L élevage équin en Franche-Comté

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L élevage équin en Franche-Comté"

Transcription

1 REFErences - Réseau Economique de la Filière Equine L élevage équin en Franche-Comté Mis en place depuis 2007 dans 17 régions françaises, le réseau de suivi des élevages équins est présent en Franche- Comté grâce à un soutien financier du Fonds Eperon, du Ministère de l Agriculture et de la Région. Les réseaux d élevage produisent des références techniques et économiques à partir de données issues du suivi d exploitations par des techniciens spécialisés. Ces repères sont nécessaires à la fois pour améliorer l efficacité des structures existantes et pour accompagner et orienter les candidats à l installation. Le réseau équin de Franche-Comté s appuie sur le suivi de 6 exploitations agricoles qui détiennent des chevaux de Trait Comtois (race locale) valorisés pour la traction animale, le lait de jument et la viande. La Chambre Régionale d Agriculture de Franche Comté assure le suivi de ces exploitations. La coordination nationale et l appui méthodologique sont assurés par l Institut de l Elevage. L Institut de l Elevage a réalisé en 2008 une typologie afin de mieux connaître les activités et les élevages équins de Franche Comté. Ce livret rend compte des principaux résultats de l étude statistique réalisée à partir d un échantillon représentatif de 83 éleveurs de la région. Ce travail préalable a permis d une part de mettre en évidence les spécificités régionales de l élevage équin franc-comtois, et d autre part de caractériser les profils d éleveurs les plus présents sur le territoire, notamment en chevaux de trait et de sport.

2 > SOMMAIRE Les éleveurs de chevaux de Franche-Comté : une identité propre 5 Les éleveurs de chevaux de Trait 9 Les éleveurs de chevaux de Sport 13 Les éleveurs qui se considèrent comme «professionnels» : une minorité 19 Les éleveurs équins et leurs résultats technico-économiques 25 2

3 Méthodologie de l enquête L enquête réalisée par l Institut de l Elevage vise à décrire globalement les systèmes d élevage d équidés en Franche-Comté. Ce travail peut être décomposé comme suit : Repérage des structures d élevage : ont été considérés comme éleveurs tous les détenteurs d équidés qui avaient fait naître un poulain en 2006, enregistrés dans la base SIRE (Système d Information Relatif aux Equidés géré par les haras nationaux). 849 lieux de stationnement d équidés ont été conservés sur un nombre initial de plus de élevages. Identification de la production en fonction du nombre de juments saillies en 2005 et de la production dominante (trot, galop, sport, loisir, trait, diversifié, sans production). Echantillonnage par tirage au sort selon l orientation dominante de l élevage et le nombre de juments saillies (trot, galop, sport, loisir et trait voir encadré page 3). Le taux de sondage est de 10 %. Travail d enquêtes téléphoniques réalisé par le lycée de Chaumont (52) au printemps 2008 à l aide d un questionnaire préalablement établi. Saisie des 83 enquêtes validées, suivi de leur dépouillement et de l interprétation des résultats, donnant lieu à la rédaction de la présente publication. > Définition de la production dominante d un élevage La production dominante d un élevage est déterminée à partir de la race des produits nés sur l élevage et enregistrés par le SIRE depuis une vingtaine d années dans les catégories suivantes : Trot : plus de 50% des produits Trotteurs Français ou étrangers Galop : plus de 50% des produits Pur Sang ou Autre que Pur Sang, et plus de 30% des produits actifs en course. Sport : plus de 50% de chevaux de selle et de poneys (Pur Sang, Anglo Arabe, Selle Français, autres races françaises de chevaux de selle, races étrangères de chevaux de selle, poneys), et plus de 20% de produits inscrits sur la liste sport. Loisir : plus de 50% des produits de races de chevaux de selle et de poneys (PS, AA, SF, autres races françaises de chevaux de selle, races étrangères de chevaux de selle, poneys), et moins de 20% de produits inscrits sur la liste sport. Trait : plus de 50% des produits de races de trait. Diversifié : élevages qui n entrent pas dans les autres catégories, avec souvent plusieurs productions (élevages non enquêtés). Sans production : sans produits en âge d être inscrits sur la liste sport (élevages non enquêtés). 3

4 > Effectif des catégories de détenteurs d équidés en Franche-Comté (SIRE, 2006) 1 jument 2 juments 3 à 5 juments Plus de 5 juments Trot Galop Total Sport Loisir Trait Sans production* Total * Il s agit de personnes qui déclarent avoir mis à la reproduction au moins une jument au cours en 2005 mais qui n ont pas de produits enregistrés depuis plus de 2 ans > Recommandations Nous avons associé à la notion d éleveur toute personne ayant mis au moins une jument à la reproduction en Les résultats seront donc à considérer au regard de l échantillon de départ censé couvrir la diversité des structures. Il ne s agit pas d une enquête dans les élevages dont le cheval est l unique activité professionnelle... 4

5 Les éleveurs de chevaux de Franche-Comté : une identité propre E n dépit de caractéristiques communes aux autres régions françaises enquêtées, la Franche-Comté présente certaines particularités, notamment l élevage de chevaux lourds. Il s agit globalement de petites structures, avec un nombre limité de poulinières et d hectares. Les éleveurs sont avant tout des passionnés dont la motivation première n est pas le revenu et pour qui les chevaux ne font pas toujours partie de l activité professionnelle. La Franche-Comté, berceau de race, a cependant une identité qui lui est propre grâce a l omniprésence du cheval de trait Comtois. > Le cheval de trait loin devant! En Franche-Comté, l élevage du cheval de trait est très représenté (plus de 70 % des élevages). Le secteur du sport arrive en deuxième position (20% des éleveurs), une production très ciblée sur le saut d obstacle et le concours complet. > Objectif de production Sport 20 % Loisir 4 % Courses 1 % Trait 7 Les éleveurs de chevaux de loisirs et de courses sont minoritaires. Le galop est quasiment absent. 5

6 6 > Plutôt de petites exploitations L élevage équin se caractérise par des structures de plus petite taille que dans les autres productions (bovins, ovins, porcins ) : en moyenne 3,3 poulinières et 10,5 chevaux. Au total, 61% des élevages ont une ou deux juments saillies et la moitié possède moins de 5 équidés. Il existe malgré tout des structures plus importantes : 13% de l échantillon a au moins 6 poulinières et 16% plus de 20 chevaux. > Une passion pas toujours rémunératrice La passion du cheval est une caractéristique très forte chez les éleveurs d équidés. Seulement 4 % déclarent élever par intérêt économique. Ainsi, le plaisir de faire naitre et la recherche du cheval «performant» animent respectivement 75 et 21% des éleveurs. Si les éleveurs d équidés déclarent avant tout élever par passion, ils sont néanmoins 63% à se préoccuper de l aspect économique. Un chiffre relativement élevé puisque seulement 27% se déclarent professionnels. En réalité, 45% souhaitent simplement équilibrer charges et produits et 18% ont de véritables objectifs en terme de revenu. La majorité des éleveurs qui cherchent à dégager un revenu de leur activité d élevage déclarent y parvenir. Le bénéfice réalisé ne représente qu une faible part du revenu total dans 3 cas sur 4. Finalement, qu ils soient professionnels ou non, en quête de rentabilité ou non, un tiers des éleveurs déclare perdre de l argent avec l activité équine bien qu ils n y consacrent en moyenne que l équivalent d un mi-temps. > Nombre total de chevaux par éleveur + 20 chevaux 16 % 10 à 19 chevaux 21 % 5 à 9 chevaux 12 % > Nombre de juments saillies par éleveur 3 à 5 juments 26 % 6 juments et + 13 % > Objectifs économiques des éleveurs Pas de recherche 37 % 2 juments 27 % Revenu atteint 12 % Moins de 5 chevaux 51 % 1 jument 34 % > Des objectif pas toujours atteints... Pas d objectif 37 % Revenu non atteint 6 % Revenu 18 % 4 atteint 34 % non atteint 11 %

7 > L élevage, activité de tradition Berceau de race oblige, la Franche-Comté est une région où l élevage du cheval est une tradition. Les élevages y sont relativement anciens, 42% des structures ont plus de 25 ans d existence et seulement 1/3 moins de 15 ans. L activité d élevage est stable (pour 74% des éleveurs) et régulière (92% des éleveurs font saillir au moins une poulinière par an). Par conséquent, les éleveurs sont plutôt âgés. A peine un éleveur sur 10 a moins de 40 ans. Plus de la moitié a dépassé la cinquantaine et 3 éleveurs sur 10 sont retraités. La pérennité de leur élevage leur tient à cœur puisque la moitié des éleveurs de plus de 50 ans ont déjà réfléchi à leur succession. 7

8 Les éleveurs de chevaux de trait P armi les régions enquêtées, la Franche Comté est celle où l on retrouve le plus d éleveurs de chevaux de trait (plus de 70% d entre eux en détiennent). Plus de la moitié des éleveurs de 1 à 2 juments ont une autre activité agricole en complément de l élevage du cheval. On y retrouve principalement des ateliers laitiers et allaitants. > Principalement des juments dans les élevages de trait 57% des éleveurs font saillir une ou deux juments et seulement 15% mettent au moins 6 juments à la reproduction. 18% des élevages disposent de leur propre étalon (la présence d un étalon est plus fréquente chez les éleveurs de chevaux de trait). L utilisation «d étalons camions» est une solution très développée en Franche- Comté. Ainsi, les étalons trait comtois sont transportés sur les lieux de stationnement des juments où la saillie a lieu en monte naturelle en main. En moyenne, un éleveur de trait possède 4 poulinières pour un effectif total de 9 chevaux. 50% des éleveurs ont moins de 10 chevaux. En comparaison avec les autres productions équines, le nombre de chevaux, et plus précisément de poulains et jeunes chevaux, est faible par rapport au nombre de juments saillies. Ceci s explique par le fait que les chevaux de trait se vendent plutôt jeunes. Les animaux destinés à la boucherie sont souvent vendus au se- > Autre atelier agricole 4 1 à 2 juments 3 à 5 juments 6 juments et + > Eleveurs Trait 6 juments saillies et à 5 juments saillies 28 % 29 % 17 % 1 jument saillie 31 % 2 juments saillies 26 % OUI NON 9

9 vrage à des ateliers d engraissement ou abattus entre 12 et 18 mois après finition. Berceau de race, la Franche-Comté produit des chevaux comtois reproducteurs qui sont vendus en région et hors région avec un objectif de valorisation en concours d élevage et d amélioration génétique. Ces animaux sont également vendus jeunes puisque les concours sont ouverts aux animaux âgés au minimum de 1 an. Les élevages de chevaux de traits ont une surface moyenne totale de 34 ha dont 17 sont consacrés aux chevaux. > L élevage et la boucherie comme principaux débouchés En Franche-Comté, l échantillon d éleveurs observé révèle un écart entre les attentes exprimées, plutôt orientées dans l attelage de loisir, et la valorisation réelle de chevaux, plutôt en direction du marché de la viande. Ceci peut s expliquer par la taille des élevages enquêtés (au minimum une jument détenue) qui tend à diluer l effet volume des animaux de boucherie présent dans les élevages de plus grande dimension. Au regard du devenir des chevaux produits en 2008, la boucherie reste la destination prépondérante et supérieure à la valorisation dans l attelage. > Attentes de valorisation exprimées par les éleveurs 6 % 4 % 6 % 20 % 59 % Atellage de loisir Atellage de sport Randonnée Traction Autres Viande > Destination des chevaux en 2008 Attelage reproduction 720 chevaux Viande 920 chevaux Sources : CRAFC-FCA,

10 > Des professionnels qui élèvent par passion Seuls 21% des éleveurs de chevaux de trait interrogés se considèrent comme professionnels pourtant, le cheval fait partie de l activité professionnelle chez 46% d entre eux. La grande majorité des éleveurs (84%) disent élever par plaisir. Les objectifs économiques sont relativement variables. Environ 1 éleveur sur 5 cherche à dégager du revenu tandis que 2 sur 5 recherchent l équilibre. Ils sont nombreux à déclarer ne pas calculer le prix de revient de leurs chevaux. 38% n ont pas d objectif économique associé à l élevage. > L éleveur se sent : Amateur régulier 63 % > Place du cheval dans l activité professionnelle Une partie 41 % Totalité Professionnel 27 % pas éleveur Amateur occasionnel En dehors 54 % Globalement, le cheval représente moins d un quart du revenu total dans plus des 2/3 des élevages. > Objectifs économiques Revenu 21 % 41 % Pas de recherche 38 % > Objectifs de production Performance 12 % Rentabilité 4 % Plaisir 84 % 11

11 > Une majorité d agriculteurs en activité mais non spécialisés 61% des éleveurs de trait sont issus du milieu agricole. 29% des éleveurs de chevaux de trait sont retraités. Parmi les actifs, 55% sont agriculteurs dont 13% spécialisés dans le cheval. Les agriculteurs diversifiés sont donc majoritaires, les chevaux sont principalement rencontrés en complément de bovins (lait ou viande). > Répartition des actifs 42 % 3 % 13 % > Répartition des retraités 42 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs autres Non agriculteurs du monde du cheval Non agriculteurs autres La part de temps de travail consacrée est faible. En effet, seulement 18% des éleveurs déclarent y passer plus d un mitemps % 3 % 28 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs autres Non agriculteurs du monde du cheval Non agriculteurs autres > Autre activité élevage 32% 31% 23% 25% Eleveurs Trait Total éleveurs 6% 5% 8% 11% 7% 6% 2% 2% VL VA Boeufs Jeunes Chèvres Granivore génisses bovins brebis > Main-d œuvre dédiée à l activité cheval 0,6 à 1,9 ETP 14 % 2 à 4,9 ETP 3 % 5 ETP et plus 1 % 0 à 0,5 ETP 82 % 12

12 Les éleveurs de chevaux de sport L es élevages de chevaux de sport arrivent en deuxième position mais ne représentent que 20% des élevages équins de Franche-Comté. Ils comptent en moyenne 2 poulinières pour un effectif total de 14 chevaux. > Moins de juments dans les élevages La proportion de petits éleveurs (1 à 2 juments) est plus élevée que chez les éleveurs de trait et représente près des ¾ des éleveurs de chevaux de sport. Très peu (8%) possèdent leur(s) propre(s) étalon(s). L effectif de poulains est plus élevé dans les élevages de sport qu en trait. Les chevaux de sport sont conservés plus longtemps sur les exploitations puisque la plupart des acheteurs recherchent des chevaux au minimum débourrés. 30% des éleveurs vendent malgré tout avant le débourrage. > Effectifs moyens de chevaux dans les élevages Chevaux Juments saillies 4 Sport Trait > Un secteur dominé par le Selle Français > Sport Les élevages sont majoritairement orientés vers la production de chevaux d obstacles (57%) et de concours complet (32%). La production de chevaux d enseignement n est pas annoncée comme prioritaire par les éleveurs puisqu elle ne concerne que 5% d entre eux. Près de 9 éleveurs de sport sur 10 élèvent des Selle Français, plutôt destinés à l obstacle et au concours complet. 3 % 1 % 32 % 2 % 57 % Obstacle Dressage Concours complet Endurance Attelage Enseignement 13

13 > Des éleveurs professionnels? > Des éleveurs qui se sentent... Les éleveurs de chevaux de sport se considèrent globalement plus professionnels que les éleveurs de chevaux de trait. Ceci peut s expliquer par la destination des produits en sport, voués aux concours du plus haut niveau possible L activité d élevage est motivée par le désir de faire naitre un produit performant chez 62% des éleveurs interrogés. Animateurs rég. 47 % Eleveurs pro. 53 % Environ 1/3 d entre eux cherche en priorité à se faire plaisir et seulement à dégager un revenu. Comme chez les autres éleveurs, l objectif économique, même s il n est pas prioritaire, est toutefois recherché chez 72% des éleveurs de chevaux de sport dont 57% recherchent l équilibre entre charges et produits et 15% visent un revenu. Au final, 39% déclarent perdre de l argent avec le cheval, 33% atteindre l équilibre et 28% en dégager un bénéfice. La majorité des éleveurs de sport (78%) destinent leurs chevaux au niveau professionnel. Ces éleveurs essaient de vendre des chevaux débourrés et travaillés, 70% déclarent y parvenir. Globalement les chevaux de sport seraient plus difficiles à vendre que les chevaux de trait. > Objectif de production en Sport Rentabilité Performance 62 % > Recherche de rentabilité Pas de recherche 28 % Revenu 1 Plaisir 33 % 57 % > Une diversification plus importante des activités équines > Vente des poulains de Sport La diversification des activités équines concerne un quart des éleveurs de chevaux de sport, contre 13% chez les éleveurs de trait. Il s agit principalement de pensions et d enseignement. Selon les personnes interrogées, cette diversification représente moins d un quart du revenu dans la quasi totalité des cas. Tous difficilement 68 % Tous facilement 24 % Une partie 2 % Rarement 6 % 14

14 > Plus de temps consacré au cheval 4 % des éleveurs de chevaux de sport emploient des salariés. Le cheval de sport est le secteur qui emploie le plus : 70% des salariés travaillant dans des élevages de Franche-Comté sont employés par des éleveurs de sport. Cela s explique aisément par le nombre plus élevé d équidés sur l exploitation, l importance de la valorisation sportive des chevaux (débourrage, travail) et la plus forte diversification des activités équestres. L élevage moyen de sport observé récessite en général 1 équivalent temps plein. > Des agriculteurs minoritaires et toujours spécialisés cheval 36% des éleveurs de chevaux de sport interrogés sont retraités. Leur proportion est donc plus importante en sport qu en trait (26%). > Main-d œuvre 43% 57% Famille > 64 % d actifs chez les éleveurs de chevaux de sport... 36% 64% Sport 91% Stagiaire 96% 9% 4% 29% 71% Trait Salariés Non Oui Non Oui Les éleveurs de sport se distinguent également par le fait que 66% d entre eux, actifs ou non, n appartiennent ni au monde agricole, ni au monde du cheval. Les 31% restants sont composés d agriculteurs majoritairement spécialisés équin et de non-agriculteurs appartenant au monde du cheval (vétérinaires, maréchaux ). > Actifs Eleveurs Sport 56 % 22 % 20 % 2 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs avec autre atelier agricole Activité professionnelle du monde du cheval Autres (doubles actifs) 15

15 > Spécificités par production Trait Sport Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVAGES Cheptel : Nombre moyen de poulinières Elevages avec 6 poulinières et plus Nombre moyen total de chevaux Elevages avec 20 chevaux et plus Elevage ayant au moins un étalon % 18 % 2 10 % % 8 % 3,3 13 % 10,5 16 % 17 % Surface : Totale moyenne Utilisée en moyenne par les chevaux 34 ha 17 ha 47 ha 11 ha 37 ha 16 ha Travail : Temps moyen consacré au cheval 0,3 ETP 1 ETP 0,5 ETP CARACTÉRISTIQUES DES CHEVAUX VENDUS Chevaux vendus : avant le débourrage débourrés débourrés et travaillés 41 % 20 % 39 % 29 % 39 % 32 % 37 % 23 % 40 % Destinataires des chevaux vendus : amateur professionnel 62 % 27 % 21 % 78 % 5 36 % Vente des poulains : rarement en partie en totalité facilement en totalité difficilement 0 19 % 51 % 30 % 6 % 2 % 24 % 68 % 1 % 1 48 % 36 % > Chevaux de trait non vendus Autre utilisation 14 % Gardés 31 % Boucherie 5 16

16 Trait Sport Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVEURS Eleveurs : retraités actifs 29 % 71 % 36 % 64 % 29 % 71 % Objectif prioritaire de production : plaisir performance animale rentabilité 84 % 12 % 4 % 33 % 62 % 7 21 % 4 % Des éleveurs qui se sentent : pas éleveur amateur occasionnel amateur régulier professionnel 6 % 6 % 67 % 21 % % 53 % 63 % 27 % Place du cheval dans l activité professionnelle : En dehors Une partie Totalité 53 % 42 % 50 % 40 % 10 % 54 % 41 % Objectif économique de l éleveur pour son élevage : Aucun Revenu 38 % 41 % 21 % 28 % 57 % 1 37 % 4 18 % Activité cheval : perte ou gain? Gain Perte 26 % 41 % 33 % 28 % 33 % 39 % 26 % 39 % 3 17

17 Les éleveurs qui se considèrent «professionnels», une minorité... C omme partout en France, les éleveurs de chevaux qui se considèrent comme «professionnels» sont minoritaires en Franche-Comté : ils ne sont que 27%. Nous les avons comparés aux autres catégories, notamment aux «amateurs réguliers» (environ 2/3 des éleveurs). > Professionnel, une notion floue La définition du mot professionnel est loin d être univoque dans le domaine du cheval. Certains se qualifient de professionnels au regard de leurs compétences techniques, d autres selon le revenu généré ou encore le statut. Contrairement aux autres productions agricoles, le statut d exploitant ne semble pas indispensable pour se sentir «professionnel». Ils se sentent, pour les 2/3, «amateurs réguliers» et 27% «professionnels». Notons que 5% des détenteurs ne se sentent pas éleveurs. La recherche de performance, dans le domaine du sport, est toujours largement mise en avant par les éleveurs. Notons que seul un tiers des éleveurs qui se disent «professionnels» consacrent la totalité de leur activité professionnelle au cheval. Qu ils soient «professionnels» ou «amateurs régulier», la passion de l élevage est très forte et constitue la motivation prioritaire du plus grand nombre d entre eux. Toutefois, les professionnels sont plus nombreux à affirmer rechercher avant tout la rentabilité (16% chez les «profession- > L éleveur se sent Amateur régulier 63 % > Des éleveurs qui cherchent Rentabilité Performance 62 % Professionnel 27 % pas éleveur Amateur occasionnel Plaisir 33 % 19

18 nels» contre moins de 4% chez les «amateurs réguliers»). Ils sont également plus nombreux à vouloir produire des chevaux performants (34% contre 19% chez les «amateurs réguliers»). «Professionnels» ou «amateurs réguliers» une majorité d éleveurs a un objectif économique qui va de l équilibre des charges à l obtention d un revenu. Les «professionnels» sont plus nombreux que les «amateurs réguliers» à rechercher un revenu (31% contre 14%). > Objectif des éleveurs de chevaux de sport 14% 31% 54% 37% 32% 32% Eleveurs pro Amateur régulier Revenu Pas d objectif > Résultats de l élevage dit professionnel Très logiquement, plus de «professionnels» calculent leur prix de revient : 68% contre seulement 35% chez les «amateurs réguliers». 31% des professionnels déclarent que le cheval constitue une dépense Même si les «professionnels» gagnent mieux leur vie avec le cheval que les «amateurs réguliers», environ 1/3 des éleveurs perdraient de l argent dans les 2 catégories. 34% des «professionnels» déclarent malgré tout dégager un revenu, contre seulement 22% chez les «amateurs réguliers». > Des structures plus conséquentes chez les professionels Un équilibre 3 Une dépense 31 % Un gain 34 % Les éleveurs «professionnels» détiennent des élevages plus importants : en moyenne 15 chevaux dont 5 juments saillies. 44% d entre eux possèdent plus de 10 chevaux et 31% ont plus de six juments saillies. Chez les «amateurs réguliers», 39% ont plus de 10 chevaux et 8% plus de six juments saillies. > Effectifs moyens de chevaux Juments sailies Chevaux Eleveurs pro Amateur régulier 20

19 A contrario, les «professionnels» exploitent en moyenne moins d hectares que les «amateurs réguliers». Cependant, ils consacrent près des trois quarts de leur surface aux chevaux, contre seulement 40% pour les «amateurs réguliers». Ils sont donc davantage spécialisés dans le cheval. La spécialisation «cheval» se caractérise également par davantage de temps consacré, en moyenne 1,1 ETP contre 0,3 chez les «amateurs réguliers». Les éleveurs «professionnels» emploient davantage de salariés et stagiaires. > Main-d œuvre globalement mobilisée 88% 63% 18% 15% 4% 11% 1% 0% Eleveurs pro Amateur régulier 0 à 0,5 ETP 0,6 à 1,2 ETP 1,3 à 1,9 ETP 2 ETP et plus > Des agriculteurs spécialisés dans le cheval Les éleveurs qui se disent «professionnels» ou «amateurs réguliers» sont actifs à 70%. > Répartition des actifs qui se sentent professionnels Chez ces actifs «professionnels», 63% majoritairement agriculteurs sont spécialisés dans le cheval. Chez les actifs «amateurs réguliers», les agriculteurs spécialisés cheval sont minoritaires (3%). Enfin, chez les retraités «professionnels», on trouve 72% d éleveurs qui ne sont ni issus du milieu agricole, ni du monde du cheval. 13 % 24 % 27 % 38 % Agriculteurs spécialisés équins Agriculteurs autres Non agriculteurs du monde du cheval Autres > Diversification des activités Pensions travail Pensions sans travail Pensions repro Enseignement Etalonnage Eleveurs professionnels 1 6 % 8 % 13 % 16 % Amateurs réguliers et occasionnels 3 % 1 % 2 % 1 % 21

20 > Eleveurs «plaisir», éleveurs «performance» > Nombre de chevaux chez les «éleveurs-performance» Plus de 60% des éleveurs qui déclarent chercher avant tout la performance élèvent des chevaux de selle (61%) ou de trait (36%). Chez ces mêmes éleveurs les effectifs d équidés sont variables mais 1/3 d entre eux possèdent entre 10 et 19 chevaux. 20 chevaux et + 19 % 10 à 19 chevaux 34 % moins de 5 chevaux 34 % 5 à 9 chevaux 13 % La taille de l élevage ne semble pas corrélée à cet enjeu spécifique. En revanche, la mise à la reproduction est régulière, 93% font saillir au moins une jument chaque année. La recherche d équilibre financier anime plus de la moitié (56%) de ces éleveurs. > Recherche de rentabilité des «éleveurs-performance» Plus de 80% des éleveurs qui disent élever par plaisir possèdent des chevaux de trait. Ils sont nombreux à en détenir moins de 5 mais font également saillir (à 91%) régulièrement une ou plusieurs juments. Cette catégorie d éleveur semble moins préoccupée par la rentabilité économique de l activité dans la mesure ou seuls 15%, et il s agit plutôt des élevages importants, cherchent à dégager un revenu. Revenu 14 % 56 % Pas d objectif 30 % > Recherche de rentabilité des «éleveurs-plaisir» 44 % Revenu 1 Pas d objectif 41 % 22

21 > Professionnels et amateurs réguliers Professionnels Amateurs réguliers Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVAGES Cheptel : Nombre moyen de poulinières Elevages avec 6 poulinières et plus Nombre moyen total de chevaux Elevages avec 20 chevaux et plus Elevages ayant au moins un étalon 5 31 % % 14 % 3 8 % % 20 % 3,3 13 % 10,5 16 % 17 % Surface : Totale moyenne Utilisée en moyenne par les chevaux 25 ha 18 ha 42 ha 17 ha 37 ha 16 ha Travail : Temps moyen consacré au cheval 1,1 ETP 0,3 ETP 0,5 ETP CARACTÉRISTIQUES DES CHEVAUX VENDUS Chevaux vendus : avant le débourrage débourrés débourrés et travaillés 39 % 17 % 44 % 36 % 27 % 37 % 37 % 23 % 40 % Chevaux produits pour la pratique sportive de niveau : amateur professionnel autre 18 % 76 % 6 % 21 % 2 4 % 5 36 % 8 % Chevaux vendus : rarement en partie en totalité facilement en totalité difficilement 3 % 6 % 28 % 63 % 1 % 19 % % 1 48 % 36 % 23

22 Professionnels Amateurs réguliers Toutes productions CARACTÉRISTIQUES DES ÉLEVEURS Eleveurs : retraités actifs 32 % 68 % 30 % 70 % 29 % 71 % Objectif prioritaire de production : plaisir performance animale rentabiilté 50 % 34 % 16 % 81 % 19 % % 4 % Auto-perception par l éleveur de son statut : pas éleveur amateur occasionnel amateur régulier professionnel 60 % 39 % 1 % 0 % 79 % 14 % 1 % 6 % 63 % 27 % Place du cheval dans l activité rofessionnelle : En dehors Une partie Totalité 49 % 32 % 19 % 52 % 47 % 1 % 54 % 41 % Objectif économique de l éleveur pour son élevage : Aucun Revenu 32 % 37 % 31 % 32 % 54 % 14 % 37 % 4 18 % Activité cheval : perte ou gain? Gain Perte 34 % 3 31 % 22 % 4 33 % 26 % 39 % 3 24

23 Résultats technico-économiques E n Franche-Comté, comme dans les autres régions enquêtées, les éleveurs équins cherchent avant tout à se faire plaisir dans trois cas sur quatre. Comme ailleurs, la dimension affective tient une place importante et n est pas toujours conjuguée avec l intérêt propre de l éleveur. > Une affaire de passionnés Parmi les éleveurs interrogés en Franche- Comté, peu déclarent rechercher avant tout la rentabilité. La passion du cheval qui anime très fortement les éleveurs n occulte cependant pas toujours l aspect économique et s y conjugue souvent puisque 45% des éleveurs souhaitent équilibrer charges et produits et 18% cherchent un revenu. > Objectifs premiers des éleveurs Performance 21 % Rentabilité 4 % Plaisir 7 > Une activité pas toujours rentable 75% des éleveurs ayant un objectif économique d équilibre des charges et produits ou de rémunération parviennent à atteindre leur but. Ceux qui ne l atteignent pas l expliquent par une absence d acheteurs, des coûts trop élevés et des prix trop bas, ou par le fait que l activité est encore récente. Finalement, les activités liées au cheval (élevage, pensions, enseignement, entraînement, étalonnage, débardage, etc.) constituent une perte pour 35% des éleveurs et un bénéfice pour seulement un éleveur sur quatre. > Objectif économique Pas de recherche 37 % Revenu 18 % > L activité cheval : perte ou bénéfice? Perte 3 39 % 4 Bénéfice 26 % 25

24 > Les éleveurs qui gagnent 26% des éleveurs déclarent tirer un revenu de leurs activités équines (élevage, pensions, enseignement, entraînement, étalonnage..). Ces structures ont de plus gros effectifs : 58% détiennent 10 chevaux et plus, et 62% ont au minimum 3 poulinières mises à la saillie pratiquement tous les ans. Le temps consacré au cheval est plus important que dans les autres élevages : 30% y consacrent plus de 0,5 ETP. Ils sont aussi plus nombreux à avoir recours à de la main d œuvre extérieure, mais essentiellement non salariée : aide familiale (87%) et stagiaires (18%). 85% des éleveurs qui déclarent gagner de l argent sont des actifs. Ils sont alors soit professionnels du cheval, soit agriculteurs. Les objectifs de revenu ou de performance sont annoncés de manière prioritaire avant même l objectif de plaisir pour 44% d entre eux. Ils sont 65% à calculer le prix de revient du cheval contre 30 à 40% dans les catégories d éleveurs qui perdent de l argent ou équilibrent juste les charges et produits. Beaucoup d éleveurs parviennent à vendre tous leurs chevaux. Les éleveurs qui déclarent gagner de l argent sont plus nombreux à annoncer leurs difficultés à vendre (67% contre 25 à 27 % chez les éleveurs qui perdent ou équilibrent les charges et produits). Les prix pratiqués par ces éleveurs sont en effet plus élevés et la mise en marché est donc une étape qui demande plus de sérieux et de rigueur. > Résultats des ventes Rarement 1 % Oui, tous difficilement 36 % > Niveau de rentabilité des élevages de sport 28% Pas de recherche Oui, une partie 1 57% Oui, tous facilement 48 % 15% Revenu > Niveau de rentabilité des élevages de trait 41% 38% 21% Pas de recherche Revenu 26

25 Le réseau équin national qui s est mis en place dès 2007 dans 17 régions françaises compte 265 entreprises équines suivies par 41 ingénieurs de Chambre d Agriculture et de Conseils des chevaux. Une diversité de systèmes de production a été retenue dans le choix des élevages de chevaux, poneys et d établissements équestres. Enquêtes : Enquêtes téléphoniques menées auprès de 83 éleveurs de chevaux et poneys de la région Franche-Comté par les étudiants du lycée de Chaumont et dépouillées par Marine LEROY et Amélie MISAINE (stagiaires SupAgro Montpellier)

26 Le cheval en Franche-Comté Les élevages équins de Franche-Comté sont généralement de petites structures avec en moyenne 3,3 poulinières. Il s agit d une activité traditionnelle de la région, pratiquée par des passionnés plutôt âgés. Deux productions dominent : le cheval de trait largement en tête, suivi par le sport. Les filières de loisir et courses sont quasi absentes. Les chevaux de trait sont souvent élevés par des agriculteurs dont l élevage bovin reste l activité principale. En tant que berceau de race, ils sont nombreux à produire des reproducteurs de qualité à destination de la France entière. Le débouché principal est celui de la viande. Une faible proportion des animaux sera valorisée sur le circuit de l attelage, malgré le savoir faire régional. L élevage de chevaux de sport, est dominé par les Selle Français produits pour l obstacle et le concours complet de niveau professionnel. Ils sont vendus valorisés après avoir été travaillés, mais trouvent plus difficilement preneurs. Document : Rédigé par Loïc MADELINE, Valérie MONTEUX (Institut de l Elevage) et Caroline CHEVASSUS (Chambre Régionale d Agriculture de Franche-Comté) Librairie des Haras nationaux Les écuries du Bois LE PIN AU HARAS Tél Fax Institut de l Élevage 149 rue de Bercy PARIS CEDEX 12 Tél Fax Juillet 2010 Crédits photos : Institut de l Elevage - Haras nationaux Coll. de l Aulne - Chambre Régionale d Agriculture de Franche-Comté - DR Mise en page : Isabelle GUIGUE (Institut de l Elevage) N IE : ISBN :

Coût de production d un cheval de sport en Normandie

Coût de production d un cheval de sport en Normandie Coût de production d un cheval de sport en Normandie RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Novembre 2013 Dans le cadre d une mise à jour, en 2010, du calcul des coûts de production portée

Plus en détail

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE REGIONAL. Filière équine de Franche-Comté

OBSERVATOIRE ECONOMIQUE REGIONAL. Filière équine de Franche-Comté OBSERVATOIRE ECONOMIQUE REGIONAL Filière équine de Franche-Comté Sommaire p2 Editorial..p3 Présentation....p4 La région p4 La méthodologie p4 Le territoire....p5 L effectif d équidés..p5 Les surfaces valorisées

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 2015

Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 2015 Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 215 L élevage : premières tendances 215 Course : hausse marquée des naissances enregistrées début 215 Selle et poney : légère hausse des naissances enregistrées en

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau FORMATION Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau Solange RATTIN SCEES Bureau de l information statistique L enseignement technologique et professionnel

Plus en détail

Le cheval en. Picardie 2011. ww.cheval-picardie.com. Observatoire économique régional Données 2009

Le cheval en. Picardie 2011. ww.cheval-picardie.com. Observatoire économique régional Données 2009 Le cheval en Picardie 2011 Observatoire économique régional Données 2009 ww.cheval-picardie.com. Le cheval en Picardie : EDITO Depuis 2003, le Conseil Inter-régional du Cheval (C.I.C.) Nord - Pas de Calais

Plus en détail

L élevage équin en région Centre

L élevage équin en région Centre RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine L élevage équin en région Centre A l initiative des Haras nationaux et de l Institut de l Elevage, un nouveau dispositif de recherche sur les structures

Plus en détail

Coût de production d un cheval de sport. Principes méthodologiques

Coût de production d un cheval de sport. Principes méthodologiques Coût de production d un cheval de sport Principes méthodologiques RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Septembre 2010 Introduction Afin d apporter des éléments de réponse aux nombreuses

Plus en détail

Chiffres clés 2010. Filière équine. données 2009. +8% de cavaliers licenciés +0,2% de paris sur les courses -7% de viande consommée

Chiffres clés 2010. Filière équine. données 2009. +8% de cavaliers licenciés +0,2% de paris sur les courses -7% de viande consommée Chiffres clés 2010 Filière équine données 2009 +8% de cavaliers licenciés +0,2% de paris sur les courses -7% de viande consommée +1% d emplois agricoles équidés ET EmploiS Un effectif d équidés en croissance

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

FLASHur... L emploi dans la filière équine. en Basse-Normandie. Ressources sur l emploi, la formation et les métiers

FLASHur... L emploi dans la filière équine. en Basse-Normandie. Ressources sur l emploi, la formation et les métiers FLASHur... L emploi dans la filière équine en Basse-Normandie 2009 Ressources sur l emploi, la formation et les métiers S o m m a i r e Etat des lieux de la filière équine page 2 Résultats de l enquête

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval

Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval 3 ème Journée du Réseau Equin Provence-Alpes-Côte D'Azur Mercredi 9 avril 2014 Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval Jérôme DAMIENS Quelle idée? Répondre à la question des éleveurs : «Mon

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

GUIDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DE DÉMARRAGE DE L ENTREPRISE DE PRODUCTION OVINE

GUIDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DE DÉMARRAGE DE L ENTREPRISE DE PRODUCTION OVINE GUIDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DE DÉMARRAGE DE L ENTREPRISE DE PRODUCTION OVINE Résultats d une enquête effectuée en 2011 GUIDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DE DÉMARRAGE DE L ENTREPRISE DE PRODUCTION OVINE Résultats

Plus en détail

La filière équine en. Données 2009 Observatoire économique régional. Conseil des Chevaux de. Champagne-Ardenne

La filière équine en. Données 2009 Observatoire économique régional. Conseil des Chevaux de. Champagne-Ardenne La filière équine en Champagne-Ardenne REFErences - Réseau Economique de la Filère Equine Données 2009 Observatoire économique régional Conseil des Chevaux de Champagne- Ardenne EDITO 2 L une des missions

Plus en détail

Filière équine Chiffres clés 2011

Filière équine Chiffres clés 2011 Le réseau REFErences, acteur de la connaissance économique de la filière équine Fournir des repères techniques et économiques fiables et actualisés pour mieux connaître les entreprises de la filière et

Plus en détail

La balance commerciale de la filière sport-loisirs

La balance commerciale de la filière sport-loisirs Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine La balance commerciale de la filière sport-loisirs Par : Aline Decouty (Institut de l élevage), Emilie Anguelu, Xavier Dornier et Pascale

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise

Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise Profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise L année 2009 a été le témoin d un grand bouleversement en matière de création d entreprises avec la mise en place du régime de l auto-entrepreneur. Institué

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 27 mars 2015 Levée d embargo le 27 Mars 2015 06H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

Infos éleveurs. Les aides équines en Picardie. Picardie. Lesquelles, pour qui, comment?

Infos éleveurs. Les aides équines en Picardie. Picardie. Lesquelles, pour qui, comment? Picardie Infos éleveurs Les aides équines en Picardie Lesquelles, pour qui, comment? Les productions équines, sont considérées comme des productions agricoles depuis 2005. A ce titre, les éleveurs d équidés

Plus en détail

Les Françaises et la création d entreprises

Les Françaises et la création d entreprises Les Françaises et la création d entreprises Cette note a été élaborée à partir des résultats d un sondage intitulé «Les femmes et la création d entreprise», produit en janvier 2012 par OpinionWay pour

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer

Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Le regard des Français de l'hexagone sur l Outre-Mer Enquête «miroir» auprès des Français de l'hexagone originaires et non-originaires d Outre-Mer A l occasion de la 5 ème édition de la JOMD (Journée Outre-Mer

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme

Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme Numéro 19 Novembre 2009 Suivi et insertion professionnelle des étudiants diplômés d un Master II en 2007 18 mois après l obtention du diplôme Près de 7 diplômés sur 10 sont en emploi en février 2009 Situation

Plus en détail

Observatoire départemental

Observatoire départemental Dossier de presse Janvier 2016 Observatoire départemental Etude relative aux prix pratiqués au sein des pompes funèbres dans le Doubs Contact presse : Marlène Amiotte-Petit : 03 81 88 76 84 Marlene.Amiotte-Petit@famillesrurales.org

Plus en détail

Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon

Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon Deux sites, deux contextes L étude a été menée sur les deux sites QUALIGOUV choisis sur le territoire

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise

Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Recrutement et intégration des jeunes cadres en entreprise Introduction Pourquoi cette enquête? Dans le cadre de la crise financière, les medias abordent le chômage des jeunes en Europe de manière récurrente.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Géomatique et environnement de l Université Paris 1 - Panthéon- Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

La filière du cheval en Alsace

La filière du cheval en Alsace La filière du cheval en Alsace Conseil des Chevaux d Alsace Observatoire Économique Régional Édition 2009-2011 Mot du président «L AFCA œuvre depuis plusieurs années en Alsace à l harmonisation et au soutien

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Enquête auprès des pharmaciens titulaires d'officine en Auvergne en 2012

Enquête auprès des pharmaciens titulaires d'officine en Auvergne en 2012 Enquête auprès des pharmaciens titulaires d'officine en Auvergne en 212 M VENZAC, S MAQUINGHEN Juin 214 Les auteurs tiennent à adresser leurs plus vifs remerciements aux pharmaciens titulaires d'officine

Plus en détail

Typologie des éleveurs de chevaux de Basse-Normandie

Typologie des éleveurs de chevaux de Basse-Normandie RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Typologie des éleveurs de chevaux de Basse-Normandie Un nouveau dispositif de recherche sur les structures équines s est mis en place depuis 2007 dans

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Communiqué de presse Paris, le 7 avril 2014 Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Malakoff Médéric qui assure la santé

Plus en détail

L insertion professionnelle des Licences Professionnelles de l Université Toulouse 1 Capitole

L insertion professionnelle des Licences Professionnelles de l Université Toulouse 1 Capitole Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Licences Professionnelles de l Université Toulouse 1 Capitole Résultats de l enquête nationale sur le devenir des diplômés 2009 de Licence

Plus en détail

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006

Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Enquête insertion professionnelle 2008 Devenir des diplômés de master 2006 Les 718 diplômés ayant quitté l'université de Franche-Comté, ont reçu une lettre les invitant à répondre à un questionnaire sur

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

L élevage équin en Languedoc-Roussillon

L élevage équin en Languedoc-Roussillon RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine L élevage équin en Languedoc-Roussillon Un réseau équin régional s est mis en place depuis 2007 en Languedoc-Roussillon grâce à une démarche très volontaire

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants V0Z-Aides-soignants Synthèse Les aides-soignants délivrent aux patients hospitalisés l ensemble des soins à caractère non médical. Les aides puéricultrices qui travaillent en crèche sont comprises dans

Plus en détail

Le financement public des associations entre subventions et commandes

Le financement public des associations entre subventions et commandes Le Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l Éducation populaire et de la Vie associative www.associations.gouv.fr Le financement public des associations entre subventions et commandes État des lieux

Plus en détail

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS

FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS FORMATION PROFESSIONNELLE & APPRENTISSAGE FICHES D ÉVALUATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON AUPRÈS DES APPRENTIS Selon l enquête de satisfaction et de devenir des bénéficiaires

Plus en détail

Enquête : les sous-traitants bourguignons

Enquête : les sous-traitants bourguignons Enquête : les sous-traitants bourguignons Octobre 2014 707 établissements bourguignons ont été identifiés comme travaillant en sous-traitance en mécanique générale, assemblage-soudage, chaudronnerie-tôlerie,

Plus en détail

Observatoire des prix

Observatoire des prix Dossier de presse Jeudi 10 janvier 2013 Observatoire des prix Présentation, résultats et analyse Contacts presse : Laëtitia Verdier : 01 44 91 88 88 laetitia.verdier@famillesrurales.org Nelly Jennin :

Plus en détail

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES Par Chantal Lavallée Parrainage civique des MRC d Acton et des Maskoutains Août 2010 Les personnes handicapées, tout comme les familles où elles vivent, sont

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATIONS STATISTIQUES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE. La population enquêtée en 2007

BULLETIN D INFORMATIONS STATISTIQUES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE. La population enquêtée en 2007 StatEA N 08-04 Avril 2008 BULLETIN D INFORMATIONS STATISTIQUES DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE L enquête 2007 auprès des diplômés BAC PRO sortis en 2003 confirme la finalité

Plus en détail

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Sabrina VOLANT (DREES) Etudes

Plus en détail

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES 27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES UNE PHOTOGRAPHIE DE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ AU-DELÀ DES CLICHÉS Majoritaires dans la population, en situation de quasi parité dans la population active occupée,

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014 Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 214 L élevage Galop : des saillies en baisse à mi-année 214 Trot : hausse marquée de la production à mi-année 214 Selle : nouvelle baisse du nombre de juments

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

Peut-on encore devenir propriétaire en France?

Peut-on encore devenir propriétaire en France? Peut-on encore devenir propriétaire en France? 1 locataire sur 2 se résigne à ne jamais le devenir Pour la première fois en 2010, le logement devenait la quatrième préoccupation des Français derrière l

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Les résultats des élevages de porcs français en 2010

Les résultats des élevages de porcs français en 2010 Les résultats des élevages de porcs français en 10 L année 10 ne restera pas dans les annales. Similaire à 9, elle permet tout juste en moyenne d équilibrer le résultat des éleveurs. Il ne faut pas s y

Plus en détail

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT LA LETTRE N 2 DE LA CPNEF DU SPORT COMMISSION PARITAIRE NATIONALE EMPLOI FORMATION OBSERVATOIRE DES MéTIERS DU SPORT SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT Décembre 2010

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

3.7 MRC de Montmagny. Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 119

3.7 MRC de Montmagny. Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 119 3.7 MRC de Montmagny Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 119 Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 120 MRC de Montmagny

Plus en détail

Parrainez un futur champion

Parrainez un futur champion Parrainez un futur champion L Ecurie des Preux a été créée à la fin de 2010. A l origine de cette entreprise, il y eu le constat que l Allier, terre d élevage, connaît un déficit de propriétaires par rapport

Plus en détail

Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014

Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014 Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014 Cette fiche de synthèse fournit un ensemble d indicateurs de contexte et de performance historisés et regroupés

Plus en détail

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014

à Master recherche observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 observatoire régional #42 Synthèse régionale août 2014 à Master recherche Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master recherche promotion 2011 1 046 diplômés de M2 recherche en

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Etude Poulpeo - Ipsos Public Affairs sur les comportements de consommateurs dans 11 pays

Etude Poulpeo - Ipsos Public Affairs sur les comportements de consommateurs dans 11 pays Etude Poulpeo - Ipsos Public Affairs sur les comportements de consommateurs dans 11 pays LES FRANÇAIS PARMI LES MOINS MOTIVES PAR L ACHAT EN LIGNE [1] Une étude menée dans 11 pays revèle que les internautes

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

http://www.ipsos.fr/canalipsos/articles/1752.asp?rubid=0&print=1

http://www.ipsos.fr/canalipsos/articles/1752.asp?rubid=0&print=1 Page 1 of 6 Les caisses «libre-service», une solution aux files d attentes? 19 décembre 2005 - La période des fêtes de fin d année, pourtant largement placée sous le signe de la consommation, peut s avérer

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses AVRIL 2011 N 033 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARCOURS DES INTÉRIMAIRES : les intérimaires les plus expérimentés ont été moins

Plus en détail

Les lycées et lycéens ligériens

Les lycées et lycéens ligériens Près de 143 000 élèves scolarisés à dans les lycées ligériens Les lycées généraux sont de grands établissements qui scolarisent la moitié des élèves ligériens. Les lycées professionnels sont plus petits

Plus en détail

Réf. : Votre courrier de saisine du 8 juillet 2014

Réf. : Votre courrier de saisine du 8 juillet 2014 Paris, le 15 janvier 2015 5, PLACE DES VINS DE FRANCE 75573 PARIS CEDEX 12 FRANCE TELEPHONE : + 33 1 53 44 22 80 E-mail : michel.prada@finances.gouv.fr Le Président du Conseil de normalisation des comptes

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

Image & Stratégie LES SENIORS ET LA CREATION D ENTREPRISE. - Synthèse du sondage de CSA - N 1001594B Novembre 2010

Image & Stratégie LES SENIORS ET LA CREATION D ENTREPRISE. - Synthèse du sondage de CSA - N 1001594B Novembre 2010 Image & Stratégie LES SENIORS ET LA CREATION D ENTREPRISE - Synthèse du sondage de CSA - N 1001594B Novembre 2010 CSA Politique-Opinion 2 rue de Choiseul, 75002 Paris Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax. (33)

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE)

EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL. Jacques GARCIAZ (FRANCE) EVOLUTION DE LA FORMATION A LA FEDERATION NATIONALE HANDI-CHEVAL Jacques GARCIAZ (FRANCE) La formation continue en France Ces trente dernières années ont vu se multiplier, tant en France qu à l étranger

Plus en détail

Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009)

Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009) Halte Pouce - Dépouillement du questionnaire (Période de l enquête de juillet à septembre 2009) 22 questionnaires ont été retournés (dont une personne habitant le département 77). La période estivale est

Plus en détail

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0 Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002 questions d économie de la santé analyses Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et

Plus en détail