Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?"

Transcription

1 Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le sont pas. Un niveau de formation plus élevé améliore les perspectives d emploi en général et augmente la probabilité de garder son emploi en temps de crise économique. Les taux d emploi varient davantage entre les hommes et les femmes parmi les individus dont le niveau de formation est moins élevé. Graphique.1. Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation (2009) % Tertiaire 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Inférieur au 2 e cycle du secondaire Norvège Suisse Slovénie Islande Suède Pays-Bas Danemark Portugal Autriche Allemagne Brésil Pologne Luxembourg Royaume-Uni Finlande Rép. tchèque Australie Belgique Nouvelle-Zélande Moyenne France Rép. slovaque Estonie Israël Grèce Irlande Canada Mexique Espagne États-Unis Japon Italie Hongrie Chili Corée Turquie Les pays sont classés par ordre décroissant du taux d'emploi parmi les diplômés de l'enseignement tertiaire. Source :. Tableau.3a. Voir les notes à l'annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011). 12 Lecture du graphique Ce graphique montre la corrélation positive entre emploi et formation. Dans tous les pays, les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou post-secondaire non tertiaire sont plus susceptibles de travailler que ceux dont le niveau de formation est inférieur, et les diplômés de l enseignement tertiaire sont plus susceptibles de travailler que les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire. Toutefois, l importance de l avantage que procurent des diplômes de ces niveaux varie selon les pays. Contexte Les économies et les marchés du travail des pays de l sont tributaires d une offre suffisante de travailleurs qualifiés. Les indicateurs de la situation sur le marché du travail selon le niveau de formation montrent dans quelle mesure l offre de compétences est en adéquation avec la demande. Toutefois, la plupart des formations s inscrivent dans une optique d investissement à long terme, alors que la demande de compétences peut évoluer très rapidement sur le marché du travail. La récente crise économique a accéléré le rythme de cette évolution. Les statistiques relatives à la main-d œuvre, par exemple le pourcentage d actifs occupés à temps plein et les taux d emploi et de chômage en fonction du niveau de formation, reflètent ce bouleversement intervenu récemment dans la demande de compétences. Elles sont très pertinentes pour les décideurs politiques, dans la mesure où elles les éclairent sur l offre actuelle et à venir de compétences à la disposition du marché du travail, et sur la demande de compétences. 126 Regards sur l éducation 2011

2 De même, l évolution de la situation sur le marché du travail au fil du temps est une bonne base pour identifier l évolution à long terme du taux d emploi et du risque de chômage selon le niveau de formation des individus. Indicateur Autres faits marquants En moyenne, dans les pays de l, 84 % des diplômés de l enseignement tertiaire travaillent. Dans l ensemble, le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire est supérieur de 27 points de pourcentage à celui des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. Les individus peu qualifiés sont plus susceptibles d être soit inactifs, soit au chômage. Chez les hommes, en moyenne, dans les pays de l, la probabilité d être au chômage est deux fois plus élevée parmi ceux qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire que parmi ceux qui le sont, et près de trois fois plus élevée que parmi les diplômés de l enseignement tertiaire. La probabilité qu ont les hommes de travailler est supérieure de 21 points de pourcentage à celle des femmes parmi les individus qui ne sont pas titulaires d un diplôme de fin d études secondaires, mais de 9 points de pourcentage seulement parmi les plus qualifiés. Le taux d emploi à temps plein augmente généralement avec le niveau de formation. Le pourcentage d individus qui travaillent à temps plein est supérieur de 10 points de pourcentage parmi les diplômés de l enseignement tertiaire à celui enregistré chez les individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. La Finlande, le Portugal et le Royaume-Uni ont réussi à concilier des taux d emploi élevés et une incidence élevée du travail à temps plein chez les diplômés de l enseignement tertiaire. Le marché du travail est favorable aux jeunes (âgés de 25 à 34 ans) diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle de l enseignement secondaire par comparaison avec l ensemble de la population active (soit les individus âgés de 25 à 64 ans). En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage de ces jeunes est légèrement plus élevé (1.9 point de pourcentage) mais, à niveau de formation égal en filière professionnelle, leur taux d emploi est supérieur de 3.4 points de pourcentage à celui des ans. Tendances Dans l ensemble, l éducation est une bonne protection contre le chômage et améliore la probabilité de garder son emploi en temps de crise économique. En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire est resté inférieur ou égal à 4 %, celui des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire est resté sous la barre des 7 %, mais celui des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire a franchi plusieurs fois la barre des 10 % entre 1997 et Les dernières données en date suggèrent que ces tendances ne sont pas inhabituelles. Selon les chiffres de 2009, en moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage s établit à 4.4 % chez les diplômés de l enseignement tertiaire, à 6.8 % chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et à 11.5 % chez les individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. Regards sur l éducation

3 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Analyse Taux d emploi Plus le niveau de formation augmente, plus la probabilité de compter parmi les actifs et de travailler augmente. Ce phénomène s explique non seulement par le fait que les plus qualifiés sont plus concurrentiels sur le marché du travail, mais aussi par le fait que les individus plus instruits, qui ont investi davantage dans la constitution de leur capital humain, cherchent par la suite à valoriser cet investissement. Dans les pays de l, les taux d emploi augmentent avec le niveau de formation chez les hommes et chez les femmes : en moyenne, les taux d emploi masculins et féminins s établissent respectivement à 70.1 % et 48.9 % chez ceux dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire et à 88.6 % et 80.0 % chez les diplômés de l enseignement tertiaire de type A (largement théorique). Les taux d emploi des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire sont particulièrement faibles. Ils sont inférieurs à 40 % au Chili, en Hongrie, en Pologne, en République slovaque, en République tchèque, au Royaume-Uni et en Turquie. Les taux d emploi des femmes titulaires d un diplôme de fin d études tertiaires de type A sont égaux ou supérieurs à 75 % dans tous les pays, sauf au Chili, en Corée, en Italie, au Japon, au Mexique et en Turquie, mais ils restent partout inférieurs à ceux des hommes (voir le tableau.1a). Les taux d emploi globaux varient entre les pays non seulement en fonction du niveau de formation, mais également en fonction du taux d emploi des femmes. Les pays qui affichent les taux d emploi les plus élevés dans la population âgée de 25 à 64 ans l Islande, la Norvège, la Suède et la Suisse sont aussi ceux où les taux d emploi des femmes sont parmi les plus élevés (voir le tableau.1a). Toutefois, les taux d emploi augmentent sensiblement avec l élévation du niveau de formation et les écarts de taux d emploi entre les hommes et les femmes se comblent à mesure que le niveau de formation augmente. Les écarts de taux d emploi entre les hommes et les femmes titulaires d un diplôme de fin d études tertiaires de type A ne représentent pas plus de 5 points de pourcentage au Canada, au Danemark, en Islande, en Norvège, aux Pays-Bas, au Portugal, en Slovénie et en Suède. L écart de taux d emploi entre les femmes selon leur niveau de formation est particulièrement marqué en faveur des diplômées de l enseignement tertiaire en Belgique, en Hongrie, en Irlande, en Israël, en Italie, en Pologne, en République slovaque, en Slovénie et en Turquie. Il est supérieur de 40 points de pourcentage au moins à celui des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire (voir le tableau.3c disponible en ligne). De même, chez les hommes âgés de 25 à 64 ans, l écart de taux d emploi est particulièrement grand entre ceux qui sont diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et ceux qui ne le sont pas (voir le tableau.3b disponible en ligne). Des changements importants sont intervenus l année dernière dans le taux d emploi selon les différents niveaux de formation. Les écarts de taux d emploi entre les niveaux de formation ont continué à se réduire légèrement jusqu en Toutefois, comme les perspectives professionnelles des individus moins instruits dépendent plus de l évolution de la conjoncture économique, les écarts ont recommencé à se creuser. En moyenne, dans les pays de l, le taux d emploi a régressé entre 2008 et 2009 de 2.1 points de pourcentage chez les individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire (56.0 %), de 1.9 point de pourcentage chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire (74.2 %) et de 1 point de pourcentage chez les diplômés de l enseignement tertiaire (83.6 %) (voir le graphique.1). Les taux de chômage diminuent avec l élévation du niveau de formation Les perspectives d emploi des individus dépendent à la fois de la demande sur le marché du travail et de l offre de main-d œuvre aux différents niveaux de qualification. Les taux de chômage sont donc révélateurs du degré d adéquation entre la production de compétences par les systèmes d éducation et la demande de compétences sur le marché du travail. Les individus moins qualifiés sont particulièrement exposés au risque de marginalisation économique, car ils sont plus susceptibles d être inactifs et ont moins de chances de trouver un emploi, même s ils en cherchent un activement. 128 Regards sur l éducation 2011

4 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Le tableau.2a montre les taux de chômage des hommes et des femmes à différents niveaux de formation. En moyenne, dans les pays de l, les taux de chômage diminuent avec l élévation du niveau de formation, tant chez les hommes que chez les femmes. Les taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire de type A restent inférieurs à 4 % dans de nombreux pays de l (4.1 % chez les hommes et 4.4 % chez les femmes, en moyenne). Les taux de chômage des hommes et des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire sont supérieurs à 10 % dans la plupart des pays (12.0 % chez les hommes et 12.3 % chez les femmes, en moyenne). Dans de nombreux pays, ces taux sont supérieurs à 15 %. Les hommes et les femmes qui n ont pas terminé leurs études secondaires sont particulièrement vulnérables en Estonie, en République slovaque et en République tchèque, où leur taux de chômage atteint ou passe la barre des 20 %. Il en va de même pour les femmes en Espagne et en Turquie, et pour les hommes en Hongrie. L année dernière, les taux d emploi ont fortement chuté chez les individus peu instruits et qui plus est, les écarts de taux de chômage se sont sensiblement creusés entre les niveaux de formation. Le graphique.2 montre l impact de la crise économique sur les taux de chômage en Graphique.2. Variation du taux de chômage, selon le niveau de formation ( ) Espagne Estonie Turquie Irlande Rép. slovaque États-Unis Grèce Hongrie Portugal Canada Finlande Israël Allemagne Chili Pologne Brésil France Moyenne Belgique Suède Japon Italie Slovénie Rép. tchèque Danemark Mexique Australie Nouvelle-Zélande Corée Autriche Royaume-Uni Luxembourg Suisse Pays-Bas Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Espagne Estonie Turquie Irlande Rép. slovaque États-Unis Grèce Hongrie Portugal Canada Finlande Israël Allemagne Chili Pologne Brésil France Moyenne Belgique Suède Japon Italie Slovénie Rép. tchèque Danemark Mexique Australie Nouvelle-Zélande Corée Autriche Royaume-Uni Luxembourg Suisse Pays-Bas Norvège Points de pourcentage Points de pourcentage Points de pourcentage Les pays sont classés par ordre décroissant du taux de chômage de 2009 des diplômés du deuxième cycle de l'enseignement secondaire ou de l'enseignement post-secondaire non tertiaire. Source :. Tableau.4a. Voir les notes à l'annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011). 12 Regards sur l éducation

5 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage À de rares exceptions près, les taux de chômage ont augmenté dans toutes les catégories d actifs, mais dans une mesure moindre chez les individus plus instruits. Ils ont augmenté de 2.8 points de pourcentage chez les individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire, de 2 points de pourcentage chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et de 1.1 point de pourcentage chez les diplômés de l enseignement tertiaire. Les individus moins instruits ont particulièrement souffert de la récession en Espagne, en Estonie, aux États-Unis et en Irlande, où le taux de chômage des individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire a progressé de plus de 5 points de pourcentage, à un rythme plus de deux fois plus rapide que celui des diplômés de l enseignement tertiaire. Même les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ont vu leurs perspectives professionnelles se dégrader entre 2008 et La situation défavorable sur le marché du travail a entraîné une hausse du chômage des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire en Espagne, en Estonie, en Irlande et en Turquie, où les taux sont supérieurs à 10 % dans cette catégorie. Les taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire restent inférieurs à 10 % dans tous les pays. En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire reste toutefois inférieur d un peu moins de 5 points de pourcentage à celui des individus qui ne sont pas diplômés de ce niveau d enseignement. N avoir pas obtenu ce diplôme n entraîne pas de risque accru de chômage qu au Brésil, au Chili, en Corée, en Grèce et au Mexique (voir le tableau.4a). En moyenne, dans les pays de l, les actifs de sexe masculin âgés de 25 à 64 ans dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire courent près de deux fois plus de risques d être au chômage que les diplômés de ce niveau d enseignement et près de trois fois plus de risques que les diplômés de l enseignement tertiaire (voir le tableau.4b disponible en ligne). La relation négative entre le taux de chômage et le niveau de formation est comparable chez les femmes, même si elle est légèrement moins marquée (voir le tableau.4c disponible en ligne). En règle générale, les pays où les taux de chômage sont élevés sont aussi ceux où une grande partie de la population ne compte pas au nombre des actifs (voir les tableaux.3a et.4a). La réinsertion professionnelle est souvent un processus particulièrement difficile pour ceux qui sont restés en dehors du marché du travail pendant une longue période, à cause de l obsolescence de leurs compétences et d autres obstacles. De nombreux emplois supprimés ne seront pas recréés lorsque l économie renouera avec la croissance, en particulier dans le segment des moins qualifiés. À l heure où moins de 60 % des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire travaillent et où plus de 10 % d entre eux sont au chômage dans les pays de l (voir les tableaux.3a et.4a), rares sont les pays qui peuvent se permettre de négliger la question de l éducation et de la formation pour améliorer les perspectives professionnelles de ce groupe d individus. Quand les emplois se font rares, le prix à payer pour améliorer la formation des individus est moins élevé, tant au niveau individuel que collectif, car les coûts d opportunité sont souvent négligeables. De nombreux pays ont donc tout intérêt à investir dans l éducation et la formation, et à préparer la main-d œuvre aux nouveaux emplois qui seront créés après la crise. Il est donc crucial que les systèmes d éducation saisissent cette occasion de demande forte et de coût d investissement peu élevé, et améliorent l accessibilité et la dotation des établissements d enseignement. L offre de main-d œuvre augmente avec le niveau de formation Une partie substantielle de la main-d œuvre travaille au ralenti dans de nombreux pays à cause de la crise économique, alors que l exploitation des compétences à la disposition du marché du travail est à la clé de la croissance économique à long terme. Soucieux de répondre à la demande, de nombreux pays de l ont investi massivement dans l enseignement supérieur au cours des dernières décennies. Il est crucial qu ils exploitent pleinement ces ressources pour tirer parti de leur avantage. Le graphique.3 indique le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire et leur taux d emploi pour montrer l investissement global dans la production de compétences de haut niveau et l exploitation de ces compétences dans les différents pays. 130 Regards sur l éducation 2011

6 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Graphique.3. Acquisition et utilisation des compétences, population âgée de 25 à 64 ans diplômée de l enseignement tertiaire (2009) Taux d'emploi des diplômés de l'enseignement tertiaire (en %) 91 Norvège 88 Slovénie Suisse Islande Danemark Suède Portugal Autriche Pays-Bas Brésil République tchèque République slovaque Mexique Pologne Grèce Allemagne Moyenne France Espagne Luxembourg Belgique Australie Finlande Royaume-Uni Nouvelle-Zélande Estonie Israël Irlande Canada États-Unis 79 Italie Hongrie Japon Chili 76 Corée Turquie Proportion de diplômés de l'enseignement tertiaire dans la population (en %) Source :, tableaux.3a et A1.3a. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011). 12 Au Danemark, en Islande, en Norvège, aux Pays-Bas, en Suède et en Suisse, le marché du travail se caractérise par la présence de nombreux diplômés de l enseignement tertiaire et par un taux d emploi élevé parmi ces derniers. Il est frappant de constater que de nombreux pays où le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire est élevé comptent aussi parmi ceux où ces individus sont, en termes relatifs, plus lourdement imposés en moyenne (voir l indicateur A11). Le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est élevé aussi en Corée, aux États-Unis et au Japon, mais leur taux d emploi est nettement inférieur à celui qui s observe dans les pays en tête du classement. Le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est nettement inférieur en Allemagne, en Autriche, au Portugal et en Slovénie, mais leur taux d emploi est plus élevé dans ces quatre pays que dans les trois pays précédents. Enfin, le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est peu élevé au Chili, en Hongrie, en Italie et en Turquie, où leur taux d emploi est également peu élevé. Dans l ensemble, les actifs instruits pourraient être mieux exploités. En moyenne, dans les pays de l, plus de 15 % des individus diplômés de l enseignement tertiaire ne travaillent pas et constituent, à ce titre, une source Regards sur l éducation

7 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage de croissance inexploitée. Il n y a pas, en soi, de relation entre le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire et leur taux d emploi dans les pays de l, ce qui donne à penser que d autres facteurs que l offre d actifs plus instruits, tels que la fiscalité et la politique sociale, expliquent les écarts de taux d emploi. Analyser les pourcentages d actifs occupés à temps plein permet de rendre compte de l exploitation de la maind œuvre sous un autre angle dans les différents pays. Le graphique.4 montre la répartition des actifs occupés à temps plein entre les niveaux de formation. Le pourcentage d actifs occupés à temps plein varie sensiblement entre les pays, mais aussi entre les niveaux de formation dans la plupart des pays. La prévalence du travail à temps plein augmente généralement avec le niveau de formation. En moyenne, dans les pays de l, les actifs occupés à temps plein représentent 66 % des individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire, 72 % des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et 75 % des diplômés de l enseignement tertiaire. L accroissement du pourcentage d actifs occupés à temps plein s explique en grande partie par l augmentation du pourcentage de femmes qui travaillent parmi les individus dont le niveau de formation est plus élevé (voir le tableau.5). La prévalence du travail à temps plein varie fortement entre les pays et, dans une moindre mesure, entre les niveaux de formation. En Corée, en Estonie, en Finlande et au Portugal, le travail à temps plein est la norme (90 %), quel que soit le niveau de formation. Aux Pays-Bas et en République tchèque, la moitié seulement des actifs travaillent à temps plein. La corrélation entre le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire et la prévalence du travail à temps plein dans leur catégorie suggère que la flexibilité accrue du temps de travail encourage plus d actifs, en particulier de sexe féminin, à travailler. Graphique.4. Répartition de la population âgée de 25 à 64 ans par tranche de revenus du travail, selon le niveau de formation (2009 ou année de référence indiquée) % Actifs occupés percevant des revenus du travail à temps plein CITE 0/1/2 CITE 3/4 CITE 5/6 Actifs occupés percevant des revenus du travail à temps partiel et individus sans revenus CITE 0/1/2 CITE 3/4 CITE 5/6 0 Australie Autriche Brésil Canada Rép. tchèque Danemark Estonie Finlande France Allemagne Grèce Hongrie Irlande Les pays sont classés par ordre alphabétique de leur nom en anglais. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Tableau.5. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011). 12 Israël Italie Corée Luxembourg Pays-Bas Nouvelle-Zélande Portugal Rép. slovaque Espagne Suède Royaume-Uni États-Unis Moyenne 132 Regards sur l éducation 2011

8 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Toutefois, comme cette corrélation n explique que 20 % de la variation entre les pays, d autres politiques et normes s avèrent plus déterminantes pour l offre globale de main-d œuvre dans le segment supérieur de compétence. À titre d exemple, la Finlande, le Portugal et le Royaume-Uni ont réussi à allier des taux d emploi élevés et une forte prévalence du travail à temps plein chez les diplômés de l enseignement tertiaire (voir les tableaux.3a et.5). La situation au regard de l emploi selon la filière générale ou professionnelle d enseignement L adéquation entre l offre et la demande de compétences ne se limite pas au niveau de formation, elle se rapporte aussi à la spécificité des compétences acquises dans le système d éducation. La formation professionnelle vise à transmettre aux individus des compétences spécifiques à une profession ou à un secteur d activité qu ils pourront valoriser sur le marché du travail. Ce type de spécialisation a le mérite de mieux répondre à la demande de compétences spécifiques sur le marché du travail et, de ce fait, réduit les besoins d initiation des nouvelles recrues et accroît leur productivité immédiate, voire leur productivité à long terme. Le revers de la médaille réside dans le fait que les compétences acquises ne sont pas nécessairement valorisables longtemps, lorsque la demande évolue rapidement. Pour cette raison, la formation professionnelle est souvent conçue en étroite coopération avec les employeurs et d autres acteurs du marché du travail. Le système de formation professionnelle varie fortement entre les pays, tout comme la façon de définir le concept de formation professionnelle. Les comparaisons internationales sont donc moins précises que dans les autres catégories de la CITE, un aspect à garder présent à l esprit lors de la comparaison de la prévalence et du rendement de la formation professionnelle entre les pays de l (voir également l encadré A1.1 dans l indicateur A1 pour une analyse d autres aspects en rapport avec la comparabilité). Le tableau.6 compare pour la première fois la situation au regard de l emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle et en filière générale. Graphique.5. Comparaison du pourcentage de diplômés de la filière professionnelle et de leur taux de chômage entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans (2009) Différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans Points de pourcentage 15 Différence de taux de chômage entre la population diplômée de la filière professionnelle âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans Portugal Grèce Italie Turquie Belgique Pays-Bas Autriche Espagne Irlande Corée Nouvelle-Zélande Australie Moyenne Slovénie Canada Finlande Rép. slovaque France Hongrie Israël Luxembourg Rép. tchèque Danemark Allemagne Suisse Estonie Suède Islande Pologne Norvège Les pays sont classés par ordre décroissant de la différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans. Source :. Collecte de données spéciale sur la formation professionnelle du réseau LSO, Groupe de travail sur l'apprentissage et la transition sur le marché du travail. Tableau.6. Voir les notes à l'annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011). 12 Regards sur l éducation

9 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Le pourcentage d individus âgés de 25 à 64 ans diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle varie sensiblement selon les pays. C est le niveau de formation le plus élevé atteint par plus de 70 % des adultes en République slovaque et en République tchèque. Par contraste, moins de 10 % des adultes présentent ce profil spécifique de compétence en Espagne, en Irlande et en Turquie. La variation de ce pourcentage entre les pays s explique en grande partie par l importance du deuxième cycle de l enseignement secondaire par rapport à d autres niveaux d enseignement, en particulier l enseignement tertiaire. En moyenne, dans les pays de l, 31 % des adultes sont diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle ; ce pourcentage est légèrement inférieur chez les jeunes adultes (30 %). L évolution du pourcentage de diplômés de la filière professionnelle chez les jeunes adultes varie entre les pays. Le graphique.5 montre la différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre les ans et les ans ainsi que la variation du taux de chômage entre ces deux groupes. Les jeunes adultes diplômés de la filière professionnelle s en sortent bien sur le marché du travail par comparaison avec les individus âgés de 25 à 64 ans ayant le même niveau de formation. Par comparaison avec la population active, leur taux moyen de chômage est à peine plus élevé (1.9 point de pourcentage de plus), dénotant une transition relativement aisée de l école au monde du travail. Toujours par comparaison avec la population active, leur taux de chômage est légèrement plus élevé (supérieur de plus de 3 points de pourcentage) en Estonie, en France, en Irlande et en Italie, mais légèrement moins élevé (inférieur de 0.5 point de pourcentage) au Canada et aux Pays-Bas. Les jeunes adultes qui sont diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire sont relativement peu nombreux en Islande, en Norvège et en Pologne, tandis que leur nombre s accroît en Grèce, en Italie et au Portugal. Par comparaison avec la population active à niveau de formation égal, leur taux de chômage ne semble pas en corrélation avec l expansion ou la réduction du système de formation professionnelle, ce qui donne à penser que l évolution de l effectif de diplômés de la filière professionnelle qui s observe dans chaque pays s explique en grande partie par l évolution de la demande sur le marché du travail. L hypothèse selon laquelle c est la demande sur le marché du travail qui intervient dans les choix de formation des jeunes adultes est également étayée par la relation positive entre le pourcentage de diplômés de la filière professionnelle (niveaux 3 et 4 de la CITE) chez les ans et l écart de taux d emploi entre ces derniers et les diplômés de la filière générale (coefficient égal à 0.45). Chez les diplômés de la filière professionnelle, les taux de chômage sont peu élevés et les taux d emploi sont également supérieurs de 3.4 points de pourcentage à ceux des ans ayant le même niveau de formation. Parmi les jeunes adultes, les diplômés de la filière professionnelle affichent aussi des taux d emploi nettement supérieurs (8.5 points de pourcentage) à ceux des diplômés de la filière générale, ce qui montre qu investir dans la formation professionnelle est rentable dans la plupart des pays. L analyse de ces données récentes révèle par ailleurs que la situation au regard de l emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle dépend de l accès des diplômés de la filière générale à l enseignement tertiaire. Il existe une forte corrélation positive entre l accès à l enseignement tertiaire (niveaux 5 et 6 de la CITE) dont l indicateur est le pourcentage de diplômés de la filière générale du deuxième cycle de l enseignement secondaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) qui y accèdent et le taux d emploi des diplômés de la filière professionnelle. Cette corrélation explique plus d un tiers de la variation, entre les pays, des taux d emploi chez les ans : plus les diplômés de la filière générale accédant à l enseignement tertiaire sont nombreux, plus les taux d emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire en filière professionnelle augmentent. Cette corrélation reflète vraisemblablement le fait que les diplômés de 134 Regards sur l éducation 2011

10 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A la filière professionnelle sont moins concurrencés sur le marché du travail à ce niveau de compétence ou que les compétences pratiques spécifiques à des professions ou à des secteurs d activité sont complémentaires des compétences de haut niveau. La corrélation est plus forte dans l ensemble de la population que chez les ans, ce qui donne à penser que ces dernières années, l enseignement tertiaire est devenu plus accessible aux diplômés de la filière professionnelle. L amélioration de la comparabilité internationale de cette catégorie de la CITE contribuera à accroître la précision des estimations et ouvrira la voie à des analyses plus approfondies. Définitions Les concepts et les définitions des indicateurs de la situation au regard de l emploi ont été élaborés par l Organisation internationale du travail (OIT) et les Conférences des statisticiens du travail (OIT, 1982). Cet ensemble de références fait à présent l objet d un consensus. Les actifs occupés sont les personnes qui, durant la semaine de référence : i) ont effectué un travail d une durée d une heure au moins moyennant un salaire (travailleurs salariés) ou en vue d un bénéfice (travailleurs non salariés et travailleurs familiaux non rémunérés) ; ou ii) avaient un emploi, mais étaient temporairement absentes de leur travail (pour cause de maladie ou d accident, de congé, de conflit de travail ou de grève, de congé-éducation ou de formation, de congé de maternité ou de congé parental, etc.). Le taux d emploi correspond au pourcentage d actifs occupés dans la population en âge de travailler. Par chômeurs, on entend les personnes sans travail et disponibles pour travailler, qui recherchent activement un emploi durant la semaine de référence des enquêtes. Le taux de chômage correspond au pourcentage de chômeurs dans la population active civile. Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L utilisation de ces données par l est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international. Références D autres documents en rapport avec cet indicateur sont disponibles en ligne : Tableau.1b. Taux d emploi et niveau de formation (2009) 1 2 Tableau.2b. Taux de chômage et niveau de formation (2009) 1 2 Tableau.3b. Évolution du taux d emploi des hommes âgés de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) 1 2 Tableau.3c. Évolution du taux d emploi des femmes âgées de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) 1 2 Tableau.4b. Évolution du taux de chômage des hommes, selon le niveau de formation ( ) 1 2 Tableau.4c. Évolution du taux de chômage des femmes, selon le niveau de formation ( ) 1 2 Regards sur l éducation

11 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.1a. [1/2] Taux d emploi et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Australie Hommes a Femmes a Autriche Hommes x(2) Femmes x(2) Belgique Hommes a Femmes a Canada Hommes a x(5) Femmes a x(5) Chili Hommes x(2) 83.2 x(5) a Femmes x(2) 36.6 x(5) a Rép. tchèque Hommes c 55.4 a x(5) x(8) Femmes c 39.6 a x(5) x(8) Danemark Hommes Femmes Estonie Hommes c 55.1 a Femmes c 42.8 a Finlande Hommes a a Femmes a a France Hommes a c Femmes a c Allemagne Hommes a Femmes a Grèce Hommes Femmes Hongrie Hommes a Femmes a Islande Hommes Femmes c Irlande Hommes a Femmes a Israël Hommes a a Femmes a a Italie Hommes Femmes Japon Hommes x(5) x(5) x(5) x(5) 85.8 a Femmes x(5) x(5) x(5) x(5) 60.8 a Corée Hommes a a Femmes a a Luxembourg Hommes Femmes Mexique Hommes a x(5) 89.8 a x(8) Femmes a x(5) 57.7 a x(8) Pays-Bas Hommes x(4) Femmes x(4) Nouvelle-Zélande Hommes x(2) Femmes x(2) Norvège Hommes c 70.6 a Femmes c 62.3 a Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation 2011

12 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.1a. [2/2] Taux d emploi et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Pologne Hommes x(2) 53.4 a x(8) Femmes x(2) 31.0 a x(8) Portugal Hommes x(5) x(5) x(8) Femmes x(5) x(5) x(8) Rép. slovaque Hommes c 42.0 x(4) x(5) Femmes c 27.1 x(4) x(5) Slovénie Hommes a a Femmes a a Espagne Hommes a Femmes a c Suède Hommes a x(5) Femmes a x(5) Suisse Hommes Femmes Turquie Hommes a a x(8) Femmes a a x(8) Royaume-Uni Hommes c c Femmes c États-Unis Hommes x(5) x(5) 72.9 x(5) Femmes x(5) x(5) 64.8 x(5) Moyenne Hommes Femmes Moyenne UE21 Hommes Femmes Autres G20 Argentine m m m m m m m m m Brésil Hommes x(5) x(5) 88.8 a x(8) Femmes x(5) x(5) 67.7 a x(8) Chine m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation

13 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.2a. [1/2] Taux de chômage et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Australie Hommes a Femmes a Autriche Hommes x(2) 10.8 c c Femmes x(2) 7.4 c c Belgique Hommes a c Femmes a c Canada Hommes a x(5) Femmes a x(5) Chili Hommes x(2) 5.8 x(5) a Femmes x(2) 6.3 x(5) a Rép. tchèque Hommes c 23.0 a x(8) x(8) Femmes c 21.0 a x(8) x(8) Danemark Hommes Femmes c Estonie Hommes c 23.9 a Femmes c 22.5 a c Finlande Hommes a a 8.3 c Femmes a a 7.3 c France Hommes a c Femmes a c Allemagne Hommes a Femmes a Grèce Hommes Femmes c Hongrie Hommes a c Femmes a c Islande Hommes c 10.5 c c c c c c 6.7 Femmes c c c c c c c c 4.4 Irlande Hommes c a Femmes c a Israël Hommes a a Femmes a a Italie Hommes Femmes c Japon Hommes x(5) x(5) x(5) x(5) 6.4 a Femmes x(5) x(5) x(5) x(5) 5.3 a Corée Hommes a a Femmes a a Luxembourg Hommes 6.8 c c c Femmes 7.5 c c c Mexique Hommes a a Femmes a a Pays-Bas Hommes x(4) Femmes x(4) Nouvelle-Zélande Hommes x(2) Femmes x(2) c Norvège Hommes c 5.7 a 1.9 c c c Femmes c c a c c c c Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation 2011

14 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.2a. [2/2] Taux de chômage et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Pologne Hommes x(2) 13.2 a x(8) Femmes x(2) 15.0 a x(8) Portugal Hommes x(5) x(5) 6.5 c x(8) Femmes x(5) x(5) 9.8 c x(8) Rép. slovaque Hommes x(4) a c Femmes c 37.3 x(4) a c Slovénie Hommes a a Femmes a a Espagne Hommes a c Femmes a c Suède Hommes a x(5) Femmes a x(5) Suisse Hommes c 7.1 c 3.2 c c c Femmes c 8.4 c 3.0 c c c Turquie Hommes a x(8) x(8) Femmes a x(8) x(8) Royaume-Uni Hommes c c Femmes c c États-Unis Hommes x(5) x(5) 11.5 x(5) Femmes x(5) x(5) 7.7 x(5) Moyenne Hommes Femmes Moyenne UE21 Hommes Femmes Autres G20 Argentine m m m m m m m m m Brésil Hommes x(5) x(5) 5.0 a x(8) Femmes x(5) x(5) 9.7 a x(8) Chine m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation

15 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.3a. [1/2] Évolution du taux d emploi dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Australie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autriche Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Belgique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Canada Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Chili Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Rép. tchèque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Danemark Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Estonie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Finlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire France Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Allemagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Grèce Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Hongrie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Islande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Irlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Israël Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Italie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Japon Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Corée Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Luxembourg Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m Tertiaire m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation 2011

16 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.3a. [2/2] Évolution du taux d emploi dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Mexique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pays-Bas Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Nouvelle-Zélande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pologne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Portugal Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Rép. slovaque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Slovénie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Espagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suède Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suisse Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Turquie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Royaume-Uni Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire États-Unis Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne UE21 Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m m Brésil Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Chine m m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011). 12 Regards sur l éducation

17 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.4a. [1/2] Évolution du taux de chômage dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Australie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autriche Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Belgique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Canada Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Chili Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Rép. tchèque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Danemark Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Estonie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Finlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire France Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Allemagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Grèce Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Hongrie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Islande Inférieur au 2 e cycle du secondaire c c e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire 2.7 c c c c c c c c c c c 5.8 Tertiaire c c c c c c c c c c c c 3.9 Irlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Israël Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Italie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Japon Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Corée Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Luxembourg Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m Tertiaire m m c c c Source :. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation 2011

18 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.4a. [2/2] Évolution du taux de chômage dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Mexique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pays-Bas Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m m Nouvelle-Zélande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pologne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Portugal Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Rép. slovaque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Slovénie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Espagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suède Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suisse Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Turquie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Royaume-Uni Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire États-Unis Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne UE21 Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m m Brésil Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Chine m m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011). 12 Regards sur l éducation

19 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.5. [1/2] Proportion d actifs rémunérés travaillant à plein temps 1 (2009 ou année de référence indiquée) Inférieur au deuxième cycle du secondaire Deuxième cycle du secondaire et postsecondaire non tertiaire Tertiaire Tous niveaux d éducation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) Australie 2009 Hommes Femmes H+F Autriche 2009 Hommes Femmes H+F Belgique m m m m m m m m m m m m Canada 2008 Hommes Femmes H+F Chili m m m m m m m m m m m m Rép. tchèque 2009 Hommes Femmes H+F Danemark 2009 Hommes Femmes H+F Estonie 2009 Hommes Femmes H+F Finlande 2009 Hommes Femmes H+F France 2006 Hommes Femmes H+F Allemagne 2009 Hommes Femmes H+F Grèce 2009 Hommes Femmes H+F Hongrie 2009 Hommes Femmes H+F Islande m m m m m m m m m m m m Irlande 2009 Hommes Femmes H+F Israël 2009 Hommes Femmes H+F Italie 2009 Hommes Femmes H+F Japon m m m m m m m m m m m m Corée 2008 Hommes Femmes H+F Luxembourg 2009 Hommes Femmes H+F Remarque : la période de référence varie d une semaine à une année. Les travailleurs non salariés sont exclus des calculs dans certains pays. Pour plus de détails, consulter l annexe Les actifs travaillant à plein temps correspondent aux individus ayant travaillé toute l année au moins 30 heures par semaine. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation 2011

20 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.5. [2/2] Proportion d actifs rémunérés travaillant à plein temps 1 (2009 ou année de référence indiquée) Inférieur au deuxième cycle du secondaire Deuxième cycle du secondaire et postsecondaire non tertiaire Tertiaire Tous niveaux d éducation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) Mexique m m m m m m m m m m m m Pays-Bas 2008 Hommes Femmes H+F Nouvelle-Zélande 2009 Hommes Femmes H+F Norvège m m m m m m m m m m m m Pologne m m m m m m m m m m m m Portugal 2009 Hommes Femmes H+F Rép. slovaque 2009 Hommes Femmes H+F Slovénie m m m m m m m m m m m m Espagne 2008 Hommes Femmes H+F Suède 2008 Hommes Femmes H+F Suisse m m m m m m m m m m m m Turquie m m m m m m m m m m m m Royaume-Uni 2009 Hommes Femmes H+F États-Unis 2009 Hommes Femmes H+F Moyenne Hommes Femmes H+F Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m Brésil 2009 Hommes Femmes H+F Chine m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m Remarque : la période de référence varie d une semaine à une année. Les travailleurs non salariés sont exclus des calculs dans certains pays. Pour plus de détails, consulter l annexe Les actifs travaillant à plein temps correspondent aux individus ayant travaillé toute l année au moins 30 heures par semaine. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Voir les notes à l annexe 3 (www.oecd.org/edu/eag2011) Regards sur l éducation

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Quel est le niveau de salaire des enseignants?

Quel est le niveau de salaire des enseignants? Quel est le niveau de salaire des enseignants? Indicateur Le salaire statutaire des enseignants ayant au moins 15 ans d exercice à leur actif s établit, en moyenne, à 38 914 USD dans l enseignement primaire,

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire FRANCE Cette note sur la France se focalise sur trois grands thèmes que l on retrouve dans cette édition de Regards sur l éducation et qui concernent plus particulièrement la France. Il s agit de l environnement

Plus en détail

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes?

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Indicateur Dans l enseignement primaire, on compte plus de 21 élèves par classe, en moyenne, dans les pays de l OCDE. La taille des classes varie

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards Source d informations précises et pertinentes, Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE fait figure de publication de référence sur l état de l éducation dans le monde. Elle fournit des données

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Les femmes au travail : qui sont-elles et quelle est leur situation?

Les femmes au travail : qui sont-elles et quelle est leur situation? Chapitre 2 Les femmes au travail : qui sont-elles et quelle est leur situation? Le présent chapitre traite de la diversité de l expérience professionnelle des femmes dans les pays de l OCDE en exploitant

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE

Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE Assurer une formation professionnelle de qualité est déterminant pour bien préparer les jeunes au monde du travail et améliorer les compétences

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

L E POINT SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL CANADIEN

L E POINT SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL CANADIEN R A PPO R T SU R L E M P L O I : L E POINT SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL CANADIEN Ministère des Finances Canada Department of Finance Canada Sa Majesté la Reine du Chef du Canada (2014) Tous droits réservés

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Qui étudie à l étranger et où? Indicateur C3

Qui étudie à l étranger et où? Indicateur C3 Qui étudie à l étranger et où? Indicateur Selon les chiffres de 2009, près de 3.7 millions d étudiants suivent une formation tertiaire dans un pays dont ils ne sont pas ressortissants. L Australie, le

Plus en détail

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE

LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE DES FILMS DE LONG MÉTRAGE BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU FÉVRIER 202, N 7 Cette fiche d information de l ISU présente les dernières données de l enquête sur les films de long

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Département reconnaissance des diplômes Centre ENIC-NARIC France Module 1 première partie Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Projet ERASMUS+ «Appui à l utilisation des outils de mobilité

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Offre Entreprises. Colissimo. Solution d affranchissement en ligne. Tarifs applicables au 1 er mars 2012

Offre Entreprises. Colissimo. Solution d affranchissement en ligne. Tarifs applicables au 1 er mars 2012 Offre Entreprises Colissimo Solution d affranchissement en ligne s applicables au 1 er mars 2012 OFFRE Nationale Colissimo Access F Livraison en boîte à lettres* Colissimo Expert F Colissimo Services F

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

De succès dans l internationalisation des entreprises

De succès dans l internationalisation des entreprises De succès dans l internationalisation des entreprises Présence Internationale 50 Pays Afrique du Sud Algérie Allemagne Angola Arabie Saoudite Argentine Autriche Azerbaïdjan Belgique Brésil Bulgarie Canada

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

La crise et son impact sur les migrations et l emploi des immigrés

La crise et son impact sur les migrations et l emploi des immigrés Société et culture Migrations La crise et son impact sur les migrations et l emploi des immigrés 292 Med.2010 Bilan Jean-Christophe Dumont Administrateur principal dans la Division des migrations internationales

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa

Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe. Pays dont les ressortissants sont dispensés de visa Pays dispensés de visa et dérogations à l obligation de visa caraïbe Pour la zone caraïbe du Royaume des Pays-Bas, soit : les éléments territoriaux d Aruba, de Curaçao et de Saint-Martin, et les Pays-Bas

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

L'OCDE en graphiques

L'OCDE en graphiques Extrait de : L'OCDE en chiffres 2007 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/oif-2007-fr L'OCDE en graphiques Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2008), «L'OCDE en graphiques»,

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE 12 Février 2014 FRÉQUENTATION TOURISTIQUE En février 2014, 12 410 touristes ont visité la Polynésie française, soit une hausse de 11 % par rapport à février 2013. Le nombre de touristes originaires d Asie

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT

RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT RENFORCEZ VOS EQUIPES CONFIEZ VOS RECRUTEMENTS A UN EXPERT Hays Finance & Comptabilité UNE PRESENCE MONDIALE 32 Pays 247 Bureaux 8 000 salaries dont 1 000 en finance & comptabilite UNE PRESENCE NATIONALE

Plus en détail

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE Conseil d orientation pour l emploi L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE L EMPLOI DEPUIS LA CRISE : UNE APPROCHE INTERNATIONALE Mai 2012 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 7 1 Première partie : Des évolutions du chômage

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

Colissimo Colissimo. Offre Entreprises. Solution d Affranchissement en ligne

Colissimo Colissimo. Offre Entreprises. Solution d Affranchissement en ligne Renseignez-vous auprès de votre conseiller commercial habituel et sur le site Internet : www.colissimo.fr/entreprises* *Consultation gratuite hors coûts de connexion et de communication selon l opérateur

Plus en détail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Plus en détail

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus*

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus* Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats Vincent Marcus* En 2003, le salaire brut annuel moyen d un travailleur à temps complet de l industrie ou des services s

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Sondage sur la pénurie des talents Résultats mondiaux 2008

Sondage sur la pénurie des talents Résultats mondiaux 2008 Offre Demande Sondage sur la pénurie talents Résultats mondiaux 2008-1 - Résultats 2008 du sondage sur la pénurie talents Manpower Inc. (NYSE: MAN) a interrogé plus de 42 500 employeurs dans 32 pays et

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009)

PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS. REGIME DE CIRCULATION TRANSFRONTIERE POUR LA POLYNESIE FRANCAISE (mis à jour le 06/08/2009) PAYS DISPENSE DE VISA EN MOIS non soumis au régime général de l'obligation de visa Franchise 3 mois Franchise 1 mois ALLEMAGNE *** ANDORRE ARGENTINE AUSTRALIE AUTRICHE *** BELGIQUE *** BRESIL BRUNEI BOLIVIE

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D

INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D INVESTISSEMENTS MONDIAUX EN R-D BULLETIN D'INFORMATION DE L'ISU DECEMBRE 2012, N 22 Ce bulletin d information présente les dernières données de l ISU sur la science et la technologie disponibles en octobre

Plus en détail