Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3"

Transcription

1 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

2 Copie notée : 16/20 Un dossier de surendettement est déposé en France toutes les trois minutes. Au regard de l article L du code de la consommation, la situation de surendettement des personnes physiques est caractérisée par l impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne foi de faire face à l ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir. Cette situation touche un nombre accru de personnes notamment depuis la crise financière de 2008 et s explique par des facteurs sociaux tels que la perte d emploi ; un divorce ou encore une maladie. Des interventions législatives ont permis alors de prendre en compte ce phénomène social, mais le manque de statistiques précises et de critères pertinents pour analyser les situations de surendettement constituent un frein dans la volonté de réduire le nombre de situation. Désormais, des mesures de prévention sont nécessaires afin que l ensemble des acteurs particuliers et sociétés de crédit prennent en compte leurs droits et devoirs en la matière. C est pourquoi, la présente note s attache à : présenter l état des lieux de ce phénomène social de grande ampleur (I) ; établir les mesures nécessaires et en cours de réflexion pour lutter contre le surendettement des particuliers (II). I Le nombre croissant de particuliers surendettés soulignent l ampleur de ce phénomène social et ont donné lieu à des interventions législatives et associatives qui visent davantage à traiter la situation individuelle qu à prévenir le surendettement. A le nombre croissant de particuliers surendettés soulignent l ampleur de ce phénomène social : - Les comparaisons internationales placent la France dans une situation critique : La moyenne de surendettement s établit à euros par dossier en France contre euros en Allemagne et euros en Belgique. - La procédure de traitement des situations de surendettement est relativement simple en France : C est la commission de surendettement qui est chargée de traiter les dossiers. Lorsque les ressources ou l actif du particulier le permettent, des mesures de traitement peuvent être prescrites directement devant la commission. En revanche, lorsque le débiteur se trouve dans une situation irrémédiablement compromise la commission peut : soit recommander un rétablissement personnel sans liquidation judiciaire ; soit saisir, avec l accord du débiteur, le juge du tribunal d instance aux fins d ouverture de rétablissement personnel avec liquidation judiciaire. - Le baromètre du surendettement au 4 ème trimestre 2011 relève une croissance forte du nombre de dossiers déposés devant la commission : Entre 2010 et 2011, le nombre de dossiers déposés est en hausse de 6,6 %. Depuis janvier 2007, dossiers ont été déclaré éligibles aux procédures légales de traitement de surendettement. En décembre 2011, le nombre de ménages en cours de désendettement s élève à La typologie des dettes met en évidence un surendettement peu varié : L endettement se compose pour 83 % de dettes financières ; pour 9 % d arriérés de charges courantes et pour 7,5 % d autres dettes. - Les caractéristiques sociodémographiques et professionnelles des particuliers surendettés :

3 Il s agit pour 65 % de personnes vivant seules. Les tranches d âge de 35 à 44 ans et de 45 à 54 ans sont les plus touchées. 80 % des personnes sont locataires et enfin, ce sont les employés (34 %) et les ouvriers (24 %) qui demeurent les plus représentés dans les dossiers de surendettement. B Des réponses législatives et associatives qui visent davantage à traiter la situation individuelle qu à prévenir le surendettement - Le dispositif légal a connu des modifications substantielles par trois lois successives : la loi du 8 février 1995 qui confie à la commission de surendettement la responsabilité de bâtir un plan en cas de désaccord entre les parties, le juge n intervenant que pour l homologuer ; la loi du 29 juillet 1998 qui ouvre la possibilité d un effacement partiel ou total des dettes à l issue d un moratoire de trois ans. la loi du 1 er août 2003 qui instaure une procédure de rétablissement personnel qui permet un effacement complet des dettes des personnes dont la situation est irrémédiablement compromise. - La dernière grande réforme est instituée par la loi Lagarde de 2010 concernant le crédit à la consommation La loi Lagarde portant réforme du crédit à la consommation et de lutte contre le surendettement encadre la publicité afin de favoriser l information pour les particuliers sur les produits proposés ; instaure une réduction de la durée maximale des plans de surendettement de 10 à 8 ans pour leur permettre de retrouver une solvabilité rapidement, et enfin obliger le prêteur à vérifier la solvabilité de l emprunteur. - Le rôle des associations s accroit dans la lutte contre le surendettement L association principale est la fédération française Crésus créée en 1990 qui accueille, écoute, accompagne les ménages surendettés et agit en faveur de la lutte contre l exclusion financière par l éducation et l information bancaires. II Face aux multiples facteurs de surendettement, le pilotage des politiques publiques de lutte contre ce phénomène apparaît peu pertinent et doit s orienter vers une éducation et information bancaire plus large permettant de responsabiliser tous les acteurs A Le pilotage des politiques publiques semble peu pertinent face à la multiplicité des facteurs provoquant le surendettement. - De nombreux facteurs provoquent le recours socialement contraint au crédit : Les divorces, les emplois précaires, le chômage de masse, sont des accidents de la vie qui touchent 30 % des salariés et occasionnent une perte moyenne de salaire de 20 %. La crise économique provoquant une diminution du pouvoir d achat ainsi que l existence de cartes de crédit avec débit différé participent à l insécurité économique. - Le pilotage des politiques publiques est affecté par les dysfonctionnements du traitement social du surendettement : Un cloisonnement entre les commissions de surendettement et les organismes à vocation sociale apparaît. Il est alors nécessaire de mettre en réseau des traitements complémentaires par des acteurs compétents dans des domaines diversifiés tout en perfectionnant l appareil statistique pour effectuer des comparaisons entre les territoires et en redéfinissant les critères utilisés car jusqu alors, ils ne permettent pas d appréhender le phénomène de surendettement dans ses multiples origines et sa complexité sociale.

4 - La loi Lagarde est peu effective : les banques la détournent pour conserver la rentabilité de leurs prêts : Au mépris des obligations de la loi Lagarde, quasiment aucun examen de solvabilité n est effectué. De plus, des offres de prêts personnels avec des taux d appel extrêmement bas mais avec des mensualités très élevées se multiplient et augmentent alors le risque de surendettement. B Une éducation et information bancaires est à encourager afin de responsabiliser les acteurs : - La création d un fichier positif est un instrument appliqué dans de nombreux pays européens : Idée déjà soulevée par la loi Lagarde, il s agit de créer un registre national du crédit en lieu et place de l actuel fichier des incidents de remboursements de crédits des particuliers géré par la Banque de France. Chaque citoyen ayant souscrit au moins un crédit sera nominativement fiché. Ainsi, les prêteurs pourront s informer de la situation réelle de la personne à laquelle ils proposent un crédit et par voie de conséquence, mieux responsabiliser, tant la personne qui sollicite le crédit que l organisme qui l accorde. - Les réserves de la Commission Nationale relative à l informatique et aux libertés : Un tel fichier présente un danger pour les libertés publiques. C est pourquoi la CNIL préconise d informer l emprunteur de son fichage ; d établir clairement la finalité du fichier et que soit exclu le fichage des dettes locatives ou fiscales. - Des solutions concrètes pour faire évoluer la relation bancaire existent : Encourager la diffusion de carte bancaire à autorisation automatique ; Développer l information et surtout la pédagogie personnalisée en matière de gestion budgétaire, de crédits, et plus largement de services financiers ; Considérer les contraintes et choix stratégiques des professionnels du secteur bancaire qui expliquent l inadéquation de la prestation des services bancaires aux besoins d une partie de la population ; Etablir des réponses alternatives au recours au crédit comme le microcrédit dit "social" ; Promouvoir la diffusion des droits des particuliers à l instar des dépliants de la Banque de France, qui informent sur les solutions existantes pour faire face au surendettement, destinés aux particuliers ; Favoriser la reconstitution de solvabilité des personnes surendettées par l accompagnement social offert par les associations ou les travailleurs sociaux.

5 Copie notée 11/20 De janvier 2007 à décembre 2011, le nombre de dossiers déposés auprès des secrétariats des commissions de surendettement de la Banque de France s est élevé en moyenne à dossiers par an. Défini par l article L330-1 du Code de la consommation, le surendettement des particuliers est caractérisé par "l impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne foi de faire face à l ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir". Dans une société de plus en plus consumériste marquée par de profondes modifications sociétales, le surendettement des ménages revêt un enjeu de politique sociale majeure car générateur d exclusion économique et sociale. Trouvant ses origines dans de multiples facteurs, le surendettement des particuliers est confronté depuis une vingtaine d années à deux évolutions importantes. (I) Les mesures déployées par les pouvoirs publics se sont avérées insuffisantes pour enrayer une progression constante et ont nécessité un renforcement du dispositif législatif afin de protéger davantage les particuliers contre le risque de surendettement (II). I Causé par de multiples facteurs, le surendettement des particuliers est confronté depuis une vingtaine d années à deux évolutions majeures Etroitement lié à certaines évolutions de notre société, le surendettement des particuliers se caractérise ces vingt dernières années par une forte hausse des dépôts de dossiers de surendettement et des modifications législatives. A Des causes multiples La Banque de France opère une distinction entre "endettement passif", indépendant de l individu car lié à des accidents de la vie, soit 75 % des dossiers concernés et un "endettement actif", lié au comportement consumériste du demandeur notamment la contractation de crédit à la consommation. Trois facteurs peuvent expliquer ces situations de surendettement passives et/ou actives : des difficultés familiales telles que le divorce, la séparation ou le décès entraînant une diminution des ressources : 23 % des dépôts de dossiers en L isolement apparaît aussi comme un facteur aggravant (65 % des cas en 2010) des difficultés professionnelles marquées par une précarisation plus importante d une frange de la population et l apparition des travailleurs pauvres (26 % des particuliers surendettés sont au chômage par exemple) la banalisation du crédit pour financer un projet ou faire face à un besoin ponctuel est également en cause. Ainsi, 89,2 % des dossiers déposés au quatrième trimestre 2011 concernent des dettes à la consommation avec un encours moyen de Le pourcentage des crédits revolving est fortement présent dans les dossiers (78 %). B Une forte hausse des dépôts de surendettement ces 20 dernières années et une diminution de la capacité de remboursement Le nombre de dossiers traités par la Commission de surendettement connait une hausse constante depuis une vingtaine d années avec une augmentation du flux annuel de dossiers entre 1991 et 1995 à plus de dossiers traités entre janvier 2007 à décembre 2011.

6 Cette augmentation s accompagne d une diminution de la capacité de remboursement des particuliers. Ainsi, en 2010, 54 % des personnes surendettées disposent de ressources inférieures ou égales au SMIC ce qui grève la part de ressources disponibles pour apurer le passif. En parallèle, la part des dossiers assortis d une capacité de remboursement négative a été multipliée par 2 entre 2001 et C Des dispositifs législatifs en évolution La loi du 31 décembre 1989, dite "loi Neiertz" marque le point de départ du traitement par les pouvoirs publics de la prévention et de la lutte contre le surendettement des particuliers. Elle sera complétée par trois dispositions législatives supplémentaires qui non seulement élargissent les compétences de la commission de surendettement, seule instance avec l autorité judiciaire à connaître les situations d endettement (loi du 8 février 1995 et du 29 juillet 1998), mais également reconnaissent la possibilité d un effacement complet des dettes lorsque la capacité de remboursement de l individu est irrémédiablement compromise (loi du 1 er août 2003). II L insuffisance des mesures de lutte contre le surendettement des particuliers a nécessité un renforcement du dispositif législatif Les mesures de lutte contre le surendettement des particuliers visent davantage à traiter des situations de surendettement à postériori qu à prévenir le surendettement. Ainsi, pour pallier à ce dysfonctionnement et aux critiques liées au manque de fiabilité des outils statistiques, la puissance publique a renforcé son dispositif législatif. A Une carence de mesures préventives pour lutter en amont contre le surendettement cumulée avec des données statistiques imprécises. Les dispositifs mis en place ont surtout visé à assurer une gestion administrative des situations de surendettement plus qu à y apporter une réponse globale et préventive. Si la Fédération française des associations Crésus, reconnue mission d utilité publique, oriente son action vers la prévention et l accompagnement des ménages surendettés à travers un réseau de 26 associations, il existe un réel cloisonnement entre les commissions de surendettement et les organisations à vocation sociale. Cette absence de passerelle n est pas sans conséquence car elle témoigne d un dispositif légal visant davantage à traiter la situation individuelle des surendettés qu à prévenir le surendettement. De plus, le suivi statistique effectué par la Banque de France tous les 3 ans sur la typologie du surendettement ne permet pas d assurer un suivi qualitatif et quantitatif fiable des données exploitées. Outre le rythme de publication de ces données, c est également la pertinence des critères utilisés qui est remise en cause. B Avec la loi "Lagarde" de juillet 2010, les pouvoirs publics renforcent le dispositif législatif de lutte contre le surendettement. La loi dite "Lagarde" de juillet 2010 vise un double objectif : réformer la procédure de surendettement ; lutter contre l une de ses principales causes : le crédit à la consommation. Concernant la procédure de surendettement, le dispositif législatif se caractérise par une réduction des délais dans toutes ses étapes : durée du plan de surendettement réduit à 8 ans au lieu de 10, la procédure d examen du dossier diminué de 3 mois L un des objectifs visé par la loi est d apporter de la réactivité dans le traitement du dossier de surendettement et permettre par ailleurs aux personnes concernées de sortir plus rapidement d une situation stigmatisante pour bon nombre d entre eux.

7 L autre objectif poursuivi par la loi "Lagarde" est d apporter plus de transparence et de responsabilité de la part du milieu bancaire et plus spécialement d apporter un encadrement restrictif au crédit revolving, présent dans 78 % des dossiers de surendettement.

Lutter contre le surendettement

Lutter contre le surendettement Relations banque/clients Lutter contre le surendettement Mis à jour le 02/02/16 Les banques sont engagées depuis longtemps dans la lutte contre le surendettement, notamment grâce à une distribution responsable

Plus en détail

Qu est-ce que la commission de surendettement?

Qu est-ce que la commission de surendettement? Qu est-ce que la commission de surendettement? 24 FEVRIER 2015 Qu est-ce que le surendettement? o Une personne est en situation de surendettement si elle ne parvient plus : - à rembourser ses mensualités

Plus en détail

Définition du surendettement

Définition du surendettement Points abordés Définition du surendettement Selon l article L 330-1 du code civil «La situation dans laquelle le débiteur de bonne foi, personne physique, est dans l impossibilité manifeste de faire face

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 510 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 26 avril 2012 PROPOSITION DE LOI visant à instaurer un répertoire national du crédit pour prévenir le surendettement des

Plus en détail

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 1 Thèmes Avant la loi Après la loi Plafonnement des frais d incidents et

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement.

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement. LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Textes applicables : septembre 2003! Loi n 89-1010 du 31 décembre 1989 dite loi Neiertz entrée en vigueur le 1 er mars 1990! Loi n 95-125 du 8 février 1995! Loi n 98-657

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 748 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 août 2012 PROPOSITION DE LOI relative à un meilleur encadrement du crédit à la consommation et au traitement du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE PREMIER MINISTRE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE Commission nationale de lutte contre le travail illégal du 12 février 2015 Dossier de presse :

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 97 (1 er janvier 31 mars 2005) 6 Circulaires de la direction de l administration générale et de l équipement Signalisation des circulaires du 1er janvier

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. avec

LE SURENDETTEMENT. avec LE SURENDETTEMENT avec LES LOIS 1 ER texte spécifique au srdt dualité de la procédure : plan amiable//rjc 1989 LOI NEIERTZ «loi 89-1010 du 31/12/1989 : loi relative à la prévention et au règlement des

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES MARCHE RELATIF A LA MISE EN ŒUVRE D UN DISPOSITIF DE MICRO-CREDIT PERSONNEL LOT n CREDIT MUNICIPAL DE PARIS MARCHE D APPEL A CONCURRENCE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE en application

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Novembre 2012

COUR DES COMPTES. Novembre 2012 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2012 Sciences Po : une forte ambition, une gestion défaillante Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et l utilisation

Plus en détail

ANNEXE 18. Propositions de la CSF

ANNEXE 18. Propositions de la CSF ANNEXE 18 Propositions de la CSF 53, rue Riquet 75019 PARIS Paris, le 27 novembre 2002 La Confédération Syndicale des Familles a suivi avec attention l ensemble des discussions concernant le traitement

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Bilan 2013 des aides financières de l Etat aux entreprises des Pyrénées-Orientales Jeudi 6 février 2014

Bilan 2013 des aides financières de l Etat aux entreprises des Pyrénées-Orientales Jeudi 6 février 2014 PRÉFET DES PYRÉNÉES-ORIENTALES Bilan 2013 des aides financières de l Etat aux entreprises des Pyrénées-Orientales Jeudi 6 février 2014 En 2013, en réponse à la crise, l'état a mis en œuvre des dispositifs

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Caroline Weill caroline.weill@lambassade.agency 01 47 04 12 52 Audrey Peauger audrey.peauger@lambassade.agency

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE. Mardi 9 février 2016. Banque de France DOSSIER DE PRESSE

RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE. Mardi 9 février 2016. Banque de France DOSSIER DE PRESSE RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE Mardi 9 février 2016 Banque de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Service communication de la préfecture : 04-76-60-48-07 communication@isere.pref.gouv.fr

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre du présent régime cadre relatif aux aides à la formation

Plus en détail

Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT

Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT COMMUNIQUÉ DE PRESSE Levallois-Perret, le 17 janvier 2013 Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT Comment évaluez-vous en général le service de recouvrement amiable

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE

RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE Rapport établi conformément à l article L.331-12 du Code de la consommation 1 La commission de surendettement de la Gironde est

Plus en détail

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Commission de surendettement Présentation du bilan 2013 Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Qu est-ce que la commission de surendettement? 12 FEVRIER 2014 Qu est-ce que le surendettement? o

Plus en détail

JORF n 0117 du 21 mai 2009. Texte n 8. DECRET Décret n 2009-554 du 20 mai 2009 relatif à la mesure de la pauvreté NOR: PRMX0906893D

JORF n 0117 du 21 mai 2009. Texte n 8. DECRET Décret n 2009-554 du 20 mai 2009 relatif à la mesure de la pauvreté NOR: PRMX0906893D Le 25 mai 2009 JORF n 0117 du 21 mai 2009 Texte n 8 DECRET Décret n 2009-554 du 20 mai 2009 relatif à la mesure de la pauvreté NOR: PRMX0906893D Le Premier ministre, Sur le rapport du haut-commissaire

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Arrêté du 9 juin 2016 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE. Novembre 2012 : le mois de l économie sociale et solidaire P.2

DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE. Novembre 2012 : le mois de l économie sociale et solidaire P.2 Visite à Montpellier de Benoît HAMON, Ministre délégué auprès du ministre de l'economie et des Finances, chargé de l'economie sociale et solidaire et de la Consommation DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE Novembre

Plus en détail

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante SYNTHÈSE / 3 Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante En 2013, l'état a affecté 839,24 millions d'euros au remboursement des soins dentaires. Ces dépenses de remboursement

Plus en détail

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009 ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Sondage de l'institut CSA - N 0900198 Mars 2009 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 21 OCTOBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/06.568 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation par apprentissage

Plus en détail

AVEC VOUS, NOUS FINANÇONS LA SOLIDARITÉ NATIONALE

AVEC VOUS, NOUS FINANÇONS LA SOLIDARITÉ NATIONALE AVEC VOUS, NOUS FINANÇONS LA SOLIDARITÉ NATIONALE Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques LE RECOUVREUR SOCIAL DE RÉFÉRENCE L organisation

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Positions sur l article 28 LTECV

Positions sur l article 28 LTECV UFE Positions sur l article 28 LTECV o Position sur la mise en œuvre de l article 28 LTECV (novembre 2015) o Réponse de l UFE à la concertation de la DGEC sur le projet de décret (décembre 2015) Novembre-décembre

Plus en détail

La notion d État. Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral.

La notion d État. Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral. FICHE 1. La notion d État Les différentes formes d État Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral. A. L État unitaire On appelle État unitaire celui dans lequel une volonté

Plus en détail

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet.

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet. Le PERP Le Plan d épargne retraite populaire (Perp) a pour objectif de permettre la mise en place d une épargne de long terme, par capitalisation en vue de la retraite. Ce dispositif, ouvert à tous, est

Plus en détail

Surendettement - Les conditions d admission - 2005 -

Surendettement - Les conditions d admission - 2005 - Surendettement - Les conditions d admission - 2005 - Frédéric Leplat Avocat à la Cour Maître de Conférences à l Université 1 Introduction 2 Surendetté l'impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne

Plus en détail

VADE-MECUM La rencontre sportive à l école primaire

VADE-MECUM La rencontre sportive à l école primaire VADE-MECUM La rencontre sportive à l école primaire USEP ET MISSION DE SERVICE PUBLIC USEP NATIONALE - Avril 2015 L USEP, association loi 1901 déclarée est reconnue d utilité publique, par décret en Conseil

Plus en détail

2 - L ADIL : un outil au service du public et des acteurs locaux de l habitat p. 9

2 - L ADIL : un outil au service du public et des acteurs locaux de l habitat p. 9 PREAMBULE SOMMAIRE 1 LE RESEAU ANIL/ADIL ET SES OUTILS DE FONCTIONNEMENT p. 5 1-1 La présence du réseau p. 5 1-2 Les principaux outils du conseil p. 6 2 - L ADIL : un outil au service du public et des

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

Nos atouts pour vous accompagner

Nos atouts pour vous accompagner Formations Les effets de seuils sociaux Tableaux de bord sociaux et pilotage social Assistance à la mise en place d accords d entreprise Audit social d optimisation / de conformité / de sécurisation Rupture

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS

Plus en détail

LE GUIDE DU CREDIT A LA CONSOMMATION

LE GUIDE DU CREDIT A LA CONSOMMATION LE GUIDE DU CREDIT A LA CONSOMMATION INTRODUCTION L opprobre fut jeté sur le crédit. Accusé de tous les maux : causes du surendettement, décomposition des familles, suppôt de la société de consommation.

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Le Microcrédit Personnel: un outil d inclusion financière

Le Microcrédit Personnel: un outil d inclusion financière Le Microcrédit Personnel: un outil d inclusion financière Fiches synthétiques de l état des lieux et des perspectives de développement du Microcrédit Personnel en Haute Normandie Année 2009 Remerciements

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE SERVICES (Article 30 du code des marchés publics ) DEPARTEMENT DE LA SOMME Pôle Famille et Insertions Mission insertion sociale Et lutte contre la précarité 1, Boulevard du Port Aile Beffroi

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2012 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2012 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2013. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2013. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2013 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX Sommaire ADIL 33 - ETUDE en 2013 Accédants à la propriété

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction générale... 17

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction générale... 17 TABLE DES MATIÈRES Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Principales abréviations... 15 Introduction générale... 17 PREMIÈRE PARTIE LE CONTENTIEUX DE L IMPAYÉ : ENTRE EXPANSION DU PHÉNOMÈNE ET

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Se porter caution : Un risque à mesurer

Se porter caution : Un risque à mesurer Se porter caution : Un risque à mesurer À quoi vous engagez-vous? Il n est pas rare d être sollicité par un ami, un parent, un enfant pour se porter caution lors de l achat d un bien, de la souscription

Plus en détail

www.financeimmo.com Le reste à vivre tient compte de la situation familiale, il est égal au minimum au montant du RMI, plus 50% pour un ménage.

www.financeimmo.com Le reste à vivre tient compte de la situation familiale, il est égal au minimum au montant du RMI, plus 50% pour un ménage. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/173 DELIBERATION N 08/058 DU 7 OCTOBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005

Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Observatoire des SARL au capital inférieur à 7 500 à Paris Bilan de deux ans : août 2003 août 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire,

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES E20 TOG CORRIGE ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES Le présent corrigé est donné à titre indicatif. Note aux correcteurs D autres réponses sont possibles.

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france DISPOSITIONS RELATIVES AUX REGLES DE TRANSPARENCE DEMANDEES PAR LA REGION ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Réforme du surendettement

Réforme du surendettement Réforme du surendettement Présentation de la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Jean-Michel Etcheverry président du tribunal de grande instance de Roanne (31

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

CADRE DE SOUTIEN À L ACTION COMMUNAUTAIRE «LA COHÉSION SOCIALE AU CŒUR DE LA VILLE»

CADRE DE SOUTIEN À L ACTION COMMUNAUTAIRE «LA COHÉSION SOCIALE AU CŒUR DE LA VILLE» CADRE DE SOUTIEN À L ACTION COMMUNAUTAIRE «LA COHÉSION SOCIALE AU CŒUR DE LA VILLE» TABLE DES MATIÈRES 1. Le Cadre de soutien et ses objectifs... 3 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Les organismes admissibles exclusions

Plus en détail

Le casier judiciaire : source et méthodes

Le casier judiciaire : source et méthodes Le casier judiciaire : source et méthodes Fiche descriptive Organisme Type d'opération Objectif et thèmes Champ Hors champ Unité de compte de base Unité de compte Périodicité de l opération Historicité

Plus en détail

Chronique Télécommunications

Chronique Télécommunications INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES EN DROIT DE L 'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION Chronique Télécommunications 14 novembre 2006 Le processus legislatif ayant permis l arrivée des MVNO en France Par Gilles

Plus en détail

Le surendettement en microfinance et sa prévention : Réunion du Club de Microfinance de Paris le 9 mars 2010

Le surendettement en microfinance et sa prévention : Réunion du Club de Microfinance de Paris le 9 mars 2010 Le surendettement en microfinance et sa prévention : Réunion du Club de Microfinance de Paris le 9 mars 2010 BIM n - 27 avril 2010 Raphaële CHENIERE Le Club de Microfinance de Paris a organisé une conférence

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA MICROFINANCE

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA MICROFINANCE 2012 RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA MICROFINANCE Observatoire de la microfinance Code courrier : 18-1177 31 rue Croix-des-Petits-Champs 75049 Paris cedex 01 Courriel : observatoiremicrofinance@banque-france.fr

Plus en détail

Direction générale adjointe Services institutionnels Service de l approvisionnement. Comité exécutif Le 12 novembre 2014

Direction générale adjointe Services institutionnels Service de l approvisionnement. Comité exécutif Le 12 novembre 2014 Direction générale adjointe Services institutionnels Service de l approvisionnement Comité exécutif Le 12 novembre 2014 1 Les devoirs de Montréal S assurer que l attribution des contrats est faite de la

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/175 DELIBERATION N 08/060 DU 4 NOVEMBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA

ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA UNION RÉGIONALE DES PLATEFORMES DE SERVICES À LA PERSONNE D ILE-DE-FRANCE(URSAP) ETUDE-ACTION RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA COMPÉTITIVITÉ ET À L AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL ET D EMPLOI DES

Plus en détail

GARD. développe les solidarités. Fonds Solidarité Logement. Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées.

GARD. développe les solidarités. Fonds Solidarité Logement. Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées. GARD développe les solidarités Le www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante «Ma volonté : tout mettre en oeuvre afin que chaque famille dispose d un logement convenable.» Damien ALARY Plan Départemental

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

COUR DES COMPTES. L accueil et l accompagnement des gens du voyage

COUR DES COMPTES. L accueil et l accompagnement des gens du voyage COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique L accueil et l accompagnement des gens du voyage Octobre 2012 Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et l utilisation du

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

DÉCEMBRE 2014 ÉTUDE DES PARCOURS MENANT AU SURENDETTEMENT

DÉCEMBRE 2014 ÉTUDE DES PARCOURS MENANT AU SURENDETTEMENT DÉCEMBRE 2014 ÉTUDE DES PARCOURS MENANT AU SURENDETTEMENT ÉTUDE DE LA BANQUE DE FRANCE Direction générale des Activités fiduciaires et de Place Direction des Particuliers Service des Études et Projets

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail