Explication de texte.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Explication de texte."

Transcription

1 Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres raisons que celles qui fondent l'opinion ; de sorte que l'opinion a, en droit, toujours tort. L'opinion pense mal ; elle ne pense pas : elle traduit des besoins en connaissances. En désignant les objets par leur utilité, elle s'interdit de les connaître. On ne peut rien fonder sur l'opinion : il faut d'abord la détruire. Elle est le premier obstacle à surmonter. Il ne suffirait pas, par exemple, de la rectifier sur des points particuliers, en maintenant, comme une sorte de morale provisoire, une connaissance vulgaire provisoire. L'esprit scientifique nous interdit d'avoir une opinion sur des questions que nous ne comprenons pas, sur des questions que nous ne savons pas formuler clairement. Avant tout, il faut savoir poser des problèmes. Et quoi qu'on dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d'eux-mêmes. C'est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S'il n'y a pas eu de question, il ne peut y avoir connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n'est donné. Tout est construit.» Gaston Bachelard, La formation de l esprit scientifique. Explication de texte. Par définition, la science s oppose à l opinion. En effet, cette dernière constitue un jugement sans fondement rigoureux et est souvent dénoncée dans la mesure où le jugement se donne de façon abusive sur les apparences d un savoir ; alors que pour les Grecs, la science représente une connaissance à la fois éminente, universelle et théorique : la philosophie est cette science

2 suprême. À quoi reconnaît-on qu une connaissance est scientifique? Comment assurer la véracité d un savoir scientifique s il a toujours la possibilité d être réfutée? Dans ce texte, Bachelard remet en cause l opinion mais pas la vérité scientifique. Pour lui, la science ne peut être que vraie puisque la science nait de faits observés, sur des questions, sur des problèmes basés sur des observations. Or contrairement à l opinion qui s appuie sur des idées subjectives, la science a pour vocation de donner une solution à ces problèmes, elle s appuie sur des expériences qui sont prouvées grâce à la connaissance, à la véracité d autres faits observés. Pourquoi donc remettre en cause l opinion qui par nature s oppose à la science alors que la science a pour vocation de dire la vérité? La science n est-elle pas indépendante à l opinion? Dans ce cas pourquoi avoir peur de l influence de l opinion sur la science? La construction du texte est relativement claire et s ordonne autour de trois grands axes. Le premier axe qui annonce l idée directrice du texte («La science de les connaître»). Dans ce premier axe, Bachelard affirme que la science s oppose à l opinion et que celle-ci ne fait que rester dans le superficiel sans s appuyer sur des faits concrets. La science ne s appuie que sur des faits légitimés, cette thèse sera reprise en conclusion. Puis dans la deuxième étape du raisonnement («On ne peut rien fonder d eux-mêmes»), l auteur dénonce les erreurs que peut poser l opinion sur la science. Puis il explique la théorie même de la science qui s appuie sur la naissance de problèmes observés qui seront démontrés. Enfin dans sa troisième partie («C est précisément tout est construit») l auteur vient prouver sa thèse : la science a une vocation : dire la vérité à travers la connaissance des problèmes posés qui ont été démontrés. Dans un premier moment («La science de les connaître»), Bachelard avance trois thèses fondamentales qui sont justifiées et expliquées dans la suite du texte. Si la science légitime l opinion dans certains cas, c est pour des raisons particulières que celles qui fondent l opinion puisque celle-ci a pour vocation d être fausse. La première thèse de Bachelard est très directe. Pour lui la science s oppose complètement à l opinion et fait preuve de raison «la science, dans son besoin d achèvement comme dans son principe s oppose absolument à la science». Cette première phrase du texte est mise en avant par l utilisation de l adverbe «absolument» comme si pour Bachelard c était impossible de concevoir les faits scientifiques sur des opinions. Comment donc faire pour distinguer la science de l opinion? Tout d abord, l opinion n est que mensongère et trompeuse. Bachelard met en avant le fait que la science est là pour prouver des choses vraies et que l opinion ne cesse de l empêcher d atteindre son but, dans son besoin d achever ce qui est commencé. L opinion «a en droit toujours tort», ce qui voudrait dire que l opinion ne fait que nous induire en erreur et nous mène sur le mauvais chemin, on ne suit plus les normes. Or la science est une norme universelle puisqu elle est la même pour tous, n importe notre provenance, nos

3 idéaux Si l opinion a toujours tort en droit, cela veut dire que pour Bachelard, n importe d où provienne l opinion et sur quel sujet elle porte, elle a toujours tort. D où une deuxième conséquence, si l opinion ne s appuie pas sur des normes elle est par conséquent subjective et propre de l homme. Elle empêche donc la science d avancer puisqu il n y a pas de vérité objective. La science cherche à prouver une réalité universelle et donc une vérité universelle. C est en cela que l opinion s oppose à la science. La seconde thèse de Bachelard renforce la première en insistant sur le fait que l opinion ne pense pas, elle ne se fonde par sur des faits démontrés. Non seulement l opinion est erronée mais elle ne sait penser, elle ne possède pas de fondement et limite la capacité de l homme à découvrir son environnement «elle s interdit de les connaître». Dire que l opinion ne pense pas constitue un défis puisque si l opinion ne pense pas cela veut dire qu elle ne s appuie par sur des faits concrets et donc par définition ne peut s opposer à la science qui elle fait preuve de raison. «L opinion pense mal ; elle ne pense pas» en mettant en avant la démarche que l opinion pense mal voire qu elle ne pense pas soulève l aspect subjectif de la pensée. La pensée est propre est l homme, et témoigne de notre personne. L action de penser fait référence au fait de croire, d avoir l idée de quelque chose, or croire s oppose au savoir puisque la croyance n est pas démontrée, elle ne fait preuve que d hypothèses jamais confirmées. L opinion interprète, elle croie détenir la vérité, posséder des connaissances mais en réalité elle ne fait que détenir des perceptions ou les transformer en une autre utilité «elle traduit des besoins en connaissances». Par ailleurs, l opinion ne cherche pas à connaître son intériorité mais ne reste que dans le superficiel contrairement à la science qui cherche à comprendre le plus petit détail «elle s interdit de les connaître». Garantir que l opinion ne pense pas veut dire que l opinion contrairement à la science ne s appuie pas sur des faits démontrés mais sur une réalité subjective. L opinion reste toujours superficielle, elle ne cherche qu à satisfaire ses besoins en s évitant d aller plus loin. Elle se pose elle même des obstacles pour son développement en évitant d aller au-delà des pensées. Dans cette première partie du texte, Bachelard allègue le fait que l opinion a pour vocation de s opposer à la science et qu elle ne fait que provoquer des illusions et n affirme pas la réalité. Il s agit désormais d en expliquer la raison et comment la science fait pour ignorer l opinion. En un deuxième temps de son raisonnement («On ne peut rien fonder ne se posent pas d eux-mêmes»). Dans cette partie Bachelard met en avance le processus de naissance d un problème et dont la science à pour vocation d y résoudre. Il justifie le fait que l opinion est un obstacle contre la science. Pour cela il va dans une première partie procéder à anéantir l opinion puis dans une deuxième partie il va expliquer la naissance du raisonnement scientifique qui fait preuve de raison. Comment donc éliminer l opinion et laisser place au problème scientifique?

4 Il part tout d abord d un constat. Alors que l opinion guide la pensée humaine, il faut la détruire d après Bachelard puisque si on arrive à l accepter de manière momentanée elle ne fait que nous tromper et ne nous permet pas faire preuve de raison. Puis en un deuxième temps il va exposer le fait que la science nait de problèmes. En effet celle-ci consiste a observer des faits qui sont différents des faits observés au préalable, puis elle émet des hypothèse sur ses nouvelles observations. Enfin il s agit de prouver la véracité de cette hypothèse puisqu une hypothèse sans preuve ne vaut rien. Mais comment éliminer l opinion si elle est propre à l homme? Comment fonder l esprit scientifique sans l opinion alors que celle-ci guide les faits? Tout d abord, pour être objective la science doit se débarrasser de l opinion «on ne peut rien fonder sur l opinion : il faut d abord la détruire». En effet l opinion est considérée comme douteuse, illusoire ou fausse voire dangereuse lorsqu elle cherche à s imposer en dissimulant la faiblesse de ses fondements sous les apparences de la plus claire certitude. La science possède de nombreux obstacles mais le premier d entre eux est de surmonter l opinion. Par cela on entend que l opinion est un obstacle épistémologique qui empêche la connaissance scientifique de se constituer. Il ne s agit pas de laisser la s infiltrer dans la pensée ou de croire posséder une connaissance qui n est pas vraie «il ne suffirait pas, par exemple, de la rectifier sur des points particuliers, en maintenant, comme une sorte de morale provisoire, une connaissance vulgaire provisoire». En disant que l opinion constitue une connaissance vulgaire provisoire, Bachelard déplie le fait que le savoir n est que superficiel, que ce n est pas le fait de savoir mais croire que l on sait alors que l on ne sait pas. L opinion nous donne donc une mauvaise définition du savoir. Le savoir a été prouvé, démontré, par des faits réels contrairement au fait de croire qui dépend de notre opinion, de nos perceptions, qui n est pas prouvé. Croire nous donne une fausse approche de la réalité puisque l on croit détenir la vérité mais ce n est qu une illusion. Il est donc nécessaire de se débarrasser de l opinion «il faut d abord la détruire» sans quoi tout le reste du raisonnement scientifique est faux puisqu il ne fait pas appel au savoir mais à la croyance. Si nous donnons sens à notre opinion, c est notre opinion qui aurait toujours raison. Or la raison est prouvée sur la connaissance scientifique. «L esprit scientifique nous interdit d avoir une opinion sur des questions que nous ne comprenons pas», la science est cette science qui a pour finalité d expliquer ce qui est inconnu, d en donner des preuves, de le prouver à travers les démonstrations. La naissance de la science prend place avec la naissance de problèmes, de doutes «avant tout il faut savoir poser des problèmes». L apparition même du problème fait que la science existe. Ce qu il faut savoir c est savoir comment découvrir les problèmes, les problèmes sont des points sur lesquels on s'interroge, ce sont des questions qui prêtent à discussion, qui font l'objet d'argumentations, de théories diverses, en particulier dans le domaine de la connaissance. Or pour résoudre des problèmes il faut savoir les poser et pour poser des problèmes il faut savoir qu il y a un problème, un obstacle «les problèmes ne se posent pas d eux-mêmes».

5 Suppression de l opinion, laisser place à la raison savoir formuler des problèmes scientifiques sont des bases pour la science. La raison doit dépasser l opinion et doit permettre de pouvoir discerner le problème scientifique. Le problème scientifique ne se pose que de faits réels, observés, prouvés ; c est ce qui est sa base et le problème posé, son origine. Le dernier temps du texte introduit pas la locution «c est» («c est précisément tout est construit») vient confirmer la thèse posée au début du texte. L auteur explique le fondement de l esprit scientifique et son évolution pour arriver à trouver une solution, une explication. Pour Bachelard tout s explique à travers la science, tout problème a une réponse raisonnée. Pour cela, il va tout d abord mettre en avant le fait que le problème est la raison pour que la science existe puis dans un deuxième temps il va expliquer comment le raisonnement scientifique procède. Comment donc concilier problème et solution? En premier lieu, Bachelard justifie le fait que le problème soulevé soit la naissance du raisonnement scientifique. En effet, sans problème il n y a pas de raisonnement scientifique et donc pas de science. Or la science existe pour expliquer tout ce qui n est pas à notre à notre portée. Sans la science nous ne pourrions rien expliquer, ce ne serait que des suppositions, des idées subjectives qui fondent l opinion. La science d après Bachelard donne une explication à notre vie, sans laquelle nous serions comparable à des animaux : nous ne saurions pas, la vie ne serait qu un bon moment passé. «C est précisément ce sens su problème», le mot problème est mis en valeur car c est grâce à lui que la science nait, qu elle peut se développer, avancer. Sans problème il n y a pas de science, sans science il n y a pas de raisonnement scientifique, sans raisonnement scientifique il y a que l opinion. Le problème est donc la substance même de la science. Par ailleurs, Bachelard explique que le problème scientifique n est pas une spontanéité et qu il possède un fondement. L esprit scientifique possède toujours une réponse. Cependant contrairement à l opinion, cette réponse est construite, prouvée, démontrée d où le véritable enjeu de la science. La démonstration est cette science qui a une validité universelle, seul l esprit humain est capable d un tel exploit : établir la validité universelle d une proposition, en quoi consiste sa vérité. «Rien ne va de soi. Rien n est donné. Tout est construit», Bachelard donne l explication raisonnée du fait que l opinion soit un ennemi pour la science. La science qui est basée sur la démonstration détient une validité universelle alors que l opinion ne représente que le regard subjectif d une ou de plusieurs personnes. L auteur met en valeur la science qui fait preuve de la raison, unique à l homme, alors que l opinion nous en éloigne. Dans cette optique, l opinion ne représente qu une illusion de posséder la vérité. Dans ce cas, on entend par vérité le caractère des jugements capables de fonder un accord universel entre les esprits. Dans ce texte, Bachelard nous propose une définition de vérité, qui est le caractère des jugements capables de fonder un accord universel entre les esprits. Le mot vérité est synonyme, dans ce cas d objectivité. L objectivité en

6 science passe par la rigueur, l impartialité, l honnêteté. La science d après Bachelard est donc cette vérité qui est universelle et propre de l homme. La science est là pour répondre à des problèmes, la science fait preuve de raison. Or la raison d après Descartes est cette faculté de distinguer le vrai du faux. La méthode rationnelle sera dans ces conditions constituée par un ensemble de règles, dont l application conduit, avec certitude au résultat. Quels enseignements peut-on tirer en définitive de ce texte? Nous nous étions demandés pourquoi l opinion était remise en question alors qu elle avait pour vocation d être fausse. À travers le déroulement du texte, Bachelard nous explique pourquoi l opinion constitue tellement un ennemi pour la science. En effet, celle ci ne fait pas preuve de raison, elle est subjective et ne se base pas sur la démonstration qui est la base de la science. Dans cette optique, la science est donc un mouvement dialectique de la raison aux faits, de l expérience à la théorie et c est de ce mouvement que proviennent les progrès de la science. La science a pour vocation d être vraie et sa mission est de trouver la réalité même si cela peut mettre un certain temps. À travers ce texte, l auteur nous donne concrètement son point de vue, son jugement. Pour lui l opinion n est que trompeuse et nous mène sur le mauvais chemin, il ne faudrait pas qu elle existe. Alors que la science représente cette sagesse, celui qui travaille la science, la recherche, est un sage. Dans ce cas la sagesse est cette faculté de pouvoir discerner avec la raison, faire preuve de raison, de discernement. Par ailleurs, l auteur fait appel à la théorie cartésienne qui est fondée sur la raison. Or si elle est fondée sur la raison, cela veut dire que c est un principe d explication de cause. Ce texte nous donne une vision objective de la science et qui a pour vocation d être vraie. Cela ne veut pas forcément dire qu elle détient toute la vérité mais qu elle s efforce pour pouvoir la trouver.

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Vous pensez probablement que vous réfléchissez bien la plupart des personnes le croient. Peut-être, au contraire, êtes-vous convaincu que rien ne sortira jamais de vos réflexions. Ou encore

Plus en détail

Influence, pouvoir et crédibilité. Votre influence = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité. Influence manipulation

Influence, pouvoir et crédibilité. Votre influence = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité. Influence manipulation Pour r, soyez crédibles et politiques! 1 Influence, pouvoir et crédibilité Votre = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité Influence manipulation 2 1 Pourquoi r? 3 Pourquoi r? 4 2 Pourquoi r? 5 Pourquoi

Plus en détail

CHAPITRE 4 COMMERCIALISATION DES SERVICES JURIDIQUES

CHAPITRE 4 COMMERCIALISATION DES SERVICES JURIDIQUES CHAPITRE 4 COMMERCIALISATION DES SERVICES JURIDIQUES Page 67 4.1 L ACCESSIBILITÉ DES SERVICES JURIDIQUES L accessibilité des services juridiques 4.1-1 L avocat doit veiller à ce que les services juridiques

Plus en détail

LES MÉTHODES DE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES

LES MÉTHODES DE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES LES MÉTHODES DE RECHERCHE EN SCIENCES HUMAINES Les méthodes de recherche en sciences humaines sont des procédures définies qui sont utilisées en vue de développer la connaissance scientifique des phénomènes

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

3 thèses : Problématique :

3 thèses : Problématique : LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience

Plus en détail

Doit-on douter de tout?

Doit-on douter de tout? 1 Doit-on douter de tout? L'homme naturellement, comme le précisait Aristote au début de la Métaphysique, s'étonne et cherche à connaître. Mais il faut faire la différence entre la considération naïve

Plus en détail

QUESTION 95. L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion

QUESTION 95. L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion QUESTION 95 L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion Annuaire 1989/II, pages 290-294 Comité Exécutif d'amsterdam, 4-10 juin 1989 Q95 QUESTION Q95 L'usage des marques d'autrui sans danger de

Plus en détail

Faut-il tout démontrer?

Faut-il tout démontrer? Faut-il tout démontrer? Introduction et énoncé du problème L acte de démontrer consiste à mettre en ordre logique, à disposer de façon rationnelle et déductive des propositions afin d assurer que la conclusion

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

INF1130 SESSION A08 EXAMEN INTRA SOLUTIONS

INF1130 SESSION A08 EXAMEN INTRA SOLUTIONS 1 INF1130 SESSION A08 EXAMEN INTRA SOLUTIONS dimanche 26 octobre 2008 Question 1 sur la logique propositionnelle (12 points, 3 pour chaque partie). Supposons que les quatre propositions suivantes sont

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. Introduction. Act 1981)

Textes de référence : Table des matières. Introduction. Act 1981) LA REPRESSION DU FAUX MONNAYAGE EN GRANDE- BRETAGNE Textes de référence :! Loi sur la falsification et sur la contrefaçon de 1981 (Forgery and Counterfeiting Act 1981) Table des matières A. La notion du

Plus en détail

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38)

Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Carte des Prestations et des Tarifs Consultations sur Rendez-Vous au cabinet (Miribel Les Echelles, Isère, 38) Consultation complète : 60 euros La consultation Complète est une consultation de voyance

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu»

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Journée diocésaine de Formation du 22 novembre 2012 «La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Intervention de Robert SCHLOTUS : «Croire est un acte anthropologique» Introduction C est

Plus en détail

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Conférence de Jean-Marie Gogue Le terme assurance de la qualité est apparu aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale. Il

Plus en détail

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? 1 Pourquoi Dieu permet-il le mal? Brève initiation au problème du mal MASSON Alexis Philosophie de la Religion www.epistheo.com 2 Première Partie UN SERIEUX PROBLEME 3 1

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet

Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet Comment utiliser Internet à son gré tout en étant protégé en permanence de ces menaces? Avec un peu de curiosité, on découvre qu il est

Plus en détail

La publicité pour votre certification selon ISO 9001 ou ISO 14001

La publicité pour votre certification selon ISO 9001 ou ISO 14001 La publicité pour votre certification selon ISO 9001 ou ISO 14001 Introduction Objectif du document? Vous êtes fiers de votre entreprise qui vient d obtenir la certification ISO 9001 ou ISO 14001, et vous

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/30/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 AOUT 2013 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trentième session Genève, 4 8 novembre 2013

Plus en détail

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE PREMIER TRAVAIL (6 points) 1.1- Prise en charge des dommages matériels du véhicule de Nicolas MARTIN Au titre

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l éducation

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l éducation Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l éducation sur le projet de loi n o 38 (Loi modifiant la Loi sur les établissements d enseignement de niveau universitaire

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr MENTIONS LEGALES Le site www.ca-parlons-en.fr est publié par : Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel du Nord Est, société coopérative à capital

Plus en détail

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine «Celui qui possède l'information, possède le monde». Dans toute l'histoire de l'humanité, cette maxime n'a probablement jamais été aussi

Plus en détail

Les copains d abord! Rosana CORREIA - CIL 01 de Brasília 2015

Les copains d abord! Rosana CORREIA - CIL 01 de Brasília 2015 Rosana CORREIA Les copains d abord! Exprimes ses sentiments. Parler de l amitié. Exprimer les raisons de son amitié pour quelqu un. OBJECTIFS GLOBAUX Exprimer la subjectivité. Exprimer la restriction.

Plus en détail

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007

EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec. DATE : 8 janvier 2007 EYB 2007-124247 Texte intégral SVA Commission d'accès à l'information du Québec 05 23 09 DATE : 8 janvier 2007 EN PRÉSENCE DE : Christiane Constant, Commissaire X. Demandeur c. Hôpital du Sacré-Coeur de

Plus en détail

COACHING. Coaching/Développement Personnel. Coaching/Vie Familiale/Vie affective. Coaching/ Vie Professionnelle. Accélérateur de changement

COACHING. Coaching/Développement Personnel. Coaching/Vie Familiale/Vie affective. Coaching/ Vie Professionnelle. Accélérateur de changement COACHING Coaching/Développement Personnel Coaching/Vie Familiale/Vie affective Coaching/ Vie Professionnelle Accélérateur de changement Pourquoi le Coaching de Vie? Être Acteur de sa vie Le coaching personnel

Plus en détail

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier CNAFC CONSOMMATEURS Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier Réclamer à La Poste, ce n'est pas impossible. Voir résoudre le problème, c'est possible. 1-Pourquoi cette fiche.

Plus en détail

La protection de vos données personnelles

La protection de vos données personnelles LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 15 La protection de vos données personnelles FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE novembre 2004 Qu est-ce que la loi Informatique et Libertés? La loi Informatique et Libertés

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

Entre organisation et réunion : comment s'organise le travail dans l'entreprise?

Entre organisation et réunion : comment s'organise le travail dans l'entreprise? Leçon 4 plus Entre organisation et réunion : comment s'organise le travail dans l'entreprise? A L'organisation du travail dans l'entreprise Parmi les actions suivantes, choisissez-en trois qui sont pour

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

5 photographies 5 tunnels

5 photographies 5 tunnels DOSSIER 5 photographies 5 tunnels 5 photographies qui vont vous aider à réduire le taux d abandon de vos tunnels de conversion. Introduction Les tunnels de conversion sont présents dans de nombreux sites.

Plus en détail

En considérant votre dernier projet de recherche, à quelle étape avez-vous en premier pensé aux statistiques?

En considérant votre dernier projet de recherche, à quelle étape avez-vous en premier pensé aux statistiques? ENQUÊTE: BIOSTATISTIQUES DANS LA RECHERCHE Le but de notre questionnaire n'était pas de pointer du doigt les lacunes dans la façon qu'ont les chercheurs d'aborder les statistiques ni d'apporter de manière

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...»

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» [Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» Découvrez comment gagner de l'argent avec un ebook gratuit! Écrit par Sébastien Laude et offert par le responsable de ce

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001 La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001 ISO L ISO (Organisation internationale de normalisation) est la source des familles ISO 9000 et ISO 14000 de normes de management de la

Plus en détail

Repérer l'origine de l'information sur Internet et évaluer sa fiabilité

Repérer l'origine de l'information sur Internet et évaluer sa fiabilité Repérer l'origine de l'information sur Internet et évaluer sa fiabilité Compétence du socle : Je sais relever des éléments me permettant de connaître l'origine de l'information (auteur, date, source...)

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Question: Un entraîneur ou un médecin aidant ou encourageant un sportif à prendre des substances interdites peut

Question: Un entraîneur ou un médecin aidant ou encourageant un sportif à prendre des substances interdites peut Français 1 Question: Je suis responsable en dernier recours de ce que j avale, de ce que je m injecte et de ce que j applique à mon corps. Réponse: Vrai Tous les athlètes doivent être proactifs en posant

Plus en détail

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 - En 2003, l Eurobaromètre a eu 30 ans, d où vous est venue l idée d étudier l opinion publique européenne? Le

Plus en détail

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Investir dans la science représente l avenir de la société Le fait qui témoigne de la réputation de nos académiciens, c

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL Intro... 1 I. Caractéristiques des différents types de groupe... 1 A. Définitions... 1 B. Définition selon Anzieu et Martin... 2 C. Définition de Fisher...

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS CODE DE CONDUITE DU CONSEIL APPLICATION Le présent code de conduite (le «code du conseil») s applique à vous si vous êtes membre du conseil d

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

Guide de l informatique Le courrier électronique

Guide de l informatique Le courrier électronique Guide de l informatique Le courrier électronique Le courrier électronique - également appelé email ou courriel - occupe désormais une place importante dans la vie de beaucoup d'internautes. Se créer une

Plus en détail

Étude sur les services et l assistance sans hébergement contre la violence familiale Formulaire de retour d information sur le programme

Étude sur les services et l assistance sans hébergement contre la violence familiale Formulaire de retour d information sur le programme Code de programme : Code de l état : Étude sur les services et l assistance sans hébergement contre la violence familiale Formulaire de retour d information sur le programme Instructions : Veuillez répondre

Plus en détail

MODÈLE POUR LA GESTION DES PROJETS

MODÈLE POUR LA GESTION DES PROJETS MODÈLE POUR LA GESTION DES PROJETS 1: Développement conceptuel 5: Surveillance, évaluation et suivi 2: Développement détaillé 4: Préparation d'un rapport et communication 3: Mise en oeuvre ÉTAPE 1 : DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne

L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne L Évaluation des impacts des mesures de sécurité sur les droits de la personne Développement de mesures de sécurité respectueuses des droits de la personne Pour obtenir de plus amples renseignements sur

Plus en détail

Un système de paie commun pour les organismes des Nations Unies

Un système de paie commun pour les organismes des Nations Unies Nations Unies A/60/582/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 10 avril 2006 Français Original : anglais Soixantième session Points 122 et 130 de l ordre du jour Examen de l efficacité du fonctionnement

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

RETOUR AU TRAVAIL Stratégies de soutien du superviseur lorsque la santé mentale joue un rôle dans le retour de l employé au travail

RETOUR AU TRAVAIL Stratégies de soutien du superviseur lorsque la santé mentale joue un rôle dans le retour de l employé au travail RÉSUMÉ : Facteurs et stratégies visant à aider les infirmières et infirmiers en santé au travail à appuyer le superviseur dans les cas de retour au travail d'employés qui ont eu des problèmes de santé

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 3: le pilotage et l optimisation des processus opérationnels

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La greffe d organes. - Sensibiliser à l urgence du don d organes. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La greffe d organes La greffe d'organes n'est pas encore pratiquée dans toutes les régions du monde. Au-delà des obstacles culturels et matériels, cette fiche pédagogique propose de mieux comprendre l'importance

Plus en détail

Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée

Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée 1/5 Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée I. Objectif Ces lignes directrices visent à établir un cadre transparent régissant les relations entre les entreprises et

Plus en détail

SOMMAIRE. MJC Jean Macé

SOMMAIRE. MJC Jean Macé MODELES Et PHOTOS SOMMAIRE 2 Sommaire Pourquoi? Où aborder/trouver un modèle? Comment aborder un modèle? Et vis à vis de la loi? Avant le shooting Pendant le shooting Questions? 3 POURQUOI? 4 Pourquoi?

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

L audit Informatique et la Qualité

L audit Informatique et la Qualité L audit Informatique et la Qualité Bennani Samir Ecole Mohammadia d Ingénieurs sbennani@emi.ac.ma emi.ac.ma Qu'est-ce que l'audit informatique? Pour Directeur général : voir plus clair dans l'activité

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Arrêt du Tribunal fédéral du 03.11.2006 sur l'assistance au suicide d'une personne atteinte de

Plus en détail

Publicité et environnement

Publicité et environnement Publicité et environnement Publicité et environnement font-ils bon ménage? C est la question à laquelle répondent les deux invités de l émission C est pas du vent! : Jacques-Olivier Barthes, membre fondateur

Plus en détail

Suggestions d activités de développement spirituel

Suggestions d activités de développement spirituel Suggestions d activités de développement spirituel Le leadership : Suggestion de jeux avant d entamer la discussion : Le chef d orchestre : Un enfant sort de la salle ou on le couvre les yeux pendant un

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Michel Claessens, Le Monde, 2 juillet 2005

Michel Claessens, Le Monde, 2 juillet 2005 Que pensent aujourd'hui les Européens de la science, de la technologie et de leur contribution au bien-être? Au moment où la recherche est traversée de turbulences et de vents contraires, un sondage Eurobaromètre

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

Temps Distance Vitesse

Temps Distance Vitesse Temps Distance Vitesse Jean-Noël Gers Février 2005 CUEEP Département Mathématiques p1/27 Ce dossier contient un certain nombre de problèmes classiques sur la rencontre de mobiles évoluant à vitesse constante.

Plus en détail