Eric Ketelaar L ETHNOLOGIE ARCHIVISTIQUE *

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eric Ketelaar L ETHNOLOGIE ARCHIVISTIQUE *"

Transcription

1 1 Eric Ketelaar L ETHNOLOGIE ARCHIVISTIQUE * Dans les pays froids on aura peu de sensibilité pour les plaisirs; elle sera plus grande dans les pays tempérés; dans les pays chauds, elle sera extrême. Comme on distingue les climats par les degrés de latitude, on pourroit les distinguer, pour ainsi dire, par les degrés de sensibilité. J ai vu les opéra d Angleterre et d Italie: ce sont les mêmes pièces et les mêmes acteurs; mais la même musique produit des effets si différents sur les deux nations, l une est si calme, et l autre si transportée, que cela paroit inconcevable. Voilà ce qu écrivit Montesquieu, dans De l esprit des lois. 1 On pourrait regretter que les organisateurs n aient pas mis d opéra au programme de ce colloque européen: nous aurions pu étudier les réactions différentes des différentes nations. Des nations différentes d archivistes: quelles seraient leurs réactions par exemple, à une représentation de l opéra le plus archivistique de tous les temps, Vec Makropoulos (la chose ou la pièce Makropoulos) de Janacec, qui date de Le coeur de l intrigue de cet opéra est le document archivé Makropoulos, qui contiendrait le secret de la vie éternelle. Le document lui-même aussi est destiné à la vie éternelle, mais à la fin de l opéra, il finit par être jeté dans le feu. Et voilà la boucle bouclée, boucle qui commence dans la première scène de l opéra où le clerc Vitek monte sur une échelle pour sortir un dossier des archives gigantesques. Il finit son air par les mots: Rien ne dure éternellement. Lors de la première à New York il y a trois ans, notre archiviste tomba de l échelle avec son dossier et mourut. Non pas parce que Janacek l avait prescrit, mais par suite d une crise cardiaque. Mourir en gardant un dossier sous les bras. Rien ne dure éternellement. La sensibilité française aurait-elle produit une autre réaction que celle des Américains? Sensibilités Depuis 1995, les Pays-Bas et l Allemagne ont un corps d armée commun, cantonné à Münster. La langue commune est l anglais, mais les sensibilités sont restées différentes selon la nationalité. 2 Le fait que leurs collègues néerlandais laissent ouverte la porte de leur bureau irrite les officiers allemands : on est presque forcé d y jeter un coup d oeil en passant devant la porte et on voit les Néerlandais toujours en train de discuter en buvant du café. On entre dans leur bureau comme ça, sans frapper, sans se présenter à la façon militairement correcte: "Soldat untel, à vos ordres, mon commandant. De l autre côté, les Néerlandais trouvent que les portes toujours fermées des bureaux allemands empêchent les relations entre collègues: qu est-ce qui se passe au fond derrière ces portes fermées? L image des portes fermées et ouvertes rend bien les sensibilités ou les conceptions complètement différentes du travail, qui se révèlent ailleurs aussi. Dans une société orientée sur le consensus comme l est la société néerlandaise depuis des siècles, depuis l époque de la république fédérale des Provinces Unies, gouvernée par des régents l échange d idées dans une discussion est une forme de travail. Mais dans une société orientée sur les règles, comme la société prussienne, c est le travail individuel fait derrière le bureau qui compte. Si l on ne reconnait pas cette distinction et si l on ne sait pas en tenir compte, on sera déçu dans une réunion internationale. Dans ce même quartier général néerlando-allemand les Néerlandais regardent une réunion comme un moyen de discussion ouverte, qui doit mener à un consensus servant de base à une prise de décision collégiale exactement comme délibéraient et décidaient leurs ancêtres aux Etats Généraux. Les participants allemands par contre, à une réunion pareille, s irritent: ils considèrent les réunions non comme un moyen de négociation, mais comme un moyen de décision. Pour eux, Befehl ist Befehl, à condition que l ordre soit donné par quelqu un qui est qualifié par sa fonction et que cet ordre puisse être exécuté strictement et

2 2 professionnellement, tandis que pour les officiers néerlandais l ordre est bon quand tous ceux qui sont impliqués dans celui-ci, pensent qu il peut être exécuté convenablement. Dans la culture néerlandaise, dans des réunions collégiales, l inégalité des participants qui existe en dehors de la réunion, est transformée en une égalité formelle de membres d un corps. L échange des idées se fait oralement, et le procès-verbal ne sert qu à rendre le point de vue de chacun et de fixer les décisions concernant l organisation du travail. Lorsque, il y a trente ans de cela, j étais secrétaire du Conseil néerlandais des Archives, je prenais soin que chaque membre du Conseil fût mentionné au moins une fois dans le procès-verbal, même s il n avait rien dit pendant la réunion. Ainsi le procès verbal confirmait la participation de tous les membres au processus décisionnel. Cela se passe de façon différente en France? Selon John Mole la présentation orale et la discussion sont des innovations d origine anglosaxonne dans les réunions en France. 3 Une réunion serait surtout l occasion pour le chef d exercer son autorité. Ce n est pas le consensus le but le plus important, mais les instructions et la coordination. Qu est-ce qui se passe, selon ce même John Mole, quand vous recevez une invitation à une réception ou un dîner portant l heure 7.30? En France vous arriverez à 7 h. 45, à 8 h. ou à 8 h. 30, cela dépend des conditions sociales et de l importance de celui qui vous invite. En Allemagne vous sonnerez à la porte à 7 h. 30 précises, pas à 7 h. 31, ni à 7 h. 29. Les Anglais ont "formalisé leur unpunctualité : arriver à l heure n est pas poli, donc on arrivera avec un retard de 10 à 20 minutes; mais si l on est invité entre 7 h. 30 et 8 h., il ne faut jamais arriver après 7 h. 50. Un monde multiculturel A beau mentir qui vient de loin. Pourtant il y a infiniment de différences dans les habitudes, les valeurs reconnues, le comportement des gens, des peuples, des nations. Montesquieu que l on a appelé parfois, non sans quelque exagération, l ancêtre du droit comparé 4 - rattachait les différences aux différences de climat: sous le soleil, on se comporte de manière différente que dans un pays où le climat est froid et humide, n est-ce pas? Les étrangers pensent, travaillent et se comportent d une manière qui nous étonne souvent. Qui nous étonne, car nous avons aucune idée de l origine, du passé culturels. Souvent, c est l étranger, cet autre, qui n est pas conscient de la manière dont il agit, parce que son esprit est comme on pourrait dire, culturellement programmé. L anthropologue de l organisation Geert Hofstede a fait de multiples recherches portant sur nos programmations mentales, pour mieux comprendre comment il faut Vivre dans un monde multiculturel. 5 Par une recherche empirique effectuée dans plus de cinquante pays, Hofstede a identifié cinq dimensions de culture, dont deux ont une influence particulière sur notre façon d envisager les organisations. La distance hiérarchique est la mesure du degré d acceptation d une répartition inégale du pouvoir. Le degré de contrôle de l incertitude d un pays mesure le degré d inquiétude de ses habitants face aux situations inconnues ou incertaines. Ce sentiment s exprime, entre autres, par le besoin de prévisibilité: un besoin de règles. Les membres d une société à fort contrôle de l incertitude ont été programmés depuis leur petite enfance à se sentir à l aise dans les environnements structurés. La France, comme la Belgique, joignent une grande distance hiérarchique avec un contrôle élevé de l incertitude. Le modèle implicite d une organisation française et belge est la pyramide humaine. Le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni par contre connaissent une faible distance hiérarchique et un faible contrôle de l incertitude, ce qui se traduit dans un modèle d organisation de la place du marché. Les Suisses et les Allemands ont une distance hiérarchique moyenne et un contrôle de l incertitude élevé. Leur modèle implicite est la machine bien huilée. Tous ceux qui ont une expérience internationale peuvent, selon Hofstede, confirmer que les entreprises françaises ont une plus forte concentration de l autorité, que les Allemands souhaitent bien structurer les activités sans concentrer l autorité et que, dans les entreprises britanniques, on se fie plus aux solutions au cas par cas.

3 3 L étude du Prof. Hofstede contient des éléments qui méritent l attention des archivistes. En 1992 déjà, David Bearman a attiré l attention sur cette étude dans un article d une importance fondamentale paru dans le numéro de l American Archivist, consacré entièrement aux aspects internationaux de notre profession. 6 David Bearman avait été frappé par la différence d approche du préarchivage ou de la gestion des documents électroniques aux Etats-Unis et et en Europe. Il explique cette différence d approche en partie par la différence de la mobilité des employés dans les organisations: en Europe on travaille beaucoup plus de temps chez un même patron qu aux Etats-Unis, où l on change vite d entreprise pour aller travailler pour une autre. Un employé américain a moins de deux ans pour apprendre ce qu on attend de lui dans sa fonction, tandisqu en Europe on a plus de trois ans pour l apprendre. Bearman en tire la conclusion que les règles de procédure pour la gestion des archives courantes, par exemple les classifications prescrites, disparaissent dans une culture de l entreprise où l employé n a simplement pas le temps de s approprier ces règles. On peut croire par contre que dans une organisation où les employés restent de longues années à leur poste, ces mêmes règles de procédure ont aussi la fonction de confirmer le rôle et la culture: ici, on travaille ainsi. Quand je faisais mes débuts, comme jeune fonctionnaire, on m a appris de commencer par demander le dossier et d en copier fiat insertio ce qu on avait décidé avant dans un cas pareil. Cela, c est du passé, au moins dans beaucoup d organisations publiques néerlandaises: les vieux dossiers - la mémoire de l organisation, ou plus simplement l exemple invoqué comme autorité - ont cédé la place au style personnel du fonctionnaire individuel qui est plutôt jugé d après les résultats et non d après son respect des procédures. Ce changement dans la culture administrative a amené avec lui un changement de conceptions concernant les archives et les méthodes de l archivage. L informatisation y joue son rôle évidemment. On n est plus préoccupé du dossier contenant des précédents historiques mais on est plutôt, pour ainsi dire, fixé sur l écran, où on peut manipuler l actualité avec des résultats immédiatement perceptibles. Culture de l organisation Bien sûr, il y a des différences selon le type d organisation. Celle-ci est-elle orientée sur le procès ou sur le résultat, sur l homme ou le travail? Les collaborateurs sont-ils liés à leur organisation ou à leur profession (autrement dit: leur réponse à la question que faites-vous? est-elle: Je suis archiviste ou je travaille chez ABC ). Voilà trois des six dimensions de la culture de l organisation que distingue Bram Neuijen, élève et collaborateur du Prof. Hofstede. 7 La culture de l organisation est le logiciel de l organisation. Mais les valeurs de la culture de l organisation - quelques unes de ces valeurs au moins sont étroitement liées, paraît-il, à la nationalité de ceux qui travaillent dans une unité de l organisation. Ces valeurs sont au nombre de trois: besoin de sécurité, centralité du travail et besoin d autorité. La première et la dernière de ces trois valeurs coïncident avec deux dimensions distinguées par Geert Hofstede: la distance hiérarchique et le contrôle de l incertitude. La combinaison de ces deux dimensions détermine quatre styles bureaucratiques, comme l a constaté Bearman. La bureaucratie totale est caractérisée par la distance hiérarchique élevée et un fort contrôle de l incertitude par standardisation des processus organisés par technostructures. La bureaucratie du marché ou l adhocratie combine une distance hiérarchique faible avec un faible contrôle de l incertitude. Dans une bureaucratie workflow ou bureaucratie une distance hiérarchique faible va de pair avec un contrôle élevé de l incertitude. David Bearman a jugé, en se fondant sur le premier livre de Geert Hofstede Les différences culturelles dans le management 8 que la France et les pays latins appartiennent à la catégorie bureaucracies pleines: les fonctions sont définies très précisément, la communication passe surtout de haut en bas, de sorte que l on puisse s attendre à ce que l information au plus haut niveau soit la plus ample. Dans les bureaucraties du marché, comme on les trouve aux pays scandinaves et anglosaxons, mais aussi aux Pays-Bas, les fonctions ne sont pas fortement liées à un lieu fixe dans l organisation et la communication va dans tous les sens: de bas en haut, de l extérieur vers l intérieur à tous les points différents. On peut donc y trouver des caches d archives partout dans l organisation. Dans les workflow bureaucracies ou bureaucraties du processus du travail dans les pays germanophones et en Finlande - on accentue la régularisation des activités, pas la régularisation des relations. Les fonctions sont fortement liées à la structure, la

4 4 communication et donc l archivage aussi se passe selon des procédures définies jusque dans le menu détail. Je le reconnais quand, à l' étranger, je visite un secrétariat quelconque. En Allemagne, il est possible de déterminer avec précision la responsabilité individuelle de chaque fonctionnaire spécifique occupé à une affaire; ce qui s'avère tout autre au sein de la culture de consensus propre aux Pays-Bas. Le cadre de classement allemand et les annotations apportées sur les documents réfletent la répartition des affaires. 9 La régularisation du flux des travaux est parfaitement visible sur la Laufmappe, la chemise qui passe de bureau en bureau. Lorsque je pris en charge les archives formées par un haut fonctionnaire néerlandais peu après la libération en 1945, je fus véritablement stupéfait d' y trouver des chemises si typiquement allemandes. L' explication était bien simple: ce fonctionnaire avait travaillé au Cabinet de la Reine, là où pendant l'occupation allemande un bureau nazi s'était installé. Après la guerre, la pénurie de papier avait contraint les Néerlandais à utiliser les articles de bureau abandonnés par les Allemands. Traditions archivistiques Il n'était pas question dans ce cas d'une commutation consciente vers un autre système d'archivage. Ce qui, au contraire, fut bien le cas dans le département de l'elbe, au royaume de Westphalie, sous le règne de Jérôme Bonaparte. Le premier préfet fut un Prussien; son successeur un Français, le chevalier de Bercagny. Le Prussien organisa l administration selon le modèle brandebourgeois: un classement des documents en dossiers d'affaires, disposés en rubriques selon l'ordre alphabétique, du A de accises jusqu'au Z de Zölle, droits de douane. Le Français, par contre, forma, conformément à la tradition française, pour chaque bureau les archives courantes, avec un système de séries centrales de correspondance se distinguant les unes des autres d'après les principaux correspondants.un système d'archives courantes centralisateur n'existait pas. Les registres d'arrêtés et de d'expédition formaient le noyau même du système d'archivage français. Wolfgang Stein en a fait une description récente dans son excellente étude de diplomatique moderne consacrée aux systèmes d'archivage introduits en Allemagne au temps de la Révolution française et de l' Empire. 10 L'ordre dans les archives prussiennes était, selon lui, établi sur un système général de classification des dossiers, indépendant de l'organisation du travail des bureaux. Ça demande une institution spécialisée: la Registratur. Par contre, l'ordre dans les archives françaises était établi justement selon la répartition du travail entre les différents bureaux. L'administration française se caractérisait par la spécialisation des bureaux; sous le Directoire, ces bureaux étaient reliés aux cinq administrateurs. Mais sous les préfets de l'époque napoléonienne, les bureaux séparés continuèrent à fonctionner. En Prusse et en Hollande également, cela signifia une rupture d'avec le passé, un passé d'ancien régime dans lequel l'accent reposait justement sur la Registratur et un greffier fonctionnant sous des ministres généralistes. Une répartition en portefeuilles au niveau de l'appareil administratif était chose tout simplement impensable sous la République des Provinces-Unies. Je suis curieux de savoir ce qu'on découvrirait en répétant la recherche faite par M. Stein sur les départements français dans lesquels respectivement un administrateur néerlandais et un gestionnaire néerlandais ont exercé la fonction de préfet: dans le Vaucluse (C.G. Hultman) et en Loire- Inférieure (J.van Styrum). Il n'est pas étonnant que dans les Pays-Bas, après la restauration de 1814, on prit ses distances vis-à-vis de la spécialisation des bureaux tant execrée et des dossiers et cartons appariés,et qu'on en revint au traitement généraliste des affaires auxquelles correspondait la série chronologique des documents reçus et expédiés. Il fut expressément interdit de

5 5 classer les pièces par ordre de matières: c'était le seul moyen pour briser le pouvoir des bureaucrates spécialisés. Ainsi les cultures nationales sont la cause de différences d archivage. Ces différences sont plus complexes que la simple ligne de rupture entre les pays de la Registratur et de la non Registratur, cette ligne de rupture qui, selon Robert-Henri Bautier, sépare l Europe germanique de l Europe romane. 11 La Registratur peut cependant être reconnue également dans le Sud, par exemple en Italie. Puis, il y a une assez grande différence par exemple entre la registratuur néerlandais et la Registratur allemand, une différence qui est liée aux différences entre la culture collégiale de consensus et la culture basée sur les responsabilités individuelles des bureaucrates que j ai déjà indiquées ci-dessus. Mais une raison plus importante de refuser la représentation de M. Bautier comme étant trop simple est qu elle est plutôt fondée sur l ethnographie archivistique que sur l ethnologie archivistique. La Tour de Babel Dans la littérature archivistique on trouve un grand nombre de livres, de rapports et d articles écrits sur les archives, l archivistique et les archivistes dans les différents pays. Le plus souvent ces publicatons sont de caractère descriptif. C est l ethnographie qui nous donne une image claire de la situation dans tel pays ou dans un certain nombre de pays. On n a par exemple, qu à feuilleter les actes de la Conférence Internationale de la Table Ronde des Archives, la CITRA, pour y trouver un grand nombre de rapports synthétiques intéressants et utiles: le concept d archives et les frontières de l archivistique, les archives imprimées, l information et l orientation des utilisateurs des archives etc. Chacun de ces rapports est basé sur un questionnaire mondial, dont les réponses bien classifiées ont paru dans le rapport. Pour savoir comment on traite les archives imprimées en Italie, ou en France ou au Japon, un rapport CITRA contient des renseignements utiles. Mais qu est-ce qu un pareil rapport nous apprend de plus, si ce n est que ces thèmes dans tel pays sont traités comme ceci ou comme cela? Au mieux nous apprenons qu il existe certaines différences et certains rapports entre les traditions archivistiques et les systèmes archivistiques, mais on n y apprend pas le pourquoi de ces différences. Je dis au mieux, car un grand nombre de ces études internationales souffrent du fait que le point de départ et les hypothèses des auteurs diffèrent entre eux, que l ensemble des données n avait pas du tout ou pas assez été normalisé, que la terminologie n était pas uniforme ou n était pas assez précise. Un exemple simple. Si nous lisons qu il y a 500 archivistes au pays X et qu au pays Z il y en a 5000, cela ne me dit pas grand chose si l on ne m a pas donné la définition exacte de ce qu on entend par archiviste. Je me rappelle combien j étais étonné en apprenant d un collègue archiviste national dans un pays africain qu il était à la tête de 500 archivistes. En interrogeant mon interlocuteur, j appris que tous les archivistes et tous les documentalistes des ministères y étaient compris. Voici un autre exemple: Dans le rapport Les Archives dans l Union européenne on lit La législation des différents Etats membres met certaines bornes au libre accès aux documents administratifs, en imposant soit un délai d accès général, soit des délais particuliers qui s appliquent à de différentes catégories d archives. Malgré la diversité de la législation archivistique dans les différents Etats membres, ceux-ci ont adopté un délai général pour l accès aux archives de trente ans. 12 Sans parler du terme accès - mon ami Michel Duchein m a appris à dire: communicabilité - l expression: le délai de communicabilité qui a un sens spécifique dans la législation concernant les archives et la pratique archivistique françaises, allemandes et anglaises, est employé à tort ici pour indiquer un système tout différent d accessibilité de documents d archives ou la communicabilité est lié au délai de versement des documents aux dépôts d archives publiques, comme cela existe aux Pays-Bas, en Espagne, en Italie, au Luxembourg et au Portugal. La description cause dans l ethnographie archivistique les mêmes problèmes que ceux rencontrés par l anthropologue et l historiographe. Quelle langue et quelle terminologie faut-il employer? Comment éliminer la déformation causée par le niveau social et culturel de celui qui fait la description et la distance dans le temps entre lui et son sujet? Un Français qui ne connaît pas la Sachaktenregistratur allemande, traduit Sachakte par dossier de

6 6 documentation on trouve cette traduction dans le Dictionnaire de terminologie archivistique, publié sous les auspices du Conseil International des Archives, mais cette traduction induit chaque lecteur français en erreur. Michel Duchein a donné plusieurs exemples de ce genre d erreurs. 13 Dès le commencement, il y a le problème de la traduction de l idée fondamentale de l archivistique: le terme archives. Si on traduit ce terme français en anglais par archives et en allemand par Archive, un Américain ou un Allemand comprend tout autre chose: ce que l on appelle en français archives définitives. Archives courantes et archives intermédiaires ne sont pas des archives pour les Américains et les Allemands, mais records aux Etats-Unis et Schriftgut en allemand. 14 Et puis il y a les faux-amis. La série en français n indique pas la même chose que la Serie allemande ou le series anglais - et dans le Dictionnaire de terminologie archivistique le terme français série a été collé sur une traduction française de la définition anglaise de record group. Le mot français fonds a un autre sens que le mot russe ΦOH, qui, à son tour a un sens essentiellement différent du mot néerlandais fonds. Pourtant le russe et le néerlandais ont emprunté ce terme au français. Les langues, pour exister, cherchent toujours à emprunter les unes aux autres. Le mot sélection employé en Belgique et au Québec a un autre sens que le mot anglais selection, le mot néerlandais selectie est l equivalent du mot français tri. Tout récemment, Björn Lindh, Philippe Charon et Rosine Cleyet-Michaud avaient besoin de 9 pages dans Janus pour donner des explications de certains mots. 15 Et ils n avaient parlé que des termes tri, élimination et destruction! Les définitions sont-elles des descriptions d une réalité trouvée dans la pratique archivistique d un pays, ou veulent-elles définir l ensemble où sont englobées les différentes réalités? La terminologie archivistique internationale doit-elle être descriptive ou prescriptrice? Le Dictionnaire de terminologie archivistique ne choisit pas, le vieux Lexicon d Elsevier vise bien à l uniformisation et à la normalistion. C était conforme au point de vue du Néerlandais Herman Hardenberg qui avait préparé un rapport sur l uniformité de termes archivistiques pour le deuxième Congrès International des archives à La Haye en Il désirait l unification des termes principaux; puis, pour comprendre les termes peu usuels un glossaire ou un lexique suffirait. L idée d uniformité fut combattue par Sir Hilary Jenkinson en personne, soutenu par Robert-Henri Bautier. Ce dernier fut membre du comité de terminologie archivistique, avec entre autres Herman Hardenberg, le futur inspecteur général Marcel Baudot, Herman Meinert de l Allemagne et l Anglais Peter Walne. En 1956 le comité décida que chaque membre ferait dans sa langue maternelle une liste des 100 termes les plus usuels avec leurs définitions. Ces listes ont servi de base au Lexicon d Elsevier, paru en Le Dictionnaire parut vingt ans plus tard, réalisé par Peter Walne. Son point de départ était une liste de termes et de définitions américaines et anglaises, pour lesquels on chercha un équivalent dans chaque langue. Les définitions françaises n étaient souvent que des traductions de la définition anglaise, parfois telles que même pour un français elles étaient incompréhensibles et inacceptables. Michel Duchein en donna quelques exemples. Comme vous le savez, on a commencé, il y a quelques années, sous la direction de Björn Lindh, à travailler à ce qui devrait devenir la troisième édition du Dictionnaire de terminologie archivistique. Au cours du travail il se révéla qu on ne pouvait plus continuer à travailler selon la méthode de l ancien Dictionnaire. Au lieu de chercher un équivalent en français, en italien, en allemand ou en russe pour le terme anglais et la définition anglaise, on devrait définir les idées archivistiques dans chaque langue. Après seulement, on peut décider s il y a des équivalents en d autres langues. En fait, le résultat est un dictionnaire international fondée sur des dictionnaires nationaux. Aussi va-t-il sans dire que l on publie à part ces dictionnaires nationaux avec des renvois aux équivalents étrangers. Pour cela, l Internet est un meilleur moyen qui est plus accessible qu une publication en livre. En employant les liens hypertexte on peut passer d une langue à une autre, en continuant à voir le terme dans son contexte historique et administratif qui ressort de la définition d origine. Nous espérons que cet instrument terminologique moderne le fil d Ariane qui devra nous aider à sortir de la Tour de Babel sera montré au congrès international des archives à Séville.

7 7 Description ou prescription? Les normes internationales ISAD (G) et ISAAR (CPF)(Norme générale et internationale de description archivistique et la Norme internationale sur les notices d autorité archivistiques relatives aux collectivitiés, aux personnes et aux familles) font bien un choix: ce qui est appelé un fonds et une série par l ISAD est un terme pour un phénomène qui est appelé fonds ou série dans certains systèmes, pas dans d autres; cependant pour l application de la norme ils sont groupés sous un dénominateur commun. Selon l ISAD (G) une série est: l ensemble de documents considérés comme une entité homogène pour toute raison découlant de leur origine, de leur utilisation, de leur forme ou de leur système d archivage. L équivalent français n est pas une série, mais subdivision du fonds. Le mot série selon l ISAD(G) est donc une notion prescriptrice normalisée et pas une description du mot français série La terminologie employée par Frank Evans et moi-même dans notre Guide pour inventorier les systèmes et services d administration d archives et de gestion de documents est également prescriptrice. 17 Mais on ne doit pas employer ces définitions et ces termes prescripteurs pour une description d un autre système d archivage. Les termes endogènes usuels dans ce système ne peuvent pas être simplement traduits, car ils empruntent leur sens à un contexte historique, politique, social, culturel voire même religieux. Archives communales: que signifie à vrai dire le mot commune? Liasse: celui qui n en a jamais vu, a, au moins, besoin d une image pour comprendre cette notion. Archives privées et archives publiques sont des notions dont il faut d abord comprendre le contexte politique et juridique dans un pays avant de pouvoir comprendre le concept auquel le terme se rapporte. C est surtout pour cette raison que Hilary Jenkinson préférait une encyclopédie et ne voulait pas d un dictionnaire international de terminologie archivistique. 18 Aujourd hui encore on a toujours besoin de cette encyclopédie archivistique internationale, comme l a constaté la Commission de l administration du programme du Conseil International des Archives. Une encyclopédie composée d anthologies nationales, ordonnées selon un schéma fixe offrirait aux archivistes et aux chercheurs et aux enseignants des connaissances élémentaires de différents systèmes nationaux, et mettrait chaque système dans son contexte historique et son fonctionnement actuel. En outre elle devrait faire comprendre les différences et les caractéristiques communs des systèmes d archivage, des traditions et des terminologies. Faire une telle encyclopédie internationale est une vaste entreprise et il n est pas du tout sûr qu elle puisse être réalisée. La méthode comparative Je me suis référé aux rapports de la CITRA. Ces rapports-là et les études comparables offrent de bonnes descriptions et de bonnes analyses de la façon dont un sujet archivistique est traité dans les différents pays. J aimerais les caractériser comme études transnationales, pour les distinguer des études qui décrivent la situation dans un pays déterminé. Les deux appartiennent à ce que j aimerais appeler l ethnographie archivistique. Mais comme l ethnographie sert de base à l ethnologie, l ethnographie archivistique ne suffirait pas. Il ne s agit pas seulement de description mais aussi d essayer d expliquer. Et cette explication, fondée sur une description et une analyse consciencieuses, est le but de l archivistique comparée, l explication dans le contexte social, politique, économique, culturel, religieux et historique. 19 L archivistique comparée n est pas normative, elle ne prescrit pas de règles, mais elle essaie de comprendre ce que l on fait et pourquoi. Le comparatiste cherche cause et effet, relations entre les phénomènes observés. Le comparatiste commence par une conjecture intelligente sur un lien supposé entre des faits ou variables. Ensuite il faut examiner cette hypothèse et la mettre à l épreuve. 20 On ne peut pas appliquer la méthode comparative à chaque phénomène. Une certaine correspondance entre ce qu on examine dans l un et l autre pays est indispensable. Une comparaison entre les archives d un village grec et les archives nationales de la Suède n aura aucun résultat. Les phénomènes examinés doivent être identiques, ou plutôt pour être plus exact: il faut définir exactement quelles caractéristiques particulières seront examinées, et comment on les a délimitées et définies. Ensuite, la description et l analyse ne doivent pas seulement concerner les phénomènes examinés mais aussi leur contexte socio-culturel.

8 8 Vous vous demanderez maintenant si ce contexte n est pas si différent que toute comparaison en devient boiteuse? L archivistique n est-elle pas si liée aux traditions légales et administratives de l un comme de l autre pays que la comparaison ne puisse être utile? Toute recherche scientifique part de l hypothèse que les caractéristiques d un univers ou d une partie d un univers peuvent être définies et comparées. Chaque être humain est unique, il n y a pas deux individus identiques, pourtant normalement tous les êtres humains ont deux bras, deux jambes, deux oreilles et deux yeux, n est-ce pas? Donc ils ont ces caractéristiques en commun. On peut dire de même pour les systèmes archivistiques. En deux ou plusieurs pays ils seront différents. Décrire et dénommer ces différences est le premier pas. La plupart des études archivistiques internationales s arrêtent là! Mais l ethnologie archivistique continue, elle analyse les différences dans les termes de leur contexte socio-culturel et de leur histoire. Suit l identification des variables et l examen de leur unicité et de leur influence déterminative pour un système archivistique donné. Cela exige une approche multidisciplinaire, où l on emploie des méthodes et des techniques empruntés aussi bien au domaine juridique et historiographique, qu au domaine sociologique et anthropologique. Cette approche sociologique et anthropologique de l archivistique ouvre des champs de recherche entièrement nouveaux. Je cite comme exemple les études de Mmes Claudine Dardy et Marie- Anne Chabin. 21 Mme Chabin nous a montré l importance de l examen de l image que les medias publics font des archives et des archivistes. La fiction elle aussi nous tient un miroir, parfois le miroir de la caricature. 22 Vous connaissez tous Sylvestre Bonnard, mais connaissez-vous aussi Monsieur Mongrébin, l archiviste dans Miquette et sa mère, de De Flers et De Caillavet (1906)? Les archives y sont très riches. C est là que j ai découvert, il y a cinq ans, la charte communale authentique de Château-Thierry, ce qui me valut les palmes d officier d Académie. L année suivante, j eus la chance de démontrer que cette charte était fausse, ce qui me valut la rosette d officier de l Instruction Publique. C est beau, la science! L'archivistique comparée C est beau, la science de l archivistique comparée: elle peut être comparative dans le temps aussi. Pour comprendre le present, il faut en sortir, comme Emile Durkheim a dit, il y a cent ans. 23 La comparaison historique d institutions, de pratiques et de procédures à de moments différents, la tentative d expliquer ces différences. Attention: je dis comparer et expliquer. L histoire des archives et du discours archivistique se limite le plus souvent à la description et la juxtaposition, comme dans beaucoup d études transnationales. En outre, dans les études on isole souvent l archivistique de son contexte social, tandisqu il s agit justement des relations entre les modèles politiques, économiques, sociaux dans une société concrète et la création et l utilisation d archives, et de quelle ils s influencent entre eux. 24 On peut et on doit souvent employer un modèle, un Idealtype, dans le sens Wéberien du mot. Donc pas de prescription, mais une aide pour décrire et analyser les phénomènes. En 1972 l UNESCO a publié un Projet de loi d archives type, inspiré pour ne pas dire copié de la législation italienne. En Algérie, il servait de modèle de la loi d archives de 1977, cela veut dire comme matrice ou moule, pas comme modèle ou type auquels on confrontait les caractéristiques nationales. Il n étonne pas que la loi algérienne n a jamais fonctionnée. Ayant tiré une leçon de cette expérience, l UNESCO a décidé plus tard de ne pas publier un projet de loi d archives type, mais des principes directeurs pour la législation, fondés sur une analyse exhaustive des lois d archives existantes. 25 L archivistique doit être comparative comme discipline scientifique. Comme l écrivit le grand comparatiste français René David: L origine historique de nos classifications, le caractère relatif de nos concepts, le conditionnement politique ou social de nos institutions ne nous sont revélés avec netteté que si, pour les étudier, nous nous plaçons en dehors de notre propre système de droit. 26 Ce qu écrit David en fait il ne fait que répéter Durkheim vaut aussi pour l archivistique.

9 9 Vu la place importante qu occupe le droit comparé dans la formation des juristes, il n est pas étonnant que les rares études cpmparées dans le domaine archivistique soient surtout de caractère juridique. Je pense au livre de Carol Couture et Marcel Lajeunesse, Législations et politiques archivistiques dans le monde 27 et à la publication du regretté Hervé Bastien: Perspectives de droit comparé publication en annexe de son Droit des archives et du rapport Braibant. 28 Quelle est l utilité de l ethnologie archivistique? On pourrait bien poser la même question à propos du projet du CNRS sur l ethnologie du football. Pour cela on pourrait s adresser, à Strasbourg, à l Institut d Ethnologie de l Université Marc Bloch. Une réponse suffit à l homme de science : la satisfaction de la curiosité scientifique et la consolidation de la méthode scientifique. La preuve de l hypothèse aura une plus grande validité par la comparaison comparative elle-même. 29 Mais l archiviste, le praticien, voudra en apprendre plus. Pour cela nous pouvons nous utiliser ce qu on en a écrit dans une discipline soeur, celle des bibliothécaires. Il y a plus de 25 ans la Library Association américaine a publié une petit livre: The dimensions of comparative librarianship écrit par J. Periam Danton, qui enseignait la bibliothéconomie comparée à Berkeley en Californie. 30 Une grande partie de ce livre est occupée par les énumérations d un grand nombre d auteurs, avec qui Periam Danton n est pas d accord, mais il donne aussi sa propre opinion sur les avantages spécifiques de la bibliothéconomie comparée. Appliquée à l archivistique comparée ce sont les avantages suivants. L étude comparative bien faite des pratiques et procédures archivistiques résultera dans l adoption générale des meilleures, étant donné certaines circonstances et conditions. Ceci n est pas le but de l archivistique comparée en soi, mais pourrait en être la conséquence indirecte. Cela vaut aussi pour la découverte, par l archivistique comparée, de techniques complètement nouvelles ou adaptées, et qui pourront être appliquées ailleurs. Troisièmement l archivistique comparée pourra mener à un élargissement du point de vue, un plus grande sensibilité et en même temps à un plus grand professionalisme. Celui qui ne connaît que son propre système d archives, est a tendance à regarder ses structures existantes comme nécessaires et inchangeables. Les notions françaises de l inaliénabilité et l imprescriptibilité des archives publiques ou le système de la dérogation par exemple. L archivistique comparée nous fait voir qu elles ne sont pas reçues partout, qu elles peuvent être en déclin ou avoir même été abandonnées en certains pays; elle conduit à nous interroger, au delà de leur origine sur leur justification et leur portée réelles dans notre système national actuel. 31 A juste titre le Président Braibant mentionne fréquemment des exemples pris à l étranger dans son rapport au premier ministre. L observateur aura également une perspective plus large, différente sur sa propre situation, qu on comprend mieux grâce à l intelligence acquise par l étude comparative: il nous montre d autres nations, que nous jugeons démocratiques, adhérer à de toutes autres formules il nous révèle d un autre côté que dans d autres Etats on regarde comme faussement démocratiques et hypocrites les formules don t nous affirmons les mérites. L établissement de la vérité gagne à ces réflexions. 32 La publication d études comparatives contribue à l échange d idées sur lequel est fondé l amélioration de la profession. L archivistique comparée contribue également à l amélioration de la compréhension internationale et de la collaboration, mais aussi à la solution des problèmes d archives de caractère international. Le problème épineux des contentieux archivistiques en est un exemple. En beaucoup de cas on ne pouvait les résoudre qu après avoir acquis une meilleure idée de l histoire comparative et le contexte de la création des archives en métropole et aux colonies, non seulement celles de son propre pays, mais aussi ailleurs. Pour terminer je voudrais mentionner la contribution inestimable de l archivistique comparée à l éducation et la formation des archivistes. Même sous sa forme la plus simple vous n avez qu à penser aux contacts amicaux pendant le Stage technique international d archives -, mais aussi, sous une forme plus scientifique, l archivistique comparée aiguise l esprit, aide à élargir la compréhension, et confirme le caractère scientifique de l archivistique. C est pour cela que

10 10 j aimerais d entreprendre avec d autres centres d archivistique des projets de recherche en archivistique comparée. Dans ces paroles célèbres d'emile Durkheim La sociologie comparée n est pas une branche particulière de la sociologie; c est la sociologie même, en tant qu elle cesse d être purement descriptive et aspire à rendre compte des faits. 33 on peut remplacer sociologie par l archivistique: l archivistique comparée, c est l archivistique même, en tant qu elle cesse d être purement descriptive et aspire à rendre compte des faits. Travaillons-nous dans cet esprit. * Conférence inaugurale du Colloque européen de l Association des archivistes français, Strasbourg, octobre Oeuvres complètes de Montesquieu (Paris 1835), p. 301: De l esprit des lois, livre XIV, chapitre II. 2 Wolfgang Herrlitz, Ist Befehl Befehl? Beobachtungen beim deutschniederländischen Korps in Münster, dans: Friso Wielenga (éd.), Niederländer und Deutsche und die Europäische Einigung (Amsterdam 1998), pp John Mole, Mind your manners (London 1992). 4 René David, Les grands systèmes de droit contemporains (Paris ),p Geert Hofstede, Vivre dans un monde interculturel. Comprendre nos programmations mentales (Paris 1994). 6. David Bearman, Diplomatics, Weberian bureaucracy, and the management of electronic records in Europe and America, dans: American Archivist 55 (1992), pp Jan A. Neuijen, Diagnosing organizational cultures. Patterns of continuance and change (Groningen 1992). 8 Geert Hofstede, Les différences culturelles dans le management (Paris 1987). Ce jugement a été confirmé dans Hofstede Vivre dans un monde multiculturel, pp et pp Stefan Fisch, Archiv und Registratur in deutscher und französischer Verwaltungstradition. Erfahrungen aus Forschungen zur elsässischen Geschichte, dans: Andreas Metzing (éd.), Digitale Archive - Ein neues Paradigma? Beiträge des 4. Archivwissenschaftlichen Kolloquiums der Archivschule Marburg (Marburg 2000) (Veröffentlichungen der Archivschule Marburg Institut für Archivwissenschaft 31),pp Wolfgang H. Stein, Französisches Verwaltungsschriftgut in Deutschland. Die Departtementalverwaltungen in der Zeit der Französischen Revolution und des Empire (Marburg 1996) (Veröffentlichungen der Archivschule Marburg Institut für Archivwissenschaft 24); Wolfgang H. Stein, Une archivistique alternative? Le traitement des archives des départements français d Allemagne de l époque révolutionnaire et impériale, dans: La Gazette des archives 162 (1993),pp Robert-Henri Bautier, La phase cruciale de l'histoire des archives: la constitution des dépôts d'archives et la naissance de l'archivistique (XVIe-début du XIXe siècle), dans: Archivum 18 (1968),p. 146; Michel Duchein, L histoire des

11 11 archives européennes et l évolution du métier d archiviste en Europe, dans: Michel Duchein, Etudes d archivistique (Paris 1992),p Les Archives dans l Union européenne.rapport du groupe d'experts sur les problèmes de coordination en matière d'archives (Luxembourg 1994), p Michel Duchein, Les archives dans la tour de Babel: problèmes de terminologie archivistique internationale, dans: La Gazette des archives 129 (1985),pp , réimpr. dans: Duchein, Etudes d archivistique, pp Nils Brübach, Records oder Akten - Internationale Normung für die Schriftgutverwaltung, dans: Andreas Metzing (éd.), Digitale Archive - Ein neues Paradigma? Beiträge des 4. Archivwissenschaftlichen Kolloquiums der Archivschule Marburg (Veröffentlichungen der Archivschule Marburg Institut für Archivwissenschaft 31) (Marburg 2000),pp Björn Lindh, Some thoughts on appraisal terminology, dans: Janus 1997/2, pp ; Philippe Charon - Rosine Cleyet-Michaud, à propos de l article de Björn Lindh: le point de vue français, dans: Janus 1997/2, pp Eric Ketelaar, The Archivist's Creed, Task and Aim. Revisiting the first two international congresses 1950, 1953, dans: Frank Daelemans (ed.), Miscellanea in honorem Caroli Kecskeméti (Bruxelles-Brussel 1998) (= Archives et bibliothèques de Belgique, numéro special 54) Frank B. Evans Eric Ketelaar, Guide pour inventorier les systèmes et services d'administration d'archives et de gestion de documents: une étude RAMP (Paris 1983). 18 Hilary Jenkinson, The problems of nomenclature in Archives, dans: Selected writings of Sir Hilary Jenkinson (Gloucester 1980),pp ; Michel Duchein, Introduction à l'édition française, dans: Les archives. Extrait de 'ALA World Encyclopedia of Library and Information Services', 1980 (Paris 1982); Elio Lodoloni, Archivistica. Principi e problemi (Milano ), pp ; Wolfgang Leesch, [Coompte-rendu du] Dictionary of archival terminology, dans: Der Archivar 38 (1985) col Eric Ketelaar, The difference best postponed? Cultures and comparative archival science, dans: Archivaria 44 (1997),pp , réimpr. dans: Peter J. Horsman Frederick C.J. Ketelaar Theo H.P.M. Thomassen (red.), Naar een nieuw paradigma in de archivistiek. Jaarboek 1999 Stichting Archiefpublicaties, pp J. Periam Danton, The dimensions of comparative librarianship (Chicago, 1973), pp. 73, Claudine Dardy, L'identité-papier, dans: Pouvoirs du papier (Les Cahiers de médiologie, 4) (Paris 1997), pp ; ; Claudine Dardy, Identités de papier (Paris - Montréal ); Marie-Anne Chabin, Les nouvelles archives ou conclusions d'une revue de presse, dans: Gazette des archives 172 (1996), pp ; Marie-Anne Chabin, Je pense donc j'archive: l'archive dans la société de l'information (Paris - Montréal 1999). 22 Arlene Schmuland, The archival image in fiction: an analysis and annotated bibliography, dans: American Archivist 62 (1999),pp

12 12 23 L Année sociologique 2:v (1899), cité par Periam Danton, pp Terry Cook, From information to knowledge: an intellectual paradigm for archives, dans: Archivaria 19 ( ), réimpr. dans: Tom Nesmith (ed.), Canadian archival studies and the rediscovery of provenance (Metuchen - London 1993),p Cf. A. Black, Information and modernity. The history of information and the eclipse of library history, dans: Library history 14 (1998),pp Eric Ketelaar, Législation et réglementation en matière d'archives et de gestion des documents: une étude RAMP accompagnée de principes directeurs (Paris 1986). 26 David, Les grands systèmes, p Carol Couture - Marcel Lajeunesse, Législations et politiques archivistiques dans le monde (Québec 1993). 28 Hervé Bastien, Droit des archives (Paris 1996),pp ; Guy Braibant, Les archives en France. Rapport au Premier ministre (Paris 1996),pp Periam Danton, The dimensions, p Periam Danton, The dimensions. Cf. J. Periam Danton, Definitions of comparative and international library science, dans: John F. Harvey (ed.), Comparative & international library science (Metuchen, 1977),pp David, Les grands systèmes, p David, Les grands systèmes, p Emile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique (Paris 1895), p. 169.

Archivistique et polyvalence professionnelle Dix ans de formation en archivistique à Genève

Archivistique et polyvalence professionnelle Dix ans de formation en archivistique à Genève Archivistique et polyvalence professionnelle Dix ans de formation en archivistique à Genève En 1990, une révolution tranquille Lorsqu en 1990, la vénérable Ecole de bibliothécaires de Genève, fondée en

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

GESTION DES ARCHIVES

GESTION DES ARCHIVES GESTION DES ARCHIVES Principes et législation NOTIONS FONDAMENTALES D ARCHIVISTIQUE Définition de l archive Définition du producteur d archives Les outils de gestion des archives Principes Outils fondés

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Propriété Industrielle

Propriété Industrielle 6 l organisation de la Propriété Industrielle Le 0 mars 88, les pays signataires de la Convention d Union de Paris se sont engagés à créer un service spécial de Propriété Industrielle. C est dans ces conditions

Plus en détail

Les archives, les archivistes et l archivistique

Les archives, les archivistes et l archivistique Chapitre Les archives, les archivistes et l archivistique Louise Gagnon-Arguin C est à l apparition de l écriture que remonte la naissance des archives et de l archivistique ainsi que de nouvelles occupations

Plus en détail

Protéger les marques en dehors du Benelux. Information pour les entrepreneurs. Le succès d une entreprise commence par l enregistrement

Protéger les marques en dehors du Benelux. Information pour les entrepreneurs. Le succès d une entreprise commence par l enregistrement Protéger les marques en dehors du Benelux Information pour les entrepreneurs Le succès d une entreprise commence par l enregistrement Pour de nombreux entrepreneurs, faire un pas hors des frontières est

Plus en détail

117. Free Access To Information And Freedom Of Expression (FAIFE)

117. Free Access To Information And Freedom Of Expression (FAIFE) Date submitted: 19/08/2009 Le contrôle de l Internet dans les bibliothèques russes : qui décide? Irina Trushina Chercheur, Bibliothèque Nationale de Russie Président de la table ronde sur l éthique professionnelle

Plus en détail

Guide de. L archivage. L a. Service des Archives

Guide de. L archivage. L a. Service des Archives L a Guide de L archivage Service des Archives Sommaire INTRODUCTION 4 GLOSSAIRE 5 LES ARCHIVES DANS LES BUREAUX 6 LES ARCHIVES ADMINISTRATIVES 6 LES ARCHIVES SCIENTIFIQUES 7 ELIMINATION 7 VERSEMENT 8 COMMUNICATION

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Matières concernées : Histoire-Géographie, Lettres, Latin, Arts, Biologie. Enseignements d'exploration : Patrimoine,

Plus en détail

Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats

Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Prise de position du CCBE sur certains principes du droit européen des contrats Liberté de contracter Prise de position du CCBE sur certains

Plus en détail

Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes

Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes Archivage Tribunal d instance Conseil de prud hommes Instruction commune de la SJ et de la AF du 6 octobre 2008 concernant la modification de la circulaire SJ. 03 13 du 10 septembre 2003 relative aux archives

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish Natalia Krynicka Pourquoi est-ce si important de créer une bibliothèque virtuelle en yiddish d une envergure mondiale? Prenons un chercheur italien qui

Plus en détail

Point No. 12 de l'ordre du jour: Mise en œuvre et promotion des instruments d UNIDROIT autres que les instruments relatifs à la Convention du Cap

Point No. 12 de l'ordre du jour: Mise en œuvre et promotion des instruments d UNIDROIT autres que les instruments relatifs à la Convention du Cap CONSEIL DE DIRECTION 88 ème session Rome, 20-23 avril 2009 UNIDROIT 2009 C.D. (88) 10 Original: français avril 2009 Point No. 12 de l'ordre du jour: Mise en œuvre et promotion des instruments d UNIDROIT

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 SOMMAIRE - Introduction Page 1 - Coordonnées du service d Archives de l INSERM Page 2 - Glossaire Page 3 - Les archives dans les bureaux Page 4 - Les archives administratives

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LES LANGUES

LES EUROPEENS ET LES LANGUES EUROBAROMETRE 54 Special LES EUROPEENS ET LES LANGUES RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale De l Education et de la Culture GERE ET ORGANISE PAR

Plus en détail

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux archivistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en archives pour des

Plus en détail

Gestion des dossiers et archivage électroniques

Gestion des dossiers et archivage électroniques Gestion des dossiers et archivage électroniques Notice 6a: Principes du plan de classement Définition Le plan de classement est la structure uniforme hiérarchisée utilisée par une unité administrative

Plus en détail

Projet Personnel et Professionnel.

Projet Personnel et Professionnel. IUT INFORMATION COMMUNICATION Projet Personnel et Professionnel. Interview d Alexandra Schwartzbrod Astou-Maryème YAO 17/12/2012 LE METIER DE JOURNALISTE. «Une école extraordinaire» Alexandra Schwartzbrod

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

ARCHIVES MUNICIPALES SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE

ARCHIVES MUNICIPALES SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE ARCHIVES MUNICIPALES DE SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX MEMOIRE VIVANTE DE VOTRE VILLE DEFINITION DES ARCHIVES Code du patrimoine Partie législative o LIVRE II : ARCHIVES TITRE Ier : RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES

Plus en détail

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Scienceet la Culture

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Scienceet la Culture United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Scienceet la Culture Réunion d Experts sur : L exploitation sexuelle des enfants, pornographie

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Les données primaires Les données traitées

Les données primaires Les données traitées 1 Madame, Messieurs, Au cours de mon DEA portant sur la refonte de bdb, base de données Beuvray, je me suis aperçue qu une réflexion plus générale serait à menée sur le traitement de l information archéologique.

Plus en détail

Recommandation pour la gestion des archives

Recommandation pour la gestion des archives Haute école pédagogique Qualité Avenue de Cour 33 CH 1014 Lausanne www.hepl.ch Recommandation pour la gestion des archives Cette recommandation accompagne la mise en œuvre de la décision du comité de direction

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Épreuves du concours interne

Épreuves du concours interne Épreuves du concours interne 1. Quelles sont les épreuves écrites d admissibilité du concours interne? 2. Quelles sont les épreuves d admission du concours interne? 3. Quelles sont les épreuves facultatives?

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

La République, l immigration et le droit des étrangers

La République, l immigration et le droit des étrangers La République, l immigration et le droit des étrangers Pierre-Yves MANCHON L histoire de l immigration demeure un sujet difficile à penser pour les Français comme pour leurs gouvernements. A partir de

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Nous respectons le droit d auteur

Nous respectons le droit d auteur Nous respectons le droit d auteur La licence de votre bibliothèque achetée auprès d'access Copyright donne l'autorisation de faire des photocopies parmi un vaste répertoire de livres publiés commercialement,

Plus en détail

Annexe n 1 Modèle de procès-verbal. Procès-verbal de décharge et de prise en charge des archives de la commune de xxx

Annexe n 1 Modèle de procès-verbal. Procès-verbal de décharge et de prise en charge des archives de la commune de xxx Annexe n 1 Modèle de procès-verbal Procès-verbal de décharge et de prise en charge des archives de la commune de xxx M(me)..., (nom, prénoms, profession et domicile), maire sortant, M(me)..., (nom, prénoms,

Plus en détail

1. L UTILITÉ ET LA NOUVEAUTÉ RELATIVES DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES

1. L UTILITÉ ET LA NOUVEAUTÉ RELATIVES DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES Introduction 1. L UTILITÉ ET LA NOUVEAUTÉ RELATIVES DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES Faut-il rappeler que l on n a pas attendu les professeurs, les didacticiens, les manuels, les laboratoires et les multimédias,

Plus en détail

GESTION DES DOCUMENTS

GESTION DES DOCUMENTS 133 POLITIQUE GESTION DES DOCUMENTS OBJECTIFS Gérer les documents de la Commission scolaire en conformité avec la législation applicable et les besoins des usagers, dans un contexte de maximisation de

Plus en détail

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION

Passages de Paris 8 (2013) 13-19 UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Passages de Paris 8 (2013) 13-19 www.apebfr.org/passagesdeparis UN ARTISTE AU PAYS DE L INTERCOMPRÉHENSION Entretien avec Nino MONTALTO Nino Montalto est né en Sicile. Très jeune, il travaille dans un

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch)

sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Loi du 10 septembre 2015 Entrée en vigueur :... sur l archivage et les Archives de l Etat (LArch) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu les articles 19 al. 2, 22 al. 1 et 73 al. 3 de la Constitution

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique?

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique? Tiré de Adult Literacy Education, un article de blogue écrit par David J. Rosen, D.Ed. http://davidjrosen.wordpress.com/2013/01 TEACH Magazine, disponible en version imprimée et numérique, est la plus

Plus en détail

sommaire sommaire 11 introduction 13

sommaire sommaire 11 introduction 13 sommaire sommaire 11 introduction 13 première partie: théories du management des différences interculturelles le management et la culture 19 Qu est que la culture? 19 Management interculturel : un avantage

Plus en détail

Les archives... c est quoi?

Les archives... c est quoi? Brochures de recommandations et de conseil 5 Les archives... c est quoi? Archiver... pourquoi? Archiver... comment? Archives générales du Royaume et Archives de l État dans les Provinces Section Surveillance,

Plus en détail

Études sur la traduction et le multilinguisme

Études sur la traduction et le multilinguisme Études sur la traduction et le multilinguisme Contrôle de la qualité de documents dans les administrations publiques et les organisations internationales Résumé 2/2013 Traduction Europe Direct est un service

Plus en détail

Offres de formation en médecine des assurances

Offres de formation en médecine des assurances 24 Offres de formation en médecine des assurances Dr Bruno Soltermann, spécialiste en chirurgie FMH médecin-chef de l Association Suisse d Assurances C.F. Meyer-Strasse 14 CP 4288 8022 Zurich Résumé Ces

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. Journal d Anne Frank

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. Journal d Anne Frank REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE Journal d Anne Frank Réf. N 2008-42 PARTIE A - INFORMATIONS ESSENTIELLES 1. RÉSUMÉ Le Journal d Anne Frank porte l attention du monde entier l histoire de cette jeune fille.

Plus en détail

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction Nous présentons ici le détail de la présentation générale d un instrument de recherche papier, y compris tous les éléments complémentaires comme la bibliographie et les sources complémentaires (suite du

Plus en détail

Archivage électronique

Archivage électronique Archivage électronique Mesdames Lourdes Fuentes-Hashimoto, des archives diplomatiques et Marie Laperdrix des Archives nationales de France, Fontainebleau nous ont proposé des ateliers pratiques sur comment

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE?

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? Office National de Sécurité Sociale SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? 1. Envoi dans des pays de l Union européenne (UE) Depuis le 1er mai 2010, le Règlement CE n 883/2004 détermine la

Plus en détail

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée L environnement commercial actuel présente à la fois d innombrables opportunités et de multiples risques. Cette dichotomie se révèle dans le monde de l informatique (et dans les conseils d administration

Plus en détail

Du choix du sujet et de la recherche jusqu à l émission Auteur: Antje Schwarzmeier / traduit par Katharina Herrmann et Aurore Visée

Du choix du sujet et de la recherche jusqu à l émission Auteur: Antje Schwarzmeier / traduit par Katharina Herrmann et Aurore Visée Les recherches par Antje Schwarzmeier / Illustrations et mise en page: sandruschka Du choix du sujet et de la recherche jusqu à l émission Auteur: Antje Schwarzmeier / traduit par Katharina Herrmann et

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

American Express Business Travel enquête sur les préférences des voyageurs d affaires

American Express Business Travel enquête sur les préférences des voyageurs d affaires 1 American Express Business Travel enquête sur les préférences des voyageurs d affaires Paris, le 28 février 2008 Malgré la montée des préoccupations environnementales et le progrès des technologies de

Plus en détail

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012

RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 7.3.2 RÈGLES SUR L'ADMINISTRATION DES DOCUMENTS DU PARLEMENT EUROPÉEN DÉCISION DU BUREAU DU 2 JUILLET 2012 LE BUREAU, - vu le règlement (CE, Euratom) n 354/83 du Conseil du 1 er février 1983 concernant

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales 4 Rue Jacques

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Table des matières. Aller à la page suivante

Table des matières. Aller à la page suivante CHAPITRE 1. INTRODUCTION Chapitre 1 Introduction 1.1 Un peu d informatique? 1.1.1 Dans un ordinateur, on peut recenser grossièrement trois types de mémoires : la mémoire morte, la mémoire vive et la mémoire

Plus en détail

Forum 4: rapport Quand des prestations résidentielles ou ambulatoires sont-elles indiquées et quelle est leur accessibilité?

Forum 4: rapport Quand des prestations résidentielles ou ambulatoires sont-elles indiquées et quelle est leur accessibilité? Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Office des mineurs Justiz-, Gemeinde- und Kirchendirektion des Kantons Bern Kantonales Jugendamt Gerechtigkeitsgasse

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux documentalistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en documentation

Plus en détail

Conserver pour l'histoire: une nouvelle dimension pour les Archives nationales de France

Conserver pour l'histoire: une nouvelle dimension pour les Archives nationales de France Archivio di Stato di Firenze ARCHIVI E STORIA NELL'EUROPA DEL XIX SECOLO Alle radici dell'identità culturale europea Conserver pour l'histoire: une nouvelle dimension pour les Archives nationales de France

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Impact de l amélioration conceptuelle des écoles sur la réussite des élèves dans les territoires palestiniens : une étude empirique

Impact de l amélioration conceptuelle des écoles sur la réussite des élèves dans les territoires palestiniens : une étude empirique ISSN 2072-7933 Impact de l amélioration conceptuelle des écoles sur la réussite des élèves dans les territoires palestiniens : une étude empirique CELE Échanges 2010/5 OCDE 2010 Impact de l amélioration

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

PLUS DE DOCUMENTS SUR L'HISTOIRE DU PATCO P A T C O

PLUS DE DOCUMENTS SUR L'HISTOIRE DU PATCO P A T C O PLUS DE DOCUMENTS SUR L'HISTOIRE DU PATCO P A T C O Ce petit montage réalisé par nos soins plaira beaucoup Outre Atlantique mais aussi bien sûr, en France. LES AUTRES SYNDICATS.. LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

Qu est-ce que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires?

Qu est-ce que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires? Qu est-ce que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires? Regina Jensdottir* Nous entendons très souvent dire que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est une création

Plus en détail

Informations sur le programme et description des cours

Informations sur le programme et description des cours SCIENCES HUMAINES - 300.A0 Profil A3 Développement humain et société Informations sur le programme et description des cours Service de la gestion et du développement des programmes d études 2015-2016 SCIENCES

Plus en détail

célébration des 150 ans des relations diplomatiques franco-japonaises Je suis très heureux de vous accueillir aujourd hui à l occasion du

célébration des 150 ans des relations diplomatiques franco-japonaises Je suis très heureux de vous accueillir aujourd hui à l occasion du 8/1/2008 Discours de Monsieur Fukui à l occasion du colloque pour la célébration des 150 ans des relations diplomatiques franco-japonaises Je suis très heureux de vous accueillir aujourd hui à l occasion

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

ROBERT FRANK DANS LES LIGNES DE SA MAIN

ROBERT FRANK DANS LES LIGNES DE SA MAIN ROBERT FRANK DANS LES LIGNES DE SA MAIN Philippe De Jonckheere est né le 28 décembre 1964, il est toujours en vie. Il fait remarquablement semblant d être informaticien pour ne pas avoir à être vraiment

Plus en détail

Pour un projet d élaboration d une base de données terminologiques multilingues en Roumanie enjeux, obstacles, détermination

Pour un projet d élaboration d une base de données terminologiques multilingues en Roumanie enjeux, obstacles, détermination Pour un projet d élaboration d une base de données terminologiques multilingues en Roumanie enjeux, obstacles, détermination Corina Cilianu-Lascu lascu_corina@yahoo.fr Plan de l exposé 1. Introduction

Plus en détail

Loi n 2006-19 du 30 juin 2006 relative aux archives et aux documents administratifs 1 EXPOSE DES MOTIFS

Loi n 2006-19 du 30 juin 2006 relative aux archives et aux documents administratifs 1 EXPOSE DES MOTIFS Loi n 2006-19 du 30 juin 2006 relative aux archives et aux documents administratifs 1 EXPOSE DES MOTIFS La loi n 81-02 du 2 février 1981 relative aux archives constituait une avancée significative au moment

Plus en détail

Mensuration officielle Plan de conservation et d archivage de données et de documents (PCA)

Mensuration officielle Plan de conservation et d archivage de données et de documents (PCA) Directive du 23 juin 2014 (état au 29 janvier 2015) Mensuration officielle Plan de conservation et d archivage de données et de documents (PCA) Editeur Groupe de travail «Archivage de données de la MO»

Plus en détail

MEMENTO SUR LA GESTION DES ARCHIVES PUBLIQUES

MEMENTO SUR LA GESTION DES ARCHIVES PUBLIQUES MEMENTO SUR LA GESTION DES ARCHIVES PUBLIQUES LA LEGISLATION SUR LES ARCHIVES Le Code du Patrimoine (version consolidée au 13 janvier 2011) reprend la loi du 15 juillet 2008 sur les archives, modifiant

Plus en détail

La législation, les textes, la «Charte de l enfant hospitalisé» en France et dans d autres pays européens

La législation, les textes, la «Charte de l enfant hospitalisé» en France et dans d autres pays européens La législation, les textes, la «Charte de l enfant hospitalisé» en France et dans d autres pays européens DR SYLVIE ROSENBERG-REINER Présidente de l association APACHE, et membre de European Associations

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur Cette note vise à évaluer la diffusion de l œuvre de Paul Ricœur dans l univers des revues scientifiques.

Plus en détail

F Régl. Prof. A08 Bruxelles, le 16.02.2006 MH/BL/JP

F Régl. Prof. A08 Bruxelles, le 16.02.2006 MH/BL/JP F Régl. Prof. A08 Bruxelles, le 16.02.2006 MH/BL/JP A V I S sur LE PROJET DE LOI-CADRE SUR LE PORT DU TITRE PROFESSIONNEL D UNE PROFESSION ARTISANALE *** 2 Par sa lettre du 19 décembre 2005, Mme S. Laruelle,

Plus en détail

MATHIEU BLOUIN DAVID SEBARAME Caractérisation de l offre et la demande en tourisme 414-204-LI, gr. 02002. PORTFOLIO DES CLIENTÈLES La Suisse

MATHIEU BLOUIN DAVID SEBARAME Caractérisation de l offre et la demande en tourisme 414-204-LI, gr. 02002. PORTFOLIO DES CLIENTÈLES La Suisse Prénom et nom de l auteur ou des auteurs en MAJUSCULES Titre du cours MATHIEU BLOUIN DAVID SEBARAME Caractérisation de l offre et la demande en tourisme 414-204-LI, gr. 02002 Numéro du cours, suivi du

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE

Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE Module 1 LES ARCHIVES ET LEUR IMPORTANCE 1. Qu est-ce que les archives? 1.1 Une question à poser 1.2 Les archives, là où les choses commencent 2. L objet de l archivistique 2.1 Information et archives

Plus en détail