NOTE DE CONJONCTURE SEPTEMBRE 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE CONJONCTURE SEPTEMBRE 2015"

Transcription

1 NOTE DE CONJONCTURE Sommaire internationale Page 1 nationale Page 3 internationale Selon l OCDE, la croissance mondiale reculera, passant de 3,3% réalisé en 2014, à 3% estimé pour 2015, suite au recul des pays émergents. 1. Une évolution mitigée de la croissance mondiale L OCDE a publié le 16 Septembre ses prévisions économiques mondiales qui confirment l évolution divergente des économies des pays avancés (USA, Zone Euro) qui se renforcent, et celle des pays émergents qui ralentissent (Chine) ou régressent (Brésil, Russie) : C est ce qui a amené la Banque Fédérale à reporter l augmentation du taux d intérêt de base lors de sa dernière réunion du 17 Septembre. Ce report permettra de renforcer la demande et favoriser la relance de la production. La situation économique dans la zone euro s améliore, le taux de croissance du PIB attendu cette année est de 1,6% contre 0,9% réalisé en L Allemagne et l Espagne réalisent les meilleures performances, la France se rapproche de 1% contre 0,2% l année dernière. La politique monétaire expansionniste de la Banque Centrale Européenne explique cette performance par le maintien de taux d intérêt bas et la dépréciation de l euro. La baisse du prix de pétrole a aussi aidé à réaliser ce résultat. C est le cas aussi d autres pays dépendants des exportations de produits de base dont le prix a baissé et en particulier la Russie, le Brésil qui enregistrent cette année des taux de croissance du PIB négatifs estimés à -2,8% pour le Brésil et -4,5% pour la Russie. De ce fait, la croissance mondiale reculera, passant de 3,3% réalisé en 2014 à 3% estimé pour C est la 5è année consécutive de baisse de la croissance mondiale par tête selon l OCDE. Ceci explique la baisse des prix mondiaux des produits de base. La croissance économique aux USA est solide : le taux attendu pour le PIB est de 2,4% cette année et de 2,6% prévu en Le taux de chômage a baissé à 5% sans répercussions sur le taux d inflation qui se maintient à 0,2% grâce à la baisse des prix de l énergie et des matières premières. Par contre, plusieurs pays émergents accusent une baisse de performance en termes de taux de croissance du PIB : c est le cas de la Chine qui tourne définitivement le dos aux taux de croissance élevés du PIB et devra se contenter d une croissance en dessous de 7% par an. 1

2 La récente stagnation du commerce mondial ralentit la croissance du PIB mondial Cependant, la reprise constatée aux USA et dans la zone euro devrait continuer en 2016, ce qui devrait améliorer la croissance mondiale qui passerait de 3% en 2015 à 3,6% en 2016, malgré le ralentissement économique attendu en Chine. Certes, l OCDE attire l attention sur l incertitude des perspectives économiques en Chine, dont le taux de croissance du PIB a reculé de 7,4% en 2014 à 6,7% en 2015 et devrait se stabiliser à 6,5% en La deuxième incertitude est liée à l évolution des prix de produits de base dont dépendent les économies de plusieurs pays exportateurs (Canada, Australie, Brésil, Russie, pays africains et autres latino-américains). Si la baisse de ces prix continue, les effets négatifs de cette baisse sur la croissance mondiale dépasseraient les gains tirés par d autres pays. Enfin, l OCDE s inquiète de la stagnation du commerce mondial qui ralentit la croissance du PIB mondial. The Economist du 19 Septembre partage cet avis et note que le commerce mondial a augmenté de 1,7% au 1é semestre de 2015 par rapport à la même période de 2014 alors que le PIB mondial a augmenté de 3%. C est une nouvelle situation qui diffère du modèle adopté depuis la libéralisation de commerce extérieur et la création de l OMC où le commerce mondial a constitué un facteur de développement par une croissance moyenne de 5% par an, soit un essor plus rapide que celui du PIB mondial. 2. Chine, une situation préoccupante. La situation économique en Chine est préoccupante car le ralentissement de la croissance chinoise a eu les effets suivants : Le ralentissement du commerce mondial et de la production de plusieurs pays exportateurs vers la Chine comme l Australie. La baisse des prix des produits de base suite à la stagnation de la demande chinoise. Les flux de capitaux changent d orientation : les sorties de capitaux de Chine ont atteint le volume d entrées en 2014, ce mouvement s est amplifié en 2015 suite à la crise boursière de l été La dépréciation du yuan a entraîné une série de dépréciation de monnaies asiatiques. Ces nouvelles données affectent différemment les pays selon la situation de chacun. Ainsi, la Tunisie pourrait tirer profit de la baisse des prix des produits de base car c est un pays importateur net de produits de base, mais la dépréciation des monnaies asiatiques l affecte négativement car la Tunisie perd en compétitivité. Il est donc conseillé d introduire le yuan comme devise de référence dans la politique de taux de change du dinar. 3. Un environnement économique mondial favorable à une reprise économique en Tunisie L environnement économique mondial est favorable à une reprise économique en Tunisie pour plusieurs raisons : La baisse des prix des produits de base et la croissance du PIB dans la zone euro sont favorables à une reprise économique en Tunisie La baisse des prix des hydrocarbures qui réduit le déficit budgétaire tunisien car ces produits sont encore subventionnés (1,3 milliard D prévus en 2015 pour l énergie, et 0,6 milliards D en 2016). Cette baisse n a cependant pas amélioré le déficit extérieur suite à la régression de la production nationale d hydrocarbures comme indiqué ci-dessous. La baisse des prix des produits de base réduit la valeur des importations de céréales et d autres matières premières (soufre, fer, cuivre ) mais réduit aussi la valeur des exportations de phosphate. Cependant, les engrais phosphatés exportés par la Tunisie n ont pas connu de baisse de prix en 2015 suite à la baisse de l offre tunisienne comme indiqué par l INS dans sa note de commerce extérieur en volume (Septembre 2015). La reprise économique dans la zone euro se traduit par une demande plus élevée pour les exportations industrielles tunisiennes si elles gardent leur compétitivité. La nouvelle orientation de l économie chinoise vers la demande intérieure peut laisser plus d espace pour les exportations textiles tunisiennes dans la zone euro. La désinflation mondiale, le taux d inflation proche de zéro actuellement dans les pays avancés, contribue à la réduction du taux d inflation en Tunisie car la moitié de la demande en Tunisie (consommation et investissement) est satisfaite par les importations. 2

3 Le maintien des taux d intérêt à un niveau très bas dans les pays avancés réduit le coût de l endettement extérieur tunisien malgré la prime de risque exigée. La dernière sortie sur le marché financier international a été à 5,75%, soit moins que le coût moyen des emprunts passés malgré la prime de risque plus élevée suite à la baisse importante des taux de base dans les grandes places financières. La disponibilité de liquidités internationales facilite le financement extérieur de l économie tunisienne. C est la conséquence des politiques monétaires expansionnistes adoptées dans les pays avancés (USA, Japon, Zone Euro) et de la nouvelle orientation des IDE suite à la nouvelle situation en Chine comme indiqué ci-dessus. Dans une région instable, la démocratie instaurée en Tunisie est favorable aux flux d IDE et d aides internationales. Reste à assurer la sécurité et une plus grande paix sociale. La Tunisie peut servir comme tête de pont vers l Afrique, le continent qui attirera beaucoup d initiatives, pourvu que l infrastructure adéquate soit offerte. La baisse du prix de pétrole réduit beaucoup les coûts de transport et de déplacements, cela pourra relancer les activités de services dont le tourisme et le commerce. nationale 1. Des performance économiques inquiétantes en 2015: La baisse enregistrée au niveau des recettes touristiques est de 1 milliard D environ à fin septembre Le déficit énergétique extérieur augmente malgré la baisse du prix de pétrole. Les performances économiques de la Tunisie en 2015 sont inquiétantes : Le secteur touristique : La baisse enregistrée au niveau des recettes touristiques est de 1 milliard D, environ, à fin septembre soit une baisse du tiers, mais qui s aggravera compte tenu de la mauvaise fin de saison sans atteindre les prévisions de Christine Lagarde d une baisse de moitié soit 1,8 Md D. La baisse des recettes serait proche de 1,5 Md D comme nous l avons prévu dans une note précédente (juillet 2015). La baisse des revenus du travail provenant des tunisiens à l étranger de 4,3% s explique par la baisse de l euro par rapport à l année dernière de l ordre de 4% en moyenne par rapport au dinar. Le secteur énergétique : La baisse de la production d hydrocarbures et l augmentation de la demande malgré le recul de la croissance du PIB ont fait que le déficit énergétique extérieur augmente malgré la baisse du prix de pétrole. En effet, les exportations d hydrocarbures durant 8 mois ont baissé de 50% de 2593 MD en 2014 à 1303 MD en 2015 suite à la baisse des prix de 26% et à la baisse des quantités exportées de 32% selon l INS (Statistiques du commerce extérieur à prix constants paru en Septembre 2015). Par contre les importations d hydrocarbures n ont baissé que de 21% sur 8 mois de 5139 MD à 4072 MD suite à la baisse des prix car le volume importé est resté constant. De ce fait, le déficit énergétique a augmenté de 2546 MD à 2769 MD en 8 mois par rapport à l année dernière, malgré la baisse des prix mondiaux. Il représente le tiers environ du déficit commercial. Cette grave situation est due essentiellement à la baisse de la production d hydrocarbures mais aussi à la formule de calcul du prix du gaz importé qui ne répercute la baisse des prix du pétrole qu après un décalage de quelques mois, pour cela l INS indique une baisse des prix moyens à l importation sur les 8 mois de 21% seulement par rapport à l année dernière alors que le niveau de prix du pétrole de juillet-août 2015 est de moitié celui de la même période l année dernière (50 contre 100 $/b pour le Brent). Heureusement que les IDE ont repris récemment dans le secteur de l énergie avec une augmentation de 35% sur 8 mois par rapport à l année dernière, ce qui relancerait la production, et que le prix du gaz continuera à baisser compte de la formule de calcul sur 8 mois et du maintien du prix du pétrole à un niveau bas. Le secteur minier : La baisse des exportations de phosphates et dérivés en volume a été de 56% en 8 mois par rapport à l année dernière selon l INS, privant la Tunisie de l augmentation des prix moyens à l exportation de 29%. 3

4 Heureusement que la production de phosphate a repris ce dernier mois. Les exportations en volume ont baissé pour les textiles (7%) et les Industries mécaniques et électriques (1%) Le secteur textile: Le secteur textile connaît un repli inattendu. Les exportations ont baissé de 7% en volume par rapport à l année dernière confirmant l effet des actions terroristes du Bardo et de Sousse sur l activité de certains industriels étrangers. D ailleurs, les exportations des industries mécaniques et électriques ont baissé aussi en volume de 1% alors que ce secteur était en croissance continue. Le taux d inflation: Le taux d inflation s est stabilisé à 4,2% pour le 2é mois consécutif suite à l accalmie des prix des produits alimentaires (+3,7%). Il faut espérer que ce phénomène ne soit pas saisonnier. 2. La politique monétaire et budgétaire La politique monétaire et budgétaire adoptée en 2014 et 2015 a été assez rigoureuse comme l affirmé le Gouverneur de la BCT en présence de La Directrice Générale du FMI : «grâce à l Accord de 2013 (avec le FMI), les autorités économiques, financières et monétaires tunisiennes auront été exposées, plus que par le passé, aux contraintes de la bonne gouvernance financière, budgétaire et monétaire à l ère de l échange global et de la mondialisation des marchés. Les contraintes de terrain qui militent en faveur d une plus grande flexibilité dans la gestion des réformes requises, ont pesé souvent lourdement sur les débats et les négociations avec le Fonds. Toutefois, de pareilles difficultés ont toujours trouvé solution.» Il a enfin appelé le FMI à mettre en place un nouveau programme dans le cadre du financement du Plan de Développement Comme résultat, le déficit budgétaire a été maintenu à moins de 5% du PIB après les dépassements de 2012 (5,5%) et de 2013 (6,8%). Les taux d intérêt ont connu une tendance à la hausse et les crédits ralentis à la fois à l Etat, qui a dû recourir aux emprunts extérieurs, et à l économie. TOPIC / Market / Date 3. Maintient du classement de la Tunisie par Fitch: Fitch a maintenu en Septembre le classement BB- pour la Tunisie avec perspectives «stables» malgré les faibles performances économiques de 2015 en raison du consensus politique intérieur et de l appui des créanciers extérieurs et en particulier du FMI. Fitch attire l attention sur la dette publique qui a atteint 52,3% du PIB soit un niveau plus élevé que la moyenne des pays comparables. De même, le déficit extérieur se situe à 8,5% du PIB soit plus que la moyenne des pays comparables qui est de 7%. Cela élève la dette extérieure du pays à 42,4% du PIB et réduirait les réserves en devises à trois d importations seulement fin Enfin, l agence attire l attention sur le report de certaines réformes économiques dont le projet de société de gestion d actifs qui permettrait d assainir les impayés bancaires du secteur public évalués à 24% des crédits accordés. Le classement futur de la Tunisie, selon l agence pourrait s améliorer si : - Le taux de croissance du PIB s améliore suite à une meilleure sécurité et à une amélioration de l environnement des affaires - Le déficit courant extérieur baisse suite aux réformes structurelles. Par contre, ce classement peut se détériorer si : - La situation sécuritaire et sociale se détériore. - Le déficit budgétaire (5%) augmente et le déficit courant extérieur (8,5%) ne baisse pas. - Le taux de croissance du PIB (1%) ne s améliore pas.. Le Forum de Davos classe la Tunisie 92è sur 140 pays perdant ainsi 9 places en deux ans. Le Forum économique de Davos a quant à lui publié fin septembre son classement mondial de la compétitivité ( ) selon lequel la Tunisie est classée 92è sur 140 pays. Elle était classée 83è en 2013 et 87è en 2014 perdant ainsi 9 places en deux ans. La Tunisie se classe ainsi derrière le Maroc (72è) et l Algérie (87è). Ce mauvais classement par le Forum économique Mondial est dû d abord aux inefficacités sur les marchés du travail, des biens et des services financiers, ensuite aux faibles performances macroéconomiques. 4. Des facteurs externes favorables à une croissance plus élevée: Christine Lagarde dans son discours du 9 septembre à Tunis a d abord mentionné les facteurs extérieurs favorables à une croissance plus élevée et à une réduction des déficits en Tunisie et qui sont : -la reprise économique dans la zone euro - la baisse prolongée des prix mondiaux des matières premières. Mais elle a averti que le succès économique ne sera pas aisé car il passe par les réformes économiques suivantes, qui sont nécessaires et urgentes : - un budget de l Etat pro-croissance: réorienter les dépenses vers l investissement et accroître les recettes par une réforme de la fiscalité, qui permettra d améliorer l équité et l efficacité de l appareil fiscal en le simplifiant, en le rendant plus progressif et en réduisant l écart entre les taux d imposition des secteurs locaux et offshore. 4

5 - un système financier robuste et efficace: recapitaliser les banques publiques et restructurer les banques privées. - un climat des affaires de premier ordre : réduire les restrictions qui freinent l investissement (nouveau code des investissements) et alléger les procédures administratives. Elle a enfin assuré la Tunisie du soutien du FMI : soutien des finances publiques par le programme de juin 2013 (1,75 milliard $) et promesse de soutien futur dans le cadre du programme établi et adapté pour tenir compte des contraintes politiques et sociales. Elle a apprécié les pas franchis dans le programme de réformes (recapitalisation des banques publiques, révision de la loi sur la concurrence et les prix) mais demande de poursuivre le chemin. Selon C. Lagarde, la loi sur la concurrence et les prix récemment adoptée permettra d ouvrir de nouveaux débouchés et d éliminer les pratiques discrétionnaires Il est intéressant de noter son commentaire sur la loi sur la concurrence et les prix, approuvée par le Parlement le 1é septembre : «elle permettra d ouvrir de nouveaux débouchés et d éliminer les pratiques discrétionnaires». 4. Loi sur la concurrence et les prix La loi sur la concurrence et les prix a été adoptée en juillet 1991comme dernière étape du plan d ajustement structurel de juillet 1986 suite au recours au FMI. Elle avait pour but essentiel d instaurer la liberté des prix comme principe de base et le contrôle des prix comme exception, contrairement à la situation qui prévalait auparavant basée sur l homologation des prix par l Administration. Elle a aussi délégué une partie des pouvoirs de l administration à un Conseil de la Concurrence indépendant nouvellement créé. Cette loi a été amendée 6 fois : en 1993 (loi 93-83), en 1995 (loi 95-42), en1999 (loi 99-41), en 2003 (loi ), en 2005 (loi ) et récemment le 1é Septembre 2015 (loi en cours de publication). Les révisions précédentes avaient notamment pour but d introduire le contrôle de la concentration économique, de lutter contre les pratiques monopolistiques (collusions, manipulations de prix), de réglementer l affichage des prix et la publicité et de réviser la composition et le fonctionnement du Conseil de la Concurrence. La nouvelle révision a pour but de reprendre l ensemble du texte et de le réécrire de façon claire en tenant compte de tous les amendements passés et nouveaux. Les nouvelles mesures portent sur : - une extension des délais à 2 mois au lieu d un pour la réponse des opérateurs aux rapports d enquêtes les concernant sur les pratiques anti concurrentielles. - Une réduction du délai de réponse du Ministère pour les demandes de fusions acquisitions de 6 à 3 mois. - La possibilité pour le Ministère d opérer des transactions à l amiable allant jusqu à 50% des demandes initiales de l Administration en cas d infractions économiques. - Le conseil de la concurrence a été élargi en incluant 4 au lieu de 2 personnalités indépendantes et ses prérogatives consultatives élargies aux projets de lois. Ces mesures ont pur but de réconforter les investisseurs. Par contre les sanctions ont été renforcées en doublant le montant de la plupart des amendes car elles datent de 1991 et des peines de privation de liberté ont été alourdies notamment contre le commerce parallèle. 5. Note d orientation du plan de développement La synthèse de la note d orientation du Plan de Développement publiée le 8 septembre a révisé certains points importants de la note précédente et en particulier : - le taux d investissement qui a été revu à la hausse soit 25% du PIB en fin de période au lieu de 22% avec un engagement de l Etat de réaliser 35% de l enveloppe globale, une prévision de financement par les IDE à hauteur de 15% et les 50% restants à réaliser par les privés locaux. Cette répartition dénote un plus grand appel aux IDE qui représentaient 13% des investissements avec 2 milliards D par an en moyenne et qui devraient passer à 3,6 Mds D par an au cours du prochain Plan. - le taux de croissance des exportations qui a été revu à 6% par an au lieu de 5% marquant une plus grande intégration de la Tunisie dans l économie mondiale. La Tunisie devra donc engager des réformes structurelles pour réaliser ce choix d une plus grande ouverture extérieure et faciliter l accès aux investissements extérieurs dans certains secteurs de l économie et en particulier les secteurs primaire et tertiaire. Contact us Moncef Boussannouga Zammouri Senior Partner T: E: Dhia Bouzayen International Contact Partner T: E: TOPIC / Market / Date 5

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE A FIN AVRIL 2014 ET RELANCE ECONOMIQUE

NOTE DE CONJONCTURE A FIN AVRIL 2014 ET RELANCE ECONOMIQUE NOTE DE CONJONCTURE A FIN ET RELANCE ECONOMIQUE Sommaire Conjoncture économique Internationale Page 1 Prévisions économiques du FMI pour la Tunisie Page 2 Relance économique en Tunisie Page 3 La conjoncture

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008

BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008 BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE Septembre 2009 SOMMAIRE Pages Introduction 5 Evolution de l environnement international et de la conjoncture nationale 6 Les échanges et les paiements extérieurs de

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015

NOTE DE CONJONCTURE DE JANVIER 2015 NOTE DE CONJONCTURE DE Sommaire Internationale Page 1 nationale Page 3 La conjoncture économique internationale Un PIB mondial revu à la baisse suite à l instabilité de la situation en Europe Les prévisions

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE JUIllet 2015

NOTE DE CONJONCTURE DE JUIllet 2015 NEWSLETTER JUIllet 2015 NOTE DE CONJONCTURE DE JUIllet 2015 Sommaire Conjoncture économique internationale Page 1 Conjoncture économique nationale Page 2 Conjoncture économique internationale Selon le

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

L économie tunisienne au premier trimestre 2011 Mai 2011 Une situation sous la pression de la révolution mais des perspectives s ouvrent à long terme

L économie tunisienne au premier trimestre 2011 Mai 2011 Une situation sous la pression de la révolution mais des perspectives s ouvrent à long terme MAC SA Intermédiaire en Bourse Département Recherches Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@macsa.com.tn

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE MARS 2015

NOTES DE CONJONCTURE MARS 2015 CONTRAT SOCIAL 31/03/2015 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE MARS 2015 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : stabilité relative Aucun événement n est venu récemment modifier de manière significative les prévisions

Plus en détail

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle

Union africaine. Conseil économique et social. Manifestation parallèle Nations Unies Conseil économique et social Commission économique pour l Afrique Conférence des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique Quarante-neuvième session

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ

LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ LE CANADA A BESOIN D UNE NOUVELLE SÉRIE DE BAISSES D IMPÔ T DAVID STEWART-PATTERSON VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR DEVANT LE COMIT É PERMANENT DES FINANCES NOVEMBRE 2004 Merci de nous donner encore une fois

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L 2013 Le mot du Gouverneur Le mot du Gouverneur La Tunisie a amorcé, depuis 2012, et après la récession de 2011, une reprise économique modérée grâce

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE

NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE 22 août 2014 Ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations L ÉCONOMIE ET L ÉCONOMIE PÉRUVIENNE Pérou Principaux indicateurs, 2013 Population (en millions) 30,9 PIB (en G$ US courants) 206,5

Plus en détail

Note de Veille. 1.8% du PIB par an est le prix à payer pour la guerre contre le terrorisme, quid de celui d une attaque éventuelle?

Note de Veille. 1.8% du PIB par an est le prix à payer pour la guerre contre le terrorisme, quid de celui d une attaque éventuelle? Note de Veille 1.8% du PIB par an est le prix à payer pour la guerre contre le terrorisme, quid de celui d une attaque éventuelle? En 214, l Institute for Economics & Peace estime l impact économique de

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 La Corse devrait conserver sa première place pour la croissance avec un taux de 1 % contre 0,5 % pour l ensemble de la France. En 2011, le taux

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes»

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» «Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» M. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Paris, le 29 octobre

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Sommaire. Synthèse... 3. 1- L environnement international... 9. 1.1-La croissance économique mondiale selon les grandes zones... 9

Sommaire. Synthèse... 3. 1- L environnement international... 9. 1.1-La croissance économique mondiale selon les grandes zones... 9 Sommaire Synthèse... 3 1- L environnement international... 9 1.1-La croissance économique mondiale selon les grandes zones... 9 1.2. L évolution des prix des matières premières... 12 2- La situation économique

Plus en détail

Rétrospective 1 er trimestre 2015. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.

Rétrospective 1 er trimestre 2015. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com. Rétrospective 1 er trimestre 2015 AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.tn Rétrospective Boursière Le marché boursier maintient le cap en début

Plus en détail

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 1 1) Hausse des exportations des biens en valeur de 10.3 % (5898.5 M.D contre 5349.3 M.D) 2) Progression des exportations des industries manufacturières

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années mondiales de services commerciaux 1995 1 179 milliards 2005 2 516 milliards 2014 4 872 milliards mondiales de marchandises Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites

L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites novembre 1 L avenir incertain de l économie chinoise Un modèle de développement qui a atteint ses limites L époque où l économie chinoise progressait de plus de 1 % par année semble bel et bien révolue.

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

(1) Les chiffres ne sont pas audités.

(1) Les chiffres ne sont pas audités. Paris, le 27 juillet 2015, 07h00 Systèmes Intelligents de Sûreté Protection en Milieux Nucléaires Projets et Services Industriels Impression 3D À propos de Groupe Gorgé Créé en 1990, Groupe Gorgé est un

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Culture économique et sortie de la crise financière. Michel Zerbato

Culture économique et sortie de la crise financière. Michel Zerbato Culture économique et sortie de la crise financière Michel Zerbato La spéculation : une vieille histoire! La crise financière est due à une spéculation sans frein favorisée par les NTIC et l opacité des

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

2014 et projet de loi de finances de 2015

2014 et projet de loi de finances de 2015 novembre 2014 Note de conjoncture économique à fin novembre 2014 et projet de loi de finances de 2015 Sommaire Internationale Page 1 nationale Page 2 Projet de loi de finances 2015: Page 3 La conjoncture

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

FÉDÉRATION DE RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE FÉDÉRATION DE RUSSIE AM053f-Y 1 Déclaration du gouverneur suppléant représentant la Fédération de Russie, M. Sergueï Stortchak Assemblée annuelle de la BERD Londres, 11-12 mai 2016 Depuis maintenant un

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 30/11/2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail