auprès des entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "auprès des entreprises"

Transcription

1 Méthodologie des enquêtes structurelles auprès des entreprises De la théorie à la pratique : le cas Alice Introduction Le travail du statisticien d enquête consiste à maximiser la qualité et la fiabilité de l information sous des contraintes de budget, de matériels, de ressources humaines et de temps, en tenant compte des réalités socio-économiques. Les statisticiens interviennent à différents niveaux : de la collecte des données à la conception des systèmes d information, de l analyse de ces données à la publication. Pratiquement tous les pays effectuent des enquêtes auprès des entreprises. Ces enquêtes permettent d obtenir de l information sur l activité économique de l entreprise, son fonctionnement, ses financements, son compte de résultat, la répartition du chiffre d affaires par branches d activité, les établissements, l emploi... Ces informations recueillies permettent alors d élaborer des statistiques sectorielles et régionales, et participent à la construction des indicateurs économiques d un pays. Ces enquêtes sont réalisées en général à l aide d un sondage stratifié. Une méthodologie statistique rigoureuse, ordonnée dans le temps, est nécessaire. L expérience montre qu une formation basée sur des échanges fructueux répétitifs, oraux et écrits, est nécessaire mais insuffisante. En effet, les statisticiens d entreprise doivent se confronter à la réalité des données dans les différentes phases d une enquête, et cette étude de cas a pour objectif de placer les participants en situation. Les enquêtes structurelles posent toujours des problèmes de qualité des données, de plan de sondage et de redressements. 1/15

2 Plan 1. Généralités sur les enquêtes auprès des entreprises 1.1 Les différentes enquêtes 1.2 Les objectifs et contraintes des enquêtes structurelles 1.3 Les outils 1.4 Les phases d une enquête structurelle 2. Présentation de l étude de cas 2.1 Le contexte 2.2 Le champ de l enquête 2.3 Le plan de sondage 2.4 Les fichiers et la description des variables 3. Les contrôles des données d enquête 3.1 Les différents contrôles 3.2 Application 4. La qualité d une base de sondage 4.1 Définitions de la qualité des données et de la base de sondage 4.2 Application 5. Analyse et présentation des résultats 2/15

3 1. Généralités sur les enquêtes auprès des entreprises 1.1 Les différentes enquêtes - Enquêtes structurelles - Enquêtes conjoncturelles - Enquêtes thématiques 1.2 Les objectifs et contraintes des enquêtes structurelles Les objectifs principaux d une enquête structurelle sont en général les suivants: Produire des statistiques structurelles par secteurs d activité, Fournir des informations pour la comptabilité nationale, Corriger le répertoire statistique ou la base de sondage, Produire de la statistique régionale. On peut noter quatre types de contraintes : En pratique, la première des contraintes est budgétaire. Le budget de l enquête est la principale information nécessaire pour déterminer la taille de l échantillon. Dans une enquête, il y a des coûts fixes et des coûts variables. Bien sûr, le budget (et par conséquent la taille de l échantillon) doit être compatible avec les objectifs de publication des résultats, en particulier avec la précision souhaitée des résultats et la finesse des tabulations présentées. Les autres contraintes sont liées au temps, aux ressources humaines et au matériel disponible. 1.3 Les outils - Répertoire(s), base de sondage - Nomenclature - Plan comptable 1.4 Les phases d une enquête structurelle - Elaboration du questionnaire et test - Plan de sondage - Collecte des données - Codification et saisie - Contrôles - Redressements - Analyse des données - Diffusion de l information 3/15

4 2. Présentation de l étude de cas L apport principal de l étude de cas consiste à simuler une ou plusieurs phases des pratiques rencontrées dans la vie professionnelle. 2.1 Le contexte Il s agit, dans cette étude de cas, basée sur des données réelles, d une enquête structurelle réalisée, par sondage stratifié, auprès des entreprises de différents secteurs d activité. Cette étude va comporter 3 modules (sur 6), qui peuvent être traités successivement ou indépendamment les uns des autres, et qui correspondent à différentes phases de l enquête, à savoir : les contrôles des données, la qualité du répertoire et l analyse des résultats. Les fichiers correspondants se trouvent sous format Excel (.xls) ou en base SAS (.sd2). L atelier de formation consiste à travailler sur ces fichiers. Cette démarche interactive permet également de revoir la méthodologie et d utiliser des logiciels. Quelques modifications ont été apportées aux données réelles afin de rendre le fichier initial plus rapidement et pédagogiquement exploitable, tout en gardant la réalité du traitement des données des enquêtes. En particulier, les modifications suivantes sont intervenues : Suppression des références explicites aux entreprises et au pays afin de sauvegarder la confidentialité des données. Conservation également de quelques variables de réponses, afin de diminuer la taille du fichier et de ne pas répéter inutilement les mêmes problématiques méthodologiques. Modifications marginales de quelques données pour illustrer certaines difficultés rencontrées par ailleurs. Diminution du nombre d entreprises. Cette étude ne prétend pas pouvoir répondre à toutes les situations rencontrées dans la pratique, mais elle est toutefois relativement adéquate aux cas les plus usuels. 2.2 Le champ de l enquête Dans ce pays que nous appellerons Alice, le champ de l enquête est défini par les entreprises des secteurs suivants : Industrie, Construction, Commerce, Services et Transport. Certains des sous secteurs de ces secteurs n appartiennent pas au champ de l enquête (absence d entreprises). L unité d observation est l entreprise, définie comme une unité légalement constituée et qui dispose d une autonomie de décision. L unité locale (établissement) étant une sous unité de l entreprise. 4/15

5 Le tableau suivant présente en détail les entreprises du champ de l enquête. Une enquête exhaustive ayant lieu par ailleurs sur les hôtels (code 5511 et 5512), ces derniers ne figurent pas dans le champ de cette enquête. Les entreprises individuelles (personnes physiques) appartiennent, au même titre que les sociétés (SARL, SA,...), au champ de l enquête. Tableau 1 : Code Nace des entreprises du champ de l enquête Secteur d activité Code Nace Industrie 10 à 37, 40, 41 Construction 45 Commerce 50, 51, 52 Services 5521, 5522, 5523, 5530, , 7411, 7414, 7420, 7430, 7440, , 7483, 90, 92, 9301, 9302, 9303, 9304, 9305 Transport 6021, 6022, 6023, 6024 Le champ de l'enquête était théoriquement constitué de ces entreprises actives l année n-1 (ici 1997). Le tirage de l échantillon et la collecte des données étant réalisés durant l année n (ici 1998). Après coup, le champ de l enquête a été restreint aux entreprises actives en 97 pendant au moins 6 mois, ceci se justifie pour deux raisons. D une part, les entreprises actives au moment de la collecte des données et ayant moins de 6 mois d'activité en 1997 ont été interrogées (poursuite du questionnaire) alors que celles inactives (fermées) au moment de la collecte, ayant moins de 6 mois d'activité en 1997 n'ont pas été interrogées. D autre part, des événements ont troublé le déroulement normal de nombreuses activités économiques. La prise en compte des questionnaires qui correspondent à moins de 6 mois d activité introduirait alors des biais liés au secteur d'activité, à la région et aux effets saisonniers. Cette décision permet également d avoir des résultats plus robustes sur lesquels des études évolutives en niveau et en structure pourront être envisagées avec les futures enquêtes. Il est clair que ces événements n ont pas permis d obtenir une bonne qualité et fiabilité des réponses, ce qui fait, par ailleurs, l intérêt de cette étude. 5/15

6 2.3 Le plan de sondage Le plan de sondage est stratifié selon l'activité et la taille, à savoir le nombre de personnes occupées. L'allocation est relativement proportionnelle à l effectif de la strate dans les strates non exhaustives. La taille de l'échantillon est de 5376 entreprises et la base de sondage comprend unités. Le taux de sondage global est supérieur à 10%, avec une exhaustivité dans les strates dont l'effectif (nombre de personnes occupées) est strictement supérieur à 5 et ceci quel que soit le secteur d'activité. Le sondage est également exhaustif dans les strates où le nombre d unités est faible. Les tableaux suivants présentent les effectifs par strate selon le répertoire, le plan de sondage ainsi que les poids de sondage. Tableau 2 : Répartition des entreprises du répertoire selon les strates (secteur taille) Taille et plus Total d effectif Secteur Industrie Construction Commerce Services Transport Total Tableau 3: Répartition des entreprises échantillonnées selon les strates Taille et plus Total d effectif Secteur Industrie Construction Commerce Services Transport Total Tableau 4 : Poids de sondage selon les strates Taille et plus Total d effectif Secteur Industrie Construction Commerce Services Transport Total /15

7 2.4 Les fichiers et la description des variables Les fichiers sont les suivants : Rep, fichier issu de la base de sondage et contenant les entreprises échantillonnées (le tableau 6 en présente une description). Survey1 contient les données brutes de l enquête (cf. tableau 7). Survey2 contient les données apurées de l enquête (cf. tableau 7). Survey3 contient les données apurées et redressées de la non réponse totale (cf. tableau 8). Survey4 contient les données apurées et redressées des non réponses totales et partielles (cf. tableau 9). Tableau 5 : Correspondance entre les modules et les fichiers Modules Fichiers 1. Contrôles des données Survey1 2. Qualité du répertoire Survey2 et Rep 3. Traitement de la non réponse totale Survey2 et Rep 4. Le plan de sondage Survey3 et Rep 5. Traitement de la non réponse partielle Survey3 6. Analyse et présentation des résultats Survey4 7/15

8 Tableau 6 : Description des variables et des codes du fichier rep.* Nom de la variable Définition de la variable Codification utilisée Id (1) Secteur Nace2 Nace4 Numéro d enregistrement de l entreprise dans le répertoire. Nomenclatures économiques de synthèse Secteur d activité de l entreprise, code Nace à 2 chiffres. Secteur d activité de l entreprise, code Nace à 4 chiffres. Code numérique com : commerce const : construction ind : industrie trans : transport serv : services Nomenclature Nace à 2 chiffres Nomenclature Nace à 4 chiffres FJ Forme juridique de l entreprise 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : société par actions (SA) 5 : SARL 6 : autres Taille Nombre de personnes occupées d après le répertoire. entière Strate Nom des strates de tirage. Concaténation du secteur et de la taille (secteur_taille). La taille 6 indique que la taille est supérieure ou égale à 6 (dans le répertoire) Poids Poids de sondage (1) Les expressions des identifiants sont hétérogènes, car ce répertoire national a été construit d une part à partir des répertoires administratifs des régions et d autre part de deux sources d enregistrement. On a vérifié qu une même entreprise n avait pas deux identifiants différents et qu un identifiant correspondait à une seule entreprises. Dans ce fichier rep, la variable strate est une variable construite, la variable poids est calculée et les autres variables proviennent du répertoire administratif. 8/15

9 Tableau 7 : Description des variables et des codes du fichier survey1.* et survey2.* Nom de la variable Définition de la variable Codage utilisé Id Numéro d enregistrement de Code numérique l entreprise dans le répertoire Indrep Variable de gestion de l enquête 1 : réponse (1) 2 : refus 3 : entreprise non trouvée. Pas d information 4 : hors champ sectoriel déclaré au niveau régional (2) 5 : changement du code d identification (Id) (3) Nace4_s Secteur de l entreprise, code Nomenclature Nace à 4 chiffres Nace à 4 chiffres, d après l enquête FJ_s Forme juridique de l entreprise d après l enquête 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : SARL 5 : société par actions 6 : autres Taille_s Nombre de personnes occupées entière Duree Active d après l enquête Durée (exprimée en mois) de l activité pendant l année de référence Entreprise active au moment de l enquête. entière, inférieure ou égale à 12 1: oui 2 : non 0 : Pas d information Moisclos Mois de fermeture de l entreprise entière de 0 à 12 (0 correspond à une entreprise non fermée ou à l absence de réponse, 1 à janvier, 2 à février,...) Anclos Indenq Emploi Salaire Indca CA Année de fermeture de l entreprise Variable de gestion de l enquête qui indique la poursuite du questionnaire Nombre de salariés en équivalent temps plein Masse salariale distribuée, exprimée en unités monétaires(4) Indicateur de réponse à la partie consacrée au chiffre d affaires Chiffre d affaires total, exprimé en 100 unités monétaires (5) Code numérique à 2 chiffres 1 : oui 2 : non 0 : sans objet ou non précisé 1 : oui 3 : non 9/15

10 Remarques : (1) Ce code indique plutôt un retour du questionnaire, en excluant les cas qui correspondent aux autres modalités de cette variable. (2) Ces hors champ constatés, le furent au niveau régional au moment de la collecte des données. (3) Le code finalement enregistré dans le fichier survey1 de l enquête correspond à celui du fichier rep. Ce code est intéressant pour la gestion du répertoire, mais pour l enquête il correspond à des retours de questionnaires. (4) On constate des sous déclarations de la masse salariale pour des raisons liées aux charges sur les salaires. (5) Dans le questionnaire, les salaires et le chiffre d affaires étaient exprimés dans la même unité (pour éviter les confusions). 10/15

11 Tableau 8 : Description des variables et des codes du fichier survey3.* Ce fichier nécessaire au module 5 de traitement de la non réponse partielle ne contient que les entreprises répondantes du champ de l enquête (2432 entreprises). Nom de la variable Définition de la variable Codage utilisé Id Numéro d enregistrement de Code numérique l entreprise dans le répertoire. Strate Noms des strates de tirage. Concaténation du secteur et de la taille (secteur_taille). La taille 6 indique que la taille est supérieure ou égale à 6 (dans le répertoire) Nace4 Secteur d activité de l entreprise, Nomenclature Nace à 4 chiffres Nace à 4 chiffres (répertoire) Nace4_s Secteur d activité de l entreprise, Nomenclature Nace à 4 chiffres code Nace à 4 chiffres, d après l enquête FJ_s Forme juridique de l entreprise d après l enquête 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : SARL 5 : société par actions 6 : autres Taille_s Nombre de personnes occupées entière Duree Emploi Salaire Indca CA nw d après l enquête. Durée (exprimée en mois) de l activité pendant l année de référence. Nombre de salariés en équivalent temps plein Masse salariale distribuée, exprimée en unités monétaires(3) Indicateur de réponse à la partie consacrée au chiffre d affaires Chiffre d affaires total, exprimé en 100 unités monétaires Nouveau poids de sondage (après traitement de la non réponse totale et des hors champ) entière, inférieure ou égale à 12 0 : sans objet ou non précisé 1 : oui 3 : non 11/15

12 Tableau 9 : Description des variables et des codes du fichier survey4.* Ce fichier nécessaire au module 6 d analyse et de présentation des résultats de traitement ne contient que les entreprises répondantes du champ de l enquête dont les réponses sont exploitables pour une publication. Nom de la variable Définition de la variable Codage utilisé Id Numéro d enregistrement de l entreprise dans le répertoire. Code numérique Strate Noms des strates de tirage. Concaténation du secteur et de la taille (secteur_taille). La taille 6 indique que la taille est supérieure ou égale à 6 (dans le répertoire) Nace4_s FJ_s Taille_s Duree Emploi Salaire CA nw Secteur d activité de l entreprise, code Nace à 4 chiffres, d après l enquête Forme juridique de l entreprise d après l enquête Nombre de personnes occupées d après l enquête. Durée (exprimée en mois) de l activité pendant l année de référence. Nombre de salariés en équivalent temps plein Masse salariale distribuée, exprimée en unités (3) Chiffre d affaires total, exprimé en 100 unités Nouveau poids de sondage (après traitement de la non réponse totale et des hors champ) Nomenclature Nace à 4 chiffres 1 : entreprise individuelle 2 : société en nom collectif 3 : entreprise publique 4 : SARL 5 : société par actions 6 : autres entière entière, inférieure ou égale à 12 12/15

13 3. Les contrôles des données d enquête Cette première étape indispensable vient immédiatement après la saisie des questionnaires. Et la pratique montre que ces contrôles doivent être méthodiques et rigoureux. Ce module a pour objectif d amener les participants à une réflexion et une pratique sur l apurement des données. 3.1 Les différents contrôles - Contrôles univariés - Contrôles de cohérence interne - Contrôles de vraisemblance - Contrôles agrégés 3.2 Application Le fichier permet de présenter et de mettre en oeuvre les contrôles suivants : - Contrôles de saisie et de codification sur différentes variables. - Présence de valeurs manquantes et de valeurs ou de modalités atypiques. - Contrôles de cohérence interne (relations logiques, équilibres comptables). - Contrôles de vraisemblance, à l aide de ratios. 13/15

14 4. La qualité d une base de sondage Ce module a pour objectif d amener les participants à une réflexion sur l importance d avoir une base de sondage de bonne qualité pour les enquêtes. 4.1 Définitions de la qualité des données et de la base de sondage On peut donner deux définitions de la qualité des données : Une définition statistique fondée sur la précision des estimateurs, l existence ou non de biais et la vérification des hypothèses. Une définition plus large pour les gestionnaires, à savoir l adaptation des informations aux besoins des utilisateurs. Au niveau de l Union Européenne, 4 critères de qualité du répertoire sont proposés : Au moins 95% des entreprises créées l année n doivent être enregistrées et donc présentes dans la base de sondage l année n+1. Ceci pour avoir une bonne couverture des entrées. Le taux des enregistrements multiples doit être inférieur à 1%. Un sous enregistrement des cessations d activité, est inéluctable, mais le taux de ces faux actifs doit être, dans chaque strate, inférieur à 2 fois le taux des cessations d activité déclarées. Les erreurs de classement, dans la base de sondage, des entreprises selon l activité et la taille détériorent la précision des estimations. Il est donc recommandé de contrôler ces variables et plus généralement toutes les variables de stratification : une fois par an pour les unités échantillonnées et au moins une fois tous les 4 ans pour les autres. 4.2 Application La base de sondage doit permettre de repérer sans ambiguïté les unités, être exhaustive, sans double compte et si possible contenir des informations auxiliaires. La base de sondage doit comporter également des informations sur l entreprise : secteur d activité, taille, forme juridique, unités locales, adresse...ce module donne aussi l occasion d aborder les questions de nomenclature et de codification de l activité principale. 14/15

15 5. Analyse et présentation des résultats Les résultats seront analysés à travers des analyses unidimensionnelles et bidimensionnelles, sans oublier les questions importantes de présentation de ces résultats. Différentes formes de tableaux et de graphiques seront présentées. Les graphiques sont souvent préférables aux formules mathématiques. Produire des chiffres ne suffit pas, il faut aussi être capable de juger de leur fiabilité, de les interpréter et de les communiquer. L analyse des résultats des enquêtes structurelles auprès des entreprises permet d élaborer schématiquement trois sortes de publication en fonction des objectifs et du public cible : - Un bulletin court synthétique (de quatre pages, par exemple) qui contient les informations générales principales et qui doit être rapidement disponible. - Des publications plus approfondies sur un thème (l emploi, la démographie des entreprises,...) ou un secteur d activité. Dans ce dernier cas, les analyses mettront en évidence les spécificités sectorielles. - Des comparaisons régionales sur les localisations et l importance des activités sectorielles. Quels sont les résultats à présenter? Comment présenter les résultats? Michel GRUN-REHOMME 15/15

Dossier pour l Autorité de la statistique publique ( séance de 26 novembre 2013)

Dossier pour l Autorité de la statistique publique ( séance de 26 novembre 2013) 26 novembre 2013 Interventions de M. Pierre Mayeur et de M. Vincent Poubelle pour la labellisation par l Autorité de la statistique publique de séries statistiques de la Cnav Dossier pour l Autorité de

Plus en détail

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 26 LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels E1 RECRUTEMENT DES ASSISTANTS INGENIEURS DE RECHERCHE ET DE FORMATION...2 E1.1 Gestionnaire de base de données...2 E1.2 Développeur

Plus en détail

Annexe 1 - Règles générales applicables aux porteurs de projets retenus

Annexe 1 - Règles générales applicables aux porteurs de projets retenus UNION EUROPEENNE Annexe 1 - Règles générales applicables aux porteurs de projets retenus Dématérialisation des échanges via Ma Démarche FSE 2014-2020 L ensemble des échanges entre l organisme intermédiaire

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Synthèse de Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie

Plus en détail

Formulaire n 1 : Identification de la structure

Formulaire n 1 : Identification de la structure FICHE TECHNIQUE 1 Formulaire n 1 : Identification de la structure Nom du gestionnaire Dans le cas d un gestionnaire gérant plusieurs structures, merci d indiquer le nom de l organismemère. Nom de la structure

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Formulaire n 1 : Identification de la structure

Formulaire n 1 : Identification de la structure FICHE TECHNIQUE 1 Formulaire n 1 : Identification de la structure Nom du gestionnaire Dans le cas d un gestionnaire gérant plusieurs structures, merci d indiquer le nom de l organismemère. Nom de la structure

Plus en détail

Présentation rapide du logiciel Epi Info

Présentation rapide du logiciel Epi Info Présentation rapide du logiciel Epi Info Loïc Desquilbet, PhD Département des Productions Animales et de Santé Publique Ecole Nationale Vétérinaire d Alfort ldesquilbet@vet-alfort.fr Tutoriel Epi Info

Plus en détail

Notice «Planification du travail, durée du travail et contrôle de la durée du travail»

Notice «Planification du travail, durée du travail et contrôle de la durée du travail» Notice «Planification du travail, durée du travail et contrôle de la durée du travail» I. Plan de travail (art. 21 CCNT) Conformément à l'art. 21 al.1 CCNT, l'employeur est tenu d'établir un plan de travail

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

CICE - Présentation Accès à DS mode CICE

CICE - Présentation Accès à DS mode CICE CICE - Présentation Accès à DS mode CICE Menu Etats / CICE (disponible uniquement avec Sage Déclarations Sociales Avancée) 2 options sont proposées : «Accès direct», c est-à-dire sans transfert de données

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT 1 - AVANTAGES DE LA GMAO ACCEDER POUR ENSEIGNER 2 - GENERALITES POUR L EXPLOITATION EN BAC PRO ET BTS 3 LA GMAO ET LE NOUVEAU REFERENTIEL BTS 2014 MAINTENANCE

Plus en détail

ATsoftRh. :: Pour la Gestion Des Ressources Humaines :: ATsoftRh - synthèse Conseil. Synthèse Conseil -2011-

ATsoftRh. :: Pour la Gestion Des Ressources Humaines :: ATsoftRh - synthèse Conseil. Synthèse Conseil -2011- ATsoftRh - synthèse Conseil A d ATsoftRh :: Pour la Gestion Des Ressources Humaines :: Synthèse Conseil -2011-1 :: Présentation générale ATsoftRh est conçu pour vous apporter satisfaction et fiabilité

Plus en détail

Bilan annuel. des défaillances d entreprises en Lorraine

Bilan annuel. des défaillances d entreprises en Lorraine Bilan annuel des défaillances d entreprises en Lorraine 2013 (édito) Dans le cadre des opérations de recouvrement social que l Urssaf Lorraine est amenée à réaliser auprès des entreprises, elle dispose

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre Octobre Industries agroalimentaires La production des IAA ralentit encore en juillet Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail

Guide utilisateur de l application WEB-REA

Guide utilisateur de l application WEB-REA Année 2015 Guide utilisateur de l application WEB-REA Version 1.0 1 Table des matières I. Connexion... 3 II. Saisie de fiches... 6 1. Nouvelle fiche service... 6 2. Modifier fiche service... 8 3. Nouvelle

Plus en détail

REMPLISSAGE DE L'ENQUÊTE SUR LA STRUCTURE ET LA RÉPARTITION DES SALAIRES AU MOYEN DU FORMULAIRE ÉLECTRONIQUE

REMPLISSAGE DE L'ENQUÊTE SUR LA STRUCTURE ET LA RÉPARTITION DES SALAIRES AU MOYEN DU FORMULAIRE ÉLECTRONIQUE Direction générale Statistique REMPLISSAGE DE L'ENQUÊTE SUR LA STRUCTURE ET LA RÉPARTITION DES SALAIRES AU MOYEN DU FORMULAIRE ÉLECTRONIQUE Année de référence 2014 1.0. L information reprise dans ce manuel

Plus en détail

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE Annexe méthodologique ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 103 ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 1. ENQUÊTE ANNUELLE D ENTREPRISE L enquête annuelle d entreprise (EAE) est réalisée dans les différents secteurs de l économie non

Plus en détail

POEMS Outil de pilotage des emplois et de la masse salariale

POEMS Outil de pilotage des emplois et de la masse salariale POEMS Outil de pilotage des emplois et de la masse salariale Présentation 1 PRESENTATION POEMS 1. Généralités 1. Un outil à destination des petites et moyennes structures 2. Un outil de prévision et de

Plus en détail

Guide d Utilisateur De la Base de données du système de Suivi de la Pêche artisanale Continentale Dans les Etats membres de l UEMOA

Guide d Utilisateur De la Base de données du système de Suivi de la Pêche artisanale Continentale Dans les Etats membres de l UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ Département de la Sécurité Alimentaire, de l Agriculture, des Mines et de l Environnement Guide d Utilisateur

Plus en détail

Les fraudes utilisent nécessairement le système. L informatisation de la recherche des. fraudes simples (1/2) >> fraudes. fraudes.

Les fraudes utilisent nécessairement le système. L informatisation de la recherche des. fraudes simples (1/2) >> fraudes. fraudes. L informatisation de la recherche des simples (1/2) Noël Pons, CIA consultant, ancien Conseiller au Service Central de Prévention de la Corruption Yoanna Pons étudiante Cet article (et sa deuxième partie

Plus en détail

Nouvelle version Release notes v2.8

Nouvelle version Release notes v2.8 Nouvelle version Release notes v2.8 Mars 2014 TABLE DES MATIERES 1 Tableau de bord 3 2 Mes offres 4 3 Demandes M2M 4 4 Filtre de recherche rapide 5 5 Géo-encodage adresse transmetteur 5 6 Adresse transmetteurs

Plus en détail

Guide utilisateur Partie Cycle de paie

Guide utilisateur Partie Cycle de paie MISE EN ŒUVRE, A PARTIR DU PROGICIEL HR ACCESS, DE GOSPEL Du Ministère de l Éducation Nationale de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Guide utilisateur Partie Cycle de paie 6_men_CycleDePaie_v1.4.doc

Plus en détail

Nouveautés liées à l évaluation des stages

Nouveautés liées à l évaluation des stages Nouveautés liées à l évaluation des stages Plusieurs étapes sont à passer avant d utiliser l évaluation des stages : I/ Configurer les droits d accès Il faut tout d abord choisir qui accèdera à quoi via

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Introduction. Nous vous remercions d'avoir porté votre attention sur le nouveau service e-salairefer.

Introduction. Nous vous remercions d'avoir porté votre attention sur le nouveau service e-salairefer. Introduction Nous vous remercions d'avoir porté votre attention sur le nouveau service e-salairefer. Ce nouvel outil de gestion des salaires via Internet s'inscrit dans la volonté de mettre à votre disposition

Plus en détail

Logiciel Le Sphinx Plus 2 version 5. Le Sphinx Développement 74650 Chavanod

Logiciel Le Sphinx Plus 2 version 5. Le Sphinx Développement 74650 Chavanod Logiciel Le Sphinx Plus 2 version 5 Le Sphinx Développement 74650 Chavanod 2005-2006 Plan Présentation générale du logiciel Stade Élaboration du questionnaire Stade Collecte des réponses Stade Traitements

Plus en détail

Gestion et analyse de données d enquêtes épidémiologiques. Accès aux données (saisie)

Gestion et analyse de données d enquêtes épidémiologiques. Accès aux données (saisie) Projet Obe Maghreb Ecole thématique gestion et analyse de données 20 au 29 avril 2010 Gestion et analyse de données d enquêtes épidémiologiques Accès aux données (saisie) Institut de recherche pour le

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

LimeSurvey. Pour obtenir un compte sur le LimeSurvey de l Université de Genève, remplissez le formulaire de demande en ligne.

LimeSurvey. Pour obtenir un compte sur le LimeSurvey de l Université de Genève, remplissez le formulaire de demande en ligne. Guide utilisateur v.1 Janvier 2013 NTICE LimeSurvey LimeSurvey est un logiciel open-source qui vous permet de créer des questionnaires (test, enquêtes, formulaire d inscription, etc.) en ligne. Il vous

Plus en détail

ARCHIVAGE / SIGNATURE ELECTRONIQUE

ARCHIVAGE / SIGNATURE ELECTRONIQUE A B A C U S ARCHIVAGE / SIGNATURE ELECTRONIQUE ARCHIVAGE ET SIGNATURE ELECTRONIQUE Archivage numérique Les factures clients et fournisseurs, les confirmations de commande, les bons de commande, la correspondance

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi :

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi : Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée sur les entreprises Industrie des services de restauration et de débits de boissons Année de référence 1999 Les statistiques financières de l industrie

Plus en détail

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes

LA MÉTHODOLOGIE. 1 re phase : créer un groupe de consultation et de travail. 2 e phase : définir besoins et contraintes LA MÉTHODOLOGIE Choisir une solution informatique pour le traitement de la paye implique de respecter une méthodologie de travail afin de pouvoir comparer efficacement les différents produits existants

Plus en détail

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT RÉFÉRENTIEL POUR L'ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT Date d'application : 29 octobre 2014 DOCUMENT QUALIBAT 005 VERSION 06 OCTOBRE

Plus en détail

Bases de données infra-communales - IRIS : documentation Activité des résidents

Bases de données infra-communales - IRIS : documentation Activité des résidents Bases de données infra-communales - IRIS : documentation Activité des résidents Présentation La base "Activité des résidents" porte sur l'ensemble des IRIS des communes découpées en IRIS, que ces communes

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Commission paritaire nationale pour l'emploi 26 septembre 2013

Plus en détail

Guide d Utilisateur Base de données et Suivi de la Pêche Continentale (Pays membre UEMOA)

Guide d Utilisateur Base de données et Suivi de la Pêche Continentale (Pays membre UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ Département de la Sécurité Alimentaire, de l Agriculture, des Mines et de l Environnement Guide d Utilisateur

Plus en détail

Pegase3 - Les Tickets FNAS. Dernière révision le 28/09/2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pegase3 - Les Tickets FNAS. Dernière révision le 28/09/2005. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pegase3 - Les Tickets FNAS Dernière révision le 28/09/2005 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Définition... 3 Paramétrage dans Pégase... 3 Fiche Etablissement...3 Fiche Salarié...4

Plus en détail

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales

Bilan Social des Entreprises. Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Paris, le 22 mars 2011 Bilan Social des Entreprises Guide pratique d utilisation pour les équipes syndicales Le bilan social est un document extrêmement utile pour une équipe syndicale. Beaucoup de renseignements

Plus en détail

Services de réparation et d entretien

Services de réparation et d entretien N o 63-247-X au catalogue. Bulletin de service Services de réparation et d entretien 2010. aits saillants Le secteur des services de réparation et d entretien a affiché des revenus de 22,5 milliards de

Plus en détail

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781 Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre Différences de calcul de l'indice du coût de la main-d'œuvre CCE 2012-0781 JM/KDG/CVC 12 juillet 2012 2 CCE

Plus en détail

Pilotage de la masse salariale Déploiement de l outil de budgétisation

Pilotage de la masse salariale Déploiement de l outil de budgétisation Pilotage de la masse salariale Déploiement de l outil de budgétisation par Jean-Michel de Guerdavid, expert pour l AFRITAC de l Ouest 1 Présentation de l outil de budgétisation 1. Utilisation de l outil

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

Module «Financiers» du logiciel Aigles

Module «Financiers» du logiciel Aigles Module «Financiers» du logiciel Aigles Début de mois. Transfert des loyers. Ce point de menu permet de créer la dette de loyer pour l ensemble des locataires en début de mois. Cette opération, en plus

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : (13 points)

PREMIERE PARTIE : (13 points) MINISTERE DE L ENSEIGEMENT SUPERIEUR UNIVERSITÉ CENTRALE PRIVEE EXAMEN DE NORMES ET PRINCIPES COMPTABLES Classes : TQCF 2 Année universitaire 2009/2010 Session principale Durée : 2 Heures - L examen comporte

Plus en détail

Echanges APLON / SCONET RECOMMANDATIONS CREATION DES REPERTOIRES DE TRANSFERT RECOMMANDATIONS WEB FICHE TECHNIQUE ELEVES

Echanges APLON / SCONET RECOMMANDATIONS CREATION DES REPERTOIRES DE TRANSFERT RECOMMANDATIONS WEB FICHE TECHNIQUE ELEVES FICHE TECHNIQUE ELEVES Echanges APLON / SCONET Cette fiche technique s adresse aux utilisateurs maitrisant déjà l application secrétariat. Ce document est une synthèse pour vous aider à mieux appréhender

Plus en détail

Saisie Préparatoire Journée Reprise Comptabilité Analytique Enora des MFR 2008

Saisie Préparatoire Journée Reprise Comptabilité Analytique Enora des MFR 2008 Saisie Préparatoire Journée Reprise Comptabilité Analytique Enora des MFR 2008 Préambule : Paramétrage d Excel Activer les Macros Excel XP-2002 Avant de travailler avec les fichiers excel, il sera nécessaire

Plus en détail

Guide utilisateur de l application WEB DIALIN Version 1.0

Guide utilisateur de l application WEB DIALIN Version 1.0 Guide utilisateur de l application WEB DIALIN Version 1.0 1 Table des matières I. Connexion... 3 II. Saisie de fiches... 6 1. Nouvelle fiche service... 7 2. Nouvelle fiche patient... 8 3. Recherche de

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS

RAPPORT DE STAGE BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS RAPPORT DE STAGE BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Introduction Dans le cadre de ma préparation au BTS Comptabilité et Gestion des Organisations. j'ai réalisé un stage de 8 semaines en entreprise

Plus en détail

Electronique Automatisme Informatique Electricité

Electronique Automatisme Informatique Electricité POLYVELEC Développements et Applications Electronique Automatisme Informatique Electricité Contrôleur AZUR Maintenance Traficielle Campagne de mesures 133, avenue Bellevue - Quartier des Pomarels - 06700

Plus en détail

Mettre en place un audit social grâce à l outil «Diagnostic social, outil de détection et de prescription»

Mettre en place un audit social grâce à l outil «Diagnostic social, outil de détection et de prescription» Mettre en place un audit social grâce à l outil «Diagnostic social, outil de détection et de prescription» Véronique Argentin Consultante en droit social Infodoc-experts 1 Audit social Définition de l

Plus en détail

Écritures comptables : présentation obligatoire aux vérificateurs sous format dématérialisé

Écritures comptables : présentation obligatoire aux vérificateurs sous format dématérialisé 19 septembre 2013 Écritures comptables : présentation obligatoire aux vérificateurs sous format dématérialisé à compter de janvier 2014 INTERVENANTS Jean-Luc AUSTIN Auditeur informatique Administrateur

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-lecteurs

A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-lecteurs A.-M. Cubat PMB - Import de lecteurs - Généralités Page 1 Diverses méthodes d import de lecteurs Les données (noms, prénoms, adresses. des lecteurs) proviennent en général du secrétariat, et se trouvent

Plus en détail

Espace Numérique Régional de Santé Formation LimeSurvey. Auteur : Nathalie MEDA - Version : 1.0

Espace Numérique Régional de Santé Formation LimeSurvey. Auteur : Nathalie MEDA - Version : 1.0 Espace Numérique Régional de Santé Formation LimeSurvey 1 Sommaire 1. Se connecter 2. Créer un questionnaire 3. Créer un groupe de question 4. Créer une question 5. Ajouter des options de réponses 6. Aperçu

Plus en détail

Variantes disponibles / Domaine d application

Variantes disponibles / Domaine d application 2014 Gestion commerciale Grâce à ce document, nous pensons pouvoir vous fournir une aide optimale pour le choix du produit le mieux adapté à vos besoins et aux exigences de votre entreprise. Pour toutes

Plus en détail

Gestion des bases de données

Gestion des bases de données Gestion des bases de données DU Chef de Projet en Recherche Clinique 23/11/2012 Fabrice GOURMELON URC/CIC Necker - Cochin 2 A. Qu est-ce qu une donnée? B. Qu est-ce qu une base de données? C. Définition

Plus en détail

Théorie des sondages : cours 5

Théorie des sondages : cours 5 Théorie des sondages : cours 5 Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne e-mail : camelia.goga@u-bourgogne.fr Master Besançon-2010 Chapitre 5 : Techniques de redressement 1. poststratification 2. l estimateur

Plus en détail

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent

Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent www.coopami.org Tableaux de bord de gestion du risque Rapport d audit permanent TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire La bonne gestion financière d un système d assurance de soins de

Plus en détail

BRANCHE INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES Statut national du personnel des Industries Electriques et Gazières CCN 3368 - IDCC 5001

BRANCHE INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES Statut national du personnel des Industries Electriques et Gazières CCN 3368 - IDCC 5001 BRANCHE INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES Statut national du personnel des Industries Electriques et Gazières CCN 3368 - IDCC 5001 Pour toutes les actions débutant le : 01/06/2015 sur le plan de formation

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Commission Mixte Paritaire 19 septembre 2013 Service Observatoires

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire?

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire? Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire? Cyril Ferdynus, USM, CHU RECUEIL DE DONNEES Recueil hors ligne Epidata (http://www.epiconcept.fr/html/epidata.html)

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 16 et 17 octobre 2008 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 16 et 17 octobre 2008 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 16 et 17 octobre 2008 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Gestion de la trésorerie et relations bancaires Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES

REPERTOIRE D ENTREPRISES Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne REPERTOIRE D ENTREPRISES CREATION, GESTION ET MECANISME DE SUIVI DE LA DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES ATELIER SUR LE TRAITEMENT DES STATISTIQUES

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Épreuve E4 : Gestion des obligations comptables, fiscales et sociales

BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Épreuve E4 : Gestion des obligations comptables, fiscales et sociales BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Épreuve E4 : Gestion des obligations comptables, fiscales et sociales ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ DOSSIER 1 ORGANISATION COMPTABLE DES ACHATS A1. Analyse

Plus en détail

La gestion analytique et l anticipation des contrôles du service fait

La gestion analytique et l anticipation des contrôles du service fait Offre de formation OF4 La gestion analytique et l anticipation des contrôles du service fait 1 OF4-1 Assurer la gestion financière analytique ModuleOF3-3 obtenu et validé pour participer au module OF4-1

Plus en détail

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et

Plus en détail

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER)

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) 2 I/ ENQUETE PREVISION ET ESTIMATION

Plus en détail

Imprimerie, RBD, Routage et Sérigraphie

Imprimerie, RBD, Routage et Sérigraphie CCN de l Imprimerie de Labeur et des Industries Graphiques IDCC 0184 CCN Entreprises de logistique de communication écrite directe IDCC 1611 CCN Industries de la sérigraphie et des procédés d impression

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

PLAN DE PRESENTATION DU PROJET EDPPDL-1

PLAN DE PRESENTATION DU PROJET EDPPDL-1 PLAN DE PRESENTATION DU PROJET EDPPDL-1 1- CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le Gouvernement de la République par le biais du Ministère de l Administration du Territoire et de la Décentralisation, en partenariat

Plus en détail

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2

Sommaire. BilanStat manuel de présentation et d utilisation Page 2 BilanStat-Audit Sommaire Présentation... 3 Chapitre 0 : Gestion des bases de données... 5 Chapitre 0 : Gestion des missions... 12 Chapitre 1 : Eléments généraux... 17 Chapitre 2 : Capitaux propres... 28

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie. Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE

République Islamique de Mauritanie. Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE Enquête de diagnostic de la gouvernance dans les secteurs des transports, du bâtiment et des travaux publics (BTP) et de la

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Bilan social 2013 Comment enregistrer vos efforts de formation?

Bilan social 2013 Comment enregistrer vos efforts de formation? Bilan social 2013 Comment enregistrer vos efforts de formation? Michèle Claus, premier conseiller Alice Defauw, attaché Centre de compétence Emploi et Sécurité sociale Programme 14.00-14.10 : Mot d introduction

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses decembre 2014 N 099 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L emploi dans les très fin 2013 Un tiers des TPE ont un seul salarié Les entreprises

Plus en détail

PRESENTATION DES BASES D INFORMATION ECONOMIQUE DIANE ASTREE CETE SUD OUEST 2006

PRESENTATION DES BASES D INFORMATION ECONOMIQUE DIANE ASTREE CETE SUD OUEST 2006 PRESENTATION DES BASES D INFORMATION ECONOMIQUE DIANE ASTREE CETE SUD OUEST 2006 Caractéristiques essentielles La base ASTREE renseigne sur le réseau de production d une entreprise, c'est-à-dire sur les

Plus en détail

TRANSMISSION DU REPORTING COMPLET AIFM. Pas à pas

TRANSMISSION DU REPORTING COMPLET AIFM. Pas à pas TRANSMISSION DU REPORTING COMPLET AIFM Pas à pas Le présent guide a pour objet d accompagner pas à pas les sociétés de gestion de portefeuille et les véhicules autogérés devant réaliser leur reporting

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15 et 16 octobre 2009 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15 et 16 octobre 2009 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15 et 16 octobre 2009 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Gestion de la trésorerie et relations bancaires Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable

Plus en détail

DELIBERATION N 06/011 DU 7 MARS 2006 RELATIVE A LA CONSULTATION DE LA BANQUE DE DONNÉES DMFA ONSSAPL PAR L INSPECTION SOCIALE DU SPF SÉCURITÉ SOCIALE

DELIBERATION N 06/011 DU 7 MARS 2006 RELATIVE A LA CONSULTATION DE LA BANQUE DE DONNÉES DMFA ONSSAPL PAR L INSPECTION SOCIALE DU SPF SÉCURITÉ SOCIALE CSSS/06/002 1 DELIBERATION N 06/011 DU 7 MARS 2006 RELATIVE A LA CONSULTATION DE LA BANQUE DE DONNÉES DMFA ONSSAPL PAR L INSPECTION SOCIALE DU SPF SÉCURITÉ SOCIALE Vu la loi du 15 janvier 1990 relative

Plus en détail

ASSISTANT RESSOURCES HUMAINES

ASSISTANT RESSOURCES HUMAINES TITRE PROFESSIONNEL DE NIVEAU III ASSISTANT RESSOURCES HUMAINES www.cyform.fr Objectifs Cette formation permet d acquérir les techniques et compétences nécessaires à l exercice des fonctions de gestion

Plus en détail

Sources et méthode. Qui sont les non-salariés? De nouvelles sources pour appréhender les non-salariés

Sources et méthode. Qui sont les non-salariés? De nouvelles sources pour appréhender les non-salariés Sources et méthode Qui sont les non-salariés? Les non-salariés se distinguent des salariés par l absence de contrat de travail et par le fait qu ils ne dépendent de personne (pas de lien de subordination

Plus en détail

Procédure d utilisation de la fonction TELETRANSMISSION

Procédure d utilisation de la fonction TELETRANSMISSION Procédure d utilisation de la fonction TELETRANSMISSION I.Qu est-ce que la Télétransmission?... 1 II.Paramétrages préalables... 2 1. Saisie des Grands Régimes... 2 2. Codes Télétransmission... 4 3. Paramétrage

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission Les défaillances d entreprises en Nouvelle-Calédonie en 2004 AGENCE DE NOUMÉA Août 2005 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 10 000 000 - SIRET 78 430 111 100 APE 651 A Siège social

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE

NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE NOTICE PERMETTANT DE COMPLETER L ANNEXE FINANCIERE PARTENAIRE PRIVE Références réglementaires : RÈGLEMENT (CE) No 800/2008 DE LA COMMISSION du 6 août 2008 déclarant certaines catégories d'aide compatibles

Plus en détail

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE APPRENDRE A TENIR SA Module 1 : Préparer des états comptables Personnes devant tenir la comptabilité d une entreprise 3 jours Connaître les documents commerciaux nécessaires à la production des états comptables

Plus en détail

État E1 «Personnes assurées, couvertes et bénéficiaires par type de garanties»

État E1 «Personnes assurées, couvertes et bénéficiaires par type de garanties» Avril 2012 Notice explicative relative aux états statistiques demandés aux entreprises d assurances, mutuelles et institutions de prévoyance en matière de protection sociale complémentaire pour l exercice

Plus en détail