Le conflit syrien et la situation géopolitique de la région

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le conflit syrien et la situation géopolitique de la région"

Transcription

1 Annuaire IEMed. de la Méditerranée Le conflit syrien et la situation géopolitique de la région Jane Kinninmont * Chargée de recherche et directrice adjointe, programme Moyen-Orient et Afrique du Nord, The Royal Institute of International Affairs at Chatham House, Londres Entre 2011 et mai 2014, 2,7 millions de réfugiés syriens forcés de fuir la guerre civile ont été enregistrés hors de leur pays ; ce chiffre équivaut à plus de la moitié du nombre de Palestiniens ayant obtenu le statut de réfugié depuis les 66 années que dure le conflit israélo-palestinien. Or, la situation ne fait qu empirer. Le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés estime en effet que, d ici à la fin de l année, le nombre de réfugiés syriens enregistrés augmentera de plus d un tiers, s élevant ainsi à 4,1 millions. On évalue en outre que 4,5 millions de personnes ont été déplacées à l intérieur de la Syrie, ce qui signifie qu au total, un tiers de la population syrienne est réfugiée ou déplacée. La plupart des réfugiés se trouvent dans des pays voisins. Seules quelques dizaines de milliers d entre eux ont été accueillis par les pays européens soutenant l opposition syrienne. Les pressions politiques, sociales et économiques qui existaient déjà dans les pays frontaliers de la Syrie, notamment en Irak et au Liban, sont accrues par l afflux de réfugiés syriens de différents bords politiques et groupes confessionnels. À mesure qu il s est internationalisé, le conflit est devenu de plus en plus sanglant et difficile à résoudre. Ce qui était au départ une révolte locale contre la violence et la corruption s est transformé en une lutte pour le pouvoir d envergure régionale et internationale, qui a notamment donné lieu à une rivalité qualifiée de «guerre froide» entre l Iran et l Arabie saoudite. * Texte finalisé en avril 2014 (note de la rédaction). Les efforts de la communauté internationale pour dénouer la crise syrienne, tout comme les tentatives de stabiliser l Irak ou de mettre fin au conflit israélo-palestinien, se sont soldés par un échec, ce qui a conduit les alliés de l Occident dans la région à remettre en question la volonté et la capacité des États-Unis à instaurer le type de sécurité qu ils souhaiteraient. Les probabilités que les pays occidentaux procèdent à une intervention militaire directe n ont jamais paru aussi faibles. Tout d abord, le Parlement britannique a refusé que le Royaume-Uni participe à des frappes aériennes, une mesure que les États-Unis avaient brièvement envisagée pour sanctionner l utilisation d armes chimiques en Syrie. Quelque temps plus tard, Washington a également écarté cette idée au profit d un démantèlement de l arsenal chimique de l État syrien, sous le contrôle de l ONU. Par la suite, les États-Unis et l Europe ont davantage concentré leurs efforts sur la diplomatie et l aide humanitaire. Toutefois, les pourparlers menés sous l égide des Nations unies n ont guère progressé, tandis que le gouvernement syrien a accru sa répression dans les zones tenues par l opposition. Cette crise a par ailleurs terni le tableau du printemps arabe ; elle montre de façon frappante qu une révolte née dans le but de réclamer une plus grande justice sociale et de mettre fin aux brutalités policières peut être dévoyée par des politiques liées à des questions identitaires, ethniques et religieuses. La crise syrienne sous l angle de la géopolitique internationale : des alliés divisés La seconde moitié de l année 2013 a vu les tensions s accroître parmi les partisans de l opposition, à me-

2 sure que les forces rebelles perdaient du terrain et qu il devenait évident qu aucune puissance occidentale n était désireuse d entreprendre une intervention militaire directe, contrairement aux attentes des pays du Golfe et de la Turquie. Lorsque la révolte avait éclaté, en 2011, les États occidentaux furent les premiers à soutenir l opposition syrienne, avant d être rejoints, quelques mois plus tard, par l Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie. Tout au long de cette crise, les alliés traditionnels de la Syrie, l Iran et la Russie, ont prêté un appui solide au régime de Bachar el-assad. Ce qui était au départ une révolte locale contre la violence et la corruption s est transformé en une lutte pour le pouvoir d envergure régionale et internationale, qui a notamment donné lieu à une rivalité qualifiée de «guerre froide» entre l Iran et l Arabie saoudite Cependant, alors que l Arabie saoudite observe le conflit syrien en partie par le prisme de sa rivalité avec l Iran, les États-Unis cherchent explicitement un rapprochement avec Téhéran depuis l élection du nouveau président iranien, Hassan Rohani, en juin Dans un tel contexte, certains se demandent jusqu à quel point les intérêts de Washington dans la région pourraient commencer à diverger de ceux de ses alliés de longue date dans le golfe Persique, d autant que les Américains ne sont plus directement dépendants des pays du Golfe pour leur approvisionnement énergétique (bien qu ils gardent un intérêt dans la stabilité des marchés mondiaux de l énergie). De plus, les États-Unis et les pays du Golfe, en particulier l Arabie saoudite, ont souvent adopté des points de vue différents sur les révolutions arabes, ces derniers ne voyant pas d un très bon œil la rhétorique de l administration américaine en faveur de la démocratie. Ils sont néanmoins convenus du fait qu une transition politique devrait avoir lieu en Syrie, au Yémen et en Libye. Les pays du Golfe, les États-Unis et la plupart des puissances européennes ont déclaré d une voix unanime qu Assad avait perdu sa légitimité et qu il devait se retirer. Mais le golfe Persique et l Occident n accordent pas le même degré de priorité à cet objectif et divergent sur les moyens d y parvenir (voir plus bas). La rivalité entre les principaux défenseurs de l opposition dans la région n a fait que compliquer la situation, avec l Arabie saoudite et la Jordanie d un côté, le Qatar et la Turquie de l autre. Ces pays, qui officiellement soutiennent la Coalition nationale syrienne (CNS), ont donné leur appui à différents éléments de l opposition. La compétition qu ils se livrent a creusé les fissures qui divisaient déjà certains groupes des forces rebelles. L opposition syrienne est naturellement fragmentée ; il s agit d un mouvement peu structuré et décentralisé qui est apparu à divers endroits du pays pour se dresser contre un État très centralisé, et ses motivations idéologiques, politiques et économiques sont assez disparates. La communauté internationale a tenté d unifier, souvent de loin, ce mouvement extrêmement hétérogène et localisé, mais ces efforts se sont avérés peu fructueux. Du fait de cette fragmentation, l opposition se retrouve désavantagée dans les négociations internationales, comme ce fut le cas lors des discussions présidées par l émissaire de l ONU Lakhdar Brahimi, à Genève, en Cette conférence a été boycottée par plusieurs factions de l opposition (principalement islamistes), tandis que les groupes armés en ont été exclus, à l exception de l Armée syrienne libre (ASL). Pour les pays occidentaux, ces groupes armés à tendance islamiste sont en effet inacceptables ; il n empêche que ces derniers détiennent un important pouvoir sur le terrain. Lors de ces négociations, qui ont débouché sur de maigres avancées, la délégation de la CNS a affronté les représentants d un gouvernement qui, bien qu ayant perdu le contrôle de vastes territoires, a su maintenir une relative cohésion parmi ses hauts fonctionnaires. Les difficultés à représenter l opposition de manière efficace sont récurrentes, ce qui laisse penser que la meilleure solution pour tâcher de mettre fin au conflit serait que les acteurs externes parviennent à un accord dans le cadre des discussions internationales. (Bien que les États-Unis aient incité Brahimi à retirer l invitation faite à l Iran aux conférences de paix, le dialogue avec ce pays se poursuit par le biais de citoyens iraniens n appartenant pas officiellement au régime.) Pour assurer le succès de cette démarche, en parallèle, les acteurs locaux devraient signer un ou plusieurs accords, dont des cessez-le-feu. Annuaire IEMed. de la Méditerranée

3 Annuaire IEMed. de la Méditerranée Cependant, à l heure où nous écrivons ces lignes, le gouvernement syrien semble miser sur ses chances de pouvoir gagner la guerre civile sur le plan militaire. Le fait qu il ait accepté de s asseoir à la table des négociations ne donne pas vraiment l impression qu il ait besoin d un quelconque compromis politique pour éviter une défaite ou une impasse militaires. Au contraire, cette attitude semble indiquer qu il se trouve en position de force sur le terrain et qu il serait en mesure de négocier un accord permettant de diminuer la pression internationale qui pèse sur lui. Lors des discussions, les représentants du gouvernement ont proposé une amélioration de l accès humanitaire comme s il s agissait d une monnaie d échange, plutôt que des concessions politiques. En mai 2014, les dialogues officieux ont pris le pas sur les discussions officielles. Pendant ce temps, la violence sur le terrain n a cessé d augmenter. Les États-Unis se prononcent contre une intervention militaire En août 2013, à la lumière des rapports confirmant l utilisation d armes chimiques en Syrie, le gouvernement américain a envisagé de réaliser des frappes aériennes limitées sur des cibles du régime syrien, au motif que celui-ci aurait franchi ce que le président Barack Obama avait qualifié de «ligne rouge». Cette mesure punitive avait aussi une dimension préventive, destinée à empêcher d autres violations du droit international. Les dirigeants britanniques et français se sont montrés disposés à rejoindre les États-Unis. Parallèlement, alors que Washington demandait officiellement le départ d Assad, les hauts gradés de l armée américaine se sont prononcés contre l idée d une intervention militaire visant à renverser le président syrien. Le chef d état-major des armées, le général Martin Dempsey, a en effet affirmé qu il ne pensait pas que les forces de l opposition syrienne soutiendraient les intérêts des États- Unis en cas de victoire. Obama a insisté sur le fait que ces frappes seraient strictement limitées et qu elles n auraient pas pour but de renverser le régime, évoquant plutôt «un coup de semonce». Il a été signalé à plusieurs reprises qu Israël aurait mené des frappes aériennes ciblées en Syrie afin d empêcher d éventuels transferts d armes à destination du Hezbollah, mais ni la Syrie ni Israël n ont reconnu publiquement ces faits ; et la Syrie n a pas lancé de représailles contre l État hébreu. Cependant, si les États-Unis procédaient à des frappes en l annonçant de façon officielle, le scénario serait probablement différent. Il était aussi prévu qu Obama demande l autorisation du Congrès avant d entreprendre toute action militaire. Or, il n était pas certain que le Capitole donne son aval : d une part, le fait de s engager dans un nouveau conflit au Moyen-Orient risquait d engendrer un sentiment d impopularité ; d autre part, Obama avait fait campagne pour le retrait des troupes américaines d Irak et d Afghanistan en vue de l élection présidentielle. Pendant que le monde entier attendait que les membres du Congrès reviennent de leurs congés d été, le Parlement britannique s est opposé à ce que le Premier ministre David Cameron engage le Royaume-Uni aux côtés des États-Unis dans des frappes militaires en Syrie. Au cours des débats, les députés ont fait plusieurs fois allusion à la guerre en Irak de 2003, et plus d un ont commis un lapsus pour le moins révélateur en prononçant le nom de «Saddam» au lieu de «Assad». Entretemps, la Russie a offert aux États-Unis l occasion d aborder la question des armes chimiques et d éviter une action militaire sans perdre entièrement la face, en proposant de négocier un accord par lequel Assad accepterait le démantèlement de l arsenal chimique de la Syrie sous la supervision de l ONU. Les États-Unis ont saisi cette opportunité. Le pays a non seulement abandonné l idée d une intervention militaire, mais a accepté, de fait, que le gouvernement syrien se maintienne au pouvoir, du moins à court terme, en tant que principal intermédiaire appelé à superviser le démantèlement des armes chimiques. Depuis septembre 2013, les grandes puissances occidentales soutenant l opposition syrienne à savoir les États-Unis, le Royaume-Uni et la France se sont attachées à rechercher une solution diplomatique et à intensifier l aide humanitaire, tout en continuant à épauler la CNS et l ASL. Les États-Unis fournissent des armes à l ASL en quantités limitées. En revanche, les élus de Westminster ont défendu au gouvernement britannique de livrer des armes mortelles. De façon ironique, après avoir été vertement critiqués par leurs alliés pour leur intervention en Irak, les États-Unis se retrouvent dans une position inhabituelle, puisque les pays du Golfe leur reprochent à

4 présent de ne pas être intervenus militairement en Syrie. L Arabie saoudite, en particulier, s est sentie d autant plus trahie que son ministre des affaires étrangères, le prince Saoud al-faysal bin Abdel-Aziz Al Saoud, s était publiquement montré favorable à d éventuelles frappes aériennes de l armée américaine, une démarche peu commune et susceptible de déclencher une polémique dans la région. En octobre, les dirigeants du royaume semblaient tellement piqués au vif qu ils ont refusé un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité de l ONU, invoquant, entre autres motifs, l incapacité de l ONU à résoudre le conflit syrien. Le même mois, le prince Bandar bin Sultan bin Abdel-Aziz Al Saoud, qui était alors chef du service des renseignements et qui avait occupé pendant près de 20 ans le poste d ambassadeur de l Arabie saoudite à Washington, a déclaré que ce refus était un message adressé aux Américains, et non à l ONU, et que son pays s éloignerait des États-Unis pour se tourner vers d autres alliés, sans préciser lesquels. Quant aux grandes puissances émergentes, aucune n a manifesté la moindre envie d intervenir militairement en Syrie. Dans la guerre froide irano-saoudienne, les pays comme la Chine, l Inde et le Brésil optent généralement pour le non-alignement, plutôt que de se présenter à l Arabie saoudite comme des alliés de poids face à l Iran. Le royaume a affirmé qu il travaillerait de façon plus étroite avec la France et la Jordanie. Il a souligné son affinité avec la France, partisane d une action militaire, à travers une diplomatie fondée sur le commerce des armes ; l Arabie saoudite a en effet acheté 142 hélicoptères français et a fait don au Liban de 3 milliards de dollars pour que le pays équipe son armée en utilisant du matériel français. Cependant, si la France s était dite en faveur des frappes aériennes sur la Syrie, ces propos étaient purement théoriques, puisqu elle n aurait agi que de concert avec les États-Unis. Finalement, la question n a jamais été débattue à l Assemblée nationale. Il paraît peu probable que les États-Unis ou d autres pays occidentaux envisagent de nouveau une action militaire. Cette décision risquerait en effet d être impopulaire, dans la mesure où les budgets des États sont soumis à de fortes restrictions et qu une grande partie de l opinion publique doute qu une intervention militaire puisse améliorer le sort de la Syrie. En outre, l Occident s inquiète d une opinion qui tend à se généraliser, selon laquelle l opposition syrienne serait de plus en plus dominée par des djihadistes antioccidentaux. Si au départ ces propos pouvaient passer pour une affabulation, ils pourraient bel et bien se transformer en prophétie. C est pourquoi les autorités, dont le général Dempsey, se méfient d un changement de régime. Les pays occidentaux sont aussi de plus en plus réticents à l idée d envoyer leurs soldats combattre en Syrie, redoutant le contrecoup que cette décision pourrait engendrer. Or, le gouvernement syrien sait comment exploiter ces craintes ; avant que les députés britanniques ne se prononcent sur une intervention militaire en Syrie, le président du Parlement syrien leur avait écrit une lettre dans laquelle il présentait son État comme un partisan de la guerre internationale contre le terrorisme. Le rôle de la Russie Les États-Unis et l Europe ont cherché à coopérer avec la Russie afin de proposer une solution diplomatique à la crise en Syrie. L accord international visant à démanteler le stock d armes chimiques de la Syrie, dont le régime a nié l existence pendant des années, est considéré comme une avancée majeure qu ils espèrent consolider. Toutefois, ce processus de démantèlement est loin d être achevé et, pour l heure, on ne saurait parler de succès. L émissaire de l ONU, Brahimi, s est efforcé de réunir le gouvernement syrien et une partie de l opposition dans le cadre de plusieurs conférences de paix à Genève. Les États-Unis, l UE et la Russie ont appuyé sa démarche. Cependant, ces discussions ont piétiné et ont débouché sur des négociations plus discrètes et moins officielles. Sur le terrain, la violence s est intensifiée, puisqu à présent, le gouvernement syrien déploie son aviation pour bom- La crise politique qui secoue l Ukraine depuis avril 2014 a fortement aiguisé les tensions entre les États-Unis et la Russie, ce qui semble assombrir les perspectives d une coopération sur le dossier syrien Annuaire IEMed. de la Méditerranée

5 Annuaire IEMed. de la Méditerranée barder les zones détenues par l opposition, en utilisant des barils d explosifs. La crise politique qui secoue l Ukraine depuis avril 2014 a fortement aiguisé les tensions entre les États-Unis et la Russie, ce qui semble assombrir les perspectives d une coopération sur le dossier syrien. Plusieurs commentateurs politiques russes qui, dans un premier temps, avaient reproché à Poutine de soutenir un paria international, approuvent aujourd hui sa politique, décelant dans les forces de l opposition une domination des djihadistes. Les États arabes pro-occidentaux éprouvent un tel sentiment de frustration à l égard des États-Unis que la Russie, après avoir déclenché leur colère en soutenant Assad, regagne du terrain sur le plan diplomatique. En offrant son soutien à l une des principales parties impliquées dans ce conflit, Moscou est désormais perçu comme un acteur dont on ne saurait se passer pour rétablir la paix. Certains pays arabes ont fait savoir qu ils aimeraient se voir soutenus par les États-Unis autant qu Assad l est par la Russie. L Égypte, quant à elle, a entamé des discussions avec le Kremlin portant sur l éventuel achat d avions de chasse russes, après que les États-Unis ont suspendu une partie de l aide militaire qu elle lui destinait, à la suite du coup d État contre Mohamed Morsi, en Par ailleurs, on évoque de plus en plus le besoin pour les pays arabes de compter davantage sur leurs propres ressources en matière de sécurité régionale. La Syrie, un allié important pour l Iran En 2013 et au premier semestre 2014, l Iran a renforcé son soutien envers Assad et son régime. Le pays a reconnu avoir envoyé en Syrie ses Gardiens de la révolution dans le but de former une nouvelle milice prorégime. Les autorités iraniennes ont justifié cette action en prétendant qu il leur fallait à tout prix combattre Al-Qaida en Syrie pour ne pas avoir à lutter plus tard contre le réseau terroriste sur leur propre territoire. Le Hezbollah, allié de l Iran, a lui aussi fait une entrée remarquée dans le conflit syrien. Les principaux intérêts de l Iran en Syrie sont plus d ordre géopolitique qu idéologique ; l idéologie de la République islamique est très différente de celle de l État laïc syrien, mais les deux pays sont depuis longtemps liés, aux côtés du Hamas et du Hezbollah, par un prétendu «axe de résistance» contre les intérêts américains et israéliens dans la région. Certains affirment même que leurs divergences idéologiques ont contribué à maintenir leur alliance, étant donné qu ils ne luttent pas pour le même pouvoir, contrairement à l Iran et à l Arabie saoudite, qui revendiquent tous deux leur leadership et leur légitimité islamiques, quoique de manières radicalement différentes 1. Traditionnellement, le principal intérêt de l Iran en Syrie consiste à conserver un passage terrestre vers le Liban afin d approvisionner le Hezbollah en armes. Dans l actuel conflit, la Syrie est aussi devenue un enjeu essentiel des rivalités qui opposent l Iran à l Arabie saoudite. L Iran craint en effet qu une chute du régime syrien ne galvanise ses opposants au point que ces derniers tentent de renverser le gouvernement irakien de Nouri al-maliki, allié de Téhéran. Les principaux intérêts de l Iran en Syrie sont plus d ordre géopolitique qu idéologique ; les deux pays sont depuis longtemps liés, aux côtés du Hamas et du Hezbollah, par un prétendu «axe de résistance» contre les intérêts américains et israéliens dans la région 1 Jubin Goodarzi, Syria and Iran: Diplomatic Alliance and Power Politics in the Middle East, IB Tauris, En conséquence, l Iran a constamment soutenu le gouvernement syrien dans sa violente répression de la révolte. Le seul soupçon de critique a été émis par le président Rouhani, qui a condamné le recours aux armes chimiques, sans toutefois attribuer ce fait au régime en place. Cette politique s avère coûteuse pour l Iran, qui constitue une communauté ethnique et religieuse minoritaire au Moyen-Orient et qui a pour coutume d utiliser les causes panislamiques et anti-impérialistes, telles que la question de la Palestine, pour s attirer des sympathisants au-delà de la sphère chiite. En 2011, Téhéran décrivait les soulèvements des populations arabes comme des révolutions islamiques d inspiration iranienne et a fait un

6 pas vers les Frères musulmans. Dans le dossier syrien, en revanche, la politique menée par l Iran a sapé tous ces efforts et provoqué une rupture avec le Hamas, tandis qu Assad et le Hezbollah, ses alliés, se sont retrouvés isolés sur le plan international. Cependant, l Iran a renforcé son pouvoir de séduction vis-à-vis de l électorat chiite, pour qui Assad apparaît généralement comme «le moindre des deux maux», comparé aux groupes djihadistes soutenus par les pays du Golfe (la communauté internationale considère désormais que ces groupes sont majoritaires au sein de l opposition syrienne, bien que ce point de vue manque de fondements). La Turquie et le golfe Persique Il existe une tendance croissante à voir dans la guerre civile syrienne une nouvelle manifestation de la lutte qui oppose depuis des siècles sunnites et chiites, une lecture excessivement simpliste qui ne tient pas compte des facteurs géopolitiques et socioéconomiques à l origine de cette révolte. Les tenants de cette théorie affirment ainsi que des motivations d ordre religieux pousseraient la Turquie et les États du Golfe à s opposer à un régime alaouite allié à l Iran chiite. La question identitaire joue certainement un rôle dans ce conflit, où l on ne lésine guère sur la rhétorique religieuse. Mais cette explication fondée sur les rivalités confessionnelles se heurte à plusieurs contradictions : avant 2011, la Syrie et le gouvernement turc de Recep Tayyip Erdogan ont tâché d apaiser les tensions aux frontières des deux pays en créant une zone de libre-échange et en autorisant des déplacements sans visa ; au cours de la précédente décennie, l Arabie saoudite a tendu plusieurs fois la main à la Syrie dans l espoir de la détourner de l Iran, en faisant valoir leur identité arabe commune, ainsi que des avantages financiers et commerciaux ; avant 2011, le Qatar avait des rapports cordiaux avec la famille Assad et a réalisé d importants investissements en Syrie. Ces trois pays ont rectifié leur position quelques mois après le début des troubles, non pas lors des premières vagues de violence déclenchées par l État syrien, mais lorsqu Assad a manqué aux engagements qu il avait pris auprès de leurs dirigeants respectifs, qui avaient chacun tenté de conclure un arrangement personnel pour résoudre cette crise. Ankara reproche également à Assad d avoir fomenté de violentes agitations au sein de la communauté kurde de Turquie. Pendant ce temps, Erdogan a cherché à redéfinir les relations de la Turquie avec les Kurdes de la région, principalement en faisant de son pays un partenaire économique essentiel du gouvernement régional du Kurdistan irakien. De façon plus timide (s agissant d un dossier sujet à controverse), il a tenté de trouver un compromis avec le PKK, un groupe armé kurde dont le chef, Abdullah Öcalan, est incarcéré. En 2013, il s est avéré que ce dernier était en pourparlers avec le gouvernement turc. Dans ce contexte, Ankara a essayé de maîtriser l impact de l autonomie croissante des communautés kurdes de Syrie, eu égard aux aspirations plus ambitieuses du peuple kurde, sans les considérer pour autant comme une menace majeure vis-à-vis de l intégrité de la Turquie. En revanche, au niveau national, les opposants à Erdogan prétendent que sa politique à l égard de la Syrie et des Kurdes menacent la sécurité de la Turquie. Le Qatar et la Turquie de plus en plus méfiants de l Arabie saoudite, qui a soutenu le coup d État contre Morsi ont tendu la main vers le nouveau gouvernement iranien et ont manifesté leur espoir de pouvoir collaborer Entre la Turquie, le Qatar et l Arabie saoudite, cette dernière est la plus déterminée à contrer la présence iranienne en Syrie. D après l entourage du roi, celui-ci s est dit horrifié par la violence des combats qui déchirent la Syrie, tandis que le ministre des affaires étrangères parle de «génocide» dans un pays sous «occupation» iranienne. Cependant, il semblerait que tous les acteurs politiques du pays n envisagent pas les mêmes méthodes pour remédier à cette situation. Le ministre des affaires étrangères a participé au groupe «London 11», qui a réuni les ministres des affaires étrangères de plusieurs pays, lesquels ont réitéré leur soutien à la CNS. En revanche, le service des renseignements aurait soutenu des groupes de militants à tendance plus islamiste, accordant ainsi la priorité à la lutte d influences contre l Iran au dé- Annuaire IEMed. de la Méditerranée

7 Annuaire IEMed. de la Méditerranée triment des risques de contrecoup qui inquiètent le ministre de l intérieur saoudien. Cette situation pourrait évoluer après le départ du chef des renseignements, le prince Bandar, en Dans un premier temps, le Qatar était l un des plus fervents défenseurs de l opposition, mais en 2013, le pays a opéré un certain recul devant l enlisement des forces rebelles et après l arrivée au pouvoir d un nouvel émir, le cheikh Tamim ben Hamad al-thani, qui aurait tout d abord consacré ses efforts à renforcer sa position sur le plan national. Si le Qatar a déclaré être en désaccord avec l Iran sur le conflit syrien, il ne considère pas Téhéran comme un ennemi. À la fin de l année 2013, le Qatar et la Turquie de plus en plus méfiants de l Arabie saoudite, qui a soutenu le coup d État contre leur allié égyptien Mohamed Morsi ont tendu la main vers le nouveau gouvernement iranien et ont manifesté leur espoir de pouvoir collaborer en vue d apaiser les tensions confessionnelles dans la région. L Irak, le Liban et la Jordanie Le conflit syrien a aggravé les problèmes politiques et socioéconomiques qui pesaient déjà sur les voisins arabes de la Syrie. L Irak et le Liban sont les plus touchés ; plusieurs groupes en Syrie se positionnent de plus en plus sur un plan religieux, ce qui a creusé les fissures entre les différentes communautés confessionnelles de ces deux pays. Des combattants libanais et irakiens se trouvent à présent dans les deux camps : le Hezbollah et les milices chiites irakiennes soutiennent le régime Assad (arguant qu il est nécessaire de combattre Al-Qaida et de défendre les lieux saints de Syrie), tandis que les sunnites ont rejoint l opposition. Le conflit s est étendu au Liban, qui est devenu le théâtre de fusillades et de bombardements. Les incidents les plus graves ont eu lieu fin 2013 : une série d attentats a frappé l ambassade d Iran à Beyrouth, et Mohammed Chatah, ancien ministre des Finances et conseiller du Courant du Futur un mouvement antisyrien a été assassiné lors d un attentat à la voiture piégée. Les chefs des principales factions politiques du Liban ont néanmoins tâché d empêcher qu une guerre civile totale n éclate à nouveau sur leur propre territoire. Le pays subit également de lourdes pressions économiques, étant donné que le Liban accueille désormais plus d un million de réfugiés syriens, soit près d un cinquième de la population libanaise. Les représentants jordaniens, irakiens et israéliens s entendent sur une chose : tous ont averti les États- Unis qu Assad ne partirait pas facilement En Irak, la violence a atteint une ampleur inédite depuis Le gouvernement Maliki avait auparavant peu d estime pour Assad, qui avait autorisé des militants sunnites à pénétrer le territoire irakien afin de lutter contre l occupation américaine. À présent, ce même gouvernement considère l opposition syrienne comme une menace considérable et a laissé des militants chiites se rendre en Syrie pour se battre aux côtés du régime, ce qui a créé de profondes divisions en Irak. Mais contrairement au Liban, où le soutien au régime Assad est la principale source des désaccords, en Irak, c est la majorité chiite qui est en proie à des rivalités féroces, puisque les principales factions chiites s opposent à présent aux tentatives de Maliki de former un gouvernement de coalition à la suite des élections législatives de La Jordanie, elle, est parvenue à maintenir l unité au sein de sa population. D une part, elle ne connaît pas les mêmes fissures entre ses différentes communautés religieuses ; d autre part, elle a tâché d adopter une position officielle plus neutre vis-à-vis de la Syrie, bien que certaines sources affirment que le pays sert de terrain d entraînement à des combattants de l opposition syrienne. Les représentants jordaniens, irakiens et israéliens s entendent sur une chose : tous ont averti les États-Unis qu Assad ne partirait pas facilement. Cependant, la présence de milliers de réfugiés syriens pèse sur les ressources économiques de la Jordanie, d autant que plusieurs vagues de réfugiés palestiniens et irakiens les ont précédés. Les coupures d eau et d électricité, notamment, sont de plus en plus fréquentes. Dans le même temps, la crise syrienne a en partie allégé la pression à laquelle était soumise la monarchie face aux troubles politiques et sociaux qui agitaient le pays. Ce conflit est en effet largement perçu (et utilisé) comme un avertissement présageant des conséquences d une éventuelle rébellion.

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

10 Février 2015. Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles

10 Février 2015. Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles ARI ARI 7/2015 10 Février 2015 Moyen-Orient: les alliances en temps de troubles Haizam Amirah-Fernández Analyste principal sur la Méditerranée et le monde arabe au Real Instituto Elcano à Madrid @HaizamAmirah.

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT Service Communication Hôtel de Matignon, le 21 octobre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT Visite en République française de Son Excellence le Premier ministre de l Etat du Koweït, Cheikh Jaber Al Moubarak

Plus en détail

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy.

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy. SOMMET DE L'OTAN Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014 COMPTE RENDU Délégation Youth Diplomacy Programme cadre : Politiques de défense et de sécurité Délégués : Jean-Florian Ciavaldini, Mehdi Lebeaupin

Plus en détail

L Union européenne, la France, la Turquie face à la crise syrienne. Quelles analyses? Quelles initiatives?

L Union européenne, la France, la Turquie face à la crise syrienne. Quelles analyses? Quelles initiatives? C O M P T E - R E N D U L Union européenne, la France, la Turquie face à la crise syrienne. Quelles analyses? Quelles initiatives? COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE-DEBAT ORGANISÉE LE 13 JUIN 2013, PARIS,

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient par webmaster - Jeudi, janvier 27, 2011 http://ses-noailles.fr/2011/01/prepa-sciences-po-les-frontieres-le-proche-orient/ Dans le cadre de la préparation

Plus en détail

.LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS.

.LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS. .LE PROCHE ET LE MOYEN-ORIENT, FOYER DE CONFLITS DEPUIS. Introduction Š Proche-Orient et Moyen-Orient, de quoi parle-t-on? Le Proche-Orient et le Moyen-Orient sont complexes et difficiles à définir. Ils

Plus en détail

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 L essentiel de la carte comprend des états membres de la ligue arabe. Au nord, se trouvent des états non membres, en allant d ouest en est: la Turquie, l Iran et

Plus en détail

en Irak : possibilités et limites

en Irak : possibilités et limites L influence iranienne en Irak : possibilités et limites * Mohammad-Reza Djalili est professeur émérite à l Institut de hautes études internationales et du développement à Genève. Mohammad-Reza Djalili

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Irak : de Babylone. à l État islamique. idées reçues sur une nation complexe. Myriam Benraad

Irak : de Babylone. à l État islamique. idées reçues sur une nation complexe. Myriam Benraad Irak : de Babylone à l État islamique idées reçues sur une nation complexe Myriam Benraad Issues de la tradition ou de l air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Sujet 2 : Introduction : Définir l espace géographique qui constitue le M-O est une difficulté car cette notion ne recoupe pas les mêmes espaces lorsque l on utilise

Plus en détail

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel»

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Introduction : Au début des années 90, la Guerre Froide se termine avec l éclatement de l URSS. Un monde unipolaire, dominé par les États-Unis, accouche d un

Plus en détail

2015/09. L Afghanistan un champ stratégique pour l État islamique. par Mohammad Ismail JAVID. Analyses & Études. Siréas asbl

2015/09. L Afghanistan un champ stratégique pour l État islamique. par Mohammad Ismail JAVID. Analyses & Études. Siréas asbl 2015/09 L Afghanistan un champ stratégique pour l État islamique par Mohammad Ismail JAVID Analyses & Études 1 Politique Politique internationale internationale Siréas asbl Nos analyses et études, publiées

Plus en détail

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale Term L, histoire-géographie LMA, 2012-2013 Thème 3 Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours Question 2 Un foyer de conflits Cours Le Proche et le Moyen-Orient,

Plus en détail

Menace terroriste pour le Canada

Menace terroriste pour le Canada RAPPORT PUBLIC DE 2013 SUR LA Menace terroriste pour le Canada BÂTIR UN CANADA SÉCURITAIRE ET RÉSILIENT Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013 No de cat. : PS4-183/2013F-PDF ISBN : 978-0-660-20958-6

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

Fausse route. La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques. Résumé

Fausse route. La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques. Résumé Fausse route La confiance dangereuse du Royaume-Uni en les assurances diplomatiques Résumé Ces dernières années, le gouvernement britannique a tenté d expulser plusieurs personnes soupçonnées d activités

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723 Nations Unies S/2005/723 Conseil de sécurité Distr. générale 17 novembre 2005 Français Original: anglais Lettre datée du 16 novembre 2005, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant

Plus en détail

Les mutations du Moyen-Orient en 120 dates clés

Les mutations du Moyen-Orient en 120 dates clés Les mutations du Moyen-Orient en 120 dates clés (juillet 2011- mai 2012) Par Romain Aby, doctorant à l Institut Français de Géopolitique (IFG) 1. Le Moyen-Orient a connu, durant les douze derniers mois,

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

LES CONSÉQUENCES DE LA GUERRE D IRAQ SUR LE MARCHÉ DU PÉTROLE

LES CONSÉQUENCES DE LA GUERRE D IRAQ SUR LE MARCHÉ DU PÉTROLE LES CONSÉQUENCES DE LA GUERRE D IRAQ SUR LE MARCHÉ DU PÉTROLE par Jacques PERCEBOIS (*) Le pétrole représente près de 40 % de la consommation mondiale d énergie et il devrait satisfaire encore 35 % de

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946

17 avril 1946 Proclamation d'indépendance de la Syrie. 17 avril 1946 Cinq ans après avoir obtenu son indépendance des Forces françaises libres, en 1941, la Syrie se soustrait de la tutelle française. Ses dirigeants proclament l'indépendance le 17 avril 1946 alors que les

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Investment Newsletter LES POINTS CLÉS DE L ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN. 23 Juillet 2015

Investment Newsletter LES POINTS CLÉS DE L ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN. 23 Juillet 2015 LES POINTS CLÉS DE L ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN Les grandes puissances mondiales (les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l ONU plus l Allemagne) et l Iran ont conclu, le 14 juillet

Plus en détail

L AMERIQUE DE BARACK OBAMA A L AUNE DE LA MULTIPOLARITE

L AMERIQUE DE BARACK OBAMA A L AUNE DE LA MULTIPOLARITE L AMERIQUE DE BARACK OBAMA A L AUNE DE LA MULTIPOLARITE Alexandra de Hoop Scheffer De son discours d investiture du 20 janvier 2009 à l esquisse d une «diplomatie des sommets», de Londres à Ankara (31

Plus en détail

Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale

Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 16 février 2015 Chapitre 6 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale Table des matières 1 Le

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR À L IRIS

Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR À L IRIS Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR À L IRIS MAI 2012 Iran : ce qu il faut avoir en tête lors des futures négociations THIERRY COVILLE / CHERCHEUR

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

Le deuxième semestre 2013 restera marqué par la stabilité des

Le deuxième semestre 2013 restera marqué par la stabilité des FICHE PAYS PÉTROLE : UNE STABILITÉ DURABLE Département analyse et prévision Le deuxième semestre 2013 restera marqué par la stabilité des prix autour de 110 dollars le baril de Brent. Ce maintien à des

Plus en détail

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours?

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours? Fait du jour : Bonne entente entre Washington et Paris Exercices 1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous Qui fait un discours? Qui reçoit-il? François Hollande François

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Quelle politique de sanctions face à la prolifération?

Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Bruno Gruselle, Chargé de recherche (28 juin 2007) L utilisation de sanctions économiques s est largement développée au cours des années 1990, comme

Plus en détail

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Giorgia Giovannetti Directrice du volet «Développement» du Programme de gouvernance mondiale Centre d études Robert Schuman Institut universitaire

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Partenaires du Transatlantic Trends 2005

Partenaires du Transatlantic Trends 2005 Conclusions Clés 2005 Partenaires du Transatlantic Trends 2005 1985 2005 Méthodologie : TNS Opinion & Social a été chargé de conduire l enquête par le biais d entretiens téléphoniques assistés par ordinateur

Plus en détail

Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme au Centre d'etudes Spéciales (CES)

Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme au Centre d'etudes Spéciales (CES) 15 décembre 2008 Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme au Centre d'etudes Spéciales (CES) Emissions sur les chaînes de télévision Al- Manar du Hezbollah et Al-Aqsa du Hamas : des

Plus en détail

OU VA LE MONDE ARABE? (IV)

OU VA LE MONDE ARABE? (IV) OU VA LE MONDE ARABE? (IV) Par Me Maurice Buttin, avocat honoraire. Président du Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient Mon analyse de la situation en décembre 2013 concluait par ces

Plus en détail

Le refoulement forcé et le droit international humanitaire

Le refoulement forcé et le droit international humanitaire Le refoulement forcé et le droit international humanitaire (L Arabie Saoudite comme exemple) Fadhil Abdul Zahra Al Gharrawi Militant des droits del homme en Irak Introduction La question des refoulements

Plus en détail

L État islamique en Irak et au Levant est une organisation fondamentaliste. Il

L État islamique en Irak et au Levant est une organisation fondamentaliste. Il L État islamique : état des lieux TRIBUNE n 597 Joseph Hokayem Journaliste et chercheur en géostratégie et affaires militaires. L État islamique en Irak et au Levant est une organisation fondamentaliste.

Plus en détail

Etat islamique, intégrismes, régimes despotiques au Moyen-Orient : les enfants monstrueux de l impérialisme. Quelles perspectives pour les peuples?

Etat islamique, intégrismes, régimes despotiques au Moyen-Orient : les enfants monstrueux de l impérialisme. Quelles perspectives pour les peuples? Etat islamique, intégrismes, régimes despotiques au Moyen-Orient : les enfants monstrueux de l impérialisme. Quelles perspectives pour les peuples? Exposé introductif pour une réunion débat du NPA 33,

Plus en détail

Thème 2: Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945

Thème 2: Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945 Thème 2: Grandes puissances et conflits dans le monde depuis 1945 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale M.Brossaud & M.Gross AEFE Asie Pacifique

Plus en détail

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.»

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» «Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» Les Turcs, les Persans et autres Arabes musulmans (...) Extrait de lettre de lecteur au journal Le Monde À cette idée reçue, il faut opposer d emblée

Plus en détail

Les États-Unis et l Afghanistan

Les États-Unis et l Afghanistan Les États-Unis et l Afghanistan Zalmaï HAQUANI Professeur à l université de Caen, ancien ambassadeur d Afghanistan en France Les relations entre les États-Unis et l Afghanistan entrent dans une nouvelle

Plus en détail

LA TURQUIE VUE DU MONDE ARABE : ENTRE ATTRACTION ET MEFIANCE

LA TURQUIE VUE DU MONDE ARABE : ENTRE ATTRACTION ET MEFIANCE OBSERVATOIRE DE LA TURQUIE ET DE SON ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE LA TURQUIE VUE DU MONDE ARABE : ENTRE ATTRACTION ET MEFIANCE 20 NOVEMBRE 2012, PARIS AUTOUR DE HICHAM MOURAD Rédacteur en chef d'al-ahram

Plus en détail

Le monde islamique et l Occident

Le monde islamique et l Occident Rapport des présidents sur la réunion du groupe d experts de haut niveau Le monde islamique et l Occident par Ingvar Carlsson, coprésident et Abdelsalam Majali, president du comité d organisation 27-28

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

HISTOIRE. Option Lettres et sciences humaines. Epreuve ENS Ulm (A/L B/L)

HISTOIRE. Option Lettres et sciences humaines. Epreuve ENS Ulm (A/L B/L) HISTOIRE Epreuve ENS Ulm (A/L B/L) (Epreuve conçue et réalisée par l ESCP-EAP) Sujet : Le Moyen-Orient dans la politique étrangère des grandes puissances entre 1918 et la guerre du Golfe. Le sujet au libellé

Plus en détail

Les notes. La mobilité des étudiants du Moyen-Orient. Avant-propos CAMPUS FRANCE. HS n 10. Octobre 2014

Les notes. La mobilité des étudiants du Moyen-Orient. Avant-propos CAMPUS FRANCE. HS n 10. Octobre 2014 HS n 10 CAMPUS FRANCE Les notes Octobre 2014 La mobilité des étudiants du Moyen-Orient La Note Campus France Hors-Série n 10, consacrée à la mobilité des étudiants du Moyen-Orient, actualise la précédente

Plus en détail

LES MICRO SIMULATIONS ONU

LES MICRO SIMULATIONS ONU LES MICRO SIMULATIONS ONU LES OBJECTIFS DE LA MICRO SIMULATION ONU - Se familiariser avec les règles de procédure qu il sera nécessaire de maîtriser lors de l exercice final : LA SIMULATION ONU DU 15 MAI

Plus en détail

LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA

LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA Publié le 10 mai, 2013 par Sentinelle LE MYSTÈRE DE LA VISITE EN ISRAËL DU PRÉSIDENT OBAMA Par Gerald Flurry Mai/juin 2013 Lors de la récente visite historique du président, beaucoup de personnes ont été

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

«Le jihadisme» et «Sécurité Intérieure»

«Le jihadisme» et «Sécurité Intérieure» «Le jihadisme» et «Sécurité Intérieure» L Etat Islamique (E.I.) ou Daesh en arabe, est une sémantique inventée par la diplomatie française et reprise par l ONU afin de ne pas inquiéter, outre mesure les

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

les services de renseignement évolution et actions et de sécurité en syrie roger tebib

les services de renseignement évolution et actions et de sécurité en syrie roger tebib roger tebib Professeur des Universités (sociologie). Il est auditeur à l Institut des Hautes Études de Défense Nationale, président de la section Champagne-Ardenne du Haut Comité Français pour la Défense

Plus en détail

L'analyse des médias et son application dans l'entreprise

L'analyse des médias et son application dans l'entreprise L'analyse des médias et son application dans l'entreprise par Jairo Lugo-Ocando Page 1 sur 7 Table des matières 1) Biographie du conférencier...3 2) Ouverture internationale...3 a) Analyse des médias...3

Plus en détail

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale

Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre Mondiale Manuels de référence pour les documents : -Terminale L-ES. HATIER 2012. Bourel et Chevallier - Terminale

Plus en détail

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM)

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM) Club de Réflexion sur le Mali (CRM) En collaboration avec Enda Tiers Monde et Institut Panafricain de Stratégies (IPS) Organise le Forum sur la crise malienne et ses répercussions sur la stabilité, la

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES

PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES PERSPECTIVES GÉOPOLITIQUES AMÉRICAINES ET MONDIALES Association des économistes québécois Québec, le 16 janvier 2014 Pierre Fournier, Analyste géopolitique 1 États-Unis : Surperformance économique durable,

Plus en détail

Le printemps syrien : enjeux et perspectives

Le printemps syrien : enjeux et perspectives po Mohammed Fadhel TROUDI Docteur en Droit international, Enseignant-chercheur associé à l Académie de Géopolitique de Paris. Directeur du Pôle Méditerranée (MENA) de l Observatoire de la Mer noire, du

Plus en détail

La puissance des Etats-Unis d Amérique

La puissance des Etats-Unis d Amérique La puissance des Etats-Unis d Amérique Sur quoi est fondée la réussite de la première puissance mondiale et comment le pays parvient-il à surmonter les difficultés et les agressions extérieures? Sommaire

Plus en détail

Voyage au Liban parmi les réfugiés syriens, 29.04. - 02.05. 2015

Voyage au Liban parmi les réfugiés syriens, 29.04. - 02.05. 2015 Voyage au Liban parmi les réfugiés syriens, 29.04. - 02.05. 2015 Délégation PDC/PEV du Conseil National en mission d investigation de la politique des réfugiés au Liban: Elisabeth Schneider- Schneiter,

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

FEU SUR LES MESSAGERS

FEU SUR LES MESSAGERS FEU SUR LES MESSAGERS LES JOURNALISTES PRIS POUR CIBLE PAR TOUTES LES PARTIES EN SYRIE EXTRAITS 2 Feu sur les messagers Les journalistes pris pour cibles par toutes les parties en Syrie 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Question 2 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale

Question 2 Le Proche et le Moyen-Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la Première Guerre mondiale Terminales ES-L /Histoire Regards historiques sur le monde actuel Thème 3 - Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours Question 2 Le Proche et le Moyen-Orient,

Plus en détail

Le tableau de bord politique Paris Match - Ifop

Le tableau de bord politique Paris Match - Ifop Le tableau de bord politique Paris Match - Ifop Juillet 2008 LEVEE DE L EMBARGO LE LUNDI 7 JUILLET 2008 A 18H30 Parution dans Paris Match le mercredi 9 juillet 2008 Note méthodologique Étude réalisée par

Plus en détail

Quelles sont les principales sources de financement de l État islamique?

Quelles sont les principales sources de financement de l État islamique? Quelles sont les principales sources de financement de l État islamique? 8 janvier 2015 Si, depuis plusieurs mois, le groupe État islamique choque le monde par ses terribles exactions dans les régions

Plus en détail

EADS contribue-t-il à l émergence d une identité européenne?

EADS contribue-t-il à l émergence d une identité européenne? EADS contribue-t-il à l émergence d une identité européenne? SA et NZ * Janvier 2005 : l A380, le plus gros avion civil du monde et vaisseau amiral d Airbus, est présenté pour la première fois au public.

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES DES CHRÉTIENS D ORIENT

COMPRENDRE LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES DES CHRÉTIENS D ORIENT OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX GÉOPOLITIQUES DES CHRÉTIENS D ORIENT ENTRETIEN AVEC JEAN-FRANÇOIS COLOSIMO Historien des religions, essayiste et philosophe, enseignant à l

Plus en détail

12. Questions relatives à Haïti

12. Questions relatives à Haïti 12. Questions relatives à Haïti Débats initiaux A. Lettre datée du 30 septembre 1991, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant permanent d Haïti auprès de l Organisation des Nations

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

LA «GUERRE DES TANKERS» ENTRE L IRAN ET L IRAK : UNE GUERRE IRRÉGULIÈRE?

LA «GUERRE DES TANKERS» ENTRE L IRAN ET L IRAK : UNE GUERRE IRRÉGULIÈRE? LA «GUERRE DES TANKERS» ENTRE L IRAN ET L IRAK : UNE GUERRE IRRÉGULIÈRE? Lieutenant de vaisseau Laurent Suteau Messieurs les Officiers généraux, Messieurs les Officiers, Mesdames, Messieurs, Entre 1980

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

Recherche de solutions durables

Recherche de solutions durables L un des principaux objectifs de la protection internationale est la recherche de solutions au sort des réfugiés. Pourtant, des millions de réfugiés à travers le monde s enlisent dans des situations d

Plus en détail

23. La situation au Moyen-Orient

23. La situation au Moyen-Orient Répertoire de la pratique du Conseil de sécurité par le Conseil de sécurité au titre du point intitulé «La situation entre l Iraq et le Koweït». Toutefois, les actions des forces de la coalition, par leur

Plus en détail

Hezbollah et Israël : aux sources du conflit PAR GEORGES CORM

Hezbollah et Israël : aux sources du conflit PAR GEORGES CORM Hezbollah et Israël : aux sources du conflit PAR GEORGES CORM La crise actuelle qui a entraîné le Liban à nouveau dans un cycle de violences et de destructions peu communes ne peut se comprendre que si

Plus en détail

ATELIER DE REFLEXION 1 PROMOUVOIR LA LIBERTE D EXPRESSION

ATELIER DE REFLEXION 1 PROMOUVOIR LA LIBERTE D EXPRESSION ATELIER DE REFLEXION 1 PROMOUVOIR LA LIBERTE D EXPRESSION LA QUESTION DE LA LIBERTE D EXPRESSION DANS UN CONTEXTE PARTICULIER La promotion de la liberté d expression n est pas un sujet nouveau pour l Institut

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Contenu de la présentation

Contenu de la présentation Les restrictions commerciales imposées aux exportateurs pour des raisons de non-prolifération: les fondements Pr. Quentin MICHEL qmichel@ulg.ac.be Contenu de la présentation - Pourquoi la non-prolifération

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Au milieu de l année 2012, un journaliste français venait trouver l auteur de ces lignes

Au milieu de l année 2012, un journaliste français venait trouver l auteur de ces lignes La Russie au Moyen-Orient : une bataille de principes? 330 Au milieu de l année 2012, un journaliste français venait trouver l auteur de ces lignes pour évoquer la position russe sur le conflit syrien.

Plus en détail

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe.

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. 1 1 2 2 Qui est l Union des Femmes Investisseurs Arabes? FICHE D IDENTITÉ L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. Elle a été créée par l Union économique arabe

Plus en détail

DES PAYS SANS ÉTAT. LES ÉTATS FAILLIS (Failed States) ÉTATS FRAGILES

DES PAYS SANS ÉTAT. LES ÉTATS FAILLIS (Failed States) ÉTATS FRAGILES DES PAYS SANS ÉTAT LES ÉTATS FAILLIS (Failed States) ÉTATS FRAGILES I/ Histoire d un terme II/ Les critères III/ Une notion discutée État failli : un danger pour sa population et pour les autres États

Plus en détail

Conséquences démographiques

Conséquences démographiques dossier larevuenouvelle, n 12 / décembre 2007 Conséquences démographiques des deux conflits russo-tchétchènes La Tchétchénie peut être analysée comme l incarnation paroxystique de l effondrement du système

Plus en détail