L élevage équin en Franche-Comté

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L élevage équin en Franche-Comté"

Transcription

1 REFErences - Réseau Economique de la Filière Equine L élevage équin en Franche-Comté Mis en place depuis 2007 dans 17 régions françaises, le réseau de suivi des élevages équins est présent en Franche- Comté grâce à un soutien financier du Fonds Eperon, du Ministère de l Agriculture et de la Région. Les réseaux d élevage produisent des références techniques et économiques à partir de données issues du suivi d exploitations par des techniciens spécialisés. Ces repères sont nécessaires à la fois pour améliorer l efficacité des structures existantes et pour accompagner et orienter les candidats à l installation. Le réseau équin de Franche-Comté s appuie sur le suivi de 6 exploitations agricoles qui détiennent des chevaux de Trait Comtois (race locale) valorisés pour la traction animale, le lait de jument et la viande. La Chambre Régionale d Agriculture de Franche Comté assure le suivi de ces exploitations. La coordination nationale et l appui méthodologique sont assurés par l Institut de l Elevage. L Institut de l Elevage a réalisé en 2008 une typologie afin de mieux connaître les activités et les élevages équins de Franche Comté. Ce livret rend compte des principaux résultats de l étude statistique réalisée à partir d un échantillon représentatif de 83 éleveurs de la région. Ce travail préalable a permis d une part de mettre en évidence les spécificités régionales de l élevage équin franc-comtois, et d autre part de caractériser les profils d éleveurs les plus présents sur le territoire, notamment en chevaux de trait et de sport.

2 > SOMMAIRE Les éleveurs de chevaux de Franche-Comté : une identité propre 5 Les éleveurs de chevaux de Trait 9 Les éleveurs de chevaux de Sport 13 Les éleveurs qui se considèrent comme «professionnels» : une minorité 19 Les éleveurs équins et leurs résultats technico-économiques 25 2

3 Méthodologie de l enquête L enquête réalisée par l Institut de l Elevage vise à décrire globalement les systèmes d élevage d équidés en Franche-Comté. Ce travail peut être décomposé comme suit : Repérage des structures d élevage : ont été considérés comme éleveurs tous les détenteurs d équidés qui avaient fait naître un poulain en 2006, enregistrés dans la base SIRE (Système d Information Relatif aux Equidés géré par les haras nationaux). 849 lieux de stationnement d équidés ont été conservés sur un nombre initial de plus de élevages. Identification de la production en fonction du nombre de juments saillies en 2005 et de la production dominante (trot, galop, sport, loisir, trait, diversifié, sans production). Echantillonnage par tirage au sort selon l orientation dominante de l élevage et le nombre de juments saillies (trot, galop, sport, loisir et trait voir encadré page 3). Le taux de sondage est de 10 %. Travail d enquêtes téléphoniques réalisé par le lycée de Chaumont (52) au printemps 2008 à l aide d un questionnaire préalablement établi. Saisie des 83 enquêtes validées, suivi de leur dépouillement et de l interprétation des résultats, donnant lieu à la rédaction de la présente publication. > Définition de la production dominante d un élevage La production dominante d un élevage est déterminée à partir de la race des produits nés sur l élevage et enregistrés par le SIRE depuis une vingtaine d années dans les catégories suivantes : Trot : plus de 50% des produits Trotteurs Français ou étrangers Galop : plus de 50% des produits Pur Sang ou Autre que Pur Sang, et plus de 30% des produits actifs en course. Sport : plus de 50% de chevaux de selle et de poneys (Pur Sang, Anglo Arabe, Selle Français, autres races françaises de chevaux de selle, races étrangères de chevaux de selle, poneys), et plus de 20% de produits inscrits sur la liste sport. Loisir : plus de 50% des produits de races de chevaux de selle et de poneys (PS, AA, SF, autres races françaises de chevaux de selle, races étrangères de chevaux de selle, poneys), et moins de 20% de produits inscrits sur la liste sport. Trait : plus de 50% des produits de races de trait. Diversifié : élevages qui n entrent pas dans les autres catégories, avec souvent plusieurs productions (élevages non enquêtés). Sans production : sans produits en âge d être inscrits sur la liste sport (élevages non enquêtés). 3

4 > Effectif des catégories de détenteurs d équidés en Franche-Comté (SIRE, 2006) 1 jument 2 juments 3 à 5 juments Plus de 5 juments Trot Galop Total Sport Loisir Trait Sans production* Total * Il s agit de personnes qui déclarent avoir mis à la reproduction au moins une jument au cours en 2005 mais qui n ont pas de produits enregistrés depuis plus de 2 ans > Recommandations Nous avons associé à la notion d éleveur toute personne ayant mis au moins une jument à la reproduction en Les résultats seront donc à considérer au regard de l échantillon de départ censé couvrir la diversité des structures. Il ne s agit pas d une enquête dans les élevages dont le cheval est l unique activité professionnelle... 4

5 Les éleveurs de chevaux de Franche-Comté : une identité propre E n dépit de caractéristiques communes aux autres régions françaises enquêtées, la Franche-Comté présente certaines particularités, notamment l élevage de chevaux lourds. Il s agit globalement de petites structures, avec un nombre limité de poulinières et d hectares. Les éleveurs sont avant tout des passionnés dont la motivation première n est pas le revenu et pour qui les chevaux ne font pas toujours partie de l activité professionnelle. La Franche-Comté, berceau de race, a cependant une identité qui lui est propre grâce a l omniprésence du cheval de trait Comtois. > Le cheval de trait loin devant! En Franche-Comté, l élevage du cheval de trait est très représenté (plus de 70 % des élevages). Le secteur du sport arrive en deuxième position (20% des éleveurs), une production très ciblée sur le saut d obstacle et le concours complet. > Objectif de production Sport 20 % Loisir 4 % Courses 1 % Trait 7 Les éleveurs de chevaux de loisirs et de courses sont minoritaires. Le galop est quasiment absent. 5

6 6 > Plutôt de petites exploitations L élevage équin se caractérise par des structures de plus petite taille que dans les autres productions (bovins, ovins, porcins ) : en moyenne 3,3 poulinières et 10,5 chevaux. Au total, 61% des élevages ont une ou deux juments saillies et la moitié possède moins de 5 équidés. Il existe malgré tout des structures plus importantes : 13% de l échantillon a au moins 6 poulinières et 16% plus de 20 chevaux. > Une passion pas toujours rémunératrice La passion du cheval est une caractéristique très forte chez les éleveurs d équidés. Seulement 4 % déclarent élever par intérêt économique. Ainsi, le plaisir de faire naitre et la recherche du cheval «performant» animent respectivement 75 et 21% des éleveurs. Si les éleveurs d équidés déclarent avant tout élever par passion, ils sont néanmoins 63% à se préoccuper de l aspect économique. Un chiffre relativement élevé puisque seulement 27% se déclarent professionnels. En réalité, 45% souhaitent simplement équilibrer charges et produits et 18% ont de véritables objectifs en terme de revenu. La majorité des éleveurs qui cherchent à dégager un revenu de leur activité d élevage déclarent y parvenir. Le bénéfice réalisé ne représente qu une faible part du revenu total dans 3 cas sur 4. Finalement, qu ils soient professionnels ou non, en quête de rentabilité ou non, un tiers des éleveurs déclare perdre de l argent avec l activité équine bien qu ils n y consacrent en moyenne que l équivalent d un mi-temps. > Nombre total de chevaux par éleveur + 20 chevaux 16 % 10 à 19 chevaux 21 % 5 à 9 chevaux 12 % > Nombre de juments saillies par éleveur 3 à 5 juments 26 % 6 juments et + 13 % > Objectifs économiques des éleveurs Pas de recherche 37 % 2 juments 27 % Revenu atteint 12 % Moins de 5 chevaux 51 % 1 jument 34 % > Des objectif pas toujours atteints... Pas d objectif 37 % Revenu non atteint 6 % Revenu 18 % 4 atteint 34 % non atteint 11 %

7 > L élevage, activité de tradition Berceau de race oblige, la Franche-Comté est une région où l élevage du cheval est une tradition. Les élevages y sont relativement anciens, 42% des structures ont plus de 25 ans d existence et seulement 1/3 moins de 15 ans. L activité d élevage est stable (pour 74% des éleveurs) et régulière (92% des éleveurs font saillir au moins une poulinière par an). Par conséquent, les éleveurs sont plutôt âgés. A peine un éleveur sur 10 a moins de 40 ans. Plus de la moitié a dépassé la cinquantaine et 3 éleveurs sur 10 sont retraités. La pérennité de leur élevage leur tient à cœur puisque la moitié des éleveurs de plus de 50 ans ont déjà réfléchi à leur succession. 7

8 Les éleveurs de chevaux de trait P armi les régions enquêtées, la Franche Comté est celle où l on retrouve le plus d éleveurs de chevaux de trait (plus de 70% d entre eux en détiennent). Plus de la moitié des éleveurs de 1 à 2 juments ont une autre activité agricole en complément de l élevage du cheval. On y retrouve principalement des ateliers laitiers et allaitants. > Principalement des juments dans les élevages de trait 57% des éleveurs font saillir une ou deux juments et seulement 15% mettent au moins 6 juments à la reproduction. 18% des élevages disposent de leur propre étalon (la présence d un étalon est plus fréquente chez les éleveurs de chevaux de trait). L utilisation «d étalons camions» est une solution très développée en Franche- Comté. Ainsi, les étalons trait comtois sont transportés sur les lieux de stationnement des juments où la saillie a lieu en monte naturelle en main. En moyenne, un éleveur de trait possède 4 poulinières pour un effectif total de 9 chevaux. 50% des éleveurs ont moins de 10 chevaux. En comparaison avec les autres productions équines, le nombre de chevaux, et plus précisément de poulains et jeunes chevaux, est faible par rapport au nombre de juments saillies. Ceci s explique par le fait que les chevaux de trait se vendent plutôt jeunes. Les animaux destinés à la boucherie sont souvent vendus au se- > Autre atelier agricole 4 1 à 2 juments 3 à 5 juments 6 juments et + > Eleveurs Trait 6 juments saillies et à 5 juments saillies 28 % 29 % 17 % 1 jument saillie 31 % 2 juments saillies 26 % OUI NON 9

9 vrage à des ateliers d engraissement ou abattus entre 12 et 18 mois après finition. Berceau de race, la Franche-Comté produit des chevaux comtois reproducteurs qui sont vendus en région et hors région avec un objectif de valorisation en concours d élevage et d amélioration génétique. Ces animaux sont également vendus jeunes puisque les concours sont ouverts aux animaux âgés au minimum de 1 an. Les élevages de chevaux de traits ont une surface moyenne totale de 34 ha dont 17 sont consacrés aux chevaux. > L élevage et la boucherie comme principaux débouchés En Franche-Comté, l échantillon d éleveurs observé révèle un écart entre les attentes exprimées, plutôt orientées dans l attelage de loisir, et la valorisation réelle de chevaux, plutôt en direction du marché de la viande. Ceci peut s expliquer par la taille des élevages enquêtés (au minimum une jument détenue) qui tend à diluer l effet volume des animaux de boucherie présent dans les élevages de plus grande dimension. Au regard du devenir des chevaux produits en 2008, la boucherie reste la destination prépondérante et supérieure à la valorisation dans l attelage. > Attentes de valorisation exprimées par les éleveurs 6 % 4 % 6 % 20 % 59 % Atellage de loisir Atellage de sport Randonnée Traction Autres Viande > Destination des chevaux en 2008 Attelage reproduction 720 chevaux Viande 920 chevaux Sources : CRAFC-FCA,

10 > Des professionnels qui élèvent par passion Seuls 21% des éleveurs de chevaux de trait interrogés se considèrent comme professionnels pourtant, le cheval fait partie de l activité professionnelle chez 46% d entre eux. La grande majorité des éleveurs (84%) disent élever par plaisir. Les objectifs économiques sont relativement variables. Environ 1 éleveur sur 5 cherche à dégager du revenu tandis que 2 sur 5 recherchent l équilibre. Ils sont nombreux à déclarer ne pas calculer le prix de revient de leurs chevaux. 38% n ont pas d objectif économique associé à l élevage. > L éleveur se sent : Amateur régulier 63 % > Place du cheval dans l activité professionnelle Une partie 41 % Totalité Professionnel 27 % pas éleveur Amateur occasionnel En dehors 54 % Globalement, le cheval représente moins d un quart du revenu total dans plus des 2/3 des élevages. > Objectifs économiques Revenu 21 % 41 % Pas de recherche 38 % > Objectifs de production Performance 12 % Rentabilité 4 % Plaisir 84 % 11

11 > Une majorité d agriculteurs en activité mais non spécialisés 61% des éleveurs de trait sont issus du milieu agricole. 29% des éleveurs de chevaux de trait sont retraités. Parmi les actifs, 55% sont agriculteurs dont 13% spécialisés dans le cheval. Les agriculteurs diversifiés sont donc majoritaires, les chevaux sont principalement rencontrés en complément de bovins (lait ou viande). > Répartition des actifs 42 % 3 % 13 % > Répartition des retraités 42 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs autres Non agriculteurs du monde du cheval Non agriculteurs autres La part de temps de travail consacrée est faible. En effet, seulement 18% des éleveurs déclarent y passer plus d un mitemps % 3 % 28 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs autres Non agriculteurs du monde du cheval Non agriculteurs autres > Autre activité élevage 32% 31% 23% 25% Eleveurs Trait Total éleveurs 6% 5% 8% 11% 7% 6% 2% 2% VL VA Boeufs Jeunes Chèvres Granivore génisses bovins brebis > Main-d œuvre dédiée à l activité cheval 0,6 à 1,9 ETP 14 % 2 à 4,9 ETP 3 % 5 ETP et plus 1 % 0 à 0,5 ETP 82 % 12

12 Les éleveurs de chevaux de sport L es élevages de chevaux de sport arrivent en deuxième position mais ne représentent que 20% des élevages équins de Franche-Comté. Ils comptent en moyenne 2 poulinières pour un effectif total de 14 chevaux. > Moins de juments dans les élevages La proportion de petits éleveurs (1 à 2 juments) est plus élevée que chez les éleveurs de trait et représente près des ¾ des éleveurs de chevaux de sport. Très peu (8%) possèdent leur(s) propre(s) étalon(s). L effectif de poulains est plus élevé dans les élevages de sport qu en trait. Les chevaux de sport sont conservés plus longtemps sur les exploitations puisque la plupart des acheteurs recherchent des chevaux au minimum débourrés. 30% des éleveurs vendent malgré tout avant le débourrage. > Effectifs moyens de chevaux dans les élevages Chevaux Juments saillies 4 Sport Trait > Un secteur dominé par le Selle Français > Sport Les élevages sont majoritairement orientés vers la production de chevaux d obstacles (57%) et de concours complet (32%). La production de chevaux d enseignement n est pas annoncée comme prioritaire par les éleveurs puisqu elle ne concerne que 5% d entre eux. Près de 9 éleveurs de sport sur 10 élèvent des Selle Français, plutôt destinés à l obstacle et au concours complet. 3 % 1 % 32 % 2 % 57 % Obstacle Dressage Concours complet Endurance Attelage Enseignement 13

13 > Des éleveurs professionnels? > Des éleveurs qui se sentent... Les éleveurs de chevaux de sport se considèrent globalement plus professionnels que les éleveurs de chevaux de trait. Ceci peut s expliquer par la destination des produits en sport, voués aux concours du plus haut niveau possible L activité d élevage est motivée par le désir de faire naitre un produit performant chez 62% des éleveurs interrogés. Animateurs rég. 47 % Eleveurs pro. 53 % Environ 1/3 d entre eux cherche en priorité à se faire plaisir et seulement à dégager un revenu. Comme chez les autres éleveurs, l objectif économique, même s il n est pas prioritaire, est toutefois recherché chez 72% des éleveurs de chevaux de sport dont 57% recherchent l équilibre entre charges et produits et 15% visent un revenu. Au final, 39% déclarent perdre de l argent avec le cheval, 33% atteindre l équilibre et 28% en dégager un bénéfice. La majorité des éleveurs de sport (78%) destinent leurs chevaux au niveau professionnel. Ces éleveurs essaient de vendre des chevaux débourrés et travaillés, 70% déclarent y parvenir. Globalement les chevaux de sport seraient plus difficiles à vendre que les chevaux de trait. > Objectif de production en Sport Rentabilité Performance 62 % > Recherche de rentabilité Pas de recherche 28 % Revenu 1 Plaisir 33 % 57 % > Une diversification plus importante des activités équines > Vente des poulains de Sport La diversification des activités équines concerne un quart des éleveurs de chevaux de sport, contre 13% chez les éleveurs de trait. Il s agit principalement de pensions et d enseignement. Selon les personnes interrogées, cette diversification représente moins d un quart du revenu dans la quasi totalité des cas. Tous difficilement 68 % Tous facilement 24 % Une partie 2 % Rarement 6 % 14

14 > Plus de temps consacré au cheval 4 % des éleveurs de chevaux de sport emploient des salariés. Le cheval de sport est le secteur qui emploie le plus : 70% des salariés travaillant dans des élevages de Franche-Comté sont employés par des éleveurs de sport. Cela s explique aisément par le nombre plus élevé d équidés sur l exploitation, l importance de la valorisation sportive des chevaux (débourrage, travail) et la plus forte diversification des activités équestres. L élevage moyen de sport observé récessite en général 1 équivalent temps plein. > Des agriculteurs minoritaires et toujours spécialisés cheval 36% des éleveurs de chevaux de sport interrogés sont retraités. Leur proportion est donc plus importante en sport qu en trait (26%). > Main-d œuvre 43% 57% Famille > 64 % d actifs chez les éleveurs de chevaux de sport... 36% 64% Sport 91% Stagiaire 96% 9% 4% 29% 71% Trait Salariés Non Oui Non Oui Les éleveurs de sport se distinguent également par le fait que 66% d entre eux, actifs ou non, n appartiennent ni au monde agricole, ni au monde du cheval. Les 31% restants sont composés d agriculteurs majoritairement spécialisés équin et de non-agriculteurs appartenant au monde du cheval (vétérinaires, maréchaux ). > Actifs Eleveurs Sport 56 % 22 % 20 % 2 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs avec autre atelier agricole Activité professionnelle du monde du cheval Autres (doubles actifs) 15

15 > Spécificités par production Trait Sport Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVAGES Cheptel : Nombre moyen de poulinières Elevages avec 6 poulinières et plus Nombre moyen total de chevaux Elevages avec 20 chevaux et plus Elevage ayant au moins un étalon % 18 % 2 10 % % 8 % 3,3 13 % 10,5 16 % 17 % Surface : Totale moyenne Utilisée en moyenne par les chevaux 34 ha 17 ha 47 ha 11 ha 37 ha 16 ha Travail : Temps moyen consacré au cheval 0,3 ETP 1 ETP 0,5 ETP CARACTÉRISTIQUES DES CHEVAUX VENDUS Chevaux vendus : avant le débourrage débourrés débourrés et travaillés 41 % 20 % 39 % 29 % 39 % 32 % 37 % 23 % 40 % Destinataires des chevaux vendus : amateur professionnel 62 % 27 % 21 % 78 % 5 36 % Vente des poulains : rarement en partie en totalité facilement en totalité difficilement 0 19 % 51 % 30 % 6 % 2 % 24 % 68 % 1 % 1 48 % 36 % > Chevaux de trait non vendus Autre utilisation 14 % Gardés 31 % Boucherie 5 16

16 Trait Sport Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVEURS Eleveurs : retraités actifs 29 % 71 % 36 % 64 % 29 % 71 % Objectif prioritaire de production : plaisir performance animale rentabilité 84 % 12 % 4 % 33 % 62 % 7 21 % 4 % Des éleveurs qui se sentent : pas éleveur amateur occasionnel amateur régulier professionnel 6 % 6 % 67 % 21 % % 53 % 63 % 27 % Place du cheval dans l activité professionnelle : En dehors Une partie Totalité 53 % 42 % 50 % 40 % 10 % 54 % 41 % Objectif économique de l éleveur pour son élevage : Aucun Revenu 38 % 41 % 21 % 28 % 57 % 1 37 % 4 18 % Activité cheval : perte ou gain? Gain Perte 26 % 41 % 33 % 28 % 33 % 39 % 26 % 39 % 3 17

17 Les éleveurs qui se considèrent «professionnels», une minorité... C omme partout en France, les éleveurs de chevaux qui se considèrent comme «professionnels» sont minoritaires en Franche-Comté : ils ne sont que 27%. Nous les avons comparés aux autres catégories, notamment aux «amateurs réguliers» (environ 2/3 des éleveurs). > Professionnel, une notion floue La définition du mot professionnel est loin d être univoque dans le domaine du cheval. Certains se qualifient de professionnels au regard de leurs compétences techniques, d autres selon le revenu généré ou encore le statut. Contrairement aux autres productions agricoles, le statut d exploitant ne semble pas indispensable pour se sentir «professionnel». Ils se sentent, pour les 2/3, «amateurs réguliers» et 27% «professionnels». Notons que 5% des détenteurs ne se sentent pas éleveurs. La recherche de performance, dans le domaine du sport, est toujours largement mise en avant par les éleveurs. Notons que seul un tiers des éleveurs qui se disent «professionnels» consacrent la totalité de leur activité professionnelle au cheval. Qu ils soient «professionnels» ou «amateurs régulier», la passion de l élevage est très forte et constitue la motivation prioritaire du plus grand nombre d entre eux. Toutefois, les professionnels sont plus nombreux à affirmer rechercher avant tout la rentabilité (16% chez les «profession- > L éleveur se sent Amateur régulier 63 % > Des éleveurs qui cherchent Rentabilité Performance 62 % Professionnel 27 % pas éleveur Amateur occasionnel Plaisir 33 % 19

18 nels» contre moins de 4% chez les «amateurs réguliers»). Ils sont également plus nombreux à vouloir produire des chevaux performants (34% contre 19% chez les «amateurs réguliers»). «Professionnels» ou «amateurs réguliers» une majorité d éleveurs a un objectif économique qui va de l équilibre des charges à l obtention d un revenu. Les «professionnels» sont plus nombreux que les «amateurs réguliers» à rechercher un revenu (31% contre 14%). > Objectif des éleveurs de chevaux de sport 14% 31% 54% 37% 32% 32% Eleveurs pro Amateur régulier Revenu Pas d objectif > Résultats de l élevage dit professionnel Très logiquement, plus de «professionnels» calculent leur prix de revient : 68% contre seulement 35% chez les «amateurs réguliers». 31% des professionnels déclarent que le cheval constitue une dépense Même si les «professionnels» gagnent mieux leur vie avec le cheval que les «amateurs réguliers», environ 1/3 des éleveurs perdraient de l argent dans les 2 catégories. 34% des «professionnels» déclarent malgré tout dégager un revenu, contre seulement 22% chez les «amateurs réguliers». > Des structures plus conséquentes chez les professionels Un équilibre 3 Une dépense 31 % Un gain 34 % Les éleveurs «professionnels» détiennent des élevages plus importants : en moyenne 15 chevaux dont 5 juments saillies. 44% d entre eux possèdent plus de 10 chevaux et 31% ont plus de six juments saillies. Chez les «amateurs réguliers», 39% ont plus de 10 chevaux et 8% plus de six juments saillies. > Effectifs moyens de chevaux Juments sailies Chevaux Eleveurs pro Amateur régulier 20

19 A contrario, les «professionnels» exploitent en moyenne moins d hectares que les «amateurs réguliers». Cependant, ils consacrent près des trois quarts de leur surface aux chevaux, contre seulement 40% pour les «amateurs réguliers». Ils sont donc davantage spécialisés dans le cheval. La spécialisation «cheval» se caractérise également par davantage de temps consacré, en moyenne 1,1 ETP contre 0,3 chez les «amateurs réguliers». Les éleveurs «professionnels» emploient davantage de salariés et stagiaires. > Main-d œuvre globalement mobilisée 88% 63% 18% 15% 4% 11% 1% 0% Eleveurs pro Amateur régulier 0 à 0,5 ETP 0,6 à 1,2 ETP 1,3 à 1,9 ETP 2 ETP et plus > Des agriculteurs spécialisés dans le cheval Les éleveurs qui se disent «professionnels» ou «amateurs réguliers» sont actifs à 70%. > Répartition des actifs qui se sentent professionnels Chez ces actifs «professionnels», 63% majoritairement agriculteurs sont spécialisés dans le cheval. Chez les actifs «amateurs réguliers», les agriculteurs spécialisés cheval sont minoritaires (3%). Enfin, chez les retraités «professionnels», on trouve 72% d éleveurs qui ne sont ni issus du milieu agricole, ni du monde du cheval. 13 % 24 % 27 % 38 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs autres Non agriculteurs du monde du cheval Autres > Diversification des activités Pensions travail Pensions sans travail Pensions repro Enseignement Etalonnage Eleveurs professionnels 1 6 % 8 % 13 % 16 % Amateurs réguliers et occasionnels 3 % 1 % 2 % 1 % 21

20 > Eleveurs «plaisir», éleveurs «performance» > Nombre de chevaux chez les «éleveurs-performance» Plus de 60% des éleveurs qui déclarent chercher avant tout la performance élèvent des chevaux de selle (61%) ou de trait (36%). Chez ces mêmes éleveurs les effectifs d équidés sont variables mais 1/3 d entre eux possèdent entre 10 et 19 chevaux. 20 chevaux et + 19 % 10 à 19 chevaux 34 % moins de 5 chevaux 34 % 5 à 9 chevaux 13 % La taille de l élevage ne semble pas corrélée à cet enjeu spécifique. En revanche, la mise à la reproduction est régulière, 93% font saillir au moins une jument chaque année. La recherche d équilibre financier anime plus de la moitié (56%) de ces éleveurs. > Recherche de rentabilité des «éleveurs-performance» Plus de 80% des éleveurs qui disent élever par plaisir possèdent des chevaux de trait. Ils sont nombreux à en détenir moins de 5 mais font également saillir (à 91%) régulièrement une ou plusieurs juments. Cette catégorie d éleveur semble moins préoccupée par la rentabilité économique de l activité dans la mesure ou seuls 15%, et il s agit plutôt des élevages importants, cherchent à dégager un revenu. Revenu 14 % 56 % Pas d objectif 30 % > Recherche de rentabilité des «éleveurs-plaisir» 44 % Revenu 1 Pas d objectif 41 % 22

21 > Professionnels et amateurs réguliers Professionnels Amateurs réguliers Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVAGES Cheptel : Nombre moyen de poulinières Elevages avec 6 poulinières et plus Nombre moyen total de chevaux Elevages avec 20 chevaux et plus Elevages ayant au moins un étalon 5 31 % % 14 % 3 8 % % 20 % 3,3 13 % 10,5 16 % 17 % Surface : Totale moyenne Utilisée en moyenne par les chevaux 25 ha 18 ha 42 ha 17 ha 37 ha 16 ha Travail : Temps moyen consacré au cheval 1,1 ETP 0,3 ETP 0,5 ETP CARACTÉRISTIQUES DES CHEVAUX VENDUS Chevaux vendus : avant le débourrage débourrés débourrés et travaillés 39 % 17 % 44 % 36 % 27 % 37 % 37 % 23 % 40 % Chevaux produits pour la pratique sportive de niveau : amateur professionnel autre 18 % 76 % 6 % 21 % 2 4 % 5 36 % 8 % Chevaux vendus : rarement en partie en totalité facilement en totalité difficilement 3 % 6 % 28 % 63 % 1 % 19 % % 1 48 % 36 % 23

22 Professionnels Amateurs réguliers Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVEURS Eleveurs : retraités actifs 32 % 68 % 30 % 70 % 29 % 71 % Objectif prioritaire de production : plaisir performance animale rentabiilté 50 % 34 % 16 % 81 % 19 % % 4 % Auto-perception par l éleveur de son statut : pas éleveur amateur occasionnel amateur régulier professionnel 60 % 39 % 1 % 0 % 79 % 14 % 1 % 6 % 63 % 27 % Place du cheval dans l activité rofessionnelle : En dehors Une partie Totalité 49 % 32 % 19 % 52 % 47 % 1 % 54 % 41 % Objectif économique de l éleveur pour son élevage : Aucun Revenu 32 % 37 % 31 % 32 % 54 % 14 % 37 % 4 18 % Activité cheval : perte ou gain? Gain Perte 34 % 3 31 % 22 % 4 33 % 26 % 39 % 3 24

23 Résultats technico-économiques E n Franche-Comté, comme dans les autres régions enquêtées, les éleveurs équins cherchent avant tout à se faire plaisir dans trois cas sur quatre. Comme ailleurs, la dimension affective tient une place importante et n est pas toujours conjuguée avec l intérêt propre de l éleveur. > Une affaire de passionnés Parmi les éleveurs interrogés en Franche- Comté, peu déclarent rechercher avant tout la rentabilité. La passion du cheval qui anime très fortement les éleveurs n occulte cependant pas toujours l aspect économique et s y conjugue souvent puisque 45% des éleveurs souhaitent équilibrer charges et produits et 18% cherchent un revenu. > Objectifs premiers des éleveurs Performance 21 % Rentabilité 4 % Plaisir 7 > Une activité pas toujours rentable 75% des éleveurs ayant un objectif économique d équilibre des charges et produits ou de rémunération parviennent à atteindre leur but. Ceux qui ne l atteignent pas l expliquent par une absence d acheteurs, des coûts trop élevés et des prix trop bas, ou par le fait que l activité est encore récente. Finalement, les activités liées au cheval (élevage, pensions, enseignement, entraînement, étalonnage, débardage, etc.) constituent une perte pour 35% des éleveurs et un bénéfice pour seulement un éleveur sur quatre. > Objectif économique Pas de recherche 37 % Revenu 18 % > L activité cheval : perte ou bénéfice? Perte 3 39 % 4 Bénéfice 26 % 25

24 > Les éleveurs qui gagnent 26% des éleveurs déclarent tirer un revenu de leurs activités équines (élevage, pensions, enseignement, entraînement, étalonnage..). Ces structures ont de plus gros effectifs : 58% détiennent 10 chevaux et plus, et 62% ont au minimum 3 poulinières mises à la saillie pratiquement tous les ans. Le temps consacré au cheval est plus important que dans les autres élevages : 30% y consacrent plus de 0,5 ETP. Ils sont aussi plus nombreux à avoir recours à de la main d œuvre extérieure, mais essentiellement non salariée : aide familiale (87%) et stagiaires (18%). 85% des éleveurs qui déclarent gagner de l argent sont des actifs. Ils sont alors soit professionnels du cheval, soit agriculteurs. Les objectifs de revenu ou de performance sont annoncés de manière prioritaire avant même l objectif de plaisir pour 44% d entre eux. Ils sont 65% à calculer le prix de revient du cheval contre 30 à 40% dans les catégories d éleveurs qui perdent de l argent ou équilibrent juste les charges et produits. Beaucoup d éleveurs parviennent à vendre tous leurs chevaux. Les éleveurs qui déclarent gagner de l argent sont plus nombreux à annoncer leurs difficultés à vendre (67% contre 25 à 27 % chez les éleveurs qui perdent ou équilibrent les charges et produits). Les prix pratiqués par ces éleveurs sont en effet plus élevés et la mise en marché est donc une étape qui demande plus de sérieux et de rigueur. > Résultats des ventes Rarement 1 % Oui, tous difficilement 36 % > Niveau de rentabilité des élevages de sport 28% Pas de recherche Oui, une partie 1 57% Oui, tous facilement 48 % 15% Revenu > Niveau de rentabilité des élevages de trait 41% 38% 21% Pas de recherche Revenu 26

25 Le réseau équin national qui s est mis en place dès 2007 dans 17 régions françaises compte 265 entreprises équines suivies par 41 ingénieurs de Chambre d Agriculture et de Conseils des chevaux. Une diversité de systèmes de production a été retenue dans le choix des élevages de chevaux, poneys et d établissements équestres. Enquêtes : Enquêtes téléphoniques menées auprès de 83 éleveurs de chevaux et poneys de la région Franche-Comté par les étudiants du lycée de Chaumont et dépouillées par Marine LEROY et Amélie MISAINE (stagiaires SupAgro Montpellier)

26 Le cheval en Franche-Comté Les élevages équins de Franche-Comté sont généralement de petites structures avec en moyenne 3,3 poulinières. Il s agit d une activité traditionnelle de la région, pratiquée par des passionnés plutôt âgés. Deux productions dominent : le cheval de trait largement en tête, suivi par le sport. Les filières de loisir et courses sont quasi absentes. Les chevaux de trait sont souvent élevés par des agriculteurs dont l élevage bovin reste l activité principale. En tant que berceau de race, ils sont nombreux à produire des reproducteurs de qualité à destination de la France entière. Le débouché principal est celui de la viande. Une faible proportion des animaux sera valorisée sur le circuit de l attelage, malgré le savoir faire régional. L élevage de chevaux de sport, est dominé par les Selle Français produits pour l obstacle et le concours complet de niveau professionnel. Ils sont vendus valorisés après avoir été travaillés, mais trouvent plus difficilement preneurs. Document : Rédigé par Loïc MADELINE, Valérie MONTEUX (Institut de l Elevage) et Caroline CHEVASSUS (Chambre Régionale d Agriculture de Franche-Comté) Librairie des Haras nationaux Les écuries du Bois LE PIN AU HARAS Tél Fax Institut de l Élevage 149 rue de Bercy PARIS CEDEX 12 Tél Fax Juillet 2010 Crédits photos : Institut de l Elevage - Haras nationaux Coll. de l Aulne - Chambre Régionale d Agriculture de Franche-Comté - DR Mise en page : Isabelle GUIGUE (Institut de l Elevage) N IE : ISBN :

Diagnostic de la filière équine dans le Parc du Livradois-Forez Juillet 2013

Diagnostic de la filière équine dans le Parc du Livradois-Forez Juillet 2013 Diagnostic de la filière équine dans le Parc du Livradois-Forez Juillet 201 La filière équine en Livradois forez est visible mais elle cache une grande diversité de réalités et des dynamiques très divergentes.

Plus en détail

Élaboration du Plan régional d agriculture durable d Île-de-France

Élaboration du Plan régional d agriculture durable d Île-de-France Direction régionale et interdépartementale de l alimentation, de l agriculture et de la forêt (DRIAAF) Élaboration du Plan régional d agriculture durable d Île-de-France État des lieux de la filière équine

Plus en détail

Filière équine Chiffres clés 2013

Filière équine Chiffres clés 2013 Le réseau REFErences, acteur de la connaissance économique de la filière équine Fournir des repères techniques et économiques fiables et actualisés pour mieux connaître les entreprises de la filière et

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014 Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 214 L élevage Galop : des saillies en baisse à mi-année 214 Trot : hausse marquée de la production à mi-année 214 Selle : nouvelle baisse du nombre de juments

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014 Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 214 L élevage : premières tendances 214 Course : baisse des juments saillies en galop, contrairement au trot Selle et poneys : la baisse des juments et ponettes saillies

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 17 Novembre 2014

Conjoncture Filière cheval N 17 Novembre 2014 Conjoncture Filière cheval N 17 Novembre 214 L élevage Galop : reprise de la production en 214 Trot : légère baisse de la production en 214, comme en 213 Selle : après trois années de baisse sévère, le

Plus en détail

LA FILIERE EQUINE EN REGION CENTRE

LA FILIERE EQUINE EN REGION CENTRE LA FILIERE EQUINE EN REGION CENTRE Observatoire Economique Régional Etude 2006 2007 INTRODUCTION ORGANISATION ET MISSIONS Le CERC regroupe les différentes composantes de la filière hippique, réparties

Plus en détail

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Renseignements en vue de l avis de la Chambre d Agriculture et de la Direction Départementale des Territoires du Bas-Rhin

Plus en détail

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes 1 La filière de l élevage du cheval de trait dans son contexte français et européen. Evolution et attentes Septembre 2011 I. Contexte et structuration de la filière du cheval de trait en France a. Quelques

Plus en détail

Pension travail et valorisation de chevaux de sport

Pension travail et valorisation de chevaux de sport RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Pension travail et valorisation de chevaux de sport Zone de description FICHE PENSION N 1 CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Parmi les nombreux systèmes de

Plus en détail

Région Provence-Alpes-Côte d Azur :

Région Provence-Alpes-Côte d Azur : Edito : Cet observatoire économique régional permet de mieux connaître les entreprises équines de Provence-Alpes-Côte d Azur. Il est un des outils indispensables à toute politique générale concernant la

Plus en détail

Fiche N 4 Cheval de compétition amateur hébergé en pension box

Fiche N 4 Cheval de compétition amateur hébergé en pension box Fiche N 4 Cheval de compétition amateur hébergé en pension box Combien coûte l entretien d un cheval par an et quels sont les investissements initiaux nécessaires? Que représentent ces coûts comparés au

Plus en détail

DRAAF CENTRE-VAL DE LOIRE. La Région Centre-Val de Loire un partenaire de l information et de l orientation. CERC Conseil Equin Région Centre

DRAAF CENTRE-VAL DE LOIRE. La Région Centre-Val de Loire un partenaire de l information et de l orientation. CERC Conseil Equin Région Centre mfr de Noyant de Touraine lpa Amboise Le Chesnoy leap Saint Cyran du Jambot lpa Amboise mfr de Noyant de Touraine La Région Centre-Val de Loire un partenaire de l information et de l orientation CERC Conseil

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

Assistant et responsable d élevage : les besoins de la filière en cadres intermédiaires

Assistant et responsable d élevage : les besoins de la filière en cadres intermédiaires 2014 Observatoire des métiers, de l emploi et des formations filière équine - Synthèse Assistant et responsable d élevage : les besoins de la filière en cadres intermédiaires ÉTUDE DE BILAN ET PERSPECTIVES

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé

Plan de développement de la filière caprine et ovin-lait wallonne (2004) Résumé FEDERATION INTERPROFESSIONNELLE CAPRINE ET OVINE WALLONNE. chaussée de Namur, 47 5030 Gembloux Tél. : 081/627 447 Fax :081/60 04 46 E-mail : fiow@swing.be TABLE DES MATIERES 1. Contexte général... 2 2.

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Les actions du Conseil du Cheval d Auvergne

Les actions du Conseil du Cheval d Auvergne Résultats technico-économiques de la filière équine en Auvergne 1 ère journée du Réseau Équin Régional - 19 mai 2011 Les actions du Conseil du Cheval d Auvergne Robert Maury Sommaire Actions régionales:

Plus en détail

Les systèmes équins du Grand Ouest

Les systèmes équins du Grand Ouest Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

Les démarches à l installation

Les démarches à l installation 1 ère Journée du Réseau Equin Provence-Alpes-Côte-D'azur Jeudi 31 mai 2012 Les démarches à l installation BARRAL Clélie (Point Info Installation 83) La création d une entreprise agricole Réflexion du projet

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 E-4-09 N 27 DU 12 MARS 2009 BENEFICES AGRICOLES - MODALITES D INSCRIPTION EN IMMOBILISATION DES CHEVAUX - DUREE D AMORTISSEMENT

Plus en détail

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants

L emploi agricole : la place accrue des coexploitants - février 2012 Agreste février 2012 Pays de la Loire L emploi agricole : la place accrue des coexploitants En 2010, l ensemble de l agriculture ligérienne emploie 73 500 personnes travaillant de manière

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2012. Parc de Nature et de Loisirs en Berry

DOSSIER DE PRESSE 2012. Parc de Nature et de Loisirs en Berry DOSSIER DE PRESSE 2012 Parc de Nature et de Loisirs en Berry Vos Contacts Presse Clément ROQUET Responsable Commercial & Marketing c.roquet.pole@orange.fr Erell PLANCHET Accueil du Public - Événementiel

Plus en détail

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010 >> les exploitants Année 2011 - N 6 - novembre 2012 Les exploitants ORNE - données 2011 5 914 exploitants recensés, -96 en un an Les chefs d'exploitation à titre exclusif, principal ou secondaire sont

Plus en détail

Bilan de mandat 2007-2012. au 26 avril 2012

Bilan de mandat 2007-2012. au 26 avril 2012 Bilan de mandat 2007-2012 au 26 avril 2012 LA CHAMBRE D AGRICULTURE Un établissement public dirigé par des élus Rigueur d un établissement public Répartition budgétaire des recettes Impôt : 40, 5 % (part

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 I-1-04 N 87 du 24 MAI 2004 COPROPRIETES ET SYNDICATS D ETALONS. TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. DROITS A DEDUCTION. (C.G.I., art. 256) NOR :

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

www.francechevaldesport.fr Guide à destination des Eleveurs.

www.francechevaldesport.fr Guide à destination des Eleveurs. UNION FRANÇAISE DES RACES DE CHEVAUX DE SPORT GUIDE D UTILISATION DU SITE D ENGAGEMENT EN LIGNE DES CONCOURS MODELES ET ALLURES www.francechevaldesport.fr Guide à destination des Eleveurs. Votre site d

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

ELEVAGE DE CHEVAUX. Importance d une approche marketing

ELEVAGE DE CHEVAUX. Importance d une approche marketing ELEVAGE DE CHEVAUX Importance d une approche marketing I - DE QUOI PARLE-T-ON? Il existe 5 orientations principales dans la production de chevaux : courses (plat, trot attelé ou monté, obstacles ), sports

Plus en détail

Mots-clés : cheval, filière économique, élevage, courses, sports équestres, aménagement du territoire

Mots-clés : cheval, filière économique, élevage, courses, sports équestres, aménagement du territoire La filière hippique en France : quelques repères et chiffres clés The horse industry in France: some indicators and key figures RÉSUMÉ Par Emmanuel ROSSIER (1), avec la collaboration de Sophie LEMAIRE

Plus en détail

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST Référentiel 2009-2010 des coûts de production des élevages ovin allaitants des Réseaux d Élevage en Aquitaine et Midi-Pyrénées La flambée

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

Le nombre de cotisants solidaires s élève à 108 000 en 2012, en baisse de 1,9 % par rapport à 2011.

Le nombre de cotisants solidaires s élève à 108 000 en 2012, en baisse de 1,9 % par rapport à 2011. Synthèses Juillet 2013 L Observatoire Economique et Social Les cotisants de solidarité en 2012 Conformément aux dispositions de l article L.731-23 du code rural et de la pêche maritime, les personnes qui

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA VIANDE OVINE EN CIRCUITS COURTS Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel pour évaluer la performance technique, économique, sociale et environnementale

Plus en détail

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL Agreste Auvergne N 120 - mai 2013 Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces Plus de la moitié des 23 700 régionales cultive des céréales, des oléagineux ou des protéagineux

Plus en détail

Référentiel de diplôme. Baccalauréat professionnel. Conduite et gestion de l entreprise hippique

Référentiel de diplôme. Baccalauréat professionnel. Conduite et gestion de l entreprise hippique Référentiel de diplôme Baccalauréat professionnel Conduite et gestion de l entreprise hippique Photo couverture : Concours hippique, entrainement courses, échauffement, cours équitation... Source: Divers

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Référentiel Diversification 2007

Référentiel Diversification 2007 Référentiel Diversification 2007 E L E V A G E D E CHAMBRES D'AGRICULTURE C H E V A U X D E T R A I T LORRAINE A R D E N N A I S CONDITION DE RÉUSSITE DU PROJET DONNÉES GÉNÉRALES Temps de travail Investissement

Plus en détail

Conditions d inscription des juments aux étalons Pur-Sang de France-Haras Règlement des tirages au sort

Conditions d inscription des juments aux étalons Pur-Sang de France-Haras Règlement des tirages au sort Conditions d inscription des juments aux étalons Pur-Sang de France-Haras Règlement des tirages au sort Préambule France-Haras, propriétaire ou co-propriétaire des étalons fixe les règles au sein de son

Plus en détail

Rapport de l Initiation à la Démarche de Projet :

Rapport de l Initiation à la Démarche de Projet : Rapport de l Initiation à la Démarche de Projet : L utilisation du cheval de trait dans l agriculture contemporaine en France Source : Hippotese, le cheval de Travail, 2007 Par : Sophie DOUAUD, Ségolène

Plus en détail

Faire pucer son cheval, c est obligatoire avant le 1 er janvier 2008. Dossier de Presse LES HARAS NATIONAUX, PARCE QU IL Y A DES HOMMES ET DES CHEVAUX

Faire pucer son cheval, c est obligatoire avant le 1 er janvier 2008. Dossier de Presse LES HARAS NATIONAUX, PARCE QU IL Y A DES HOMMES ET DES CHEVAUX Dossier de Presse Mai 2007 Contact presse Hélène de Becdelièvre Chargée de communication 83-85 boulevard V. Auriol 75013 Paris 06 30 10 03 12 www.haras-nationaux.fr Offrez une sécurité et une garantie

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT Méthode nationale développée par l Institut de l Élevage dans le cadre du dispositif

Plus en détail

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE Note de conjoncture 2013 L'ÉLEVAGE BOVINS VIANDE D AQUITAINE

Plus en détail

Appel à projets. Ecurie relais au Haras national du Lion d Angers

Appel à projets. Ecurie relais au Haras national du Lion d Angers Appel à projets Ecurie relais au Haras national du Lion d Angers Mise à disposition d infrastructures et de services Règlement de l appel à projets Année 2014 1 OBJET DE L 1.1 ORGANISME DEMANDEUR Le Haras

Plus en détail

Economie et avenir de la filière chevaline

Economie et avenir de la filière chevaline INRA Prod. Anim., 23, 16 (5), 357-364 S. LEMAIRE Observatoire économique et social du cheval, Les Haras nationaux, Domaine de l Isle Briand, 4922 Le Lion d Angers Courriel : sophie.lemaire@haras-nationaux.fr

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques -Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques Présenté par : Yves Saint-Vincent Éleveur, Transformateur et Détaillant Ferme Saint-Vincent / Boucheries Ferme Saint-Vincent Certifiés

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

LE CERCLE DE L EPARGNE LE DOSSIER DU MOIS LES JEUNES FACE A L EPARGNE ET A LA RETRAITE. Par Philippe Crevel Directeur du Cercle de l Epargne

LE CERCLE DE L EPARGNE LE DOSSIER DU MOIS LES JEUNES FACE A L EPARGNE ET A LA RETRAITE. Par Philippe Crevel Directeur du Cercle de l Epargne Août 2015 LE CERCLE DE L EPARGNE LE DOSSIER DU MOIS LES JEUNES FACE A L EPARGNE ET A LA RETRAITE Par Philippe Crevel Directeur du Cercle de l Epargne 1 LE CERCLE DE L EPARGNE Les jeunes face à l épargne

Plus en détail

Développement du secteur de chevreau de boucherie

Développement du secteur de chevreau de boucherie Consultants en économie, spécialisés en agriculture, en agroalimentaire et en énergie Développement du secteur de chevreau de boucherie Rapport final présenté au Syndicat des producteurs de chèvres du

Plus en détail

La vache normande : une signature régionale

La vache normande : une signature régionale Données Une publication de la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt La vache normande : une signature régionale La Basse-Normandie a le plus grand cheptel de vaches de

Plus en détail

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs (2) www.alternatives-rurales.org- Novembre 2014 Points de vue et témoignages Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine

Plus en détail

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat Focus sur le cantal Mardi 10 décembre 2013 M.Poucheret En regard des applications du PMBE depuis 2005, quels sont aujourd hui les besoins de modernisation

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

Corps professoral en transformation?

Corps professoral en transformation? JANVIER 2010 VOL 12 NO 1 Répartition par âge Sous-représentation & sous-rémunération des femmes Professeur(e)s autochtones ou appartenant à une minorité visible Conclusion Corps professoral en transformation?

Plus en détail

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS résultats TechNico-écoNoMiques 21 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france PORCINS les résultats

Plus en détail

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04 RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION REFERENCES CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA4 CAPRIN FROMAGER HORS SOL 2 UMO,.5 ha, 35 chèvres, 28 l de lait, gamme diversifiée, circuits courts

Plus en détail

ET La CLASSIFICATION I/ ENUMERATION DES CRITERES

ET La CLASSIFICATION I/ ENUMERATION DES CRITERES Les CRITÈRES DE SELECTION en race AUBRAC ET La CLASSIFICATION des ANIMAUX I/ ENUMERATION DES CRITERES Les différents critères de sélection pris en compte en race Aubrac peuvent être répartis en 3 groupes

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE République Française MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «éducation et travail des jeunes équidés» NOR

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE Les zones agricoles, dédiées aux différentes cultures ou à l élevage, sont par nature inconstructibles.

Plus en détail

PORCS PRODUIRE COMMERCIALISER DES EN CIRCUITS COURTS C E R D. organisation et performances C E R D. entre tudes essources iversification

PORCS PRODUIRE COMMERCIALISER DES EN CIRCUITS COURTS C E R D. organisation et performances C E R D. entre tudes essources iversification d et de sur la C E R D entre tudes essources iversification PRODUIRE et COMMERCIALISER DES PORCS EN CIRCUITS COURTS organisation et performances Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel

Plus en détail

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit La génétique, pari gagnant le pour pari produire gagnant du pour lait produire à un coût maîtrisé du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

Les activités équestres dans le monde agricole

Les activités équestres dans le monde agricole Les activités équestres dans le monde agricole Sommaire Aides à l installation Plan de modernisation des bâtiments d élevage Application de la réforme sur les baux ruraux et la politique des structures

Plus en détail

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC BAROMÈTRE DE COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES EN TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS AU QUÉBEC L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante Politique Agricole Commune Aide Bovine Allaitante 2015 Aides Bovines Allaitantes: Attribution des références : - Soumis à un plafond budgétaire, dépendant du nombre de demandes - Allocation des références

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail. CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.com Espèces locales et territoire, un destin commun? Pâturage

Plus en détail

2013-2014 Rapport de stage. [Les écuries de Lardy] Laetitia Le Mer

2013-2014 Rapport de stage. [Les écuries de Lardy] Laetitia Le Mer 2013-2014 Rapport de stage [Les écuries de Lardy] Laetitia Le Mer SOMMAIRE 1 Présentation de l entreprise...1 1.1 Le statut juridique...1 1.2 La localisation...1 1.3 Historique...2 1.4 Les différentes

Plus en détail

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Organisons, organisons... CHIEN DE CONDUITE DU TROUPEAU conduite et... PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Les exploitations ovines ne peuvent plus aujourd hui se passer des nombreux services rendus

Plus en détail

Faites le plein d émotion, en devenant propriétaire d un cheval de courses de galop

Faites le plein d émotion, en devenant propriétaire d un cheval de courses de galop Faites le plein d émotion, en devenant propriétaire d un cheval de courses de galop France Galop en chiffres* : 7 110 propriétaires, 5 428 éleveurs, 429 entraîneurs et 700 jockeys 76 000 emplois directs

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

Création d un atelier ovin

Création d un atelier ovin RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA Création d un atelier ovin Une réelle opportunité offerte aux exploitations Grâce à sa souplesse pour agneler à différentes périodes

Plus en détail

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013 Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole Comité de pilotage du 11 octobre 2013 2 Objectifs et méthodologie Objectifs de l étude A la demande du SGMAP et de Roland Berger Strategy Consultants, en

Plus en détail

LA FILIÈRE ÉQUINE : MÉTIERS & FORMATIONS

LA FILIÈRE ÉQUINE : MÉTIERS & FORMATIONS LA FILIÈRE ÉQUINE : MÉTIERS & FORMATIONS DÉLÉGATION RÉGIONALE DE L ONISEP DE BASSE-NORMANDIE 21 rue du Moulin-au-Roy BP 55 141, 14070 Caen CEDEX 5 Tél. 02 31 56 64 64 drocaen@onisep.fr onisep.fr/caen Délégué

Plus en détail

LA RACE GASCONNE La Performance au Naturel

LA RACE GASCONNE La Performance au Naturel LA RACE GASCONNE La Performance au Naturel GASCONNE RUSTIQUE RESISTANTE RENTABLE PROLIFIQUE, MATERNELLE ECONOME ET PRODUCTIVE LA GASCONNE Race du SUD de France Originaires des Pyrénées, au climat des plus

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

Fontainebleau. Rénovation du Grand Parquet. Dossier de présentation

Fontainebleau. Rénovation du Grand Parquet. Dossier de présentation Fontainebleau Rénovation du Grand Parquet Dossier de présentation La Ville de Fontainebleau et ses partenaires rénovent un stade mythique. Ce projet de 10 millions d Euros va permettre à la Ville de réhabiliter

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Présenté par Dr Abderrahman BENLEKHAL Chef de Division des Filières Animales- RABAT - E.mail: ddfp09@gmail.com

Présenté par Dr Abderrahman BENLEKHAL Chef de Division des Filières Animales- RABAT - E.mail: ddfp09@gmail.com Présenté par Dr Abderrahman BENLEKHAL Chef de Division des Filières Animales- RABAT - E.mail: ddfp09@gmail.com 4 5 Octobre 2011 CLERMONT-FERRAND - FRANCE 0 PLAN 1 2 1- TISSU PRODUCTIF -CHEPTEL BOVIN: Effectifs

Plus en détail

Variétés de blé tendre Récolte 2013

Variétés de blé tendre Récolte 2013 ÉDITION Février 2013 Variétés de blé tendre Récolte 2013 LES ÉTUDES DE LES ÉTUDES DE Récolte 2013 : Blés panifiables majoritaires Les blés panifiables dominent avec 92 % des surfaces en blé tendre. La

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Le montant des aides versées

Le montant des aides versées 259 Agreste Primeur Numéro 259 - avril 2011 Le bilan de santé de la Pac Une redistribution des aides en faveur des élevages d herbivores En 2010, la réforme issue du bilan de santé de la Pac est mise en

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-338 du 25 mars 2015 modifiant le décret n o 97-456 du 5 mai 1997 relatif aux

Plus en détail

L émergence des pratiques «co» en France : vers un nouveau modèle social?

L émergence des pratiques «co» en France : vers un nouveau modèle social? L émergence des pratiques «co» en France : vers un nouveau modèle social? Depuis quelques années, on assiste en France à l émergence rapide d une économie dite «collaborative». Ce terme désigne l ensemble

Plus en détail

UTILISATION CONTEMPORAINE DU CHEVAL DE TRAIT

UTILISATION CONTEMPORAINE DU CHEVAL DE TRAIT Le cheval, UTILISATION CONTEMPORAINE DU CHEVAL DE TRAIT un moteur d insertion écologique, durable, économique, créatif... Une énergie renouvelable. Un brin d Histoire... Les années de Gloire et le déclin.

Plus en détail

HARAS DE LA CENSE Samedi 5 juillet 2014

HARAS DE LA CENSE Samedi 5 juillet 2014 Journée de séminaire HARAS DE LA CENSE Samedi 5 juillet 2014 De 9h à 19h ANATOMIE, LOCOMOTION et DOULEUR du CHEVAL Francis DESBROSSE Vétérinaire français, acteur du progrès de la médecine et de la chirurgie

Plus en détail

BOVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources

BOVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA VIANDE BOVINE EN CIRCUITS COURTS Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel pour évaluer la performance technique, économique, sociale et environnementale

Plus en détail