En plus du critère de Kelly, beaucoup de concepts de la finance s appliquent

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En plus du critère de Kelly, beaucoup de concepts de la finance s appliquent"

Transcription

1 Extrait de Fantaisium Tous droits réservés 25 Finance au poker : théorie du portefeuille et accords d adossement En plus du critère de Kelly, beaucoup de concepts de la finance s appliquent à la gestion d un capital-jeu et à la sélection de parties. Dans ce chapitre, nous allons examiner deux concepts particulièrement importants. Le premier consiste à examiner la volatilité et l espérance d un portefeuille dédié au poker. Dans un parallèle à l investissement mobilier, certains types de diversification sont bénéfiques, d autres ne le sont pas. Le second procure un cadre pour évaluer l espérance d un accord d adossement entre un joueur et un investisseur. Théorie du portefeuille Dans la gestion de portefeuille, le ratio de Sharpe est crucial pour évaluer la performance. Il s agit du ratio de son espérance sur son écart-type (combien d écarts-types contient son espérance) : S = m / s ratio de Sharpe (25.1) Quand les investissements sont extensibles à l infini (pour la plupart des investisseurs individuels, c est le cas des actions), maximiser le ratio de Sharpe d un portefeuille conduit au meilleur retour à risque ajusté. L un des principaux moyens pour un gestionnaire de portefeuille de maximiser son ratio de Sharpe est le processus de diversification en achetant de multiples actions qui ont un meilleur ratio de Sharpe ensemble que séparément. Ce qui suit est une introduction courte et simplifiée. Ceux d entre vous qui ont de l expérience en finance reconnaîtront que nous négligeons beaucoup de facettes importantes de l analyse d un portefeuille boursier. L essentiel est d expliquer rapidement le principe, sans s inquiéter de ce qui n affecte pas le poker. Considérons deux investissements indépendants A et B. A et B ont tous deux une espérance de $10 et un écart-type de $100 (pour le montant que nous avons à investir). 415

2 < Partie IV Le Risque > Si nous investissons tout en A, nous aurons une espérance de $10 avec un écart-type de $100. La même chose s applique si nous investissons tout en B. Mais si nous investissons moitié en A et moitié en B, alors nous aurons toujours une espérance de $10, mais notre écart-type vaudra $100 / 2, ou environ $70. Ce faisant, nous avons amélioré notre ratio de Sharpe de 0,1 à environ 0,14. Considérons maintenant un portefeuille constitué de A et d un troisième investissement C. C a une espérance de $5 et un écart-type de $100. Nous pouvons voir immédiatement que C est un plus mauvais investissement que A, puisque nous pouvons obtenir $10 d espérance pour un risque de $100 en achetant A. Pour maximiser notre ratio de Sharpe, alors, devrions-nous simplement acheter 100% de A? Cela peut paraître surprenant, mais la réponse est non. Evaluons un portefeuille fait de 80% de A et 20% de C. Un tel portefeuille aurait une espérance de (0,8)($10) + (0,2)($5), soit $9. Il aurait un écart-type de $82,46. Ainsi, le ratio de Shape pour ce portefeuille serait de 0,1091. Cette valeur est supérieure à celle d un portefeuille exclusif en A. Il s avère qu il est meilleur de mixer les deux investissements, même si C est moins bon en valeur absolue. Nous pouvons de même appliquer ce raisonnement au poker. Considérons une situation entre deux joueurs de tournois : Dans un tournoi donné, un joueur (A) a une espérance de 1 buy-in et un écart-type de 9 buy-ins/tournoi. Dans un autre tournoi, un joueur (B) a une espérance de 1 buy-in et un écart-type de 12 buy-ins/tournoi. A souhaite maximiser son ratio de Sharpe. Quel est son pourcentage optimal d échange avec B? Appelons (1 a) la fraction que ces deux joueurs échangent. Ainsi, A investit dans un portefeuille P constitué de a A et (1 a) B. Le taux de gain de ce portefeuille est toujours de 1 buy-in par tournoi, puisque tous ses composants ont ce même taux. Nous voulons minimiser l écart-type de ce portefeuille, ce que nous pouvons aussi accomplir en minimisant la variance : s P² = (9 a)² + [(1 a) 12]² En prenant la dérivée selon a et en la posant égale à 0 : 0 = 162 a 288 (1 a) 0 = 450 a 288 a = 0,64 A devrait donc échanger 36% de sa part pour maximiser son ratio de Sharpe. 416

3 Chapitre 25 Finance au poker : théorie du portefeuille et accords d adossement Nous pouvons dériver plus généralement ce résultat. Disons que nous avons deux investissements d espérances w 1 et w 2, et d écarts-type s 1 et s 2. Nous pouvons normaliser ces mises entre elles en termes d espérances en multipliant simplement s 1 par w 2 / w 1. Nous appellerons l écart-type rééchelonné s 1. Ce faisant, les deux investissements auront le même taux de gain w 2. Nous mixerons ces deux investissements en proportion de a 1 pour le premier et a 2 pour le second. a 1 = 1 a 2 La variance du portefeuille P sera : s P ² = (a 1 ²) (s 1 ²) + (a 2 ²) (s 2 ²) Nous avons omis quelques étapes en dérivant la variance. Cette équation est seulement valide pour des événements indépendants, où il n y a pas de corrélation. En analysant les marchés d actions, la corrélation est très importante. Mais dans un tournoi à nombreux inscrits, y compris dans le même tournoi, pour des joueurs cherchant à maximiser leur propre espérance, celle-ci est très légèrement corrélée, ce que nous pouvons négliger pour la suite de cet exposé. Comme a 2 = 1 a 1, nous avons : s P ² = (a 1 ²) (s 1 ²) + (1 a 1 )² (s 2 ²) En prenant la dérivée selon a 1 et en la posant égale à 0 : 0 = 2 a 1 s 1 ² 2 (1 a 1 ) (s 2 ²) 2 s 2 ² = 2a 1 s 1 ² + 2 a 1 s 2 ² 333 Nous pouvons facilement trouver aussi a 2 : (25.2) (25.3) De façon à maximiser le ratio de Sharpe d un portefeuille, il doit être composé de certains pourcentages de chaque investissement. En finance, ce type d analyse est étendu à un nombre arbitraire d investissements différents, et des 417

4 < Partie IV Le Risque > portefeuilles optimaux peuvent être réalisés. De la même façon, les joueurs de poker peuvent réduire leur volatilité en préservant leur ratio de Sharpe par des échanges, soit en tournoi soit en cash-game. Cela peut même être vrai si l un des joueurs a une meilleure espérance. Celui-ci peut aussi bénéficier de l effet Sharpe en échangeant avec l autre joueur. Ceux qui sont familiers avec l analyse de portefeuilles boursiers pourraient être tentés de penser que d autres types de diversification pourraient aider à améliorer la performance de leur portefeuille ; par exemple, en jouant différents types de jeux (tournois multi-tables, Sit&Go, cash-games en limites fixes, etc.). Nous pensons que jouer beaucoup de jeux est rentable pour nombre de raisons, dont la souplesse de prendre avantage de situations temporaires (comme lorsqu un joueur très faible et très riche joue son jeu favori à hautes limites) et le développement d une vue plus large du poker. Mais la gestion du portefeuille n est pas l une de ces raisons. Ce pourquoi ce type de diversification ne diminue pas la volatilité est que ce n est en rien une véritable diversification. Quand nous détenons une action, nous la détenons 100% du temps. Quand nous détenons deux actions, nous les détenons toutes deux 100% du temps, mais seulement pour 50% du montant. Cependant, quand nous jouons deux formes de poker, c est analogue à une situation où nous achetons une action, la conservons la moitié du temps, puis la revendons et en achetons une autre. Résultat : jouer différents types de jeux ne réduit pas directement la variance. Il est pourtant un concept relié qui peut diminuer la variance tout en conservant le même taux de gain, c est le jeu en ligne multi-tables. Si un joueur peut se concentrer correctement sur des parties multiples, il peut diminuer sa variance en jouant, par exemple, deux parties à $10-20 au lieu d une à $ Bien sûr, il pourrait être capable de jouer deux parties $20-40, mais il pourrait alors sacrifier de l espérance. En jouant deux parties moins chères, nous pouvons réussir la même espérance avec une variance réduite, et donc améliorer notre ratio de Sharpe. Accords d adossement (staking) Le dernier sujet de cette Partie IV, un exposé sur les mathématiques des accords d adossement, est un sujet qui intéresse les membres de la communauté poker qui financent des joueurs ou envisagent de le faire. Des accords d adossement de joueurs ont existé dès lors qu il y a eu des joueurs qui n avaient pas le capital suffisant pour jouer au niveau où ils le souhaitaient. La forme habituelle de ces accords est la suivante : un joueur reçoit du commanditaire une certaine somme ou un montant plus faible, avec la promesse d avancer plus si besoin jusqu à un certain point. Le joueur joue un ou plusieurs jeux selon ce que prévoit l accord, puis à un moment, l accord se dénoue et il est procédé à certains partages prédéfinis des profits. S il y a des pertes, d habitude le commanditaire les absorbe toutes, mais le 418

5 Chapitre 25 Finance au poker : théorie du portefeuille et accords d adossement joueur doit compenser toute perte précédente avant d encaisser un profit. Il peut aussi y avoir une composante salariale, auquel cas la part du joueur sur les profits est drastiquement réduite. Comme point de départ, prenons un accord simple, comme celui-ci : Le joueur a un taux de gain connu dans un jeu particulier de $40/h, et un écart-type de $600/h, mais pas de capital-jeu. Le commanditaire et le joueur se mettent d accord sur une durée de 100 heures de jeu, et le commanditaire financera toute partie. A la sortie, les profits seront divisés à égalité. S il y a des pertes, le commanditaire les supportera toutes et l accord sera clos (bien que les parties puissent trouver un nouvel accord par la suite). Le joueur s engage à jouer en maximisant l EV de la partie, et non sa propre EV. Dans ce chapitre et dans le précédent, nous nous sommes beaucoup inspirés du monde de la finance. Pour évaluer la valeur d un accord d adossement, nous le ferons de nouveau. Cet accord, donc, prend cette forme : Nous allons sélectionner aléatoirement certaines valeurs d une distribution de probabilité pré-spécifiée. Si la valeur sélectionnée est en-dessous de zéro, alors la valeur pour le joueur est zéro. Si la valeur sélectionnée est supérieure à zéro, alors la valeur pour le joueur est 50% de la valeur sélectionnée. Cela est équivalent à une option. En marché boursier, une option est un contrat qui donne à son détenteur le droit d acheter une action à un prix spécifique ou de vendre ladite action à un prix spécifique avant un certain temps. Pour le joueur, cet accord d adossement est pour l essentiel une option call (où le joueur pourrait acheter la moitié du résultat) à un prix d exercice de zéro. Nous pouvons utiliser cela pour trouver la valeur de cet accord pour le joueur. La distribution de résultats pour 100 heures de jeu est normale autour d une moyenne de $4.000, avec un écart-type de $ La valeur de cet accord pour le joueur dépend de la valeur de son résultat s il gagne. Pour trouver cette valeur, nous pouvons intégrer le produit de son résultat (x) et de la fonction de densité normale de distribution de zéro à l infini, pour obtenir la valeur de gain du joueur quand il gagne. (25.4) Nous pouvons effectuer la substitution x = x + w w pour obtenir : 419

6 < Partie IV Le Risque > Nous pouvons décomposer cela en deux intégrales. La seconde peut être simplifiée en factorisant w, et l expression restante est juste la distribution normale cumulative : (25.5) Pour trouver l intégrale de l expression substitution :, nous effectuons cette Cela nous laisse avec : Nous pouvons maintenant simplifier l équation 25.5 : <gains> = (25.6) 333 L équation 25.6 est la valeur de l option entière, c est-à-dire la valeur de l accord si le joueur reçoit 100% des gains et ne supporte aucune des pertes. Pour convertir cette valeur en la valeur de l accord, nous la multiplions simplement par le pourcentage affecté au joueur. Pour notre joueur particulier, nous pouvons résoudre pour la valeur totale des gains : w = s = z = (4.000 / 6.000) = 2 / 3 (6.000 / 2π) (e 0,22222 ) + (4.000) [Φ ( 2 / 3 )] = $4,

7 Chapitre 25 Finance au poker : théorie du portefeuille et accords d adossement Comme nous savons que l espérance totale du joueur doit être $4.000, nous pouvons trouver que la valeur des pertes est $906,72. Ainsi, pour notre exemple d accord d adossement, l espérance du joueur est la moitié des gains et rien sur les pertes, ou $2.453,36, alors que le bénéfice du commanditaire est toutes les pertes plus la moitié des gains, ou $1.547,64. Donc le joueur reçoit environ 61% de l espérance de l accord d adossement. Cette méthode peut être utilisée pour résoudre tout accord d adossement de ce type. Nous pouvons étendre l équation 25.6 en créant une valeur-seuil a telle que la part du joueur sur les profits commence avec les gains au-dessus de a, simplement en intégrant de a à l infini au lieu de zéro. Nous avons donc : <gains> = (25.7) Si nous utilisons le même accord d adossement que précédemment, mais que la part du joueur ne commence qu aux gains de $1.000 ou plus, par exemple, alors nous avons : (6.000 / 2π) (e 0,125 ) + (4.000) [Φ ( 1 / 2 )] = $4.878,24 Evidemment, cette valeur est plus petite, puisque les gains de $0 à $1.000 en sont exclus. En regardant diverses valeurs du seuil, nous pouvons entrevoir une tactique potentielle de négociation pour le joueur. Considérons un joueur qui propose ce qui suit : Au lieu de prendre la moitié du profit quand je réussis plus que zéro, je pense que je pourrais seulement être rémunéré quand j excède l espérance sur laquelle nous nous sommes mis d accord. Cependant, comme j abandonne de l argent les fois où je gagne moins que mon espérance, je pourrais avoir une plus grosse part des profits au-dessus de l espérance. La ligne du raisonnement est saine. Mais quel pourcentage des profits ce joueur devrait-il recevoir? Nous invitons le lecteur à tester son intuition ici avant de continuer, et voir la réponse. La valeur de cette option avec un seuil de $4.000 est : (6.000 / 2π) (e 0 ) + (4.000) [Φ (0)] = $4, Si le joueur recevait 50% de la valeur des gains avec un seuil à $0, il gagnerait $2.453,36. Pour atteindre ce montant avec un seuil de $4.000, il a besoin de 55,8% des gains au-dessus de $ Une autre technique qui peut être appliquée ici est de créer une structure à étages, où le joueur reçoit différents pourcentages des montants gagnés, habi- 421

8 < Partie IV Le Risque > tuellement croissant au fur et à mesure que les gains augmentent. Considérons l accord d adossement suivant : Le joueur a un taux de gain connu dans un jeu particulier de $20/h, et un écart-type de $240/h. Le commanditaire et le joueur s accordent sur une durée de 100 heures de jeu, et le commanditaire financera tout le jeu. A la sortie, toute perte sera absorbée par le commanditaire. S il y a des profits, ils seront divisés selon le barême suivant : Tranche de profit Part du commanditaire Part du joueur $0-$ % 25% $1.000 $ % 40% $2.000 $ % 50% $3.000 $ % 60% $4.000 $ % 70% $ % 75% Dans le tableau ci-dessus, les pourcentages indiqués s appliquent à chaque tranche de profit afférente, non sur le total. Par exemple, si le résultat du joueur est $1.500, il touche 25% des premiers $1.000 plus 40% du reste, soit $450 en tout. Nous pouvons calculer la valeur d un tel accord en utilisant l équation 25.7 : w = s = La valeur de l option totale pour le premier niveau ($0 $1.000) est simplement la valeur de l option totale avec un seuil de zéro, moins la valeur de l option totale avec un seuil de $ (2.400 / 2π) (e 0,34722 ) + (2.000) [Z ( 5 / 6 )] = $2.271,93 (2.400 / 2π) (e 0,08681 ) + (2.000) [Z ( 5 / 12 )] = $2.200,93 La différence est de $71. C est la valeur de l option totale pour le premier niveau. Nous pouvons faire la même sorte de calcul pour trouver la valeur de chaque niveau : 422

9 Chapitre 25 Finance au poker : théorie du portefeuille et accords d adossement Tranche de profit Part du commanditaire Part du joueur Valeur du niveau Valeur pour le joueur $0-$ % 25% $71,00 $17,75 $1.000 $ % 40% $243,47 $97,39 $2.000 $ % 50% $402,69 $201,34 $3.000 $ % 60% $473,53 $284,12 $4.000 $ % 70% $746,92 $522,84 $ % 75% $334,33 $250,74 Total $2.271,93 $1.374,19 C est grosso modo équivalent à une part de 60,4% des profits au-dessus de zéro. Ce dernier exemple montre une méthode alternative pour structurer les accords d adossement, qui pourrait être un peu plus effective pour résoudre l une des deux difficultés rencontrées dans ces accords en général. Ces deux difficultés sont au cœur de la décision de la manière de structurer l accord. Première difficulté : aligner les intérêts du joueur avec les intérêts du commanditaire. Un problème habituel qui survient assez fréquemment dans les accords d adossement à terme fixe est qu à l approche de la date d expiration, si le joueur est au moins modérément loin du seuil de l accord, il est fortement incité à prendre une forte variance. Pour prendre un exemple extrême, supposons que ce soit le dernier coup avant l expiration de l accord. Le joueur est à $2.000 en-dessous du seuil où il commence à gagner des parts des profits. Il a l opportunité de miser $3.000 avec QQ contre AA préflop (supposons que le joueur aux As ait accidentellement exposé sa main). Ce serait un jeu affreux pour le commanditaire, et également pour le joueur dans des circonstances normales. Mais l EV du joueur en risquant le pari est d environ 18% de son partage de $1.000, alors que son EV en jetant sa main est de zéro. Ici, l EV du joueur est dramatiquement différente, et dans ce cas extrême, nettement opposée à celle du commanditaire. Une façon de traiter ce problème qui a été utilisée dans certaines circonstances implique de payer une certaine sorte de salaire au joueur qu il recevra gagnant ou perdant, en réduisant sa part des gains. Mais cela a l effet additionnel de rendre moins rentable pour le joueur de bien jouer et tenter de gagner. Ce problème est familier aux managers dans beaucoup d entreprises commerciales : certaines concessions automobiles l ont expérimenté avec des employés commissionnés et des vendeurs salariés, et ainsi de suite. 423

10 < Partie IV Le Risque > Seconde difficulté : compenser équitablement chacune des parties. Les deux parties veulent gagner de l argent, et a priori l accord d adossement doit bénéficier aux deux. Mais quels éléments doivent être inclus dans ce partage équitable des profits? Voici certains principes qui méritent considération : Une prime de risque pour le commanditaire. Il assume tout le risque dans ces accords, et doit donc recevoir une prime pour cette prise de risque. Le joueur pourrait ne pas toujours avoir besoin de financement. Souvent, les joueurs financés pourraient à la place jouer à une certaine limite plus basse pour une rentabilité réduite. Le joueur pourrait ressentir que son gain de par l accord d adossement devrait refléter cela. Vu sous un autre angle, c est comme un paiement pour le temps du joueur, qui pourrait être occupé autrement. Comme le commanditaire gagne effectivement de l argent passivement dans l opération, le joueur pourrait demander une plus grande part des profits. Incertitude quant au taux de gain du joueur. Souvent, dans les accords d adossement, certains taux de gain et écarts-type implicites seront utilisés. Cependant, si le taux de gain du joueur est inférieur à ce que pensent les parties, alors la part du joueur sur la valeur globale de l option augmente. Par exemple, comparons : 100 heures de jeu avec w = $20 et s = $ heures de jeu avec w = $15 et s = $200 La valeur totale du 2 e jeu est maintenant de 75% du précédent. Mais la valeur du seuil à $0 avec w = $15 est de 81,3% de celle avec w = $20. Le joueur conserve un plus grand pourcentage de ses gains par rapport au commanditaire s il s avère que le taux de gain est inférieur à ce que les deux parties croient a priori. Aucune de ces considérations n inclut d autres éléments comme le risque de défaut de crédit ou de fraude, où le joueur se fait la belle avec l argent du commanditaire ou rapporte de faux résultats. Bien sûr, le financement est une activité à haut risque. Cependant, il s avère qu un accord d adossement solide et stable peut largement dépasser la rentabilité d autres types d investissement. Un autre problème avec le financement est que les joueurs qui gagnent souvent n ont pas longtemps besoin d être financés. En revanche, des joueurs qui sont à la limite ou légèrement gagnants ont souvent besoin de financement sur une plus longue période pour être profitables. 424

11 Chapitre 25 Finance au poker : théorie du portefeuille et accords d adossement Concepts-clés Un capital-jeu de poker a beaucoup de caractéristiques en commun avec un portefeuille d actions, et donc nous pouvons nous appuyer sur des éléments de théorie du portefeuille. Le ratio de Sharpe procure une métrique pour une rentabilité ajustée au risque. Plus haut est le ratio, plus haute est la rentabilité relativement au risque de l investissement. Les joueurs peuvent bénéficier d une sorte d assurance en s échangeant entre eux. Cela reste vrai si l un des joueurs est plus fort que l autre, et que l échange se fait à parité. Les accords d adossement ont beaucoup de caractéristiques en commun avec les options en bourse, et peuvent être évalués de la même manière pour décider d un accord équitable.

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE?

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

ACADÉMIE EDGEPOINT. La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) ACADÉMIE EDGEPOINT La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES?

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? CHAPITRE 3 QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre En quoi la manière de payer votre equipe des ventes peut nuire à votre rentabilité Empêchez-les de gaspiller

Plus en détail

Quelle solution pour votre épargne à long terme?

Quelle solution pour votre épargne à long terme? Quelle solution pour votre épargne à long terme? Sharesave Sharesave vous propose d économiser bimensuellement pendant trois ans et de placer cette épargne dans des actions du Thomas Cook Group plc à des

Plus en détail

La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$)

La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) La magie de l intérêt composé (comment 5 K$ peuvent vous rapporter 150 K$) 08 avril 2016 Lorsque vous pensez à vos placements, la première question qui vous vient à l esprit est de savoir quel rendement

Plus en détail

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE Les entreprises internationalisées comme les multinationales industrielles et commerciales se trouvent exposées au risque de fluctuations

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible.

3. Un pays dont le PIB per capita est élevé possède généralement un niveau de vie plus élevé qu un pays avec un PIB per capita plus faible. Thème 2 Les indicateurs macroéconomiques Questions Vrai ou Faux 1. Pour l économie globale, les revenus doivent être égaux aux dépenses puisque les revenus d un vendeur sont nécessairement égaux aux dépenses

Plus en détail

VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN. Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES

VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN. Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES DES SOLUTIONS A LA HAUTEUR DE VOS ATTENTES VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2 - SAFE PLAN Perspective de rendements attractifs et risques maîtrisés 30.30.023/00 06/15 VITA INVEST DYNAMIC - FONDS INVEST.2

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS L INCIDENCE DES FRAIS

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS L INCIDENCE DES FRAIS PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS L INCIDENCE DES FRAIS AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier est utilisé de façon générale et générique

Plus en détail

Aperçu du budget fédéral de 2016

Aperçu du budget fédéral de 2016 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Aperçu du budget fédéral de 2016 Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a déposé le premier budget du gouvernement libéral le mardi 22 mars 2016. Il s agit du premier budget

Plus en détail

L ÉVALUATION DES ACTIONS

L ÉVALUATION DES ACTIONS L ÉVALUATION DES ACTIONS PLAN A. Le modèle général du dividende actualisé ; B. Le modèle du dividende actualisé à croissance unique; C. Le modèle du dividende actualisé à croissance multiple ; D. La valeur

Plus en détail

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net

Ce ratio est mieux connu sous le nom de : Nombre de foi les revenus. Mieux connu sous l appellation Nombre de foi le revenu net RATIOS D ANALYSES À COMPRENDRE Un ratio est une simple équation mathématique utilisée pour exprimer une relation entre des chiffres. L utilisation des ratios lors de l analyse de multi-logements est essentielle

Plus en détail

Les coûts et les frais selon Vanguard

Les coûts et les frais selon Vanguard Les coûts et les frais selon Vanguard Nous pensons que vous devez savoir exactement ce que vous payez, raison pour laquelle nous sommes complètement transparents sur les frais que nous facturons. Cela

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS

GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE GUIDE POUR INVESTISSEURS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROCHE ORIGINALE. MAXIMISEZ V O S RENDEMENTS GRÂCE À UNE A P P R O C H E ORIGINALE À

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de la construction Mars 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

Vos clients ont réussi dans les affaires. Aidez-les à maximiser ce qu ils laisseront à leurs proches.

Vos clients ont réussi dans les affaires. Aidez-les à maximiser ce qu ils laisseront à leurs proches. Vos clients ont réussi dans les affaires. Aidez-les à maximiser ce qu ils laisseront à leurs proches. Stratégie faisant appel à l assurance-vie exonérée Objectifs de la planification financière Nos documents

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

InfoMaison No.08. LA NOTION DU NOMBRE DE MOIS D INVENTAIRE (Mi)

InfoMaison No.08. LA NOTION DU NOMBRE DE MOIS D INVENTAIRE (Mi) InfoMaison No.08 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

SOMMAIRE DU PLAN RÉGIME D ÉPARGNE ÉTUDES GÉNÉRATION (auparavant, le «Régime fiduciaire d épargne études Global»)

SOMMAIRE DU PLAN RÉGIME D ÉPARGNE ÉTUDES GÉNÉRATION (auparavant, le «Régime fiduciaire d épargne études Global») SOMMAIRE DU PLAN RÉGIME D ÉPARGNE ÉTUDES GÉNÉRATION (auparavant, le «Régime fiduciaire d épargne études Global») Plan de bourses d études individuel Les actifs de croissance Global Inc. Le 27 janvier 2016

Plus en détail

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant

Réponses concernant. l assurance-vie avec participation. RÉPONSES concernant Réponses concernant l assurance-vie avec participation RÉPONSES concernant Quels contrats avec participation canadiens sont gérés par la Sun Life? Qu est-ce qu un contrat d assurance-vie avec participation?

Plus en détail

Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management

Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management Fonds d actions canadiennes Lysander-18 Asset Management 30 juin 2015 Cette page est intentionnellement laissée en blanc. Rapport de la direction sur le rendement du Fonds Au 30 juin 2015 AVERTISSEMENT

Plus en détail

MANAGEMENT RETIREE. Examen périodique des avantages sociaux 2014. Employés syndiqués Régime d avantages sociaux

MANAGEMENT RETIREE. Examen périodique des avantages sociaux 2014. Employés syndiqués Régime d avantages sociaux Examen périodique des avantages sociaux 2014 MANAGEMENT RETIREE BENEFITS PAR DAN BOULET» Gérant d affaires, Fraternité PAR RICHARD J. DIXON» Vice-président, Ressources humaines Coprésident, Conseil mixte

Plus en détail

Conditions générales d installation Egardia

Conditions générales d installation Egardia Conditions générales d installation Egardia Article 1. Définitions Pour éviter tout malentendu, nous vous donnons ci-après les définitions de certains concepts que vous trouverez dans ces termes et conditions

Plus en détail

Dix astuces sur les REER

Dix astuces sur les REER PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE Dix astuces sur les REER Janvier 2016 Un REER vous permet d épargner une partie de vos revenus en prévision de votre retraite. Les montants cotisés à un REER et les

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Comment vos activités professionnelles affectent vos prestations

Comment vos activités professionnelles affectent vos prestations Comment vos activités professionnelles affectent vos prestations 2012 Comment vos activités professionnelles affectent vos prestations Vous pouvez bénéficier de prestations de retraite de la Sécurité sociale,

Plus en détail

ETUDE FRANCE-ALLEMAGNE

ETUDE FRANCE-ALLEMAGNE Octobre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic ETUDE FRANCE-ALLEMAGNE Note de conjoncture Avec des modes de consommation qui changent et une part croissante des énergies renouvelables,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 003 / 004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 5 Première

Plus en détail

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique.

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique. 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:14 PM Page 357 Chapitre : Les immobilisations corporelles : acquisition et aliénation 15. a) Une subvention publique afférente aux activités opérationnelles courantes

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 Les courbes de coût Considérons la fonction de coût qui donne le coût minimum de production d un niveau d output y: c(w 1, w 2, y) Considérons les prix des facteurs

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Analyse FFOM de Cymbria

Analyse FFOM de Cymbria Analyse FFOM de Cymbria Le principe de base d une analyse FFPM consiste à mieux comprendre si une entreprise réussira ou échouera, en s appuyant sur les forces internes et externes qui pourraient avoir

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Faire des placements, 1 re partie

Faire des placements, 1 re partie Faire des placements, 1 re partie NIVEAU 10 12 Dans cette leçon, les élèves apprendront des termes financiers clés et quelques règles de base qui les aideront à gérer leur argent. Cours Durée Résultats

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS INTRODUCTION

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS INTRODUCTION PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS INTRODUCTION AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier est utilisé de façon générale et générique et réfère

Plus en détail

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis 20 novembre 2015 Au cours d une conférence de presse aujourd hui, le ministre des Finances,

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Un moment historique La bulle des actifs prescrits Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Solution Epargne Handicap

Solution Epargne Handicap Contrat d assurance sur la vie Epargne Handicap Solution Epargne Handicap Notice d information Le contrat : SOLUTION EPARGNE HANDICAP est un contrat d assurance collective sur la vie à adhésion facultative

Plus en détail

COMPRENDRE LES RISQUES

COMPRENDRE LES RISQUES LA NATURE DU RISQUE COMPRENDRE LES RISQUES LA MESURE DU RISQUE LA GESTION DU RISQUE «Risque, nom masculin (du latin populaire rescum, ce qui coupe) - possibilité, probabilité d un fait, d un évènement

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur l indice CAC 40 Même dans un contexte de

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan

Chapitre 14 Cours à terme et futures. Plan hapitre 14 ours à terme et futures Plan Différences entre contrat à terme et contrat de future Fonction économique des marchés de futures Rôle des spéculateurs Futures de matières premières Relation entre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Les principes de la finance

Les principes de la finance Les principes de la finance Université catholique de Louvain Louvain School of Management Prof. Catherine D Hondt & Prof. Isabelle Platten OBJECTIFS DU COURS Ce cours introductif vous propose un cadre

Plus en détail

Épargnez avec l aide de votre entreprise

Épargnez avec l aide de votre entreprise L essentiel sur L ÉPARGNE SALARIALE Épargnez avec l aide de votre entreprise En partenariat avec À la découverte de l épargne salariale Qu est-ce que c est? C est une épargne que les salariés peuvent se

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR

D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR Document de travail METHODES ETUDES - SYNTHESES D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR Site internet : http://www.ecologie.gouv.fr

Plus en détail

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Trading system : Trend following Breakout Janvier 1996 - Janvier 2009 Etude de la performance du système Le

Plus en détail

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure

CHOIX DE PLACEMENTS. But de la brochure. L univers des placements. Dans cette brochure CHOIX DE PLACEMENTS Service Education des Epargnants Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières CDVM http://www.cdvm.gov.ma/espace-epargnants But de la brochure Le but de la présente brochure est de

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts ANNEXE III Rapport de la commission au Parlement européen et au conseil sur le réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts (COM(2010)369/2) 1 FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Chapitre 11 Couverture, assurance et diversification. Plan

Chapitre 11 Couverture, assurance et diversification. Plan Chapitre 11 Couverture, assurance et diversification Plan Couverture Contrats à terme et futures Swaps contre le risque de change Adossement contre le risque de défaut Minimisation du coût de couverture

Plus en détail

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne!

Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES. b Avant la consommation, l épargne! COURS DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Philippe Mamas Lycée Fulbert Classe de Seconde Dossier 13 COMMENT CONSOMMONS-NOUS? (I) LES FACTEURS ÉCONOMIQUES b Avant la consommation, l épargne! Consommer suppose

Plus en détail

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Avant tout j aimerais remercier tous les enfants qui ont fait l effort d avoir répondu au questionnaire (il y en a eu 16). Et même si ce questionnaire

Plus en détail

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS CHAPITRE 20 - CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Les points de référence de performance 4 étapes pour transformer les enquêtes

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse Étude Franco-Allemande Transition énergétique et mécanismes de capacité Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030 Synthèse UN PARTENARIAT INDUSTRIEL FRANCO- ALLEMAND POUR PRÉPARER

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises Environnement Economique de l Entreprise Cas 2 : Les décisions des entreprises Objectifs du cas : Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les Warrants Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Stratégies et pertinence d'un prêt REER

Stratégies et pertinence d'un prêt REER Stratégies et pertinence d'un prêt REER Vous pouvez passer en revue les points suivants afin d'établir la pertinence d'un prêt REER et la stratégie appropriée. Les avantages associés aux prêts REER Un

Plus en détail

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1)

Instruments financiers Couvertures. Chapitre 3865. Instruments financiers (diapo 1) Instruments financiers Couvertures Chapitre 3865 Instruments financiers (diapo 1) Cette présentation vise à offrir un aperçu du chapitre 3865, «Couvertures», publié par le Conseil des normes comptables

Plus en détail

FONDS CIBLÉ CANADIEN PORTLAND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement des fonds 31 MARS 2014. conseils en placements

FONDS CIBLÉ CANADIEN PORTLAND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement des fonds 31 MARS 2014. conseils en placements conseils en placements conseils en placements Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement des fonds 31 MARS 2014 ÉQUIPE DE GESTION DU PORTEFEUILLE James Cole Vice-président principal et gestionnaire

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

Régimes de retraite individuels

Régimes de retraite individuels Ces dernières années, les propriétaires d entreprise ont commencé à reconnaître les avantages offerts par les régimes de retraite individuels (RRI). Un RRI permet aux propriétaires d entreprise et à certains

Plus en détail

L'INVESTISSEUR DE TYPE «ÉQUILIBRÉ»

L'INVESTISSEUR DE TYPE «ÉQUILIBRÉ» Mars 2013 Deux stratégies d'options à privilégier en fonction du profil d'investisseur Les options sont des outils financiers qui peuvent être utilisées à des fins de protection ou pour spéculer sur la

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué.

Points de vue. Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Points de vue Absence de pratiques d intégration des nouveaux employés? Une approche «sans assistance» est un exercice risqué. Afin d accélérer leur croissance tout en continuant d opérer dans un contexte

Plus en détail

LE SYSTEME DE REMUNERATION

LE SYSTEME DE REMUNERATION LE SYSTEME DE REMUNERATION Le système de rémunération est un outil clé en termes de management, même s il ne s agit du seul outil de motivation. Le système de rémunération doit être adapté aux commerciaux

Plus en détail

Cours Décisions et Critères multiples. Série 2. -Critères de décision-

Cours Décisions et Critères multiples. Série 2. -Critères de décision- Série 2 -Critères de décision- Exercice 1(un investissement bien raisonné) Un particulier se voit proposer deux placements a 1 et a 2. Les rendements de chacun de ces deux placements dépendent d une décision

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

Examen assurance et gestion des risques

Examen assurance et gestion des risques Examen assurance et gestion des risques Mickaël Clévenot 4 avril 2016 Préparation à l'examen terminal Rappel types d'exercices 1. Détermination d'une fonction Von Neumann Morgenstern 2. Détermination du

Plus en détail

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés

Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Stratégie simple et efficace pour augmenter officieusement le taux de vos livrets d épargne défiscalisés Mieux épargner : Livret A LDD Livret Bleu LEP Livret Jeune Oubliez les taux bas du moment! G u i

Plus en détail

Module 26 : Techniques de modélisation

Module 26 : Techniques de modélisation Module 26 : Techniques de modélisation 26.0 Introduction Ce module enseigne une série de techniques qui constituent une trousse à outils bien pratique quand il s agit de construire des modèles dans Excel

Plus en détail

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR À LA RETRAITE Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR. ENSEMBLE. INVESTISSEMENTS RUSSELL / INVESTIR À LA RETRAITE Êtes-vous prêt à planifier votre style de vie à la retraite?

Plus en détail

FAQ pour les employés

FAQ pour les employés FAQ pour les employés Votre régime d assurance médicaments est un nouveau régime factuel qui est propulsé par Reformulary MC. Les changements qu il comporte sont innovateurs et différents des changements

Plus en détail

Privalto Privilège Sérénité

Privalto Privilège Sérénité Privalto Privilège Sérénité Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type

Plus en détail

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS

Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Préférence DIVERSIFIEZ VOS PLACEMENTS Choisissez le placement qui s adapte à votre profil d investisseur De l audace à la prudence, quel que soit votre profil d investisseur, PRÉFÉRENCE est le placement

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Date : Octobre 2006 Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Arc-en-ciel inc. 1 Vincent Pagé, président de l entreprise Arc-en-Ciel inc., qui se spécialise dans la fabrication

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail