1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts."

Transcription

1 Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l existant et les «normes» en vigueur dans le pays. Elle doit permettre de définir les zones et secteurs prioritaires de renforcement de l offre. Il faut noter que la classification des lits ne fait pas l'objet d'une définition similaire selon les pays, ce qui rend limite les comparaisons Toutefois, c est surtout l analyse de l utilisation des services qui est intéressante : elle permet de repérer d éventuelles sur ou sous utilisation de structures et donc de voir dans quelle direction il faudrait intervenir sur l activité pour la rendre plus efficiente. Cependant, les raisons d une sous utilisation apparentes peuvent être multiples, par exemple : médiocre qualité des soins, coût élevé de l hospitalisation qui la rend inaccessible à une partie de la population, non notification d un certain nombre d hospitalisation du fait de la défaillance du système d information. 1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts Répartition par niveau : Les Tableau 1et Tableau 2 présentent, en nombre et en pourcentage, la répartition des lits de seconde référence par niveau (centres hospitaliers nationaux ou régionaux) et par localisation (capitale ou régions) dans plusieurs pays de la sous région. Tableau 1 répartition des lits hospitaliers du secteur public par type de structure Pays Nombre d hôpitaux Nombre de lits dans le pays CHN/CHU CHR Total CHN/CHU CHR districts Total Bénin Burkina Cameroun (5) 6641 Guinée Mali Sénégal Togo En ce qui concerne les lits de seconde référence, on voit que le poids de la capitale n est pas le même dans tous les pays. Alors que le Bénin dispose d un hôpital national (le CNHU de Cotonou) qui compte quand même d 1/3 des lits du pays, le Mali a presque autant d hôpitaux dans sa capitale, que dans le reste du pays pourtant très étendu. De plus, la capacité en lit est plus importante dans la seule ville de Bamako que dans l ensemble des hôpitaux de région du reste du pays. Ce biais en faveur de la capitale se retrouve dans pratiquement tous les pays de la sous région, mais à des degrés divers. 1 Annuaire des statistiques sanitaires du Benin CHR=CH Départementaux 2 Les cinq hôpitaux nationaux pour lesquels on dispose de données sont : L hôpital général, l hôpital Central et le CHU de Yaoudé, l hôpital général et l hôpital Laquintinie de Douala. 3 Les admissions sont seulement celles de court séjour 4 Source : carte sanitaire 2005 (EPH2 et EPH3) 5 Source : statistiques sanitaires du Togo, année La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

2 Figure 1 Répartition des lits de seconde référence selon la localisation Répartition des lits entre la capitale et les régions 100% 80% 60% 40% Régions Capitale 20% 0% Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Plusieurs études sur la fréquentation ont montré qu une grande majorité de la population qui utilise un hôpital est issue de la ville même ou au mieux du district où il se situe. Ainsi au Burkina, 91,5% des patients hospitalisés proviendraient du district d implantation de l hôpital. 6 Cette proportion doit cependant être nuancée, car les patients donnent souvent l adresse de leur logeur en ville plutôt que leur réelle domiciliation. Les revenus des habitants de la capitale étant aussi en moyenne plus importants que ceux des régions et à fortiori des zones rurales, l offre hospitalière a donc tendance à être considérée comme en faveur des quintiles les plus riches. Il serait intéressant d avoir, comme pour la Guinée, la répartition des services entre ces hôpitaux de seconde référence et les hôpitaux de district, qui sont les structures de premier recours des populations plus vulnérables. Cependant, la faiblesse du système d information des pays ou de l organisation administrative, qui différencie insuffisamment les hôpitaux de districts des autres, rend cette comparaison difficile. Dans de nombreux pays, il n y a pas une frontière très claire pour séparer le petit hôpital de district du gros dispensaire. Le classement fonctionnel est rarement appliqué et le classement administratif, quand il existe, est souvent éloigné de la réalité fonctionnelle. Tableau 2 : répartition des lits hospitaliers entre la capitale et la province (en %) Pays Nombre de lits dans le pays Capitale Métropoles Total régionales Bénin 33,9 66,1 100 Burkina 30,0 70,0 100 Guinée 57,1 42,9 100 Mali 61,2 38,8 100 Sénégal 53,8 46, Rapport d évaluation de la performance hospitalière, Ministère de la Santé, direction de la tutelle des hôpitaux publics, La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

3 1.2. Comparaison de l offre hospitalière par habitant Les données ci-dessus permettent de calculer la disponibilité relative en terme de lit de niveau 2 et 3 (CHR et CHN) par habitant. Le Sénégal dispose de la proportion la plus importante de ce type de lits par habitant, tandis que Guinée et Mali avec respectivement 1.9 et 1.5 lits pour habitants sont en queue de peloton. Cependant, ces différences significatives peuvent être expliquées par la part plus importante des hôpitaux de district dans certains pays (en Guinée, ils représentent 43% de l ensemble de l offre hospitalière). Pour mieux analyser la situation, il faudrait connaître systématiquement le nombre de lits dans les hôpitaux de district pour savoir si ceux-ci équilibrent les disparités constatées aux niveaux de référence. Il faut noter que cette information est plus ou moins disponible car d une part ces données ne sont pas toujours suivies par l organisation en charge des hôpitaux et d autre part les lits sont souvent comptabilisés dans leur ensemble au niveau du district (on additionne ceux de l hôpital et ceux des dispensaires). Tableau 3 Nombre de lits pour habitants Pays Population en million Nombre de lits (CHN et CHR) Nombre de lits de niveau 2 et 3 pour hab. Bénin 6, ,6 Burkina 12, ,0 Guinée 8, ,9 Mali 12, ,5 Sénégal 9, , Répartition des lits par service dans quelques pays. Cameroun (source : annuaire MSH Europe, 2004) Tableau 4 Répartition des lits par service au Cameroun Médecine Urgences générale Maternité Pédiatrie Chirurgie Total Total pays % 5,3 41,2 17,8 16,9 18,8 100 Secteur public % 2,5 40,4 18,8 19,9 18,1 100 Le Cameroun possède une offre privée d hospitalisation (lucrative ou non) très importante comparée aux pays de la sous région. Environ la moitié des lits du pays sont issus du secteur privé. La répartition par type de service (urgence, médecine générale, maternité, chirurgie ou pédiatrie) est globalement identique pour les 2 secteurs : 40% des lits pour la médecine générale, près de 20% pour la maternité entre 15 et 20% pour la pédiatrie La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

4 20% pour la chirurgie Sénégal (Source : carte sanitaire 2005) La répartition suivante ne concerne que les établissements publics de santé de niveau 2 (correspondant aux hôpitaux régionaux). Les hôpitaux nationaux et de district ne sont pas pris en compte. Tableau 5 Répartition des lits par service au Sénégal Médecine Urgences générale Maternité Pédiatrie Chirurgie Total Nombre % 3,6 26,5 23,1 19,9 26,9 100 Par rapport au Cameroun, le Sénégal présente un profil plus équilibré entre chirurgie et médecine. Cette situation peut être due à la mission spécifique des hôpitaux régionaux, qui doivent servir de structure de référence. La maternité représente 23% des lits et la pédiatrie presque 20%. Plus de 40% des lits sont destinés à traiter en particulier les pathologies maternelles et infantiles. Cette proportion importante doit être valorisée par l hôpital comme participation aux programmes prioritaires de santé mis en avant dans les objectifs de développement du millénaire (réduction de la mortalité infantile, de la mortalité maternelle ) Mali (annuaire 2003 des hôpitaux) Tableau 6 Répartition des lits par service au Mali Médecine générale Maternité chirurgie Total Nombre % 47,8 10,9 41,2 100 La classification malienne ne sépare pas la pédiatrie des autres services. Elle concerne seulement les hospitalisations de court séjour dans les Etablissement publics hospitaliers (EPH) nationaux et régionaux. On voit une très faible part de la maternité comparée aux autres pays. Cette situation explique que les accouchements se réalisent peu à l hôpital. Ainsi, seulement 2.5% des femmes accouchent à l hôpital au Mali, contre près de 10% au Sénégal. Ce faible taux peut être rapproché de la situation de la mortalité maternelle, particulièrement élevée au Mali : avec 1200 décès pour naissances vivantes. Ce pays a le 7 ème taux le plus élevé de la planète (sur 177 pays). 2. Hospitalisation : Utilisation des services 2.1. Répartition par niveau : Les tableaux Tableau 7 et présentent, en nombre et en pourcentage, la répartition des journées d hospitalisation et des entrées (approximation du nombre d hospitalisés) par niveau (centres hospitaliers nationaux ou régionaux) dans 5 pays de la sous région. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

5 Tableau 7 Répartition des journées d hospitalisation et des hospitalisé Pays Nombre de journées d hospitalisation Nombre d hospitalisés (admissions) CHN/CHU CHR Total CHN/CHU CHR Total Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Togo Pour tous ces pays, un double constat peut être fait : Les journées d hospitalisation ont lieu en majorité dans les structures nationales de la capitale (pour tous les pays, les CHN représentent plus de 50% des hospitalisations) Figure 2 Répartition des journées d'hospitalisation selon le type de structure répartition des journées d'hospitalisation selon la structure 100% 80% 60% 40% CHR CHN 20% 0% Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Cependant, en nombre d entrées, l ensemble des hôpitaux régionaux représentent encore la majorité des hospitalisations. Tableau 8 Répartition des journées d hospitalisation et des hospitalisés (%) Pays Nombre de journées d hospitalisation Nombre d hospitalisés (admissions) CHN CHR Total CHN CHR Total Bénin 53,2 46, ,0 64,0 100 Burkina 52,6 47, ,0 53,0 100 Guinée 57,3 42, ,7 56,3 100 Mali 69,4 34, ,0 39,0 100 Sénégal 67,4 32, ,1 46, Annuaire des statistiques sanitaires du Benin 2002 CHR=CHDépartementaux 8 Les admissions sont seulement celles de court séjour 9 Source : carte sanitaire 2005 (EPH2 et EPH3) La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

6 Cette situation s explique par une durée moyenne de séjour (DMS) en général bien plus élevée dans les hôpitaux nationaux. Ainsi au Bénin, la DMS au CNHU est le Tableau 9 Durées moyennes de séjour double de celle des établissements Pays DMS DMS DMS régionaux. En Guinée, la DMS dans les CHN CHR nationales hôpitaux nationaux Ignace Deen et Donka Bénin 9,35 4,61 7,06 atteint presque 12 jours, alors qu elle n est Burkina 5,10 4,08 4,56 que de 7 jours dans les CHR du pays. Cette différence entre hôpitaux nationaux et Cameroun 3,84 régionaux peut être due au traitement de Guinée 11,84 7,00 7,79 pathologies différentes. Toutefois, sachant Mali 6,62 5,19 6,06 que la plupart des hospitalisations concerne Sénégal 9,07 4,89 7,11 Togo 10 9,00 5,50 6,00 les habitants de la ville d implantation de l hôpital et que les cas de références restent relativement peu fréquents, une différence aussi significative pose question. Parmi les possible explications on peut avancer que les populations des régions, plus pauvres, cherchent à raccourcir au maximum leur séjour pour minimiser les dépenses ou à l inverse que les hôpitaux des capitales fournissent des services de longue durée tels que les soins de fin de vie complètement inaccessibles aux populations des régions. Ces données montrent tout l intérêt d enquêtes sur la fréquentation des hôpitaux afin de mieux caractériser les patients et les séjours. Cela permettrait de saisir la marge existante pour optimiser l utilisation des services d hospitalisation en réduisant les séjours. Avec l autonomie des hôpitaux de telles données pourraient être exigées par la tutelle dans le cadre des rapports d activité que devraient fournir les établissements. Elles permettraient d inclure cette dimension dans une contractualisation sur la performance. Figure 3 Durées moyennes de séjour Comparaison des durées moyennes de séjour dans plusieurs pays DMS CHN DMS CHR DMS total 0 Bénin Burkina Guinée Mali Sénégal Togo L idée que les durées moyennes de séjour sont sans doute liées en grande partie à des facteurs autres que la pathologie est renforcée par les différences observées entre pays. Compte tenu du profil démographique et épidémiologique globalement similaire, les hôpitaux des cinq pays font face aux mêmes types de pathologies. Ces différences laissent donc penser que la prise en charge se fait de façon différente dans les pays et qu elle ne correspond pas toujours aux protocoles les plus efficaces. Alors que les hôpitaux nationaux devraient optimiser 10 Pour le Togo, la DMS est calculée par région et non par type d établissement. Soit 9 jours en moyenne à Lomé et 5 à 6 jours pour les autres régions. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

7 leurs ressources par une intensification de l utilisation de leurs facteurs de production, ces différences importantes devraient pousser les responsables nationaux à inscrire cette préoccupation dans le cadre de la réforme hospitalière Utilisation relative des services dans les pays Tableau 10 Taux d'admission hospitaliers Population (en Nombre millions) d hospitalisation taux de recours (hôpitaux régionaux et nationaux, sauf Togo : toutes structures) Bénin 6, ,4 Burkina 12, ,2 Guinée 8, ,9 Mali 12, ,5 Sénégal 9, ,2 Togo 11 4, Le taux de recours à l hôpital est d un niveau très différent selon les pays. Il atteint plus de 10% pour le Sénégal mais seulement 3,5% pour le Mali (Tableau 10). Figure 4 Comparaison des taux d hospitalisation avec le PIB par tête PIB par hab taux d'admission hop regionaux et nationaux Mali Bénin BurkinaSénégal Guinée 2 0 Linear (taux d'admission hop regionaux et nationaux) Malgré le nombre limité d observations, on peut observer une faible corrélation entre le PIB par habitant (calculé en parité de pouvoir d achat) et l utilisation des services hospitaliers (Figure 4). En particulier, on voit que malgré un PIB par habitant important, la Guinée dispose d un taux d hospitalisation relativement faible. Cette situation pourrait être expliquée par une population Guinéenne plus rurale et par un PIB particulièrement mal réparti entre les habitants. Cependant, l étude des relations entre taux d urbanisation et utilisation des services hospitaliers (Figure 5) montre là encore une corrélation non évidente. 11 La répartition par niveau pour le Togo n étant pas disponible ; il s agit du taux global d hospitalisation. Il ne peut donc être comparé avec celui des autres pays. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

8 Figure 5 Comparaison des taux d'hospitalisation avec la proportion de population urbaine dans le pays proportion population urbaine taux d'admission hop regionaux et nationaux 0 BurkinaGuinée Mali Bénin Sénégal 0.00 Ces variations dans les taux de recours aux formations hospitalières de deuxième et troisième niveau peuvent être dues : A une différence de l attractivité de l hôpital due à la qualité plus ou moins bonne des soins délivrés ; A l adéquation plus ou moins forte entre les services offerts par les hôpitaux les demandes et les besoins des populations ; A des problèmes d accessibilité financière et/ou géographique des populations ; A un recours plus ou moins important à des structures de premier niveau ; A un recours plus ou moins important au secteur privé (avec ou sans but lucratif) et au secteur traditionnel. Dans tous les cas, une très faible utilisation des services pose la question de l adéquation de l offre hospitalière avec les besoins et la demande des populations. Cela doit inciter l hôpital à mieux se positionner : redéfinition du paquet minimum d activités, révision de la tarification, normes de qualité, meilleure organisation de la référence pour recevoir les patients dont l état nécessite un plateau technique plus important Box : Les raisons de la faible utilisation des services d hospitalisation au Bénin Le mode de paiement, particulièrement important pour les traitements très coûteux tels que les hospitalisations, est un facteur qui influe sur la décision de se faire soigner et sur le choix du prestataire. Dans les infrastructures publiques, des montant substantiels sont exigés à titre d avance avant le début du traitement ; parfois, l avance dépasse le coût total éventuel du traitement. En revanche, les centres privés gérés par des religieux tout comme les tradipraticiens offrent des facilités de paiement (acomptes ou versement en nature) que les personnes plus pauvres trouvent plus adaptées à leurs revenus. Cet aspect est très important surtout pour les hospitalisations. Selon une étude récente, le coût total d un accouchement dans les hôpitaux publics varie en moyenne entre 15 dollars EU pour un accouchement spontané et 256 dollars EU pour un accouchements avec complications graves 12. Bien que ce montant inclue le coût du transport et les frais non médicaux durant le séjour à l hôpital, la plupart des dépenses ont concerné les médicaments, les services professionnels et les interventions chirurgicales ; les tarifs payés à l hôpital représentaient environ 65 % des frais 12 Borghi et al «Coûts des accouchements avec complications graves pour les femmes et leurs familles au Bénin et au Ghana.» Planification de la politique de santé 18(4) : / L hôpital national et un hôpital secondaire de référence de Porto-Novo ont fait l objet de l étude. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

9 médicaux. Le tarif pour un accouchement spontané était de 3 dollars EU au CHD et de 6 dollars à l hôpital national ; mais le tarif d une césarienne ou d autres opérations variaient énormément (de 20 à 42 dollars au CHD et 43 à 129 dollars au CNHU). Le tarif global d un accouchement spontané s élevait à environ 2% des dépenses annuelles en liquide d un ménage ; mais un accouchement avec complications graves pouvait coûter l équivalent de 34 % des dépenses du ménage. Les facilités de paiement offertes par les hôpitaux privés atténuent les effets de dépenses potentiellement catastrophiques, un mécanisme qui n a pas encore été instauré dans le secteur public. Extrait du Rapport Analytique Santé et Pauvreté au Bénin, Banque Mondiale, Une autre façon de mesurer l utilisation des services disponibles est de calculer les taux d occupation des lits : le nombre de journées d hospitalisation réalisées sur le nombre de journées potentielles (nombre de lits * 365 jours de l année). Tableau 11 Taux d occupation des lits. Pays TOL CHN TOL CHR TOL National Bénin 0,74 0,33 0,47 Burkina 0,42 0,37 0,39 Guinée 0,76 0,76 0,76 Mali 0,48 0,39 0,45 Sénégal 0,84 0,47 0,67 Togo 0.26 Le Tableau 11 permet de souligner une sous utilisation quasi générale des hôpitaux. Alors que l environnement sanitaire et démographique justifierait une couverture en lit souvent plus importante que celle qui existe (la norme OMS lits/habitant est rarement atteinte), la fréquentation actuelle inciterait à penser qu il y a un excès de lits. En effet, à part la Guinée (TOM à 76%), les autres pays sont encore très loin des 85% d occupation qui représentent une norme d utilisation efficiente des ressources. Avec des taux inférieur à 50% (et même à 40% dans les CHR) au Bénin, au Burkina, au Mali ou au Togo, soit : les populations évitent de fréquenter l hôpital et il faut en déterminer les raisons ; l enregistrement de l activité est mauvaise et en particulier dans des structures éloignées de la capitale et il faudrait implanter des mécanismes correctifs. De plus, ce tableau montre que les lits ont un taux d occupation en général plus élevé dans les structures de niveau 3, en particulier au Bénin et au Sénégal. L impact de la pauvreté plus important dans les régions périphériques peut constituer une explication de cette observation. Une enquête menée au Bénin par le CREDESA en 1997 a montré que le coût relativement élevé des prestations dans les hôpitaux régionaux comparé au niveau de vie des populations, conduisait bon nombre de personnes référées à rentrer chez elles. En conclusion, même si le nombre de lits semble souvent être théoriquement insuffisant, en particulier en zone rurale, leur faible utilisation doit conduire, avant d envisager une augmentation de capacité, à s interroger sur les raisons de la désaffection des hôpitaux par une population pourtant fragile. Pour ce qui concerne l obstacle financier qui touche une large part de la population, la partie consacrée au financement de l hôpital détaille la situation et les solutions. La politique hospitalière et le financement de l hôpital en Afrique, World Bank Institute, Septembre

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

PBF et Mutuelles de Santé

PBF et Mutuelles de Santé PBF et Mutuelles de Santé Par Dr NIMPAGARITSE Manassé MD,MPH HNTPO Introduction De nombreux pays Africains sont en train d adopter le FBP pour redynamiser leurs secteurs de santé Au Burundi, cette stratégie

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France

2.1. hospitaliers. Les équipements. La santé observée dans les régions de France Les équipements hospitaliers 2.1 Le contexte En France, les équipements hospitaliers ont beaucoup évolué depuis une dizaine d'années sous l effet de différents facteurs souvent liés entre eux : les progrès

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Analyse des besoins d échange de données médicales électroniques avec la médecine ambulatoire, premiers résultats du projet Infomed

Analyse des besoins d échange de données médicales électroniques avec la médecine ambulatoire, premiers résultats du projet Infomed Analyse des besoins d échange de données médicales électroniques avec la médecine ambulatoire, premiers résultats du projet Infomed Dr Alex Gnaegi, Frédéric Fragnière Service d informatique médicale et

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

L organisation des soins en France

L organisation des soins en France L ACCES AUX SERVICES DE SANTE L organisation des soins en France Patrick BROUDIC Ministère de la Santé - France Sao Paulo 30 novembre 2007 QUELQUES DONNEES Sur la France 60 millions d habitants Coût de

Plus en détail

Le financement communautaire de la santé. Alain Letourmy WB session 1er juillet 2003

Le financement communautaire de la santé. Alain Letourmy WB session 1er juillet 2003 Le financement communautaire de la santé Alain Letourmy WB session 1er juillet 2003 Introduction : le risque maladie Le caractère aléatoire de la maladie Les conséquences : perte de revenu, coût des soins

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES dossier de presse septembre 2011 DE 32 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES La Santé n est pas un Luxe La Santé n est pas un Luxe médecins du monde alerte La santé

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN

Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN 1 Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN Centre d Ingénierie en Santé SOMMAIRE 2 A. Contexte : l hôpital Organisation structurelle

Plus en détail

Commercialisation et privatisation de la santé en Europe

Commercialisation et privatisation de la santé en Europe Commercialisation et privatisation de la santé en Europe 1. Espagne Madrid, mars 2013: un hôpital a ouvert un stand d informations pour la vente de traitements médicaux et chirurgicaux bénins dans une

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

La région du Centre-Sud en chiffres

La région du Centre-Sud en chiffres MINISTĖRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice La région du Centre-Sud en chiffres Edition 2014 Géographie GÉOGRAPHIE ET ORGANISATION ADMINISTRATIVE 0rganisation administrative

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 La protection sociale en santé au Togo BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 Plan Introduction Structures de gestion du risque maladie Mode d adhésion Cadre

Plus en détail

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique A qui est destiné ce résumé? Ce résumé est destiné aux décideurs, aux chefs de service de Santé de Districts, aux organisations non gouvernementales

Plus en détail

Contrat de prestation de soins et services de santé

Contrat de prestation de soins et services de santé MUTUELLE DE SANTE DITE DAMA DE TCHAOUDJO S/C ONG ADESCO BP 322 Sokodé- Togo Tél : 550 09 90 Contrat de prestation de soins et services de santé Entre La mutuelle de santé DITE-DAMA de Tchaoudjo Et L USP

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Implantés en milieu urbain ou rural, et bien souvent dans des zones déficitaires en professionnels de santé ou dans des zones sensibles, les centres

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et

Evaluation de la Dissémination du Niger. d amélioration des soins obstétricaux et URC/HCI : PROTOCOLE DE RECHERCHE ET D EVALUATION Evaluation de la Dissémination du Niger au Mali des meilleures pratiques de la mise en œuvre du collaboratif d amélioration des soins obstétricaux et néonataux

Plus en détail

Introduction Le système de santé en République Démocra- tique du Congo

Introduction Le système de santé en République Démocra- tique du Congo RDC: consultations en cardiologie et traitement du cancer Renseignement de l analyse-pays de l OSAR Fiorenza Kuthan Berne, le 22 décembre 2010 Introduction Sur la base de la demande soumise le 29 novembre

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 Thème: Accessibilité et financement des services de santé en Afrique Subsaharienne: le cas de la Côte d Ivoire Proposé par FOFANA MEMON, Doctorant en

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif CONTEXTE - EPIDEMIOLOGIQUE Pires paramètres épidémiologiques de l hémisphère occidental Mortalité infantile 0-5ans: 73 décès /1000 naissances vivantes

Plus en détail

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE ACTION INTERNATIONALE Novembre 2009 N 3 Accès aux systèmes et soins de santé primaire Emetteur : DROI p.1/6 ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE Un défi pour améliorer l accès à des services de

Plus en détail

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour

Plus en détail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM.

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM. Une mutuelle nationale de santé peut-elle devenir une stratégie globale de financement du système de santé, intégrant d autres stratégies comme le FBP??? Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Commission 2.7 - Africa Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Professor M. Guelaya Sall World Conference on Early Childhood Care

Plus en détail

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées Au 31 décembre 2007, près de 31 000 résidents vivent dans un établissement d hébergement pour personnes âgées (EHPA). La clientèle est

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé. Le CPS d Angers prépare les étudiants au concours d infirmier(e)

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé. Le CPS d Angers prépare les étudiants au concours d infirmier(e) CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le CPS d Angers prépare les étudiants au concours d infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Qu il travaille en

Plus en détail

Le mécanisme de tiers-payant en micro-assurance santé : conseils pratiques et solutions MAS

Le mécanisme de tiers-payant en micro-assurance santé : conseils pratiques et solutions MAS briefing note 11 Fonds pour l innovation en micro-assurance Le mécanisme de tiers-payant en micro-assurance santé : conseils pratiques et solutions Certains systèmes de micro-assurance santé (MAS) prévoient

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT DOSSIER DE PRESSE Février 2014 LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT WIVES ID M G IN T C E CONN SOMMAIRE 02 Chiffres clés 03 Lancement de la plateforme internationale

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

PLAN D ACTION 2010-2013 DE MISE EN ŒUVRE DE L INIATIVE EVIPNet AU BURKINA FASO :

PLAN D ACTION 2010-2013 DE MISE EN ŒUVRE DE L INIATIVE EVIPNet AU BURKINA FASO : MINISTERE DE LA SANTE BURKINA FASO ----------------------- Unité-Progrès-Justice SECRETARIAT GENERAL ----------------------- DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION ------------------------- COMITE

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL SECRETAIRE-ASSITANT(E) MEDICO-SOCIAL(E)

TITRE PROFESSIONNEL SECRETAIRE-ASSITANT(E) MEDICO-SOCIAL(E) TITRE PROFESSIONNEL SECRETAIRE-ASSITANT(E) MEDICO-SOCIAL(E) PROGRAMME DE FORMATION TITRE PROFESSIONNEL (Secrétaire assistant(e) médico-social(e)) Le(a) secrétaire médical(e) exerce son activité dans les

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 610 CIDR Tous droits de reproduction réservés Grille méthodologique d un audit médical - Mutuelles de santé Ismaïlou YACOUBOU Février

Plus en détail

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997

L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 Retour au sommaire des BEH de 2000 L'ACTIVITE CHIRURGICALE DU CANCER DU SEIN EN FRANCE EN 1997 H-Q. Cong, J-M. Nadal, F. Bourdillon, G. Leblanc, Ministère chargé de la santé, direction des hôpitaux, "pathologies

Plus en détail

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire ACTION COLLECTIVE REGIONALE 2015 Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire Commanditaire UNIFAF est l organisme paritaire agréé de la branche Sanitaire et sociale du secteur privé à but

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

DETERMINANTS DE L'UTILISATION DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES CHEZ LA FEMME BENINOISE

DETERMINANTS DE L'UTILISATION DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES CHEZ LA FEMME BENINOISE CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE Kampala Uganda du 15-18 Novembre 2009 DETERMINANTS DE L'UTILISATION DES METHODES CONTRACEPTIVES MODERNES CHEZ LA FEMME BENINOISE ALE Franck, Assistant

Plus en détail

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE Entre D une part : L Union Technique de la Mutualité Malienne, dont le siège est à Badalabougou SEMA II rue 134 porte 772, représentée par Monsieur Babassa

Plus en détail

Participation aux cours prénataux

Participation aux cours prénataux Éducation prénatale en Ontario Participation aux cours prénataux L éducation prénatale vise à fournir aux participants les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour améliorer l issue de

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN PROGRAMME GERMANO CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE ET MUTUELLES DE SANTE (MAMS) B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN / TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 / 221 91 18 / FAX ( 00237 ) 2221 91 18

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin

Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin Programme initié et réalisé par le Centre International de Développement et de Recherche Financement : DDC Suisse

Plus en détail

Le rôle de la société civile

Le rôle de la société civile Le rôle de la société civile Bruxelles 15 décembre 2011 Les mutuelles de santé au Burkina Faso Inégalité d accès aux soins de santé au Burkina Faso La majorité de la population vit en dessous du seuil

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

La gestion de patrimoine, levier d efficience des EPS

La gestion de patrimoine, levier d efficience des EPS La gestion de patrimoine, levier d efficience des EPS Promouvoir la performance globale des établissements publics de santé Yannick Le Guen Sous-Directeur du pilotage de la performance des acteurs de l

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing)

Journée Santé ESRI France 28/01/2010 La valeur ajoutée des SIG Retours d expériences (PMSI et géomarketing) Jean-François Mary, Études géographiques Journée Santé - ESRI France - 28/01/10 La valeur ajoutée des SIG dans la santé : Retours d expériences de consultant et de formations (PMSI, Géomarketing) La valeur

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

Projet Base de données qualité des soins infirmiers (Quali-NURS)

Projet Base de données qualité des soins infirmiers (Quali-NURS) Projet Base de données qualité des soins infirmiers (Quali-NURS) Résumé Introduction Les publications contiennent de nombreuses preuves d une corrélation entre l effectif infirmier et l évolution des patients,

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Guide du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Guide du salarié Assurance invalidité de courte durée Guide du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations d invalidité et certains renseignements

Plus en détail