p OGRAZdI i DIPA Revue sectorielle de la pêche artisanale maritime du Congo Dl PA- PROC ]LJII POUR LE DÉVELOPPEMENT INTÉGRÉ DES FAO LIBRARY AN:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "p OGRAZdI i DIPA Revue sectorielle de la pêche artisanale maritime du Congo Dl PA- PROC ]LJII POUR LE DÉVELOPPEMENT INTÉGRÉ DES FAO LIBRARY AN: 358769"

Transcription

1 FAO LIBRARY AN: Dl PA- PROC ]LJII POUR LE DÉVELOPPEMENT INTÉGRÉ DES ) DAF PÊCF ITISANALES EN AFRIQUE DE L'OUEST p OGRAZdI i DIPA Rapport Technique N7O mai 1995 Revue sectorielle de la pêche artisanale maritime du Congo o Mauntanie Sénégal Cap-Vert Cambie Guinée Bissau Guinée Sierra Léone Libéria Côte d'ivoire Ghana Togo Rénin Nigéria Cameroun lt l lo 11 la. Guinée Equatoriale Gabon São Tomé et Principe Congo Zaire Angola DANIDA DEPARTEMENT DE COOPERATION ET DU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DU DANEMARK ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE

2

3 Rapport Technique N7O mai 1995 Revue sectorielle de la pêche artisanale m.ritime du Congo par Moustapha Kéhé Economiste Jean Calvin Njock Biostatisticien & Jean Gallène Technologiste des pêches DIPA ORGANISATION DES NATIONS IJNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE Cotonou, mai 1995

4 Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y figurent, nimpliquent de la part de lorganisation des Nations Unies pour lalimentation et l'agriculture aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. La référence hih1iorahiu decdocjim.en1 est Kéhé, M., J-C. Njock, et J. Gallène, Revue sectorielle de la pêche artisanale maritime du 1995 Congo. Cotonou, Projet DIPA, 37p., DIPA/WP/70. Projet DIPA FAO B.P Cotonou, République du Bénin Télex: 5291 FOODAGRI Fax: (229) Tél: (229)

5 ACRONYMES APA Agence de prmotion agricole BCEAC Banque centrale des Etats d'afrique Centrale CFCO Chemin de fer du Congo CFD Caisse française de développement COBEVIRHA: Communauté économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques COPACE : Comité des pêches pour l'atlantique centre-est COPEMAR Congolaise de pêche COREP : Comité régional des pêches du golfe de Guinée CPCA : Comité des pêches continentales pour l'afrique CRC Crédit rural congolais DANIDA Agence danoise pour le développement international DGP Direction générale des pêches DIPA Programme de développement intégré des pêches artisanales en Afrique de l'ouest DRPK Direction régionale des pêches de Kioulou EU Etats Unis d'amérique FAC Fonds d'aide et de coopération FAH : Fonds d'aménagement halieutique FAO Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture FIDA Fonds international pour le développement international agricole FMI Fonds monétaire international GPM Grande pirogue motorisée IDR Institut de développement rural N/O : Navire océanographique ONAPEC Office national des pêches ORSTOM Institut français de recherche en coopération PARESO Programme de relance économique et sociale PAS Programme d'ajustement structurel PIB Produit intérieur brut PMM Pirogue monoxyle motorisée PMR Pirogue monoxyle à rame PRAUSAG Programme d'actions d'urgence du secteur agricole p.u.e. prise par unité d'effort UDEAC Union douanière des Etats de l'afrique Centrale UICN : Union mondiale pour la nature ZEE Zone économique exclusive Rapport Technique DIPA N 70

6 AVANT-PROPOS La présente étude rentre dans le cadre des activités du programme pour le développement intégré des pêches artisanales en Afrique de l'ouest (DIPA), notamment le volet relatif à la mise en place d'une méthodologie appropriée pour le suivi socio-économique dc la pêche artisanale maritime. Auparavant, la Guinée Bissau. le Cameroun et Sao Tomé et Principe avaient bénéficié de l'assistance du DIPA dans ce domaine (DIPA/WP46, DIPA/WP/48 et DIPA/WP/55). L'étude a été réalisée par une équipe composée d'un économiste (chef d'équipe), d'un bio-statisticien et d'un technologiste des pêches. La mission a séjourné au Congo du 15 mars au 02 avril L'objectif du travail est l'analyse sectorielle de la pêche artisanale maritime congolaise (importance du sous-secteur dans l'économie nationale) en vue d'identifier quelques indicateurs quantitatifs et qualitatifs permettant à l'avenir de mesurer l'évolution du sous-secteur. L'équipe tient à remercier le personnel de la Direction Régionale des Pêches de Kouilou à Pointe Noire et toutes les personnes rencontrées (annexe 1) pour l'aide, le soutien et les précieux renseignements fournis. Un remerciement particulier est adressé à Messieurs Lucien MALOURKI, chercheur à l'orstom, André NINON, Directeur régional des pêches de Kouilou, François-Joseph RODRIGUEZ, Administrateur, chef du projet UICN conservationdéveloppement de la réserve de faune de Conkouati et André BITOUMBA, fonctionnaire de liaison du DIPA pour leur assistance continue durant la mission ainsi que pour le grand intérêt porté à ce travail. Après une description du contexte général, le document présente les principales caractéristiques du secteur des pêches (ressource, embarcations, techniques de pêche, opérateurs économiques et captures), ainsi que les méthodes de valorisation des produits débarqués (traitement, conservation et commercialisation). L'examen de la politique de développement national a permis de passer en revue les principaux programmes et projets de développement, les structures administratives impliquées. Enfin, l'analyse des contraintes et opportunités pour le développement du sous-secteur débouche sur l'identification des principaux indicateurs socio-économiques retenus pour le suivi par l'administration des pêches. Toutefois, ce travail n'est pas une fin en soi. Il se veut plutôt un premier élément dans l'élaboration d'un réel outil de suivi permanent du sous-secteur de la pêche artisanale au Congo. C'est dans cette optique que le programme DIPA espère qu'il sera utilisé. ii Rapport Technique N 70

7 Table des matières Page CONTEXTE GENERAL i Milieu physique i 12. Milieu humain Situation économique 2 PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DU SECTEUR Les ressources halieutiques S 2.2. La pêche artisanale maritime Les embarcations Les engins et techniques de pêche Les communautés des pêcheurs La production débarquée 11 2,3. La pêche continentale et la pisciculture La pêche industrielle 13 DEVENIR DES CAPTURES Traitement Conservation Commercialisation 16 3,4. Consommation 17 POLITIQUE ET PLAN DE DEVELOPPEMENT Programme de relance économique et sociale Principaux objectifs du plan de développement sectoriel Projet de développement de la pêche 19 STRUCTURES ADMINISTRATIVES ET INSTITUTIONS DE RECHERCHE L'Administration des pêches Le Fonds d'aménagement halieutique Institutions de crédit Institutions de recherche et de formation Formation Recherche Institutions régionales COREP COPACE Conférence ministérielle COBEVIRHA DIPA CPCA 23 OPPORTUNITES ET CONTRAINTES AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR Contraintes Facteurs écologiques Facteurs socio-culturels Disponibilité des facteurs de production Infrastructures et services d'appui 26 Rapport Technique DIPA N 70 iii

8 6.2. Opportunités 27 SUIVI SOCIO-ECONOMIQUE DE LA PECHE ARTISANALE Enquêtes-cadres Evaluation des quantités débarquées Etude socio-économique Synthèse des données à collecter 30 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 32 ANNEXE 1: LISTE DES PERSONNES RENCONTREES 34 ANNEXE 2: LISTE DES PRINCIPALES ESPECES COMMERCIALES 35 ANNEXE 3: PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES ENGINS DE PECHE UTILISES AU CONGO 37 LISTE DES CARTES ET FIGURES Carte 1: Situation géographique du Congo i Carte 2 : Grandes zones maritimes du littoral congolais 7 Figure 1: PIB congolais en francs courants ( ) 3 Figure 2 : Balance commerciale du Congo ( ) 4 Figure 3 : Répartition du parc piroguier sur le littoral congolais en Figure 4 : Evolution du parc piroguier ( ) 8 Figure 5 : Production de la pêche artisanale maritimc ( ) 12 Figure 6 : Captures de la flotte industrielle évoluant au Congo ( ) 14 Figure 7 : Importation de poisson au Congo ( ) 16 Figure 8 : Consommation apparente de poisson au Congo ( ) 17 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: Données physiques du Congo i Tableau 2 : Evolution des prix des moteurs hors-bord Yamaha au Congo 8 Tableau 3 : Rendements moyens des pirogues évoluant au Congo en Tableau 4 : Récapitulatif du suivi socio-économique de la pêche artisanale 31 IV Rapport Technique N 70

9 Carte 1.- Situation géographique du Congo C ENTRAFRIQUE C AM ER OUN S ounk o 'I. Hbop'. p Pkound t RU AT EU R KU GA GUN Z A R E co Dvn ARI j J....cJ_ '' osendjo \/ i poo Sin1 SQ 200 krn ROUTE (tt[hth DE FER RiVI4E Oc i' AI1niqu poihit R E OkAZ L AV t U. L UhtI E ADHI N ST RAT VE

10

11 Contexte générai Milieu physique Indépendant depuis 1960, le Congo est un pays côtier situé au niveau de l'equateur (carte 1), couvrant une superficie globale de km2, Le Congo dispose dune façade maritime importante. En effet, le littoral a une longueur d'environ I 70 km avec deux baies abritées la baie de Loango et la baie de Pointe Npire Le plateau continental est large de 60 km en moyenne et couvre une surface de II 300 km dont le tiers est occupé par des affleurements rocheux. Il se prolonge par un talus de 120 km de long et km2 de superficie, dans une zone comprise entre 200 et m de profondeur. La ZEE est estimée à environ km (tableau 1). La zone côtière comprise entre O et 20 m se caractérise par une alternance de fonds meubles et de fonds durs exploités simultanément par la pêche artisanale e la pêche industrielle. Tableau 1. Données physiques du Congo Au cours de ces dernières années, on a assisté à un développement de l'industrie pétrolière caractérisée par une large distribution des plates-formes de forages. Cette partie du plateau continental, réservée aux activités d'extraption pétrolière, et par conséquent interdite à la pêche, est assez importante, environ km. Dès lors, la partie exploitable du plateau continental congolais couvre une superficie inférieure à km2. Le Congo dispose d'un réseau hydrologique dense et à température pratiquement constante, favqrable à la pêche continentale. La cuvette congolaise couvre une superficie estimée à km et comprend six cours d'eau principaux; la Sangha (500 km) avec son principal affluent la Likoula-aux-Herbes (350 km), la Likoula-Mokassa (475 km) et ses deux principaux affluents, le Mambili et le Kouyou l'oubangui qui borde la cuvette sur près de 500 km; l'alima (500 km) Superficie territoire (km2) Longueur côtes (km) 170 Plateau continental (km2) il 300 Talus (km2) ZEE (km2) Eaux continentales (km2) le fleuve Congo qui draine sur sa rive droite les eaux de toutes les rivières citées ci-dessus Avec l'oubangui, il forme la frontière avec le Zaire sur km environ Il borde la cuvette sur 350 km, avec une largeur moyenne de 6 à 9 km Rapport Technique DIPA N 70 1

12 Le milieu marin congolais se caracterise par l'alternance de quatre saisons d'importance et d'intensité variables La grande saison chaude, de janvier à avril, marquée par la présence des eaux guinéennes chaudes (t >24 C jusqu'à 15 m). La grande saison froide, de mai à septembre (t <20 C à 15 m), est complétée par une petite saison chaude entre octobre et novembre. Le reste de l'année (décembre) est occupé par la petite saison froide (t <23 C à 15 m) 1.2 Milieu humain La population congolaise est estimée en 1993 à 2,5 millions d'habitants. Selon le dernier recensement de 1984, e taux de croissance est de 3,47 par an La densité moyenne est faible (7,33 habitants au km ) alors que le taux d'urbanisation est trés élevé 55 % de la population vivent dans les deux principales villes (Brazzaville, la capitale et Pointe Noire) L'arrière pays n'est occupé que par 35 % de la population nationale, ce qui dénote l'impor-tance de l'exode rural et la faiblesse du secteur agricole. Bien que l'unite nationale se renforce depuis l'indépendance, les groupes ethniques gardent encore une grande importance surtout dans la vie rurale traditionnelle et dans les relations de solidarité En dehors des pygmées d'origine plus ancienne et que l'on trouvent surtout en forêt (diai/ilu, sang/ia, ikouala), la population congolaise fait partie de l'ensemble hanlou. Le Congo est caractérisé par une diversification ethnique. Huit principaux groupes ethniques subdivisés en de nombreux sous-groupes (plus de 80) se partagent le pays. La population impliquée dans la pêche appartient au groupe kongo au sud du pays Il s'agit essentiellement des iii! implantés le long du littoral. La situation sociale est caractérisée par un délabrement des structures de santé et «éducation, ce qui explique la faiblesse de l'espérance de vie à la naissance, 52 ans en moyenne, et du taux de scolarité, en moyenne 2,1 années de scolarité en 1990 avec un taux d'analphabétisme des adultes de 43 0/ 1.3 Situation économique Grâce à ses ressources pétrolières, le Congo a connu dans le passé récent une relative prospérité. Entre 1977 et 1985, le PIB est passé de 18 1,7 milliards à 970,8 milliards de FCFA, Soit une hausse de 434 % Depuis 1989, la situation économique est devenue désastreuse. On assiste à de profonds déséquilibres structurels de l'économie En 1991, le secteur productif hors pétrole, a reculé de plus de 6 % car écrasé par l'improductivité des entreprises publiques et asphyxié par l'insolvabilité de l'etat et de ces mêmes entreprises. La dégradation s'est poursuivie et en 1993, le PIE n'a été que de 675,7 milliards de FCFA (figure 1). Pour l'année 1992, avec un PIB par tête d'habitant de $ EU, le Congo arrive en seconde position dans la région de l'afrique Centrale, largement derrière le Gabon (4.450 $ EU). L'économie congolaise est dominée par les secteurs secondaires et tertiaires. L'agriculture ne représente que 14 0/ du PIB contre 35 % pour l'industrie et 51 % pour les services. La contribution de la pêche au PIB n'a fait l'objet d'aucune estimation. Rapport Technique N 70

13 Figure 1.- PIB congoiais en francs courants ( ) O Source BCEAC Le Congo dispose d'énormes potentialités de terres moyennement fertiles, couvrant près de 30 % de la superficie du pays, soit 10 millions d'hectares cultivables. Les caractéristiques climatiques de type équatorial autorisent la culture d'une large gamme de produits agro-industriels (café, cacao, hévéa, palmier à huile, coton), vivriers (manioc, arachide, maís, riz, soja) ou fruitiers (agrumes, mangues, hitchis, mangoustans). Mais le secteur agricole, longtemps considéré comme prioritaire dans les plans quinquennaux de développement économique et social, n'a jamais pu répondre aux besoins de consommation nationale. Le degré d'autosuffisance du Congo paraît correct seulement pour les cultures vivrières (92,5 o,/ pour le manioc, 107 % pour le plantain et 110 % pour les autres tubercules), les fruits (97 o/e) et légumes (64,5 % pour le haricot sec) En revanche, la consommation dépasse de loin la production pour le riz (2,5 o,/) et l'arachide (6 o/e) Par ailleurs, le taux de couverture est très faible pour la viande rouge (26,9 %) et blanche (29,9 o/e) Le Congo reste dépendant de l'extérieur pour la satisfaction des besoins des populations en protéines animales. Pour l'année 1992, les importations ont été de tonnes de viandes, de volailles abattues et d'oeufs, de t de poissons et de t de conserves (viande et poisson). La situation financière du Congo est dramatique. Le déficit budgétaire en pourcentage du P113 est passé de 4,7 % en 1990 à 13 0/ en 1992 en dépit d'une baisse du PIB en termes constants de 3 % par an sur la même période. Rapporté aux recettes budgétaires, ce déficit hors arriérés et service de la dette est passé de 73 % 141 % C'est ainsi que le "gap", besoin de financement de l'etat plus les emprunts aura été de 447 milliards de FCFA soit 2,25 fois les recettes budgétaires. Rapport Technique DIPA N 70 3

14 Ce solde negatif est bien sor alourdi par les obligations extérieures au titre de la dette En effet, en 1983, le Congo a contracté des emprunts pour le financement d'importants programmes d'investissements Ainsi le service de la dette extérieure par tête d'habitant est lun des plus élevés au monde Selon la Banque Mondiale, la dette extérieure congolaise s'élevait en 1992 à 5,12 milliards S EU, soit plus de 200 % de la richesse nationale. La dette intérieure cumulée s'élève à 550 milliards de FCFA Le Congo est en cessation de paiement interne et externe depuis 1989 Cependant, grâce a l'evploitation des importantes ressources pétrolières, le solde de la balance commerciale est resté positif sauf pour l'année 1988 (figure 2) Figure 2- Balance commerciale du Congo ( ) E xpo ru o ns Im po ru o n s S o d e Source BCEAC Actuellement, la croissance économique est freinée par le financement de la fonction publique jugée pléthorique (1 fonctionnaire pour habitants), la faillite du secteùr étatique et parapublic bancaire, la faiblesse du secteur privé, les sorties de capitaux et l'absence de cadre institutionnel adapté pour favoriser les investissements étrangers. La situation économique entretient un sous-emploi croissant et un chômage effectif important qui n'est pas pris en compte de façon exhaustive par les services spécialisés. Il se traduit par une pression à la baisse des revenus des ménages qui subviennent aux besoins des sansemplois et une déqualification des éventuels travailleurs Les estimations font apparaître plus de demandeurs d'emplois sans postes disponibles en 1995 et le cap des sera franchi en l'an La situation sera aggravée par la réduction prochaine des salaires et du personnel de la fonction publique. 4 Rapport Technique N3 70

15 2. Principafes caractéristiques du secteur 2.1 Les ressources halieutiques Les estimations du potentiel halieutique sont basées sur les campagnes du navire océanographique (N/O) norvégien Dr Fridtjof Nansen entreprises depuis 1985 sur le plateau continental du Congo et du Gabon. Ces missions et d'autres travaux antérieurs (Fontana, 198 1) font état dune faune ichtyologique diversifiée comprenant environ 1 50 espèces. D'après les résultats de la campagne de mars 1994 (Anonyme, l994a), la biomasse serait de tonnes pour les espèces pélagiques dont tonnes de sardinelles et tonnes de carangidés, scombridés, sphyraenidés et trichiuridés La campagne d'août 1994 a estimé une biomasse totale de tonnes dont tonnes de pélagiques (52 % de sardinelles) et tonnes d'espèces démersales (Anonyme, l994b). Les valeurs élevées d'août sont dues aux sardinelles dont les périodes de fortes concentrations sur les côtes congolaises correspondent à la grande saison froide (mai-septembre) et à la petite saison froide (décembre-janvier). A la lumière de ces chiffies, le potentiel halieutique exploitable oscillerait autour de t/an toutes espèces confondues. Du fait des migrations saisonnières des poissons dans les eaux des pays voisins (Angola et Gabon), cette biomasse est variable C'est ce qui explique probablement la disparité des chiffies sur le potentiel halieutique congolais publiés dans différentes études L'annexe 2 donne la liste des principales espèces commerciales exploitées dans les eaux sous juridiction congolaise. 2.2 La pêche artisanale maritime Les embarcations Les embarcations utilisées pour la pêche artisanale sur le littoral congolais peuvent être classées en trois catégories z la pirogue monoxyle congolaise à rame, à fond plat. Elle est creusée dans un tronc d 'okoumé (ocoumea klaineana, staudtia gabonensis, vilex grandi/olio), bois lourd mais très résistant, lui assurant une durée de vie d'au moins S ans selon le degré de maintenance. Les dimensions moyennes sont z longueur 6 m, largeur 80 cm et profondeur 50 cm. Ces pirogues vili sont proches de celles utilisées dans les rivières et lacs de l'intérieur la pirogue congolaise motorisée qui diffère de la précédente par une adaptation réalisée sur le tableau arrière où une échancrure permet d'installer un moteur horsbord. D'une longueur moyenne de 7 m, cette pirogue peut atteindre 90 cm de largeur. L'épaisseur de la coque est en général supérieure à celle de la pirogue à rame, ce qui rapproche sa durée de vie à io ans. La puissance des moteurs utilisés varie entre 6,5 et 25 CV avec une forte proportion des 15 CV; Rapport Technique DIPA N 7()

16 (iii) la pirogue de type ghanéen, monoxyle simple ou rehaussee par des planches Appelée localement pirogue popo, elle est achetée neuve ou d'occasion au Ghana puis acheminée par mer à Pointe Noire via Cotonou au Bénin Pour une longueur variant entre 10 et 12 m, ces pirogues ont une largeur moyenne de 1,5 m Elles sont creusées dans un tronc de wawci (tuip/ochilon scierroxylon), bois tendre, relativement spongieux que l'on recouvre de goudron au moins une fois par an La durée de vie moyenne est 8 ans Ces embarcations sont toutes équipées de moteurs puissants (25 a 40 CV) L'entretien est assuré par le pêcheur qui procède au colmatage des fentes apparaissant au fond, au moyen de feuilles d'aluminium goudronnées, à la peinture et à la réfection des bordées Les coûts d'acquisition ont presque doublé entre 1985 et Le prix moyen de la pirogue monoxyle à rame est passé de loo 000 FCFA à FCFA pendant cette période Le littoral congolais compte 33 centres de débarquement répartis dans 4 grandes régions maritimes (carte 2) Kouilou et Littoral nord (14 centres), Baie de Loanga (7), Pointe Noire (3) et Sud Pointe Noire (9) En I'ORSTOM a recensé 546 pirogues contre 497 en soit une hausse de Q % Ces pirogues sont concentrées essentiellement à Pointe Noire (figure 3) du fait de l'importance du marché ponténégrin Ce sont les pirogues à rame qui dominent (6 1 Le taux de motorisation pour les pirogues de type congolais est très faible (16 o/e) On compte actuellement 152 grandes pirogues popo toutes motorisées. Figure 3.- Répartition du parc piroguier sur le littoral congolais en 1994 Kioulou et LiCo rai N o rd (14%) Sud Pointe Noire (6%) Baie de Loango (21%) Pointe Noire (60%) Source ORSTOM Pointe Noire f) Rapport Technique N 7(1

17 Carte 2- Grandes régions maritimes du Littoral congolais (source r Centre ORSTOM Pointe Noire) Rapport Technique DIPA N 70 7

18 Jusque dans les années 80, les moteurs hors-bord Evinrude et Johnson avaient la préférence des pêcheurs. Actuellement, avec la disparition de la plupart des concessionnaires, le choix est porté sur la marque Yamaha. La vente des moteurs et des pièces de rechange se fait toutes taxes comprises. La dévaluation du FCFA a été à l'origine de l'augmentation des coûts d'acquisition des moteurs hors-bord entre 91 et 112 % selon la puissance (tableau 2). Tableau 2. Evolution des prix des moteurs hors bord Yamaha au Congo Puissance Prix avant dévaluation (FCFA) Prix après dévaluation (FCFA) L'évolution du parc piroguier est caractérisée par une légère croissance entre 1987 et Le nombre de pirogues monoxyles à rame (PMR) est resté presque constant de même que celui des grandes pirogues motorisées (GPM). En revanche, l'effectif des pirogues monoxyles motorisées (PM1M) accuse une hausse de 5 1 % (figure 4). L'analyse de la distribution spatiale fait apparaître des disparités entre les régions maritimes. Dans la région sud de Pointe Noire et la zone de Pointe Noire, on note une diminution significative des pirogues à rame, une augmentation considérable des pirogues monoxyles motorisées et, dans une moindre mesure des pirogues du type popo. Pour la baie de Loango, les pirogues à rame sont en augmentation (8,6 %) alors que les pirogues motorisées sont en nette régression (53,8 %). Dans la zone Kouilou et Littoral nord, il n'y a aucune pirogue motorisée, on note une croissance de l'effectif des pirogues à rame (13,8 %). L'isolement de ces zones à cause d'un réseau routier pratiquement inexistant entraîne sans doute des difficultés d'écoulement des produits de la pêche et donc un nombre réduit d'embarcations. Figure 4.- Evolution du parc piroguier ( ) Variation (%) 08CV CV CV CV LU o P MS 0PMM 0G PM Source ORS TOM Pointe Noire 8 Rapport Technique N 70

19 2.2.2 Les engins et techniques de pêche Les engins de pêche utilisés le long du littoral congolais regroupent des filets, des lignes et des trémails. Sept types de filets, de conception, de taille et de. maillage différents peuvent être distingués (annexe 3). Le filet dormant de fond (sinzi) est fabriqué à partir d'une nappe de filet en multifilament câblé en fil de 210d/9 à 210d/12 en général, parfois même en fil de 210d/25-36 selon la disponibilité du matériel. Le maillage varie de 90 à 170 mm (mailles étirées). Le filet de surface à sardinelles (naimbou makouala) est utilisé en majorité par les pêcheurs béninois popo. Ces filets en multifilament câblé en fil de 2 lod/6 à 2 lod/9 ont des mailles étirées de 50 mm. La longueur d'un filet est de loo m et la profondeur varie selon la saison de pêche. En saison chaude (hivernage), au moment où les sardinelles suivent la thermocline en descendant plus profondément dans la colonne d'eau, les pêcheurs utilisent des filets de 400 mailles de profondeur. Ceux de 200 mailles sont utilisés en saison froide, de mai à fin septembre. Le nombre moyen de filets par unité de pêche est de 8, avec un maximum de 12 soit une longueur variant entre 800 et mètres. Les pêcheurs vili utilisent également des filets à ethmaloses (maillage mm) pendant la saison chaude, avec 3 à 4 filets de 100 mètres sur 200 mailles de profondeur par pirogue. La senne de plage à poche centrale ou filet à poche s'utilise en de nombreux endroits du littoral. Elle est destinée à la pêche des espèces multiples vivant près des rives. Mais, elle capture en premier lieu des juvéniles de sardinelles destinés au séchage pour la consommation locale. Les sennes observées, notamment à Pointe Indienne (12 engins), sont constituées d'un maillage uniforme de 25 mm étiré en fil de 210d/36. Chaque aile avait 150 mètres de long sur4 mètres de hauteur, et une poche centrale de 4,50 mètres de profondeur. Le prix d'une senne de plage semblable varier entre 1,5 et 2 millions de FCFA selon la longueur de l'engin. Le filet est mis à l'eau à l'aide d'une pirogue monoxyle du type vili à fond plat. Douze personnes sont nécessaires au halage de l'engin sur la plage. Le filet plateau est constitué d'un cadre rectangulaire de bambous (5 m de long et 2 m de large) sur lequel est montée une nappe de filet en mailles de io mm étirées, armé à environ %. L'engin est utilisé près du bord à l'aide d'une embarcation monoxyle à rame. Deux hommes font plonger l'engin en oblique sous le banc de poisson. Puis, grâce aux bambous du cadre, l'engin se redresse rapidement vers l'horizontale, soulevant ainsi vers la surface de l'eau le banc de juvéniles de sardinelles appelés localement sardines. Ces poissons restent ainsi prisonniers au dessus du filet. Il faut noter que cet engin de pêche, utilisé seulement à Pointe Noire et à Pointe Indienne, n'est pas du tout sélectif et contribue à la destruction du stock de sardinelles. Le filet dormant de fond en multimonofilament (mailles étirées de 120 à 150 mm), en provenance occasionnelle du Cabinda, est apparu récemment sur le littoral congolais. Il est destiné à la capture des espèces démersales (dorades, mérous, etc...). Sa distribution spatiale est toutefois limitée il est observé uniquement sur les plages des environs de Pointe Noire. Les pêcheurs semblent satisfaits des performances de cet engin, mais font remarquer que sa durée de vie est relativement courte (6 à 8 mois en moyenne) du fait de la non disponibilité au Congo du fil nécessaire aux réparations. Rapport Technique DIPA N 70 9

20 Les pêcheurs procèdent eux-mêmes au montage des filets à partir des nappes achetées auprès des rares commerçants béninois du marché centra! de Pointe Noire. Certains pêcheurs fabriquent les nappes de filets dormants à partir des bobines de fi! achetées auprès de ces mêmes commerçants. L'entretien est assuré par le pêcheur durant la journée (la pêche au filet est pratiquée la nuit)) ou par un ramendeur professionnel (souvent pêcheur par ailleurs). En 1992, le programme DIPA a introduit 5 trémails dans le village de pêcheurs de Matombi. Les résultats obtenus à l'issue de deux années d'expérimentation sont décevants. Seulement 12 sorties ont été effectuées pendant la période considérée pour la pêche au trémail en association avec les filets doiiiiants de fond pour une meilleure comparaison des performances. Ceci est lié d'une part aux pannes fréquentes du moteur hors-bord de la pirogue en fibre de verre du projet de Matombi, et d'autre part à l'esprit d'entreprise limité des pêcheurs concernés. Néanmoins, l'expérience se poursuit sous la supervision de 1'ORSTOM de Pointe Noire. Un autre trémail en monofilament (type trémail à soles des pêcheurs de la Manche et du littoral atlantique français) a été observé dans le village de Kotchi-Fouta, à 18 km au sud de Pointe Noire. Le pêcheur qui l'utilise déclare être satisfait des prises bien que ne pouvant donner aucune indication précise sur les rendements obtenus. L'utilisation et la maintenance semblent aléatoires. De plus, les nappes de filet monofilament nécessaires à la réparation ne sont pas disponibles au Congo. Une seule senne tournante et coulissante du type awasha existe au sein de la communauté popo de Pointe Noire. Actuellement ce filet est inutilisé, les pêcheurs lui préférant le filet maillant makouala pour diverses raisons. En effet, son utilisation suppose un équipage permanent qualifié d'au moins 9 pêcheurs. Or, la mobilité constitue la grande caractéristique des pêcheurs congolais embarqués à bord des pirogues béninoises. Par ailleurs, la prix d'un awasha (6,5 millions de FCFA pour 450 m de long et 40 m de chute) peuilet d'acheter près de 22 filets makoula (100 m de long et 400 mailles de profondeur). Trois types de lignes à main (palangrottes) sont utilisés par les pêcheurs vili les lignes de fond à pageots (rnpiassa) ; les lignes de fond pour mérous et autres espèces à haute valeur commerciale (0ko) ; les lignes de surface (nanali) pour les barracudas Les communautés de pêcheurs Historiquement les vili occupent la façade maritime du Congo depuis le 16ème siècle (région de Kouilou). La pêche a été pendant longtemps concurrencée par les activité généréçs par le commerce actif de l'ivoire et des autres denrées coloniales ainsi que la pêche en eau douce et la chasse pour l'approvisionnement en protéines. Elle est demeurée une activité limitée dont le produit est destiné à l'autoconsommation et à un commerce très restreint. A partir de 1950, la communauté vili allait perdre le monopole de l'approvisionnement en poisson avec l'arrivée des pêcheurs du Ghana, du Togo et du Burkina Faso (ex Haute Volta) qui maîtrisent des techniques de pêche plus sophistiquées (Chaboud, 1982). Désignée par le terme générique de pêcheurs popo, cette communauté est aujourd'hui composée de Béninois appartenant essentiellement aux ethnies xwaia et xweda (Jul-Larsen, 1994). Les vili et les popo constituent les deux principales communautés des pêcheurs qui cohabitent depuis plus d'une quarantaine d'années le long du littoral congolais avec des logiques 10 Rapport Technique N 70

LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE

LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE LE TRAFIC GLOBAL PAR PORT Le trafic global des marchandises des ports d'abidjan et de San Pedro, au cours des 12 mois de l année

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire RÉSUMÉ ANALYTIQUE Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire CONTEXTE GÉNÉRAL La production agricole

Plus en détail

Pêche maritime et aquaculture

Pêche maritime et aquaculture En, les navires français métropolitains ont pêché près de 56 tonnes de poissons, crustacés, coquillages et autres produits de la mer. Les deux tiers des captures françaises ont été réalisés en Atlantique

Plus en détail

FILIERE THON. Sommaire

FILIERE THON. Sommaire Filières de l'agriculture, de l'elevage, et de la Pêche, et Actions du Ministère de l'agriculture, de l'elevage, et de la Pêche Page 1 DE 8 FILIERE THON Sommaire FILIERE THON 1 SOMMAIRE 1 FILIERE THON

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

EDIC MALI. Volet Agriculture

EDIC MALI. Volet Agriculture Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Division de l'afrique, des pays les moins avancés et des programmes spéciaux ( ALDC ) EDIC MALI Volet Agriculture Moctar BOUKENEM Consultant

Plus en détail

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines Les professionnels de la mer exercent leur activité sur le littoral ou au large, embarqués à bord de navires professionnels ou travaillant à terre dans des ateliers, des zones portuaires, des fermes aquacoles.

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA)

RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA) Direction Générale des Opérations Direction des Systèmes et Moyens de Paiement RAPPORT DE FONCTIONNEMENT DU SYSTEME INTERBANCAIRE DE COMPENSATION AUTOMATISE DANS L'UEMOA (SICA-UEMOA) ANNEE 2012 Direction

Plus en détail

Ouverture route Kisangani-Banalia-Buta

Ouverture route Kisangani-Banalia-Buta Située dans le Nord Est, la Province Orientale est l une des 11 provinces de la RDC. Elle a une superficie de 503.239 km² (1 ère place, soit 22% du territoire national). L effectif de sa population avoisine

Plus en détail

Thème : Ecosystème et sécurité alimentaire Par Norbert GAMI Anthropologue

Thème : Ecosystème et sécurité alimentaire Par Norbert GAMI Anthropologue Union Internationale pour la Conservation de la Nature Programme Régional pour l Afrique centrale et occidentale Forum Régional de l Environnement Brazzaville, 05 08 Juillet 2011 Thème : Ecosystème et

Plus en détail

Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement?

Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement? Les institutions financières internationale sont-elles utiles au développement? François Bourguignon Pauvreté et développement dans un monde globalisé (8) Chaire "Savoir contre pauvreté", Collège de France,

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Royaume du Maroc MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME المملكةالمغربية وزارةالفلاحة والصيد البحري Délégation des Pêches Maritimes de Tanger FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Année 2011

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Comptoir de Recherches. Aquacoles et Mytilicoles. Du Sénégal. Gohier Guy

Comptoir de Recherches. Aquacoles et Mytilicoles. Du Sénégal. Gohier Guy Comptoir de Recherches Aquacoles et Mytilicoles Du Sénégal. Gohier Guy Tél 00 221 33 957 88 21 Tél.00 221 77 367 10 81 Skype gohier.guy Email :cramssenegal@gmail.com De l écloserie à l élevage en mer jusque

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX INTERVENTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture (culture, élevage, foresterie, pêche)

Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture (culture, élevage, foresterie, pêche) 21/03/2013 UNFCCC, Atelier régional de formation sur l adaptation pour les PMA francophones 18-22 mars 2013, Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ---------------- Cabinet du Président Délégation générale à la protection sociale et à la Solidarité

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

PROJET DE DÉCLARATION SUR L EMPLOI, L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT INCLUSIF EN AFRIQUE

PROJET DE DÉCLARATION SUR L EMPLOI, L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT INCLUSIF EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517 Fax: 517844 SA11717 SOMMET EXTRAORDINAIRE SUR L'EMPLOI, L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION

LES OBSERVATIONS SUR LA MISSION http://senat.fr/rap/np07_04ami/np07_04ami_mono.html Vous êtes ici : Projets/Propositions de loi > Commission des finances > Notes de présentation Compte de concours financiers "Accords monétaires internationaux"

Plus en détail

ECHANGES COMMERCIAUX DU GABON AVEC LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC (PAZF)

ECHANGES COMMERCIAUX DU GABON AVEC LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC (PAZF) PLAN DU DOCUMENT : 1. PRESENTATION GENERALE 2. LES EXPORTATIONS 3. LES IMPORTATION 4. LA BALANCE COMMERCIALE 5. TABLEAUX DE SYNTHESE Nota : Les données présentées ici sont issues des statistiques des administrations

Plus en détail

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE

ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Département des Opérations Direction des Etablissements de Crédit et de Microfinance ETAT DE MISE EN OEUVRE PROGRAMME REGIONAL D'APPUI A LA FINANCE DECENTRALISEE Dakar, le 12 mai 2010 Dans le cadre des

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

CONGOLAISE DE L AGRICULTURE LA TRANSFORMATION PAR LE DÉVELOPPEMENT DES PARCS AGRO-INDUSTRIELS DOCUMENT EXCLUSIF. Par John M.

CONGOLAISE DE L AGRICULTURE LA TRANSFORMATION PAR LE DÉVELOPPEMENT DES PARCS AGRO-INDUSTRIELS DOCUMENT EXCLUSIF. Par John M. DOCUMENT EXCLUSIF LA TRANSFORMATION DE L AGRICULTURE CONGOLAISE PAR LE DÉVELOPPEMENT DES PARCS AGRO-INDUSTRIELS Par John M. Ulimwengu 13 EME EDITION 25 John M. Ulimwengu, PhD Conseiller Principal du Premier

Plus en détail

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER Introduction des systèmes d'irrigation améliorée et les semences résilientes au changement climatique

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana)

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana) Statut actuel des petites et moyennes entreprises qui se lancent dans l'agroalimentaire et questions que les gouvernements africains doivent aborder pour promouvoir les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ...

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ... INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE : Nourriture disponible par personne Quantité [kcal/personne/jour] 1996 2001 2006 Disponibilité alimentaire 2033 2162 2354 2586 Source:

Plus en détail

Formation à la gestion des banques céréalières

Formation à la gestion des banques céréalières Formation à la gestion des banques céréalières Organisation interne - PROGRAMME ~CSOQ~~ Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau international du Travail or,.lliutltlll

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION D AFRISTAT ET DE SES ACTIVITES

NOTE DE PRESENTATION D AFRISTAT ET DE SES ACTIVITES Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne NOTE DE PRESENTATION D ET DE SES ACTIVITES 1996 à 2002 Mise à jour le 14 mars 2003 Afristat B.P. E 1600 Niaréla, rue 499 porte 23 - Bamako

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) -------------------

TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- TERMES DE REFERENCE POUR LA CONSTRUCTION D UN PORT SEC A KAYES ET A SIKASSO (présenté par Mr Harouna CISSE source dnt) ------------------- I. CONTEXTE GENERAL : Le Mali est un vaste pays enclavé se situant

Plus en détail

Fidele BEKALE B'EYEGHE

Fidele BEKALE B'EYEGHE Fidele BEKALE B'EYEGHE SOUVERAINETE ALIMENTAIRE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Le cas du Gabon Preface de Paul BIYOGHE MBA L'Harmattan Table des matieres REMERCIEMENTS 7 PREFACE 9 AVANT-PROPOS 11 INTRODUCTION

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE ORGANISATION MARITIME DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE LA COOPERATION ENTRE L OHI ET L OMAOC QUELLES PERSPECTIVES? par Alain Michel LUVAMBANO Secrétaire Général Atelier sur le développement des services

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

La pêche de la lamproie marine et l état du stock

La pêche de la lamproie marine et l état du stock Suivi et évolution des stocks exploités des lamproies migratrices du bassin Gironde-Garonne-Dordogne La lamproie marine Depuis le milieu du XXème siècle, l aire de répartition européenne de la lamproie

Plus en détail

LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE

LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE BURGÉAP EAU-SOL-ENVIRONNEMENT LA CONSTRUCTION DES PUITS EN AFRIQUE TROPICALE Collection Techniques rurales en Afrique MINISTÈRE DE LA COOPÉRATION ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI

ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI Agence spécialisée des Nations Unies, l O.M.I est l autorité standard pour la sécurité, la sureté et les performances environnementales des transports maritimes

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA Distribution: Restreinte EB 2005/84/R.33 18 avril 2005 Original: Anglais Point 14 b) ii) de l'ordre du jour Français a FIDA Conseil d'administration Quatre-vingt-quatrième session Rome, 18-20 avril 2005

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

L'INSTITUT DES PECHES MARITIMES A NANTES

L'INSTITUT DES PECHES MARITIMES A NANTES L'INSTITUT DES PECHES MARITIMES A NANTES - Dans le cadre des mesures de décentralisation, le Gouvernement a décidé, en 1960, le transfert à Nantes du siège Central de l'institut scientifique et technique

Plus en détail

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC 2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC Taux de croissance du PIB en volume (en pourcentage) 2005 2006 2007 2008 (a) Cameroun 2,3 3,2 3,9 3,5 Centrafrique 3,0 4,3 3,6

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales AVIS en appui de la position de l Association Européenne des Organisations de Producteurs de Pêche (AEOP/EAPO) relatif aux mesures

Plus en détail

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale La publication des Nations Unies : «Statistiques de comptabilité nationale : principaux agrégats et tableaux détaillés»

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Note de Synthèse. Politiques Sociales. exclusion sociale. inégalité. politiques. Droit des Enfants

Note de Synthèse. Politiques Sociales. exclusion sociale. inégalité. politiques. Droit des Enfants inégalité Note de Synthèse Février 29 Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté sécurité exclusion sociale Politiques Sociales protection sociale atteindre les OMD stratégies politiques

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

STOCKHOLM. Annuaire: Résumé des résultats 232

STOCKHOLM. Annuaire: Résumé des résultats 232 STOCKHOLM Stockholm, la capitale de la Suède, occupe une quinzaine d'îles au débouché du lac Mälaren sur la mer Baltique. Stockholm est le coeur d'une région urbaine de près de 1 760 000 habitants, soit

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

PREPARATION DU PROJET SUPPLEMENTAIRE D APPUI AU PROGRAMME REGIONAL DE DEVELOPPEMENT INTEGRE DU LAC TANGANYIKA (PRODAP II)

PREPARATION DU PROJET SUPPLEMENTAIRE D APPUI AU PROGRAMME REGIONAL DE DEVELOPPEMENT INTEGRE DU LAC TANGANYIKA (PRODAP II) PREPARATION DU PROJET SUPPLEMENTAIRE D APPUI AU PROGRAMME REGIONAL DE DEVELOPPEMENT INTEGRE DU LAC TANGANYIKA (PRODAP II) TERMES DE REFERENCE A. DÉTAILS DE LA CONSULTANCE Travail: Consultance à court terme

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

Les opportunités d affaires aux Comores

Les opportunités d affaires aux Comores Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ( ANPI) Les opportunités d affaires aux Comores Vendredi 24 Octobre 2014, MORONI Sommaire Les opportunités d affaires aux Comores 1. Fiche d identité

Plus en détail

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre En Guinée, les femmes et les hommes ont des rôles et des responsabilités différents et complémentaires en assurant le bien-être alimentaire

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

L'ESSOR D'UN SECTEUR DE SERVICE : LES TRANSPORTS XIX DEBUT XX SIECLE PREMIERE PARTIE : DEGAGER LES INFORMATIONS DES DOCUMENTS.

L'ESSOR D'UN SECTEUR DE SERVICE : LES TRANSPORTS XIX DEBUT XX SIECLE PREMIERE PARTIE : DEGAGER LES INFORMATIONS DES DOCUMENTS. L'ESSOR D'UN SECTEUR DE SERVICE : LES TRANSPORTS XIX DEBUT XX SIECLE PREMIERE PARTIE : DEGAGER LES INFORMATIONS DES DOCUMENTS. A. Concurrence des modes de transport à l'échelle nationale. 1) Quels sont

Plus en détail

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Pistes pour améliorer les résultats en matière de santé Résultats Résultats de santé Ménages et communautés Comportements

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DES PECHES MARITIMES

PLAN DIRECTEUR DES PECHES MARITIMES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une foi Ministère de la Pêche et des Transports Maritimes PLAN DIRECTEUR DES PECHES MARITIMES VOLUME II ACTIONS DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA PÊCHE VERSION

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Site de débarquement de la pêche lagunaire de Bages. Commune de Bages (Aude) Bilan d une année de fonctionnement des aménagements réalisés en 2010

Site de débarquement de la pêche lagunaire de Bages. Commune de Bages (Aude) Bilan d une année de fonctionnement des aménagements réalisés en 2010 Commune de Bages (Aude) Site de débarquement de la pêche lagunaire de Bages Bilan d une année de fonctionnement des aménagements réalisés en 2010 PRUD HOMIE des PECHEURS de Bages-Port La Nouvelle Quartier

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

Béninoises et Béninois, Concitoyennes et Concitoyens, chers Compatriotes,

Béninoises et Béninois, Concitoyennes et Concitoyens, chers Compatriotes, REBUBLIQUE DU BENIN ----------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION Béninoises et Béninois, Concitoyennes et Concitoyens, chers Compatriotes, En respect des

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

CLASSIFICATION. I Activité de l'entreprise

CLASSIFICATION. I Activité de l'entreprise CLASSIFICATION Les entreprises se classent par activité économique (activité de Biens, de Services), par secteur (primaire, secondaire, tertiaire), par forme juridique, par origine et par taille 1. L'entreprise

Plus en détail