Rapport de Stage. Mars Sept Master 2 Professionnel Statistiques et Traitement des Données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de Stage. Mars Sept. 2010. Master 2 Professionnel Statistiques et Traitement des Données"

Transcription

1 Rapport de Stage Mars Sept Analyse statistique d'études cliniques en milieu Dermo-Cosmétique Master 2 Professionnel Statistiques et Traitement des Données CHADIL Diane Présenté le 3 septembre 2010 Maître de Stage : M. LAUZE Christophe Responsable de Master : M. SERLET Laurent

2 REMERCIEMENT Je tiens tout particulièrement à remercier mon maître de stage, M. LAUZE Christophe, de m'avoir donné l'opportunité d'effectuer mon stage au sein de la société Pierre Fabre Biométrie. Son sens de la pédagogie, sa disponibilité et sa prévenance ont fait de ce stage une expérience enrichissante. Merci à Mme SOVRAN Chantal, data-manager des études dermo-cosmétiques, pour sa disponibilité et sa gentillesse. Un grand merci à l'équipe de Biométrie pour leur accueil et leur sympathie qui a contribué à développer une atmosphère de travail très agréable. Je remercie plus particulièrement Corinne CUNNAC avec qui j'ai partagé le bureau durant ces six mois. Je tiens aussi à remercier l'ensemble des enseignants du Master Professionnel STD pour leur disponibilité et leur savoir-faire durant ces deux années de formation. Enfin je souhaite remercier Mme Sylvie AUDRAIN, présidente de Pierre Fabre Biométrie, et M. Michel HUCHER, responsable du pôle Statistique, pour m'avoir accueillie au sein de leur équipe. Page 2 sur 112

3 Historique...13 Activité Dermo-Cosmétique...15 du groupe Pierre Le Fabre pôle Recherche, Biométrie...16 et Exploration Développement et Développement Actifs Technique Produits...15 Clinique...15 et Dermatologie Le Etude processus Définition Les clinique...18 grands de / principes Utilité...18 fabrication d'une d'un étude médicament Déroulement Spécificité rôle de la des biométrie d'une études étude dermo-cosmétiques...22 dans clinique une étude clinique...18 et ses clinique...20 intervenants Données Biométrie...23 d'évaluation recueillies l'efficacité Autres Données données informatives...25 d'évaluation d'une étude sans clinique...25 la appareil tolérance...25 de mesure Population à l'étude Population Tolérance Full Per Protocol...25 Analysis : Le plan expérimental...26 types d étude...26 Set Méthode Les d'analyse plans descriptives...29 d expérience Comparabilité...29 intra-groupe...30 statistique Analyse Pourcentage Graphiques...32 Questionnaire Inter-groupes...31 d'évolution Réalisation Tolérance rapport générale...32 d'acceptabilité Introduction...34 Les intervenants...34 statistique Résumé Notations...34 Titre Objectif du de protocole...34 l'étude...34 l'étude...35 Sommaire Remerciement... 2 Introduction... 6 Abréviations... 7 Glossaire... 8 Présentation de Pierre Fabre Élaboration d'un produit (de la recherche à l'amm * ) Analyse Statistique Étude non-réglementaire : Crème hydratante Page 3 sur 112

4 Méthodologie Population Critère Déroulement d'évaluation...36 à l'étude...35 l étude...37 l'étude Préparation Type de des fichier fichiers pour l'application données Présentation Passage du fichier du fichier d'origine de au fichier SAS d'origine...38 pour AF L'analyse Les L'analyse pré-requis...42 statistique...42 descriptive...42 LARAS Comparabilité Analyse Pourcentage intra-groupe...44 inter-groupes...45 d'évolution valeurs et basales Conclusion...47 Représentations graphiques...46 graphiques Introduction Résumé Les Notations...48 du intervenants Titre Pathologie de protocole l'étude Objectif Méthodologie Population à cible l'étude...49 l'étude...49 et l'étude...49 thérapie Critère Déroulement d'évaluation Extrait Analyse du PAS des (Plan caractéristiques d'analyse l étude Statistique) Taille Critères de principal secondaires l'échantillon...54 d'efficacité...54 d'efficacité...55 à l'inclusion Blind Tolérance Définition Review...56 des globale sujets populations cotée en déviation...56 par à l'étude...59 l'investigateur Préparation L'analyse Les Données pré-requis...60 statistique...60 des Générales...60 fichiers de données Lésions Résumé Avis Tolérance de global...75 l'étude...80 principal locale Conclusion...81 Critères Tolérance secondaires locale d'efficacité...80 cotée d'efficacité...80 par l'investigateur Ouvrage...83 ARTICLE et DOCUMENTS...83 Étude réglementaire : Crème anti - acné Conclusion Bibliographie Page 4 sur 112

5 3. 4. LOGICIELS SITE Analyse INTERNET de d un variance...86 modèle mixte avec données à deux facteurs répétées : Test Cas Options de Student:...89 l analyse supplémentaires:...88 covariance:...88 : Test de Wilcoxon:...90 indépendants:...89 appariés: Test de Shapiro-Wilk:...91 pour échantillons indépendants: exact du Khi2:...91 de Fisher:...91 appariés: Test des Kruskal-Wallis:...92 Friedman:...93 signes et Test de Mac Nemar: SCORAD...94 IGA Tolérance...96 Phototype...97 et Avis du patient (Etude réglementaire) Préparation Analyse Données Lésions statistique des générales fichiers (Étude de 2) données (Étude 1) Avis Tolérance de l'investigateur et du sujet Calendrier des études Annexe 1 : Tests Statistiques Annexe 2 : Documents Annexe 3 : Programme SAS Page 5 sur 112

6 INTRODUCTION Le Master 2 professionnel Statistiques et Traitement des Données comporte un stage de 5 mois minimum à effectuer au sein d une entreprise. Ce stage faisant partie intégrante de la formation universitaire, il conditionne l obtention de mon diplôme de Master 2 STD. Il me permet de mettre en application les connaissances acquises au cours de mon cursus universitaire, et contribue, avant tout, à enrichir mon expérience professionnelle et à me préparer à une bonne insertion dans le monde du travail. J ai effectué ce stage de fin d études au sein de la société Pierre Fabre Biométrie à Labège, sous la responsabilité de M. Christophe LAUZE, chef de projets statistiques. Ce stage s'est déroulé du 15 mars au 17 septembre Ma mission principale durant ces six mois a été de réaliser des analyses statistiques sur des données issues d études cliniques en milieu dermo-cosmétique. J ai ainsi effectué de nombreuses analyses statistiques sur des études très variées : des crèmes hydratantes aux injections anti-rides, en passant par des shampooings, etc. A ce titre, j ai été l interlocutrice privilégiée du chef de projet de l étude et rédactrice du rapport statistique en fin de test. De plus, j ai eu l occasion de réaliser des analyses pour les services d analyse sensorielle* 1 en tant qu experte en analyse multivariée. La réalisation de ces analyses m a permis de mettre en application les notions apprises durant cette année de Master, et notamment, d utiliser et d approfondir les méthodes et tests statistiques. Dans ce rapport, je vais essayer de vous faire appréhender le déroulement d'un essai clinique*. Pour ce faire, je vais commencer par une partie théorique sur les études cliniques et leurs statistiques et ensuite je l'illustrerai avec la présentation de deux analyses statistiques réalisées durant mon stage. 1 Les termes suivis d'un astérisque sont détaillés dans les paragraphes "Abréviations" ou "Glossaire". Page 6 sur 112

7 ABREVIATIONS AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé AMM : Autorisation de Mise sur le Marché CRF : Case Report Form (cahier d observation) FAS : Full Analysis Set HS : Hautement Significatif ICH : International Conference on Harmonization LARAS : Logiciel Automatique pour la Réalisation d'analyses Statistiques NS : Non Significatif PP : Per Protocol S : Significatif SCORAD : SCORing Atopic Dermatitis SL : Significatif Limite Page 7 sur 112

8 GLOSSAIRE Amendement au protocole : Texte décrivant une ou plusieurs modifications substantielles du protocole. Signé par l'investigateur* et le promoteur, il doit avoir fait l'objet d'un avis favorable du Comité de Protection des Personnes avant sa mise en application. Analyse sensorielle : Ensemble de méthodes permettant de mesurer les perceptions sensorielles (vue, ouïe, odorat, goût, toucher) d un produit. Elle permet d évaluer notamment la qualité des textures des produits. Assurance qualité : Service regroupant un ensemble de systèmes et de procédés établis en vue d assurer la bonne conduite de l étude et le recueil des données en conformité avec les Bonnes Pratiques Cliniques. Attaché de Recherche clinique (ARC) : Personne mandatée par le promoteur et chargée du suivi d'une étude. Elle doit essentiellement s assurer du respect du protocole* et vérifier la qualité des cahiers d observation (par rapport au protocole et à l objectif de l étude). Blind Review ou Comité de Validation : Réunion qui a pour but de finaliser le Plan d'analyse Statistique et de définir les populations FAS et PP pour l'analyse statistique. Cette réunion a lieu avant la levée d aveugle (c est-à-dire avant de connaître la nature du traitement reçu par les sujets) et réunit les principaux intervenants d'une étude clinique : le Statisticien, le Data-manager, le chef de projet, l ARC* et le coordonnateur. A l'issue de cette réunion un compte rendu est rédigé. Ce document permet d officialiser les décisions prises au cours de cette réunion et conduit ensuite à l autorisation de la levée d aveugle. Il doit être signé par les participants de la réunion de Blind Review. (Détaillé en page 21). Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) : Ensemble de dispositions à mettre en place pour garantir la qualité d un essai tant dans sa conduite que lors du recueil des résultats. Leurs applications assurent les droits et la sécurité des personnes participantes ainsi que la confidentialité des informations. Cahier d observation (CRF : Case Report Form) : Document contenant toutes les données relatives à un sujet de l'étude. Il est rempli au fur et à mesure des visites et est propre à chaque sujet. Il peut être sous format papier ou sous format électronique. Chromamètre : Appareil de mesure permettant d évaluer la couleur cutanée. Plusieurs paramètres, dits «chromamétriques», sont alors mesurés : la Luminance (L*), l intensité du niveau de rouge (a*) et de jaune (b*). Comité de Validation : Cf Blind Review. Comité d'éthique ou Comité de Protection des Personnes (CPP) : Comité chargé d'assurer la protection des droits, la sécurité et le bien-être des sujets humains participant à une étude clinique. Il est constitué de professionnels du milieu médical et scientifique et de personnes de la société civile. Comparative (Etude): Etude permettant de comparer le produit à l'étude avec un témoin (une référence non traitée, un placebo, ou encore un produit de référence). Page 8 sur 112

9 Coordonnateur : L'investigateur* principal désigné par le promoteur et qui coordonne la réalisation de la recherche (lorsqu'il y a plusieurs centres investigateurs). Cornéomètre : Appareil mesurant, à l aide d un condensateur, la capacitance électrique (qui dépend de la teneur en eau) d une portion de peau placée sous la sonde. On obtient alors l Indice d Hydratation (IH) de la peau. Critère principal : Critère sur lequel porte la conclusion de l'étude, les autres critères n'ayant qu'un rôle secondaire. Le critère principal est défini dans le protocole* et n'est modifiable que par amendement. Cutomètre : Appareil permettant de mesurer les propriétés mécaniques de la peau. Cette technique est basée sur une méthode d'aspiration de la peau dans la sonde. Le cutométre mesure le déplacement vertical de la surface de la peau en fonction du temps et de la dépression exercée dans la sonde. Nous pouvons ainsi déterminer la rigidité de la peau et sa capacité à retrouver son état initial. Cette technique nous permet de quantifier l'effet raffermissant. Data-manager : Personne responsable de la gestion informatique de la base de données. En ce sens, le data-manager participe à la conception du cahier d observation et du masque de saisie. Il réalise les tests de cohérence sur la base de données et est responsable du gel de base. Dermatite atopique : Forme d'eczéma se déclarant en général 3 à 6 mois après la naissance mais qui n'est pas provoquée par le contact avec un produit entraînant une allergie. Elle provoque des rougeurs, démangeaisons, peau sèche Débutant et prédominant au visage, l'eczéma siège avant tout sur les joues, le front, le cou. Il peut s'étendre au cuir chevelu, plus rarement déborder sur le thorax et les plis de flexion. Dermatologie : Partie de la médecine qui étudie et soigne les maladies de la peau. Derme : Le derme (derma = peau) est l une des trois couches de la peau. Il est situé entre l épiderme(couche superficielle de la peau) au-dessus et l hypoderme (essentiellement constitué de graisse parcourue par des vaisseaux sanguins) en dessous. Déviation au protocole : Il s agit d un non-respect des conditions de réalisation définies dans le protocole, susceptible de modifier les résultats d une étude. Une déviation peut être jugée mineure ou majeure par le Comité de Validation. Une déviation est considérée comme majeure lorsqu elle risque d influencer de manière significative l évaluation de l effet du traitement. A priori, est considérée comme déviation majeure, une inclusion à tort, une sortie prématurée d essai ou un perdu de vue, la prise d un traitement interdit, l absence de données sur le critère principal* d analyse. Double aveugle (Etude): Etude en double aveugle signifie que le sujet et l'investigateur ignorent le traitement administré. D-squame : Bande adhésive permettant de prélever des squames (cellules mortes) au niveau de la couche supérieure de l épiderme*. Les paramètres de desquamation sont alors la surface de squames (surf), l épaisseur de paquets de squames (MOD et SMOD), la texture (HI), etc. Echographie : Technique d'imagerie par ultrason. En Dermo-Cosmétique, elle permet de mesurer l épaisseur du derme*. Page 9 sur 112

10 Epiderme : Couche superficielle de la peau. Etude clinique ou Essai clinique: Etude visant à évaluer de manière objective et fiable sur l'homme (volontaires sains ou malades) l'efficacité et la tolérance d'un produit. Elle repose sur une organisation rigoureuse et une méthodologie adaptée (Détaillée en page18). Etude non-réglementaire ou non interventionnelle: Etude ne passant pas devant un comité d'éthique. Les études non-réglementaires sont essentiellement les études cosmétiques utilisant des méthodes de mesures non-invasives. Etude randomisée : Etude dans laquelle l attribution des traitements est faite de manière aléatoire. On évite ainsi les biais de sélection, c est-à-dire un biais lié à une différence de composition entre le groupe traité et le groupe témoin. Etude réglementaire : Etude passant obligatoirement devant un comité d'éthique* (nommé Comité de Protection des Personnes). Cette obligation s'adresse aux études dermatologiques et aux études utilisant des méthodes de mesures invasives*. Evaporimètre : Appareil mesurant l'évaporation atmosphérique. En dermo-cosmétique il permet de mesurer la Perte Insensible en Eau (PIE), c est-à-dire le taux d évaporation d une surface cutanée. Exfoliant : Produit cosmétique permettant d éliminer les cellules mortes de l'épiderme. Gel des données : Procédure à l issue de laquelle les données ne peuvent plus être modifiées. Il est une étape clef avant la levée d'aveugle. Invasive (Méthode) : En médecine, se dit d'une méthode d'exploration ou de soins qui provoque une lésion de l'organisme. Investigateur : Médecin responsable de la réalisation pratique de l essai clinique. Kératolytique : Substance médicamenteuse ayant la capacité de dissoudre la kératine (protéine composant principalement la peau, les ongles, les cheveux ). LARAS (Logiciel Automatique pour la Réalisation d'analyses Statistiques) : Logiciel spécifique au département dermo-cosmétique de la biométrie. Il permet la réalisation d analyses nonréglementaires classique. Levée d aveugle (ou levée d insu) : Procédure permettant de connaître la nature du traitement pris par le sujet. La levée d aveugle ne peut être effectuée qu après la réunion de Blind Review* et le gel de la base de données. Méthode LOCF (Last Observation Carried Forward) : Méthode de traitement des données manquantes : elle consiste à reporter la dernière observation du sujet aux dates pour lesquelles les valeurs sont manquantes. Moniteur : Personne choisie et mandatée par le promoteur pour assurer le suivi de l essai clinique*. Il sert de lien entre le promoteur et l investigateur. Page 10 sur 112

11 Monocentrique (Etude): Etude clinique exécutée selon un protocole dans un seul centre investigateur. Multicentrique (Etude): Etude clinique exécutée selon un protocole unique et des modalités identiques, réalisé dans des sites différents et donc par des investigateurs différents. Ouvert (Etude): Etude en ouvert signifie que le sujet et l'investigateur connaissent le traitement administré. Pharmacie clinique : Service ayant pour rôle de rendre les lots de traitement anonymes et donc de permettre des études en double aveugle. La pharmacie clinique génère la randomisation, crée les lots en conséquence, conserve tout au long de l étude les enveloppes de codage et libère cette randomisation en fin d étude pour permettre l analyse statistique. Phototype : Echelle permettant de classer les individus en fonction de la réaction de leur peau lors d une exposition solaire (de I à VI pour les peaux très claires à très foncées). Cf annexes 2. 2 Placebo : Préparation pharmaceutique ou cosmétique dépourvue de tout principe actif contenant des substances supposées neutres. Le placebo n a donc aucun effet pharmacologique sur la pathologie étudiée du sujet. Un placebo est souvent utilisé comme référence absolue pour tester l efficacité d un produit sans influencer le sujet. Plan d Analyse Statistique : Document détaillant toutes les étapes de l analyse statistique. Il est rédigé par le statisticien avant le début de l étude et finalisé à la suite de la Blind Review. Des analyses complémentaires peuvent être rajouter au plan d'analyse prévu initialement. Plan d expérience ou Design : Méthode et organisation retenue pour tester un produit dans un essai clinique. Il existe 3 principaux designs : les essais non comparatifs, les essais en groupes parallèles et les essais croisés (Controlatéral, cross-over et carré latin) (détaillés en page 26). Population Full Analysis Set (FAS) : Population comprenant l ensemble des sujets inclus dans l'étude ayant pris au moins une fois le traitement à l'essai et qui ont au moins une valeur du critère principal sous traitement (post baseline). Cette population est analysée selon l'optique ITT (Intend To Treat), c'est à dire, en tenant compte de ce qui était prévu et non pas de ce qu'il s'est passé. Population Per Protocol (PP) : Population ne comprenant que les sujets ayant parfaitement respecté le protocole. En d autres termes, les sujets ne présentant pas de déviation majeure. Population Tolérance : Population comprenant l'ensemble des sujets ayant pris au moins une fois le traitement à l'essai. Promoteur : Il s agit d un individu ou d un organisme qui prend l initiative de la réalisation d un essai clinique. C est lui qui a la responsabilité du lancement, de la gestion, du financement, et des contraintes technico-réglementaire de l essai clinique. Protocole : Document contenant l'ensemble des informations nécessaires à la réalisation d'un essai clinique. Le protocole est rédigé avant le début de l étude. Il décrit les objectifs de l étude, les produits testés, le déroulement, la méthodologie, le plan d expérience, le traitement statistique et les étapes de l essai. Il est le document clé de tout essai clinique. Page 11 sur 112

12 Prurit : Démangeaison Randomisation : Technique consistant à répartir, de manière aléatoire, un ou plusieurs traitements aux différents sujets. Rapport clinique : Document final de chaque essai clinique. Il s agit d une description complète de l essai, avec notamment une description des produits testés, du matériel et des méthodes utilisées (y compris méthodes statistiques) et une présentation des résultats. SAS : Le système SAS est un outil décisionnel. C est un ensemble de modules logiciels pour la gestion et le traitement statistique des données. La plupart des manipulations sous SAS s effectue en programmant un code spécifique au logiciel (étape Data et procédures). C est le logiciel le plus couramment utilisé pour l analyse des données cliniques. SCORAD (SCORing Atopic Dermatitis) : Score permettant de juger l'état de la peau d'un sujet. Ce score est utilisé pour coter la dermatite atopique. Le SCORAD est obtenue par l'évaluation de plusieurs critères comme l'intensité du PRURIT*. Sébumètre : Appareil permettant de recueillir les lipides cutanés sur une bande de matière synthétique et de mesurer le niveau de transparence de la bande. On obtient alors l Indice Lipidique (IL) de la peau. Séquence : Une séquence représente une des différentes modalités d attribution des traitements aux sujets (exemple : séquence 1 => produit A sur bras droit et produit B sur bras gauche ; Séquence 2 => produit A sur bras gauche et produit B sur bras droit). Simple aveugle (Etude): Etude en simple aveugle signifie que le sujet ignore le traitement qui lui est administré. Site d application : On parle de site d application lorsqu un produit est testé sur des zones symétriques comme c est le cas en controlatéral ou en carré latin. On distingue alors le site droit du site gauche. Statisticien : Personne qui a la charge de l'analyse et de l'interprétation du traitement statistique des données de l'étude. Elle a aussi le rôle d'établir le plan expérimental et de calculer le nombre de sujets nécessaires à l étude. Valeurs basales (ou baseline) : Premières valeurs recueillies lors d une étude. Mesurées avant la prise de traitement, ces valeurs servent de base (ou de référence) pour tester l évolution des différents paramètres. Valeurs post-baseline : Valeurs recueillies après la première prise de traitement. Wash out : La période de wash out est utilisée dans le cas d une prise successive de traitements. L effet d un traitement peut durer longtemps ; c est pourquoi, il est nécessaire, à la fin de chaque période de traitement, de laisser le temps à l organisme de revenir à son état initial, pour ne pas influencer les résultats du traitement suivant. Page 12 sur 112

13 PRESENTATION DE PIERRE FABRE C est en 1961 que Pierre Fabre, alors pharmacien d officine à Castres, a fondé les laboratoires qui portent son nom, suite à la mise au point d un premier médicament traitant de l insuffisance veineuse : Le Cyclo 3. Principalement implantée dans le Sud-Ouest de la France, son entreprise est devenue au fil des années le deuxième laboratoire dermo-cosmétique européen en officine et le deuxième laboratoire pharmaceutique français indépendant. Les laboratoires Pierre Fabre réalisent en 2009 un chiffre d affaire de 1,8 milliard d euros (dont 50% à l international), et regroupent collaborateurs répartis dans le monde entier (dont 31% à l international). Disposant d un savoir-faire reconnu aussi bien dans le domaine pharmaceutique que dermocosmétique, c est essentiellement sur la recherche et l innovation que les laboratoires Pierre Fabre fondent leur avenir et leur croissance. 1. Historique Création des Laboratoires Pierre Fabre Acquisition des Laboratoires INAVA Acquisition des Laboratoires KLORANE Création du centre de Recherche Pierre Fabre à Castres Acquisition des Laboratoires DUCRAY Installation des premières filiales Création des Laboratoires GALENIC Acquisition de René FURTERER Création d une Joint-Venture avec SHISEIDO au Japon Création des Laboratoires AVENE Mise sur le marché de la VINORELBINE (NAVELBINE ) Ouverture de la station thermale d AVENE Création du Centre d Immunologie Pierre Fabre de St Julien en Genevois NAVELBINE obtient l Autorisation de Mise sur le Marché aux Etats-Unis Acquisition de DOLISOS Création à Toulouse du Centre de Recherche sur les Substances Naturelles Accord de recherche avec CELERA GENOMICS Obtention de l AMM pour NAVELBINE voie orale Obtention de l AMM pour JAVLOR en monothérapie dans le traitement du cancer de la vessie Acquisition de GENESIS aux Etats-Unis Cypress Bioscience Transfert de nombreux départements au Cancéropôle de Toulouse Jean Pierre GARNIER quitte la direction générale de Pierre Fabre pour laisser la place à Olivier BOHUON. Page 13 sur 112

14 2. Activité du groupe Les Laboratoires Pierre Fabre sont divisés en trois secteurs d activités: le médicament, la dermocosmétique et la santé familiale. PIERRE FABRE MEDICAMENT Deuxième laboratoire pharmaceutique français indépendant, Pierre Fabre Médicament oriente son développement vers des axes thérapeutiques tels que la cancérologie, l urologie, la psychiatrie, la phlébologie, la pneumologie, l infectiologie, la gynécologie, la rhumatologie. Ce secteur emploi collaborateurs et constitue 32% du chiffre d affaire total. PIERRE FABRE DERMO-COSMETIQUES Deuxième laboratoire dermo-cosmétique européen en officine, Pierre Fabre Dermo-Cosmétique se concentre sur les axes de recherche liés au photovieillissement, à la photo-protection, à la sécheresse cutanée, à la santé du cheveu et aux amincissements. Ce laboratoire se compose de deux sous-activités: - La dermatologie, qui regroupe les produits de Pierre Fabre Dermatologie, Avène, A-Derma et Ducray. - La dermo-pharmacie, qui regroupe les produits Galénic, Klorane, et René Furterer. On compte au sein de cette branche collaborateurs, et elle représente 48% du chiffre d affaire total. PIERRE FABRE SANTE Pierre Fabre Santé, Naturactive conçoivent, produisent et distribuent des médicaments de prévention et de santé publique, tout en dirigeant leurs efforts sur des axes thérapeutiques spécifiques tels que la médication familiale, le sevrage tabagique, le mouvement, l hygiène bucco-dentaire, les désordres métaboliques, la phytothérapie et la gamme Elusept (produits d'hygiène et de désinfection). Ce secteur emploi 687 collaborateurs et constitue 20% du chiffre d affaire total. Page 14 sur 112

15 3. Dermo-Cosmétique Les produits dermo-cosmétiques issus des Laboratoires Pierre Fabre bénéficient d une recherche dynamique, s appuyant sur des chercheurs et des outils technologiques de très haut niveau. Pierre Fabre Dermo-Cosmétique s est ainsi doté de trois pôles de recherche qui travaillent en étroite collaboration pour la sélection et la valorisation des meilleurs produits dermo-cosmétiques : - le pôle Recherche et Développement Actifs Dermo-Cosmétique et Dermatologie - le pôle Recherche et Développement Technique Produits - le pôle Recherche, Exploration et Développement Clinique 3.1. Le pôle Recherche et Développement Actifs Dermo- Cosmétique et Dermatologie Ce pôle comprend cinq unités qui travaillent à la recherche de principes actifs au niveau cellulaire : La pharmacochimie étudie la chimie de la peau. La pharmacologie cellulaire étudie la réactivité des cellules face à un facteur extérieur et/ou à un principe actif. L'écologie microbienne recherche des principes actifs dans les micro-organismes. La pharmaco-cinétique cutanée étudie le passage transmembranaire des principes actifs. L'unité matières premières recherche de nouveaux principes actifs dans le milieu végétal et gère la réglementation et la logistique en ce qui concerne les matières premières contenant les principes actifs Le pôle Recherche et Développement Technique Produits Ce pôle comprend 4 principales activités autour de l'élaboration d'un produit : Les lignes galéniques mettent en forme le produit une fois la phase de développement des principes actifs achevée. La transposition industrielle gère la production à grande échelle du produit. L'analytique vérifie la stabilité des principes actifs au cours du temps des différents produits. La microbiologie étudie les propriétés de conservation des produits Le pôle Recherche, Exploration et Développement Clinique Ce centre s articule autour de 6 départements orientés essai clinique: un département de pharmacologie clinique qui s'occupe des mesures biologiques et qui élabore des techniques d'exploration fonctionnelle de la peau; deux département (développement clinique / exploration clinique) qui élaborent les études cliniques; un département d'analyse sensorielle qui étudie les propriétés sensorielles des produits; un département vigilances qui répertorie les évènements indésirables durant une étude clinique mais aussi une fois le produit mis sur le marché; un département systèmes et méthodes qui s'occupe de la partie réglementaire des études cliniques; Page 15 sur 112

16 4. Pierre Fabre Biométrie La société Pierre Fabre Biométrie propose ses compétences aux différents services des laboratoires Pierre Fabre. Créée en février 2006, cette société est née du regroupement géographique (à Labège innopôle, 31) des différents services de biométrie de Pierre Fabre. Elle se compose de deux départements : - le département Data Management, chargé de l administration des données, - le département Statistique, chargé de l analyse et de l interprétation de ces données. C est au sein de ce département que j ai réalisé mon stage de fin d études. Présidence Pierre Fabre Biométrie Méthodologies Nouvelles Technologies Formations Assistantes Codage Département Data Management Département Statistique Data managers Techniciens Biométrie Chefs de projet Statisticiens PAO, Saisie Figure 1 : Organigramme de Pierre Fabre Biométrie Ces deux départements travaillent en étroite collaboration et ils interviennent au cours des différentes étapes de la réalisation d une étude clinique. Page 16 sur 112

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Les Métiers de la Recherche Clinique

Les Métiers de la Recherche Clinique Les Métiers de la Recherche Clinique 1 Présentation réalisée par Marie Pflieger, Pharmacien Délégation à la Recherche Clinique et à l Innovation 18 février 2014 Qu est ce qu une recherche clinique? Une

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Data Management. Daniel BOICHUT 11 janvier 2010. Umanis Département Santé/CRO. Plan du cours. Les différentes étapes de l essai clinique

Data Management. Daniel BOICHUT 11 janvier 2010. Umanis Département Santé/CRO. Plan du cours. Les différentes étapes de l essai clinique Data Management Daniel BOICHUT 11 janvier 2010 DIU FARC TEC 2010 1 Plan du cours Les différentes étapes de l essai clinique Le Data Management dans les essais cliniques Le métier de Data Manager 2 Les

Plus en détail

Les différentes phases en recherche clinique

Les différentes phases en recherche clinique Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Nous Préparons les Talents de Demain

Nous Préparons les Talents de Demain Formation Qualifiante au Métier de Data Manager Niveau I Nous Préparons les Talents de Demain FORMATIONS Pôle de compétences d Organisme de formation enregistré sous le numéro 11 94 08529 94 30 rue de

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1

Caroline QUINTIN. URC Paris Nord - Formation DU 1 Caroline QUINTIN URC Paris Nord - Formation DU 1 INTRODUCTION Les documents et données relatifs à la recherche constituent les documents essentiels qui composent le dossier permanent de la recherche. Ces

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Définition du Monitoring Surveillance de l avancement d un essai clinique Garantie que la conduite de l essai, les enregistrements et les rapports sont réalisés

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux Formation extra-muros E s s a i s C l i n i q u e s Programme DPC n 47341500009 C.L.E.F Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux 1 Essais Cliniques Objectifs

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Les bonnes pratiques cliniques : avis aux promoteurs et aux investigateurs

Les bonnes pratiques cliniques : avis aux promoteurs et aux investigateurs Les bonnes pratiques cliniques : avis aux promoteurs et aux investigateurs Texte des bonnes pratiques cliniques non paru au JO, avis aux promoteurs et aux investigateurs. Texte du Ministère des Affaires

Plus en détail

Métier de Data Manager

Métier de Data Manager Formation Qualifiante au Métier de Data Manager Niveau II Nous Préparons les Talents de Demain ABSILON FORMATIONS Pôle de compétences d ABSILON Organisme de formation enregistré sous le numéro 11 94 08529

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Métier de Data Manager

Métier de Data Manager Formation Qualifiante au Métier de Data Manager Niveau II Nous Préparons les Talents de Demain ABSILON FORMATIONS Pôle de compétences d ABSILON Organisme de formation enregistré sous le numéro 11 94 08529

Plus en détail

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH.

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH. PROGRAMME THERMAL DE RECHERCHE CLINIQUE ET SCIENTIFIQUE 2008 ANNEXE 5 - Dossier type de soumission de projet GUIDE POUR LA REDACTION D UN PROTOCOLE TYPE DE RECHERCHE CLINIQUE Ce guide liste des rubriques

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Définition du Monitoring Garantie que la conduite de l essai clinique, les enregistrements et les rapports sont réalisés conformément : Au protocole Aux Procédures

Plus en détail

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Pr Eric BELLISSANT CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Loi du 9 août 2004 : Recherche clinique Recherche Biomédicale Produit de Santé (RBM) Hors produit de Santé Soin Courant Sur collections

Plus en détail

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM ANNEXE 14 Exemples de modifications substantielles et non substantielles pour l ANSM NB Cette fiche aborde les attentes de l ANSM et n a pas trait aux attentes des comités de protection des personnes ().

Plus en détail

PROCESSUS de GESTION d un ESSAI CLINIQUE

PROCESSUS de GESTION d un ESSAI CLINIQUE PROCESSUS de GESTION d un ESSAI CLINIQUE QUELQUES INFORMATIONS PREALABLES LES AUTORISATIONS Pour débuter l essai doit avoir obtenu un avis favorable du Comité de protection des personnes (CPP) et une autorisation

Plus en détail

MASTER (LMD) INGENIERIE COSMETIQUES, AROMES ET PARFUMS

MASTER (LMD) INGENIERIE COSMETIQUES, AROMES ET PARFUMS MASTER (LMD) INGENIERIE COSMETIQUES, AROMES ET PARFUMS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : CHIMIE Spécialité : INGENIERIE

Plus en détail

Le rôle des infirmiers en recherche médicale et clinique, les essais thérapeutiques

Le rôle des infirmiers en recherche médicale et clinique, les essais thérapeutiques Le rôle des infirmiers en recherche médicale et clinique, les essais thérapeutiques 1010 rs iqu eutiques Présentation de l'infirmière de recherche clinique (IRC) Les infirmières de recherche clinique sont

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2004 (JO du 7 février 2007) DEXERYL, crème tube de 250 g (CIP

Plus en détail

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques

Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques Descriptif du Parcours Master Analyse et contrôle physicochimiques Spécialité Analyses physico-chimiques Parcours Analyses physico-chimiques 12/03/2014 Sommaire Sommaire... p. 2 Présentation... p. 3 Contact

Plus en détail

Bachelier en Biologie médicale

Bachelier en Biologie médicale Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier en Biologie médicale Année académique 2014-2015 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

Charte des partenariats industriels

Charte des partenariats industriels Charte des partenariats industriels L Assistance Publique Hôpitaux de Paris, acteur majeur de la recherche biomédicale en France, est un partenaire privilégié et naturel des acteurs industriels qui lui

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

Recherche clinique dans les établissements privés

Recherche clinique dans les établissements privés Documentation AFC-U N H P C Recherche clinique dans les établissements privés Sondage AFC - UNHPC, en collaboration avec la FHP-MCO Avril 2015 La recherche clinique va devenir de plus en plus complexe,

Plus en détail

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES)

FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) FICHE 4 METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES VISE(ES) 1) Désignation du métier et des fonctions Chef de groupe de réparation des matériels mobilités terrestres Chef d atelier de réparation des matériels mobilités

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Formation CTOM «Printemps 2013»

Formation CTOM «Printemps 2013» Formation CTOM «Printemps 2013» Formation intensive avec mise en œuvre opérationnelle 105 heures de formation en centre Formation professionnelle qualifiante au métier de Clinical Trials Operations Manager

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

Protocole: éléments pratiques

Protocole: éléments pratiques Protocole: éléments pratiques Qui le rédige? A quoi sert le protocole? Protocole Document de référence Elaboré par l investigateur principal Pour la partie scientifique En collaboration avec le promoteur,

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Licence professionnelle Éditeur

Licence professionnelle Éditeur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Éditeur Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique Pharmacien Responsable Rôle et Attributions Version approuvée ( médicaments à usage humain ) en novembre 2010 Seul le Code de la Santé Publique s applique Plus qu une personne qualifiée En France, le Pharmacien

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE La réglementation française applicable à la recherche sur la personne n est pas la même selon la typologie de la recherche. On distingue 3 catégories de recherches

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES Aspects réglementaires et pharmaceutiques DEMEB DQPh Unité génériques Anne DUNAND MEDEC 11 mars 2009 QUALITE - définition GARANTIR QUALITE EFFICACITE SECURITE 2 MISSIONS

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

PHARMACIE - NIVEAU 2

PHARMACIE - NIVEAU 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION PHARMACIE

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Publié le : 2006-12-22 Numac : 2006023298 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 14 DECEMBRE 2006. - Arrêté royal relatif aux médicaments à usage humain

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris Pharmacovigilance Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris VIGILANCE DES ESSAIS CLINIQUES : LES DEFINITIONS ET LES NOUVEAUX ACRONYMES 2 DÉFINITIONS (1) Événement indésirable

Plus en détail

" autorisation " refus d autorisation " non respect du délai de réponse par le

 autorisation  refus d autorisation  non respect du délai de réponse par le FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION AUPRES DE L AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE ET D AVIS AUPRES DU COMITE DE PROTECTION DES PERSONNES RELATIVE A UNE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 XYZALL 5 mg, comprimé pelliculé Boîtes de 14 et de 28 Laboratoires UCB PHARMA DCI lévocétirizine Date de l'amm

Plus en détail

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Par Thierry GAHUNGU, Etudiant en master 2, politique et gestion des systèmes de santé Sous la supervision de Mr Thomas Rousseau,

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES COMMUNAUTE FRANÇAISE DE BELGIQUE Haute Ecole Paul-Henri SPAAK INSTITUT SUPERIEUR INDUSTRIEL DE BRUXELLES Enseignement supérieur de type long et de niveau universitaire CONSEIL DE CATEGORIE ISIB-CC-DR-04,

Plus en détail

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 Rôle des CRO dans les essais cliniques DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 La sous traitance A tous les niveaux depuis la synthèse se chimique jusqu à la publicité,, en passant par la galénique,

Plus en détail

La vie d un médicament

La vie d un médicament La vie d un médicament Essais cliniques limites à détecter les Effets Indésirables Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Pr. R. Soulaymani

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique

Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel en BTS Électrotechnique Le projet technique industriel fait partie intégrante de la formation et de l examen du BTS Electrotechnique par apprentissage. Il consiste, en 192

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires

Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires Sophie LUCAS 5ème Rencontre avec les PME innovant dans le domaine de la santé 24 novembre 2011 1 Le cadre législatif en France jusqu à la loi

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Textes de référence concernant les AI : Présentation des Activités Interdisciplinaires (Arrêté du 28 décembre 2011, en lien avec les programmes

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1 Déclaration d Ottawa sur l enregistrement des essais d interventions de santé: Proposition pour l enregistrement international d informations relatives au protocole et de résultats des essais réalisés

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Michel Brazier Université de Picardie Jules Verne Faculté de Pharmacie Amiens Au nom des membres de la CPNEP Le Contexte Evolution des études de Pharmacie:

Plus en détail

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines)

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) OFFRE UL 2015 / 2016 16 JUIN 2015 PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) Le tableau ci-dessous rassemble l intégralité de l offre d UL

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique EN PRATIQUE Délégation Régionale à la Clinique Les nouvelles procédures de déclaration d un d essai clinique Vendredi 9 février 2007 clinique biomédicale (médicament, dispositif...) sur l être l humain

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Master Comptabilité et contrôle

Master Comptabilité et contrôle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Comptabilité et contrôle Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 10/02/2010 URC Paris Nord 1 Pourquoi randomiser la participation des patients? Etudes non randomisées (avant/après) Amélioration spontanée de la maladie Régression vers la moyenne Effet

Plus en détail