Crédit commercial / Crédit bancaire, substitution ou complémentarité? Une estimation pour quelques pays de la région Moyen Orient Afrique du Nord

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Crédit commercial / Crédit bancaire, substitution ou complémentarité? Une estimation pour quelques pays de la région Moyen Orient Afrique du Nord"

Transcription

1 Crédit commercial / Crédit bancaire, substitution ou complémentarité? Une estimation pour quelques pays de la région Moyen Orient Afrique du Nord Inès CHAARI Jézabel COUPPEY-SOUBEYRAN Jérôme HERICOURT * Version préliminaire Novembre 2009 : ne pas publier sans autorisation des auteurs Papier en cours Résumé : Nous essayons d expliquer, à travers cette étude, le recours au crédit commercial par des entreprises de la région MENA (Egypte, Liban, Maroc, Oman et Syrie). Pour ce faire, nous procédons à une analyse de la demande du crédit commercial en distinguant les facteurs relatifs à l environnement et aux financements de l entreprise et ceux relatifs au développement financier. Nos résultats montrent que le recours au crédit commercial s explique par le faible développement financier, particulièrement le développement bancaire, et que les entreprises subissant un rationnement de crédit substituent le crédit commercial au crédit bancaire. Classification JEL : G21, G24, G30, G32. Mots-clé : Crédit commercial, crédit bancaire, rationnement de crédit. Thème : Financement des entreprises Centre d économie de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & CNRS, Bd de l'hôpital Cedex 13 Paris, France. Tel : / Centre d économie de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & CNRS, Bd de l'hôpital Cedex 13 Paris, France. * EQUIPPE, Université de Sciences et de Technologies de Lille 1 et Centre d économie de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & CNRS, Bd de l'hôpital Cedex 13 Paris, France. 1

2 1. Introduction Plusieurs travaux empiriques relatifs à la relation finance croissance montrent que le bon fonctionnement des marchés et des intermédiaires financiers stimule la croissance économique à long terme. Rajan & Zingales (1998) montrent que des entreprises industrielles à grand besoin de financement croissent plus rapidement au sein de systèmes financiers développés. Ce qui suggère qu un bon système financier soutient la croissance économique du pays, mais soulève aussi une question importante : comment les entreprises financent-elles leur croissance au sein de pays dotés de faible système financier? Comment ces entreprises parviennent-elles à se financer et à développer leur activité? Une étude réalisée par Chaari & Couppey (2008) sur la structure des financements externes en Tunisie a mis l accent sur l importance des crédits commerciaux dans les financements externes des agents non financiers. La part de ce type de crédits dépasse nettement celle des crédits bancaires et représente en 2005, pour les sociétés non financières, 20% des financements externes, contre 13% pour les crédits bancaires. Il est clair que les entreprises tunisiennes recourent aux crédits commerciaux pour le financement de court terme de leur activité. L essor de ce type de crédit dans l économie tunisienne répond vraisemblablement à des difficultés d accès au financement externe. Observe-t-on le même phénomène dans les autres pays du Maghreb et plus généralement dans ceux de la région Moyen-Orient Afrique du Nord (Middle- East North Africa, dite région MENA)? D après Breig (1994), le crédit commercial est plus utilisé au sein des systèmes financiers peu développé et plus particulièrement, au sein des systèmes orientés banques. Il souligne que le recours aux crédits commerciaux est beaucoup moins important au sein d économies où il existe une forte relation entre banque et client, ou au sein d économie où le marché financier joue un rôle important dans la transmission de l information et le monitoring. En revanche, on y recourt plus dans les économies où les marchés financiers sont moins développés et où les relations banques/entreprises sont plus distantes. Fisman et Love (2003) montrent aussi que le crédit commercial représente une source de financement alternative pour les entreprises au sein des pays où les marchés financiers sont peu développés. Pour Elliehaussen & Wolken (1993), Ng et al. (1999) et Summers & Wilson (2002), les crédits commerciaux jouent un rôle important dans le financement externe des entreprises au sein des pays émergents. 2

3 L objectif de notre étude est d expliquer le recours au crédit commercial par des entreprises de la de la région MENA (Egypte, Liban, Maroc, Oman et Syrie). Nous cherchons à déterminer, si le crédit commercial représente une source de financement alternative pour ces firmes ou s il leur permet simplement de se faire une «bonne réputation» sur le marché de crédit, en leur facilitant l accès. Le but de ce papier est de prendre part au débat concernant l utilisation du crédit commercial comme substitut ou complément aux crédits. Pour ce faire, nous procédons à une analyse de la demande du crédit commercial en distinguant les facteurs relatifs à l environnement et aux financements de l entreprise et ceux relatifs au développement financier. L originalité de nos travaux réside dans le fait, qu il existe peu d analyse empirique sur la demande de crédit commercial utilisant des données de firme (des données microéconomiques), et assez peu de travaux concernant l utilisation du crédit commercial par les pays émergents ou en transition et à notre connaissance, aucune sur des pays du MENA. Notre analyse dégage trois résultats importants. Le premier, plus le niveau du développement financier est faible, particulièrement le développement bancaire, plus les entreprises recourent aux crédits commerciales. Le deuxième, les entreprises subissant un rationnement de crédit substituent le crédit commercial au crédit bancaire. Enfin, il semblerait que l effet de substitution ou de complémentarité entre les deux formes de crédit change avec la taille de la firme : les petites et moyennes entreprises utiliseraient le crédit commercial comme substitut et les grandes plutôt comme complément au crédit bancaire. Notre étude est présentée comme suit : la section 2, revue de littérature, la section 3 est consacrée à l analyse des sources de financements des entreprises de la région, la section 4 données et méthodologies, section 5 présente les résultats et discussions et enfin section 5 conclut. 2. Revue de littérature Un certain nombre d analyse sur les crédits commerciaux ont essayé d expliquer les raisons pour lesquelles les fournisseurs ont un avantage à prêter par rapport aux institutions financières. L explication traditionnelle est fondée sur l avantage qu auraient les fournisseurs comparativement aux banques en matière de monitoring. De par la relation commerciale, les fournisseurs disposeraient d une meilleure information sur leurs clients (Schwartz & Whitcomb, 1978 et 1979 ; Emery, 1987 ; Freixas, 1993 ; Biais & Gollier, 1997 et Jain, 2001). Cela semble être le cas lorsque le client correspond à une entreprise petite et jeune (Berger & Udell, 1995 ; Wilner, 2000), ou lorsque l entreprise opère dans un pays doté d un système financier faiblement 3

4 développé (Fishman & Love, 1993). Mian & Smith (1992) montrent que les vendeurs sont capables de mieux valoriser les collatéraux de leurs clients et qu ils disposent d une information privée que les banques ne parviennent pas à acquérir. Biais & Gollier (1997) soulignent qu une relation commerciale régulière permet aux fournisseurs d évaluer plus rapidement que les banques la situation financière de leurs clients. Rajan & Patersen (1997) montrent que les fournisseurs peuvent être plus performants dans l évaluation et le contrôle du risque crédit de leurs clients. En effet, la taille et le timing des commandes passées par les entreprises permettent aux fournisseurs d avoir une meilleure idée sur l activité de leurs clients (Wilner, 2000). L incapacité de ces derniers à profiter du discount proposé pour tout paiement immédiat alerte le fournisseur sur la solvabilité de l entreprise. Il faut noter que les institutions financières sont aussi capables de collecter ces informations, mais les fournisseurs les obtiennent plus rapidement et à moindre coût. L information que les fournisseurs utilisent pour surveiller et contrôler les crédits commerciaux semble différente de celle utilisée par les institutions financières, vraisemblablement parce que la nature du crédit est très différente (Smith (1987) ; Lee et Stowe (1993) ; Long et al. (1993)). En cas de retard de paiement, les fournisseurs peuvent menacer leurs clients d interrompre les livraisons futures. Cette menace est crédible dans la mesure où les entreprises paient des avances sur les marchandises achetées. En menaçant les emprunteurs de ne plus leur accorder de crédit en cas de retard de paiement, les institutions financières ne parviennent pas forcement, quant à elles, à se faire rembourser. Cependant, en cas d insolvabilité de l entreprise, le contrôle par les banques semble plus efficient dans la mesure où elles sont capables de recourir à des garanties et d utiliser le droit de faillite (en cas de défaillance des entreprises, les banques peuvent déclancher une procédure de faillite afin d encaisser les échéances impayées par les entreprises). Pour Rajan & Patersen (1997), les fournisseurs ont des critères de sélection spécifiques et ne se fient ni au signal envoyé par les institutions financières ni à la rentabilité des entreprises. L objectif principal des fournisseurs consiste à accroître la demande qui leur est adressée et par conséquent leurs bénéfices. Pour cela, ils offrent des crédits commerciaux aussi bien aux sociétés rentables qu aux sociétés déficitaires. Les fournisseurs peuvent même avoir un avantage à prêter aux firmes jeunes encore peu rentables, qui, en poursuivant leur développement, amélioreront leur rentabilité. Ils peuvent ainsi espérer capter une partie des profits futurs de ces firmes. 4

5 2.1. Les motifs d offre du crédit commercial Wilson & Summers (1997) ont essayé d expliquer les raisons pour les quelles les fournisseurs proposaient des crédits commerciaux à leurs clients. Ils estiment que si les fournisseurs se substituent aux intermédiaires financiers, c est à cause essentiellement de problèmes de compétitivité sur les marchés de produits et d asymétrie d information sur les marchés financiers. Le crédit peut être utilisé comme moyen de discrimination entre les différentes classes de risque. Certains fournisseurs ajoutent une prime sur le prix du produit afin de couvrir les coûts relatifs à l offre de crédit. D autres offrent des crédits à perte pour les entreprises illiquides et compensent par un surplus pour celles qui paient au comptant. D un autre coté, des analyses suggèrent que les entreprises offrent des délais de payement pour attirer de nouveaux clients, établir une relation de long terme avec eux et les fidéliser. Ils peuvent assouplir les termes du crédit en période de baisse des ventes afin de stimuler la demande et de compenser les coûts engagés en période de forte demande. Crawford (1992) souligne que «c est précisément parce que les fournisseurs ont des motivations différentes de ceux des acquéreurs que le crédit commercial se substitue au crédit bancaire pour les entreprises qui n arrivent pas à se financer auprès des institutions financières» (p7). Ainsi, pour les fournisseurs, le crédit commercial représente un outil marketing, un moyen d attirer et de fidéliser les clients, tandis que pour les acquéreurs il représente une source de financement. La compétitivité du marché, sur lequel évoluent fournisseurs et clients, exerce une forte influence sur la nature et la manière d utiliser le crédit commercial. Plusieurs facteurs peuvent influencer l offre du crédit commercial : la structure et les caractéristiques de l industrie (concurrence et négociation), les caractéristiques du produit (qualité, standardisation ), les caractéristiques spécifiques de entreprises (taille, stratégie compétitive), la nature de la relation client-fournisseur (la fréquence des achats, la distance), le processus de vente et l accès au crédit bancaire. Les fournisseurs peuvent ainsi proposer des délais de paiement à leurs clients pour des motifs de promotion, de vérification ou de discrimination par les prix Le motif de promotion Nadiri (1969) fut le premier à considérer le crédit commercial comme une politique optimale de vente. Les fournisseurs accorderaient des délais de paiement à leurs clients afin de les fidéliser, ou dans le but de promouvoir les ventes et de gagner en compétitivité. Contrairement aux institutions financières, les fournisseurs ne sont pas obligés de réaliser des profits sur la partie 5

6 financière de la transaction, ils peuvent alors proposer des délais de paiement et écouler ainsi leurs produits (plus particulièrement les produits invendus et se libérer ainsi de leur coût de stockage). De plus, les termes du crédit fournisseur peuvent être ajustés afin d attirer de nouveaux clients et de gagner des parts de marché sur les concurrents. Summers & Wilson (2002a) soulignent que l offre du crédit commercial facilite la mise en place d une relation commerciale de long terme, spécialement, pour les petits et jeunes fournisseurs Le motif de vérification Pour Smith (1987), le vendeur accorde des délais de paiement à ses clients afin de leur permettre de vérifier la bonne qualité et la juste quantité des produits livrés (ou services assurés) avant tout paiement (Lee & Stowe, 1993). Le fournisseur assure ainsi son client de sa bonne foi. Cet argument est particulièrement valable dans le cas de nouveaux produits, de produits «high tech», lorsque le client possède peu d information sur son fournisseur, ou encore lorsque les deux contractants sont éloignés géographiquement (import-export). Smith (1987) et Lee & Stowe (1993) suggèrent que l incertitude sur la conformité du vendeur pourrait susciter des remises sur les paiements rapides. Long et al. (1993) soulignent que les petites entreprises vendent une grande partie de leur production à crédit parce qu elles ne sont pas encore parvenues à une réputation suffisante sur leur marché (Frank & Maksimovic, 1998) Le motif de discrimination par les prix Les entreprises dotées d un pouvoir de marché important sont probablement celles qui offrent le plus de crédits commerciaux (Brennan et al., 1988 ; Mian & Smith, 1992). Ces entreprises se font de grosses marges et ont un intérêt à vendre plus, aux mêmes conditions pour tous leurs clients. Ainsi, les entreprises qui n ont pas de problème de financement vont pouvoir profiter du discount proposé pour tout paiement immédiat, et les firmes qui souffrent de rationnement de crédit, ou qui ont des problèmes de trésorerie, vont pouvoir profiter des délais de paiement proposés par leurs fournisseurs (Brennan et al., 1988 ; Petersen & Rajan, 1994, 1997). La discrimination par les prix permet aux fournisseurs d accroître la demande qui leur est adressée et par conséquent leurs bénéfices. Pour Schwartz & Whitcomb (1978) et Petersen & Rajan (1997), ce motif repose sur l idée que l offre du crédit commercial ne dépend pas de la solvabilité de l entreprise mais plutôt de norme sectorielle informelle. Cette discrimination positive permet aux entreprises risquées d obtenir les mêmes conditions de crédit que les entreprises solvables (Crowford, 1992 ; Petersen & Rajan, 1997). 6

7 2.2. Les motifs de la demande du crédit commercial Schwartz (1974) et Ferris (1981) ont essayé d expliquer ce recours aux crédits commerciaux. Ils estiment que les imperfections des marchés financiers et des marchés de produits et les problèmes d asymétries d information entre prêteurs et emprunteurs en sont à l origine. L hypothèse de rationnement de crédit stipule que les entreprises recourent aux crédits commerciaux uniquement dans le cas où elles ne parviennent pas à se financer auprès des autres prêteurs. En réalité, des entreprises, rationnées ou pas, recourent au crédit commercial. C est particulièrement le cas, lorsqu il est relativement moins cher que les autres sources de financement, ou lorsqu il représente une part d un «package» marketing, d un ensemble de propositions commerciales visant à attirer et fidéliser les clients. Toutefois, les entreprises avec un risque crédit potentiellement important auront une forte demande de crédit commercial et tendront à avoir davantage de retards de paiement. Les fournisseurs tolèrent généralement ces retards parce qu ils ont intérêt à préserver la relation commerciale qu ils entretiennent avec leurs clients. Les fournisseurs ont un avantage sur le long terme à aider les entreprises en difficulté puisqu elles représentent des profits futurs Le motif de transaction Selon Ferris (1981), le motif de transaction permet de simplifier la gestion de liquidité. Le crédit commercial permet simplement de séparer le moment de la réception du bien et/ou service du moment de paiement. Avec cette séparation temporelle, l acheteur parvient à maîtriser ses besoins en liquidités et le vendeur parvient à mieux gérer sa trésorerie tout en ayant une vision plus claire sur ses encaissements futurs. Ce motif permet aux deux acteurs de réaliser des économies sur les coûts de transaction (relatifs à la mobilisation, la détention et la transformation des actifs liquides). En effet, les crédits commerciaux permettent aux acheteurs de rassembler les factures, d anticiper avec certitude les besoins futurs de liquidité, de détenir une plus faible encaisse monétaire et enfin, de réduire les transactions sur le compte bancaire et les charges associées. De plus, les coûts relatifs à l obtention de crédit bancaire de court terme pour le financement d achat de marchandises rendent ce type de crédit beaucoup plus onéreux que les crédits commerciaux. Par exemple, une entreprise qui, pour les besoins de sa production, achète régulièrement des produits, mais en faible quantité, devrait négocier un crédit bancaire à chaque acquisition. Obtenir un délai de paiement auprès de son fournisseur constitue une option beaucoup moins onéreuse. 7

8 Le motif financier D après Schwartz & Whitcomb (1978), les entreprises qui subissent des restrictions de crédit et qui ne parviennent pas à collecter de fond pour le financement de leurs activités recourent aux crédits commerciaux. Schwartz (1975) souligne que les entreprises les plus liquides ou les plus grandes aident celles qui sont exclues du crédit bancaire, en leur accordant des délais de paiement leur permettant ainsi de gérer leurs contraintes de liquidité et de financer leur cycle d exploitation. Petersen & Rajan (1997) signale que la mesure de la demande de financement à court terme est le financement de l actif courant. De ce fait, les entreprises dont l actif se compose essentiellement d actifs courants (stocks, créances clients et valeurs mobilières de placement) auront tendance à demander plus de crédit commercial. Ils montrent que près de 70% de l actif courant des entreprises de l échantillon est financé par des crédits commerciaux Le crédit commercial, substitut ou complément au crédit bancaire? Plusieurs études empiriques soutiennent que le crédit commercial représente une source alternative de financement externe pour les entreprises qui ont du mal à accéder aux crédits bancaires. Meltzer (1960) décrit le crédit commercial comme un mécanisme permettant aux petites entreprises, subissant un rationnement de crédit bancaire, d accéder aux financements externes auprès des grandes. Stiglitz & Weiss (1981), Biais et al. (1995) ainsi que Petersen & Rajan (1994, 1995) montrent que les petites entreprises qui souffrent du rationnement de crédit recourent davantage aux crédits commerciaux. Nilsen (2002) souligne que durant les périodes contraction monétaire (la banque centrale mène une politique monétaire restrictive), les petites entreprises contournent cette difficulté en utilisant plus de crédits commerciaux. Lorsque l offre du crédit bancaire est réduite, les grandes entreprises, pour qui l accès au marché financier est toujours possible, accordent des crédits commerciaux aux petites (Kashyap et al., 1993). Fisman & Love (2002) montrent que les entreprises utilisent le crédit commercial pour le financement de leur activité lorsqu elles sont installées au sein d économie dotée d un système financier peu développé. Petersen & Rajan (1997) montrent que les firmes recourent plus au crédit commercial lorsque les crédits bancaires ne sont pas disponibles. Ils concluent que les fournisseurs, dotés d un pouvoir de marché et d une bonne réputation, se transforment en intermédiaires financiers pour les entreprises qui ne parviennent pas à accéder au marché financier. Dans ce contexte, on pourrait dire, en se référant à l hypothèse de Meltzer (1960), que crédit commercial et crédit bancaire sont substituables. 8

9 D autres analyses, telles que celles de Elliehausen & Wolken (1993), de Biais & Gollier (1997) ou de Burkart & Ellingsen (2004) suggèrent que crédit commercial et crédit bancaire seraient plutôt complémentaires. Elliehausen & Wolken (1993) réalisent que les firmes dotées de volume important d emprunt bancaire de court terme sont aussi de grandes utilisatrices de crédit commercial. Pour Biais & Gollier (1997), l utilisation du crédit commercial permet aux entreprises souffrant d une mauvaise qualité d information et de rationnement de crédit de réduire leurs contraintes sur les emprunts. Le crédit commercial agirait comme un signal pour les banquiers : puisque les fournisseurs font confiance à leurs clients et leurs accordent des délais de paiement, les banques peuvent à leur tour leur faire confiance et leurs accorder des prêts. Biais & Gollier (1997) expliquent que les banques font du rationnement de crédit parce qu elles ne parviennent pas à distinguer la qualité de l entreprise en l absence d informations fiables. Cependant, un recours massif aux crédits commerciaux serait perçue par les banques comme le signal d une solvabilité satisfaisantes des entreprises, les incitant alors à leurs accorder les crédits. Ainsi, crédit bancaire et crédit commercial représenteraient deux ressources de financement complémentaires. De même, Bukart & Ellingsen (2004) soutiennent l hypothèse de complémentarité et soulignent que les crédits commerciaux permettent à l entreprise d investir et d augmenter son profit, réduisant ainsi le rationnement de crédit. Pour eux, l utilisation du crédit commercial reflète une information positive, ce qui pourrait inciter les banques à réduire le rationnement de crédits. Alphonse et al. (2006) montrent sur un échantillon de petites entreprises américaines qu une augmentation du montant des crédits bancaires accordés aux entreprises réduit le recours au crédit commercial. Ceci est conforme aux résultats obtenus par Petersen & Rajan (1997), selon lesquels les firmes rationnées par les banques utilisent davantage de crédit commercial. Les auteurs soutiennent également que crédit commercial et crédit bancaire sont complémentaires pour les entreprises qui n entretiennent pas de relation de long terme avec leurs banques. Plus elles utilisent de crédit commercial, plus elles obtiennent de crédit bancaire. Ce résultat soutient l hypothèse selon laquelle, le crédit commercial améliore la réputation des firmes et les aident à accéder au crédit bancaire (Biais & Gollier, 1997). Ainsi, d après Alphonse & al. (2006), les hypothèses de substitution et de complémentarité sont toutes les deux vérifiables pour les entreprises qui n entretiennent pas de relation de long terme avec leurs banques. Certaines firmes (de bonne qualité) utilisent le crédit commercial afin de signaler aux banques la qualité de leur activité (hypothèse de complémentarité) et d autres (de mauvaise qualité) y recourent parce qu elles ne parviennent pas à accéder au crédit bancaire (hypothèse de substitution). 9

10 3. Comment les entreprises de la région MENA se financent-elles? Plusieurs études soutiennent qu en matière de développement financier, la région MENA est reléguée loin derrière les autres. Le niveau de développement financier à l intérieur de la région semble être comparable à celui des autres zones émergentes au début des années De récentes études menées par le FMI montrent qu à l exception de l Afrique Sub-Saharienne, pendant ces 20 dernières années, toutes les régions du monde ont réussi à atteindre un niveau de développement financier supérieur à celui de la zone MENA. Certes, quelques pays de la région, tels que l Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Qatar ou encore le Kuwait, semblent être dotés d un système bancaire développé, profitable et efficient. Mais, pour presque la moitié de la région, le secteur bancaire n est pas assez développé et reste sous la domination du secteur public. Les systèmes financiers de la région MENA seraient toujours en phase de bancarisation. Dans ce contexte, les entreprises de la région MENA ont des difficultés à obtenir des financements externes. Le secteur privé reçoit une faible part du crédit bancaire en comparaison avec les autres zones émergentes. Ce qui peut être expliqué par la prépondérance des banques publiques et par l exigence de solides garanties pour l octroi de crédit. La plupart des pays de la région MENA se caractérisent par un faible développement des marchés financiers. Quant au développement des institutions financières au sein de la zone, il se révèle très variable d un pays à l autre. Il faut noter que les cinq pays de notre échantillon (Egypte, Liban, Maroc, Oman et Syrie) appartiennent à différents niveaux de développement économique. Le rapport 2007 du «World Economic Forum» sur «La compétitivité du monde arabe» range l Egypte, le Maroc et la Syrie dans la première phase de développement au même titre que l Inde et la Chine. Oman, en revanche, est en phase de transition, entre la phase une et deux de développement 1, au même titre que la Tunisie, la Jordanie, la Thaïlande ou encore la Colombie. Les indicateurs de mesure du développement, de la structure et des performances des systèmes financiers proposé par Beck et al. (2000, 2007) montrent que le niveau de développement financier des cinq pays sélectionnés est inégal, mais les systèmes demeurent majoritairement sous dominance bancaire (tableau 1). C est au Maroc que l intermédiation apparaît la plus diversifiée. En revanche, pour les autres pays, les banques dominent encore largement l ensemble des Institutions Financières. Les banques semblent jouer leur rôle de collecte de dépôt et de 1 Il existe trois niveau de développement : D après le classement du World Economic Forum, au niveau 1, on y trouve les pays en 1ère phase de développement (Chine, Inde, Viétname ), au niveau 2, les pays émergents ou en transitions (Thaïlande, Brésil, Argentine ) et au niveau 3, les pays développés (USA, France, Allemagne ) 10

11 distribution de crédit pour l Egypte, le Maroc et le Liban, mais c est loin d être le cas pour la Syrie. Avec un ratio crédit accordé par les banques sur PIB ne dépassant pas les 7% en 2002, les banques syriennes ne seraient pas très actives. Il faut noter qu à partir de 2004, la Syrie a procédé à une modernisation de son système financier entravée par 60 ans de dirigisme économique et par un monopole de l Etat (le système financier était contrôlé par l Etat). De nouvelles licences bancaires ont été attribuées, certaines restrictions sur les transactions monétaires ont été levées, une loi sur l investissement adoptée. La situation d Oman apparaît plus complexe. En 2005, d après les calculs de Demirgüç-Kunt et Levine (2007) le ratio du crédit accordé par les banques sur le PIB ne serait que de 33%. Toutefois, le rapport du «World Economic Forum» classe Oman au 31ème rang en ce qui concerne la facilité d accès au crédit bancaire, avec une moyenne de 4,3/10, devant la Tunisie (4/10) et le Japon (4/10). L Egypte et le Maroc sont relégués loin derrière, successivement en 82ème (2,8/10) et 87ème (2,7/10) place. L économie d Oman s est rapidement transformée ces dernières années, suite aux séries de réformes mises en place par le gouvernement. Le pays a réussi aujourd hui à moderniser et à développer ses infrastructures, à attirer les investisseurs et à s ouvrir au commerce extérieur. D après la Banque Mondiale et «The World Banks Enterprise Analysis» (tableau 2), la région MENA est très mal classée en matière d octroi et de détention de crédit bancaire. En effet, en 2009, le pourcentage de firmes qui détiennent un crédit bancaire ne représente que 24 % du total (48 % pour l Asie de l Est et Pacifique, 44% pour l Europe de l Est et l Asie Centrale, 45 % pour l Amérique Latine et les Caraïbes et 27% pour l Asie du Sud). En revanche, le pourcentage de firmes qui recourent aux crédits bancaires pour financer leurs investissements ne dépasse pas les 16 % (32 % pour l Asie de l Est et Pacifique, 37% pour l Europe de l Est et l Asie Centrale, 19% pour l Amérique Latine et les Caraïbes et 22% pour l Asie du Sud). Des taux très faibles mais très proches de ceux de la zone d Afrique Sub-Saharienne (22% et 13%). De même, Doing Business, l organisme qui mesure la réglementation des affaires pour 181 pays (groupe d International Finance Corporation), affiche un indice d obtention de prêts faible pour le MENA. Cet indice prend en considération deux sortes d indicateur : l un concerne la divulgation d informations sur le crédit et l autre porte sur l'efficacité des lois sur les sûretés et les procédures collectives en termes de facilitation de l'activité des établissements de crédit. Le premier relègue la région MENA, en termes de droit légaux, en dernière position (3,3/10) (après l Afrique Sub-Saharienne 4,5/10) et le second, divulgation d information, en 4 ème position (2,9/10), dernière l Amérique Latine et Caraïbe (3,3/10). 11

12 Tableau 1 : Indicateurs du développement financier Pays Année Actif des Banques Commerciales / PIB Actif des autres Institutions Financières / PIB Actif des Institutions Financières / PIB Crédits accordés par les Banques / PIB Crédits accordés par les Banques et autres IF / PIB Dépoôts bancaires / PIB les Dépoôts du Système Financier / PIB Capitalisation boursière / PIB Egypte % 7% 81% 50% 56% 61% 67% 31% Egypte % 7% 85% 52% 59% 66% 72% 27% Egypte % 8% 90% 53% 60% 71% 78% 29% Egypte % 8% 90% 52% 59% 75% 84% 32% Egypte % 7% 89% 51% 58% 79% 89% 42% Leban % Leban % Leban % Leban % Leban % Maroc % - 71% 54% 54% 63% 63% 37% Maroc % - 70% 53% 53% 64% 64% 30% Maroc % - 72% 53% 53% 69% 69% 25% Maroc % 72% 53% 53% 71% 71% 25% Maroc % - 71% 54% 54% 73% 73% 38% Oman % - 41% 37% 37% 27% 27% 20% Oman % - 43% 38% 38% 29% 29% 15% Oman % - 44% 39% 39% 31% 31% 16% Oman % - 42% 37% 37% 30% 30% 21% Oman % - 39% 34% 34% 27% 27% 24% Syrie % - 34% 8% 8% 33% 33% - Syrie % - 35% 8% 8% 40% 40% - Syrie % - 35% 8% 8% 47% 47% - Syrie Syrie Source : Beck, Demirgüç-Kunt et Levine, Tableau 2 : Le recours au financement bancaire par les entreprises (en %) % de Firmes ayant un Crédit % de Firmes utilisant les % de Firmes utilisant les Région / Economie d'une Institution Financière Banques pour financer Banques pour des leurs Investissement financement de Court Terme Asie de l'est et Pacifique 48,71 32,09 35,4 Europe de l'est et Asie centrale 44,79 37,56.. Amérique latine et Caraibes 45,75 19,63 35,98 Moyen-Orient et Afrique du Nord 24,41 16,94 27,54 OCDE.. 34,18 35,31 Asie du sud 27,08 22,72 29,58 Afrique Sub-saharienne 22,21 13,1 18,41 E gypte (2007) 14,07 9,45 11,26 Liban (2006).. 53,53 68,83 Maroc (2007) 33,38 12,29 30,2 Oman (2003).. 30,99 42,58 Syrie (2003).. 7,62 6,32 Source: The World Banks Enterprise Analysis, World Bank,

13 Tableau 3: Indice d obtention de prêt Indice des droits Indice de divulgation Couverture par les Couverture par les Région / Economie légaux d'information sur registres publics registres privés le crédit (%) (%) Afrique Sub-saharienne 4,5 1,4 2,5 4,8 Amérique latine et Caraibes 5,6 3,3 8,7 33,1 Asie de l'est et Pacifique 5,8 2 7,2 11,3 Asie du sud 4,8 2,1 0,7 2,6 Europe de l'est et Asie centrale 6,2 4,1 4,6 17,6 Moyen-Orient et Afrique du Nord 3,3 2,9 4,8 9,7 OCDE 6,8 4,8 8,4 58,4 E gypte 3 5 2,2 4,7 Liban 3 5 6,8 0 Maroc 3 2 2,4 0 Oman ,4 0 République Arabe Syrienne Source: Doing Business, World Bank, Tableau 4 : Les difficultés et contraintes aux financements bancaires Valeur des Garanties % des Firmes qui identifient Région / Economie demandées (en % du l'accès aux Financements Montant du Crédit) comme une Contrainte Majeure Asie de l'est et Pacifique 100,33 20,48 Europe de l'est et Asie centrale 128,98 24,71 Amérique latine et Caraibes 136,42 28,01 Moyen-Orient et Afrique du Nord 155,03 32,88 OCDE 130,22 13,01 Asie du sud 141,39 29,53 Afrique Sub-saharienne 120,17 46,47 E gypte (2007) 133,68 25,03 Liban (2006) 146,02 42,43 Maroc (2007) 169,41 31,6 Oman (2003) 114,24 24,85 Syrie (2003) 217,27 27,11 Source: The World Banks Enterprise Analysis, World Bank, S agissant des marchés boursiers, le marché égyptien est le plus dynamique des cinq et fait partie des plus développés de la région. Le marché boursier marocain est assez développé, mais pas très actif comparé au marché égyptien. D après, l Arab Monetary Fund, en 2005, la capitalisation boursière, indicateur de la taille du marché, a atteint ,09 millions de dollars US en Égypte, contre 5.569,90 millions de dollars US pour le Maroc. Le volume des transactions, indicateur de l activité du marché, s est établi pour sa part à ,30 millions de dollars US en Egypte, contre 5.442,78 millions de dollars US pour le Maroc. La bourse d Oman est assez active (le montant 13

14 des transactions est de ,78 millions de dollars US, plus de 4 fois le volume du Maroc) mais la taille du marché est bien plus petite que (37.631,23 millions de dollars US) le marché égyptien. Le niveau du développement du marché libanais demeure faible, alors que la Syrie vient d ouvrir, le 20 Mars 2009, sa première Bourse, après des années de report. Au sein de ces pays, les petites et moyennes entreprises, qui jouent un rôle important dans la sphère économique, doivent faire face aux problèmes de financement particulièrement aigus. Le marché de titres n étant ouvert qu aux grandes entreprises, elles n ont plus le choix qu entre l autofinancement ou le crédit bancaire afin de financer leurs projets d investissement,. Tant l absence de frontière entre propriétaire et gestionnaire qu une faible histoire de crédit augmentent l asymétrie d information et réduisent leurs chances d accéder aux crédits. D après, la Banque Mondiale et «The World Banks Enterprise Analysis», en 2007, le pourcentage de firmes qui ont contracté des crédits auprès d institutions financières ne représente que 14,07 % en Egypte, contre 33 % au Maroc. En revanche, le pourcentage d entreprises recourant au crédit bancaire pour financer leurs investissements est très faible, de l ordre de 9 % pour l Egypte et 12 % pour le Maroc. Ce taux est relativement important pour le Liban 53 % (2006) et 31 % pour Oman (2003) (tableau 2). Ces chiffres mettent l accent sur le faible recours des entreprises aux financements externes et plus particulièrement, sur l accès limité aux crédits bancaires. Cette contrainte, peut être expliquée soit, par une insuffisance des dépôts bancaires dans ces pays, ce qui limiterait le montant des fonds qui peuvent être prêtés, soit par une forte aversion aux risques. Les banques sont peut-être prudentes et ne veulent plus prendre de risque dans l octroi de crédits, à cause des volumes de crédits accordés à des projets non rentables. De plus, la faible protection des créanciers et l absence de garanties pourraient contribuer à limiter les emprunts et plus particulièrement les crédits à long terme. 4. Données et méthodologie 4.1. Données Les données utilisées dans cette étude sont extraites de la base «Enterprise Survey» constituée par la Banque Mondiale. Cette base couvre 112 pays et plus de entreprises. La Banque Mondiale collecte ses données à travers une série d enquêtes menées, dans toutes les régions du monde, auprès d entreprises de plus de 10 employés, qui oeuvrent dans les secteurs de l industrie et des services. De ce questionnaire, nous retenons des données relatives aux caractéristiques de 14

15 l entreprise (année de création, propriétaire, industrie, le nombre d employé, localisation ), les obstacles à l activité, les sources de financement et des données du bilan et du compte de résultat. Nous utilisons aussi des données relatives au développement financier et économique issues de la base de la Banque Mondiale «The Word Development Indicators» qui fournit plus de 550 indicateurs de développement et des séries statistiques concernant plus de 226 pays de 1960 à Nous en retenons, comme indicateur du développement bancaire, pour les pays qui nous intéressent, le volume de crédit accordé au secteur privé par les banques rapporté au PIB (Thorsten Beck, Asli Demirgüç-Kunt and Ross Levine (2000) utilisent cet indicateur comme mesure de l activité et du développement bancaire) L échantillon Dans la base «Enterprise Survey», la région MENA est renseignée pour un grand nombre de pays : l Algérie, la Cisjordanie et la Bande de Gaza, La Jordanie, le Yémen, Israël, l Egypte, le Liban, le Maroc, Oman, et la Syrie. Nous ne gardons que les cinq derniers. Nous sommes en effet contraints d éliminer de notre échantillon, l Algérie, la Cisjordanie et la Bande de Gaza, la Jordanie et le Yémen, parce que la variable expliquée, à savoir, le crédit commercial n est pas disponible dans les données du bilan. Nous éliminons aussi Israël parce que le niveau de développement économique et financier est bien supérieur à celui des autres pays de la région, ce qui pourrait biaiser nos résultats (puisqu il n y a pas de point de comparaison). Notre échantillon comprend initialement 3078 entreprises : 977 pour l Egypte, 354 pour le Liban, 850 pour le Maroc, 337 pour Oman et 560 pour la Syrie, couvrant la période Les firmes sélectionnées, par la Banque Mondiale, sont principalement des PME (dont le nombre d employés est inférieur à 100) qui représentent près de 80% de l échantillon. Nous avons toutefois souligné ci-dessus que ces données sont constituées à partir d enquêtes. Problème fréquent avec l analyse d enquête, le nombre de données manquantes est important. C est le cas lorsque les personnes interrogées ne veulent pas répondre à certaines questions, de peur de divulguer des informations confidentielles. Dans le questionnaire de la Banque Mondiale, le problème se pose tout particulièrement au niveau des données de bilan. Nous avons de ce fait dû éliminer de l échantillon toutes les entreprises pour lesquelles la variable «fournisseurs et comptes rattachés» (account payable) était manquante. A l issue de ces éliminations, notre 15

16 échantillon compte 1780 entreprises : 808 pour l Egypte, 135 pour le Liban, 759 pour le Maroc, 33 pour Oman et 45 pour la Syrie. Sous stata, la régression effectuée sur les données de panel élimine systématiquement toute entreprise qui compte au moins une variable manquante. Ainsi, nous nous retrouvons au final avec un échantillon qui constitue un panel non cylindré de 893 firmes dont 587 PME et 306 grandes entreprises sur la période Statistiques descriptives Les PME représentent près de 72% de l échantillon, les petites 30% et les moyennes 42% (tableau 5). Les entreprises sont privées, 68% d entre elles sont individuelles et 21% familiales (tableau 6). L activité dominante est l industrie, plus de 96% des entreprises exercent dans le secteur industriel. Le secteur textile, habillement et cuir représente 47% de l échantillon et les produits plastiques chimiques et pharmaceutiques près de 20%. Les services ne représentent que 3% de l échantillon (tableau 7). La moyenne d age des firmes est de 25 ans. Tableau 5 : La taille des entreprises Taille (Nb d'employé) % Nombre Petites ( < 20) 29,4 523 Moyennes (20-99) 42, Grandes (> 100) 28, Total Source: D après les auteurs, The World Banks Enterprise Analysis, World Bank, Tableau 6 : Le statut de l entreprise Owner % Nombre Individuelle 69, Familiale 21, Privée national 2,97 52 Privée etrgrangère 4,00 70 Autre 2,57 45 Total Source: D après les auteurs, The World Banks Enterprise Analysis, World Bank,

17 Tableau 7 : Les secteurs d activités Activité % Nombre Agro-alimentaire & Elevage 12, Autres Manifactures 1,78 32 Textile, Habillement & Cuir 47, Pdts Plastique, Chemique & Pharmaceutique 19, Métaux & Appareils Mécaniques 8, Bois & Papier (édition incluse) 4,2 75 Construction 0,92 16 Electricités 1,89 34 Services 2,88 51 Autres 0,38 7 Total Source: D après les auteurs, The World Banks Enterprise Analysis, World Bank, Les entreprises de l échantillon semble financer leur fonds de roulement (leurs besoins de financements de court terme) par de l autofinancement. En effet, la part de l autofinancement représente 75% du financement total, contre à peine 7% pour les crédits bancaires et 5% pour les crédits commerciaux. Les PME ont presque la même structure de financement, 76% pour l autofinancement, 7% pour les crédits bancaires et près de 6% pour les crédits commerciaux. A court terme, la seule alternative aux financements internes semble être les crédits bancaires ou les délais fournisseurs (crédits commerciaux) (tableau 8). Pour le financement de leurs projets d investissements, les entreprises de l échantillon recourent aussi principalement à l autofinancement. La part des emprunts bancaires dans le financement ne représente que 15 % contre 71% pour l autofinancement. Pour les PME, la part des crédits bancaires ne dépasse pas les 12% et l autofinancement 76% (tableau 9). Il faut noter que la part des fonds d investissement dans le financement des projets d investissement demeure très faible. Pour l ensemble de l échantillon, il n atteint même pas 1%. 17

18 Tableau 8 : La part des principales sources de financement dans le fonds de roulement (Court Terme) Tab 8.1 : Toutes les firmes Tab 8.2 : Les PME Tab 8.3 : Les grandes firmes Sources de Financement % Sources de Financement % Sources de Financement % Autofinacement 74,88 Autofinacement 76,19 Autofinacement 71,57 Banques domestiques 6,73 Banques domestiques 6,25 Banques domestiques 7,92 Banques étrangères 0,32 Banques étrangères 0,25 Banques étrangères 0,5 Leasing 0,4 Leasing 0,37 Leasing 0,46 Fonds d'investissements 0,17 Fonds d'investissements 0,23 Fonds d'investissements 0,01 Crédits fournisseurs 5,29 Crédits fournisseurs 5,67 Crédits fournisseurs 4,27 Carte de crédit 0,15 Carte de crédit 0,03 Carte de crédit 0,44 Vente de stock 2,75 Vente de stock 2,28 Vente de stock 4,83 Famille 1,39 Famille 1,65 Famille 0,75 Financement informel 0,041 Financement informel 0,059 Financement informel 0 Autres sources 0,62 Autres sources 0,65 Autres sources 0,55 Source: D après les auteurs, Enterprises Survey, World Bank, Tableau 9 : La part des principales sources de financement dans l investissement (Long Terme) Tab 9.1 : Toutes les firmes Tab 9.2 : Les PME Tab 9.3 : Les grandes firmes Sources de Financement % Sources de Financement % Sources de Financement % Autofinacement 71,42 Autofinacement 74,99 Autofinacement 63,83 Banques domestiques 13,32 Banques domestiques 11,28 Banques domestiques 17,67 Banques étrangères 1,4 Banques étrangères 1,01 Banques étrangères 2,21 Leasing 4,64 Leasing 4,19 Leasing 5,57 Fonds d'investissements 0,5 Fonds d'investissements 0,64 Fonds d'investissements 0,22 Crédits fournisseurs 1,68 Crédits fournisseurs 1,78 Crédits fournisseurs 1,47 Carte de crédit 0,08 Carte de crédit 0,06 Carte de crédit 0,12 Vente de stock 3,83 Vente de stock 3,18 Vente de stock 6,21 Famille 0,77 Famille 1,06 Famille 0,14 Financement informel 0,11 Financement informel 0,17 Financement informel 0 Autres sources 0,36 Autres sources 0,31 Autres sources 0,46 Source: D après les auteurs, Enterprises Survey, World Bank, Modèle Afin de tester les hypothèses de substitution et de complémentarité entre crédit commercial et crédit bancaire, nous revenons sur les motivations de demande de crédit commercial et nous développons, en nous référant aux travaux de Summers & Wilson (2002), une fonction simple de demande de crédit commercial. Summers et al. (2002) développent pour des petites, moyennes et grandes entreprises britanniques, la fonction de demande du crédit commercial de Elliehausen & Wolken (1993). Dans leur modèle de référence, Elliehausen & Wolken (1993) estiment que la demande de crédit commercial des entreprises américaines (TC) peut être représentée par le compte «fournisseur et 18

19 compte rattaché» et qu elle dépend à la fois de motivations financières transactions T d. F d et d éléments de TC f T d, F ) (1) ( d Ils considèrent que la demande du crédit commercial pour des motivations financières est fonction du risque entreprise R b, du risque financier R f, des taux d intérêts sur les crédits bancaires P BC et du prix du crédit commercial P TC : F h R, R, P, P ) (2) d ( f b TC BC Ils modélisent la demande du crédit commercial pour des motifs de transaction par la fonction : T d g S,, B, r ) (3) ( S LA Où S représente les quantités achetées, S la variation temporelle de la livraison, B le coût de transformation des actifs liquides en moyen de paiement et r LA TC T (4) Fd TC h R, R, P, P ) g S,, B, r ) (5) ( f b TC BC d ( S LA le rendement des actifs liquides. Summers et al. (2002) développent ce modèle de demande et y incorporent plusieurs variables explicatives à savoir, la rotation de stock et le nombre de fournisseurs réguliers (pour les coûts de transaction) ; l impact du rationnement de crédit sur l entreprise, l année de création, si l entreprise est gérée par le propriétaire et si le crédit commercial est plus chère que le crédit bancaire (pour les motivations financières) ; l offre du crédit commercial et si les concurrents sont principalement des grandes entreprises (pour l environnement de la firme) ; le caractère saisonnier de la demande du crédit commercial (pour des considérations opérationnelles) ; si la firme a eu des délais de paiement supplémentaires en raison des relations qu elle entretient avec ses fournisseurs (pour des motifs de promotions) ; et enfin si la qualité du produit ou service est importante dans le choix du fournisseur (pour le choix du vendeur). Pour tester l hypothèse de substitution ou de complémentarité entre crédit commercial et crédit bancaire, nous ajoutons au modèle de demande de crédit commercial de Summers et al. (2002) des variables telles que les garanties que les firmes peuvent proposer, la rentabilité, les charges d intérêt, le coût du crédit, si l entreprise est exportatrice, si elle est implantée dans la capitale, qui est le propriétaire de la firme, l industrie et enfin des indicateurs du développement financier. Notre fonction de demande de crédit commercial (TC) dépendra de facteurs relatifs aux caractéristiques de l entreprise (risque entreprise, variables de transaction et environnement de 19

20 l entreprise), de facteurs relatifs aux financements de l entreprise et de facteurs relatif au développement financier. TC= α + β Caractéristiques de la firme + γ Financements de la firme + δ Facteurs institutionnels + u i it A. Facteurs explicatifs du crédit commercial relatifs aux caractéristiques de l entreprise Le risque et l environnement de l entreprise ainsi que le niveau des stocks peuvent conditionner la demande du crédit commercial. 1. Le risque de l entreprise OLD (logarithme (1+age de l entreprise)) : D après Berger & Udell (1995, 1998), l âge de l entreprise reflète sa réputation sur le marché. Plus l entreprise est jeune, moins elle est connue et moins elle a accès au crédit bancaire à cause des problèmes d asymétrie d information. TAILLE (logarithme de l actif total) : Berger et Udell (1998, 2002) estiment que la taille de l entreprise fournit une indication sur l accès à l information. Plus les entreprises sont petites et plus elles ont du mal à se financer auprès des institutions financières. GAR (Actif immobilisé / actif total) : La valeur de l actif immobilisé est une proxy des garanties que les firmes peuvent apporter à leurs créditeurs. Plus cette valeur est faible, moins l entreprise a accès aux crédits bancaires. RENT (résultat de l exercice / actif total) : La rentabilité représente un indicateur de la santé de la firme. Les entreprises qui ne dégagent pas de profit auraient du mal à accéder au financement bancaire. DIRECTOR (prend la valeur 1 si l entreprise est gérée par son propriétaire et 0 sinon). Cette variable mesure le risque entreprise. En effet, un propriétaire peut prendre plus de risque qu un gérant, puisqu il s agit de sa propre entreprise et qu il a donc la légitimité nécessaire pour entreprendre des projets plus risqués. Les banques auront tendance à rationner ce type d entreprise. De plus, ces propriétaires sont, d une manière générale, réticents à l ouverture de leur capital de peur de perdre le contrôle de leur firme et préfèrent utiliser les financements de court terme avec un minimum d obligation contractuelle (DeLoof & Jegers, 1999). 20

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

La technique d'analyse financière par les ratios

La technique d'analyse financière par les ratios La technique d'analyse financière par les ratios Un ratio est un rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables permettant une approche du risque que représente l'entreprise

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

DROIT DES SURETES ET ACCES AU CREDIT

DROIT DES SURETES ET ACCES AU CREDIT DROIT DES SURETES ET ACCES AU CREDIT =-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-= BENCHMARK DES EXPERIENCES DANS LA REGION MENA ET PISTES POTENTIELLES DE REFORMES Par Mouloud HEDIR 1 2 Pas d économie performante

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque INTRODUCTION PARTIE I : RATIONNEMENT DE CREDIT ET ASYMETRIE DE L INFORMATION A- Le rationnement

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Évaluation sur la base du Small Business Act pour l Europe Tunis, 10 Septembre 2014 Ordre du jour 1. Introduction et objectifs 2. Méthodologie

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons.

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Le progrès implique toujours des risques Frederick B. Wilcox Qu est-ce qui vous empêche de dormir? La peur de ne pas être payé? L accès au financement

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION LA SMAEX, INSTRUMENT DE SÉCURISATION DES EXPORTATIONS Nezha LAHRICHI Présidente Directrice Générale 02 Novembre 2009 1 A propos de la SMAEX: Exporter c est

Plus en détail

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan?

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan? Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et statistiques sectorielles Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études microéconomiques et structurelles

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n.

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Présentation de Tunisie Leasing Nos métiers: 1/ Crédit Bail : Tunisie : Tunisie Leasing (TL) (1984) Algérie

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Le découvert : le montant est déterminé en fonction des besoins mais n excède pas, en principe, 1 mois de chiffre d affaires

Le découvert : le montant est déterminé en fonction des besoins mais n excède pas, en principe, 1 mois de chiffre d affaires INTRODUCTION : LES TYPES DE CREDITS DE TRESORERIE : Les facilités de trésorerie sont accordées aux entreprises pour satisfaire leurs besoins temporaires en capitaux dus au décalage entre les dépenses et

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Le Financement des PME et des Start-Up

Le Financement des PME et des Start-Up Le Financement des PME et des Start-Up : Le rôle d une banque commerciale et les différents types de crédits aux PME Christian Turbé, Membre de la Direction, BCGE Petit- Déjeuner des PME et des Start-Up,

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires Projet AgroMed Quality Partie Études de cas des entreprises agroalimentaires La présente section reprend la méthodologie et les résultats d une enquête effectuée auprès des entreprises agricoles et/ou

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Groupe du financement et des investissements

Groupe du financement et des investissements Groupe du financement et des investissements Exposé à l intention des délégués commerciaux Robert Pelletier, représentant en chef, Asie Adam Smith, Associé principal, Solut. de financement à l intern,

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS SOMMAIRE DEFINITION DE LA PME PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE LA PME SOLUTIONS ET PRODUITS DE LA FINANCE ISLAMIQUE : REPONSE DE LA BIS DEFINITION DE LA PME Selon

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Mobilisation de crédoc export confirmé. Le paiement immédiat de vos crédits documentaires export confirmés

Mobilisation de crédoc export confirmé. Le paiement immédiat de vos crédits documentaires export confirmés ENTREPRISES CommERCE INTERNaTIoNal Mobilisation de crédoc export confirmé Le paiement immédiat de vos crédits documentaires export confirmés Mobilisation de crédoc export confirmé Une entreprise, pour

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Rôle de la fonction finance

Rôle de la fonction finance La fonction finance Rôle de la fonction finance Assurer aux décideurs qu ils disposent des fonds nécessaires à l instant T pour financer les investissements nécessaires à la croissance et au développement

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada Congrès annuel de l Association des économistes québécois Glen Hodgson Premier vice-président et économiste en chef Conference Board

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010 Garanties ARIZ La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME Février 2010 Obstacles au crédit aux PME dans les pays en développement Le prêt aux PME est une activité émergente que les banques

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

Séminaire FARGO Avancées en Finance de Marché

Séminaire FARGO Avancées en Finance de Marché Séminaire FARGO Avancées en Finance de Marché Coordonnateur: F. Hervé Présentation: A.A. Koita «Privatization and Bank Performance in Developing Countries» Journal of Banking and Finance, vol 29, 2005,

Plus en détail

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES Par Yves Yao SOGLO PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS RECOMMENDATIONS INTRODUCTON Les enjeux soulevés par l usage des nouvelles

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Récapitulatif: Du 14 Décembre 2015

Récapitulatif: Du 14 Décembre 2015 Du 14 Décembre 2015 Récapitulatif: Publication, par l OICV/CPMI, d un rapport sur l évaluation de l application des PFMI par les autorités de marchés : 28 juridictions ont été évaluées quant au degré d

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE

LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE BTS NRC MDE Jean-Claude Hébréard Module 11 LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE Caractériser le besoin de financement d investissement et celui du cycle d exploitation Montrer la nécessité des équilibres financiers

Plus en détail

Gérer le risque de crédit

Gérer le risque de crédit Livre blanc Gérer le risque de crédit Le présent livre blanc vous indique comment instaurer de bonnes pratiques de gestion du crédit dans votre entreprise et les étapes à suivre pour recouvrer une créance

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail