Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques"

Transcription

1 Arthrose et sport Séméiologie et principes thérapeutiques DIU Pathologie de l appareil locomoteur liée au sport D. Wendling

2 ARTHROSE Résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent l équilibre entre synthèse et dégradation du cartilage et de l os sous-chondral modifications morphologiques, biochimiques moléculaires, biomécanique du cartilage de l os sous-chondral de la synoviale

3

4

5

6 Probable intrication Composante inflammatoire Pressions Facteurs génétiques Cartilage : peut se dégrader sans production massive de médiateurs proinflammatoires Poussée congestive : dégradation s accélère

7 Arthrose et sport LES PRINCIPAUX FACTEURS DE RISQUE EN PRATIQUE SPORTIVE Sport de haut niveau (compétition), notamment football, rugby, tennis, handball, basket-ball, volley-ball, judo, boxe sports de saut, danse, marathon, haltérophilie. Longue durée de pratique Altération articulaire préexistante ou concomitante Dysplasie, dystrophie Méniscectomie Rupture du ligament croisé antérieur Autre traumatisme Âge > 30 ans au moment du traumatisme Début de pratique à un âge assez avancé D après Lequesne M. Dang N., «Sport et arthrose des membres» In l Actualité rhumatologique, M.F. Kahn, D. Kuntz, A. Dryll, O. Meyer, T. Bardin, C. Guérin, Eds. Paris, Expansion scientifique française, 1996 : 185

8 Définition Critères de l ACR : Douleur et raideur articulaire Patient > 50 ans Radiographie : au moins un élément parmi - pincement articulaire - ostéophytes Suivi: Chiffrer la radiologie : scores, mesure du pincement articulaire Indices algo-fonctionnels : Womac, Lequesne, Dreiser

9 CLINIQUE Douleur mécanique Déformation, tuméfaction Epanchement Limitation mobilité Absence de signes généraux

10 Arthrose : signes fonctionnels Caractère mécanique Intensité variable Le plus souvent sourde et permanente Irradiant peu Aggravée par utilisation, calmée par repos Craquements fréquents (signant altération cartilage articulaire) Aucune corrélation entre intensité de la douleur, handicap et degré de destruction anatomique

11 Arthrose : signes cliniques Tuméfaction irrégulière (hypertrophie osseuse et hyperplasie modérée synoviale) Pas de chaleur, pas de rougeur ( sauf poussée congestive) Palpation peu douloureuse Limitation variable mobilité ( attitude vicieuse)

12 Douleur chez le sportif Chondrale? Tendinopathie? Musculaire? Projetée? Diagnostic difficile au début : importance de la clinique, importance de l interrogatoire: modification de l entraînement, de matériel

13 PARACLINIQUE BIOLOGIE : - pas de syndrome inflammatoire - liquide articulaire : stérile peu cellulaire - marqueurs de dégradation de la matrice cartilagineuse

14 PARACLINIQUE IMAGERIE : - radio standard : - pincement de l interligne - ostéocondensation - géodes sous- chondrales - ostéophytes - IRM

15

16 EVOLUTION VARIABILITE : - d un patient à l autre - dans le temps chez un patient donné profils évolutifs Fréquente absence de parallélisme radioclinique

17 Poussée Congestive

18 Profils Evolutifs Type 1: évolution lente et progressive, peu doul. enraidissement, ostéophytose Type 2 : poussées de chondrolyse longues périodes de stabilité Type 3 : chondrolyse rapide formes déstructrices

19 Stratégie thérapeutique RECOMMANDATIONS EULAR

20 Traitements généraux Antalgiques ( Paracetamol ) AINS lors des poussées Coxibs Anti arthrosiques symptomatiques d action lente ( AASAL )

21 Antiarthrosiques symptomatiques d action lente Chondroïtine Sulfate Glucosamine Sulfate Insaponifiables d avocat Diacerheine

22 Traitements locaux Infiltrations cortisoniques ( poussées congestives ) Lavage articulaire Synoviorthèses Viscosupplémentation ( Acide Hyaluronique )

23 Ponction Articulaire Vide l épanchement Réduit douleur et inflammation Evacue un liquide riche en «enzymes protéolytiques»

24 Infiltrations de Corticoïdes Réduire la poussée Inflammatoire => douleur => enzymes destructrices du cartilage Précédée d 1 Ponction Douleur de l aiguille Mise au repos 24h Réactions ( Flush ) ARTHRITE => Aseptie ++ => Opérateur entrainé

25 Infiltrations de Corticoïdes Respect des CI classiques Effets délétère sur le cartilage? pas d étude d évaluat de «structuromodulation» Effet dose : 3 IF /an ds la même articulation

26 Lavage Articulaire Passage à l intérieur de l articulation d 1L de sérum physiologique à l aide de 2 aiguilles placées dans le genou sous AL

27 Lavage Articulaire Durée 5 à 10 Retire Débris cartilagineux Enzymes Cristaux de CA Terminé par IF corticoïdes / AH Structure hospitalière

28 Viscosupplémentation Injection intra articulaire d acide hyaluronique Utilisation croissante dans l arthrose Genou surtout Extension des indications / sites

29 AH et ARTHROSE Concentration AH liquide synovial : 3 mg /ml Nl 5 à 7 M Dalton 0,8 à 2 mg /ml arthrose < 4 M Dalton diminution viscosité élasticité du liquide synovial

30 Acide hyaluronique: Mécanismes d action Hypothèses étayées expérimentalement: Stimulation de la production de protéoglycanes par les chondrocytes et d AH endogène par les synoviocytes. Régulation de l'activité lymphocytes/macrophages, Inhibition de la production de PGE2 et de fibronectine et d enzymes protéolytiques, Inhibition de l activité de la phospholipase A2 Effet anti-oxydant, Effet «anti-inflammatoire» et potentiellement chondroprotecteur

31 Acide hyaluronique: Mécanismes d action Effet «mécanique» Amélioration des propriétés élastovisqueuses du liquide synovial Protection contre les chocs Effet «filtre» contre les molécules proinflammatoires L AH n est donc pas un médicament mais un dispositif médical

32

33 Protocole 3 injections à 1 S d intervalle ( sauf durolane : 1 inj ) Prescription et réalisation par Rhumato / RRF / Chir Ortho TIPS 110 Gonarthrose 1 cure/an/genou Coxarthrose, omarthrose,arthrose digitale, cheville Atm - pb accessibilité - pas réalisable cabinet ( Scopie++ )

34 EFFICACITE CLINIQUE Versus AINS : - NS Altman - > AINS Adams Versus Corticoïdes locaux efficacité plus prolongée? Comparaison entre AH : 6 M > 0,75 M 70 pts ( Wobig, 1999)

35 Résultats Amélioration différée 6 à 8 Semaines Plusieurs mois à 1 an Nouvelle cure quand les symptômes réapparaissent chez les patients ayant eu de bons résultats Effets indésirables 2% Arthrite réactionnelle aseptique jamais 1ère inj - PM > 2kDa => réaction macrophagique à CE? Arthrite septique

36 Chez le sportif? Pas d étude spécifique dans la littérature Utilisations ponctuelles Deux études randomisées : lésion aigue du genou : réduction douleur et raideur liée à l immobilisation

37 Traitement non médicamenteux Réduction pondérale Décharge, cannes Semelles Kinésithérapie Crénothérapie maintien des capacités fonctionnelles

38 Les traitements non médicamenteux Buts : -antalgique: physiothérapie ( ionisations, basses fréquences, ultrasons ) -lutte contre enraidissement: postures, contracté-relaché, mobilisation passive continue (arthromoteur) Exercices physiques: forme physique, force musculaire (instabilité articulaire) Orthèses

39 Adaptation de la pratique Reprise progressive et adaptée de l entraînement Attention aux technopathies

40 Traitement Chirurgical PROTHESES OSTEOTOMIES INDICATIONS : gêne fonctionnelle

L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas

L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas L ARTHROSE EN 2005? J. Touba, Ph. Thomas La définition de l OMS L arthrose est la résultante des phénomènes mécaniques et biologiques qui déstabilisent l équilibre entre la synthèse et la dégradation du

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Gonarthrose prise en charge Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Définition La gonarthrose est une maladie articulaire chronique du genou caractérisée par une dégradation cartilage. Primitive:

Plus en détail

ARTHROSE. Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé

ARTHROSE. Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé ARTHROSE Pr BAHIRI RACHID CHU Rabat-Salé DOULEUR FONCTION STRUCTURE DEFINITION DE L ARTHROSE Nom sous lequel on désigne d des affections chroniques dégénératives d non inflammatoires de l articulation,

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Maladie dégénérative de l articulation due à une dégradation progressive

Plus en détail

Les injections intra articulaires d acide hyaluronique. JP Bonvarlet IAL Nollet Paris

Les injections intra articulaires d acide hyaluronique. JP Bonvarlet IAL Nollet Paris Les injections intra articulaires d acide hyaluronique JP Bonvarlet IAL Nollet Paris Principe! Baisse qualité du liquide synovial avec âge! Baisse du taux de protéine: synovie moins épaisse moins protectrice!

Plus en détail

DOULEURS ARTICULAIRES

DOULEURS ARTICULAIRES DOULEURS ARTICULAIRES DEFINITIONS ARTHRALGIES ARTHRITES (Atteinte de la synoviale): INFECTIEUX, INFLAMMATOIRE, METABOLIQUE ARTHROSE (atteinte du cartilage) MODALITES DE L'EXAMEN CLINIQUE - Siège - Horaire

Plus en détail

Les tendinopathies du membre supérieur. Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz

Les tendinopathies du membre supérieur. Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz Les tendinopathies du membre supérieur Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz Définition Tendinite : atteinte du tendon Ténosynovite: gaine synoviale, et modification des trajets tendineux.

Plus en détail

LES ARTHROSES. DR Hosni BEN FREDJ

LES ARTHROSES. DR Hosni BEN FREDJ LES ARTHROSES DR Hosni BEN FREDJ Introduction un processus dégénératif résultant des phénomènes:mécaniques et biologiques déstabilisent l équilibre entre la synthèse et la dégradation du cartilage et de

Plus en détail

Le genou : approche Conflits d intérêts systématique Objectifs Questionnaire ciblé Question 1 Examen du genou

Le genou : approche Conflits d intérêts systématique Objectifs Questionnaire ciblé Question 1 Examen du genou Le genou : approche systématique Philippe Mailhot, md Journées de médecine familiale Gatineau Conflits d intd intérêts Objectifs Savoir questionner et examiner un patient avec une gonalgie Connaître les

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

ARTHROSE et LIQUIDE SYNOVIAL

ARTHROSE et LIQUIDE SYNOVIAL Dr. Paul MURACCIOLE ARTHROSE et LIQUIDE SYNOVIAL ACIDE HYALURONIQUE : PRINCIPAL CONSTITUANT DEGRADATION AVEC L ÂGE PAR DIMINUTION DE SON PM MOINS VISQUEUX = LUBRIFICATION DIMINUEE MOINS ELASTIQUE = PROTECTION

Plus en détail

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX

Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX Dr Michael WILLERY Pôle Gériatrie CH ROUBAIX 1. DEFINITIONS-CLASSIFICATIONS 2. RAPPELS ANATOMIQUES 3. L ARTHROSE 4. L ARTHRITE 5. L OSTEOPOROSE 6. CONCLUSION DEFINITIONS -CLASSIFICATION Articulation =

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

NE VOUS JETEZ PAS SUR L ICONOGRAPHIE

NE VOUS JETEZ PAS SUR L ICONOGRAPHIE NCB OU TENDINITE? Causes les plus fréquentes de douleur récente de l épaule et du MS PRISE EN CHARGE D UNE NCB ET D UNE TENDINOPATHIE D ÉPAULE? Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie 17 janvier 2013 De

Plus en détail

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement

Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif. Prévention et traitement Blessures courantes du membre inférieur chez le sportif Prévention et traitement Presentation générale Les bienfaits du sport Blessures Facteurs favorisants Les accidents musculaires 7 catégories Dus à

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe La viscosupplémentation intra-articulaire M. Piperno Physiothérapie Kinésithérapie Arbre décisionnel Antalgiques Diagnostic d arthrose Mesures orthopédiques et/ou AINS+/-IPP Chirugie Coxibs Acide Hyaluronique

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio clinique Appareil locomoteur Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio clinique Appareil locomoteur Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 avril 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 30 décembre 2004 (JO du 12 janvier 2005) HYALGAN 20 mg/2 ml, solution

Plus en détail

Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE

Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE Didier BLANQUART Patrick LEBRUN LES PATHOLOGIES DE L EPAULE Maizières - 19 mars 2005 DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CONTEXTE EXAMEN CLINIQUE STANDARDISE RADIOGRAPHIES ANORMALES - Tendinopathie calcifiante - Omarthrose,

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

LA VISCOSUPPLEMENTATION. 19/06/2014 Dr Laetitia PAULIN Rhumatologue

LA VISCOSUPPLEMENTATION. 19/06/2014 Dr Laetitia PAULIN Rhumatologue LA VISCOSUPPLEMENTATION 19/06/2014 Dr Laetitia PAULIN Rhumatologue GONARTHROSE Maladie fréquente 3,5 millions de patients arthrosiques cs / an La + fréquente des localisations arthrosiques symptomatiques

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable

EPAULE DOULOUREUSE. 1 - Instable EPAULE DOULOUREUSE Une épaule douloureuse peut se rencontrer dans au moins 5 tableaux : douloureuse et instable, douloureuse avec diminution de la force, douloureuse et raide, arthrose douloureuse, douloureuse

Plus en détail

LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION. Dr B VESSELLE

LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION. Dr B VESSELLE LIGAMENT CROISE ANTERIEUR ET REDUCATION Dr B VESSELLE Ouverte : Point fixe proximal Chaîne Fermée : Point fixe distal Totale Interne -moyenne - externe Course Contraction musculaire MODALITES DE LA CONTRACTION

Plus en détail

Actualites therapeutiques de l arthrose. Mahdia, hotel royal mansour 02 Novembre 2013

Actualites therapeutiques de l arthrose. Mahdia, hotel royal mansour 02 Novembre 2013 Actualites therapeutiques de l arthrose PR. Touzi Mongi Mahdia, hotel royal mansour 02 Novembre 2013 Introduction Arthrose: maladie douloureuse et chronique Aggravation avec le temps Retentissement fonctionnel

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail

L ALGODYSTROPHIE. Item 221. I Laffont, E Galano, C Hérisson, J Pélissier. Fédération de MPR Montpellier-Nîmes

L ALGODYSTROPHIE. Item 221. I Laffont, E Galano, C Hérisson, J Pélissier. Fédération de MPR Montpellier-Nîmes L ALGODYSTROPHIE Item 221 Fédération de MPR Montpellier-Nîmes Algodystrophie ou «Syndrome Douloureux Régional Complexe» Syndrome douloureux articulaire et péri-articulaire, Caractérisé par des modifications

Plus en détail

Avis 20 novembre 2013. DOLENIO 1178 mg, comprimé sous plaquette thermoformée Boîte de 30 comprimés (CIP : 34009 496 655 0)

Avis 20 novembre 2013. DOLENIO 1178 mg, comprimé sous plaquette thermoformée Boîte de 30 comprimés (CIP : 34009 496 655 0) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 novembre 2013 L avis adopté par la Commission de la transparence le 2 octobre 2013 a fait l objet d une audition le 6 novembre 2013. L avis définitif faisant suite

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Conduite à tenir devant un kyste poplité

Conduite à tenir devant un kyste poplité Conduite à tenir devant un kyste poplité Emmanuel Hoppé Service de rhumatologie Journée de FMC du 30.01.2014 Kyste de Baker (XIXè ) Kyste de nature synoviale liquide synovial + synoviocytes Mécanisme Hernie

Plus en détail

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration

Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Conseils généraux avant de réaliser une infiltration Références Ayral X. Les infiltrations. Les techniques. Ed JBH santé, 001. Baron D. Les gestes en rhumatologie. Montpellier, Sauramps Médical, 00. Bardin

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 28 septembre 2010 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 28 septembre 2010 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 28 septembre 2010 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Sémiologie du genou Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Eléments passifs - Ligaments o Croisés : antérieur et postérieur = Stabilité antéro-postérieure o Latéraux : interne et externe

Plus en détail

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011

Sémiologie articulaire du membre inférieur. Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011 Sémiologie articulaire du membre inférieur Module bio-clinique Appareil locomoteur 2010-2011 Hanche Sémiologie de la hanche Articulation profonde Mobilité complexe flexion/extension rotations abduction/adduction

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE Dr Isabelle BRAULT Service Rhumatologie Besançon Echographie ostéoarticulaire? L Echographie et le Rhumatologue AVANTAGES INCONVENIANTS NON INVASIF PEU COUTEUX ACCESSIBLE NON

Plus en détail

Dr Y. Guillodo Cabinet de médecine du Sport du Questel

Dr Y. Guillodo Cabinet de médecine du Sport du Questel Dr Y. Guillodo Cabinet de médecine du Sport du Questel Inadaptation du tendon aux contraintes répétitives d étirements ou de frictions Traumatisme ou pas (fracture poignet, entorse cheville, )? Contexte

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 57 : Arthrose. COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie

- Support de Cours (Version PDF) - Item 57 : Arthrose. COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Item 57 : Arthrose COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...5 SPECIFIQUE :...5 I Cartilage articulaire normal et arthrosique...

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LE PATIENT SUR LES CONFLITS DE LA CHEVILLE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LE PATIENT SUR LES CONFLITS DE LA CHEVILLE QU EST-CE QUE C EST? Il existe de nombreux types de «conflits» au niveau de la cheville : un tissu (os ou «parties molles») vient «se coincer» dans l articulation. La localisation peut être en avant de

Plus en détail

TENDINITES DU GENOU. François PRIGENT. Clinique Saint Louis Poissy

TENDINITES DU GENOU. François PRIGENT. Clinique Saint Louis Poissy TENDINITES DU GENOU François PRIGENT Clinique Saint Louis Poissy Tendinites La cause la plus fréquente de douleur du genou Tendon : 60 à 70 % d eau. Peut s allonger de 5%. Ne croit plus à l âge adulte.

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

LES ARTHROSES : CAUSES, SIGNES ET TRAITEMENTS

LES ARTHROSES : CAUSES, SIGNES ET TRAITEMENTS LES ARTHROSES : CAUSES, SIGNES ET TRAITEMENTS Thème de ce 29 mars 2015 présenté respectivement par le DR Adrien TINETTI et Mme Delphine ARBOGAST naturopathe. En guise de préliminaires, ce distinguo entre

Plus en détail

un genou douloureux en mésothérapie

un genou douloureux en mésothérapie Docteur Philippe LAFUMA Médecin du Sport un genou douloureux en mésothérapie FMC LYON dimanche 11 décembre 2011 - Mésothérapie un genou douloureux en mésothérapie Principales causes de douleurs du genou

Plus en détail

Arthrose attitude thérapeutique. Dr Bonvarlet IAL Nollet de l INSEP

Arthrose attitude thérapeutique. Dr Bonvarlet IAL Nollet de l INSEP Arthrose attitude thérapeutique Dr Bonvarlet IAL Nollet Ancien médecin m de l INSEP Arthrose définitiond! Facteurs génétiquesg! Age! Sexe féminin f > masculin! Hyperpression articulaire Synthèse Dégradation

Plus en détail

Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule. Dr. Jean Aouston

Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule. Dr. Jean Aouston Prise en charge post interventionnelle de la chirurgie de l épaule Dr. Jean Aouston Les grands principes de la rééducation 0 Introduction 1 Pathologie et traitement 2 RRF de l épaule opérée 3 Cas clinique

Plus en détail

Avis de la Commission 28 Novembre 2001 Produits de viscosupplémentation

Avis de la Commission 28 Novembre 2001 Produits de viscosupplémentation COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS REPUBLIQUE FRANCAISE Avis de la Commission 28 Novembre 2001 Produits de viscosupplémentation Cet avis est motivé par les demandes d inscription des trois

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

LE COUDE DU SPORTIF. G Saillant. Saint Tropez- 2005

LE COUDE DU SPORTIF. G Saillant. Saint Tropez- 2005 LE COUDE DU SPORTIF G Saillant Saint Tropez- 2005 Le coude du sportif! Sports spécifiques (force, mobilité, stabilité du coude)! Gestes stéréotypés et répétés (amplitude, vitesse, force)! Facteurs extrinsèques

Plus en détail

ARTHROSE DE LA PHYSIO-PATHOLOGIE AU TRAITEMENT MARSEILLE 31 MARS 2005

ARTHROSE DE LA PHYSIO-PATHOLOGIE AU TRAITEMENT MARSEILLE 31 MARS 2005 ARTHROSE DE LA PHYSIO-PATHOLOGIE AU TRAITEMENT MARSEILLE 31 MARS 2005 COMPRENDRE L ARTHROSE C EST D ABORD SORTIR DU CONCEPT MECANICISTE QUI VEUT QUE 2 STRUCTURES INERTES S USENT EN FONCTION DE LEUR COEFFICIENT

Plus en détail

Comment prévenir l arthrose du genou?

Comment prévenir l arthrose du genou? Comment prévenir l arthrose du genou? H Rakotoharivelo, S Ralandison Rhumatologie au quotidien, juillet 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Plan Introduction Dépister une gonarthrose

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite.

23/10/2012. Mme B. 72 ans, vient vous voir en consultation pour une gonalgie droite. Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson

Plus en détail

J ai mal à la main, j en parle INFORMER

J ai mal à la main, j en parle INFORMER j en parle INFORMER Les maux de mains Qu elle soit d origine tendineuse, osseuse ou musculaire, artérielle ou veineuse, la douleur de la main chez l adulte doit être médicalement suivie afin d en déterminer

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

Arthrose destructrice rapide. B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz

Arthrose destructrice rapide. B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz Arthrose destructrice rapide B. Osemont, ACC Service d imagerie d Guilloz Définition Arthropathies destructrices Évolution radiologique Formes idiopathiques : apanage du sujet âgé Surtout à la hanche et

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L ARTHROSE DE LA CHEVILLE (Apropos de 9cas)

LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L ARTHROSE DE LA CHEVILLE (Apropos de 9cas) UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BENABDELLAH FES Année 2010 Thèse N 073/ 10 LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L ARTHROSE DE LA CHEVILLE (Apropos

Plus en détail

La viscosupplementation en rhumatologie

La viscosupplementation en rhumatologie La viscosupplementation en rhumatologie Radouane Niamane Service de Rhumatologie Hôpital Militaire Avicenne. Marrakech. Actualités Rhumatologiques Le samedi 19 février 2011 Centre de Conférences Fondation

Plus en détail

Présentation Pau. Dr Jérémy Volante 25 novembre 2011

Présentation Pau. Dr Jérémy Volante 25 novembre 2011 Présentation Pau Dr Jérémy Volante 25 novembre 2011 Introduction Arthrose Problème de santé publique Physiopathologie mal connue Thérapeutique médicamenteuse pauvre Acide hyaluronique Mécanismes d action

Plus en détail

La maladie discale lombalgie et radiculalgie. Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset

La maladie discale lombalgie et radiculalgie. Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset La maladie discale lombalgie et radiculalgie Conduite à tenir vue du chirurgien Dr coursimault & Dr gosset Invitation téléphonique du Dr Benoit COURSIMAULT Dr Benoit COURSIMAULT Chir. Orthopédique Haguenau

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission traitements médicamenteux Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des

Plus en détail

L arthrose (57) P. Lafforgue et J.N. Argenson Mars 2006 (Mise à jour 2007-2008)

L arthrose (57) P. Lafforgue et J.N. Argenson Mars 2006 (Mise à jour 2007-2008) L arthrose (57) P. Lafforgue et J.N. Argenson Mars 2006 (Mise à jour 2007-2008) 1. Introduction L arthrose peut être définie comme l altération du cartilage articulaire et ses conséquences. Elle est l

Plus en détail

I. Polyarthrite rhumatoïde

I. Polyarthrite rhumatoïde I. Polyarthrite rhumatoïde Définition : - maladie systémique courante - maladie inflammatoire chronique - polyarthrite bilatérale Épidémiologie : - 1 % de la population - ratio femme/homme de 3 / 1 Etiologie

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher *

CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher * CAT devant métatarsalgies du sportif Dr. ROUCHY René-Christopher * *Clinique Universitaire de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport CHU de Grenoble, Hôpital Sud Avenue de Kimberley, BP 338,

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2009 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 7 juillet 2009 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIO AVIS DE LA COMMISSION 7 juillet 2009 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Rendu (SR) : Indications

Plus en détail

APPLICATIONS PRATIQUES DES ETIREMENTS

APPLICATIONS PRATIQUES DES ETIREMENTS Auteurs de l article : - Popineau Christophe, médecin du sport au C.R.E.P.S de Wattignies (I.R.B.M.S). - Paulo Fernandes Carlos, médecin généraliste. Article extrait de la thèse de médecine, «présentation

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Capsulite rétractile. Cas clinique n 1. Traitement de la douleur d épaule chronique

Capsulite rétractile. Cas clinique n 1. Traitement de la douleur d épaule chronique Traitement de la douleur d épaule chronique Experts: Dr. J. L. Ziltener, méd du sport, M. Monnin physio, Dr. A. Lädermann, orthopédiste Animatrices: T. Sacroug et M.C. Kramer Colloque MPR 28 octobre 2009

Plus en détail

Mobilité et lupus - 2007

Mobilité et lupus - 2007 Mobilité et lupus - 2007 Conférence du 24 novembre 2007, hôpital cantonal, Lucerne Intervenant : Dr Lukas Schmid, hôpital cantonal, Lucerne Résumé : Max Hagen. Traduction : Marie-Louise Hagen-Perrenoud

Plus en détail

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien

LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE. Institut Du Rachis Parisien LOMBALGIES PAR DISCOPATHIE DÉGÉNÉRATIVE LOMBAIRE DE L ADULTE Institut Du Rachis Parisien classification de Thompson spine, 1990 description anatomie macro sur coupes cadavériques I normal nucléus central

Plus en détail

Rétraction Q et IJ +++ Les douleurs de pointe de rotule. Tout n est pas une tendinopathie d insertion! Les diagnostics. Les facteurs de risque

Rétraction Q et IJ +++ Les douleurs de pointe de rotule. Tout n est pas une tendinopathie d insertion! Les diagnostics. Les facteurs de risque 24 Journée de Bichat. Le Genou mécanique et sportif Prise en charge des douleurs de pointe de rotule Khiami F, Rolland E, CatonnéY Pitié-Salpêtrière Les douleurs de pointe de rotule Épidémiologie Sportifs

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES EPICONDYLITES. R. Legré -Sébastien Parratte Service de Chirurgie de la Main Hopital de la Conception

PRISE EN CHARGE DES EPICONDYLITES. R. Legré -Sébastien Parratte Service de Chirurgie de la Main Hopital de la Conception PRISE EN CHARGE DES EPICONDYLITES R. Legré -Sébastien Parratte Service de Chirurgie de la Main Hopital de la Conception DEFINITIONS «TENNIS ELBOW» / «EPICONDYLITE latérale» Enthésopathie = tendinopathie

Plus en détail

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an

* Affection bénigne mais extrêmement fréquente (peu y échappent!) avec un coût socio-économique énorme :cinq milliards de francs par an LOMBALGIE 1 1. LA LOMBALGIE BANALE OU COMMUNE * C est une douleur lombaire par Trouble de la mécanique lombaire avec un disque sain ou dégénéré (discopathie, discarthrose) ou par arthrose lombaire postérieure.

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde

Polyarthrite rhumatoïde RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde Prise en charge en phase d état RECOMMANDATIONS Septembre 2007 1 L argumentaire scientifique de ces recommandations est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

LA SPONDYLARTHRITE ANKYLOSANTE Rhumatisme inflammatoire chronique du bassin et de la colonne vertébrale ème rhumatisme inflammatoire chronique après la Polyarthrite Rhumatoïde et le Rhumatisme Psoriasique

Plus en détail

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES

ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES ARTHROPATHIES MICROCRISTALLINES 1 Affections provoquées par la présence de microcristaux dans l articulation Goutte Chondrocalcinose Dans les tissus avoisinants Rhumatisme à Hydroxyapatite 2 LA GOUTTE

Plus en détail

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse

Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Le genou de l enfant sportif Dr J. Knörr Chirurgie Orthopédique Pédiatrique. Hôpital des Enfants. CHU-Toulouse Différences enfant-adulte Croissance, développement, physiologie Les variables physiologiques

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville JB Pialat Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr Radiologie, Hôpital E Herriot, Hospices Civils de Lyon Décembre 2014 Plan Peut-on

Plus en détail

PATHOLOGIE CHRONIQUE DE LA SOUS-TALIENNE

PATHOLOGIE CHRONIQUE DE LA SOUS-TALIENNE PATHOLOGIE CHRONIQUE DE LA SOUS-TALIENNE Hervé de LABAREYRE L articulation sous-talienne (AST) est une articulation capitale dans l adaptation de l arrière-pied aux contraintes imposées par le sol lors

Plus en détail

Item n 57 : Arthrose

Item n 57 : Arthrose Facteurs de risque Surpoids et obésité Clinique Item n 57 : Arthrose Douleur mécanique : Dʼinstallation progressive à lʼeffort et calmé au repos Ne réveille pas la nuit La douleur peut parfois devenir

Plus en détail

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence

PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence PLACE DE L ECHOGRAPHIE en Traumatologie d Urgence Hervé COLLADO Centre Phocéa Pôle de l appareil locomoteur St Marguerite Pôle de MPR et de Médecine du Sport AP-H Marseille DESC Médecine du Sport Diplômé

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE

RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE INTRODUCTION Les tendinopathies englobent toutes les souffrances du tendon: atteinte de l enveloppe du tendon (ténosynovite), souffrance du tendon luimeme (tendinite),pathologie d insertion (enthésopathies)

Plus en détail

LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie. Arthrose et pathologies associées

LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie. Arthrose et pathologies associées LE GENOU DOULOUREUX RHUMATHOLOGIQUE et mésothérapie Arthrose et pathologies associées L ARTHROSE : Définition Ensemble d atteintes articulaires associant : Dégénérescence des cartilages (élément central)

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Soin des articulations Nos articulations subissent usure et déchirure avec l âge et les coussinets cartilagineux des surfaces articulaires se dégradent progressivement. Lorsque

Plus en détail

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite!

Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Il n y a pas d âge pour souffrir d arthrite! Dr. Sarah Campillo Rhumatologue pédiatrique, Hôpital de Montréal pour enfants Juvenile rheumatoid arthritis: growth retardation Savez-vous que L arthrite touche

Plus en détail

Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main

Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main Pathologie professionnelle : Point de vue du Chirurgien de la Main R. LEGRE Service de Chirurgie de la Main, Chirurgie Plastique et Réparatrice des Membres Hôpital de la Conception Marseille 1 Pathologie

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

RANAIVOARISON M. Véronique, RALANDISON D. Stéphane. Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Jeudi FMC du CHU Morafeno, juillet 2016

RANAIVOARISON M. Véronique, RALANDISON D. Stéphane. Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Jeudi FMC du CHU Morafeno, juillet 2016 RANAIVOARISON M. Véronique, RALANDISON D. Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Jeudi FMC du CHU Morafeno, juillet 2016 1 Arthrose: résultante des phénomènes mécaniques, biologiques

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

DIAGNOSTIC D UNE HANCHE DOULOUREUSE CHRONIQUE DE L ADULTE - Pr N.HAJJAJ-HASSOUNI - 2009-2010

DIAGNOSTIC D UNE HANCHE DOULOUREUSE CHRONIQUE DE L ADULTE - Pr N.HAJJAJ-HASSOUNI - 2009-2010 DIAGNOSTIC D UNE HANCHE DOULOUREUSE CHRONIQUE DE L ADULTE OBJECTIFS : 1- Reconnaître l origine articulaire de la douleur 2- Eliminer une douleur de la région ne trouvant pas son origine dans la coxo-fémorale

Plus en détail