Bfi. t I I I I I I. I I I I I I t I I I I I I INVENTAIRE DES SITËS AMENAGEABLES ET DES PETITS PERIMETRES IRRIGUES EXISTANT SUR LE BIEF BOUREM-ANSONGO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bfi. t I I I I I I. I I I I I I t I I I I I I INVENTAIRE DES SITËS AMENAGEABLES ET DES PETITS PERIMETRES IRRIGUES EXISTANT SUR LE BIEF BOUREM-ANSONGO"

Transcription

1 Bfi DRECTON GENERALE DE L,ACTON COOPERATVB 7N REPUBLQUE DU MAL UN PEUPLE - UN BUl.. UNE FO NVENTARE DES STËS AMENAGEABLES ET DES PETTS PERMETRES RRGUES EXSTANT SUR LE BEF BOUREM-ANSONGO RAPPOR JUET 198 CÀSSE CENTRALE DE COOPERATON ECONOMQUE FONDS D'ADE ET DE COOPERATON GRoupE scnr-neèr / BDpÀ - TMMEUBLE ' LE BEARN ' zz BUs rouls vrcnt PÀRS CEDEX 5

2 l l AVANT-PROPOA La Direcion Générale de 'Acion Coopéraive de a République du MAL a confié à a Sociéé SCET AGR 1'éude d'invenaire des sies aménageables des pels périmères imigués dans la régon de GAO (uier BOUREM - ANSONGO) dans le cadre de 'Avenan no3 à la Convenion pour raseisance à la mise en valeur de la plaine de FORGHO 2. Le financemen de l'éude es assuré conjoinemen par e FAC e la CCCE à raison de 15 millions de FCFA pour e FAC e 14 milions de FCFA pour a CCCE. Une première mlsslon de eruain a éé effecuée du 19 mars au lo avril 1987 par MM. M. DUBOS DE LA SABLONERE, ingénier.r agro-économise, Chef de proje, G. CHENET, ingénier-r du Génie Rural e R. LABROUSSE, ingénieur pédomorphologise. Une deuxième misslon de conr6le des possibiliés drimigaion en fln de eaison sèche a eu rieu du 11 au 26 juin -987.

3 AvAr{r*PRoPos, Diagnosic de la eluaion acuelle SOHARE SYT{T'ESB 1.1. Milieu physique L.e, Le milieu humain 1.3. La producion agrlcole Les srucures dinervenlon agricole l-.5, Les périmères imigués exisans 2. nvenaires des slee de peis pérmèeres imiguée 2.1. nvenaire 2.2. Typologie des périmères 3. Le proje 3.1. Les aménagemens hydroagricoles propoëés 3.2. La mise en valeur agricole 3.3. Organisaion des agriculer.rrs 3.4. Commercialisaion du paddy 3.5. Organisaion du proje 3.6. Analyse économique du proje 1. llill.eu pryaque PREf,ERE PARTS ANÆ,SE DE LA STJATOil ACJBT..R ï:l: i:":ti;:l'"" J Er^F ;1n o l-.3. Hydrologie 1.4. Ressources en sies e en sols apes au développemen hydroagrlcole 1.5. Ressources en maêriaux de consrucion 1.6. Ressources ligneuses e poeniallés de reboisemen Pagee 1 2 É L2 L2 T L e

4 2.. lilleu hunain Données démographiques 2.2, Données sociologiques 3. Producion agrlcole 3.1. Données générales sr.rr la producion agricole 3.. Uilisaion de lfespace lnondable de la vallée du NGER 3.3. Les différens sysèmes de culr-re de la zone inondée de a vallée du NGËR dans a région de GAO 3.4. Relaions enre producion, consommaion e sockage 3.5. Exploiaions agricoles 4- Srucrres df Lnervenion agricole 4.1. Acion Rlz-Sorgho (ARS) 4.. Direcion Régionae de lacion Coopéraive (DRAC) 4.3. Les ONG e les organismes inernalonaux 4,4. Conclusion 5. Les périnèbes irrigués 5.1. nvenaires des périmères exisans 5.2. Diagnosic des périmères 6. Conclueion - Dlagnoeic 6.1. Le milieu physique 6.2. Le milieu humain 6.3. La producion agricole 6.4. Les srucures dinervenion agricole 6.5. Les périmères lmlgués exisans DETDÛBilE PARÎTE NVET{ARE DES SES DË PBÎTS PBRffiMES RRG{ES nvenaire e descripion dee siee propoaéa 1.l-. fnvenaire 1,2. Coûs des aménagemens 'ypologie deu périnèbes e.1. Les conraines e crières draménagemen 2,2, TSrpologie des aménagemens 2.3, Classiflcaion des ypes draménagemens EO o5 ë/ AO 69 ë 7A 7A B4 84 ol

5 1. Les anénageuena hydroagricoles proposéa 2. lise en valeur agricole 2.1. Noion de mlse en valeur.2. Les périmères imigués 2.3. Mlse en valer.r en-dehors lotseffi PARÎTE LE PROJET du errolr des périmères migués 3. Organsaion dee agriculeune - CoopéraLve 3.1. Consiuion e organisaion des coopéraives 3.2. Les aciviés de la coopéralve 3.3. fmporance de la coopéralve 4. CounercialisaLon du paddy 4.1, mporance de la commerclalisaion du rie-paddy au niveau réglonal 4,2, Transformaion du paddy en rie 4.3. Prix dracha du paddy au produceur 4,4. Circui de cornmercialisaion 5. ûrganieaion du proje 5.1. Organisalon générale du proje 5.2. Organisaion por-rr lrapprovisionnemen en inrans 5,3. Orgarrisalon pour a mainenance du maériel 6. AnalSrse éconooique 6.1. Les prlx 6.2. Les producions 6.3. Coû du proje 6.4. Taux de renabilié inerne 6.5. ncidence du proje au niveau rêgional 6.6. nérê du proje au niveau région 6.7. fnérê au niveau du périmère ou de la coopéraive 6.8. nérê au nl.veau paysan aq LO7 108 r.09 o 110 l_ J. J. 1r r r_e8 L L37 L37 r38

6

7

8 1. 1,1. lll ;1 -La SYHT ESE _fl La réussie agronomique specaculaire du périmère du FORGHO E la rapidié de mise en place de nouveaux pénmères imigués imposen que désormais le développemen de lragrlculure lrulguée dans la vallée du NGER de la réglon de GAO se fesee dane un cadre cohéren e de façon homogène e organlsée. Tou en mainenan le dlmamisme des iniiaives privées ou éaiques, il es nécessaire de coordonner ouee les aclons enreprises' dune par pour renabiliser au mieux les invesissemen's consenls' permere à chaque périmère dêre éeonomiquemen viabler e assurer a mainenance des lnfrasrucureg hydroagricoles exisanes, e draure par pour permere le développemen de nouveauï périmères dans les meirleures condlions echniques, êconomiques e humaines. Le prêsen rappor répond aux objeeifs Eulvans : - analyser les problèmes de a produclon agricole, en pariculier sur les périmères ifflgués exleans pourr en dégagen un diagnosic sur les aspecs echniques, économiques e organisa5.orrnels, - analyser les poenialiés en sols e en eau pour idenifier les sies possibles de périrnères imigués, - propôser un proje régional de développemen des périmères imigués cornprenan lee périrnères exisans e les périmères à créer e permean de règler au mleux les problèmee posés par le diagnosic. DAG.OÊTC DE LA STTAÎOil ACTJËL.E llieu phyreique - luviomérie faible e rend a culure e ee culures Les culrres pluviales son impossibles au Nord de GAO (pluviomérie de 140 mm à BOUREM) e rès incenanes enre GAO e ANSONGO (240 mm à eao e 300 mm à ANSONGO). Lee culures de submersion son égalemen soumlses aux aléas pluvlomériques, La empêraure es caracérisëe par de fores variaions diurnes avec, âu cours de 'année, deux pérlodes dislnces : une période frafche de dêcembre à février sulvie d'une përiode chaudê le rese de lrannée avec vens desséchans (Harmaan) qui inerdisen les semie ou repiquages marachere en avril*mai.

9 -2-1.2, Les crues son soumises à de grandes flucuaions annuelles qui enrafnen des varialons imporanes dans les superflcee culivées e les rendemens. Les culures en submerelon e de décrue représenen néanmoing la quasi oalê des culures de la réglon. alluvionna anciennes, Les sablo-limoneux) vers les erres Le nlll.eu humaln, les sols de a vallée du fleuve son e corresponden au rernéniemens muliples de emassee erres moyennes e haues son en général légères (We e la proporion dfélémene fins crof progressivemen les plus basses* La populaion de la 7ème région es eslmée à 400 O00 peraonnes don f7o OOO habians pour la zona dréude. Elle es composée principalemen de sédenaires (Sonraf e Bella), mais augsi de nomadee (Feuhls, Touaregs e Bella) e de populalons floanee. Lrémigraion représene un phénomène rès imporan puisque dans ceraine villages plus de 50 % de la populalon masculine quie e village après lrhivernage. La populalon es Jer.ne : près de 60 % de la populaion a moins de 2O ans. La famille moyenne comprendrai 7 personnes. La siuaion foncière se caracérise par J.mporance des emes famillales régies par le droi danérloriê e e droi de mafrise e la domlnance du mode de falre-valoir direc, Les chefferies radiionnelles des villages son propriéaires dune parie imporane du erroir villageols ; la répariion des parcelles aménagêes dans les périmères irrigués Ëe fai oujours par e conseil du village La producion qgricole La producion agricole es avan ou céréalère ; pour a 7ème rêgion elle serai compnlse enre e 20 0OO avec de gnandes varialons dues à la pluvlomérle (fg 000 en 1987). La quas oallé de la produclon provlen du riz de submersion e du sorgho de décrue avec des rendemens de 5OO à 8OO kg/ha en bonne année por:r le premier e de 600 kg à porrr le second. Depuis la récene période de sêchereeee, on observe un décalage progressif des zonee culivées r ee zones de bourgou deviennen des uones rizicoles, es anciennes zon s rizicoles devlernen des zones de sorgho de décrue e les anclennes zones de sorgho son souven incules. Les culures marafchères son sol localisées prèe des vlles porrr allmener e marché urbain (cas de GAo), soi limlées à de rès peies surfaces deslnées à lrauoconsommaion.

10 j- T T! 1,4. 1.5, - En raison de la sécheresee, on noe une dlmlnuion des effecifs animaux, bovins en parlculler e un changemen de propriéairee, de nombreux agriculeurs-éleveurs ayan dû vendre leurs bêes aux commerçans ou fonclonnaires plus aisés. - Pour 1987, e aux de couverure des besoins céréalières de la région par a produclon locale seral de lfordre de 20 % (produclon brue de l9 000, disponiblié nee de 10 OOO, beeoine de avec,r40o OOO personnes e un beeoln Journaller de 35O g). (1) Les. quaniês de céréalee néceeealres pour couvrir les besoins proviennen de lopam - PAM porrr 40 % e des commerçens pour 40 96, Les shrcures drineruenion alricole LeE srucures d'inervenion agricoles son ; - LrAcion Riz Sorgho (ARS) qui rempli acuellemen a fonclon de Direcion Régionale de ragrieulure e assure rencadremen de 7O 96 des 5Oô ha imlgués pour e bef BOUREM - ANSONGO. - La Direclon Fêglonale de 'Acion Coopéralve (DRACOOP) qui développe le mouvemen coopéraif, assure rencadremen de 30 % des superficles lrulguées e coordonne depuis peu r ensemble des acl"ons relaivee aux périrnères irriguës. - Les diverses ONG e organismes inernal-onaux présens à GAO : Euro-Acion-Acord, l/orld Vislon, Enraide Unlversialre Mondlale du CANADA, UNCEF, Secours Caholique Mallen (SECA,A). - Lrexrême pénurie alimenalre résulan de a Eécherease dee dix dernlères années a provoqué un élan de dynamisrne rernarquable pour la créaion de périmères irrigués, aussi bien de la par des srucures adminisraives mallennes que des ONG e du seceur privê. Mais oues ces iniiaives se son développées de façon désordonnée, souven sans relaione enre-ellee, AuEsi es-l nécessaire de coordonner ceg acions, ou en conservan le dynamlsme de ous les inervenans. 11 fau souligner que ous les inervenans on éé conacés e on manlfesé leur souhai de pariclper à cee coordinalon. Lee pérl.nèrea irrl.guée erdearrs Depr.ris 1984, dae de dêmarrage des ravaux du pêrimère de FORGHO, premier pêrlmère imlgué vlllageois anénagé dane la région de GAO, 33 périmères irrlguée on éé mis en place enre BOURË, e ANSONGO, représenan 500 ha. Le diagnoslc du pêrimère de FORGHO e des aureg périmères peu se réeumer comme sul. (1) Source : sasiques recuelllies auprès des services offlciels de GAo.

11 T T *5- - Lrlmplanaion des canaux principaux laisse souven à désirer, soi qu'il ai éé opographquemen mal siué, ne domlnan pas ou le périmère, soi que la qualié des maériaux uilisés ne soi pas convenable. * Enfin les superflcl.es lrriguées ne comesponden souven pas aux caracérisiques des moopompes en place, droù deg cos de pompage élevés. b) Mise en valeur agrlcole La mise en valeur agrcole présene les caracérislques sulvanes - une produclon de paddy de saison humide iruégurière e parfols faible en r-aleon de lfabsence de proecion conre les crues e du non respec des norntes agronomlquee recommandéesr - une producion de ria de saieon sèche néceeeian sur les sols les plus sablonneux des consommalons deau excessives, incian 1es responsables à rouver des spéculaions molns exigeanee, elles que e sorgho imigué, - le non respec fréquen du calendrler agricole résulan dun manque de discipline ou de 'absence drlnrans en empe uile, - une qualié drencadremen variable mais souven rès saisfalsane. c) Gesion * Commerclallsaion Lrabsence de gesion e les difflculês représenenè le principal poin faible acuel. de comrnerclalisalon - A lrexclusion de FORGHO, i n'exise aucun groupemen ou coopéraive offclellemen consiué suscepible dreffecuer des opéraions bancalres. * Aucun périmère ne dispose d'une gesion sérieuse e les villageois dêmarren les campagnes sans avoir en sock les lnrans nécessaires. - Aucun pêrlmère ne peu commerclaliser son paddy. - l nfexise enfin aucune coordinaion au niveau régional enre les différens pérlmêres e les différens inervenans e celle-ci es impéraive dans ous lee domelnes, echnlques, économiques e admlnisraifs. l l T

12 g E E Ë H H É{ g ê E H* E Ë Ë g H H È = H h F ï H Ë o F =u, ê f, H E Ê H Ë 5 E H T E Ë l o L É u g vl lss F E l.{ Ê U g Ë H Ë E û ië *Ë ËË {Ë o Ë Ë { E3 ËH Ho ' EE! E> a.a uë ËÉ 5 EO HU Ër ùô E E Ë rô.ôo'onooo Nsl ô drci\oëoddê d dhndl 6 l q h O f C O 5 Û) ç l ot '' 6 - r ô fi ul F. dr 6 ôl (o H H dd 'ô ro f (ôio{oo{ôfç {rç\ d ii - ôl 6ld6j o rilâjdi\drc ô6c0 al di rn 6i (' N6,l NFrlo ôord'6d orf NôldOOOOT(o orû6(ôf O qnro qè.oor u:, r o'o rjlc) nôr Jrôl d.r ofi D\ i Nc \ or'/1 ô F'E EH338EH8 ôl \ (r' ô ('{ô do (D (\ Ê* d, È (onof o 'l Ë\ oôfic\ É(\ln N(rdôlô il d(4dg ôln N(vd(\l 6lr(\ 6] ôn\lndd(rlfndd 68 FÛ)l Jl (' EËËËEEËE (r'd,fië,(y)f o0 (rro ÊrBREEEdr rore F F6É il ôa\ ûl ro r FFr ûrll r Jr râf 8f fl EgEEEEEEEEE' geeëeeëeeeeeeee c(lr'fi a ofi FifT Fl(' F fi (r'oô o (î 6(v) 0('r 9o Fo dhdddlddhdh ÊHdÉf,ddÉdliËdÈÉ ôoooooooooo oqr\ooooooooo N A4f OôroôOOêq rô qajo JrO { Jrfi c r. =CN ; ô5 ( (Dôlû1 R8888Ffr8 oërl'ln(r oô or$ oo fl rôdre r\ë, çr oo N ô4 c c 4: i'o ô lo\o ôo (' c'd 4! C* ôr *ôli'! O T Jl Ë' (ljrjnëoûr('ë'$l droç\ro4lo H N5 {\ NC Cl(6 (\l (\l d6 1'l r'n $! r fl rô(! 0 o 6 r *r rl o SrrSrrl n \O n E r{ Ë cl E! Ë fo0loooo ogeoëëëê ûrd\ Nfl ôé! dôrh(v(\(''dd HHH(j'rJHHH rôl E!c *il oo 6l Ê ee 9f xx É d ( g rno<< ( (, ÉÉËÉ4b.LlNF) <<<oo OOOûU<<< *EXÉÉHsH zze==ëeae {{{ôê<<<!4ueéé4ëa ;;;;;;;,88 \ ôl Édr 14l 'ê Ëdd Ëi o50f ËoElÉo rfl il ûl or ooo(ooo (\ldd(1ld,f;eeeëfr' o r\ (r \ {' \ Ffi{Ëo'J)il r'8 o ro '88 ', c\r dro D Ë\ Éfi ;;Èa*lÉf ÉË8fl Ê8ÉEirf 9F$ËÉil fi Nfr rnrhf ssdgsss ; oqr C{ Jrddçlddir Ër C C C E C Ei{{ É 655;5f f f of ôôôooolo ËooooooooôoËoËcËËËËooË ôog -N*,Jiôll\ooolv +++ôrdsddrdô oulo q rô c o o o *85S9R3f H'HH HH s H Éc H E HH HH!HHHH HHHcl 4H cl 9< z OE h u Èl EeË = { HH& l< ô Ë{ËÉ - À oqg< J E É 5 =io ô o ô H < - d* È E lëël< (Àd 6 b r El ual q< c (5H g {rh.--_ = $oe 0 â fë lr'f v ' E='=* 3ËË-i Ëu ÈËi.HHH E _ rç o uldx 6u E dôrnhh ÊlHhHcoEH<<{HH-14{ Ë i< ô É+ { ËE<<È= =zdaloçrô!oê6hu(j4=-ee- {'4ZzJ qe0lu l:1hqjoz "'9 =:!:*9rEPfi F Fr Jr r Fi ôl F1 R x, N o ('r flrl N8 srl o il rô 6l F' E P d B o Prl g fi Ê fr R T ï Ê Ë E T ê 6 rse E

13 T- -8- Les périnrères se réparissen comme - Levé opographique - Digue Rlve GOURMA Rive HAOUSSA e en rive GOURMA le en nive HA0USSA le enre 2 bras princlpaux b) La urface êyec lndicaion de 1ê possibllié d'endiguemen. On noe : 1à lë:liëh:,.:"::oi::: 1;T'iiËïiï:-Ë:.:::.n' 17 périmères sans posebilié dendlguemen La superflcie moyenne des pêrimères irrlguês invenoriés es de 21 ha hors exension e 24 ha avec exenslon, à 'exclusj.on du périmère de submersion. La srrrperfice concernée par ces périmères es la suivane : - Superfcie irniguée : 758 ha + 70 ha d'exenelon Périmère de submerelon conrôlé : 325 ha - Superficie rizicole 7Q 1Ê des superficies son apes à la riziculure en saison sèche, 'go % devan êre consacrées aux aureg céréales pendan cee même époque en raison de a naure des sols qul enrafnerai des consommaione en eau e dépenses excesslves. c) : Les cos oaux daménagemen, aménagemen hydroagricole e invesissemens complémenaires, se résumen comme sui Périmère avec digue Pérlmère digue Aménagemens hydroagrlcoles sui : 6 périmères lll Trl L7rl :3r 215 OOO FCFA/ha 189 0OO FCFA/ha Les prlx uniairee uilisés pour 'esimaion du coû des ravaux résulen des coûs observés pour la réallsalon à 'enreprise des pérlmêres similaires, s on éé éva1ués dans les condlions sulvanee, 3 Levé planimérique e allmérique à échelle L/2 OOO - ExécuÉ par e génie rural. : Exéculon des digues en remblals compacés après décapage de lremprise e avec couche de laërle en crêe - Largerf en crêe 3 m - TaLue Z/L - Peie digue : haueur moyenne {. 2r5 m - Grande digue : hauerrr moyenne j 2,5 n.

14 -9- il Ouvrage sur digue Réseau revêu Canal Êe nore Pompage - Levé parcellalre * Eude e surveillance des ravaux nvesissemens comnlémenaires 0uvrage à passe baardable avec grille à passer, Canaux revêus ype unlsl.en, y compris proraa co des mouleg. Canal revêu en béon de Or07 rn épaieseur. Coû du groupe moopompe y compris 6 m uyau asplralon avec créplne e clape, 50 rn uyau refoulemen e provision 20 % pour pièces déachées, Définiion dee limies de parcelle sur e errain repor sur plan 1/ 0OO, mesure des superflcies. : Eude du proje d'amênagemen par bureau êude éranger, e GR ne pouvan assurer ce ravail dans les délais compaibles âvec a réalisalon. $urveillance des ravaux par agen du géne rural. Les expériences des pérlmères exisan on monré qu' éai nécessaire de prévoir des invesissemens complémenairee lés direcemen aux périmères ou relaifs à lfaménagernen des erroirs villageols, qul se résuflen comme Eui ; Bâimens Maérle Pises Palmeraie (5 ha) Foreserie Aures équlpemens nnæsussëxn{rs LrEs nrrrssrrssnrrnnts LrES eu pennreré e r.,axehae. rrrrorr or4 O'3 3'5 orb 315

15 T T 2.2. Tmolocie dee nérlnèhee -10- A, Pels pérnèree légerg évoluife Dans cee caégorie on rouvera les périmèree don e coû de 'endiguemen ne sera pâs jugé prohibiif. Suivan la naure des ressourçes en eau, es dlfférenes phases d'aménagemen pourron êre les Eulvanes : A.l. Reesources en eau ceraines e qqn limiées n,2, a) Consruclon dee réeeaux df imigaion e de drainage par les payeane eux-mêmea eauf pour lee évenuels ouvrages néceseaires (bassin de récepion, parieur, ec.) e ee canaux revêue ou préfabriqués.' b) Consrucion drune digue radiionnelle de faible imporance par les payeans. c) En foneion du dynamisme du groupemen culivan le pérlmère e si les condiione drlnondalon rimpose, consrucion drune digue insubmersible à lfenreprise. a) Réalisaion des aménagemens Eelon les mêmes processus quë R..a) su.r une superficie limiée résulan drune esimaion prudene dee rêeervées en eau. b) Après observaion du comporemen de la rêserve en eau sur plusieurs campagnes de conre salson exension, de a superflcie aménagée si possble. c) Evenuellemen amélloraion des réserves en eau sol per la consruclon drouvrage de fermeure de la mare ou du bras de fleuve soi par creusemen drun chenal. Cee dernière mesure devra êre uilisée avec précauion. d) Consruclon drune digue radlionnelle de faible imporance porrr les paysans. e) En foncion du dynamlsme du groupemen e si les condiions d lnondalon lrimposen, consrucion dune digue insubmersble. B. Pele_-pélnëreg légerg Uqn évqulfe La différence eseenielle enre ces pêrimères e les périrnèree dis évoluifs rêside dans le fai qurils ne seron jamais ceinurés par Jne dlgue lnsubmersible ou non.

16 Périmères endigables Les dlfférens sades draménagemen seron les mêmes mals ces périmèreg se rouvan en général à une coe inférieure aux précédene, endiguemen même radilonnel ne sera pas envisagê e les aménagemens à a parcelle ne comporeron pas de canaux revêus ou. préfabriqués. La composane eesenielle du proje sera lracqulsiion du groupe moopompe e la consiuion du groupemen dfullisaion avec mise en place drun fonds de roulemen. C. Anénasenens lourds Les pêrimèree enran dans cee caégorie eon éablis en aesocl-aion avec des casiers de eubmerslon conrôée exisan ou à aménager. ls hénéficien de a digue insubmerslble e dee ouvrages de conrôe du plan dreau du casler de submersion. Une fois cee digue réalisée les différens sades draménagemen son â nouveau les mêmes que dans le cas des périmères évoluifs. D. AclonE dlf\rsee En-dehors dee acions ideniflées Eur des sies irrlgables de superficie significaive e nécesslan drune par des inervenions echnlques plus ou moine approfondies e draure par la mige en place dfr.m flnancemen relaivemen imporan, de nombreuses aures acions à échelle plue réduie peuven êre envisagées pour amélorer la producion agricole de la réglon : * Amélioraion des ouvrages radiionnels de submergion. - Acions draccompagnemen des périmères irrlgués dans le cadre d'aménagemen du erroir : créaion de palmeraie, boisemens, crêaion de puis pour jardins, fixaion des dunes. Les superficies relalves aux périmères dee lpes A, B e C se résumen comme sui : Pérlmèree non endigables Périmères comblnés avec casier de submersion 332 3e

17 - -L LE PRO.EÏ LeE anénagenqns hydroagfl.coles oroooeée Compe enu du diagnosic poré sur les périmêres lrrigués exlsans, e de la fore demande en nouveâux pérlmères, e proje compore la consolidalon des périmères acuels e la mlse en place de nouveaux périmères sur les Eies ideniflés, l ee lmpossible de précleer dès malnenan es périmêree à rrconsoll.deril e ceux à mere en place. Leur choix sera éabli après réalisalon drune enquêe approfondle de chacun drenre-eux paf lee responsables du proje en liaison avec les groupemens villageols, poran aur féa des infrasrucures, Êur la moivalon des ineressés e eur lee réeulas enregisrés à ce jour. La programmalon proposêe es la suivane : Année Année Année Année Année a niee en valeur afflcole CONSOLDAÎO DES PERilEMES EXTSÎATS ':o ATHAGE{ET DE lfolrealrx PERTEMES o La produclon agrlcole concerne en premler lieu les pérlmères lrriguês. Mals la rnise en valeur agricole doi déborder le cadre du périmère e englober la oallê du errol.r vlllageois, elle que praiquée à FORGH0 porrr irer le meiller.rr par de f ensemble des ressources naurelles. s.a.r. Les përimènes imiguês a) Lq riq Le rie représene la principale culure sur les périmères irrigués. Deux cas son à envisager suivan le degré de proecion conre les cruea.

18 3'2'2' 3, Périmères proésés par des digues de proeclon insubmerslbles. voe FORGHO Cea correspond au mode de riziculure le plus inenelf avec un riz à hau poeniel produclf du ype R15, avec des rendemene de 4 à 5 /ha e un coû de produclon de lrordre de 40 FCFA/kg de paddy. Périmères lncomplèemen proêgés conre les cruee Sur ces périmères, i es prévu la mise en place en saison des pluies '' dfun r1z plus rusique du ype D52-37 evec des rendemens de 'ordre de 3 /ha. En saison sèche, il es préconisé un ria yte RlS sur les sols argileux e un sorgho irrlgué ype RAT 204 Eous réserve de résulas concluans dee essais en cours. b) Aqlfqs cuures lr:lguées Le sorgho Sur les sole sablonneux des' périmères imlgués i es prévu de remplacer le riz par un sorgho noins exigean en eau. Culuree marafchères e foumagères L'expérience de FORGHO a monré a poseibilé de culures marafchères sous réserve dappor de fumure organique e de culures foumagères (bourgou) dans les grands drains. Mlse en valeur en-dehors des pêrimères imlgués s'agl de a créaion évenuelle de palmeral.es, un programme d'lmporance ne pouva-n êre lancé qu'au vu des résulas de a palmeraie expérimenale de FORGHO, de a créalon de Jardins maraichers don a producion es deslnée à rauo-consommalon villageoise e de la planaion de bosqueg foresiers. OreanLeaion des a.æl.culerre Pour chaque périrnère, es agriculeurs seron organisês en groupemens de produceufs, sur e modèle de la coopëralve de FORGHO. Lfune des premlères âches du proje dol êre dfaccomplir les formaliés adminieraives permean la consluion légale des coopéraives villageolses, avec ouverure de compes bancairee. La coop6raive, souenue e appuyée par les reeponsables du proje e par les services admlnleralfs e echniques compéens, devrai assr:rer la geslon complèe du pérlmère, en pariculler dans les aspecs suivans : - organisalon e gesion echnique pompage, respec des ours dfeau, mlse en place e organisaion des pépinières, enreien du réseau,

19 r -14- r r - suivi des parcelles (ficne de parcelles) e geslon : socks, ompabilié, - approvisionnemen en inrans ; engrais, semences, carburan, ec., fixaion des redevances e leur recouvremen, commercialisaion du paddy Oomnercialisaion du paddy TrEneforqal.on du paddy La produclon des pêrimères villageois es desinée à rauo* consommalon ; seule la par comeepondarr aux redevances ee vendue pour assuref la résorerie de la coopéralve. Les venes ne se fon que sous la forme de riz. Aucune infrasrucure dusinage du paddy nrexise au niveau régional, à 'excepion de quelques décoriqueuses arlsanales (du ype FORGHO). La ransformaion du paddy en riz peu êre envisagée par des peies décoriqueusês au niveau de chaque coopéraive ou per un cenre régional à GAO : unié indusrielle de 1,/heure ou ensemble de décoriqueuses regroupées. a soluion prêconisée es a miee en place des décoriqueuaes cenralisées à GAO représenan r-rn coû de 25 millions de FCFA échelonné comme sui! Année : 19 mlllons de FCFA Année3 : 6milllonsdeFCFA La gesion de cee r.nié serai confiée au seceur privé pour que cee acivié puisse se poursulvre après proje. Des commercans de GAO conacés on éé inéressés par a prise en charge de cee acivié sous réserve qufune assisance leur soi apporée porrr le choix du maériel, a consluion des dossiers de prê bancaire, la formaion adéquae. hix dracha du paddy au produceur Une différence doi êre faie enre e "paddy-redevancesr qui représene le coû de produclon e doi êre vendu pour rembourser les frais de carnpagne, e le rese du paddy qui peu êre auoconsommé ou vendu suivan es beeoins des produceurs, 'Paddy-redevances'l Le coû de producion calculé dans la parie agronomlque es de lrordre de ao FCFA/kg, Au cours officiel du paddy de 70 FCFA/kg, ce coû représene 60 % de la valeur de a producion, Ceci n'es pas supporable pour le paysan en ralson des fables superflcles cullvées. L'expérience monre que pour êre supporable, a redevance doi êre de 'ordre de 40 Ë de la valerrr de a producion. Pour aeindre ce pourcenage e prlx du paddy redevance devrai êre de 1O0 FCFA. Dans ces

20 condllons a par de la redevance représenerai 450 kg de paddy e La par auoconsommable 675 kg de paddy ou 440 kg de rlz, assuran rauoconsommaion pendan praiquemen une année. 11 es alors prêconleé que e 'paddy-redevançesr soi acheé au produceur au prix de loo FCFA/kg. Ce prix pouruai êre abaissé si lee coopéraives parviennen à baisser le coû de produclon du paddy pâr un accroissemen des nendemens ou une'réducion du co des inrane. Les périmères éan parfalemen connus, e onnage de paddy correspondan eux redevances peu êre déerminé avec prêcision pour chaque coopéralve, Paddv hors redevence Ce paddy serai payë au produceur au prix offlciel fixé par 'Ea, 7O FCFA/kg acuellemen. OreanisaLon du oroje Orsanieal.on qénérale du oro-le L'obJecif es de confier au proje des âches dranlmaion, coordinaion admlnlsraive e echnique, d'organisaion approvisionnemens e de commercialisaion, draide à a gesion coopéraives e de promoion du seceur prlvé. soi L'éémen de base du proje ee le coordorrnaew régional exparlé qul en assure la mise en oeuvre, a gesion e la direcion des aciviés agronomiques. l seral accompagnê de deux expers exparlés i - Un fngénieur Aménaglse expérimené, responsable de a réalisaion du programme daménagemen, de lêude des aspecs echniques des aménagemens, des liaisons avec les Eervices echnlques (génie rural, service opographlque, enreprises, ec. ). - Un exper confirmé en organlsaion e geslon dee coopêraives qui aurai a responsablié de a consolldaion des coopéraives (régularisaion des saus), dee ouverures de compes bancaires, de la geslon, en liaison éroie avec les responsables êoopéraives : présidens, compables, ec. Chaque exper précié serai asslsé drun homologue qui serai ainsi formé à ces nouvelles foncions. L'ensemble de ce personnel serai basé à GAO. Ces expers poumalen bénéficier de lrassisance drun bureau d'éude susceplbles drune par de réaliser ceraines éudes d'amérlagemens (proje d'exécuion) après accomplissemen des éudee de base par les services maliene compéens (opographie) e d'aure par de fournir les misslons d'appui demandées par e proje, de des des

21 Le schéma c1-deseous proje : PreEalon de servrce Appui des gervices admin. e echniques Cenre Régional d'uslnage du paddy Coopéraives -16- indique ee que seral D. N. A. COOP D. R. A. COOP OrsaraisaLon porrr rapprovislonnenen en infuans lrorganisalon générale du Aménagise AT + homologue Gesionnalre AT+ homologue nar. nae AT (VSN ou VP) pour le marafchage e a forê + 2 homologues Coopéraves evec 1 TA Sagiaire ou 1 monleur par périmère - Les semencee seraien produies par e proje, sur les périmères villageois, à parir drune imporalon annuelle de 2rE à 5 kg de semences de première muliplicalon en provenance de salons spéclalisées elles que a salon ADRAO de Richard 10LL au SENEGAL. - Lapprovisionnemen des engrais seral assuré par les comnerçane locaux qui on déjà foremen baissé leurs prlx de vene en raison de 'lmporance des commandes : les prix acuels son de O FCFA/kg dr engrals. - Le carburan serai égalemen fourni par les mênes commerçans. L'obenlon de la dêaxe permera de rëdulre les cos de producion e de dlmlnuer lf aide de 'Ea aux producerrrs. Onsarrisalon nour la nalnenance du naériel - Déaxe dee plèces de rechange du maérlel de pompage Les axes eur les pièces de recharrge du maérlel de pompage représenen 65,7 % de leur valeur alors qu'ellea ne son que de 5 % sur le maériel neuf. Tl faudral obenir une déaxe Bur les piècee de rechange' comme cela ee pogsible pour e maériel neuf,

22 Sockaee de pièces déachées -L7- La solulon proposée consise à mere en place dans 'aelier régional de GAO un sock de pièces déachées. Ce sock serai géré par les responsables de 'aelier qui on donné leur accord de principe sur ce proje. Lee repréeenans en maériel de BAMAKO, noamnen e principal f3urn{sseur ên moopompe, seraien disposés â facilier cee opéraion. Enreien e rêparalon. L'aelier régional précié assurerai les réparalons des moopompes e véhicules du proje ou des coopéraives dang lee condllons drun gerage priv6, âvec palemen compan après remise en éa.. Le Secours Caholique Mallen (SECAMA) avec lrenraide Unlversiaire du CANADA insalle à GAO un cenre de rêparaion de moopompee, qui assurera égalemen la formalon des mêcaniciens e des pomplees Analyse écononioue du proje Lee prix Les prix des produis son les suivans : PRODUlS Paddy Rlz Sorgho 0ignons Les producions addiionnelles PRTX PRODUCETJR EÎ PRX ECOT OilTQUE (FcFA/ls) 70 r OBSERVATOHS Prix officiel Qualié RM40 Prix marché En année de crol.sère les producions addiionnelles du proje en paddy e sorgho son les suivanes r Paddy : 5170 Sorgho : 1320 La valeur ajouée addiionnelle représene 225 millions de FCFA.

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou

) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou OFFCE ou NGER DADR - Ségou URDOC-2 République du Mali =*=.f=+=q=+=*=*= Un Peuple Un Bu Une Foi NSTALLATON PRECOCE DU RZ idenifcaion des praiqaes paysannes e des conraines Yacouba M. COULBALY Mamadi N.

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian Cas d'éude : Eco-quarier solaire du Triangle Sud à Monmélian Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier solaire du Triangle Sud Triangle Sud F-Monmélian Ville Monmélian

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP "marche-arrêt" (2 sens de marche)

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP marche-arrêt (2 sens de marche) BS Mainenance Indusrielle Elecroechnique Eude d un mone charge Moeur asynchrone deux sens de roaion e 2 viesses enroulemens séparés Rappels emporisaions Présenaion es manuenions dans un grand magasin son

Plus en détail

SRE. Construit l'avenir

SRE. Construit l'avenir SRE Consrui l'avenir Le mo du Présiden, Créé en 1944, le Groupe FLORIOT es le 1 er Groupe régional indépendan parimonial de Bâimen, Travaux Publics e Maisons Individuelles en région Rhône-Alpes. La force

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE LYCEE KHAZNADAR DEVOIR DE SYNTHESE N 1 Proposé par : MLAOUHI S & ABAAB T Disciplines echniques SECTION TECHNIQUE Consiuion du suje : un dossier echnique : pages 1/4 2/4 3/4 e 4/4 Des feuilles réponses

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur CPG / ciences Indusrielles pour l Ingénieur C83 Les capeurs L CAPTUR Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Performance indusrielle : audi e mise en oeuvre (Ref : 3582) Carographie des poeniels d économie, applicaion du Plan d'efficacié Energéique SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Dérouler chaque éape

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue Redressemen non commandé sur charge RL en conducion coninue SI 9- I. Conversion alernaif-coninu, exemples d applicaions liés à la racion Figure : Locomoive BB5 Réseau de disribuion Redresseur saique monophasé

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Commen défendre la diversié commerciale sur vore errioire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Maîriser le disposiif de l'urbanisme commercial Faire le poin sur l'acualié

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS

ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS CONVENTION Y09-12 ACTION 33 sous acion 1 Levée des freins réglemenaires e normaifs à l'usage du bois dans la consrucion

Plus en détail

;rf I LA GRANGE. I t I I. i\,\ STOCKAGE AMELIORE DES FOURRAGES :

;rf I LA GRANGE. I t I I. i\,\ STOCKAGE AMELIORE DES FOURRAGES : T MNSTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL ET DE L'ENVRONNEMENT NSTTUT D'ECONOME RURALE DrREcroN s';fi,i,or EOU PE SYSrer'i"fOfpnOOUCTO N ET GESTON DES RESSOURCES NATURELLES / SKASSO ESPGRN/Sikasso Documen N o 95/09

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

IFSTTAR Bvd Newton Cité Descartes, Champs sur Marne F Marne La Vallée Cedex 2

IFSTTAR Bvd Newton Cité Descartes, Champs sur Marne F Marne La Vallée Cedex 2 Le 24 février 2014 Commission de Normalisaion Jusificaion des Ouvrages Géoechniques Desinaaires : Membres de la CNJOG PRESIDENT Jean-Paul VOLCKE SECRETARIAT Sébasien Burlon 01 81 66 81 07 Sebasien.Burlon@ifsar.fr

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail