la prévention de l escarre escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "la prévention de l escarre 300 000 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans"

Transcription

1 escarres en France (1) Urgo Medical s engage dans la prévention de l escarre Mobiliser les professionnels de santé Informer le grand public Réduire le coût de la prévention

2 Urgo Medical s engage La prévalence du risque d escarre à domicile en constante augmentation Si à l hôpital la prévalence de l escarre semble stable (environ 8,9 %* (2) ), une étude montre que la situation pour les patients à domicile s aggrave : entre 2003 et 2006, 34 % d augmentation de la prévalence de l escarre en ville (3). L escarre, une apparition brutale L escarre survient en raison d une compression des tissus mous entre un plan dur et des saillies osseuses. Pression Cette compression provoque une ischémie des tissus qui peut détruire la peau très rapidement. Contrairement aux idées reçues, l escarre peut survenir en quelques heures chez des patients temporairement immobilisés, au lit ou au fauteuil. Hypoxie tissulaire Écrasement des capillaires En 3 heures seulement une escarre peut survenir lors d un alitement ou d une position assise (4) * 8,9 % dans les courts séjours et SSR.

3 dans la prévention de l escarre L escarre, une plaie d évolution grave L escarre évolue en 4 stades allant jusqu à une destruction complète des tissus cutanés et parfois même jusqu à l os. Prévenir l escarre c est agir tôt en amont de l apparition d une rougeur irréversible. Stade 0 Patient à risque Stade d alerte Peau intacte Rougeur réversible L escarre, une plaie lourde de conséquences Un risque de mortalité multiplié par 3 à 5 chez le sujet âgé (5) 4,5 mois d allongement de la durée d hospitalisation (6) de coût d hospitalisation pour une escarre constituée (7) 3,35 milliards d de coût de prise en charge de l escarre en France (8) L escarre est une plaie douloureuse dès les premiers stades. Pour le patient, l escarre représente aussi une altération de l image de soi lourde de conséquences. Elle prolonge la durée des soins, retarde la reprise des activités, accentue l isolement et peut être à l origine d un état dépressif, surtout chez le sujet âgé. Stade 1 Apparition d un érythème Rougeur non réversible Stade 2 Dermabrasion Phlyctène Désepidermisation Stade 3-4 Nécrose du tissu cutané (stade 3) et des couches musculaires (stade 4) parfois jusqu à l os Nécrose profonde (1) Conférence de consensus : prévention et traitement de l escarre de l adulte et du sujet âgé. 15/16 nov Texte long : introduction. (2) D Collin et al. L escarre en milieu hospitalier : comparaison à dix ans ( ). L escarre 2009 n 40 : 4. (3) Kerihuel J-C et Barrois B : Evaluation du risque de survenue d une escarre chez le patient non hospitalisé : résultat de l enquête SENTINEL. 12 ème Conférence nationale des plaies et cicatrisations (Paris) : janvier (4) Cité par C Revaux. Conférence de consensus : Prévention et traitement des escarres de l adulte et du sujet âgé novembre 2001 Hôpital Européen Georges Pompidou. (5) P.E.R.S.E. (6) Stade 2 : 109 jours / Stade jours. (7) Schwartz et Gourand. La prévention de l escarre_ Edition Handisoft 1987 : (8) SOIN n 702 janv 2006 (4) Miot 1999.

4 La mobilisation de tous est nécessaire Devenez Acteur Prévention Escarre Médecin généraliste Infirmière Tous les acteurs de proximité sont au cœur de la vigilance Prévention Escarre Pharmacien Entourage Patient L information et l implication de l entourage quand il est présent au chevet du patient est précieuse pour améliorer l efficacité de la prévention et alerter les professionnels de santé en cas d apparition des premiers signes cutanés. Pensez à leur en parler.

5 À qui penser? L âge du patient est déterminant : 50 % des escarres surviennent chez des patients de plus de 80 ans, mais ce n est pas le seul critère d alerte. Il faut accroître la vigilance en cas de : Patient immobilisé au fauteuil ou alité Personne âgée grabataire et dépendante Personne âgée immobilisée sur une courte période (infection, post-opératoire) Patient neurologique (hémiplégie, paraplégie) Un bilan d identification du patient à risque est primordial Le taux de survenue d escarres chez des patients à domicile varie (9) : Paralysés : 17,0 % Diabétiques : 13,4 % Alzheimer : 10,3 % Post AVC : 6,7 % Quand faut-il y penser (10)? Dès que vous avez à prendre en charge un patient nécessitant un alitement ou une immobilisation à domicile En cas de facteurs cliniques aggravants Dénutrition Déshydratation Fièvre (état grippal) Incontinence urinaire ou fécale Obésité Troubles vasculaires, pulmonaires Incontinence / Sudation Locomotion : Trouble de la mobilité Patients alités Blessés médullaires Déficit neurologique Perte de sensibilité Fragilité cutanée Dénutrition État psychologique, âge Diabétique (9) FA Allaert, B Barrois, D Colin. Evolution de la prévalence des escarres chez les patients suivis à domicile entre 2003 et Soins Gérontologie n 76 mars/avril (10) Conférence de consensus : prévention et traitement de l escarre de l adulte et du sujet âgé. P6 nov Texte court : introduction.

6 Comment agir? Pensez aux zones à risque! 80 % des escarres siègent au sacrum et aux talons Les massages pétrissages sont interdits (ANAES). des zones à risque. l entourage quand il est présent au chevet du malade. matériel spécifique et homologué, matelas anti-escarre, coussins. Certains supports confortables ne sont pas suffisants. en effleurage doux pour oxygéner les tissus et favoriser la microcirculation des zones d appui. L effleurage doux est recommandé par les experts (Perse, ANAES 2001).

7 vous aide à éviter l escarre Utiliser, le seul topique d efficacité prouvée Sanyrène permet des effleurages doux et a démontré son efficacité lors d une vaste étude clinique en situation réelle : - 50 % de survenue d escarres grâce à Grâce à sa haute concentration en acide gras hyperoxygénés, Sanyrène : Améliore l oxygénation locale des zones d appui et la microcirculation sanguine Diminue le risque d ischémie locale Hydrate l épiderme et renforce la texture cutanée Sanyrène permet également une inspection et une palpation des zones à risque, indispensables à une bonne surveillance de l état de la peau. CTJ** Sanyrène 20 ml = 0,35 /jour d économies d économies * Etude GIPPS: S. Meaume et al. Preventing the occurence of pressure ulceration in hospitalised elderly patients. Journal of Wound Care 2005; 14(2): ** CTJ = Coût de Traitement Journalier moyen selon le prix conseillé en pharmacie.

8 Protégeons les patients immobilisés à domicile de la souffrance de l escarre Urgo Medical et s engagent avec : Un programme d information pour l entourage des patients à risque Une brochure d information pour les patients mise à disposition en salle d attente et en officine Une campagne presse Grand Public / Crédits photos : Fotolia _URG Pour prévenir l escarre et pour plus d informations

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008

Caroline GILBERT Infirmière. Le 19 Novembre 2008 Caroline GILBERT Infirmière Le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 C Gilbert - le 19 Novembre 2008 DEFINITION C Gilbert - le 19 Novembre 2008 Un malade grabataire est incapable de façon temporaire

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations

SOMMAIRE. 1/ Définition. Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Définition Facteurs de risque Prévention du risque infectieux Matériels Technique: détersion et pansement Recommandations MAI 2013 2 1/ Définition o o Zone

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins

richardlyons-fotolia.com PARTIE 2 Ergonomie et soins richardlyons-fotolia.com 2 Ergonomie et soins Prévention des risques liés à un alitement prolongé Généralités TD 14 OBJECTIFS Présenter les différents risques liés à un alitement prolongé. Énoncer les

Plus en détail

Escarre, Comment l éviter? Toutes les réponses sur l escarre. Qui Quoi Comment Quand Ou

Escarre, Comment l éviter? Toutes les réponses sur l escarre. Qui Quoi Comment Quand Ou Escarre, Comment l éviter? Toutes les réponses sur l escarre Qui Quoi Comment Quand Ou Escarre, comment l éviter? On peut par erreur penser que l escarre ne nous concerne pas, mais cette pathologie longue

Plus en détail

Fiche technique. Coussin d aide à la prévention des escarres en mousse à mémoire de forme A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION

Fiche technique. Coussin d aide à la prévention des escarres en mousse à mémoire de forme A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION Fiche technique Coussin d aide à la prévention des escarres en mousse à mémoire de forme A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION INFORMATIONS NECESSAIRES AU PATIENT ET A SON ENTOURAGE Ce coussin est un

Plus en détail

PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION

PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION PRÉVENIR LES LÉSIONS CUTANÉES ET LES PLAIES DE PRESSION [this pamphlet is a translation of the original English version into French ] / Preventing Skin Breakdown and Pressure Ulcers [title of the original

Plus en détail

PREVENTION DES ESCARRES

PREVENTION DES ESCARRES PREVENTION DES ESCARRES OBJECTIFS SEPECIFIQUES - Définir l escarre en se référant au contenu du cours - Expliquer le processus d installation d une escarre - Énumérer toutes les causes de l escarre - Citer

Plus en détail

La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute

La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute La prévention des plaies au talon: le rôle de l ergothérapeute Nicole O Dowd Ergothérapeute Mai 2009 Au service des personnes ayant une déficience physique ÉQUIPE DE CONSULTATION SUR LES AIDES TECHNIQUES

Plus en détail

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE Qu est ce qu une Paraplégie ou Tétraplégie? - Conséquence d une lésion de la moelle épinière ou d une atteinte diffuse des nerfs périphériques. - Évaluation du caractère complet

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

Escarre, Comment l éviter? Toutes les réponses sur l escarre QUI QUOI COMMENT QUAND OU. * Cicatriser avec vous, pour vous.

Escarre, Comment l éviter? Toutes les réponses sur l escarre QUI QUOI COMMENT QUAND OU. * Cicatriser avec vous, pour vous. Escarre, Comment l éviter? Toutes les réponses sur l escarre QUAND * Cicatriser avec vous, pour vous. Escarre, comment l éviter? O n p e u t p ar erre u r penser que l escarre ne nous concerne pas, mais

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation.

Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. 1 Bienvenue dans cette leçon portant sur l'identification, l évaluation et la surveillance du syndrome d immobilisation. À la fin de cette activité, vous serez en mesure d identifier les indicateurs de

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies ü Délai d'apparition des différentes toxidermies Quelques minutes à quelques heures : urticaire De 24 à 48h : - Pustulose éxanthémateuse aiguë généralisée - Erythème pigmenté fixe J7-J21 : - Exanthème

Plus en détail

ESCARRES. Dr A KHELIFA

ESCARRES. Dr A KHELIFA ESCARRES Dr A KHELIFA L escarre est un ulcère de pression résultant d une nécrose ischémique d un territoire cutané trop longtemps soumis à une pression entre le support sur lequel repose le patient et

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique B05-1 B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique 1. Données d u problème Le diabète est la première cause d amputation non accidentelle dont il multiplie le risque par

Plus en détail

Centre Hospitalier de Gonesse PRISE EN CHARGE PREVENTIVE DE L ESCARRE

Centre Hospitalier de Gonesse PRISE EN CHARGE PREVENTIVE DE L ESCARRE Table des matières 1 Objet 2 2 Domaine d application 2 3 Documents de références 2 4 Définitions 2 5 Principes 3 6 Description 3 7 Documents Associés 5 Escarre, Soins préventifs. Mots clés Révisions Date

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

L ESCARRE CHEZ LA PERSONNE AGEE : FATALITE OU PROBLEME DE SANTE PUBLIQUE?

L ESCARRE CHEZ LA PERSONNE AGEE : FATALITE OU PROBLEME DE SANTE PUBLIQUE? Martel Emilie Promotion 2002-2005 Travail de fin d études Diplôme d Etat d Infirmier L ESCARRE CHEZ LA PERSONNE AGEE : FATALITE OU PROBLEME DE SANTE PUBLIQUE? Institut de formation en Soins Infirmiers

Plus en détail

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications Sommaire 1. Pré-requis 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications 3. Le plâtre 3.1. Buts: 3.2. Types de plâtres 3.3. Matériel 3.4. Confection / enlèvement d un plâtre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT COMPLÉMENTS INCONTOURNABLES DU MATELAS

LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT COMPLÉMENTS INCONTOURNABLES DU MATELAS POUR EN SAVOIR + LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT COMPLÉMENTS INCONTOURNABLES DU MATELAS De plus en plus fréquemment, dans le cadre de l élaboration et de la mise en œuvre des stratégies préventives et

Plus en détail

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied?

Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? Comment prévenir les réhospitalisations d un patient diabétique avec plaie du pied? En 2010, 15 458 personnes ayant un diabète ont été hospitalisées pour plaies du pied. Dans les 12 mois suivants, 44 %

Plus en détail

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11

LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 LA CONTENTION PHYSIQUE PASSIVE DE LA PERSONNE ÂGÉ - CPPA - Cours DIU de gérontologie : le 17/11/11 PLAN DE L INTERVENTION Définition d une CPP Moyens de contention Les risques Problèmes éthiques et juridiques

Plus en détail

La gamme NImBUS SUpportS automatiques pour La prévention et Le traitement des escarres

La gamme NImBUS SUpportS automatiques pour La prévention et Le traitement des escarres La gamme NIMBUS Supports automatiques pour la prévention et le traitement des escarres with people in mind GESTION OPTIMALE DES PRESSIONS D APPUI ET AMELIORATION DU CONFORT Utilisés depuis plus de vingt

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

11/2/2012. De la prévention au traitement chirurgical. des escarres? = plaie de pression (pressure soar)

11/2/2012. De la prévention au traitement chirurgical. des escarres? = plaie de pression (pressure soar) RARE FACIAL TUMOR De la prévention au traitement chirurgical des escarres? Dr. Ali MODARRESSI Médecin Adjoint Service de chirurgie plastique, reconstructive et esthétique Hôpitaux Universitaires de Genève

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif

Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif Le Masseur-kinésithérapeute et le suivi du sportif Il participe à l évaluation physique Il participe au suivi de la pratique sportive Il participe à la réhabilitation thérapeutique GN PICHARD IFMK REIMS

Plus en détail

Causes de l incontinence urinaire

Causes de l incontinence urinaire Causes de l incontinence urinaire Transitoire - fonctionnelles (alitement pour cause médicale, non repérage des toilettes) - infection urinaire - fécalome ; - confusion ; - iatrogènies (diurétiques, sédatifs,.).

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT POINTS COMMUNS -La prise en charge est globale et interdisciplinaire. - La connaissance et la maîtrise

Plus en détail

MODIFICATIONS INDUITES PAR LE DECUBITUS

MODIFICATIONS INDUITES PAR LE DECUBITUS MODIFICATIONS INDUITES PAR LE DECUBITUS * D après l Encyclopédie médico-chirurgicale et des Pathologies de l immobilité Elisabeth Coing-Maillet Paul Calmels CHU de Saint-Etienne PLAN : 1. Introduction

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris

CONGRES SASPAS LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE. Le mardi 26 mars 2013. Caroline Terris CONGRES SASPAS Le mardi 26 mars 2013 Caroline Terris LA PRISE EN CHARGE DE L ONGLE INCARNE EN CABINET DE MEDECINE GENERALE I/ ANATOMIE DE L APPAREIL UNGUEAL L'appareil unguéal comprend le tissu péri- unguéal

Plus en détail

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités:

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités: I/ Généralités: 32 ou 34 vertèbres (7 VC+12VT+5VL+5VS+3 ou 5VCc) Fractures graves /AVP Stabilité de la fracture Pronostic neurologique II/ Fracture de l odontoïde: Axis (2ème VC après Atlas) + fréquente

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS

Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Intervention essentielle n 4 Prise en charge et amélioration des cicatrices PRINCIPAUX OBJECTIFS Connaître les caractéristiques des tissus cicatriciels en phase de remodelage. Connaître la différence entre

Plus en détail

Anne Laure Chauveau Cadre de santé Journée Colines 26 janvier 2016. Prise en charge des troubles de la continence chez la personne dépendante

Anne Laure Chauveau Cadre de santé Journée Colines 26 janvier 2016. Prise en charge des troubles de la continence chez la personne dépendante Anne Laure Chauveau Cadre de santé Journée Colines 26 janvier 2016 Prise en charge des troubles de la continence chez la personne dépendante 1 Contexte de travail Consommation importante Utilisation pas

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Protocole Contention

Protocole Contention Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.043.1 Protocole Contention SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS QUALITE

Plus en détail

La spasticité - quelle prise en charge?

La spasticité - quelle prise en charge? AVC, TCC et maladies neurologiques : Développer et actualiser notre pratique soignante Plan Introduction La spasticité - quelle prise en charge? Présentation clinique et retentissement Traitement Résumé

Plus en détail

LA CICATRISATION DIRIGEE

LA CICATRISATION DIRIGEE CLASSIFICATIONS DES PANSEMENTS EN CICATRISATION DIRIGEE UTILISATION PRATIQUE DANS LES PLAIES POST OPERATOIRES ET LES ESCARRES A.RIBAL 2007 IDE CLINICIENNE EN STOMATHERAPIE ET CICATRISATION CHU DE BORDEAUX

Plus en détail

LITS ET COUCHAGES. Lits médicaux Cahier des charges. Lits médicaux Condition de prise en charge

LITS ET COUCHAGES. Lits médicaux Cahier des charges. Lits médicaux Condition de prise en charge DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Nancy : 009 Coordonnateurs : Pr JM André, Pr J. Paysant, N. Martinet Titre : Auteur : Lits et couchages

Plus en détail

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE

TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE TRAITEMENT NON MÉDICAMENTEUX DES TROUBLES DU COMPORTEMENT EN EHPAD ET CONTENTIONS DE LA PERSONNE ÂGÉE Mazoyer A. Formation continue des équipes - EHPAD Boucard Mai 2011-79 340 Ménigoute I EN INTRODUCTION

Plus en détail

EDITO. Toutes nos formations donnent lieu à la délivrance d une attestation de participation

EDITO. Toutes nos formations donnent lieu à la délivrance d une attestation de participation Catalogue Formation 2014 En proposant ce catalogue de formation dans le domaine de la cicatrisation, le Réseau Ville Hôpital Plaies et Cicatrisation souhaite jouer son rôle d accompagnement pour l ensemble

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 janvier 2006 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 janvier 2006 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 11 janvier 2006 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références : Fabricant : SANYRENE (Corpitolinol 60), huile pour effleurage Ceux proposés

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 1 Question 1 : qu est-ce que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1? Pour répondre à cette question, il faut d abord connaître

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013

Peau. miel. Centre hospitalier universitaire de Limoges. 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex LA5_625-07/2013 LA5_625-07/2013 Peau de miel Centre hospitalier universitaire de Limoges 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex Tél. : 05 05 www.chu-limoges.fr ORIGINE DU MIEL Le miel est le produit de la

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Virtuoso. Nouvelle approche thérapeutique SANTE

Virtuoso. Nouvelle approche thérapeutique SANTE Virtuoso Nouvelle approche thérapeutique SANTE UNE CONCEPTION INNOVANTE La structure du matelas est composée d un double niveau de cellules interconnectées qui permet l élimination des pressions sur les

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LE PATIENT SUR LES CONFLITS DE LA CHEVILLE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LE PATIENT SUR LES CONFLITS DE LA CHEVILLE QU EST-CE QUE C EST? Il existe de nombreux types de «conflits» au niveau de la cheville : un tissu (os ou «parties molles») vient «se coincer» dans l articulation. La localisation peut être en avant de

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT)

Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Traitement de l incontinence urinaire d effort par pose d une bandelette sous urétrale (TOT ou TVT) Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association

Plus en détail

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée.

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée. Guide d enseignement Direction des soins infirmiers NEUROCHIRURGIE CRANIECTOMIE CLIPPAGE D ANÉVRISME Définition d un anévrisme cérébral : Un anévrisme cérébral est une faiblesse de la paroi d une artère

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Fastum 2,5 % Gel. Kétoprofène

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Fastum 2,5 % Gel. Kétoprofène Produit FASTUM 2,5% gel Société pharmaceutique (MENARINI) NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Fastum 2,5 % Gel Kétoprofène Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT (MAJ 06/05) 1/5 RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT DENOMINATION MINOXIDIL COOPER 2 pour cent, solution pour application cutanée en flacon COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Minoxidil... 1,2 g

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

La surveillance de la douleur

La surveillance de la douleur 26 La surveillance de la douleur L Association internationale pour l Étude de la douleur définit ainsi le processus douloureux comme : «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

TPN thérapie? Thérapeutique pression négative

TPN thérapie? Thérapeutique pression négative TPN thérapie? Thérapeutique pression négative QU EST CE QUE LA THERAPIE V.A.C.? Vacuum Assisted Closure Le V.A.C. est une méthode de cicatrisation active, non invasive qui fait usage d une pression négative,

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail

Formation des sauveteurs secouristes du travail. Aide-mémoire. Sauvetage secourisme du travail Formation des sauveteurs secouristes du travail Aide-mémoire Sauvetage secourisme du travail Plan d intervention SST Protéger > Examiner > Moins de trois minutes 2 Faire alerter > Secourir pour agir Dans

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L incontinence fréquente, de grave conséquence chez le sujet âgé. L incontinence

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr I.

DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr I. DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Lieu : NANCY avril 2011 Auteur : Dr I. LOIRET DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI)

FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS MOUS CHEZ LES UTILISATEURS DE DROGUES PAR INJECTION (UDI) FICHES D ENSEIGNEMENT LES COMPLICATIONS AIGUËS DE LA PEAU ET DES TISSUS

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Recommandations et bonnes pratiques dans la prise en charge. N Salles, M Barateau. Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Recommandations et bonnes pratiques dans la prise en charge. N Salles, M Barateau. Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Recommandations et bonnes pratiques dans la prise en charge des escarres en gériatrie N Salles, M Barateau Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Définition de l escarre L'escarre est une lésion cutanée

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT

STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT STENOSE LOMBAIRE DU CANAL RACHIDIEN OU CANAL LOMBAIRE ETROIT Madame, Monsieur, Vous souffrez d une sténose du canal lombaire, une intervention chirurgicale est envisagée. Afin de prendre une décision en

Plus en détail

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante,

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante, Spasticité Dr Nathalie Charbonnier, journaliste, Paris Spasticité et SEP La spasticité, un symptôme fréquent dans la SEP La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

THERAPIE EXTRACORPORELLE PAR ONDES DE CHOC DANS LA MEDECINE VETERINAIRE

THERAPIE EXTRACORPORELLE PAR ONDES DE CHOC DANS LA MEDECINE VETERINAIRE THERAPIE EXTRACORPORELLE PAR ONDES DE CHOC DANS LA MEDECINE VETERINAIRE Ondes de choc 02 03 Ondes de choc naturelles Ondes de choc focalisées Ondes de choc radiales Dans la nature, les ondes de choc sont

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE

ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE Dr. Michaël WILLERY CH ROUBAIX 4ème JOURNÉE DE FORMATION ET D INFORMATION: PRÉVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD INSTITUT GERNEZ RIEUX - CHRU LILLE

Plus en détail

Hypothyroïdie. Livret N 15 b

Hypothyroïdie. Livret N 15 b Hypothyroïdie Livret N 15 b Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 28/04/09 1 Hypothyroïdie Livret N 15 b Cette brochure a été conçue à l origine par Fernando Vera et le Professeur

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L AVC

PRISE EN CHARGE DE L AVC PRISE EN CHARGE DE L AVC Projet de soins en équipe pluridisciplinaire Mme NEISIUS I.D.E. Neurovasculaire - CHU NICE Octobre 2007 Démarche de soins dans l AVC Généralités sur l Accident Vasculaire Cérébral

Plus en détail

1-Introduction. 2-Matériel et méthodes.

1-Introduction. 2-Matériel et méthodes. Traitement des lésions pigmentaires et vasculaires cutanées par lasers : évaluation de l efficacité et de la tolérance du Cytolnat Centella crème en soin post-opératoire à visée cicatrisante. M. BASPEYRAS

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Source : www.ansm.sante.fr V1 10/2013 1/6 Sommaire - Qu est-ce

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail