Aération et assainissement des lieux de travail

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aération et assainissement des lieux de travail"

Transcription

1 Aération et assainissement des lieux de travail Rappels réglementaires

2 Catégories de locaux Locaux à pollution non spécifique : Locaux dans lesquels la pollution est liée à la seule présence humaine : Bureaux, salles de réunion, à l exception des locaux sanitaires Locaux à pollution spécifique : Locaux dans lesquels la pollution de l atmosphère est liée à l activité professionnelle par exemple : Pesage ensachage => poussières Soutirage => vapeurs de solvants

3 Locaux à pollution non spécifique Ventilation naturelle : - Ouvrants sur l'extérieur Ventilation mécanique m : Désignation des locaux (art. R ) Bureaux, locaux sans travail physique. Exemples d'activité (C ) Travail assis du type : écriture, frappe à la machine, dessin, couture, comptabilité. Débit minimal d'air neuf par occupant (R ) 25 m3/heure Locaux de restauration, locaux de vente, locaux de réunion. Ateliers et locaux avec travail physique léger. Travail assis ou debout du type : assemblage ou triage de matériaux légers, percement ou fraisage de petites pièces, bobinage, usinage avec outil de faible puissance, déplacement occasionnel. 30 m3/heure 45 m3/heure Autres ateliers et locaux. Travail soutenu. Travail intense. 60 m3/heure

4 Locaux à pollution spécifique Supprimer les émissions Capter au plus près s des émissions Diluer la pollution résiduelle r par la mise en œuvre d'une ventilation généraleg Respecter les valeurs limites Compenser l'air extrait Possibilité de recycler

5 Techniques de ventilation

6 Ventilation générale g et ventilation locale

7 Ventilation généraleg Ventilation locale Opère par dilution des polluants par un apport d'air neuf Opère par captage des polluants au plus près s de leur émission Uniquement en complément ment de la ventilation locale pour diluer et éliminer les polluants non captés Évite la dispersion des polluants dans tout l'atelier

8 Conception d'une installation de ventilation Rejet de l'air Traitement de l'air Compensation d'air réseau de transport captage aux postes

9 Rappels sur le comportement des polluants dans l'atmosphère

10 Comportement des polluants gazeux Les gaz ou vapeurs sont plus lourds captage en point bas que l airl Les mélanges m air-polluants gazeux ont des densités s peu différentes de celle de l airl Les différences de densité induites par des variations de température peuvent avoir des effets importants sur les mouvements de l airl

11 Comportement des polluants gazeux - Les gaz ou vapeurs sont plus légers l que l airl

12 Comportement des polluants particulaires Vitesses limites de sédimentation s des poussières Diamètre (1) en µm Vitesse limite (m/s) ,1 0,3 0,07 0, (1) Diamètre aérodynamique 30 cm/s 7 cm/s 1 cm/s 3 mm/s 0,03 mm/s 90 µm/s

13 Ventilation locale par aspiration à la source - 9 principes dont 6 concernent directement le captage

14 1 - Envelopper au maximum la zone d éd émission des polluants Enfermer l opl opération polluante, Diminuer les surfaces de fuites, Maintenir l enceinte l en dépression d par rapport à l atelier, Permet d augmenter d l efficacitl efficacité du captage tout en diminuant le débit d d air d extrait.

15 1 - Envelopper au maximum la zone d émission des polluants Q= 3000 m3/h Efficacité= 80 % Vulnérable aux courants d air Q= 800 m3/h Efficacité= 99,6 % Non vulnérable aux courants d air

16 Exemple de capteur enveloppant Poste de chargement

17 Exemple de capteur enveloppant Poste de coulée e résiner

18 Exemple de capteur enveloppant Poste de conditionnement

19 Exemple de capteur enveloppant Poste de pesage

20 Exemple de capteur enveloppant

21 Exemple de capteur enveloppant

22 Exemple de capteur enveloppant

23 2 - Capter au plus près s de la source d éd émission L'efficacité diminue rapidement avec la distance Surfaces d'égale vitesse devant une bouche d'aspiration circulaire (d'après Dallavalle)

24 2 - Influence de la distance Débit : Q 500 m 3 /h Débit : 4 Q 2000 m 3 /h x 2x

25 Exemple de capteur inducteur

26 Exemple de capteur inducteur

27 Exemple de capteur inducteur

28 3 - Ne pas placer l opérateur entre la source et le capteur

29 4 - Utiliser les mouvements naturels des polluants

30 4 - Utiliser les mouvements naturels des polluants

31 5 - Induire une vitesse d air suffisante 31 Vitesse induite au point d émission insuffisante Vitesse induite au point d émission suffisante

32 valeurs minimales des vitesses de captage à mettre en jeu au point d émission Conditions de dispersion du polluant Exemples Vitesse de captage (m/s) Émission sans vitesse initiale en air calme Évaporation de réservoirs Dégraissage ,5 Émission à faible vitesse en air modérément calme Génération active en zone agitée Remplissage intermittent de fûts Soudage Brasage à l'argent Décapage Traitements de surface Remplissage de fûts en continu Ensachage de sable pulvérisé Métallisation (toxicité faible) Perçage de panneaux en amiante-ciment Émission à grande vitesse ini-meulagtiale dans une zone à mouve-décapage à l'abrasif ments d'air très rapides Machine à surfacer le granit 0,5-1,0 1,0-2,5 2,5-10

33 6 - Répartir uniformément les vitesses d'air

34 6 - Répartir uniformément les vitesses d'air

35 Répartir uniformément les vitesses d'air

36 Analyse du poste de travail Procédé - Nature - Caractère émissif / dispersif Produits - Toxicité, Valeur Limite d Exposition - Concentration, condition d utilisation - Généré par le procédé - Dégradation Opérateur(s) - Fonction (production,maintenance.) - Fréquence d exposition - Position/ zone d émission - Déplacements autour de la zone d émission Poste de travail - Situation par rapport aux éléments constitutifs du bâtiment : parois, piliers, allées, dispositifs de manutention. - Présence de dispositifs de captage (performance, adéquation avec la situation observée)

37 Fonctions d une d installation d assainissement Captage Transport Traitement - épuration Rejet Compensation Recyclage

38 Vitesse de transport Exemples de polluants Vitesse minimale m/s Fumées Poussières très s fines et légères Fumées d'oxydes de zinc et d'aluminium 7 à 10 Peluches très s fines de coton 10 à 13 Poussières sèches s et poudres Poussières industrielles moyennes Poussières lourdes Poussières lourdes ou humides Poussières fines de caoutchouc, de moulage de bakélite ; peluches de jute ; poussières de coton, de savon Abrasif de ponçage à sec ; poussières de meulage ; poussières de jute, de granit ; coupage de briques ; poussières d'argile, de calcaire Poussières de tonneaux de dessablage ou de décochage, d de sablage, d'alésage de fonte Poussières de ciment humide, de coupage de tuyaux en amiante-ciment, de chaux vive 13 à à à 23 > 23 ou Transport pneumatique humide

39 Pertes de charges par frottement Matériau constitutif de la gaine (diamètre 400 mm débit 1 m/s) Matière plastique Acier galvanisé Béton ordinaire Béton grossier, briques Gaine souple annelée Perte de charge (Pa/m) 1,46 1,60 2,33 3,28 10,14

40 Pertes de charges singulières

41 Raccordements incorrects

42 Raccordements incorrects

43 Raccordements corrects

44 hélicoïdes Ventilateurs centrifuges Ventilateur hélicoïde de conduit Ventilateur hélicoïde mural

45 Courbe de fonctionnement

46 Fonctions d une d installation d assainissement Captage Transport Traitement - épuration Rejet Compensation Recyclage

47 Fonctions d une d installation d assainissement Captage Transport Traitement - épuration Rejet Compensation Recyclage

48 7 - Compenser les débits d air extrait

49 Courbe de fonctionnement

50 Compenser les débits d d air d extrait

51 Compenser les débits d d air d extrait

52 Compenser les débits d d air d extrait

53 Compenser les débits d air extrait

54 Compenser les débits d air extrait

55 Fonctions d une d installation d assainissement Captage Transport Traitement - épuration Rejet Compensation Recyclage

56 Conditions du recyclage Sauf cas particuliers, recyclage toléré en période p froide Un système by-pass Qualité air recyclé : Concentration des polluants < 1/5 ème VLE Introduction d'air neuf Dispositif permanent de surveillance de l'épurateur Contrôle périodique p de l'efficacité d'épuration

57 Dossier d'installation de ventilation

58 Principales valeurs de référence Type de pollution Type d'installation Valeurs de référence Ventilation naturelle Sans objet Pollution non spécifique Pollution spécifique Ventilation mécanique Dispositifs de captage localisé et ventilation générale Système de recyclage Pressions statiques ou vitesse d air par local associées au débit minimal d air neuf Pressions statiques ou vitesse d air associées au débit d air extrait pour chaque dispositif de captage Débit global d air extrait Efficacité minimale des systèmes d épuration et de dépoussiérage et méthode de contrôle de cette efficacité Concentration en polluants dans les conduits de recyclage

59 Contrôle de l installation Contrôle capteurs : - visualisation des flux d air d à l aide d un d fumigène ou d un d générateur g de fumée - mesure des vitesses d aird - mesure de l efficacitl efficacité de captage (gaz traceur) Mesures sur le réseau r - mesures : débit, pression, vitesses d air

60 Tube de Pitot Associé à un manomètre différentiel, il permet de mesurer la pression dynamique (Pd) d un gaz en écoulement dans une conduite La vitesse d air est déduite de cette pression par la formule : V = 2.Pd ρ Pt Ps Pd = Pt - Ps - Correction de la masse volumique en fonction de la température et de la pression ρ = P 273,293 atm 1, (273+Ta) 1 5 Ps Pt

61 Anémomètres A fil chaud Basé sur la variation de température d un élément chauffé électriquement lorsqu il est placé dans un écoulement d'air. Une régulation de l élément est effectuée de manière à ce que la θ revienne à son niveau initial. A hélice - Compte les tours d une hélice

62 Domaine d'utilisation Appareils de mesure Étendue de mesure T utilisation Précision Anémomètre à hélice 0,3 à 30 m/s 0 60 C 0,1 m/s Anémomètre thermique 0,05 à 50 m/s -20 C..70 C 0,02 m/s Anémomètre à ultra-sons 0,01 à 60 m/s -10 C..60 C 0,01 m/s 0,2 m/s à 4m/s Tube de Pitot 5 à 100 m/s 600 C 0,05 m/s à 10m/s

63 Documentation Aide mémoire juridique : TJ5 " Aération et assainissement des lieux de travail " Guide de ventilation : ED 695 " 0 - Principes généraux de ventilation " Guide de ventilation : ED 767 " 17 Emploi des matériaux pulvérulents " Téléchargeables sur le site INRS : Service documentation de la CRAM

DOSSIER D INSTALLATION DE VENTILATION CAHIER DES CHARGES POUR LES ENTREPRISES

DOSSIER D INSTALLATION DE VENTILATION CAHIER DES CHARGES POUR LES ENTREPRISES DOSSIER D INSTALLATION DE VENTILATION CAHIER DES CHARGES POUR LES ENTREPRISES LES OBLIGATIONS DU CHEF D ETABLISSEMENT Préalablement à l exposition de toute personne à un risque chimique, cancérogène, mutagène

Plus en détail

Ventilation industrielle trucs et astuces Carrefour santé Miécourt

Ventilation industrielle trucs et astuces Carrefour santé Miécourt Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d'etat à l'économie SECO Ventilation industrielle trucs et astuces Carrefour santé Miécourt Paul Madelaine

Plus en détail

DÉMARCHE DE PRÉVENTION

DÉMARCHE DE PRÉVENTION DATE Émetteur rappel du titre général de la présentation PÉNIBILITÉ RISQUE CHIMIQUE CAUDRY 26 JUIN 2014 DÉMARCHE DE PRÉVENTION Centre de Mesures Physiques de la CARSAT Nord-Picardie (CMP-NP) 1 Lorem ipsum

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

Importance de la ventilation et principales erreurs relevées sur le terrain chez les prothésistes dentaires

Importance de la ventilation et principales erreurs relevées sur le terrain chez les prothésistes dentaires Importance de la ventilation et principales erreurs relevées sur le terrain chez les prothésistes dentaires 1 Amaury BECUE Toxicologue industriel Groupe Toxicologie Annecy Santé au Travail 2 PRINCIPAUX

Plus en détail

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles essentielles de ventilation appliquées aux activités de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique poids lourds

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique poids lourds CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique poids lourds Acquisition d installations de captage des gaz d échappement et cabines de conduite des contrôles en air propre Ce document technique a été

Plus en détail

Ventilations d habitations, présentation et comparaison

Ventilations d habitations, présentation et comparaison DOSSIER VENTILATION Page 1 / 7 Ventilations d habitations, présentation et comparaison INTRODUCTION Nous passons 90 % de notre temps chez nous, dans des bureaux ou des usines, des moyens de transports,

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL Introduction La mise en œuvre, de produits, notamment des produits chimiques,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique véhicules légers. Acquisition d installations de captage des gaz d échappement

CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique véhicules légers. Acquisition d installations de captage des gaz d échappement CAHIER DES CHARGES Centres de contrôle technique véhicules légers Acquisition d installations de captage des gaz d échappement Ce document technique a été élaboré par un groupe de travail coordonné par

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

Principes généraux de ventilation GUIDE PRATIQUE DE VENTILATION

Principes généraux de ventilation GUIDE PRATIQUE DE VENTILATION Principes généraux de ventilation 0 GUIDE PRATIQUE DE VENTILATION SOMMAIRE LEXIQUE... 2 COMMENT ABORDER L ÉTUDE D UN SYSTÈME DE VENTILATION... 3 1. POSTE DE TRAVAIL... 4 1.1. Diminution de la pollution

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX Ingénieurs en Sécurité Industrielle TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS I - AMBIANCE DES LIEUX DE TRAVAIL - AÉRATION - ASSAINISSEMENT... 1 1 - Espaces

Plus en détail

Action Fumées de Soudage en Chaudronnerie 2014-2017

Action Fumées de Soudage en Chaudronnerie 2014-2017 Action Fumées de Soudage en Chaudronnerie 2014-2017 1 1 Action Fumées de Soudage Le réseau Prévention se mobilise pour prévenir les risques Cancérogènes, Mutagènes et Reprotoxiques (CMR). Le but étant

Plus en détail

LES POUBELLES VENTILÉES

LES POUBELLES VENTILÉES LES POUBELLES VENTILÉES Sommaire I - NOTIONS DE BASE... 2 - Viscosité de l'air... 3 - Comportement de l'air... 3 - Polluants gazeux... 4 - Débit d'air nécessaire... 4 - Compensation de l'air extrait...

Plus en détail

N O T I C E D'U T I L I S A T I O N. Système de sablage humide W-92. avec pompe de surpression W-92 et. tête de sablage humide KB-25, KB-52 ou KB-52-1

N O T I C E D'U T I L I S A T I O N. Système de sablage humide W-92. avec pompe de surpression W-92 et. tête de sablage humide KB-25, KB-52 ou KB-52-1 N O T I C E D'U T I L I S A T I O N Système de sablage humide W-92 avec pompe de surpression W-92 et tête de sablage humide KB-25, KB-52 ou KB-52-1 Clemco International GmbH Carl-Zeiss-Straße 21 Tel.:

Plus en détail

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008

Ce guide vous aidera à en savoir plus et vous donnera peut-être l envie d en installer un chez vous [1] Mise à jour le 06/04/2008 Un système de rafraîchissement hérité des romains est sorti de l'oubli : on l'appelle puits canadien quand il sert à préchauffer l'air extérieur l'hiver, puits provençal quand il sert à rafraîchir l'été,

Plus en détail

Référentiel de contrôles visuels. Systèmes de ventilation mécanique en résidentiel

Référentiel de contrôles visuels. Systèmes de ventilation mécanique en résidentiel Référentiel de contrôles visuels Systèmes de ventilation mécanique en résidentiel 02/02/2016 Sommaire Avertissement 4 Domaine d application 4 Références normatives et autres documents 4 1 Echantillonnage

Plus en détail

Concep on dans les chaudronneries

Concep on dans les chaudronneries Concep on dans les chaudronneries // Prévention / Conception DT 26 Préambule Ce document regroupe des conseils de conception pouvant intéresser, au delà des chaudronneries, les tuyauteries, les serrureries,

Plus en détail

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements

Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements 1 Énergétique du bâtiment : Ventilation et quelques équipements M. Pons CNRS-LIMSI, Rue J. von Neumann, BP133, 91403 Orsay Cedex htpp://perso.limsi.fr/mpons 1 Organisation 9 heures CM (TD??) Notions de

Plus en détail

TRAITEMENT D AIRD VENTILATION

TRAITEMENT D AIRD VENTILATION TRAITEMENT D AIRD ET VENTILATION D1 Sommaire Section 7 Traitement d air d et ventilation Articles CH 28 à CH 43 - CH 28 - Définitions - CH 29 à CH 40 Sous-section section 1 : Ventilation de confort - CH

Plus en détail

ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX

ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX Karine Pellerey BET ADRET 09/04/15 Pourquoi ventiler les bâtiments? Pour évacuer l humidité de l air et éviter les

Plus en détail

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver

FHE VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver VMC Double flux avec déshumificateur d air, rafraîchissement en été et maintien de température en hiver Les VMC double flux à haute performance des séries sont destinés à ventiler, déshumidifier l'air,

Plus en détail

HKSE ENGINEERING GmbH

HKSE ENGINEERING GmbH Unités CBT/ WBT Pratique de l atelier Titre et thème de l unité 1 22.1.1.08.1 Soudage au chalumeau Soudage de tubes, chois de positions de soudage, exercices pratiques 2 22.1.1.10.1 Travail de la tôle

Plus en détail

Cabines de peinture. Pulvérisation de produits liquides RISQUES DES TRAVAUX DE PEINTURE PRINCIPES À RETENIR. L intoxication. L incendie.

Cabines de peinture. Pulvérisation de produits liquides RISQUES DES TRAVAUX DE PEINTURE PRINCIPES À RETENIR. L intoxication. L incendie. Cabines de peinture Cette fiche aborde les principales mesures de prévention à mettre en place lors des travaux de peinturage en cabines. Pulvérisation de produits liquides Pour une information complète,

Plus en détail

Ventilation «PAMAflex»

Ventilation «PAMAflex» 1. Description La ventilation dans une maison passive PAMAflex est réalisée par une ventilation mécanique. Ce système de ventilation assure, en permanence, une entrée d air frais dans les locaux de vie

Plus en détail

Présentation du process. Assembleur de murs thermo-économiques

Présentation du process. Assembleur de murs thermo-économiques Présentation du process Assembleur de murs thermo-économiques Présentation du brevet COMPOMUR Janvier 2013 L origine Objectifs La création du label BBC et l annonce de la RT2012 a déclenché la recherche

Plus en détail

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL Chapitre II : Aération et assainissement Article R4212-1 Le

Plus en détail

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau

Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Les solutions pour le refroidissement de l eau pour les condenseurs à eau Généralités o Pour les condenseurs à eau de moyenne et grosse puissance on est amené à prévoir des dispositifs spéciaux permettant

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique et Produits Chimiques Omniprésents dans le milieu professionnel : près de 40% des salariés sont exposés à au moins 1 produit chimique (SUMER

Plus en détail

Tension nominale 230V AC Volume d'air 24 m³/h Puissance nominale 13W Taille 1. 21 55 102 Débit d'air (flux libre)

Tension nominale 230V AC Volume d'air 24 m³/h Puissance nominale 13W Taille 1. 21 55 102 Débit d'air (flux libre) Série 7F - Ventilateurs à filtre (24 500) Caractéristiques 7F.50.8.230.1020 7F.50.8.230.2055 7F.50.8.230.3100 Ventilateurs à filtres pour armoires et tableaux électriques, version en 230 V AC Niveau sonore

Plus en détail

Utilisation de l énergie en entreprise

Utilisation de l énergie en entreprise Réduction des consommations et récupération d'énergie dans l'industrie Retours d expériences dans plusieurs entreprises françaises Utilisation de l énergie en entreprise Christophe DEBARD Directeur Commercial

Plus en détail

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de 1 Tubes Vortex Il existe une gamme complète de tubes Vortex permettant de trouver une réponse à chaque problème de refroidissement localisé. La capacité de refroidissement des tubes Vortex est prévue pour

Plus en détail

U.21 : Analyse scientifique et technique

U.21 : Analyse scientifique et technique U.21 : Analyse scientifique et technique d une installation Baccalauréat Professionnel TECHNICIEN DE MAINTENANCE DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES ET CLIMATIQUES Session 2015 CORRIGÉ «Mise en service et maintenance

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR SWEGON AIR ACADEMY AICVF Novembre 2007 LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR Y. LE BARS 1 L AIR C EST DE L ENERGIE l oxygène nécessaire à l humain l énergie consommée pour le rendre utilisable et le déplacer 2

Plus en détail

Contrôle Périodique 2014 Juin 2014

Contrôle Périodique 2014 Juin 2014 MESURES AERAULIQUES SORBONNES DE LABORATOIRE NORME NF EN 14175-4 Contrôle Périodique 2014 Juin 2014 UNIVERSITE DE CAEN Campus 1 Post Génomique Établissement visité Université de Caen Esplanade de la Paix

Plus en détail

Rarement méthode normalisée n a été

Rarement méthode normalisée n a été Le bulletin de la mesure et de la caractérisation des polluants dans les rejets atmosphériques Les Mesurages de vitesse et de débit des effluents gazeux rejetés à l atmosphère N 2 Mars 2014 Bulletin scientifique

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

Les Protections Collectives

Les Protections Collectives Les Protections Collectives Le risque d intoxication 4 voies de pénétration des toxiques dans l organisme. Voie pulmonaire : inhalation. Voie oculaire : projection. Voie cutanée : contact avec la peau.

Plus en détail

OBJET : Cette fiche reprend avec son aimable autorisation la plupart des éléments contenus dans le guide pratique ED 663 de l INRS.

OBJET : Cette fiche reprend avec son aimable autorisation la plupart des éléments contenus dans le guide pratique ED 663 de l INRS. Fiche de sécurité F4 F 01 02 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 27 00 Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 http://www.oppbtp.fr Cabines

Plus en détail

CAISSONS DOUBLE FLUX CONTRE-COURANT HAUT RENDEMENT Série HR MURAL

CAISSONS DOUBLE FLUX CONTRE-COURANT HAUT RENDEMENT Série HR MURAL Commande déportée (RC) La commande déportée (RC) permet: De saisir tous les paramètres de fonctionnement. De contrôler les vitesses des ventilateurs. De visualiser l ensemble des paramètres et les alarmes.

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE.

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 1 2 LE SAVIEZ-VOUS? UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 3 SOURCE INRS 4 Identification des atmosphères explosives Faire l inventaire

Plus en détail

Prévention des risques chimiques en entreprise

Prévention des risques chimiques en entreprise Prévention des risques chimiques en entreprise P. BARBILLON Ingénieur-Conseil Pascale Barbillon - Ingénieur conseil 1 Démarche 1 2 Préparation de l évaluation Identification des risques 3 Hiérarchisation

Plus en détail

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015 L ECO PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO et C.I.T.E 2015 La liste des équipements, matériaux et appareils mentionnés au 1 de l'article 200 quater du code général des

Plus en détail

Oxygène RT Control. Descriptif technique. Solutions RT - Grenelle. ventilation > caissons d insufflation et d extraction > entraînement direct

Oxygène RT Control. Descriptif technique. Solutions RT - Grenelle. ventilation > caissons d insufflation et d extraction > entraînement direct Oxygène RT Control caisson d extraction double-peau avec système de modulation de débit Motorisation : - Modèle 8/1 : Moteur 2 pôles, 5 Hz, IP 44, Classe F, 5 vitesses. - Modèle 2 : Moteur 4 pôles, 5 Hz,

Plus en détail

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE Dernière révision du document : août 215 Via les tableaux suivants, consacrés aux différents postes énergivores (excepté le transport), vous trouverez

Plus en détail

DELTA NEU. La Filtration

DELTA NEU. La Filtration DELTA NEU La Filtration La Filtration A l écoute de vos besoins, DELTA NEU conçoit et réalise votre installation sur 1 E A B 1 - A - Captage de brouillards d huile par capteur inducteur sur machine-outil.

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique

Pour 2012, selon la Loi de. Investissements bénéficiant du crédit d'impôt Equipements de production d'énergie utilisant éolienne ou hydraulique Petit Rappel Quelles sont les conditions pour en bénéficier en 2012? Votre situation : Vous êtes locataire, propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit ; Vous êtes fiscalement domicilié en France.

Plus en détail

INVESTISSEMENTS ELIGIBLES

INVESTISSEMENTS ELIGIBLES INVESTISSEMENTS ELIGIBLES ANNEXE 2 N Libellé des postes éligibles Définition des postes éligibles Enjeu S01 Dalle Béton et coulage d une dalle bétonnée de type béton lourd capable de supporter les charges

Plus en détail

AKOR-HR. Folleto de instructiones Instruction leaflet Manuel d installation et d utilisation

AKOR-HR. Folleto de instructiones Instruction leaflet Manuel d installation et d utilisation AKOR-HR Folleto de instructiones Instruction leaflet Manuel d installation et d utilisation 1 Information générale VMC Double flux pavillonnaire Avec récupérateur de chaleur haut rendement 1.1 Introduction

Plus en détail

Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu

Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu Sommaire 1 Introduction... 3 2 Description de l'installation... 5 2.1 Le Panneau Capsolair... 5 2.1.1 Objectif...5

Plus en détail

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION Concilier ventilation efficace et économies d'énergie Jeudi 28 Novembre 2013 Pourquoiventiler? L OMS (Organisation mondiale

Plus en détail

Bilan thermique piscine intérieure

Bilan thermique piscine intérieure Auteur du bilan : Tony MÉNARD Coordonnées professionnelles Bilan thermique piscine intérieure Nom SUD IRRIGATION Téléphone 04.68.22.61.68 Adresse 19 BD JACQUES ALBERT ZA Fax 04.68.22.67.66 Ville ELNE Code

Plus en détail

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013

Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Le Crédit d Impôts Développement Durable 2013 Qu'est-ce que le crédit d'impôt développement durable? C'est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie

Plus en détail

«VENTILATION PERFORMANTE, DOUBLE FLUX OU MODULEE EN FONCTION DE L OCCUPATION»

«VENTILATION PERFORMANTE, DOUBLE FLUX OU MODULEE EN FONCTION DE L OCCUPATION» 1 «VENTILATION PERFORMANTE, DOUBLE FLUX OU MODULEE EN FONTION DE L OUPATION» ontexte et Enjeux Une installation de ventilation performante est une installation qui apporte le débit d air hygiénique aux

Plus en détail

Évaluation du risque chimique et étude métrologique au sein d un atelier de plasturgie

Évaluation du risque chimique et étude métrologique au sein d un atelier de plasturgie Faculté de médecine de Dijon Présentation du secteur de la plasturgie Évaluation du risque chimique et étude métrologique au sein d un atelier de plasturgie Dr Philippe REY Mémoire présenté pour l obtention

Plus en détail

Infos pratiques. La ventilation : le double flux. Le double flux. Comment ça marche? Il existe plusieurs solutions en matière de ventilation :

Infos pratiques. La ventilation : le double flux. Le double flux. Comment ça marche? Il existe plusieurs solutions en matière de ventilation : Infos pratiques La ventilation : le double flux Le double flux Du fait de logements de plus en plus étanches, la ventilation est devenue obligatoire pour : Préserver le bâti contre les dégradations dues

Plus en détail

Suggestions d'installation. Séquenceur. Dynamique de Massage P/N 52200-98

Suggestions d'installation. Séquenceur. Dynamique de Massage P/N 52200-98 Suggestions d'installation Séquenceur Dynamique de Massage P/N 52200-98 Suggestions pour installer le Séquenceur Dynamique de Massage de Balboa Introduction 05-27-14 Le Séquenceur Dynamique de Massage

Plus en détail

SYLLABUS INSTALLATIONS GAZ NATUREL

SYLLABUS INSTALLATIONS GAZ NATUREL SYLLABUS INSTALLATIONS GAZ NATUREL ASSOCIATION ROYALE DES GAZIERS BELGES VERSION DU 1 er JUILLET 2009 PRÉAMBULE Le présent syllabus comporte UNIQUEMENT les matières qui doivent être connues pour l'évaluation

Plus en détail

ROOF-TOP GAZ. Efficace et Robuste. Simplet et Rapide à Installer. Puissances de 34 kw à 81 kw

ROOF-TOP GAZ. Efficace et Robuste. Simplet et Rapide à Installer. Puissances de 34 kw à 81 kw FABRICANT D AÉROTHERMES, ROOF-TOP, GÉNÉRATEURS D AIR CHAUD, TUBES RADIANTS N Constructeur : AQP 0027 ROOF-TOP GAZ Type RTE Exécution Extérieure Type RTI Exécution Intérieure Efficace et Robuste Simplet

Plus en détail

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS 3 Label Promotelec Habitat Neuf, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS Production d eau chaude sanitaire Réseaux de communication MARQUAGE QUALITÉ EXIGÉ Tous systèmes de production d'eau chaude sanitaire

Plus en détail

Obtenir des conditions intérieures confortables en été n'est pas toujours possible sans recours à un système de production de froid.

Obtenir des conditions intérieures confortables en été n'est pas toujours possible sans recours à un système de production de froid. Contexte Orientations Contexte Obtenir des conditions intérieures confortables en été n'est pas toujours possible sans recours à un système de production de froid. Les bâtiments, ou parties de bâtiments,

Plus en détail

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS ENERALES PAE 1 / 15 REVISION : 0 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des

Plus en détail

IDEO-HR 275 Ecowatt. Manuel d installation. de mise en route

IDEO-HR 275 Ecowatt. Manuel d installation. de mise en route FR IDEO-HR 275 Ecowatt Manuel d installation et de mise en route Avant toute intervention, mettre votre appareil hors tension. En fonctionnement t normal, ne jamais arrêter le système de ventilation. Information

Plus en détail

Combi 185 S/LS Combinaison VMC double flux Chauffe-eau thermodynamique Pompe à chaleur air-air

Combi 185 S/LS Combinaison VMC double flux Chauffe-eau thermodynamique Pompe à chaleur air-air Combinaison VMC double flux Chauffe-eau thermodynamique Pompe à chaleur air-air Propriétés caractéristiques (1) COMBI 185 n est pas une chaudière traditionnelle! COMBI 185 est une unité compacte de ventilation

Plus en détail

Fiche de montage HOGGAR C-D

Fiche de montage HOGGAR C-D HOGGAR C-D 1 - Présentation du produit 2 - Fonctionnement - Montage 4 - Défauts de fonctionnement 5 - Sécurité P 15 www.siroco.fr Page 1 sur 7 1 - Présentation du produit Le chauffage HOGGAR est constitué

Plus en détail

Les points qualifiés du caractère M sont dits «majeurs». Les points qualifiés du caractère «m» sont dits «mineurs».

Les points qualifiés du caractère M sont dits «majeurs». Les points qualifiés du caractère «m» sont dits «mineurs». Les points qualifiés du caractère sont dits «majeurs». Les points qualifiés du caractère «m» sont dits «mineurs». Points de vérification sur dossier étude énergétique Données générales de l étude - perméabilité

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Ce document fournit des informations utiles sur la performance énergétique du bâtiment (PEB). Des explications et informations complémentaires plus détaillées figurent dans les pages suivantes. Place Emile

Plus en détail

(RT2000, RT2005, RT2012)

(RT2000, RT2005, RT2012) VMC Double Flux & Réglementation thermique Etude d une ventilation mécanique Double Flux pour les bâtiments à basse consommation Descriptif du support technologique Les réglementations thermiques du bâtiment

Plus en détail

L enjeu de la ventilation

L enjeu de la ventilation L enjeu de la ventilation Laurent Cabau France Air L enjeu de la ventilation Sous deux aspects: Réglementaire et Sanitaire Besoins, débits Techniquement et réglementaire Simple flux autoréglable Simple

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

ACX COMPIL. Installation / Fonctionnement. Avantages / Applications. Caractéristiques standards et dimensions principales (mm)

ACX COMPIL. Installation / Fonctionnement. Avantages / Applications. Caractéristiques standards et dimensions principales (mm) ACX COMPIL Installation EXTÉRIEURE en TOITURE Fonctionnement 100% AIR INTÉRIEUR avec FILTRATION Diffusion d air par gaine ou plénum Régulation sur température d air ambiant Equipée d une costière, l unité

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

MAV80/180. Série. Compresseurs compacts et silencieux conçus pour satisfaire vos besoins en air comprimé

MAV80/180. Série. Compresseurs compacts et silencieux conçus pour satisfaire vos besoins en air comprimé Série MAV80/180 Compresseurs à vis lubrifiées de 39 à 99 m 3 /heure en bar Compresseurs compacts et silencieux conçus pour satisfaire vos besoins en air comprimé Série MAV 80/180 Compresseurs à vis lubrifiées

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Avenue Louise 21 1050 IXELLES ETAGE 2 GAUCHE Superficie brute: 205 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

2. Appareil non raccordé: un appareil est non raccordé lorsqu'il ne répond pas aux dispositions indiquées au paragraphe 1 ci-dessus.

2. Appareil non raccordé: un appareil est non raccordé lorsqu'il ne répond pas aux dispositions indiquées au paragraphe 1 ci-dessus. CHAPITRE VI INSTALLATIONS AUX GAZ COMBUSTIBLES ET AUX HYDROCARBURES LIQUÉFIÉS Section V Aération et ventilation des locaux, évacuation de produits de la combustion Article GZ 20 Définitions 1. Appareil

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs?

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs? Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? A2M Aline BRANDERS Architecte partner, A2M Objectifs de la présentation

Plus en détail

Présentation du process. Une révolution dans la construction ossature bois

Présentation du process. Une révolution dans la construction ossature bois Présentation du process Une révolution dans la construction ossature bois L origine Objectifs La création du label BBC et l annonce de la RT2012 a déclenché la recherche d une solution appropriée. La manière

Plus en détail

HVAC0002 Montages d installations en HVAC

HVAC0002 Montages d installations en HVAC HVAC0002 Montages d installations en HVAC Responsable d unité : Thierry Gobin Titulaires : Thierry Gobin Eddy Van Parijs prenom.nom@hers.be prenom.nom@hers.be Unité de niveau 6 Discipline : HVAC Unité

Plus en détail

4 Les equipements 184 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements 186 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements 188 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements 190 le centre AQUARECREATIF 4 Les equipements

Plus en détail

La solution 3-en-1. Chauffage*(voir au dos)

La solution 3-en-1. Chauffage*(voir au dos) La solution 3-en-1 Ventilation double flux Chauffage*(voir au dos) Rafraîchissement MyDATEC, la solution 3-en-1 pour maiso En été En hiver 2 C Air extrait 2 C Air rejeté C Air neuf 27 C Air insufflé 827W

Plus en détail

Classes* de signaux véhiculés. Choix des câbles. Type de câbles recommandés en fonction de la classe* du signal véhiculé. Paires torsadées.

Classes* de signaux véhiculés. Choix des câbles. Type de câbles recommandés en fonction de la classe* du signal véhiculé. Paires torsadées. L Les câbles Classes* de signaux véhiculés Classification des signaux par niveau de perturbation Classe* Sensible Peu sensible Perturbateur Sensible ++ + Exemple de signaux véhiculés ou matériels connectés

Plus en détail

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement.

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Principe Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Il profite de la température quasi constante du sol pour réchauffer ou refroidir cet air de

Plus en détail

Fiche de données de sécurité conf. 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité conf. 91/155/CEE Date : 14.1.2005 Page : 1/5 Dénomination commerciale : 1. Désignation de substance/de préparation et d entreprise Indications concernant le produit : Dénomination commerciale : Référence : 42,0510,0002

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

PREBAT Intégration des systèmes de ventilation double flux en maisons individuelles

PREBAT Intégration des systèmes de ventilation double flux en maisons individuelles PREBAT Intégration des systèmes de ventilation double flux en maisons individuelles Partenariat Coordinatrice = Magali Bontron Experts = Guillaume Chanut Anthony Auvergnon Partenaires = Jean Michel Legros

Plus en détail

Grille compacte KG / KG-R

Grille compacte KG / KG-R Grille compacte KG / KG-R Ferdinand Schad KG Steigstraße 25-27 D-78600 Kolbingen Téléphone +49 (0) 74 63-980 - 0 Téléfax +49 (0) 74 63-980 - 200 info@schako.de www.schako.de Contenu Description...3 Fabrication...

Plus en détail

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF Tubes en polyéthylène pour réseaux de distribution de gaz combustibles, réseaux de distribution d'eau potable, irrigation, industrie, eau non potable et assainissement

Plus en détail

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION

OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION SKILLS LA CORROSION OBJECTIFS DU MODULE DE FORMATION Connaître le mécanisme de corrosion et ses facteurs Connaître les dispositifs de protection existants Comment adapter les protections et concevoir des

Plus en détail

CSCF 208 / 308 / 408 LL CLIMATISEURS SPLIT CONSOLE POUR LOCAUX BASSE TEMPÉRATURE

CSCF 208 / 308 / 408 LL CLIMATISEURS SPLIT CONSOLE POUR LOCAUX BASSE TEMPÉRATURE NOTICE TECHNIQUE CSCF 208 / 308 / 408 LL CLIMATISEURS SPLIT CONSOLE POUR LOCAUX BASSE TEMPÉRATURE R 410 A Froid CSCF 208 LL - 1,84 kw CSCF 308 LL - 2,61 kw CSCF 408 LL - 3,72 kw / 3,82 kw * * monophasé

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement VENTILATION : introduction théorique Pierre DEMESMAECKER ICEDD Objectif(s) de la présentation Comprendre pourquoi ventiler

Plus en détail

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger par vous-même ECO-GESTES. Fiche auto-diagnostic. Les

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger par vous-même ECO-GESTES. Fiche auto-diagnostic. Les Fiche auto-diagnostic É C O - G u i d e M É T I E R S D U B O I S AUTO- DIAGNOSTIC Pour juger par vous-même Cette fiche vous permet d évaluer rapidement la situation de votre entreprise en matière de prise

Plus en détail

SÉRIE MAV 80-180 COMPRESSEURS ROTATIFS À VIS

SÉRIE MAV 80-180 COMPRESSEURS ROTATIFS À VIS SÉRIE MAV 80-180 COMPRESSEURS ROTATIFS À VIS Série MAV 80-180 Compresseurs à vis lubrifiées de 38 à 105 m³/h MAV 80-180 Version sur châssis Un compresseur raccordable en tous lieux sur une installation

Plus en détail

1. GES 8 : Fabrication de l'acier au carbone au FEA

1. GES 8 : Fabrication de l'acier au carbone au FEA 1. GES 8 : Fabrication de l'acier au carbone au FEA Cycle de vie Formulation DU de Ni métal Titre libre et court Fabrication de l'acier au carbone au FEA Titre systématique inspiré du descripteur d'utilisation

Plus en détail

GANTS de protection Propriétés électrostatiques

GANTS de protection Propriétés électrostatiques GANTS de protection Propriétés électrostatiques Equipements de protection individuelle COMMISSION GANTS DE PROTECTION Le danger ATEX - ATmosphères EXplosibles Vêtements et gants en zone ATEX La concentration

Plus en détail