Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?"

Transcription

1 Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le sont pas. Un niveau de formation plus élevé améliore les perspectives d emploi en général et augmente la probabilité de garder son emploi en temps de crise économique. Les taux d emploi varient davantage entre les hommes et les femmes parmi les individus dont le niveau de formation est moins élevé. Graphique.1. Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation (2009) % Tertiaire 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Inférieur au 2 e cycle du secondaire Norvège Suisse Slovénie Islande Suède Pays-Bas Danemark Portugal Autriche Allemagne Brésil Pologne Luxembourg Royaume-Uni Finlande Rép. tchèque Australie Belgique Nouvelle-Zélande Moyenne France Rép. slovaque Estonie Israël Grèce Irlande Canada Mexique Espagne États-Unis Japon Italie Hongrie Chili Corée Turquie Les pays sont classés par ordre décroissant du taux d'emploi parmi les diplômés de l'enseignement tertiaire. Source :. Tableau.3a. Voir les notes à l'annexe 3 ( Lecture du graphique Ce graphique montre la corrélation positive entre emploi et formation. Dans tous les pays, les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou post-secondaire non tertiaire sont plus susceptibles de travailler que ceux dont le niveau de formation est inférieur, et les diplômés de l enseignement tertiaire sont plus susceptibles de travailler que les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire. Toutefois, l importance de l avantage que procurent des diplômes de ces niveaux varie selon les pays. Contexte Les économies et les marchés du travail des pays de l sont tributaires d une offre suffisante de travailleurs qualifiés. Les indicateurs de la situation sur le marché du travail selon le niveau de formation montrent dans quelle mesure l offre de compétences est en adéquation avec la demande. Toutefois, la plupart des formations s inscrivent dans une optique d investissement à long terme, alors que la demande de compétences peut évoluer très rapidement sur le marché du travail. La récente crise économique a accéléré le rythme de cette évolution. Les statistiques relatives à la main-d œuvre, par exemple le pourcentage d actifs occupés à temps plein et les taux d emploi et de chômage en fonction du niveau de formation, reflètent ce bouleversement intervenu récemment dans la demande de compétences. Elles sont très pertinentes pour les décideurs politiques, dans la mesure où elles les éclairent sur l offre actuelle et à venir de compétences à la disposition du marché du travail, et sur la demande de compétences. 126 Regards sur l éducation 2011

2 De même, l évolution de la situation sur le marché du travail au fil du temps est une bonne base pour identifier l évolution à long terme du taux d emploi et du risque de chômage selon le niveau de formation des individus. Indicateur Autres faits marquants En moyenne, dans les pays de l, 84 % des diplômés de l enseignement tertiaire travaillent. Dans l ensemble, le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire est supérieur de 27 points de pourcentage à celui des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. Les individus peu qualifiés sont plus susceptibles d être soit inactifs, soit au chômage. Chez les hommes, en moyenne, dans les pays de l, la probabilité d être au chômage est deux fois plus élevée parmi ceux qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire que parmi ceux qui le sont, et près de trois fois plus élevée que parmi les diplômés de l enseignement tertiaire. La probabilité qu ont les hommes de travailler est supérieure de 21 points de pourcentage à celle des femmes parmi les individus qui ne sont pas titulaires d un diplôme de fin d études secondaires, mais de 9 points de pourcentage seulement parmi les plus qualifiés. Le taux d emploi à temps plein augmente généralement avec le niveau de formation. Le pourcentage d individus qui travaillent à temps plein est supérieur de 10 points de pourcentage parmi les diplômés de l enseignement tertiaire à celui enregistré chez les individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. La Finlande, le Portugal et le Royaume-Uni ont réussi à concilier des taux d emploi élevés et une incidence élevée du travail à temps plein chez les diplômés de l enseignement tertiaire. Le marché du travail est favorable aux jeunes (âgés de 25 à 34 ans) diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle de l enseignement secondaire par comparaison avec l ensemble de la population active (soit les individus âgés de 25 à 64 ans). En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage de ces jeunes est légèrement plus élevé (1.9 point de pourcentage) mais, à niveau de formation égal en filière professionnelle, leur taux d emploi est supérieur de 3.4 points de pourcentage à celui des ans. Tendances Dans l ensemble, l éducation est une bonne protection contre le chômage et améliore la probabilité de garder son emploi en temps de crise économique. En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire est resté inférieur ou égal à 4 %, celui des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire est resté sous la barre des 7 %, mais celui des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire a franchi plusieurs fois la barre des 10 % entre 1997 et Les dernières données en date suggèrent que ces tendances ne sont pas inhabituelles. Selon les chiffres de 2009, en moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage s établit à 4.4 % chez les diplômés de l enseignement tertiaire, à 6.8 % chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et à 11.5 % chez les individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire. Regards sur l éducation

3 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Analyse Taux d emploi Plus le niveau de formation augmente, plus la probabilité de compter parmi les actifs et de travailler augmente. Ce phénomène s explique non seulement par le fait que les plus qualifiés sont plus concurrentiels sur le marché du travail, mais aussi par le fait que les individus plus instruits, qui ont investi davantage dans la constitution de leur capital humain, cherchent par la suite à valoriser cet investissement. Dans les pays de l, les taux d emploi augmentent avec le niveau de formation chez les hommes et chez les femmes : en moyenne, les taux d emploi masculins et féminins s établissent respectivement à 70.1 % et 48.9 % chez ceux dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire et à 88.6 % et 80.0 % chez les diplômés de l enseignement tertiaire de type A (largement théorique). Les taux d emploi des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire sont particulièrement faibles. Ils sont inférieurs à 40 % au Chili, en Hongrie, en Pologne, en République slovaque, en République tchèque, au Royaume-Uni et en Turquie. Les taux d emploi des femmes titulaires d un diplôme de fin d études tertiaires de type A sont égaux ou supérieurs à 75 % dans tous les pays, sauf au Chili, en Corée, en Italie, au Japon, au Mexique et en Turquie, mais ils restent partout inférieurs à ceux des hommes (voir le tableau.1a). Les taux d emploi globaux varient entre les pays non seulement en fonction du niveau de formation, mais également en fonction du taux d emploi des femmes. Les pays qui affichent les taux d emploi les plus élevés dans la population âgée de 25 à 64 ans l Islande, la Norvège, la Suède et la Suisse sont aussi ceux où les taux d emploi des femmes sont parmi les plus élevés (voir le tableau.1a). Toutefois, les taux d emploi augmentent sensiblement avec l élévation du niveau de formation et les écarts de taux d emploi entre les hommes et les femmes se comblent à mesure que le niveau de formation augmente. Les écarts de taux d emploi entre les hommes et les femmes titulaires d un diplôme de fin d études tertiaires de type A ne représentent pas plus de 5 points de pourcentage au Canada, au Danemark, en Islande, en Norvège, aux Pays-Bas, au Portugal, en Slovénie et en Suède. L écart de taux d emploi entre les femmes selon leur niveau de formation est particulièrement marqué en faveur des diplômées de l enseignement tertiaire en Belgique, en Hongrie, en Irlande, en Israël, en Italie, en Pologne, en République slovaque, en Slovénie et en Turquie. Il est supérieur de 40 points de pourcentage au moins à celui des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle du secondaire (voir le tableau.3c disponible en ligne). De même, chez les hommes âgés de 25 à 64 ans, l écart de taux d emploi est particulièrement grand entre ceux qui sont diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et ceux qui ne le sont pas (voir le tableau.3b disponible en ligne). Des changements importants sont intervenus l année dernière dans le taux d emploi selon les différents niveaux de formation. Les écarts de taux d emploi entre les niveaux de formation ont continué à se réduire légèrement jusqu en Toutefois, comme les perspectives professionnelles des individus moins instruits dépendent plus de l évolution de la conjoncture économique, les écarts ont recommencé à se creuser. En moyenne, dans les pays de l, le taux d emploi a régressé entre 2008 et 2009 de 2.1 points de pourcentage chez les individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire (56.0 %), de 1.9 point de pourcentage chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire (74.2 %) et de 1 point de pourcentage chez les diplômés de l enseignement tertiaire (83.6 %) (voir le graphique.1). Les taux de chômage diminuent avec l élévation du niveau de formation Les perspectives d emploi des individus dépendent à la fois de la demande sur le marché du travail et de l offre de main-d œuvre aux différents niveaux de qualification. Les taux de chômage sont donc révélateurs du degré d adéquation entre la production de compétences par les systèmes d éducation et la demande de compétences sur le marché du travail. Les individus moins qualifiés sont particulièrement exposés au risque de marginalisation économique, car ils sont plus susceptibles d être inactifs et ont moins de chances de trouver un emploi, même s ils en cherchent un activement. 128 Regards sur l éducation 2011

4 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Le tableau.2a montre les taux de chômage des hommes et des femmes à différents niveaux de formation. En moyenne, dans les pays de l, les taux de chômage diminuent avec l élévation du niveau de formation, tant chez les hommes que chez les femmes. Les taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire de type A restent inférieurs à 4 % dans de nombreux pays de l (4.1 % chez les hommes et 4.4 % chez les femmes, en moyenne). Les taux de chômage des hommes et des femmes dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire sont supérieurs à 10 % dans la plupart des pays (12.0 % chez les hommes et 12.3 % chez les femmes, en moyenne). Dans de nombreux pays, ces taux sont supérieurs à 15 %. Les hommes et les femmes qui n ont pas terminé leurs études secondaires sont particulièrement vulnérables en Estonie, en République slovaque et en République tchèque, où leur taux de chômage atteint ou passe la barre des 20 %. Il en va de même pour les femmes en Espagne et en Turquie, et pour les hommes en Hongrie. L année dernière, les taux d emploi ont fortement chuté chez les individus peu instruits et qui plus est, les écarts de taux de chômage se sont sensiblement creusés entre les niveaux de formation. Le graphique.2 montre l impact de la crise économique sur les taux de chômage en Graphique.2. Variation du taux de chômage, selon le niveau de formation ( ) Espagne Estonie Turquie Irlande Rép. slovaque États-Unis Grèce Hongrie Portugal Canada Finlande Israël Allemagne Chili Pologne Brésil France Moyenne Belgique Suède Japon Italie Slovénie Rép. tchèque Danemark Mexique Australie Nouvelle-Zélande Corée Autriche Royaume-Uni Luxembourg Suisse Pays-Bas Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Espagne Estonie Turquie Irlande Rép. slovaque États-Unis Grèce Hongrie Portugal Canada Finlande Israël Allemagne Chili Pologne Brésil France Moyenne Belgique Suède Japon Italie Slovénie Rép. tchèque Danemark Mexique Australie Nouvelle-Zélande Corée Autriche Royaume-Uni Luxembourg Suisse Pays-Bas Norvège Points de pourcentage Points de pourcentage Points de pourcentage Les pays sont classés par ordre décroissant du taux de chômage de 2009 des diplômés du deuxième cycle de l'enseignement secondaire ou de l'enseignement post-secondaire non tertiaire. Source :. Tableau.4a. Voir les notes à l'annexe 3 ( Regards sur l éducation

5 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage À de rares exceptions près, les taux de chômage ont augmenté dans toutes les catégories d actifs, mais dans une mesure moindre chez les individus plus instruits. Ils ont augmenté de 2.8 points de pourcentage chez les individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire, de 2 points de pourcentage chez les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et de 1.1 point de pourcentage chez les diplômés de l enseignement tertiaire. Les individus moins instruits ont particulièrement souffert de la récession en Espagne, en Estonie, aux États-Unis et en Irlande, où le taux de chômage des individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire a progressé de plus de 5 points de pourcentage, à un rythme plus de deux fois plus rapide que celui des diplômés de l enseignement tertiaire. Même les diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ont vu leurs perspectives professionnelles se dégrader entre 2008 et La situation défavorable sur le marché du travail a entraîné une hausse du chômage des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire en Espagne, en Estonie, en Irlande et en Turquie, où les taux sont supérieurs à 10 % dans cette catégorie. Les taux de chômage des diplômés de l enseignement tertiaire restent inférieurs à 10 % dans tous les pays. En moyenne, dans les pays de l, le taux de chômage des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire reste toutefois inférieur d un peu moins de 5 points de pourcentage à celui des individus qui ne sont pas diplômés de ce niveau d enseignement. N avoir pas obtenu ce diplôme n entraîne pas de risque accru de chômage qu au Brésil, au Chili, en Corée, en Grèce et au Mexique (voir le tableau.4a). En moyenne, dans les pays de l, les actifs de sexe masculin âgés de 25 à 64 ans dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire courent près de deux fois plus de risques d être au chômage que les diplômés de ce niveau d enseignement et près de trois fois plus de risques que les diplômés de l enseignement tertiaire (voir le tableau.4b disponible en ligne). La relation négative entre le taux de chômage et le niveau de formation est comparable chez les femmes, même si elle est légèrement moins marquée (voir le tableau.4c disponible en ligne). En règle générale, les pays où les taux de chômage sont élevés sont aussi ceux où une grande partie de la population ne compte pas au nombre des actifs (voir les tableaux.3a et.4a). La réinsertion professionnelle est souvent un processus particulièrement difficile pour ceux qui sont restés en dehors du marché du travail pendant une longue période, à cause de l obsolescence de leurs compétences et d autres obstacles. De nombreux emplois supprimés ne seront pas recréés lorsque l économie renouera avec la croissance, en particulier dans le segment des moins qualifiés. À l heure où moins de 60 % des individus dont le niveau de formation est inférieur au deuxième cycle de l enseignement secondaire travaillent et où plus de 10 % d entre eux sont au chômage dans les pays de l (voir les tableaux.3a et.4a), rares sont les pays qui peuvent se permettre de négliger la question de l éducation et de la formation pour améliorer les perspectives professionnelles de ce groupe d individus. Quand les emplois se font rares, le prix à payer pour améliorer la formation des individus est moins élevé, tant au niveau individuel que collectif, car les coûts d opportunité sont souvent négligeables. De nombreux pays ont donc tout intérêt à investir dans l éducation et la formation, et à préparer la main-d œuvre aux nouveaux emplois qui seront créés après la crise. Il est donc crucial que les systèmes d éducation saisissent cette occasion de demande forte et de coût d investissement peu élevé, et améliorent l accessibilité et la dotation des établissements d enseignement. L offre de main-d œuvre augmente avec le niveau de formation Une partie substantielle de la main-d œuvre travaille au ralenti dans de nombreux pays à cause de la crise économique, alors que l exploitation des compétences à la disposition du marché du travail est à la clé de la croissance économique à long terme. Soucieux de répondre à la demande, de nombreux pays de l ont investi massivement dans l enseignement supérieur au cours des dernières décennies. Il est crucial qu ils exploitent pleinement ces ressources pour tirer parti de leur avantage. Le graphique.3 indique le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire et leur taux d emploi pour montrer l investissement global dans la production de compétences de haut niveau et l exploitation de ces compétences dans les différents pays. 130 Regards sur l éducation 2011

6 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Graphique.3. Acquisition et utilisation des compétences, population âgée de 25 à 64 ans diplômée de l enseignement tertiaire (2009) Taux d'emploi des diplômés de l'enseignement tertiaire (en %) 91 Norvège 88 Slovénie Suisse Islande Danemark Suède Portugal Autriche Pays-Bas Brésil République tchèque République slovaque Mexique Pologne Grèce Allemagne Moyenne France Espagne Luxembourg Belgique Australie Finlande Royaume-Uni Nouvelle-Zélande Estonie Israël Irlande Canada États-Unis 79 Italie Hongrie Japon Chili 76 Corée Turquie Proportion de diplômés de l'enseignement tertiaire dans la population (en %) Source :, tableaux.3a et A1.3a. Voir les notes à l annexe 3 ( Au Danemark, en Islande, en Norvège, aux Pays-Bas, en Suède et en Suisse, le marché du travail se caractérise par la présence de nombreux diplômés de l enseignement tertiaire et par un taux d emploi élevé parmi ces derniers. Il est frappant de constater que de nombreux pays où le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire est élevé comptent aussi parmi ceux où ces individus sont, en termes relatifs, plus lourdement imposés en moyenne (voir l indicateur A11). Le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est élevé aussi en Corée, aux États-Unis et au Japon, mais leur taux d emploi est nettement inférieur à celui qui s observe dans les pays en tête du classement. Le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est nettement inférieur en Allemagne, en Autriche, au Portugal et en Slovénie, mais leur taux d emploi est plus élevé dans ces quatre pays que dans les trois pays précédents. Enfin, le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire est peu élevé au Chili, en Hongrie, en Italie et en Turquie, où leur taux d emploi est également peu élevé. Dans l ensemble, les actifs instruits pourraient être mieux exploités. En moyenne, dans les pays de l, plus de 15 % des individus diplômés de l enseignement tertiaire ne travaillent pas et constituent, à ce titre, une source Regards sur l éducation

7 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage de croissance inexploitée. Il n y a pas, en soi, de relation entre le pourcentage de diplômés de l enseignement tertiaire et leur taux d emploi dans les pays de l, ce qui donne à penser que d autres facteurs que l offre d actifs plus instruits, tels que la fiscalité et la politique sociale, expliquent les écarts de taux d emploi. Analyser les pourcentages d actifs occupés à temps plein permet de rendre compte de l exploitation de la maind œuvre sous un autre angle dans les différents pays. Le graphique.4 montre la répartition des actifs occupés à temps plein entre les niveaux de formation. Le pourcentage d actifs occupés à temps plein varie sensiblement entre les pays, mais aussi entre les niveaux de formation dans la plupart des pays. La prévalence du travail à temps plein augmente généralement avec le niveau de formation. En moyenne, dans les pays de l, les actifs occupés à temps plein représentent 66 % des individus qui ne sont pas diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire, 72 % des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et 75 % des diplômés de l enseignement tertiaire. L accroissement du pourcentage d actifs occupés à temps plein s explique en grande partie par l augmentation du pourcentage de femmes qui travaillent parmi les individus dont le niveau de formation est plus élevé (voir le tableau.5). La prévalence du travail à temps plein varie fortement entre les pays et, dans une moindre mesure, entre les niveaux de formation. En Corée, en Estonie, en Finlande et au Portugal, le travail à temps plein est la norme (90 %), quel que soit le niveau de formation. Aux Pays-Bas et en République tchèque, la moitié seulement des actifs travaillent à temps plein. La corrélation entre le taux d emploi des diplômés de l enseignement tertiaire et la prévalence du travail à temps plein dans leur catégorie suggère que la flexibilité accrue du temps de travail encourage plus d actifs, en particulier de sexe féminin, à travailler. Graphique.4. Répartition de la population âgée de 25 à 64 ans par tranche de revenus du travail, selon le niveau de formation (2009 ou année de référence indiquée) % Actifs occupés percevant des revenus du travail à temps plein CITE 0/1/2 CITE 3/4 CITE 5/6 Actifs occupés percevant des revenus du travail à temps partiel et individus sans revenus CITE 0/1/2 CITE 3/4 CITE 5/6 0 Australie Autriche Brésil Canada Rép. tchèque Danemark Estonie Finlande France Allemagne Grèce Hongrie Irlande Les pays sont classés par ordre alphabétique de leur nom en anglais. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Tableau.5. Voir les notes à l annexe 3 ( Israël Italie Corée Luxembourg Pays-Bas Nouvelle-Zélande Portugal Rép. slovaque Espagne Suède Royaume-Uni États-Unis Moyenne 132 Regards sur l éducation 2011

8 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Toutefois, comme cette corrélation n explique que 20 % de la variation entre les pays, d autres politiques et normes s avèrent plus déterminantes pour l offre globale de main-d œuvre dans le segment supérieur de compétence. À titre d exemple, la Finlande, le Portugal et le Royaume-Uni ont réussi à allier des taux d emploi élevés et une forte prévalence du travail à temps plein chez les diplômés de l enseignement tertiaire (voir les tableaux.3a et.5). La situation au regard de l emploi selon la filière générale ou professionnelle d enseignement L adéquation entre l offre et la demande de compétences ne se limite pas au niveau de formation, elle se rapporte aussi à la spécificité des compétences acquises dans le système d éducation. La formation professionnelle vise à transmettre aux individus des compétences spécifiques à une profession ou à un secteur d activité qu ils pourront valoriser sur le marché du travail. Ce type de spécialisation a le mérite de mieux répondre à la demande de compétences spécifiques sur le marché du travail et, de ce fait, réduit les besoins d initiation des nouvelles recrues et accroît leur productivité immédiate, voire leur productivité à long terme. Le revers de la médaille réside dans le fait que les compétences acquises ne sont pas nécessairement valorisables longtemps, lorsque la demande évolue rapidement. Pour cette raison, la formation professionnelle est souvent conçue en étroite coopération avec les employeurs et d autres acteurs du marché du travail. Le système de formation professionnelle varie fortement entre les pays, tout comme la façon de définir le concept de formation professionnelle. Les comparaisons internationales sont donc moins précises que dans les autres catégories de la CITE, un aspect à garder présent à l esprit lors de la comparaison de la prévalence et du rendement de la formation professionnelle entre les pays de l (voir également l encadré A1.1 dans l indicateur A1 pour une analyse d autres aspects en rapport avec la comparabilité). Le tableau.6 compare pour la première fois la situation au regard de l emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire et de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle et en filière générale. Graphique.5. Comparaison du pourcentage de diplômés de la filière professionnelle et de leur taux de chômage entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans (2009) Différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans Points de pourcentage 15 Différence de taux de chômage entre la population diplômée de la filière professionnelle âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans Portugal Grèce Italie Turquie Belgique Pays-Bas Autriche Espagne Irlande Corée Nouvelle-Zélande Australie Moyenne Slovénie Canada Finlande Rép. slovaque France Hongrie Israël Luxembourg Rép. tchèque Danemark Allemagne Suisse Estonie Suède Islande Pologne Norvège Les pays sont classés par ordre décroissant de la différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre la population âgée de 25 à 34 ans et celle âgée de 25 à 64 ans. Source :. Collecte de données spéciale sur la formation professionnelle du réseau LSO, Groupe de travail sur l'apprentissage et la transition sur le marché du travail. Tableau.6. Voir les notes à l'annexe 3 ( Regards sur l éducation

9 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Le pourcentage d individus âgés de 25 à 64 ans diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle varie sensiblement selon les pays. C est le niveau de formation le plus élevé atteint par plus de 70 % des adultes en République slovaque et en République tchèque. Par contraste, moins de 10 % des adultes présentent ce profil spécifique de compétence en Espagne, en Irlande et en Turquie. La variation de ce pourcentage entre les pays s explique en grande partie par l importance du deuxième cycle de l enseignement secondaire par rapport à d autres niveaux d enseignement, en particulier l enseignement tertiaire. En moyenne, dans les pays de l, 31 % des adultes sont diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle ; ce pourcentage est légèrement inférieur chez les jeunes adultes (30 %). L évolution du pourcentage de diplômés de la filière professionnelle chez les jeunes adultes varie entre les pays. Le graphique.5 montre la différence de pourcentage de diplômés de la filière professionnelle entre les ans et les ans ainsi que la variation du taux de chômage entre ces deux groupes. Les jeunes adultes diplômés de la filière professionnelle s en sortent bien sur le marché du travail par comparaison avec les individus âgés de 25 à 64 ans ayant le même niveau de formation. Par comparaison avec la population active, leur taux moyen de chômage est à peine plus élevé (1.9 point de pourcentage de plus), dénotant une transition relativement aisée de l école au monde du travail. Toujours par comparaison avec la population active, leur taux de chômage est légèrement plus élevé (supérieur de plus de 3 points de pourcentage) en Estonie, en France, en Irlande et en Italie, mais légèrement moins élevé (inférieur de 0.5 point de pourcentage) au Canada et aux Pays-Bas. Les jeunes adultes qui sont diplômés de la filière professionnelle du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire sont relativement peu nombreux en Islande, en Norvège et en Pologne, tandis que leur nombre s accroît en Grèce, en Italie et au Portugal. Par comparaison avec la population active à niveau de formation égal, leur taux de chômage ne semble pas en corrélation avec l expansion ou la réduction du système de formation professionnelle, ce qui donne à penser que l évolution de l effectif de diplômés de la filière professionnelle qui s observe dans chaque pays s explique en grande partie par l évolution de la demande sur le marché du travail. L hypothèse selon laquelle c est la demande sur le marché du travail qui intervient dans les choix de formation des jeunes adultes est également étayée par la relation positive entre le pourcentage de diplômés de la filière professionnelle (niveaux 3 et 4 de la CITE) chez les ans et l écart de taux d emploi entre ces derniers et les diplômés de la filière générale (coefficient égal à 0.45). Chez les diplômés de la filière professionnelle, les taux de chômage sont peu élevés et les taux d emploi sont également supérieurs de 3.4 points de pourcentage à ceux des ans ayant le même niveau de formation. Parmi les jeunes adultes, les diplômés de la filière professionnelle affichent aussi des taux d emploi nettement supérieurs (8.5 points de pourcentage) à ceux des diplômés de la filière générale, ce qui montre qu investir dans la formation professionnelle est rentable dans la plupart des pays. L analyse de ces données récentes révèle par ailleurs que la situation au regard de l emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) en filière professionnelle dépend de l accès des diplômés de la filière générale à l enseignement tertiaire. Il existe une forte corrélation positive entre l accès à l enseignement tertiaire (niveaux 5 et 6 de la CITE) dont l indicateur est le pourcentage de diplômés de la filière générale du deuxième cycle de l enseignement secondaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) qui y accèdent et le taux d emploi des diplômés de la filière professionnelle. Cette corrélation explique plus d un tiers de la variation, entre les pays, des taux d emploi chez les ans : plus les diplômés de la filière générale accédant à l enseignement tertiaire sont nombreux, plus les taux d emploi des diplômés du deuxième cycle de l enseignement secondaire ou de l enseignement post-secondaire non tertiaire en filière professionnelle augmentent. Cette corrélation reflète vraisemblablement le fait que les diplômés de 134 Regards sur l éducation 2011

10 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A la filière professionnelle sont moins concurrencés sur le marché du travail à ce niveau de compétence ou que les compétences pratiques spécifiques à des professions ou à des secteurs d activité sont complémentaires des compétences de haut niveau. La corrélation est plus forte dans l ensemble de la population que chez les ans, ce qui donne à penser que ces dernières années, l enseignement tertiaire est devenu plus accessible aux diplômés de la filière professionnelle. L amélioration de la comparabilité internationale de cette catégorie de la CITE contribuera à accroître la précision des estimations et ouvrira la voie à des analyses plus approfondies. Définitions Les concepts et les définitions des indicateurs de la situation au regard de l emploi ont été élaborés par l Organisation internationale du travail (OIT) et les Conférences des statisticiens du travail (OIT, 1982). Cet ensemble de références fait à présent l objet d un consensus. Les actifs occupés sont les personnes qui, durant la semaine de référence : i) ont effectué un travail d une durée d une heure au moins moyennant un salaire (travailleurs salariés) ou en vue d un bénéfice (travailleurs non salariés et travailleurs familiaux non rémunérés) ; ou ii) avaient un emploi, mais étaient temporairement absentes de leur travail (pour cause de maladie ou d accident, de congé, de conflit de travail ou de grève, de congé-éducation ou de formation, de congé de maternité ou de congé parental, etc.). Le taux d emploi correspond au pourcentage d actifs occupés dans la population en âge de travailler. Par chômeurs, on entend les personnes sans travail et disponibles pour travailler, qui recherchent activement un emploi durant la semaine de référence des enquêtes. Le taux de chômage correspond au pourcentage de chômeurs dans la population active civile. Les données statistiques concernant Israël sont fournies par et sous la responsabilité des autorités israéliennes compétentes. L utilisation de ces données par l est sans préjudice du statut des hauteurs du Golan, de Jérusalem Est et des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie aux termes du droit international. Références D autres documents en rapport avec cet indicateur sont disponibles en ligne : Tableau.1b. Taux d emploi et niveau de formation (2009) Tableau.2b. Taux de chômage et niveau de formation (2009) Tableau.3b. Évolution du taux d emploi des hommes âgés de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Tableau.3c. Évolution du taux d emploi des femmes âgées de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Tableau.4b. Évolution du taux de chômage des hommes, selon le niveau de formation ( ) Tableau.4c. Évolution du taux de chômage des femmes, selon le niveau de formation ( ) Regards sur l éducation

11 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.1a. [1/2] Taux d emploi et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Australie Hommes a Femmes a Autriche Hommes x(2) Femmes x(2) Belgique Hommes a Femmes a Canada Hommes a x(5) Femmes a x(5) Chili Hommes x(2) 83.2 x(5) a Femmes x(2) 36.6 x(5) a Rép. tchèque Hommes c 55.4 a x(5) x(8) Femmes c 39.6 a x(5) x(8) Danemark Hommes Femmes Estonie Hommes c 55.1 a Femmes c 42.8 a Finlande Hommes a a Femmes a a France Hommes a c Femmes a c Allemagne Hommes a Femmes a Grèce Hommes Femmes Hongrie Hommes a Femmes a Islande Hommes Femmes c Irlande Hommes a Femmes a Israël Hommes a a Femmes a a Italie Hommes Femmes Japon Hommes x(5) x(5) x(5) x(5) 85.8 a Femmes x(5) x(5) x(5) x(5) 60.8 a Corée Hommes a a Femmes a a Luxembourg Hommes Femmes Mexique Hommes a x(5) 89.8 a x(8) Femmes a x(5) 57.7 a x(8) Pays-Bas Hommes x(4) Femmes x(4) Nouvelle-Zélande Hommes x(2) Femmes x(2) Norvège Hommes c 70.6 a Femmes c 62.3 a Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

12 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.1a. [2/2] Taux d emploi et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Pologne Hommes x(2) 53.4 a x(8) Femmes x(2) 31.0 a x(8) Portugal Hommes x(5) x(5) x(8) Femmes x(5) x(5) x(8) Rép. slovaque Hommes c 42.0 x(4) x(5) Femmes c 27.1 x(4) x(5) Slovénie Hommes a a Femmes a a Espagne Hommes a Femmes a c Suède Hommes a x(5) Femmes a x(5) Suisse Hommes Femmes Turquie Hommes a a x(8) Femmes a a x(8) Royaume-Uni Hommes c c Femmes c États-Unis Hommes x(5) x(5) 72.9 x(5) Femmes x(5) x(5) 64.8 x(5) Moyenne Hommes Femmes Moyenne UE21 Hommes Femmes Autres G20 Argentine m m m m m m m m m Brésil Hommes x(5) x(5) 88.8 a x(8) Femmes x(5) x(5) 67.7 a x(8) Chine m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

13 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.2a. [1/2] Taux de chômage et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Australie Hommes a Femmes a Autriche Hommes x(2) 10.8 c c Femmes x(2) 7.4 c c Belgique Hommes a c Femmes a c Canada Hommes a x(5) Femmes a x(5) Chili Hommes x(2) 5.8 x(5) a Femmes x(2) 6.3 x(5) a Rép. tchèque Hommes c 23.0 a x(8) x(8) Femmes c 21.0 a x(8) x(8) Danemark Hommes Femmes c Estonie Hommes c 23.9 a Femmes c 22.5 a c Finlande Hommes a a 8.3 c Femmes a a 7.3 c France Hommes a c Femmes a c Allemagne Hommes a Femmes a Grèce Hommes Femmes c Hongrie Hommes a c Femmes a c Islande Hommes c 10.5 c c c c c c 6.7 Femmes c c c c c c c c 4.4 Irlande Hommes c a Femmes c a Israël Hommes a a Femmes a a Italie Hommes Femmes c Japon Hommes x(5) x(5) x(5) x(5) 6.4 a Femmes x(5) x(5) x(5) x(5) 5.3 a Corée Hommes a a Femmes a a Luxembourg Hommes 6.8 c c c Femmes 7.5 c c c Mexique Hommes a a Femmes a a Pays-Bas Hommes x(4) Femmes x(4) Nouvelle-Zélande Hommes x(2) Femmes x(2) c Norvège Hommes c 5.7 a 1.9 c c c Femmes c c a c c c c Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

14 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.2a. [2/2] Taux de chômage et niveau de formation, selon le sexe (2009) Pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation et le sexe Préprimaire et primaire Premier cycle du secondaire CITE 3C court Deuxième cycle du secondaire Postsecondaire CITE 3C long et 3B CITE 3A non tertiaire Type B Tertiaire Type A et programmes de recherche de haut niveau Tous niveaux de formation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) Pologne Hommes x(2) 13.2 a x(8) Femmes x(2) 15.0 a x(8) Portugal Hommes x(5) x(5) 6.5 c x(8) Femmes x(5) x(5) 9.8 c x(8) Rép. slovaque Hommes x(4) a c Femmes c 37.3 x(4) a c Slovénie Hommes a a Femmes a a Espagne Hommes a c Femmes a c Suède Hommes a x(5) Femmes a x(5) Suisse Hommes c 7.1 c 3.2 c c c Femmes c 8.4 c 3.0 c c c Turquie Hommes a x(8) x(8) Femmes a x(8) x(8) Royaume-Uni Hommes c c Femmes c c États-Unis Hommes x(5) x(5) 11.5 x(5) Femmes x(5) x(5) 7.7 x(5) Moyenne Hommes Femmes Moyenne UE21 Hommes Femmes Autres G20 Argentine m m m m m m m m m Brésil Hommes x(5) x(5) 5.0 a x(8) Femmes x(5) x(5) 9.7 a x(8) Chine m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m Source :. Voir la description des niveaux de la CITE-97 et des niveaux de la CITE-97 reportés par pays ainsi que les sources nationales des données à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

15 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.3a. [1/2] Évolution du taux d emploi dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Australie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autriche Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Belgique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Canada Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Chili Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Rép. tchèque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Danemark Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Estonie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Finlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire France Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Allemagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Grèce Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Hongrie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Islande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Irlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Israël Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Italie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Japon Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Corée Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Luxembourg Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m Tertiaire m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

16 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.3a. [2/2] Évolution du taux d emploi dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage d actifs occupés dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Mexique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pays-Bas Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Nouvelle-Zélande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pologne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Portugal Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Rép. slovaque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Slovénie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Espagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suède Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suisse Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Turquie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Royaume-Uni Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire États-Unis Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne UE21 Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m m Brésil Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Chine m m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

17 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.4a. [1/2] Évolution du taux de chômage dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Australie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autriche Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Belgique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Canada Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Chili Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Rép. tchèque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Danemark Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Estonie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Finlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire France Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Allemagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Grèce Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Hongrie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Islande Inférieur au 2 e cycle du secondaire c c e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire 2.7 c c c c c c c c c c c 5.8 Tertiaire c c c c c c c c c c c c 3.9 Irlande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Israël Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Italie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Japon Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m 2 e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Corée Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Luxembourg Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m Tertiaire m m c c c Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

18 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.4a. [2/2] Évolution du taux de chômage dans la population âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation ( ) Variation du pourcentage de chômeurs dans la population active âgée de 25 à 64 ans, selon le niveau de formation Mexique Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pays-Bas Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m m Nouvelle-Zélande Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Norvège Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Pologne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Portugal Inférieur au 2 e cycle du secondaire m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m Tertiaire m Rép. slovaque Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Slovénie Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m Tertiaire m m m m m Espagne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suède Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Suisse Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Turquie Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Royaume-Uni Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire États-Unis Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Moyenne UE21 Inférieur au 2 e cycle du secondaire e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire Tertiaire Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m m Brésil Inférieur au 2 e cycle du secondaire m m m m m m m m m m e cycle du secondaire et post-secondaire non tertiaire m m m m m m m m m m Tertiaire m m m m m m m m m m Chine m m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m m Source :. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

19 chapitre A Les résultats des établissements d enseignement et l impact de l apprentissage Tableau.5. [1/2] Proportion d actifs rémunérés travaillant à plein temps 1 (2009 ou année de référence indiquée) Inférieur au deuxième cycle du secondaire Deuxième cycle du secondaire et postsecondaire non tertiaire Tertiaire Tous niveaux d éducation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) Australie 2009 Hommes Femmes H+F Autriche 2009 Hommes Femmes H+F Belgique m m m m m m m m m m m m Canada 2008 Hommes Femmes H+F Chili m m m m m m m m m m m m Rép. tchèque 2009 Hommes Femmes H+F Danemark 2009 Hommes Femmes H+F Estonie 2009 Hommes Femmes H+F Finlande 2009 Hommes Femmes H+F France 2006 Hommes Femmes H+F Allemagne 2009 Hommes Femmes H+F Grèce 2009 Hommes Femmes H+F Hongrie 2009 Hommes Femmes H+F Islande m m m m m m m m m m m m Irlande 2009 Hommes Femmes H+F Israël 2009 Hommes Femmes H+F Italie 2009 Hommes Femmes H+F Japon m m m m m m m m m m m m Corée 2008 Hommes Femmes H+F Luxembourg 2009 Hommes Femmes H+F Remarque : la période de référence varie d une semaine à une année. Les travailleurs non salariés sont exclus des calculs dans certains pays. Pour plus de détails, consulter l annexe Les actifs travaillant à plein temps correspondent aux individus ayant travaillé toute l année au moins 30 heures par semaine. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation 2011

20 Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur chapitre A Tableau.5. [2/2] Proportion d actifs rémunérés travaillant à plein temps 1 (2009 ou année de référence indiquée) Inférieur au deuxième cycle du secondaire Deuxième cycle du secondaire et postsecondaire non tertiaire Tertiaire Tous niveaux d éducation confondus (1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) Mexique m m m m m m m m m m m m Pays-Bas 2008 Hommes Femmes H+F Nouvelle-Zélande 2009 Hommes Femmes H+F Norvège m m m m m m m m m m m m Pologne m m m m m m m m m m m m Portugal 2009 Hommes Femmes H+F Rép. slovaque 2009 Hommes Femmes H+F Slovénie m m m m m m m m m m m m Espagne 2008 Hommes Femmes H+F Suède 2008 Hommes Femmes H+F Suisse m m m m m m m m m m m m Turquie m m m m m m m m m m m m Royaume-Uni 2009 Hommes Femmes H+F États-Unis 2009 Hommes Femmes H+F Moyenne Hommes Femmes H+F Autres G20 Argentine m m m m m m m m m m m m Brésil 2009 Hommes Femmes H+F Chine m m m m m m m m m m m m Inde m m m m m m m m m m m m Indonésie m m m m m m m m m m m m Féd. de Russie m m m m m m m m m m m m Arabie saoudite m m m m m m m m m m m m Afrique du Sud m m m m m m m m m m m m Remarque : la période de référence varie d une semaine à une année. Les travailleurs non salariés sont exclus des calculs dans certains pays. Pour plus de détails, consulter l annexe Les actifs travaillant à plein temps correspondent aux individus ayant travaillé toute l année au moins 30 heures par semaine. Source :, Groupe de travail économique du réseau LSO, collecte de données spéciale sur les revenus du travail des actifs occupés travaillant à temps plein toute l année. Voir les notes à l annexe 3 ( Regards sur l éducation

Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation?

Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation? Indicateur Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation? En moyenne, dans les pays de l OCDE, 83 % du financement des établissements d enseignement proviennent directement

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

De l école maternelle au lycée (scolarisation, environnement pédagogique et résultats dans l enquête PISA sur les tests informatisés)

De l école maternelle au lycée (scolarisation, environnement pédagogique et résultats dans l enquête PISA sur les tests informatisés) Source d informations précises et pertinentes, Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE fait figure de publication de référence sur l état de l éducation dans le monde. Elle fournit des données

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

Quels sont les montants des frais de scolarité et des aides publiques dans l enseignement tertiaire?

Quels sont les montants des frais de scolarité et des aides publiques dans l enseignement tertiaire? Indicateur Quels sont les montants des frais de scolarité et des aides publiques dans l enseignement tertiaire? Les établissements publics facturent des frais de scolarité moyens supérieurs à 1 500 USD

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version)

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version) Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Départs en retraite normale,

Plus en détail

Sous embargo jusqu au 07 décembre 2010, 11:00 Heure de Paris

Sous embargo jusqu au 07 décembre 2010, 11:00 Heure de Paris PISA 2009 Note de présentation (France) Sous embargo jusqu au 07 décembre 2010, 11:00 Heure de Paris Pour toute question, s adresser à: Éric Charbonnier, Division des indicateurs et analyses, Direction

Plus en détail

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I)

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) Summary in English Résultats du PISA 2009 : Savoirs et savoir-faire des élèves : Performance des élèves en compréhension de l'écrit, en mathématiques

Plus en détail

Disparités économiques régionales

Disparités économiques régionales Extrait de : Panorama des régions de l'ocde 2011 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/reg_glance-2011-fr Disparités économiques régionales Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Avec la récente crise qui a débuté en 2007/08, les dépenses sociales ont atteint en moyenne en 2009

Avec la récente crise qui a débuté en 2007/08, les dépenses sociales ont atteint en moyenne en 2009 ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE Les dépenses sociales des pays de l OCDE pendant la crise Maxime Ladaique, Responsable de l information statistique à la division des politiques sociales à

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Rapport final du Projet Canada

Rapport final du Projet Canada Rapport final du Projet Canada Mission possible : une prospérité durable pour le Canada Conférence Affaires et perspectives économiques 2008 Montréal, 28 novembre 2007 Mario Lefebvre, directeur, Service

Plus en détail

APERÇU Bureau canadien de l éducation internationale (BCEI) Conférence annuelle

APERÇU Bureau canadien de l éducation internationale (BCEI) Conférence annuelle APERÇU Bureau canadien de l éducation internationale (BCEI) Conférence annuelle 24 novembre 2015 Niagara Falls (Ontario) 1 Objectifs de l exposé d aujourd hui Présenter des renseignements généraux sur

Plus en détail

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-40F Le 4 juin 2004 Pendant la majeure partie du XX e siècle,

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Quel est le niveau de salaire des enseignants?

Quel est le niveau de salaire des enseignants? Quel est le niveau de salaire des enseignants? Indicateur Le salaire statutaire des enseignants ayant au moins 15 ans d exercice à leur actif s établit, en moyenne, à 38 914 USD dans l enseignement primaire,

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Le Case management formation professionnelle

Le Case management formation professionnelle Le Case management formation professionnelle Jean-Pascal Lüthi Chef de la Division formation professionnelle initiale et supérieure Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

Contrôle C8 STATISTIQUES DESCRIPTIVES (1h05) Calculatrice autorisée Répondez par des phrases. Relisez-vous! Note attendue :

Contrôle C8 STATISTIQUES DESCRIPTIVES (1h05) Calculatrice autorisée Répondez par des phrases. Relisez-vous! Note attendue : Contrôle C8 STATISTIQUES DESCRIPTIVES (1h05) Calculatrice autorisée Répondez par des phrases. Relisez-vous! Note attendue : Bon courage! Exercice n 1 (.... / 4 points) : Maths et sécurité routière : Analyse

Plus en détail

Administration électronique

Administration électronique Comité 24 Administration électronique I Depuis sa création en 1945, une des principales priorités de l ONU a été de «réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d ordre

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée OCDE - Paris, 8 avril 2015 L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit Principaux chiffres de l aide en 2014 Synthèse détaillée En 2014,

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Projections démographiques, régions et réflexion face à l avenir

Projections démographiques, régions et réflexion face à l avenir Volume 25 / Septembre 2015 Projections démographiques, régions et réflexion face à l avenir Il y a longtemps que la croissance de la population québécoise a ralenti la cadence et selon toute vraisemblance,

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Les marchés du travail au Brésil, en Chine, en Inde et en Russie

Les marchés du travail au Brésil, en Chine, en Inde et en Russie ISBN 978-92-64-03305-4 Perspectives de l emploi de l OCDE OCDE 2007 Chapitre 1 Les marchés du travail au Brésil, en Chine, en Inde et en Russie et l évolution récente et les perspectives des marchés du

Plus en détail

information Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l Australie, la France et l Allemagne, principaux pays d accueil des étudiants mobiles

information Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l Australie, la France et l Allemagne, principaux pays d accueil des étudiants mobiles note d information Enseignement supérieur & Recherche 16.03 JUIN En 2012-2013, dans la zone OCDE, près de 3 millions d étudiants sont scolarisés en dehors de leur pays d origine. La mobilité internationale

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Actualité & tendances n 16 Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices 20 octobre 2014 1 CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Sommaire 1. Actualité

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe. http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES 2 RECOMMANDATION DU CONSEIL RELATIVE À UN ACCÈS ÉLARGI ET UNE EXPLOITATION PLUS EFFICACE CONCERNANT LES INFORMATIONS DU ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE est un forum unique

Plus en détail

Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel

Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel COE Séance du 17 décembre 2013 Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel Antoine Magnier DARES 1 Plan I. Stock et flux de CDD et missions d intérim Part des contrats temporaires

Plus en détail

NEWSLETTER MARCHÉ OLÉICOLE Nº 92 mars 2015

NEWSLETTER MARCHÉ OLÉICOLE Nº 92 mars 2015 CONSOMMATION MONDIALE D OLIVES DE TABLE La consommation mondiale d olives de table a été multipliée par 2,7 au cours des 25 dernières années, augmentant de 169,4 % durant la période 1990/91-2014/15. Dans

Plus en détail

Introduction. Table des matières I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble. I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble

Introduction. Table des matières I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble. I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble Mieux comprendre l école de demain Dix années d éducation dans le monde Rencontres internationales, 7-9 avril 25, Revue internationale d éducation de Sèvres, CIEP Atelier 6 : Comment concilier logiques

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME SYNTHÈSE Tableau de bord de l Union de l innovation 2015: la performance en matière

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans Rechercher et retrouver un emploi après 55 Stéphanie Govillot, Marie Rey* En France, le taux d activité des plus de 55 est particulièrement faible, surtout pour les hommes. Pour ces derniers, il a fortement

Plus en détail

Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA

Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA Information Essentielle sur Singapour et raisons de participer au PEICA Xiangcen Guo Soon-Joo Gog Institute for Adult Learning Email: guo_xiangcen@ial.edu.sg gog_soon_joo@ial.edu.sg septembre 2013 Soutien

Plus en détail

Note de synthèse. Lutter contre la consommation nocive d alcool Politiques économiques et de santé publique

Note de synthèse. Lutter contre la consommation nocive d alcool Politiques économiques et de santé publique Note de synthèse Lutter contre la consommation nocive d alcool Politiques économiques et de santé publique Mai 2015 Direction de l'emploi, du Travail et des Affaires sociales Le nouveau rapport phare de

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

UNE ANALYSE QUANTITATIVE DE L ÉVOLUTION DES VOYAGES INTERNATIONAUX DES AMÉRICAINS ENTRE 1995 ET 2005

UNE ANALYSE QUANTITATIVE DE L ÉVOLUTION DES VOYAGES INTERNATIONAUX DES AMÉRICAINS ENTRE 1995 ET 2005 UNE ANALYSE QUANTITATIVE DE L ÉVOLUTION DES VOYAGES INTERNATIONAUX DES AMÉRICAINS ENTRE 1995 ET 2005 Rédaction Thomas Antil du Québec Assistance technique Francine Lavoie du Québec Révision linguistique

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Document d études direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 166 Novembre 2011 EMPLOI DES JEUNES Synthèse des principales données relatives à l emploi des jeunes et

Plus en détail

Regards sur l'éducation 2012 : Les indicateurs de l'ocde. Sous embargo jusqu au 11 septembre 2012, 11h, heure de Paris

Regards sur l'éducation 2012 : Les indicateurs de l'ocde. Sous embargo jusqu au 11 septembre 2012, 11h, heure de Paris NOTE PAYS Regards sur l'éducation 2012 : Les indicateurs de l'ocde FRANCE Sous embargo jusqu au 11 septembre 2012, 11h, heure de Paris Pour toute question, veuillez contacter Eric Charbonnier (Eric.Charbonnier@oecd.org)

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Luxembourg 1 Macédoine 3 Malte 1 Pays-Bas 1 Norvège 1 Pologne 2 Portugal 1 Roumanie 4 Slovaquie 2 Slovénie 2 Espagne 1 Suède 1 Suisse 1 Turquie* 3

Luxembourg 1 Macédoine 3 Malte 1 Pays-Bas 1 Norvège 1 Pologne 2 Portugal 1 Roumanie 4 Slovaquie 2 Slovénie 2 Espagne 1 Suède 1 Suisse 1 Turquie* 3 HBL15 Si vous travaillez en Irlande du Nord : l allocation logement Fiche-conseil à l usage des travailleurs immigrés, éditée par l Office du logement (Housing Executive) Cette fiche vous expliquera quelles

Plus en détail

Tableaux de bord des indicateurs de la santé

Tableaux de bord des indicateurs de la santé Panorama de la santé 2015 OCDE 2015 Chapitre 1 Tableaux de bord des indicateurs de la santé Ce chapitre présente, pour la première fois, des tableaux de bord ayant pour but d'apporter un éclairage sur

Plus en détail

B Les ressources financières

B Les ressources financières Chapitre B Les ressources financières et humaines investies dans l éducation Regards sur l éducation OCDE 2011 219 chapitre B Classification des dépenses d éducation Les fonds consacrés à l éducation sont

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à :

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Institut de la statistique du Québec 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 Téléphone : (418)

Plus en détail

DE TALENTS SONDAGE SUR LA PÉNURIE SYNTHÈSE RÉSULTATS 2013

DE TALENTS SONDAGE SUR LA PÉNURIE SYNTHÈSE RÉSULTATS 2013 SONDAGE SUR LA PÉNURIE DE TALENTS RÉSULTATS 2013 SYNTHÈSE Pour sa huitième enquête annuelle sur la pénurie de talents, ManpowerGroup a interrogé plus de 38 000 employeurs dans 42 pays et territoires. Les

Plus en détail

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long.

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Sébastien Roux INSEE-CREST COE, 13 mai 2008 Roux (CREST) Trajectoires salariales COE, 13 mai 2008 1 / 36 Introduction

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Les étudiants étrangers en France et français à l étranger. Jérôme Fabre, Magda Tomasini*

Les étudiants étrangers en France et français à l étranger. Jérôme Fabre, Magda Tomasini* Éducation, formation 2 Les étudiants étrangers en France et français à l étranger Jérôme Fabre, Magda Tomasini* En 2001, 1,8 million d étudiants poursuivent des études supérieures dans un pays de l OCDE

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

VI. LE DÉPART A LA RETRAITE

VI. LE DÉPART A LA RETRAITE VI. LE DÉPART A LA RETRAITE Introduction La baisse de la natalité et l accroissement de la longévité ont entraîné une augmentation considérable de la proportion des personnes âgées dans la population de

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Sozialamt Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des affaires sociales Rathausgasse 1 3011 Berne Tél. +41

Plus en détail

Les services et la croissance économique

Les services et la croissance économique Les services et la croissance économique Emploi, productivité et innovation Réunion du Conseil de l OCDE au niveau ministériel de 2005 Lors de sa réunion de mai 2003, le Conseil au niveau ministériel avait

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire FRANCE Cette note sur la France se focalise sur trois grands thèmes que l on retrouve dans cette édition de Regards sur l éducation et qui concernent plus particulièrement la France. Il s agit de l environnement

Plus en détail

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE 144 145 SOURCE STATISTIQUE L entrée en vigueur de la loi n 90-1259 du 31 décembre 1990 organisant la fusion des anciennes professions d avocat et de conseil juridique ainsi

Plus en détail

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1

Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une convention fiscale avec le Canada 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Taux des retenues d impôt des non-résidents vivant dans les pays ayant conclu une 1 Pays 2 Intérêts 3 Dividendes 4 Redevances

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

Analyse statistique 2014

Analyse statistique 2014 Analyse statistique 214 Janvier 215 CEDH - Analyse statistique 214 Table des matières Évolution des statistiques de la Cour en 214... 4 A. Nombre de nouvelles requêtes... 4 B. Affaires clôturées par une

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Terrain : Mars 2012 Publication : Décembre 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de la justice et coordonnée par

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 28 mars 2013 Le marché du travail en Belgique en 2012 Nouveaux chiffres de l enquête sur les forces de travail Combien de personnes ont exercé un travail rémunéré? Combien

Plus en détail

L évaluation ça compte!

L évaluation ça compte! L évaluation ça compte! 9 Immigrantes et immigrants au Canada : le milieu socioéconomique a-t-il de l importance? En éducation, la «réussite» peut être définie comme l atteinte d un haut niveau de rendement

Plus en détail

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Patrice DE BROUCKER Réseau de l Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) sur les retombées professionnelles,

Plus en détail

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement

CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement 2 CERI: Centre pour la Recherche et l Innovation dans l Enseignement Qui sommes-nous? Le CERI est reconnu pour être le pionnier de la recherche en éducation, ouvrant de nouveaux domaines d exploration

Plus en détail

Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015. Trouver ses marques

Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015. Trouver ses marques Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 TROUVER SES MARQUES Cet ouvrage est publié sous la responsabilité du Secrétaire

Plus en détail

Structures des systèmes éducatifs européens 2014/2015:

Structures des systèmes éducatifs européens 2014/2015: Structures des systèmes éducatifs européens 2014/2015: diagrammes Novembre 2014 Eurydice Faits et chiffres Éducation et Formation The Eurydice Network provides information on and analyses of European education

Plus en détail

Baccalauréat Mathématiques informatique Amérique du Sud novembre 2007

Baccalauréat Mathématiques informatique Amérique du Sud novembre 2007 Baccalauréat Mathématiques informatique Amérique du Sud novembre 2007 EXERCICE 1 12 points Dans la feuille de calcul en annexe I on a répertorié 39 pays européens en indiquant pour chacun d eux dans la

Plus en détail

Les jeunes et la retraite

Les jeunes et la retraite Les jeunes et la retraite Maison de la Chimie, 6 décembre 2011 Les jeunes sur le marché du travail Hugues de Balathier Secrétaire général du Conseil d orientation pour l emploi www.coe.gouv.fr 1 Plan de

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie.

Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. SOMMAIRES EN LANGAGE SIMPLE Acquisition et perte de compétences en littératie au cours de la vie. Sommaire par T. Scott Murray Quel est le sujet de cette étude? Ce rapport, préparé par Doug Willms de l

Plus en détail

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE

ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE ANNEXE 2 SOURCE STATISTIQUE 104 SOURCE STATISTIQUE L entrée en vigueur de la loi du 31 décembre 1990 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques a suscité un besoin croissant d informations

Plus en détail

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois

Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Les exigences linguistiques sur le marché du travail et les connaissances linguistiques des demandeurs d emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi 2011 De par sa position de capitale de la

Plus en détail