auprès des entreprises

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "auprès des entreprises"

Transcription

1 Méthodologie des enquêtes structurelles auprès des entreprises De la théorie à la pratique : le cas Alice Introduction Le travail du statisticien d enquête consiste à maximiser la qualité et la fiabilité de l information sous des contraintes de budget, de matériels, de ressources humaines et de temps, en tenant compte des réalités socio-économiques. Les statisticiens interviennent à différents niveaux : de la collecte des données à la conception des systèmes d information, de l analyse de ces données à la publication. Pratiquement tous les pays effectuent des enquêtes auprès des entreprises. Ces enquêtes permettent d obtenir de l information sur l activité économique de l entreprise, son fonctionnement, ses financements, son compte de résultat, la répartition du chiffre d affaires par branches d activité, les établissements, l emploi... Ces informations recueillies permettent alors d élaborer des statistiques sectorielles et régionales, et participent à la construction des indicateurs économiques d un pays. Ces enquêtes sont réalisées en général à l aide d un sondage stratifié. Une méthodologie statistique rigoureuse, ordonnée dans le temps, est nécessaire. L expérience montre qu une formation basée sur des échanges fructueux répétitifs, oraux et écrits, est nécessaire mais insuffisante. En effet, les statisticiens d entreprise doivent se confronter à la réalité des données dans les différentes phases d une enquête, et cette étude de cas a pour objectif de placer les participants en situation. Les enquêtes structurelles posent toujours des problèmes de qualité des données, de plan de sondage et de redressements. 1/15

2 Plan 1. Généralités sur les enquêtes auprès des entreprises 1.1 Les différentes enquêtes 1.2 Les objectifs et contraintes des enquêtes structurelles 1.3 Les outils 1.4 Les phases d une enquête structurelle 2. Présentation de l étude de cas 2.1 Le contexte 2.2 Le champ de l enquête 2.3 Le plan de sondage 2.4 Les fichiers et la description des variables 3. Les contrôles des données d enquête 3.1 Les différents contrôles 3.2 Application 4. La qualité d une base de sondage 4.1 Définitions de la qualité des données et de la base de sondage 4.2 Application 5. Analyse et présentation des résultats 2/15

3 1. Généralités sur les enquêtes auprès des entreprises 1.1 Les différentes enquêtes - Enquêtes structurelles - Enquêtes conjoncturelles - Enquêtes thématiques 1.2 Les objectifs et contraintes des enquêtes structurelles Les objectifs principaux d une enquête structurelle sont en général les suivants: Produire des statistiques structurelles par secteurs d activité, Fournir des informations pour la comptabilité nationale, Corriger le répertoire statistique ou la base de sondage, Produire de la statistique régionale. On peut noter quatre types de contraintes : En pratique, la première des contraintes est budgétaire. Le budget de l enquête est la principale information nécessaire pour déterminer la taille de l échantillon. Dans une enquête, il y a des coûts fixes et des coûts variables. Bien sûr, le budget (et par conséquent la taille de l échantillon) doit être compatible avec les objectifs de publication des résultats, en particulier avec la précision souhaitée des résultats et la finesse des tabulations présentées. Les autres contraintes sont liées au temps, aux ressources humaines et au matériel disponible. 1.3 Les outils - Répertoire(s), base de sondage - Nomenclature - Plan comptable 1.4 Les phases d une enquête structurelle - Elaboration du questionnaire et test - Plan de sondage - Collecte des données - Codification et saisie - Contrôles - Redressements - Analyse des données - Diffusion de l information 3/15

4 2. Présentation de l étude de cas L apport principal de l étude de cas consiste à simuler une ou plusieurs phases des pratiques rencontrées dans la vie professionnelle. 2.1 Le contexte Il s agit, dans cette étude de cas, basée sur des données réelles, d une enquête structurelle réalisée, par sondage stratifié, auprès des entreprises de différents secteurs d activité. Cette étude va comporter 3 modules (sur 6), qui peuvent être traités successivement ou indépendamment les uns des autres, et qui correspondent à différentes phases de l enquête, à savoir : les contrôles des données, la qualité du répertoire et l analyse des résultats. Les fichiers correspondants se trouvent sous format Excel (.xls) ou en base SAS (.sd2). L atelier de formation consiste à travailler sur ces fichiers. Cette démarche interactive permet également de revoir la méthodologie et d utiliser des logiciels. Quelques modifications ont été apportées aux données réelles afin de rendre le fichier initial plus rapidement et pédagogiquement exploitable, tout en gardant la réalité du traitement des données des enquêtes. En particulier, les modifications suivantes sont intervenues : Suppression des références explicites aux entreprises et au pays afin de sauvegarder la confidentialité des données. Conservation également de quelques variables de réponses, afin de diminuer la taille du fichier et de ne pas répéter inutilement les mêmes problématiques méthodologiques. Modifications marginales de quelques données pour illustrer certaines difficultés rencontrées par ailleurs. Diminution du nombre d entreprises. Cette étude ne prétend pas pouvoir répondre à toutes les situations rencontrées dans la pratique, mais elle est toutefois relativement adéquate aux cas les plus usuels. 2.2 Le champ de l enquête Dans ce pays que nous appellerons Alice, le champ de l enquête est défini par les entreprises des secteurs suivants : Industrie, Construction, Commerce, Services et Transport. Certains des sous secteurs de ces secteurs n appartiennent pas au champ de l enquête (absence d entreprises). L unité d observation est l entreprise, définie comme une unité légalement constituée et qui dispose d une autonomie de décision. L unité locale (établissement) étant une sous unité de l entreprise. 4/15

5 Le tableau suivant présente en détail les entreprises du champ de l enquête. Une enquête exhaustive ayant lieu par ailleurs sur les hôtels (code 5511 et 5512), ces derniers ne figurent pas dans le champ de cette enquête. Les entreprises individuelles (personnes physiques) appartiennent, au même titre que les sociétés (SARL, SA,...), au champ de l enquête. Tableau 1 : Code Nace des entreprises du champ de l enquête Secteur d activité Code Nace Industrie 10 à 37, 40, 41 Construction 45 Commerce 50, 51, 52 Services 5521, 5522, 5523, 5530, , 7411, 7414, 7420, 7430, 7440, , 7483, 90, 92, 9301, 9302, 9303, 9304, 9305 Transport 6021, 6022, 6023, 6024 Le champ de l'enquête était théoriquement constitué de ces entreprises actives l année n-1 (ici 1997). Le tirage de l échantillon et la collecte des données étant réalisés durant l année n (ici 1998). Après coup, le champ de l enquête a été restreint aux entreprises actives en 97 pendant au moins 6 mois, ceci se justifie pour deux raisons. D une part, les entreprises actives au moment de la collecte des données et ayant moins de 6 mois d'activité en 1997 ont été interrogées (poursuite du questionnaire) alors que celles inactives (fermées) au moment de la collecte, ayant moins de 6 mois d'activité en 1997 n'ont pas été interrogées. D autre part, des événements ont troublé le déroulement normal de nombreuses activités économiques. La prise en compte des questionnaires qui correspondent à moins de 6 mois d activité introduirait alors des biais liés au secteur d'activité, à la région et aux effets saisonniers. Cette décision permet également d avoir des résultats plus robustes sur lesquels des études évolutives en niveau et en structure pourront être envisagées avec les futures enquêtes. Il est clair que ces événements n ont pas permis d obtenir une bonne qualité et fiabilité des réponses, ce qui fait, par ailleurs, l intérêt de cette étude. 5/15

6 2.3 Le plan de sondage Le plan de sondage est stratifié selon l'activité et la taille, à savoir le nombre de personnes occupées. L'allocation est relativement proportionnelle à l effectif de la strate dans les strates non exhaustives. La taille de l'échantillon est de 5376 entreprises et la base de sondage comprend unités. Le taux de sondage global est supérieur à 10%, avec une exhaustivité dans les strates dont l'effectif (nombre de personnes occupées) est strictement supérieur à 5 et ceci quel que soit le secteur d'activité. Le sondage est également exhaustif dans les strates où le nombre d unités est faible. Les tableaux suivants présentent les effectifs par strate selon le répertoire, le plan de sondage ainsi que les poids de sondage. Tableau 2 : Répartition des entreprises du répertoire selon les strates (secteur taille) Taille et plus Total d effectif Secteur Industrie Construction Commerce Services Transport Total Tableau 3: Répartition des entreprises échantillonnées selon les strates Taille et plus Total d effectif Secteur Industrie Construction Commerce Services Transport Total Tableau 4 : Poids de sondage selon les strates Taille et plus Total d effectif Secteur Industrie Construction Commerce Services Transport Total /15

7 2.4 Les fichiers et la description des variables Les fichiers sont les suivants : Rep, fichier issu de la base de sondage et contenant les entreprises échantillonnées (le tableau 6 en présente une description). Survey1 contient les données brutes de l enquête (cf. tableau 7). Survey2 contient les données apurées de l enquête (cf. tableau 7). Survey3 contient les données apurées et redressées de la non réponse totale (cf. tableau 8). Survey4 contient les données apurées et redressées des non réponses totales et partielles (cf. tableau 9). Tableau 5 : Correspondance entre les modules et les fichiers Modules Fichiers 1. Contrôles des données Survey1 2. Qualité du répertoire Survey2 et Rep 3. Traitement de la non réponse totale Survey2 et Rep 4. Le plan de sondage Survey3 et Rep 5. Traitement de la non réponse partielle Survey3 6. Analyse et présentation des résultats Survey4 7/15

8 Tableau 6 : Description des variables et des codes du fichier rep.* Nom de la variable Définition de la variable Codification utilisée Id (1) Secteur Nace2 Nace4 Numéro d enregistrement de l entreprise dans le répertoire. Nomenclatures économiques de synthèse Secteur d activité de l entreprise, code Nace à 2 chiffres. Secteur d activité de l entreprise, code Nace à 4 chiffres. Code numérique com : commerce const : construction ind : industrie trans : transport serv : services Nomenclature Nace à 2 chiffres Nomenclature Nace à 4 chiffres FJ Forme juridique de l entreprise 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : société par actions (SA) 5 : SARL 6 : autres Taille Nombre de personnes occupées d après le répertoire. entière Strate Nom des strates de tirage. Concaténation du secteur et de la taille (secteur_taille). La taille 6 indique que la taille est supérieure ou égale à 6 (dans le répertoire) Poids Poids de sondage (1) Les expressions des identifiants sont hétérogènes, car ce répertoire national a été construit d une part à partir des répertoires administratifs des régions et d autre part de deux sources d enregistrement. On a vérifié qu une même entreprise n avait pas deux identifiants différents et qu un identifiant correspondait à une seule entreprises. Dans ce fichier rep, la variable strate est une variable construite, la variable poids est calculée et les autres variables proviennent du répertoire administratif. 8/15

9 Tableau 7 : Description des variables et des codes du fichier survey1.* et survey2.* Nom de la variable Définition de la variable Codage utilisé Id Numéro d enregistrement de Code numérique l entreprise dans le répertoire Indrep Variable de gestion de l enquête 1 : réponse (1) 2 : refus 3 : entreprise non trouvée. Pas d information 4 : hors champ sectoriel déclaré au niveau régional (2) 5 : changement du code d identification (Id) (3) Nace4_s Secteur de l entreprise, code Nomenclature Nace à 4 chiffres Nace à 4 chiffres, d après l enquête FJ_s Forme juridique de l entreprise d après l enquête 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : SARL 5 : société par actions 6 : autres Taille_s Nombre de personnes occupées entière Duree Active d après l enquête Durée (exprimée en mois) de l activité pendant l année de référence Entreprise active au moment de l enquête. entière, inférieure ou égale à 12 1: oui 2 : non 0 : Pas d information Moisclos Mois de fermeture de l entreprise entière de 0 à 12 (0 correspond à une entreprise non fermée ou à l absence de réponse, 1 à janvier, 2 à février,...) Anclos Indenq Emploi Salaire Indca CA Année de fermeture de l entreprise Variable de gestion de l enquête qui indique la poursuite du questionnaire Nombre de salariés en équivalent temps plein Masse salariale distribuée, exprimée en unités monétaires(4) Indicateur de réponse à la partie consacrée au chiffre d affaires Chiffre d affaires total, exprimé en 100 unités monétaires (5) Code numérique à 2 chiffres 1 : oui 2 : non 0 : sans objet ou non précisé 1 : oui 3 : non 9/15

10 Remarques : (1) Ce code indique plutôt un retour du questionnaire, en excluant les cas qui correspondent aux autres modalités de cette variable. (2) Ces hors champ constatés, le furent au niveau régional au moment de la collecte des données. (3) Le code finalement enregistré dans le fichier survey1 de l enquête correspond à celui du fichier rep. Ce code est intéressant pour la gestion du répertoire, mais pour l enquête il correspond à des retours de questionnaires. (4) On constate des sous déclarations de la masse salariale pour des raisons liées aux charges sur les salaires. (5) Dans le questionnaire, les salaires et le chiffre d affaires étaient exprimés dans la même unité (pour éviter les confusions). 10/15

11 Tableau 8 : Description des variables et des codes du fichier survey3.* Ce fichier nécessaire au module 5 de traitement de la non réponse partielle ne contient que les entreprises répondantes du champ de l enquête (2432 entreprises). Nom de la variable Définition de la variable Codage utilisé Id Numéro d enregistrement de Code numérique l entreprise dans le répertoire. Strate Noms des strates de tirage. Concaténation du secteur et de la taille (secteur_taille). La taille 6 indique que la taille est supérieure ou égale à 6 (dans le répertoire) Nace4 Secteur d activité de l entreprise, Nomenclature Nace à 4 chiffres Nace à 4 chiffres (répertoire) Nace4_s Secteur d activité de l entreprise, Nomenclature Nace à 4 chiffres code Nace à 4 chiffres, d après l enquête FJ_s Forme juridique de l entreprise d après l enquête 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : SARL 5 : société par actions 6 : autres Taille_s Nombre de personnes occupées entière Duree Emploi Salaire Indca CA nw d après l enquête. Durée (exprimée en mois) de l activité pendant l année de référence. Nombre de salariés en équivalent temps plein Masse salariale distribuée, exprimée en unités monétaires(3) Indicateur de réponse à la partie consacrée au chiffre d affaires Chiffre d affaires total, exprimé en 100 unités monétaires Nouveau poids de sondage (après traitement de la non réponse totale et des hors champ) entière, inférieure ou égale à 12 0 : sans objet ou non précisé 1 : oui 3 : non 11/15

12 Tableau 9 : Description des variables et des codes du fichier survey4.* Ce fichier nécessaire au module 6 d analyse et de présentation des résultats de traitement ne contient que les entreprises répondantes du champ de l enquête dont les réponses sont exploitables pour une publication. Nom de la variable Définition de la variable Codage utilisé Id Numéro d enregistrement de l entreprise dans le répertoire. Code numérique Strate Noms des strates de tirage. Concaténation du secteur et de la taille (secteur_taille). La taille 6 indique que la taille est supérieure ou égale à 6 (dans le répertoire) Nace4_s FJ_s Taille_s Duree Emploi Salaire CA nw Secteur d activité de l entreprise, code Nace à 4 chiffres, d après l enquête Forme juridique de l entreprise d après l enquête Nombre de personnes occupées d après l enquête. Durée (exprimée en mois) de l activité pendant l année de référence. Nombre de salariés en équivalent temps plein Masse salariale distribuée, exprimée en unités (3) Chiffre d affaires total, exprimé en 100 unités Nouveau poids de sondage (après traitement de la non réponse totale et des hors champ) Nomenclature Nace à 4 chiffres 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : SARL 5 : société par actions 6 : autres entière entière, inférieure ou égale à 12 12/15

13 3. Les contrôles des données d enquête Cette première étape indispensable vient immédiatement après la saisie des questionnaires. Et la pratique montre que ces contrôles doivent être méthodiques et rigoureux. Ce module a pour objectif d amener les participants à une réflexion et une pratique sur l apurement des données. 3.1 Les différents contrôles - Contrôles univariés - Contrôles de cohérence interne - Contrôles de vraisemblance - Contrôles agrégés 3.2 Application Le fichier permet de présenter et de mettre en oeuvre les contrôles suivants : - Contrôles de saisie et de codification sur différentes variables. - Présence de valeurs manquantes et de valeurs ou de modalités atypiques. - Contrôles de cohérence interne (relations logiques, équilibres comptables). - Contrôles de vraisemblance, à l aide de ratios. 13/15

14 4. La qualité d une base de sondage Ce module a pour objectif d amener les participants à une réflexion sur l importance d avoir une base de sondage de bonne qualité pour les enquêtes. 4.1 Définitions de la qualité des données et de la base de sondage On peut donner deux définitions de la qualité des données : Une définition statistique fondée sur la précision des estimateurs, l existence ou non de biais et la vérification des hypothèses. Une définition plus large pour les gestionnaires, à savoir l adaptation des informations aux besoins des utilisateurs. Au niveau de l Union Européenne, 4 critères de qualité du répertoire sont proposés : Au moins 95% des entreprises créées l année n doivent être enregistrées et donc présentes dans la base de sondage l année n+1. Ceci pour avoir une bonne couverture des entrées. Le taux des enregistrements multiples doit être inférieur à 1%. Un sous enregistrement des cessations d activité, est inéluctable, mais le taux de ces faux actifs doit être, dans chaque strate, inférieur à 2 fois le taux des cessations d activité déclarées. Les erreurs de classement, dans la base de sondage, des entreprises selon l activité et la taille détériorent la précision des estimations. Il est donc recommandé de contrôler ces variables et plus généralement toutes les variables de stratification : une fois par an pour les unités échantillonnées et au moins une fois tous les 4 ans pour les autres. 4.2 Application La base de sondage doit permettre de repérer sans ambiguïté les unités, être exhaustive, sans double compte et si possible contenir des informations auxiliaires. La base de sondage doit comporter également des informations sur l entreprise : secteur d activité, taille, forme juridique, unités locales, adresse...ce module donne aussi l occasion d aborder les questions de nomenclature et de codification de l activité principale. 14/15

15 5. Analyse et présentation des résultats Les résultats seront analysés à travers des analyses unidimensionnelles et bidimensionnelles, sans oublier les questions importantes de présentation de ces résultats. Différentes formes de tableaux et de graphiques seront présentées. Les graphiques sont souvent préférables aux formules mathématiques. Produire des chiffres ne suffit pas, il faut aussi être capable de juger de leur fiabilité, de les interpréter et de les communiquer. L analyse des résultats des enquêtes structurelles auprès des entreprises permet d élaborer schématiquement trois sortes de publication en fonction des objectifs et du public cible : - Un bulletin court synthétique (de quatre pages, par exemple) qui contient les informations générales principales et qui doit être rapidement disponible. - Des publications plus approfondies sur un thème (l emploi, la démographie des entreprises,...) ou un secteur d activité. Dans ce dernier cas, les analyses mettront en évidence les spécificités sectorielles. - Des comparaisons régionales sur les localisations et l importance des activités sectorielles. Quels sont les résultats à présenter? Comment présenter les résultats? Michel GRUN-REHOMME 15/15

Sources et méthodes. Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes

Sources et méthodes. Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes Sources et méthodes Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes L enquête s intéresse aux difficultés rencontrées par les PME employant au moins 10 personnes pour se financer,

Plus en détail

Comment calculer la précision des estimateurs composites d Esane

Comment calculer la précision des estimateurs composites d Esane Comment calculer la précision des estimateurs composites d Esane Thomas Deroyon Insee - 18 Bd Adolphe Pinard Paris, thomas.deroyon@insee.fr Résumé. Les statistiques structurelles d entreprise permettent

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

LA SÉRIE TRIMESTRIELLE D HEURES SUPPLÉMENTAIRES ISSUE DE L ENQUÊTE ACEMO : éléments méthodologiques

LA SÉRIE TRIMESTRIELLE D HEURES SUPPLÉMENTAIRES ISSUE DE L ENQUÊTE ACEMO : éléments méthodologiques LA SÉRIE TRIMESTRIELLE D HEURES SUPPLÉMENTAIRES ISSUE DE L ENQUÊTE ACEMO : éléments méthodologiques Sont présentés ici les éléments méthodologiques détaillant les traitements effectués par la Dares pour

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique 28 juin 2001 Préparé par : La Division des méthodes des enquêtes auprès des entreprises et La Division

Plus en détail

Enquête sur la structure des entreprises: description et information méthodologique

Enquête sur la structure des entreprises: description et information méthodologique Enquête sur la structure des entreprises: description et information méthodologique Objectif L Enquête sur la structure des entreprises (ci-après l enquête structurelle ) a pour but de produire des données

Plus en détail

Enquête sur les coûts de transport et d'assurance liés à l'acheminement des marchandises réalisée en 2015

Enquête sur les coûts de transport et d'assurance liés à l'acheminement des marchandises réalisée en 2015 http://lekiosque.finances.gouv.fr Etudes et éclairages Janvier 2016 Les entreprises de taille intermédiaire réalisent un tiers des exportations françaises Enquête sur les coûts de transport et d'assurance

Plus en détail

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981)

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) JO n 16 du 15 août 1976 TITRE I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

Jean Michel Soler 28/06/2013

Jean Michel Soler 28/06/2013 ECOLE POLYTECHNIQUE LIMESURVEY Guide d utilisation Jean Michel Soler 28/06/2013 Guide d utilisation de la solution LIMESURVEY basé sur la version 2.0 Table des matières Présentation de l outil :... 2 Connexion

Plus en détail

Fiche qualité Enquête ACEMO-TPE 2009

Fiche qualité Enquête ACEMO-TPE 2009 Dares / D-SCS Juin 2011 Fiche qualité Enquête ACEMO-TPE 2009 1) Fiche descriptive de l enquête Carte d identité Nom Activité et conditions d emploi de la main d œuvre (ACEMO) Enquête annuelle sur les petites

Plus en détail

Chapitre IV. Eléments justificatifs et échantillonnage: Base de l opinion du réviseur

Chapitre IV. Eléments justificatifs et échantillonnage: Base de l opinion du réviseur Chapitre IV Eléments justificatifs et échantillonnage: Base de l opinion du réviseur L opinion qu un auditeur indépendant exprime sur la sincérité des documents financiers c une entreprise est basée sur

Plus en détail

Projet subventionné par la Commission Européenne.

Projet subventionné par la Commission Européenne. Projet du Ministère de la Promotion Féminine «L égalité de salaire, défi du développement démocratique et économique» réalisé dans le cadre de la stratégie communautaire en matière d égalité entre les

Plus en détail

Formulaire n 1 : Identification de la structure

Formulaire n 1 : Identification de la structure FICHE TECHNIQUE 1 Formulaire n 1 : Identification de la structure Nom du gestionnaire Dans le cas d un gestionnaire gérant plusieurs structures, merci d indiquer le nom de l organismemère. Nom de la structure

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011 VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT Juin 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA VÉRIFICATION INTERNE (DGVI) Projet no : 2011-08 AGENCE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

INTERPRÉTATION DES CODES RETOUR DANS LE PRÉFIXE A1

INTERPRÉTATION DES CODES RETOUR DANS LE PRÉFIXE A1 INTERPRÉTATION DES CODES RETOUR DANS LE PRÉFIXE A1 Contenu 1 INTRODUCTION...1 2 EXPLICATIONS GÉNÉRALES...1 2.1 CAS IDÉAL...1 2.2 QUESTIONS GÉNÉRALES...2 2.3 EXAMEN DES SITUATIONS POSSIBLES...2 2.3.1 Ceci

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE LABORATOIRE D ETUDES DE MARCHES ET STATISTIQUE APPLIQUEE

DOSSIER PEDAGOGIQUE LABORATOIRE D ETUDES DE MARCHES ET STATISTIQUE APPLIQUEE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE D ENSEIGNEMENT LABORATOIRE D ETUDES DE MARCHES ET

Plus en détail

Explo4 Exploration des projets

Explo4 Exploration des projets Explo4 Exploration des projets SERVICE DES FINANCES Équipe de formation PeopleSoft version 8.9 Juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 LES CRITERES DE RECHERCHE...2 LES CRITERES COMMUNS A TOUTE

Plus en détail

LA METHODE EXPERTIZERS APPLIQUEE AU MRP2 (MANAGEMENT DES RESSOURCES DE PRODUCTION)

LA METHODE EXPERTIZERS APPLIQUEE AU MRP2 (MANAGEMENT DES RESSOURCES DE PRODUCTION) LA METHODE EXPERTIZERS APPLIQUEE AU MRP2 (MANAGEMENT DES RESSOURCES DE PRODUCTION) Définition tirée de Wikipédia: MRP2, en anglais Manufacturing Resources Planning two. En plus du calcul des besoins nets

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue Les avis de la Chambre des Métiers Code du travail formation continue Projet de loi portant modification des articles L. 542-7. à L. 542-14., ainsi que des articles L. 542-17. et L. 542-19. du Livre

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Le score Ellipro. Présentation du système de scoring Code de déontologie

Le score Ellipro. Présentation du système de scoring Code de déontologie Le score Ellipro Présentation du système de scoring Code de déontologie I. Présentation du système de scoring Ellisphere est leader en France en matière de diffusion d informations légales, économiques

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri Hassan El Mansouri 1 Plan du cours Problématique et naissance du génie logiciel Cycle de développement, cycle de vie, cahier des charges Patrons de conception Programmation par composants, réutilisation

Plus en détail

Comptabilité et gestion touristique CTB-22143

Comptabilité et gestion touristique CTB-22143 Faculté des sciences de l administration École de comptabilité PLAN DE COURS Hiver 2008 14 janvier 2008 Comptabilité et gestion touristique CTB-22143 Ce est un spécifique au programme de Certificat en

Plus en détail

La discrimination sur le marché du travail :

La discrimination sur le marché du travail : La discrimination sur le marché du travail : Théories et mesures Emmanuel Duguet Université Paris Est-Créteil Novembre 2010 Introduction Définition : situation dans laquelle deux travailleurs identiquement

Plus en détail

Sage 100 et Sage Paie Edition Pilotée

Sage 100 et Sage Paie Edition Pilotée Sage 100 et Sage Paie Edition Pilotée Prise en main rapide 2011 Sage Composition du progiciel Votre progiciel est composé d'un boîtier de rangement comprenant : le dvd-rom sur lequel est enregistré le

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION A.2 BASE DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION A.2 BASE DE SONDAGE PLAN DE SONDAGE ANNEXE A A.1 INTRODUCTION La troisième Enquête Démograpque et de Santé et à Indicateurs Multiples au Niger (EDSN- MICS III) fait suite à celle réalisée en 1998 (EDSN II). Elle porte sur

Plus en détail

Financement des clubs

Financement des clubs Financement des clubs Cotisations, subventions, mécénat, manifestations Contact : FFJDA secteur formation formation@ffjudo.com Étude préliminaire 1. Projet club Pour pouvoir définir une politique de financement

Plus en détail

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel

Génie Logiciel. Hassan El Mansouri. Plan du cours. Problématique du Génie Logiciel Hassan El Mansouri 1 Plan du cours Cycle de développement, cycle de vie, cahier des charges Patrons de conception Programmation par composants, réutilisation de composants Gestion des exceptions Stratégies

Plus en détail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail rapport d analyse FORMASTAT 2007 Analyse quantitative de l activité de formation des entreprises bénéficiaires de l aide financière de l État en matière de formation professionnelle continue en 2007 I

Plus en détail

Note Méthodologique concernant le codage des professions et secteurs d activités des mères de la cohorte ELFE

Note Méthodologique concernant le codage des professions et secteurs d activités des mères de la cohorte ELFE Note Méthodologique concernant le codage des professions et secteurs d activités des mères de la cohorte ELFE Equipe Santé Travail Environnement, ISPED Centre Inserm U897, Université de Bordeaux Responsable

Plus en détail

Organiser et exploiter le fichier Clients

Organiser et exploiter le fichier Clients G Organiser et exploiter le fichier Clients Définition La GRC est l'ensemble des outils et techniques destinés à capter, traiter, analyser les informations relatives aux clients et aux prospects, dans

Plus en détail

Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion intégré. Entre méconnaissance et satisfaction.

Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion intégré. Entre méconnaissance et satisfaction. Haute école de gestion de Genève CRAG - Centre de Recherche Appliquée en Gestion Cahier de recherche (résumé) Résumé de l étude du comportement des PME/PMI suisses en matière d adoption de système de gestion

Plus en détail

Chapitre 1 GRAPHIQUES

Chapitre 1 GRAPHIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 1 GRAPHIQUES On entend souvent qu un schéma vaut mieux qu un long discours. Effectivement, lorsque l on

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Note aux utilisateurs de LDPaye Calcul de la réduction Fillon dans le domaine du transport routier

Note aux utilisateurs de LDPaye Calcul de la réduction Fillon dans le domaine du transport routier Note aux utilisateurs de LDPaye Calcul de la réduction Fillon dans le domaine du transport routier Révision 4 Janvier 2012 Toutes les modifications relatives aux nouveautés de Janvier 2012 figurent en

Plus en détail

Services de comptabilité

Services de comptabilité N o 63-256-X au catalogue. Bulletin de service Services de comptabilité 2012. Faits saillants Les revenus d exploitation de l industrie des services de comptabilité ont atteint 15,0 milliards de dollars,

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

COMPTABILITE DE GESTION TOURISTIQUE CTB-22143 / CTB-1600

COMPTABILITE DE GESTION TOURISTIQUE CTB-22143 / CTB-1600 Faculté des sciences de l administration École de comptabilité PLAN DE COURS Hiver 2009 Le 23 décembre 2008 COMPTABILITE DE GESTION TOURISTIQUE CTB-22143 / CTB-1600 Ce cours est un cours spécifique au

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

ENQUETE "PREFERENCES DECLAREES" SUR LE CHOIX DE LOCALISATION RESIDENTIELLE ET LE CHOIX MODAL A BRUXELLES. Sylvie Gayda STRATEC s.a.

ENQUETE PREFERENCES DECLAREES SUR LE CHOIX DE LOCALISATION RESIDENTIELLE ET LE CHOIX MODAL A BRUXELLES. Sylvie Gayda STRATEC s.a. ENQUETE "PREFERENCES DECLAREES" SUR LE CHOIX DE LOCALISATION RESIDENTIELLE ET LE CHOIX MODAL A BRUXELLES Sylvie Gayda STRATEC s.a., Belgique Présenté à Paris lors du Congrès International Francophone de

Plus en détail

INTRODUCTION PRESENTATION DES INSTRUMENTS DE LA SAISIE. Questionnaire ménage

INTRODUCTION PRESENTATION DES INSTRUMENTS DE LA SAISIE. Questionnaire ménage INTRODUCTION Le Recensement Général de la population est une opération de grande envergure et l'obtention des résultats visés est subordonnée à de multiples travaux dont la cartographie, la collecte et

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

AMÉLIORATIONS RÉCENTES AU PROCESSUS DE CODAGE AUTOMATISÉ DE L'ACTIVITÉ INDUSTRIELLE POUR LE REGISTRE DES ENTREPRISES DE STATISTIQUE CANADA

AMÉLIORATIONS RÉCENTES AU PROCESSUS DE CODAGE AUTOMATISÉ DE L'ACTIVITÉ INDUSTRIELLE POUR LE REGISTRE DES ENTREPRISES DE STATISTIQUE CANADA Assemblée annuelle de la SSC, juin 2009 Recueil de la Section des méthodes d enquête AMÉLIORATIONS RÉCENTES AU PROCESSUS DE CODAGE AUTOMATISÉ DE L'ACTIVITÉ INDUSTRIELLE POUR LE REGISTRE DES ENTREPRISES

Plus en détail

MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE

MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE 1 Fonctionnement général À partir de l édition Professional, Wings Logistique inclut la possibilité de lire les données de stock par le biais d un ou plusieurs fichiers

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel Vente Prospection - Négociation Suivi-clientèle

Baccalauréat Professionnel Vente Prospection - Négociation Suivi-clientèle Nom : Prénom : Dossier de formation en milieu professionnel Baccalauréat Professionnel Vente Prospection - Négociation Suivi-clientèle Lycée Professionnel Louise Michel 12 rue Jean-Baptiste Clément 93800

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Refonte des enquêtes ACEMO. Réunion de la formation Emploi, revenus du CNIS. 14 février 2005

Refonte des enquêtes ACEMO. Réunion de la formation Emploi, revenus du CNIS. 14 février 2005 Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion sociale Refonte des enquêtes ACEMO Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) Sous-direction des salaires, du travail

Plus en détail

Tutoriel ORBIS ANNUAIRE ENTREPRISES

Tutoriel ORBIS ANNUAIRE ENTREPRISES 1 Tutoriel ORBIS ANNUAIRE ENTREPRISES Orbis représente un panorama complet des sociétés cotées et non cotées au niveau mondial. Son interface est d une grande facilité d utilisation. L usage des technologies

Plus en détail

PROCESSUS N 2 : GESTION DES RELATIONS AVEC LES SALARIES ET LES ORGANISMES SOCIAUX

PROCESSUS N 2 : GESTION DES RELATIONS AVEC LES SALARIES ET LES ORGANISMES SOCIAUX PROCESSUS N 2 : GESTION DES RELATIONS AVEC LES SALARIES ET LES ORGANISMES SOCIAUX Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 2.1.Assurer la veille juridique

Plus en détail

septembre 2008 DataLab

septembre 2008 DataLab septembre 2008 DataLab Comment réaliser un score performant en quelques minutes DataLab, Logiciel distribué par AMABIS www.amabis.com Tel 01 45 36 45 00 Solutions d Optimisation du Marketing Un aperçu

Plus en détail

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ;

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; PROJET PERSONNEL Critère A Utilisation du journal de bord démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; communiquer et collaborer avec leur superviseur ; démontrer

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

PARIS, LE11 DECEMBRE 2003. Le ministre délégué aux libertés locales. Mesdames et Messieurs les préfets. Circulaire n NOR/LBL/B/03/10081/C

PARIS, LE11 DECEMBRE 2003. Le ministre délégué aux libertés locales. Mesdames et Messieurs les préfets. Circulaire n NOR/LBL/B/03/10081/C DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES ELUS LOCAUX ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Affaire suivie par : Christophe Renou Tél. : 01.40.07.24.10 Fax : 01.49.27.38.93 Mél.

Plus en détail

Rapport sur les estimations trimestrielles d emploi

Rapport sur les estimations trimestrielles d emploi Rapport sur les estimations trimestrielles d emploi Le 10 décembre 2009, l Insee a publié une estimation de l emploi salarié du T3 2009 dans les secteurs marchands révisée de - 87 600 par rapport à l estimation

Plus en détail

MIGRATION DE DONNÉES

MIGRATION DE DONNÉES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés comme un engagement de la société REVER.

Plus en détail

Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999

Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999 Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999 1. Concepts Les résultats de l'enquête de 1999 sur l'industrie de la construction

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Esane, le dispositif rénové de production. des statistiques annuelles d entreprises)

Esane, le dispositif rénové de production. des statistiques annuelles d entreprises) Esane, le dispositif rénové de production des statistiques structurelles d entreprises Philippe Brion, chef du département Répertoires, Infrastructures et Statistiques structurelles à la direction générale

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE)

Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE) Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE) Le fichier du Programme d analyse longitudinale de l emploi (PALE), qui est élaboré et tenu par la Division de l analyse des entreprises et du marché

Plus en détail

ANNEXE N 5 JUSTIFICATION AU PREMIER EURO DES DÉPENSES AUTRES QUE DE PERSONNEL (HT2)

ANNEXE N 5 JUSTIFICATION AU PREMIER EURO DES DÉPENSES AUTRES QUE DE PERSONNEL (HT2) JUSTIFICATION AU PREMIER EURO DES DÉPENSES AUTRES QUE DE PERSONNEL (HT2) Document de référence : guide de la justification au premier euro des crédits du PLF 2012 annexé à la circulaire 1BLF-11-3090 du

Plus en détail

La lettre. Le contenu du reporting mensuel de l entreprise. Un indispensable outil de mesure de la performance financière

La lettre. Le contenu du reporting mensuel de l entreprise. Un indispensable outil de mesure de la performance financière Octobre 28 DOSSIER : Gestion d entreprise 36 Le contenu du reporting mensuel de l entreprise Olivier AVRIL Gérant Associé d Acting-finances oavril@acting-finances.com 6 25 78 11 44 35, rue Arthème Genteur

Plus en détail

PLAN : Introduction. Conclusion

PLAN : Introduction. Conclusion Bilan social PLAN : Introduction 1- Définition 2-Historique 3-Objectifs 4-Contenu 5-Principaux indicateurs d un BS 6-Les étapes de réalisation d un BS 7-Exploitation & limites 8- Valorisation des tableaux

Plus en détail

INFO Septembre 2015 loi de transposition de la directive sur les bilans critères rehaussés bilan 2014

INFO Septembre 2015 loi de transposition de la directive sur les bilans critères rehaussés bilan 2014 INFO Septembre 2015 La loi de transposition de la directive sur les bilans (Bilanzrichtlinie- Umsetzungsgesetz BilRUG) a été acceptée par le Conseil fédéral le 10/07/2015 et sera donc publiée sous peu

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL SOFT ECOLES

GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL SOFT ECOLES 1 GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL SOFT ECOLES SOFT ECOLES est un logiciel de gestion scolaire automatisée avec des fonctionnalités qui permettent un suivi des inscriptions, des règlements des différents

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Service général des Affaires pédagogiques, de la Recherche

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Les diagrammes de flux d informations

Les diagrammes de flux d informations Les diagrammes de flux d informations Le système d information Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Notions Description Représentation des flux d information d une activité commerciale

Plus en détail

Niveau. Situations étudiées. Type d activité. Durée. Objectifs

Niveau. Situations étudiées. Type d activité. Durée. Objectifs Fourchettes, non réponses, fausses réponses et redressements... : la cuisine mathématique des sondages Niveau Exercice 1 : 3 ème 2 nde. Exercice 2 : 3 ème 2 nde. Exercice 3 : Seconde ou première. Exercice

Plus en détail

Distribution de films cinématographiques et de vidéos

Distribution de films cinématographiques et de vidéos N o 87F0010X au catalogue. Bulletin de service Distribution de films cinématographiques et de vidéos 2010. Faits saillants Les revenus d exploitation totaux de l industrie de distribution de productions

Plus en détail

DEB sur Prodouane DTI+ : Importation de fichiers. DEB sur Prodouane

DEB sur Prodouane DTI+ : Importation de fichiers. DEB sur Prodouane DEB sur Prodouane DTI+ : Importation de fichiers Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Version de l application : 7. Version du document :.0 Date de création : Mars 009 Date de mise à jour

Plus en détail

ECE/CES/2015/30. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens

ECE/CES/2015/30. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 9 avril 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/30 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes :

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes : Mars 2013 POSITION DE LA CGPME SUR LE PROJET DE LOI RELATIF A LA SÉCURISATION DE L EMPLOI DEPOSÉ SUR LE BUREAU DE L ASSEMBLÉE NATIONALE, NOTAMMENT SOUS L ANGLE DE LA CORRESPONDANCE AVEC L ACCORD NATIONAL

Plus en détail

Projet 1 : QCM en ligne

Projet 1 : QCM en ligne Chaque groupe choisit un projet parmi ceux proposés ci-après. Il ne peut y avoir deux groupes sur le même projet. Les projets proposés peuvent paraître de complexité et de taille différentes, il en sera

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

GESTION DE LA PRODUCTION.

GESTION DE LA PRODUCTION. GESTION DE LA PRODUCTION. L entreprise est une organisation qui produit des biens et des services pour un marché. Dans une entreprise industrielle, l activité de production consiste à transformer des matières

Plus en détail

Cahier des charges. Consultation pour la réalisation d une étude sur :

Cahier des charges. Consultation pour la réalisation d une étude sur : 12/10/2015 Cahier des charges Consultation pour la réalisation d une étude sur : «Évolution de l ingénierie française de la Construction liée au BIM (Building Information Modeling)» CDC ETUDE BIM COPIIEC

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC

Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Création et vérification d une base de données sur les entreprises de crédit-bail dans le cadre de la LFPEC Rapport présenté à Industrie Canada Avril 2001 Compas Inc. Multi-Audience Research Ottawa et

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire

Plus en détail

Pégase 3 La DADS CRC (Retraite) Dernière révision le 21/10/2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 La DADS CRC (Retraite) Dernière révision le 21/10/2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 La DADS CRC (Retraite) Dernière révision le 21/10/2005 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Paramétrage avant traitement... 4 Fiche Centre de cotisation...4 Fiche Établissement...5

Plus en détail

Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité

Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité Le cadre et la finalité Fiche de la comptabilité 1 Définition La comptabilité est un système d organisation de l information financière qui permet à la fois de saisir, de classer et d enregistrer l ensemble

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

QCM DIRECT. Solution de correction automatisée de Questionnaires à Choix Multiples (QCM) Auteur : Anaïs HORDE

QCM DIRECT. Solution de correction automatisée de Questionnaires à Choix Multiples (QCM) Auteur : Anaïs HORDE QCM DIRECT Solution de correction automatisée de Questionnaires à Choix Multiples (QCM) Auteur : Anaïs HORDE Date de création : 24/04/2015 Date de modification : 24/04/2015 SOMMAIRE 1QU EST-CE QUE QCM

Plus en détail

Système 3COH. Quelques outils de contrôle du logiciel 3COH. 3COH. Outils de contrôle du logiciel. Septembre 2013 1

Système 3COH. Quelques outils de contrôle du logiciel 3COH. 3COH. Outils de contrôle du logiciel. Septembre 2013 1 Système 3COH Quelques outils de contrôle du logiciel 3COH 3COH. Outils de contrôle du logiciel. Septembre 2013 1 Introduction Le système 3COH comporte un certain nombre d outils qui visent à aider l utilisateur

Plus en détail

Licence professionnelle Management et ingénierie des systèmes de production

Licence professionnelle Management et ingénierie des systèmes de production Formations et diplômes Rapport d évaluation Licence professionnelle Management et ingénierie des systèmes de production Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA

Colruyt industrialise sa gestion des risques avec MEGA industrialise sa gestion des risques avec MEGA Principaux objectifs Industrialiser l évaluation, le suivi et le contrôle des risques opérationnels. Disposer d un référentiel unique d informations fiables,

Plus en détail

Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information

Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information Évaluation, données quantitatives et systèmes d'information Principes généraux de la démarche d'évaluation De la mesure au jugement : considérations épistémologiques Les outils de l'évaluation Évaluation

Plus en détail

SIPAMER MANUEL D UTILISATION

SIPAMER MANUEL D UTILISATION SIPAMER SYSTEME D INFORMATION DU PROJET D APPUI AUX MICRO- ENTREPRISES RURALES MANUEL D UTILISATION Version 2.0 Mars 2007 Préparé par : Andry RANOHAVIMBOAHANGY 11 BP 530 Ouagadogou 11 Tél. : 78 02 96 87

Plus en détail

SOL1020- Hiver 2016 INTRODUCTION À LA STATISTIQUE SOCIALE El Hadj Touré, Ph. D. Sociologie

SOL1020- Hiver 2016 INTRODUCTION À LA STATISTIQUE SOCIALE El Hadj Touré, Ph. D. Sociologie Faculté des arts et des sciences Département de sociologie SOL1020- Hiver 2016 INTRODUCTION À LA STATISTIQUE SOCIALE El Hadj Touré, Ph. D. Sociologie Horaire du cours : Théorie :, 13:00-15:00 (B-3325 Pav.

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail