Auto-assurance par le bas : une méthode efficace pour grimper en solo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Auto-assurance par le bas : une méthode efficace pour grimper en solo"

Transcription

1 Auto-assurance par le bas : une méthode efficace pour grimper en solo Pierre Boudinet Introduction Ce qui est présenté est le résultat de plus de deux ans d'essais, avec plus de 500 longueurs parcourues, et analyse de différents incidents ou quasi-incidents. Il va sans dire, mais encore mieux explicitement, que la mise en oeuvre des techniques décrites est déconseillée aux débutants et également à des personnes expérimentées en escalade mais pas en manoeuvres de cordes. Même pour quelqu'un d'expérimenté, tout ce qui suit est à prendre comme le compte-rendu d'essais techniques et des réflexions que cela a engendré, et pas comme «une recette infaillible pour grimper tout seul». Il existe des méthodes, plus ou moins bien documentées dans des livres ou sur Internet ; on peut citer la méthode Steeve Barnett qui utilise un noeud de Prüssik et une poulie pour repousser ce noeud et éviter qu'il ne bloque la corde lorsque l'on monte normalement. On peut citer également la méthode employant un GriGri, sensé ne pas bloquer la corde si elle coulisse doucement et la bloquer en cas de chute. Voir par exemple ici : Ces méthodes fonctionnent, mais pas parfaitement : outre le risque, dans certaines configurations, de ne pas bloquer le grimpeur qui chuterait, elles souffrent souvent du défaut inverse, aussi grave, de bloquer la corde quand il ne faut pas : par exemple dans un passage critique où, en plein effort, on ne peut pas se libérer une main pour décoincer le dispositif. Autrement dit, ces méthodes ne sont employables que dans des longueurs d'escalade de niveau très facile relativement à celui du grimpeur, ce qui est très limitant. En termes de lourdeur et de rapidité, pour de telles voies, il peut devenir plus intéressant, car moins fatigant et moins générateur de risques plus importants que celui de chute, de grimper sans assurance. Par conséquent, une méthode d'auto-assurance plus fiable, plus ergonomique, moins fatigante, et permettant de grimper des voies à son niveau, reste à trouver : cet écrit espère y contribuer. Descriptif de la méthode Il s'agit simplement d'employer la plaquette Gigi (fabriquant Kong) avec une corde en double, de la même façon que cela est utilisé pour assurer un second de cordée une fois arrivé au relais. Ce sont simplement les directions de travail qui ne font pas le même angle avec le champ de pesanteur que dans le cas d'une utilisation «normale». Autrement dit, le second de cordée est remplacé par un point fixe (amarrages ou arbre par exemple) auquel les deux cordes sont attachées. L'amarrage auquel serait attachée la plaquette Gigi est remplacé par le baudrier du grimpeur. Quant à la main de l'assureur, elle est absente de la configuration, sauf pour débloquer une plaquette bloquée par une chute et permettre à la corde de coulisser pour continuer à grimper : puisque la longueur de corde entre le point fixe et le grimpeur

2 augmente au cours du temps, tout se passe comme si on assurait un second de cordée qui désescaladait. Il est impératif de mettre des noeuds en bout de corde côté «libre» afin que la corde ne puisse d'échapper de la plaquette si on arrive en bout de corde. La séquence d'images suivante présente le fonctionnement du dispositif et la mise en oeuvre de la technique (voie : «tu ris hobbit», secteur Débloque, falaise de Sous Buën, Baume les Dames). Mise en place de la plaquette Mise en place des amarrages initiaux Mise en place du premier Simulation d'une chute amarrage Progression mousquetonnage et On peut ne mousquetonner les brins en même temps. pas deux

3 L'image agrandie ci-dessous présente le détail de l'installation de la plaquette Gigi

4 Risques, dysfonctionnements et analyse statistique La méthode testée n'est pas parfaite, au sens où elle ne stoppe pas la chute dans toutes les configurations : ce serait le cas, notamment, pour une chute tête en bas. Ce type de chute peut survenir, par exemple, si l'on se prend le pied dans la corde d'assurance (configuration dite «corde faucheuse»). De ce fait, on ne peut grimper en oubliant totalement ni la corde, ni les possibilités de chute. Il n'aura pas échappé à un lecteur assidu que le matériel employé pour la démonstration est un baudrier de spéléologie. Entre la plaquette et le baudrier, il y a par conséquent le maillon à vis de ceinture (MAVC) et un mousqueton autolock : l'un de ces deux éléments peut lâcher sous un choc. Spécialement, le MAVC n'est pas prévu pour supporter les chutes de facteur élevé comme il pourrait en survenir juste après un relais. Le delta mis en travers de la plaquette Gigi peut mal se positionner et laisser glisser la corde. À l'expérience, statistiquement, cela ne constitue pas un problème trop important. Avec une corde de petit diamètre relativement aux fentes de la plaquette (disons de diamètre inférieur à 9mm), il n'est pas exclu que la corde se vrille au niveau de sa traversée du dispositif. Dans une telle configuration, le dispositif ne fonctionne plus. En cas de chute de facteur voisin de 2, rien de garantit que la corde ne va pas casser au niveau de la plaquette (zone de faible rayon de courbure). En effet, le matériel est employé en dehors de sa gamme d'utilisation nominale. Concernant celle-ci : il y a peu de choc lors de la chute d'un second de cordée, et il y a tout le tirage des amarrages intermédiaires, limitant la contrainte exercée sur la corde au niveau de la plaquette, dans le cas d'une chute du premier dans une cordée de deux personnes. La méthode présentée pourrait très bien être employée avec une corde en simple. Cependant, l'utilisation d'une corde en double semble procurer deux avantages. D'une part, il est possible de mousquetonner l'un des brins assez haut au-dessus du grimpeur sans pour autant tomber d'une hauteur importante si l'on chute à ce moment : l'autre brin ne présente pas de mou. D'autre-part, la probabilité que les deux brins de corde, ayant des cheminements différents et soumis à des tensions différentes, cassent en même temps, est faible. Dans certaines sections critiques de la voie, une protection supplémentaire peut être mise en place pour être certain d'être stoppé, même en cas de chute tête en bas : en gardant une réserve de longueur qui permet de sortir du passage critique et de mousquetonner confortablement, on effectue un noeud de plein poing avec les deux brins de corde «libres» sortant de la plaquette, et on les passe dans une longe. Ainsi, la corde ne peut coulisser au travers de la plaquette plus loin que les noeuds et, pourvu que l'on soit assez haut pour ne pas toucher le sol ou un replat, on restera protégé. Au pire des cas, dans un scénario catastrophe improbable, si la plaquette lâche que le MAVC casse, une longe tressée dans le baudrier peut encore retenir le grimpeur. Cette sur-protection doit être employée avec parcimonie vu le temps et les efforts qu'elle coûte pour la défaire. Statistiquement, les incidents suivants ont été rencontrés : Quelques vrillages de l'une des cordes, cela semble beaucoup dépendre de la raideur de la corde et non seulement de son diamètre.

5 Quelques coincements en voie oblique : si l'on n'est pas assez vertical, la plaquette bloque comme pour une chute alors que l'on est en train de monter. Suite à son utilisation avec un descendeur tubulaire, pour la descente, il a été constaté une usure du mousqueton autolock, que les cordes finissent par scier. Cette usure est beaucoup plus inquiétante qu'en spéléologie avec la méthode dite «vertaco» ; cette dernière tolérerait à la limite un mousqueton complètement scié alors qu'ici il y aurait rupture et chute certaine en cas de choc ; avec le même mousqueton, trop usé, employé pour accrocher la plaquette, il va s'ouvrir juste au mauvais endroit. Par conséquent, il y a lieu de changer fréquemment de mousqueton. Quelques emmêlements de la partie «libre» de la corde, bloquant la suite de l'escalade jusqu'à ce que l'on démêle, éventuellement en redescendant au niveau des embrouilles. Surtout, cette méthode reste sujette à la lenteur : même en maîtrisant parfaitement les choses et en grimpant rapidement, on est environ trois fois plus lent qu'une cordée de deux. En effet, sur une voie de plusieurs longueurs, il faut à chaque fois que l'on est monté à un relais redescendre en rappel, récupérer les amarrages, détacher la corde d'en-bas, et remonter en «top rope», voire carrément sur la corde. De plus, les manoeuvres de rangement de corde ralentissent. Spécialement dans le cas d'un relais sur pitons, coinceurs, ou autres éléments moins fiables que des broches scellées, il faut s'assurer que le relais soit compatible avec les deux directions de travail de la corde : vers le bas lorsque l'on redescend, et vers le haut lorsque l'on va monter la longueur suivante. Toutefois, l'avantage de la méthode d'auto-assurance reste entier : cela rend possible ce qui ne le serait pas autrement. Une chute absolument pas voulue ni anticipée a été vécue, le système a fonctionné correctement malgré la proximité du sol. Il a fonctionné correctement à chaque fois que l'on s'est «posé» sur la corde. Tout cela a permis d'équiper des voies cotées en 5c, 6a, et un peu en 6b. Conclusion et perspectives La technique décrite plus haut semble avoir atteint la maturité minimale pour être employée sur le terrain par du personnel averti et être «bêta-testée». La spéléologie dans son ensemble semblant être victime d'une forte baisse de niveau, il a été intéressant d'aller chercher ailleurs des problèmes plus difficiles à résoudre : celui de l'escalade en solo en est un. Cela permet de ré-investir des techniques de cordes apprises ailleurs, pour une activité physique et engagée, et de retrouver un minimum d'élitisme ; quoique le sens de ce terme demanderait une discussion approfondie. Une autre raison beaucoup plus pratique pour un spéléologue de s'intéresser à ce type d'escalade est l'escalade souterraine, éventuellement en post-siphon. S'agissant d'escalade artificielle, la perte de temps évoquée plus haut n'est plus un facteur limitant. De toutes façons, il y a un fort point commun entre le type d'escalade étudié et la plongée spéléologique : il s'agit de confier sa vie à un agrès, dont on est très proche mais sur lequel, en situation normale, on ne tire pas. Autre point commun : le risque zéro n'existe pas, cependant que ce qui motive à pratiquer l'activité n'est pas la prise de risque, simplement la curiosité de savoir «ce

6 qu'il y a après» ; pour satisfaire cette curiosité, tout est mis en oeuvre, y compris la création de nouveaux matériels ou techniques. L'escalade a beaucoup à apporter aux explorations de plongée spéléologique et de spéléologie sur le plan éthique, et c'est une raison de chercher à la pratiquer même sans avoir commencé jeune. L'échelle de cotation initialement crée par l'alpiniste Willo Welzenbach (décédé au Nanga Parbat) comportait six degrés. Cette échelle a été prolongée par le haut avec la création des degrés 7, puis 8, puis 9. Il est clair qu'un facteur de l'atteinte de ces degrés est la possibilité de grimper dans un autre état d'esprit, sans avoir à se préoccuper de ne pas chuter : la chute est devenue possible, sinon ordinaire, avec la certitude qu'elle n'entraîne aucune conséquence. En raison de ses limites, la méthode d'auto-assurance décrite ci-dessus redonne un sens plus originel, rustique, à l'échelle de Welzenbach : bien que les problèmes posés ne soient pas les mêmes que ceux des cordes en chanvre d'antan, c'est un retour au «il ne faut pas tomber» malgré l'existence de la protection. Cela présente un certain intérêt du point de vue éthique. De ce fait, une perspective intéressante pourrait être de coupler cette méthode avec une démarche «trad». Remerciements Concernant les images : merci aux deux jeunes grimpeurs inconnus qui ont eu la courtoisie de manipuler la caméra de l'auteur pendant qu'il leur montrait comment fonctionnait son système. Merci à l'union Sportive de Baume les Dames pour l'entretien de la falaise de Sous Buën ; le nouveau secteur «Débloque», ainsi que le secteur «Pilier des Pirates» sont particulièrement appréciés. Merci au club Verticool de Maîche relativement à l'entretien de la falaise de La Cendrée où différents secteurs et voies («Grimselette» mais pas que) sont particulièrement appréciés. Enfin un clin d'oeil à Catherine de l'usb, ainsi qu'à d'autres personnes au prénom connu ou non, avec lesquelles l'auteur a grimpé occasionnellement quelques voies «normalement».

Sommaire. Les techniques d escalade. De fortune sur demi-cabestan Débrayable Suisse 1/1. fic-somescalade01-c3m

Sommaire. Les techniques d escalade. De fortune sur demi-cabestan Débrayable Suisse 1/1. fic-somescalade01-c3m Les techniques d escalade fic-somescalade01-c3m Sommaire La poulie (moulinette) L assurage Sécurité lors de la mise en place Manip FFME Le rappel Sécurité lors de la mise en place Amarrages en terrain

Plus en détail

Sommaire. L assurage 1/1. fic-somassurage01-c3m

Sommaire. L assurage 1/1. fic-somassurage01-c3m L assurage fic-somassurage01-c3m Sommaire Le matériel Tubes, bloqueurs, plaquettes... Auto-assurage à la montée à la descente du 1 er de cordée avec appareil à la taille/épaule du second de cordée avec

Plus en détail

CHAPITRE 7 : LE RAPPEL

CHAPITRE 7 : LE RAPPEL AVANT-PROPOS CHAPITRE 7 : LE RAPPEL Le rappel même en falaise équipée reste une technique qui présente des risques certains, notamment dus au fait que pour descendre en rappel, les deux grimpeurs doivent

Plus en détail

Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire

Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire Fabrice Paget B.E.E.S Escalade Tél : +336 88 31 14 72 fabrice.paget@orange.fr 1 Glossaire Effectifs Durée des séances Atelier escalade sans être encordée Traversées

Plus en détail

ECOLE DE GLACE SUPPORT DE FORMATION

ECOLE DE GLACE SUPPORT DE FORMATION ECOLE DE GLACE SUPPORT DE FORMATION Club Alpin de Colmar Rédaction Eric MUNIER 1/ LES NOEUDS 1.1 Le nœud de 8 1.2 Le nœud de cabestan 1.3 Le nœud de ½ cabestan 1.4 Le nœud de Marchard 1.5 Le nœud français

Plus en détail

Lot de Sauvetage et de Protection Contre les Chutes (LSPCC) TOP 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 mai 2013(version 4) Page 1 sur 27

Lot de Sauvetage et de Protection Contre les Chutes (LSPCC) TOP 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 mai 2013(version 4) Page 1 sur 27 Lot de Sauvetage et de Protection Contre les Chutes (LSPCC) TOP 1 GmFOR GmFOR Mise à jour le 25 mai 2013(version 4) Page 1 sur 27 TOP 1 : techniques opérationnelles «équipier» Fascicule LSPCC Apprenant

Plus en détail

Escalade dans le Briançonnais

Escalade dans le Briançonnais Escalade dans le Briançonnais Du vendredi 12 au dimanche 14 juin ENCADRANT(S) : Michel Clerget : 06 09 62 90 38 Email : voir rubrique «kifaikoi» sur le site web Anne Claire Cunin : 06 70 92 10 28 Email

Plus en détail

POMPIERS TERRAIN DIFFICILE

POMPIERS TERRAIN DIFFICILE Département de la sécurité, des affaires sociales et de l intégration Service de la sécurité civile et militaire Office cantonal du feu Departement für Sicherheit, Sozialwesen und Integration Dienststelle

Plus en détail

Fiche technique ESCALADE

Fiche technique ESCALADE Mise à jour 01/01/2011 Construire pour le sport Infrasports Fiche technique ESCALADE Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments Infrasports Boulevard du Nord, 8 5000 NAMUR Tél. 081/77.33.70

Plus en détail

comment choisir son epi?

comment choisir son epi? FR comment choisir son epi? le harnais DE SéCURITé ET LES systèmes d arrêt de chutes 2011 Conseil pour le Développement Economique de la Construction a.s.b.l. www.aaa.lu Institut de Formation Sectoriel

Plus en détail

JE SUIS JEUNE OFFICIEL EN ESCALADE. Programme 2012 / 2016

JE SUIS JEUNE OFFICIEL EN ESCALADE. Programme 2012 / 2016 JE SUIS JEUNE OFFICIEL EN ESCALADE Programme 2012 / 2016 Modifié le 11 janvier 2013 12 Décembre 2012-1/26 PRÉAMBULE Ce mémento permet à l élève du collège ou du lycée d officier au sein des rencontres

Plus en détail

Développement et Promotion des Métiers sur Cordes

Développement et Promotion des Métiers sur Cordes Page 1 sur 34 Développement et Promotion des Métiers sur Cordes Zac St Martin - BP 105 / 84124 PERTUIS Tél 04 90 79 74 84 - Fax 04 90 79 50 69 contact@dpmc.eu www.dpmc.eu CQP CORDISTE REFERENTIEL DE CERTIFICATION

Plus en détail

1. Début de la suspension :

1. Début de la suspension : Stage Danse-Escalade Contenus techniiques et miise en œuvre. 1. Début de la suspension : Le détail, pas à pas, d une mise en suspension sur une corde fixe. 1 2 3 4 5 Grimper et rejoindre le point pour

Plus en détail

Installation d un passage protégé «Écuroduc» Dominique BAILLIE

Installation d un passage protégé «Écuroduc» Dominique BAILLIE Installation d un passage protégé «Écuroduc» Dominique BAILLIE Association SOS Ecureuil et Faune Sauvage 7 rue Georges Brassens 60700 Pont Ste Maxence http://grifouniou.free.fr/sosecu2 Novembre 2011 Installation

Plus en détail

Îlots de sécurité Construction d'un relais dans les voies de plusieurs longueurs (plaisir) de Emanuel Wassermann et Michael Wicky

Îlots de sécurité Construction d'un relais dans les voies de plusieurs longueurs (plaisir) de Emanuel Wassermann et Michael Wicky Îlots de sécurité Construction d'un relais dans les voies de plusieurs longueurs (plaisir) de Emanuel Wassermann et Michael Wicky progresser en montagne est le leitmotiv de l'école fédérale d'alpinisme

Plus en détail

Arceau de Parking Télécommandé Blindé, Autonome & Solaire

Arceau de Parking Télécommandé Blindé, Autonome & Solaire Arceau de Parking Télécommandé Blindé, Autonome & Solaire! IMPORTANT : Merci de lire attentivement cette notice et de suivre les conseils de mise en service avant toute utilisation A) Réception du colis

Plus en détail

Développement et Promotion des Métiers sur Cordes

Développement et Promotion des Métiers sur Cordes Développement et Promotion des Métiers sur Cordes Zac St Martin - BP 105 / 84124 PERTUIS Tél : 04 90 79 74 84 - Fax : 04 90 79 50 69 contact@dpmc.eu www.dpmc.eu CQP CORDISTE RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Plus en détail

QUELQUES TECHNIQUES DE BASE POUR L'ALPINISME ET LA RANDONNEE EN HAUTE MONTAGNE

QUELQUES TECHNIQUES DE BASE POUR L'ALPINISME ET LA RANDONNEE EN HAUTE MONTAGNE QUELQUES TECHNIQUES DE BASE POUR L'ALPINISME ET LA RANDONNEE EN HAUTE MONTAGNE Fédération Sportive et Gymnique du Travail 14-16 rue de Scandicci 93508 PANTIN Cedex Tel. : 01 49 42 23 19 fsgt@wanadoo.fr

Plus en détail

L ESCALADE à L ECOLE

L ESCALADE à L ECOLE L ESCALADE à L ECOLE CPC LYON : R.Reynaud EDUCATEURS LYON : D.Kirsh - O.Teulade ANNEXES : ENCADREMENT et SECURITE circulaires ministérielles et académiques PRESENTATION R.Reynaud - déc 96 CPC - LYON 1

Plus en détail

MODE D EMPLOI ST 4000. Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000. Rapport N 2520/14/7656

MODE D EMPLOI ST 4000. Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000. Rapport N 2520/14/7656 Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000 Rapport N 2520/14/7656 APPAREILS DE LEVAGE - STRUCTURES ALUMINIUM ACCESSOIRES DIVERS www.alusd.com TEL : 03.24.59.41.91

Plus en détail

Escalade NORME DE CLASSEMENT DES VOIES ET DES SITES NATURELS D ESCALADE

Escalade NORME DE CLASSEMENT DES VOIES ET DES SITES NATURELS D ESCALADE Escalade NORME DE CLASSEMENT DES VOIES ET DES SITES NATURELS D ESCALADE Adoptée en conseil d administration le 16 juin 2012 2/8 Sommaire 1. OBJET DE CETTE NORME... 3 2. REFERENCES REGLEMENTAIRES... 3 3.

Plus en détail

Des bénévoles référents assurent le bon fonctionnement et la sécurité des séances ; facilitez-leur

Des bénévoles référents assurent le bon fonctionnement et la sécurité des séances ; facilitez-leur Activité : SAE Saison 2015-2016 Code sortie : 15SAE17 www.clubalpin-idf.com Organisateurs : Alain Changenet, Louis-Marie Bessac. Contact : Voir rubrique «kifaikoi» sur le site web Mur d escalade Milliat

Plus en détail

Manuel d'utilisation

Manuel d'utilisation Manuel d'utilisation N 9130 N 2103 09/13 Rideaux et Grilles MURAX ET DENTEL ATTENTION! Pour assurer la sécurité des personnes il est très important de suivre attentivement toutes les instructions ci-dessous

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION MODE D EMPLOI ALT 600 MODE D EMPLOI ALT 600 FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE

MANUEL D UTILISATION MODE D EMPLOI ALT 600 MODE D EMPLOI ALT 600 FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE 1. Présentation. FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION La société ASD est spécialisée dans la conception et le développement de systèmes de levage spécifique à l environnement du spectacle

Plus en détail

Règlement intérieur 2014-2015

Règlement intérieur 2014-2015 Règlement intérieur 2014-2015 de l association D Ain Mur à l Autre Le règlement intérieur a pour objet de préciser les statuts de l'association. Il peut être modifié à tout moment par le Conseil d Administration.

Plus en détail

Ouvrir dossier D appel

Ouvrir dossier D appel Ouvrir dossier D appel Table des matières 1. TRAITER UN APPEL... 3 1.1. ORGANISATION GENERALE D'UN SERVICE DESK... 3 1.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 4 2. PRISE EN CHARGE DE L'UTILISATEUR ET DE SON APPEL...

Plus en détail

LAR (Longes Auto-Rétractables)

LAR (Longes Auto-Rétractables) LAR (Longes Auto-Rétractables) Là où tout a commencé Mai 2012 Visite d Altrad Balliauw chez Exxon Baytown Texas, invité de la société Brand Energy Solutions. Brand travaille depuis 3 ans déjà avec des

Plus en détail

Manuel de montage et d emploi

Manuel de montage et d emploi Manuel de montage et d emploi Barrière manuelle Index Page 1. Caractèristiques techniques 2 2. Dimensions de montage 3 3. Montage 4 3.1. Montage de la barrière manuelle 4 3.2. Montage de l haubannage 5

Plus en détail

LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ.

LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ. Recommandations de sécurité LA MAUVAISE UTILISATION DE CES RECOMMANDATIONS DE SÉCURITÉ PEUT PROVOQUER DE GRAVES DOMMAGES PERSONNELS LÉSION, DÉCÈS ET/OU INCAPACITÉ. 1. LIRE ATTENTIVEMENT TOUTES LES INSTRUCTIONS

Plus en détail

La chute en crevasse est un des risques majeurs lors

La chute en crevasse est un des risques majeurs lors ALPINISME Approche glaciaire encordée à deux La chute en crevasse est un des risques majeurs lors de l approche glaciaire. Emporter du matériel pour le mouflage et connaître les techniques de hissage est

Plus en détail

Tutorial : Partitionner son disque dur avec Partition Magic

Tutorial : Partitionner son disque dur avec Partition Magic Tutorial : Partitionner son disque dur avec Partition Magic INTRODUCTION : Le but de ce tutorial n'est pas de faire un descriptif détaillé de toutes les fonctions de Partition Magic mais seulement d'apprendre

Plus en détail

Résolution de problèmes à distance

Résolution de problèmes à distance Résolution de problèmes à distance Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. PROCESSUS DE GESTION DES PROBLEMES... 3 3. RECONNAITRE LE PROBLEME... 4 3.1. NE PAS CONFONDRE QUESTION ET PROBLEME... 4 3.2.

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

Pose avec volet roulant

Pose avec volet roulant Pose avec volet roulant Coffre volet roulant Coulisse MONTAGE 2 PERSONNES MINIMUM La quincaillerie 4,2 x 25 Les outils (x 10) 3,5 x 9,5 (x 10) (x 1) (x 4) 3 2 1 (x 1) (x 4) 7 1 Positionnez les coulisses

Plus en détail

Rappel. Niveaux de Pratique et Compétences en. Bernard ANGELIN. Professeur d EPS. Chargé de Mission APPN. Lycée La Martinière Monplaisir

Rappel. Niveaux de Pratique et Compétences en. Bernard ANGELIN. Professeur d EPS. Chargé de Mission APPN. Lycée La Martinière Monplaisir Niveaux de Pratique et Compétences en Rappel Bernard ANGELIN Professeur d EPS Lycée La Martinière Monplaisir Chargé de Mission APPN 41 rue Antoine Lumière 69372 Lyon 8 Rectorat de l Académie de Lyon Membre

Plus en détail

PRINCIPES DE CONCEPTION DES DISPOSITIFS DE SECURITÉ SUR LES TOITS

PRINCIPES DE CONCEPTION DES DISPOSITIFS DE SECURITÉ SUR LES TOITS PRINCIPES DE CONCEPTION DES DISPOSITIFS DE SECURITÉ SUR LES TOITS PREAMBULE Les travaux sur les toits comptent parmi les activités les plus dangereuses. Il n'est pas rare que des interventions soient nécessaires

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

Porte de Garage. Marquage CE Certifié conforme NF EN 13241-1 Rapports d essais BV08-1179-A BV08-1179-B Certificat NF 001-263-010. Notice d utilisation

Porte de Garage. Marquage CE Certifié conforme NF EN 13241-1 Rapports d essais BV08-1179-A BV08-1179-B Certificat NF 001-263-010. Notice d utilisation Porte de Garage Marquage CE Certifié conforme NF EN 13241-1 Rapports d essais BV08-1179-A BV08-1179-B Certificat NF 001-263-010 Notice d utilisation Schéma d une porte de garage avec commande radio Cette

Plus en détail

TACTIQUES DE PLACEMENT

TACTIQUES DE PLACEMENT TACTIQUES DE PLACEMENT Ce document a été réalisé à partir du site hallofgallery.com, hélàs aujourd'hui disparu. En ayant gardé une trace sur mon PC, j'ai pensé que cela vous intéresserez d'en avoir un

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

ÉLECTRONIQUE DE LA PORTE

ÉLECTRONIQUE DE LA PORTE EVVA SALTO : PRÉSENTATION DU CONCEPT SALTO (Smart Access Locking TechnOlogy) est une plate-forme technologique d'evva qui propose une solution optimale pour répondre aux exigences d'un système électronique

Plus en détail

Statif universel XL Leica Mode d emploi

Statif universel XL Leica Mode d emploi Statif universel XL Leica Mode d emploi Consignes de sécurité importantes Concept de sécurité Avant la première utilisation, veuillez lire la brochure Concept de sécurité qui accompagne le microscope.

Plus en détail

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE LE DEVOIR DE SURVEILLANCE Une obligation importante Principe de vigilance La surveillance des élèves doit être effective, vigilante et efficace. Elle doit être constante pendant la totalité du temps scolaire.

Plus en détail

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m

UF600 UF600. Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : 6 x 12 m UF00 Rideau d'air avec soufflage par le sol pour passages industriels de grandes dimensions. Pour portes jusqu'à (h x l) : x m Montage vertical Application L'UF00 crée une barrière d'air très efficace

Plus en détail

Arbres ordonnés, binaires, tassés, FAP, tri par FAP, tas, tri par tas

Arbres ordonnés, binaires, tassés, FAP, tri par FAP, tas, tri par tas Arbres ordonnés, binaires, tassés, FAP, tri par FAP, tas, tri par tas 1. Arbres ordonnés 1.1. Arbres ordonnés (Arbres O) On considère des arbres dont les nœuds sont étiquetés sur un ensemble muni d'un

Plus en détail

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI SOMMAIRE ESCALIER UNIVERSEL TM SOMMAIRE GÉNÉRALITÉ... 3 Introduction... 4 PRINCIPAUX ELEMENTS... 5 Accroches... 5 ASSEMBLAGE... 7 Assemblage de base... 7 ACCROCHES

Plus en détail

> Exercices d'étirement au travail

> Exercices d'étirement au travail Page 1 sur 7 Accueil > Réponses SST > Ergonomie > Ergonomie au bureau - Le bureau moderne > Exercices d'étirement au travail Pourquoi est-il important de s'étirer? Que peut-on faire pour minimiser les

Plus en détail

somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E

somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E somfy.com Dexxo Pro io Manuel d utilisation 5048553E " 1 SOMMAIRE GÉNÉRALITÉS 2 L univers Somfy? 2 Assistance 2 CONSIGNES DE SÉCURITÉ 3 Normes 3 Consignes de sécurité 3 PRÉSENTATION DU PRODUIT 3 Description

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction...05 Domaine d'application...05 Visées des textes existants...06

SOMMAIRE. Introduction...05 Domaine d'application...05 Visées des textes existants...06 SOMMAIRE Introduction..........................................05 Domaine d'application..................................05 Visées des textes existants.................................06 Dispositions communes.................................09

Plus en détail

Mode d'emploi Wordpress Administration du contenu. http://slconstantia.com/wp-admin/

Mode d'emploi Wordpress Administration du contenu. http://slconstantia.com/wp-admin/ Mode d'emploi Wordpress Administration du contenu http://slconstantia.com/wp-admin/ Sommaire I. Connexion à l'espace privé 1. 2. 3. Où est-ce? Identification Présentation de l'interface II. Notions fondamentales

Plus en détail

Instructions de montage

Instructions de montage LA SÉCURITÉ AU PLUS HAUT NIVEAU Easi - Dec Plateforme d accès de 2 mètres Instructions de montage Kee Safety SAS 30 bld Pasteur 75015 Paris Tél : + 33 1 53 58 14 26 Fax : + 33 1 53 58 14 11 Dispositif

Plus en détail

Brevet blanc ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES février 2015 page 1/9

Brevet blanc ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES février 2015 page 1/9 Brevet blanc ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES février 2015 page 1/9 C o r r e c t i o n Soigner la rédaction des explications et des réponses : la qualité de cette rédaction et la maîtrise de la langue sont notées

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision

Mise en sécurité des ascenseurs. Guide d aide à la décision Mise en sécurité des ascenseurs Solutions techniques pour répondre à l obligation réglementaire de précision d arrêt et maintien à niveau des ascenseurs Utilisation des variateurs électriques de vitesse

Plus en détail

Notice d utilisation. Présentation générale...p 2 à 3. Installation...P 3 à 6. Fonctionnement...P 9. Agréé une marque déposée par La Poste

Notice d utilisation. Présentation générale...p 2 à 3. Installation...P 3 à 6. Fonctionnement...P 9. Agréé une marque déposée par La Poste Notice d utilisation Agréé une marque déposée par La Poste Présentation générale...p 2 à 3 Installation...P 3 à 6 Fonctionnement...P 9 Présentation générale La centrale Vachette FACILY PASS propose une

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION COFFNTEA

MANUEL D UTILISATION COFFNTEA MANUEL D UTILISATION COFFNTEA UD 888 Lisez attentivement ce mode d'emploi avant d'utiliser l'appareil et conservezle pour un usage ultérieur POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT Description générale 1. TOUCHE

Plus en détail

La Grimpe encadrée dans les arbres (ou GEA), qu'est-ce que c'est? La nature et l'environnement:

La Grimpe encadrée dans les arbres (ou GEA), qu'est-ce que c'est? La nature et l'environnement: Pour une journée de découverte de la nature ou pour une semaine dans l'univers forestier, la grimpe d'arbre est une activité physique de pleine nature qui emmènera chacun dans un voyage inoubliable au

Plus en détail

MANUEL D INSTRUCTIONS

MANUEL D INSTRUCTIONS MANUEL D INSTRUCTIONS ETABLI MULTIUSAGE 990X203X1295MM MODELE OT14990 Cela signifie : Attention! Soyez vigilant! Il peut y avoir danger pour l'opérateur, la personne se trouvant à proximité ou le matériel!

Plus en détail

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE 2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007 Projet BANQUE 1. Explications L'examen comprend un projet à réaliser à domicile et à documenter : - structure des données, - objets utilisés, - relations de dépendance

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

Buts de football mobiles

Buts de football mobiles SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES & ENERGIE QUALITE ET SECURITE Division Sécurité Service Sécurité des Produits Guide de sécurité n 1 Buts de football mobiles 2002 Ce guide de sécurité

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

Gestion des incidents. Honvault Mickaël Lycée Dampierre.

Gestion des incidents. Honvault Mickaël Lycée Dampierre. Gestion des incidents Honvault Mickaël Lycée Dampierre. Positionnement programme D2.2 Gestion des incidents et des demandes d assistance Connaissances techniques Installer et configurer un logiciel de

Plus en détail

Firewall : Pourquoi et comment?

Firewall : Pourquoi et comment? Firewall : Pourquoi et comment? En ai-je besoin? Internet, bien que très utile et pratique, est parsemé d'embuches. Parmi elles : les virus et les troyens. Un virus est un programme créé pour modifier

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

MODE OPÉRATOIRE. VI) Le projet mené dans le cadre de la technologie. Le projet porte sur la réalisation d une horloge CD.

MODE OPÉRATOIRE. VI) Le projet mené dans le cadre de la technologie. Le projet porte sur la réalisation d une horloge CD. VI) Le projet mené dans le cadre de la technologie. Le projet porte sur la réalisation d une horloge CD. 1 La réalisation se déroule en plusieurs phases : - analyse préalable du besoin : étude de l appel

Plus en détail

Montage vidéo avec Windows Movie Maker 2

Montage vidéo avec Windows Movie Maker 2 Windows Movie Maker est le logiciel de montage vidéo livré avec Windows XP. Il faut absolument installer la version 2 de ce logiciel. On lance Windows Movie Maker par Démarrer/Programmes/Windows Movie

Plus en détail

Séquence rédigée de manière provisoire : Document de travail FAIRE ROULER - "Petites Voitures" CYCLE II

Séquence rédigée de manière provisoire : Document de travail FAIRE ROULER - Petites Voitures CYCLE II Séquence rédigée de manière provisoire : Document de travail FAIRE ROULER - "Petites Voitures" CYCLE II Point du programme Choisir un outil en fonction de son usage et mener à bien une construction simple.

Plus en détail

Développement d'un projet informatique

Développement d'un projet informatique Développement d'un projet informatique par Emmanuel Delahaye (Espace personnel d'emmanuel Delahaye) Date de publication : 27 janvier 2008 Dernière mise à jour : 25 avril 2009 Cet article présente un certain

Plus en détail

Introduction : Cadkey

Introduction : Cadkey Introduction Cadkey Cadkey est un logiciel de dessin assisté par ordinateur. La fenêtre du logiciel devrait ressembler à quelque chose comme suit: Le menu supérieur: Redraw Autoscale Efface Modifier les

Plus en détail

Somfy : Tél 0 810 12 12 37. (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy.

Somfy : Tél 0 810 12 12 37. (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy. Somfy : Tél 0 810 12 12 37 (prix d un appel local du lundi au samedi de 9h à 12h15 et de 13h30 à 18h). e-mail www.consommateurs@somfy.com Document non contractuel. Nous nous réservons le droit à tout moment,

Plus en détail

GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE

GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE / Hygiène et sécurité NORMES D EXPLOITATION Réf. : Aperam Safety ST 007 Grues et équipements de levage Publication : 15.05.2012 Version : v0 Rév. : AM Safety 007 v2 10.11.2010 GRUES ET ÉQUIPEMENTS DE LEVAGE

Plus en détail

Internet of big data things

Internet of big data things Internet of big data things Domotique & bigdata : un cas concret de @maisonquitweet à @raildar_fr et un peu de philosophie pour finir. #JCSA14 Domotique «Do It Yourself» Pleine maîtrise de l'ensemble de

Plus en détail

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable Spectrocolorimètre d'imagerie portable X-Rite RM200QC Le spectrocolorimètre d'imagerie RM200QC d X-Rite permet d'établir un lien entre l'apparence de la couleur et la couleur des matériaux des lots entrants

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

I. GENERALITES II. SYSTEMES D ENVIRONNEMENT CIVIERE III. QUELQUES CIVIERES I. GENERALITES

I. GENERALITES II. SYSTEMES D ENVIRONNEMENT CIVIERE III. QUELQUES CIVIERES I. GENERALITES ENVIRONNEMENT CIVIERE AVERTISSEMENT Le présent document est le support pédagogique d une formation pratique encadrée par du personnel qualifié. Toute application des présentes techniques sans formation

Plus en détail

DDJS des Ardennes N 06 Août 2007

DDJS des Ardennes N 06 Août 2007 DDJS des Ardennes N 06 Août 2007 Emmanuelle OUDOT Avant propos.p.1 Obligations liées à l exploitation d un EAPS....p.2 Les différents types de parcours p.3 Les exigences de construction..p.3 Les exigences

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78

TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78 4 / 6 avenue Eiffel 78420 Carrieres sur seine Tél : 01 30 15 20 00 Fax : 01 30 15 20 01 www.metronelec.com TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78 Utilisable avec tous types d alliage (avec ou sans plomb)

Plus en détail

Aspirateur sans sac. Réf: EV-500-S20 / Modèle: OCEAVCDC22GR MANUEL D UTILISATION

Aspirateur sans sac. Réf: EV-500-S20 / Modèle: OCEAVCDC22GR MANUEL D UTILISATION Aspirateur sans sac Réf: EV-500-S20 / Modèle: OCEAVCDC22GR MANUEL D UTILISATION MISES EN GARDE IMPORTANTES Lire attentivement le manuel d'instructions avant de vous servir de cet appareil. Conserver le

Plus en détail

Emarche v1.5.1. Manuel Utilisateur

Emarche v1.5.1. Manuel Utilisateur Emarche v1.5.1 Manuel Utilisateur Table des matières 1 Pré-requis...2 2 Présentation...3 3 Utilisation...4 3.1 Fenêtre de connexion...4 3.2 Interface principale...5 3.3 Mise à jour automatique...6 3.4

Plus en détail

La configuration avancée permet d'aller plus loin dans le paramétrage du système.

La configuration avancée permet d'aller plus loin dans le paramétrage du système. I LA CONFIGURATION LOGICIELLE 1 La configuration avancée permet d'aller plus loin dans le paramétrage du système. Le menu démarrer n'existe plus dans Windows 8; néanmoins, le bouton Démarrer a fait sa

Plus en détail

situations pour formateurs, consultants, coachs (nature, accrobranche, escalade, orientation...) (team building, développement personnel, leadership )

situations pour formateurs, consultants, coachs (nature, accrobranche, escalade, orientation...) (team building, développement personnel, leadership ) www.caps-aventure.org situations (nature, accrobranche, escalade, orientation...) pour formateurs, consultants, coachs (team building, développement personnel, leadership ) Siège social : 48, rue Sarrette

Plus en détail

UTILISATION D'ANCESTRIS POUR DÉBUTANT(E)S. B-A Ba Light pour la version 0.7

UTILISATION D'ANCESTRIS POUR DÉBUTANT(E)S. B-A Ba Light pour la version 0.7 UTILISATION D'ANCESTRIS POUR DÉBUTANT(E)S B-A Ba Light pour la version 0.7 1 Comment obtenir Ancestris N'hésitez pas, ça ne mord pas et c'est gratuit. Et pour le même prix vous avez l'aide de toute l'équipe

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

PRÉSENTATION PRÉSENTATION DU LOGICIEL

PRÉSENTATION PRÉSENTATION DU LOGICIEL Page N 1 Table des matières Présentation...3 Présentation du logiciel...3 Téléchargement du logiciel...4 Installation sous Windows...5 Démarrage du logiciel...6 Paramétrage du logiciel...7 Présentation

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

Pointeuse SC403 Manuel d'installation

Pointeuse SC403 Manuel d'installation Pointeuse SC403 Manuel d'installation Version : 1.1.1 Date : Juin 2010 À propos de ce manuel Ce document est un guide qui décrit comment installer la station de contrôle Accès Série F & SC ainsi que les

Plus en détail

A.R.E. LIVRET DE L ETUDIANT ESCALADE PHYSIQUE ET SPORT CALLEN LAURENT ELIAS FLORENCE

A.R.E. LIVRET DE L ETUDIANT ESCALADE PHYSIQUE ET SPORT CALLEN LAURENT ELIAS FLORENCE A.R.E. LIVRET DE L ETUDIANT ESCALADE PHYSIQUE ET SPORT ELIAS FLORENCE CALLEN LAURENT L atelier consiste à mener de front la pratique d une activité sportive et la compréhension des principes physiques

Plus en détail

Traduction du VERSION ORIGINALE Edition : 2013-04-12

Traduction du VERSION ORIGINALE Edition : 2013-04-12 Gütegemeinschaft Schlösser und Beschläge e.v. (Groupement Qualité Serrures et Ferrures) Directive : DIRECTIVE ALLEMANDE FBDF Traduction du VERSION ORIGINALE Edition : 2013-04-12 Directive Freins de vantail

Plus en détail

NOTICE SUPPORT DE FIXATION 7L41 pour LIGHTWRITER SL40

NOTICE SUPPORT DE FIXATION 7L41 pour LIGHTWRITER SL40 NOTICE SUPPORT DE FIXATION 7L41 pour LIGHTWRITER SL40 Système de montage destiné à l'installation sur fauteuils roulants de Lightwriter et autres appareils de communication PROTEOR Handicap Technologie

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail