1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts."

Transcription

1 Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l existant et les «normes» en vigueur dans le pays. Elle doit permettre de définir les zones et secteurs prioritaires de renforcement de l offre. Il faut noter que la classification des lits ne fait pas l'objet d'une définition similaire selon les pays, ce qui rend limite les comparaisons Toutefois, c est surtout l analyse de l utilisation des services qui est intéressante : elle permet de repérer d éventuelles sur ou sous utilisation de structures et donc de voir dans quelle direction il faudrait intervenir sur l activité pour la rendre plus efficiente. Cependant, les raisons d une sous utilisation apparentes peuvent être multiples, par exemple : médiocre qualité des soins, coût élevé de l hospitalisation qui la rend inaccessible à une partie de la population, non notification d un certain nombre d hospitalisation du fait de la défaillance du système d information. 1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts Répartition par niveau : Les Tableau 1et Tableau 2 présentent, en nombre et en pourcentage, la répartition des lits de seconde référence par niveau (centres hospitaliers nationaux ou régionaux) et par localisation (capitale ou régions) dans plusieurs pays de la sous région. Tableau 1 répartition des lits hospitaliers du secteur public par type de structure Pays Nombre d hôpitaux Nombre de lits dans le pays CHN/CHU CHR Total CHN/CHU CHR districts Total Bénin Burkina Cameroun (5) 6641 Guinée Mali Sénégal Togo En ce qui concerne les lits de seconde référence, on voit que le poids de la capitale n est pas le même dans tous les pays. Alors que le Bénin dispose d un hôpital national (le CNHU de Cotonou) qui compte quand même d 1/3 des lits du pays, le Mali a presque autant d hôpitaux dans sa capitale, que dans le reste du pays pourtant très étendu. De plus, la capacité en lit est plus importante dans la seule ville de Bamako que dans l ensemble des hôpitaux de région du reste du pays. Ce biais en faveur de la capitale se retrouve dans pratiquement tous les pays de la sous région, mais à des degrés divers. 1 Annuaire des statistiques sanitaires du Benin CHR=CH Départementaux 2 Les cinq hôpitaux nationaux pour lesquels on dispose de données sont : L hôpital général, l hôpital Central et le CHU de Yaoudé, l hôpital général et l hôpital Laquintinie de Douala. 3 Les admissions sont seulement celles de court séjour 4 Source : carte sanitaire 2005 (EPH2 et EPH3) 5 Source : statistiques sanitaires du Togo, année La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

2 Figure 1 Répartition des lits de seconde référence selon la localisation Répartition des lits entre la capitale et les régions 100% 80% 60% 40% Régions Capitale 20% 0% Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Plusieurs études sur la fréquentation ont montré qu une grande majorité de la population qui utilise un hôpital est issue de la ville même ou au mieux du district où il se situe. Ainsi au Burkina, 91,5% des patients hospitalisés proviendraient du district d implantation de l hôpital. 6 Cette proportion doit cependant être nuancée, car les patients donnent souvent l adresse de leur logeur en ville plutôt que leur réelle domiciliation. Les revenus des habitants de la capitale étant aussi en moyenne plus importants que ceux des régions et à fortiori des zones rurales, l offre hospitalière a donc tendance à être considérée comme en faveur des quintiles les plus riches. Il serait intéressant d avoir, comme pour la Guinée, la répartition des services entre ces hôpitaux de seconde référence et les hôpitaux de district, qui sont les structures de premier recours des populations plus vulnérables. Cependant, la faiblesse du système d information des pays ou de l organisation administrative, qui différencie insuffisamment les hôpitaux de districts des autres, rend cette comparaison difficile. Dans de nombreux pays, il n y a pas une frontière très claire pour séparer le petit hôpital de district du gros dispensaire. Le classement fonctionnel est rarement appliqué et le classement administratif, quand il existe, est souvent éloigné de la réalité fonctionnelle. Tableau 2 : répartition des lits hospitaliers entre la capitale et la province (en %) Pays Nombre de lits dans le pays Capitale Métropoles Total régionales Bénin 33,9 66,1 100 Burkina 30,0 70,0 100 Guinée 57,1 42,9 100 Mali 61,2 38,8 100 Sénégal 53,8 46, Rapport d évaluation de la performance hospitalière, Ministère de la Santé, direction de la tutelle des hôpitaux publics, La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

3 1.2. Comparaison de l offre hospitalière par habitant Les données ci-dessus permettent de calculer la disponibilité relative en terme de lit de niveau 2 et 3 (CHR et CHN) par habitant. Le Sénégal dispose de la proportion la plus importante de ce type de lits par habitant, tandis que Guinée et Mali avec respectivement 1.9 et 1.5 lits pour habitants sont en queue de peloton. Cependant, ces différences significatives peuvent être expliquées par la part plus importante des hôpitaux de district dans certains pays (en Guinée, ils représentent 43% de l ensemble de l offre hospitalière). Pour mieux analyser la situation, il faudrait connaître systématiquement le nombre de lits dans les hôpitaux de district pour savoir si ceux-ci équilibrent les disparités constatées aux niveaux de référence. Il faut noter que cette information est plus ou moins disponible car d une part ces données ne sont pas toujours suivies par l organisation en charge des hôpitaux et d autre part les lits sont souvent comptabilisés dans leur ensemble au niveau du district (on additionne ceux de l hôpital et ceux des dispensaires). Tableau 3 Nombre de lits pour habitants Pays Population en million Nombre de lits (CHN et CHR) Nombre de lits de niveau 2 et 3 pour hab. Bénin 6, ,6 Burkina 12, ,0 Guinée 8, ,9 Mali 12, ,5 Sénégal 9, , Répartition des lits par service dans quelques pays. Cameroun (source : annuaire MSH Europe, 2004) Tableau 4 Répartition des lits par service au Cameroun Médecine Urgences générale Maternité Pédiatrie Chirurgie Total Total pays % 5,3 41,2 17,8 16,9 18,8 100 Secteur public % 2,5 40,4 18,8 19,9 18,1 100 Le Cameroun possède une offre privée d hospitalisation (lucrative ou non) très importante comparée aux pays de la sous région. Environ la moitié des lits du pays sont issus du secteur privé. La répartition par type de service (urgence, médecine générale, maternité, chirurgie ou pédiatrie) est globalement identique pour les 2 secteurs : 40% des lits pour la médecine générale, près de 20% pour la maternité entre 15 et 20% pour la pédiatrie La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

4 20% pour la chirurgie Sénégal (Source : carte sanitaire 2005) La répartition suivante ne concerne que les établissements publics de santé de niveau 2 (correspondant aux hôpitaux régionaux). Les hôpitaux nationaux et de district ne sont pas pris en compte. Tableau 5 Répartition des lits par service au Sénégal Médecine Urgences générale Maternité Pédiatrie Chirurgie Total Nombre % 3,6 26,5 23,1 19,9 26,9 100 Par rapport au Cameroun, le Sénégal présente un profil plus équilibré entre chirurgie et médecine. Cette situation peut être due à la mission spécifique des hôpitaux régionaux, qui doivent servir de structure de référence. La maternité représente 23% des lits et la pédiatrie presque 20%. Plus de 40% des lits sont destinés à traiter en particulier les pathologies maternelles et infantiles. Cette proportion importante doit être valorisée par l hôpital comme participation aux programmes prioritaires de santé mis en avant dans les objectifs de développement du millénaire (réduction de la mortalité infantile, de la mortalité maternelle ) Mali (annuaire 2003 des hôpitaux) Tableau 6 Répartition des lits par service au Mali Médecine générale Maternité chirurgie Total Nombre % 47,8 10,9 41,2 100 La classification malienne ne sépare pas la pédiatrie des autres services. Elle concerne seulement les hospitalisations de court séjour dans les Etablissement publics hospitaliers (EPH) nationaux et régionaux. On voit une très faible part de la maternité comparée aux autres pays. Cette situation explique que les accouchements se réalisent peu à l hôpital. Ainsi, seulement 2.5% des femmes accouchent à l hôpital au Mali, contre près de 10% au Sénégal. Ce faible taux peut être rapproché de la situation de la mortalité maternelle, particulièrement élevée au Mali : avec 1200 décès pour naissances vivantes. Ce pays a le 7 ème taux le plus élevé de la planète (sur 177 pays). 2. Hospitalisation : Utilisation des services 2.1. Répartition par niveau : Les tableaux Tableau 7 et présentent, en nombre et en pourcentage, la répartition des journées d hospitalisation et des entrées (approximation du nombre d hospitalisés) par niveau (centres hospitaliers nationaux ou régionaux) dans 5 pays de la sous région. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

5 Tableau 7 Répartition des journées d hospitalisation et des hospitalisé Pays Nombre de journées d hospitalisation Nombre d hospitalisés (admissions) CHN/CHU CHR Total CHN/CHU CHR Total Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Togo Pour tous ces pays, un double constat peut être fait : Les journées d hospitalisation ont lieu en majorité dans les structures nationales de la capitale (pour tous les pays, les CHN représentent plus de 50% des hospitalisations) Figure 2 Répartition des journées d'hospitalisation selon le type de structure répartition des journées d'hospitalisation selon la structure 100% 80% 60% 40% CHR CHN 20% 0% Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Cependant, en nombre d entrées, l ensemble des hôpitaux régionaux représentent encore la majorité des hospitalisations. Tableau 8 Répartition des journées d hospitalisation et des hospitalisés (%) Pays Nombre de journées d hospitalisation Nombre d hospitalisés (admissions) CHN CHR Total CHN CHR Total Bénin 53,2 46, ,0 64,0 100 Burkina 52,6 47, ,0 53,0 100 Guinée 57,3 42, ,7 56,3 100 Mali 69,4 34, ,0 39,0 100 Sénégal 67,4 32, ,1 46, Annuaire des statistiques sanitaires du Benin 2002 CHR=CHDépartementaux 8 Les admissions sont seulement celles de court séjour 9 Source : carte sanitaire 2005 (EPH2 et EPH3) La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

6 Cette situation s explique par une durée moyenne de séjour (DMS) en général bien plus élevée dans les hôpitaux nationaux. Ainsi au Bénin, la DMS au CNHU est le Tableau 9 Durées moyennes de séjour double de celle des établissements Pays DMS DMS DMS régionaux. En Guinée, la DMS dans les CHN CHR nationales hôpitaux nationaux Ignace Deen et Donka Bénin 9,35 4,61 7,06 atteint presque 12 jours, alors qu elle n est Burkina 5,10 4,08 4,56 que de 7 jours dans les CHR du pays. Cette différence entre hôpitaux nationaux et Cameroun 3,84 régionaux peut être due au traitement de Guinée 11,84 7,00 7,79 pathologies différentes. Toutefois, sachant Mali 6,62 5,19 6,06 que la plupart des hospitalisations concerne Sénégal 9,07 4,89 7,11 Togo 10 9,00 5,50 6,00 les habitants de la ville d implantation de l hôpital et que les cas de références restent relativement peu fréquents, une différence aussi significative pose question. Parmi les possible explications on peut avancer que les populations des régions, plus pauvres, cherchent à raccourcir au maximum leur séjour pour minimiser les dépenses ou à l inverse que les hôpitaux des capitales fournissent des services de longue durée tels que les soins de fin de vie complètement inaccessibles aux populations des régions. Ces données montrent tout l intérêt d enquêtes sur la fréquentation des hôpitaux afin de mieux caractériser les patients et les séjours. Cela permettrait de saisir la marge existante pour optimiser l utilisation des services d hospitalisation en réduisant les séjours. Avec l autonomie des hôpitaux de telles données pourraient être exigées par la tutelle dans le cadre des rapports d activité que devraient fournir les établissements. Elles permettraient d inclure cette dimension dans une contractualisation sur la performance. Figure 3 Durées moyennes de séjour Comparaison des durées moyennes de séjour dans plusieurs pays DMS CHN DMS CHR DMS total 0 Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Togo L idée que les durées moyennes de séjour sont sans doute liées en grande partie à des facteurs autres que la pathologie est renforcée par les différences observées entre pays. Compte tenu du profil démographique et épidémiologique globalement similaire, les hôpitaux des cinq pays font face aux mêmes types de pathologies. Ces différences laissent donc penser que la prise en charge se fait de façon différente dans les pays et qu elle ne correspond pas toujours aux protocoles les plus efficaces. Alors que les hôpitaux nationaux devraient optimiser 10 Pour le Togo, la DMS est calculée par région et non par type d établissement. Soit 9 jours en moyenne à Lomé et 5 à 6 jours pour les autres régions. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

7 leurs ressources par une intensification de l utilisation de leurs facteurs de production, ces différences importantes devraient pousser les responsables nationaux à inscrire cette préoccupation dans le cadre de la réforme hospitalière Utilisation relative des services dans les pays Tableau 10 Taux d'admission hospitaliers Population (en Nombre millions) d hospitalisation taux de recours (hôpitaux régionaux et nationaux, sauf Togo : toutes structures) Bénin 6, ,4 Burkina 12, ,2 Guinée 8, ,9 Mali 12, ,5 Sénégal 9, ,2 Togo 11 4, Le taux de recours à l hôpital est d un niveau très différent selon les pays. Il atteint plus de 10% pour le Sénégal mais seulement 3,5% pour le Mali (Tableau 10). Figure 4 Comparaison des taux d hospitalisation avec le PIB par tête PIB par hab taux d'admission hop regionaux et nationaux Mali Bénin BurkinaSénégal Guinée 2 0 Linear (taux d'admission hop regionaux et nationaux) Malgré le nombre limité d observations, on peut observer une faible corrélation entre le PIB par habitant (calculé en parité de pouvoir d achat) et l utilisation des services hospitaliers (Figure 4). En particulier, on voit que malgré un PIB par habitant important, la Guinée dispose d un taux d hospitalisation relativement faible. Cette situation pourrait être expliquée par une population Guinéenne plus rurale et par un PIB particulièrement mal réparti entre les habitants. Cependant, l étude des relations entre taux d urbanisation et utilisation des services hospitaliers (Figure 5) montre là encore une corrélation non évidente. 11 La répartition par niveau pour le Togo n étant pas disponible ; il s agit du taux global d hospitalisation. Il ne peut donc être comparé avec celui des autres pays. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

8 Figure 5 Comparaison des taux d'hospitalisation avec la proportion de population urbaine dans le pays proportion population urbaine taux d'admission hop regionaux et nationaux 0 BurkinaGuinée Mali Bénin Sénégal 0.00 Ces variations dans les taux de recours aux formations hospitalières de deuxième et troisième niveau peuvent être dues : A une différence de l attractivité de l hôpital due à la qualité plus ou moins bonne des soins délivrés ; A l adéquation plus ou moins forte entre les services offerts par les hôpitaux les demandes et les besoins des populations ; A des problèmes d accessibilité financière et/ou géographique des populations ; A un recours plus ou moins important à des structures de premier niveau ; A un recours plus ou moins important au secteur privé (avec ou sans but lucratif) et au secteur traditionnel. Dans tous les cas, une très faible utilisation des services pose la question de l adéquation de l offre hospitalière avec les besoins et la demande des populations. Cela doit inciter l hôpital à mieux se positionner : redéfinition du paquet minimum d activités, révision de la tarification, normes de qualité, meilleure organisation de la référence pour recevoir les patients dont l état nécessite un plateau technique plus important Box : Les raisons de la faible utilisation des services d hospitalisation au Bénin Le mode de paiement, particulièrement important pour les traitements très coûteux tels que les hospitalisations, est un facteur qui influe sur la décision de se faire soigner et sur le choix du prestataire. Dans les infrastructures publiques, des montant substantiels sont exigés à titre d avance avant le début du traitement ; parfois, l avance dépasse le coût total éventuel du traitement. En revanche, les centres privés gérés par des religieux tout comme les tradipraticiens offrent des facilités de paiement (acomptes ou versement en nature) que les personnes plus pauvres trouvent plus adaptées à leurs revenus. Cet aspect est très important surtout pour les hospitalisations. Selon une étude récente, le coût total d un accouchement dans les hôpitaux publics varie en moyenne entre 15 dollars EU pour un accouchement spontané et 256 dollars EU pour un accouchements avec complications graves 12. Bien que ce montant inclue le coût du transport et les frais non médicaux durant le séjour à l hôpital, la plupart des dépenses ont concerné les médicaments, les services professionnels et les interventions chirurgicales ; les tarifs payés à l hôpital représentaient environ 65 % des frais 12 Borghi et al «Coûts des accouchements avec complications graves pour les femmes et leurs familles au Bénin et au Ghana.» Planification de la politique de santé 18(4) : / L hôpital national et un hôpital secondaire de référence de Porto-Novo ont fait l objet de l étude. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

9 médicaux. Le tarif pour un accouchement spontané était de 3 dollars EU au CHD et de 6 dollars à l hôpital national ; mais le tarif d une césarienne ou d autres opérations variaient énormément (de 20 à 42 dollars au CHD et 43 à 129 dollars au CNHU). Le tarif global d un accouchement spontané s élevait à environ 2% des dépenses annuelles en liquide d un ménage ; mais un accouchement avec complications graves pouvait coûter l équivalent de 34 % des dépenses du ménage. Les facilités de paiement offertes par les hôpitaux privés atténuent les effets de dépenses potentiellement catastrophiques, un mécanisme qui n a pas encore été instauré dans le secteur public. Extrait du Rapport Analytique Santé et Pauvreté au Bénin, Banque Mondiale, Une autre façon de mesurer l utilisation des services disponibles est de calculer les taux d occupation des lits : le nombre de journées d hospitalisation réalisées sur le nombre de journées potentielles (nombre de lits * 365 jours de l année). Tableau 11 Taux d occupation des lits. Pays TOL CHN TOL CHR TOL National Bénin 0,74 0,33 0,47 Burkina 0,42 0,37 0,39 Guinée 0,76 0,76 0,76 Mali 0,48 0,39 0,45 Sénégal 0,84 0,47 0,67 Togo 0.26 Le Tableau 11 permet de souligner une sous utilisation quasi générale des hôpitaux. Alors que l environnement sanitaire et démographique justifierait une couverture en lit souvent plus importante que celle qui existe (la norme OMS lits/habitant est rarement atteinte), la fréquentation actuelle inciterait à penser qu il y a un excès de lits. En effet, à part la Guinée (TOM à 76%), les autres pays sont encore très loin des 85% d occupation qui représentent une norme d utilisation efficiente des ressources. Avec des taux inférieur à 50% (et même à 40% dans les CHR) au Bénin, au Burkina, au Mali ou au Togo, soit : les populations évitent de fréquenter l hôpital et il faut en déterminer les raisons ; l enregistrement de l activité est mauvaise et en particulier dans des structures éloignées de la capitale et il faudrait implanter des mécanismes correctifs. De plus, ce tableau montre que les lits ont un taux d occupation en général plus élevé dans les structures de niveau 3, en particulier au Bénin et au Sénégal. L impact de la pauvreté plus important dans les régions périphériques peut constituer une explication de cette observation. Une enquête menée au Bénin par le CREDESA en 1997 a montré que le coût relativement élevé des prestations dans les hôpitaux régionaux comparé au niveau de vie des populations, conduisait bon nombre de personnes référées à rentrer chez elles. En conclusion, même si le nombre de lits semble souvent être théoriquement insuffisant, en particulier en zone rurale, leur faible utilisation doit conduire, avant d envisager une augmentation de capacité, à s interroger sur les raisons de la désaffection des hôpitaux par une population pourtant fragile. Pour ce qui concerne l obstacle financier qui touche une large part de la population, la partie consacrée au financement de l hôpital détaille la situation et les solutions. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Dr ESSOME Henri Gynécologue-Obstétricien Hôpital Laquintinie - Douala Training Course in Reproductive Health Research WHO 2008 Société coopérative

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 Dr Ahmed Laabid Au cours de l'enquête, des informations ont été collectées sur la santé des mères et sur celle de leurs enfants nés au cours des cinq années qui ont précédé l'enquête.

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre)

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre) MESURE DE LA PERFORMANCE DES LIGNES DE TRANSPORT PUBLIC URBAIN APEROL Amélioration de la Performance Economique des Réseaux par l Optimisation des Lignes Rapport PREDIT GO 6 Politiques de Transport Faivre

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine

Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Le Développement et la Perspective de la Réforme du Système de Santé en Chine Ministre de la Santé de la République Populaire de Chine CHEN Zhu (Le 12 avril 2012) Contenu du rapport Cadre général de la

Plus en détail

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse

Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion. Synthèse Analyse de l adéquation des frais administratifs des sociétés de gestion Synthèse Décembre 2015 Johannes Fark Beatrice Meyer Daniel Zöbeli Résumé des résultats de l étude, synthèse Contexte et démarche

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Jendouba... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Jendouba... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Jendouba... 5 Analyse descriptive... 5 1. Infrastructure... 5 1.1. Part des routes classées... 5 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

Dossier réalisé avec la participation de :

Dossier réalisé avec la participation de : Dossier réalisé avec la participation de : Paul Verdiel, Président de H2AD Jean-Loup Durousset, Directeur du Centre de l Hospitalisation Privée de la Loire (CHPL) Thierry Depois, Directeur Général d Europ

Plus en détail

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008 7 Santé Présentation Au 1 er janvier 2006, Midi-Pyrénées compte 54 établissements de soins dans le secteur public et 100 dans le privé. La part du secteur privé (48 % en lits), supérieure de huit points

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Mise au concours de l évaluation externe du projet PAFLAPUM III

Mise au concours de l évaluation externe du projet PAFLAPUM III Mise au concours de l évaluation externe du projet PAFLAPUM III Termes de référence Nom du projet: Pays destinataire: Durée du projet: Objectif général du projet: Objectifs spécifiques : Promotion de la

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale

PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES. Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale 1 PARTICULARITÉS DE LA SANTÉ MATERNELLE DANS LES PAYS À RESSOURCES LIMITÉES Julie TORT 04/04/2014 DIU Médecine tropicale Santé Internationale Plan 2 Santé maternelle dans les pays à ressources limitées:

Plus en détail

Analyse de la satisfaction des usagers

Analyse de la satisfaction des usagers Analyse de la satisfaction des usagers Le questionnaire de satisfaction: 3000 2500 2000 1500 1000 500 0 Taux de retour des questionnaires distribués avec le livret d'accueil 1411 1189 1190 1140 1358 1353

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

Mesurer le coût de la prise en charge hospitalière d'un cas de paludisme

Mesurer le coût de la prise en charge hospitalière d'un cas de paludisme Mesurer le coût de la prise en charge hospitalière d'un cas de paludisme Le coût des prestations dont bénéficie un patient hospitalisé est la valeur des ressources nécessaires pour produire ces prestations.

Plus en détail

742003 Les systèmes de formation et leur contexte : enjeux politiques et économiques des systèmes éducatifs

742003 Les systèmes de formation et leur contexte : enjeux politiques et économiques des systèmes éducatifs EVALUATION DU CHEQUE ANNUEL DE FORMATION (1) Document de référence : Commission externe d évaluation des politiques publiques (2006). Evaluation du chèque annuel de formation sur mandat du Conseil d Etat.

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux

Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux Doit-il y avoir des approches en santé adaptées aux spécificités des femmes? Y a-t-il des obstacles pour elles dans l accessibilité

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

Nairobi, Kenya February 23-27, 27, 2004

Nairobi, Kenya February 23-27, 27, 2004 Strengthening the Human Development Agenda in the PRSP Process in Africa Nairobi, Kenya February 23-27, 27, 2004 Renforcer le Programme du Secteur Développement Humain en matière de DSRP en Afrique THE

Plus en détail

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution?

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Enjeux et aspects économiques des soins à domicile Miloud Kaddar Économiste de la santé, Consultant International mkaddar@hotmail.com

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix 1999 pédiatrie

Plus en détail

Santé internationale. Avoir un impact durable sur la santé

Santé internationale. Avoir un impact durable sur la santé Santé internationale Avoir un impact durable sur la santé Un véritable partenaire Abt Associates est fermement résolue à améliorer la santé des habitants de la planète. Nous travaillons en étroite collaboration

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public Dossier de Presse Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public HCCI 20 Fevrier 2007 1. Une approche : valoriser les ressources humaines locales 2. Une conviction : l accès à des soins

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Le CSSS de Chicoutimi

Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi Le CSSS de Chicoutimi est un établissement dynamique, à l image des quelques 300 médecins et 3 300 employés et professionnels de la santé qui œuvrent, jour après jour, à transmettre

Plus en détail

1. Pourquoi participer? 2. Comment participer? 3. Comment réussir sa participation?

1. Pourquoi participer? 2. Comment participer? 3. Comment réussir sa participation? Participation employeur protection sociale : quelle approche pour la collectivité? Version du 8 février 2012 INTRODUCTION 1. Pourquoi participer? 2. Comment participer? 3. Comment réussir sa participation?

Plus en détail

Bilan: Les tendances régionales en matière de planification familiale

Bilan: Les tendances régionales en matière de planification familiale Bilan: Les tendances régionales en matière de planification familiale Dr Seipati Mothebesoane-Anoh Conseillère en Santé maternelle OMS/Équipe Inter-Pays/Afrique de l Ouest Conférence Population, Développement

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

Planification hospitalière 2015 lits d attente

Planification hospitalière 2015 lits d attente Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la santé publique Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Gesundheitswesen Planification hospitalière

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

Annie Bronsard, Ph.D.

Annie Bronsard, Ph.D. Annie Bronsard, Ph.D. Cécité évitable/ cataractes infantiles: un bon exemple Permet d illustrer concrètement: Disparités régionales (pays en développement vs pays industrialisés) dans l accès aux soins

Plus en détail

Mémoire projet de loi no 76, Loi modifiant l organisation et la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal.

Mémoire projet de loi no 76, Loi modifiant l organisation et la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal. Mémoire projet de loi no 76, Loi modifiant l organisation et la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine de Montréal. CTE - 003M C.P. P.L. 76 Transport collectif dans la région

Plus en détail

Discussion Clémentine Garrouste JESF 2013 1/22

Discussion Clémentine Garrouste JESF 2013 1/22 "Déterminants de la demande de soins en milieu urbain dans un contexte de subvention à Pikine, Sénégal", M. Dieng, M. Audibert, J-H. Le Hesran, A. Ta Dial Discussion Clémentine Garrouste JESF 2013 1/22

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Fiche d information Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Berne, 20.05.2014. La croissance des prestations des hôpitaux et des cliniques dans le secteur ambulatoire est due aux raisons

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question L actuelle révision de la loi fédérale sur l assurance

Plus en détail

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE CLARIFIER SA CONTRIBUTION À SON ORGANISATION. SITUER SON RÔLE DANS SON ORGANISATION ET INVENTORIER SES RESPONSABILITÉS DE GESTION.

Plus en détail

Porter la voix des femmes

Porter la voix des femmes Mars 2011 Aide sociale L Aide sociale en Ontario est constituée de deux programmes. Premièrement, Ontario au travail (OT), un programme de dernier recours qui vise les personnes qui n ont pas d autres

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 595 CIDR Tous droits de reproduction réservés Etude des frais d hospitalisation des membres de l IMF Nyeta Musow - Promotion de

Plus en détail

Résultats détaillés des écoles

Résultats détaillés des écoles Résultats détaillés des écoles Comment interpréter les tableaux Les tableaux fournissent beaucoup de renseignements et chacun d eux est digne d attention. En général, nous recommandons au lecteur de prendre

Plus en détail

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix- Travail- Patrie -------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE -------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace- Work- Fatherland -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Aides Médicales et Charité (AMC)

Aides Médicales et Charité (AMC) Aides Médicales et Charité (AMC) Tél : +228 22 51 26 47 amc_lome@yahoo.fr PROJET NYE KEKELI : PTME Contexte d intervention En matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant au Togo,

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE ELABORATION DES PLANS D AFFAIRES POUR LES CENTRES DE FORMATION ET OSP AGRICOLES Réalisé en mars 2015

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Coopération Technique Belge, Cambodge. 2

Coopération Technique Belge, Cambodge. 2 Améliorer l accès des femmes enceintes pauvres aux soins qualifiés à l accouchement : Etude de cas d un système de distribution de bons associé à un Fonds d Equité pour la Santé dans trois districts sanitaires

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT 1.L a.s.b.l. FVS/AMADE Burundi désire recruter un consultant pour faire une étude de faisabilité pour la création des mutualités de santé pour les groupements

Plus en détail