LA FRANCOPHONIE EN ASIE Monographie de l espace social francophone de Huê ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FRANCOPHONIE EN ASIE Monographie de l espace social francophone de Huê (1999-2001)"

Transcription

1 Université de LILLE III Faculté des Lettres Thèse de Doctorat en Sociologie LA FRANCOPHONIE EN ASIE Monographie de l espace social francophone de Huê ( ) Par François TORREL Présentée et soutenue publiquement 27 octobre 2004 Directeur de Recherche Monsieur le Professeur Huu Khoa LE Université de LILLE III Membres du Jury : Monsieur Jacques BAROU, Professeur à l Université de GRENOBLE II, Rapporteur Monsieur Jacques BOULOGNE, Professeur à l Université de LILLE III Monsieur Huu Khoa LE, Professeur à l Université de LILLE III Monsieur Richard POTTIER, Professeur à l Université de PARIS V, Rapporteur

2 A mes parents pour leur soutien permanent A Jeanne pour ses lectures attentives A la mémoire de Jérôme VERNIER

3 Je remercie le Professeur Huu Khoa LE, mon Directeur de Recherche, pour sa patience, sa disponibilité et ses conseils.

4 SOMMAIRE INTRODUCTION CHAPITRE 1 : SYSTEME FRANCOPHONE DE RELATIONS HISTORIQUES I. HISTOIRE OCCIDENTALE ET LANGUE FRANÇAISE I.1. Le développement européen I.2. L Amérique du Nord et le Québec francophone II. EXORDE INTERNATIONAL DE LA FRANCOPHONIE II.1. L Afrique francophone moderne II.2. Le Vietnam et le français langue coloniale condamnée III. INSTITUTIONNALISATION FRANCOPHONE III.1. Présence francophone et initiatives civiles III.2. Un mot d ordre : les réseaux CHAPITRE 2 : DEVELOPPEMENTS FRANCOPHONES VERS L ASIE IV. ENVIRONNEMENT ASIATIQUE FRANCOPHONE IV.1. Situation linguistique régionale IV.2. Contexte national francophone vietnamien V. HANOI 1997 : LE SOMMET FRANCOPHONE V.1. La construction politique par les Sommets V.2. Le Tournant de Hanoi 97 V.3. Huê et les Assises francophones universitaires 3

5 CHAPITRE 3 : SYSTEMES DE RELATIONS FRANCOPHONES AU CENTRE DU VIETNAM VI. RELATIONS A L ESPACE VIETNAMIEN ET IMPLANTATION FRANCOPHONE VI.1. Les sociétés vietnamiennes et les premières contraintes VI.2. Les espaces sociaux actuels à Huê VII. RELATIONS CULTURELLES ET POLITIQUES FRANCOPHONES DANS LA PROVINCE DE THUA THIEN HUE VII.1. Espace et publics francophones VII.2. Du partenariat aux reseaux interpersonnels VII.3. Stratégies documentaires de soutien et d ouverture VII.4. Système de relations politiques : Censure et subversion VIII. RELATIONS DE COMMUNICATION SCIENTIFIQUE FRANCOPHONE A HUE VIII.1. Sciences francophones et ethnicisation de l espace social VIII.2. La Coopération Médicale francophone à Huê IX. RELATIONS FRANCOPHONES AU PATRIMOINE ET A L ART IMPERIAUX DE HUE IX.1. La coopération francophone et Le patrimoine respecté IX.2. L art et la manière : relation artistique francophone CONCLUSION ANNEXES BIBLIOGRAPHIE TABLE DES ILLUSTRATIONS TABLES DES MATIERES 4

6 INTRODUCTION Retour vers l Asie du Sud-Est Le système politique et économique du Vietnam va connaître des bouleversements plus ou moins importants de 1986 à Un changement minime semble-t-il, en ce qui concerne la politique de démocratisation du pays qui ne connaît qu une très lente évolution 1 mais plus considérable dans le domaine économique avec dans ce cas des évolutions rapides, comme les indices de croissance en témoignent 2. Cette évolution du socialisme vers l utilisation modérée du libéralisme économique était devenue indispensable. En terme budgétaire, l Etat vietnamien est déficitaire. De 1976 à 1986, ce sont les crédits extérieurs, principalement soviétiques, qui financent le pays au point que son endettement en 1986 de huit milliards de dollars équivaut à la moitié du produit intérieur brut. En terme alimentaire, plus de soixante-dix pour cent de la population vit de l agriculture avec moins d un dixième d hectare par habitant 3. Le Vietnam manque chaque année de vivres alors qu une croissance forte (deux et demi pour cent) est 1 L évolution démocratique semble s être affirmée en 1998 et 1999 avec la libération et l amnistie des prisonniers politiques au Vietnam. Cependant plusieurs décrets antérieurs qui limitent la liberté d expression et les droits des citoyens restent en vigueur. «Il s agit principalement de la détention administrative arbitraire autorisée par le décret 31/CP de 1997 continuant à être utilisée pour les assignations à résidence surveillée / Aussi inquiétant est le décret 89/ND-CP, il permet à la police et à l armée de mettre les suspects en détention préventive sans communiquer aucune information sur la nature des crimes ni sur la durée de la détention. De même, si la liberté religieuse a fait un pas en avant avec le décret sur la religion numéro 26/1999/ND-CP reconnaissant celle-ci, elle doit avoir pour cadre les structures autorisées par le premier ministre, c est-à-dire les églises d Etat». Ainsi, le rapporteur spécial des Nations-Unies, M. Abdelfattah, Amor, dans son rapport rendu public en mars 1999 a-t-il souligné la nécessité pour le Vietnam de procéder à de nouvelles réformes pour garantir une réelle liberté religieuse. Le multipartisme quant à lui ne peut être évoqué car il tombe sous le coup du droit pénal dans le cadre de l article 205a interdisant «l abus des droits démocratiques». Cf. Rapport annuel sur le Vietnam, in Articles ENGLISH/HR/Watch Report 1999.htm, Human Rights Watch, Dès 1990, le produit intérieur brut du Vietnam augmente de six pour cent par an, le taux annuel de croissance de l agriculture avoisine les cinq pour cent avec des pics à dix pour cent et ceux de l industrie et de l artisanat progressent en moyenne de quinze pour cent par an. 3 In GAUDARD, Catherine, La sécurité alimentaire sacrifiée au commerce international, Le Monde Diplomatique, juillet 1996, page 26. 5

7 enregistrée pour la population dont les problèmes économiques sont amplifiés par les faiblesses des structures étatiques en matière sociale. Ainsi, un tiers des jeunes de moins de quatorze ans seulement est scolarisé et dans des conditions précaires. Ces situations sont aggravées par le chômage qui touche sept millions de personnes, soit plus de trente pour cent de la population active 4. Ces données socioéconomiques du Vietnam moderne sanctionnent un siècle de conflits coloniaux, internationaux et locaux. Elles condamnent la politique stalinienne radicale (décidée par le Parti Communiste Vietnamien en 1977) de socialisation 5 et de militarisation de l économie et de la société et les tentatives de «social modernisme» qui l ont précédée. La situation politique, économique et sociale du Vietnam est aussi le résultat des échecs des politiques des intervenants successifs dans la péninsule. C est l échec, historique, de l idée et du fait colonial. C est l échec de la politique américaine en Asie qui, en partie pour se laver de l affront connu en Corée face au Kominterm, cherche avec le Vietnam à affirmer son rôle en Asie du Sud-Est en opposition au communiste international. C est aussi l échec de la reconstruction nationale au Vietnam dont la classe dirigeante oscille depuis 1975 entre radicalisme, relâchement et réforme monétaire catastrophique. Dans ce contexte, la période combine dramatiquement pour l économie libéralisme et autoritarisme lorsque le Parti Communiste Vietnamien impose une réforme monétaire visant à réduire l inflation et le déficit budgétaire. Les résultats sont désastreux pour les entreprises nationalisées et l inflation atteint pour l année 1986 le taux record de sept cent pour cent. Dans ces conditions, le Vietnam va devenir plus sensible aux injonctions du Fonds Monétaire International, et le sixième congrès du parti communiste de décembre 1986 annonce une nouvelle période de libéralisme économique, c est le doi moi 6, le renouveau. Entre 1986 et 1993, la libéralisation intérieure et économique progresse, les plans contraignants de production sont abolis, les postes de douanes intérieures disparaissent (sauf dans les zones sensibles) facilitant les relations interrégionales déjà fortement handicapées par le 4 In HEMERY Daniel, NGUYEN Duc Nhuan, Crises du communisme et du développement. L Indochine en état de fragile espérance, Le Monde Diplomatique, page CHAU, Lê, Le Vietnam socialiste : une économie de transition, pp.159 à Le doi moi (le renouveau) n est pas une perestroïka à la vietnamienne, il s agit d un mouvement de politique réaliste au sein du Parti communiste Vietnamien. Le pluralisme politique n est pas un élément de ce renouveau économique. Il s agit essentiellement d un rétablissement des relations internationales du Vietnam et d un ajustement économique aux réalités d un marché asiatique en développement, «d une révolution mentale libérant les dirigeants vietnamiens du communisme de guerre» SCALABRINO, Camille, Nouveaux espoirs de paix en Indochine, Le Monde Diplomatique, septembre 1990, pp. 20 à 21. 6

8 cloisonnement montagneux du pays. Les mesures de libéralisme s accompagnent également de la réduction des tensions avec les pays limitrophes et en conflit, comme le Cambodge, qui respecte un projet de plus grande intégration économique au niveau de la péninsule 7. Pourtant, le doi moi conserve un aspect essentiellement économique ayant trait au commerce international du pays 8 et l évolution démocratique du pays n est pas à l ordre du jour des congrès successifs du Parti Communiste Vietnamien, le P.C.V. Cependant, pour l opinion internationale, c est suffisant pour signifier la réouverture de la péninsule, réouverture attendue par de nombreux pays, en Asie du Sud-Est, en Amérique du Nord et en Europe car la mondialisation économique et scientifique voit l apparition de plusieurs ensembles économiques concurrents en Asie du Sud-Est. Parmi ces ensembles, l Association Economique des Pays du Sud-Est Asiatique (ASEAN) créée en 1967 regroupe les nouvelles puissances économiques d Asie orientées vers le marché Pacifique au sein desquelles le Vietnam, par sa position stratégique en Mer de Chine (face à la Chine et aux Etats-Unis), est amené à jouer un rôle important. Les Etats- Unis, présents également, sont attachés à l élaboration d un marché asiatique libre. Celui-ci permet au pays de développer ses échanges économiques entre la Côte Pacifique, qui a accueilli et voit se développer une diaspora vietnamienne commerçante qui conserve des relations économiques étroites et le plus souvent familiales avec le pays d origine 9, et les pays à forte croissance d Asie du Sud-Est. Pour le Japon, premier bailleur de fonds en Asie du Sud, le Vietnam et à plus large titre, le marché d Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge) ouvrent une voie commerciale vers le pays le plus au sud de l aire pacifique, l Australie, et représentent une alternative aux marchés nord- 7 En dix ans, ces efforts vont conduire au rapprochement économique, industriel et commercial au Vietnam et au Laos pour la mise en place de mesures frontalières de développement. «Vietnamiens et laos ont convenu d élargir les relations commerciales et d investissement en particulier à proximité de leurs frontières communes / La session à mi-parcours de la Commission intergouvernementale vietnamo-lao s est ouverte hier à Hanoi. Les deux parties sont tombées d accord de constater qu il faut accélérer le rythme d exécution des projets / Les deux parties ont jugé nécessaire l élaboration de la stratégie de coopération de la période », MY BINH, Vietnam et Laos élargissent leurs relations, Le courrier du Vietnam, numéro 2008, page 3. 8 «La nouvelle politique financière est appliquée avec pour objectif d accélérer l intégration internationale et d attirer les investissements étrangers / Le Vietnam complète la liste des produits importés bénéficiant de la réduction ou de l exemption des taxes douanières.», Le Vietnam envisage un terrain égal à tous les investisseurs, Le courrier du Vietnam, numéro 1947, page 9. 9 La France accueille également une diaspora vietnamienne qui conserve des liens étroits avec le pays et la culture d origine. Ces relations fondent en partie la coopération francophone. Lire également : LE, Huu Khoa, L immigration du Sud-Est asiatique en France (Le point sur,), ADRI, Paris,

9 américain et européen dans lesquels le Japon connaît des difficultés concurrentielles 10. Enfin, l Europe et principalement la France, qui a toujours compris le rôle géographique du Vietnam pour le développement de son influence dans l aire de l Asie Pacifique, sont également présentes car si les Etats-Unis, le Japon ou les pays regroupés par l Association Economique des Pays du Sud-Est Asiatique possèdent des interfaces géographiques naturelles directes en direction de l Asie du Sud-Est, ce n est pas le cas de la France et de l Europe. Leur participation à cet ensemble économique en construction est subordonnée à leur implantation physique dans les lieux. C est dans cet état d esprit et péjorativement que le Vietnam est appelé «le marchepied vers la Chine». Ce marché asiatique et le possible marché chinois ne sont pas accessibles pour les pays francophones via l Inde ou la Thaïlande anglophones, ils le sont difficilement par l Asie centrale ou par Vladivostok, la Russie faisant écran. Les seuls pays, au sein de cet ensemble asiatique, qui historiquement justifient des liens avec la France sont ceux de la péninsule indochinoise et principalement le Vietnam. Ce qui est marquant, avec la réouverture du Vietnam, ce n est pas l intéressement des partenaires internationaux, mais plutôt la façon dont cet événement est fêté c est-à-dire sur quels registres politiques les relations se rétablissent. Pour les Etats-Unis, les mesures d assouplissement politique qui débutent dans les années quatre-vingt-dix au Vietnam, même si elles sont suscitées par la crise financière de 1986, témoignent de la volonté d ouverture de Hanoi. Les décisions prises entre 1986 et aujourd hui par les gouvernements vietnamiens favorisent les exportations extra régionales, rétablissent des relations financières internationales fondées sur les réseaux diasporiques 11 et tentent de respecter les propositions d ajustement structurel proposées par le Fonds Monétaire International pour l Asie du Sud-Est, à savoir l assainissement des budgets nationaux, la relance de la consommation par des mesures incitatives et la réduction des dépenses publiques. Ainsi, avec l apaisement des tensions militaires dans la péninsule, le gouvernement des Etats-Unis décide la levée de l embargo sur le Vietnam. Dès lors, de 1994 à aujourd hui, la 10 «Confrontées à des difficultés telles que les frictions commerciales et la hausse du yen et, de surcroît, à ce handicap qu'était le plus haut niveau mondial des salaires, les industries japonaises risquaient bien d'être perdantes dans le champ clos de l'intense concurrence internationale. C'est le marché asiatique qui leur permit un retournement structurel / Ce fait devrait à lui seul suffire à montrer combien le sort du Japon dépend de la bonne santé à venir de l'asie», RIM, revue du Sakura Institute of Research, Tokyo, vol. IV, in Decornoy Jacques, Le Japon et l'avenir de la zone Asie Pacifique, Le Monde Diplomatique, janvier 1993, p Un réseau qui procure au Vietnam 300 millions de dollars en 1990 et 3,6 milliards de dollars en

10 libéralisation économique du Vietnam a été croissante pour aboutir à l ouverture en août 2000 de la première bourse de commerce du Vietnam à Hô Chi Minh-Ville en passant au préalable par la création d une législation sur l investissement et les capitaux étrangers favorable à l entrée de capitaux extérieurs et au rapatriement des bénéfices 12. Cette amélioration des conditions économiques a donc abouti progressivement à un rapprochement politique entre les USA et le Vietnam qui trouve, pour l instant, son apogée en novembre 2000 avec la visite du Président américain Clinton au Vietnam. Au demeurant, l acte fondateur de 1994 (la levée de l embargo), qui marque la reconnaissance de la réouverture économique du Vietnam, est un acte économique de la part des USA avec le rétablissement des relations commerciales et la non application de l accord Jackson-Vanik 13 pour le Vietnam. L Association Economique des Pays du Sud- Est Asiatique va également répondre, un an après les Etats-Unis à la réouverture du Vietnam, par une décision de politique économique pour fêter un événement avant tout économique dans le marché asiatique 14. Dès 1994, le Vietnam est invité à rejoindre le cercle des pays à forte croissance qui composent, avec l Australie notamment, le cercle des pays unis d Asie du Sud-Est. Cette adhésion est d autant moins problématique que l Association des Pays du Sud-Est Asiatique refuse toute ingérence dans la politique intérieure de ses membres. La souveraineté nationale est une caractéristique constitutive de cette entente économique. Ainsi, pour les Etats-Unis, le Japon et les pays de l alliance économique d Asie du Sud-Est, la réouverture économique du Vietnam est marquée par la mise en place de mesures du même ordre, en cela rien d étonnant. Pourtant tous les 12 La loi sur l investissement étranger au Vietnam votée par l Assemblée nationale de la République du Vietnam lors de la 10 e cession de la IX e législature en novembre 1996 prévoit selon l article 22 que : «les investisseurs étrangers au Vietnam peuvent transférer à l étranger : 1) leur part de bénéfice provenant de leurs activités ; 2) les paiements effectués en contrepartie de transfert de technologie ou de service ; 3) le principal et les intérêts des emprunts souscrits au cours de l activité ; 4) leur capital investi ; 5) les autres sommes ou actifs acquis légitimement». Cette loi promulguée pour inciter les partenaires étrangers à investir s adresse également au monde francophone mais un problème d ordre économique demeure. Il s agit de la non convertibilité de la dông, qui, combinée à l obligation pénale d effectuer les paiements en dông, pose le problème du rapatriement des bénéfices qui ne peut se résoudre qu au travers d accords à l amiable. 13 «L amendement Jackson-Vanik interdit les relations économiques totales avec un Etat communiste, à moins que celui-ci n autorise la libre émigration», Le Vietnam applaudit les décisions du président des Etats-Unis, Le courrier du Vietnam, numéro 1945, page Le règlement des différents politiques et commerciaux entre les Etats-Unis et le Vietnam a été un événement régional majeur pour le développement de l Association Economique des Pays du Sud-Est Asiatique en direction de la péninsule lao-vietnamo-cambodgienne car l isolement économique du Vietnam et sa fermeture politique intégrale grevait le développement du marché commun d Asie du Sud- Est. Cf. L ASEAN au complet retrouve son dynamisme, Le courrier du Vietnam, numéro 1984, page 3. 9

11 candidats à la réconciliation avec le Vietnam n agissent pas de la sorte. C est le cas de la France et des pays francophones qui décident d inaugurer le «renouveau» de l économie vietnamienne par un événement majeur, ils sont dans la même logique que les pays que nous avons cités, mais, et cela est remarquable, en mettant en avant non pas directement des arguments économiques, mais culturels et historiques. En 1997, une manifestation internationale mobilise les principales villes du Vietnam, les salles de réunions de l Ambassade de France, les universités, les cercles francophones C est le Sommet des Chefs d Etats et des Gouvernements francophones qui se réunissent à Hanoi et les Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche qui s établissent à Huê. Ce n est pas une réconciliation économique qu inaugure officiellement la France au Vietnam, via la francophonie, mais une réconciliation linguistique comme mécanisme précurseur de la coopération économique. Mécanisme précurseur parce qu en l an deux mille un, lorsque les Filières Universitaires 15 bilingues francophones annoncent leur fermeture partielle et progressive au Vietnam, que la coopération décentralisée est discutée et notamment les délégations permanentes, alors que le contenu des enseignements et des fonds documentaires sont menacés chaque année par la censure politique vietnamienne ou les inondations, de nouvelles perspectives sont mises en avant, économiques, celles que l Agence Internationale de la Francophonie a baptisées en novembre 2000 la «francophonie économique» 16. Ce sont ces variations à Huê, siège au centre du Vietnam des principales universités modernes, que nous avons reconstruites ou observées sur une période de six ans (le temps de la recherche de 1997 à 2002) dont il nous faut rendre compte, mais aussi des activités francophones qui sont extérieures ou qui divergent de cet ensemble institutionnalisé. Néanmoins, nous pouvons dire à présent que la France propose au Vietnam une coopération culturelle et technique avec, au centre de celle-ci, l Ambassade de France et l Agence Universitaire qui coordonnent localement en grande partie avec les missions de coopération décentralisée françaises, belges ou canadiennes, les activités francophones via le Bureau Régional d Asie du Sud- 15 Nous écrirons Filière pour une filière francophone universitaire intergouvernementale et filière (sans majuscule) pour désigner une filière universitaire classique. 16 «L Agence de la francophonie veut promouvoir la francophonie économique», Agence de la Francophonie, Libreville, Gabon, le 14 novembre 2000, AFP, Paris. «Le Vietnam, représenté pour la première fois à un sommet de la francophonie à l'étranger par son président de la République, réaffirme son attachement à la communauté francophone, en particulier à ses aspects économiques, même si l'usage de la langue française reste marginal dans le pays», Le Vietnam attaché à la francophonie malgré la marginalisation du français (Dossier Papier d angle), AFP, Paris, le 15 octobre

12 Est (BASE) et les bureaux de coopération linguistique de l Ambassade de France au Vietnam. Au centre de cette coopération culturelle et technique, il y a l apprentissage de la langue française, condition minimum mais indispensable, pour avoir accès aux trésors économiques et culturels de l ensemble francophone. Mais c est aussi sur un registre plus politique que la francophonie institutionnelle se présente au Vietnam quand le président de l Agence Universitaire déclare un an après le sommet francophone de Hanoi que le français, «langue des Lumières qui sert le développement intellectuel, politique et moral des pays qui l adoptent en donnant accès à la modernité se veut être un antidote puissant contre l'uniformisation / que comporte la mondialisation» 17. Le choix de la francophonie comme relation avec le Vietnam peut apparaître d emblée comme un choix délicat et cela pour plusieurs raisons. Tout d abord, l ensemble francophone n est pas un ensemble homogène et les pays qui le composent poursuivent des stratégies différentes qui correspondent à des enjeux différents et qui trouvent comme outil à leur disposition la langue française et son élaboration idéologique en communauté. L histoire de l ensemble francophone institutionnalisé que nous allons présenter rend compte de cette diversité idéologique. Ensuite, l introduction du français, en concurrence avec des langues indigènes et d autres langues internationales, demeure discutable en raison de nombreux aspects sociologiques et l exemple de la francophonie africaine, quoique différent de la francophonie au Vietnam, est instructif à cet égard. Les déstructurations politiques et linguistiques sont exclues des discours francophones. Ce n est qu en nous tournant, comme nous allons le faire, vers la recherche sociologique et linguistique en Afrique noire francophone que nous pouvons apprécier l envers de la médaille francophone. Cet envers du décor, décrit par la sociologie à propos de l Afrique, nous conduit à être suspicieux et à chercher les effets pervers de la francophonie (effets pervers entendus comme effets inattendus, comme revers de la médaille). Finalement, au sein des pays francophones, le Vietnam occupe une place particulière, par son histoire propre, celle de son école traditionnelle et de son système politique et par les modalités de son adhésion réelle tardive 18 à la Francophonie 17 BODSON, Arthur, UREF Actualités, Le bulletin de l Agence universitaire de la francophonie, numéro L adhésion du Vietnam à l ensemble francophone institutionnalisé est ambiguë, que l on se fie soit à sa date d entrée, il est alors là un des premiers pays à y participer, soit à son adhésion réelle et effective, il est alors l un des derniers participants (p.117). 11

13 Institutionnelle. Il possède également une place particulière au sein de l entente francophone en raison du faible nombre de locuteurs francophones que compte le pays, ce qui témoigne de la faiblesse de la francophonie endémique et historique produite par la colonisation. L objet francophone de l enquête Il est indispensable de reconstruire l environnement historique et international de la francophonie pour une enquête sur son déploiement moderne au Vietnam, afin d en isoler des caractéristiques historiquement définies, physiques et idéologiques principales. Les dimensions hétérogènes, politiques, coercitives de la francophonie sont réelles en dépit des constructions idéologiques dont elle s entoure. Sa dimension modernisatrice a été patente jusqu à la moitié du vingtième siècle. Les arguments sur la capacité modernisatrice de l adhésion francophone fortement mis en avant dans le discours francophone institutionnel ont perdu de leur réalité au profit de la réalité sociopolitique ou économique, face aux exigences et aux contraintes politiques et techniques locales. La définition même de la francophonie, c est-à-dire, la recherche de la définition francophone, n est pas arrêtée pour la sociologie et les préalables historiques à la situation locale francophone que nous nous proposons d étudier dans le chapitre 1 montreront l impossibilité de déterminer totalement le phénomène francophone, soit en termes politiques, soit en terme de degré de possession de la langue ou de participation économique mais également en termes de limites (de temps, d espace, de structure). Il nous est impossible de définir la francophonie en terme idéologique, car la diversité même (comme nous le verrons avec l histoire de la langue française puis de la francophonie) de la situation francophone des principaux acteurs, fondateurs ou bailleurs de fonds ne partageant pas la même histoire ni les mêmes pratiques de la francophonie ne permet pas de déterminer un mobile, un motif commun d appartenance justifiant de la cohésion de l ensemble. L utilisation, légitime pour une communauté linguistique, du facteur linguistique (la pratique, la possession et l utilisation de la langue française connaissent des degrés multiples) est également proscrit. Les compétences au sein de l ensemble francophone s échelonnent de la francophonie complète à l apprentissage de la langue, du français comme langue nationale à celui qui ne s exprime qu à travers les 12

14 volontés individuelles locales sporadiques. Si nous choisissons un dénominateur commun d ordre économique, la définition francophone n en demeure pas moins impossible, les disparités sont impressionnantes entre les pays francophones du nord et ceux de sud. Disparité vis-à-vis des produits nationaux bruts mais aussi disparité quant à la participation financière de chacun à l élaboration et au fonctionnement de l ensemble francophone. Les pays du nord alimentent pour plus des trois-quarts le budget de la francophonie institutionnelle sans même comptabiliser les initiatives des associations civiles en direction des pays du sud. Finalement l histoire des pays francophones (proposée de façon brève et critique dans le premier chapitre) ainsi que la géographie de l ensemble francophone ne sont d aucun secours pour définir ce qu est la francophonie, du moins ce qui apparente les différents participants. Pour l histoire, (l histoire des adhésions, limites temporelles de l ensemble francophone), elle n est pas un repère fiable. La francophonie n est pas attachée à une période précise. Colonies anciennes apparues au quinzième siècle et colonies modernes de la fin du dix-neuvième siècle cohabitent au sein de l ensemble avec des pays francophones qui n ont jamais connu la présence française. Certains parmi eux sont des adhérents récents, d autres appartiennent au groupe des pays membres fondateurs de la francophonie institutionnelle. Pour la géographie, celle de l ensemble francophone n est d aucune utilité en vue d une définition en terme spatial, l unité de lieu n existe pas du fait de l éparpillement des pays francophones autour du monde et ne peut servir de repère pour définir l ensemble. Cette nature ambiguë de l objet francophone tient à la tentative de compréhension en terme de communauté linguistique. Cette définition fourre-tout permet de combiner idéologiquement toutes les différences nationales en identité commune internationale. Dès lors, notre seul repère incontestable c est l élargissement permanent en réseaux. Nous approfondirons l élargissement structurel suivant deux aspects, l absorption permanente d organisations francophones internationales au sein du même ensemble (cf. l «Institutionnalisation francophone», p.61) et la divulgation médiatique globalisée de cet ensemble (cf. «TV5 Asie : la concurrence sur l environnement», p. 86). Quand à la réflexion sur les systèmes de relations, nous la conduirons suivant deux aspects : un premier aspect visible dans la production des résultats d enquête aussi bien au niveau international que local avec la reconstitution schématique des relations entre les pays, les organisations ou les acteurs. L enquête va produire ainsi des schémas globaux et locaux 13

15 inédits et suivant un deuxième aspect sous-jacent que nous résumons maintenant et qui considère la capacité heuristique et explicative du concept sociologique et ethnologique de systèmes de relations, préalablement, afin de rendre ce concept opératoire pour l enquête. Le concept d espace social et celui de système de relations se jouxteront conceptuellement dans notre raisonnement au long de la recherche. C est qu ils sont, pour nous, deux synonymes. La définition d un système de relations ne pose pas en soi un problème insurmontable. Cependant, il n en va pas de même pour la notion d espace social. Remplacer l un par l autre, sans fournir d abord une définition (circonstanciée à la recherche) de l espace social, aboutirait à le remplacer par la notion de système de relations pour faire l économie de sa définition. Il ne peut en être ainsi, pour deux raisons : d une part en éludant, on ne résout pas et d autre part parce que la définition de la notion d espace social peut devenir heuristique dans l enquête. L espace social quand il devient un concept précis devient un concept opératoire. Pourtant, le concept d espace social combine défavorablement pour son devenir opérationnel dans l enquête deux notions contradictoires : l espace et le social. L espace s appréhende comme donnée physique, comme espace géographique support de l activité humaine, tandis que le social, cette production de l activité humaine, est une denrée avant tout symbolique, une construction systémique du chercheur. Comment doit être pensée cette relation entre espace et social, cette fusion sémantique? Comme étant dialectique? L espace prend-il le pas conceptuellement sur le social? Il devient alors un déterminisme externe et transcendant. Ou bien le social triomphe-t-il de sa dimension physique, s en affranchit-il, la rend-il virtuelle au point d en faire un espace symbolique tissé par les relations sociales entre les acteurs, entre les objets? Comme étant dialogique? Espace et société entrent alors en interaction. L un proposant des contraintes et l autre devant les surmonter en modifiant le premier. Finalement ne faut-il pas nous libérer de la notion d espace pour ne conserver que la dimension sociologique du concept? L espace social devient alors la culture, la culture francophone insaisissable. Deux identités pour une notion qui s offre à notre compréhension, porteuses d ambiguïtés. Ambiguïtés autour de la notion d espace social, ambiguïtés ou plutôt amalgame théorique et conceptuel car l espace social est à la fois la transcription du social, inscription entière de celui-ci dans le matériel ; il est aussi relations, dynamiques négociées et invisibles appartenant au symbolique et au contrat. Nous repensons au travail de George Condominas sur l espace 14

16 social en Asie du Sud-Est. Il nous apparaît clairement que la prise en compte dans le raisonnement du chercheur d un espace symbolique comme produit et producteur de la société, s il demeure incontournable, va souvent de pair avec la production par le chercheur d une restriction sémantique. Celle-ci vient du fait que traditionnellement la sociologie ou l ethnologie, tour à tour, rapprochent à se méprendre la notion d espace social de celle de culture. La culture, indéfinissable par elle-même devient avec l espace social une réalité physique. L espace social, son élaboration conceptuelle, devient une nouvelle tentative de définir la culture qui nous échappe. Le rapprochement entre les deux concepts est total chez Herskovits qui définit comme écrit Condominas 19 : «la culture comme la partie de l environnement faite par l homme», et la culture devient écologie et cette transposition s effectue à travers un moyen physique et intellectuel, l anthropisation. Cinq ans plus tard, Claude Lévi-Strauss 20 remplacera le concept de culture par celui de structure sociale en montrant que la structure sociale d un groupe (sous-entendu produit de sa culture) entretient des relations avec la configuration spatiale de celui-ci. Les espaces se superposent, l espace social structuré par les règles de parenté se traduit physiquement dans l espace parcouru et physique. Il s agit «de l inscription au sol et dans le paysage de l organisation sociale» 21. L auteur de «L espace social à propos de l Asie de Sud-Est» regrette cette connexion quasiexclusive et appauvrissante entre espace physique et culture parce qu il ne s agit que d une des relations nombreuses et variables dans le temps et suivant les groupes sociaux qui caractérisent l espace social. L espace social est un système de relation à, nous propose Condominas. Il est système et non pas la manifestation ou la transcription de la culture dans l espace physique : «L espace social est l espace déterminé par l ensemble des systèmes de relations, caractéristiques du groupe considéré» 22. Cette définition n exclut pas les relations aux territoires et leurs conséquences physiques mais elle inclut d autres aspects relationnels qui caractérisent la vie en société comme les échanges matériels, la communication, le rapport au temps, à l autorité. Cette définition de l espace social a la propriété de ne pas déterminer les champs d investigation quand il s agit de s interroger sur l espace social francophone. L espace social en tant que 19 CONDOMINAS, Georges, L espace social à propos de l Asie du Sud-Est, p LEVI STRAUSS, Claude, Anthropologie structurale, pp.300 à CONDOMINAS, Georges, op.cit., p Idem., p

17 système de ou des relations et non pas comme phénomène de retranscription, offre la possibilité au chercheur de s interroger légitimement, en même temps, sur plusieurs objets. Il permet un questionnement sur ce qui fait relation, c est-à-dire les partenaires, les acteurs francophones, leurs institutions françaises ou vietnamiennes, sur la nature des relations, c est-à-dire par exemple dans l enquête : interculturelles coopérantes, hostiles d ignorance mais aussi sur leur organisation en systèmes c est-à-dire en espaces sociaux francophones dynamiques. Dans le cas présent avec Condominas, nous nous rapprochons de Mauss et de la compréhension en terme de globalité de la réalité sociale. L espace social ne peut être considéré comme le phénomène démographique et spatial qu il a été, mais doit être considéré comme un système global dont on ne peut affecter une relation sans que tout l ensemble du système en soit affecté, mais encore que ce système entre en relation avec la totalité de la société. S il est transcription de la société ce n est pas uniquement dans l espace, c est aussi dans le temps et dans les symboles. L espace social est le social c est-à-dire ce qui lie ou rassemble les phénomènes sociaux les uns aux autres. Cette définition, nous la craignons autant que nous la souhaitions pour son aspect total et global. Nous la craignons parce qu elle rend impossible la description de l espace social francophone de Huê sans connaître l espace social de la ville en tant qu entité urbaine historiquement constituée, c est-à-dire sans connaître les relations de la société locale avec son environnement national et international. Les colonisations et guerres faisant, nous pouvons dire pour nous effrayer davantage, que l espace social vietnamien est, pour une grande part, le résultat de ses relations avec le reste du monde. C est à ce niveau que la définition de l espace social nous intéresse. Elle rejoint les dimensions extra nationales et historiques de la nation vietnamienne, de la ville de Huê et de la francophonie. Ces trois dimensions, de par l évolution historique du pays, sont étroitement liées dans le temps mais aussi actuellement et localement. Nous disons ceci à titre d hypothèse avec comme enjeu, à Huê, de décrire ce système des relations entre la société vietnamienne et la présence francophone. L histoire du Vietnam dans son ensemble, l histoire de Huê, ses mythes, ses déterminismes historiquement et socialement constitués et les organisations francophones entrent en relation localement. Ces relations s établissent pour répondre à des enjeux locaux, régionaux, nationaux et internationaux, dépassant tour à tour chacune de ces différentes échelles de description et d analyse, développant un système d implication qui joint Huê et son sort francophone 16

18 au reste du Vietnam et du monde francophone, cela en conservant une autonomie politique et sociologique proprement localisée. La francophonie au Vietnam ne peut échapper à cet état de fait du phénomène francophone et à la définition globalisatrice en terme d interdépendante de l espace social. La francophonie au Vietnam c est à la fois la francophonie commune à l ensemble des pays francophones (essentiellement véhiculée par voie administrative, comme une francophonie minimum en personnel francophone et en informations en langue française commune à l ensemble des membres) et à la fois la francophonie particulière du Vietnam (celle que nous allons observer). Notre travail est double et notre corpus d emblée dichotomique. Il s agit pour nous d observer le développement des organismes francophones (dont ceux du Vietnam) qui, centralisés, véhiculent en partie les aspects communs de la francophonie internationale, et d observer en outre la francophonie vietnamienne moderne; une francophonie non exogène, pratiquement anhistorique vis-à-vis du colonialisme 23 et de son apport francophone et qui cherche de nouvelles raisons, de nouveaux motifs économiques, techniques ou idéologiques de se développer. Il y a effet d échelle entre les niveaux historiques théoriques et entre les niveaux géographiques d observation de l enquête parce qu il a croisement des objets de recherche entre le niveau francophone international dans sa dimension géographique mondiale historiquement constituée dans le temps et les aspects locaux propres à Huê, résultats d un processus historique urbain. C est ce que nous avons voulu suggérer en amorçant notre analyse par la reconstruction de l histoire et des enjeux francophones. Il y a effet d échelle, dans l analyse comme dans la réalité francophone car la francophonie s est largement structurée en réseaux interdépendants collatéralement, par la division des missions, mais aussi verticalement, de par sa centralisation et la réunification d un nombre toujours plus important d organismes internationaux. Décisions, fonds, responsabilités, informations, développement général et développement local sont les problématiques qui parcourent le plus souvent de haut en bas, un ensemble francophone ou plus exactement quelques 23 En revanche, la période «vietnamienne» connue par la France reste vivace car la «France possède presque l exclusivité de la mémoire écrite, imprimée et visuelle de trois quarts de siècle d histoire vietnamienne / Par conséquent, tous ceux, qui à un titre ou à un autre, celui de curieux, d analystes ou de décideurs, sont concernés par le Vietnam, subissent l attraction de ce pôle documentaire que l Etat, les groupes économiques et financiers, les Eglises, les mouvements sociaux et les individus ont édifié», Guide de recherches sur le Vietnam. Bibliographies, archives et bibliothèques de France, ss dir. BOUDAREL, Georges, BROCHEUX, Pierre, HEMERY, Daniel, p.5. 17

19 ensembles francophones : intergouvernemental, gouvernemental et né à la suite de la coopération décentralisée entre régions francophones 24. Il est certain que ces ensembles francophones ne sont pas eux-mêmes homogènes et monolithiques. Du Sommet des Chefs d Etats par exemple aux applications effectives sur le terrain il y a long à voir et dans cette distance, dans cette ombre, se cache la variabilité imprévisible, locale et humaine de la francophonie. C est tout l exemple que nous voulons donner avec TV5 Asie et ce sont ces mêmes exemples que nous recherchons à Huê. Cet ensemble francophone globalement extérieur au Vietnam rencontre l espace social vietnamien et c est dans cet espace social vietnamien qu il doit s établir s il veut se pérenniser. Ainsi, objet et échelle se croisent, l ensemble francophone international et local devient objet d enquête au même titre que l espace social et politique vietnamien comme variation de la francophonie. Tous deux ont des implications internationales et locales, tous deux possèdent leurs déterminismes et leurs dynamismes. Les francophones vietnamiens se sont ainsi placés au centre d un débat interculturel et interrégional. Les exemples d émergence d un Centre Vietnam en relation avec Da-Nang, cette stratégie de débipolarisation du Vietnam ou le rôle en Asie pour Huê ville des parfums, attendu comme centre touristique sont des preuves de la complexité des facteurs économiques et politiques qui interviennent dans les choix francophones. Cette complexité renvoie bien souvent l émotion littéraire ou la modernisation des consciences au second plan. Il s agit de rendre compte des relations qu entretiennent les francophones vietnamiens avec leur environnement social, culturel, historique et politique à Huê. Relations complexes qui proviennent en partie des enjeux interrégionaux et des relations politiques, intellectuelles, interpersonnelles, historiques ou conjoncturelles, localement propres à Huê. La francophonie à Huê est d autant plus spécifiquement circonstanciée que la définition historique, urbaine, idéologique et économique de la ville est un processus virulent, en élaboration depuis l ouverture partielle du Vietnam aux personnes étrangères et aux capitaux étrangers. Bien que la ville porte l empreinte de la présence coloniale française, la francophonie moderne n y va pas de soi. Au niveau des structures physiques, les établissement scolaires, les fonds documentaires, la disponibilité 24 L article 131 de la loi d orientation n relative à l administration de la République permet aux «collectivités territoriales et leurs groupements [de] conclure des conventions avec des collectivités territoriales étrangères et leurs groupements, dans la limite de leurs compétences et dans le respect des engagements internationaux de la France», Bulletin Officiel, Paris, le 8 février Cf. annexe 1 p

20 d ouvrages, de manuels scolaires restent précaires et au niveau scientifique, en raison des problèmes pédagogiques que connaît le système d enseignement vietnamien (manque d enseignants, problèmes de compétence) les résultats sont discutables (cf. la «Remise en cause de la compétence» p.260). La francophonie à Huê dépend également des aléas idéologiques, politiques du pays car la ville est le théâtre d un affrontement révélateur des oppositions doctrinales, des antagonismes que connaît le Vietnam et de leurs conséquences physiques et intellectuelles in situ. Ainsi, notre objet est plus complexe qu il n apparaît et la «francophonie à Huê» résume malaisément ce dont il s agit. Il est question en réalité d une analyse qui prend en compte les partenaires pour les réunir dans un système de relations complexes dans lequel ce qui est objet est à la fois les partenaires, leurs relations et la nature de ces relations. Il s agit de comprendre les relations qui unissent jusqu au Vietnam l ensemble francophone, déterminer quels en sont les représentants, quelles sont les relations qui les lient collatéralement sur le terrain, dans les antennes locales mais aussi verticalement avec le reste de leur hiérarchie. C est en tenant compte des relations que les acteurs francophones entretiennent avec leurs espaces administratifs respectifs que nous comprendrons préalablement leur marge de manœuvre. Enfin, c est en tenant compte des déterminismes qui pèsent sur l action francophone et sur l action sociale, intellectuelle et technique au Vietnam qu il est possible d envisager la description des relations qui unissent les partenaires francophones dans un espace social francophone commun, celui de Huê; non qu il s agisse de clore un triptyque dont les volets seraient chacun un tableau propre. Il faut comprendre cette présentation comme un même et unique tableau composé de plusieurs scènes qui se jouent dans des espaces géographiques et sociaux différents. Alors, y a-t-il exagération, éparpillement de notre objet de recherche? Cela pourrait être le cas s il n y avait le terrain, le facteur unifiant entre les dimensions prétendues : internationalisme et localisme, déterminismes historiques nationaux et dynamisme des acteurs. Dans un même espace, des acteurs, des espaces sociaux, des systèmes de relations viennent se rencontrer. Ils dépassent le cadre de la ville et celui de la francophonie ; les isoler de leurs racines structurelles et idéologiques est impossible d autant que les revendications d appartenance à des ensembles plus larges que le cadre local sont régulièrement émises par les acteurs de la francophonie à Huê qu ils soient vietnamiens ou occidentaux, qu il faille défendre ou justifier, interdire ou autoriser. C est 19

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Coffi Dieudonné ASSOUVI Vincent GAGNON-LEFEBVRE Josée-Anne LABRIE Victor SANCHEZ-LOPEZ ETI-7013 Séminaire pluridisciplinaire sur l Asie Plan de la présentation

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

MASTER multilatéral «Droit de la coopération économique» (Pays francophones et Asie du Sud-Est)

MASTER multilatéral «Droit de la coopération économique» (Pays francophones et Asie du Sud-Est) MASTER multilatéral «Droit de la coopération économique» (Pays francophones et Asie du Sud-Est) ( habilitation conjointe Toulouse1, Bordeaux IV, Lyon 3 ) Université nationale de Hanoï Faculté de Droit

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Présentation de l'auf

Présentation de l'auf Présentation de l'auf Agence universitaire de la Francophonie : opérateur de la Francophonie Créée le 13 septembre 1961 (50 ans en 2011) AUPELF puis AUPELF-UREF et enfin AUF en 1998 Présente sur les 5

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

1. CE QUI LES SÉPARE : DEUX DOMAINES DE RECHERCHE

1. CE QUI LES SÉPARE : DEUX DOMAINES DE RECHERCHE 10 Communication internationale et communication interculturelle RÉSUMÉ La communication interculturelle et la communication internationale constituent deux domaines particuliers d étude dans le champ

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron Contexte 1. La commune de Bron : 39 000 habitants 2 quartiers ZUS Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre 6 000 9 500 39 000 d habitants Plus

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012

CHARTE DES DONS. Bibliothèque universitaire des langues et civilisations. Pôle Collections. Version : 26 janvier 2012 CHARTE DES DONS Bibliothèque universitaire des langues et civilisations Pôle Collections Version : 26 janvier 2012 65 rue des Grands Moulins F-75013 Paris www.bulac.fr T +33 (0)1 81 69 18 00 F +33 (0)1

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

PRESENTATION DE L AFAPDP

PRESENTATION DE L AFAPDP PRESENTATION DE L AFAPDP PLAN I - Coopération du RECEF avec l AFAPDP II - Importance de la protection des données et rôle d une Autorité de protection des données III - Expérience du BF : coopération entre

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Voici un exemple de statuts qui peut vous servir de base pour votre association.

Voici un exemple de statuts qui peut vous servir de base pour votre association. Exemples de statuts Voici un exemple de statuts qui peut vous servir de base pour votre association. Exemple de statuts commentés En s en tenant aux termes de la loi 1901, il n y a pas de statut modèle.

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 JOURNAL N 4 Jeudi 16 octobre 2014 Le Journal ne constitue

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail