Quelle Europe pour les entreprises?page 43. Editorial page 3 Apropos du7juin. Actualité page 37 La SEO agrandit ses installations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelle Europe pour les entreprises?page 43. Editorial page 3 Apropos du7juin. Actualité page 37 La SEO agrandit ses installations"

Transcription

1 2 avril 2009 Quelle Europe pour les entreprises?page 43 Editorial page 3 Apropos du7juin Actualité page 37 La SEO agrandit ses installations Opinion page 53 Trous demémoire

2 suivez et localisez vos envois en ligne Division des Postes - L-2998 Luxembourg -Téléphone gratuit : www.pt.lu

3 Sommaire Echo desentreprises 7, rue Alcide de Gasperi Luxembourg-Kirchberg B.P.1304 L-1013Luxembourg Servicepublicité : (+352) Editeur:Fedil a.s.b.l. Business Federation Luxembourg R.C.S. Luxembourg F6043 Paraît6foispar an Abonnement annuel 14,50EUR (Luxembourg) 15,50EUR (Etranger) Directeur: NicolasSoisson Rédacteurenchef: Jo Clees Ontcollaboré àcenuméro: Jo Clees, TomHermes, MarcKieffer,Romain Lanners, MagalieLysiak, GeorgesSanter, René Winkin HenriWagener Conception: Vidale-Gloesener Impressionetmiseenpage: Imprimerie Centrale S.A Editorial Aproposdu7juin Interview EtienneSchneider,ministèredel Economie et du Commerce extérieur Actualité Conférence internationale sur l énergie /Concours de l entrepreneur de l année /Raval Europe S.A. inaugure ses nouveaux locaux /Gestion de la clientèle au Luxembourg /Viviane Reding besucht Euro-Composites S.A /Artelis se développe en dehors de la Grande région /Journée mondiale sécurité et santé au travail /La SEO agranditses installations /SpiritofEnterpriseAward pour PwCLuxembourg Focus Quelle Europe pour lesentreprises? Opinion La Fedil souscrit aux conclusions du Comité de coordination tripartite /Trous de mémoire/aproposdenotre bonneréputation Chroniquejuridique Pointsur le chômagepartiel La reproduction desarticles estautorisée moyennant indicationdelasource écho des entreprises 1

4 2 écho des entreprises

5 Editorial Apropos du7juin NNous sommes appelés aux urnes le 7juin prochain, ceci pourdésignercelleset ceuxquivontsiégerauparlementau cours des cinq années àvenir. En tant que Fedil nous avons euen2008 des entretiens avec toutes les formations politiques représentées au niveau de la Chambredes députés. Acette occasion, nous avonsprésenténos propositions pour unepolitiqueenfaveur de la croissance et de l emploi tout en soulignant que les entreprisessontles seules créatrices de richesseetd emploi et qu elles méritent l attention des milieuxpolitiques. Nous attendons duprochain gouvernement qu il tienne compte de nospropositions etfasse de la compétitivité des entreprises sa première priorité afin que leluxembourg puisse garder sa place dans le peloton de tête des économies européennes. Le 7juin, nous désignerons aussi les représentants nationaux dans lenouveau parlement européen. Force est de constater que l Europe aunimpact considérable sur la vie quotidienne des citoyens, etsurtout des entreprises. En effet, près desdeuxtiers de la législationnationale émanent de l Europe. Consciente de cela, notre fédération amis en place, il yplusieurs années déjà, unbureau dereprésentation àbruxelles. Demême, nous donnons dans la présente édition laparole aux candidats aux élections européennes. Hélas, depuis nosrencontresavecles partis politiques en 2008, lemonde achangé. Aujourd hui, nous savons que l année 2008 entrera dans l histoire économique comme celle d un grand bouleversement. Ce qui adébuté aux Etats- Unis par lacrise des subprimes s est transformé ensuite en une crise économique etfinancière mondiale. Le ralentissement brutal de l activité économique depuis le troisième trimestre de2008, principalement imputableausecteur financier,aaussi révélélesfaiblessesstructurelles de l économieluxembourgeoise:une fortedégradation de la productivité, une forte élasticité des recettes budgétaires face àune forte inélasticitédes dépenses budgétaires qui, d ores et déjà, setraduit par unsolde financier négatif au niveau de l administration centrale, unsystème social très généreux dont lefinancement àlong terme n est pas assuré ou encore une forte inadéquation entre offre et demande d emploi. Ces problèmes structurels ontfait perdre ànotre économie une certaine capacité deréaction pour pouvoir profiter denouvelles opportunités de marché et pour s imposer àune concurrence de plus en plus forte. Il est dès lors temps defaire preuve delucidité et de courage et d appeler nos concitoyens et nos responsables politiques, à tous les niveaux, à prendre conscience du fait que nous avons atteint unpoint de rupture encequi concerne l évolution économique etsociale et qu ils doivent comprendre la nécessité deprocéderàdes réformesen profondeur. Si nous refusons dechanger nos mentalités etnos habitudes dans unmonde en constante mutation, si nous persistons ànous renfermer sur nous-mêmes, la dégradation de notretissu économique, la pertedecompétitivité des entreprises et, partant, la menace planant sur l emploi n en seront que plus accentuées. Dans un document intitulé «Défis 2020»,nousavons formulé àl adresse des partis politiques nos suggestions en rapport avec les défis structurels àrelever. En formulant ces propositions, nous avons tenu àrappeler cequi adéjà souvent été débattu et exigé par le passé, mais qui n a que partiellement été réalisé respectivement pas du tout. La Fedil nepeut cependant plus accepter que les mises engarde de tous les côtés soient traitées detabous. Oui, les élections sont souvent leprétexte pour attendre. Mais après les élections, il faut s engager résolument sur la voie des réformes, les transposer avec courage et détermination. DansunLuxembourg de laréforme, delamodernité, la Fedil etses entreprises apporteront leur collaboration et leur expertise. Nicolas Soisson, directeur de la Fedil écho des entreprises 3

6 Interview Etienne Schneider Ministèredel Economieet du Commerce extérieur CChargé de la Direction générale del énergie, ducommerce électronique et de la sécurité informatique au sein du ministère del Economie et du Commerce extérieur, Etienne Schneiderfut unedes forcesmotrices lors desnégociations de la fusion entre Cegedel, Soteg etsaarferngas. Ilaété éluprésident du conseil d administration et administrateur délégué delanouvelle société issue decette fusion. En sa qualité deprésident du conseil d administration et d administrateur déléguédelasociété électique del Our (SEO), il fut par ailleurs fortement impliqué dans les travaux d extension des installations de cette dernière. Quelles sont les raisons qui ont conduit à une extension de la centrale d accumulation par pompage de la Société électrique de l Our (SEO) à Vianden? «Un accroissementdelademande en énergie renouvelable, la volontédesoutenirl énergie verteetunrenforcementde la sécurité d approvisionnement d énergie du Luxembourg ont été àl origine de la volonté duministère de l Economie et du Commerce extérieur d augmenter cette production. L énergie renouvelable a toujours besoin d énergie de réglage pour compenser les phases de non-production, or, les installations de production adéquates sont rares. Les centrales hydro-électriques ensont l une des rares sources. Ainsi, le gouvernement, actionnaireà40,3% de la SEO, aproposé une extension des installations actuelles àson partenaire, larwe, enyajoutant une 11 e turbine, où l Etat disposera de la moitié de la production,soit 100MW. L autre moitié sera commercialisée par la RWE». Que se passe-t-il avec cette électricité? «Evidemment, l Etat ne peut l utiliser directement, mais la metàdisposition de Cegedel, respectivementdelanouvelle sociétéissue de la fusion et dont il estl actionnaire principal. Cette opération permet de renforcer la sécurité énergétique du Luxembourg de façon considérable etconstitue un attrait nonnégligeable pour le Luxembourgentantque site industriel. En effet, le gouvernement est en train denégocier un accord avec la SEO, lui garantissant qu en cas de panne électrique majeure, toute l électricité produite par les installations de la SEO puisse entrer directement dans le réseau électrique luxembourgeois. De cette façon, dans l éventualité d une panne de courant majeure, l électricité pourrait être rétablie en moins de 80 secondes. Avec un bassin de rétention plein, la centrale pourrait alors fournir en électricité tout le Luxembourg pendant 6 heures, le temps de trouver une autre source d approvisionnement. La mise en service delaturbine est prévue pour fin 2012 et les investissements se situent aux alentours de150 millions d euros. SEO investira enoutre 140 millions d euros dans la modernisation dusite actuel etdans 30éoliennes àériger au Luxembourg. Au total, l investissement de SEO durant les cinq prochaines années s élève à290 millions d euros». Venons à la nouvelle société du secteur de l énergie. Quelles ont été les raisons qui ont mené l Etat à inciter Cegedel, Soteg et SFG à une fusion? «En 2005,aveclalibéralisationtotale desmarchés européens de l énergie, le gouvernement luxembourgeois aentamé des réflexions sur l évolution dumarché del énergie au Luxembourg. Dans les pays voisins, onapuobserver que les grands distributeurs ont fini par dominer le marché en écartant les petits.cegedel,soteg et SFGétaientdes acteursrelativement petits et il fallait craindre qu ils n aient survécu à la concurrence d un grand distributeur. Eneffet, comme Cegedel n est pas producteur d électricité, ses marges sont beaucoup plus faibles que ceux des grands distributeurs, qui sont également producteurs etqui ont lapossibilité devendre leur électricité àunprix largement inférieur. Il fallait craindre que les grands fournisseurspourraients établirsurlemarchéluxembourgeois en pratiquant desprixextrêmementbas afinderécupérer les clients de Cegedeletdel affaiblir.cegedel n aurait passurvécu à ce combat. Ces sociétés auraient pu par la suite profiter de leur situation demonopole en augmentant les prix. Le but de la fusion futdecréer un acteur puissant,baséauluxembourg, Photos:wide.lu 4 écho des entreprises

7 écho des entreprises 5

8 6 écho des entreprises

9 «««290 millions d investissements sur cinq années» Créer un acteur puissant, basé au Luxembourg» L Etat garde le contrôle du réseau» et répondant aux intérêts stratégiques et énergétiques de la Grande région pour ainsi garantir lasécurité et la qualité en approvisionnement énergétique et encourager le développement économique et industrielle de la Grande région. En 2007, les négociations entre Cegedel et Soteg avaient déjà été entamées quand il a été décidé d inclure SFG dans ces négociations.les raisons en sont les suivantes :SFG était déjà établie sur lemarché allemand etactive dans ledomaine de la fourniture de gaz. La société dispose d un réservoir de gaz important, alors que le Luxembourg n en possède aucun et dépenddel approvisionnementdeses fournisseurs.decette façon, la dépendance vis-à-vis des grands distributeurs diminue considérablement dans ledomaine du gaz. Atravers la fusion, la société sera réorganisée en une holding, disposant de deux sociétés ;d un côté la société de vente et de production et de l autre la sociétédegestion du réseau». Quels sont les changements auxquels les utilisateurs, et notamment les utilisateurs professionnels doivent s attendre? «Il n y aurapasde répercussions négatives pournos clients.la nouvelle société, dont le nomsera dévoiléle24avril prochain, est mieux située pour négocier avec ses fournisseurs comme Gazprom ou Ruhrgas. Des stocks de gaz, un seul fournisseur pour le gaz et l électricité ainsi quedes prix compétitifs et une sécurité d approvisionnement accrue sauront convaincre nos clients desbienfaitsdecette initiative. Noussommesennégociation avec les gestionnaires de réseaux communauxpourles faireentrerdanslecapital de la Newco. En contrepartie, ils deviendraientactionnaires de la sociétédegestion du réseau. Actuellement, l Etat possède 39,1 % de la holding et des deux sociétés de gestion. Si cependant nous réussissons à convaincre de plus en plus d opérateurs communaux pour adhérer àla Newco, ce dont je suis convaincu, le secteur publicdeviendraàmoyen terme majoritaire danslasociété de gestion des réseaux. L Etat garde donc le contrôle du réseau luxembourgeois et aucune société étrangère ne pourra l y concurrencer». Quelles sont les mesures envisagées pour sécuriser les approvisionnements enénergie du Luxembourg? «Afin de garantir les approvisionnements, nous devons impérativement avoir un accès direct aux réseaux français et belges. C est pour cette raison que nous sommes actuellement en négociation avec la société belge Elia pour un raccordement auréseau belge. Du côté français, ArcelorMittal aprévu de relier ses installations au réseau électrique français. Le gouvernement a proposé de doubler cette ligne pour pouvoir ytransiter de l électricité, du moins en cas de panne du côté allemand.ceprojetad ailleurs trouvé l aval de la tripartite». Ne comptez-vous pas investir dans des installations de production d électricité? «Evidemment. L investissement dans des installations de production nous permet de jouir d une certaine indépendance vis-à-vis des cotations en bourse de l énergie électrique, ce qui augmente de façon considérable la compétitivité de la société. La Newco compte actuellement plusieurs projets permettant de renforcer la sécurité d approvisionnementdeses réseaux. Il yad abordleprojetd unecentrale de turbine gaz vapeur à Eisenhüttenstadt en Allemagne. Cette usine, aura une capacité de400 MW extensible à800 MW. Il yal extension des installations de la SEO àvianden, oùla Newco investit 75millions d euros et le projet de participation àlaréalisation d une centrale électrique au charbon, construite par RWE près de Cologne. Nous participons également à l étude d un projet Clean Coal à Rotterdam, dont le but est de fabriquer de l énergie àpartir decharbon liquéfié, oùleco 2 qui enrésulte sera stocké au fond de l océan. Cette unité devrait produire 400 MW. Dans le domaine de l énergie renouvelable nous allons investir une somme très importante,maisnoussommesencoreentrain d étudierles différentes opportunités». Entretien :JoClees écho des entreprises 7

10 8 écho des entreprises

11 Actualité Conférence internationale surl énergie Nobuo Tanaka, Christof Rühl, Stephan Kamphues et Jean-Paul Schmit Le ralentissement économique observé depuis fin 2008 est allé de pair avec unebaisse de la consommationénergétique dans le monde. Ceci aentraîné une chute rapide des prix de l énergiequi avaient atteintdes niveauxrecordenété Cette évolution récente pourrait amener à oublier les énormes défis à relever pour assurer un approvisionnement sûr et durable en énergie pour les décennies à venir. C est sur cette toile de fond que des orateurs de haut niveau ont présenté en date du 20 mars 2009 leurs analyses du marché de l énergie àl occasion delaconférence «Security and sustainability of energy supply Challenges beyond the period of economic slowdown», organisée par la Fedil etlegroupement pétrolier luxembourgeois en collaboration avec le ministère de l Economie et du Commerce extérieur. Dans son discours introductif, Jean-Paul Schmit, président de Groupement pétrolier, abrièvement abordé les différents domaines d action de la politique énergétique au Luxembourg pour contribuer aux objectifs global de sécurité et de durabilité. Nobuo Tanaka, directeur exécutif de l Agence internationale de l énergie, a montré les scénarios de croissance de la demande mondiale d énergie pour les prochaines décennies et il arendu attentif aux énormes moyens qui devront être mis en œuvre pour garantir une offre suffisante d énergie. Cette dernière devra être compatible avec l objectif global de réduction des émissions des gaz à effet de serre. Il s estmontréinquiet devant le ralentissement des investissements dans l adaptation des structures de production d énergie en cette période decrise économique, sachant que cette évolution risquera de mener à des goulets après la reprise. Christof Rühl, chef économiste et vice-president du groupe BP, a présenté une analyse des cotations du pétrole brut sur base destatistiques sur l offre et la demande. Il a observé que la crise économique a mené à un niveau très élevé de stockspétroliers dans le mondeet à une croissance de capacités de productionnon utilisées. Les incitations,les barrières et les défis des opérateurs de réseaux d acheminement d énergie ont été exposés par Stephan Kampues, président du comité de direction d E.ON Gastransport.Il a passé en revue lesproblèmes d approvisionnement dus à l interruption des fournitures de gaz russe via l Ukraine cet hiver, pour illustrer le besoin de créer un cadre favorable à la réalisation d interconnexions de réseaux au sein de l Unioneuropéenne. Fernand Felzinger, vice-president, responsable pour l énergie chez ArcelorMittal a enchaîné sur la question des interconnexions pour signaler que la création de nouvelles capacités dans ce domaine devrait également contribuer à une amélioration du choix des consommateurs sur un marché libéralisé. Il a souligné l importance pour les industries intensives en énergie de pouvoir conclure des contrats de fourniture àlong terme, permettant d échapper àlaforte volatilité des prixdel énergie. Même argumentaire de la part de David Arendt, Executive Vice-President et CFO de Cargolux, lorsqu il a abordé l initiative européenne d intégrer l aviation dans le système de négoce de droits d émission. David Arendt a démontré les progrès continus dans le sens d une réduction de la consommation d énergie, réalisés par son entreprise qui continue à jouer un rôle de pionnier en la matière avec son récent projet de renouvellement de la flotte d avions. Malgré ces progrès, le coût de l énergie continue à dominer le prix de revient, d où l importance de choisir les bonnes couvertures contre la volatilité des cotations pétrolières. écho des entreprises 9

12 100% naturel! 10 écho des entreprises

13 Actualité Berl &Cie a150 ans En date du 18 février 2008, l entreprise A. Berl &Cie, installée dans lazone d activité Weiergewan àcontern, afêté son 150 e anniversaire. Fondée en 1858 et établieauluxembourg depuis 1872, lasociété fait partie des quelques rares entreprises industrielles du Luxembourg qui plongent leurs racines jusqu à l époque de la première révolution industrielle. A l originespécialisée dans la fabricationdelits et de sommiers en fer forgé,l entrepriseapeu à peu diversifié sa production en l adaptant aux besoins et aux attentes dumarché. Des investissementsréguliers dans dessystèmesdeproductions innovants ont permis à l entreprise de surmonter plusieurs crises lors des150 ansdeson existence. De nos jours, Berl &Cie est reconnu pour son savoirfaire etsaprécision dans les constructions entôles fines en inox, aluminium et acier etfabrique essentiellement des piècesenmétal tout en intervenantdanslafabrication de mobiliers de bureau, de rayonnages, de signalétiques ainsi que de commandes spéciales destinées à l industrie. En 2008, Jacques Herz, directeur delasociété, avec lesoutien de son père Claude Herz, gérant de la société, apris ladécision d investir ànouveau dans l innovation avec l acquisition d un centre de découpe laser. Cette installation de pointe donne à Berl une large indépendance vis-à-vis de ses fournisseurs et un accroissement desaflexibilité face àses clients, ce qui permet àlasociété, qui compte actuellement 22salariés, de conquérir de nouveaux marchés. Parallèlement à sa propre fabrication, Berl représente aussi différentes marques de mobiliers debureau etdecollectivités, rayonnages, vestiaires, coffres-fortsetarmoiresignifuges. Lors des festivités, auxquelles assistaient quelques 300 invités, dont de nombreuses personnalités du monde politique etéconomique, Claude Herz asouhaité labienvenue aux invités et a tenu à exprimer ses remerciements aux nombreux clients et partenaires de la société pour leur confiance. Son fils, Jacques Herz, l actuel directeur de la société, a dressé un historique de A. Berl & Cie depuis la fondationen1858à Paris jusqu àl établissement dans les locaux actuels à Contern en passant par les différents sites de productionaupfaffenthal, àhollerichenfacedelagarecentrale, et àcessange. A cette occasion, il a présenté un ouvrage remarquable, qu il a édité spécialement pour l évènement. L ouvrage s intitule «Berl,150 ansd histoirepartagée»etcontientune contributiondemoniquekieffer,directricedelabibliothèque nationale de Luxembourg. Richement illustré avec des photos et toutes sortes de documents historiques, il retrace l histoire de la société de façon ludique et éducative en présentant les personnages importants de la société, du fondateur Achille Berl au directeur actuel,ainsi que des réalisations marquantes.l ouvrage reprend les dates clés et présente l évolution de la palette de production au fil du temps, photos et catalogues d époque à l appui, tout en montrant l utilisationdes produitsdela société. L ouvrageaété offert àtousles invités. Le ministre de l Economie et du Commerce extérieur, Jeannot Krecké, afélicité la société, ses dirigeants et le personnel pour l anniversaire etadéclaré que «grâce àunpropriétaire-dirigeant dévoué et à une main d œuvre qualifiée et engagée, la sociétéberlaconnu un grandsuccès». Photo :Ministèredel Economie et du Commerce extérieur Claude Herz, Jeannot Krecké et Jacques Herz écho des entreprises 11

14 12 écho des entreprises

15 Actualité Année instable pour Villeroy &Boch Frank Göring, porte-parole de Villeroy &Boch etmanfred Finger, responsable des finances et des ressources humaines Sous l influence de l évolution négative de l économie mondiale etdans lecontexte delacrise financière, le groupe Villeroy &Boch aréalisé pour l année fiscale 2008 unchiffre d affaires de 840,9 millions d euros. Le chiffre d affaires de cet exercice est ainsi presque stable (-0,9%) avec 848,6 millions d euros pour l année précédente. Apuré des effets du cours, le chiffre d affaires est même excédentaire de 0,5% parrapport à2007. Sur lemarché allemand, le groupe apuafficher en 2008 une croissance de 5,1 %. Le marché étrangera diminué de 2,5% passant de672 à655,3 millions d euros, influencé essentiellement par les marchés qui ont été très tôt affectés par lacrise immobilière :Etats Unis (-30,0%), Grande-Bretagne (-16,5 %)et Espagne (-24,0%). Par contre le groupe a registré en Asie et en Europe de l Est des croissances du chiffre d affaires de 23,1%. Les chiffres d affaires à l étrangersechiffraient à77,9%.les résultatsd exploitation(ebit) ont, au cours de l exercice fiscal baissé à 24,1 millions d euros (exercice précédent 38,8 millionsd euros). La marge EBIT du groupe se situait à+2,9 %par rapport à+4,6 %en2007. Le résultat après impôts se chiffrait à 11,0 millions d euros au cours de l exercice précédent.le résultat de 2007 étaitgrevé d une dépense extraordinaire de-16,6 millions d euros liée à la déconsolidationdeladivision Carreaux. Le conseil d administration et le conseil de surveillance proposerontàl assemblée générale du 15 mai 2009 d utiliser le bénéfice au bilan aux fins de versement de dividendes de 0,37 euros par actions préférentielles, de12% inférieurs par rapport à l exercice précédent (EP : 0,42 euro) et d un dividende de0,32 euro par action ordinaire, inférieur de 13,5% parrapport àl exerciceprécédent (EP:0,37euro).Les investissements en immobilisations corporelles et incorporelles au cours de 2008 se chiffrent pour Villeroy &Boch à 26,7 millions d euros (exercice précédent 28,4 millions d euros). 32,6% de ces investissements sont faits sur le marché allemand. En outre, la société a investi 9,5 millions d euros en Allemagne et en Thaïlande dans le cadre des acquisitions effectuées. La liquidité nette au jour du bilan étaitde 22,9 millions d euros. Ainsi, elle passe de 48, 3 millions d euros dans l exercice précédent à25,4millionsd euros.ceciest du pour l essentiel aux acquisitions effectuées en En outre, le groupe apréfinancé en partie au cours de la deuxième moitié de l année des activités publicitaires en Italie pour les secteurs d activitésartsdelatable. Lors de la réunion du comité de surveillance, à la mi mars 2009,Villeroy &Boch adécidé unvaste ensemble de mesures pour les sites européens, mesures qui amélioreront l efficience et la compétitivité de l entreprise. La spécialisation des sites, la création de centres de compétence et les progrès dans l automatisation des procédés de production ont lapriorité. Dans lecadre de ce programme, l entreprise prévoit de réduire d environ 900 postes sur les postes existant à travers le monde. Ce programme affectera également les sites de Luxembourg et Mettlach. Après exécution de toutes les mesures, Villeroy &Boch table sur un volume annuel d épargned environ 50 millionsd euros. Photo :Villeroy &Boch écho des entreprises 13

16 LEASING Optez pour le leasing de la BCEE! Optimisez le financement du matériel que vous utilisez dans l exercice de votre profession. La BCEE vous propose, plutôt que d acheter votre matériel, de le louer en recourant àuncontrat de leasing. Ainsi vous préservez votre trésorerie et vous bénéficiez en plus d avantages fiscaux décisifs. Intéressés?Nos conseillers PME sont àvotre disposition pour tout renseignement supplémentaire. Vous pouvez également effectuer directement une demande d offre de leasing en ligne sur notre site 14 écho des entreprises Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg, établissement public autonome, 1, Plcae de Metz, L-2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B30775,

17 Actualité Concours de l entrepreneur de l année Creative Young Entrepreneur Robert Dennewald, Jeannot Weyer etraymond Schadeck Ernst &Young Luxembourg organise pour la troisième fois le concours de l entrepreneur de l année, permettant aux entrepreneurs établis au Grand-Duché de Luxembourg de participer à cette compétition déjà très convoitée dans plus de 50 pays du monde entier pour son rayonnement national et international. Créé en 1986 aux Etats-Unis par Ernst & Young, ce prix a pour but d encourager les entrepreneurs qui se distinguentpar leur créativité,leurinvestissementpersonnel dans unprojet d entreprise, leur stratégie dedéveloppement et le succèsdeleurentreprise. La première édition du concours de l entrepreneur de l année au Luxembourg aélu NicolasBuckdeVictorBuck Services S.A. entrepreneur de l année En 2006, c est Abbas Rafii, directeur de la société Ireco S.A., qui a été élu entrepreneur de l année au Luxembourg. En poursuivant ce programme, Ernst & Young Luxembourg souhaite mettre en avant lesuccès d entrepreneurs basés augrand-duché de Luxembourg, etpromouvoir l esprit d entreprise en les récompensant pour leur contribution etleurs initiatives. Le concours de l entrepreneur de l année 2009 bénéficie entre autresdusoutien du ministèredel EconomieetduCommerce extérieur, delafedil et de la Chambre decommerce. L appel à candidature officiellement annoncé, chaque entrepreneur qui satisfait aux critères de participation peut s inscrire jusqu au 30 avril Le choix des candidats sera le résultat d un processus de sélection rigoureux. Les entrepreneurs sélectionnés sur base decritères précis seront contactés pour un entretien afindemonterundossier d analyse, remis ensuite auxmembres d un jury indépendant. Photo :Ernst &Young Junior Chamber International (JCI) lance un appel à candidatures pour le concours Creative Young Entrepreneur Luxembourg (CYEL) Ce concours s adresse aux jeunes entrepreneurs ayant été remarqués pour avoir utilisé leur imagination, leur créativité dans la résolution d une problématiqueoul approche du marché. La compétition est accessible à tout entrepreneur installé auluxembourg etâgé de 18 à40ans. Les candidats doivent pouvoir présenter, dans le cadre du lancement ou du développement deleur activité, une approche originale et créatrice ayant eu un impact positif sur l activité. Peuvent ainsi participer au concours, les personnes ayant résolu une problématique, modifié un processus, mis en place un nouveau service, intégré un produit dans un esprit créatif et ayant apporté unevaleurajoutée à l activité. La participation est simple; il suffit deremplir un formulaire enligne avant le 30 avril2009. Un jury indépendant évaluera les dossiers en vue de sélectionner les trois finalistes nationaux dans la communauté nationale des jeunes entrepreneurs créatifs. Les finalistescyelrecevront leur récompenseetles prix offerts par legouvernement duluxembourg comme une marque de reconnaissance, d honneur etlacélébration du rôle de la créativité et de son succès. Les finalistes nationaux seront également nommés comme participants au concours mondial Creative Young Entrepreneur Awards 2009 et auront ainsi l opportunité de devenir le jeune entrepreneur le plus créatif au monde. écho des entreprises 15

18 VIE 16 écho des entreprises

19 Actualité Raval Europe S.A. inaugure sesnouveauxlocaux En date du 24 mars 2009, lasociété Raval Europe S.A. a officiellement inauguré ses nouveaux locaux de production dans la zone industrielle Bommelscheuer à Bascharage en présence du ministre de l Economie et du Commerce extérieur, JeannotKrecké, ainsi que d autres partenaires stratégiques et invités de marque. Fondée en 2002, la société Raval Europe S.A. est lafiliale européenne dugroupe israélien Raval,spécialisée dans le développementetlafabricationde systèmes de ventilation de réservoirs de carburant pour voitures. Après avoir passé ses premières années à Foetz dans le centre d accueilpourentreprises Ecostart,Raval Europe a connu une forte croissance de ses activités ce quil a amenée àrechercher denouveaux locaux. Avec l aide du ministère de l Economie et du Commerce extérieur, un terrain adapté auxbesoins de Raval Europe aété trouvé dans la zone industrielle Bommelscheuer à Bascharage. En 10 mois seulement un nouveaubâtiment aété construit. Le ministre de l Economie et du Commerce extérieur s est dit particulièrement content d inaugurer les nouveaux locaux de la société Raval Europe. «Raval Europe afait ses premiers pas dans l incubateur Ecostart à Foetz, qu elle a quitté au bout de quelques années, grâce àsacroissance importante, pour venir s installer ici sur le site de Bommelscheuer. Je suis très fier que, même en des temps plus difficiles, il existe toujours des entreprises, comme Raval Europe, qui continuent à investir. Nous avons assisté avec Raval Europe à une véritable success story et nous sommes tout à fait confiants quant à son avenir et quant à celui de l industrie automobile» a dit Jeannot Krecké. En tant que fournisseur du rang deux (Tier 2) pour l industrie automobile, Raval Europe adûplanifier minutieusement son déménagement. Les lignes de production hautement automatisées ont été soigneusement démontées, transportées et remontées par une société spécialisée dans le domaine du déménagement industriel, STILux.Grâce à un travaild équipeexemplairepar tous les employés de Raval Europe, les lignes ont pu redémarrer deux semaines aprèsledéménagement. Installée dans ses nouveaux locaux, Raval Europe poursuit de manière conséquente son programme d investissement etarrive àpresque doubler sa capacité deproduction. Un total de euros a été investi dans des nouvelles lignes de production et dans des équipements de laboratoire pour effectuer des validations sur les produits. Le ministre Jeannot Krecké, Samuel Vlodinger, président de Raval Group, Julian Proffitt, directeur de Raval Europe S.A. Consciente de l importance de la protection de l environnement à l extérieur et à l intérieur de l entreprise, Raval Europea obtenu les certifications ISO et OHSAS neuf mois seulement après son déménagement. Quarante personnes travaillent actuellement pour Raval Europe. La société livre ses produits aux fabricants deréservoirs decarburant à travers le monde, du MexiqueàlaRussieenpassant par la Chine. Raval Europe est également un fournisseur du premier rang (Tier 1) pour le groupe Volkswagen. Grâce à la technologie et à la qualité de ses produits qui sont testés sur les lignes de production, à l efficacité de production et surtout au fait que le client est au centre de tout ce qu elle fait, Raval Europe est devenu le partenaire de choix pour le développement et la fabrication de systèmes de ventilation de réservoirs de carburant. Photo :Ministèredel Economie et du Commerce extérieur écho des entreprises 17

20 Un nouveau chapitre commence. Cimalux pérennise son activité en tant que producteur et distributeur de ciments et de granulats pour béton. En tant qu acteur important du groupe Buzzi Unicem, nous manifestons àtravers notre nouveau logo notre attachement àdes valeurs et objectifs communs. 18 écho des entreprises

Cas JET ALU MAROC. Présentation de l entreprise

Cas JET ALU MAROC. Présentation de l entreprise NS L utilisation de la calculatrice est autorisée ; Aucun document n est autorisé ; 0. point de la note sur vingt sera consacré à la présentation soignée de la copie : Eviter les ratures et surcharges,

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Rapport sur le premier semestre 2015. Tornos Holding SA

Rapport sur le premier semestre 2015. Tornos Holding SA Rapport sur le premier semestre 2015 Tornos Holding SA Tornos s impose dans un environnement économique difficile Mesdames et Messieurs, Chers actionnaires, L exercice en cours a commencé par un coup de

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande. 7 Conclusions clés. Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 7 Conclusions clés La transition énergétique L Energiewende allemande Par Craig Morris et Martin Pehnt Une initiative de la Fondation Heinrich Böll Publié le 28 novembre 2012 www. 7 Conclusions clés La

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX. Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées LA PERFORMANCE ENERGETIQUE LES FONDAMENTAUX Alain GANNE, Délégué ATEE Midi-Pyrénées 1 Groupe de travail ENERGIE ET ENVIRONNEMENT Rassemble, Informe et Propose des mesures et techniques pour faire progresser

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC Rabat, le 4 avril 2013 Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica

Logica. Réussir son projet Centre d Appels. Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Réussir son projet Centre d Appels Date : 4 avril 2001 Auteur : Jérôme Capirossi, Consultant en Système d Information, Logica Introduction Aujourd hui, les entreprises se focalisent sur une approche transactionnelle

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? PETIT DÉJE JEÛNER DES PME & START-UP séminaire du 23.3.2007 DÉPARTEMENT DES FINANCES Administration

Plus en détail

Le négoce d énergie du point de vue local. Der Energiehandel aus lokaler Sicht

Le négoce d énergie du point de vue local. Der Energiehandel aus lokaler Sicht Le négoce d énergie du point de vue local Der Energiehandel aus lokaler Sicht 1 Thèmes 1 FMV mission/métiers 2 GeCom fonctionnement 4 3 Gestion des risques Moyens pour le négoce 6 5 Défis Optimisation

Plus en détail

PIMENT AND CO, QUI SOMMES-NOUS?

PIMENT AND CO, QUI SOMMES-NOUS? PIMENT AND CO, QUI SOMMES-NOUS? Comme de nombreuses TPE et PME, vous ne pouvez pas franchir le pas du recrutement d un collaborateur de direction à plein temps. Ainsi faute de ressources internes en matière

Plus en détail

Patrice Roy, Director & Associate at European Data Hub S.A.

Patrice Roy, Director & Associate at European Data Hub S.A. Patrice Roy, Director & Associate at European Data Hub S.A. mercredi, 10 octobre 2012 Le Luxembourg incite aujourd hui les data centres à s installer dans le pays pour attirer les sociétés étrangères.

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE CARBURANTS ET DE LUBRIFIANTS

COMMERCE DE DÉTAIL DE CARBURANTS ET DE LUBRIFIANTS COMMERCE DE DÉTAIL DE CARBURANTS ET DE LUBRIFIANTS SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE CARBURANTS ET DE LUBRIFIANTS... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE CARBURANTS ET DE LUBRIFIANTS...

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011

Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011 Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011 Le pôle ingénierie a constaté une activité commerciale au 1 er semestre 2011 en deçà de ses prévisions en raison du décalage entre la montée en puissance de la

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Tax & Financial Adviser

Tax & Financial Adviser Tax & Financial Adviser Olexco S.A. est une société fiduciaire indépendante spécialisée en conseils juridiques et fiscaux au niveau international. Bien implanté au sein de diverses juridictions, Olexco

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

The Cloud Company RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2013

The Cloud Company RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2013 The Cloud Company RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2013 Société anonyme au capital de 538 668euros. Siege social: 5-9, rue des Mousset Robert, 75012 Paris. RCS Paris 440 014 678 Activité : Services

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE

LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE MARDI 15 OCTOBRE 2013 DOSSIER DE PRESSE CONTACTS PRESSE POUR EN SAVOIR PLUS Jeanne DEPERROIS 03 83 92 89 71 06 28 92 26 20 jeanne.deperrois@rte-france.com

Plus en détail

Geneva. Dubai. Hong Kong. Singapour

Geneva. Dubai. Hong Kong. Singapour GUGGENHEIM & ASSOCIÉS SA 15, rue du Jeu-de-l Arc, Case Postale 6397, CH-1211 Genève 6 Suisse T +41 (0)22 707 91 91 F +41 (0)22 707 91 99 GUGGENHEIM & ASSOCIATES DMCC Jumeirah Lake Towers, Cluster I, Platinum

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013 BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI 1 er trimestre 2013 SOMMAIRE PANORAMA EUROPÉEN 1 BELGIQUE 2 FRANCE 3 ALLEMAGNE 4 IRLANDE 5 PRÉSENTATION Robert Walters présente la 1 ère édition de son Baromètre Européen

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 RESULTATS TS 2013 DU GROUPE LA POSTE Chiffre d affaires consolidé de 22 084 millions d euros, en progression

Plus en détail

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris Axess Conseil est un cabinet d Expertise Comptable, d Audit, et de Commissariat aux Comptes. Cette structure à taille humaine a pour vocation principale d accompagner les Entreprises qui lui font confiance.

Plus en détail

Comarch ECM Solution complète de gestion des contenus de l entreprise et des processus d affaires

Comarch ECM Solution complète de gestion des contenus de l entreprise et des processus d affaires ECM Comarch ECM Solution complète de gestion des contenus de l entreprise et des processus d affaires www.ged.comarch.fr Gestion de contenu Gestion de contenu / Enterprise Content Management Enterprise

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Implenia «back on track» Bon résultat malgré un démarrage difficile Le Groupe a montré sa force et dépasse clairement les objectifs définis à la fin du premier semestre

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ?

CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? CONQUÊTE DE NOUVEAUX CLIENTS DÉVELOPPER SA CLIENTÈLE AVEC LE E-COMMERCE : UTOPIE OU RÉALITÉ? ABITARE KIDS Créé en 2005 Un des plus grands magasins pour enfants en Europe (puériculture, mobilier, décoration,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée CUSTOMER SUCCESS STORY Mars 2014 AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée PROFIL CLIENT Secteur: Industrie manufacturière Société: AT&S Effectifs: 7 500 personnes

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Assemblée Générale du 28 avril 2015 Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Position de la FCCQ dans le cadre de la consultation publique tenue par l Autorité des marchés financiers 29 juin 2011 555,

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

KASTOspeed: Scies automatiques de production à lame circulaire pour le débit économique de très grandes séries dans l acier et les non-ferreux.

KASTOspeed: Scies automatiques de production à lame circulaire pour le débit économique de très grandes séries dans l acier et les non-ferreux. KASTOspeed: Scies automatiques de production à lame circulaire pour le débit économique de très grandes séries dans l acier et les non-ferreux. Très grandes performances en un temps record: Scies automatiques

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

Comarch ECM Solution complète de gestion des contenus de l entreprise et des processus d affaires

Comarch ECM Solution complète de gestion des contenus de l entreprise et des processus d affaires ECM Comarch ECM Solution complète de gestion des contenus de l entreprise et des processus d affaires www.ged.comarch.fr Les documents papier occupent, en moyenne, 15,3% de l espace sur un bureau. La numérisation

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

PAPETERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PAPETERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PAPETERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PAPETERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PAPETERIE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PAPETERIE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PAPETERIE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne

AD printemps 2014. Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 Assemblée des délégués FROMARTE jeudi 10 avril 2014 3001 Berne AD printemps 2014 3. Évolution des conditions cadres du marché du lait / Présentation des Priorités 2014 2017 de FROMARTE

Plus en détail

Notre nouveau programme d Entreprise

Notre nouveau programme d Entreprise > Notre nouveau programme d Entreprise Londres, 13 janvier 2005 Présentation à la communauté financière 1 Notre nouveau programme d entreprise Présentation à la communauté financière 2 > notre Vision Présentation

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Atelier 3 Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Quelques traits importants de l évolution du système industriel alimentaire Objectif premier : conserver et préserver les nutriments

Plus en détail

StratITsphere accroît la disponibilité, la transparence et l amplitude du service grâce à une gestion intégrale des infrastructures.

StratITsphere accroît la disponibilité, la transparence et l amplitude du service grâce à une gestion intégrale des infrastructures. Success Story StratITsphere accroît la disponibilité, la transparence et l amplitude du service grâce à une gestion intégrale des infrastructures. Profil du client Secteur : Services IT Société : StratITsphere

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

UN EMBOUTEILLEUR D EAU MINÉRALE NATURELLE AMÉLIORE SON PROCESSUS D ÉTIQUETAGE GRÂCE À SIDEL

UN EMBOUTEILLEUR D EAU MINÉRALE NATURELLE AMÉLIORE SON PROCESSUS D ÉTIQUETAGE GRÂCE À SIDEL 01/10/2015 UN EMBOUTEILLEUR D EAU MINÉRALE NATURELLE AMÉLIORE SON PROCESSUS D ÉTIQUETAGE GRÂCE À SIDEL Installé en quatre jours pour remplacer deux étiqueteuses, le modèle Sidel accroît la capacité d étiquetage

Plus en détail

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27

Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Vision énergétique soutenable pour l Union Européenne des 27 Auteur: International Network for Sustainable Energy Europe (INFORSE-Europe), Juin 2010. Dans le cadre du développement d un «Vision Globale»

Plus en détail

Gas Natural Fenosa. Le Groupe. Un leader mondial : Une fiabilité du business international : Part de l actionnariat :

Gas Natural Fenosa. Le Groupe. Un leader mondial : Une fiabilité du business international : Part de l actionnariat : Présentation 2015 Gas Natural Fenosa Le Groupe Un leader mondial : o En exploitation, commercialisation et distribution de gaz naturel o En production, commercialisation et distribution d électricité o

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

COURS 470 Série 02. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 02. Comptabilité Générale COURS 470 Série 02 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

La force du partenariat

La force du partenariat La force du partenariat Bienvenue Solutions en informatique de virtualisation et de Cloud Computing leader sur le marché, programmes primés, rentabilité maximale En rejoignant le réseau de partenaires

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

ABB et le secteur de l aluminium primaire De la mine au marché

ABB et le secteur de l aluminium primaire De la mine au marché ABB et le secteur de l aluminium primaire De la mine au marché Efficacité, disponibilité, productivité et profits Les producteurs d aluminium sont aujourd hui confrontés à des défis de taille : exigences

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail