CETA Durée : 04/ /2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CETA-1-11-1588. Durée : 04/2012 04/2014 RAPPORT FINAL. Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a."

Transcription

1 L OCCULTATION EN PRODUCTION MARAÎCHÈRE COMME OUTIL DE GESTION DE PLANTES NUISIBLES ET DE DESTRUCTION D ENGRAIS VERT CETA Durée : 04/ /2014 RAPPORT FINAL Réalisé par : Sam Chauvette agr. M.Sc. et Denis La France d.t.a. Volet agro-économique par : Serge Préfontaine agr. et François Gendreau Martineau agr. 3 mars 2014 Les résultats, opinions et recommandations exprimés dans ce rapport émanent de l auteur ou des auteurs et n engagent aucunement le ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec

2 «L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert» Sam Chauvette et Denis La France Durée : 04/ /2014 FAITS SAILLANTS (résumé du projet) Ce projet a permis de vérifier la possibilité de combiner deux approches : la culture des engrais verts et la technique d occultation, qui consiste à recouvrir le sol d une bâche pour réprimer des mauvaises herbes afin d optimiser la gestion des mauvaises herbes dans les cultures maraîchères. Cette méthode, combinant deux techniques, a été étudiée sur deux fermes maraîchères québécoises avec deux types de bâches (plastique tissé et polyéthylène) comparées à un témoin avec engrais vert non occulté. La décomposition avancée des engrais verts lors de la période prolongée d occultation a permis une transplantation directe de légumes au printemps sans l utilisation d herbicide ni préparation de sol. La méthode s est révélée agronomiquement très efficace pour réprimer la majorité des espèces de plantes nuisibles observées, incluant le souchet comestible. Elle a aussi permis de réduire de deux passages l utilisation d équipements aratoires au printemps. Cependant, pour être rentable, la méthode nécessitera des améliorations techniques. En effet, la gestion des toiles et de leurs ancrages au sol et le roulage des engrais verts à l automne nécessitent davantage de temps qu une destruction mécanique des engrais verts au printemps. La toile d ensilage en polyéthylène s est révélée généralement beaucoup plus efficace que la toile tissée pour la répression des plantes nuisibles. Cependant, la toile tissée reste intéressante pour les grandes surfaces puisqu elle est plus facile à manier. La réalisation de ce projet a permis de démontrer que durant la période août à juin, il est possible de cultiver des engrais verts, de les recouvrir d une bâche, de les faire décomposer puis d implanter une culture sans travail de sol. Cependant, pour un bon résultat, la structure de sol doit être en bon état. L effet de répression des mauvaises herbes par l occultation était très clair, notamment dans le cas du souchet comestible, une vivace très difficile à réprimer. Le surcroît de travail occasionné par la technique sera probablement justifié dans des cultures à haute valeur nécessitant du sarclage manuel important.

3 OBJECTIF ET MÉTHODOLOGIE Objectifs : Le premier objectif de cette expérience est de vérifier l efficacité et la rentabilité d une période prolongée d occultation pour détruire des engrais verts et réduire la pression de plantes nuisibles en cultures maraîchères biologiques. Le deuxième objectif est de comparer l efficacité de deux types de toiles (plastique tissé versus polyéthylène) pour effectuer l occultation. Méthodologie : L occultation consiste à recouvrir le sol d une toile opaque après avoir préparé un sol. De nombreuses mauvaises herbes germent ou tentent de repousser et sont détruites par l absence de lumière. Ceci permet de réduire les efforts de contrôle des mauvaises herbes, et en culture conventionnelle, de réduire l utilisation des herbicides. L installation des toiles sur un sol préparé et implanté en engrais vert pourrait réduire la nécessité d une préparation pour la culture suivante. La méthodologie visait à vérifier ces hypothèses. Nos essais menés en 2012 et 2013 ont été effectués sur deux sites expérimentaux du Centre du Québec, dans des productions maraîchères biologiques. Le premier site (No 1) est à la ferme-école du CÉGEP de Victoriaville située dans le Parc du Boisé des frères. Ce site est sous la responsabilité de Ghislain Jutras et les travaux sont effectués par des étudiants assistés d un technicien. Le deuxième site (No 2) est situé à la ferme maraîchère Aux Arômes de la terre, dans la région de Bécancour, chez Vincent Bergeron et Anne-Marie Tanguay. Chacun des sites comportait 6 répétitions des 3 traitements étudiés en blocs aléatoires complets. Les parcelles étaient de 5,5 m de longueur et de 1,5 m de largeur. Trois quadrats d observation de 20 cm par 50 cm par parcelle permettaient la lecture de la densité de populations de mauvaises herbes. Au site No 2, des outils aratoires dits conventionnels (PC) étaient utilisés. Au site No 1, un système de planches permanentes (PP) est en place. La principale différence entre les deux méthodes est le travail du sol moins intensif en PP qu en PC, puisqu il n utilise que des herses, comparativement aux PC où un chisel sert au travail primaire avant le hersage et la préparation des planches de culture à l aide d une butteuse. Après préparation des sols, un mélange d avoine commune et de pois fourrager 4010 a été semé à 75 kg/ha chacun. Traitements : Un traitement témoin non occulté avec préparation du sol et désherbage standard, un traitement d occultation avec une bâche tissée et un traitement d occultation avec une bâche de polyéthylène dite toile d ensilage.

4 Des suivis de la décomposition des résidus d engrais vert ont été effectués au printemps afin de vérifier à quel moment il serait possible de planter directement une culture de brassicacées sans que la transplanteuse ne soit bloquée par les résidus. Pour la ferme No 1, les parcelles étaient prêtes à la mi-juin. Les implantations étant faites à la main sur cette ferme, aucun travail de sol n a été effectué dans le témoin. Pour la ferme No 2, la présence de souchet comestible, une vivace particulièrement coriace, nous a amenés à choisir la dernière date de plantation de brocoli sur la ferme, soit le 5 juillet. Dans les semaines suivant l implantation de la culture, une lecture du pourcentage de recouvrement de plantes nuisibles a été réalisée. Celle-ci devait normalement être effectuée avant le premier sarclage dans le traitement témoin; c est ce qui a été fait sur le site No 2. Cependant, au site No1, un sarclage manuel a été fait par erreur sur toutes les parcelles avant que nous ayons pu faire notre premier décompte. Nous avons donc attendu trois semaines avant de faire les décomptes de densité. Note : Les différences entre les systèmes de production nous ont obligés à adapter les traitements d une ferme à l autre. À la ferme No 1, il n y a pas eu de travail du sol au printemps dans les parcelles témoins comme dans les parcelles occultées. Les parcelles témoins ont aussi nécessité deux désherbages supplémentaires durant l été. À la ferme No 2, c est au printemps que deux opérations de rotocultage ont été effectuées dans les parcelles témoins. À ce site, toutes les parcelles ont été sarclées après que nous ayons fait la première lecture de densité de plantes nuisibles étant donné que ces dernières se préparaient à grainer. Étapes : 1. Semis d engrais vert durant la première semaine d août 2012 (mélange de pois fourrager 4010 et d avoine à 75 kg/ha chacun)*; 2. Roulage de l engrais vert. Répartition aléatoire des traitements sur les six répétitions. Recouvrement à l aide de toiles pour les traitements occultés (5-6 octobre 2012)*; 3. Périodes d occultation; octobre 2012 à mai-juin 2013; 4. Fertilisation et transplantation des plants de brocoli lorsque la décomposition des engrais verts est assez avancée pour permettre le passage d une transplanteuse ; préparation du sol dans le traitement témoin; 5. Avant le 1 er sarclage, évaluation du % de recouvrement de plantes nuisibles; 6. Pesée de dix brocolis par parcelle au moment de la récolte. *voir annexe 2 pour images

5 RÉSULTATS SIGNIFICATIFS POUR L INDUSTRIE OU LA DISCIPLINE Répression des plantes nuisibles : Globalement, l occultation d engrais vert présente un bon potentiel de réduction du travail du sol au printemps tout en diminuant significativement la pression provenant des plantes nuisibles en saison. Les résultats du site No 2 sont ceux principalement présentés ici puisqu il s agit d un site de production commerciale où les méthodes de travail concordent davantage avec la réalité de la majorité des maraîchers biologiques. Les graphiques représentant les résultats pour le site No1 sont présentés à l annexe 3. À l été 2013, au site No 2, les moyennes de densités totales* de plantes nuisibles étaient 2,5 fois moins élevées avec la bâche de polyéthylène et 1,5 fois moins élevées avec la bâche tissée que dans le témoin. De plus, comme on peut le voir sur les graphiques ci-dessous, l effet de répression de la méthode est demeuré significatif durant la saison malgré les sarclages en ce qui concerne la densité totale de plantes nuisibles et les plantes nuisibles annuelles. Figure 1 : Densité totale de plantes nuisibles par m 2 en juillet 2013 au site No2 Figure 2 : Densité totale de plantes nuisibles par m 2 en septembre 2013 au site No2 Figure 3 : Densité de plantes nuisibles annuelles par m 2 en juillet 2013 au site No2 Figure 4 : Densité de plantes nuisibles annuelles par m 2 en septembre 2013 au site No2 *Densité totale est utilisée pour ne pas faire de distinction entre les espèces ou entre les plantes à feuilles étroites ou à feuilles larges.

6 Pour les plantes nuisibles vivaces (figure 5), l effet était significatif en début de saison, mais il n y avait qu une tendance non significative en septembre. Parmi ces vivaces, le souchet comestible a été réprimé de manière significative tout au long du cycle de culture par la toile de polyéthylène (figure 6). La toile tissée l a réprimé de manière significative seulement à la lecture de juillet; seule une tendance non significative a été observée en septembre. Figure 5 : Densité de plantes nuisibles vivaces par m 2 en juillet 2013 au site No2 Figure 6 : Densité de plantes nuisibles vivaces par m 2 en septembre 2013 au site No2 Figure 7 : Densité de plants de souchet comestible par m 2 en juillet 2013 au site No2 Figure 8 : Densité de plants de souchet comestible par m 2 en septembre 2013 au site No2 Ainsi, des tendances similaires de répression ont été observées tant pour la majorité des annuelles que des vivaces. L annexe 4 présente les résultats obtenus pour d autres plantes nuisibles observées au site No2. Certaines rares plantes n ont subi aucune répression, et même une augmentation dans les traitements occultés a parfois été observée; c est le cas du chénopode blanc. Le souchet comestible, une vivace très problématique, a été réduit par 3,8 fois dans les parcelles avec le polyéthylène et par 1,6 fois avec la bâche tissée (voir annexe 2). La bâche à ensilage s est démarquée en étant plus efficace pour la répression, entre autres en raison de l absence d'orifices comparativement à la toile tissée. Le polyéthylène est cependant reconnu pour être plus difficile à manipuler en raison de son poids et de l accumulation d eau possible. Les données pour les densités de plantes nuisibles au site No 1 suivaient les mêmes tendances qu au site No 2 après que les spécimens de jonc ténu aient été retirés des analyses. Cette petite plante, qui n a pas été réprimée par l occultation, était très abondante en nombres, mais occupait un espace

7 physique négligeable comparativement aux autres plantes présentes. Cela surreprésentait sa valeur dans les résultats comparativement à son potentiel de nuisibilité presque nul en production maraîchère. Rendements de brocolis : Pour le site No 2 (avec régie mécanisée et travail de sol en début de saison dans les témoins), une légère tendance à la baisse des poids moyens des brocolis a été mesurée avec l occultation, mais elle n est pas significative. Les rendements moyens sont faibles, car le sol utilisé n était pas très fertile et utilisé pour la première fois pour une culture de légumes. Cependant, au site No 1 (avec régie manuelle et aucun travail de sol dans les parcelles témoins en début de saison), une baisse significative du poids moyen de brocolis a été observée dans les traitements occultés. Il nous est impossible de dire avec certitude si la baisse de rendement observée à ce site a été causée par l occultation ou bien par le fait que les parcelles témoins ont bénéficié de plus de minéralisation du sol avec l utilisation d outils pour les désherbages. Figure 9 : Poids moyens des brocolis à la ferme No 1 Figure 10 : Poids moyens des brocolis à la ferme No 2 Analyse technico-économique : Comme il a été exposé dans les sections des résultats et applications pour l industrie, la technique d occultation est plus efficace que la technique mécanique pour le contrôle des mauvaises herbes. Cependant, selon les données dont nous disposons, cette technique ne s avère pas rentable pour une culture telle que le brocoli avec les méthodes actuelles. Par rapport à la technique mécanique de destruction d engrais vert et de préparation de sol au printemps, l occultation (roulage et pose de toiles à l automne, aucun travail du sol au printemps) permet d éliminer deux opérations de travail de sol pour réaliser les implantations au printemps, mais elle requiert de rouler les engrais verts et de poser les toiles à l automne et de les retirer au printemps. Adopter l occultation nécessite également l achat de la toile et des ancrages et ne permet pas de se départir d équipements puisque les machines utilisées pour les opérations éliminées restent utiles pour d autres opérations sur l entreprise. Certains producteurs nous ont mentionné qu ils utilisent les toiles à ensilage sur les tas de compost et les récupèrent ensuite pour les utiliser pour de l occultation. Le coût d achat de la toile est alors pratiquement nul et la technique devient alors plus intéressante économiquement. Par contre, la toile pourrait ne pas durer aussi longtemps si elle est utilisée à répétition. Pour l analyse économique, les données de temps de travail de nos essais n ont pas été utilisées, car jugées difficilement transposables à la réalité des entreprises. Le

8 temps de travail et le coût pour les opérations liées à l occultation sont basés sur des communications personnelles avec des experts et des entreprises utilisant la technique. Le temps de travail et le coût des opérations mécanisées sont tirés du document «Machinerie : Coûts d utilisation et taux à forfait suggérés» du CRAAQ (AGDEX 740/825) et un ouvrage de référence «Sustainable vegetable production from start-up to market» de Vernon Grubinger (1999). Le prix d achat des toiles nous a été transmis par un fournisseur d équipement agricole. Le prix retenu est une moyenne entre le prix de la toile tissée (0,84 $/m 2 ) et de la toile à ensilage (0,83$/m 2 ). Selon cette hypothèse, l achat de toile s élève à $/ha ou 217,10 $ pour une parcelle de 260 m 2. Le tableau 1 présente les changements économiques entraînés par le remplacement du travail mécanique par l occultation pour une surface d un hectare. Globalement, l occultation exige 1 298,76 $ et 98,05 heures de travail en plus. Comme mentionné plus haut, plusieurs maraîchers consultés pratiquant l occultation réutilisent des toiles qui ont été préalablement utilisées pour couvrir les amas de compost. Dans ce cas, le coût de l achat de la toile peut être enlevé du budget partiel. Nous pouvons observer au tableau 2 que l opération reste plus coûteuse et plus intensive en travail que l enfouissement, mais devient plus avantageuse économiquement puisque l achat de la toile est la principale charge en plus. Bien que l analyse économique ait été effectuée sur la base d un hectare, il faut savoir que les superficies occultées sont généralement moins grandes. Il est à noter que les essais n ont pas permis de démontrer clairement les variations de rendement entre les techniques utilisées. Bien qu il semble y avoir une tendance à la baisse pour les rendements des parcelles en occultation, une seule comparaison sur un des sites a révélé une différence significative (tissé vs témoin au site No 2). Les sarclages supplémentaires dans les parcelles témoins durant l été ont pu amener une meilleure croissance par la minéralisation accrue du sol. Il n y a pas de différence entre les toiles au niveau du prix et des rendements obtenus. Cependant, la toile à ensilage est près de deux fois plus lourde, ce qui peut rendre la manipulation plus difficile et plus longue. Il a également été observé que des accumulations d eau se formaient sur cette toile et séchait moins vite que sur la toile tissée, ce qui ajoute une contrainte lors du retrait de la toile au printemps. Cependant, cette toile offre une performance généralement beaucoup plus élevée pour la répression des plantes nuisibles que la toile tissée. Tableau 1 Budget partiel: Hypothèse 1ha, toile achetée Description du changement : remplacement de préparation mécanique du sol au printemps par le roulage des engrais verts et l'occultation Charge en plus $ heures Charge en moins $ heures Coût roulage E.V. 60,57 $ Coût incorporation E.V. et préparation du sol Temps roulage E.V. 2,00 Manipulation de la toile Temps incorporation 109,55 E.V. et préparation du Amortissement toile+ancrage 1 216,35 $ sol (221,38 $ / 7 ans ramené à l'ha) 105,87 $ 13,50

9 Intérêts moyen 127,72 $ (221,38 x 3%)/2 ramené l'ha Total 1 404,63 $ 111,55 Total 105,87 $ 13,50 Résultat (charge en plus) 1 298,76 $ 98,05 Tableau 2 Budget partiel: Hypothèse 1ha, toile récupérée Description du changement: remplacement de préparation mécanique du sol au printemps par le roulage des engrais verts et l'occultation Charge en plus $ heures Charge en moins $ heures Coût roulage E.V. 60,57 $ Coût incorporation E.V. et préparation du 105,87 $ Temps roulage E.V. 2,00 sol Manipulation de la toile Temps incorporation 109,55 E.V. et préparation du 13,50 Amortissement ancrages 164,42 $ sol (4,28 / 7 ans ramené l'ha) Intérêts moyen 2,47 $ (4,28 x 3%)/2 ramené l'ha Total 227,46 $ 111,55 Total 105,87 $ 13,50 Résultat (charge en plus) 121,59 $ 98,05 Détail des méthodes comparées : Système occultation Système rotoculteur Préparation du sol Préparation du sol Semis des engrais verts Semis des engrais verts Rouleau crêpeur --- Pose des toiles --- Hiver Hiver Décomposition des engrais verts sous la toile Rotoculteur enfouissement des engrais verts Retrait des toiles Rotoculteur lit de Implantation de la culture semences Implantation de la culture Détail des opérations et des sources de données :

10 Coûts Rotoculteur Rouleaucrêpeur Ancrages Toiles Temps de travail Enfouissement d engrais vert Préparation lit de semences Roulage des engrais verts Pose et retrait des bâches Bêcheuse mécanique de 1,82 m dans l AGDEX du CRAAQ. Rouleau d une largeur de 1,52 m de large autoconstruit. Coût de construction de 1000 $ estimé par deux producteurs utilisant la technique. Coût d opération basé sur les estimations d experts des références économiques du CRAAQ à partir de spécifications techniques de producteurs utilisant ce type d outils. Quantité : 1 ancrage au 5m sur le contour de la bâche. Prix du fournisseur. Moyenne des prix de la toile tissée et de la toile à ensilage selon des fournisseurs. Durée de vie utile de 7 ans selon fournisseurs. Valeur résiduelle nulle. Outil : Rotoculteur sur tracteur. Source : Grubinger, 1999 et communication personnelle avec Joseph Templier, expert en techniques d occultation Outil : Rotoculteur sur tracteur. Source : Grubinger, 1999 et communication personnelle avec Joseph Templier, expert en techniques d occultation Outil : Rouleau-crêpeur de 1,52m de large Vitesse : 8 km/h Perspectives/discussions Source : Communication personnelle avec Joseph Templier, expert en techniques d occultation Tâche effectuée manuellement Source : Communication personnelle avec quatre agriculteurs et avec Joseph Templier, expert en techniques d occultation Pour améliorer les résultats économiques il faudrait : 1- Que le rouleau crêpeur soit amorti sur des surfaces plus importantes ou partagé dans une CUMA. 2- Que le temps de manipulation des toiles soit amélioré (on observe des variations de 75 à 175 heures/ha.) Serait-ce mécanisable? 3- Prolonger la durée de vie des toiles, ce qui est peu probable. 4- Améliorer sensiblement les rendements. 5- Réduire fortement les coûts de sarclage.

11 En fait, ce qui manque dans notre analyse, c est le suivi du temps de sarclage. C est sûrement en réduisant le temps de sarclage que le temps consacré à la manipulation de la bâche risque d être le plus facilement récupéré. Le brocoli était une culture facile pour un premier essai (une seule récolte), mais les cultures transplantées en plein été sont surtout des crucifères assez faciles à sarcler, donc présentant peu d intérêt pour l utilisation d une technique aussi coûteuse. Les cultures semées demandent un lit de semence et devront être travaillées, sauf peut-être un haricot ou un pois tardif, aussi assez faciles à sarcler. Finalement, le grand avantage de cette technique est la destruction du souchet ou potentiellement d autres mauvaises herbes coriaces. L engrais vert roulé et le non-travail du sol ne sont pas essentiels à cet effet. Les cultures coûteuses à sarcler (carotte, panais, mesclun et verdurettes, cultures à rangs multiples rapprochés) sont celles qui profiteront le plus de l occultation. Sur plusieurs fermes maraîchères, la technique est déjà bien présente, sans engrais vert préalable cependant. Une culture plantée, coûteuse à sarcler, pourrait être intéressante à explorer avec occultation sur retour d engrais vert : l oignon. Mais la planification de travail devrait être revue, car il faudrait que l engrais vert soit décomposé au début du printemps, car l oignon est planté tôt. En ajustant l horaire, c est-à-dire effectuer l engrais vert plus tôt et le recouvrir plus tôt, il serait possible de planter sans travail de sol des cultures comme de la courge ou des tomates, mais elles sont faciles à sarcler et présentent peu d intérêt pour une telle occultation. Circonstances où l occultation présenterait la plus grande utilité : 1- Tolérance zéro de plantes étrangères : plantes médicinales par exemple. 2- Cultures très coûteuses à sarcler : carotte, panais, oignon semé. 3- Mesclun et autres cultures à haute densité devant être exemptes de plantes étrangères. Cependant, ces trois types de cultures requièrent généralement une préparation de sol, ce qui exclut la présente technique. Finalement, dans une petite entreprise, sur une petite surface, le travail supplémentaire reste acceptable. Dans une grande entreprise, sur une grande surface, le travail supplémentaire rend l opération irréalisable sauf si mécanisation et/ou si la réduction des coûts de sarclage est majeure, dans les carottes par exemple. Bibliographie Grubinger, Vernon P., 1999, Sustainable vegetable production from start-up to market, Natural Resource, Agriculture, and Engineering Service, Ithaca, New York, 268p.

12 APPLICATIONS POSSIBLES POUR L INDUSTRIE ET/OU SUIVI À DONNER Bien que la méthode permette de diminuer significativement les densités de plantes nuisibles sans l utilisation d herbicides, son utilisation pour la culture du brocoli ne nous apparaît pas économiquement justifiée. De plus, des essais supplémentaires seraient à effectuer pour vérifier qu il n y a pas d effets négatifs sur les rendements puisqu une légère tendance à la baisse de poids de brocoli a été observée au site No 2 et qu elle a été significative au site No 1. Étant donné que le brocoli est relativement facile à désherber et moins sensible que d autres cultures à la présence de plantes nuisibles, les prochains essais devraient être réalisés sur des cultures sensibles aux plantes nuisibles ou difficiles à désherber, comme des plantes médicinales transplantées. Des études subséquentes sur l occultation d engrais vert sont à réaliser pour mieux comprendre son utilisation optimale puisque notre évaluation du travail nécessaire tend à démontrer que l occultation (roulage de l engrais vert, gestion de toiles et de leur ancrage) prend plus de temps à gérer qu une simple destruction mécanique de l engrais vert au printemps. Cette technique a un bon potentiel pour des cultures ciblées sur des surfaces modérément grandes. Un producteur pourrait ainsi envisager de réduire la pression générale de plantes nuisibles sur son entreprise avec l utilisation répétée de cette méthode. Il y aurait un gain à long terme, mais l apport de la méthode est difficile à chiffrer. Elle présente cependant peu d intérêt pour les grandes fermes maraîchères où le seul coût des bâches dépasserait les $ / ha. Davantage d informations sur notre analyse technico-économique sont disponibles à l annexe 5. Il resterait des points techniques à étudier dans des projets ultérieurs, tels l effet des toiles sur le sol (effets sur le réchauffement, sur la structure du sol), la détermination des moments les plus hâtifs pour enlever les toiles tout en obtenant l effet de répression voulu. Il faudrait vérifier si un engrais vert de pois pur étouffant pour les mauvaises herbes et riche en azote se décomposerait plus rapidement que la combinaison avec une céréale et permettrait l implantation de cultures plus tôt. Finalement, des gains d efficacité dans la gestion des toiles (manipulation, ancrage) pourraient peut-être permettre à la méthode d être plus efficace économiquement et agronomiquement. Conclusion : En résumé, nos essais indiquent que la méthode est efficace pour la répression de la majorité des plantes nuisibles, y compris le souchet comestible, ainsi que pour la gestion du couvert d engrais vert sans travail de sol au printemps. Elle a aussi permis de réduire de deux passages l utilisation d équipements aratoires au printemps. Cependant, pour être rentable, la méthode va nécessiter des améliorations. Les observations agronomiques réalisées semblent indiquer que la méthode peut être pertinente à utiliser pour des fermes ayant des sols bien structurés (qui n ont pas besoin de travail de sol au printemps) et pour des cultures transplantées qui ont une sensibilité aux plantes nuisibles ou qui sont coûteuses à sarcler. Enfin, l utilisation plus habituelle de l occultation dans des cultures semées, avec préparation des sols, semble plus appropriée que la technique testée dans cet essai.

13 POINTS DE CONTACT POUR INFORMATION Nom du responsable du projet : Sam Chauvette Téléphone : Courriel : 2 e contact : Denis La France - expert en agriculture biologique Chargé de projet diffusion de l information Courriel : REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES FINANCIERS Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sous-volet Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture avec une aide financière du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation. Nous tenons aussi à remercier les fermes partenaires, Les Arômes de la terre et la fermeécole du Cégep de Victoriaville pour le temps et les ressources matérielles mises à notre disposition.

14 ANNEXE 1 : Information sur les journées de démonstration Une journée de diffusion à la ferme avec une vingtaine de participants a été organisée le 12 octobre 2012 pour vulgariser la méthode étudiée lors de l expérience. Cette visite a été organisée à la ferme Les Arômes de la terre. Les participants ont eu une présentation sur l historique des méthodes de production à l aide d engrais vert et d occultation. Le contexte a été expliqué, soit que la combinaison des engrais verts et de l occultation n avait pas encore été testée dans des essais au Québec et que, si elle s avère efficace, elle présente un bon potentiel d implantation avec moins de travail du sol. La visite servait aussi, principalement, à permettre d illustrer concrètement ce qu est l occultation d engrais vert sur le terrain. Cette journée de démonstration a été mentionnée dans le journal Le Courrier Sud du 28 novembre 2012 : /article /Du-soutien-pour-lagriculture-biologique/1 Une journée de démonstration a été organisée 18 septembre 2013 pour montrer l efficacité finale de la méthode et pour vulgariser les points positifs et négatifs de la méthode. Cette journée de démonstration de 2013 a accueilli une dizaine de participants et a été mentionnée dans le journal La Terre de chez nous du 25 septembre Figure 11 : Article «Le CETAB+ «en feu»!» dans La Terre de Chez Nous du 25 septembre 2013

15 ANNEXE 2 : Étapes de réalisation Figure 12 : Engrais verts au site No 2, trois semaines avant la pose du dispositif Figure 13 : Passage du rouleau pour écraser les engrais verts au site No 1. (6 octobre 2012)

16 Figure 14 : Dispositif après installation au site No 2 (5 octobre 2012) Figure 15 : Décomposition de l engrais vert sous la toile tissée et présence d un plant de souchet encore vivant (4 juillet 2013)

17 ANNEXE 3 : Densité de plantes nuisibles observée en fonction des traitements au site No1. Densité totale de mauvaises herbes Mauvaises herbes annuelles et vivaces Jonc ténus et chénopode blanc

18 Pied de coq et de potentille de Norvège ANNEXE 4 : Densité de plantes nuisibles observées en fonction des traitements au site No2 Chénopode blanc Figure 24 : Densité de plants de chénopode blanc par m 2 en juillet au site No 2 Figure 25 : Densité de plants de chénopode blanc par m 2 en septembre au site No 2 Herbe à poux Figure 26 : Densité de plants d herbe à poux par m 2 en juillet au site No 2 Figure 27 : Densité de plants d herbe à poux par m 2 en septembre au site No 2

19 Panic capillaire Sétaire jaune Figure 28 : Densité de plants de panic capillaire par m 2 en juillet au site No 2 Figure 29 : Densité de plants de sétaire jaune par m2 en septembre au site No 2

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr.

Bien travailler son sol. Anne Weill, agr. Bien travailler son sol Anne Weill, agr. Pourquoi travailler le sol? Le cycle compaction-décompaction Effet du travail du sol Choix en fonction de la situation Le travail du sol profond Le travail du sol

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Synthèse LUTTE À LA PETITE HERBE À POUX DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Maryse L. Leblanc, agr. Ph.D. Chercheure-malherbologiste Daniel Cloutier, Jean Duval, Anne Weill, Pierre-Antoine Gilbert et Germain Moreau

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072.

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072. Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072 Rapport final Présenté à : Réseau Innovagrains Présenté par : Luc Belzile,

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Le buttage du soya : une solution au problème de l herbe à poux? Maryse Leblanc IRDA Daniel Cloutier, Pierre-Antoine Gilbert Plan de la présentation Introduction -Biologie i - Problématique Objectif Méthodologie

Plus en détail

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Projet du Syndicat des producteurs de grains biologiques

Plus en détail

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information

Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Concepts de base, utilité Prise d information Traitement de l information Analyse de l information Ensemble de coûts directs et indirects de production et distribution par unité vendue Varie entre produits

Plus en détail

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz. Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les

Plus en détail

TITRE DU PROJET : OUTILS D AIDE À LA DÉCISION : TROIS NUMÉRO DU PROJET : CPVL-1-SPP-06-037. DATE : 14 décembre 2007

TITRE DU PROJET : OUTILS D AIDE À LA DÉCISION : TROIS NUMÉRO DU PROJET : CPVL-1-SPP-06-037. DATE : 14 décembre 2007 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, Volet 11 Appui à la Stratégie phytosanitaire TITRE DU PROJET : OUTILS D AIDE À LA DÉCISION : TROIS MODÈLES PRÉVISIONNELS POUR RAISONNER LA LUTTE

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Produire en grand tunnel multichapelle ou en serre froide individuelle Quelle structure choisir?

Produire en grand tunnel multichapelle ou en serre froide individuelle Quelle structure choisir? Produire en grand tunnel multichapelle ou en serre froide individuelle Quelle structure choisir? Christine Villeneuve, agr. MAPAQ, Ste-Martine 25 janvier 2012 Impact des changements climatiques sur l'agroclimat

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

Mise au point et validation d'un système de travail minimum du sol avec planches permanentes en culture maraîchère biologique projet

Mise au point et validation d'un système de travail minimum du sol avec planches permanentes en culture maraîchère biologique projet Mise au point et validation d'un système de travail minimum du sol avec planches permanentes en culture maraîchère biologique projet Projet 08-BIO-41 Denis La France 1, Maryse Leblanc 2, Pierre-Antoine

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact

Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact Ce que nous a appris 2013 Survie à l hiver 2012-13: dommages importants i) Insécurité fourragère

Plus en détail

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet La gestion de l enherbement en maraîchage biologique Une réalisation du Projet Union européenne - Fonds Européen de Développement Régional Europese Unie - Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Gestion

Plus en détail

Le verdissement de la Politique agricole commune

Le verdissement de la Politique agricole commune Jean Claude VAN SCHINGEN Direction des surfaces agricoles Département des Aides Le verdissement de la Politique agricole commune en Région wallonne Présentations Septembre octobre 2014 1. Limite de l exposé

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Avertissement : Les prix inscrits pour certains articles et services ne le sont qu à titre indicatif.

Avertissement : Les prix inscrits pour certains articles et services ne le sont qu à titre indicatif. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Gariépy, François Guide pratique du jardinage écologique (L écologique) Comprend des réf. bibliogr. et un index. ISBN 2-89435-278-6 1. Jardinage

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Des jardins sur les toits de nouveaux espaces pour la communauté www.lesjardins.ca «Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Jardinière écologique

Plus en détail

Planification des superficies de légumes nécessaires

Planification des superficies de légumes nécessaires MODULE 3 CHAPITRE 3 Planification des superficies de légumes nécessaires SOMMAIRE 1. Rendements 1 1.1 Rendements moyens des légumes 2 1.2 Évaluation des rendements 4 2. Choix de l espacement entre les

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

Tine Seeder. Implanter une culture au moindre coût

Tine Seeder. Implanter une culture au moindre coût Tine Seeder Implanter une culture au moindre coût Tine Seeder Polyvalent et rapide Le semoir combiné T-S (Tine Seeder) est conçu pour implanter une culture au moindre coût. Il peut être utilisé aussi bien

Plus en détail

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6 60.02 SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2 La création d une pelouse page 3 L entretien normal page 5 L entretien exceptionnel page 6 page 1/6 OUTILLAGE

Plus en détail

Production de tomates en grands tunnels

Production de tomates en grands tunnels Production de tomates en grands tunnels Résultats économiques Présenté dans le cadre du projet Optimisation de la fertilisation pour la production de tomates en grands tunnels 10INNO1-07 Par Anne Weill,

Plus en détail

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE 1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE Applicable à partir de l année d assurance 2014 CADRE D APPLICATION DES NORMES EN MATIÈRE DE PRATIQUES CULTURALES Annexe VIII Page 1 Assurer l uniformité de la gestion des

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Moyens de lutte au CHIENDENT (Elytrigia repens)

Moyens de lutte au CHIENDENT (Elytrigia repens) Moyens de lutte au CHIENDENT (Elytrigia repens) en production biologique Par Jean Duval 2 MOYENS DE LUTTE AU CHIENDENT (ELYTRIGIA REPENS) EN PRODUCTION BIOLOGIQUE Table des matières Introduction...4 Biologie...5

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

En plus de Claude Corbeil, le personnel de la Ferme Copor compte un employé à temps complet

En plus de Claude Corbeil, le personnel de la Ferme Copor compte un employé à temps complet EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT Article publié dans Porc Québec Avril 2002 REPORTAGE LES PETITS GESTES D UNE GRANDE FERME Hubert Brochard Agronome journaliste à la pige Les éleveurs porcins s adaptent du mieux

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Déroulement des travaux :

Déroulement des travaux : Rapport final Contrôle mécanique de la punaise terne dans la culture de fraises sur rangs nattés en régie biologique à l'aide d'une faucheuse rotative 10-INNO3-16 Demandeur : Coopérative Nord-Bio Date

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide.

Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide. Visite terrain de plantations expérimentales d'essences à croissance rapide. 10 ans de recherche en Abitibi-Témiscamingue 6 septembre 2012 PROGRAMME - Jeudi 6 septembre 2012 MRC d Abitibi et MRC de la

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION CNSA/DDANE Vol.1 # 1 Période couverte : Mai Août 2010 Publication : Septembre 2010 Résumé de la situation de sécurité alimentaire

Plus en détail

Évaluation de la performance de récolte de foin en vrac

Évaluation de la performance de récolte de foin en vrac Évaluation de la performance de récolte de foin en vrac Ferme Hengil, St-Hilarion Ferme Brawer, Victoriaville Jocelyn Marceau ing. Collaborateurs: Thomas Braeuchi, Steve Tremblay, Alain Fournier agr. MAPAQ,

Plus en détail

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses A. Dispositions générales La présente partie s applique à l arachide, au blé de printemps, au blé d hiver, au canola, à l épeautre

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Description d un système de production

Description d un système de production Edition 2013 : campagne 2011 et conjoncture 2012 Description d un système de production Les systèmes de production décrits dans ce dossier sont présentés de manière identique sous forme de cas types. Chaque

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

1001-B Semoir de précision pour jardin EarthWay Assemblage et fonctionnement

1001-B Semoir de précision pour jardin EarthWay Assemblage et fonctionnement 1001-B Semoir de précision pour jardin EarthWay Assemblage et fonctionnement Félicitation à l occasion de votre achat de ce nouveau semoir EarthWay. Veillez nous contacter si vous avez de la difficulté

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

Sommaire. Démonstration de petits matériels de désherbage thermique pour les maraîchers (A. Delebecq - GABNOR) Page 1

Sommaire. Démonstration de petits matériels de désherbage thermique pour les maraîchers (A. Delebecq - GABNOR) Page 1 V E T A B I N F O Numéro 4 - Décembre 2006 Sommaire Page 1 Désherbage thermique en maraîchage Pages 2-3 Essai Bois Raméal Fragmenté Collection variétale de tomates Pages 4-5 Essais poireaux et choux Semences

Plus en détail

Cultiver les légumes. Installer les carrés. L entretien. Osez le potager en carrés! Sommaire

Cultiver les légumes. Installer les carrés. L entretien. Osez le potager en carrés! Sommaire Osez le potager en carrés! Vive le potager en carrés!...4 Pour toute la famille....6 Installer les carrés Choisir un modèle....10 Le matériel nécessaire....12 Le bon emplacement...14 Remplir les carrés...16

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Par Yves Chagnon, agr., MBA

Par Yves Chagnon, agr., MBA Par Yves Chagnon, agr., MBA Février 2014 1 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Prix des terres Rentabilité des terres Évolution des marges Impacts de la volatilité des prix Situations concrètes Alternatives pour

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail

Adapter les techniques d implantation à chaque situation

Adapter les techniques d implantation à chaque situation Adapter les techniques d implantation à chaque situation Jérôme LABREUCHE Damien BRUN Pôle Agro-équipement Les techniques d implantation ont souvent un impact limité sur le rendement Les techniques d implantation

Plus en détail

IDÉES POUR RAMASSER LES BLEUETS AU SOL DANS LES BLEUETS EN CORYMBE

IDÉES POUR RAMASSER LES BLEUETS AU SOL DANS LES BLEUETS EN CORYMBE Petits fruits Bulletin d information No 30 6 novembre 2013 IDÉES POUR RAMASSER LES BLEUETS AU SOL DANS LES BLEUETS EN CORYMBE Certaines maladies (ex. : pourriture sclérotique) se propagent d une année

Plus en détail

Suggestion financement des CCAE Entente de financement 2013-2017

Suggestion financement des CCAE Entente de financement 2013-2017 Suggestion financement des CCAE Entente de financement 2013-2017 Réalisé par L Association des Conseillers en Agroenvironnement du Québec Mai 2012 L Association des Conseillers en Agroenvironnement du

Plus en détail

Retrait du linuron État des lieux et alternatives

Retrait du linuron État des lieux et alternatives Retrait du linuron État des lieux et alternatives Nathalie Roullé, biologiste-entomologiste Pôle d excellence en lutte intégrée n.roulle@cld-jardinsdenapierville.com - Journées horticoles de Saint Rémi,

Plus en détail

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr AGRI-STRUCTURES Fabrication et commercialisation de matériel agricole FABRICATION FRANÇAISE SEMOIR SEMFLEX EVO SEMOIR SEMFLEX EVO Pour technique simplifiée ou traditionnelle Aptitudes à travailler en conditions

Plus en détail

PROJETS ALTO HUAYABAMBA ET MARTIN SAGRADO - PEROU. Point d avancement Janvier 2012

PROJETS ALTO HUAYABAMBA ET MARTIN SAGRADO - PEROU. Point d avancement Janvier 2012 PROJETS ALTO HUAYABAMBA ET MARTIN SAGRADO - PEROU Point d avancement Septembre Janvier 2012 2010 ALTO HUAYABAMBA Le projet en quelques mots Située dans la région d Alto Huayabamba, en Amazonie péruvienne,

Plus en détail

Réussir votre gazon JARDIN 02

Réussir votre gazon JARDIN 02 Réussir votre gazon JARDIN 02 1 Choisir un gazon a) Vérifier que le type de gazon souhaité correspond : à l'utilisation sport et jeux gazon anglais gazon rustique (usage intensif) résistance esthétique

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 NUFARM LA GAMME INNOVANTE 2015 DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À USAGE AGRICOLE

NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 NUFARM LA GAMME INNOVANTE 2015 DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À USAGE AGRICOLE NUFARM AGRICULTURE INC. ÉDITION 2015 NUFARM ÉDITION SOYA LA GAMME INNOVANTE 2015 DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À USAGE AGRICOLE NOUS NE SOMMES PAS VOTRE ENTREPRISE TYPIQUE DE PRODUITS ANTIPARASITAIRES À

Plus en détail

LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE

LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE Georges Lamarre ing.-agr. MAPAQ, Montérégie Secteur Ouest 177, St-Joseph, Ste-Martine, J0S 1V0 (450) 427-2000 La compaction La compaction des sols est un

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Évaluation de l application localisée et à dose variable d herbicides par la technologie GPS Rapport final 2008

Évaluation de l application localisée et à dose variable d herbicides par la technologie GPS Rapport final 2008 Essai et expérimentation sur la pollinisation et la réduction des herbicides dans la production de bleuet nain au Saguenay Lac-Saint-Jean Objectif B : Réduction des herbicides Évaluation de l application

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Gestion du sol : état de santé, drainage, chaulage et travail du sol

Gestion du sol : état de santé, drainage, chaulage et travail du sol MODULE 6 CHAPITRE 10 Gestion du sol : état de santé, drainage, chaulage et travail du sol SOMMAIRE 1. Gestion du sol : état de santé, drainage, chaulage et travail du sol 1 1.1 L état de santé du sol 2

Plus en détail

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Les déchets organiques Le compostage Le mulching Le broyage Le paillage L alimentation animale Présentation du traitement actuel des déchets

Plus en détail

GUIDE PRESSES À BALLES RONDES

GUIDE PRESSES À BALLES RONDES GUIDE PRESSES À BALLES RONDES PRESSES À BALLES RONDES : CONSEILS AVANT L ACHAT Que ce soit pour le fourrage sec ou humide, la paille, le maïs ou la biomasse, la polyvalence de la presse à balles rondes

Plus en détail

Pesticides. agricoles Moins et Mieux. Cahier d auto- évaluation

Pesticides. agricoles Moins et Mieux. Cahier d auto- évaluation Pesticides agricoles Moins et Mieux Cahier spécifique Cahier d auto- évaluation Maïs sucré 1 re ÉDITION (2004) : Coordination et réalisation : Marie-Hélène April Raymond-Marie Duchesne Stratégie phytosanitaire

Plus en détail

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Page 1 1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1. Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat multipliée par sa perte nette calculée (perte

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Consommation de carburant au vignoble : évaluation de l'efficacité des technologies et des réglages

Consommation de carburant au vignoble : évaluation de l'efficacité des technologies et des réglages Lettre actualités n 78 septembre 2015 Consommation de carburant au vignoble : évaluation de l'efficacité des technologies et des réglages C. Gaviglio : IFV Pôle Sud Ouest - Tél : 05 63 33 62 62 christophe.gaviglio@vignevin.com

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Les avantages de la culture des champignons en agriculture

Les avantages de la culture des champignons en agriculture Les avantages de la culture des champignons en agriculture Par Vincent Leblanc, agronome, M.Sc. La méthode de production en laboratoire La multiplication se fait par spores ou par tissus Stérilisation

Plus en détail