Neige et. Neige et. PREVENTION > Réflexions autour de la DOSSIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Neige et. Neige et. PREVENTION > Réflexions autour de la DOSSIER"

Transcription

1 Neige et Neige et A VALANCHES Revue de l Association Nationale pour l Etude de la Neige et des Avalanches ARevue de l'association Nationale pour l'etude de la Neige et des Avalanches valanches ARevue de l'association Nationale pour l'etude de la Neige et des Avalanches SEPTEMBRE DECEMBRE DéCEMBRE 2008 n 122 n 124 PREVENTION > Réflexions autour de la préparation > Secours en d'une avalanche randonnées à skis DOSSIER Accidentologie > Quand est-ce qu'on creuse? > Anciens et nouveaux Détecteurs de Victimes d Avalanche : incompatibilité? TECHNIQUE Trimestriel trimestriel : prix 6,50 - ISSN

2

3 Sommaire DECEMBRE 2008 n 124 Edito Nous voici rentrés dans l hiver! Cette année, les premières chutes de neige ont été précoces et abondantes. Pour les amoureux de l Alpe enneigé, ce sera l aubaine pour de belles randonnées en raquettes ou à skis, ou pour trouver une ressource importante d eau qui alimentera les cascades de glace et les goulottes déjà pratiquées! Pour les opérateurs de domaines skiables, les professionnels et la vie des vallées, cet important manteau neigeux sera la garantie d une activité économique stable pour le début de saison. Toutefois, qu ils soient amateurs ou professionnels, tous les usagers de la montagne enneigée auront conscience du pendant de cette situation a priori favorable à la pratique des activités : le risque important de départ d avalanches. A l heure où ces lignes éditoriales sont rédigées, l ANENA a déjà recensé dix-sept accidents d avalanche dont six ont causé le décès de six personnes. Aussi, l ANENA et ses partenaires assurent-ils une politique énergique pour enrayer cette liste d accidents. Accompagnée par les maires des stations de montagne, les collectivités territoriales, les organismes professionnels, les entreprises partenaires et les associations animées par un même objectif de prévention et d actualisation des connaissances, l ANENA améliore sa formation des pisteurs-artificiers, conduit les réflexions sur l enseignement des techniques cynophiles de recherche en avalanche, édite des outils nouveaux de communication sur les risques pour les usagers, diffuse la connaissance par son réseau de conférences. «Mieux informé, mieux protégé», ces mots raisonneront comme l écho de nos actions. Celles-ci ne sont possibles que par l énergie, le soutient et la confiance de nos adhérents et amis, soyez en tous chaleureusement remerciés. Bon hiver à tous! Jean Faure Président de l ANENA Sénateur de l Isère D O S S I E R > Secours en avalanche 6 Hors-piste de proximité au Collet d Allevard (Isère). Photo : Daniel GOETZ ACCIDENTOLOGIE 2 > Bilan 2007/08 de l Enquête Permanente sur les Avalanches-EPA (N. ECKERT, M. DESCHATRES, L. BELANGER, J.M. DECOUD, O. MARCO) dossier 6 > Secours en avalanche 8 Les maîtres-chiens : constats et enjeux (B. AIRENTI) 10 L action des organismes de secours de l état sur le domaine skiable et en zone de montagne (D. LE GALL, D. LETANG, V. SAFFIOTI) 13 La montagne, miroir de vie. Hommage à Jean-Jacques Mollaret (B. AGRESTI, C. G., D. GOETZ) 18 Si près des pistes! (F. SIBLER, G. BRUNOT) 22 Gestion de la sécurité du domaine skiable : le point de vue du Maire, constats et enjeux. Le cas de Chamonix-Mont-Blanc (J.M. BONINO) TECHNIQUE 23 > Anciens et nouveaux Détecteurs de Victimes d Avalanche : incompatibilité? (F. JARRY, D. LE GALL) ASSOCIATION 28 > ISSW 2008 à Whistler (F. JARRY) NEIGES 29 > Petit QCM de nivologie (D. GOETZ) t e c h n i q u e 23 > Anciens et nouveaux Détecteurs de Victimes d Avalanche : incompatibilité 31 > Bloc-notes 32 > Abstracts Le catalogue ANENA 2009 est inséré dans cette revue. >> NEIGE ET AVALANCHES N Décembre 2008 Trimestriel >> ISSN : N de commission paritaire : 1110 G dépôt légal : décembre 2008 > > Publication A.N.E.N.A. - Directeur de la publication : Jean FAURE ; Rédacteur en chef : Didier LE GALL - Mise en page : Monique GOLETTO. > Commission revue : Christophe ANCEY ; Jacques COMPARAT ; Sébastien ESCANDE ; Daniel GOETZ ; Jean-Louis TUAILLLON ; Jean-Paul ZUANON - A Collaboré à ce numéro : Rikke JARRY-SMEDEBOL > Abonnement : 4 numéros par an : 24 - Tarif préférentiel pour les membres de l ANENA : 12 - A.N.E.N.A rue Ernest Calvat Grenoble - Tél Fax Site : - Revue : monique. > Composition : ANENA > Réalisation graphique : Hepcom : BP 40 CD La Fare les Oliviers > Impression : Imprimerie Bastianelli - 86 av. du Vercors Fontaine - La revue «Neige et Avalanches» est imprimée sur papier recyclé, non blanchi au chlore. >> La reproduction, même partielle, de tous les articles parus dans la revue Neige et Avalanches est interdite sauf accord écrit de la rédaction. Les opinions émises dans la revue Neige et Avalanches sont celles de leurs auteurs. Elles n expriment pas nécéssairement le point de vue de l ANENA. La rédaction reste libre d accepter, d amender ou de refuser les manuscrits qui lui sont proposés. Les auteurs conservent la responsabilité entière des opinions émises sous leur signature.

4 NIVO-météo " L activité au cours de l hiver 2007/08 est assez étalée mais globalement ordinaire. " Bilan 2007/08 de l Enquête Permanente sur les Avalanches-EPA L enquête permanente sur les avalanches (EPA) permet de suivre depuis plus d un siècle l activité avalancheuse de près de couloirs des Alpes et des Pyrénées. L observation, encadrée par la Direction Technique du RTM, est réalisée par les agents de terrain de l Office National des Forêts (ONF) que les auteurs tiennent à remercier. Les données sont traitées par le Cemagref. Cet article présente un bilan des avalanches enregistrées au cours de l hiver 2007/08. Il complète les articles sur les conditions nivo-météorologiques et sur le bilan des accidents d avalanche parus dans le numéro de septembre. Un rapport plus détaillé, ainsi que les informations complètes sur toutes les avalanches de l hiver, sont également disponibles sur Répartition géographique des événements. Au 1 er juin 2008, 853 événements avalancheux d origine naturelle ont été observés : 52 % d entre eux en Rhône-Alpes, 36 % en Provence-Côte-d-Azur (PACA) et 12 % dans les Pyrénées. Au niveau des départements, la Savoie domine, comme chaque année, avec 33 % des événements. Les Hautes-Alpes se distinguent également, de même qu à un degré moindre l Isère et les Alpes-Maritimes. La Haute-Savoie a enregistré seulement 7 % des événements, soit à peine plus que les Alpes-de-Haute-Provence. Au sein des Pyrénées, les Pyrénées-Atlantiques dominent légèrement, mais une activité significative s observe également dans les Hautes-Pyrénées, en Haute- Nombre Effectif % Garonne et en Ariège. En contrepartie, comme souvent, l activité est quasi nulle dans les Pyrénées-Orientales, avec un seul événement (voir tableau 1). Selon le découpage en massifs opéré au sein de la P.R.A (Prévision du Risque d Avalanche), trois massifs des Alpes du Nord enregistrent plus de 80 événements : l Oisans, la Vanoise et la Haute-Tarentaise. Dans le reste des Alpes du Nord, l activité est très contrastée : bien marquée en Haute-Maurienne, Belledonne, Mont-Blanc et Chablais, Sites en cours d observation % de Nombre de sites Nombre total sites avec avec événements de sites événements Nombre moyen d événements/ site Total % % 0,22 Rhône Alpes % % 0,21 74-Haute Savoie 61 7% % 0,11 73-Savoie % % 0,26 38-Isère % % 0,21 Provence Alpes Côte d Azur % % 0,28 05-Hautes Alpes % % 0,23 04-Alpes de Haute Provence Bilan départemental 45 5% % 0,42 06-Alpes Maritimes 86 10% % 0,37 Pyrénées % % 0,16 64-Pyrénées Atlantiques 34 4% % 0,29 65-Hautes Pyrénées 24 3% % 0,13 31-Haute Garonne 25 3% % 0,42 09-Ariège 16 2% % 0,07 66-Pyrénées Orientales 1 0% % 0,03 2 Neige et A VALANCHES

5 nivo-météo Légende Limites de départements Nb d'événements par massif : Pays Basque 2 Evnts 1 Site Nombre d événements et de sites par massif Belledonne Vercors Oisans Dévoluy Champsaur Bauges Chartreuse Embrunais-Parpaillon km 32 Evnts 25 Sites Aspe - Ossau 20 Evnts 20 Sites Haute Bigorre Aure - Louron Aravis 1 Evnt 1 Site 88 Evnts 64 Sites 15 Evnts 15 Sites 3 Evnts 3 Sites 25 Evnts 19 Sites 11 Evnts 8 Sites 34 Evnts 18 Sites mais inférieure à 15 événements partout ailleurs. Elle est en particulier quasi nulle en Chartreuse et Vercors. Les massifs des Alpes du Sud présentent une homogénéité spatiale bien plus forte, tous leurs massifs enregistrant au moins 15 événements. Dans les Pyrénées, l activité est concentrée dans trois massifs : Aspe- Ossau, Luchonnais et Haute-Bigorre. Elle est également notable en Haut-Ariège mais très faible dans tous les autres massifs de la chaîne (figure 1). Les événements se sont produits dans Couserans Luchonnais 23 Evnts 13 Sites 7 Evnts 6 Sites 32 Evnts 22 Sites 9 Evnts 7 Sites 13 Evnts 11 Sites 87 Evnts 46 Sites 20 Evnts 17 Sites 35 Evnts 27 Sites 10 Evnts 10 Sites 80 Evnts 48 Sites Haute Ariège Chablais 48 Evnts 34 Sites 25 Evnts 22 Sites 49 Evnts 32 Sites 28 Evnts 16 Sites 37 Evnts 28 Sites 5 Evnts 5 Sites 30 Evnts 26 Sites 10 Evnts 9 Sites Capcir-Puymorens Mont-Blanc Beaufortin Haute-Tarentaise Maurienne Vanoise Grandes Rousses Thabor 1 Evnt 1 Site Haute-Maurienne Pelvoux Queyras Ubaye Haut-Var - Haut-Verdon 1 Evnt 1 Site Mercantour 65 Evnts 48 Sites Orlu St Bartélémy Cerdagne-Canigou 168 communes, c est-à-dire environ une commune suivie dans l EPA sur trois. Dans les Alpes, 19 communes ont enregistré plus de 10 événements, avec un maximum annuel de 60 événements à Pralognan-la-Vanoise et des totaux également élevés à Val-d Isère (37 événements) et Bessans (45 événements). Plus généralement, les communes actives sont majoritairement concentrées dans les massifs de l Oisans, Belledonne, Pelvoux, Champsaur, Vanoise, Haute Maurienne, Haute-Tarentaise ainsi que du Mercantour. Quelques communes isolées ressortent aussi : Chamonix (74) et Saint-Paul-sur-Ubaye (04), sans surprise car elles sont toujours de grosses contributrices de l EPA, mais également, ce qui est plus inhabituel, Taninges (74) ou les Crots (05). Il n y a au contraire que très peu d événements dans la majorité des communes de Haute-Savoie, de la Chartreuse, du Vercors ainsi que du Queyras. Dans les Pyrénées, la majeure partie de l activité est concentrée dans les communes du centre et de l ouest de la chaîne, avec seulement deux communes ayant enregistré plus de 10 événements : Laruns et les Eaux-Bonnes. Les événements observés concernent 608 sites. Au total, 16 % des sites en cours d observation ont enregistré des événements, avec une moyenne de 0,22 événement par site. à titre de comparaison, en 2005/06, 26 % des sites en cours d observation avaient enregistré un ou plusieurs événements, tandis qu ils étaient au contraire seulement 11 % en 2006/07. à l échelle de la région, c est en PACA que la proportion des sites ayant enregistré des événements est la plus forte. L activité par site est plus faible dans les Pyrénées et conforme à la moyenne nationale en Rhône-Alpes. Cette tendance se retrouve au niveau départemental, avec toutefois quelques contrastes notables : l activité par site est en effet très forte dans les Alpes-de-Haute-Provence, la Haute-Garonne et les Alpes-Maritimes. Elle est par contre faible à très faible dans le reste des départements des Pyrénées et faible en Haute-Savoie (tableau 1). Comparaison avec les hivers précédents L activité observée en 2007/08 est globalement ordinaire, le nombre d événements étant à peine inférieur à celui d une année moyenne. Toutefois, si elle est réellement médiane dans les Pyrénées, l activité est relativement plus forte en PACA (7 ème total le plus élevé enregistré sur les 20 derniers hivers) qu en Rhône-Alpes (13 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers). Cela confirme que l activité a été plus marquée dans les Alpes du Sud que dans celles du Nord. Seuls trois départe- n 124 DECEMBRE

6 NIVO-météo ments enregistrent une activité s écartant nettement de la médiane interannuelle. Les Alpes-Maritimes se distinguent avec une activité forte (2 ème total enregistré sur les 20 dernières hivers, représentant deux fois et demie celui d un hiver moyen), de même que la Haute-Garonne (5 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers). Au contraire, la Haute-Savoie connaît une activité faible, avec plus de deux fois moins d événements que pour un hiver moyen. Nombre dévénements par jour pour la campagne 2007/08 En termes de massifs, les résultats sont plus disparates. Les massifs connaissant une activité forte sont : dans les Alpes, le Dévoluy (2 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers), le Mercantour (2 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers) et l Embrunais (5 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers), et, dans les Pyrénées, le Luchonnais (2 ème total enregistré sur les 20 dernièrs hivers) et le Pays Basque (2 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers, mais avec seulement 2 événements!). Les massifs connaissant une activité faible sont : dans les Alpes, les Aravis (18 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers), La Maurienne (17 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers), les Grandes Rousses (18 ème total enregistré sur les 20 derniers hivers), la Chartreuse (un seul événement) et le Vercors (0 événement) et, dans les Pyrénées, uniquement Cerdagne-Canigou (0 événement). Partout ailleurs, l activité est ordinaire. Répartition temporelle des événements Sur l ensemble de la France, il y a eu 121 jours à événements (jours où il s est produit un ou plusieurs événements), ce qui représente environ un tiers de l année calendaire, proportion conforme à la moyenne depuis 1900 (figure 2). Dans les Pyrénées, la quasi-totalité de l activité a été tardive : 94 événements sur 100 se sont produits entre le 25 mars et le 28 avril. Globalement, les départements pyrénéens ayant connu une activité notable (tous sauf les Pyrénées-Orientales) ont eu un fonctionnement très similaire entre eux. Dans les Alpes, les événements ont été assez étalés sur tout l hiver, avec un premier événement le 29 novembre 2007 et un dernier événement le 29 mai Toutefois, l essentiel de l activité a été concentrée sur deux périodes d un mois : la première entre le 5 janvier et le 6 février (42 % des événements) et la seconde entre le 25 mars et le 28 avril (33 % des événements). Entre ces deux périodes, l activité a été très peu soutenue durant six semaines. Plusieurs séquences de plusieurs jours consécutifs sans aucun événement ont même été observées en plein mois de février, ce qui est rare puisqu il s agit habituellement de la période de l année la plus avalancheuse. L activité est en particulier totalement nulle en Haute-Savoie durant le mois de février, ce qui est rarissime. Ce fait découle de conditions nivo-météo associées particulièrement clémentes (voir le bilan nivométéo de l hiver 2007/08 dans le précédent numéro de la revue). Au contraire, le «creux» a été moins marqué en Savoie, même s il a existé. Enfin, la deuxième période d activité s est prolongée plus tardivement dans les Hautes-Alpes que dans le reste des Alpes, avec des événements enregistrés tout au long du mois de mai. étude des pics d activité Dans les six départements des Alpes, le maximum d activité a été observé durant la première moitié du mois de janvier : les 7 et 8 pour les trois départements des Alpes du Nord ainsi que pour les Hautes-Alpes et une semaine plus tard dans les Alpes-Maritimes et les Alpes de Haute-Provence. Dans les Pyrénées, le pic d activité n a été enregistré que le 28 mars. Par rapport à une année moyenne, 4 Neige et A VALANCHES

7 nivo-météo les Alpes du Nord ont donc connu un pic d activité précoce et les Pyrénées un pic d activité au contraire très tardif. Si on définit une crue avalancheuse comme un nombre d avalanches ayant une période de retour empirique d au moins deux ans, le maximum journalier n atteint le seuil de crue dans aucun des départements. Cela confirme que l activité avalancheuse a été globalement assez étalée dans le temps au cours de l hiver, bien que concentrée sur deux périodes d un mois. Sur une échelle de temps plus longue de trois ou sept jours, une crue de faible ampleur s est produite dans les Alpes-Maritimes et les Alpes-de- Haute-Provence. Sa période de retour est à peine supérieure à deux ans. Déclenchement, propagation et intensité des événements 96 % des événements avalancheux sont d origine naturelle. Au cours des trois jours précédant ces départs, aucun contexte nivo-météorologique n a dominé très nettement. L hiver 2007/08 a donc été caractérisé par des conditions de déclenchement assez hétérogènes, probablement liées au grand étalement de l activité de novembre à mai. Par rapport à la moyenne sur , on observe relativement moins de déclenchements en contexte de pluie, de neige faible ainsi qu à la suite de fortes chutes de neige. En outre, 19 % seulement des événements se sont produits à la suite d un épisode de vent fort, contre 29 % en moyenne sur la période Ces faibles proportions des contextes de vents forts et fortes chutes de neige sont vraisemblablement à relier aux conditions météorologiques relativement clémentes de l hiver. Au niveau du mode de propagation, 9 % seulement des événements ont présenté un aérosol, contre 20 % en moyenne sur la période Cette proportion faible est cohérente avec le faible nombre d événements consécutifs à de fortes chutes de neige ainsi qu avec le faible nombre d événements observés durant le mois de février, mois durant lequel les conditions sont généralement propices aux avalanches en aérosol. Par contre, 22 % des observations font état de la présence de neige sèche dans la zone de départ, contre 24 % en moyenne sur la période Il n y donc pas de déficit d avalanche de neige sèche. Le fond de la vallée n a été atteint que pour 2 % des événements. C est cinq fois moins que sur la moyenne sur Pour l hiver 2007/08, peu d événements extrêmes ont donc été enregistrés. Plus généralement, la variabilité des altitudes d arrêt enregistrées est faible, avec une prépondérance marquée des événements d ampleur moyenne. Quant aux volumes de dépôt enregistrés, ils correspondent majoritairement à des avalanches de dimension faible ou moyenne, avec toutefois 9 événements de plus de m 3 et un maximum annuel de m 3. Victimes et dégâts Au cours de l hiver , quatre des quatorze accidents mortels recensés par l ANENA se sont produits sur des sites EPA, occasionnant cinq décès. Un cinquième accident a fait un blessé grave. C est beaucoup plus que pour l hiver (un seul décès sur site EPA), mais un chiffre aussi élevé a déjà été observé a plusieurs reprises au cours des vingt derniers hivers. Les cinq accidents se sont tous déroulés en Savoie (4) et Haute-Savoie (1) entre le 9 janvier et le 18 mars. Ils ont concerné des pratiquants de sports de montagne dans des zones de haute altitude (2 200 à m), qui ont tous déclenché eux-mêmes les avalanches qui les ont emportés. Les cinq événements se sont tous produits à la suite des chutes de neige moyennes et ont presque tous mobilisé de la neige sèche. Trois d entre eux ont comporté une phase aérosol. La proportion des écoulements secs et aérosols est donc bien plus importante dans les événements ayant occasionné des accidents que dans l ensemble des événements de l hiver. Enfin, les volumes des dépôts enregistrés correspondent à des événements petits à moyens (600 à m 3 ). 86 % des événements n ont pas concerné des enjeux matériels. Les enjeux touchés sont essentiellement les routes (6 % des événements), les cours d eau (3 % des événements) et les forêts (2 % des événements). 16 événements ont atteint des constructions, c est-à-dire des bâtiments de toutes natures. Ils se sont tous produits à Val-d Isère et Tignes (73). Pour onze d entre eux, les constructions atteintes sont connues : huit tournes, deux autres paravalanches et une piste de ski. Selon les informations disponibles, il n y aurait pas de dégâts significatifs. L absence de dégâts matériels et la prépondérance des ouvrages paravalanches au sein des constructions touchées sont à relier avec le faible nombre d altitudes d arrêt basses et de volumes de dépôts importants enregistrés. N. Eckert, M. Deschatres et L. Belanger UR ETNA/Cemagref Grenoble J.M. Decoud, O. Marco Direction Technique RTM/ONF Grenoble Photo : Hervé WADIER n 124 DECEMBRE

8 DOSSIER Secours Celui qui est dessous la coulée et qui survit attend, souvent dans l inconscience Il attend et espère que les gestes de ses compagnons seront les bons, entre alerte et délivrance espérée. Aussi s agit-il de toute une chaîne complexe qui existe pour aboutir à l acte de secours : depuis les règlements et législations sur les politiques de sécurité des zones de montagne jusqu aux formations des secouristes et leur doctrine d emploi. Ce dossier met en valeur l envers de l évènement avalancheux : Un éclairage particulier a été porté sur le travail des équipes de secours professionnelles, qu elles fassent partie des opérateurs de domaine skiable, ou des services de secours en montagne de l état. Au travers d une expérience heureuse, chacun pourra s apercevoir de l enchaînement des éléments constitutifs d un accident aux termes duquel un épilogue souriant l emporte : entraînement des secouristes, équipements, chance. Par ailleurs, l appréciation des maires, responsable de la sécurité sur leur commune, en particulier quant à la mise en place d une politique de sécurité des domaines skiables, présente un intérêt non négligeable pour la cohérence de la sécurité sur l ensemble des zones de montagne : La commune de Chamonix Mont-Blanc livre sa vision. Enfin, la capacité actuelle de la société à porter secours aux victimes d avalanche est le fruit d un passé riche d histoires d accidents et d accidents historiques dans lequel des hommes d exception ont œuvré pour la survie d autres. Un regard sera posé sur la vie de Jean-Jacques Mollaret, précurseur du fonctionnement des unités de secours en montagne qui interviennent actuellement sur tous les massifs français. Le terme de son exigeant parcours sera tragiquement conclu par un accident fatal d avalanche. 6 Neige et A VALANCHES

9 dossier en avalanche Sommaire 8 Les maîtres-chiens : constats et enjeux Bernard AIRENTI 10 L action des organismes de secours de l état sur le domaine skiable et en zone de montagne Didier LE GALL, Dominique LETANG, Vincent SAFFIOTI Photo : Didier LE GALL 13 La montagne, miroir de vie. Hommage à Jean-Jacques Mollaret Blaise AGRESTI, C. G., Daniel GOETZ 18 Si près des pistes! François SIBLER, Gilles BRUNOT 22 Gestion de la sécurité du domaine skiable : le point de vue du Maire, constat et enjeux. Le cas de Chamonix-Mont-Blanc Jean-Marc BONINO n 124 DECEMBRE

10 dossier «Le cœur de leur engagement est avant tout la motivation, voire la passion que tous ces maîtres-chiens vouent au travail cynophile pour accomplir l une des plus belles missions de service public, le sauvetage.» Les maîtres-chiens : constats et enjeux Le temps a passé! Depuis ce jour de 1978 où, attaché d administration à la direction de la sécurité civile du ministère de l Intérieur, je mettais la dernière main au décret portant création du brevet national de maître-chien d avalanches avant de conduire celui qui institutionnalisera le brevet national de pisteur secouriste. C était l ère des pionniers (De Marliave, Blaffa, Gouzon, Bouteloup, etc.), dans un tout autre contexte. Depuis, les équipes cynophiles ont fait leur chemin et ont rendu les services que l on sait dans les situations avalancheuses accidentelles. Le cœur de leur engagement est avant tout la motivation, voire la passion que tous ces maîtres-chiens, hommes mais aussi femmes désormais, vouent au travail cynophile, à la complicité de tous les instants avec leur chien, et tout cela pour accomplir l une des plus belles missions de service public, le sauvetage. Ils sont pour la très grande majorité des professionnels, pisteurs secouristes, des services de sécurité et des pistes sur les domaines skiables des stations de sports d hiver. Des équipes cynophiles accompagnent également les unités spécialisées de secours en montagne (PGHM, CRS, sapeurs-pompiers). Et il y a encore quelques rares bénévoles passionnés. La formation d une équipe repose sur des fondamentaux, désormais bien connus des spécialistes et formateurs : une bonne entente maître et chien, dans le quotidien comme dans le travail, une sélection exigeante dès l origine tant pour le chien que pour le maître, une complicité «opérationnelle» à constituer solidement et à faire perdurer au fil du temps. En outre, cette équipe doit s intégrer ou être très proche au quotidien d un environnement montagnard et s appuyer sur les réelles capacités physiques et techniques du maître d évoluer en milieu neige et haute montagne, dans les conditions les plus extrêmes. Les règles et structures mises en place dans notre pays pour former et accompagner les maîtres-chiens d avalanches ont peu ou prou permis au fil de ces trente années de garantir aux maires, préfets et responsables des opérations de secours, et bien sûr aux victimes, la présence quasi systématique d une ou plusieurs équipes cynophiles sur une avalanche. Il y a en moyenne en France une centaine de chiens d avalanches opérationnels sur les territoires montagnards lors d une saison d hiver. Le bilan est donc globalement satisfaisant. Tournons-nous à présent vers les enjeux d aujourd hui pour le devenir de ces équipes cynophiles. La plupart ont subi leur formation initiale lors du stage annuel 8 Neige et A VALANCHES

11 dossier organisé par l ANENA, habituellement fin novembre, mi-décembre. Ce stage a connu au fil des années de multiples fortunes, a suscité nombre d appréciations et de commentaires, pas toujours positifs. Il a eu le mérite de perdurer, même si ces dernières années, il s est déroulé dans le contexte très difficile que l on connaît du fonctionnement de l ANENA. Il doit beaucoup, voire l essentiel, à l engagement et à la motivation des équipes pédagogiques qui l ont conduit toutes ces années. Il doit aussi aux acteurs de la montagne, maires et responsables des services des pistes, exploitants des remontées mécaniques, sans oublier la fédération des maîtres chiens, animée avec pugnacité et détermination sans faille par son président Gilles Limonne. Tous l ont soutenu malgré les soubresauts. Aujourd hui, comme toutes les actions et formations placées sous l égide de l ANENA, une mise à plat du dispositif de formation, de suivi et de recyclage des équipes cynophiles s impose. Elle devra associer tous les acteurs précités réunis conformément aux textes autour de l ANENA, dont par ailleurs le statut devra être précisé au regard des nouvelles dispositions concernant les associations agréées de sécurité civile. Dans les départements, ce sont les préfets et les services de protection civile qui auront la charge de prendre le relais et ils seront ainsi également partenaires. Au-delà de la remise à plat de la formation initiale, des conditions de sélection des candidats jusqu à l examen final, se pose avec acuité aujourd hui la question du dispositif de suivi et de recyclage des équipes cynophiles. Chacun sait que c est le cœur du métier des professionnels de la montagne. Maintien de l efficacité opérationnelle, maintien des qualités physiques et techniques du maître et du chien, acquisition de compétences et d expérience en étroite relation avec l ensemble des équipes cynophiles de son secteur voire de son département, suivi vétérinaire rigoureux, etc. Jusqu à présent, conformément au dispositif conçu en 1979, il appartient aux préfets d organiser les sessions de recyclage des maîtres-chiens d avalanches dans leur département. Je veux ici saluer, au terme de ces trente ans, l intérêt que les collègues directeurs de protection civile et leurs collaborateurs ont porté, souvent dans des conditions difficiles, à cette mission départementale. Enfin, et cela apparaît désormais crucial, rien de tout cela n aurait pu perdurer sans le véritable apostolat des moniteurs de maîtres-chiens d avalanches. Poignée de quelques hommes et femmes, ils ont porté au fil des années cet objectif majeur du maintien de la capacité opérationnelle des équipes cynophiles de notre pays. Directeur de la Protection Civile d un département qui compte la moitié des équipes opérationnelles de notre pays, je puis témoigner et leur faire part au nom de tous de ma reconnaissance pour ce travail colossal accompli. Nous avons en Savoie engagé depuis deux ans une réflexion sur la pérennité de cette action primordiale de suivi, d entraînement et de recyclage des maîtreschiens d avalanches. Nous l avons fait avec les représentants des maires, des services de sécurité et des pistes, des exploitants des remontées mécaniques et bien sûr de l équipe pédagogique du département. Le constat, né de cette concertation, revêt plusieurs aspects ; en tout premier lieu, le positionnement de l État dans le domaine des formations et associations agréées de sécurité civile, tel qu il se dégage du nouveau texte de loi de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004 ; un État garant du contenu et du contenant des actions de formation initiale et continue des acteurs opérationnels de la sécurité ; mais un État qui n est plus et qui ne sera plus un acteur premier de ces actions ; il en sera le régulateur et le contrôleur ; non pas lointain et désintéressé, mais avec un nouveau rôle en pleine adéquation avec l ensemble des réformes générales des politiques publiques engagées dans l Administration. Par ailleurs, force est de constater, nous le disions en ce début de propos, qu environ 80 %, voire plus, des équipes cynophiles sont constituées de pisteurs secouristes professionnels des stations de sports d hiver. Je ne veux pas, loin s en faut, négliger et mettre à part dans la réflexion les bénévoles ou autres équipes exerçant cette activité cynophile et qui proviennent souvent de «petits» massifs. Notre réflexion s est simplement accordée sur ce premier point pour concevoir l économie générale du dispositif de demain pour le suivi et l entraînement des équipes cynophiles opérationnelles. Un nouveau positionnement de l État, une place majeure des exploitants et responsables des services des pistes des stations vis-à-vis des équipes cynophiles, en majorité employés de ces structures consolidées. Nous avons donc conçu dans le département, à titre tout à fait expérimental, une économie et un dispositif de gestion des équipes cynophiles nouveaux. Notre préoccupation première fût de nous concerter avec les moniteurs, entendre leur point de vue, partager avec eux un constat, définir en commun de nouvelles orientations. à l issue de cette démarche, nous avons présenté à l ADSP et au SNTF dans leur configuration départementale un nouveau dispositif. La préfecture définit les objectifs de suivi et de recyclage des équipes cynophiles. Elle associe l ADSP et le SNTF à l organisation des sessions qui se succèdent tout au long de l hiver. Ces deux organismes perçoivent de leurs adhérents une participation pour l organisation des sessions et surtout pour la prise en charge du coût de l intervention des moniteurs, dont le calendrier de présence aux sessions est défini très en avance à l automne par la réunion de tous les moniteurs, les représentants de l ADSP et ceux de la préfecture. Le premier bilan de cette organisation partenariale a été jugé satisfaisant par l ensemble des partenaires. Il reste à l institutionnaliser, à l expliquer et à nouveau à le concerter, pour qu il constitue le fondement des nouveaux enjeux qui se présentent désormais à nous. L expérience savoyarde peut constituer un premier point d appui et de réflexion au plan national. Ce n est pas à moi d en décider. La volonté des partenaires concernés doit s exprimer pleinement. Volonté de consolider la cynophilie opérationnelle «avalanches», qui a fait ses preuves et à laquelle je suis fier d avoir pu contribuer. Bernard AIRENTI Directeur Départemental de la Protection Civile de la Savoie n 124 DECEMBRE

12 dossier " Pour nous secouristes, une alerte d accident d avalanche résonne toujours comme la probabilité de survenance d un événement grave. " L action des organismes de secours de l état sur le domaine skiable et en zone de montagne Interviews du lieutenant Dominique Letang, commandant adjoint du PGHM de l Isère, guide de haute montagne et de Vincent Saffioti, pilote et chef de la base hélicoptère de la Sécurité Civile à Grenoble, réalisées le 3 novembre par Didier Le Gall ANENA ANENA : Inconsciemment, les usagers de la montagne marquent une différence entre le domaine skiable d une station et la zone de montagne, bien qu il n y ait pas de définition juridique du domaine skiable (1). Y-a-t-il une différence entre vos actions de secours sur chacun de ces deux domaines? Dominique LETANG: d abord, je voudrais rappeler que, pour nous secouristes, une alerte d accident d avalanche résonne toujours comme la probabilité de survenance d un événement grave. L incertitude initiale sur les bilans humains nous conduit à considérer un déplacement immédiat de moyens de secours. Ainsi, sur le plan du secours à la personne, à partir de la réception de l alerte, il n est pas fait de différence entre les lieux de survenance de l accident d avalanche, quant à l opportunité de la projection de moyens. En revanche, ce qui diffère entre un site de montagne et un domaine skiable, ce sera la gestion de crise, assumée seulement par les services de l État en montagne. Sur le domaine skiable, le chef d opération initial est le directeur de la sécurité des pistes. Le commandant de PGHM ou de CRS n arrive avec ses moyens qu en adjoint technique, et ne prendra la pleine et entière direction des opérations qu en cas de défaillance du service de sécurité des pistes. Aussi, il faut bien comprendre que, sur le domaine skiable, doivent s accorder sans délai, sous peine de nuire aux intérêts des victimes, deux visions du secours : celle coordonnée par la station avec ses usages codifiés par l entreprise ou la régie et celle de l État, nécessairement élargie, qui peut prendre en compte Note (1) La définition donnée par le code de l urbanisme ne s applique pas aux questions de sécurité. Art R du code de l urbanisme. 10 Neige et A VALANCHES

13 dossier une montée en puissance des moyens, mais aussi l implication des actes d enquêtes administratives et/ou judiciaires. L accident d avalanche n est d ailleurs pas nécessairement rattaché à une faute (au sens pénal et civil du terme). En ce sens, les actes d enquêtes permettent d instruire, s il y a lieu de le faire, objectivement à charge comme à décharge la procédure attachée aux circonstances de l accident d avalanche. Pour le directeur de la sécurité des pistes, la présence des auxiliaires de justice et représentant de l État est un atout pour faire l interface avec les autorités administrative (préfecture) et judiciaire (procureur de la République) qui cherchent à être renseignées. Il paraît donc important que les hommes de chaque entité se connaissent avant le temps de crise, pendant laquelle la mutualisation des moyens et la compréhension des impératifs de chacun ne doivent être ni découvertes, ni improvisées. ANENA : dans le cas de votre intervention sur une coulée d avalanche, quelles sont les actions que vous jugez nécessaires et qui méritent d être conduites par les témoins, les personnes indemnes avant votre arrivée? DL : pour pouvoir porter secours ou assistance, il faut d abord rester vivant : il s agit donc pour celui qui est en capacité d agir, de se protéger d autres coulées s il le peut. Typiquement, dans le cas où il y a plusieurs personnes indemnes, positionner un guetteur capable d alerter ceux qui recherchent est la bonne stratégie. Le temps pour retrouver une ou plusieurs victimes est compté, le seuil des 15 minutes vite atteint. Aussi, ce qui nous est nécessaire est la préservation des indices, qui faciliteront les recherches : se souvenir du nombre d ensevelis confirmer le port d ARVA ou de pastille RECCO par les victimes se rappeler les derniers indices visuels de surface aperçus se remémorer les positions des victimes avant l accident Ces indications sont primordiales pour le premier secouriste. Par ailleurs, dans le temps de l alerte, la description donnée de l ampleur de l avalanche permettra d anticiper la montée en puissance potentielle des moyens de recherche (équipes cynophiles, moyens héliportés, personnels ). Quant aux actions de secours proprement dites potentiellement réalisables par les personnes indemnes, il nous sera utile de savoir si une première recherche par DVA a été faite, par qui et si l information est fiable. Sans présager des capacités de chacun à réaliser une telle recherche, la qualité de celle-ci sera conditionnée par plusieurs facteurs : une victime indemne mais choquée n aura pas toutes ses capacités ; une recherche réalisée par un professionnel, peut, a priori, être une base de travail fiable ; un signal DVA peut avoir été ignoré par un appareil de recherche s il est ancien Ces indications orientent la tactique mise en œuvre pour, au final, gagner du temps. En outre, chaque élément qui nous sera donné sera lui-même acté, dans l optique d un compte rendu fidèle des circonstances de l accident et du déroulement de l opération de secours. En effet, au-delà de l accident, la conduite de l opération de secours est par essence un engagement de responsabilités qui demande des justifications des choix effectués. ANENA : comment se déroule la gestion du secours en avalanche par l équipe du PGHM, une fois celle-ci arrivée sur place? DL : dans une première phase assimilable à la première rotation de l hélicoptère, on trouvera dans la première équipe un secouriste (dont la mission est d effectuer la première recherche DVA après obtention des indices), une équipe cynophile composée d un maître-chien (MCA) et de son chien, et un médecin. La présence de ce dernier se justifie en première rotation si le lieu de l accident est éloigné du premier poste médicalisé. Le terrain vierge post-accident sera le terrain le plus favorable à la recherche canine. La deuxième phase voit intervenir des personnes en nombre, arrivées au fil des rotations héliportées, ou par tout autre moyen. Le chef local des opérations de secours (placé sous les ordres d un Commandant des Opérations de Secours COS, situé au Poste de Commandement, traditionnellement en station ou en vallée) se met en place ; il met en oeuvre le contenu du «sac avalanche» suivant la tactique qu il choisit. Son œil nouveau sur la zone est un atout. Il est assisté d un secrétaire qui acte le déroulement des Photo : Didier LE GALL n 124 DECEMBRE

14 dossier opérations et qui répertorie les entrées et sorties de chaque individu sur la zone de recherche préalablement balisée. Il est également garant de la vérification de port de DVA en fonction, en entrée de zone (sauf consignes particulières). Il est donc mis en place une zone possédant une porte d entrée-sortie unique par laquelle entrent des secouristes destinés aux vagues de sondage et aux opérations de déblaiement, des MCA, des médecins... Le «sac avalanche» est conçu pour contenir tout l équipement de balisage des zones sondées. Il permet un quadrillage matériel de zone afin de ne pas oublier une parcelle de terrain. Le chef d opération doit faire préparer une DZ adaptée et il met en place un guetteur de sur-avalanches. Il transmet des consignes claires à chaque chef d équipe travaillant dans la zone, en cas de suravalanche. Numéros d alerte du secours en montagne Numéro international : 112 Alpes Alpes-de-Haute-Provence : Hautes-Alpes : Alpes-Maritimes : Isère : Savoie (Tarentaise) : Savoie (Maurienne) : Pyrénées Ariège : Haute-Garonne : Pyrénées-Altantiques : Hautes-Pyrénées : Pyrénées-Orientales - CRS : Pyrénées-Orientales - PGHM : ANENA : les équipes de secours de l État sont dotées du nouvel hélicoptère EC 145. Quel est votre opinion sur ce nouvel outil en terrain neigeux? DL : indéniablement, cette nouvelle machine plus rapide et de plus grande capacité d emport permet un gain d efficacité logistique de l opération de secours. On parvient à monter sur zone davantage de personnes et de matériel, et en moins de temps qu en Alouette III. L évacuation des blessés gagne elle aussi en confort et rapidité. Toutefois, le souffle du rotor de cet appareil est capable de perturber grandement les opérations de secours au sol, bien plus que ne le faisait un Écureuil ou une Alouette III. Les sacs de secours et tout matériel non arrimés s envolent sous l effet de ce souffle. La recherche avec DVA depuis l hélicoptère n est pas encore optimisée et interdit dans le même temps une recherche cynophile ou DVA au sol si la zone est petite. En conclusion, on privilégiera pour l instant cette formidable capacité à transporter rapidement des moyens et des hommes, bien que la machine et l inventivité des secouristes n attendent qu à faire murir de nouvelles capacités de secours. ANENA : quel est l avis du pilote chevronné que vous êtes, Vincent Saffioti? (Vincent Saffioti est ancien pilote de chasse ; en tant que pilote d hélicoptère de la Sécurité Civile, il a passé huit ans comme pilote d Alouette III à Chamonix et onze ans à Grenoble ; il vole aujourd hui sur EC 145) Vincent Saffioti : l EC 145 est une machine avec laquelle il faut acquérir encore de l expérience : il va plus vite et prend beaucoup plus rapidement de l altitude qu un Écureuil B2 ou une Alouette III. à titre de comparaison, quand une alouette III atteint 150 km/h, l EC 145 dans les mêmes conditions gagne les 235 km/h. Dans la vallée de l Isère entre 500 m et m d altitude, 40 minutes d autonomie avec l Alouette III permettaient la réalisation d un à deux secours. Dans une même durée d autonomie, ce sont quatre ou cinq secours qui sont accomplis en EC 145. Avec peu de carburant embarqué (machine allégée), entre m et m d altitude, la capacité d emport de l EC 145 est de cinq à six personnes, soit trois fois celle de l Alouette III. Malgré tout, l emploi de ce nouvel appareil impose de nouvelles stratégies en terrain neigeux. Le souffle rotor, qui peut atteindre quatre tonnes de poussée/ m², a une influence importante dans une demi-sphère sous l appareil de 26 m de diamètre. Aussi, en cas de vol à basse altitude, il affecte d abord le sol et tout ce qui y est posé dessus (traces et indices de surface, odeurs, sacs ). Par neige poudreuse, il y a risque non négligeable de perte de repères pour le pilote en cas de création d une colonne de neige entourant l appareil. Ainsi, quand avec l Alouette III, on pouvait se permettre d aller sur le premier indice de surface pour y réaliser une recherche par DVA, l EC 145 impose d utiliser ses performances pour optimiser le temps d arrivée des équipes de secours sur site, et pourquoi pas d optimiser leurs temps de déplacement sur place si la zone est de grande dimension ou avec forte dénivelée. Photo : Didier LE GALL 12 Neige et A VALANCHES

15 dossier " Il a été emporté comme il a vécu, en premier de cordée. " La montagne, miroir de vie Hommage à Jean-Jacques Mollaret Le 22 décembre 1991 à la Foux d Allos, une rupture de plaque à vent allait couter la vie à l un des témoins les plus marquants de l histoire du secours en montagne, et du développement de l activité du Val d Allos. Retour sur le parcours de Jean-Jacques Mollaret, officier de gendarmerie d abord puis montagnard attaché au développement des vallées (des Alpes à La réunion) qui apporta sa contribution forte aux questions de sécurité dans les massifs. D. LG. ANENA Jean-Jacques Mollaret fut emporté en 1991 par une avalanche sur la croupe des Ubaguets dans cette combe des Agneliers entre Ubaye et Verdon ; là où les mélèzes prennent cette teinte mordorée à l automne ; là où l été les moutons cèdent la place aux chamois et aux bouquetins ; là, enfin, où les anciens craignaient, de ces vallons situés sous le vent, les accumulations de neige si propices aux coulées. Pourtant, il fallait bien aller sécuriser les lieux et déclencher les avalanches à l aide d explosifs pour permettre aux skieurs de relier les stations de la Foux d Allos et de Pra-loup. Jean-Jacques était un chef des pistes consciencieux : il a été emporté comme il a vécu, en premier de cordée. Cette foisci, l expérience acquise plusieurs années auparavant à la tête du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix ne lui a pas été d un grand secours. La plaque, invisible, a cédé insensiblement sous ses skis. Les risques, il les connaissait parfaitement, lui qui, sa vie durant, s est battu pour développer l information du public et la prévention des accidents, lui qui a toujours lutté pour préserver des vies et améliorer la performance des secours. Son parcours est guidé par cette passion constante pour la montagne. Originaire de Megève, en Haute-Savoie, Jean-Jacques Mollaret avait gardé de son passé d instituteur la clarté du propos et la rigueur des mots. Concis dans son écriture, ses textes traduisent une personnalité riche et complexe d un homme en quête permanente de soi, soucieux des hommes et peu sensible aux circonvolutions administratives qu il abhorre. Devant Dame Nature, l homme doit s effacer, surtout ne pas provoquer, respecter à la lettre les règles non écrites connues des seuls montagnards. Celui qui s aventure trop souvent à dépasser ces limites immatérielles le paye de sa vie. Dans son ouvrage «Au-delà des cimes», le lecteur perçoit cette alliance des forces contraires qui organisent la complexité de cet univers montagnard, souvent indéchiffrable, d une dureté impitoyable. L introduction du livre est ciselée à la pointe du piolet et porte la signature éclatante de son auteur. Tour à tour, poéti- n 124 DECEMBRE

16 DOSSIER La montagne a dit : «Jusque-là mais pas plus loin.» Suite Montagnarde, Jean Proal, Éditions de l Envol. Photos : Blaise AGRESTI Photos : D.R. que, visionnaire et engagé, ce texte est un credo pour le secours en montagne, dont il fut une forme d égérie. La montagne est le fil rouge de son existence. Son enfance à Megève lui a inculqué un profond amour pour les sommets enneigés. Ses études le conduisent vers l école normale à Bonneville, puis à son premier poste d instituteur. Quelle motivation le pousse alors à présenter le concours de l école des officiers de la gendarmerie? Qu attend-t-il de ce métier fait d ordre et de dévouement? A-t-il déjà en tête le secret espoir de prendre la tête d une de ces unités de secours en montagne qui viennent d être récemment créées? C est alors qu il arrive à Chamonix à la tête du peloton spécialisé de haute montagne (PSHM) le 1 er octobre Il est lieutenant, jeune pour ce poste difficile : il y restera huit années, une durée exceptionnelle pour un officier de gendarmerie. Très vite, il va être confronté à des histoires incroyables : le secours des Allemands aux Drus et le crash du Kangchenjunga de la compagnie Air India en 1966, l accident du téléphérique d Helbronner dont le câble tracteur est coupé par un avion de chasse de l armée de l Air et, peut-être l histoire la plus délicate et polémique : le drame de Gousseault et Desmaison aux Grandes Jorasses en Drus 1966, Grandes Jorasses 1971 : deux sauvetages historiques qui resteront dans la mémoire collective et qui vont précipiter l his- 14 Neige et A VALANCHES

17 dossier toire, puisque les gendarmes prendront petit à petit la main sur les secours. Il faut bien reconnaître que Jean-Jacques Mollaret fut le personnage central de cette évolution. Au quotidien, les secouristes sont confrontés à la mort, et leur chef perçoit ces instants difficiles avec des mots empreints de sensibilité : «Après-midi lourd et orageux, sommets encapuchonnés d épais cumulus, bouffées de vent chaud. L hélicoptère a déposé la caravane de secours sur le glacier. Les hommes s encordent, silencieux. Neige profonde, progression malaisée. Couloir menaçant. Enfin les corps, restes pitoyables, vite enfermés dans les sacs de jute, arrachés à la montagne à grands renforts de manœuvres de cordes. La marée de la nuit monte, submerge les vallées et les pentes tandis que la clarté expire déjà sur les cimes. Lumière et nuit, c est le drame qui se dénoue en cette fin du jour.» Chamonix, l époque est aux innovations, le secours en est encore à ses balbutiements : il faut inventer des matériels pour secourir des alpinistes coincés au fond des crevasses, organiser les réseaux radio, développer les formations, renforcer la coopération avec le Val d Aoste et le Valais. Jean-Jacques Mollaret est de tous les combats, passionnément. Au fil du temps, il va nouer des amitiés fortes, notamment avec Gérard Devouassoux, Franco Garda (le fondateur des secours dans le Val d Aoste), Lorenzino Cosson, Maurice Herzog, maire de Chamonix et ministre... Avec le docteur Foray et Robert Petitprestoud, ils seront de toutes les expérimentations médicales et technologiques pour faire progresser l organisation des sauvetages. Les gendarmes inventent des matériels (treuils, sac à avalanche, liquide déglaçant, perche télescopique, traîneaux...) qui contribuent à améliorer la performance des secours. Il contribue aussi à développer les échanges techniques avec les valdôtains (Italie) et les valaisans (Suisse) lors d une rencontre annuelle baptisée «la triangulaire du secours en montagne» qui ouvre la voie à des interventions conjointes. Il sera aussi à l origine de la création d une maison de la montagne à Chamonix en 1972, avec Gérard Devouassoux, puis, quelques années plus tard, en 1987, il réitèrera à Cilaos sur l île de la Réunion. Ce lieu d échange d informations, ouvert gratuitement et librement aux alpinistes et aux randonneurs, permet de s enquérir des conditions en montagne, de trouver un itinéraire adapté et un compagnon de cordée. La modernité de ce concept n apparaîtra que plus tard, comme toujours. Au moment de quitter le PGHM en 1972, il peut avoir le sentiment du devoir accompli, puisque l unité assume désormais la responsabilité pleine et entière des sauvetages dans le massif du Mont-Blanc, grâce à la maturité technique gagnée lors d opérations de secours particulièrement engagées qui valent aux gendarmes la reconnaissance de la communauté des guides. D ailleurs, avec «ses» gendarmes, la relation forgée dans l action est forte, presque fusionnelle. Il sait décrire leur quotidien avec des mots qui sonnent juste : «Pour eux, rares sont les sommets vierges de souvenirs tragiques. Que de peines, que de risques pour arracher à la montagne un blessé, un alpiniste en perdition! la joie aussi est sans mesure : une vie n a pas de prix. De ces inconnus, de ces étrangers, arrachés à la mort, ramenés parfois de l au-delà de la vie apparente, bien peu connaîtront leurs sauveteurs et rares sont ceux qui reviendront remercier simplement d une poignée de main. D ailleurs la joie de la victoire sur la mort n est pas là, elle est intérieure, incommunicable aux êtres les plus proches.» Promu au grade de capitaine en 1973, il est «muté à Chamonix», où il va diriger la compagnie de gendarmerie départementale, créée la même année. Malgré ses nouvelles fonctions, il gardera, à travers son rôle de secrétaire de la société chamoniarde de secours en montagne, une part active dans le secours en montagne, dont il cherchera toujours à parfaire le système complexe. Mais si sa contribution au secours en montagne peut paraître satisfaisante pour beaucoup, elle ne l est pas pour lui. Il pense que tout n a pas été fait : «où en sont la création d un SMUR les travaux de la D.Z. des Bois, l installation de radiotéléphones dans les refuges non gardés?» En juillet 1981, alors âgé de 42 ans, il quitte Chamonix pour l île de la Réunion où il va être l instigateur avec d autres passionnés du premier cross du Piton des Neiges, puis de la première traversée complète de l île de la Réunion, «trail» qui deviendra vite fameux. En 1987, il quitte la gendarmerie pour une retraite anticipée, avec le grade de lieutenant-colonel. Mais l appel des montagnes est le plus fort, et il s installe alors dans les Alpes du Sud, où le destin le rattrape à la Foux d Allos. Victime d une avalanche le 22 décembre 1991 lors d une inspection technique dans cette station de ski dont il était le directeur, Jean-Jacques Mollaret décède le 10 mars 1992, sans jamais être sorti du coma dans lequel il était plongé. Il avait 53 ans : «La montagne n est pas un miroir complaisant des activités fébriles de l homme, ni de ses performances ; maintes fois gravie, jamais possédée, elle est l indéchiffrable». NoteS Blaise Agresti officier de gendarmerie et guide de haute montagne, ancien commandant du PGHM de Chamonix 1. Au-delà des cimes, Cerf 1974 ; Le Mont-Blanc, jadis aujourd hui, Cerf ; Missions insolites, Cerf ; Mont-Blanc, refuge de l éternité, Hachette Le GSHM de Chamonix, ancêtre du PGHM, fut créé en Au-delà des cimes, CERF, Au-delà des cimes, CERF, SMUR : Service Médical d Urgence et de Réanimation. 6. La marche des cimes : 6000 mètres de dénivelée et 112 kilomètres. n 124 DECEMBRE

18 Photos : Charly GRAC Après son départ de la gendarmerie de montagne, Jean-Jacques Mollaret n en est pas moins resté un montagnard passionné. Le 1 er juin 1990, il prend de nouvelles fonctions à la SEFA (Société d Équipement de la Foux d Allos), comme directeur, avec pour mission la coordination et le pilotage des services en charge du développement du Val d Allos. à ce titre, il lie des relations d amitiés fortes et sincères avec «les montagnards» de la vallée du Haut Verdon, comme Charly Grac. Expert auprès de la SEFA de la sécurité des domaines skiables du Val d Allos, ce dernier transmet à Jean-Jacques Mollaret sa passion du déclenchement préventif des avalanches et sa connaissance des problématiques d enneigement si particulières des massifs du sud : une année avec de fortes chutes de neige, une année sans Amoureux de la montagne, comme on le ressent dans la sensibilité de son ouvrage «Au-delà des cimes», Jean-Jacques Mollaret fait l unanimité quant à la qualité de son apport aux stations du Val d Allos : dynamisme pour le tourisme, richesse dans les relations humaines, technicité dans les décisions. Aussi, comme il le faisait en tant que gendarmesecouriste, il met en avant son savoir-être de dirigeant de terrain afin de partager les conditions difficiles des tirs préventifs de déclenchement, afin de se représenter les enjeux des inspections techniques des remontées. Mais ces déplacements au cœur du domaine de montagne dont il avait la responsabilité n étaient-ils pas tout simplement une façon de faire vibrer son amour des cimes? Il se sentait bien au sommet des Evêchés ou de la Séolane (sommet du massif du Haut Verdon). C est au cours d une de ces inspections de remontées mécaniques, celle du télésiège des Ubaguets, qu il fut victime d une «anodine» plaque à vent. 16 Neige et A VALANCHES

19 DOSSIER En ce mois de décembre 1991, le massif du Haut Verdon était très peu enneigé, à l exception de quelques pentes exposées au nord et au nord-est au-dessus de m. Trois mètres en dessous de la ligne de crête portant le télésiège, il est emporté avec Charly Grac par une plaque de neige dure sur une cinquantaine de mètres. Blessé aux vertèbres cervicales lors de cet accident dans lequel Charly Grac sortira miraculeusement indemne, Jean-Jacques Mollaret décèdera trois mois plus tard, en mars 1992, des suites de ses blessures. Ce tragique évènement fut pour le Val d Allos la prise de conscience de la perte d un homme hors du commun qui a été l un des acteurs des moments les plus intenses de l histoire du secours en montagne en France : catastrophe aérienne du Kangchenjunga dans le massif du Mont- Blanc, affaire Gousseault-Desmaison aux Grandes Jorasses. Il manifesta dans cette dernière toute sa force de caractère et ses convictions. Après la disparition de Serge Gousseault en 1971, dont Jean-Jacques Mollaret fut le témoin en tant que commandant du PGHM à Chamonix et qui marqua également le cœur des montagnards de la Foux d Allos (Serge Gousseault, guide et pisteur, faisait partie du service des pistes de la Foux d Allos), celle de Jean- Jacques Mollaret, vingt ans plus tard, grave dans les schistes du Haut Verdon l empreinte de cette étrange coïncidence des lieux d attache des deux hommes ainsi que la passion des cimes que Jean- Jacques Mollaret avait su transmettre dans cette ultime étape sur les domaines skiables du Val d Allos. C. G. L accident d avalanche de La Foux d Allos du 22 décembre 1991 (secteur Les Agneliers) Analyse nivo-météorologique 1) Conditions nivologiques générales :- À la date du 20 décembre, l enneigement est faible dans le massif du Haut-Verdon : quasi absente des versants sud, la neige n atteint que la modeste épaisseur d une vingtaine de centimètres à m. Au-dessus, l enneigement est très irrégulier, et seules les zones abritées présentent 20 à 30 cm de neige, composée de gobelets ou de faces planes qui se sont formées pendant la longue période de beau temps qui dure maintenant depuis un mois (depuis le 20 novembre). 2) Conditions météorologiques durant les 24 h précédant l accident : Changement de temps le 21 : une perturbation, d activité modérée, apporte au cours des 24 h qui suivent 10 à 30 cm de neige. Mais ces quantités de neige fraîche concernent essentiellement les zones de haute altitude, car la limite pluie-neige, d abord basse (vers m), remonte progressivement jusque vers m. Cette perturbation est accompagnée de vents de nord-ouest violents. 3) Évolution des conditions nivologiques : Les chutes de neige modérées mais très ventées débutent tôt dans la journée du 21. Elles se déposent dans de nombreuses pentes sur un sol nu ou sur une vieille neige regelée ou bien compactée par le vent. En revanche, dans les versants peu ensoleillés (nord-ouest à nord-est), elle se dépose sur une couche de neige sans cohésion de type faces planes/gobelets, présente dès m d altitude environ. Ainsi, dans ces pentes, le risque de déclencher accidentellement une avalanche de plaque devient rapidement important. Au fil des heures, c est-à-dire durant la nuit du 21 au 22 puis durant la matinée du 22, les précipitations se poursuivent, mais le redoux s accentue. La limite pluie-neige remonte alors jusqu à des altitudes élevées, temporairement jusque vers m dans la matinée du 22. En conséquence, l instabilité des plaques en cours de formation augmente encore d un cran au début du redoux, du fait de leur radoucissement, de la surcharge qu occasionne la pluie, puis de la déstabilisation des couches fragiles lors de leur humidification par la pluie. Cette instabilité diminue ensuite, une fois les grains fins constituant la plaque et les grains anguleux de la couche fragile transformés en grains ronds par la pluie. Daniel Goetz Météo-France / Centre d Études de la Neige n 124 DECEMBRE

20 dossier " Deux facteurs sont déterminants pour la réussite d une opération de recherche en avalanche : la localisation précise du lieu de l avalanche et un délai minimal d intervention. " Si près des pistes! Le 8 janvier 2008, à proximité du domaine skiable de la station de La Plagne (Savoie), un accident en ski hors-piste se produit. Un jeune homme est enseveli sous une coulée d avalanche : celle-ci s est déclenchée lors de son passage sur une «plaque à vent». Toutefois, la fin heureuse de cet événement ainsi que la rapidité de l action de sauvetage par le service des pistes incitent à mettre en avant la chronologie de l accident et du secours, ainsi que les commentaires des protagonistes. François SIBLER chargé de la sécurité des pistes et de la sécurité entreprise à la Sté d Aménagement de La Plagne Didier Le Gall Directeur ANENA A14 h 50, une alerte est diffusée par le poste de secours du secteur «Dos Rond» : «Une coulée de neige, en plaque, s est déclenchée sur le secteur «Lanche Ronde», une personne remonte à pied sur le dépôt». Deux équipes binômes de pisteurs secouristes se rendent sur les lieux par gravité depuis le glacier. La «faible» ampleur de l avalanche permet d effectuer rapidement la recherche après un bilan sur place : trois personnes évoluaient en ski au moment de l accident. La première est indemne et a pu porter assistance au deuxième skieur partiellement enseveli. La troisième personne manque à l appel et a disparu sous la coulée. À l aide du système de recherche «RECCO», Patrick, pisteur secouriste, détecte un signal qui permet la localisation. La victime, Nicolas, est dégagée après 19 minutes d ensevelissement : il est 15 h 09. Cette avalanche de plaque s est produite dans un versant orienté nord-est, à m d altitude. L épaisseur à la cassure est de 40 cm. La coulée, longue de 200 m et large de 35 m, peut être considérée comme de dimension moyenne. L organisation et les méthodes professionnelles mises en œuvre par les opérateurs de domaines skiables face au risque d avalanche sont similaires dans tous les massifs. Deux facteurs, qui sont déterminants pour la réussite d une opération de recherche en avalanche, ont été dans ce cas réunis : la localisation précise du lieu de l avalanche lors de l alerte et un délai minimal d intervention. La victime a pu être libérée rapidement de la coulée malgré son absence de port de DVA (Détecteur de victimes d avalanches). Les entraînements fréquents à la recherche de victimes, à l aide des systèmes de DVA et «RECCO», sont fondamentaux pour optimiser les temps de secours. Pour les opérateurs de domaines skiables, les systèmes de recherche parallèles, qui s ajoutent aux DVA, tels que le 18 Neige et A VALANCHES

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Bilan de la campagne 2007/2008 de l Enquête Permanente sur les Avalanches. Bilan statistique complet

Bilan de la campagne 2007/2008 de l Enquête Permanente sur les Avalanches. Bilan statistique complet Bilan de la campagne 2007/2008 de l Enquête Permanente sur les Avalanches Bilan statistique complet Version du 9 octobre 2008 INTRODUCTION... 3 PREAMBULE ET MISE EN GARDE... 3 REDACTION ET CONTACT... 3

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA INTRODUCTION CETTE DEMARCHE DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE A EU POUR BUT LA RECONNAISSANCE PAR L ETAT DE

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

News. Evolution technologique. Modernisation du parc de détecteurs et qualité opérationnelle. Prévention et efficacité du système.

News. Evolution technologique. Modernisation du parc de détecteurs et qualité opérationnelle. Prévention et efficacité du système. www.recco.com News Septembre 2010 Evolution technologique Détecteur RECCO Modèle R9: 0,9 kg Récepteur DVA 457 khz intégré L hiver 2009-2010 a vu s implanter progressivement dans les services de secours

Plus en détail

Mesures de Sauvegarde

Mesures de Sauvegarde Risque de rupture de poche d eau sousglaciaire dans le glacier de Tête Rousse massif du Mont-Blanc Commune de Saint-Gervais Mesures de Sauvegarde Lieutenant-colonel Philippe CHAPPET Grenoble le 20 avril

Plus en détail

L Enquête Permanente sur les Avalanches (EPA) Analyse du réseau d observation

L Enquête Permanente sur les Avalanches (EPA) Analyse du réseau d observation L Enquête Permanente sur les Avalanches (EPA) Analyse du réseau d observation Rapport établi par Laurence NUIRY Sous la direction de Laurent BELANGER et Sébastien GARCIA 30 juin 2004 SOMMAIRE 1. Présentation

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Activités hivernales

Activités hivernales Activités hivernales La Barre des Écrins 4102 m Nos partenaires: / ecrinsprestige@gmail.com www.ecrinsprestige.com / Ski Hors-pistes - Freeride Explorez différemment les stations autour de Briançon (Serre

Plus en détail

La dynamique forêt filière bois au sein des Territoires Alpins

La dynamique forêt filière bois au sein des Territoires Alpins La dynamique forêt filière bois au sein des Territoires Alpins Retour sur les projets financés dans le cadre de la CIMA et du POIA 2007-2013 Réseau alpin de la forêt de montagne Sommaire 22 millions d

Plus en détail

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers

Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Schéma National de Formation des Sapeurs-Pompiers Direction de la Défense et de la Sécurité Civiles - Sous-Direction des Sapeurs-Pompiers - DDSC 9 DECEMBRE 2000 SMO 3 Module NEIGE niveau 2 Direction de

Plus en détail

Association Born2Ride. Derby du Grand Massif. Derby de Morzine

Association Born2Ride. Derby du Grand Massif. Derby de Morzine Association Born2Ride Derby du Grand Massif Derby de Morzine Un derby? Mais qu est ce que c est? Un derby, c est simple Tout le monde se retrouve en haut d une montagne chaussé de ski, de snowboard, de

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Domaine skiable. La gestion du domaine skiable est exemplaire, elle prend en compte les impératifs du développement durable.

Domaine skiable. La gestion du domaine skiable est exemplaire, elle prend en compte les impératifs du développement durable. Domaine skiable La gestion du domaine skiable est exemplaire, elle prend en compte les impératifs du développement durable. Le domaine skiable français en quelques chiffres : Avec près de 1180 km², le

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION DES RISQUES A L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Perspectives pour l année 2014/2015 Document à valider par le CHSCT et à présenter au CTP et au CA Vincent CONRAD Rapport

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES

L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES L ASSURANCE DES SPORTS EXTRÊMES par Denis Fleureau Responsable Technique au sein du Département PMEN de CECAR & JUTHEAU PRB Le sauvetage des trois randonneurs de la Vanoise a récemment illustré que la

Plus en détail

Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Vague 5

Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Vague 5 Observatoire National des Stations de Montagne Atout France ANMSM Vague 5 10 avril 2014 Méthodologie Cette enquête repose sur l interrogation de l ensemble des stations membres du réseau ANMSM. Sa dimension

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Commission de secours en montagne REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DE LA «COMMISSION DE SECOURS EN MONTAGNE» France

Commission de secours en montagne REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DE LA «COMMISSION DE SECOURS EN MONTAGNE» France REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DE LA «COMMISSION DE SECOURS EN MONTAGNE» France Modifications votées en conseil d administration fédéral le : 01 juin 2013 à Paris 1 Sommaire. Titre A La «commission de secours

Plus en détail

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P 1 ARTICLE 1 er Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

BILAN STAGE DE SKI SERRE CHEVALIER MARS 2015

BILAN STAGE DE SKI SERRE CHEVALIER MARS 2015 BILAN STAGE DE SKI SERRE CHEVALIER MARS 2015 1/ Bilan Pédagogique : Cinq élèves, pour la première fois depuis 6 ans avaient un niveau confirmé en débutant ce séjour. Tous les autres étaient débutants.

Plus en détail

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS PROTOCOLE D ALLEGEMENTS FORMATION D EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS Le présent protocole est établi en référence au Décret n 2005-1375 du 3 novembre 2005, à l'arrêté du 16 novembre 2005 relatif au diplôme

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

OBSERVATION DU DISPOSITIF DES «MAISONS DES SAISONNIERS» EN FRANCE

OBSERVATION DU DISPOSITIF DES «MAISONS DES SAISONNIERS» EN FRANCE OBSERVATION DU DISPOSITIF DES «MAISONS DES SAISONNIERS» EN FRANCE ENQUETE 2010-2011 Action menée avec le soutien de la Direction Générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services (Ministère

Plus en détail

cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires

cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires Emergesat : un conteneur humanitaire Emergesat est un conteneur conçu sur-mesure pour les besoins des équipes opérationnelles

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

MODIFICATIONS DU DECRET 85-603 DU 10 JUIN 1985 Décret n 2012-170 du 3 février 2012

MODIFICATIONS DU DECRET 85-603 DU 10 JUIN 1985 Décret n 2012-170 du 3 février 2012 Pôle Santé / Sécurité MODIFICATIONS DU DECRET 85-603 DU 10 JUIN 1985 Décret n 2012-170 du 3 février 2012 Bulletin Version 0 Avril 2012 Nb de pages : 7 ACMO VS ASSISTANTS / CONSEILLERS DE PREVENTION Généralités

Plus en détail

Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études documentaires principal

Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études documentaires principal Secrétariat Général Direction des Ressources Humaines Sous-direction du recrutement et de la mobilité Bureau des recrutements par concours RM 1 Rapport du jury de l examen professionnel de chargé d études

Plus en détail

La montagne hivernale... Entreprises, CE, groupes... Séminaires, intensives, team building... Bureau Albertvillois des Activités de Montagne

La montagne hivernale... Entreprises, CE, groupes... Séminaires, intensives, team building... Bureau Albertvillois des Activités de Montagne Séminaires, intensives, team building... Bureau Albertvillois des Activités de Montagne Une équipe de professionnels passionnés vous emmène à votre rythme, à la découverte des trésors cachés de nos montagnes

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS

FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Evènements FORMATION AUX PREMIERS SECOURS Mission Locale du Charolais - 17 rue Jean Bouveri - 71 130 GUEUGNON Structure support du projet Rappel de la mise en place et des objectifs de cette action. L

Plus en détail

Le 7 octobre 2013 LR/RT/SD PJ : 1

Le 7 octobre 2013 LR/RT/SD PJ : 1 CIRCULAIRE n 3212 PREVENIR LES CHUTES DEPUIS LES TELESIEGES Le 7 octobre 2013 LR/RT/SD PJ : 1 Ce qu il faut retenir : La présente circulaire a pour objectif de vous aider à préparer la prochaine saison

Plus en détail

vacances à la neige! inscriptions entre le 7 janvier et le 2 février 2013 Service municipal de l Enfance S k i L u g e Tra i n e a u S u r f i g l o o

vacances à la neige! inscriptions entre le 7 janvier et le 2 février 2013 Service municipal de l Enfance S k i L u g e Tra i n e a u S u r f i g l o o 6/11 12/14 Service municipal de l Enfance vacances à la neige! 4/6 S k i Vacances pour tous un droit à défendre! L u g e inscriptions entre le 7 janvier et le 2 février 2013 uniquement au service municipal

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S A R T O P, j u i n 2 0 1 3 / p. 1. Annonceur : ADUCTIS. Responsable : Jean DEL GOLETO. Adresse : 1 Parc Burospace - 91571 BIEVRES Cedex. Tél. : 01 69 35 30 00. Fax : 01 69 35 30 01. web : www.aductis.com.

Plus en détail

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!!

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! édito Sommaire Les services de la Communauté de Communes p3 La profession d Assistante Maternelle Une journée chez nounou Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! p4 Mois après mois, tu as su t

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail DEVENEZ Inspecteur du travail Valérie Couteron Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail Inspecteur du travail Un métier au service du monde du travail Les inspecteurs du travail sont des

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Engagement «Enduro 2014»

Engagement «Enduro 2014» Engagement «Enduro 2014» Le service de l aide à la conduite AIC a prêté main forte à l académie de police de Savatan du dimanche 28 septembre au vendredi 3 octobre 2014 pour animer la régie mise en place

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

SARL 3A Assurances Agence de Chatillon 81 rue A. Baudin 01400 Châtillon sur Chalaronne Tél : 04 74 55 03 42 Fax : 04 74 55 30 25

SARL 3A Assurances Agence de Chatillon 81 rue A. Baudin 01400 Châtillon sur Chalaronne Tél : 04 74 55 03 42 Fax : 04 74 55 30 25 Déclaration d'accident à l assurance du MEJ - le directeur prévient le Centre National du MEJ ; - le directeur informe les parents dès qu'il a un minimum d'informations. Si rien de grave, il les appelle

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver.

Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Dossier d information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) Document à conserver. Sommaire : Editorial de M. Le Maire ; Définition du risque majeur p 2 Contexte local ; Information préventive ; L alerte

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Formations dédiées aux acteurs du logement social

Formations dédiées aux acteurs du logement social Gestion et communication de crise Formations dédiées aux acteurs du logement social Arjuna est un cabinet conseil dédié, depuis 1993, à la gestion et la communication de crise. Lors des formations qu ils

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage TEST D'ACCÈS AU DALF CO. ÉPREUVE ÉCRITE 1 : COMPRÉHENSION ÉCRITE Lisez attentivement le document ci-dessous, puis répondez aux questions : Sécurité routière : les Français amorcent un virage Systématisation

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes A sa création, en 2005, la FORCE 06, rattachée à l ONF, constituait une unité de forestiers-sapeurs dédiée aux travaux d entretien des infrastructures de Défense des Forêts Contre l Incendie (DFCI) et

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DE L'ETAT

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DE L'ETAT PREFECTURE DES BOUCHES-DU-RHONE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DE L'ETAT N : 2010-138 du 10/12/2010 SERVICE REGIONAL ET DEPARTEMENTAL DE LA DOCUMENTATION SOMMAIRE EMZ13... 3 DDSP... 3 Secrétariat...

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

FENETRE SUR L INTERNATIONAL

FENETRE SUR L INTERNATIONAL FENETRE SUR L INTERNATIONAL Introduction & Stratégie d Isère Tourisme 27 mars 2014 FENETRE SUR L INTERNATIONAL 1 Introduction Points de repère 27 mars 2014 LA CLIENTÈLE ÉTRANGÈRE EN ISÈRE 2013 1,8 MILLION

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA

Atelier A05. Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA Atelier A05 Gestion de sinistres: Retour d expérience sur FUKUSHIMA 1 Atelier A05 Intervenants Dominique DEBRAY Michel JOSSET Juriste Inspecteur Expert, Gestion sinistres Dommages et Fraude auprès de Axa

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE ECOLE DE CHIENS GUIDES D AVEUGLES DE CAEN-NORMANDIE

DOSSIER DE PRESSE ECOLE DE CHIENS GUIDES D AVEUGLES DE CAEN-NORMANDIE DOSSIER DE PRESSE ECOLE DE CHIENS GUIDES D AVEUGLES DE CAEN-NORMANDIE Contact : A vue de truffe BP 197-14011 Caen cedex 1- tél : 02 31 39 61 53 Courriel : avuedetruffe@orange.fr / Site : www.avuedetruffe.fr

Plus en détail

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées L artisanat en Midi- Atlas Edition 2015 L Observatoire de l Artisanat de Midi- www.artisanat-mp.fr Sources : Observatoire de l artisanat Midi-, répertoire des métiers au 31/12/2014 URSSAF Midi- «Mieux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 30 septembre 2013 relatif aux formations des sapeurs-pompiers professionnels NOR : INTE1315095A Publics concernés : sapeurs-pompiers

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SOMMAIRE INFORMATIONS GENERALES 1. LES CONDITIONS INDIVIDUELLES 2. LES RATIOS PROMUS / PROMOUVABLES 3. LES CONDITIONS DE SEUIL 4. LES REGLES DE CLASSEMENT REGLES D AVANCEMENT DE GRADE DANS LES FILIERES

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Pourquoi une commune nouvelle?

Pourquoi une commune nouvelle? Création d une commune nouvelle sur les territoires de Bellentre, La Côte d Aime, Macot La Plagne et Valezan La Plagne Tarentaise Pourquoi une commune nouvelle? Le travail mené en commun a permis d aboutir

Plus en détail