» du 18 juin 2014 a introduit, dans l'article L. 145-46-1

Plus en détail

Tribunal administratif de Lille Ordonnance de référé 29 décembre 2010

Tribunal administratif de Lille Ordonnance de référé 29 décembre 2010 vendredi 1er avril 2011 Tribunal administratif de Lille Ordonnance de référé 29 décembre 2010 Nexedi / Agence de l eau Artois-Picardie Logiciel - contrat - marché public - concurrence - marque - fournisseur

Plus en détail

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme L article L. 133-3 du Code du tourisme, dispose : «L'office de tourisme assure l'accueil et l'information des touristes ainsi que la promotion

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Achats de séjours de colonies de vacances pour l'été 2016 pour les enfants de 8 à 15 ans N du CCAP

Plus en détail

A RETENIR. La procédure peut être engagée sans l assistance d un avocat mais nécessite une connaissance des conditions d application.

A RETENIR. La procédure peut être engagée sans l assistance d un avocat mais nécessite une connaissance des conditions d application. L INJONCTION DE PAYER EUROPEENNE ET LES PME UN OUTIL PRATIQUE ET RAPIDE POUR RECOUVRER VOS CREANCES! La procédure d injonction de payer européenne (IPE) est un nouveau moyen rapide et économique de récupérer

Plus en détail

Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. Guide d exercice professionnel

Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. Guide d exercice professionnel Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France Guide d exercice professionnel LE DROIT DE RETENTION DE L EXPERT-COMPTABLE : CONDITIONS D EXERCICE Les textes Conditions générales d'exercice du

Plus en détail

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation - Chambre sociale Audience publique du jeudi 3 novembre 2011 Société Moreau c./ X Décision déférée : CA Paris du 24 mars 2010 Rejet Sources : N de pourvoi: 10-18036 Publié au bulletin

Plus en détail

F-Gif-sur-Yvette: Services d'installation de matériel de protection contre l'incendie 2009/S 249-358534 AVIS DE MARCHÉ.

F-Gif-sur-Yvette: Services d'installation de matériel de protection contre l'incendie 2009/S 249-358534 AVIS DE MARCHÉ. 1/5 F-Gif-sur-Yvette: Services d'installation de matériel de protection contre l'incendie 2009/S 249-358534 AVIS DE MARCHÉ Fournitures SECTION I: POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM, ADRESSES ET POINT(S) DE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 04/12/2015 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 13 septembre 2011 N de pourvoi: 09-70305 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Favre (président), président Me Carbonnier,

Plus en détail

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions L'an, Le, Par-devant M e, notaire à, A reçu le présent acte authentique de cession de créance à la requête des personnes

Plus en détail

DECLARATION DU CANDIDAT

DECLARATION DU CANDIDAT AFFAIR MARCH PUBLICS/ACCORDS- CADR DECLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement. Tous les documents constituant ou accompagnant

Plus en détail

Le cautionnement d un bail d'habitation

Le cautionnement d un bail d'habitation Le cautionnement d un bail d'habitation Article juridique publié le 02/10/2012, vu 20379 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Initialement, la loi du 6 juillet 1989 ne comportait aucune notion de garantie de

Plus en détail

LES ACTIONS RELATIVES A LA MARQUE COMMUNAUTAIRE

LES ACTIONS RELATIVES A LA MARQUE COMMUNAUTAIRE Conférence I.D.L.O 23-24 février 2007 LES ACTIONS RELATIVES A LA MARQUE COMMUNAUTAIRE Préparée par Maître Richard MICHIOR assisté de Gustave HOTTEGINDRE Présentée par Maître Richard MILCHIOR 1 PROBLEMATIQUES

Plus en détail

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB 5B112] Références du document 5B112 5B1121 Date du document 01/09/99 SECTION 2 Personnes domiciliées en France SOUS-SECTION 1 Personnes concernées A. DÉFINITION

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE «ENFANTILLAGES & CO» ET MENTIONS LÉGALES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE VENTE PAR INTERNET DE ET MENTIONS LÉGALES Il est expressément précisé que les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») régissent

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

LES DIFFICULTES INTRINSEQUES DU PV DE DIFFICULTES.

LES DIFFICULTES INTRINSEQUES DU PV DE DIFFICULTES. LES DIFFICULTES INTRINSEQUES DU PV DE DIFFICULTES. Article juridique publié le 11/06/2013, vu 6168 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine Le PV de difficultés, est essentiel dans le cadre de liquidation de

Plus en détail

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE TRIBUNAL D E GRANDE INSTANCE DE PARIS a 3ème chambre 2ème section N RG : 12/10772 N MINUTE 3 Assignation du : 18 Juillet 2012 JUGEMENT rendu le 18 Octobre 2013 DEMANDEUR Monsieur Dominique-Paul VINET 1326

Plus en détail

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 Convention concernant la protection du salaire (Note: Date d'entrée en vigueur: 24:09:1952. Cette convention a été partiellement révisée en 1992 par

Plus en détail

BNC - Base d'imposition - Dépenses - Frais divers de gestion, dons et subventions

BNC - Base d'imposition - Dépenses - Frais divers de gestion, dons et subventions BOI-BNC-BASE-40-60-60-20140221 Permalien du document http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4628-pgp.html?identifiant=boi-bnc-base-40-60-60-2014 BNC - Base d'imposition - Dépenses - Frais divers de gestion,

Plus en détail