Principaux résultats

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Principaux résultats"

Transcription

1 Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information et de la communication (TIC) étaient importantes et susceptible de contribuer à une croissance plus rapide et à des gains de productivité dans les années à venir. A la réunion ministérielle de l OCDE de 2002 comme à celle de 2001, les participants ont rappelé l importance des TIC pour la croissance et demandé à l OCDE de poursuivre ses travaux dans ce domaine. Le secrétaire d État au Commerce des États-Unis, M. Evans, a par ailleurs demandé spécifiquement à l OCDE à l automne 2001 d approfondir ses travaux sur les TIC et les performances de l entreprise. Le présent rapport, qui fait suite à la demande des ministres de l OCDE et de M. Evans, fait le point sur la contribution apportée par les TIC aux performances économiques sur la base de données plus récentes, pour évaluer dans quelle mesure les données empiriques qui semblaient valides à la fin 2000 conservent leur actualité. Il s appuie sur de nouvelles analyses économétriques de données officielles au niveau des entreprises réalisées par une équipe de chercheurs et de bureaux statistiques de 13 pays membres de l OCDE, pilotée par l Organisation. L étude prend également en compte de nouveaux éléments tirés de statistiques officielles sur l utilisation des TIC et du commerce électronique par les entreprises, qui n étaient pas disponibles lors des travaux antérieurs. Le rapport examine également si les conclusions pour l action dégagées des travaux antérieurs de l OCDE doivent être ajustées dans l environnement économique actuel. Les conclusions et enseignements pour l action issus de ces travaux sont résumés ci-après. Ils réaffirment celles de l étude de l OCDE sur la croissance et les enrichissent. Enseignements pratiques Les TIC continuent d avoir de fortes incidences sur les performances Le ralentissement économique récent a fait voler en éclats plusieurs mythes concernant la nouvelle économie : le cycle conjoncturel n est pas mort, les valorisations boursières doivent être étayées par des profits et le secteur des TIC n est pas à l abri des ralentissements économiques. Mais cela ne doit pas faire oublier les retombées économiques qui ont déjà accompagné la diffusion des TIC, ni le fait que les TIC continueront d être importantes pour la croissance LES TIC ET LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ISBN OCDE

2 dans les années à venir. Il est peut-être trop tôt pour dire comment évoluera le rôle des TIC dans la croissance et la productivité dans la première décennie du XXI e siècle, mais on peut dégager certaines tendances générales qui donnent à penser que les TIC continueront d être un moteur de la croissance : La croissance de la productivité aux États-Unis, qui sont le meilleur exemple d une croissance et de gains de productivité tirés par les TIC, est demeurée forte pendant le ralentissement récent, ce qui donne à penser qu une partie de l accélération des gains de productivité au cours de la seconde moitié des années 90 avait de fait un caractère structurel. La croissance de la productivité en Australie et au Canada, pays caractérisés l un et l autre par une croissance à forte intensité de TIC, a également été soutenue au cours des années récentes. Les réseaux de TIC sont maintenant répandus dans la majeure partie du secteur des entreprises de la zone de l OCDE, et ils seront de plus en plus mis à profit pour améliorer la productivité et les performances des entreprises. Le rythme des progrès technologiques dans les biens et services des TIC est rapide, faisant baisser les prix et suscitant tout un éventail d applications nouvelles. Par exemple, le commerce électronique entre entreprises et particuliers poursuit sa progression, le haut débit connaît une diffusion rapide, et l activité continue de croître dans le secteur des télécommunications. De surcroît, plusieurs applications telles que le haut débit et le commerce électronique n en sont qu à leurs débuts et recèlent peut-être un fort potentiel de croissance. Bien que l investissement dans les TIC ait fléchi au cours du ralentissement récent, la mise sur le marché de microprocesseurs toujours plus puissants devrait continuer dans l avenir prévisible, ce qui encouragera l investissement dans les TIC et contribuera à de nouveaux gains de productivité. Il se peut toutefois que le niveau d investissement dans les TIC soit inférieur à celui observé avant la période de ralentissement, car la période a été caractérisée par des vagues ponctuelles d investissements importants, par exemple ceux liés au passage à l an 2000 et à la diffusion d Internet. D autre part, certains pays pourraient encore disposer de marge de progression dans les années à venir ; en 2000, le Japon et la zone de l Union européenne avait investi une part d investissement total dans les TIC similaire à celle des États-Unis en Avec la poursuite du progrès technologique dans la production des TIC, le secteur manufacturier de TIC continuera de contribuer positivement à la croissance de la productivité multifactorielle (PMF), notamment dans les pays où les secteurs producteurs de TIC sont très développés, comme la Finlande, l Irlande, le Japon, la Corée, la Suède et les États-Unis. 10 LES TIC ET LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ISBN OCDE 2003

3 L incidence des TIC diffère sensiblement selon les économies de l OCDE Malgré l importance des TIC, on observe encore des différences marquées entre les pays de l OCDE dans la diffusion des TIC. De nouvelles données de l OCDE montrent que les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l Australie, les pays nordiques et les Pays-Bas ont en général les taux les plus élevés de diffusion des TIC. Un grand nombre d autres pays membres sont à la traîne en ce qui concerne la diffusion des TIC, et ils disposent d une marge pour progresser dans ce domaine. On peut penser que c est dans les pays où les niveaux de diffusion des TIC sont les plus élevés que les retombées économiques des TIC devraient être les plus fortes. Mais il ne suffit pas d avoir les équipements ou les réseaux pour en retirer des avantages économiques. D autres facteurs, comme l environnement réglementaire, une offre de qualifications adéquate, la capacité à modifier la configuration des organisations, ou encore la robustesse des innovations dans les applications des TIC, influent sur la capacité des entreprises à mettre à profit les TIC. De ce fait, des pays où les niveaux de diffusion des TIC sont équivalents n enregistreront pas toujours des incidences analogues des TIC sur leurs performances économiques. Les incidences économiques des TIC qui ont été mesurées jusqu à présent diffèrent sensiblement selon les pays membres. On peut distinguer trois types d incidences des TIC sur la croissance économique. Premièrement, un investissement dans les TIC accroît le stock de capital à la disposition des travailleurs et contribue donc à améliorer la productivité du travail. L investissement dans les TIC a représenté de 0.2 à 0.8 point de pourcentage de croissance du PIB par habitant sur la période Les États-Unis, l Australie, le Canada et les Pays-Bas ont enregistré l effet le plus marqué, le Japon et le Royaume-Uni ont suivi d assez loin et l effet a été beaucoup plus faible en Allemagne, en France et en Italie. L investissement dans le logiciel a représenté jusqu à un tiers de la contribution au capital de TIC. Deuxièmement, le secteur producteur de TIC joue un rôle important dans certains pays membres de l OCDE, bien qu il soit faible dans la plupart. Il peut être intéressant de disposer d un secteur producteur de TIC, car celui-ci s est caractérisé par un progrès technologique rapide et une très forte demande. En Finlande, en Irlande et en Corée, près d un point de pourcentage de la croissance agrégée de la productivité du travail sur la période peut être attribué aux activités manufacturières dans les TIC. Aux États-Unis, au Japon et en Suède, le secteur producteur de TIC a également contribué de manière significative à la croissance de la productivité. Troisièmement, de nouveaux éléments mis en évidence par un groupement de chercheurs de 13 pays membres piloté par l Organisation démontrent que l utilisation des TIC sur l ensemble de la chaîne de valeur LES TIC ET LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ISBN OCDE

4 contribue à améliorer la performance de l entreprise. L utilisation intelligente des TIC peut aider les entreprises à accroître leur efficience globale par la combinaison du travail et du capital et donc la productivité multifactorielle (PMF). L utilisation des TIC peut également accentuer les effets de réseau, tels que la réduction des coûts de transaction et l accélération de l innovation, ce qui peut améliorer la PMF. Dans certains pays, notamment aux États-Unis et en Australie, on constate que les secteurs qui ont le plus investi dans les TIC, comme le commerce de gros et de détail, ont enregistré une croissance plus rapide de la PMF. Les études au niveau des entreprises montrent également que l utilisation des TIC peut aider les entreprises efficientes à gagner des parts de marché au détriment des entreprises moins productives, ce qui améliore la productivité globale. De plus, l utilisation des TIC peut aider les entreprises à élargir leur gamme de produits, à personnaliser les services qu elles offrent ou à mieux répondre à la demande, c est-à-dire à innover. Par ailleurs, les TIC peuvent aider à réduire les stocks ou aider les entreprises à intégrer des activités sur l ensemble de la chaîne de valeur. Ces études montrent également que les TIC font partie d un ensemble plus vaste de changements qui contribuent à améliorer la performance. Les incidences des TIC sont tributaires d investissements complémentaires, par exemple dans l acquisition des compétences adéquates ou dans les changements dans les modes d organisation, tels que stratégies nouvelles, nouveaux modes de fonctionnement de l entreprise ou nouvelles structures d organisation. Les entreprises qui adoptent de telles pratiques ont tendance à gagner des parts de marché et à bénéficier de gains de productivité plus élevés que d autres entreprises. L utilisation des TIC par les entreprises est également étroitement liée à la capacité de l entreprise à s adapter à l évolution de la demande et à innover. Les utilisateurs de TIC contribuent souvent à accroître la valeur de leurs investissements par leurs propres expérimentations et innovations, par exemple l introduction de procédés, de produits et d applications de type nouveau. Sans ce processus de «co-invention», qui est souvent plus lent que l innovation technologique, l incidence économique des TIC serait plus limitée. Les entreprises qui ont introduit des innovations de procédés par le passé enregistrent souvent des succès notables dans l utilisation des TIC : en Allemagne, l incidence des investissements dans les TIC sur la production a été environ quatre fois plus élevée dans les entreprises introduisant des innovations que dans les autres. L incidence des TIC sur l innovation est particulièrement importante dans les services, car les TIC aident à réinventer le fonctionnement de l entreprise et à développer de nouvelles applications. Les incidences positives de l utilisation des TIC sur les performances de l entreprise ne se limitent pas aux États-Unis, où les incidences 12 LES TIC ET LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ISBN OCDE 2003

5 macroéconomiques des TIC sont considérées comme les plus importantes, mais elles s observent aussi dans un grand nombre d autres pays membres. Cela peut être dû à plusieurs facteurs. Tout d abord, l utilisation de données agrégées couvrant plusieurs branches peut masquer certaines incidences des TIC, dans la mesure où des effets importants dans certaines branches peuvent être compensés par des effets plus faibles dans d autres. Deuxièmement, l ampleur des incidences mesurées au niveau de l entreprise peut être plus faible à l extérieur des États-Unis, dans la mesure où les réseaux sont souvent moins développés et où les conditions nécessaires pour permettre aux TIC de déployer toute leur efficacité peuvent être moins favorables. Cela pourrait donc se traduire par une incidence macroéconomique plus faible. Troisièmement, il se peut que les incidences des TIC soient insuffisamment prises en compte dans les données sur des pays autres que les États-Unis, du fait par exemple de différences dans la mesure de la production du secteur des services. Quatrièmement, il se peut que les pays autres que les États-Unis n aient pas encore bénéficié des effets de réseau ou de retombées capables de marquer un écart entre les incidences des TIC au niveau de l entreprise et celles mesurées au niveau macroéconomique. Ces effets de retombées pourraient se concrétiser sous la forme de gains pour les entreprises et les consommateurs en aval, et ils n apparaîtraient donc pas dans les observations individuelles sur les entreprises utilisant les TIC. Enfin, sur un marché vaste et hautement compétitif comme celui des États-Unis, il se peut que les entreprises investissant dans les TIC n aient pas toujours été les principales bénéficiaires de leur investissement. Il se peut que les consommateurs bénéficient de la plus grande partie des retombées, sous la forme de prix plus bas, de meilleure qualité, de plus grande commodité, etc. Dans les pays où la concurrence est moins développée, il se pourrait que les entreprises soient en mesure de s approprier une plus grande part des gains, et les effets de retombées pourraient être plus limités. Les TIC ne sont pas une solution miracle Il se peut que les entreprises surinvestissent dans les TIC, soit parce qu elles veulent compenser un manque de qualifications ou répondre à des pressions concurrentielles, soit parce qu elles n ont pas de stratégie de marché claire. Mais les TIC ne sont pas une solution miracle, et il s agit simplement d une technologie dont il est possible de tirer parti pour améliorer la performance de l entreprise. Des données sur l Allemagne montrent que les entreprises qui ont su tirer avantage des TIC étaient celles qui avaient déjà innové avec succès, c est-à-dire modifié leurs produits et procédés. Par ailleurs, les TIC nécessitent bien d autres changements pour produire des résultats. Il faut en outre du temps pour s adapter aux TIC, par exemple pour modifier l organisation de l entreprise et les qualifications de la main-d œuvre. LES TIC ET LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE ISBN OCDE

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement 2 CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement Qui sommes-nous? Le CERI est reconnu pour être le pionnier de la recherche en éducation, ouvrant de nouveaux domaines d exploration

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-40F Le 4 juin 2004 Pendant la majeure partie du XX e siècle,

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Rapport final du Projet Canada

Rapport final du Projet Canada Rapport final du Projet Canada Mission possible : une prospérité durable pour le Canada Conférence Affaires et perspectives économiques 2008 Montréal, 28 novembre 2007 Mario Lefebvre, directeur, Service

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Les services et la croissance économique

Les services et la croissance économique Les services et la croissance économique Emploi, productivité et innovation Réunion du Conseil de l OCDE au niveau ministériel de 2005 Lors de sa réunion de mai 2003, le Conseil au niveau ministériel avait

Plus en détail

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES

INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES INSTITUTIONS FINANCIÈRES NOUVELLES RÈGLES RÉGISSANT LA PROPRIÉTÉ Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-62F Le 13 décembre 2000 Nouvelles règles en matière de régime

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession www.elections.ch FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE CONJONCTURELLE faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession Quel est le rôle de l Etat en phase de ralentissement conjoncturel? Lorsque

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES 2 RECOMMANDATION DU CONSEIL RELATIVE À UN ACCÈS ÉLARGI ET UNE EXPLOITATION PLUS EFFICACE CONCERNANT LES INFORMATIONS DU ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE est un forum unique

Plus en détail

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse Étude Franco-Allemande Transition énergétique et mécanismes de capacité Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030 Synthèse UN PARTENARIAT INDUSTRIEL FRANCO- ALLEMAND POUR PRÉPARER

Plus en détail

MISSION DOSSIERS INTERNATIONAUX 2010

MISSION DOSSIERS INTERNATIONAUX 2010 MISSION DOSSIERS INTERNATIONAUX 2010 De nombreux travaux réalisés par la sous-direction «Synthèses, études économiques et évaluation» comportent une dimension de comparaisons internationales. Ce document

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées N o 65-507-MIF au catalogue N o 005 ISSN: 1712-1353 ISBN: 0-662-79733-7 Document analytique Le commerce canadien en revue Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées par Carlo Rupnik

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation Séminaire international sur les infrastructures éducatives Guadalajara, Jalisco, Mexique, 24-27 février 2002 Organisé par le Programme

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

À l affût des tendances 2016 Les 10 principaux défis des sociétés minières pour l année à venir

À l affût des tendances 2016 Les 10 principaux défis des sociétés minières pour l année à venir À l affût des tendances 2016 Les 10 principaux défis des sociétés minières pour l année à venir 2015. Pour obtenir de l information, communiquez avec Deloitte Touche Tohmatsu Limited À l affût des tendances

Plus en détail

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance

Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance Recommandations en vue du budget fédéral 2015 : miser sur les métropoles pour stimuler la croissance 1 Introduction À la mi-2014, l économie canadienne demeure robuste. Le gouvernement du Canada est solidement

Plus en détail

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives.

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives. I. Introduction Le ciel sera-t-il bientôt un monopole? Moyen pour les compagnies aériennes de continuer à exister, les alliances n en sont pas mois certainement qu une étape vers leur concentration en

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

CONTROLE DE GESTION. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif CONTROLE DE GESTION DECF Session 2007 - Corrigé indicatif Dossier 1 Partie A Raisons : - variation des effectifs (effet effectif), - changements de catégories professionnelles (effet de structure), - variation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Économie de l immatériel et économie numérique EPT 208 Séance 1 Introduction François MOREAU (Cnam) Conservatoire National des Arts et Métiers Cadre général Economie numérique (ou d'internet) : deux sens

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

Executive Summary. Pour Direction Générale

Executive Summary. Pour Direction Générale Executive Summary Pour Direction Générale Proposer à chaque entreprise la première solution d industrialisation du savoir-faire permettant de transformer les équipes au contact des clients en de véritables

Plus en détail

Tendances et évolution des marchés de l emballage bois : nouveaux défis à relever. Présentation de Xavier BRIAULT, Directeur des Opérations Emballage

Tendances et évolution des marchés de l emballage bois : nouveaux défis à relever. Présentation de Xavier BRIAULT, Directeur des Opérations Emballage Tendances et évolution des marchés de l emballage bois : nouveaux défis à relever. Présentation de, Directeur des Opérations Emballage groupe SOFLOG GROUPE SOFLOG Cliquez pour modifier le style du titre

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R

Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R A. Généralités A.1) Pourquoi faut il une vision stratégique si l ACP a déjà un mandat statutaire? Comment les deux choses se rejoignent elles?

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015

Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 L honorable Céline Hervieux-Payette, c.p. Sénateur Synthèse - Examen des résultats commerciaux et du libre-échange du Canada 2006-2015 Nécessité d'une action nationale Préparé par : David E. Hamilton 9/15/2015

Plus en détail

Sa Majesté la Reine du chef du Canada (2012) Tous droits réservés

Sa Majesté la Reine du chef du Canada (2012) Tous droits réservés Sa Majesté la Reine du chef du Canada (2012) Tous droits réservés Toute demande de permission pour reproduire ce document doit être adressée à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. This publication

Plus en détail

Croissance de la productivité : quelles perspectives pour la France?

Croissance de la productivité : quelles perspectives pour la France? Gilbert Cette 1 Croissance de la productivité : quelles perspectives pour la France? Le 26 septembre 2013 Sur la dernière décennie, la productivité a ralenti dans la presque totalité des pays industrialisés.

Plus en détail

Communiqué de presse. Canon publie les résultats de son étude paneuropéenne observant l impact des TIC sur les relations de travail

Communiqué de presse. Canon publie les résultats de son étude paneuropéenne observant l impact des TIC sur les relations de travail Communiqué de presse Canon publie les résultats de son étude paneuropéenne observant l impact des TIC sur les relations de travail L étude souligne la progression significative au sein des entreprises

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations?

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2.2 Nouveaux comportements / Nouvelles stratégies Marianne SIEG (Directrice du développement Air France) «La crise économique

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN 2 Introduction Internet a connu un développement et une évolution spectaculaires grâce à l innovation et à la créativité incontestable

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays Joseph Bradley Jeff Loucks Andy Noronha James Macaulay Lauren Buckalew

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Devoir de contrôle n 1

Devoir de contrôle n 1 Lycée: El Hrairia Prof: Mme Manaâ. K Matière : économie Devoir de contrôle n 1 Durée : 2 heures Classe: 4 ème E&G 2 Année scolaire: 2010/2011 Partie I : (10 points) Question n 1 : (4 points) Comment un

Plus en détail

Dynamiser ses équipes de vente. Améliorer les processus de vente dans les petites entreprises. Livre blanc de

Dynamiser ses équipes de vente. Améliorer les processus de vente dans les petites entreprises. Livre blanc de Dynamiser ses équipes de vente Améliorer les processus de vente dans les petites entreprises Livre blanc de et Introduction Les petites entreprises doivent faire face à des défis et des opportunités différents

Plus en détail

BUDGET PROVINCIAL 2016

BUDGET PROVINCIAL 2016 BUDGET PROVINCIAL 2016 MESURES IMPACTANT L INDUSTRIE DE LA FABRICATION DE MEUBLES Le gouvernement du Québec a déposé le 17 mars dernier son budget 2016-2017. La lecture du Plan économique du Québec a permis

Plus en détail

État de la transformation IT

État de la transformation IT État de la transformation IT Analyse par EMC et VMware EMC et VMware aident les départements IT à se transformer en fournisseurs de services axés sur les besoins métiers. L État de la transformation IT

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale Chambre de commerce internationale L organisation mondiale des entreprises Déclaration de politique générale Recommandations de politique générale d ICC sur la délocalisation de l informatique Rédigées

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101 DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Avril 2007 L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Introduction La libéralisation en cours dans le secteur de l énergie en Europe soulève deux questions qui sont

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Automatique et informatique industrielle de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Rédigé par John Simon (auteur principal), Troy Matheson et Damiano Sandri. Points principaux

Rédigé par John Simon (auteur principal), Troy Matheson et Damiano Sandri. Points principaux POINTS DE PRESSE POUR LE CHAPITRE 3 DES PERSPECTIVES DE L ECONOMIE MONDIALE, AVRIL 2013 TELLE L HISTOIRE DU CHIEN QUI N A PAS ABOYE : L INFLATION A-T-ELLE ETE MUSELEE, OU S EST-ELLE SIMPLEMENT ASSOUPIE?

Plus en détail

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste coaching pour les cadres dirigeants intégration communautés de talents marque employeur croissance succession développement du leadership diversité PDG comité de direction stratégie de gestion des talents

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail